AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Jeu 11 Déc - 23:57


Alors que le feu des Setsu semble sur le point de s'étouffer, seule les forces de l'ombre projetée par ses flammes, les guerriers shinobis du village de Honoo, semblent à même de faire front efficace contre les vautours qui profitent de la mise à sac des Yokaïs sur Hibana et Kazan pour venir chercher les restes. Alors que Moe résonne du cri d'horreur résultant de la nouvelle du retour de leur Daimyo et de leur Kannushi endormis, le peuple se soulève en quête de l'ordre qu'il a toujours connu en ses terres, habituellement tenu de main de fer par Gekido. Des détracteurs, auparavant cachés, se révèlent, tentant de rassembler la populace afin que le prétendu joug du Seigneur Phénix touche à sa fin, pour que le domaine de Moegami devienne le premier territoire libre de l'Empire.

Si cette révolte en éveil est encore bien faible, la flammèche qui l'anime menace de devenir un véritable incendie et les forces des Samuraïs sont sollicités de toute parts. Le Taisho ne peut se charger de ses armées de défense, trop occupé qu'il est à pourchasser les êtres surnaturels et à enquêter sur les raisons de tout les mystères entourant la somnolence qui semble avoir prit la moitié du pays. Les nouvelles de Kazan et de son Gouverneur-Taisa ne sont pas meilleure, et la Capitale du clan semble livrée à elle même.

Le Destin pousse ainsi les combattants de la nuit à se révéler pour protéger ce qui est le plus cher et à prouver leur loyauté, à leur tête, Mononoke et son masque grimaçant pénètre la Megapole agitée et rallient les suivants du Bushido, dont la jeune Fukyuubi Hibana. Parviendrez vous à mobiliser vos forces afin de rétablir l'Ordre au cœur du clan du Feu et à vous entendre malgré vos voies si dissemblables ? Arriverez vous à faire face à la gangrène qui se révèle sous la patine si fragile de l'Ordre imposé par le Phénix ? Saurez vous protéger votre Daimyo, récemment rentré de Kazan dans un coma inexplicable partagés par des milliers d'autres sujets du clan ?

De votre organisation résultera peut être le Destin des enfants de Moegami et de leur Terres Ancestrales.

Spoiler:
 


Dernière édition par Souteigai le Mer 29 Juin - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Lun 15 Déc - 22:25

Spoiler:
 

Disparue... Détruite... Réduite en cendres...
La belle ville qui,l'avait vue naître, et dont elle portait le nom, n'était plus que ruines. Les Yôkais l'avaient ravagée. Les gens qu'elle avait connus? Envolés. Sa mère, sa pauvre mère?... Arrachée à la vie par les monstres. Le reste n'était que braises et fumée. Pis encore: son idole, son guide spirituel, celui pour qui elle s'était entrainée toute sa courte vie de samouraï, le Daimiyo, était victime d'un noir maléfice le plongeant dans un coma profond... Et le pire dans tout ça? Tout lui était passé sous le nez. Si seulement elle avait été présente, rien de tout cela ne serait arrivé. C'était sa conviction...



"Seigneur Moegami, je vous en prie, si vous entendez mes prières... Venez-nous en aide..."

Hibana était assise sur le parvis de sa garnison, une des rares à ne pas avoir brûlé à plus du quart. Les rares survivants de l'attaque s'y faisaient soigner, et ce n'était partout que plaintes et dégoût pour les membres du glorieux clan Setsu.
Elle serrait dans sa main la lettre qu'elle reçut trois jours plus tôt, imbibée de ses larmes et toute déchirée par ses poings rageurs, colportant cette nouvelle désastreuse. Voilà, après son père, sa mère. Et sa ville. Mais aussi son idéal. Elle se sentait si seule à présent. Complètement perdue. Sans Setsu pour la guider, où irait-elle? Elle n'était faite que pour servir.

Son visage ne laissait transparaître aucune émotion, mais ses yeux coulaient. Elle se devait de rester forte, à l'image du clan, alors que maintenant, les dernières forces de Setsu se rassemblent et s'organisent, elle se devrait de montrer l'exemple.

Vivre pour le Daimiyo! Le rendre fier, quelque fut son état. Hibana nourrissait toujours le désir secret d'être remarquée par Gekido-sama, elle avait toujours voulu être sa meilleure samouraï. Et c'est avec une amère fierté qu'elle s'obstinerait à l'être.

Mais tout de même... Ce sommeil dans lequel il était plongé l'intriguait. Elle n'avait pas encore pu voir son suzerain en personne, mais elle espérait qu'il pourrait s'en sortir... Non... Qu'il devait y avoir un moyen de le sauver.

Il y avait forcément un moyen. Et s'il y avait bien quelqu'un d'assez déterminé pour le trouver, c'était elle.

Elle trouverait.

Le ciel couvert de cendres au-dessus de la cour était étouffant. Hibana commençait à sentir la soif la dessécher, elle suait à grosses gouttes, restant plantée là à surveiller le flux de survivants qui arrivaient, de garde à l'entrée du poste improvisé. C'était bruyant et elle était debout depuis des heures. Il devrait y avoir une relève, mais le personnel manquait, évidemment.


"Si seulement je savais quoi faire... Il doit bien y avoir quelqu'un à qui parler..."

Elle guettait la foule de blessés et de volontaires paniqués. Espérant apercevoir un visage connu ou du moins, renommé. C'est vrai ça, pourquoi n'y avait-il aucun officier haut-gradé dans l'un des seuls coins où les Setsu pouvaient encore se réunir en "sécurité"? Qui dirigeait tout ça?

Cela exaspérait Hibana. Elle se se sentait le besoin de crier un peu, pour faire bouger un peu les fesses à tout le monde. ça ne pouvait pas être des membres du clan du Coq, des chiffes molles pareilles! Et vas-y que je suis débordé, que je geins, me plains, traîne la patte... Bon sang, ces victimes des yôkais lui tapaient sur les nerfs et la rendaient d'humeur exécrable. Elle serra plus fort la lettre dans son poing. Elle ne tenait plus, que ce soit la pression sur son petit coeur fragile d'avoir perdu ceux qui lui étaient chers, ou la frustration de voir le clan n'être plus que l'ombre de lui-même... Elle cria sur les premiers venus, une troupe de soldats survivants accompagnant quelques blessés légers.


"Vous allez vous bouger oui?! Et ça se dit Setsu?!"

ça lui avait échappé, mais elle n'eut droit qu'à quelques regards de travers un peu autour d'elle. Elle soupira fortement, retournant à son poste en traînant des pieds, non sans jeter un regard en vrille à son "officier" qui se tenait juste là, à s'occuper d'une petite troupe d'autres soldats désemparés, l'air de dire "Ben quoi?".


"Il fallait que je les fasse bouger. Ils bloquaient le passage."




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Setsu Akane

avatar

Jônin

Messages : 171
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Ven 2 Jan - 17:34

Pensive, en pleine rue de Moe, je repense à ces derniers jours. Le chaos, il n’y a pas d’autre mot. Deux villes importantes de Setsu mises à sac par des Yokai ; des soldats et des civils morts dans tous les coins, la panique, le Temple détruit... mais pire encore : la Kannushi ET le Daimyo endormis, alors qu’ils sont les seuls éléments réconfortants pouvant redresser le pays. Mes troupes n’ont pas pu intervenir lors des attaques. Centralisées à Honoo et moi-même résidant à Boya, je n’ai eu le temps de les solliciter que lorsqu’il était déjà trop tard. D’ailleurs, certains d’entre eux se sont aussi évanouis dans un sommeil profond duquel même leurs familles n’ont pu les tirer.

Certains informateurs me disent que le même type de désastre est arrivé à Fukyuu et aux autres clans, que même le Daimyo de glace est devenu complètement fou et incontrôlable. J’aimerais pourtant que Zakuro soit près de moi mais lui aussi traverse une épreuve et pas des moindres... J’espère d’ailleurs qu’il ne fait pas partie des endormis car je ne peux pas sauver tout le monde. En effet, à la minute où j’ai appris qu’Ame était touchée par le même mal que mon frère, j’ai cherché une solution. Masao, toujours présent, a tenté de m’aider à construire une réflexion mais cela n’a rien donné.

Bien que ce ne soit pas encore une guerre civile, on entend déjà à Boya des rumeurs de révolte et d’empire libre. Soucieuse et peu confiante en les capacités des Samouraï pour protéger correctement nos deux êtres divins, je déménage rapidement à la capitale et reprends ma chambre au château, alors que Masao a l’ordre de veiller sur Honoo et de préparer les troupes. Mikan reste d’ailleurs en arrière pour le moment car les risques sont trop grands qu’elle se retrouve seule et soit blessée. Les ninjas dissimulés à la capitale ont comme consigne de ne pas lever le petit doigt pour le moment, à part pour empêcher les premiers rebelles de former de trop grands groupes et de semer le vent.

J’entends que le Taisho est passablement occupé à gérer la sécurité du pays et à s’occuper des Yokai. Mais quelque chose me dit qu’ils ne sont pas la seule cause de ce problème massif. Je le laisserai donc faire son travail, mobiliser ses troupes comme je mobilise les miennes et aviserai par la suite. Une alliance me semble cependant inévitable... si les Samouraï et les Shinobis ne fonctionnent pas ensemble, ils finiront par s’entretuer, juste parce qu’ils ont des méthodes différentes. Et ce n’est pas le moment de fonctionner comme cela. Vraiment pas.

Sortie de ma torpeur, je rends visite sans masque à mon frère et à celle qui devait être dans quelques jours ma belle-sœur et l’épouse du Seigneur. Est-ce un signe de Moegami, indiquant que ce mariage ne doit pas s’accomplir immédiatement ? J’oublie rapidement ce raisonnement et observe les deux endormis longuement.

- Pas terrible, cette première nuit ensemble... dis-je sur un ton plaisantin, pour oublier la douleur de les voir immobiles.

Je n’aurais pas pensé souffrir du silence de mon frère, moi qui ne demandais que cela lors de nos longues et mouvementées conversations. Mais en le voyant ainsi vulnérable, je redécouvre son humanité. Combien de fois ai-je eu envie de le tuer ? Probablement souvent... Une envie sérieuse, qui n’a jamais duré bien longtemps mais qui était belle et bien présente à certains moments. Ame, déjà fragile, risque de s’affaiblir petit à petit alors qu’elle dort comme un bébé. Je sers les poings, me sentant impuissante face à la situation puis reconsidère cette idée d’alliance.

* Il faut qu’elle ait lieu maintenant... autrement, nous serons perdus. *

En sortant du château, j’appelle quelques Genin et leur demande de repérer les Samouraï et les Taii présents dans la ville et de les amener à un point rencontre. Quelques heures leur suffisent pour ramener certains soldats et, sous mon masque maintenant remis, je souris en voyant arriver Tomyo Yudai, les bras maintenus en arrière par l’un de mes Genin les plus forts.

- En voilà une bonne... dit-il, un sourire en coin, légèrement tendu.
- Alors comme ça, on se la coule douce pendant le désastre ?

J’avais déjà croisé cet incapable dans les rues, mener ses hommes de façon plus qu’incompétente. Véritable tortionnaire parfois, il n’en menait pas large lorsqu’il fallait passer lui-même à l’affrontement et sacrifiait parfois des troupes inutilement.

- Ce n’est pas à Mononoké de passer à l’action, laisse les Samouraï faire leur travail, dit-il d’un ton arrogant malgré sa position inconfortable.
- Séparément nous sommes faibles pour affronter l’adversité et redresser Setsu. Nous devons agir ensemble.
- Les Taisa et Taisho n’ont donné aucune directive...
- Il ne faudra pas attendre leurs ordres pour agir, cette fois.
- Quoi ?!

Je m’approche de la tête à claque, qui se tait en saisissant mon agacement.

- Je ne ferais pas le malin si j’étais toi. Sans l’aide de mes hommes, tu n’iras pas loin. Le dévouement des Samouraï a parfois des limites quand les supérieurs sont absents. Prend ton rôle de responsable au sérieux et tout se passera bien.

Il ne perd pas de temps à me cracher au visage ; mon Genin saisit son kunaï et lui place sous la gorge aussi vite que j’essuie le geste de l’impoli d’un revers de bras. J’arrête le geste de mon élève et lui demande de le relâcher, en regardant ensuite les autres Samouraï, dont une jeune fille dont l’air déterminé attire mon attention.

- J’agirai de mon côté, peu importe combien de fois on me crachera dessus. Et, bien que je pense qu’on ne crache pas sur les siens comme on ne crache pas sur son clan, je n’hésiterai pas à éliminer les traitres et autres perturbateurs. Notre Clan va mal. Setsu-sama et notre Kannushi sont endormis et notre feu s’éteint. Mes actes n’ont pas toujours été lavés par l’honneur mais ont toujours été dans l’intérêt de notre Clan. Je défendrai Setsu au péril de ma vie si cela peut ramener nos dirigeants et redresser notre nation. Que ceux qui s’en sente également capable me suivent... que les autres ne nous dérangent pas.

Je fais un signe aux ninjas postés aux alentours et certains prennent déjà la bonne direction. Les Samouraï hésitent mais je sens que certains sont prêts à défendre Setsu corps et âme... c’est bien là leur seul mérite. Je fais mes premiers pas en arrière, sans tourner mon dos, prête à m’évanouir dans le chaos à mon tour, attendant secrètement que les Samouraï se réveillent pour passer à l’action.


[HRP : désolée pour le retard, je tâcherai de répondre un peu plus vite par la suite.]


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Mar 13 Jan - 8:30


Évidence. Fatalité. La voie des ombres et celle du bushido ont toujours étés des chemins parallèles, totalement incompatibles, mais allant pourtant vers le même dessein : La servitude offerte à leur maître. Shinobis et Bushis ne s'imaginaient pas travailler de concert, même si la nécessité faisait foi. Où bien Était ce uniquement vrai à Setsu ? Des nouvelles de Kenshu, provenant de Kazan annonçait que le clan du Tigre était dorénavant aux mains du Jonin local. Bien entendu, comme on ne savait qui était Mononoke, son nom ne transparaissait pas dans les rapport. Mais les faits étaient assez nombreux à se corroborer pour indiquer qu'un état d’esprit totalement différent avait prit les gens de Gekigami. Travaillant de concert, peu importe leur caste, ils relevait leur territoire par la force de leur unicité.

Ce qui faisait cruellement défaut en ces lieux. Setsu était divisée sans le point central qu'était le fils d'Ichigo et sans la flamme de celle qu'il avait choisit pour devenir, un jour, sa femme, si le destin voulait bien qu'ils se sortent de leur torpeur.

Pourtant, des regards croisés, celui d'une jeune pousse des lames du clan, croise l'autre, masqué celui-ci, de la plus haute autorité reconnue par les ninjas du feu. Dans le fond de chacun de ces yeux, vous lisez mutuellement le besoin de protéger ces terres, de révéler la chaleur bienveillante qui se cache sous les flammes brûlantes et dévorantes des enfants de Moegami. Si la chaîne de commandement shinobis parait intacte, celle des bushis est éparpillée aux quatre vents. Tomyo Yudai est un pion sur lequel la maîtresse masquée a une emprise totale... Mais il n'est ni apprécié, ni fédérateur. Si les instructions du Taisho sont inexistante en ces temps, probablement affairé à tout autre chose, tout les Taisas ne restèrent pas sans renforts à fournir.

Venue de l'Ouest flambant, des monts de colère endormis, une troupe pénétra bientôt Moe, portant les armoiries de la famille Kiyooki, les régents de Kazan et de son descendant actuel : Amadotsu Kodan. à leur tête, un Taii au visage couturé de cicatrices qui aurait pu être beau autrefois. Ses cheveux sont long et détachés, mais entretenus et ramenés vers l'arrière. Il n'est ni grand, ni petit et sa carrure n'est pas plus vaste que celle du Yokuni moyen. Ses atours sont particulièrement riche et travaillés, dénotant probablement d'une ascendance noble, si cela existe à l'Ouest. Son Haori de riche facture est orné d'un dragon qui lui cours de l'épaule droite à la gauche. Ses couleurs, Or et Rouge, révèlent son attache totale à l'héraldique du clan et le regard noir et déterminé qu'il cache derrière son visage marqué est totalement en accord avec l'urgence du moment.

C'est ainsi qu'il se présente, à la tête d'une petite centaine d'homme, une missive à la main dont le destinataire est à l'attention du "régent de la Capitale". Très vite, cette lettre tombe entre les mains de la Jonin, puisque aucune autre plus haute autorité ne semble être reconnue en ces instants pénibles à Moe. Le contenu de cette dernière est signé du symbole floral qui marque les armures des nouveaux venu et écrite d'une main pressée par le temps, certainement inquiète, du Volcan apaisé qui ne devait plus vraiment l'être actuellement :

Amadotsu Kodan a écrit:
à l'attention du Gérant.

Je suis Amadotsu Kiyooki Kodan, Taisa de l'Ouest et Gouverneur de Kazan, par cette missive, je vous fais serment d'allégeance en cette sombre époque. Qui que vous soyez, nous devons révéler à Yokuni l'unicité du feu des Setsu, il en va de notre survie. Plus à l'Ouest encore, le Tigre se relève et montre ses crocs, il est des nouvelles qui annoncent que Kenshu aurait menacé Fuukyu. Rien ne laisse présager aux frontières que j'administre que la foudre frappera nos terres, mais je me dois d'être présent et de les défendre si besoin est.

Je vous envois et vous confie l'un de mes Taii et ses hommes les plus fidèles. Shinshiro Jigake n'a aucun autre vœu que celui de servir le clan, sans conditions et par n'importe quel moyen. Il n'est pas d'une grande conversation, mais aucun allié ne lui fera honte si il s'agit d'un disciple de Moegami. C'est un homme idéal, comme vous devez l'être vous même, pour notre époque terrible.

Dès que les frontières de l'Ouest seront pleinement sécurisée, je viendrais vous rejoindre et vous jurer fidélité de vive voix. Moe ne peut tomber, vous êtes notre unique espoir et il me tarde de vous rencontrer en personne, vous qui portez dorénavant notre Feu.

De ses yeux grave, le dénommé Shinshiro Jigake tente de passer par delà le masque qui couvre le visage de Mononoké afin d'en percer les mystères. Puis il se ravise et pose un genou à terre en signe de servitude. Ce samuraï là n'a aucun mal à plier l'échine devant un shinobi et s'avérera peut être utile comme outil de pont entre ces deux mondes si le besoin s'en fait sentir. à moins que vous ne trouviez un autre moyen de juguler le chaos naissant au cœur de la Megapole.

Il est plus que temps de resserrer les liens du feu à présent, car des civils en sont même à sortir dans les rues dorénavant pour prôner la liberté du peuple des flammes, soit disant délivré du joug du Tyran Phénix.

Si le cœur du clan, sa capitale chatoyante, venait à tomber, qu'adviendrait-il des disciples de Moegami ?
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Dim 18 Jan - 18:04

Spoiler:
 


Comme c'était frustrant. Il se passait tellement de choses à la fois, et pourtant la jeune samouraï avait l'air de s'ennuyer pendant ce qui devait être la plus longue journée de sa courte vie.
En fait, sa vie la dégoûtait assez. Elle devait servir le clan, donner sa vie pour le protéger, pas servir à faire la circulation sur le camp... Et cet idiot d'officier qui se laissait déborder...

Bah, qu'à cela ne tienne, elle en avait assez du désespoir et de la cause perdue. Elle quitta donc son poste sans en informer l'officier -que pourrait-il dire de toutes façons? Des sanctions disciplinaires? La discipline n'existait même plus ici.- et alla trouver refuge ailleurs, à un endroit où elle pourrait ne plus devoir montrer son ardeur de guerrière dévouée et pleurer enfin la destruction de sa ville, la disparition de sa mère et le déshonneur de son clan.

Seulement, entre son refuge et elle, il y avait un petit attroupement. Des Shinobis, et au vu des vêtements, un Taisa de Setsu. Vu comme ils discutaient, cela avait l'air important. Elle vit l'un remettre une missive à l'autre. Hibana se rapprocha donc pour voir de quoi il s'agissait, cela avait piqué sa curiosité. Mais au moment où elle s'approcha, la personne tenant la lettre, une kunoichi -ou non, sans doute un rang plus haut puisqu'elle semblait diriger les autres- croisa son regard derrière son masque effrayant, ce qui fit sursauter la jeune Samouraï repérée. Elle ne dit rien, mais bien vite, un officier se détacha du groupe pour la rencontrer.


-Bonjour Samouraï. Nous venons de Kazan pour rencontrer les survivants. L'heure est grave, et nous avons plus que jamais besoin d'unité. Pourriez-vous aller chercher votre supérieur afin que nous puissions en parler?



Elle se mit au garde-à vous en approuvant, et alla chercher son imbécile d'officier, celui-ci s'empressa de quitter son poste et vint parler avec l'autre. Comme elle était sous ses ordres, elle l'accompagnait, et voici ce qu'elle comprit de la conversation.

Le clan Kenshu marchait sur les portes de l'empire, et le Taisa de Kazan leur envoyait des renforts en la personne du Taii Shinshiro Jigake, et de ses troupes. Mais pour que les forces de Setsu soient prêtes à résister à l'assaut du Tigre, il faudrait coopérer avec les ninjas.

Défendre les portes de l'empire, voilà qui ravivait la flamme en elle. Mais collaborer avec des assassins sans morale, ça la rebutait un peu.

Alors que son supérieur partit répandre les nouvelles directives jusqu'aux plus hauts gradés du camp de fortune, Hibana resta à retourner tout ça dans ses méninges. Venant s'assoir non loin d'un de ceux qui étaient arrivés avec la troupe, elle laissa échapper un soupir.




"Tsss... Collaborer avec les Ninjas, le clan est tombé bien bas... Mais je suppose qu'on n'a pas d'autre choix si on veut sauver l'honneur..."


Seulement, elle n'avait pas vu qu'il s'agissait de la kunoichi haut-gradée au masque de tout à l'heure. Lorsqu'elle s'en rendit compte, elle s'en mordit les doigts.


"Je...Pardon, je ne voulais pas dire... Euh... Je suis désolée! J'avais pas vu que..."




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Setsu Akane

avatar

Jônin

Messages : 171
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Dim 22 Fév - 16:59

Les bruits de nombreux pas m’empêchent de reculer davantage pour commencer à organiser quelque chose. Je me retourne alors sur le côté et vois une troupe importante de Samouraï s’avancer. À sa tête, probablement un Taii qui, bien que défiguré, m’a l’air plus sérieux que la plupart des autres présents à cet instant. Il détient une missive adressée à la plus haute autorité présente et elle finit entre mes mains, sans que je ne sache réellement pourquoi. Les petits villages sont loin de savoir que Mononoké est la Jônin du Clan et même certains villageois de la capitale ne sont pas au courant, Mononoké n’étant pour eux qu’une fauteuse de troubles. Mon leadership me causera sûrement des problèmes un jour...

Un certain Amadotsu Kiyooki Kodan s’adresse alors à moi par écrit et son écriture tremblante me donne des frissons dans le dos. Kenshu menaçant Fukyuu alors sans Daimyo... Qui sait ce qui nous attend. Impatiente d’agir, je lis la suite avec hâte mais attention. Ainsi, cet homme me fait confiance au point de me confier l’un de ses Taii, des plus valeureux qui plus est. Il est rare qu’à Setsu existe une telle unité et j’en ai un sourire sincère sous mon masque. Peut-être que cette épreuve nous soudera tous davantage et laissera à mon frère un peuple plus fidèle qu’apeuré. Je réalise alors la responsabilité qui m’incombe ; l’avenir de notre nation. Combien de fois ai-je critiqué mon frère sur sa façon de gouverner ? Je n’ai jamais cessé en réalité. Voilà donc une bonne occasion d’éviter les erreurs et de corriger les anciennes. Et alors, j’aurai de véritables conseils à lui donner.

Moi aussi curieuse de rencontrer cet aimable inconnu, je replie la missive et la dissimule sous mes vêtements en attendant de la brûler plus tard. Elle peut jouer en ma faveur pour le moment mais la moindre dégénérescence de la situation peut me faire perdre la vie. Le dénommé  Shinshiro Jigake m’observe alors et finit par poser genou à terre devant moi. J’en ai presque envie de rire, tellement la situation est paradoxale.

- Relevez-vous, Taii-san. Vous avez sûrement plus de choses à m’apprendre que l’inverse.

Légèrement surpris, il se redresse et semble attendre des directives. Les « fidèles » semblent maintenant plus nombreux à vouloir nous suivre. A la tête d’une centaine d’hommes supplémentaires, j’ai probablement plus d’impact sur les rebelles.

- Pour une question d’organisation, je donnerai les ordres principaux mais serai amenée à déléguer, notamment aux Taii. Les Chûnin rassemblent actuellement des troupes de Honoo et, le temps qu’ils reviennent, j’aurai besoin de votre influence et de votre honneur de soldats et de citoyens dévoués pour ramener les fous furieux à la raison. Le chaos ne peut pas gagner Setsu, le feu ne peut pas nous consumer car il est notre. Il faut maintenant calmer le pays et partir le défendre car nous risquons de succomber à la moindre attaque. Tentez de les convaincre que notre Clan en vaut la peine. Certes, il est arrivé à Setsu-sama d’être tyrannique. Mais n’est-ce pas grâce à lui que la nation est encore debout, après la perte de l’ancien Daimyo ?

Beaucoup hochent la tête, même le Taii fraichement arrivé. Je vois d’ailleurs un officier venir, repartir et donner des directives un peu plus loin. Les choses commencent à bouger, enfin. Je m’assied alors quelques secondes, le temps de décider quelle direction prendre. J’entends alors une petite voix, dans un soupire, juste à côté de moi.

"Tsss... Collaborer avec les Ninjas, le clan est tombé bien bas... Mais je suppose qu'on n'a pas d'autre choix si on veut sauver l'honneur..."

Quelques secondes passent et elle réalise que j’ai tout entendu. Penaude, elle s’excuse comme elle peut. En temps normal, je l’aurais envoyée bouler en me vexant mais je réalise que cela ne ferait que décrédibiliser mon discours. Je remarque aussi qu’elle avait précédemment attiré mon attention un peu plus tôt, sans que je ne sache à nouveau pourquoi.

- Il ne s’agit pas seulement d’honneur, mademoiselle. Il s’agit de sauver Setsu, sauver les vies du peuple, sauver notre feu. Cela m’importe peu que tu aimes ou non les ninjas, tant que tu fais ton travail. Si tu aimes Setsu et Setsu-sama, alors bats-toi pour eux envers et contre tout. C’est bien ce qu’on apprend aux Samouraï, n’est-ce pas ?

Je la laisse répondre et me relève finalement, faisant signe à tout le monde qu’il est temps de bouger. Pour le moment, nous nous disperserons uniquement dans les rues, repérant les conflits et ralliant les plus fidèles et les plus forts à notre cause. Les femmes et les enfants incapables de se battre se contenteront de transmettre le message que Setsu se relève. Ainsi donc commencera la nouvelle ère de gloire de notre nation. Et quand le Daimyo et la Kannushi se réveilleront, ils découvriront à quel point le Clan du feu est prêt à tout brûler pour tout recommencer.



[HRP : je suis vraiment totalement désolée pour cet énorme retard ! Ça ne devrait pas se reproduire, j’ai eu quelques soucis IRL qui sont maintenant passés.]


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Lun 2 Mar - 0:37


Les groupes se divisèrent, mélangeant shinobis et bushis, genins et ashigerus, ninjatos et katanas. Vous êtes ensemble, en compagnie de Jigake qui parvient à suivre le rythme sans mal et d'une suite de combattants des deux ordres et quelques kazaniens en armures lourdes. Le Taii de l'Ouest n'a aucunement souhaité caché son regard sévère pour la petite samuraï effrontée et son respect pour la femme cachée sous le masque, mais s'était bien gardé de tout commentaire. Au bout d'un moment cependant, alors que vous débouchez sur l'une des artères principale de la mégapole, surveillants les passants comme les tenanciers d'échoppes ou tout fauteur de trouble que vos regards cumulés décèleraient, l'envoyé des volcans daigne répondre à la question de Mononoke sans pour autant oublier ce qui fut dit par la suite. Sa voix est un craquement, tranchant radicalement avec la relative jeunesse de son visage couturé, son ton est comparable au pont d'un navire malmené par les flots :

Nous sommes tous des serviteurs de Setsu avant tout. J'ai toujours considéré le bushido et ses servants comme le bras droit du clan. Les shinobis en sont la main cachée, le bras gauche, celui que l'on ne regarde pas, que l'on oublie, mais qui est terriblement nécessaire. Je suis donc honoré d'avoir été détaché à votre service et ferais en sorte que tous ici le reconnaissent.

Cependant, vous parliez du fait que je puisses vous apprendre quelques chose, ma Dame... Je suppose que vous parliez de fraîches nouvelles. Néanmoins, mis à part vous signaler que Kazan, la cité du Volcan, s'est fermée au monde et que le fait de trouver le corps endormi de notre Seigneur sur le Nord du territoire tiens plus du miracle que d'autre chose... Je ne sais guère quoi vous annoncer...


Sur ces mots, le Taii se tût, son regard attiré par un mouvement, bien plus haut dans l'avenue. Au loin, une esclandre faisait rage... Non, c'était plus que cela, des armes étaient tirées et le fracas de l'acier retenti soudainement. Puis des cris de peur, suivis par ceux, reconnaissables entre mille, de douleur.

Il n'y avait pas besoin d'avoir une vue perçante pour comprendre l'horreur du spectacle de mauvais gout qui se jouait. Car au loin, des samuraïs et ashigarus se battaient en pleine rue, au milieu de la circulation qu'ils venaient d'interrompre. Setsu contre Setsu. Tous enfants de Moegami, se brisants pourtant les uns contre les autres. Les uns arboraient le môn de la province de Hibana, sévèrement frappée ces derniers temps et les autres portaient l'héraldique de celle de Keito, plus petite, mais toute aussi pieuse.

Quoiqu'il en soit et quel qu’en soit leurs raisons, l'ignominie de ce qui ce jouait venait de couper le souffle de votre allié de l'Ouest. Qu'en est-il du votre, et de ce que vous allez faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Jeu 5 Mar - 15:47

Les paroles de la ninja inspirèrent à Hibana une sorte de sympathie. C'est vraie après tout, qu'ils soient assassins ou guerriers honorables, ils n'aspiraient tous qu'à une seule chose, protéger le clan.


"Moui... Vous avez raison. Après tout, moi je n'existe que pour servir Daimiyo-sama! Et si vous faites en sorte de le protéger, je n'ai pas de raison de croire que nous nous gênons les uns les autres. Euh... Encore désolée pour tout à l'heure, je ne vous importunerais plus."

Elle battu en retraite rapidement, laissant la dame s'occuper de ses affaires, qui étaient forcément beaucoup plus cruciales que de taper la discute avec le bas de l'échelle militaire, et s'en fut rejoindre son "imbécile d'officier" qui était occupé à rassembler ses faibles troupes. On lui demanda sur le ton du reproche où elle avait bien pu aller se fourrer pendant que la hiérarchie se rencontrait pour parler de choses aussi importantes, ce à quoi elle répondit par un vague hochement de tête désinvolte. De toutes façons, ils avaient autre chose à faire que de lui remonter les bretelles, puisqu'ils levaient le camp.

Quoi, attendez, lever le camp?

Sans qu'elle eut le temps de dire ouf, la petite Hiba se retrouva au milieu d'un détachement composé de son unité, un groupe de ninjas, où elle retrouva d'ailleurs la jeune dame au masque avec qui elle venait de parler, ainsi que d'autres combattants menés par le Taii arrivé plus tôt. D'ailleurs, en levant la tête, elle nota qu'il la regardait bizarrement, ce qui ne lui disait rien qui vaille. Peuh, pervers!
Et le petit groupe quitte ainsi la cour pour remonter dans l'avenue qui la prolongeait, alors que leur chef discutait avec la dame ninja au masque, Hibana sans sortir des rangs tendait une oreille discrète pour en entendre quelques bribes, sans pour autant comprendre ce qu'ils se disaient à cause du bruit de la marche et des armures.
Les passants les regardaient avec un air méfiant, et le détachement d'Hibana le leur rendait avec autant de suspicion. Mais ce que la jeune Samurai voyait, c'était surtout qu'ils étaient le "dernier espoir" auquel ces pauvres gens pouvaient se raccrocher pour ne pas sombrer dans le chaos.
Ce sentiment, c'est grisant, de se sentir important pour la nation. Elle se prit même à penser "Père, ça y est, je suis devenue quelqu'un!"

Mais alors que le groupe progressait, une clameur en haut de l'allée se fit entendre, la jeune femme se leva sur la pointe des pieds pour voir.
Visiblement, deux groupes étaient en train de se disputer.
Violemment d'ailleurs, avec des armes. Dégainées.
Oh, c'est une baston. Il va falloir intervenir.

à y regarder de plus près, les deux côtés brandissaient des emblèmes de deux provinces, Hibana y reconnut celui de sa ville natale, dont elle portait le nom. Les autres venaient de Keito.

Attends, pourquoi des Hibanais et des Keitoites se mettaient sur la figure, ça n'avait aucun sens?

En fait, ça n'en eut pas beaucoup pour la petite samurai, mais c'est comme si son corps avait agit tout seul. Ses yeux s'étaient écarquillés, son tempérament enflammé, elle s'était jetée devant les rangs avec son arc, comme mue d'un seul bloc par une pulsion nationaliste ou par l'esprit de Setsu lui-même, comme s'il l'avait appelée à intervenir pour l'Unité. Ou juste que voir des Setsus se battre l'avait désespérée.
Elle avait sorti sans réfléchir un pétard à mèche de son sac et, le fixant au bout d'une de ses flèches, le tira en l'air au-dessus des deux factions belligérantes.


"Setsus! Cessez vos âneriez! Arrêtez de vous battre! Arrêtez!"

Lorsqu'elle reprit ses esprits, Hibana tenait son arc dans sa main et les regards de toute sa troupe étaient tournés vers elle. Personne n'avait encore agi que le bruit du pétard avait dû surprendre toute l'assemblée. Et qu'est-ce qu'elle faisait là, devant tout le monde, alors que sa place était derrière, et pourquoi son coeur battait si fort et lui faisait si mal?


"Je... Heu..."




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Setsu Akane

avatar

Jônin

Messages : 171
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Dim 22 Mar - 16:52

Je sursaute presque alors que mon camarade actuel commence à répondre à ma question. Sa voix, aussi abîmée que son visage, me détourne quelques secondes de ma concentration. Je suis d’accord avec sa réflexion bien que, longtemps, j’aie été « anti-samouraï ». Il faut, à un moment donné, admettre que nous sommes complémentaires dans l’adversité d’un Clan. Sans l’ombre, il n’y a pas de lumière et inversement. Si mon père a pu bâtir un si grand empire, c’est bien à l’aide de tous les combattants du feu, qu’ils soient cachés ou révélés au peuple. Je m’en rends d’autant plus compte depuis que je connais Zakuro, prôneur d’une justice sans violence et prêt à donner sa vie pour ceux qu’il aime, pour ceux qu’il défend.

Je fais un léger « non » de la tête pour finalement dire à Jigake que ce n’est pas bien grave qu’il m’apporte peu de nouvelles. J’ai envie de lui dire que ce n’est pas tout à fait cela que j’attendais. Par « apprendre », j’entendais plutôt des genres de leçons de vie et des méthodes de combats qu’évidemment je n’ai jamais apprises, aux vues de mon orientation. Je pense d’ailleurs que son parcours semé d’embûche pourrait nous permettre de nous comprendre, car il a l’air d’être passé par d’horribles faits de guerre. Seulement, je n’ai pas le temps d’entamer cette conversation qu’il détourne le regard pour le poser sur une scène terrifiante, scène que je redoutais.

Voir les gens de mon Clan se battre violemment me fait un pincement au cœur. Je m’apprête sans réfléchir à intervenir pour raisonner les deux groupes mais la jeune et impétueuse Samouraï prend les devants. Elle dégaine une flèche après l’avoir armée d’un pétard et la projette au milieu de la bataille pour provoquer son arrêt. Après le bruit raisonnant du pétard et de la voix de la jeune fille, le silence se fait entendre quelques secondes. Tous les regards se tournent sur la responsable et cette dernière, même ceux des deux groupes « ennemis » prennent le temps de s’arrêter. Cependant, il suffit d’un ajustement de pas pour que le premier se retourne sur le deuxième et provoque le recommencement du conflit.

Je passe à côté de la jeune Samouraï et tapote son dos pour la féliciter. Essayer, parfois, devrait suffir. Je me dirige finalement au milieu du combat et repère les leaders de chaque groupe. Aveuglés par leur haine, ils ne voient pas mes parades arriver. J’attrape le poignet du premier et la lame du second pour les désarmer. Trop tendus pour se dégager, je profite de cela pour plier leurs bras respectifs derrière leurs dos. Maîtrisés d’une main, ils finissent par regarder l’assistance en face de laquelle je les ai retournés, plutôt que se regarder réciproquement. D’un coup d’œil, je constate que certains de mes camarades sont également intervenus pour calmer les plus sauvages, prêts à réellement s’entretuer. Certains les ont plaqués au sol, d’autres les menacent simplement avec leur arme. Je sens la respiration des deux hommes se calmer, probablement surpris par la douleur que peut provoquer une telle prise. Glissant ma tête entre les leurs, je m’adresse alors au reste des présents, histoire d’éclaircir la situation.

- Maintenant que vous pouvez parler plutôt que vous massacrer, pouvez-vous expliquer à vos frères ce qui vous a poussé à vous attaquer alors que vous êtes du même Clan ? Pour qu’une jeune Samouraï comme celle-ci perde le contrôle pour intervenir directement dans un conflit armé, il en faut des coups de lames... Certains sont morts, derrière vous. Pourriez-vous expliquer à leurs familles pourquoi ils ont perdu la vie des mains d’autres Setsu aujourd’hui ?

J’ignore ce qui peut se passer. Le combat pourrait bien reprendre. Mais je mène actuellement le mien. Clan ne pourra pas survivre si nous laissons ce type d’horreurs se produire. Après un signe de tête amical à la jeune fille, j’attends la réponse des deux gaillards, qui semblent plus habiles avec leurs armes qu’avec leurs langues.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Ven 27 Mar - 8:35


La détonation de la flèche de la samuraï-ko aura stoppée net les effusions, les passes de la Jonin définitivement laissé coi les belligerent. Mais alors que cette dernière maintiens par sa prise habile deux des forcenés, leur visages se tintent d'une pâleur extrême à la progression du Taii des Volcans. Jigake, un katana à chaque bras, avance lentement vers le tumulte momentanément appaisé, ses lames le long du corps. Dans sa posture, il n'y a aucune trace du feu chaleureux des Setsu sinon une extrême froideur. Dans son regard, pareil à un abysse sans fond, une colère glaciale semble museler la rétention fugace d'un déchaînement imminent.

Malgré cela, une fois parvenu à hauteur des bushis maintenus au sol, il rengaine ses deux sabres et son visage couturé reprend une expression plus calme. Le samuraï d'Hibana et celui de Keito se focalisent à nouveau sur la sœur du Daimyo, sans vraiment savoir à qui ils s'adressent, leur voix sont à la fois éraillées et râlantes, certainement dû à la douleur de la prise qui leur est faite :

Ces chiens ne sont pas capable de protéger la Dame-Phénix ! Hurla le Keitoite.
Ces enfants de putains se croient capable de devenir le haut lieu saint du clan ! Rétorqua l'Hibanien.

Leurs guerriers surpris reprenant peu à peu leurs esprits se font face, séparés par les votres. Ils commencent à s'injurier, se menacer. Un cordon de sécurité, crée par les hommes de Jigake, empêche la populace de se mêler à tout ces porteurs de sabres trop enthousiastes. Ce dernier n'est pas loin de vous et jauge les deux bushis que la Jonin tient en respect. Vous sentez qu'à le laisser agir, la situation aurait probablement été réglée très vite, dans la mort et le sang. L'Hibanien reprend :

Setsu doit voler de ses propres ailes, le Daimyo n'est plus en capacité de nous régir et l'âme du clan est endormie, elle aussi... Le Seigneur de Guerre Shimada a disparu. Si nos ennemis du Sud venaient à l'apprendre, ils pourraient nous souffler comme de vulgaires fétus de paille. Par les Kamis... Qu'allons nous devenir ? Que fait l'Empereur dans cette situation ?

Son ton passe de colère à désespoir, ignorant de ce à quoi vous venez de le sauver. Le bushido n'a pour ainsi dire aucune importance aux yeux des forcenés, comparé à leur état de détresse. Et vous vous doutez que ceci n'est qu'un des exemples les plus visibles d'une situation qui embrase probablement l'ensemble du clan. La voix qui intervient alors est celle d'un shinigami, venant d'outre-tombe et pourtant si proche. Le craquement qui sort de la bouche du Taii des volcans est une promesse de mort à elle seule, quand bien même propose-t-il une alternative :

Maîtresse, nous devons rétablir l'Ordre au plus vite et cela ne peut se faire que par l'exemple. Laissez ces hommes à notre charge et leur exécution se fera rapidement, publiquement, selon le credo du Daimyo. Que tous sache que si Gekido-dono dort, son esprit est bien présent pour nous guider. Ils ne méritent pas le seppuku pour la honte qu'ils font pleuvoir sur leur famille et sur le Clan.

Il n'a pas crié, mais tous l'ont entendus. Un silence morbide s'installe sur la place, que ce soit celui des samuraïs, des shinobis ou des citadins environnant. Jigake renchérit :

Alors, Ma Dame, que décidez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Ven 27 Mar - 11:36

Les pulsations de son coeur étaient lentement retombées, et sentir la main de la dame ninja au masque dans son dos firent reprendre ses esprits à Hibana. L'agitation recommençait, mais le temps qu'elle revienne à elle, les hommes de sa division étaient intervenus aux côtés des ninjas pour contenir les belligérants tandis que le Taii de Kazan s'avançait d'un air menaçant vers les deux qui seraient visiblement tenus pour responsables de cette incartade.

Elle rendit un sourire à la dame ninja en percevant son signe de tête. Visiblement sa réaction spontanée avait fait grande impression. Ne voulant pas se faire plus remarquer -bien que ce fût déjà un peu tard- la jeune Samurai prit deux autres flèches dans son carquois et les encocha, tenant son arc à l'horizontale, participant seulement à contenir les agitateurs en en menaçant deux d'entre eux, les tenant en joue. Ils avaient l'air un peu décontenancés de se voir menacés par une gamine de 19 ans.


-Bougez pas, je vous dis!

L'effrayant Taii se mit à parler alors. Sa voix faisait trembler les os d'Hibana comme cela devait le faire pour le reste de l'assistance. Les combattants tentent de se justifier, mais voilà qu'on parle de les mettre à mort...

Le coeur d'Hibana était tiraillé. Ces gens sont dans le désespoir, c'est la détresse qui les a poussé à agir ainsi. Méritent-ils pour autant la mort? Ses doigts tremblaient sur la corde de son arc -je vous mets au défi de garder un arc bandé pendant plus de 5 minutes- alors que son esprit se tordait dans tous les sens.
Ce Taii ne lui inspirait rien de bon. Déjà c'était un homme, et son commandement semblait un peu trop radical pour la jeune Hibana assoiffée d'unité et de justice. Il devait y avoir un moyen moins violent que la force pour faire régner l'ordre, il devait y avoir un moyen de réunir tous les Setsu d'un seul commun accord... Mais il fallait se rendre à l'évidence, ces samourais avaient brisé leur code du Bushido et se devaient d'être punis. ça, personne ne pouvait rien y redire.

Elle détendit son arc et se permit d'intervenir auprès de son supérieur venu de Kazan, au risque de passer pour une imbécile ou pire, une gêneuse. Quelque part en elle, elle sentait qu'une voix voulait parler à ces Setsu, la voix de son père.



-Taii-dono, puis-je... Puis-je prendre la parole?

Elle sentit son regard la geler sur place. Ce type ne pouvait pas être un vrai Setsu?! Mais après un instant de lourd silence, celui-ci consentit étrangement à la laisser parler. Elle cilla, s'inclina pour l'en remercier officieusement, avant de prendre place au milieu de la foule. Un peu intimidée, elle prit son courage à deux mains avant de se mettre à haranguer la foule.



Setsus! Cela ne vous fait pas mal de voir vos frères s'entre-déchirer pour des raisons insensées? Vous ne voyez pas qu'en nous disputant ainsi, nous courons droit vers le massacre? Il est beau, le clan Setsu! Le Tigre sera content lorsqu'il marchera sur nos villes! Ah, le Phénix lui aura mâché le travail, il n'aura qu'à s'installer! Est-ce que c'est ça, le clan de mon père? Est-ce que c'est ça, le clan pour lequel je me bats?

Elle marqua une courte pause. Ceux qui étaient assez près d'elle pouvaient deviner que quelques larmes, qu'elle essuya rapidement, roulèrent sur sa joue. Sans doute le trac de devoir finir son discours alors que tant de gens la regardaient interloqués, et de se sentir toute honteuse.



Setsu-sama est peut-être endormi, mais il n'est pas mort. Sa grandeur est avec nous, car c'est nous qui l'incarnons. Ce qui est arrivé à notre regrettée Dame-Phénix n'est de la faute d'aucun de nous. Le destin est peut-être contre nous, mais c'est à nous de nous montrer dignes de Setsu-sama. C'est à nous de renverser le cours des choses! Si la tempête souffle la flamme, nous devons la rallumer pour que jamais la nuit ne soit totalement sombre. Il reste toujours les braises!

Son souffle court lui comprimait la poitrine, car prononcer autant de mots sans respirer lui était difficile. Elle dût néanmoins achever son discours pour ne pas passer pour une fêlée de patriotisme.



Taii-dono, ceux qui cessent ne serait-ce qu'un instant de croire, d'avoir confiance dans le clan sont des traitres, mais tous devraient pouvoir corriger leurs erreurs, pour rallumer ces braises. Je... Suggère que ces hommes choisissent eux-même la façon dont ils se rachèteront auprès du clan. Ils devraient être autorisés à choisir leur mort.

Une fois avoir fini de parler, elle rougit de façon si visible qu'elle dût se cacher le visage avec sa manche en retournant dans le rang. Quel exemple donnait-elle, celui d'une samurai incapable de rester à sa place? Quelle honte!




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Setsu Akane

avatar

Jônin

Messages : 171
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Dim 12 Avr - 9:06

On pourra dire ce qu’on veut sur mon insensibilité, je suis touchée par le discours de mon « otage » actuel. J’ai presque envie de le consoler, de lui dire que l’espoir n’est pas perdu... Mais cette fois, je ne trouve pas mes mots. D’autant que je me fais beaucoup de soucis pour Ame, à la santé fragile, possédée par je ne sais quoi qui la garde endormie... Et soudain, je sursaute. Jigake n’a pas sa voix habituelle et, à sa façon de parler légèrement différente, je saisis que ce n’est pas lui qui parle. J’ai de la peine à savoir de quoi il s’agit exactement mais j’écoute attentivement.

J’y ai pensé moi aussi : les tuer pour rétablir l’ordre et continuer à calmer la ville. Les gens ne seraient pas surpris puisque c’est ainsi que mon frère procède le plus souvent. Moi aussi, jadis, j’ai fonctionné de cette manière. Tuer pour mieux régner, pour se faire respecter et craindre. Mais maintenant que je connais tout ce monde, ce monde pacifiste, que je sais que les solutions existent pour régler les conflits sans violence, je n’ai plus toujours envie de tuer.

La jeune fille prend à nouveau les devants, demandant tout de même l’accord à son supérieur. Parler avec ses sentiments, sans avoir vraiment peur des conséquences... Je crois que là aussi j’ai une leçon à prendre. Je suis émue de voir en direct l’amour que portent ces soldats aux symboles de notre nation. Gekido est d’abord craint mais surtout vénéré. Et Ame... Ame a la reconnaissance qu’elle mérite d’avoir, accompagnée d’un énorme respect. La jeune fille se tait finalement, rougissant, probablement embarrassée par son comportement remarquable. Les Samouraï ne pouvant normalement que « servir » ne se permettent que rarement de donner leur avis. Mais cette petite est courageuse, bien courageuse. Je finis par prendre sa suite, relâchent légèrement ma prise sur les deux adversaires principaux du regroupement.

- Setsu-sama aurait probablement brûlé de son feu sacré ces fous incapables de se contrôler pour rétablir l’ordre. Mais brûler des Setsu alors qu’ils veulent simplement la paix n’a aucun sens pour moi.

Je relâche les deux mais reste tout de même au milieu pour éviter une nouvelle révolte.

- J’irai dans le sens de cette jeune mais très lucide jeune fille. Vous offensez nos deux représentants en ayant de tels propos. Notre Kannushi est belle et bien endormie mais Moegami, qu’elle incarne à merveille, ne nous a pas quittés. Notre Seigneur, allongé dans sa chambre, est toujours là également. Si vous pensez que le groupe d’en face ne peut pas protéger la Kannushi, alors montrez-leur comment le faire. Mais ce n’est pas en leur plantant un sabre dans le corps que vous le ferez car, alors, nous serons moins pour veiller sur elle. Idem pour Setsu-sama : si vous pensez qu’il est incapable de garder le pouvoir, alors montrez l’exemple pour que, lorsqu’il se réveillera, il trouve un peuple capable de fonctionner et de montrer la voie aux désorientés. Suivre ces voies, c’est choisir une manière de se racheter pour les offenses de ce jour. Mais peut-être avez-vous d’autres idées ?

On aurait pu me trancher la gorge pour de tels propos si je n’étais pas « aux commandes ». Oser dire que Gekido fait des erreurs est passible d’emprisonnement à vie... ou pire. Relevant légèrement la tête, j’aperçois Masao. Il me fait signe que le village d’Honoo est mobilisé et posté à différents endroits de la ville. Nous sommes maintenant bien nombreux pour reprendre la ville et veiller à ce qu’elle ne cède pas à la pression d’un Clan sans dirigeant.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Mer 29 Avr - 23:06


La voie de la raison, le feu apaisant des journées et des nuits trop fraîches, rassurant, réchauffant. L'assemblée semble mû de cette seule psyché sous vos efforts commun. La douce gentillesse de l'archère Onna-bugeisha, la fermeté rassurante de la maîtresse des ombres. Des regards se croisent, gênés, honteux de leur comportement. Les arguments font mouches, on se frotte l'arrière du crâne d'inconfort d'avoir ainsi blessé le frère, les ennemis de l'instant redeviennent progressivement les alliés de toujours, s'assurant de la bonne santé de ceux qu'ils menaçaient, quelques poignées de minutes plus tôt. Même le visage couturé du Taii plus ardent qu'un volcan et aussi froid que la glace parait se détendre quelque peu. Il rangea ses lames dans leur fourreau avant de rétorquer d'une voix plus aimable, si cela lui était possible :

Eh bien soit. Je ne suis pas en position de décider, Mononoke-dono. Quant à vous, Samuraï...

Son attention vira sur la jeune Hibana, mais dans ses yeux ne subsistait plus la froide caresse de la mort. A sa place, quelque chose de plus doux, tranchant radicalement avec son apparence, un respect attendri.

... Vous êtes prometteuse.

L'ombre d'un sourire se dessina sur ce faciès torturé, implacable et pourtant. Les choses prenaient une nouvelle tournure et cela se ressentait...

à moins que...

Un Hibanien bouscula un Keitoite qui était venu l'aider à se relever après l'échauffourée. Le second tomba à terre devant ses frères d'armes médusés. L'incompréhension fut générale. L'expression avenante de Jigake tomba, remplacée par une incrédulité totale. Celle de l'originaire de Hibana, responsable de la situation, n'était qu'un pur masque de colère. à bien y regarder, le nacre de ses yeux avait noirci, ses globes oculaires étaient devenues des billes d'encre, ses iris aussi sauvages que ceux d'un fauve. Ses lèvres, retroussées comme celles d'une bête, la commissure de ces dernières perlant d'une ligne de salive incontrôlée. Il jura :

Pitoyables... Sous-êtres sans cervelles... Monstres... Vos tripes seront ma récompense, que vous les sortiez les uns des autres de vos armes ridicules, ou que je viennes les y tirer de mes dents !

Aussitôt sa tirade infâme close, il dégaina son daisho et frappa de bas en haut de son katana le visage du Keitoite bousculé précédemment, soulevant une gerbe de sang rectiligne vers le firmament.

Le cauchemar de la scène vous laissèrent tous incapable d’exécuter le moindre mouvement, témoins impuissants de ce geste incongru. Une femme civile hurla de terreur et alors que le Hibanien se jetait sur ses anciens frères d'armes sans leur laisser la moindre chance, Jigake souffla, ne pouvant détacher son regard de la scène se jouant sous ses yeux :

Que... Non... Pas ainsi... Cela n'a pas lieu d'être...

Expert apparent du kenjutsu, ses katanas jumeaux crissèrent en sortant de leur fourreau respectif en un fugace instant, mais devant l'épéiste, le monstre, d'un coup de sa propre lame, projeta cinq solides bushi à des hauteurs inconcevables. Ce n'était pas là un don des Kamis. Une autre force se cachait là. Et cette Force ne semblait guère avoir la moindre crainte du surnombre des guerriers qui auraient tôt fait de le voir en ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Lun 22 Juin - 16:28

Voir son discours avoir de l'effet réchauffa le coeur d'Hibana. La flamme de Setsu n'était pas morte, il suffisait de paroles galvanisantes pour ramener l'espoir parmi les plus déboussolés.
Même le Taii de Kazan la regarda avec gentillesse et lui fit un compliment, c'était dire! Elle en rougissait presque. Ses camarades archers la regardaient avec une pointe d'envie, mais ne purent s'empêcher d'approuver son geste.

La petite Samouraï jeta un oeil à la Kunoichi au masque, dans la foule qui se remettait peu à peu et les excuses mutuelles ambiantes. Cette femme, comme elle, avait eu le coeur fendu de voir ses compagnons s'entre-déchirer. Mais maintenant que le mal était passé, elle semblait elle aussi rassurée. Et puis Hibana sentait qu'elles pouvaient s'entendre d'une certaine façon, rien ne coûtait donc d'aller la voir. Elle prit un court congé de son détachement pour aller s'entretenir avec elle.



Erm... Merci d'avoir soutenu mon discours... Je crois que je me suis un peu emportée... Mais merci quand même.

Elle reprit ensuite, d'un air plus sérieux.



Au fait, nous ne nous sommes pas présentées la dernière fois... Soldat Fukyuubi Hibana, de la 3ème division d'Archerie, pour servir Setsu!

Tout allait pour le mieux. Bientôt la crise serait oubliée. Du moins c'était son sentiment...

Alors qu'elle discutait avec la dame au masque, dont elle apprit le nom au cours de la conversation - Mononoke-dono-, elle entendit quelqu'un vociférer dans leur dos. à peine se retournait-elle qu'une giclée de sang macula son visage et son uniforme.

Que se passait-il? Des hommes volaient dans les airs. Au centre de l'agitation, un seul homme, fou de rage. Il était comme possédé. Elle était loin, et pourtant, son oeil entrainé d'archère put lire dans le noir d'encre de ses yeux. Comme possédé.

En seulement l'espace d'un instant, l'effroi envahit son corps. Elle eut le réflexe de faire deux pas en arrière, seulement pour trébucher contre Mononoke-dono et se retrouver les fesses par terre. Le démon à forme humaine massacrait tous ceux qui étaient sur son chemin, et il venait vers elles... Son coeur s'emballa.
Pourquoi... ça?

Son sang n'eut le temps de faire un tour que sa main, par réflexe, saisit sous son uniforme son arme à feu.  Ses doigts tremblaient, envahis par un feu violent et désespéré. Elle la pointa pour menacer le forcené, mais elle était en fâcheuse posture. Shichiue n'était pas chargé.



Re... Recule! N'approche pas!

Elle perdait conscience de son entourage. Mononoke-dono, Jigake-dono, il n'y avait plus rien autour d'elle, seulement elle et l'ennemi. Elle était incroyablement concentrée malgré la panique qui paralysait tout son corps.




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Setsu Akane

avatar

Jônin

Messages : 171
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Ven 26 Juin - 15:32

Le Taii range son arme, apparemment satisfait des propos d’Hibana et des miens. Il fait un compliment à la jeune fille, compliment que je lui aurais volontiers retourné si les diverses excuses fusant ne m’avaient pas arraché un soupir de soulagement. Les choses semblent se calmer et, alors que la paix revient petit à petit, l’archère s’approche pour discuter. Sa première phrase, des remerciements, me fait sourire sous mon masque et ses joues rosies par la gêne m’attendrissent. Alors que je me présente comme la femme masquée que je suis, je constate encore une fois mon émotion provoquée par le patriotisme et le dévouement des jeunes du Clan et je me rappelle que les recrutements ninja ne sont pas là pour rien. Ensemble, nous pouvons protéger notre nation et rétablir un semblant d’unité. Du moins, cette pensée me traverse-t-elle l’esprit quelques secondes... seulement quelques secondes.

L’un des fervents du Temple pousse un camarade venu l’aider à se relever et mon corps retrouve la tension précédemment évanouie. Plus les secondes passent et plus je réalise qu’il suffit d’une goutte pour que tout déborde. L’incompréhension règne sur chaque visage, y compris sur le mien mais c’est plutôt l’horreur qui m’envahit alors qu’il commence à parler et que son visage se transforme. Je n’ai le temps de faire qu’un pas en avant pour l’empêcher de commettre le pire. La jeune Samouraï reçoit des gerbes de sang sur elle et j’ai le souffle coupé. Mais que se passe-t-il, bon sang ?!

Jigake murmure alors quelque chose et se prépare à intervenir en dégainant mais voilà que le possédé propulse cinq hommes aussi facilement que des brindilles. Paniquée, Hibana recule et, me marchant sur le pied, elle trébuche à côté de moi. L’attention du démon est alors détournée de ses cibles de départ et, rapidement – peut-être trop – il s’approche de nous, tandis que la jeune fille dégaine son arme à feu non chargée en lui demandant de reculer.

Là encore, tout se déroule très vite, le monstre s’apprête à frapper la jeune fille mais je passe devant elle, parant le coup de lame donné verticalement par un revers de l’une de mes propres lames. L’ennemi ne perd pas de temps pour saisir mon second bras avec une force qui n’a rien d’humain. Avant qu’il ne se prépare à me propulser moi aussi, j’augmente la température de mon corps pour le repousser et le fou se brûle si fort que je sens des cloques se former sur la paume de sa main serrée.

Seulement... le bougre ne lâche pas sa prise et m’attire contre lui, me faisant relâcher la prise sur la garde de mon arme. Cette dernière tombe à terre. Malgré ma tentative de la récupérer, le possédé serre toujours plus fort mon avant-bras et je sens quelque chose craquer. Avant que je ne puisse déterminer de quel os il s’agit, le démon sourit puis me fait partir en arrière pour tourner sur lui-même et moi avec, afin de me faire prendre de l’élan. Il me laisse finalement atterrir un peu plus loin, dans la foule, pétrifiée par la puissance de cet être inconnu. Étourdie, j’arrive tout de même à apercevoir Masao, prêt à intervenir en haut du toit. Et mon courage ne disparait pas.

- Cet homme n’en est plus un, la colère l’a corrompu ! dis-je haut et fort pour que tout le monde entende. Il est l’incarnation-même du conflit d’aujourd’hui. En le maîtrisant, nous maîtriserons notre haine et créeront une nouvelle unité, j’en suis convaincue. Unissez-vous, Setsu ! Défendez votre Clan et vos familles ! Faisons-le ensemble et nous deviendrons plus forts !

À peine le son de mon dernier mot terminé, Masao envoie les Genin attaquer le possédé et se mêle aussi à la bataille. Je ne peux alors que demander, pendant que je me relève sans bras droit opérationnel et en regardant Jigake, que Moegami entende la puissance du Feu Setsu pour nous prêter le sien.


L -M - M - J - V - S - D


Dernière édition par Setsu Akane le Sam 27 Fév - 15:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Jeu 28 Jan - 20:04

Disciplinés et silencieux, les shinobis des flammes fondirent sur le dément possédé, dépassant le Taii scarifié abasourdi par la situation. Il n'y avait pas de place pour le doute au sein des légions de l'Ombre de Moegami, aucune autre considération ne paru s'imposer que celle de l’obéissance à l'ordre de charge donné et de leur cible désignée. Ils passèrent par delà les bushis mis en pièces, projetés ça et là sans autre but que la fin de leur ennemi et ce peu important le danger qu'il revêtait et la puissance qu'il déployait. Le rapport de force immédiat atteignit rapidement la dizaine pour un, les ninjas procédant à des assauts de harcèlement, jouant de leur nombre pour toute arme, plus encore que les lames qu'ils possédaient. Chacune de leur frappe n'avait que pour objectif d’occire rapidement. Le moindre coup visait un point vital qui, s'il était atteint, devait irrémédiablement mener à la fin de l'adversaire.

Mais ce ne fut pas le cas.

Pourtant, la jugulaire fut percée, la fémorale tranchée, la gorge s'ouvrit sur un sang jaillissant, les tendons furent sectionnés, la colonne vertébrale brisée, le plexus traversé… Rien n'y fit. S'épanchant de ses humeurs, l'incarnation ne semblait pas égratigné pour autant, accusant chaque attaque sans les parer, les encaissant dans un rire guttural étouffé par l'hémoglobine qui cherchait à sortir par toute les ouvertures qui lui était offerte. Puis il riposta, probablement lassé de jouer un jeu qui n'avait que trop duré. Il disparu alors des conscience sans qu'aucun regard ne parvienne à le desceller, devenu tornade noire, ne laissant derrière lui que son propre sang mêlé à celui d'une nouvelle victime. Pour leur honneur, les shinobis ne faillirent pas ni ne reculèrent, la peur ne s'inscrivit pas sur leur visage malgré le nombre de leur perte croissante. Certains furent projetés au loin par la force d'un homme qui en valait cent, d'autre furent sectionné équitablement au niveau de l'abdomen, des têtes masquées volèrent ça et là.

La foule civile s'enfuyait de toute part et les samouraïs assistaient effarés à la fin de leur frères des ombres sans pouvoir esquisser le moindre geste. Un silence inopiné survint alors que le monstre sensé être mort mille fois ne trouvait plus de brave pour se dresser face à lui, laissant son corps en lambeau auréolé d'une aura plus sombre que la nuit au spectacle des survivants. Une voix brisa cette paix illusoire, pleine d'une colère plus brûlante que les ailes de kagutsushi. Jigake se dressa face au démon imposteur et souffla, le visage trahissant une expression que la plus pure des haines n'aurait pas pu exprimer :

Il suffit.

Le Hibanien qui n'en n'était pas un offrit un sourire à ce qu'il devait considérer comme sa prochaine victime et fondit sur l'officier des Setsu comme il l'avait fait pour tant de combattant avant. Mais à la surprise qui se dépeignit sur ses traits devenus monstrueux, il ne s'était pas attendu à voir son assaut impossible paré par les lames jumelles du Taii qui n'avait pas quitté son terrible faciès. Alors s'en suivit un échange surnaturel, la créature soudainement égalée en vitesse par un homme d'arme fait de chair et de sang. Chaque attaque rencontrant l'acier du daisho de katanas du Kazanite aux cicatrices, ses cheveux noirs volant au rythme des passes, son corps suivant les mouvements du bakemono comme si cette vitesse lui était naturelle. Il fut bientôt évident pour les élus du feu assistants à la scène que le Lieutenant puisait cette force d'une capacité prêtée par le Kami protecteur du clan à la vu des flammèches naissant du creux des iris de Jigake.

Mais il fut tout aussi clair pour tous que ce genre de don avait son pendant et qu'il devait en coûter au duelliste dont le masque de colère devait cacher la demande incroyable d'énergie supposée par une telle capacité. Bientôt, il était certain qu'il ploierait sous la force de l'adversaire et son jeu égal se retournerait fatalement contre lui. La bête devait s'en être rendu compte à l'expression narquoise qui se dépeignit sur ses traits. Tout conscient que le guerrier pouvait être de sa propre situation, il n'en laissa aucunement la moindre crainte s'afficher sur son visage. Ses yeux enflammés allèrent chercher les regards successif de la petite archère du rang et de la maîtresse des Ombre de Setsu, d'un air entendu. Son rôle toucherait bientôt à sa fin, qu'on lui succède ou qu'il périsse finalement. Les clés de sa Destiné ne lui appartenaient déjà plus de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Mar 16 Fév - 2:09

La confusion et les effusions de sang avaient eu raison des sens d'Hibana pour quelques minutes encore. Elle était figée, ses yeux rivés sur le monstre humain qui massacrait ses camarades Setsu. Même salement amoché, il gesticulait encore et son sang comme celui des hommes du clan coulait.

Dans cette sorte de brume de chaos, l'esprit d'Hibana peinait à discerner quoi que ce soit - et pourtant, ce fut une flamme qui la ramena à la raison. Celle des yeux du Taii qui tenait tête au démon. Elle secoua la tête, chassant tous les doutes pour revenir à elle. Le capitaine les regardait, elle et Mononoke-dono, semblant demander leur assistance, ou plutôt non, semblant leur déléguer la suite des opérations. La confiance de son supérieur parut déverser dans ses veines un feu nouveau, qui lui rendit son équilibre intérieur.

Lentement, la Samouraï de Setsu se releva et se mit à fixer le monstre du regard. Remettant son fusil dans sa ceinture, Hibana se saisit de deux flèches et empoigna son arc d'un geste sec et décidé.


"Mononoke-dono, aidez-moi, je vous en prie... Sortez le Taii de là et faites évacuer un rayon de vingt mètres environ!"

Ayant lancé cela à la Dame de l'Ombre sans même expliquer, car le temps manquait, Hibana encocha sa flèche. Le bras de fer entre le Taii et le démon serait sa fenêtre de tir pour précipiter le monstre vers la fin. La ninja devait écarter le plus vite possible leur supérieur de son rayon d'action. C'était là un grand risque qu'elles couraient toutes les deux. Leurs trois vies étaient en jeu, dépendant non seulement des actions du démon, mais aussi du succès de la prochaine flèche...


"Quant à toi, ne bouge surtout pas..."

La flèche s'envola, fila seulement une petite seconde dans l'air, avant de venir se ficher dans sa cible. L'oeil gauche du monstre, occupé par Jigake, venait d'être percé du trait de la samouraï. Vacillant sous l'impact, le démon corrompu ne pouvait plus voir distinctement Hibana, se trouvant à présent dans son angle mort. La flèche était passée à quelques centimètres seulement du visage de Jigake: elle avait réussi son coup.

Soufflant un grand coup de soulagement, Hibana encocha la nouvelle flèche. Elle prit ensuite une profonde inspiration. Pourvu que Mononoke puisse sortir les survivants à temps du périmètre...

"Moegami, Kami des Flammes qui détruisent, créent, noircissent, purifient, entends mon appel! Prêtes ta force à ton enfant, donnes-lui le courage d'abattre ton ennemi..."


Une forte chaleur se mit à émaner de la Samouraï. Autour de ses doigts crispés sur la flèche encochée en direction de la créature, des étincelles, puis des flammes se mirent à danser, d'abord en volutes, puis elles enveloppèrent la flèche avec plus d'intensité, plus de force, virant légèrement au bleu et émettant un bruit de souffle caractéristique. Hibana suait à grosses gouttes, et serrait les dents pour tenir le feu qui brûlait ses doigts; mais elle trouva le temps de prononcer haut et clair:


"Dégagez le passage...! Se...ika Ren...patsu.... Cannon...!"

Spoiler:
 




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Setsu Akane

avatar

Jônin

Messages : 171
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Sam 27 Fév - 16:05

Tout va rentrer dans l’ordre, n’est-ce pas ? Mon bras me fait souffrir mais c’est avec espoir que je regarde mes hommes mettre le Démon en lambeaux. Je constate pourtant rapidement que quelque chose cloche... Il a beau perdre du sang, ne plus pouvoir parler tant il s’étouffe avec ses propres liquides de mort, il continue de marcher, de rester debout, riant aux éclats, projetant sa puissance sur les pauvres êtres humains que nous sommes. Des têtes et des bustes tranchés et des os brisés... jamais je n’avais assisté à un tel massacre, une véritable boucherie. Les shinobi se meurent couverts du sang dont ils ont soif en secret et je vois Masao partir en retrait avec quelques Genins restants, s’approchant de moi, attendant les prochaines directives.

Abasourdie par tant de violence, je ne réagis pas pendant de précieuses secondes mais mon renfort Taii se charge de la suite avec calme et dévouement. Chaque attaque du Hibanien devenu Yokaï est parée efficacement par Jigake, qui l’égale en vitesse et en force. J’en viens presque à penser qu’il est possédé aussi mais la lueur dans ses yeux n’a rien de démoniaque. Il veut vivre et faire vivre Setsu par nous et pour nous. Tandis qu’il trouve le regard de la jeune Samouraï puis de moi-même, je retrouve une pulsion de vie que Masao ressent également. Un hochement de tête nous suffit pour nous comprendre sur la suite des opérations mais Fukyuubi Hibana me surprend encore par son sens aigu de l’initiative.

Sa demande d’évacuation ne tombe pas dans l’oreille d’une sourde et je vois déjà les shinobi restants rassembler plus loin les civils paniqués pour éviter les effusions de sang inutiles. Masao s’occupe, avec les renforts arrivés récemment de Honoo et les courageux Samouraï, de tenir à l’écart la foule abasourdie du monstre en formant, comme précédemment, un nouveau cordon de sécurité. Soldats et guerriers de l’ombre se tiennent les mains pour calmer les ardents habitants et les éloigner du rayon déterminé par la jeune fille. Reste à sauver Jigake et j’en fais une mission personnelle après quelques secondes de réflexion.

Une... Je cours vers les deux adversaires pour préparer mon angle d’attaque. J’entends la jeune Samouraï encocher sa flèche.
Deux... Jigake distrayant encore le Démon, je profite de mon agilité et de mon grand élan pour enfoncer mon pied dans le cou du monstre, prenant appui sur lui, donnant un millième de seconde de répit au Taii.
Trois... Je pousse légèrement la tête de Jigake de mes mains sur le côté, faisant confiance au sens de la précision de Hibana et à la distraction du féroce Yokaï.

Dans le mile ! Le mouvement de recul provoqué par l’impact de la flèche, me permet de retomber sur le sol, faisant partir en arrière le Démon et gagner du temps à ma coéquipière du moment. J’en profite pour pousser Jigake sur le côté et préserver sa personne derrière la mienne.

- Je ne crois pas que le Gouverneur de Kazan me pardonnerait votre mort. J'aimerais provoquer l'occasion de nous revoir en sa présence, alors reposez-vous.

Je prépare mon bras valide à lancer une bourrasque de feu sur le Yokaï qui, d’autant plus en colère avec sa flèche fiché à travers le crâne, s’apprête à m’attaquer à nouveau. La rafale de Hibana, en plus d’être fulgurante, explisive et puissante, provoque un mouvement de l’air important. Ainsi, me plaçant dans la bonne inclinaison, j’arrive à combiner et à dupliquer son attaque en rendant ses flèches d’autant plus ardentes. Le monstre se laisse surprendre, cette fois, non seulement par la vitesse mais aussi par la puissance du Phoenix qui habite chaque habitant Setsu, chaque âme ardente présente aujourd’hui.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Ven 15 Avr - 13:17


L'instant fut infime, mais son intensité fut telle une lueur d'espoir pour qui se tenait dans les environs du non-mort qui aurait pourtant dû l'être depuis longtemps. Un trait tiré de mains experte, un pied fiché dans le visage, le Taii mis en sécurité par la Maîtresse des ombres. Tout ceci se déroula si vite que deux respirations n'auraient guère pu tenir dans l'intervalle.

Puis vint l'appelle de la kyudoka, sa demande explicite de mise à couvert de tout un chacun, puis l'annonce de sa capacité toute particulière. Certains restèrent dans les environs, ignorants tout de ce qu'elle se préparait à faire. D'autres, appartenant à la même légion qu'elle, prenaient déjà leurs jambes à leur cou tout en tâchant de sécuriser la populace rare encore présente, soit trop apeurée, soit  trop curieuse pour faire demi-tour.

Derrière la Jônin qui ne paraissait pas vouloir quitter les lieu quant à elle, le Samuraï des Volcans, déséquilibré et mis à terre par la bousculade de la shinobi, jetait des regards successifs entre les frères d'armes de Hibana, fuyants et cette dernière qui s'auréolait de flamme. Tandis que la créature reprenait ses esprits après avoir hurlé sa rage – ou sa douleur – une lueur de compréhension brilla dans les yeux et le masque de son visage autorisa une expression qui paraissait bien étrangère à ce dernier : Un sourire carnassier. Couché au sol, ses lames de part et d'autre de lui, il tendit le bras vers l'archère sans rien perdre de son faciès intimidant. Sa voix, lorsqu'elle retentit enfin, possédait des accents plein de vie, comme s'il savourait le moment comme un plaisir infini :

Oh… Amadotsu-dono n'a guère à dire où à pardonner, Mononoke-sama. Et je pense pouvoir encore tenir une utilité. À votre place, je déguerpirais, sauf votre respect…

Ses yeux s'illuminèrent d'une façon tout à fait différente, semblant flamber. Les cicatrices de son visages se rouvrirent, laissant passer perles de sang cuit par une chaleur issu de son corps, poussant le liquide vital à partir en fumée depuis ses joues. Il ne quittait plus l'héritière des Fukyuubi de ses yeux incandescents, tandis que cette dernière se préparait à faire fondre une pluie de flèches enflammées sur la zone du combat et que la créature chargeait la guerrière-maîtresse de la nuit, la poussant à lever les armes pour se protéger. Jigake reprit la parole à cet instant, son ton masquait difficilement les accents de la joie étrange qui s'était emparée de lui :

Je n'ai pas pour habitude de prononcer son nom… Mais puisque vous nous faites cet honneur, Kyudôka, je vous rend la pareille… Uta, tamashīnohi !

Tout ce qui semblait brûler au sein du corps du Kazanite ondoya jusqu'à sa paume et s'échappa en un météore sur Hibana, explosant sur elle sans lui faire subir le moindre mal apparent. L'effet fut néanmoins visible instantanément, car les flèches brûlèrent d'un feu grotesque tant les flammes venaient de tripler de volume autour de ces dernières.

Lorsque la jeune fille fit pleuvoir sa pluie, tombant dans la bourrasque de la Jônin, ce fut comme si l'enfer venait de trouver sa place au sein de Moe. La tornade ignée où s'étaient trouvés l'instant d'avant le monstre, Mononoke et Jigake, s'éleva si haut qu'elle égala de moitié en taille Kyuden Nikkou, le palais du Daimyo et plus haute construction humaine de tout Yokuni. Sa lumière fut si aveuglante que tous durent finalement détourner le regard pour ne pas voir leur yeux à jamais privés de leur sens. Son fracas fut assourdissant et l'onde qu'elle dégagea bouscula ceux qui se trouvait en périphérie sur plus d'une vingtaine de mètres, poussant de son souffle les plus affaiblis à terre.

Puis vint le silence. Et l'insoutenable attente du résultat et des dommages collatéraux que cela avait pu occasionner.

Une infâme odeur de chair brûlée fut précurseur au retour de la moindre visibilité, présageant du pire. À l'épicentre de l'assaut combiné, une carcasse se tenait encore debout par le miracle de la calcification des os cramoisis, méconnaissable sur son identité, mais irrémédiablement morte à jamais. Un cadavre et non trois, pas même les cendres de l'un d'entre eux. Le sol était vitrifié sur trois mètres autour du mort-debout, mais rien ne laissait entendre le sort de ceux qui manquait.

Le second de la Jônin, Masao, réapparut enfin au détour d'une ruelle serrée, une dépouille encore fumante sur les épaules, mais agitée d'un souffle de vie. Pas inquiet le moins du monde, le shuunin fixait le sommet d'un toit surplombant les lieux.

Mononoke avisait la scène de destruction du haut de son perchoir. La créature s'effondra alors sous le propre poids de ses cendres en un amas purifié du feu des disciples de Moegami.
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Ven 6 Mai - 11:57

La volée de flèches, brûlant du feu d'un enfer sacré, ne partit pas comme une simple volée sifflante, mais plutôt, à l'instant où les encoches quittèrent la corde, comme une salve de boulets de canons, avec un bruit assourdissant, laissant derrière elles un sillage d'étincelles et de fumée âcre.

Cela se passa en une fraction de seconde, mais cette fraction suffit amplement pour que le feu combiné des trois Setsus -la simple samourai, la Maitresse des ombres et le Taii des volcans- bannisse le mal menaçant le clan dans un champignon de flammes rayonnantes. L'onde de choc occasionnée par l'explosion fit trembler les bâtiments proches, le souffle secoua la foule même au-delà de la zone d'impact et la fumée noire qui s'ensuivit, masquant le soleil un instant, laissa planer le suspense sur le champ de bataille avant qu'un cri de joie ne retentisse lorsque la cendre vola au vent, et les acclamations des spectateurs -militaires comme passants-, mi-horrifiés mi-exaltés, devant la carcasse fumante du démon qui s'effondra sous son propre poids, à présent n'étant plus qu'un petit tas de poussière.

Hibana tremblait. Elle tenait encore son arc en position d'après le tir, laissant le souffle qu'elle retenait jusqu'alors s'échapper en un soupir de soulagement. Sa technique destructrice lui demandait des efforts considérables et être capable de l'exécuter avec une fenêtre de tir de seulement quelques secondes avait vidé ses forces physiques comme mentales de façon drastique. Son bras droit était couvert de brûlures douloureuses, ses doigts noirs de suie, et la manche de son uniforme était partie en fumée. Mais Hiba ne tremblait pas parce qu'elle avait mal et était consumée par son effort.
Elle tremblait d'entendre les acclamations de la foule, le nom du clan scandé haut et fort, et de sentir la chaleur de Setsu, brièvement divisé, rapidement unifié, par le courage et la détermination d'une aussi jeune et humble guerrière et la confiance de ses supérieurs.

Elle laissa tomber son arc au sol et s'effondra sur ses genoux, se tenant le bras en grimaçant, mais les larmes qu'elle versa n'étaient pas des larmes de douleurs, mais de joie. Le clan venait de prouver une fois de plus que rien, serait-ce les forces démoniaques, ne le ferait plier. Ses camarades archers s'inquiétant de son état accoururent pour l'assister, mais bientôt, elle se retrouva portée à bout de bras au-dessus de la foule. Elle semblait un peu dépassée par les évènements, mais son sang de Setsu, lui, bouillait de fierté dans ses veines.
Elle se leva au-dessus de la foule, son coeur gonflé par tous les regards posés sur elle, et sous les "Se-tsu! Se-tsu!" de l'assemblée, elle se sentit de devoir faire un nouveau discours. Pas par vanité ni par protocole -Setsu n'es pas un spectacle- mais bien parce que le clan en avait besoin, elle le sentait. Voici ce qu'elle déclama à haute voix, avec ses dernières forces:



"Setsu! Regardes ce qu'il advient de tes ennemis lorsqu'ils s'en prennent à toi! Tu es un clan indivisible, et c'est notre union qui fait ta toute-puissance! Et lorsque vous, Frères Setsu, douterez de notre unité, rappelez-vous de ce jour, remémorez-vous l'odeur de la chair grillée de celui qui ne voulait que notre massacre!... Vous vous demanderez... "Qu'est-ce qui me consume? Est-ce le désespoir? Est-ce la détresse? Est-ce la folie?". Mais vous ne faillirez pas, mes Frères, car vous scanderez, avec la fierté qui fait notre union: "Ce n'est pas la folie... Car! C'est ça! Setsu!!!"

Hibana jeta ensuite un regard tout fier à Mononoke-dono et Jigake, leur intimant d'un petit sourire triomphant: "Sans vous, on était cuits."

Avant de brièvement tomber dans les pommes.




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Setsu Akane

avatar

Jônin

Messages : 171
Date d'inscription : 26/08/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Ven 13 Mai - 17:35

Jigake répond à mon invitation de se reposer en me proposant une dernière salve d’action. Épuisée par les efforts déjà fournis, je ne fais pas la maline et m’écarte, curieuse de découvrir une ressource du soldat.

- Que..? ai-je à peine le temps de dire.

Les cicatrices impressionnantes du visage du Taii le deviennent encore davantage lorsqu’elles saignent à nouveau, comme si les plaies venaient d’être faites. Il n’a pourtant pas l’air de souffrir, plutôt d’être heureux, une joie que je peux saisir et comprendre comme si elle était la mienne à l’instant. Persuadée que notre union arrivera à défaire le monstre, je fais confiance au Samouraï lorsqu’il tire la chaleur qui émane de lui sur notre coéquipière archère et que les projectiles s’allient à mon propre feu, mon émotion s’en trouve propulsée à la hauteur de la fournaise du moment.

Voyant que je n’aperçois plus personne, je me hisse finalement sur un toit, avec plus de facilité que je ne l’aurais pensé, pour admirer le spectacle de purification qui se joue devant nous et en admirer l’étendue. Je me surprends alors à souhaiter que mon frère possède mes yeux pour admirer notre puissance et l’âme qu’il a su préserver en dirigeant Setsu. Puis lorsque la tiédeur se dissipe et que le vent chasse la fumée engendrée par tant d’embrasement, je peux découvrir la carcasse carbonisée de l’oni qui nous a mené la vie dure.

Un sourire se dessine sur mon visage seulement lorsque je vois Masao réapparaitre, l’un des nôtres sur le dos, apparemment encore en vie. Ne distinguant pas d’inquiétude sur les traits de mon Chûnin, je soupir de soulagement et repère enfin Jigake ainsi que la petite ambitieuse m’ayant accompagnée tout le long du calvaire. Puis un habitant ose hurler son contentement, suivi par d’autres. Voilà la première fois de l’histoire de Mononoke qu’elle est acclamée, entourée de fidèles compagnons. C’est un drôle de sentiment alors, que je n’ai pas l’habitude de ressentir. Un mélange de satisfaction et de gratitude... l’inverse du sens que je voulais donner à cette identité, plutôt fourbe et hors la loi.

Lorsqu’Hibana tombe à genoux, je descends rapidement la rejoindre, mon bras devenant de plus en plus douloureux. Nous aurions tous besoin de soins après ce chapitre que nous venions d’écrire ensemble, entourés du peuple du Feu. Je n’ai pas le temps de l’aider à se relever qu’elle se fait déjà porter par ses camarades, tandis que je me fais sobrement accueillir par les ninjas et Masao. Le sourire de ces derniers suffit à traduire un soulagement conséquent et je leur rends de manière invisible mon contentement d’un hochement de tête.

Finalement redressée, la jeune fille décide de s’exprimer encore, avec les dernières forces qui sont les siennes et d’encourager le peuple spectateur de l’horreur que nous avons contrée. Comme d’habitude rassurante, ses propos sont accueillis avec enthousiasme et ses camarades en oublient de la maintenir correctement, une fois qu’elle s’adresse au Taii et moi. Avançant rapidement pour la rattraper d’une mauvaise chute après sa perte de connaissance, je maintiens d’un bras son buste et laisse ses jambes retomber lourdement sur le sol, sans pouvoir faire autrement. Je tique mais personne ne le voit, les autres kyûdôka trop occupés à rattraper leur erreur en venant au cours de leur amie. Me redressant alors, je décide de soutenir le discours de mon alliée, que je lui rappellerai peut-être un jour, si nos chemins se retrouvent.

- Plus que l’union du Clan, vous avez tous assisté aujourd’hui à une alliance de Samouraï et de Shinobi qui se sont soutenus pour défendre la nation. Plus que la représentation du Daimyo endormi et de son Soutien Spirituel, vous avez connu ce jour l’unité de deux foules d’acharnés qui défendent tous le même intérêt : Setsu et sa prospérité. Rappelez-vous ce qu’a dit Fukyuubi Hibana désormais afin d’éviter la prolifération d’autres démons en nos terres. Aucun d’entre nous ne mérite d’être souillé de cette façon.
- N’en n’es-tu pas un, Mononoke ? ose alors un citoyen.

Je souris sous mon masque et m’apprête à partir, tournant le dos à l’accusateur du moment, qui se fait déjà mal regarder par d’autres qui ont probablement changé d’avis sur la rebelle.

- Est-ce qu’un monstre peut combattre un autre monstre pour le bien de chacun ?

Je le laisse pantois et reprends mon chemin, invitant Masao et les autres à me suivre d’un signe de tête. Je chuchote un « Nous nous reverrons, Taii-san » à Jigake, profondément convaincue de cela. Ainsi se termine la bataille de nos cœurs et de nos âmes, pour l’instant. Et l’espoir de tous est de voir la Foi et le Seigneur s’éveiller à nouveau pour reprendre une vie aussi chaleureuse que le feu Setsu.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint. Mer 29 Juin - 13:16

L'euphorie est omniprésente, les citoyens des flammes retrouvent petit à petit le chemin de la place, sortant des bâtiments et des ruelles jouxtant l'artère principale où vous vous situez. Le silence de la bienheureuse surprise laissant progressivement place à la réponse unanime des hommes et femmes du Brasier dont le léger discours d'une petite onabugeisha fut aussi naïf et innocent qu'il n'anima les cœurs de tout un chacun. Tandis que la jeune héritière des Fukyuubi sombre dans l'inconscience, son sourire encore imprimé sur son visage, ses frères et sœur d'armes s'empressent de la rejoindre et de la soustraire délicatement au sol et du soutien vivement apporté par la maîtresse des ombres afin que des soins lui soient appliqués dans les plus brefs délais. Certain civils demandent le nom de cette vaillante samouraï-ko et on leur répond le nom d'une contrée voisine. Quelques jours plus tard, l'effet de la déformation des propos passés d'un auditoire au suivant fit penser à la majeure partie du clan que la province de Hibana toute entière s'était soulevée pour venir bouter une horde de démon des murs de la capitale.

Mais pour les guerriers de la 3e division d'archers de l'Armée Incandescente du Phénix, il ne faisait aucun doute qu'une mascotte autant qu'une voix les liant venait de se révéler. Les bushis et kyudoka des castes militaire paradent, leurs héros portés à bout de bras, les habitants de Moe scandant leur gloire. Mais la gratitude de ces derniers trouve d'autre cible et bientôt, les rues s'animent, on vient porter secours aux shinobis à terre, les redresser contre la paroi d'un bâtiment, leur donner de l'eau ou leur demander leur nom. Le second de la Dame des Secrets est perdu face à cette reconnaissance étrange auquel on ne l'a pas entraîné. Incrédules, les combattants de la nuits ne peuvent que s'échanger des regards interloqués sans savoir comment réagir à ces félicitations. Fort heureusement pour eux, à son tour, leur Maîtresse s'anime et délivre un mot supplémentaire faisant suite aux propos de la petite archère de la noblesse militaire du clan.

Il apparaît alors que les castes militantes de Setsu peuvent s'allier contre l'adversité et que l'appellation nominant leurs protecteurs les plus anonymes, autrefois source de honte et de déshonneur, se voit porter aux nues. Ceci ne tomba pas dans l'oreille de sourds et un regard des plus évocateurs s'échangea entre le ninja aux yeux vairons et le Taii au visage scarifié. Quant au citoyen qui osa comparer la guerrière de la nuit en faisant écho à sa courte harangue, une fois la réplique de cette dernière à son attention prononcées, des légumes plus ou moins frais ne tardèrent pas à rencontrer son visage contrit par la honte. Il ne s'agissait pas d'un fait magistral, des choses terribles frappaient les frontières de l'Âtre Éternel et Yokuni toute entière, mais cette simple graine fut portée aux quatre vents sous les directives du Lieutenant des Volcan et du bras droit du démon sauveur que Mononoke apparaissait.

La seule nouvelle qui perça hors des frontières du domaine tenant dans le fait que les lames autant visibles qu'embusquées des héritiers de Moegami s'étaient organisées et alliées pour maintenir le clan sur ses pieds et que cette union ne cesserait probablement pas avant longtemps. Lorsque la Jonin fut bel et bien partie, ses troupes rassemblées derrière elle s'effaçant à l'horizon, Shinshiro Jigake murmura une réponse qu'elle n'entendrait jamais :

Il ne fait aucun doute à cela… Kôtaishihi-sama.

[FIN DE L'EVENT]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event - Terminé] à l'heure où le Feu s'éteint.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Event - Terminé] L'heure de la chasse a sonnée
» [Event - Terminé] à la croisée du chemin.
» L'heure des comptes [PV. Crowcrow-chou] [Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» [TERMINÉ ] Episode n°2 : Sur la promenade de Miami... [ A & P]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..