AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le temps passe et les évènements se succèdent [PV Sen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mitsumeru Shigeoki

avatar

Mort

Messages : 115
Date d'inscription : 13/05/2014

Feuille personnage
Age: 27 ans
Titre: Jonin
Liens:

MessageSujet: Le temps passe et les évènements se succèdent [PV Sen] Jeu 5 Fév - 14:42

Le temps passe et les évènements se succèdent. Morphée avait emmené plus d’un homme au creux de ses mains. La brise soufflait un temps nouveau et l’ère de personnalités bien différentes d’autrefois s’évanouissaient. Déjà le juunin que j’étais avait-il montré les crocs de Kenshu pour la première fois aux autres nations ainsi qu’une hargne sans borne derrière un empire puissant et tonitruant faisait de moi un lâche pourtant. Néanmoins j’avais pris précaution de cacher mon visage par Kuiserai durant cette semaine mouvementé où il nous faudrait, alors que deux de nos régiments étaient parti quérir mes menaces envers Fukyuu et Setsu, répartir au mieux notre nation et en particulier sa capitale Geki.

Dans le dojo alloué je regardais les chérubins dormir paisiblement. Qu’elles étaient belles ses fleurs dont la nourrice restante n’était qu’un frère inquiet sans cesse et peu couard. Je reprenais mon masque de chair et l’apposait à mon visage parfaitement grâce à mes compétences. Je pouvais être n’importe qui, n’importe quand. A l’instar de notre Daimyo doué pour se déguiser je pouvais me métamorphoser. De mes traits jeunes et allongé avais-je maintenant un teint plus foncé et un regard plus ferme. Mon menton était plus sec et droit, moins triangulaire en somme. Mes cheveux étaient plus courts car j’avais coupé ces derniers. L’unique chose se rapportant encore à moi étaient mes yeux même si l’expression de ses derniers étaient dument maîtrisé après les temps passé à diriger la nation sous ce couvert. J’enfilais ainsi mon hakama et me dirigeait à nouveau vers le palais.

Mes pas étaient légers et je savais ce qui m’attendait : une réunion avec le Kuge Hakushi Sen. Il avait été présent et convoqué au conseil il y a peu lorsque je dirigeais ce dernier mais seul les mesures probatoires et d’urgence avaient été décidé sur la politique générale intérieur et extérieur : restait dorénavant à la mise en œuvre et à des décisions plus spécifique sur notre nation. Il était le ministre des affaires étrangères et des relations externes. C’était un homme d’une grande culture et de provenance inconnue. Sa naissance est inconnue aux registres d’information de Kenshu. Les premières hypothèses seraient qu’il ait une appartenance ou une parenté yokaï au vu d’une longévité accrue (hypothèse qui reste à prouver mais qui semble tenir la route du fait qu’il est impossible pour nos services de deviner convenablement sa naissance et qu’aucun extrait n’est enregistré).

Ce jour étaient importants pour l’un comme pour l’autre puisque la missive envoyé à Fukyuu et Setsu, ou plus précisément le bluff, nous donnerait-il plus amples informations sur les situations extérieures à nous qui étions terré dans Geki à attendre patiemment. J’ouvrais les portes de la salle de réunion où ce dernier m’attendait méticuleusement de son air  sobre et impliqué. Il semblait désordonné mais un jonin ne doit pas juger sur les apparences bien qu’ils s’en servent pour troubler ses adversaires. Pour preuve de cet adage et ne l’ayant jamais vu retirer son cache-œil je ne me permettais pas de croire que son œil était perdu ou que sais-je. Les principes des ninjas étaient bien différents de ceux du bushido mais il y avait beaucoup à apprendre sur la nature humaine. Néanmoins cet homme en ce lieu et moment était notre allié.

Me dirigeant vers lui je l’enjoignais de s’asseoir à son tour avant de lui faire part de la missive reçu. Si Setsu avait su calmer ses hardeurs et montrer patte blanche à nos envoyés, nous confirmant ainsi par la même que notre situation de Morphée leur étaient similaire, Fukyuu n’avait pas agi de sorte et s’était promptement établi une missive guerrière et bien moins rempli de sagesse que ne laissait l’espérer ses hommes ou tout du moins le taisa les commandants.

Au clan du Tigre impétueux,

Ce visage que vous révélez là en ces temps troublés ne sera pas accepté si il devait se représenter à nouveau. J'ose croire qu'il s'agit d'un coup de sang poussé par le désespoir d'une situation que nous partageons pourtant. S'il s'avérait que vous montriez à nouveau les crocs, préparez vous à devoir les briser sur les Cornes d'Itegami, que mes ancêtres en soient témoins.

Vous me voyez dans l'obligation de retenir vos propos et de revenir vers vous lorsque les temps seront plus cléments afin que l'affront soit réparé. En ce qui concerne les Terres demandées, par un pouvoir que vous n'avez pas, je m'y oppose catégoriquement. Nos yeux sont tournés vers vous dorénavant, toute action de la foudre sera considérée comme écho de vos menaces et si il doit en être ainsi, alors nos lames sortiront de nos fourreaux et gèlera irrémédiablement le moindre grondement de tonnerre venu de l'Ouest.
Que ceci soit entendu.

Karizawa Tatsunozuke
Taisho de Fuukyu.


L’homme avait lâché des infos fiable contrairement à Setsu. Il faut bien comprendre que la décision de ces missives hargneuse n’était qu’un bluff apparent qui n’était motivé que par l’appât du gain mais surtout par la prise d’information. Le fait est qu’en me répondant ainsi en ces termes j’étais certains que Fukyuu était donc dans une situation semblable. Pour Setsu il en étais certes moins sur et bien qu’ils aient fait un effort surement suprême pour renouveler leur amitié. J’osais croire qu’il ne s’agirait pas d’un couteau dans le dos de la part de ces dernier au vu des « troupes » mise en place. De plus le taisa de Fukyuu avait écrit « Vous me voyez dans l'obligation de retenir vos propos et de revenir vers vous lorsque les temps seront plus cléments afin que l'affront soit réparé. » Il n’était donc pas hostile à Kenshu en particulier et ne souhaite pas dans l’immédiat nous faire front. Chacun est donc affairé à ses propres affaires. Restait donc à régler nos hommes à l’extérieure ainsi que les chunins externes que j’avais envoyé lors de ce coup de bluff à moitié réussi. Je regardais donc Sen lire la missive de Fukyuu et en tirer ses propres conclusions avant de lui faire part des miennes et qu’il ressorte du Kuge un choix ou des choix sur la façon de traiter nos hommes sur le front ainsi que les chunins encore au dehors du territoire.

Aide Rp:
 



L-M-M-J-V-S-D

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le temps passe et les évènements se succèdent [PV Sen] Lun 16 Fév - 10:39

Ce sommeil étrange et prolongé n’était pas pour arranger Sen. Les kamis lui en voulaient-ils, ou peut-être n’était-ce qu’une impression, mais il lui semblait qu’en plus son ministère était de loin le plus touché. Ils étaient réduits à quelque chose comme 10 % de leur effectif habituel. Il valait mieux que cela tombe chez lui qu’au sein de l’armée, comme statistique, certes, mais le ministre débutant qu’il était devait bien avouer que là, ce n’était pas du tout pour l’arranger. Oh ! Il ne se faisait pas d’illusions sur son karma : il avait réussi à tirer la magnifique carte de l’hermaphrodisme en plus du métissage, alors que la poisse le suive à la trace n’était pas vraiment quelque chose de nouveau.

L’aube n’était pas levée qu’il était déjà au travail, le nez dans divers traités d’histoire politique et militaire. L’Histoire, il l’avait en grande partie vécue. Mais à cause de cela, il savait manquer de recul. Or, bien qu’il n’ait pas demandé à devenir ministre -il se demandait toujours ce qui avait bien pu prendre Senkô de le nommer Kuge alors qu’il n’avait aucune expérience autre que militaire- il restait hors de question qu’il soit moins qu’excellent. Sen pourtant, s’il pouvait être qualifié d’esthète, et d’homme cultivé, n’avait pas reçu l’éducation en droit et en politique qui est normalement nécessaire pour briguer un poste comme le sien. Les examens qui permettent d’atteindre les hautes fonctions administratives du clan permettaient normalement de s’assurer que ceux qui les exerceraient connaissaient bien des sujets sur le bout des doigts (finances, comptabilité, budget, histoire, droit, politique...) mais aussi qu’ils seraient doté d’un bon sens à toute épreuve. Et à part lui, à ce jour, tous ses collègues étaient issus de cette branche, et ils ne manquaient pas de le lui rappeler, de temps à autres. C’était leur droit. L’ancien Taisa ne pouvait le nier, il ne s’était jamais prévu une carrière administrative, auquel cas il aurait prit soin d’étudier. Désormais, il passait son temps libre à rattraper le temps perdu, et heureusement, son excellente mémoire aidait grandement.

Un soupir lui échappa et il se leva d’un mouvement fluide et silencieux, allant remettre la bouilloire sur le foyer qui couvait au centre de la pièce. Il avait beau retourner la situation dans tous les sens, il ne voyait guère comment garder indéfiniment l’illusion que Kenshu était toujours aussi solide qu’auparavant. Enfin, si, il voyait. Il avait bien une idée, une idée complètement folle, très risquée, un pari sur l’avenir, qui s’il réussissait pourrait leur permettre de s’assurer l’avantage sur Setsu et Fukyuu. Et si cela échouait... ce serait sans doute la fin de Kyushu. Lui aurait tenté le pari. Mais il ne pouvait décider seul. Il avait besoin a minima de l’aval du conseil, et si quelqu’un avait la bonne idée de remettre la main sur Senkô, du sien.

‘J’espère qu’il n’ont rien fait de stupide en mon absence,’
songea-t-il en se servant une nouvelle tasse de thé.

Car il n’était pas présent quand ce mystérieux sommeil s’était abattu sur la population. Il avait eu une mission délicate aux confins de Kenshu, dans une des grandes villes portuaires où deux marchands rivaux semblaient s’en donner à cœur joie pour diviser la population. L’un des deux, cependant, avait surtout eu le cran de faire appel à la confrérie. Son rival mort d’une inexplicable maladie, la fille de ce-dernier fut donnée en mariage à treize ans à peine à l’un des fils de son employeur et les protestataires furent discrètement éliminés. Il était sur le chemin du retour quand La population s’endormit. D’abord franchement curieux du phénomène, il commença à s’inquiéter des conséquences quand il se rendit compte que le périmètre n’était pas restreint à un petit canton, mais visiblement à toute une région... et même jusqu’à la capitale. Il n’était donc pas exagéré de penser que tout Kenshu était touché. Et avec un peu de chance, ce serait tout Yokuni qui serait soumis à cet étrange phénomène.

Il en aurait bientôt le cœur net, espérait-il. Le Jônin avait requis un rendez-vous avec lui et il se doutait que ce n’était pas pour le plaisir d’admirer son sourire ou pour parler poésie. Il savait que des mesures avaient été prises de renforcement aux frontières, mais ses subordonnés avaient été incapables de lui dire si d’autres décisions avaient été prises. Mais à quoi servait son adjoint ? Il était censé le remplacer en cas d’absence lors des conseils... ah mais oui, lui aussi dormait. Donc il supposait que personne n’avait eu la bonne idée, ou le courage, de pointer son nez aux portes du conseil pour savoir si oui ou non, quelques décisions concernant la politique extérieure de Kenshu avaient été prises. Navrant.

Ses mains aux longs doigts glacés se serraient autour de sa tasse de thé, comme Sen, appuyé contre le chambranle des portes coulissantes de la pièce principale de ses appartements au château d’Ame regardait un jour pluvieux et couvert se lever. Le tissu léger de son kimono blanc flottait dans le vent matinal, lui donnant plus que jamais un air irréel, rappelant son ascendance -supposée- d’Oni des neiges. Demain serait la pleine lune. Une période toujours difficile, car mine de rien, la transformation était fatigante. Entendant l’eau qui bouillait, il mit le riz à cuire, ainsi qu’un reste de filet de truite de la veille au soir, et se glissa dans la petite pièce qui lui servait de chambre. Il avait préféré au luxe d’une grande suite celle-ci, éloignée et isolée des autres, plus petite, mais plus commode pour lui. Quelques ablutions plus tard, il arborait sa tenue d’officiel, le haut de kimono noire avec les cinq Kamon à son effigie (une araignée dans sa toile*) et un hakama ainsi qu’un haori blancs. Les longueurs de ses cheveux nouées dans un lacet de cuir noir, il prit rapidement son petit déjeuner et les bras chargés de divers documents, notamment de livres à remettre aux archives, il quitta ses quartiers et les ferma à clef, et prit le chemin du château.

Dans la salle de réunion qui avait été convenue avec le jonin, il régnait une légère pagaille, pas suffisante pour perdre quelqu’un d’attentionné mais ce n’était pas non plus son bureau. Une carte était étalée sur une grande table basse, les quatre coins tenus par des pierres noires et luisantes. Cà et là, quelques traités, et les derniers rapports des forces armées. Sen était penché sur la synthèse des ressources de Kenshu quand Mitsumeru arriva. L’homme ne se fendit pas en politesse excessive et en vint droit au but, lui tendant une missive que Sen parcourut rapidement.

« Auriez-vous l’obligeance de m’expliquer ce que vous avez fait pour que Fukyuu se sente ainsi agressé ? Il me semble que nous n’avons pas actuellement les moyens d’entretenir une armée en état de guerre ni le luxe de nous mettre à dos de potentiels alliés, Jônin-san. »

Son ton était neutre, comme souvent, mais intérieurement, il sentait une pointe de colère se disputer à la lassitude des réactions trop rapides et trop peu calculées de bien des humains.

« Je crains fort que quelle qu’ait été votre manœuvre, elle ne fut maladroite. »


Il se doutait de ce que l’autre homme avait cherché à faire : savoir si oui ou non ils étaient les seuls dans cette situation. Mais si ses hommes n’étaient pas capables de s’infiltrer dans d’autres territoires pour lui rapporter cette information, à quoi donc servaient-ils ? Et dans le pire des cas, pourquoi hésiter à faire appel à la confrérie ? Tous n’étaient pas des assassins, et il y avait dans les rangs des espions de première classe.

–-------------------------
* Au japon une araignée dans sa toile est le symbole de l’habileté et de la ruse
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1162
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: Le temps passe et les évènements se succèdent [PV Sen] Mar 14 Avr - 18:47

Suite à l'absence prévu de notre Jonin, ce sujet est momentanément en attente. Faites moi signe quand vous souhaitez le relancer ou peut-être l'abandonné Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le temps passe et les évènements se succèdent [PV Sen]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps passe et les évènements se succèdent [PV Sen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» • « Ils disent que le temps passe, que les gens changent, et qu’on arrive à s’oublier comme un rien. » ― TYEE.
» Songes du Temps ~ Parce que tout est éphémère
» Tu vois au début je t'aimais pas beaucoup. Mais là plus le temps passe moins je peux te saquer ~ Hansel
» "Petit" questionnaire pour passer le temps :P
» Le temps passe, mais jamais ne trépasse.......


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..