AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ota Kohaku

avatar

Taii

Messages : 128
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Lientenant dans les forces de reconnaissance
Liens:

MessageSujet: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Lun 3 Nov - 21:42

La paix.
Le calme.
La fraicheur de l'eau sur son corps endolori, une vision dégagée de toute gangue écarlate, et le soulagement de savoir que sa jument était actuellement en train de subir le même traitement qu'elle, voilà ce qui satisfaisait Kohaku suite à cette partie de chasse. Elle se trouvait assise sur quelques coussins, débarrassée de son armure –et de presque toute tenue d'ailleurs !- et laissait sa subalterne s'agiter autour d'elle sans même bouger le petit doigt. Tout au plus grimaçait-elle lorsqu'une de ses blessures se rappelait un peu trop à elle.
Katô papillonnait autour du corps meurtri de la fille des Ota, une gourde d'eau glacée et une pièce de tissu en main, soulageant tout ce qu'elle pouvait, nettoyant le sang. Elle avait déjà réussi à faire du bon travail : les plus grosses écorchures étaient propres et nettes, les ecchymoses importantes avaient été rafraichies immédiatement. Elle ne pourrait sans doute pas faire beaucoup mieux dans les circonstances actuelles, mais son travail avait permis un bon début de rétablissement pour l'archère Okaruto.
Laquelle avait fini par s'allonger sur ses coussins dès que sa subordonnée avait arrêté de tapoter ses bleus énormes. Kohaku avait alors fermé les yeux, abandonnant quelques instants son corps perclus de douleur aux bras réconfortants du sommeil, laissant dériver son esprit dans les brumes de la torpeur. L'autre jeune femme s'était mise dans un coin de la pièce, à portée de regard de sa supérieure, et avait sorti un bout de bois à moitié taillé de sa poche avant de continuer à le sculpter.

Quelques instants avaient ainsi passé, dans le calme et le silence. Puis la porte s'ouvrit en grinçant, tirant les deux jeunes femmes qui de sa torpeur, qui de sa concentration. La cavalière aux cheveux noirs se redressa instantanément. Face à elle se trouvait la petite Taisho borgne, un furoshiki plein de choses inconnues dans les mains. La lionne boiteuse se releva en hâte, manquant de glisser sur les coussins au passage, et s'inclina dans la foulée.

"Comment vous portez vous, Ota-chan ? Vous sentez-vous assez en forme pour recevoir de la visite ?"

Ses joues prirent une jolie teinte rosée et elle sourit modestement. Puis elle se souvint qu'elle ne portait presque rien pour dissimuler sa peau couturée de cicatrices et bleuie par les chocs, et elle rougit encore plus.

"Quel que soit mon état, je serais prête à vous recevoir."

Katô, toujours dans son coin, contint in extremis un sourire entendu. Elle se contenta d'incliner bien bas la tête en direction de Riyu avant de reprendre distraitement sa sculpture, se concentrant sans en avoir l'air sur la réunion des deux haut gradées.
L'archère, pendant ce temps, était parvenue à enfiler un kimono long aux motifs dorés sur fond brun. Elle s'acharnait désormais à trouver un obi tout en tendant un de ses coussins au Dragon d'Okaruto.

"Katô a soigné ce qui pouvait l'être et je tâcherais de me reposer à mon retour au camp. Mon second n'aura qu'à prendre le relai pendant quelques jours, on n'y verra que du feu ! Ce n'est pas comme si j'étais aussi importante que vous, Kasuga-san."

Bon, elle était quand même importante. Un peu, à son niveau, pas plus... Mais elle savait que Yûkô était capable de gérer l'unité d'éclaireurs aussi bien qu'elle durant au moins une semaine. Elle avait confiance en son second.
Une fois qu'elle fut sûre que sa propre supérieure était bien installée, elle se rassit sur les coussins et entreprit d'ajuster son kimono pour paraitre moins débraillée. Et elle devait faire ça sans paraitre rustre ou impolie... Un véritable numéro d'équilibriste, donc, pour la cavalière plus habituée à la solitude des patrouilles.

"C'était tout de même une belle chasse, ne trouvez-vous pas ? Même si la présence de ce Yokai, ici, me semble assez inquiétante..."

Elle eut soudainement l'air préoccupée, puis elle parvint à chasser le mauvais pressentiment que cette rencontre lui inspirait et sourit à Riyu. Ce n'était plus le moment de s'en faire pour cette bête, il fallait plutôt célébrer leur victoire !





L - M - M - J - V - S - D
#663366
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5230
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Mer 26 Nov - 22:27


Peu observatrice dans son trouble, Riyu n'avait pas prêté attention à la tenue presque absente de la jeune Ota Kohaku. Et tout juste eut-elle rougi lorsqu'elle remarqua le malaise dans lequel elle avait mis la blessée. Le spectacle n'émut que peu la Dragonne, trop peu pudique et trop habituée à la vue des corps, surtout ceux comme le sien, pour s'en soucier véritablement. Mais les efforts de courtoisie de la lieutenante lui arrachèrent un sourire sincère à travers son inquiétude et son impassibilité.

Riyu avait beau dire, elle était ravie de voir que certains de ses subalternes connaissaient encore leurs places. La samuraiko Katô inclina la tête en sa direction et elle lui rendit sa modeste salutation. Ce fut alors que, le temps de tourner la tête, elle vit que Kohaku s'était couverte ! Ce fut presque à se demander si celle-ci était vraiment blessée. Mais la Dragonne devinait que, engoncée dans la tradition la plus stricte, la jeune femme aurait du mal à mentir à l'une  de ses supérieures ultimes. Il faudrait d'abord qu'elle remette en cause les usages habituels pour trouver la force de la tromper.

D'ailleurs, la pauvre voulait mettre la main sur une Obi pour arranger son kimono grand ouvert. Cela n'avait pas l'air simple sans l'utilisation du bras blessé. Il fallait en plus qu'elle fasse la conversation...Cette petite...enfin, cette fille se compliquait la vie !

Faussement tranquille, Riyu prit le coussin qu'elle lui tendait et s'installa sagement dessus, l'observant comme un animal curieux. Elle vit ensuite que Kohaku peinait de nouveau avec son kimono et se décida à se pencher vers elle, au-dessus des gâteaux de riz et de l'alcool de qualité, pour porter ses deux mains sur le col de la tenue réfractaire. En deux temps, trois mouvements, elle la rajusta convenablement si on oubliait l'Obi que Riyu n'avait pas inspecté tant elle avait d'autres chats à fouetter et trouvait cette petite entreprise inutile.

"Vous savez...Les Terres de Kasugami ont toujours grouillé de ce genre de bestioles. Après tout, Kasugami a une relation à l'occulte que n'ont pas les autres Kamis. Cependant, vous avez raison. C'est la première fois que je compte autant d'attaques en un temps si court. C'est étrange..." répondit la Dragonne en se rasseyant.

Elle porta son index à ses lèvres purpurines et baissa ses yeux cernés en le mordillant. Elle eut l'air songeuse un instant avant de reprendre ses esprits et de planter son regard pour le moins inhabituel dans celui de sa subalterne.

"Or, si je puis me permettre, monter sur cette créature...était courageux...et inconsidéré. Cela vaut aussi pour vous, Katô-chan ! Ne craigniez vous point de toucher votre officier et toutes les conséquences de cet acte abominable pour l'opinion public ? Ne prenez pas tant de risques lors d'une chasse, je vous prie ! J'ai déjà perdu assez d'hommes ces dernières semaines..."


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Ota Kohaku

avatar

Taii

Messages : 128
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Lientenant dans les forces de reconnaissance
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Lun 9 Fév - 13:04

La tradition et les convenances étaient de curieuses maitresses, de celles qui vous poussent parfois dans les bras de l'embarras pour des broutilles. Comme le rajustement de votre kimono par le supérieur de votre supérieur... Oui, Kohaku avait beau tenter de garder la face dans cette situation totalement imprévue, elle devait tout de même s'avouer dépassée. La femme qui tirait sur les pans de tissus brun était sa Taisho, mince ! Le commandant des armées Okaruto, celle qui avait dompté le Tigre qu'était son supérieur direct, la fille du fer ! Un exemple. Un modèle, qu'elle ne pourrait sans doute jamais égaler.
Et elle lui rajustait son kimono. Son père, songea amèrement la septième fille des Ota, ne la croirait jamais même si elle lui en parlait. Pour l'ultra-rigide militaire, les subordonnés ne devaient croiser les donneurs d'ordres que lors des briefings, ce qui était un fonctionnement assez bancal si on y réfléchissait bien... Sa fille avait néanmoins intériorisé ce genre de restrictions et elle était persuadée que c'était ainsi que tous les hauts gradés fonctionnaient.
Bon, en voyant Riyu et le contenu de son furoshiki déposé sur la table, il ne fallait pas être un génie pour deviner qu'elle était bien loin de partager les valeurs du chef de famille Ota. L'éclaireuse se détendit un peu, juste un tout petit peu, et elle cessa de paniquer parce que son obi – une pièce violette décorée de motifs géométriques blancs – était mal positionné.

La rectification de la Dragonne quand à la présence de Yokais sur les terres du clan fit rougir légèrement les joues de l'archère. Elle savait bien qu'il y avait parfois des attaques ou d'étranges disparitions, sauf qu'elle-même n'avait croisé que peu de monstres au cours de sa carrière. C'était une bonne chose, quelque part, mais elle en venait à se demander si elle n'avait pas manqué une guerre souterraine quelconque qu'aurait mené le reste de l'armée.... Puis elle se souvint que son travail à elle n'était pas forcément de se battre, mais d'observer et de rapporter. On n'envoyait pas des éclaireurs faire face à des hordes de créatures vicieuses. Logique que ses rencontres avec des êtres surnaturels aient été limitées...
Ce fut ensuite au tour de Katô d'être réprimandée. Après le bref compliment que leur fit la samurai-ko aux cheveux violets, la plainte semblait plus douloureuse. Pour Kohaku surtout, celle qui avait appris à ses hommes à ne pas la considérer comme étant plus importante qu'eux.

" Ne craigniez vous point de toucher votre officier et toutes les conséquences de cet acte abominable pour l'opinion public ?
- Si, ma Dame. Toucher Ota-san aurait été impardonnable aux yeux du monde
, murmura l'éclaireuse aux cheveux pâles, et j'en ai une conscience aigüe. Aurais-je raté mon tir que ma propre tête aurait pu être séparée de mon corps dans les minutes qui suivaient... Mais n'aurait-il pas été plus dramatique que la bête ne soit point blessée et qu'elle continue sa course jusqu'au camp, faisant plus de victimes ?"

Elle avait dit ça très calmement, sans une once d'émotion dans la voix, après avoir relevé les yeux de son ouvrage. Il n'y avait pas que sa chevelure qui était de glace : son esprit l'était aussi. Elle calculait, réfléchissait, malgré son apparente bonhommie. Une recrue de talent, vraiment.
La lionne boiteuse ne pouvait que la soutenir, et confirmer qu'elle avait inculqué elle même cette mentalité à ses éclaireurs.

"Kasuga-sama, c'est moi qui ai donné ces instructions à mes hommes. Celles de ne pas hésiter à porter un coup sous prétexte que ma vie serait en jeu, surtout si ne pas frapper risquerait de mener à une situation encore pire."

La brunette souriait, mes ses yeux étaient deux billes d'acier. Sa mâchoire crispée et son maintien parfaitement droit accentuaient encore cette impression de dureté, de détermination. Si vous deviez trouver quoi blâmer pour cette attitude de défi à la mort et cette détermination à se sacrifier pour un bien suprême, ce serait sans doute son éducation. Encore. Comme quoi tout revenait en permanence à ses soucis familiaux.

"Si cela vous pose problème, je modifierais ces instructions dès que je reviendrais au campement. Mais ne blâmez pas Katô pour son tir, par ailleurs excellent, alors qu'elle ne fait que suivre les ordres. Mes ordres ne sont pas leurs erreurs."

Et avec humilité et grâce, elle inclina bien bas la tête pour signifier sa soumission à l'autorité. Elle aurait probablement été plus crédible si elle l'avait fait sans maintenir son air hurlant "je suis prête à tout pour accomplir les missions que l'on me donne, même à mourir". Enfin bon, les vieilles habitudes meurent en dernier après tout !





L - M - M - J - V - S - D
#663366
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5230
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Dim 1 Mar - 21:21


La jeune recrue -elle ne devait avoir pas plus de seize ans- répondit au leader d'armée avec une logique implacable et si glaciale, si impartiale que Riyu en fut vivement surprise. D'habitude, les samouraïs n'osaient pas lui adresser ainsi la parole et ne discutaient ses propos et ses ordres que dans son dos. L'audace qu'elle trouvait chez cette jeune fille plut beaucoup à Riyu. Il lui semblait que Katô correspondait exactement à ce qu'elle attendait de l'avenir de l'armée Okaruto. Elle eut alors dans l'idée d'en faire un exemple pour tous, samouraïko comme bushi.

Ses pensées durent s'encrer sur son visage, car la guerrière Ota réagit de suite, invitant Riyu à ne pas punir sa subalterne pour des ordres qu'elle avait donné à tous ses hommes. La Dragonne se rappela alors du sanglier, de la flèche de la cavalière qu'elle crut pointée sur elle. Elle avait eu si peur que Kohaku rate son coup qu'elle lui avait de suite souffler dans les bronches. Hum...Est-ce qu'un tel comportement mettrait en péril l'entente entre les divisions ? La jeune femme borgne recentra son raisonnement. A présent, la peur était passée. Ainsi donc, Katô ne faisait que suivre des ordres ? Riyu prit son menton dans sa main pour se concentrer sur ses songes. Cela ne changeait rien.

"Non, Ota-chan. Non. Cela est très bien ainsi. Vous ne faites que votre travail en voulant vous sacrifier pour notre clan, et je vous félicite, vous comme votre subalterne. Vous faites d'excellentes guerrières. Mais voyez-vous, je voudrais profiter de cet instant pour prendre la température de mon armée. J'ai beau être un dragon, je ne peux pas avoir l'oeil partout, hum...Puis-je savoir comment se comportent les hommes soldats envers vous deux ? Parlez l'une après l'autre, je vous prie. Je veux entendre vos deux voix."

Riyu ne prêtait pas attention aux minettes qui s'écrasaient devant eux. Celles-là ne passeraient même pas l'année à la caserne et seraient très vite marier pour faire des épouses soumises et irréprochables. Elles ne méritaient pas son intérêt. Elle voulait savoir si ces femmes devant elle étaient des lionnes, des vraies et après, seulement après une étude minutieuse, elle en discuterait avec Raiken pour les hausser au-delà de leurs rangs d'à présent.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Ota Kohaku

avatar

Taii

Messages : 128
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Lientenant dans les forces de reconnaissance
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Dim 29 Mar - 20:40

La carrière militaire de la lionne boiteuse avait été chaotique dès le début, dès l'instant où elle avait fait face à son père pour s'opposer à une destinée toute tracée de femme au foyer triste et sans gloire. Elle avait connu les brimades, les humiliations, les attaques plus souvent qu'à son tour, mais ne s'était pas laissé démonter. Kohaku s'était battue, et se battait encore, pour être considérée comme un serviteur du Clan avant tout. Pas comme une fille de noble qui s'amusait à la guerre. Pas comme une tendre demoiselle n'attendant que de trouver son époux pour quitter les rangs de l'armée.
Et elle savait, pour avoir discuté avec elle, que Katô n'avait pas non plus eu une carrière facile. Aucune de ses samuraiko n'avait eu le droit au tapis rouge : elles avaient toutes atterri dans son unité après avoir été violentées dans d'autres groupes, l'une d'entre elles ayant même dû tuer pour sauver sa propre vie. Là où les éclaireurs étaient souvent joviaux, proches les uns des autres et prompts à faire confiance à leur camarades, les éclaireuses étaient plus taciturnes et méfiantes. Et elles avaient toutes le même regard dur, froid, que leur Taii.
Le regard de ceux qui en avaient vu plus qu'ils ne l'auraient voulu.

Alors la question de Riyu, aussi impromptue qu'inhabituelle, la laissa sans voix. Elle voulait connaitre son expérience ? Mais... Pour quoi faire ? Il y avait des soldats bien plus gradés, plus importants qu'elle à qui la Dragonne aurait pu poser des questions. Bon, peut-être que dans le lot il n'y avait que peu de femmes. Peut-être qu'elles avaient le crâne moins dur que notre lionne boiteuse. Dans tout les cas, l'archère semblait soudainement plongée dans ses réflexions, comme aspirée par un maëlstrom de pensées qu'on devinait tourbillonnant à une vitesse folle.
La petite éclaireuse aux cheveux couleur neige profita de l'ouverture et sauva les apparences en prenant la parole la première. Toujours très calme, la voix posée, elle planta son regard dans celui de la Taisho et ne le lâcha pas.

"Si je peux parler honnêtement, ma Dame ? Ils me traitent comme les civils. Mal. On a toutes vécu presque la même chose. Ils nous ont battues, agressées, traitées comme des enfants ou des putains selon ce qui leur passait dans le crâne. Ils ont essayé de faire brûler mes cheveux une fois."

Une grimace fugace anima son visage, subtile expression d'une douleur passée.

"Dans l'unité, ça va. Ils ont compris qu'ils ne pouvaient pas faire ce qu'ils voulaient quand ils le voulaient. Mais dès qu'on en sort... En fait on essaie de ne pas trop le faire. On ne veut pas causer du tort à Ota-san en frappant les hommes d'autres commandants."

Un sourire en tranche de courge illumina cette fois ses lèvres tandis qu'elle relevait le menton en un mouvement de défi. Katô ne mentait pas, et sa supérieure le savait : elle risquait fort de tuer les imprudents qui oseraient menacer sa sécurité... Et Kohaku était prête à défendre ses hommes –non, femmes- si jamais le jour venait où elles dérapaient. Parce qu'elle savait qu'elles ne planteraient leurs armes dans quelqu'un qu'après avoir été dûment provoquées.

"Je n'ai pas grand-chose à ajouter, Kasuga-sama."

La brunette boiteuse avait fini par mettre de l'ordre dans ses pensées, triant les mémoires de sa vie militaire dans de petites boites mentales bien rangées. Elle s'était ainsi rendue compte que les boites "comportements anormaux" étaient certes nombreuses, mais que les souvenirs les plus récents de sa vie allaient plutôt dans les boites "comportements amicaux". Probablement dû à son rang et au fait que Daiyuki-sama lui ai confié la gestion de ses terres, mais ça n'en restait pas moins un progrès.

"Quand j'étais simple soldat au service d'Okaruto, c'était le pire. J'étais tellement intégrée dans mon unité, railla-t-elle amèrement, qu'après ma blessure personne n'est venue me voir. A part Tatsuoki-sama, s'entend. Les autres... Les autres se fichaient de ce qui m'arrivait, tant qu'ils pouvaient continuer à se vautrer dans leur camaraderie virile."

Son poing se serra à en blanchir ses articulations, avant de se détendre de nouveau. Elle avait fait un énorme travail sur elle même, toutes ces années, pour ne pas se laisser abattre par des imbéciles, pour garder la face quoi qu'il arrive. Elle n'allait pas commencer à faiblir maintenant.

"Ca va mieux depuis... Quelques temps. Depuis que je suis celle qui choisit mes hommes. Je peux détecter les comportements les moins souhaitables et les réprimer. Mais uniquement dans mon unité, malheureusement. Ca n'empêche personne de m'ignorer aux réunions militaires, ni les... Dérapages lorsque je dois traverser les campements."

D'un mouvement souple, elle désigne son casque et le motif animal qui l'orne. Si elle le porte aussi fièrement, ce n'est pas sans raison.

"Malheureusement pour eux, je suis une lionne, Kasuga-sama, et ce genre de comportements ne me touche plus. Mais si vous nous demandez cela, c'est que vous souhaitez... Agir ? Ou ce n'était que de la curiosité ?"






L - M - M - J - V - S - D
#663366
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5230
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Sam 18 Avr - 20:03

Des deux combattantes, ce fut la moins gradée qui parla en premier. Riyu s'installa pour l'écouter au mieux et ne se laissa pas démonter par son regard aiguisé comme un silex qu'elle avait littéralement planté dans le sien. Elle raconta alors à Riyu ce que toutes les femmes de l'armée Okaruto avaient vécu. Elle lui dit aussi qu'elles préféraient ne pas sortir de l'unité d'Ota-chan par crainte de créer des problèmes et par peur de sa propre violence. Sa cheffe ne voulut rien ajouté tout d'abord, peut-être un peu plus réservée que sa précédente, mais se libéra peu à peu. Et bien qu'elle se contrôlait de son mieux, Riyu pouvait deviner la rage qu'elle éprouvait, et  qui trouva son propre coeur. Pour avoir vécu un tant soit peu la même chose, elle compatissait. L'entrée dans l'armée était plus qu'une épreuve pour les jeunes filles et le temps de s'intégrer, elles subissaient toutes le déni et l'humiliation. Riyu ne connaissait pas une exception, c'était tout bonnement systématique.

"Non, je ne souhaite pas agir, Ota-chan. Pas pour cela, en tout cas..."

Les femmes devaient se débrouiller pour intégrer l'armée, elle n'en démordrait pas. Il était de leurs devoirs de savoir montrer les crocs lorsqu'on les embêtait. Elle avait beau être l'une d'entre elles et être toujours victime du machisme de certains, elle voulait absolument que ses soldates parviennent à se débrouiller seule. Pour la Dragonne, il s'agissait d'une épreuve bienvenue et gentillette, qui écrémaient les faibles des fortes d'esprit car elles vivaient bien pire par la suite et il fallait le vouloir.

"Je voulais simplement savoir quel rapport vous entretenez avec l'armée. Certains de mes officiers deviennent trop vieux pour porter les armes, alors je visite certaines unités afin de me tenir au courant de qui pourrait les remplacer. Or, il me semble que vous êtes sous le commandement de Daiyuki-san. Ce sera vite fait...Tiens, que pensez-vous de lui, Ota-chan ?"


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Ota Kohaku

avatar

Taii

Messages : 128
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Lientenant dans les forces de reconnaissance
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Dim 9 Aoû - 12:04

"Non, je ne souhaite pas agir, Ota-chan. Pas pour cela, en tout cas..."

Un éclat de déception teinta les lacs sombres qu'étaient les yeux de l'éclaireuse. Pour elle, le changement devait venir du haut. Si les personnes au sommet de la pyramide militaire poussaient de toutes leurs forces au changement, les hommes de rang ne pourraient que se plier à leurs volontés et ravaler leurs comportements stupides. C'était ce qui s'était passé dans l'unité de Kohaku : la présence et la vigilance inflexibles de la lionne avaient fini par avoir raison de la culture de l'amitié virile et de la stigmatisation de Samurai-ko.
Du coup, elle était aussi à la tête d'une des unités les plus mixtes. Mais aussi de celle qui figurait parmi les plus propres et les mieux rangées lorsqu'on comparait les campements. Petit avantage supplémentaire et imprévu.

Puis Riyu lui posa une question sur son supérieur à elle. Daiyuki Raiken, le géant venu des terres de la foudre, tellement grand que même debout sur sa selle, la petite cavalière ne pouvait voir le sommet de son crâne. Oui, elle avait essayé une fois, et ça ne s'était pas forcément très bien passé. Elle aimait mieux oublier cette petite situation tout compte fait.

S'agissait-il d'une question piège ? Il était de notoriété publique que la femme aux yeux dorés passait beaucoup de temps avec ses Taisa, elle devait donc bien mieux le connaitre qu'elle. Quoi que la Dragonne était encore au dessus du Tigre. Elle ne voyait pas la face qu'il montrait à ses subordonnés. Ce devait être ce qu'elle souhaitait découvrir.
La jeune femme à la chevelure couleur nuit décida d'être totalement honnête avec sa Taisho, cette fois. Elle avait finalement réussi à comprendre que le chef militaire du Clan n'était pas du genre à apprécier le cirage de pompes, et qu'il valait mieux dire ce qu'on pensait en sa présence. Tant qu'elle n'insultait pas gratuitement Raiken, elle devrait s'en sortir vivante.

"Daiyuki-sama ? C'est un bon supérieur. Invincible, sans doute, en tout cas c'est ce que pensent les hommes. Et puis c'est un avantage ce genre de gabarit. Pas pour un éclaireur, bien sûr, mais Daiyuki-sama s'en porte très bien. Il ne reste pas caché à l'arrière sur son cheval de parade... Et de toute façon, aucun cheval ne voudrait le porter."

Elle se mit à jouer, inconsciemment sans doute, avec le bout de la manche de son kimono. Histoire de s'occuper. Les habitudes de chef-qui-court-partout-pour-tout-gérer étaient difficiles à supprimer.

"Il ne parle pas beaucoup par contre. Il faudrait peut-être qu'il communique plus ? Mais on a toutes les informations dont on pourrait avoir besoin, et il nous laisse les coudées franches pour agir selon ce que nous pensons être le mieux. Il nous fait confiance. C'est agréable."

Gentil sourire, haussement d'épaules.

"Et il fait bien d'agir comme ça. Quand on ne connait pas le travail d'une unité, ça ne sert à rien de tenir la bride haute à son commandant. Les gens finissent juste par se faire massacrer parce qu'on leur a donné des ordres stupides."

C'était déjà arrivé, pas dans sa propre unité mais dans d'autres qu'elle avait connues. C'étaient toujours les soldats de rang qui finissaient par payer les erreur d'un commandant trop fier pour reconnaitre qu'il ne savait pas tout. Un bon chef, aux yeux de Kohaku, était celui qui était capable de déléguer ce qu'il ne savait pas faire lui-même. Quelqu'un capable d'écouter les conseils qu'on lui offrait. En gros, quelqu'un qui faisait les choses à l'opposée de la manière dont opérait son propre père.
Elle avait peut-être mis le doigt sur quelque chose, là.





L - M - M - J - V - S - D
#663366
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5230
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Jeu 3 Sep - 21:11

Bien évidement, Riyu sentit la déception de la jeune Ota et bien sûr, elle y pouvait quelque chose mais elle désirait rester sur sa position. Les officiers protégeaient déjà modérément les femmes soldates des samouraïs peu scrupuleux, elle ne pensait pas leur rendre service en s'engageant pour cette cause en tant que Taisho. C'était un peu comme si ça ne lui faisait ni chaud, ni froid. Elle n'avait absolument jamais empêché les femmes de vouloir s'intégrer à l'armée cependant elle ne les encourageait pas non plus puisque pour elle, on la rejoignait en sachant à quoi s'attendre. Homme, femme, c'était du pareil au même.

La Dragonne avait été une jeune recrue elle aussi et avait souffert comme tant d'autres des traditions, des envies imposées par son père et de la virilité explosée. Elle s'était contentée de suivre le courant sans y réfléchir, jeune écervelée qu'elle était. Pour le coup, avait été tout autant surprise que les autres. Ces événements retentissaient encore dans son être et continuait de la forger, à peu près comme n'importe quelle femme combattante ou n'importe quelle autre minorité dans l'armée...ou ailleurs.

On retrouvait maintenant des guerrières dans toutes les armées et parfois, issues de milieu pour le moins surprenant. Saya, par exemple, avait été geisha et avait rêvé de cette vie que l'on ne choisissait pas la plupart du temps. Rien qu'en Okaruto, elles étaient une centaine à s'engager tous les ans, les civils et les paysans aussi. Au bout du compte, ils étaient des milliers à se plaindre pour mauvais traitements. Et elle ne pouvait pas, pour le simple fait qu'elle était femme, lutter pour leur cause. Le problème était général et serait certainement éternel tant que les différences existeront. Si Riyu s'engageait pour ses femmes d'armée, elle se retrouverait bientôt à défendre n'importe quel petit détail dérangeant pour la masse. Elle ne le pouvait pas.
C'était aux femmes de faire leur preuve, aux victimes de se défendre. Elles avaient toutes les armes pour, elle ne devaient pas penser qu'elles étaient minoritaires. Elles y gagneraient bien plus. Et cela s'arrêtait là dans la tête de la borgne.

Cependant, Kohaku avait répondu convenablement à sa question sur Raiken et c'était à peu près tout ce qu'elle attendait d'elle sur lui. Riyu put ainsi confronter son avis au sien, bien qu'ils ne soient pas si différents. Elle venait d'en faire son second, ne savait donc pas encore comment il se comportait envers ses subordonnées et elle avait cru entendre de sa bouche qu'il avait autrefois gouverner ses unités par la peur. Mais il avait compris ses erreurs à même la boue et le sang, il était devenu un autre homme. En entendant l'avis de Kohaku, Riyu sut que son travail sur lui touchait à sa fin.

Mais quelque chose la toucha dans le témoignage de la jeune fille.

"Quand on ne connait pas le travail d'une unité, ça ne sert à rien de tenir la bride haute à son commandant. Les gens finissent juste par se faire massacrer parce qu'on leur a donné des ordres stupides."

Cela ne faisait guère longtemps qu'elle avait mené à la mort une soixantaine de marins par son orgueil. Elle prit cela pour elle, sa mine s'assombrit. La gradée souhaitait oublier, bien qu'une telle erreur ne s'omettait pas. Cette remarque l'avait véritablement choquée. Personne n'était parfait cependant une vie était précieuse. Que faisait-elle encore Taisho ? Riyu était-elle véritablement digne de son rang ? Elle se fustigeait elle-même, mais elle y mit fin avant de perdre pieds.

"Tout à fait, Ota-chan. Malheureusement beaucoup d'officiers expérimentés ont acquis une telle assurance qu'ils veulent en faire profiter à tout le monde, n'est-ce pas ? Malheureusement, tout le monde a quelque chose à se reprocher. Je serai curieuse de savoir si vous avez rejoint l'armée de votre plein gré..."


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Ota Kohaku

avatar

Taii

Messages : 128
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Lientenant dans les forces de reconnaissance
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Dim 11 Oct - 18:28

Merde, elle avait tapé là où il ne fallait pas ! Bien sûr, il fallait qu'elle fasse une bourde, alors que jusqu'à présent elle s'en était si bien tirée. Enfin... Presque.
Devant elle, Riyu se renfrogna, se crispa sensiblement. Dans son for intérieur, Kohaku s'insulta copieusement pour avoir commis une telle gaffe : à force de se détendre et de penser pouvoir dire ce que l'on voulait, on finissait par agresser involontairement ses officiers ! Stupide, elle avait été stupide ! Si elle l'avait pu, elle s'en serait donnée des claques pour se punir d'avoir dérapé, glissé de la corde raide de la politesse et du professionnalisme pour tomber dans un puits de bourdes et de gaffes qui pouvaient lui coûter gros. Alors qu'elle faisait tant d'efforts au quotidien pour garder la face, pour être irréprochable, voilà qu'elle se laissait aller au pire moment possible. Quelle imbécile !
Vue de l'extérieur, la descendance d'Ota Suzurô semblait étrangement impavide. Elle avait un peu pâli, mais c'était bien la seule chose qui trahissait son malaise. Son visage, ses yeux, et tout son corps, étaient toujours légèrement détendus quoique fort droits. Parfaite petite guerrière, en apparence en tout cas.
Et elle ne pouvait pas se permettre de ne pas maintenir la conversation. Encore occupée à s'auto-flageller dans le secret de son esprit, elle reprit tranquillement -en apparence !- la parole.

"Tout le monde peut être aveuglé par sa propre gloire. L'être parfait n'existe pas en ce monde, Dame Kasuga... En tout cas je ne l'ai pas croisé. Nous ne pouvons que faire de notre mieux avec ce que les Kamis nous ont donné. Des fois nous dérapons. Des fois nous nous élevons. Et des fois, nous chutons pour revenir alors que tout semblait perdu."

La jeune femme laissa ses yeux se poser sur son genou blessé, à peine le temps d'un battement de cœur avant de relever ses mirettes sombres. Elle en savait quelque chose, de la remontée héroïque après que tout espoir avait disparu. C'était un peu sa spécialité même.

"Pour répondre à votre question, oui. J'ai rejoint l'armée de mon propre gré après mon Genpuku."

Elle inspira, longuement, avant de continuer à parler. Comme pour se calmer ou se donner du courage.
Toujours dans son coin de pièce, Katô releva les yeux et se mit à observer sa supérieure avec un brin de curiosité. Peut-être allait-elle apprendre quelque chose d'intéressant.

Kohaku continua sa prise de parole d'une voix blanche, presque désincarnée. Elle se fichait bien de l'histoire qu'elle aurait pu avoir, maintenant, et elle souhaitait faire comprendre que ce n'était pas le genre de vie qu'elle voulait pour elle-même.

"J'aurais pu me marier je suppose, avoir une gentille famille et des enfants et un petit domaine. J'aurais été intéressante à marier : j'aurais pu fournir une alliance à Eiichiro ou Okaruto selon où j'aurais été envoyée. Mes enfants auraient sans doute été robustes et bien portants. Peut-être qu'on m'aurait laissé garder un des chevaux de ma mère. J'aurais eu de jolis kimonos et un mariage honorable."

Nouvelle pause pour inspirer, expirer. Elle baissa les yeux, les fixant sur la table, puis les releva pour les ancrer dans le regard doré du Dragon.

"Mais..."

Ses mirettes, son expression faciale, le pli de sa bouche : tout transpirait la détermination et la combativité. Le genre d'entêtement qui pouvait bouger des montages et faire affronter des monstres bovins à un petit bout de femme boiteux. Le genre qui poussait un éclaireuse à refuser de rester à terre alors que personne ne misait sur le fait qu'elle pourrait remarcher un jour.

"Mais je ne veux pas d'une vie de servante sublimée par le mariage, dans une grande maison triste, et je ne ferais rien que mon cœur refuse. Alors j'ai rejoint l'armée, parce que mon devoir le demandait, parce qu'Okaruto mérite que l'on soit prêts à sacrifier ce qu'on a de plus cher. C'est ma terre. Comment la servir mieux qu'en m'engageant dans son armée ?"

Le menton levé en signe de défi, les yeux brillants de fierté, les poings serrés sur ses cuisses. Parfait petit soldat, vraiment.
Elle doutait que sa tirade soit bien dans les clous, après coup. Elle avait probablement encore dérapé de sa corde raide de bienséance, mais Kohaku était prête à se soumettre aux conséquences de son petits discours. Riyu avait déjà pu voir les défauts dans son numéro de militaire parfaitement formel, parfaitement poli et lisse. Alors un écart de plus n'y changerait pas grand-chose. Au moins il y avait peu de chances qu'une démonstration de patriotisme fervent soit mal prise par le chef des armées du Clan... Peut-être même que ça lui ferait oublier la bourde précédente.





L - M - M - J - V - S - D
#663366
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5230
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu] Sam 26 Déc - 18:25

Spoiler:
 


Le trouble de la jeune Ota était parfaitement subtile à l’œil valide de Riyu. Beaucoup de samouraïs avaient le réflexe de se raidir lorsqu'il leur prenait de vexer leurs supérieurs, se forçaient à rester digne alors qu'ils risquaient de perdre la face. Cette onna-bugeisha avait, quant à elle, légèrement pâli mais c'était la seule marque de réaction qu'elle avait laissé à l'interprétation de Riyu... Cependant, la jeune femme n'était pas du genre à se formaliser d'une remarque malheureuse et non-intentionnelle, surtout lorsque celle-ci venait d'une bouche indéniablement patriotique. Elle déposa donc sa main sur l'épaule de sa subalterne et la tapota doucement, comme pour avouer qu'elle avait effectivement été gênée mais que cela ne faisait rien car après tout, la petite Ota avait raison.

Personne n'appréciait faire face à ses erreurs et c'était en réalité cela qui avait crispé Riyu. Kohaku ne pouvait pas savoir et surtout, n'avait aucune responsabilité dans les agissements et les démonstrations d’orgueil récents de Riyu, elle n'avait d'ailleurs rien à faire avec et n'était pas au service des états d'âme de la générale. Elle ne lui en voulait pas. Simplement, la blessure de la haut-gradée était encore trop fraîche pour encaisser ne serait-ce qu'une égratignure sans broncher.

"Il y a énormément d'autres moyens de servir son clan, Ota-chan. Et vous le savez, n'est-ce pas ?" répondit Riyu sans perdre de vue les yeux sombres de la jeune Taii.

"Les bonnes mères fournissent le clan en honnêtes gens et certaines font bien plus de sacrifices en leurs cœurs que nous n'en ferons jamais. Il en va de même pour les marchands, les paysans, les ombres et les serviteurs des kamis. Cependant, je dis cela...Mais j'ai toujours eu une certaine admiration pour ces quelques personnes pleines de convictions qui parviennent à tracer leur chemins en faisant fi des conventions.

Riyu sourit franchement.

Peu de gens font preuve d'une telle volonté et d'un tel courage. A bien y réfléchir, j'ignore si l'un vaut réellement mieux que l'autre...Mais le second type est assurément celui qui sert au mieux mon armée.
Je vais vous laisser vous remettre de vos émotions, à présent, Ota-chan. Juste...Que diriez-vous de devenir Taisa ? Ce serait de bon augure pour vos subalternes féminins, ne trouvez-vous pas ?"


La Dragonne avait refusé d'agir pour les onna-bugeisha, mais peut-être Kohaku le pouvait-elle encore plus en gagnant en grade et en autorité...


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu]

Revenir en haut Aller en bas
 

Récupérer de ses efforts est tout un art [Riyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» La politique du « tout va mal »...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..