AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Chronique d' Avril 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Chronique d' Avril 2015 Sam 9 Mai - 16:54



Légende de Yokuni
La petite Zashiki Warashi aux bâtonnets d'encens





Il neigeait fort cet hiver de la douzième année de l’Enfer Ecarlate sur les terres du clan du Boeuf. Depuis des jours déjà, la neige ne cessait de tomber, tourbillonnant dans une danse blanche et infinie, faisant taire les cris de la population affamée, des réfugiés des cités en guerre. Le silence régnait partout. Shirakawa était une ville de moyenne importance, et se situait désormais non loin du front. Traversée par la rivière Shirakoori qui descendait des montagnes, en cette matinée de la fin d’année, on n’entendait rien d’autre que, parfois, le craquement glacé d’une congère qui s’effondrait sous son propre poids, d’une motte de neige tombant d’un toit sur la route gelée.

Partout dans la ville, la neige recouvrait le sol, montant presque jusqu’aux genoux des adultes par endroits. On n’avait pas connu d’hiver si froid depuis le début de la guerre. Un jour pâle et gris se leva, le soleil caché sous les nuages blancs, chargés de flocons. Au détour d’une ruelle du quartier pauvre, le petit minois d’une enfant observait la rue calme, si calme. Toute cette neige était si belle ! Elle transformait le paysage en toile de maître, l’atmosphère appelait la magie et le monde des esprits auxquels l’enfant Zashiki Warashi appartenait. Asami était la fille d’une des guérisseuses de la ville, mais sa mère présentement était au front, soignant les soldats du clan. Elle vivait avant avec sa grand-mère, mais le froid avait pris la vie de la vieille Warashi pour l’emmener ailleurs, et Asami devait subvenir seule à ses besoins.

Ses Geta étaient trop grandes et usées, ses Tabi avaient des trous. Son kimono léger n’était plus rose mais d’une sorte de blanc sale, son Haori avait été  rapiécé par ses petites mains encore maladroites. Sa peau pâle était déjà rougie sur son nez et ses oreilles, elle s’amusait à faire des petits nuages en soufflant sur ses doigts gourds pour les réchauffer. L’aube laissait place au matin, et elle souriait. Elle était levée depuis que la nuit se changeait en jour, et avait cru à la lumière du soleil la première ce jour-là. Ce soir, sans doute que dans toutes les maisons, les familles feraient un bon repas, malgré les temps difficiles, car on fêterait la nouvelle année. Est-ce que sa mère reviendrait pour elle ? Lui apporterait-elle des bâtons-sucre et du bon thé, lui chanterait-elle une chanson après qu’elles aient prié pour l’âme de Grand-Mère ? Un petit rire plein d’espoir lui échappa. Bien sûr, sa maman reviendrait la voir ! Et elle lui ferait une surprise, parce qu’elle aurait vendu ses petits bâtons d’encens purifiant et aurait des pièces pour acheter du bon riz et du poisson !

Quand il y eu du monde dans les rues, elle se mêla à la foule, sa toute petite voix appelant les passants pour leur vendre un bâtonnet d’encens. Mais malgré son adorable visage poupon, ses grands yeux où se mêlaient l’argent et l’améthyste, ses longs cheveux soigneusement peignés où les teintes de la nuit se disputaient au violet le plus intense, personne ne la regardait. Personne ne l’écoutait. Le peuple avait mieux à faire aujourd’hui. Il fallait aller voir les amis, la famille quand on avait la chance d’avoir des proches toujours en vie, préparer les repas et les offrandes à Itegami et aux aïeux.

A la mi-journée, alors que la neige avait cessé de tomber, une troupe de samouraïs traversa au galop la grand’place, et la petite Zashiki Warashi n’eut d’autre choix que de se jeter dans une congère pour éviter d’être piétinée. La bride d’une de ses Geta se brisa, l’autre avait glissé de son petit pied, et un chenapan la prit et s’en alla en courant. Asami eut un pauvre sourire, mais enfant de l’Innocence et de la Pureté, l’espoir était sa seconde nature. Après tout, n’était-ce pas un bon présage que de voir la bride de sa Geta se briser ? Sans doute que sa maman rentrerait et qu’elles passeraient une merveilleuse soirée toutes les deux. Cependant, la pauvre enfant n’avait plus que ses Tabi élimées pour abriter ses pauvres petits pieds transis de froid. Dans son Furoshiki rouge plié en un petit sac qu’elle tenait serré dans ses bras, les bâtonnets d’encens sentaient bon. Elle inspira l’odeur agréable, puis se releva. La neige avait détrempé ses vêtements usés, et elle s’abrita quelque peu sous l’avancée d’un toit.

La journée passa, le soir tombait, le jour finissait et Asami n’avait toujours pas vendu un seul petit bâtonnet malgré son gentil sourire et ses yeux suppliants. En ces temps, nul n’avait pitié d’une enfant qui mendiait son pain dans le froid de l’hiver. Chacun avait assez de soucis comme cela. Mais inlassablement, la douce voix de l'enfant Zashiki Warashi appelait :

« Un sou seulement pour mes bâtonnets d'encens ! Rien qu'une pièce ! »

A présent, les lumières brillaient derrière les panneaux tirés des habitations, et dans la rue, elle sentait les agréables fumets des plats de la nouvelle année. Ce qu'elle avait faim ! Son ventre avait pourtant cessé de gargouiller. Elle ne sentait plus ses pieds bleuis dans ses chaussettes gelées, ni ses petits doigts devenus tout violets, mais sans cesse, et jusqu'à ce qu'il n'y ait plus âme qui vive dans les rues, elle appelait, demandait un sou seulement pour un petit bâtonnet d'encens. Est-ce que si les gens avaient su qu'une Zashiki Warashi les avaient confectionnés, ces bâtonnets, ils les auraient achetés pour éloigner le mauvais sort de leur maisonnée ? Ses longs cils étaient lourds de flocons qui avaient gelé sur eux. Son nez ne lui faisait plus mal désormais, pas plus que ses oreilles. Elle ne les sentait plus. Il n'y avait que ses petites mains qui restaient douloureuses, mais le froid déjà avait mangé la douleur dans les autres parties de son corps. Elle chercha à se relever, mais ses jambes ankylosées se dérobèrent sous elle et elle retomba lourdement dans la neige, pauvrette laissée seule à l'angle d'une ruelle sombre un soir d'hiver glacial. Le vent mordait dans ses longs cheveux. Ses beaux cheveux bouclés. Mais y songeait-elle seulement, à ces boucles soyeuses ? Pas un instant. Elle avait trop faim. Elle avait trop froid. C'était le dernier jour de l'année, demain il y aurait les dragons dansants et les feux d'artifice, voilà à quoi elle songeait.

Asami leva son regard vers le ciel, songeant à sa maman. Elle n'avait pas senti sa présence en ville, et nul doute que la Zashiki Warashi adulte aurait cherché son petit dans les rues enneigées. Maman ne rentrait donc pas ? Pourquoi retournerait-elle à la maison, alors, elle, puisqu'elle n'avait pas eu de sous pour acheter du bois pour le feu ou du riz à faire cuire ? Les planches des murs de leur bigote laissaient passer le blizzard hurlant, et il faisait aussi froid dedans que dehors. Oh ! Du temps où sa Grand-Mère vivait encore avec elle, l'élevant avec amour malgré leur pauvreté, on avait bien rafistolé les planches, bouché les trous avec des chiffons. Mais Asami était trop petite pour continuer de prendre soin des murs comme cela. Et puis, elle était fatiguée.

Si seulement je pouvais réchauffer un peu mes mains, sentir la douceur du printemps,
songea-t-elle en serrant le carré de soie qui renfermait une simple pierre à feu et ses bâtonnets d'encens. Oserais-je faire brûler l'un de mes bâtonnets ?

Elle défit maladroitement les nœuds qui fermaient son Furoshiki, et attrapa dans ses mains tremblantes un petit morceau de bois. Elle le porta à son nez, huma la bonne odeur qui la rassurait. Elle planta le bâtonnet entre la jointure imparfaite de deux planches, et fit claquer la pierre à feu, en tirant des étincelles qui éclairèrent un instant la nuit qui l'enveloppait de sa mortelle solitude. L'encens prit feu, diffusant sa délicieuse odeur qui faisait fuir les cauchemars, la peur de la nuit et de ses monstres, la peur des hommes méchants, cette fumée délicate qui semblait faire vibrer et briller la petite Zashiki Warashi de toute son innocence d'éternelle enfant. Quelle sensation étrange ! Il sembla à la fillette qu'elle était assise au chaud, au creux des bras de sa chère Maman, et que Grand-Mère leur racontait des histoires d'un temps où la guerre n'existait pas tandis qu'elle remuait un petit chaudron d'où s'échappait une bonne odeur de viande et de légumes. Il y faisait bon, si bon, dans cette petite chaumière éclairée de chandelles faites de bonne cire d'abeille ! Mais comme Asami tendait ses mains vers la chaleur du foyer, le blizzard qui s'était levé souffla le bâtonnet et le fit tomber dans la neige. Le rêve éveillé disparut, et le froid revint, plus mordant encore.

Le vent s'apaisa et elle en alluma un second, qui s'illumina, la feu prit, le bois se fit braise et la fumée enchanteresse revint. La petite distinguait parfaitement les futons moelleux pliés dans un coin, et le contenu du curry qui attendait, bouillonnant d'un rythme tranquille, ses grosses bulles éclatant à la surface, blop, blop, et Grand-Mère et Maman qui chantonnaient à ses oreilles. Le curry soudain sauta hors du plat, et comme un étrange petit bonhomme, se mit à danser, et les trois Zashiki-Warashi riaient. Mais comme Asami applaudissait dans la nuit vide et froide, un nouveau coup de vent renversa l'encens et celui-ci s'éteignit dans la neige froide, emmenant la délicieuse illusion avec lui.

De nouveau, elle alluma un bâtonnet. Aussitôt, elle se vit revêtue d'un superbe Furisode en belle soie épaisse, avec des flocons de neige sur les manches et un paysage de collines en hiver sur le bas du kimono. Qu'elle avait chaud ! Qu'elle était bien ! Et c'était le jour de la nouvelle année, des feux d’artifice illuminaient de ciel de leurs milliers de couleurs. Mais non, réalisa-t-elle comme de nouveau son bâtonnet était soufflé par une bourrasque glaciale, ce n'étaient là que les étoiles. Le ciel s'était dégagé, en cette dernière nuit de l'année, et tandis que la Lune dans son dernier quartier éclairait faiblement la ruelle déserte, une étoile filante déchira le ciel nocturne pour se perdre loin dans l'horizon, par-delà les montagnes.

« Quelqu'un se meurt, dans une si belle nuit... » murmura-t-elle, se souvenant de ce que sa Grand-Mère bien-aimée lui disait, comme elles regardaient toutes deux le ciel pendant les étés, en attendant Maman.

Elle alluma encore un petit bâton d'encens. La bonne odeur se répandit, le vent sembla s'apaiser un dernier moment, et dans la neige de la rue, elle vit Grand-Mère et Maman, main dans la main, se diriger vers elle avec un gentil sourire sur les lèvres.

« Oh ! Grand-Mère, Maman ! » s'écria la fillette avec désespoir. « Emmenez-moi avec vous ! Je vous attends, dans le froid, et quand le vent soufflera l'encens, vous ne serez plus là ! Vous disparaîtrez, comme le feu bien chaud, comme le curry qui bloblote, comme le beau Furisode et les feux d’artifice ! Emmenez-moi ! »

Sa petite main était tendue vers ses aînées qui lui souriaient, de la tristesse et de l'amour dans le regard, et cette innocence juvénile qui marquait leurs traits de Zashiki Warashi. Alors, promptement, la fillette alluma tout ce qu'il lui restait de l'encens, que l'illusion reste avec elle, car elle aimait sa défunte Grand-Mère et sa Maman plus que tout. Et les mirages des deux Zashiki Warashi s'assirent près de l'enfant, et la prirent dans leurs bras lumineux, la dorlotèrent, leurs visages si beaux, si jeunes et rayonnants, si loin des douleurs du monde, l'emmenant avec elles vers les étoiles qui allaient à toute vitesse par-delà l'horizon. Dans le ciel étoilé, dans l'univers immense, elles n'avaient plus ni faim, ni peur, ni froid.

Mais, dans la ruelle enneigée battue par le vent, le corps de la fillette reposait, entouré de bâtonnets d'encens, le blizzard recouvrant ses petites jambes maigres de neige, mêlant les flocons et la glace aux boucles de ses jolis cheveux. Au petit matin, quand les volets s'ouvrirent, elle était assise, l'enfant Zashiki Warashi, son innocence révélée par l'éclat du soleil blafard, qui illuminait son teint neigeux et son sourire éclatant... Le jour de l'an se leva sur le petit cadavre entouré de bâtonnets d'encens, tous consumés. « Elle aura voulu se chauffer, » dit un passant. Et d'autres souriaient avec pitié de l'innocente futilité de cette idée. Mais tout le monde ignora les merveilles qu'elle avait vues, au milieu de quelles splendeurs magnifiques elle avait été emmenée, par sa Grand-Mère et sa Maman qui n'était pas revenue du front, au milieu des cieux étoilés de la première Aube de l'année.

Hakushi Sen-Avril 2015





Les PNJS
par Hakushi Sen



Yooen Natsumi

Clan:Setsu
Age: 149 ans, 18 d'apparence
Rôle: Natsu Warashi (esprit de l'été)
Caractère:Capricieuse, égoïste, mesquine / Vive, joyeuse, clémente
Où le trouver ? Principalement à Setsu, surtout l’hiver ou pendant les saisons les plus froides, un peu à Kenshu l’été aussi. Natsumi incarne les chaleurs de l’été donc se déplace au gré de ces-dernières, amenant avec elle la canicule et un soleil éclatant.

Natsumi est une yokaï qui se mêle peu aux humains mais qui paradoxalement ne vit jamais bien loin d’eux. Solitaire et aimant son confort, c’est un petit être égoïste et capricieux, mais qui dans ses bons jours rayonne de joie de vivre et de chaleur. Elle incarne la canicule, et appartient à la grande famille des Esprits (warashi) de la nature et des saisons, en tant que fille de l’été. Espiègle et curieuse, elle aime jouer des tours aux voyageurs qui s’égarent autour de sa chaumine, et aime les impressionner pour mieux les dépouiller de leurs biens. Elle peut en effet irradier littéralement de chaleur et de lumière solaire. C’est aussi une créature qui, face au désespoir des humains, sait faire preuve de compassion et d’altruisme.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Sosei Rui

Clan:Setsu
Age: 39 ans, 15 d'apparence
Rôle: Ubume. Nourrice au palais de Setsu.
Caractère:Dépressive, étourdie, possessive / Maternelle, douce, gentille.
Où le trouver ? Au Palais Setsu, dans l’une des pièces consacrée aux enfants.

Rui jadis fut l’amante d’un homme influent du palais, mais quand elle tomba enceinte, celui-ci n’eut pas le bon goût de reconnaître l’enfant ou de lui faire apporter des soins. Au contraire, il la renvoya de son service et la malheureuse mourut en couches, laissant son fils orphelin aux bons soins des domestiques. Elle se réveilla, transformée par ses amers regrets, en Ubume. Et depuis, elle vit et sert au palais, s’occupant des enfants et veillant sur son fils.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Shirakawa Fubuki

Clan: Fukyuu
Age: 31 ans
Rôle: Kuge, Ambassadeur pour le Daimyo de Fukyuu
Caractère: Cultivé, Loyal, Sociable / Retord , Obstiné, Yokaïphobe
Où le trouver ? Le plus souvent à la capitale Ite ou dans l’une des autres capitales s’il est en mission.

Fubuki est le fils aîné d’un important propriétaire du clan Fukyuu. Intelligent et vif, il fut élevé dans l’objectif de devenir un haut fonctionnaire, en accord avec le bushido. Homme droit et loyal, attaché aux valeurs humaines, il a à cœur de faire honneur au nom de sa famille comme à son daimyo. Son seul caprice fut d'épouser une geisha dont il était fou amoureux, et ce malgré l’interdiction paternelle. Elle se nommait Tsugumi, et il racheta ses dettes pour en faire son épouse. Elle lui donna deux filles et un fils, avant d’être tuée avec sa fille cadette ainsi que son fils lors de l’attaque de la caravane qui devait la ramener des terres de Shirakawa à Ite. Fubuki, qui n’avait jamais été très tolérant envers les Yokaïs, devint radicalement opposé à leur coexistence avec les humains. Pour noyer son chagrin, il s’enferma encore plus dans ses fonctions, envoyant sa fille aînée chez son père pour qu’elle y soit élevée, ce qui lui valut à 29 ans un poste d’ambassadeur du Daimyo.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Yuugen Mai

Clan:Fukyuu
Age: 93 ans, 17 d'apparence
Rôle: Officiellement : capitaine de la garde-frontière. Autrement, Bake-Neko, il dirige un groupe de yokaïs dans les monts entre Fukyuu et Kenshu. Chef du groupuscule de Sen, qui attaqua le précédent ministre des finances de Kenshu sur le retour d’Ite et blessa Sen à l’épaule.
Caractère:Dominateur, manipulateur, sadique, rancunier /Intelligent, charismatique, idéaliste, rusé
Où le trouver ? Dans les montagnes entre Fukyuu et Kenshu

Mai en a vu des choses, avec la longue vie qu’il a menée. Mais ce à quoi il aspire ne semble pas vouloir advenir, à savoir si ce n’est la paix, au moins un droit d’existence pour les yokaïs. Le temps et les violences aidant, ses illusions ont disparu et n’est restée que la rancœur ainsi que la haine pour cette race qu’il considère comme inférieure: les humains sont des proies. Ils devraient servir les yokaïs, et non les obliger à se cacher, à lutter pour survivre. Il a su se faire entendre. Après avoir étanché sa soif de sang pendant l’Enfer Ecarlate, passant d’un clan à un autre au gré de ses envies, il a patiemment rassemblé les yokaïs les plus puissants et les plus violents de l’Ouest pour semer la terreur sur Fukyuu. Mais il ne compte pas s’arrêter là... et seule la mort saura l’arrêter. Il n’est pas sage de se fier à ses beaux discours ou à ses airs enjôleurs, son ambition n’a guère plus de limites.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Sakai Yumi (Taka Rai no Uchite)

Clan: Kenshu
Age: 69 ans, 20 ans d'apparence
Rôle: Propriétaire d'une maison de thé à Geki, auriculaire de la Confrérie à Kenshu
Caractère: Comédienne, Raffinée, A le sens des affaires / Autoritaire, Impartiale, Mesquine
Où le trouver ? Au Tatsumaki no Hana, dans le quartier des geisha de Geki.

Yumi s’est construite dans l’adversité. Très jeune pendant l’Enfer Ecarlate, elle y perdit tout son clan, sauvée par un coup du destin voulant qu’elle manque de se noyer en tombant dans une rivière en crue sur les terres du clan du Tigre où ils habitaient. Elle connut des années d’errance, chassée et pourchassée par les humains car elle était trop jeune encore pour cacher tous ses attraits de kitsune. Elle fut récupérée peu avant l’Ere des Cendres par l’un des premiers assassins de la Confrérie de la Main et y trouva une seconde famille, une famille à la loi aussi dure que celle de la survie à laquelle elle s’était accoutumée. Voyageant pendant toute la reconstruction, allant de mission en mission, de territoire en territoire, elle devint pommeau le surnom de la Foudre Chasseresse (Rai no Uchite). Mais il lui fallut quarante ans pour atteindre le grade d’Auriculaire, et ce jour-là seulement décida-t-elle de monter son propre commerce. Elle séjournait alors dans la cité impériale et fonda une enseigne de fabrique de kimonos qui lui permit de faire fortune en une dizaine d’années. Cela fait sept ans qu’elle a changé de région pour adopter de nouveau Kenshu, ouvrant cette fois une Ochaya. Les membres de la confrérie s’y rassemblent en secret, dans les sous-sols, et elle y distribue les contrats des uns et des autres. En surface, c’est une patronne exigeante, un peu tyrannique, mais distinguée avec ses clients comme avec les geishas qui les accompagnent.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Asatsuyu Chōchō

Clan: Kenshu
Age: 27 ans
Rôle: Prostituée de Luxe, patronne du bordel Hanami no Etsu, l’une des dirigeantes du monde sous-terrain de Geki
Caractère: Provocatrice, Avare, Possessive / Chaleureuse, Protectrices, Courageuse
Où le trouver ? Au Hanami no Etsu, Geki, quartier Hanamachi

Orpheline à cinq ans, Chihiro fut vendue par les créanciers de son père à l’ancienne maîtresse du Hanami no Estu, qui selon la coutume changea son nom, pour la renommer Chōchō (papillon). Elle servit comme petites mains, faisant le ménage, aidant en cuisine, allant au lavoir pendant sept ans, mais fut aussi éduquée par le bordel qui déjà avait l’image d’une enseigne de luxe où l’on ne venait pas seulement pour la bagatelle, mais aussi pour le plaisir de la compagnie raffinée de ces dames. La jeune femme n’apprécia pas plus que cela les jeux de l’amour, elle était attirée par les femmes, mais sachant qu’elle n’avait aucun autre moyen de subsistance, elle banda sa volonté et travailla à devenir une experte en la matière. Elle devint à dix-huit ans la courtisane favorite des établissements de luxe du quartier des plaisirs, et avec cela, vint pour elle la consécration, elle fut adoptée par sa propriétaire. Devenant l’héritière du bordel, sa mère adoptive la fit alors entrer dans le monde des ombres qui existe dans toute grande ville, l’initiant aux jeux de pouvoirs entre les différentes professions (voleurs, faux-monnayeurs, espions, prostituées, travail au noir, marché noir, trafics divers et variés...) et à leur importance à eux, ceux qui dirigeaient ces professions de pauvres. Car ceux qui appartenaient à ces groupes ne cesseraient pas d’exister s’ils n’étaient pas là, mais ils pourraient aussi réduire l’ordre et la paix en poussière. A vingt-cinq ans, elle hérita du bordel et de la fonction de sa mère adoptive, qui choisit de se retirer mais n’est jamais bien loin.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Saku Sakura

Clan:Eiichiro
Age: 40 ans, d'apparence 14 ans
Rôle: Haru Warashi (‘’Esprit’’ du printemps), herboriste itinérante
Caractère:Tête en l'air, Naïve, Peureuse / Douce, Altruiste, Gentille
Où le trouver ? Dans l'Est, principalement à Eiichiro.

Yokaï à tendance vraiment bonne, Saku Sakura est un esprit/une fée du printemps, qui présente un don tout particulier pour faire fleurir les végétaux. Aimant la nature et les climats doux, elle affectionne les clans de l’Est et s’y est faite herboriste itinérante, vivant de ce que les uns et les autres veulent bien lui donner pour les soins qu’elle leur apporte. Elle voyage à pied avec un cerf blanc qui porte ses fontes, et parfois lui sert de monture quand elle doit fuir le danger. Elle va donc de ville en village, soignant surtout les plus démunis ou aidant comme elle le peut ceux qui ont besoin d’un petit coup de main. Il n’est pas rare de la voir en compagnie d’une autre Warashi, que ce soit une Ame Warashi (fée des pluies), une Zashiki Warashi, ou l’une des fées des saisons, bien qu’à part les Aki Warashi (Fées de l’Automne) qui aiment comme elle les climats tempérés, rares sont celles qui quittent leurs domaines de prédilection.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.
Kosatsu Teruki

Clan: Okaruto
Age: 39 ans
Rôle: Omnyuji
Caractère: Paresseux, Insolent, Opportuniste / Tolérant, Bienveillant, Edoniste
Où le trouver ? à Kasu, principalement.

Teruki est un pur produit Okaruto, sa famille étant originaire de la région depuis bien avant l’Enfer Ecarlate. Flemmard au possible, ce fils de militaire fut bien content quand un moine détecta en lui un fort potentiel, ce qui le dispensa rapidement de leçons de combat, lesquelles il exécrait proprement et fuyait à chaque fois qu’on lui en laissait l’occasion. Sa motivation fut cependant de courte durée quand, traîné jusqu’au temple, on commença à l’y instruire. Les heures de méditation l’ennuyaient, et rester debout sous une cascade d’eau froide n’était pas pour lui. Il y resta deux ans et prit la tangente, rentrant chez lui. Sur le chemin, il croisa un Onmyuji à qui il offrit le gîte et le couvert une fois de retour dans la maison paternelle. Celui-ci, comme précédemment, sentit son potentiel mais cette fois l’homme eut l’intelligence de jouer sur la curiosité de l’adolescent pour le former. Ils s’installèrent près du quartier des plaisirs, et Teruki s’avéra doué pour l’invocation de Shikigamis. C’est en traînant dans les rues du quartier des plaisirs que son regard fut attiré par une miko. Quatre ans plus tard, celle-ci disparut mystérieusement alors qu’il voulait l’interroger. Il laissa tomber. Si c’était une Yokaï, elle avait fui. Il s’en fichait. Il s’établit dans le quartier, profitant des plaisirs offerts par les courtisanes et prostituées, aidant aussi à la sécurité des établissements qu’il côtoyait. Son esprit gardien a la forme d’un gros chat bleu et comme son maître, a un certain penchant pour la paresse.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.
Seiketsu Tomoko

Clan: Okaruto
Age: 29 ans, d'apparence 16 ans.
Rôle: Zashiki Warashi, Miko du petit temple du château Amagumo.
Caractère:Timide, Fragile, Sentimentale / Innocente, détachée, joyeuse
Où le trouver ? à Kasu, au château.

Tomoko habitait dans les bois autour de l’actuelle Kasu quand elle est née. Elle vit la ville et le château se construire et, esprit bienveillant envers les humains, elle attendit d’être suffisamment âgée pour se fondre parmi les humains et un jour, elle apparut dans le petit temple du château, celui-ci étant encore en construction. Il s’agissait plus d’un petit autel à Kasugami que d’un véritable temple, mais Tomoko sut vite se faire aimer des habitants du château et s’assura leur protection, leur apportant la sienne.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.


Hakushi Sen-Avril 2015






Coup de Coeur d'Avril 2015

« Je peux la sentir... cette brise... cette caresse sur mon visage. Chaque pas de mon équin me rapproche de sa source. Elle m'apaise et m'effraye. Il y a peu, elle était devenue une blessure, aussi bien pour mon corps que pour mon âme. Elle se déchaîna, pour devenir bourrasque. Elle se transforma, pour m'annoncer mon devenir. Ce message, si difficile à accepter, me fut transmis par la réincarnation de notre dieu. Toi, cher Kannushi, je t'ai rencontré, découvert et accompagné. Tu fus mon instructeur, mon mentor, mon maître. Aujourd'hui, tu es devenu mon guide, me montrant le chemin jusqu'à cette terre que j'aperçois au loin. Vallée des vents et de la terre, les demeures de Fuki ont toujours été si ardemment construites. Murs de bois renforcés ou bien poteries de toutes tailles, cela fit fort longtemps que mes pas ne m'avaient point dirigée dans cette région. Néanmoins, je n'appréciais point le paysage, mes pensées étant tournées vers des souvenirs plus sombres et peinés... » -Reiya Akira à Kabukicho Kyo

Bravo !
Un seul mot : splendide ! Et encore le compliment n'en reste pas moins modeste. Ce mois-ci, le rp coup de cœur est celui d'un duo. Et quel duo ! C'est à travers leur périple que nous découvrons un couple en quête d'épreuves spirituelles mais aussi personnelles. Entres devoir et désir, nos deux héros sont confrontés à leurs obligations et à leurs responsabilités bien qu'ils aient d'autres aspirations. Alors que notre jeune Akira va devenir la nouvelle Dame du clan Eiichiro, Kyo la soutiendra et la secondera comme son statut de Kannushi l'exige.
Comment ne pas tomber sous le charme de leur style d'écriture ? Avec des descriptions sublimes du décor et des sentiments de leurs personnages, on est plongé dans l'histoire. S'il y a bien un rp à lire, c'est bien celui-ci !

  • Le(s) protagoniste(s): Reiya Akira et Kabukicho Kyo
  • Résumé: Le Kannushi d' Eiichiro a parlé ! C'est Reiya Akira qui sera la prochaine Dame ! Mais avant cela, cette dernière devra passer des épreuves. Au cour de leur voyage, elle se met à réfléchir sur sa situation, sur ce qui s'est produit et ce qui adviendra de son avenir. Quant à Kyo, il semble aussi méditatif que sa compagne. Finiront-ils par trouver des solutions ? Ou est-ce que leur sort est déjà scellé ?
    Est-ce qu' Akira parviendra sans encombre à réussir toutes ses épreuves ?

  • Le lien: Que le vent se lève, que la Dame renaisse



Teruki Kaede-Avril 2015
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Sam 9 Mai - 16:57



Interview
de Teruki Kaede et Hakushi Sen



Kodan: Bienvenue parmi nous pour cette entrevue en compagnie de la ravissante Genin du Bœuf, Teruki Kaede-san, et l'intrigant... Intrigante... Euh... Il doit y avoir une erreur dans mes fiches... Hum... Enfin... Le ministre des relations extérieures du Tigre, Hakushi Sen-san ! Tout d'abord je tiens à vous remercier du fond du cœur de vous prêter ainsi à ce jeu en ma compagnie, à visage découvert !

Sen: Je vous en prie, c'est un plaisir. Mais vous devriez vérifier vos fiches, cependant.

Kaede:" Hum... Hum..." l'enlève discrètement en souriant au public. " Bonjour Kodan -dono, ravie d'être auprès de vous, mais également auprès du cher Sen. "

Sen hausse un sourcil devant tant de familiarité de la part de la Genin, mais ne répond pas.
Kodan vérifie ses fiches avec désarroi, puis les jette par-dessus son épaule en soupirant.
Kaede fait une mine boudeuse face à l'impolitesse de Sen.
Sen la salue cependant de la tête, se souvenant qu'ils sont en public.


Kodan: Bon... Rentrons dans le vif du sujet si vous le voulez bien. Vous êtes tout deux des étoiles montantes de notre beau pays, bien que le nom de l'un... L'une... Oh... Shikusho... Du ministre soit actuellement plus en vogue que celui d'une humble kunoichi en apprentissage... Que pensez vous de nos contrées ? Vous y plaisez vous tout deux ?

Sen: "Je ne m'y impliquerais pas tant si je n'avais pas une profonde affection pour ma nation, et plus généralement pour tout Yokuni, Kodan-dono." Sen lui offre un sourire amusé qui ne monte pas jusqu'à son unique oeil."C'est un stagiaire qui a rédigé vos fiches ? Vous semblez avoir un souci quant à mon genre."

Kodan tousse, gêné

Kaede: La genin fronce un sourcil” Vous êtes un homme ou bien une femme Sen - dono ? "murmure-t-elle avec un sourire narquois" Me concernant, j'ai une très grande admiration pour ma nation adoptive. Je lui serai redevable durant longtemps. Après déterminer l'attache que j'ai envers elle ? Je ne serai le décrire. "
Sen: Sen murmura en réponse, absolument pas perturbé par l'ironie de la Genin : "Vous ne devriez pas poser des questions dont vous ne voulez sans doute pas avoir preuve de la réponse."

Kodan: Votre Nation adoptive, Kaede-san ? Intéressant ! D'où venez vous donc ?

Kaede: " Je viens en réalité d'une tribu replié dans les montagnes, je suis apparemment originaire d'un peuple nomade à la base. "

Kodan: Tiens donc ! Et votre adoption s'est faite chez les gens de l'ombre ?

Kaede: " Les gens de l'ombre ? Je crois que nous nous sommes mal compris Kodan - dono. Par tribu, j'entends famille. Il s'agit d'un clan issue de la tribu de l'eau.... mais je n'en sais pas plus."

Kodan: Eh bien d'accord… Hakushi-san, je ne mettais pas en doute votre investissement au sein des Kenshu, bien au contraire et la suite vous concerne probablement plus que celle de notre douce amie ci-présente, bien que je l'adresserais à vous deux : Connaissez vous l'état actuel de la politique de vos deux clans l'un vis à vis de l'autre ?

Sen: "Naturellement, je suis au courant. Il y a quelques tensions, mais je ne doute pas que mon homologue et ses subordonnés sont des gens censés, avec qui j'arriverai à trouver un compromis et un terrain d'entente. La situation est déjà assez difficile pour tout Yokuni, il va nous falloir redoubler d'effort pour que nos peuplent ne soient pas ceux qui payent nos malentendus," calme, très calme dans la voix, mais il maudit intérieurement la moitié de son ministère et son Jônin.

Kaede: " Pour ma part, je ne suis pas au courant de toute la situation du Yokuni. Mais concernant celui de ma région, je peux dire que mon clan se trouve dans une situation assez délicate. Tout reconstruire va être très difficile. Je pense que nos voisins seront une priorités secondaires, à moins que ces derniers veuillent de l'aide..."

Kodan acquiesce silencieusement puis s'assombrit quelque peu.

Kodan:Et dans le cas d'un conflit, car l'hypothèse n'est certainement pas à exclure, quel serait votre ressenti ?

Kaede: " Je ne sais pas.... Je ne suis qu'une simple genin et sans notre seigneur...." Elle hésite avant de répondre. " Les supérieurs restant devront prendre une décision au plus vite. Sans doute prendront - ils les armes pour défendre le clan...." Elle soupire, ne désirant pas qu'un tel événement se déroule à l'avenir.

Sen:"Je doute qu'il y ait dans nos relations politiques ou dans l'Art de la Guerre quoi que vous deviez savoir, Teruki-kun," murmura-t-il pour lui rendre la pareille de la question sur son sexe. Il revient à Kodan et malgré un sourire triste -de circonstance- il fronce les sourcils. "Le ressenti de tout diplomate quand il n'a pas réussi à préserver la paix, Kodan-dono : un échec. Parallèlement, je suppose qu'en tant qu'ancien militaire, j'ai conscience qu'on ne peut éternellement vivre en paix. Les hommes aiment la guerre. Donc, si guerre il y a, je poursuivrai ma tâche pour mon seigneur, que ce soit au front ou en négociations."

Kaede sourit du coin des lèvres en ayant entendu le bref chuchotement du jeune homme.
Kodan opine de nouveau du chef, s'apprête à renchérir lorsque soudain, un homme tout de noir vêtu, les cheveux blancs et un mempo de démon masquant le bas de son visage apparaît, des fiches en main, les donne au Taisa des Setsu et disparaît dans un tourbillon de poussière.
Sen: Sen observe la scène, curieux mais son regard (son oeil) ne lâchant aucun détail de ce qui vient de se passer


Kodan: Tiens donc ! Me voici avec quelques fiches plus précises que les précédentes... Vous ne voyez pas de problème à ce que nous lisions ces dernières ensemble ? Elles sont à votre propos... à vous deux.

Kodan sourit de manière mutine

Sen: Sen fronce les sourcils. "Je ne sais pas... à votre sourire je ne suis pas certain d'apprécier ce qui y est écrit."

Kaede: Elle cligne des yeux " Heu......" ??????

Kodan lit la première fiche, son sourire ravi dans un premier temps, poursuit, ses lèvres descendants progressivement, continu, ses yeux s'ouvrant de plus en plus, puis détache ses iris de sa copie et avise Sen avec une certaine inquiétude sur le visage.

Kodan: Ha ha... Ha... Ha.......
Sen: "Vous n'auriez peut-être pas dû lire" répondit-il avec un sourire en coin.

Kodan: Hem... Nous y reviendrons... Ou pas…

Kaede ne dit rien.... Elle ne fait que regarder Sen avec des yeux remplis d'admiration....
Kodan lit la seconde fiche, s'épongeant le front. Reprend des couleurs progressivement, puis devient blême à nouveau, avisant cette fois ci la Genin des neiges éternelles.

Kaede: Kaede penche la tête en direction de Kodan  " Oui ? "

Kodan: Vous saviez que vous n’étiez pas seule ? Et par seule, j’entends... En vous ?

Kaede: Elle fait mine de ne rien comprendre " Ha bon ? Je suis habitée par une entité, c'est cela que vous voulez dire ? " Elle se mords la lèvre inférieur.

Sen observe attentivement la Genin. Personnalités multiples ? Kannushi qui s'ignore ?

Kodan: Et quelle entité ! Nuregami elle-même semble vous avoir choisie pour hôte ! Si vous ne le saviez pas, rassurez vous, nous avons un shaman fukyuu dans les coulisses qui vous fera oublier ce que nous venons de dire ici et PERSONNE ne sera jamais au courant.

Sen note la deuxième information. Enfin les informations. Il faudra qu'il évite ce shaman.

Kaede: " Vous me touchez , je vous tue...." Le regarde avec un air sadique, sortant un petit katana de sa manche.

Kodan commence quelque peu à se sentir oppressé par les deux psychopa... Invités
Sen ne bouge pas d'un iota même face à la menace sur leur interviewer
Kaede range l'objet, faisant mine de n'avoir rien dit


Kodan: Ha ha ha ha... Ha... Hum. Sans transitions donc... Qu'en est il des autres héros de Yokuni ? Avez vous des vues sur l'un ou l'une d'entre eux ? Votre cœur murmure pour lui-même si vous en avez un, bande de tarés... reprend à voix haute est il conquit ? Est-il a prendre ? Qui sont les heureux élus, quelque soit votre degré d'intérêt ?

Sen: "Quels héros ?" demande-t-il en prenant soin de laisser paraître une ironie humoristique dans sa voix."Non, il n'y a personne. Je me consacre entièrement à Kenshu, alors, d'une certaine manière, vous pouvez peut-être considérer que c'est à mon pays que va mon coeur." Le Kuge sourit mais se demande d'où il a sorti une question aussi stupide. Il pensait que c'était du sérieux, cette interview, lui !

Kaede:Elle se met à rougir très rapidement" Pas le moins du monde... n'ayant pas encore mis les pieds hors des terres du clan Fukyuu, je ne connais que peu de héros...." Elle se met ensuite à toucher une mèche de cheveux " J'ai été mariée auparavant et je peux dire que cela a été une mauvaise expérience pour moi... En tant que Kann... euh, future femme religieuse, je pense mettre l'amour de côté...." La jeune femme se tourne vers Sen et le regarde avec pleins d'admiration." Je suis incroyablement impressionné par vos propos Sen, vous êtes quelqu'un de très fidèle à votre clan et je trouve cela noble de votre part. " dit - elle avec le sourire

Sen se dit 'si seulement elle savait ce que j'en pense vraiment...' mais il sourit, acceptant le compliment.

Kodan: C'est effectivement un beau sentiment ! Pour terminer, y-a t-il quelque chose que vous souhaiteriez transmettre à vos compatriotes de l'Empire ?

Sen se dit qu'il est entouré de crétins, ou qu'il est vraiment un acteur incroyable, ou les deux. Les humains sont vraiment... inférieurs ?

Kaede: " J'aurais beaucoup à dire, mais je ne suis qu'une novice. Mon message serait : ne cessez pas d'espérer. N'abandonnez pas et restez unie.... " Elle fixe le sol en soupirant " De ne pas abandonner le clan qu'il serve ou bien d'en servir un meilleur."

Sen: "Transmettre, comme un savoir ? Pas spécialement, non. Nous sommes toujours en train de reconstruire Yokuni, il nous faut du temps, mais chaque clan, je le pense, se relèvera en temps et en heure."Il réfléchit. Sa vraie réponse serait : non. Laissez moi vivre tranquille, tuer gentiment des gens pour me défouler, boire de sang, c'est ce que lui voudrait faire passer à l'Empire, mais il doute que ce soit une bonne idée d'en faire part à qui que ce soit. "Quant au sommeil qui nous frappe... les endormis ne sont pas morts malgré le manque d'eau et de nourriture, la magie des Kamis est à l'oeuvre, ils se réveilleront quand ils jugeront bon qu'il en soit ainsi, tout comme jadis ils ont rendu aux hommes leurs pouvoirs après les en avoir privés. Ce sont des temps difficiles mais si chacun y met du sien, je pense qu'ils peuvent ne pas devenir critiques."

Kodan: En ce qui concerne les endormis... Il semblerait que de bonnes âmes se chargent de leur santé physique au mieux de leur capacités... Hum... Ceux qui n'ont pas la chance de compter sur un entourage bienveillant... Enfin, ceci est une autre histoire. Pour le moment, tombons les masques si vous le voulez bien au moins pour un instant ! Qui se cache donc derrière ces deux mala... Charmants personnages ?

Nozomi (Kaede) " Rien de particulier... Une Geek.... Une jeune femme aimant les jeux vidéos, les livres et les mangas... XD "

Fantôme (Sen) "Charmant, Sen ? Laisse-moi rire. Je ne suis en rien spéciale non plus, juste une fille qui aime écrire, lire, écrire, écrire encore, dessiner... bref rien que de très normal. Hum, j'aime l'escrime historique aussi parce que je peux taper sur des gens avec des vraies épées. Non je ne suis pas une psychopathe"

Kodan éclate de rire

Fantôme : Mais je fais aussi de la danse de salon ! Parce que ça me donne l'impression d'être une vraie fille Surtout parce que j'ai déménagé en Août et que je n'ai plus de club d'escrime là où je suis.

Kodan: “Sacrés personnages que vous avez là toutes deux en tout cas... Maintenant qu'ils sont loin pour le moment, parlez nous un peu de vos protagonistes... Une Kannushi endormie, genin de son état et un…” prend son souffle “trois quart Yokaï, kuge, hermaphrodite, pommeau de la confrérie de la main…” reprend son souffle...  Sacrés CV !

Fantôme éclate de rire

Fantôme : J'aime bien le concept de Sen, je voulais un personnage complexe qui offre beaucoup de possibilités et qui m'impose de vrais défis. Parce que mine de rien, il est très difficile à manipuler, principalement à cause de son ambivalence. J'avoue que rien qu'en construisant la fiche, j'avais peur. Je me demandais quel monstre j'étais en train de créer. Maintenant, je peux vous affirmer lui avoir fait un petit frère !

Kodan: Complexe, il nous l'a paru dès le départ lorsque nous avons lu ta présentation, mais comme quoi, ça a son petit charme étant donné que te voila membre à part entière et impliquée qui plus est. Nozomi ? parle nous un peu de ta kannushi !

Nozomi: " Par rapport à mon personnage, j'ai cherché pendant longtemps au début... Puis finalement j'ai trouvé le personnage idéale dans l'une de mes fanfic. A la base Kaede n'était pas le vrai prénom que j'avais donné à mon personnage. C'était Misuki. C'était une assassin au début dont le clan avait été totalement exterminé. Puis ensuite je me suis dis qu'il fallait que je change... Donc je me suis inspiré de Kaede de la série de livres: Le Clan des Otoris pour le caractère. Pour l'histoire, j'ai voulu faire quelque chose d'assez obscure. J'aime les histoires qui commencent mal."

Kodan: “Et vos projets pour eux deux ?”

Fantôme: “Pour le rp, je n'en ai aucune idée. Le faire évoluer serait cool, mais c'est pas facile. Il faut vraiment trouver le bon personnage pour ça. A savoir quelqu'un qui l'intrigue assez pour pouvoir le pousser dans ses retranchements ET y survivre. Bon courage.”

Nozomi: “Oh ! Un grand destin ! Mais après il faut que cela se réalise car rien n'est moins sûr pour mon personnage, surtout avec des admins et des modos psychopathes qui l'envoient à la mort dans l'event.... Non je plaisante. En réalité, je n'ai pas la moindres idées..... quelques petites envies mais rien n'est moins sûr de ce que je veux pour Kaede réellement...XD”

Kodan: “Et vous voila chroniqueuses toutes les deux. Ce n'est pas rien et ça a demandé un sacré boulot. Est ce que ça vous plait ? Et plus largement, Saigo Seizon vous plaît-il aussi ?”

Fantôme: “Très franchement, je ne m'investirais pas autant si le forum ne me plaisait pas. Les corvées, c'est pas mon truc. Je me suis éclatée à rédiger les PNJ (ça tombait bien j'étais en pleine crise de création de personnages ça m'a permis de ne pas trop souffrir et de ne faire qu'un double compte sur un autre forum), et j'ai vraiment aimé l'exercice de la légende puisque je me suis imposée de réécrire mon conte préféré.”

Nozomi: “Bien sûr qu'être chroniqueuse m’intéresse, autrement je ne me serais pas proposée. J'espère pouvoir être reprise pour le mois prochain. Pour le travail, je vais être honnête, j'ai des difficultés par rapport aux fautes et à la mise en page... Autrement mon premier article est bientôt terminé, quand au deuxième que je dois faire, hé bien il me semble très très compliqué à réaliser car je ne suis pas sûr du rp que je dois choisir... Je verrais bien lequel prendre, mais il y 'en a tellement qui sont bien que cela ne serai pas juste de ne pas tous les prendre…”

Kodan: Comme je te comprends !

Kodan éclate de rire

Nozomi: “Ha oui je tiens à dire que j'ai une superbe équipe aussi !”

Fantôme: “Je suis une sale gosse, en fait…” grand sourire innocent “Je vous ai laissés le plus dur !”

Nozomi: Je les remercie de m'avoir aidée pour rédiger cette chronique du mois d'août !

Fantôme: On est au mois d'avril… Je sais qu'il fait beau mais quand même. Quoique, le temps était pire en août dernier.

Kodan: On la prépare depuis huit mois en fait, mais on ne le savait pas… Hum… Sans transitions donc, Fantôme, tu fais bien de parler de tes PNJ ! Je pense qu'en lisant ta fiche et ces derniers, tout le monde aura compris ton intérêt particulier pour les Yokaïs... Pourquoi ? Qu'est ce qui t'attire dans les créatures du Yomi ?

Fantôme: Hum... aucune idée ? Le côté étrange, les incroyables possibilités que ça offre. Pour les PNJ, je voulais juste mettre les Yokaïs à l'honneur. Je n'aurais pas nécessairement tablé sur autre chose sans cette idée cependant. Pour Sen, c'est que je le voulais inhumain au sens littéral du terme. Mais ça doit être une sensibilité particulière ou mon côté créatif qui aime ce potentiel énorme et varié qu'ont les Yokaïs en terme de jeu. Ce que je veux dire, c'est que pour moi qui joue sur plusieurs forums, le concept de personnage d'un humain normal peut être joué ailleurs. Les Yokaïs, non, pas nécessairement. Si Sen n'était pas un Yokaï, il n'aurait pas ce côté violent, ces pulsions meurtrières, cette ambition et cette obligation absolue de se fondre dans la masse qui le rendent si ambivalent. C'est aussi ce que j'ai recherché dans les PNJ Yokaï, notamment le personnage de Yuugen Mai qui est cruel parce que c'est sa nature profonde avant tout, puis après seulement à cause de la situation de ceux de sa race. Je sais pas si c'est clair…

Kodan: Eh bien ! ça ne s'invente pas tout ça ! Allez, un dernier exercice. On remet les masques et dans un premier temps, j'aimerais bien savoir ce qu'à à dire Sen de sa propre ethnie justement ? Dans un second, j'aimerais connaître l'avis du ministre et de la kannushi vis à vis de leur joueuse !

Nozomi: " Kaede serai plutôt dure envers moi. Je suis quelqu'un d'assez sensible et comme elle est l'inverse ( elle s'est endurcie ), elle me dirait certainement de faire de même. Elle serait également un guide, me dire ce que je dois faire pour être forte. Je la considérerais probablement comme une " sempai " si j'étais une japonaise. ^^"

Sen: Sen n'y a jamais réfléchit. “Ce que j'aurais à dire ? Hum... que s'ils viennent à moi, je serais prêt à faire en sorte qu'on arrive à s'intégrer, tous, puis à se rendre indispensable pour avoir le droit d'exister ouvertement comme ce que nous sommes. Le souci, c'est que je ne suis pas un pur sang Yokaï, et donc, nombre de ces derniers me rejettent. Quant à ce que je pense de Fantôme…” il jette un regard noir à sa joueuse qui sourit nerveusement.“c'est une incapable trop sentimentale qui croit savoir me jouer, qui veut me faire gober qu'elle me dorlote alors qu'elle me fait cohabiter avec la vingtaine d'autres qui peuplent son intelligence inférieure. Quel dommage que je ne sois qu'un personnage sur qui elle a droit de censure et sur qui elle aura toujours préséance, sans quoi je me ferais une joie de lui apprendre ma vraie manière de penser. Et dire qu'elle croit qu'elle me connaît !”

Fantôme déglutit péniblement.
Kodan déglutit à son tour
Nozomi est horrifiée


Kodan: Eh bien, sur ces joyeusetés, j'espère que vous vous êtes plues à jouer le jeu en ma compagnie et que les courageux qui seront arrivés jusqu'au bout de cette interview auront mieux appris à vous connaître ! Un dernier mot pour conclure ?

Nozomi: Un dernier mot ? Moi je vais en dire plusieurs : Vivent vos passions !

Sen: Si c'est fini... comme vous en avez beaucoup appris sur moi, je vais pouvoir passer un bon moment avec vous, pas vrai ? Ça fait si longtemps que je n'ai pas pris le temps de disséquer un être vivant.…

Sen sourit et sort quelques lames habituellement cachées
Fantôme se cache, elle. Désolée, les familles, tout ça…
Kaede sourit à son tour


Kaede: Puis-je goûter à votre sang ? Kodan-dono ?

Sen jette un regard noir à Kaede

Sen: Bon je vais m'occuper de toi en premier, sale gosse. C'est MA proie.

Kaede: " Si vous voulez nous pouvons partager ? "

Sen: Je ne partage pas. Jamais.

Kaede: Soupire “Vous êtes qu'un enfant capricieux alors…”

Kodan se lève et se fait craquer la nuque tout en laissant tomber à terre la lame immense de son zanbatô, surplombant les deux êtres d'une à deux têtes.

Kodan : Bien... Je veux bien être gentil et intimidé un moment. Mais on ne me nomme pas le Volcan apaisé pour rien, et là, je ne suis plus apaisé du tout.

Sen: Lui offre un sourire goguenard. “Bien, j'aime les défis, Kodan-dono.”

Kaede ne se bat pas et va au milieu de la scène, se dévêtit et joue les courtisanes

[le reste de la scène se termine dans un combat dantesque, au milieu des flammes et de multiples explosions en chaînes et de danses lascives.]

Amadotsu Kodan-Avril 2015





Analyse de film
La princesse Kaguya




Alors qu'Hayao Miyazaki annonçait la fin de sa carrière, nous avons découvert avec un grand étonnement l'un des tout nouveaux films du studio Ghibli. Bien que l'un des maîtres de l'animation japonaise parte, un autre qui était resté dans l'ombre semble s'imposer. C'est en effet à travers l'œuvre cinématographique du « Conte de la princesse Kaguya » qu' Isao Takahata tient à se faire remarquer.

Mais de quoi parle ce film ?


Comme le titre nous l'indique, l'œuvre cinématographique nous évoque
« Le conte de la princesse Kaguya ». L'histoire se déroule dans un japon féodal mais,dans une période de paix, où les hommes de la société aristocratique dominent les roturiers. Un jour, un coupeur de bambou découvre à l'intérieur d'une canne de bambou une jeune fille de la taille de sa main. Content de cette trouvaille, il décide de l'emmener chez lui. Il la montre à sa femme et à sa grande surprise la demoiselle se transforme en nourrisson. Le couple n'ayant aucune descendance l'élève comme leur propre enfant. En grandissant, celle-ci devient une belle femme. Cette qualité aura pour conséquence d'attirer la convoitise des nobles. Ils la demanderont en mariage, mais cette dernière s'y refusera jusqu'à leur donner des tâches impossibles à réaliser pour déterminer qui sera le fameux époux. En réalité, Kaguya cherche seulement à gagner du temps.

Bien que l'intrigue paraisse tourner autour de la beauté, du mariage et d'une princesse mystique, elle n'en reste pas moins bien plus complexe. Certes le film est fidèle à la légende, mais elle ajoute des trames plus réalistes et existentielles.


Le conte de la princesse Kaguya, un film poétique et moraliste !

Kaguya n'est pas seulement une princesse dotée d'une grande beauté, elle est aussi et avant tout, une personne ayant des désirs !
Elle grandit d'abord à la campagne avec ses parents qui sont paysans. Suivant un rythme de vie assez pauvre, nous pouvons nous attendre à ce que notre héroïne cherche à avoir une meilleure condition de vie. Et bien sachez que c'est tout l'inverse ! Notre « jeune pousse de bambou » - comme elle est surnommée - aura une enfance très heureuse, et ce malgré la pauvreté. S'amuser avec ses amies, se mêler à la nature et être aux côtés de ses parents sont les seuls éléments qui constituent à ses yeux le plus important. Cependant, cette vie paisible va subitement changer lorsque son père reçoit de l'or de la part de la lune ( astre qui protège et envoie un tas de présents au parents pour que la jeune fille vive correctement ). Pour le bien de sa fille, il fait fabriquer une grande demeure, met en place une immense fortune pour qu'elle soit considérée comme une « princesse ». Bien qu'elle se réjouisse de cette ascension au début, elle va très vite se rendre compte qu'elle n'est plus libre.

C'est ainsi que notre morale commence. Nous partageons tout le long du film le désespoir de la jeune fille. Elle n'a qu'un seul souhait : retourner dans sa précieuse campagne et vivre comme avant. Mais comment revenir en arrière quand on a un si grand charisme ? Son père l'utilise comme pion afin de s'enrichir et de gravir les échelons. Il ne cessera jamais de vouloir la marier au mécontentement de Kaguya qui cherchera par tous les moyens d'échapper à ce triste destin.

À travers ce personnage, il est possible de ressentir un certain attachement, mais aussi un sentiment de pitié. Cela peut nous rappeler à quel point la vie est fragile et qu'il est si facile d'être à la merci de l'autre selon sa condition de vie. Kaguya est un bel exemple pour nous, elle nous montre qu'il faut continuer d'espérer et trouver en nous la force pour faire de nos souhaits les plus chers une réalité. Par exemple dans une scène, nous voyons la princesse en train de fabriquer dans le jardin de sa nouvelle résidence une représentation en miniature de sa campagne bien-aimée. La nostalgie s'empare d'elle très rapidement, heureusement grâce à son jardin secret , elle saura rester forte.

Le film aborde plusieurs questions, dont « comment doit-on vivre ? »,  « sommes-nous obligés de vivre selon le bon vouloir des autres ? »,  « est-ce que les codes de la société sont justes et qui servent-ils réellement ? ». Par ces aspects philosophiques, l'œuvre très moraliste.

Il y a ensuite l'objectif de faire rêver le spectateur. Et l'esthétique du film est l'un des atouts majeurs du studio Ghibli pour atteindre ce but. Par ses couleurs vives, ses décors multiples et variés, nous sommes comme transportés à l'intérieur de l'œuvre. C'est un voyage vers un autre monde, un univers poétique et imaginaire. Le design est essentiel à la réalisation d'un dessin animé. Les traits fins des dessinateurs nous envoûtent et nous surprennent. Les mouvements des personnages sont très bien réalisés. C'est un travail bien fait et qui nous submerge. Le style est simple, mais réussit à nous séduire.


Il faut bien avouer que l'animation peut surprendre par son choix esthétique au début. Le film ressemble bien plus à une animation faite à partir de crayons de couleurs qu'au style d'un anime habituel.

Kaguya, un personnage représentant les femmes du Japon féodal !

Derrière Kaguya se cache en réalité un grand nombre de femmes. Elle représente à la fois la femme de grande noblesse, mais aussi la femme roturière. C'est à la fin du film que nous apprenons explicitement la raison pour laquelle Kaguya est venue sur terre. Après avoir vu une dame à son balcon en train de pleurer, la jeune princesse s'est prise d'affection pour l'humaine. Cette aristocrate était mélancolique, et ce, parce qu'elle n'avait pas eut la chance de vivre dans une classe sociale où elle aurait vécu libre. Kaguya ayant senti la détresse de celle-ci a voulu savoir ce qu'elle ressentait véritablement. Les dieux pour punir la déesse de son désir l'ont envoyée sur terre pour lui montrer la douleur des hommes.

La place de la femme durant le « moyen-âge » au Japon semble être un grand centre d'intérêt dans cette animation. C'est à travers Kaguya que nous suivons le quotidien d'une femme de noblesse ( ce n'est pas très clair en réalité, il semble que la famille de Kaguya après son ascension fasse partie de la petite noblesse ).

Les dames étaient destinées à devenir des épouses et des mères au foyer.
Gérer le domicile familial, s'occuper de l'éducation des enfants et s'amuser avec des activités de la gente féminine était le quotidien de ces aristocrates.

Bien sûr, il est évident que le studio Ghibli tend à rendre cette situation dramatique pour émouvoir le public. L'image de la femme esclave de son destin n'est pas une réalité à proprement dit. Il est possible également que l'équipe utilise Kaguya pour moderniser l'image de la femme. En effet, en rendant la princesse forte et décalée, ils cassent les stéréotypes de nos homologues féminins japonais. Ce qui est bénéfique pour elles !

De plus, le fait que Kaguya était heureuse en tant que paysanne n'est pas une vérité. Les roturières étaient très pauvres au Japon durant le XIVe siècle et donc malheureuses pour la plupart. Cette idée que la princesse aurait eu une meilleure vie aux côtés de son ami d'enfance en tant que campagnarde n'est destinée qu'à faire la morale aux hommes : « Si vous voulez vivre à votre façon, faîtes-le ! » Ou mais encore « L' argent ne fait pas le bonheur ».


Le conte de la Princesse Kaguya est une belle œuvre qui vise avant tout à émerveiller et à guider la personne vers sa propre voie. C'est un film que je conseille très fortement, que cela soit simplement pour le regarder en tant que passionné de contes, de l'histoire du Japon ou seulement parce qu'on est un Otaku ! Rien que pour la beauté de ces décors, de ces personnages ou de ces musiques splendides, c'est un film à ne pas rater !
Teruki Kaede-Avril 2015
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5278
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Sam 9 Mai - 17:55

Kaede et Sen, avec la participation et le soutien de Kodan, nous ont pondu une belle chronique très intéressantes et enrichissantes ! N'hésitez pas à commenter et merci à eux pour leur implication très appréciées Smile


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Sam 9 Mai - 19:32

Yeah ! Enfin terminé ! Et quel beauté de voir un bon travail achevé ! Wink Merci à vous surtout ! Vous avez fait du beau travail ! J'espère que vous aimerez cette chronique :p
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1174
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Dim 10 Mai - 12:44

Yeah! Ca c'est de la chronique comme on les aime! Malgré mon manque de temps, j'ai tout lu! J'étais tellement dedans.

Maintenant y a un truc qui me chagrine : pourquoi vous vous liguez contre moi? Non parce que me faire piquer une deuxième fois un avatar pour mon futur compte, ça fou la rage XD (je parle de l'avatar de Yuugen Mai). C'est po juste ><

Non je déconne! Bref, une vrai bouffée de fraîcheur et plein d'info que je me dois de retenir! Bravo à vous trois, c'est un magnifique travail Wink


Dernière édition par Kagome Katsuya le Mar 12 Mai - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Dim 10 Mai - 19:53

Merci beaucoup Katsuya pour ce commentaire. <3 C'est touchant. Si tu aime ce que nous avons fait, cela nous fait plaisir et cela peut aussi nous encourager à continuer dans ce chemin ! Wink Contente qu'il t'est plus. <3
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 387
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Ven 15 Mai - 22:18

Chronique bien sympatoche, histoire touchante, des PNJs yokais *-*, un interview rigolo. Bref, vous avez fait du bon boulot, merci pour cette jolie chronique ^^



L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Ven 15 Mai - 22:22

Merci à toi de l'avoir lu et de dire ce que tu en pense. C'est trop chou de ta part ! Merci ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Iwako Hisae

avatar

Non Joueur

Messages : 866
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Kannushi
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Mer 3 Juin - 17:41

/arrive un peu tard xp/

Super boulot vraiment ! Heureux j'avais jusque là pas eut l'occasion de le lire bien en détail, mais maintenant que j'ai le temps je peux donc dire que c'est bien écrit et toujours aussi plaisant ces chronique x)

Bravo a vous deux donc =) j'ai beaucoup aimé votre remake de "La petite fille aux allumettes" xp



[ L - Ma - Me - J - V - S - D ]


Art by phoenixlu

Click me softly ! and just listen ! ;D
Revenir en haut Aller en bas
http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Mouton
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5278
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015 Ven 26 Fév - 3:11



Les PNJS
par Hakushi Sen



Yooen Natsumi

Clan:Setsu
Age: 149 ans, 18 d'apparence
Rôle: Natsu Warashi (esprit de l'été)
Caractère:Capricieuse, égoïste, mesquine / Vive, joyeuse, clémente
Où le trouver ? Principalement à Setsu, surtout l’hiver ou pendant les saisons les plus froides, un peu à Kenshu l’été aussi. Natsumi incarne les chaleurs de l’été donc se déplace au gré de ces-dernières, amenant avec elle la canicule et un soleil éclatant.

Natsumi est une yokaï qui se mêle peu aux humains mais qui paradoxalement ne vit jamais bien loin d’eux. Solitaire et aimant son confort, c’est un petit être égoïste et capricieux, mais qui dans ses bons jours rayonne de joie de vivre et de chaleur. Elle incarne la canicule, et appartient à la grande famille des Esprits (warashi) de la nature et des saisons, en tant que fille de l’été. Espiègle et curieuse, elle aime jouer des tours aux voyageurs qui s’égarent autour de sa chaumine, et aime les impressionner pour mieux les dépouiller de leurs biens. Elle peut en effet irradier littéralement de chaleur et de lumière solaire. C’est aussi une créature qui, face au désespoir des humains, sait faire preuve de compassion et d’altruisme.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Sosei Rui

Clan:Setsu
Age: 39 ans, 15 d'apparence
Rôle: Ubume. Nourrice au palais de Setsu.
Caractère:Dépressive, étourdie, possessive / Maternelle, douce, gentille.
Où le trouver ? Au Palais Setsu, dans l’une des pièces consacrée aux enfants.

Rui jadis fut l’amante d’un homme influent du palais, mais quand elle tomba enceinte, celui-ci n’eut pas le bon goût de reconnaître l’enfant ou de lui faire apporter des soins. Au contraire, il la renvoya de son service et la malheureuse mourut en couches, laissant son fils orphelin aux bons soins des domestiques. Elle se réveilla, transformée par ses amers regrets, en Ubume. Et depuis, elle vit et sert au palais, s’occupant des enfants et veillant sur son fils.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Shirakawa Fubuki

Clan: Fukyuu
Age: 31 ans
Rôle: Kuge, Ambassadeur pour le Daimyo de Fukyuu
Caractère: Cultivé, Loyal, Sociable / Retord , Obstiné, Yokaïphobe
Où le trouver ? Le plus souvent à la capitale Ite ou dans l’une des autres capitales s’il est en mission.

Fubuki est le fils aîné d’un important propriétaire du clan Fukyuu. Intelligent et vif, il fut élevé dans l’objectif de devenir un haut fonctionnaire, en accord avec le bushido. Homme droit et loyal, attaché aux valeurs humaines, il a à cœur de faire honneur au nom de sa famille comme à son daimyo. Son seul caprice fut d'épouser une geisha dont il était fou amoureux, et ce malgré l’interdiction paternelle. Elle se nommait Tsugumi, et il racheta ses dettes pour en faire son épouse. Elle lui donna deux filles et un fils, avant d’être tuée avec sa fille cadette ainsi que son fils lors de l’attaque de la caravane qui devait la ramener des terres de Shirakawa à Ite. Fubuki, qui n’avait jamais été très tolérant envers les Yokaïs, devint radicalement opposé à leur coexistence avec les humains. Pour noyer son chagrin, il s’enferma encore plus dans ses fonctions, envoyant sa fille aînée chez son père pour qu’elle y soit élevée, ce qui lui valut à 29 ans un poste d’ambassadeur du Daimyo.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Yuugen Mai

Clan:Fukyuu
Age: 93 ans, 17 d'apparence
Rôle: Officiellement : capitaine de la garde-frontière. Autrement, Bake-Neko, il dirige un groupe de yokaïs dans les monts entre Fukyuu et Kenshu. Chef du groupuscule de Sen, qui attaqua le précédent ministre des finances de Kenshu sur le retour d’Ite et blessa Sen à l’épaule.
Caractère:Dominateur, manipulateur, sadique, rancunier /Intelligent, charismatique, idéaliste, rusé
Où le trouver ? Dans les montagnes entre Fukyuu et Kenshu

Mai en a vu des choses, avec la longue vie qu’il a menée. Mais ce à quoi il aspire ne semble pas vouloir advenir, à savoir si ce n’est la paix, au moins un droit d’existence pour les yokaïs. Le temps et les violences aidant, ses illusions ont disparu et n’est restée que la rancœur ainsi que la haine pour cette race qu’il considère comme inférieure: les humains sont des proies. Ils devraient servir les yokaïs, et non les obliger à se cacher, à lutter pour survivre. Il a su se faire entendre. Après avoir étanché sa soif de sang pendant l’Enfer Ecarlate, passant d’un clan à un autre au gré de ses envies, il a patiemment rassemblé les yokaïs les plus puissants et les plus violents de l’Ouest pour semer la terreur sur Fukyuu. Mais il ne compte pas s’arrêter là... et seule la mort saura l’arrêter. Il n’est pas sage de se fier à ses beaux discours ou à ses airs enjôleurs, son ambition n’a guère plus de limites.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Sakai Yumi (Taka Rai no Uchite)

Clan: Kenshu
Age: 69 ans, 20 ans d'apparence
Rôle: Propriétaire d'une maison de thé à Geki, auriculaire de la Confrérie à Kenshu
Caractère: Comédienne, Raffinée, A le sens des affaires / Autoritaire, Impartiale, Mesquine
Où le trouver ? Au Tatsumaki no Hana, dans le quartier des geisha de Geki.

Yumi s’est construite dans l’adversité. Très jeune pendant l’Enfer Ecarlate, elle y perdit tout son clan, sauvée par un coup du destin voulant qu’elle manque de se noyer en tombant dans une rivière en crue sur les terres du clan du Tigre où ils habitaient. Elle connut des années d’errance, chassée et pourchassée par les humains car elle était trop jeune encore pour cacher tous ses attraits de kitsune. Elle fut récupérée peu avant l’Ere des Cendres par l’un des premiers assassins de la Confrérie de la Main et y trouva une seconde famille, une famille à la loi aussi dure que celle de la survie à laquelle elle s’était accoutumée. Voyageant pendant toute la reconstruction, allant de mission en mission, de territoire en territoire, elle devint pommeau le surnom de la Foudre Chasseresse (Rai no Uchite). Mais il lui fallut quarante ans pour atteindre le grade d’Auriculaire, et ce jour-là seulement décida-t-elle de monter son propre commerce. Elle séjournait alors dans la cité impériale et fonda une enseigne de fabrique de kimonos qui lui permit de faire fortune en une dizaine d’années. Cela fait sept ans qu’elle a changé de région pour adopter de nouveau Kenshu, ouvrant cette fois une Ochaya. Les membres de la confrérie s’y rassemblent en secret, dans les sous-sols, et elle y distribue les contrats des uns et des autres. En surface, c’est une patronne exigeante, un peu tyrannique, mais distinguée avec ses clients comme avec les geishas qui les accompagnent.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Asatsuyu Chōchō

Clan: Kenshu
Age: 27 ans
Rôle: Prostituée de Luxe, patronne du bordel Hanami no Etsu, l’une des dirigeantes du monde sous-terrain de Geki
Caractère: Provocatrice, Avare, Possessive / Chaleureuse, Protectrices, Courageuse
Où le trouver ? Au Hanami no Etsu, Geki, quartier Hanamachi

Orpheline à cinq ans, Chihiro fut vendue par les créanciers de son père à l’ancienne maîtresse du Hanami no Estu, qui selon la coutume changea son nom, pour la renommer Chōchō (papillon). Elle servit comme petites mains, faisant le ménage, aidant en cuisine, allant au lavoir pendant sept ans, mais fut aussi éduquée par le bordel qui déjà avait l’image d’une enseigne de luxe où l’on ne venait pas seulement pour la bagatelle, mais aussi pour le plaisir de la compagnie raffinée de ces dames. La jeune femme n’apprécia pas plus que cela les jeux de l’amour, elle était attirée par les femmes, mais sachant qu’elle n’avait aucun autre moyen de subsistance, elle banda sa volonté et travailla à devenir une experte en la matière. Elle devint à dix-huit ans la courtisane favorite des établissements de luxe du quartier des plaisirs, et avec cela, vint pour elle la consécration, elle fut adoptée par sa propriétaire. Devenant l’héritière du bordel, sa mère adoptive la fit alors entrer dans le monde des ombres qui existe dans toute grande ville, l’initiant aux jeux de pouvoirs entre les différentes professions (voleurs, faux-monnayeurs, espions, prostituées, travail au noir, marché noir, trafics divers et variés...) et à leur importance à eux, ceux qui dirigeaient ces professions de pauvres. Car ceux qui appartenaient à ces groupes ne cesseraient pas d’exister s’ils n’étaient pas là, mais ils pourraient aussi réduire l’ordre et la paix en poussière. A vingt-cinq ans, elle hérita du bordel et de la fonction de sa mère adoptive, qui choisit de se retirer mais n’est jamais bien loin.

Niveau d'influence: Moyen
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.

Saku Sakura

Clan:Eiichiro
Age: 40 ans, d'apparence 14 ans
Rôle: Haru Warashi (‘’Esprit’’ du printemps), herboriste itinérante
Caractère:Tête en l'air, Naïve, Peureuse / Douce, Altruiste, Gentille
Où le trouver ? Dans l'Est, principalement à Eiichiro.

Yokaï à tendance vraiment bonne, Saku Sakura est un esprit/une fée du printemps, qui présente un don tout particulier pour faire fleurir les végétaux. Aimant la nature et les climats doux, elle affectionne les clans de l’Est et s’y est faite herboriste itinérante, vivant de ce que les uns et les autres veulent bien lui donner pour les soins qu’elle leur apporte. Elle voyage à pied avec un cerf blanc qui porte ses fontes, et parfois lui sert de monture quand elle doit fuir le danger. Elle va donc de ville en village, soignant surtout les plus démunis ou aidant comme elle le peut ceux qui ont besoin d’un petit coup de main. Il n’est pas rare de la voir en compagnie d’une autre Warashi, que ce soit une Ame Warashi (fée des pluies), une Zashiki Warashi, ou l’une des fées des saisons, bien qu’à part les Aki Warashi (Fées de l’Automne) qui aiment comme elle les climats tempérés, rares sont celles qui quittent leurs domaines de prédilection.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.
Kosatsu Teruki

Clan: Okaruto
Age: 39 ans
Rôle: Omnyuji
Caractère: Paresseux, Insolent, Opportuniste / Tolérant, Bienveillant, Edoniste
Où le trouver ? à Kasu, principalement.

Teruki est un pur produit Okaruto, sa famille étant originaire de la région depuis bien avant l’Enfer Ecarlate. Flemmard au possible, ce fils de militaire fut bien content quand un moine détecta en lui un fort potentiel, ce qui le dispensa rapidement de leçons de combat, lesquelles il exécrait proprement et fuyait à chaque fois qu’on lui en laissait l’occasion. Sa motivation fut cependant de courte durée quand, traîné jusqu’au temple, on commença à l’y instruire. Les heures de méditation l’ennuyaient, et rester debout sous une cascade d’eau froide n’était pas pour lui. Il y resta deux ans et prit la tangente, rentrant chez lui. Sur le chemin, il croisa un Onmyuji à qui il offrit le gîte et le couvert une fois de retour dans la maison paternelle. Celui-ci, comme précédemment, sentit son potentiel mais cette fois l’homme eut l’intelligence de jouer sur la curiosité de l’adolescent pour le former. Ils s’installèrent près du quartier des plaisirs, et Teruki s’avéra doué pour l’invocation de Shikigamis. C’est en traînant dans les rues du quartier des plaisirs que son regard fut attiré par une miko. Quatre ans plus tard, celle-ci disparut mystérieusement alors qu’il voulait l’interroger. Il laissa tomber. Si c’était une Yokaï, elle avait fui. Il s’en fichait. Il s’établit dans le quartier, profitant des plaisirs offerts par les courtisanes et prostituées, aidant aussi à la sécurité des établissements qu’il côtoyait. Son esprit gardien a la forme d’un gros chat bleu et comme son maître, a un certain penchant pour la paresse.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.
Seiketsu Tomoko

Clan: Okaruto
Age: 29 ans, d'apparence 16 ans.
Rôle: Zashiki Warashi, Miko du petit temple du château Amagumo.
Caractère:Timide, Fragile, Sentimentale / Innocente, détachée, joyeuse
Où le trouver ? à Kasu, au château.

Tomoko habitait dans les bois autour de l’actuelle Kasu quand elle est née. Elle vit la ville et le château se construire et, esprit bienveillant envers les humains, elle attendit d’être suffisamment âgée pour se fondre parmi les humains et un jour, elle apparut dans le petit temple du château, celui-ci étant encore en construction. Il s’agissait plus d’un petit autel à Kasugami que d’un véritable temple, mais Tomoko sut vite se faire aimer des habitants du château et s’assura leur protection, leur apportant la sienne.

Niveau d'influence: Faible
Notes des joueurs: Merci de contacter Souteigai pour lui signaler où en est ce personnage dès que vous l'avez utilisé.


Hakushi Sen-Avril 2015






L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique d' Avril 2015

Revenir en haut Aller en bas
 

Chronique d' Avril 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LUNDI 6 AVRIL 2015
» Course aux Votes [Avril 2015]
» Transferts avril 2015
» Chronique Mystique - Avril 2015
» Motocross Grandvoir - 12 avril 2015 ...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..