AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une histoire de bol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Une histoire de bol Sam 8 Aoû - 19:51

Ite
An 32, début de l'été

Perdu au cœur d'un ennui profond, le kuge en herbe n'avait rien trouvé de mieux à faire de sa journée que de déambuler dans la maison avec le triste air d'une âme en peine. La venue des beaux jours avait amené avec elle son rétablissement inespéré mais aussi la constatation que, hormis les domestiques, personne n'avait été là pour le voir se lever de son lit, pour la première fois depuis de longs mois. La première moitié de ses seize ans avait été une épreuve aussi difficile que douloureuse et les promesses de l'emmener à la cour du daimyo comme celle qu'un interminable hiver menait souvent à un été plus long encore n'avaient pour lui plus qu'un goût amer. Au fil des années, la triste réalité s'était de plus en plus imposée à lui : on l'avait peu à peu laissé à son triste sort et on ne le nourrissait plus qu'avec des paroles en l'air, sans l'espoir de faire quelque chose de lui, un jour. On avait abandonné l'idée qu'il irait mieux pour se rendre à la cruelle évidence : il ne serait toute sa vie qu'un malade qu'il faudrait entretenir.
C'était l'idée qu'il se faisait de lui. Plongé dans un désespoir sans nom, il sentait peser le poids de la solitude sur ses épaules, un vide aberrant que tous les serviteurs du monde ne pourraient plus jamais combler. En ce triste jour, leur voix n'atteignait pas même ses oreilles et c'est par un curieux hasard qu'il se retrouva dans une des pièces de la maison, à observer l'une d'entre elle dépoussiérer une partie de la vaisselle qui n'était utilisée que pour les grandes occasions et exposée le reste du temps. Parmi quelques éléments qu'il ne connaissait pas se trouver un bol à thé... non « un objet d'art ! ». Une voix s'était exclamée dans sa tête pour le corriger aussitôt, un peu indignée à l'idée d'avoir entendu le mot bol pour l'identifier.

Soudain une image le frappa. Un souvenir lointain qui avait maintenant de nombreuses années et qui s'était réfugié au plus profond de sa mémoire. C'était l'histoire même de ce bol et, cédant à une impulsion, Ryohei s'en saisit avant de s'enfuir en courant, faisant fi des protestations de la servante. Elle se résigna d'ailleurs bien vite, connaissant l'entêtement de l'enfant devenu aujourd'hui un jeune homme.

Sa course ne dura pas longtemps, elle se transforma en une marche rapide qu'il supportait déjà à peine mais il ne voulait pas ralentir. Maintenant qu'il se trouvait seul, des larmes coulaient sur ses joues. Oui, il se souvenait de tout ça maintenant, comment avait-il pu l'oublier ? C'était toute une foule de souvenirs heureux qui défilaient sous ses yeux, comme un éternel recommencement où s'enchaînaient à chaque fois la joie d'accueillir Yoshifumi, l'excitation d'entendre ses histoires et la déception de le voir repartir tout aussi vite mais avec la promesse, toujours tenue, d'apporter les réponses aux questions qui le laissaient silencieux. Et puis un jour, il n'était tout bonnement jamais revenu.

Ses pas le guidèrent jusqu'à la caserne, le seul endroit de la capitale où il avait une chance non nulle de le trouver, bien qu'elle soit immensément faible. Il en avait besoin. Il n'avait pas réfléchi, il ne s'était même pas posé la question de ce qui allait se passer ni même du chagrin qu'il éprouverait s'il ne l'y trouvait pas. Il avait juste besoin de le voir, là, maintenant.

― Bonjour Maeda-san ! L'accueillit un des gardes qui se trouvait là, avec un peu de retard, l'ayant difficilement reconnu. Il n'avait pas dû le croiser depuis des mois. Vous cherchez votre frère, Maeda-dono ? Il se trouve...

― Non, l'interrompit le jeune homme, sans même s'arrêter pour le saluer. C'était un peu impoli mais à ce moment-là, il s'en fichait complètement.

Le garde fut trop surpris pour l'empêcher de passer et il se dit finalement qu'il ne pouvait rien faire de mal de toute façon. Lorsqu'il pensa qu'on pourrait lui reprocher de l'avoir laissé seul, il était déjà hors de vue.

Ryohei connaissait un peu cet endroit, on l'y avait emmené pour lui redonner un peu d'espoir mais aussi parce qu'il l'avait réclamé à corps et à cris. Finalement, il se rappelait plutôt bien du lieu et trouva sans trop de mal les chambres qu'on accordait aux soldats. Ce fut avec un immense bonheur qu'il trouva enfin la porte où était inscrit sommairement « Furuta Yoshifumi ».
Son cœur battait à tout rompre lorsqu'il frappa à la porte. Il patienta un instant qui parut durer des heures, jusqu'à ce que le désespoir s'abatte sur lui. Il n'y avait donc personne ? Déçu, il s'apprêtait à poser le bol devant la porte lorsqu'une voix le fit sursauter.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Dim 9 Aoû - 10:29

Les dernières années avaient été... très différentes des précédentes. La dame du clan était morte, l'ancien segneur du clan Furuta l'avait suivi peu après, comme si leur destin était lié jusque dans leur prochaine incarnation. Avec ces deux personnes c'était la position privilégiée de Yoshifumi en tant que messager officieux de la cour qui s'était éteinte. Si, hier, employer le jeune Taii était faire preuve de goût, aujourd'hui, cela revenait à exprimer des pensées conservatrices déplacées, voire pour certain à manquer de respect au nouveau Seigneur.


L'héritier des Furuta avait dû se résigner à ne délivrer que des messages de seconde zone ainsi qu'enterrer son ambition au plus profond de lui-même. Yoshifumi avait accepté son sort, car il n'avait dans cette période de paix aucun moyen de prouver sa valeur. Il en profitait donc pour s'adonner sereinement à sa vieille passion pour les objets d'arts et profitait de ses, rares, missions pour parcourir Yokuni en quête de trésors inconnus.


Ce jour-là, il s'était rendu chez un artisan local afin de voir les nouveaux fours qu'il venait d'installer. La visite avait été décevante, car ces fours étaient simplement destinés à cuire plusieurs pièces à la fois plutôt que d'apporter un soin particulier à une unique œuvre. Soupirant, il se dit qu'il aurait mieux fait de passer son après-midi à tailler un chashaku. Cependant, alors qu'il allait rejoindre sa modeste chambre à la caserne, il lui apparut qu'on l'attendait. Une frêle silhouette se tenait devant le vantail de papier et semblait venir de s'annoncer. Néanmoins, bien plus que la silhouette en elle-même, ce fut ce qu'elle tenait qui attira son regard.


Un authentique bol à thé d'Asagiri, en territoire Okaruto. Sa couleur ambrée, témoignage d'une terre riche en argile, ses tâches plus sombre, rappel de l'humidité du pays de la brume, et son verni unique dont la recette, gardée secrète par un groupe d'artisans, s'était perdue à tout jamais pendant l'Enfer Écarlate. À sa connaissance, seul la maison Maeda possédait une telle pièce à Ite. Yoshifumi pensait même qu'ils étaient les seuls dans tout Fukyuu.


Le souvenir de sa découverte de l'objet lui revint en mémoire. C'était sa première visite chez les Maeda, des amis de son père. Tandis que ce dernier discutait avec le maître des lieux, Yoshifumi avait été tenu de faire connaissance avec les deux fils de la maisonnée. Le jeune samurai avait demandé à contempler les trésors de la famille et l'aîné, que cela ne passionnait guère, avait missionné son cadet afin d'y emmener l'invité.


Parmi toutes les pièces présentes c'était sans conteste le bol d'Asagiri qui était le chef-d'œuvre de la collection. Tandis que Yoshifumi annonçait, autant pour lui-même que pour son guide, que la famille Maeda devait être très talentueuse pour posséder une telle pièce le jeune Ryohei lui avait naïvement demandé ce qu'il y avait de si remarquable dans ce simple bol à thé. L'aspirant esthète lui avait rapidement fait comprendre son erreur et cela avait été le début d'une amitié aussi vraie qu'inattendue.


Aucun doute n'était permis, il s'agissait bel et bien du même bol. La beauté lascive de cette pièce en terre cuite suffit à produire une larme solitaire dévalant la joue du trentenaire. Relevant enfin les yeux sur le porteur de l'objet, tout fit sens.


Mon cœur s'emplit de joie à te voir en bonne santé, mon ami. Permets-moi de m'excuser de n'avoir pu me rendre à ton chevet. Avec la mort de mon père j'ai dû prendre en main la demeure familiale et, quand j'ai finalement pu venir te retrouver, ton frère m'a dit que tu étais gravement malade et qu'une visite t'épuiserait trop. Je suis soulagé de voir que ce n'est plus le cas.


Une chose restait encore obscure à ses yeux : pourquoi avoir amené un tel objet d'art dans ces lieux ? Que le bol soit à nu, sans aucun emballage, trahissait qu'il s'agissait là d'une impulsion soudaine. Ryohei avait agi sur un coup de tête, soit. Mais quel était donc son but ?


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Ven 21 Aoû - 18:51

Les prières de son cœur semblèrent finalement avoir été écoutées car une fois sa frayeur passée, lorsqu'il se retourna, il put enfin voir de ses propres yeux l'homme qu'il cherchait désespérément. Un sourire illumina son visage d'une pâleur extrême. Les années avaient passé mais il n'avait changé en rien, il y avait devant lui la même voix, le même visage, la même chaleur. Un bonheur sans fin s'empara de lui lorsqu'il comprit que Yoshifumi ne l'avait pas oublié et il augmenta encore quand il entendit qu'il était lui aussi heureux de le voir.
On lui avait appris la mort de son père et il en avait été terriblement attristé d'autant plus que cette perte avait été double car cette disparition avait emporté avec lui l'un de ses rares et meilleurs amis.

Mais une ombre se saisit d'une partie de son cœur. Comment son frère avait-il pu lui faire ça ? Il ne savait rien de ce qui était bon ou mauvais pour lui ! Pensait-il qu'en le livrant aux griffes d'une froide solitude il se porterait mieux ? Que pouvait-il savoir de lui de toute façon ? Il ne venait presque jamais lui rendre visite.
Pourtant il fit l'effort de chasser ses noires pensées, désirant plus que tout profiter du présent avant qu'il ne lui échappe une nouvelle fois.

― Furuta-san ! S'exclama-t-il, laissant transparaître dans sa voix et son visage toute la joie que cette rencontre lui procurait.

Il s'inclina aussitôt afin de le saluer en toute courtoisie. Sous le coup des émotions, il en avait presque oublié l'étiquette mais se rassura bien vite à l'idée qu'il n'allait pas interpréter ce léger retard comme un manque de politesse.

― Je suis très heureux de pouvoir vous revoir à nouveau. Permettez-moi de vous présenter toutes mes condoléances puisque je n'en ai jamais eu l'occasion, votre père était un homme très cher à mes yeux.

Le jeune homme marqua une légère pause avant de poursuivre sur des sujets plus légers, ne souhaitant pas que ces retrouvailles soient plus faites de tristesse que de bonheur.

― L'été arrivant, j'ai retrouvé la plupart de mes forces et c'était pour moi la parfaite occasion de vous rendre visite. Je serais ravi de retrouver nos longues discussions si vous en avez le temps aujourd'hui mais avant tout, Furuta-san, permettez-moi de vous offrir cet objet d'art, dit-il en s'inclinant à nouveau, tendant vers lui le bol à thé, car même s'il est cher à ma famille, sa valeur ne peut-être que plus éminente entre les mains d'un fin connaisseur tel que vous.

C'était un cadeau d'une grande valeur mais il pensait chacun de ses mots et était certain que son ami le méritait amplement. Dans toute sa maison, c'était certainement le bol à thé qu'il préférait et il avait passé tant de temps en sa compagnie, à lui lire des histoires ou lui raconter ses propres aventures qu'il lui en serait toujours éternellement reconnaissant. Que n'aurait-il pas donné aujourd'hui pour voyager à nouveau à travers ses mots ? Il sentait monter en lui une sourde impatience à l'idée de pouvoir enfin en connaître la suite, chose si rare pour l'être calme qu'il était.

Mais il fut soudainement saisi d'un vertige et, sans lâcher son précieux présent, il saisit le bras de son ami pour s'accrocher à lui, par peur de succomber à l'un de ses évanouissements fréquents et ferma les yeux pour faire disparaître les images devenues troubles et tordues devant lui.

― Je vous prie de m'excuser, j'ai perdu l'habitude de rester debout et je crois m'être agité un peu trop vivement... Serait-il possible de nous asseoir ? Demanda-t-il tout en ouvrant à nouveau les yeux.

Son trouble s'était dissipé mais il le connaissait trop bien pour savoir qu'il reviendrait autant qu'il lui plairait et dans cette posture, il n'avait certainement aucune chance de gagner la bataille.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Sam 22 Aoû - 8:21

L'échange de politesses d'usage était incontournable mais Yoshifumi sentit bien que son jeune ami peinait à s'y plier tant sa joie était grande. Bien entendu, il aurait été stupide de lui en tenir rigueur, bien au contraire : sa sincérité était une vertu des plus honorables. Le mystère du bol fut bien vite élucidé et cela acheva de convaincre le Taii du caractère non-prémédité de cette décision. Ryohei s'était certainement rappelé d'agréables souvenir en contemplant cette pièce si particulière et avait décidé de retrouver celui avec qui il partageait ces souvenirs. À moins qu'il ne souhaitait l'offrir à Yoshifumi pour s'assurer que celui-ci n'oublierait jamais plus de lui rendre visite.


Avant de pouvoir produire la moindre réponse, le guerrier fut témoin d'une crise de son ami et il s'empressa de le conduire à l'intérieur de sa modeste chambre afin qu'ils puissent s'y assoir. Le bol, centre de leur discussion fut posé entre eux. Détachant avec peine son regard de l'objet, Yoshifumi répondit enfin à son invité.


C'est un très grand honneur que tu me fais là mon ami, honneur que je n'ai nullement mérité. Je me sentirai en outre bien mal de dépouiller ta famille d'un tel trésor. Cette pièce est probablement unique dans tout le clan, rien ne justifie qu'un modeste Taii tel que moi puisse jouir de la possession d'une œuvre de cet ordre.


Bien entendu, en cet instant, Yoshifumi désirait ce bol plus que tout. Dans sa collection personnelle cet objet n'aurait pour seul concurrent digne de ce nom le bol offert par Dame Fukyuu à son père. Pourtant il avait refusé. Ce refus avait plusieurs raisons, la première étant qu'il pensait ce qu'il avait dit à son ami, la valeur de ce cadeau était presque effrayante en comparaison de ce qu'il avait fait pour l'obtenir. La seconde était qu'il doutait que Ryohei ait l'aval de son père pour ce geste et qu'il ne voulait pas qu'on l'accuse d'avoir profité de la faiblesse d'un malade pour satisfaire sa cupidité. La troisième raison était qu'il était de coutume de commencer par refuser un présent, plusieurs fois même, avant de finalement l'accepter. Cette tradition antérieure à l'Enfer Écarlate se perdait de plus en plus, mais Yoshifumi était attaché à son caractère humble.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Sam 22 Aoû - 20:22

Conscient de ses faiblesses, son ami ne tarda pas à l'emmener à l'intérieur de la petite pièce qui lui servait de chambre. Il n'y avait pas la place de mettre beaucoup de choses et les meubles avaient tout ce qu'il y avait de plus simple mais Yoshifumi avait su en faire un endroit raffiné à l'aide des décorations qu'il possédait lui-même et qui montraient son bon goût. Tout était parfaitement propre et rangé et Ryohei regrettait juste qu'il soit contraint de vivre dans un lieu si petit. Il pensa alors à son frère qui, habitué aux grandes pièces, avait dû avoir beaucoup de mal à accepter un si petit logement mais il avait sûrement fini par s'y faire puisqu'il ne venait presque plus chez les Maeda, le laissant seul maître des lieux.

Il s'assit sur l'un des coussins et posa le bol sur la table basse. Cette simple perte de hauteur suffit pour qu'il se sente mieux. Il écouta donc attentivement le refus poli de son ami et laissa échapper un petit rire à la fin, amusé par les excuses qu'il lui apportait. C'était un son léger dont il avait tout oublié tant il avait été laissé dans le silence pendant si longtemps. Mais si sa timidité enfantine l'empêchait souvent d'engager la conversation ou même une joute verbale, il n'avait pas peur d'oser en sa présence. Cet homme, il le connaissait bien, et la longue période de leur séparation semblait s'être évaporée, comme si elle n'avait jamais existé.

― Vous vous trompez, Furuta-san, cet honneur vous le méritez amplement et accepter ce présent n'est en aucun cas une offense envers ma famille, commença le jeune homme calmement.

Il avait laissé de côté ses émotions pour lui offrir une argumentation claire et éloquente, telle qu'on le lui avait appris et c'était sans aucun effort que les mots lui venaient.

― Cela n'a rien à voir avec votre position militaire car il s'agit avant tout d'art et je fais aujourd'hui appel à l'esthète que vous êtes. C'est pour ce genre d'âme que ce bol est destiné et vous êtes certainement celui qui sera le plus à même de chérir et d'admirer cette pièce merveilleuse. A l'instant où vous l'avez vue, vous avez su en reconnaître la rareté et la beauté. Dans ma maison, elle est laissée à l'abandon et on ne la regarde que pour la dépoussiérer. Pensez-vous que mes parents ou mon frère savent en percevoir l'aura que vous y voyez ? Ils ne savent même plus qu'elle existe, ce n'est pour eux qu'un trésor de guerre comme tant d'autres et n'importe quel objet raffiné ou brillant pourrait tout autant les satisfaire.

Ses yeux s'étaient plongés dans les siens et il mettait autant de force dans leur éclat que dans ses mots, tout ce qu'il disait n'était que vérité. Depuis des générations, on avait agrémenté sa demeure de riches ornements pour montrer la supériorité des Maeda face à d'autres familles mais c'était avant tout des guerriers et ils chérissaient bien plus une arme d'excellente qualité et au tranchant acéré. Ils y accordaient sans aucune peine bien plus de beauté qu'à une pièce d'art, même si sa valeur pouvait s'en trouver bien supérieure.

― Vous m'avez appris à apprécier la beauté d'un objet tel que ce bol à thé mais je suis comme les membres de ma famille, à la différence que je préfère un parchemin rare ou une calligraphie ancienne plutôt qu'une arme. Un simple papier pourra toujours être heureux de se trouver en ma possession car quoi qu'il arrive j'en prendrai grand soin. Ne pensez-vous pas que ce bol mérite tout autant d'attention ?

Un sourire se dessina sur ses lèvres, à la fois rêveur et amical. Il lui était destiné, avec la même sincérité que ses propos. Ses quelques paroles avaient suffi à le convaincre qu'il souhaitait plus que tout lui offrir cet objet d'art mais en était-il de même pour son ami ? Il l'espérait de tout cœur.

― Je suis certain qu'un jour vous parviendrez à avoir l'une des plus belles collections que l'on puisse avoir en Yokuni et les autres esthètes ne pourront que vous jalouser. Pensez-vous que le bol d'Asagiri n'y a pas sa place ?

Il s'arrêta là, pensant en avoir assez dit et voulait croire que si son ami refusait encore, ce ne serait que pour une question de politesse. C'était un rituel qui pouvait user la patience de bien des gens mais Ryohei ne le craignait pas et y voyait une occasion de plus de remercier son interlocuteur pour tout ce qu'il avait fait pour lui.
En attendant sa réponse, il se leva pour mettre un peu d'eau à chauffer, le thé étant pour eux non seulement une tradition, mais aussi un plaisir partagé.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Dim 23 Aoû - 9:47

La sincérité de son ami le touchait au plus haut point. Il buvait chacun des mots de son invité et, comme un bon thé, ils lui réchauffaient le cœur. L'idée de posséder une collection capable de faire pâlir d'envie et de jalousie les plus éminents esthètes de Yokuni était une idée qui ne manquait pas d'allécher la cupidité du modeste samurai qu'il était, néanmoins il se força à éloigner cette idée de son esprit : cette motivation était bien trop intéressée et vile pour un disciple du Bushidô.


Voyant son invité se lever pour chauffer l'eau lui-même, Yoshifumi étouffa un grognemen. Il manquait à tout ses devoirs d'hôte en laissant son invité préparer lui-même le thé en dépit de son statut et de sa santé fragile. Non, il ne pouvait laisser faire cela.



Tes paroles me vont droit au cœur, mon ami, et pour répondre à ta question ce trésor eclipserait sans peine le reste de mes modestes pièces de collection. Seul le cadeau de Dame Fukyuu serait digne de figurer à ses côtés. Je serai néanmoins très heureux de l'accepter, en symbole de notre amitié. Néanmoins, je ne puis le faire sans l'accord de Maeda-sensei. Si je suis assuré de son assentiment, alors rien ne pourras plus me contraindre à refuser cet inestimable présent.


Surveillant l'eau du coin de l'œil, Yoshifumi pensait qu'il n'y aurait pas de meilleure façon d'accepter ce cadeau que de l'utiliser au cours d'une cérémonie du thé. Voir son ami boire le précieux breuvage dans le bol de leur amitié serait une vision empreinte d'une beauté toute singulière et d'une symbolique forte.


Spoiler:
 


Spoiler:
 



Dernière édition par Furuta Yoshifumi le Jeu 29 Oct - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Dim 30 Aoû - 3:23

S'occuper de préparer le thé était un réel plaisir pour le jeune homme qui avait rarement l'occasion de faire quoi que ce soit de ses propres mains. On le laissait bien volontiers lire autant qu'il lui plaisait et user de tous les parchemins qu'il fallait mais on considérait cela comme la limite de ses activités physiques et, chez lui, le simple fait de porter une bouilloire aurait pu en affoler plus d'un. Il était terriblement las de cette surprotection permanente et aspirait de plus en plus à prendre son indépendance, faire les choses par lui-même. En grandissant, il avait dû apprendre à s'affirmer et faisait de plus en plus preuve d'un farouche entêtement, finissant par outrepasser sa timidité juvénile.

Son ami n'accepta pas tout à fait son cadeau, lui proposant une sorte de compromis où il lui fallait obtenir un dernier accord. Il sourit, ce n'était donc qu'une question de temps, il ne doutait pas que son père allait accepter cette simple demande. Le samouraï se fichait bien de ce genre de chose ; se souvenait-il au moins de cet objet ?

― Très bien. J'écrirai à mon père mais je suis sûr qu'il sera du même avis que moi. En attendant, comme il s'agit d'un objet précieux, le plus simple serait certainement de le laisser ici plutôt que de lui faire supporter un voyage de plus, n'est-ce pas ?

Toujours le dos tourné, Ryohei s'était éloigné de la bouilloire pour se rapprocher des boîtes contenant le thé. Sans surprise, chacun d'entre eux étaient d'excellente qualité et ils venaient des quatre coins de Yokuni, permettant de satisfaire tous les goûts. Captivé par ces jolis contenants mais encore plus par leur contenu, il resta un moment à lire les étiquettes et en ouvrit certains pour se laisser envoûter par l'odeur forte qui s'en dégageait.
Il finit par garder l'une des boîtes et rangea les autres exactement au même endroit, sachant très bien que son ami aimait que les choses restent sagement à leur place. Puis il retourna s'asseoir et posa l'objet sur la table basse.

― Est-ce que ce thé vous convient ? Demanda-t-il.

Il aurait volontiers continué le reste du rituel lui-même mais il n'en connaissait les étapes que de manière théorique et savait pertinemment que le résultat serait mauvais, mieux valait donc laisser son ami s'en occuper. Il aurait alors l'occasion de l'observer de près et pourrait certainement lui poser quelques questions là-dessus, ne doutant pas qu'il lui ferait part de précieux conseils.
Mais en attendant que l'eau soit chaude, il avait tout un tas d'autres curiosités à rassasier et, levant sur lui ce regard un peu enfantin, mélange d'admiration et de joie pétillante, il poursuivit.

― Vous aviez la suite d'une histoire à me raconter, je crois !

Un grand sourire s'affichait sur son visage. A chacune de leurs rencontres, Yoshifumi avait pour habitude de lui narrer ce qu'il avait fait – ou du moins les parties les plus intéressantes pour le jeune kuge – et lorsqu'il n'avait pas achevé ses aventures, il lui promettait toujours de lui donner le fin mot de l'histoire. Malheureusement, le samouraï n'était plus jamais revenu et pour celle-ci, il avait dû attendre des années.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Dim 30 Aoû - 9:41

C'était une vision singulière. Yoshifumi n'avait jamais vu quelqu'un si heureux de simplement agir. Heureusement cette action se limita finalement au choix du thé, il aurait été inconvenant de se faire préparer le doux breuvage par son invité.

Il n'avait rien répondu à la promesse de Ryohei d'écrire à son père ni à sa proposition de laisser le bol ici, il n'y avait de toutes façons plus rien à en dire. Tout deux savaient que le patriarche des Maeda ne s'opposerait pas à ce cadeau, l'affaire était donc entendue. Yoshifumi était d'autant plus satisfait que tout ceci soit fait en bonne et dûe forme, nui grief ne pourrait être justifié à son égard par la possession de cet objet de collection. Il convenait en effet de se prémunir de la mauvaise foi de certains qui, quand ils avaient décidés de vous en vouloir, pouvaient se contenter d'un prétexte mineur qui seraient resté sans aucun intérêt à leur yeux sinon.


Il lui fut alors demandé de poursuivre son récit là où il l'avait arrêté lors de leur dernière discussion, qui remontait maintenant à plusieurs années. Il fut donc nécessaire au Taii de fouiller sa mémoire pour se souvenir tant de ce dont ils avaient parlé que des questions du jeune Ryohei.


Nous parlions, il me semble, de ma visite à Boya. Je t'avais décrit les sources chaudes de la ville et tu me demandais s'il en existait de semblables ailleurs dans Yokuni.


Décelant l'approbation qu'il recherchait dans le regard de son ami et invité, Yoshifumi sut que sa mémoire ne l'avait pas trahit. Les conversations qu'il entretenait avec Ryohei étaient de bons souvenirs et s'en rappeler était bien moins difficile que d'autres conversations.


Bien qu'il existe de nombreuses sources chaudes dans tout Yokuni celles de Sestu sont les plus réputées de part leur situation géologique unique. Celles de Boya en particulier bénéficient de l'eau de bain la plus purificatrice qu'il m'ait été donné de découvrir. Le personnel de ces établissements est fort d'un savoir-faire transmis de générations en générations, je n'ai jamais pu trouver de masseuses plus douées qu'elles.



L'eau commençait à frémir délicatement, Ryohei pouvait encore faire quelques commentaires et poser une ou deux questions après quoi ils passeraient à la cérémonie du thé elle-même.


Spoiler:
 



Dernière édition par Furuta Yoshifumi le Jeu 24 Sep - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Dim 20 Sep - 19:26

La brève évocation de son dernier voyage suffit à raviver chez le jeune homme de nombreux souvenirs. C'était comme s'il n'avait jamais quitté la pièce qui lui servait de chambre, que Yoshifumi était toujours assis sur la même chaise et que leur conversation n'avait jamais cessée. Il n'avait pas besoin de beaucoup de mots ou de détails pour faire naître dans sa tête des images colorées et pleines de vies tirées des scènes qu'il lui racontait et c'était sa triste manière de voyager. Pourtant, aujourd'hui, il avait grandi et voyait les choses autrement. Ces plaisirs du passé lui suffiraient-ils encore ?
Les sources chaudes dont il lui avait parlé avaient suscité en lui de nombreuses interrogations et les réponses à chacune de ses questions n'avaient pas réussi à assouvir sa curiosité. Il en connaissait désormais le fonctionnement, mais se demandait toujours comment elles pouvaient exister. S'il ne s'était agi que de Setsu, il aurait pu penser que la chaleur naturelle du territoire avait créé ce merveilleux endroit et pourtant, on en trouvait aussi ailleurs. Mais plus que tout, il aurait aimé savoir si les vertus de cette eau qu'on disait purificatrice pouvaient avoir un effet positif sur lui-même. Guérissaient-elles les maladies, celles que l'on déclarait incurables ? Si son cœur brûlait de poser cette question, sa raison, qui en connaissait déjà la réponse, le gardait muet.

Une pointe de tristesse s'empara de lui. Ce bien-être dont il lui parlait, pourrait-il le ressentir un jour ?  Cruellement, il ne pensait pas que ces eaux ou ces masseuses pouvaient changer quoi que ce soit ; apaiser pour un moment ne suffisait pas à guérir une blessure profonde. Aussi jeune soit-il, il avait mené tant de terribles combats contre la mort qu'il se sentait parfois aussi las qu'un vieillard et en qualité de guerrier, il aurait volontiers pris la retraite qu'il pensait mériter.

Son regard n'avait rien qui puisse trahir ses pensées et pourtant, il n'osa pas lever les yeux sur son ami, comme s'il avait peur de lui communiquer une once de son désespoir. Ses années passées en silence lui avaient appris à maîtriser bien des illusions et lorsqu'il avait suffisamment de force, il lui était aisé de cacher ses vrais sentiments, mais il manquait encore de confiance, d'autant plus avec ceux qu'il connaissait bien.

― Je suis ravi d'entendre que ce lieu ait été pour vous des plus agréables, répondit-il d'un ton léger.
Mais on m'a toujours dit qu'il faisait très chaud là-bas, la différence avec notre climat ne vous a-t-elle pas dérangé ? Il devait être difficile de s'y habituer.

N'ayant jamais quitté ses terres natales, Ryohei avait fini par s'accoutumer au froid permanent qui régnait ici et bien qu'il en soit souvent la première victime, il se sentait bien ici. Pourtant, il s'était toujours demandé si en quittant les neiges éternelles de Fukyuu la vie ne lui serait pas plus facile ; mais la chaleur de Setsu y était l'extrême opposé et il y voyait quelque chose de terrifiant.
Il posa finalement une dernière question.

― Et que pensez-vous d'Oyumaku ? On y vante presque de la même manière les vertus purificatrices de sa source d'eau chaude. L'une d'elles serait-elle meilleure que l'autre ?

L'histoire était certainement sa première passion et, n'ayant pas la chance de pouvoir voyager, ses lectures le poussaient souvent à se renseigner sur de nombreux lieux. C'est ainsi qu'il avait entendu parler pour la première de ce village situé sur les terres impériales. Son eau unique l'avait rendu célèbre et on pouvait ainsi trouver quelques récits à son sujet dans les livres, unique moyen de renseignement pour lui puisqu'il n'avait encore jamais rencontré quelqu'un qui y soit allé.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Jeu 24 Sep - 21:15

Comme à chaque fois les questions de son jeune ami étaient d'une pertinence presque désarmante. Autant la première était assez commune, autant la seconde trahissait la richesse de sa culture. Oyumaku n'était pas aussi connu que ses qualités ne le laissait supposer, ce village était quelque sorte le joyaux caché de l'Empire et seul l'élite y avait accès et pouvait bénéficier de ses particularités. Ce n'était pas pour ses sources chaudes que Yoshifumi avait connu cette localité mais grâce aux chefs d'oeuvres en roche volcanique qu'il produisait ponctuellement.


J'ai eu la chance de me rendre à Setsu au printemps et n'ai donc pas trop souffert de la chaleur. En revanche, j'y suis allé plusieurs fois depuis lors, y compris en été, et la différence est à peine croyable. L'air y est lourd, presque suffocant, et il n'est pas étonnant que la population trouve refuge dans les bains...

Quand à Oyumaku, le village bénéficie du même type de sol que les meilleures villes thermales Sestu, il ne serait donc pas étonnant que leur eaux soient comparables. Je n'y suis cependant jamais allé moi-même et me garderait donc bien d'émettre un jugement quelconque.



L'eau étant prête, Yoshifumi s'installa devant son jeune ami, mais faisant face vers sa droite, et ses ustensiles, et commença la longue préparation du thé. Ils étaient libres de discuter durant ce temps et Yoshifumi pensa au temps de son père, où la plupart des décisions importantes se prenaient lors de cérémonies telles que celle-ci. Quand tout fut prêt, l'esthète servit le précieux breuvage dans le bol que Ryohei était venu lui offrir en cadeau. C'était à ses yeux un symbole fort et la marque de son amitié et de son respect pour le jeune homme. Le bol offert par Dame Fukyuu Chizue trônant fièrement à porté de main, constater que son cadeau avait été préféré à celui de l'ancienne dirigeante du clan ne pouvait que toucher Ryohei, qui ne manquerait certainement pas de le remarquer.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Dim 4 Oct - 0:21

Comme on pouvait s'y attendre, la chaleur de Setsu frisait l'insupportable lorsqu'elle était à son sommet et le jeune homme se demanda avec amusement si les bains pouvaient apporter quelque chose de rafraîchissant en cette saison. Mais il semblait comprendre intellectuellement ce que l'on éprouvait dans ces moments et c'était certainement aussi insoutenable que le froid terrible qui s'abattait au sommet des montagnes de Fukyuu et qui arrivait sans aucun doute à glacer les morts eux-mêmes.
Il l'enviait presque pour avoir connu à plusieurs reprises cet endroit qui semblait extraordinaire et se promit d'y faire un tour lorsqu'il pourrait voyager jusqu'à Setsu. C'était une chose de plus qui s'ajoutait à sa longue liste de rêves et de promesses. Une liste dont il réaliserait chaque vœu, quoi qu'il arrive.

Sa deuxième question ne trouva pas vraiment de réponse et pour cause, il n'était jamais allé là-bas. Pourtant, comme il pouvait s'y attendre, il connaissait déjà beaucoup de choses sur cette petite ville thermale.

― Ce serait donc le type de sol qui permettrait ce genre de phénomène... pensa-t-il à voix haute.

C'était une bonne explication et Ryohei avait d'autant plus envie de se rendre aux deux sources pour pouvoir comparer et comprendre davantage ces merveilles de la nature.

― Alors il faudra que vous alliez là-bas pour moi, lança-t-il avec un sourire, ainsi vous pourrez me dire ce que vous en pensez !

Si dans sa proposition il y avait une part de sérieux – car il espérait plus que tout que son souhait soit réalisé – il était parfaitement conscient qu'il ne pouvait pas voyager à sa guise et qu'il irait bien là où ses missions l'envoyaient. Mais peu importait, si ce n'était pas cette histoire, il en aurait bien d'autres à lui raconter et avec tout ce qu'il avait dû faire ces dernières années, il devait y en avoir beaucoup !

Mais alors que l'eau bouillait, il se tut pour profiter pleinement de la préparation du thé et de la cérémonie qui l'accompagnait. C'était avec un savoir-faire impressionnant qu'il accomplissait le rituel et, captivé, Ryohei était incapable d'en détacher les yeux.

― Furuta-san... Est-ce que vous m'apprendrez un jour à préparer la cérémonie du thé ? Souffla-t-il alors qu'il en terminait la préparation.

C'était le moment où Yoshifumi versait le thé dans le bol approprié. Il fut très touché de le voir utiliser celui qu'il venait de lui offrir au nom de leur amitié plutôt que l'objet d'art qui se trouvait au sommet de sa collection et dont la valeur n'avait certainement rien de comparable au bol d'Asagiri.
Saluant son hôte avec une courtoisie irréprochable, il accepta le bol et le leva en sa direction, en signe de respect. Puis il le tourna pour boire une gorgée, murmura la phrase de convenance et en but deux autres à nouveau. Comme il était le seul invité de cette cérémonie privée, il restitua le bol à son hôte, en ayant bien pris soin de le tourner à nouveau.
Les paupières mi-closes, il se laissait bercer par ce moment de sérénité totale.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Dim 4 Oct - 10:48

Un sourire, simple et vrai. Ce fut la seule réponse que Ryohei obtint à sa dernière question. Mais quelques mots aurait-il été plus éloquents que le sourire d'un ami sincère ? Yoshifumi n'était pas un maître de la cérémonie du thé, pas encore, il avait encore à parfaire l'harmonie de sa respiration et à trouver sa propre voie. Son maître actuel, qui n'était celui de la cour, prônait la pureté du blanc des neiges éternelles. Yoshifumi trouvait, lui, la sobriété du noir plus à même de laisser place à l'expression de la sérénité et à l'exploration de son être profond... mais il devait encore trouver l'harmonie et la perfection dans l'expression de sa vision, et il en était, pour l'heure, assez loin.

Le silence ce fit long sans pour autant être pesant, deux véritables amis n'avaient pas nécessairement besoin de mots pour apprécier être ensemble. Yoshifumi eut l'impression de revenir plusieurs années en arrière, comme si rien avait changé... pourtant ces souvenirs qu'il contemplaient semblaient être ceux d'une vie passée, une vie pleine de promesses et à l'avenir radieux. Aujourd'hui tout était plus compliqué, différent, ce monde ne ressemblait plus au terrain de jeu plein d'opportunités qu'il croyait voir alors. Il ne s'était pas rendu compte à l'époque que son avenir ne tenait qu'à deux personnes. Ryohei était un des derniers liens le reliant a ce passé heureux. Malheureusement son enthousiasme pour le monde n'était pas, n'était plus, contagieux.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Mer 28 Oct - 19:51

Son ignorance dans la préparation du thé avait été largement comblée par son aisance dans la cérémonie elle-même. Habitué à la pratiquer depuis qu'il était assez grand pour la comprendre, il en connaissait par cœur le cheminement et savait aujourd'hui maîtriser ses gestes et son attitude, plongeant sans aucune difficulté dans l'état contemplatif dont tout cet accomplissement était le point d'orgue. Il était encore envoûté par le thé, détaillait avec bonheur chacune des saveurs qui le composait et qu'il aurait pu reconnaître parmi mille autres.
Il ne l'avait pas choisi par hasard, ni parce que c'était son préféré, mais parce qu'il symbolisait en quelque sorte leur amitié. Ils l'avaient bu en toutes circonstances, quand il était au mieux de sa forme et dans les pires moments de ses maladies, quand il n'avait même plus la force d'en avaler une gorgée et qu'il devait se contenter d'en apprécier seulement l'odeur. Il leur avait toujours été fidèle et à chaque fois, il avait célébré leurs retrouvailles. Bien sûr, ce n'était pas le seul qu'ils avaient bu ensemble, mais lorsqu'il l'avait tenu entre ses mains, c'était celui qui avait éveillé en lui le plus de souvenirs.

En cet instant, les mots auraient été de trop, ils auraient rendu l'air pesant alors que le silence entre eux était léger, les laissant s'envoler dans des réminiscences intimes au lieu de les plonger dans des choses plus douloureuses. Dans le chemin qu'ils avaient suivi, il y avait eu bien des sacrifices et des difficultés, mais ils s'effaçaient au profit de tout le reste, le plus important.
Quittant le sol de la petite chambre, il se laissait porter par les courbes d'une calligraphie nouvelle, à la fois délicate et précise, où chaque mouvement apportait un sens inédit à l’œuvre finale. Le pinceau emportait tout avec lui, faisant vibrer ses émotions jusqu'à l'amener dans un calme profond, plus élevé et plus spirituel que ce qu'il n'avait encore jamais vécu. Ses yeux s'étaient complètement fermés et pour un court instant, son âme entière s'était échappée du monde des vivants. Quand il les rouvrit, il sut qu'il avait avancé d'un pas dans sa propre Voie.

Prenant le temps de revenir à lui-même, il ne posa les yeux sur Yoshifumi que lorsque ce sentiment ineffable disparut complètement. Il ne savait pas s'il avait dit ou montré quelque chose, ni même à quelle allure le temps avait pu s'écouler, mais il ne s'en souciait pas, gratifiant simplement son ami d'un de ses sourires chaleureux dont il avait le secret.


― Merci de m'avoir offert cette merveilleuse cérémonie du thé.

Les mots étaient simples et sincères, il n'y avait pas besoin de fioritures ou d'une politesse exagérée. Ce moment qu'ils avaient partagé ensemble avait été parfait pour honorer leurs retrouvailles. Maintenant, il brûlait d'envie de discuter avec lui et aurait voulu pouvoir s'élancer avec sa facilité d'antan dans une conversation, quel qu'en soit le sujet. Pourtant, il se tut à nouveau, n'osant pas briser le silence entre eux une fois de plus, ne sachant trouver une question qui serait pertinente ou avisée. Il avait juste envie de l'écouter parler sans savoir de quoi et leva cette fois son regard timide jusqu'au sien, espérant qu'il comprendrait.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Jeu 29 Oct - 11:06

Jamais un silence n'avait semblé plus puissant que celui-ci, pourtant, en bon messager, Yoshifumi connaissait le pouvoir du silence aussi bien que celui des mots. Malgré tout ils ne purent ni l'un ni l'autre le briser avant un long moment. Quand finalement Ryohei prir la parole, ses mots eurent la résonance du battement d'ailes d'une abeille au cœur du plus sacré des temples.

Croisant le regard de son ami, Yoshifumi fut surpris de voir l'image de l'enfant qu'il avait connu se superposer à celle de l'homme qu'il était devenu. Même si les traits avaient changé, son regard était resté le même. Yoshifumi avait de nouveau face à lui les yeux d'un enfant curieux de tout et avide de découvrir le monde et ses secrets. Qu'un tel regard soit privé de tout ce que l'extérieur pouvait proposer avait quelque chose de révoltant, de criminel. Quel genre d'homme serait-il s'il laissait faire cela ? Bien qu'il ne pouvait dès à présent corriger cette injustice il y avait une chose qu'il pouvait faire.



Mon ami. Aujourd'hui je te fais la promesse qu'un jour, même si j'ignore encore quand, nous partirons tout les deux pour que toi aussi tu aies des histoires à raconter, pour que toi aussi tu puisses un jour faire briller les yeux d'un enfant. Il te faudra peut-être attendre cinq ou dix ans, je l'ignore, mais rien ne pourra m'empêcher d'honorer cette promesse.



Ce n'était probablement pas le sujet de discussion que Ryohei aurait imaginer voir aborder, mais Yoshifumi était certain de faire plaisir à son ami et, plus important, il était certain de vouloir faire ce voyage. Peut-être même y en aurait-il plusieurs. . .


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Jeu 29 Oct - 23:51

Toutes ces années passées à se raconter des histoires avaient fini par forger une compréhension mutuelle entre eux et cette fois-ci, il n'avait suffit que d'un simple regard. Assis en face de son ami, il n'était qu'un livre ouvert dont il pouvait sonder les moindres pensées, les moindres désirs peut-être. Ses propos traduisirent autant de précision que de justesse dans son estimation, à tel point qu'il ne put cacher la surprise qui se peignait sur son visage. Il ne s'attendait certainement pas à ce genre de conversation. Si chacune de leurs retrouvailles se terminaient pas une promesse, celle-ci était sans aucun doute la plus belle et la plus importante qu'il ne lui ait jamais faite.
Touché par cette attention, ému de voir que ses idées de voyage lui tenaient autant à cœur, il lui fallut un moment pour trouver les mots dignes de lui répondre. Ou peut-être s'était-il simplement laissé bercer par cet engagement énoncé pour la première fois à voix haute. Son imagination était devenue galopante et bien des scènes se peignaient sous ses yeux, il aurait aimé pouvoir faire aussitôt la liste de tous les endroits qu'il voulait visiter et cela allait prendre des heures. De nombreuses émotions se bousculaient dans sa tête, cherchaient à s'emparer de sa lucidité et à ébranler son maintien d'ordinaire impeccable. C'était plus que ce qu'il pouvait supporter, pas en public en tout cas.

Rassemblant toutes ses forces pour donner un peu plus de sobriété au grand sourire et aux yeux brillants qui illuminaient son visage, il afficha à nouveau cet air aimable et contrôlé, qui deviendrait plus tard avenant et empreint d'une immuable sérénité. Il s'inclina longuement pour témoigner tout le respect qu'il avait envers Furuta Yoshifumi et se promit alors que lorsque ce moment viendrait, il serait devenu un kuge accompli, totalement maître de lui-même et non plus le jeune sot d'aujourd'hui.

― Je vous remercie de tout cœur pour cette promesse que vous me faites et je la chérirai jusqu'au jour où nous pourrons enfin la réaliser, déclara-t-il solennellement.

Et il ne doutait pas que ce jour arriverait, il ne voulait pas imaginer qu'il ne puisse pas exister, d'autant plus qu'il avait fait naître un nouveau rêve en lui, celui de raconter les merveilleux voyages qu'il ferait. Il parlait d'un enfant et il imaginait qu'il serait le sien, tout comme Yoshifumi avait pu être un second père pour lui. C'était un rêve qui allait l'enthousiasmer pour finalement le remplir de tristesse, quelques années plus tard.

Cela faisait maintenant un moment qu'il était en compagnie de son ami et alors que ses émotions devenaient trop fortes pour qu'il les contienne davantage, il trouva sage de prendre le chemin du retour. Tout en relevant la tête, il lui adressa un dernier sourire.

― J'ai été très heureux de vous revoir et de partager ce thé avec vous. Permettez-moi de me retirer maintenant, avant que la fatigue ne m'empêche de repartir.

C'était une décision raisonnable, car s'il pouvait passer des heures assis à discuter, il savait bien que cette journée pleine de surprises allait avoir un certain prix et pour une fois, il en redoutait le fardeau. Il avait là une bonne raison pour conserver prudemment ses forces plutôt que de brûler toute son énergie dans ce désir désespéré de vivre, celle de discuter avec lui à nouveau.

― Nous pourrons nous revoir bientôt, je l'espère. N'hésitez pas à venir me rendre visite si vous en avez le temps et si ma santé ne me permet pas de vous recevoir, je vous promets alors de vous écrire.

Satisfait, il attendit sa réponse avant de pouvoir se lever.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 123
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Ven 30 Oct - 8:43

Comme souvent, ses mots avaient fait mouche. Mais cette fois-ci Yoshifumi en fut particulièrement heureux. Il ne s'agissait en effet pas d'un dignitaire à convaincre ou d'un accord à négocier, mais d'un ami à rendre heureux. Ces yeux, ce sourire, plus que jamais le jeune adulte ressemblait à l'enfant plein de rêves qu'il avait été, et qu'ul était toujours au fond de lui, à cet enfant qui.croyait encore les autres quand ils lui disaient "un jour tu seras guéri". Comme tout bon ami, Yoshifumi laissa au jeune homme le temps de trouver quoi répondre à cette promesse, simplement en lui rendant son sourire. Il le regarda s'incliner sans mot dire et accueillit la prise de congé de son ami avec compréhension. Tant d'émotions en une journée était éprouvant, et le contrecoup risquait d'être difficile à encaisser pour Ryohei.



Je te souhaite un bon retour et ne manquerait pas de te rendre visite avant la fin du mois. Souhaites-tu que j'appelle un palanquin pour que le retour te soit plus confortable ?
Oh, et une dernière chose avant que tu ne partes : si nous devons voyager ensemble, inutile de prendre un ton si formel. Après tout nous sommes tout deux adultes désormais.



Ce n'était pas une demande anodine. En passant au tutoiement Ryohei s'affirmerait en égal de son ami. Yoshifumi se doutait que la maladie du jeune homme le faisait se sentir, en quelques sortes, inférieur aux autres, elle pouvait lui faire croire qu'il valait moins qu'eux. En tutoyant son ami, Ryohei saurait qu'aux yeux de celui-ci il n'en était rien. En réalité c'était presque le contraire : grâce à sa maladie, le Kuge en devenir connaissait la valeur de l'instant présent et ses yeux savaient se délecter de chaque élément où leur regard se posait.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Une histoire de bol Ven 30 Oct - 20:15

Un peu triste de voir leur entretien toucher à sa fin, il s'accrocha à son désir de retourner dans l'univers de ses pensées et balaya tous les mauvais prétextes qui lui venaient en tête et qui l'auraient très certainement fait passer pour un idiot. Même s'il savait que son ami ne le jugeait pas, il tenait toujours à faire bonne impression, quelle qu'en soient le contexte et la personne qui se trouvait en face de lui. C'était l'une des seules qualités qu'il pouvait posséder et il y tenait beaucoup.

― Nul besoin de palanquin, je passe déjà suffisamment de temps enfermé, alors l'air frais ne peut me faire que du bien.

Pour rien au monde il n'aurait accepté cette proposition, il ne comprenait pas comment on pouvait apprécier de se faire transporter ni pour quelle raison marcher était déplaisant quand on en avait la capacité.

― Je pourrai vous...

Il se souvint alors que son ami lui avait permis de le tutoyer. Il avait été à la fois surpris et gêné, ce n'était pas le genre de familiarité dont il avait l'habitude et s'il était touché par cette proposition, il n'était pas vraiment sûr d'arriver à s'y faire. Pourtant, il fit l'effort de répondre à sa demande et reprit sa phrase, étant sûr que ça lui ferait plaisir et qu'il serait vexé dans le cas contraire.

― … te montrer mes derniers travaux, j'ai beaucoup progressé en calligraphie depuis la dernière fois que nous nous sommes vus.

Et il avait hâte de s'y remettre pour tenter de donner forme à ce style qu'il venait tout juste d'imaginer. Peut-être aurait-il même la chance de lui en montrer une ébauche dès sa prochaine visite. Cette idée finit définitivement de le convaincre de se lever et il s'inclina une toute dernière fois.

― A bientôt, mon ami.

Il le gratifia d'un sourire heureux et sans plus attendre, se retourna pour quitter la pièce. À nouveau seul avec lui-même, il marcha d'un pas qu'il trouvait rapide pour quitter la caserne quand, par un mystérieux hasard son regard se porta sur son frère qui traversait la cour en compagnie de quelques hommes qui semblaient être ses amis. Par réflexe, il fit un pas en arrière et se colla contre le mur de manière à ce que celui-ci ne puisse pas le voir. Il aurait aimé pouvoir s'élancer dans sa direction et le saluer comme le bon frère qu'il devait être, mais s'en trouvait tout à fait incapable, vidé de toute forme de courage.
Le jeune homme, immobile et muet, attendit là une bonne minute, livré à une sorte de désespoir et, après s'être assuré qu'il n'était plus là, il se précipita en courant pour sortir de cet endroit. Ce jour-là, Denjiro ne comprit pas pourquoi, quand l'un des samouraïs lui dit avoir aperçu son frère, il n'était pas venu le voir et ils n'eurent jamais vraiment l'occasion d'en discuter.

Retrouvant sa liberté dans la vaste ville, le rêveur flâna un moment dans les rues, s'émerveillant de petits riens, avant de rentrer chez lui. Les yeux remplis d'images et la tête pleine de rêves, il s'assit à sa table et commença à peindre l'esquisse d'un fantastique projet.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une histoire de bol

Revenir en haut Aller en bas
 

Une histoire de bol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..