AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 338
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Lun 17 Nov - 23:54

Miwako fut surprise lorsqu’elle vit son grand père l’attendre à l’entrée de leur demeure. Les servantes étaient chargées de s’occuper d’elle d’habitude, il devait donc se passer quelque chose d’important. La jeune fille accéléra le pas. Les deux Kirins saluèrent l’onmyouji, Hiroshi ne laissa même pas le temps à sa petite fille de placer une phrase :

« Tu vas devoir repartir tout de suite. Il y a des disparitions inexpliquées dans le village d’Hinato. C’est un vieil ami de la famille qui est venu nous expliquer les problèmes et nous chercher, tu repars immédiatement avec lui. »

La jeune onmyouji fut prise au dépourvu. D’habitude, elle avait au moins une nuit de repos.

« Mais, le carnet, les préparatifs ? »

« Je te donnerais de nouveaux talismans après que tu te sois lavée et changée. Pour le carnet, exceptionnellement, tu auras le droit de le reprendre sur toi. »

Les yeux de la demoiselle s’écarquillèrent de surprise, normalement le carnet ne quittait jamais la bibliothèque. Il n’accompagnait son propriétaire que lors du pèlerinage, car ce dernier durait longtemps. La jeune femme fit un bref signe de tête et se dirigea vers la salle des bains. Les servantes devaient déjà avoir prévu la tenue de rechange.
Les deux kirins attendirent à l’entrée sagement. Elle revint quelques minutes plus tard, vêtu de frais. Le bain, même rapide, l’avait revigoré. À côté d’Hono et Onji se trouvait un homme en habit de voyage, ce devait être l’ami qui devait être chargé de l’amener et celui par qui les mauvaises nouvelles étaient arrivées. Ils se présentèrent l’un à l’autre. Hiroshi donna à sa petite fille des talismans, de quoi écrire et son carnet. Le marchand et la demoiselle se mirent en chemin, après avoir quitté poliment Hiroshi. Son interlocuteur lui demanda si elle savait monter à cheval et heureusement qu’Hiroshi avait imposé cette compétence dans l’apprentissage de la jeune femme. Le vieillard avait su qu’elle allait être amenée à souvent voyager.
Elle n’en louait pas souvent, car cela coûtait son prix et elle ne ramenait pas souvent de l’argent à la famille, l’onmyouji ne voulait donc pas en dépenser plus que de raison. Le marchand semblait avoir des moyens, car il loua les chevaux, puis remercia la demoiselle, qui ne comprit pas tout de suite. L’homme lui expliqua alors que l’argent avait été donné par Hiroshi.

L’onmyouji était contente d’être arrivée à temps pour repartir. Son père n’aurait pas bougé de la capitale, son rôle de chef de famille l’en empêchait. Son grand-père aurait sans doute prit la route pour aider des amis, mais il n’était plus de toute première jeunesse.
Le marchand lui expliqua l’étrange problème en route. Le village souffrait d’étranges disparitions. N’importe qui pouvait en être victime et le plus bizarre était que ces disparitions ne duraient que quelques jours maximums et pouvait durer juste quelques heures. Les victimes étaient incapables de se souvenir de quoique ce soit durant cette période. Les villageois étaient de plus en plus inquiets, même si au final, il n’y avait aucune conséquence, à part ce trou de mémoire. Leur peur augmentait cependant chaque jour et comme personne n’arrivait à expliquer ce phénomène, l’idée des yokais avait fini par germer dans l’esprit des braves gens. Comme la famille du marchand connaissait bien la famille Abe no, il était venu les chercher.

Ils furent au village en quelques heures et arrivèrent en milieu d’après midi. L’onmyouji s’étonna que les villageois n’aient pas appelé les gens du temple, car leur village était près de la ville de Raimei. Un des paysans lui apprit qu’un homme était parti il y a quelques heures. Le marchand avait été envoyé hier et ne le voyant pas revenir, les villageois avaient préféré envoyer un autre messager, au cas où le premier se serait fait enlever. Miwako comprenait qu’ils étaient à présent terrifiés, ils ne supportaient même plus d’attendre. Ils s’étaient toutefois montrés prudents au vu des évènements, car cela devait sûrement être dû à un yokai et la situation pouvait donc vite évoluer. Miwako aimait bien ces créatures, elles avaient cependant leurs caractères et une situation pouvait rester immobile pendant des siècles et subitement partir complètement en sucette.

La demoiselle demanda à son hôte si elle pouvait s’installer en extérieur pour recueillir les témoignages. Il fut surpris par cette demande, car il ne voyait pas les kirins. Avec les religieux qui arrivaient, Miwako ne voulait pas  que ces derniers se trompent et tentent d’exorciser ses esprits gardiens et les deux esprits ne tenaient pas dans les humbles maisons des villageois.
Les victimes des enlèvements s’alignèrent devant elle et la demoiselle commença à coucher les témoignages sur papier. Onji et Hono, chacun d’un côté s’allongèrent en silence, pour ne pas la déranger, le gardien de la terre finit même par s’endormir. Il fut réveillé par une Honogosha qui lui donna un brusque coup de patte, en la passant au-dessus de sa protégée entrain d’écrire. Miwako rigola et la victime entrain de raconter sa mésaventure la regarda de travers. Les deux Kirins se redressèrent pour faire meilleure figure, tandis que la demoiselle ne relevait pas le nez de la feuille. Elle voulait finir d’écrire ce témoignage avant de dire bonjour à ses collègues. Ce n’était pas pour les snober qu’elle faisait cela, mais son interlocuteur était lancé dans son histoire, il valait mieux ne pas l’interrompre son témoignage et finir d’une traite.
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Dim 23 Nov - 3:39

PNJ Paysan

Le messager ayant été envoyé quelques heures plus tôt traversa rapidement le village, suivi de près par une troupe composé de plusieurs jonins, une servante et une prêtresse. Il s'arrêta devant les témoins, juste à côté de la femme engagée pour les aider, et annonça, le souffle court:

-La... La Kannushi est ici.

...

J'ai tenu à venir voir de mes yeux ce qui se passait dans ce village. Les problèmes reliés aux choses moins humaines, les Yokais surtout, il faut les surveiller de près pour s'assurer qu'ils n'aient pas la chance de s'en prendre à qui que ce soit. Je n'ai même pas tenté de négocier une plus petite garde pour cette fois, pas de temps à perdre, mais par simple réflexe j'ai emmené Shinko avec moi. Le petit tigre a repris beaucoup de force, mais ne semble pas encore porté à agir comme... un tigre, justement. Il n'est pas bien dangereux, il est même très affectueux, mais je ne sais pas si c'est une bonne idée de le laisser séparé de moi, sa "mère," trop longtemps. Alors je l'ai gardé contre moi pendant tout le voyage, le tenant à une seule main quand vient le temps de descendre de mon cheval.

Une rangée de témoins se trouve devant une jeune femme qui écrit quelque chose, entourée de... de quoi au juste? Ce ne sont quand même pas des Yokaïs? Il ressemble vaguement aux différents dessins qu'on m'avait montré au temple, mais vu la superstition de bien des prêtres, j'ai toujours eu beaucoup de difficulté à les croires. J'ai toujours considéré les Yokaïs comme des montres, matériels et consistants, pas des esprits. Savoir que maintenant je pourrais être observée à tout moment sans le savoir par l'un d'eux... mais ne suis-je pas capable de les apercevoir?

Confuse, je regarde Kyomi pour lui demander son opinion. Elle se tourne tranquillement vers moi et articule silencieusement:


-Quelque chose ne va pas, Nadeshige-san?  

Je pointe les esprits sans comprendre pourquoi elle trouve cela si normal. Elle hoche la tête et m'explique:

-C'est une Onmyouji, formée pour combattre les Yokaïs.

Je secoue la tête et insiste pour lui montrer les esprits. L'intrerprète fronce les sourcils sans comprendre.
Je saisi enfin. Elle ne les voit pas. Un rapide coup d'oeil me fait remarquer que les reste de mon escorte non plus. Suis-je donc la seule? Au moment où je le pense, Shinko se met à grogner et s'agite. Les deux esprits assis droit comme des statues le regardent, pas bien impressionnés. Ainsi, mon tigre peut les voir? Peut-être est-il vraiment un signe de Gekigami au final... ou pas. Les animaux sont encore un mystère pour bien des gens.

Reprenant contenance, quelqu'un qui chasse les Yokais ne devraient pas les laisser là sans raison, j'observe les visages des témoins pour savoir de quoi ils parlent, mais ils deviennent silencieux quand ils me voient. Je leur fais un vague signe pour leur dire de poursuivre et m'avance vers la jeune Onmyouji pour la saluer d'un mouvement de tête. Je lui fais ensuite signe de continuer l'interrogatoire sans se soucier de moi, puis recule un peu pour lui laisser le champ libre sans la déranger, tout en pouvant lire sur les lèvres des paysans pour savoir ce qui se passe. Kyomi se place à mes côtés, prête à agir, et je gratte distraitement les oreilles de Shinko tout en observant avec attention tout ceux qui sont présents. Nous en avons tous tant à raconter...


Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 338
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Ven 28 Nov - 1:14

Lorsque le paysan annonça que la Kannushi en personne venait résoudre cette affaire, tout le monde fut surpris, Miwako la première. Un frisson d’excitation parcourait la foule des témoins, la kannushi en personne se déplaçait, ils étaient tous sauvés. L’onmyouji eut un peu de mal à ramener le calme et à convaincre les habitants de rester à leur place pour poursuivre leur témoignage, beaucoup voulaient partir pour présenter leurs hommages et leurs respects à l’incarnation de leur déité. Heureusement, le chef et son compagnon de voyage intervinrent pour que les témoignages se poursuivent et chargèrent d’autres personnes d’accueillir cet invité de prestige. La jeune femme comprit aussi pourquoi ces deux esprits gardiens s’étaient subitement mit au garde-à-vous, ils avaient senti le kami, bien avant que les yeux humains ne perçoivent quoi que ce soit.

Dès que la procession fut en vue les habitants devinrent plus nerveux, ce qui dérangea la demoiselle. L’onmyouji essaya de conserver l’attention de son interlocuteur, mais ce fut peine perdue. Lorsque la Kannushi arriva à sa hauteur, le paysans s’inclina pout la saluer, Miwako fit de même, puisqu’elle ne pouvait pas écrire la suite. D’un geste explicite, l’incarnation de Gekigami lui signifia qu’elle pouvait continuer et l’onmyouji poursuivit son activité de collecte.
La divinité incarnée eut la bonne intelligence de laisser un peu d’espace, mais rien n’y faisait, en sa présence les témoins étaient plus nerveux, plus intimidés. Miwako le voyait, les dépositions étaient plus hésitantes depuis que la représentante divine était sur place. Les témoins étaient plus confus, ils étaient impressionnés, avaient peurs de se tromper et le stresse n’était pas un bon facteur pour la mémoire. La jeune femme continua de prendre méticuleusement chacun des témoignages, même si les premiers allaient être sans doute plus précis que les derniers.

Lorsque le dernier témoignage fut consigné, la fin de la journée approchait. Miwako se tourna alors  vers la Kannushi.

« Je me nomme Abe no Miwako, je suis honorée de rencontrer votre divine personne. »

L’onmyouji respectait vraiment les kamis et leurs représentants divins. Elle n’avait cependant pas de temps de faire trop de rond de jambe et de respecter tout le protocole et toutes les politesses. Elle passa d’ailleurs vite à la suite, c'est-à-dire le travail qui les attendait.

« Je vous propose qu’on regarde les témoignages plus en détail ce soir, pour déterminer des zones que nous fouilleront demain. Il se fait tard et se faire surprendre par la nuit pourrait accroître les risques, même si les enlèvements ont eu lieu majoritairement de jour. Je ne préfère pas tenter le destin. »

Miwako fit attention à bien articuler ses mots, car elle savait que son interlocutrice était sourde et muette. Le chef du village, qui était resté proche des deux jeunes femmes fit immédiatement signe, ils avaient préparé une demeure pour leurs invités. Des villageois se chargèrent de prendre les rouleaux pour les amener dans la maison, tandis que d’autres débarrassaient la table.  Les deux kirins s’ébrouèrent car ils n’avaient pas beaucoup bougé ces dernières heures. Miwako caressa chacun des deux entre les oreilles pour les récompenser de s’être bien tenu. Onji fixait le bébé tigre et l’onmyouji devina que le gardien de la terre voulait jouer avec ce petit, ce qui lui arracha un sourire. L’onmyouji se retourna vers la kannushi pour ajouter.

« Voici Hono et Onji, ce sont tous les deux mes esprits gardiens. »

La demoiselle ne donnait jamais les noms complets de ces gardiens car les noms des yokais avaient un pouvoir. Les ayakashis eux-mêmes donnaient en général des surnoms, des pseudos ou des diminutifs pour éviter des conséquences fâcheuses.

« Ils parlent et je répéterais leurs paroles, car je doute que vous lisiez directement sur leurs babines. »

Le ton de Miwako était posé, professionnelle, car la demoiselle pensait juste à des choses pratiques. L’onmyouji n’avait pas de pitié particulière pour l’handicape de son interlocutrice, elle prenait simplement cette donnée en compte. Des handicapés, elle en avait vu assez souvent pour ressentir de l’empathie, mais pas de la pitié. La compassion entraînait souvent bien des maladresses qui pouvaient être douloureuse. Une juste attention à l’handicape suffisait pleinement pour qu’il n’y est ni souci, ni blessure. Honogosha eut alors un petit rire et rajouta.

« Alors je peux l’insulter en paix. »

Onji secoua la tète négativement, n’approuvant guère l’humour de la protectrice des flammes. La scène fit rigoler l’onmyouji et elle réalisa qu’elle était toute seule à le faire. La situation ne la gênait pas, ce n’était pas la première fois. Cette scène révélait toutefois de même un point gênant. Le visage de Miwako se ferma un peu car elle se concentrait, la demoiselle se demandait comment elle pouvait amener le sujet poliment sur la table. Ne trouvant aucun moyen satisfaisant de le faire, elle opta pour une approche directe.

« De votre escorte vous êtes la seule à les voir, n’est ce pas ? Je vais vous paraître brusque, mais il va falloir que vos gens s’en aillent. Il y a trop de monde et ils ne voient rien, je ne peux pas protéger tout le monde c’est beaucoup trop…et je ne parle même pas des complications que peuvent entraîner autant de personnes présentes sur un terrain lors d’une enquête ou de la purification. Leurs présences pourraient faire tout rater ou rajouter des risques inutiles. »

Le chef du village s’immobilisa devant l’entrée de la demeure pour ses invités lorsqu’il entendit la tirade de Miwako. Il trouvait cette dernière déplacée et ne semblait pas l’approuver. L’Onmyouji n’était pas là pour faire de la politique ou respecter l’étiquette, mais pour régler un problème de yokai et elle ferait le nécessaire pour réunir les conditions optimums. La jeune femme ne connaissait que trop bien les complications que pouvait constituer une personne, qui ne devrait pas être là. Elle continua calmement.

« J’ai bien conscience que pour votre protection, vous avez besoin d’une garde. Je peux vous défendre contre les yokais, mais pas face à des gens. Conserver avec  vous le strict nécessaire, si vous pouviez descendre à un groupe de deux trois individus seulement ça serait parfait. Des gens qui n’ont pas besoin de restaient coller à vous, ce serait l’idéal. »

Le dernier point a abordé n’était pas des moindres, mais l’onmyouji ne pouvait faire l’impasse sur celui-ci. Avant de se mettre au travail avec quelqu’un il était important d’établir les règles.

« Avez-vous déjà eu affaire à des yokais, Nadeshige-Sama ? Si c’est non, je ne vous demanderais qu’une seule chose. Si jamais je me retrouve à vous donner un ordre, obéissez sans vous poser des questions et rapidement, car ce sera probablement pour une question de vie ou de mort. »

Les yeux du chef du village faillirent sortirent de leurs orbites devant une telle demande. A vrai dire, l’onmyouji elle-même était gênée de la prononcer et avait conscience de l’outrecuidance de sa requête, il fallait cependant qu’elle demande cela. Gekigami ne pouvait avoir choisi n’importe qui, mais les kannushis étaient une incarnation de la divinité, pas la divinité elle-même. Ils avaient par conséquent des faiblesses d’humain et l’onmyouji préférait que la kannushi soit correctement protégée, par la parole qu’elle lui donnerait ici.
Si la représentante de la divinité ne lui accordait pas cette requête, il y aurait alors une première grosse complication.
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Mar 27 Jan - 3:07

Abe no Miwako ne semble ni bien méchante ni bien dangereuse, mais ce sont ses deux esprits gardiens qui devraient inquiéter. Se servir des Yokais dans la vie de tous les jours doit être normal pour une onmyouji, je suppose, mais ce n'est pas pour me rassurer complètement... Shinko quant à lui est d'une humeur presque maussade, grognant à peu près en direction des Kirins et se débattant pour se dégager de mes bras. Je ne sais pas si le laisser s'approcher de ces monstres est une bonne idée, il semble les ressentir mais pas les voir, s'ils sont agressifs ils pourraient lui faire du mal, et surtout personne ne semble les voir non plus, alors comment l'expliquer? Je préfère donc le garder contre moi, malgré les coups de griffe et les possibles morsures. Bébé ou pas, Shinko reste un tigre.

Je laisse la jeune femme me guider vers l'habitation préparée spécialement pour nous, perdue dans mes pensées jusqu'à la fin et la suivant sans trop regarder où je vais jusqu'à ce que nous arrivions, me concentrant surtout sur ses paroles. Hono et Onji sont les noms de ses deux Kirins, un peu étrange à mon avis, mais je n'en laisse rien paraître. Autre chose retient mon attention: Miwako me demande si je suis la seule à voir ses gardiens et je hoche la tête pour lui dire que oui, et elle me dit que mon escorte va devoir partir.

... Voilà qui est plutôt direct. Ma première réaction est de froncer les sourcils avec méfiance devant cet ordre presque donné avec arrogance, mais je me reprends. Ne suis-je pas toujours en train d'essayer de fuir mes escortes, de rétrécir ma garde rapprochée le plus possible, de demander constamment à pouvoir me débrouille seule? N'est-ce pas ce que je veux, au final? Et puis, elle n'a pas tort: une armée de prêtres ne pourraient rien faire contre des monstres qu'ils ne peuvent pas voir. La seule personne dont j'ai besoin est Kyomi, mon interprète, pour une raison plutôt évidente. Celle-ci nous a suivi discrètement, attendant un signe de ma part pour intervenir, et je lui communique un message à transmettre à l'Onmyouji.

-Ma maîtresse demande seulement à ce que je puisse l'accompagner. Je suis son interprète. Et elle ne peut pas laisser son tigre.

Je hoche la tête pour appuyer ses paroles. Shinko devient très agressif quand je ne suis pas là, je ne peux pas vraiment risquer ça, alors malgré le problème que ça pourrait causer je dois le garder avec moi.

L'autre demande de Miwako est tout aussi surprenante: elle me dit que lors de cette mission, si elle me donne un ordre, je dois lui obéir sans poser de questions. Elle sait ce qu'elle fait, moi non, encore une fois je suppose que c'est normal de me demander ce genre de chose... encore une fois, je hoche la tête pour accepter. Kyomi réagit plutôt brusquement.

-Dame Nadeshige, vous n'avez pas à vous mettre sous ses ordres.

Je lève une main pour la faire taire. Le fait est que oui, si je veux participer à toute cette histoire il y a un prix à payer, cette jeune femme sait ce qu'elle fait et pas moi, si c'est là sa seule condition je lui obéirai.

-Très bien... non, je ne crois pas que Dame Nadeshige aie déjà eu affaire à des Yokais.

Je lui souris doucement pour la remercier. Il arrive à Kyomi d'être très protectrice, trop même, et si par moment je l'apprécie beaucoup d'autres fois j'aimerais bien qu'elle me laisse me débrouiller seule... si seulement c'était possible.


Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 338
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Lun 2 Fév - 17:09

Miwako eut un soupire de soulagement. La jeune demoiselle en face d’elle était une personne sage, comme on pouvait l’attendre d’une élue des kamis.

« C’est parfait, merci de votre compréhension Nadeshigo-sama. Faites attention à lui alors, qu’il reste toujours près de vous.  »

Si elle voulait amener son bébé tigre, l’onmyouji n’allait pas lui interdire. Les animaux paniquaient toutefois plus que les humains et ils pouvaient fuir ou se mettre en danger. La Kannushi devrait donc veiller  ce que cela n’arrive pas.  Miwako était contente que les prêtres s’en aillent, bien qu’à voir les visages d’une partie de son escorte ces derniers soient outrés. Ils resteraient au village pour la nuit, au vu de l’heure, mais ils ne participeraient pas à la traque.

L’interprète s’opposa à l’idée de la Kanushi, mais se plia à la volonté de cette dernière. Elle n’avait pas le choix. Cette situation ne plaisait cependant pas à l’onmyouji. Pour avoir un bon groupe et surtout que les personnes lui obéissent, ils devaient comprendre la nécessité de cette parole.

« Dame ? »

Miwako réalisa qu’elle ne connaissait pas le nom de l’interprète. La jeune femme la laissa donc se présenter, avant de continuer.

« Je vais devoir vous placer sous la même contrainte que Nadeshige-sama. Ce sera sans doute plus dur pour vous, car vous allez devoir répondre instantanément et sans vous poser de question. Avant de répondre, laissez-moi-vous montrer le pourquoi de cette requête. »

C’était un peu fourbe de la priver de son droit de réponse ainsi, Miwako voulait cependant faire une démonstration. Une bonne illustrationn était plus efficace qu’un long discours. Elle se tourna vers le chef du village pur lui dire.

« Faites transmettre à tous les villageois et invités de ne pas paniquer. Je vais rendre visibles mes deux gardiens qui sont des yokais. Il n’y a aucun danger, donc rassurez tout le monde. »

Le chef du village fronça les sourcils, l’idée de voir des ayakashis ne lui plaisait pas. Il fit transmettre le message par deux habitants. Ces derniers revinrent vite, le village n’était pas très dense. Des villageois se terraient et ne préféraient rien voir, d’autres curieux vinrent assister à cela. La totalité de l’escorte des prêtres était également là. Peut-être pour montrer qu’il n’avait pas peur ?

« Hono, Onji, s’il vous plaît. » leur demanda Miwako

« On n’est pas des bêtes de foire tu sais ? » répondit la gardienne des flammes un brin vexée.

« Et si pour s’amuser, on restait sous notre forme spirituelle ? » Ajouta le protecteur de la terre, sur un ton taquin.

« Alors je te ferai prendre un bain Hono, et toi Onji je me débrouillerais bien avec un yokai de bois. » Leur répondit-elle sur le même ton amusé et complice.

« Cruelle. » Rigola Onji avant d’apparaitre, tandis qu’Hono émit un petit humpf. La gardienne des flammes aimait se draper dans sa fierté.

Les deux kirins prirent leur forme physique sous le regard de tous les badauds. Certains furent terrifiés, d’autres fascinés, certains les trouvaient beaux, d’autres laids. Il y eut autant de réactions différentes que de personne, mais aucun des participants ne resta de marbre devant les créatures à la taille et à l’apparence impressionnante.

« Voilà Hidasuko-dono mes deux gardiens : Hono et Onji. Ils étaient là depuis que vous êtes arrivés et vous ne les avaient pas vu. L’incarnation de Gekigami-sama pourra vous le confirmer. C’est pourquoi je vous demande de m’obéir sans poser de questions, car je pourrais simplement voir des dangers que vous ne percevrez même pas. »

Miwako lui parlait doucement tandis que la jeune femme avait les yeux rivés sur les yokais. Onji et Hono commençaient cependant déjà à disparaitre à leurs yeux. Ils n’aimaient pas se montrer ainsi et être le point d’attention d’un public. Les gens repartaient en commentant ces apparitions à voix basses : ils avaient une anecdote croustillante. Miwako se dirigea vers eux pour les caresser doucement, afin de les remercier de leur gentillesse. Les deux kirins auraient probablement ronronné s’ils avaient été des chats et un tendre sourire se traça sur le visage de l’onmyouji. Ses traits devinrent plus sérieux lorsqu’elle revint vers les deux femmes.

« Le plus grand risque lors d’une purification c’est tout simplement la mort. Un des seuls moyens que je puisse garantir votre survie, c’est cette promesse que je vous demande et surtout que vous vous y teniez. »

L’interprète de la Kannushi semblait avoir compris, ce qui était important. L’onmyouji leur montra la porte de la bâtisse où rentrer, avec le sourire.

« Maintenant que tout est clair, je vous propose de travailler un peu avant de dormir. »

Les villageois avaient déjà apporté à l’intérieur les témoignages des victimes. Ils avaient même posé une carte des environs. Tout était sur une table et Miwako eut un sourire de satisfaction. Ils étaient efficaces ici, ce qui était agréable.

« Bien je vous propose de relire chaque témoignage et de noter sur la carte le lieux de l’enlèvement. »

Miwako ne leur parla pas des caractéristiques physiques de l’agresseur. Les victimes n’étaient pas capables de le décrire, puisqu’ils étaient toujours évanouis. Ils avaient d’ailleurs tous des hématomes ou des bosses au niveau de la tête. Le yokais devait donc les frapper à la tête pour provoquer cet évanouissement, ce qui était un comportement étrange. Les yokais en général voulaient soit s’amuser avec les humains, soient ils les tuaient, mais ne s’en cachaient pas.

Avec trois personnes pour lire les témoignages, le travail se fit rapidement. Chacune ajoutait des croix au fur et à mesure sur la carte. A la fin, il y avait des zones qui se dégageaient sur la carte. Elles avaient donc un point de départ. Un sourire se traça sur les lèvres de l’onmyouji, qui entoura les deux lieux.

« Bien demain, nous chercherons des indices dans ces deux lieux.  Nous commencerons près de la rivière, puis le côté Est de la forêt. Tachez de bien vous reposer cette nuit, demain sera une longue journée. »

Et sans doute riche en émotions pour les deux non initiés. La première chasse au yokais marquait toujours. Miwako savait qu’elles auraient probablement du mal à suivre son conseil, car c’était également un évènement excitant.

L’onmyouji après les politesses d’usage se retrouva seul dans une chambre. Elle demanda alors à ses gardiens d’allaient chercher du matériel. Après avoir conçu des talismans, la jeune femme partit se coucher sereine.

Le lendemain, la jeune femme se leva aux aurores pour retrouver les deux religieuses. Après les politesses, elles se mirent à manger. Durant le petit déjeuner, elle donna à chacune des femmes un collier. Sur ce dernier, il y avait cinq Magatamas, de couleur cyan, rouge, jaune, blanc et noir. Ils étaient ainsi reliés respectivement au bois, au feu, à la terre, au métal et à l’eau, les cinq éléments du gogyo. Miwako avait hésité à représenter les cinq éléments du godai, mais ces derniers n’avaient pas de relation de renforcement. En prenant les cinq éléments du gogyo et en les plaçant dans l’ordre correct, celui de la génération, elle avait obtenu des talismans plus puissants.

« Mettez-les, ils vous apporteront une protection face aux dangers. »

Les magatamas avaient des propriétés magiques, puisqu’Amaterasu en personne avait un collier avec des magatamas. Une des utilités principales faites par la population de tels objets étaient un talisman pour la fertilité, les prêtres s’en servaient plutôt lors des rites funéraires pour éloigner le mal. Miwako préférait donc préciser leur utilité dans le cas présent.

Après le repas, les trois femmes se dirigèrent vers la rivière sous le regard inquiet du chef du village. Miwako avait demandé à Onji de restait près d’elle et envoyé Hono, pour qu’il puisse repérer d’éventuels indices dans l’autre zone.

« Il nous faut chercher des traces qui sortent de l’ordinaire. Des traces dans la boue qui n’appartiennent pas à l’homme ou un animal, ce genre de chose. »

Précisa l’onmyouji à ses deux accompagnatrices.



Absente jusque fin aout


Dernière édition par Abe no Miwako le Mer 6 Mai - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Sam 28 Fév - 16:31

J'aurais bien dû me douter que Kyomi refuserait. Elle n'aime pas se soumettre à quelqu'un qui n'est pas moi ou Senkô, elle n'a pas la confiance facile et elle aime encore moins me voir obéir à quelqu'un qui m'est inférieur. Seulement, elle doit se rappeler de sa place dans la hiérarchie. Je lui fais donc signe de se taire en prenant un air sévère, mais la jeune Onmyouji semble déjà prête à se justifier envers mon interprête. Elle lui donne les mêmes ordres qu'à moi malgré ses protestations et décide de lui en montrer un peu plus pour lui prouver à quel point elle sait ce qu'elle fait et qu'elle n'est pas à prendre à la légère.

Je fixe les Kirins d'un oeil nerveux. Comment se sent-on lorsqu'on est invisible aux yeux de tous? À quoi une vie pleine de secrets et de danger comme la leur peut-elle bien ressembler? Ont-ils chosis de n'être vu que par de rares élus? J'aimerais tellement le savoir... Au fond, je ne les envie pas, je me sens même désolée pour eux. Yokai ou pas, qui a envie de vivre caché?

Et qui a envie d'être considéré avec l'horreur et la terreur avec laquelle les villageois regardent maintenant les deux Kirins maintenant visibles? Plusieurs reculent, certains crient, je vois même Kyomi porter une main à sa ceinture, et puis tout dégénère: Shinko se débat comme un possédé et arrive à m'échapper en me griffant. Dès qu'il touche le sol, il se jette sur les Yokais, mais une fois devant eux, il commence à regarder vivement autour de lui et à tourner en rond. Ils ont déjà disparu... Les yeux baissés, j'attends la fin de l'altercation Kyomi/Miwako pendant qu'un villageois panse mon bras blessé par mon tigre, puis ne me joins à eux que pour revoir et discuter des différents témoignages. Je ne dois pas me laisser avoir. Ces deux Kirins sont peut-être des alliés, mais le Yokai que nous traquerons demain n'en sera pas un. Il me faut être prudente.

Le travail se fait très rapidement et nous arrivons à déterminer où nous devrons concentrer nos recherches. Avec tout ça en tête, nous pouvons nous permettre d'aller dormir un peu avant de se mettre au travail. Kyomi et moi, par souci de pratique et de sécurité, dormons dans la même chambre, et une fois que nous sommes à l'abri des regards et des oreilles, j'attrape le bras de ma servante qui se retourne avec interrogation.

-Nadeshige-san?

Je fronce les sourcils et commence la longue réprimande  par signe.

Ce qui s'est passé aujourd'hui avec Miwako-san, je ne veux plus jamais je ça ne se reproduise. Tu es peut-être mon interprète et je compte beaucoup sur toi, mais tu n'es qu'une servante et tu dois connaître ta place. Nous avons beaucoup de chance d'avoir le droit de participer à cette mission et je ne te laisserai pas ruiner le tout. Tu m'as compris?

-Mais... ses monstres...

Ce ne sont pas des monstres, ce sont ses gardiens, et je te conseillerais de leur montrer plus de respect que ça.

-B... Bien, Nadeshige-san.

Je hoche doucement la tête et nous nous en tenons là pour cette fois. Je sais qu'elle a compris, elle est protectrice et n'aime pas me voir me rabaisser face à ceux qui me sont, il est peut-être vrai, inférieur, mais qu'importe. Moi aussi, je connais ma place.

Je mets beaucoup de temps à m'endormir. Demain sera une très grande journée, peut-être ma dernière si ce Yokaï est vraiment dangereux... mais non, ça n'arrivera pas, sinon l'Onmyouji ne nous aurait pas laisser nous joindre à elle... n'est-ce pas? Ce sera difficile, mais tout ira bien. Shinko vient se blottir contre moi, je lui gratte tendrement les oreilles et arrive enfin à m'endormir.

Le lendemain, Kyomi et moi partons rejoindre Miwako le plus tôt possible. Nous nous saluons et mangeons rapidement, puis la jeune femme nous donne des magatamas, une sorte de collier... j'en ai entendu parler au temple, mais je n'en avais jamais vu ou mis avant aujourd'hui. Kyomi semble très pâle, je me demande si elle a beaucoup dormi...

Après le repas, nous nous mettons en route. Avant d'arriver là où nous avions prévu de véritablement enquêter, j'ai laissé Shinko marcher seul et il n'a pas arrêter d'embêter le Kirin qui est resté avec nous, mais dès que nous arrivons près de la rivière je le reprends dans mes bras. Nous ne pouvons nous permettre de le laisser se promener seul, il est trop petit pour ça. J'ai apporté avec moi l'arc de Gekigami, au cas où nous pourrions avoir besoin de nous défendre et bien qu'elle ne me l'ait pas dit explicitement, je sais que Kyomi a caché un couteau dans son kimono et qu'elle a probablement une deuxième arme.

Elle me répète l'ordre de Miwako, repérer des indices, et je hoche la tête avant de me mettre au travail. Ma surdité et mon mutisme sont un handicap, certes, mais j'ai mes yeux pour les remplacer et ils voient des choses que d'autres ne remarqueraient pas.

... Là, près de la rivière! On pourrait confondre avec un trou causé par l'eau de la rivière, mais je ne peux pas m'y méprendre: c'est une trace de pas. De quoi par contre, je l'ignore, ce qui est un très bon signe. Nous cherchons un monstre, pas un animal. Je fais signe à Kyomi et elle traduit mon explication avec une pointe de curiosité.

-Nadeshige-san dit qu'il y a des traces ici. On pourrait les confondre avec des flaques d'eau, surtout après la pluie, mais elle sait les différencier.

Je relève doucement la tête pour regarder où mène les trace, mais le Yokaï a dû tenter de traverser la rivière car la piste s'efface plus loin. Mais... il doit y avoir autre chose! Vu l'angle des traces, il a dû partir vers l'ouest... je jette un œil au boisé. Pour un Yokaï, il est discret, mais j'ai ma petite idée du chemin qu'il a dû utiliser. Je pointe vers la forêt et y ajoute quelques explications.

-Elle croit qu'il est parti par là, mais comme c'est un chemin très utilisé par les civils, elle doute qu'elle puisse repérer d'autres traces.

Le sol est trop tapé... je me relève doucement en serrant Shinko contre moi. Était-ce ce que nous recherchions? Que devons-nous faire maintenant?


Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 338
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Jeu 7 Mai - 0:54

Miwako observait d'un oeil discret et attendrit les jeux du protecteur des terres. Si le petit tigre trouvait le courage pour chercher des noises au kirin, le gardien s'amusait clairement avec le bébé. Le yokai faisait bien attention, aussi bien à ne pas ralentir le rythme, qu'à garder l'animal proche du groupe pour le chemin. La Kannushi eut la bonne idée de le reprendre dans les mains une fois qu'ils furent sur place.

Les deux femmes avec elles étaient tendues, peu rassurées, mais elles n'abandonnaient pas. L'onmyouji trouva ce courage digne et comprenait davantage le choix de leur déité. La demoiselle n'aurait jamais l'idée de remettre en cause la volonté d'un Kami, mais savoir que la Kannushi était élue et comprendre pourquoi, étaient deux choses différentes. Jusqu'à présent l'élue avait montré de nombreuses qualités, digne de son statut.
Miwa cherchait des indices, mais veillait également à restait près de ses compagnons. Elle avait bien conscience qu'elle était leur seule véritable protection et ne comptait nullement faillir à sa tâche, cela la rendait toutefois moins efficace dans les recherches. Son attention était divisée. La présence d'onji à ses côtés était rassurant, mais également stratégique: Avec son passé Hono serait capable de ne pas protéger correctement Nadeshigo-sama et sa suivante. Elle pourrait placer la vie de l'onmyouji avant celle de l'élu, ce qui n'était pas le bon ordre. Onji ne ferait pas une telle erreur, car le protecteur de la terre savait garder la tête froide et l'ordre des priorités. Miwako savait qu'il le ferait probablement à contre coeur, mais le Kirin avait un grand sens du devoir.

L'agitation de l'élue de Gekigami n'échappa pas à Miwa, qui s'approcha alors de la trace. L'onmyouji hocha la tête pour montrer qu'elle avait bien compris. Elle s'agenouilla pour mieux observer, ses yeux se portèrent sur la trace et s'écarquillèrent de surprise. Elle ne s'était pas attendu à un tel yokai, il avait pourtant un comportement étrange...pour autant qu'étrange est un sens dans ce monde si particulier.
Onji pressa sa patte contre le dos de sa maîtresse, car celle-ci gardait ses pensées pour elle-même, ce qui au vu de la situation n'était pas possible.

"N'oublie pas tes invités."

La demoiselle se tourna d'abord vers son gardien, un peu surprise, puis eut une mine confuse. Cette situation intrigante avait mis en route son cerveau tout seul, lui faisant oublier quelques instants qu'elle n'était pas seule, pour une fois.

"Pardon, j'étais dans mes pensées... cette affaire à quelque chose de curieux."

commença à expliquer calmement la jeune femme.

"D'après ces traces nous avons à faire à un oni."

L'onmyouji ne fit pas l'insulte de leur expliquer quel yokai c'était. C'était probablement un des yokai les plus connus du folklore, bien qu'autant de vérités que de mensonges circulaient à leurs propos.

"Ce qui est bizarre, c'est qu'il n'y ait pas de mort. Les onis sont omnivores, certains ont même un penchant pour l'alcool. L'humains fait toutefois partie de leur plat préféré, c'est pour ça qu'il y a en général des morts dès qu'ils sont dans le coin...ils peuvent cependant très bien vivre sans manger quiconque...et apparemment, c'est le cas de celui-là."

La jeune posa sa main sur le bas de son visage, son cerveau travaillait.

"Il existe bien des cas de sang-mêlé, avec du sang d'oni dans leur veine...même si cela va à l'encontre des instincts de ce yokai..."

Miwako se rappelait en avoir vu quelques exemples dans les carnets de ses ancêtres. Elle fit une petite grimace. Elle n'était pas la personne avec l'esprit le plus fermé au monde, mais vu l'aspect de onis, la demoiselle se demandait vraiment qui pouvait avoir envie de coucher avec ces derniers. L'onmyouji finit par cacher son visage avec ses mains

"..En fait, je ne veux pas savoir..."

La jeune femme se releva.

"Onji, maintenant que l'on a vu une trace de pas, tu peux nous guider jusqu'à lui."

"Sans souci" Lui assura son gardien.

Le kirin se mit en mouvement et le trio lui emboita le pas. La religieuse commença alors à expliquer.

"Onji est lié à la terre et au sol, il peut sentir des traces que nous ne voyons pas à travers le sol. C'est un pisteur unique et surtout, vous ne pouvez pas vous en débarrasser...à moins de voler ou nager."

Suite à cette courte explication, Miwa se tut et fit signe à ses compagnons de se faire les plus silencieuses possible. Elles s'enfoncèrent en effet dans la forêt et s'arrêtèrent après un peu plus d'une quinzaine de minutes de marche.
Onjidashu signala à sa maîtresse que le yokai n'était plus très loin et qu'il était temps d'établir un plan. Le monstre était à l'arrêt, probablement assit sur un rocher ou un tronc d'arbre vu la position des pieds qu'il pouvait sentir. L'onmyouji se tourna alors vers le groupe

"Nous allons bientôt apercevoir le monstre. Comme certains onis maîtrisent la magie, il vaut mieux le prendre par surprise. Nous n'allons donc pas traîner autour de lui, nous risquerions d'être repérés. C'est pourquoi je nous ai faits arrêté plus tôt. Nous ne le voyons pas et ne l'entendons pas, lui non plus."

Ce qui ne l'empêchait pas de chuchotter par précaution. Miwako sortit un papier à la silhouette humaine, avec d'étranges formules écrites et symboles.

"Nadeshige-sama, je vous prie de rester cacher ici avec votre servante, de ne surtout pas bouger ou émettre le moindre son, même si vous voyez l'oni."

La jeune femme se tourna vers sa gardienne.

Hono tu vas m'attirer l'oni jusqu'ici s'il te plait. Je te fais confiance pour trouver un moyen afin qu'il te suive."

La kirin des flammes hocha de la tête avant de continuer plus loin, Onji lui ayant indiquer la direction à prendre

"Hono va attirer l'oni ici, cela va me permettre de me concentrer sur un sort d'entrave plus puissant en attendant. dès qu'il mettra les pieds ici il ne pourra plus bouger, mais pour réaliser un tel tour, j'ai besoin d'être uniquement concentrée sur cette tâche. Onji va garantir notre sécurité ayez confiance"

Ajouta l'onmyouji avec un sourire confiant et doux, avant d'entamer ses incantations pour le capturer. Onji surveillait tout ce qui se passait à travers la terre



Absente jusque fin aout


Dernière édition par Abe no Miwako le Lun 12 Oct - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nadeshige Hitoko

avatar

Mort

Messages : 213
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 20

Feuille personnage
Age: 19
Titre: Kannushi du Tigre
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Sam 3 Oct - 19:19

Un… un oni? Plusieurs contes et légendes me reviennent à l’esprit alors que l’onmyouji nous explique un peu ce que nous cherchons. Il n’y a pas de mort, du moins aucun témoin n’en a rapporté, donc tout porte à croire que nous ne tomberons pas sur l’oni le plus agressif qui soit. Une bonne chose, même si moi et Kyomi ne sommes pas tout à fait rassurées, aucune d’entre nous n’avait vu de yokais de nos propres yeux avant de rencontrer les kirins de Miwako, et nous savons très bien que cette chasse peut être très dangereuse. Nous suivons donc notre guide en restant sur nos gardes, en se fiant aux dons de traque d’Onji qui dépassent nettement les miens, qui ne peux me fier qu’à mes yeux pour retrouver une piste. Plusieurs minutes plus tard, nous nous arrêtons et Miwako nous donne un peu plus d’instructions. Le kirin restant devra se charger d’attirer le yokai et sa maitresse le capturera, pendant que Kyomi et moi avons l’ordre de rester cachées. Soucieuse, je fais quelques signes que ma servante traduit dans un murmure rempli de nervosité.
 
-N’y a-t-il rien que nous puissions faire pour vous aider?
 
Je ne pensais pas que nous devrions fuir ou se cacher à un moment aussi critique… bien qu’au fond la décision ne me surprenne pas. Nous ne sommes pas des onmyouji et donc j’ignore à quel point nous pouvons véritablement lui apporter notre aide, mais je suis un peu déçue de savoir que nous avons le droit de venir, simplement pour rester cachées. Aussi je me permets de lui demander s’il n’y a pas moyen d’en faire plus.
Ce n’est pas l’avis de Kyomi qui doit être bien contente de se retournement de situation, car elle me dit silencieusement en quelques signes.
 
Elle sait ce qu’elle fait. C’est trop dangereux de s’en mêler, vous ne savez pas ce qui pourrait arriver.
 

Je baisse doucement la tête en guise d’approbation, puis accepte de rester cachée pour le moment. Dans mes bras, Shinko est étrangement tranquille, et après quelques secondes je constate que le bébé tigre tremble de tous ses membres, collés contre moi et bien décidé à ne pas bouger de là. Qu’est-ce qui lui arrive? Il ne le sent tout de même pas approcher? Je le serre un peu plus dans une tentative vaine pour le rassurer et observe attentivement ce qui passe autour de nous, déterminée à voir l’oni dès que possible.


Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 338
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Mar 13 Oct - 1:19

"Pas avec un Oni."

Répondit simplement la jeune femme.  Parmi les yokais, ces derniers ne faisaient pas partie des plus faibles et même les apprentis de leur profession ne s'attaquaient pas à cette espèce lors d'une première rencontre. Miwako ne les aurait d'ailleurs pas emmener si elle avait pu déduire la présence de cette créature avant. La demoiselle avait pensé que le yokai ne devait pas être si dangereux puisqu'il n'y avait aucun mort déclaré, elle s'était trompée. A présent, elle devait tout faire pour que cette erreur n'est pas de fâcheuses conséquences.  

Heureusement ces deux accompagnatrices semblèrent raisonnables et se mirent en retrait. L'onmyouji prit rapidement un bâton, pour tracer sur le sol quelques symboles, pour renforcer son sort.  Onji fut un peu surpris lorsqu'il vit les marques, comprenant que sa maîtresse comptait capturer l'oni au lieu de le tuer directement. Le kirin du sol comprenait la curiosité de sa protégée, il agissait étrangement. Les sorts, rites, formules, sutras ne manquaient pas à l'arsenal de Miwako, car les exploiter n'était pas si simple que cela. Il y avait beaucoup de paramètres à prendre en compte, du type de yokai à affronter, au but de l'incantation, il ne fallait pas oublier les influences que pouvait avoir les directions, l'emplacement ou l'heure. Autant de paramètres obscurs aux profanes qui justifiaient les années d'apprentissage, mais aussi la grande capacité de mémorisation des onmyoujis.  La jeune femme ne prit pas le temps de cacher tout cela, n'en ayant pas beaucoup devant elle et reprit sa place, pour entamer l'incantation lui permettant de capturer la créature.

Hono de son côté ne tarda pas à retrouver l'oni. Ces créatures avaient toujours une odeur particulière et forte, qui le rendaient facilement repérable à tout museau sensible. Pour celui-ci il y avait quelque chose d'étrange, il ne sentait pas la mort, ni le sang, comme s'il n'avait encore jamais dévoré d'humain. C'était presque contre nature pour un tel être. La kirin des flammes parvint prêt du yokai, qui ne lui prêta pas d'attention. La créature était étrangement replier sur elle-même, marmonnant des phrases que la protectrice ne parvenait pas à comprendre. La gardienne décida de ne pas perdre plus de temps et insulta l'oni pour attirer son attention d'une part, puis qu'il lui courent après de colère. Le yokai ne  se fit pas prier et se mit à la poursuivre rapidement. Les onis n'étaient pas connus pour être des créatures avec un grand sang froid et celui-ci faisait honneur à la réputation de siens dans ce domaine là. Hono voyait bien cependant que la créature en face d'eux n'était pas totalement ce qui était prévu. Onji et Miwa allaient devoir un peu improviser.

L'onmyouji vit le cercle légèrement s'illuminer, avec une douce couleur bleuté. Cette faible lueur était difficile à voir de jour, ce qui arrangeait bien la religieuse. Elle continuait de réciter le sutra en boucle, mais bloqua la figure en cours avec le chapelet, pour ne pas lancer le piège tout de suite. Il était prêt à être enclenché. Hono continuait d'insulter l'autre yokai et faisait preuve d'une certaine imagination dans le domaine. La kirin s'amusait comme une petite folle, Miwako pouvait l'entendre. La jeune femme resta focalisée sur la voix de sa gardienne et fit abstraction des bêtises gênantes raconter par cette dernière, le but de ces diatribes étaient de donner à l'onmyouji une idée de la distance et de pouvoir suivre leur arrivé avec plus de précision.

Hono courra jusqu'au milieu du cercle, l'oni ne le vit même pas. La protectrice du feu se retourna pour faire face au yokai et le narguer. L'ayakashi arma un coup, que la gardienne esquiva d'un bon souple. Ce dernier lui permit également de sortir du piège, ce que Miwako ne loupa pas. Aussitôt elle prononça les mots et décrivit la figure avec le chapelet pour enclencher le piège.
La lumière douce et discrète devint plus violente, pour englober le yokai au milieu du cercle. L'onmyouji restait concentré, car elle sentait à travers le chapelet que tout ne se déroulait pas comme prévu. Le sort était plus faible ou l'adversaire faisait preuve d'une plus grande résistance qu'attendu. La jeune femme serra les dents face à cet imprévu. Entre la colère de l'oni et le manque de résistance de son piège, il pourrait risquer de s'enfuir, une fois la surprise passé. Le yokai n'était même plus en colère, il était paniqué et perdu. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait autours de lui. La religieuse ordonna:

"Onji, jusqu'à la taille."

Le Kirin du sol transforma la terre sous les pieds de l'oni. Il commença à s'enfoncer dans ces terres devenues mouvantes se retrouva embourbé jusqu'à la taille.

Miwako lâcha alors le chapelet. Le piège maintenait toujours la créature, elle n'avait cependant plus besoin de le soutenir. Elle regarda le yokai, dont le visage ne reflétait à présent plus que la peur. Un visage douloureux à voir, car ils comportaient certes les traits d'un oni, mais certains autres trahissaient une part d'humanité. C'était ce corps physique, cette partie humaine qui avait affaiblis l'effet du sort,  réalisé contre uniquement contre un oni. Cela voulait aussi dire que ces deux accompagnatrices pouvaient voir ce métisse, qui hurla

"Qu'est que vous me voulez!! J'ai rien fait de mal ! J'ai tué personne, relâchez-moi !"

L'onmyouji se passa une main sur le visage, ce cas allait être plus délicat. Elle se tourna vers les deux autres femmes, pour simplement ajouter.

"Approchez-vous, il est prisonnier pour l'instant et ne pourra pas sortir de là"

Entre l'entrave spirituel du piège et l'entrave physique d'onji, le métisse était complètement entravé. Miwako se retourna de nouveau vers le demi-Oni pour ajouter d'une voix douce mais ferme.

"C'est faux. Les villageois attaqués, c'est toi n'est-ce pas."



Absente jusque fin aout
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5123
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko] Dim 6 Mar - 20:03

Sujet déplacé dans les abandonnés.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko]

Revenir en haut Aller en bas
 

Un oni n'est pas toujours méchant, mais souvent bête [PV Hitoko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» «Suis toujours ton coeur, mais prends ton cerveau avec toi» || Hippo
» Gabriel Lawliet - Gentil & méchant ? Mais ce n'est qu'un enfant ... (100%)
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» [Achat En cours] Un bébé très méchant mais à croquer...
» MIN SE YUN ✚ bête et méchant, mais surtout bête.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..