AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame] Lun 22 Juin - 23:39

Souvent, il est une mauvaise idée de s'attaquer aux autres, des gens plus forts par exemple qui désiraient s'entraîner, des gens qui voulaient absolument prouver qu'ils étaient quelque peu puissants du moins plus que leurs camarades dont les handicaps faisaient souvent défaut, surtout lors des moments d'examens. Lorsque l'on n'ait pas l'idée ou l'envie de tuer le candidat au test pour devenir un vrai genin confirmé, qu'on le provoquait, autant dire qu'on pouvait avoir droit par la suite à quelques représailles. Non pas méchantes certes, ce gars qui avait fini par devenir également un véritable ninja avait gardé une certaine rancœur envers lui. Il n'était pas rare qu'il venait voir le muet afin de le provoquer en duel histoire de "s'entraîner entre amis". Il était vrai qu'au début ça laissait le rouquin s'être embêté de la sorte mais avec le temps, il avait fini par l'être encore plus avec les petits copains de ce type qui avaient trouvés pour jeu de venir le voir. Mais il gardait son calme, après tout, s'entraîner était une bonne chose et avec des personnes qu'il connaissait plus ou moins c'était mieux. Puis, dans Fuu, qui ne se connaissaient pas?

Cette fois-ci, il ne faisait pas cadeau. Alors qu'il s'apprêtait à partir à la recherche de son mentor voilà que l'une de ses anciennes camarades s'est précipitée chez lui, toute souriante afin de lui informer d'une bonne nouvelle : leur ancienne promotion organisait un entraînement collectif "comme au bon vieux temps". Il était pressé et aurait bien voulu partir à la collecte d'informations concernant Chifumi mais il s'était dit que finalement ça pouvait être sympa de se retrouver entre vieux camarades et qu'il pourrait passer du bon temps avec eux. Et puis, il ne voulait pas décevoir son amie. Il avait donc accepté la petite rencontre en pensant que certaines personnes auraient mûri mentalement et oublier quelques petites rancunes... ce qui n'était apparemment pas le cas.

"Mais tu vas te laisser faire oui?"

Yoshiyuki tournait autour de son adversaire avec un grand sourire aux lèvres et quelque peu amusé par sa colère. Il allait lui donner le tournis à ce pauvre gars, quitte à l'avoir lui-même. Combien de fois l'avait-il battu? Sept fois à peu près en un an? Il allait plus que déguster, avoir bien mal pour lui apprendre à ravaler sa fierté, à accepter ses défaites mais également à s'amuser lors des entraînements comme celui-ci. Comme attendu, on lui tenta un croche-patte ce qu'il esquiva en sautant au dessus des épaules du ninja-adverse, pour aller derrière son dos.

"Arrête d'esquiver!"

Une demie-heure qu'ils se battaient de cette sorte : Ikkei donnait des coups, Yoshiyuki les évitait et n'en donnait pas, dans les cris de rages et la colère pour le premier, dans la joie et la bonne humeur pour le second. Autant dire qu'il se foutait entièrement de la gueule de son adversaire qui avait réussi toutefois à lui coller son poing correctement dans les joues. Ah bah oui, il ne les avait pas vu venir, ce n'était pas de sa faute non plus avec sa myopie de pacotille. Rapidement, il immobilisa par derrière son camarade qui hurlait de le lâcher et de se battre correctement et s'amusa à le traîner un peu par derrière.

"Yoshi, arrête de le taquiner !" le gronda quelqu'un.
-Oh laissez-le faire, de toute façon mon adversaire s'est déjà endormi....
-BRISE-LUI LA NUQUE! hurla une fille.

Bon, il était vrai qu'il devait mettre un terme à cette plaisanterie, surtout qu'il n'avait pas que ça à faire et certains attendaient de pouvoir se battre à leur tour, ou du moins c'était ce qu'il pensait. Alors il lâche l'énergumène qu'il s'amusait à embêter avant de le pousser en avant à l'aide d'un bon gros coup de pied au derrière. Le temps que l'autre ne se retourne il avait déjà pris ses kunaïs qu'il avait jeté en sa direction afin de faire diversion avant de s'élancer à son tour. Ikkei recula en essayant de les éviter, il en eu juste un qui lui effleura la joue qui ne tarda pas à rencontrer le poing du muet. Il recula d'un pas et para avec ses bras les coups donnés par le jeune myope qui eu l'idée à un moment ou un autre de les repousser sur le côté pour tenter un magnifique coup de boule en ayant oublié un détail : il portait son masque de fer. Le pauvre ninja en fut sonné et commença à tomber en arrière en même temps que le rouquin le finissait par un vif coup de pied retourné dans le ventre, ce qui le fit voler un peu plus loin.

"Là je crois que c'est Yoshi qui a gagné!"
-Encore une fois! A la fin Ikkei, tu vas finir par mourir.

Yoshiyuki s'approcha du dit cadavre pour tendre à Ikkei la main qu'il accepta afin de l'aider à se relever. Là, il lui fit une accolade en souriant et lui ébouriffa les cheveux avant que ses camarades arrivent en rigolant.

"Bon allez, cessons un peu les combats, je pense qu'il fait un peu chaud et s'hydrater un peu ne nous sera pas grand mal!" proposa le plus âgé d'entre eux.
-Bonne idée. Nous reprendrons les matchs après.

Ils commencèrent à quitter leur petit lieu d'entraînement lorsqu'il entendit cru entendre du bruit. Le muet fut le seul à s'arrêter et à commencer à porter sa main vers ses armes. Il y avait quelqu'un, ou alors quelque chose.... Rapidement, il se tourna et lança un kunaï en direction de l'arbre d'où lui semblait provenir le bruit qu'il avait entendu avant d'entendre des croassements et remarquer que son corbeau fonçait droit sur lui. Il laissa échapper un soupire, soulagé. Il tendit le bras pour que son compagnon se pose et lui caressa le front pour le serrer un peu contre lui. Qu'il lui avait fait peur. N'entendant plus les voix de ses camarades il se décida à aller les rejoindre, doucement mais sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
Ryuuketsu Katame

avatar

Jônin

Messages : 92
Date d'inscription : 15/10/2014

MessageSujet: Re: L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame] Ven 3 Juil - 18:47

Ce garçon n'était pas l'idéal de ce qui pouvait être considéré comme l'élite de Fuu, du moins en apparence. Il n'était pas né sous les mêmes auspices, avait intégré le village après sa naissance, s'était révélé dénué d'une bonne perception et d'une infinie maladresse. Il était dépourvu de voix, mais en soit, cela n'était pas une mauvaise chose, considéra le shinobi dans les ombres de la scène qui se jouait devant lui.

L'union au sein des ninjas du vent était le maître mot de sa façon de gérer la caste dont il était le maître et si quelques petits défis entre ces nouvelles pousses ne le dérangeait pas, celle que certains se soudaient contre un autre seul, appuyant sur ses handicapes plutôt qu'à chercher comme il le faisait lui-même les forces dont il pouvait être possesseur l'ennuyait passablement. Il laissa néanmoins faire, suivant chaque instant de ce qui se préparait sous ses yeux.

Il s'était étonné de voir cette réunion de genin, se proposant mutuellement un genre d'échauffourée plus ou moins amicale et collective. La cible du regard du jônin se débrouillait avec un certain talent lorsqu'il s'agissait des situations de duel et prenait même un certain plaisir à ridiculiser son adversaire en opposant aucune autre résistance que celle de l'esquive totale.

L'ignorance était une arme parfois plus acérée que l'acier, et si la danse du ninja aphasique lui permettait de jouer avec les coups qui lui passaient littéralement à côtés, la rancœur de l'autre belligérant s'attisait au fur et mesure. Finalement, un coup porta à la mâchoire, poussant enfin le jeune coi à agir. Pour quelqu'un de maladroit, l’œil carmin de Fuu trouvait que sa cible révélait des talents bien visibles contrairement à ce que ses chuunins lui avaient transmis à propos du combattant touché de mutisme.

Il en vint à se demander pour quelle raison il se trouvait là à juger le shinobi confirmé afin de lui trouver une place dans la société-corps du village dont il était la tête pensante. Yoshiyuki était un élément qui ne souffrait finalement d'aucun défauts. Doué au combat, il ne cessait de le démontrer sous ses yeux depuis qu'il avait débuté son étude sur le jeune homme, muet, certes, cela n'empêchait pas de transmettre une information… Il existait même des centaines d'autres moyens que la paroles pour cela.

Myope ? Soit. En situation de combat réel, il avait déjà tué dix fois son adversaire avant que ce dernier ne parvienne enfin à lui décocher son crochet au visage. Il se posa réellement la question de ce que n'avaient pas vu ses subordonnés au sujet des forces de ce guerrier prometteur et qui lui sautaient pourtant au visage à présent.

Tout à ses pensés, il ne vit pas la conclusion du duel se dérouler sous ses yeux. Mais il était évident qu'il s'agissait là d'une flambante victoire. On était venu lui parler du muet, mais il en était à juger ce Ikkei finalement. Il allait falloir inculquer à ce dernier la tempérance et la patience qui lui avaient fait défaut durant l'échange. Quand à l'handicapé de la voix, il s'agissait d'un bon élément qui pourrait remplir des centaines de rôles au sein de la famille des ninjas de Kazegami.

Mais alors qu'il se croyait satisfait de ce qu'il avait pu voir, il remarqua un changement très nette de l'humeur de sa cible qui dirigeait son attention sur… Il n'était pas certain de quoi en vérité. Un lancé réflexe alla se ficher dans un arbre d'où surgit un corbeau apeuré qui s'en retourna pourtant vers le jeune homme. Il était un peu nerveux, mais cela n'était pas dérangeant en soit. Néanmoins, son jet et la perte de temps qui suivit le sépara du reste du groupe.

L'occasion de faire plus ample connaissance, plus directement du moins, de ce que Katame avec procédé comme analyse jusque là. Cela faisait un certain temps déjà que le jônin testait ça et là le garçon depuis son arrivée au sein des forces du silence. Son avis avait toujours été mitigé et il ne parvenait jamais à un accord avec lui-même considérant l'avenir et le rôle qu'il choisirait pour le genin. L'idée lui vint aussitôt son ennui révélé. Alors il se montra, bien loin de l'arbre fiché du kunaï.

On ne voyait l'ombre de Fuu que lorsqu'elle souhaitait être vu et c'était devenu le cas. Les bras croisés, il sorti de la demeure qui l'avait accueillit jusque là, où la lumière ne se trouve pas et approcha tranquillement le vainqueur du duel. Il ne perdit pas son temps en conjectures pour l'apostropher d'une voix aussi neutre que d'habitude, tout aussi perdue dans le vent qu'étrangement audible à la fois. Seul ses iris bichromes brûlaient d'un certain intérêt alors :

Konbawa, Yoshiyuki-kun. Félicitations pour cette petite victoire, tu n'auras pas démérité. Puis je cependant te demander pour quelle raison tu n'en a pas tout de suite fini avec ce combat ? Et si Ikkei avait été un shinobi ennemi, aurais-tu joué ainsi avec lui ? N'hésites pas à exprimer ta réponse de façon… explicite et détaillée.

Il ne s'était pas présenté, ce n'était pas nécessaire. Pour certains genins, il apparaissait comme un chunnin plutôt secret et en retrait, pendant que ces véritables derniers s'amusaient de cette triste méprise. Le Jonin du clan n'était connu que par ses membres les plus émérites. Ceux qui représentaient les nœuds du système nerveux du village.

Et la question que se posait Katame intérieurement, laissant son intérêt transparaître au travers de ses pupilles, était de savoir si ce drôle d'énergumène pourrait faire partie de ce fameux système.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame] Mar 14 Juil - 22:38

Alors qu'il s'apprêtait à partir voilà qu'une silhouette se dessinait dans le décor et, comme toutes les autres, était floue. Yoshiyuki s'arrêta pour essayer de voir qui ça pouvait bien être, pensant au départ qu'il s'agissait l'un de ses camarades qui venait tout juste de comprendre que tout le monde était parti. Même s'il n'avait pas besoin de plisser les yeux pour remarquer la petite taille de l'inconnu il en était autrement pour ses cheveux cendrés,un seul n'oeil-n'oeil écarlate mais également un masque qui lui cachait le bas de son visage. Cet homme ! Le muet était sûr et certain qu'il l'avait déjà vu quelque part, à des moments plus ou moins importants. Bon, la bonne nouvelle était qu'il s'agissait d'un autre ninja de Fuu ce qui voulait dire qu'il n'avait pas à se cacher quelque part. La mauvaise était qu'à présent on lui posait des tonnes de questions à la suite, ne le laissant ni saluer son étrange interlocuteur et encore moins répondre petit à petit à chacune d'entre elles. Comment allait-il faire pour s'exprimer? Voilà qu'il se sentait quelque peu mal, hésitant entre les signes et mimes et user du peu de papier qu'il avait pour s'exprimer par les mots. Il regardait de gauche à droite et de droite à gauche, essayant de trouver la bonne solution avant de sourire, légèrement amusé par la situation. Il s'inclina un peu pour saluer également le gars à la tête de tueur -qui, au passage, connaissait et l'appelait par son prénom ce qui ne l'inquiétait pas vraiment- avant de tenter de répondre à la première question. Bon alors comment expliquer qu'il n'avait pas terminé le combat rapidement pour la simple et bonne raison qu'il aimait embêter son monde et surtout ceux qui venaient l'embêter? En plus il voulait qu'il s'exprime explicitement avec tous les détails. Il n'était pas compliqué dis donc! Est-ce qu'il était le genre d'homme à demander à une vieille aveugle tout ce qu'elle a pu voir passer devant elle entre midi et deux en demandant de bien préciser les tailles, les vêtements et leur couleur de chaque passants qu'elle aurait croisé? Baissant légèrement le regard il fixa la terre sur laquelle ils marchaient avant de sourire de nouveau. Oh oui ! S'il manquait de papier il ne manquera jamais de sol pour écrire dessus.

Il prit l'un de ses kunai avec de faire signe de la main d'attendre un peu. Oh oui, il voulait des détails et précisions alors sa réponse il allait l'avoir avec un peu de retard. Il se tourna, chassa un peu le corbeau qui partit aussitôt se réfugier dans le feuillage d'un feuillu avant de s'accroupir et de commencer à écrire le plus rapidement possible : "Je suis du genre taquin et comme Ikkei persistent à me défier dans l'espoir de gagner contre moi j'essaie de l'énerver le plus possible. Contre un vrai ennemi je peux essayer de faire ça pour le déstabiliser et essayer de le fatiguer s'il est trop fort pour moi, mais je serais sérieux et à la fin il y aura un mort". Il n'aimait pas trop écrire ça et encore moins s'imaginer tuer quelqu'un. Mais comme le disait si bien Chifumi ce monde avec une seule règle et c'était "tuer ou être tué". Il se releva, enleva la terre qui s'était collé à son arme à l'aide ses doigts, la rangea et attendit que son interlocuteur lise ce qu'il avait écrit. Il s'était même rangé sur le côté, les mains derrière le dos en affichant un petit sourire amical. Soudainement il reprit son kunai pour rajouter "Savez-vous lire sur les lèvres?". Il serait plus simple de converser si le fameux inconnu comprenait ce qu'il disait en bougeant juste ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Ryuuketsu Katame

avatar

Jônin

Messages : 92
Date d'inscription : 15/10/2014

MessageSujet: Re: L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame] Mar 28 Juil - 13:05

Comme il s'y était attendu, ses questions laissèrent un instant son interlocuteur… sans voix. Comme si ce dernier avait pu prononcer le moindre mot, d'ailleurs. Ce mutisme n'était pourtant pas un trait déplaisant en soit au regard du maître des ombres. Leurs talents s’exécutaient dans le silence et n'avaient pas besoin de tergiversations que la parole pouvait parfois permettre par son abus.

Il aurait été mentir que de dire que ce trait tout particulier du genin n'était pas un centre d’intérêt pour Katame, sa question en cachant une autre, comme à son habitude, celle de savoir comment le jeune homme pourrait faire passer les informations, justement. Après s'être incliné poliment, ce dernier entreprit visiblement de chercher un moyen de répondre aux interrogations du jônin et paru heureux en avisant la terre même qui l'environnait.

De la pointe d'un kunaï, il débuta le cheminement de son explication, le masqué n'étant pas gâté par la nature en taille, il du se rapprocher afin de pouvoir examiner cette dernière de façon claire. Il libéra l'un de ses bras croisé et vint poser sa main sous son menton dans l'expectative de la réponse. Cette dernière auréolait d'une certaine naïveté et d'une douceur étrange qui ne caractérisait pas les gens de leur caste.

Il était toujours étonnant pour l'hôte du kami du rat de croiser un shinobi dont le monde des ombres n'avait pas voilé le cœur. L'humanité était parfois un fardeau pour le genre qu'ils représentaient et plus d'une fois, il avait du s'en séparer pour accomplir certains de ses desseins. Néanmoins, compter dans ses rangs quelqu'un capable de jeu et d'une certaine forme de compassion n'était pas un mal en soit.

Pour arriver à cette conclusion, il eut fallut que Yoshiyuki vienne à tracer le caractère de l'essai plusieurs fois et qu'il bute sur celui de la mort à la fin. Lorsqu'il eut terminé et vint à lui demander s'il savait lire sur les lèvres, Katame ignora la question un moment, dégageant l'un de ses propres kunaïs de sa sacoche trop rarement ouverte d'armes de jet qu'il n'utilisait quasiment jamais du fait de son propre handicap autour des perspectives que son œil dépourvu d'iris lui empêchait tout simplement de distinguer.

Il barra d'un trait les kanjis de l'essai. Ce dernier ne devait pas exister et le guerrier de la nuit illustra la raison de son geste du même ton monotone dont il avait usé précédemment :

Il n'y a pas d'essai. Tu ne dois pas essayer d'énerver, ni essayer de déstabiliser. Fais. Ne tente pas. Mesure tes chances, si elles ne sont pas optimales, c'est que la voie que tu entreprends n'est pas la bonne. N'agis que lorsque la certitude de la réussite de ce que tu entreprends t'es acquise.

Il transforma les caractères du terme する, suru, l'essai, qu'avait utilisé Yoshiyuki en なす, nasu, l'accomplissement puis ficha sa courte lame dans le sol avant de se relever, abandonnant ainsi l'arme et croisant à nouveau les bras. Il laissa un instant passer avant d'énoncer enfin :

Oui. Je sais lire sur les lèvres. Je suis néanmoins étonné que tu puisses t'exprimer par ce biais. Je ne suis pas sans savoir que tu es dépourvu du don de la parole et ce depuis ta naissance. Alors comment as tu appris à t'exprimer de la sorte ? Quelle en était la nécessité te poussant à cela puisque les mots ne veulent pas passer la frontière de ta bouche, pourquoi es tu capable de donner forme à ces derniers ?

C'était là une vraie curiosité. Un aveugle n'apprenait pas à communiquer les couleurs. Pour autant, la chose s'avérait bien pratique. Malgré l'impossibilité d'établir les perspectives à distance, Katame était doué d'une excellente vue et la lecture sur les lèvres, dans l'optique de se transmettre de silencieuses informations, était un procédé particulièrement efficace. Il clôtura finalement son propos :

Réponds donc à tout cela. Ensuite, j'apprécierais de te mettre à l'épreuve, si tu le veux bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame] Sam 19 Sep - 14:59

Il s'était rangé sur le côté, droit comme un "i" et essayant d'être le plus sérieux possible. Il ne savait pas qu'il était avec le Jônin mais avait compris qu'il n'était pas avec n'importe qui. Cette façon de parler ça ne pouvait être que l'un de ses supérieurs. Et pourtant il devait avoir la vingtaine tout comme lui. Ceci dit, il avait l'impression qu'il s'était fait disputé pour avoir écrit "essayer". Il avait donc commis une erreur et s'en sentait énormément gêné. S’il aurait su il aurait réfléchit dix fois avant de répondre à cet inconnu qui répondit à sa question avant de lui faire un nouveau questionnaire. C'était qu'il était curieux, voire même un peu trop. Peut-être qu'il n'avait personne avec qui parler et qu'il profitait d'avoir quelqu'un sous la main pour pouvoir converser. Ah les gens solitaires... oh et puis, si ça permettait à Yoshiyuki de pouvoir communiquer avec quelqu'un et de faire connaissance avec lui, il n'allait pas y cracher dessus surtout si c'était pour se faire un nouvel ami. Ce gars était certes bien curieux et étrange mais il avait l'air surtout sympathique. Souriant tout d'abord en réfléchissant non à comment répondre mais plutôt que "dire" à cet homme. Il n'avait pas l'habitude de communiquer en faisant lire sur ses lèvres car après tout, peu de personnes savaient le faire. Mais bon, il n’allait pas se plaindre de pouvoir communiquer aussi facilement avec quelqu’un ; pour une fois, il avait de la chance.

Pour répondre, il se plaça devant ce qu’il ignorait être le maître Splinter de tortues ninjas vertes avec un grand sourire, bien décidé de parler avec sa bouche. Bien sûr il allait avoir quelques difficultés à représenter les syllabes car ça devait bien faire deux ans qu’il n’avait pas « parlé » ainsi mais après tout son compagnon de conversation semblait bien dégourdi et intelligent. Il regarda à côté, plaça sa main devant sa bouche et fit bouger ses lèvres n’importe comment afin de s’entraîner un peu avant de regarder une nouvelle fois le Monsieur aux cheveux de neige tout en affichant un petit sourire et de commencer à répondre. Il « articula » bien lentement les syllabes afin qu’on puisse le comprendre ; « Mon mentor avait du mal à me relire et à me comprendre et m’a donc appris à imiter les syllabes comme pour parler. J’ai dû reproduire ses mouvements de lèvres et j’ai observé ceux de mes camarades lorsqu’ils parlaient. Mais je n’ai pas souvent l’occasion de converser ainsi avec les gens.», voilà ce qu’il essayait de dire. Il priait pour qu’on l’ait compris et si jamais c’était le cas il pouvait espérer pouvoir enfin communiquer comme tout le monde : avec sa bouche. Puis comme il lui semblait avoir répondu à toutes les questions il demanda : « A présent, vous désirez me tester, n’est-ce pas ? Que voulez-vous me faire faire ?». Et puis pourquoi est-ce qu’on désirait de lui faire un test ? Il avait le droit à une interro surprise ? Après peut-être qu’on pensait qu’il ne méritait pas son rang de Genin et qu’à force de faire des boulettes ses supérieurs songeaient à lui faire passer quelques épreuves afin de voir s’il méritait vraiment d’être un shinobi de Fuu.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame]

Revenir en haut Aller en bas
 

L'heure de parier sur le bon cheval. [PV Katame]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Garde de la Citadelle a cheval.
» ANGLADE REMET LES PENDULES A L'HEURE
» [question]cheval de troie[ok, disque formaté]
» Heure du début du draft?
» Dernier heure


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..