AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Inscription en soirée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hasegawa Kioshi

avatar

Non Joueur

Messages : 1804
Date d'inscription : 13/11/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Civil
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Lun 9 Fév - 22:30




Soirée Skype
Le Dimanche 15 au soir, de 21h00 à 00h00, une série de jeux vous sera proposée, en voici les grandes lignes

Nous voici nous voilà prêts pour la fête des amoureux! Les couples ne se sentent plus et décident de clamer haut et fort leur amour, arrosant de leur fiente roudoudou les célibataires qui les entourent. Tel une sorte de pigeon parisien de l'amour, les duo sont évités en ce jour par les solitaires endurcis, habituellement pourtant peu gênés par les tas de phéromones que sont leur potes.

Et pourtant en cette fête bien commerciale, arrosée de roses, de sucré et de billets verts nous provenant directement de chez l'oncle Sam ( non non , pas celui qui ne bois pas en soirée ), a le potentiel de plaire à tout le monde ! Si, si, je vous jure ! Certains pouvant ainsi exprimer en public leur niaiserie et amour du kitch, d'autre se contentant de plaisir plus simple et plus solitaire ( non non, pas la masturbation); le réconfort de savoir qu'il n'y a pas de cadeau à acheter cette année, et donc plus d'argent à dilapider dans les bars ou dans les chocolats dont le prix dégringolera dès le lendemain des hostilités.

A Saigo Seizon, nous, on est pour les joies de groupe! (Mais arrêtez donc avec vos idées perverses!) et vous seront donc proposés quelques jeux. L'un se déroulera en soirée skype, et l'autre directement sur le forum, dans un autre sujet! Alors, tant qu'il neige: LET IT GOOOOOOO /o/

Quand Cupidon rencontre Saigo Seizon
Un thème sera donné, vous devrez alors écrire un message Role play en 5 minutes. Suite à quoi vous les posterez sur la conversation Skype afin que tout le monde puisse le lire. Une fois ceci fait, chacun m'enverra un message perso afin de me dire (hors vous-même) lequel de ces minis posts vous appréciez le plus.



Pour les intéressés, inscrivez vous ici. Pour la moindre question, n'hésitez pas à me contacter.

-Le Staff


L-M-M-J-V-S-D

Veux-tu jouer avec moi Invité.?

Revenir en haut Aller en bas
Hakuto Miyuki

avatar

Disparu

Messages : 97
Date d'inscription : 26/03/2014

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Mer 11 Fév - 21:24

Je m'inscris So Happy
*distribue tout son amour guimauve et sucré à tout ceux qui passent par là* So Happy Love



L M M J V S D
Mon thème ♫:
 


Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5043
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Mer 11 Fév - 21:52

Je m'inscris aussi ^^


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Inscription en soirée Jeu 12 Fév - 11:30

Moi aussi !
Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1126
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Jeu 12 Fév - 13:06

Comptez sur moi aussi !


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Hasegawa Kioshi

avatar

Non Joueur

Messages : 1804
Date d'inscription : 13/11/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Civil
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Lun 16 Mar - 22:21

Ici Kyo! Votre très cher et vénéré animateur de soirée! Que tous se positionne devant le clavier! Que l'imagination fuse car voici le PREMIER THEME!

1) Toutes histoires, contes et légendes nous racontant les péripéties d'un amour fougueux, a un début. Le moment unique ou deux âmes éphémères se rencontrent pour la première fois. Inexorablement attirées l'une par l'autre. Le coup d'éclat, la foudre s’abattant sur vos cœurs afin d'y écarter la brume du doute et de la solitude. Racontez nous LE coup de foudre!

Kyo: GO!

Sen: OMG
Katsu: ça va être calme d'un coup... Un ptit dango Kio?
Kyo: volontiers très cher!
*** Katsu donne un dango ***


Kyo: STOOOOP

Riyu: Juubei attendait sous la pluie dans ce désert maussade une main tendue. Il se sentait triste, fatigué. Gelé alors qu'il faisait chaud, très chaud. Cependant, il n'y avait pas âme qui vive à des kilomètres à la ronde. Il marchait, marchait, marchait, il n'y avait toujours rien. Rien.
Alors que le soleil touchait l'horizon, il finit par s'effondrer, sentant son dernier souffle de vie poindre entre ses lèvres.
Mais...
Il ouvrit les yeux tandis qu'on essuyait son visage avec une serviette humide. De chaudes mains caressaient ses joues, il se sentait frissonner. Il ouvrit les yeux, c'était...

Hisae: Il se tenait là, devant elle, et sans qu'elle ne su l'expliquer, elle fut littéralement soufflée par ses émotions, transportée vers quelque contrées inconnues et lointaines que seul son cœur connaissait. Son cœur, pulsait en cet instant même comme les tocsin en temps de guerre. Elle porte la main sur celui-ci, ses doigts se resserrent...

Miyuki: Ils s’étaient toujours côtoyés, toujours. Et ils ne se quitteront jamais. Depuis sa naissance jusqu’à une prochaine mort, leur destins étaient liés. Leur relation était connue de tous, mais aucun ne pensaient à une relation si fusionnelle. Ils se voyaient tous les jours, et même souvent toutes les nuits, pendant des heures.  Elle au-dessus de lui, lui en dessous, jouissant de ses plus belles vues et plus grandes joies. Tous les jours et toutes les nuits ils fusionnaient pour ne former plus qu’un. A chaque fois, une larme coulait du coin de son œil tellement le moment était d’une puissance inégalée et inégalable.  
Elle ne savait pas de l’importance qu’il avait dans sa vie, ni de ce qu’il aurait dans son futur. Mais voilà, elle, lui, c’était une histoire comme toutes les jeunes filles en en rêveraient….
Elle, le sol, l’amour fou.

Senko: C'est l'histoire de Senkô qui se promène dans la forêt, il passe sous un arbre et BOUM la foudre =D !

Nan plus sérieusement, voici une histoire que vous ignorez tous, une rencontre merveilleuse, incroyable et pourtant si peu connue... Mais je vous vois d'ici languir sur vos sièges (ou vous avez sacrément envie de pisser auquel cas je ne vous retiens pas).

Bref, un beau matin de printemps (parce que les histoires d'amour commencent au printemps c'est bien connu) l'ami Senkô se promenait incognito dans les rues de Geki, sa capitale, lorsqu'il tomba né à né avec une vision qu'il n'aurait oser rêver. Un visage aux traits délicats, des yeux pétillants d'intelligence, des oreilles délicates, ... Se frottant les yeux pour s'assurer qu'il ne rêvait pas il fut contraint de reconnaître que l'objet qui faisait chavirer son cœur était bien là, devant ses yeux ébahis. Avançant de quelques pas vers cette charmante apparition, il tendit la main. Son alter ego s'avança également, d'un pas tranquille et d'une démarche pleine de grâce. Au fond de lui, Senkô su que sa vie avait prit un tournant décisif : il venait de rencontrer Akira, son âne.

Geki: Il faisait chaud mais je vis sa silhouette se dessiner dans la brumes des sources chaudes. J'étais nu, elle aussi. Nous nous regardâmes. Pas un mot, juste mon cœur manquant un battement. Ses cheveux humides plaqués sur son visage éveillaient des sentiments que je croyais oubliés : envie, désir, ... C'était elle. Pas une autre personne, non. Juste elle, cette femme, là devant moi. Il n'y a guère plus de trente secondes, j'ignorais même jusqu'à son existence et voilà qu'à présent, elle représentait un monde à elle seul. Avalant mes derniers doutes, j'ouvrais la bouche afin d'établir un premier contact et ainsi, je montais la première marche de ce que j'espérais être l'escalier pour le paradis.

Sen: Il faisait nuit, une nuit noire, sans lune, sans étoiles. Et comme à chaque nouvelle lune, Sen, qu'il le veuille ou non, se transformait. Son corps rétrécissait, des pattes naissaient de son abdomen noir et luisant. Il devenait un monstre, et souvent se cachait pour toute une nuit, presque honteux au fond de ce qu'il était, et pourtant, jamais il ne l'aurait avoué. Mais ce soir, il avait mieux à faire. Une mission, évidemment. Rien d'autre ne l'aurait tiré de son antre que les ordres de son auriculaire. Il lui fallut un moment pour traverser la ville en toute sécurité et trouver ce temple où séjournait sa prochaine victime.  

Le sol ne craquait pas sous ses pattes légères, il entendait le souffle de sa victime derrière le papier de riz. La porte coulissante s'ouvrit. Le regard de la créature se posa sur lui, elle lui sourit. Et s'il avait eu sa forme habituelle, il aurait déglutit de malaise, tant ce qu'il se mit à ressentir était monstrueux. Passion. Amour fou. Impossible.

Kyo: ATTENTION ATTENTION! CAR VOICI QUI VOILA QUI ARRIVE.? LE SEEEECOND THEME!!!

2) Aaaah quoi de plus beau que le premier amour.! Le moment exquis ou votre cœur s'ouvre à autrui pour la première fois. La première relation.. Et même parfois la première utilisation de vos (magnifique j'en suis convaincu) organes génitaux.. Mais ce fut avec qui.? Faite un effort, remémorez vous cette douce idylle.

Kyo: GO!

Sen: sen va me tuer
Hisae: OH
MON
GOD ! /BWIK/
Kyo: ( hisae > appelle moi Kiow )
Riyu: XD
Hisae: (xD tsss)
*** Katsu sirote son saké et déguste ses dangos ***
*** Kyo sirote avec Katsu ***


Kyo: STOOOOP

Sen: Il était gêné.  C'était peu de le dire. Pas du corps de l'autre homme contre lui, non, mais de ce qu'il allait inexorablement découvrir dans.... là. Voilà. Sous la ceinture du Yukata. Certes, Shigeru l'avait eu eu à l'usure, à force de lui jurer, malgré mille refus, malgré mille rebuffades, malgré les humiliations qu'il lui avait fait subir, qu'il l'aimait plus que tout. Le regard de son amant se posa sur lui, et il y l'eut l’étonnement, l'incertitude.
"Oui, voilà, deux genre différents sur une seule personne," grommela Sen, ayant furieusement envie de s'enfuir malgré la douce chaleur qui se rependait dans son ventre, remontant au creux de ses reins sous les caresses habiles de l'autre soldat.
"Bel avantage... et jalousement gardé," répondit l'humain avec un sourire, avant de le faire sien.
Il se mordit les lèvres à sang pour ne pas hurler de douleur.

Geki: C'était quoi son nom, déjà ? Hinako... Himeko ? Hmm... Je ne sais plus. Mon père me l'avait présentée, j'étais encore tout jeune, à peine un homme. C'était la fille d'un des ministres de Setsu. Jolie, bien évidemment, je n'aurais pas voulu d'un laideron. Je n'éprouvais rien de particulier pour elle, mais elle était gentille et docile. Je l'aimais bien, elle ne protestait jamais. Et étant un garçon vigoureux et en bonne santé, ce qui devait arriver arriva. Je ne sais pas si elle était vraiment consentante mais au final, qui s'en soucie ? Toujours est-il que je ne parviens plus à me souvenir de son prénom. C'est bien dommage.
Hisae: Une étreinte, un baiser, tout d'abord anodin, puis un autre... lentement, la jeune kannushi se senti défaillir, trahit par son corps qui lentement s'embrasait sous les multiple attention. Il y avait également la peur, la gène...
Elle n'osa tout d'abord pas...

Riyu: Une offre timide alors qu'elle s'attendait à un refus, mais ce fut quelques mois ensuite qu'elle se donna à lui sans compter. Alors qu'elle n'était pas certaine de ses sentiments à son égard, alors qu'il n'avait jamais ouvert la bouche pour lui dire ces trois mots qui font une vie. Ils s'étaient pourtant blottis l'un contre l'autre et elle se sentait renaître. Cela faisait mal, peut-être, mais elle se sentait vivante et puissante et le voir ainsi était la plus belle des récompense pour l'audace dont elle fit preuve.
Il était peiné d'avoir perdu sa femme, mais elle se promit qu'il allait l'oublier. Pour toujours. Elle la remplacerait, le servant bien mieux. Tellement mieux. Alors qu'il caressait doucement ses cheveux, elle avait fait un serment avec soi-même.

Kodan: Plus aucun esprit, plus aucun Kami, Yokaïs, bandit, aucun malandrin, ennemi de la paix et du clan, ce dernier même n'ayant plus aucune importance, ni les Kiyooki, ni le nom Amadotsu n'avait d'intérêt. Des mois entiers pour ce jour n'étaient rien à attendre pour savourer cet instant parfait parmi tout les autres. Elle était à lui et bien que son cœur lui appartenait dès leur première rencontre, il s'offrait à elle dans son intégral. Géant des montagnes et Belle des Cités, s'entremêlant en un balais paraissant attendu depuis des éons, des générations toute entières. Il n'était pas son premier et elle n'était pas la sienne non plus, mais dans son cœur, tandis que ses doigts se mêlait à ses cheveux et que leur souffles rauques s'accordaient lentement, il savait en son cœur qu'elle serait son ultime, son tout, le dernier et seul être avec lequel il partagerait cela. Chaque seconde était un bonheur infini.

Miyuki: Il était au-dessus, essoufflé, les yeux pleins de désir. Les joues rouges d’effort et d’embarras. Elle, les yeux humides de gênes de voir ainsi son corps dénudé devant une si belle personne. Elle tenait le visage de ce bel éphèbe dans ses mains, avec une certaine détresse dans le regard. Elle ressentait du désir oui, car elle se voulait défleurie avec lui, juste avec lui. Il était magnifique, ses cheveux de jais et son regard bleu digne de Fukyuu... Son corps fin mais comme dessiné par les dieux la surplombais, il ne voulait qu’elle. Selon lui, il n’y avait qu’elle qui le valait. Elle se sentait flattée et très amoureuse. Un amour fou, oui. Fou par ses liens avec lui, mais fou par la grandeur de ses sentiments. Elle si franche n’osait pas parler, ni poser une fâcheuse question…
« Tu-tu es dedans, là ? »

Senko: Oh, vous savez à mon âge c'est difficile de se rappeler de ce genre de choses. Je crois que c'était une jolie petite samuraiko du clan du Singe... ou une geisha du clan du Serpent.... ah je ne sais plus trop bien. En tout cas je me rappelle parfaitement de l'endroit. J'étais en patrouille pour mon Seigneur avec deux autres samouraïs et nous sommes tombés sur un petit groupe de bandits. C'était l'été et il faisait très chaud. Après avoir vaincu les malfaiteurs, et perdu mes trois équipiers, j'ai libéré la jeune demoiselle qui était leur otage. Nous étions seuls, nous étions jeunes, nous étions inconscients.... Nous avons roulé dans la neige et consommé notre innocence un peu plus loin, parce qu'au milieu des cadavres ce n'était pas très élégant. Ces trois filles m'ont données du travail tu peux me croire ! Au final j'ai quitté l'Okiya et je suis rentré chez moi, en automne la nuit tombe si vite...

- Ono Juzô (enfin il est plus très sûr...)

Kyo: ARE YOU READYYYYYY.?

3) Hélas, l'amour n'est pas toujours chose aisé, et cela peut prendre fin pour de multiple raison. Êtes vous annonciateur de la mauvaise nouvelle, ou êtes vous l’âme en peine qui entendra la rupture?

Kyo: GO! GO! GO!

Senko: c'est à toi qu'il faudrait poser la question :-°
Hisae: haaaan =_=
Kodan: Je joue pas Kody là! Impossible.
Riyu: Putain, trop dur! Mais j'aime quand c'est dur
Kodan: Ah, ou alors une ex !
Senko: bon bah moi j'ai fini
*** Senko va faire une sieste en attendant ***
Katsu: idem
Katsu: (ouep me suis prêté au jeu xp)
Senko: tic
tac
tic
tac
8D
Riyu: moi aussi
Kyo: Silence, y en a qui bosse è_é
Senko: t'façons j'ai écrit de la merde comme d'hab =P
*** Riyu fout le bordel en cours ***


Kyo: STOOOOP.! Postey 8D

Katsu: Voila maintenant plus d'une longue année que toi et moi vivions l'un pour l'autre. Je mourrais de sourire de voir ton visage s'illuminer sous le soleil. Je me noyais dans la profondeur de ton âme enivrée. Mais voila qu'à présent, les chaînes qui nous relient se brisent. Notre amour, je l'ai toujours su, n'était qu'éphémère alors que tu m'avoues durant cette nuit étoilé que ton cœur partit pour de nouvelles contrées, plus mur, plus protectrice alors que moi, je ne pus prendre totalement soin de toi. Prenant sa main, la serrant sur ma joue, je vins l'embrasser de ma dernière ardeur de cœur avant de laisser filer le fil d'amour qui nous liait.

Toi dont l'âme était pure, toi dont le sourire est inoubliable, tu me quittes à jamais, laissant derrière toi le désert du désespoir. Pourtant, j'ose croire que nos chemins se recroiseront de nouveau. Alors, la foudre refera son apparition, pour nous unir une nouvelle fois, dans un nouveau royaume.

Senko: Les deux hommes se regardaient face à face, droit dans les yeux. Le Seigneur du clan dévisageait son interlocuteur sans dire mot. Comment allait-il réagit à cette nouvelle ? Serait-il fou de rage ? Pleurant en position fœtale ? Digne jusqu'au bout mais brisé de l'intérieur ? ...
Laissant les spéculations de côté, le chef du clan du Tigre inspira, lentement, avant de prendre la parole, pesant chacun de ses mots avec une infinie précaution. Le ton devait être ferme sans être cassant, compréhensif sans être mou, détaché sans être cruel... Finalement cette simple phrase tomba, aussi précise que la hache du bourreau :

"Sen... vous êtes viré."

Geki: « Alors... Ahem. Bon, écoute, Rika. »

« Je ne m'appelle pas Rika, Monseigneur. »

« C'est pareil. Tais-toi et ne m'interromps plus. Tes parents se sont mis dans une position délicate récemment et je pense que pour le bien de l'image de la famille Seigneuriale, il serait préférable que nous arrêtions de nous voir. Non, ne pleure pas, ça ne prend pas avec moi. J'ai passé de bons moments avec toi, tu as égayé plusieurs de mes soirées mais tu n'es pas indispensables et le temps est venu que nous nous séparions. Oui, je sais que tu es enceinte, mais c'est davantage ton problème que le mien, non ? Allez, bonne chance pour la suite !»

Hisae: elle était jeune... et comme bien des jeunes elle était naïve et ignorante... comme avait-elle pu croire un seul instant a ses mots, ses baisers...
Elle qui s'était offerte passionnément a lui persuadé de ses sentiments. Il avait su prendre son temps pour parvenir a ses fins, tel le prédateur lorgnant tranquillement sa proie... au final, elle n'avait jamais rien été de plus qu'un simple pion sur l'échiquier...

Immobile, accoudé au côté de sa mère, sur l'un des balcon de son okiya, Hisae venait d'achever son histoire...

Riyu: Ils étaient ensemble. Ils n'étaient qu'un, à oublier qu'ils étaient en fait deux.
Ils étaient ensemble et la balle les prit tout deux, elle les fendit en deux. Dans l'orage, dans le tonnerre, pire que la plus violente des disputes.
Ils n'étaient plus un. Ils n'étaient tout simplement plus.
Sentant son corps brûlé, voyant le torse de son amant troué, sa propre épaule déchirée, celle qui allait devenir la Dragonne s'effondra.
En espérant que ce soit pour l'éternité.

Kodan: Il l'avait trouvée si belle, caparaçonnée dans une armure complète et armée de son glorieux Nageyari. Le hasard avait voulu qu'elle rentre dans son unité. Taii du clan, il s'était rapidement montré aimable et bienveillant à son égard. Elle lui avait avoué son attirance très rapidement, et  il avait conforté cette dernière en lui assurant la réciprocité de la chose. Leurs ébats furent discrets, cachés des troupes, lorsqu'ils le pouvaient. Mais cela n'était pas la vie qu'il lui souhaitait. Ce matin là, l'estomac noué, mais le port altier, il était allé la rencontrer sur le terrain d’entraînement. Elle écouta ce qu'il avait à dire, pressentant ce qui allait advenir, car il était incapable d'annoncer ce genre de chose sans que son faciès habituellement si souriant ne le trahisse. La fin de leur idylle fut calme de prime abord, mais les jours qui vinrent, elle quitta les rangs des armées pour devenir Miko, au service des Kamis.

Sen: Lassant. Comme toujours. Les humains étaient si souvent fades ! Il s'était laissé convaincre, avait joué le jeu, même, parce que c'était amusant. Parce que depuis qu'il avait découvert que même lui avait un potentiel de séduction, il ne pouvait guère plus décemment continuer à l'ignorer. Surtout quand il voyait tout ce que l'amour pouvait faire aux gens normaux. Yukiko n'était pas différente. Épouse vertueuse et dévouée, reconnue tant pour sa beauté que pour sa ligne de conduite sans faille, elle était le pilier, le soutien moral de l'autre imbécile de ministre des finances. Sen ne le supportait pas, aussi, il avait séduit sa femme. Il y avait pris grand plaisir. Il l'avait ferrée, gardée avec lui, cajolée, lui avait fait aimer malgré elle cet adultère qu'elle commettait dans ses bras, incapable de se soustraire à son charme étrange.
C'en était assez. Il entra dans la chambre de son amante, elle se jeta à ses bras. Il prit ses poignets, la repoussa avec violence, son unique œil froid comme la glace.
"Je suis venu te dire que c'est fini." Pause. "Mais ce n'est pas ma faute, tu sais ?" Il haussa les épaules, eut un sourire en coin. "Je me suis lassé, comme toujours. Tu es si fade. Sans saveur. Tu ne peux m'en vouloir."
Malgré les cris, il se retourna et partit en direction de ses appartements.

Miyuki: Elle trépignait pour le voir. Ses yeux brillaient de bonheur attendant de voir sa silhouette arriver. Elle l’attendait depuis maintenant quelques heures, ne sachant pas encore le temps exact de sa venue. Sa vue, son contact, son odeur et son toucher relevait d’un bonheur extrême pour Miyuki. Elle pensait beaucoup à lui. Quand l’une des prêtresses lui avait dit sa venue, elle avait sauté de joie, et depuis, elle chantonnait dans le temple, sautillant et souriant à qui la croisait.
Et là, d’un air dépité, celui qu’elle attendait sous le gré du vent et de la neige de Fukyuu franchissait la grande porte du temple.
La voix nouée, le regard esquivant le sien, les mains tremblotantes… Il devait le dire, et cela s’annonçait difficile. Mais comme un pansement, il se devait de l’enlever d’une traite. Il prit son courage à deux mains.
« Miyuki… Je, je, je suis désolé… Mais je dois te le dire… C’est difficile pour moi, je ne veux pas ta tristesse… Mais… Je n’ai pas tes mochis. »
Le regard de Miyuki se vida d’un instant.

4) Vous l'attendiez tous ce sujet. Les habitués des soirées à la saigo seizon  savent très bien qu'il finirait par arriver. Vous allez devoir choisir un autre participant à la soirée, celui ou celle de votre choix! Et faites lui la cour!

Senko: ne vous jetez pas tous à la fois sur moi s'il vous plaît
Kyo: ( Vous avez le droit de choisir Kyo ou Katsu )
Kyo: ( ou l'ane de senko )
Katsu:  ou Yasha ou Akira
Senko: plus sérieusement, je passe pour ce tour, ça dépasse mes maigres compétences
Senko: (je suis même surpris que ça soit le premier thème que je squeeze de la soirée 8D)


Kyo: StOoOoOoOp /o/

Geki: « Bonsoir, je t'offre quelque chose ? Je me présente, Setsu Gekido. Je vois que t'es encore habillée alors je continue : j'ai une énorme... fortune. Genre très riche, tu vois, je suis Seigneur après tout. Alors la puissance, ça me connaît hinhin. Toujours pas convaincue ? Je projette de conquérir tout le continent, qu'est-ce que t'en penses ? Ah, je savais qu'on arriverait à un terrain d'entente. Viens, on va chez moi, je vais te montrer quelque chose d'aussi énorme que ma fortune. Puis-je avoir ton nom ? Miyuki ? Très bien. Je ne te rappelle pas le mien, tu vas le crier toute la nuit. »

Riyu: Elle l'avait vue sans la voir. Pourtant, son cœur battait à tout rompre dès qu'elle passait à côté d'elle, son sourire et son innocence l'emplissant d'une nouvelle essence, d'une ode à la beauté et à la fraîcheur. A l'amour. Mais à présent qu'elle était là, oui, bien là, c'était un fait rare, assise à côté d'elle au conseil, elle se devait de le lui dire.
Elle prit une grande inspiration.
Non, d'abord, il fallait trouver les mots.
Elle reprit une inspiration.
Non, elle n'y arrivait pas.
Allez !
"Hisae...Sachez que...que je vous ai toujours trouvé très...très...jo...jo...ndzajbbdhzbhazhh."
Bon, Riyu fit profil bas, ce n'était pas pour aujourd'hui.

Kodan: Difficile avait été l'approche, impossible de l'ignorer pourtant. Sa rencontre impromptue, uniquement guidé par son vœu de piété. De l'élu du feu, de la brume, des vents et de la foudre, il en gardait un souvenir magnifique et grandiose que son cœur n'oublierait jamais. Mais lorsque son regard s'était posé sur la jeune enfant des glaces, son âme toute entière s'était mise à brûler pour briser cette dernière, et les rapprocher. Il s'était montré aimable d'abord, souriant à tout, écoutant pour tout. Puis il lui avait écrit, malgré leur différence, d'age d'abord, de rang ensuite. Mais il avait insisté. Il la revoyait, tantôt comme pèlerin, enfin comme ami et conseiller. Elle avait des problèmes de jeunes filles, bien qu'élue des Cieux. Il se renseignait, tâchait de lui plaire malgré son apparence grossière. Puis vint la réponse à ses questions, vint la lumière et la révélation. Il eut enfin son cœur, car son enquête avait été efficace à son sujet et il avait trouvé son point faible. Leur amour naquit grâce à la suprématie des Moshis !

Hisae:  /me rend une page blanche/

Miyuki: Elle l’avait déjà fait. De cette même manière, à une même personne. Mais par de malheureux incidents, elle se devait de recommencer. Ses sentiments étaient intacts. Elle avait toujours la même admiration pour cet homme. Il était toujours si grand, si noble, si gentil et si bien éduqué. Elle avait découvert qu’il en aimait une autre, une de son clan. On la disait magnifique et d’une grande douceur. Parait-il qu’elle était une femme accomplie, dite parfaite. C’était avec un pincement au cœur qu’elle s’avançait vers lui, non sans une pointe de jalousie envers l’élue de son cœur. Elle avait croisé cet homme-là ici-même, dans son temple. Et cette rencontre l’avait marqué à jamais : dans son esprit, et dans son cœur plus encore.
Et par les mêmes gestes, d’un pas timide et maladroit, la voix tremblotante mais si sure de ces mots.
Elle avançait, dans ses mains était déposé une boite décorée d’un tissus rose et bleuté, renfermant un trésor inestimable pour eux deux : Des mochis.
Devant-lui, était Amadotsu Kodan, Taisa Setsu. Ses clans ennemis, certes, mais un amour le liait à lui.
« Je vous aime, acceptez ceci, je vous en prie. »

Kyo: CINQUIEEEEEEEEEEEEME ROUNND.!!!

5) Et si votre personnage était du sexe opposé ? Amusez vous !

Riyu: OMG
Kyo: GO
Senko: c'est… vague
Riyu: Hahahahaha !
Senko: heureusement que Sen n'est plus là, il aurait eu du mal XD
Kyo: Allé, faite ce que vous voulez, je vais pas vous tenir par la bite toute votre vie 8D
*** Riyu haussements de sourcils ***
Riyu: oooh, Kio <33 ; serre plus fort!
*** Riyu sort ***
Kodan: Ok, je tente le coup...
Riyu: je vais écrire.

Kyo: SOOOOOOOOOOOOOP!

Kodan: Depuis toute jeune, elle lisait et écoutait les légendes tournant autour des samouraïs de tout clans aux actes héroïques et s'en inspirait pour devenir elle même une lame respectée dans tout Yokuni. Elle était parvenue, au sacrifice de sa vie de jeune fille, à devenir une guerrière élancée maniant les armes les plus lourdes sans frémir. Son escalade fut difficile, car elle ne concédait rien aux phallocrates dirigeant le clan. Elle pu compter sur sa Dame, la sublime Gekida, dont elle faillis à plusieurs reprise tomber sous le charme. Mais son amour secret la sauva, un sentiment impossible. Elle ne l'avait rencontré qu'une fois, il était pourtant de cinq à six ans son cadet. On comptait ses actes dans tout l'Empire, le puissant Dragon de l'Est à l'œil d'Or.

Geki: Voilà quinze années que le clan du phénix est gouverné par Setsu Gekida, une dirigeante forte et proche de son peuple. Lors des rudes hivers, elles organise des soupes populaires, allant même jusqu'à aider à servir lorsqu'elle en avait le temps. Sa première action après son arrivée au pouvoir a été de signer une trêve avec Fukyuu son ennemi de toujours. Setsu prospère depuis, appelé clan des lumières par ses voisins. La nation est un exemple de paix et d'avancées tant culturelles que technologiques. Le peuple y est souriant et heureux ; il fait bon vivre sous le règne de Gekida la Généreuse.

Senko: La charmante Miko Denjinette rêvassait encore et toujours à ses aventures perdues... Malheureusement pour elle, et malgré toutes ses tentatives, elle finissait toujours par être démasquée. Les superstitions sont tenaces : une femme à bord porte malheur. La pauvre, elle qui rêvait de parcourir les flots, de sentir la brises salée sur son visage, cloîtrée ici entre quatre mur... Au moins perdue dans ce temple reculé des montagne Fukyuu, elle était bien loin de subir la pression familiale qui avait détruit son enfance...

Riyu: Je me lève et je te bouscule
Tu n’te réveilles pas
Comme d'habitude
Sur toi je remonte le drap
J'ai peur que tu aies froid
Comme d'habitude
Ma main caresse tes cheveux
Presque malgré moi
Comme d'habitude
Mais toi tu me tournes le dos
Comme d'habitude

Alors je m'habille très vite
Je sors de la chambre
Comme d'habitude
Je croise le regard de mes servantes
Comme d'habi....
Ah non.
Je hurle OMG OMG OMG Par Kasugami heeeeeelp !
Bref, je suis un homme.

Hisae: Hisao, tel était mon nom. Kannushi du mouton tel était mon rang. Voilà que je venais d'en finir avec ces prières... vaines et stupides tentatives... j'étais Kasugami, par ma voix je suis la brume...

Miyuki: C'est ultra naze : Miyuki se prélassait dans son lit, attendant que le sommeil l’emporte. Elle se posait une multitude de questions, plus existentielles les unes que les autres. Qu’allait-elle manger le lendemain ? Allait-elle avoir beaucoup de travail ? Mais plus elles se posaient des questions, plus elles devenaient plus intense à sa réflexion. Que serait devenu le monde si elle n’était pas née ? Que serait-elle devenue si elle n’avait pas été élue Kannushi ? Et si sa mère ne l’avait pas abandonné ? Et si elle était née homme ? Elle essayait de réfléchir à chacune de ses questions. La dernière lui semblait plus amusante que les autres. Elle essayait de s’imaginer avec une carrure d’homme. Mais alors qu’elle commença quelques secondes à y penser, elle eue conclusion très simple.
«Réfléchir c’est pas pour moi. »


6) Imaginez le cadeau parfait pour votre conjoint désigné:
Geki - Hisae
Hisae - Kodan
Kodan - Miyuki
Miyuki - Riyu
Riyu -  Senko
Senko - Geki

Kyo: STOP STOP STOP STOP STOP

Riyu: Elle s'était levée à l'aube, avait traversé les trois quarts de Yokuni, supportant les colères et les caprices du temps et de son étalon, Koubei, pour son bien-aimé. Elle avait fait beaucoup de rencontres, se languissant à en mourir de son absence mais riant bêtement en imaginant la tête qu'il tirerait lorsqu'elle lui présentera son présent.
Quelques jours plus tard, elle fut enfin en terres Kenshu avec son cadeau. Elle attendit des heures qu'il se prépare pour la recevoir, et la dragonne fit son entrée.
"Kenshu-sama, en signe de ma profonde affection...."
L'âne hennit et s'approcha du cadeau qu'elle lui offrit, à lui, mais surtout à son maître.
La plus belle ânesse de Yokuni.

Kodan: Il avait envoyé des missives dans tout l'Empire, en quête du meilleur artisan qui fut. Un maître qui éclipserait de son talent le terme même de Senseï. Un être qui serait l'incarnation terrestre d'un divin accordé à son talent. Des jours se transformants en semaines qui devinrent des mois furent nécessaire au succès de son opération. Un ermite, connu de peu et dont nombre pensait la vie éteinte depuis des éons, se terrait en Hokori, au bord de la mer du Centre. Un Seigneur de la pâte et du sucre que rien n'égalait et dont le savoir aurait pu faire fondre de bonheur Amaterasu elle même. Il fallut au Volcan Apaisé des jours d'approches et promesses pour obtenir le dons des dons pour sa dulcinée des Neiges. Le maître Manzo Mattori fit des merveilles. Le Kami-moshi était né.

Geki: L'air mauvais, j'entrais dans la pièce, tenant entre mes mains le cadeau destiné à ma promise. Elle était assise à une table, je pris place face à elle après avoir accompagné mes mielleuses salutations d'un baiser. Hisae pouvait très bien deviner que ce cadeau lui était destiné, c'était un jour consacré à cela, après tout, et un jour idéal pour rompre, aussi... Il était temps de mettre un terme à notre histoire mais avant de lui avouer tout cela, je tenais à lui offrir ce présent qui, à mes yeux, était à la hauteur de la nouvelle que j'allais lui annoncer. Je jubilais intérieurement en lui tendant le paquet et en la regardant l'ouvrir, proche de l'extase. Je risquais bien de me mettre à pouffer si je ne faisais plus attention. Et oui, ma chère et tendre Hisae, cette année pour ta Saint-Valentin, que dirais-tu d'une merveilleuse peau de mouton pour te tenir chaud en ces froides nuits d'hiver ?

Hisae: Quoi lui offrit, hmm bonne question... Hisae songeait a sa fenêtre, fixant avec un regard vide une coccinelle qui trottinait sur le bois de l'encadrement... tout a coup...
Son regard s’écarquilla lentement tandis que ses pupille se dilatèrent sous l'excitation, victime d'une idée tellement lumineuse qu'elle en resta bouche bée pendant cinq bonne minutes environs.
Bondissant comme un diable hors de sa boîte, elle couru chez le forgeron le plus proche... celui-ci paru totalement dérouté par sa demande mais promis de faire au mieux.
Une semaine plus tard, elle récupéra enfin le présent et jubilant intérieurement le présenta a Kodan.
Elle fit alors déballer le mystère, sous ses yeux ébahit : une magnifique armure coccinelle ! pour combattre tout en étant proche de la nature !

Senko: Quel cadeau offrir au radieux Seigneur du Coq pour sceller cette alliance ? Il fallait satisfaire son ego dévorant autant que ses goûts exigeants. Ni or, ni pierreries ne saurait le contenter, il fallait quelque chose de plus symbolique, de plus original. L'idée vint au Daimyo du Tigre alors qu'il consultait un vieux parchemin traitant de géographie... ou plus exactement, de cartographie. Une carte, il fallait offrir à l'ambitieux Daimyo une carte. Mais pas n'importe laquelle. Tout d'abord elle devait représenter tout Yokuni, afin que le Seigneur puisse regarder d'un point de vue divin le monde entier. Ensuite, il était nécessaire que Moe soit représenté en son centre, car après tout, la demeure de l'arrogant chef de clan se devait d'être le centre du monde. Ensuite, faire figurer l'emblème de clan du Coq au milieu du territoire Kenshu, afin de symboliser l'alliance qu'ils venaient de consentir, que Gekido interpréterai comme la soumission de Kenshu à sa toute-puissance. Et, ultime détail, user d'une méthode de projection favorable, l'idée étant de se servir du caractère sphérique du monde, et de l'impossibilité de le représenter de manière proportionnellement exacte sur une carte plane, pour gonfler artificiellement le territoire Setsu tout en réduisant celui des territoires plus au sud, notamment celui de leurs grands rivaux, les Fukyuu.

Miyuki: Elle était si minuscule. Mais si impressionnante. Elle se souvenait d’un slogan « Petite mais puissante ». Ce dernier lui allait si bien. C’était le dragon d’Okaruto. Son amour pour elle était sans limite… C’était sa conjointe. Personne n’aurait jamais pensé à un tel couple, et pourtant, aujourd’hui était la fête de l’amour. Et donc, c’est ainsi, qu’elle avait réfléchi pendant de longues heures à un cadeau, sans rien trouver d’extraordinaire. Mais Miyuki savait ce que sa douce voulait, en plus de son corps si fin et si blanc. Elle ne chérissait guère les grands luxes surfaits… Elle avait décoré son cadeau avec toute son âme et son amour.
« Tiens, mon cœur, le meilleur Umeshu que j’aie pu trouver, j’espère qu’il te plaira. » dit Miyuki, le corps habillé que d’un seul ruban rouge cachant ses parties intimes que sa tendre chérissait tant.
Miyuki rougissait, car, même si elle la connaissait depuis longues années, son regard sévère lui faisait toujours autant d’effet.
Elle avait pensé à offrir cet alcool directement sur sa peau…


7) et voici le dernier sujet.. Qui concernera donc la fin de soirée.. Le troisième rendez vous... La troisième base.. ou vous avez bien compris! maintenant que vous avez trouvé une partenaire, il est temps de l'amener dans votre lit ! Mais comment allez vous vous y prendre? Allez vous réussir ? Peut être allez vous y découvrir une surprise!

Miyuki: uuh
Riyu: ...chaud

Kyo: S'ACHEVE ICI VOTRE DERNIER ECRIT

Senko: Des jours de travaux pour ce simple résultat. Des mois de calculs et de plans pour un simple artifice, fort pratique cela dit. Kenshu Senkô, passé grand maître incontesté de Yokuni dans l'art de la promotion canapé avait désormais franchit une nouvelle étape. Non qu'il ait industrialisé cette pratique, cela étant techniquement peu plausible, il avait conçu avec ses ingénieurs une arme redoutable pour accélérer les choses de manière drastique. Désormais, par une simple pression sur un bouton, la personne se trouvant debout de l'autre côté de son bureau verrait le sol s'ouvrir sous ses pieds pour vers une chute d'un étage... directement sur le lit du Daimyo. Il ne resterait plus qu'à celui-ci à faire un petit saut pour la rejoindre. Que de temps gagné grâce à cette merveilleuse invention ! Senkô avait déjà hâte de recevoir les premiers candidats afin de tester leurs réactions quant à cette technique révolutionnaire !

Hisae: c'est logique... c'est LOGIQUE ! ça ne peut que fonctionner !
Hisae égrenait avec soin sa lingerie, les apposant au sol a quelques pas l'un de l'autre, intercalant parfois entre deux dentelle un chocapic ou deux afin d'encourager la recherche par processus de récompense...
Elle acheva donc son "tracé" a la chambre ou les dernier sous vêtements artistiquement disposé sur le lit évoquait une croix... on faisait pas plus claire !

C'était un cheminement vers un but hein...

Nue, alanguie au milieu de ses dessous, Hisae n'avait a présent plus qu'a attendre... le petit poucet viendra bien assez tôt !

Riyu: Elle voyait l'amour dans le regard ambré de son géant depuis un petit bout de temps maintenant, elle savait qu'il rêvait de cela, mais était-il prêt à l'entendre ? Elle le lui avait déjà proposé, s'en étaient suivis des refus catégoriques à chaque fois, mais Riyu l'avait vu lutter contre lui-même. Elle l'avait alors trouvé mignon, comme s'il mesurait quatre-vingt centimètres de moins. Cette fois, alors qu'ils étaient tout deux bien imbibés et qu'ils avaient passé une bonne soirée, qu'ils étaient seuls, elle avait envie de passer aux choses sérieuses avec une fougueuse détermination.
Et c'est avec celle-ci que l'air de rien, elle posa sa gourde qu'elle avait rempli trois fois pour écarter les cuisses innocemment.
"Raichu, attaque queue de fer !"

Kodan: Dévêtu de son armure et de son kimono, il n'en paraissait pas moins imposant. Rien dans sa stature n'était exagéré par les artifices des couches de métaux et de tissus épais le protégeant à la guerre. Il voyait dans les yeux de sa douce et sur le ton pourpre de ses joues qu'elle n'était aucunement aveugle aux charmes qu'il lui offrait. Elle même, douceur incarnée, servante de la brume, révélait une beauté ignorée, ainsi dépourvu de ses atours religieux. Gênée dans sa nudité, elle se crispait, mais le sourire qu'elle affichait était la preuve de son vœu d'union imminente. Elle n'avancerait plus, il l'attrapa, la portant dans ses bras et la dévisageant, ses cheveux coulant sur le torse du titan des flammes qu'il était. Et alors qu'elle fut posée sur le lit et qu'il la surplombait de toute son immense carrure, elle se releva à moitié et alla entortiller ses doigts dans la toison du torse de son amant et murmurant : "Aaaaah... C'est comme à la maison..."

Miyuki: Elle ne savait vraiment pas comment s’y prendre. Mais incroyablement, elle avait eue une idée. Folle, certes, mais loufoque, encore plus.
Elle savait que son corps était un atout de taille. Ses longues et fines jambes en retournaient plus d’un, et ses cheveux doux et d’une couleur si pure en émerveillaient plus encore.  
Mais là, pour pouvoir se lier à lui, elle avait réfléchi longuement, ce qui ne fut donc pas une mince affaire.
Il était de nature sauvage, et n’était pas très sérieux. Elle connaissait son amour pour les animaux et ce qui s’y apportait.
C’est alors qu’elle avait décidé qu’au lieu de l’amener dans le saint lieu de l’amour et des plaisirs fugaces et charnels avec de doux mots et des yeux séducteurs, elle allait porter une simple parure faite de peau d’âne.
« Vient-là Senko… Je te veux. »


__ Un grand merci à Katsu pour son aide à l'organisation, et à Dody pour sa correction orthographique!


L-M-M-J-V-S-D

Veux-tu jouer avec moi Invité.?

Revenir en haut Aller en bas
Hasegawa Kioshi

avatar

Non Joueur

Messages : 1804
Date d'inscription : 13/11/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Civil
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Mer 28 Oct - 11:26





Soirée Skype
Le Samedi 07 au soir, de 21h00 à 00h00, une série de jeu vous sera proposé, en voici les grandes lignes

Paranormal Creativity
Un thème sera donné, vous devrez alors écrire un message Role play en 5 minutes. Suite à quoi vous les posterez sur la conversation Skype afin que tout le monde puisse le lire. Une fois ceci fait, chacun m'enverra un message perso afin de me dire (hors vous-même) lequel de ces minis posts vous appréciez le plus.

Card Against Humanity
Jeu de cartes d’une simplicité extrême ! Jouable en ligne, mais en anglais!

Vous allez trouver des cartes noires et des cartes blanches, les première contiennent des questions auxquelles il va falloir répondre. Les réponses, vous aurez deviné, se trouvent sur les cartes blanches.
Un joueur est désigné pour tirer la question (il n’a pas le droit de répondre), les autres ont en main 10 réponses possibles. Il va falloir choisir la réponse la plus pertinente (selon votre « bon » goût).
Le joueur ayant posé la question doit choisir parmi toutes les réponses proposées, celle qu’il pense la plus « adéquate » !!
La réponse choisie donne un point à son joueur et ainsi de suite. Le joueur comptabilisant un certain nombre de points, remporte la victoire.

Durée d’une partie : 30 à 40 minutes
Nombre de joueurs : autant de joueurs que l’on souhaite vu le nombre de cartes.

Vous allez me dire rien de bien nouveau, le Trivial Pursuit l’a déjà fait et en plus il se paye le luxe d’un plateau de jeu. Mais c’était sans compter le cerveau tordu de vos humbles serviteurs !

Et plus encore:

Mais plus encore que la fête, halloween, c'est aussi les sucreries endiablées qui finissent directement dans votre ventre ! Et sur Saigo Seizon, a défaut de glucide simple, dans l'espoir de ne pas se faire jeter de sort, il vous est donné : Un petit jeu.

-Le Staff



Pour les intéressés, envoyez-moi votre adresse Skype via MP, s'il vous plait. Et tant qu'a faire, postez donc à la suite de se message pour vous inscrire.
Ou bien ajoutez moi directement sous Skype, mon adresse étant dans mon profil.


L-M-M-J-V-S-D

Veux-tu jouer avec moi Invité.?

Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5043
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Mer 28 Oct - 20:33

Su père !

Jeu mince crie !


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1126
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Jeu 29 Oct - 11:36

Si le boulot me le permet, je serais présent également. J'ignore encore si je participerais mais je serais présent pour faire des farces ou manger des membres, au choix =p
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 319
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Sam 31 Oct - 18:49

Bon j'attendais un confirmation du planning avant de m'inscrire et je suis finalement libre ce week-end là. Je m'inscrit pour cette soirée \o/



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 560
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Dim 1 Nov - 16:01

Je ne suis pas sûre à 100% d'être dispo, mais je m'inscris quand même Heureux je ferai signe si on kidnappe ma soirée.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
Mibu Aya

avatar

Genin

Messages : 66
Date d'inscription : 25/06/2013

Feuille personnage
Age: 19
Titre: (aucun)
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Dim 1 Nov - 18:26

Je vais y être, inscrivez moi sur la liste! Heureux
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5043
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Sam 7 Nov - 19:21

Juste pour vous dire que je me suis trompée sur la bannière, la soirée commence bien à 21h.

Merci, désolée pour le dérangement ^^"


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Hasegawa Kioshi

avatar

Non Joueur

Messages : 1804
Date d'inscription : 13/11/2013

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Civil
Liens:

MessageSujet: Re: Inscription en soirée Mar 17 Nov - 13:23


Mise en place : Alors que la soirée ne fait que commencer, c'est sous un ciel empourpré par le soleil couchant, installant un décor sombre orangé, que votre quête commence. La tradition se veut festive, et déguisé en un "monstre" de votre choix vous vous apprêtez à partir, en solitaire ou en groupe, afin de récolter un maximum de sucrerie.

I - Vous avez déjà fait un tour de patée de maison, votre sac au quart plein de sucrerie et le ventre, bien que déjà remplis, en réclamant toujours plus. Mais voilà que pour une raison de votre choix, dans un lieu à votre aise, vous vous retrouvez en face d'un véritable monstre cette fois-ci. Septique ? Courageux ? Quelle est votre réaction.!? Allez-vous le combattre, fuir, ou vous en faire un nouveau copain ?

Ryohei : Sans hésitation, on pouvait dire que le blanc allait à merveille à Ryohei, ou du moins lui semblait-il naturel. Quelques cernes pourtant assombrissaient ce visage et de longues dents sortaient de sa bouche. Le déguisement avait fait fureur ! Son sac bien rempli, il s'enquit de frapper à une nouvelle porte, bien décidé à être des plus terrifiants, ayant cru comprendre que la peur était proportionnelle au quota de délicieuses sucreries. Mais alors que la porte s'ouvrait, il se retrouva nez à nez avec une bête terrible ! Elle était grosse, elle était noire, elle était poilue et surtout, elle avait plein de pattes. Une énorme araignée ! Et surtout une terrible bestiole qui fit lâcher à notre protagoniste un léger cri aigu, trahissant sa surprise. N'ayant ni de quoi tenter le combat, ni la force de fuir, il osa simplement un petit « bonjour ? » tremblotant...
Riyu : Parmi plusieurs enfants, Riyu avait fait le tour du pâté de maison et son joli panier était au quart plein. Il fallait dire qu'elle se confondait parfaitement avec le paysage. Elle allait rentrer à la maison à présent pour récupérer un petit pull, c'est qu'il faisait froid en cette fin d'Octobre ! Mais alors qu'elle marchait, elle vit dans un coin un gros bonhomme avec un cache-œil. Il fonça sur elle, toute jolie en princesse, et lui lança brusquement: "Tiens, voilà une sucette !"

Miseki : Dans la nuit la plus obscur, tout se ressemble. Un géant peut paraître petit, une ombre dangereuse, un homme monstrueux. Pour autant, cet être qui faisait face à Miseki semblait être beaucoup moins dans les faux semblant que tous les enfants à coté desquels elle était passée. De façon complètement étrange, toute la rue s'était vidée et il ne restait plus qu'eux deux. Lentement d'un pas toujours égal, Miseki s'avançait vers lui, continuant son chemin. Etait-ce de la bravoure ? de la vaillance ? de la folie ? Cela n'en semblait pas pourtant. Son air toujours égal en était presque intimidant. Lentement, et sûrement la princesse de pierre avançait vers cette créature, laissant planer un danger immense. Pour ainsi ne pas éprouver la moindre peur, la jeune fille devait cacher une arme ou prévoir bien plus. Les yeux dans le vague, elle l'écrasait déjà de sa personne alors qu'elle était toute petite. Elle avançait, avançait, toujours et encore. Seuls quelques mètre la séparaient encore. Quand subitement, elle le frôla et se retourna immédiatement.
« Excusez-moi, je ne vous avais pas vu. »

Kodan : C'était un franc succès. En aucun cas il n'aurait pu penser qu'on le prendrait pour un oni aussi convaincant. Sa massue factice pesant sur son épaule, il trainait dans sa main libre un sac conséquent, mais dont le seuil critique n'était guère atteint. Trottinant, faisant ainsi joyeusement flotter son pagne démoniaque et seule frontière en travers de sa vertu, il se dirigea vers la masure suivante, certain de son futur tribut. Du bout de sa réplique de tetsubo, il frappa de façon guillerette sur la porte du séant de la demeure en tônant de sa voix puissante :

"Des sucreries, ou..."

Laissant la fin dans le mystère, il ricanait déjà, mais l'expression mourût aussitôt née. Son reflet lui faisait front, derrière le cadre de l'entrée de la maisonnée. Un authentique Oni se tenait face à lui, l'air revêche, l'analysant de pieds en cap. Puis finalement, au bout d'une étude intérminable pour le pauvre Kodan déguisé, ce dernier lui assura d'un ton clair :

Shlagavuk Kopain ?

Miwako : Miwako, déguisée en sorcières fermait la porte d'un couple de retraité. Ils avaient été plus  que généreux et un sourire de satisfaction s'étalait sur le visage de la gourmande. Elle sortie du jardin, prête à sonner chez les voisins d'en face, lorsqu'un grognement sinistre l'arrêta. Après un sursaut de surprise, elle rigola et se retourna, curieuse de voir le responsable de cette frayeur, bienvenue ce soir là. Son visage devint blême, toute trace de joie disparut au profit de la stupeur et de l'horreur. Devant elle, les crocs bien aiguisés, bavant se tenait un monstre d'environs deux mètres. Il hurla à la lune, laquelle révélait des griffes aussi impressionnante que les crocs visible. Devant elle, se tenait une créature mythique, qui n'était pas censés existait. Devant elle, se tenait un Loup Garou, visiblement prêt à la dévoré aussi goulument que la demoiselle l'avait fait quelques secondes plus tôt. La demoiselle secoua la tête pour se réveiller. Ce n'était pas possible, pourtant rien ne changea. La créature fit un premier pas, ce qui poussa la gamine à réagir. Fuir, elle devait à tout pris chercher un endroit où se réfugier, elle n'était pas de taille à lutter contre ça.

Aya : "Immédiatement Aya lui lança son sac en plein visage pour le déstabiliser, avec un succès plus ou moins réussi: un sac si peu rempli n'eu pas autant d'impact et de masse désirée, mais justement celui-ci, avec l'aide du vent, s'écrasa et s'enroula autour de sa tête. Le monstre poussa un cri d'incompréhension mêlé de grognements féroces pendant qu'Aya se cacha derrière un buisson avoisinant pour se dissiper de son champs de vision. Mais... il n'attaqua pas. Elle pouvait entendre des bruits de suffocation et hésita quelque peu avant de sortir de sa cachette, mais lorsqu'elle le fit, voya le monstre étendu au sol et victime de spasmes violents."

Yoshifumi : La fête d'Halloween revêtait d'une importance toute particulière pour Yoshifumi... une importance vraiment TRÈS particulière. Cette fête était officiellement à ses yeux la pire de toutes. Cela n'était question que de mauvais goût vestimentaire et de blagues douteuses. Le concept même de cette fête était déshonorant.

Pourtant, il fallait qu'il s'y complaise, on lui avait refilé pour l'occasion son petit neveu du côté de la cousine de sa belle-soeur... quelle guigne. Le petit déguisé en Kitsune à quatorze queues (petit complexe d'infériorité à satisfaire visiblement) tirait par la manche un Yoshifumi désabusé et encombré d'un pathétique déguisement de Kappa. Le plus difficile était sans doute de garder la tête droite malgré la situation, afin de ne pas renversé le bol d'eau fixé sur sa tête.

Au détour d'une rue de Miyuki, les deux individus déguisés croisèrent un déguisement particulièrement bien réussi. C'était en réalité à l'odeur que Yoshifumi avait compris qu'il s'agissait en réalité d'un véritable Nue. Yokai porteur de maladie et donc le fumet subtil ravissait ses sens. Heureusement, Yoshifumi sortit de sa poche un petit objet qui fit pâlir d'horreur la créature. Le hérault de la putréfaction fut contraint de fuir devant la pureté sans tâche du célèbre pot à thé nacré de Mashiro.

II - Suite à tout celà, une idée, bonne ou mauvaise, vous traverse l'esprit. Faire peur à vos petits camarades. Mais comment allez-vous vous y prendre.? Est-ce que cela va dégénérer ? Où peut être que votre plan aboutira à un succès.?

"Miseki: Aïe, ça va pas être grand chose cette fois ..."

Riyu : Il était frustrant de constater qu'on ne faisait peur à personne dans une jolie robe rose soyeuse. Même les soldats se moquaient de Riyu qui se consolait en dévorant ses bonbons par poignées entières. La dernière moquerie de la faire tourner en lui prenant le bras à l'arrachée la mit dans une colère noire, sombre, obscur ! Armée de son regard le plus menaçant, elle fixa ces imbéciles qui se marraient et recula doucement, lentement, délicatement vers un buisson. A la dernière seconde, on ne voyait plus que ses yeux, laiteux pour l'un, miel pour l'autre et d'un clignement de paupière, elle disparut...

Aya : "Hey tu as amassé combien de caramels?" demande un pote.
Mais Aya ne répondit pas. Sa tête était rabaissée et on ne voyait pas clairement son visage à cause du manque de lumière pour l'illuminer. Puis soudain, elle se mit à ricaner longuement et de manière plus en plus glauque au fur et à mesure.
"Je dévorerais vos âmes!" s'exclama-t-elle tout à coup en relevant la tête.
"Hein?" répondit un.
Elle s'efforça de faire de l'écume avec sa bouche pour se faire plus convaincante, en vain. Elle poursuivit néanmoins: "Oui! Toun AME ÉTA MOUAAAAWR!"
Ses camarades eurent une réaction légèrement amusée sous sa tentative d'être effrayante.

Ryohei : Un peu plus tard dans la soirée, beaucoup d'enfants finissaient par rentrer chez eux, le sac sans doute aussi bien rempli que leur propre ventre. C'était le moment idéal pour se venger de sa frayeur passée, se fondre dans les ténèbres et leur montrer de quoi il était capable ! Ricanant à voix basse, tout en se faufilant dans leur dos, il se glissait d'ombre en ombre et s'apprêtait à se jeter sur eux pour se délecter de leurs cris horrifiés quand son pied alla se loger dans une racine malvenue – oui, pourquoi était-elle là d'ailleurs ?. Dans un grand cri, pas aussi impressionnant qu'il l'aurait voulu, il s'étala de tout son long, faisant naître chez ses victimes plus de rires que de frayeurs. Pour une farce, c'était plutôt raté et il se dit qu'il aurait mieux fait de se reconvertir en clown.

Miseki : Il fait nuit noir. Un homme entraîne une femme dans une ruelle, s'embrassant férocement. Ils sont prêts à passer à l'acte quand leur main rencontre soudainement, au bout de la ruelle, des cheveux. La femme est la première à voir et s'enfuie en courant. Alors, lentement l'homme se retourne et croise le visage indifférent de la Mort... Miseki le regarde alors courir et reprend une gorge de son thé improvisé dans une ruelle.

Yoshifumi : Les enfants criaient, les parents pleuraient. Tous fuyaient quelque chose qui semblait terrible. Alors que tu essayais de remonter la foule à contre courant, tentant de percer ce mystère et, qui sait, peut-être de venir en aide à cette population, tu te demandas l'espace d'un instant qui avait bien pu décider de troubler cette joyeuse fête champêtre d'Halloween.

Traverser la foule ne fut pas une mince affaire, d'autant qu'un son horrible te vrillait les tympans, t'empêchant presque d'avancer. Pourtant, te faisant violence, tu parvint finalement à l'épicentre du phénomène. Là, ton sang se figea dans tes artères, ton cœur s'arrêta de battre et ton cerveau manqua plusieurs secondes. C'était là le spectacle le plus horrible que tu n'avais jamais vu de ta courte vie : un homme déguisé en Kappa en train d'interpréter un classique traditionnel du théâtre Nô. Tant de ringardise en un seul homme... s'en était trop. Prenant tes jambes à ton cou tu te mis à courir plus vite que tu n'avais jamais couru auparavant.

Kodan : Ainsi accompagné de son nouvel ami, la quantité de friandises tripla tant et si bien qu'un sac n'y suffisait plus et qu'il fallut voler celui d'une enfant passant par là, une petite borgne quelque peu criarde de fort petit gabarit sans trop d'importance, afin de poursuivre la soirée. Déambulant dans les rues de la cités gaiement, les deux compères s'arrêtèrent soudainement au coin d'un passage, avisant au loin un jeune homme, apparemment frêle et désarmé, ses cheveux attachés dans un catogan soyeux, courtisan une magnifique jeune femme aux allures de prêtresses, quoique grimée de façon à ressembler à un genre de Maho tsukai, du jus de canneberge faisant office de sang factice coulant le long de ses lèvres.

Ils décidèrent d'un unique regard de conivence de jouer un tour à ce chanceux qui ne méritait pas un si doux destin que les attentions de la belle, et se faufilèrent (autant que le peuvent deux géants trainant sacs et massues) dans le dos du damoiseau. La gente vit cependant les farceurs, mais d'un clin d'œil, choisi de les laisser s'approcher, son sourd soupirant continuant sans prendre garde de la complimenter.

Vint enfin le moment tant attendu, ou trois cent kilos de muscles tombèrent de concert sur le frêle jeune homme, le réduisant en confiture d'humain et ajoutant une nouvelle confiserie à celles déjà amassées jusque là.

Miwako : La jeune femme continua son chemin, tout droit et tambourina contre la porte qui resta fermée. La bête quand à elle ne semblait pas réellement pressée, elle était certaine que sa proie ne lui échapperait pas, elle préférait jouer avec. Miwako longea la demeure dans le jardin tentant de reprendre un peu de ses esprit dans cette course. Ce n'était pas en paniquant qu'elle gagnerait ou changerait la situation. POur s'en sortir, elle devait trouver une solution. Un loup-Garou, c'était un animal, si elle ne pouvait pas le vaincre, elle pouvait peut être l'effrayer pour qu'il parte? L'idée lui paru bonne. Son regard se mit non plus à chercher uniquement un chemin pour s'en sortir vivante, mais il se mit à chercher ce qui pouvait bien effrayé un tel monstre. Ses yeux tombèrent alors sur un des nombreux flambeaux, allumés pour mettre l'ambiance. C'était ça! Elle avait trouvé, le feux pouvait effrayé la créature. Miwako se précipita alors sur la torche pour la saisir et se retourner face à la cruelle bête. Elle n'eut pas à attendre longtemps avant de voir le museau du loup-garou, qui ne semblait guère préoccupé par la petite flamme brandit par la jeune femme. La brune cru même apercevoir un rictus moqueur du monstre. Ce ne fut pourtant pas le désespoir qui embrasa la jeune femme, mais la colère. Il n'avait pas peur de la flamme et bien un incendie ça devrait suffire. Aussi mit elle le feux aux buissons les plus proches..ce qui ne fut pas une bonne idée.

III - Votre méfait accomplis, avec succès ou non, et votre poche assez remplis de bonbon, vous décidez de partir pour un lieu plus dégenté. Effectivement, vous vous rendez à la soirée Halloween ou tout Yokuni est invité. Décrivez-nous les lieux et ce que vous y faites. Y arriver vous ou le GPS ne fera que vous perdre ? L'alcool y coulera-t-il à flot ? Serez-vous bien accueilli et sociable, ou simplement là pour vider le bol de saucisse cocktail..?

"Kodan: Forfait pour moi."

Yoshifumi : Yoshifumi regardait dubitatif le carton d'invitation. Si tout Yokuni était invité à la même soirée, comment tout le monde pouvait-il tenir dans la même salle ?

S'étant débarrassé du morveux grâce à sa petite démonstration de chant, l'esthète décida de finir la soirée d'une façon plus agréable. Il se rendit donc chez Royhei afin d'y discuter un petit peu et d'y boire un thé. En fait, il était prêt à faire à peu près n'importe quoi qui lui fasse oublier cette fête ridicule et dégradante.

Malheureusement son ami n'était pas chez lui, Yoshifumi fut donc bien embêté. Sans grande motivation il sortit une nouvelle fois le carton d'invitation... Il y aurait certainement beaucoup trop de monde en un même endroit pour que la soirée puisse être agréable. D'autant qu'en ce jour de fête "moderne" les organisateurs avaient dû prévoir une soirée tout aussi "moderne". Décidément, les vraies valeurs se perdaient de plus en plus chaque jour en Yokuni....

Prenant son nécessaire à thé après s'être débarrassé de son déguisement ridicule, Yoshifumi alla plutôt profiter de la fraîche soirée en solitaire. S'installant sur une petite colline surplombant quelques rizières, il put tranquillement boire son infusion relaxante au clair de lune.

Aya : Halloween ou non, les soirées ne sont pas le genre de choses qu'elle appréciait, mais elle s'y rendit néanmoins. Arrivée sur les lieux, elle se sentit presque intimidée par tout le monde et le vacarme qui en résultait les festivités. Aya se dirigea par instinct vers l'alcool et prit plusieurs coupes avant de se sentir dépassée par la soirée. Elle sortit à l'extérieur pour respirer un peu, restant sur le toit du bâtiment car une partie désirait rester et qu'elle désirait également obsever la lune qui se montrait si belle cette nuit.

Ryohei : Il avait fallu un peu de temps pour qu'il se remette de ses émotions. La soirée avait si bien commencé et voilà que ça allait de pire en pire. Heureusement, il restait encore la soirée d'Halloween, l'événement où il fallait aller, le top du top, là où il pourrait encore prouver qu'il était le roi du social, à défaut de savoir faire peur. Il s'y rendit donc d'un pas assuré, relevant la tête, fier d'être le vampire qu'il était et prêt à boire et goûter toutes les délicieuses petites choses qu'il pourrait trouver là-bas. Il ignorait combien de temps il lui fallait pour s'y rendre, mais il finit par trouver le temps long, vraiment long. Observant les alentours, il remarqua qu'il était arrivé dans un endroit désolé, sombre, étrange. Au loin, derrière lui, brillait une imposante lumière : la soirée d'Halloween, elle était là-bas ! Et évidemment, il était parti dans la direction opposée.
Soudain, une créature étrange se jeta sur lui. Sursautant jusqu'au plafond, il se réveilla, cette fois au beau milieu de la soirée. Toutes ces émotions l'avaient tellement épuisé, qu'il s'était endormi comme la belle au bois dormant.

Riyu : Kyo <<< "Votre méfait accomplis, avec succès ou non, et votre poche assez remplis de bonbon"

-"Non ! Y a un méchant qui me l'a volé !"

Comme vous pouvez le deviner, Riyu avait donc terrorisé les garçons qui l'avaient embêtée en se fondant dans les ombres, cependant, alors qu'elle était sortie des bois, après l'homme étrange qui lui avait donné une sucette et ces imbéciles, deux grands gugusses lui avaient dérobés son sac de friandises. Alors elle était très triste, la petite princesse !

La mort dans l'âme, imaginant milles tourments pour ses tortionnaires, la jolie Riyu allait maintenant à la soirée de Kioshi, un copain de classe un peu mystérieux et un peu miséreux, mais qui savaient tout plein de choses. Elle entra donc dans sa bâtisse qui était...très grande. Il avait dû changer de statut entre hier et aujourd'hui. Bref. Elle glissa son regard sur le buffet. Elle avait grande faim. Mais...

Mais, donc, comme il n'y avait pas d'Umeshu, elle se terra sous une table pleine à craquer pour pleurer et lança des saucisses cocktails sur quiconque approchait.

Miseki : La nuit des morts touchait à son terme. Il était temps que les enfants aillent se coucher laissent place aux adultes. Déjà dans les rues, commençaient à se mettre en mouvement des palanquins pour conduire les invités d'une partie à l'autre sans que leurs costumes ne soient révélés. Miseki n'était pas en reste. Elle était elle-même transportée par de serviles serviteurs auxquels on avait collé un parchemin sur la tête pour faire croire à des yokais. Les pauvres n'arrivaient absolument pas à voir avec ce déguisement et manquèrent plusieurs de propulser leur charge dans une maison, un fossé ou une rangé de flambeau. Pour autant, Miseki dans son superbe déguisement de Vieille femme ne perdait rien de sa superbe et laissait ses serviteurs déambuler dans les rues avec une suprême majesté. Quand enfin, elle déecendit de son transport devant une maison quelconque et sans s'être annoncée entra dedans, rompant brusquement un repas familial. Devant une famille hébétée, elle se servit alors une tasse avec la théière familiale et leur demanda poliment : « Alors quand est-ce que la fête commence ? »

Miwako : Les flammes prirent rapidement sur ces buissons relativement sec, trop rapidement.  Le feu fit certes fuir la créature et Miwako poussa un cris de joie, mais ça ne dura pas bien longtemps.  La jeune femme se retrouva rapidement devant un véritable feux et ne pu que hurler pour prévenir le voisinage. Etrangement, la porte s'ouvrit rapidement cette fois-ci laissant passé un homme avec un seau d'eau, qu'il jeta sur les flammes. D'autre voisins accoururent et une chaîne s'organisa rapidement. Miwako fut placé au plus prêt des flammes, l'incendie était de sa responsabilité. Il fut heureusement maîtrisé, mais la jeune fille était à présent décoiffé, couverte en partie de noir et ces vêtements partiellement déchirés. En plus, elle avait même perdu son sac de bonbon. Un des autres gamins la vit, malheureuse ce soir où tout le monde était censé rire, il l'invita à la grande soirée organisé prêt d'ici. Maussade Miwako accepta, c'était peut être le moyen de sauver cette soirée catastrophique. En arrivant, ses eux s'écarquillèrent de surprise. La salle était splendide et tout le monde avait de si beau déguisement. Quelques personne la regardèrent de travers, mais le sourire qui continua de s'afficher sur son doux, mais sale visage.

IV - Comme à chaque Halloween, les Kamis semblent vouloir vous jouer des tours... Et voilà que vous vous retrouvé, en pleine nuit, dans un corps qui n'est pas le vôtre.. C'est bien votre âme et votre conscience, mais la différence physique est bien là... Comment allez vous réagir ?
Mibu Aya → Kasuga Riyu
Maeda Ryohei → Abe no Miwako
Abe no Miwako → Mibu Aya
Kasuga Riyu → Zenmyo Miseki
Zenmyo Miseki → Amadotsu Kodan
Amadotsu Kodan → Maeda Ryohei


Yoshifumi : Seul sur sa colline, Yoshifumi sentit un vent étrange planer dans l'air. Un vent charger d'énergie cosmique, un vent amenant avec lui sans doute son lot de malédictions et d'évènements surnaturels. Contemplant du haut de son promontoire le monde en contrebas, les yeux de l'homme se posèrent sur la ville.

Quelques cris lui parvinrent, portés par le vent. L'une pleurait ses beaux cheveux, l'autre hurlait de joie d'avoir retrouvé ses doigts perdus au combat. Il fallut quelques longues minutes à toute cette foule pour comprendre que chacun avait échangé son apparence avec celle de quelqu'un d'autre, de quoi rendre la vie sociale de tout un chacun drôlement complexe.

Portant son bol à thé à ses lèvres, Yoshifumi baissa les yeux sur son bol à thé. Son reflet lui rendit un regard posé et des traits fatigués par une longue journée. Contemplant ses mains il y vit une peau lisse et soignée, des ongles propres et des doigts fins tenant fermement un bol à thé à l'esthétique des plus agréable. Baissant un peu plus les yeux il pu admirer des vêtements choisis avec le plus grand soin et s'accordant à la perfection.

Nul doute n'était possible, Yoshifumi était bel et bien lui-même. Il ne devait pas figurer sur la liste des Kami ce soir, à moins que le fait d'avoir ôté son déguisement ne l'ait retiré des festivités ?

Ryohei : Alors qu'il reprenait doucement ses esprits, Ryohei put constater que ses mains étaient devenues d'une finesse extraordinaire. Une particularité bizarre qu'il oublia vite tant il était pressé de demander au premier venu où se trouvait le légendaire buffet dont il avait entendu parler, intégralement fait de sucreries, les meilleures de tout Yokuni ! Quelle ne fut pas sa surprise d'entendre sa voix devenue plus aiguë que jamais? Affolé, le vampire en herbe fila jusqu'aux toilettes pour se contempler dans un miroir et lâcha un cri de stupeur. Une femme ! Il était devenu une femme ! Mais comment cela était-il possible ? Sa détresse ne lui permit pas de comprendre qu'il avait pris l'apparence de la charmante Miwako, mais ce n'était pas pour déplaire les autres hommes qui se trouvaient dans les toilettes et qui la regardaient d'un air un peu trop déplacé. o.o (pardon Miwa 8D)

Kodan : Au détour des ruelles, il avait perdu son ami de fortune et la belle sombre prêtresse et n'avait pas pu non plus rejoindre le centre ville ou la fête battait son plein. Néanmoins, ses trois sacs remplis à ras bord de confiseries, il était loin d'être malheureux, car pour ainsi dire, ils étaient si lourds qu'il peinait presque à les trainer... Presque ? Non... Cela était bien plus que cela. Ils devinrent bientôt un poids si important qu'il ne pu rien faire de plus que de constater son impuissance à les crapahuter.

Pour autant, les sacs étaient toujours les mêmes, alors quoi ? Un petit vent frais lui caressa l'échine de manière rassurante comme une amante doucereuse qui... Jetterait un sceau de glace directement le long de l'échine du pauvre homme. Le simple zéphyr fut une torture insoutenable et aussitôt fut il passé que Kodan éternua à s'en décrocher les cervicales... Ce qui manqua de peu, d'ailleurs.

Inquiet et surpris, le Volcan apaisé plaça ses bras devant lui, ces deux frères d'armes aussi épais que des troncs pouvaient à présent rougir face à des brindilles. Il se sentait une force à peine suffisante pour se porter dorénavant.

Aya : Aya se sentait comme si elle se réveillait avec une gueule de bois. Elle entrouvrit ses yeux et eu une vision bien floue comme à l'habitude et.... attendez... un vrai okaruto n'a jamais la gueule de bois! Mais sa vision était tout de même pas très nette. Elle cligna plusieurs fois des yeux pour l'ajuster mais il y avait toujours une région sombre dans le coin de son regard. Croyant que ça devait être un objet ou une question d'angle et de lumière qui lui cachait la vue, elle tourna la tête sans ne constater aucun changement. Elle sortit dehors pour profiter de la lumière du jour qui l'aiderait à comprendre, mais celle-ci ne put éclaircir son problème (pfffrrrrrffft) alors qu'elle se cogna contre une enseigne et tomba raide par terre.

(se prépare à la colère du dragon)

Miwako : Les yeux de la jeune femme s'ouvrir lentement, sur une pièce inconnue. En quelques secondes le doux réveil se transforma en scène étrange et inquiétante. Miwako haussa un sourcil perplexe et se leva dans cet endroit. C'était étrange, elle aurait dû sentir plus de poids. Le regards de la demoiselle se porta sur sa poitrine, c'était normal qu'elle ressentait rien avec ces petits seins. L'onmyoji se stoppa net. Ce n'était pas possible de perdre autant de bonnet en une seul nuit! Paniquée, ses mains se mirent à parcourir ce corps, totalement inconnue. Elle se pinça, pour vérifier qu'elle ne rêvait pas. Non, elle était bien dans le corps d'une autre femme, pas de doute là dessus. Une demoiselle au corps plus sec et à l'aspect plus viril qu'elle, mais bien une femme.
La religieuse s'assit pour se calme et résumer la situation. Elle venait de se réveiller dans un autre corps, dans un lieu inconnu. Elle pouvait supposer que la salle devait être la chambre de l'inconnue dont elle empruntait le corps. Bien maintenant que devait elle faire. Commencer par trouver des vêtement correcte dans cette pièce spartiate lui semblait un bon début, ça lui permettrait au moins de sortir et peut être de pouvoir agir.

Riyu : Elle avait fini par s'endormir sous la table alors même que la musique tonnait et que les lumières dansaient. Elle, elle dormait.
Riyu rêva donc. De prince charmant, comme toutes les princesses, elle rêva que tous se retournaient à son passage, que tous croyait voir en elle un Kami descendu parmi eux par pure malice, malgré que son visage n'exprime rien. Etait-elle heureuse ? En se voyant dans la glace, elle n'aurait su le dire, mais dans son coeur, elle était littéralement transportée. Son prince charmant n'avait pas de visage, cependant, elle était nourrie, logée, choyée, avaient des kimonos de soies fines, les plus beaux qui existent et étaient suivie par une multitude de chats, certainement venus des quatres coins de Yolkuni pour la protéger. Un foyer à elle toute seule, un puits d'amour alors que son visage était froid comme la glace, figé comme la pierre.

Miseki : Miseki se leva ce matin avec une sensation de lourdeur, comment si un animal énorme s'était fondu dans son corps et ne voulait pas la quitter. Son premier geste fut donc bien évidemment de lever la main pour chasser les chats qui avaient tendance à tous s'amasser sur sa poitrine pour la faire suffoquer pendant la nuit. Cependant, il ne s'agissait pas de cela aujourd'hui. D'ailleurs, elle ne sentait même pas la chaleur de ses chats autour d'elle. Ce fut comme un électrochoc, elle surgit de son lit et se rendit compte qu'elle n'était pas dans une chambre connu. Un long moment de trouble suivit. Que s'était-il passé la nuit dernière ? Peu importait, il fallait qu'elle rentre chez elle. Faisant fis des vêtements dans lesquels elle se trouvait elle sortit de la maison pour rentrer chez elle tranquillement. Alors qu'elle rentrait dans son jardin, elle eut alors la surprise de voir sa mère accourir pour lui souhaiter la bienvenue et l'embrasser.

V - Heureusement, tout est revenu dans l'ordre, votre corps habituel est denouveau votre propriété. Et uniquement la vôtre. Mais un étrange bruit ce fait entendre. Qu'est-ce ? Un nouveau monstre à combattre ? J'espère que vous n'avez pas trop picolé durant la soirée... Où peut être simplement une blague de mauvais goût ? Voir même le ventilateur qui déraille ?

Yoshifumi : Un bruit aigu raisonna à travers le ciel nocturne. Puis un cri, un cri d'homme légèrement efféminé. S'en suivirent des pleurs, des pleurs qui semblèrent ne pas vouloir s'arrêter.

Le décor avait pourtant tout pour être enchanteur, une colline surplombant élégamment les rizières alentour, une lune pleine et accueillante, invitant le badaud à des élans bucoliques. Une petite nappe avait été posée à même le sol,  une théière finement ouvragée était posée délicatement sur des braises encore chaudes, un pot remplit d'herbes à thé d'un blanc nacré presque parfait, un chirashi fait main d'une beauté sobre et ordinaire et un homme assis, les mains sur son visage tentant vainement de retenir ses larmes.

Jamais samurai n'avait tant pleuré en ce jour maudit d'Haloween. Jamais homme n'avait tant versé de sanglots d'une seule traite. Mais pourquoi donc ? Que s'était-il donc passé pour que cet homme d'apparence si distingué se répande à ce point en sanglots sur le sol ? Pour le savoir il suffisait de baisser légèrement le regard. Là, juste à côté de lui. Une pierre légèrement humide, quelques bris de poterie... il ne fallait pas un brillant détective pour comprendre que cet homme avait le cœur en autant de morceaux que le bol à thé de collection qu'il venait de briser.

Ryohei : S'enfuyant de cet odieux endroit – pour une femme en tout cas – en mode princesse, la belle jeune femme finit en un laps de temps ridicule à être complètement essoufflée et dut s'appuyer fortement sur quelque chose pour ne pas s'écrouler par terre. Reprenant difficilement son souffle, ce ne fut qu'après un petit moment qu'il perçut le grognement puis l'aura fortement énervée de la personne sur laquelle il s'appuyait. En relevant la tête, il fut mort de peur : c'était une armoire à glace ! Oui, oui, un bonhomme gigantesque qui le fixait maintenant d'un air mauvais. Et la chance ne le suivait pas : quand il aurait pu profiter des (généreux) atouts de la femme qu'il incarnait, il était évidemment redevenu cet homme faible et fragile et on pouvait dire que le pilier n'était certainement pas intéressé ! Pourtant, il n'avait suffi que d'un quart de seconde pour qu'il bondisse plusieurs mètres plus loin tout en s'inclinant et s'excusant mille fois « pardon, pardon, je ne voulais pas, veuillez m'excuser » bafouillait-il d'une petite voix, avant de reprendre pour la nième fois ce soir sa fuite désespérée. Décidément, il détestait vraiment Halloween !

Riyu : Riyu fut donc portée dans sa chambre. Elle se réveilla en pleine forme toute seule au petit matin, toujours dans sa robe rose dans un futon propre et anormalement grand. Elle se levait donc lorsqu'elle entendit un bruit étrange...
Ce bruit recommença. Elle se dirigea à pas feutrés vers celui-ci. Qui lui faisait trop peur et comme on ne faisait pas peur à la dragonne princesse, il fallait qu'elle en ait le coeur net ! Elle poussa la porte qui cala sur le côté et se prit un mur alors qu'elle pénétrait dans la pièce. D'abord, elle cria avant de fuir, puis, alors qu'elle passa le nez derrière l'angle d'un autre mur, elle le vit. Le terrible Raiken qui faisait cramer son peigne tant sa chevelure s'était chargée d'electricité !

Le peigne dégoulina de sa grande main et atterit en purée avec ce même bruit étrange qu'auparavant.

Miseki : La journée avait été longue, trop longue pour le petit corps de Miseki. Dans son futon, entourée par ses chats, elle n'aspirait qu'à une seule chose : dormir. Cependant, il fallut encore qu'un immense bruit face résonner toutes la maisonnée comme si quelque chose de monstrueux cherchait à y entrer. Miseki était sur le point de s'endormir et aurait peut-être ignoré les coups répétés si ce n'avait pas effrayé les chats (l'un avait été si troublé qu'il était parti vomir à un coin de la pièce). De guerre lasse, Miseki finit par se lever et, écartant les portes sur son chemin sans les refermer, elle alla directement vers l'extérieur de la maison. Une créature horrible lui faisait face. Son corps en partie putréfié ne laissait voir qu'une chair grise par endroit. Ses cheveux tombaient par poignée, lui donnant une coiffure très déséquilibrée. On aurait dit que la terre l'avait rongé mais que le Temps lui avait ensuite ravi pour tenter de la momifier. Et en effet, son vêtement rongé par les mites et sali par la terre laissait voir qu'il avait été auparavant un blanc habit de deuil. Pour autant, Miseki ne se laissa pas démonter et claqua la porte d'un coups sec et déclarant : « Pas ce soir, mamie, je ne suis pas d'humeur. »

Miwako : Les yeux de Miwako s'ouvrir brutalement, bien dans con corps à elle. AH oui d'accord, ce changement de corps s'était bien un cauchemar. Roulé en boule dans un coin, elle tentait encore de reconstitué sa soirée. Le loup garou réel, la soirée magnifique et de la boisson, beaucoup de boisson. Cela devait expliquer son rêve bizarre, qui lui avait paru bien réel. La tête lui vrillait, le monde ne tanguait plus mais elle se sentait lourde, pataude. La jeune femme voyait bien d'autre personnes allongés, qui ne semblaient pas plus frais qu'elle. Un grognement sourd se fit entendre, qui ressemblait étrangement à celui qu'elle avait déjà entendu. Ce son! ça lui vrillait les tympans bordel. Son bras se leva d'un geste flasque.
"Un peu moins de bruit, il y en a qui ont du mal à s'en remettre ici."
Dit elle d'une voix peu chevrotante et qui trahissait les lendemains de soirées trop arrosé.  Un nouveau hurlement retentit beaucoup plus puissant. Merde, c'était le loup garou du début, il pouvait pas les laissait cuver en paix!

Aya : Revenu à ses esprits, le coin de son champ de vision lui était de nouveau revenu. Dès à présent Aya se cognera la tête chaque fois qu'elle souffrira d'un trouble sensoriel. Elle se releva en vitesse eeeeet tanguaaaaaaa d'un côtéééééé puis de l'auuuuuuutre et vit une large silhouette devant elle. Tentant de combattre l'ivresse, elle marcha en zig zag vers la grosse masse pour lui demander de l'aide en l'appelant: "egzz taisa c'est vous? Raiiiiii..."
Aucune réponse. Elle fonça droit sur l'inconnu et tomba à nouveau au sol. Cette dure soirée n'était guère aussi plaisante qu'elle l'aurait cru. Elle se sentit ensuite traîner par le pied mais elle ne se sentait pas en état d'agir et se laissa faire, bien que se faire râper le dos n'était pas la meilleure sensation possible.
"Keukeeeenn c'est mouaaaa"
Le silence accompagna à nouveau ses paroles.

VI - La soirée se termine... Mais voilà, avec toutes ces aventures, vous risquez de rentrer seul.! Vous qui vouliez pourtant en profiter pour ne pas finir dans le lit avec votre seule main pour compagnie... Choisissez vite quelqu'un de présent ici (observateur et organisateurs autorisé) et donnez votre maximum afin de le ramener chez vous! Bien évidemment, vous vous fixez une obligation de résultat et non de méthode... Tous les moyens sont bons. Mais allez vous réussir ?

Ryohei : La soirée avait été terrible, c'est tout ce qu'il y avait à dire. Dépité, découragé, et autres choses qui se terminent en é, le pauvre vampire se décida finalement à rentrer chez lui. Bon, au moins il avait pu collecter pas mal de bonbons, c'était déjà ça, non ? Et puis il avait bien eu peur pendant toute la soirée, c'était aussi le but d'Halloween, n'est-ce pas ? Il s'y résignait, mais n'avait pas tellement envie de finir cet horrible moment tout seul. Et s'il y avait des monstres sur le chemin de sa maison ?! C'est alors qu'il croisa le regard de son prince charmant, que dire, de son sauveur ! Son fidèle ami Yoshifumi ne se trouvait qu'à quelques pas de lui et il était sûr et certain qu'il n'allait pas refuser son invitation ! A défaut de thé, peut-être pourraient-ils partager une coupe de saké, car la soirée avait été bien corsée et il sentait qu'il avait besoin d'un petit remontant. Sans la moindre crainte, il s'élança dans sa direction et le salua, ajoutant même son regard de malheureux pour appuyer sa volonté d'être raccompagné. Une technique qui faisait toujours mouche et qui marqua immédiatement sa première victoire de la soirée ! On pouvait dire qu'elle s'était faite attendre celle-là !

Yoshifumi : Après ce tragique évènement, Yoshifumi avait clairement besoin d'un remontant. Il lui fallait quelqu'un à qui parler, quelqu'un pour lui faire oublier sa peine, quelqu'un dont la compagnie serait plus forte que la beauté lascive de la pièce en terre cuite qu'il avait brisé par maladresse.

Il n'y avait qu'une personne correspondant à cette description, qu'un seul salut possible pour l'esthète à l'âme blessé par cette perte horrible. Malheureusement cette personne, qu'il avait déjà cherché plus tôt dans la soirée, n'était pas à son domicile. Qu'à cela ne tienne, elle finirait forcément par y retourner.

Se postant en faction près de l'entrée de la demeure familiale, Yoshifumi scrutait les ombres tel un prédateur. Il ne fallait aucunement que sa proie lui échappe, son cœur ne supporterait pas de rentrer bredouille, la blessure qu'il portait au plus profond de lui-même le ferait à coup sûr sombrer dans la plus intense des dépressions. Briser un tel chef-d'œuvre était criminel, cet objet valait cent fois plus que sa propre vie, et pourtant...

Alors qu'il replongeait dans ses noires pensées, Yoshifumi faillit manquer une ombre fugace remontant la rue. S'avançant vers l'individu, qu'il aurait reconnu entre mille, il se dressa et, lissant sa moustache, aborda son sauveur.

"Ryohei, mon ami, je te cherchais... J'ai ce soir grand besoin de ta compagnie."

Riyu : Rappellez-vous, Riyu dormait, se prenant pour une autre, et dans son rêve, elle fit une extraordinaire rencontre ...!

Alors qu'elle déambulait, comme ne touchant plus le sol, dans les grandes pièces sombres de sa demeure, sa peau éclairant les environs et contrastant avec l'obscurité, elle fit la connaissance jouissive d'un Tsukumogami d'Outre D'Umeshu !

Oui, elle était en manque. Cela faisait plusieurs heures qu'elle n'avait pas vu une goutte de son alcool préféré, alors, elle se dirigea, béat, vers cette gourde vivante ! Seulement, outre qu'elle était salvatrice, la jarre n'avait rien de particulier au regarde de Riyu, que les autres jarres remplies de ce même doux breuvage. Donc, lorsqu'elle bondit sur elle, la gourde se leva et esquiva tout bonnement la jeune femme qui s'en mordit la langue. Et elle, à côté d'elle, avec tout le naturel du monde, reprit l'attitude d'une outre tout ce qu'il y avait de plus ordinaire sans que Riyu ne le comprenne, fichant cela par la faute de son oeil manquant.

Miwako : Le  loup garou n'arriva pas à destination et ne perturba pas la fête. Il croisa en chemin une dragonne princesse et un volcan endormi oni, qui se chargèrent de la bestiole. Miwako entendit même le son criard de jappement dû à la douleur. De quoi avoir pitié pour la créature, malgré ses deux mètres ses griffes, ses crocs et sa tentative d'assassinat. Miwako se releva doucement et commença par s'assoir. Elle devait rentrer chez elle, mais vu ce qu'elle avait vécu ce soir, elle ne se sentait pas de rentrer chez elle seule.  C'était trop dangereux. Il lui semblait plus judicieux de demander l'aide de quelqu'un de solide, bien bâtit. Quelqu'un comme le deux personne ayant fais fuir la créature.

Miseki : Alors que le jeune kuge rentrait tranquillement chez lui, un palanquin louche s'approcha tranquillement. Cependant, le nouveau déguisement de buisson des serviteur rendait le palanquin de Miseki invisible alors qu'elle suivait discrètement le tendre Ryohei dans la ville. Mais alors qu'ils approchait du but leur proie se mit soudainement à courir (sans doute parce qu'il en avait eu marre de voir des buissons le suivre dans la rue). Il fallait faire vite alors, Miseki souleva les rideaux pour user perfidement de son immense charisme pour booster ses porteurs et immobiliser provisoirement le petit Ryohei. Et alors, dès qu'elle passe à sa porter, elle lui sauter dessus et l'enfoui sous une dizaine de schat pour mieux le capturer et le ramener chez elle.

Aya : Dans ses dernières onces d'énergie où elle pouvait (plus ou moins) se tenir debout et marcher, Aya chercha quelqu'un pour la raccompagner car elle savait qu'elle ne pourrait y arriver de ses propres moyens. Elle s'approcha d'un grand homme bien rugueux et massif avec une étonnante crinière et l'enlaça avec ses bras.
"ramenerier vous une jeune demoiselle à rentrer chez elle?"
Pour assurer qu'il la remarque elleprisque un risque et fit pendre un peu sa langue, accompagnée d'un parfum alcoolisééé.

Résultat des votes:


Nom - Points


Riyu - 8
Miseki - 8

Yoshifumi - 6

Miwako - 5 + Victoire à CAH

Kodan - 5
Aya - 5
Ryohei - 5


Les chiffres:

Et voici que le compte-rendu de la soirée Skype se termine sur des chiffres... Les points gagnés au travers du jeu. Annonçant les grandes gagnantes et leurs suivants. Mais, n'est-il pas triste que de terminer sur ce point ? . . . Que vous soyez d'humeur à acquiescer ou non, voici quelque chiffres supplémentaire. Que vous pouvez à votre aise, lire ou bien relire.

Si vous avez lu ce compte-rendu dans son intégralité à voix haute, vous avez donc prononcé :

9   fois le nom de "Kodan"
14 fois le nom de "Ryohei"
16 fois le nom de "Aya"
18 fois le nom de "Riyu"
20 fois le nom de "Miwako"
21 fois le nom de "Yoshifumi"
22 fois le nom de "Miseki"


Aya fut le vote le moins de fois élut par la même personne.

Yoshufumi fut le membre qui montra la plus grande capacité d'adaptation. Notamment grâce à la thématique IV.




_ Merci à tous pour votre participation! _
Love


L-M-M-J-V-S-D

Veux-tu jouer avec moi Invité.?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inscription en soirée

Revenir en haut Aller en bas
 

Inscription en soirée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Soirée Pirates à l'asso Griffon Rouge de Vitrolles le 29 mai
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Formulaire d'inscription (modèle unique)
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Inscription des Aspirants


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
.....