AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Nameless World { Uroko Chomei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Nameless World { Uroko Chomei Sam 26 Sep - 19:02

Le vent soufflait sur les cheveux courts de Suzaku. Ils étaient de la couleur du soleil, tout aussi clairs que ses yeux l'étaient, d'ailleurs. Elle tenait son katana dans une main, était en position de combat ; elle s'entraînait, et quand elle s'entraînait, Suzaku était diablement rapide. Elle ne dépassait pas, bien sûr, la vitesse du son, mais elle avait la prétention de battre au moins la majorité des gens qu'elle connaissait à la course. Si elle était là, aujourd'hui, dans ce terrain d'entraînement déserté, c'était sûrement pour réussir à tirer son sabre du fourreau le plus vite possible. Elle s'était fait d'énormes cloques à force d'entraînement, mais elle ne les sentait plus : elles avaient durcies, comme tout son corps, en fait.

La jeune fille ne parlait pas. Depuis le début de la matinée, elle avait vu de temps à autre quelque silhouette se promener, mais n'y avait pas plus prêté attention. Comme à son habitude, elle s'était levée à pas d'heure. Il n'y avait plus si longtemps qu'elle n'était plus novice, alors, Suzaku avait décidé de donner le meilleur d'elle-même. Les missions qu'elle prendrait, elle comptait bien les réaliser sans accro et prouver à tout le monde qu'une fille était capable des mêmes choses qu'un homme. Peut-être même était-ce à ça qu'elle pensait, alors qu'ayant posé son katana, elle tapait sur un mannequin pour se défouler.

À vrai dire, la jeune femme était un peu paumée : elle ne savait pas trop où se diriger, son paternel lui ayant juste dit qu'il lui faisait confiance. Elle connaissait trop mal ses camarades pour se rapprocher d'eux et de toute façon, son caractère étant tel, elle savait que ce n'aurait été naturel. C'était bien elle qui ne se privait pas pour les mettre à terre lorsqu'ils étaient à l'école...et puis elle n'avait jamais cherché à se mêler aux autres. Pour elle, l'évidence absolu, c'était sans doute de devenir la plus forte possible : elle ne pensait pas au reste, du moins, pas immédiatement...alors pour le moment, elle frappait le mannequin comme s'il s'agissait de quelqu'un de vivant. Si fort que ses mains se mirent à saigner et que même elle, elle en grimaça. Elle s'immobilisa quelques secondes plus tard, regarda le ciel et sourit : au moins, il faisait beau.

Elle avait peur, mais cette peur lui permettait de vivre. Il y avait quelques jours, sans doute quelques mois, même, elle avait tué son premier homme, ou sa première créature, lors des attaques qu'avaient subi la vie. Sa main n'avait presque pas tremblé, et elle avait soutenu son regard jusqu'à la toute fin. Ensuite, elle avait vomi, et elle n'avait aucun souvenir du reste, si ce n'était une journée confuse et hautement perturbante. Suzaku en avait alors tué un deuxième, plus facilement, puis un troisième. Et quand cela fut terminé, elle était allé prié pour leur salut à tous dans un temple.

Et de ces journées perturbantes, il en restait des traces, ici : des vestiges d'habitation, la peur dans le regard de certains hommes, de la folie dans d'autres. Chez Suzaku était née un désir furieux de devenir encore plus forte qu'elle ne l'était : combattre pour la justice et pour le devoir. C'était pour cela que s'entraîner à Kazan, là où elle avait toujours habité, alors que la ville devait être l'une des plus chaudes du territoire ne l'effrayait pas. La proximité du volcan était une habitude pour eux qui le connaissaient depuis des années, mais elle suait tout de même beaucoup et était sur le point d'avoir le souffle coupé.

« Meurs, fils de Yokaï ! », cria-t-elle en donnant un nouveau coup au mannequin.
Revenir en haut Aller en bas
Uroko Chomei

avatar

Disparu

Messages : 466
Date d'inscription : 28/09/2013

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: Nameless World { Uroko Chomei Dim 27 Sep - 23:19

Tout semblait s'être passé si vite et si lentement à la fois...

A croire que le temps n'avait plus vraiment d'importance. Chose ironique quand on savait que l'individu sujet à cette drôle de sentation portait lui-même le titre officieux de pourfendeur du temps. Il gardait en tête des bribes de souvenirs où il semblait faire appel aux esprits dans un potentiel ultime combat contre les démons. Esturo se souvenait se tenir en haut d'une montagne de laquelle retentit un vrombissement soudain, bref et intense. Puis ce fut le noir total.

Il s'était réveillé quelques semaines plus tôt en compagnie des "siens". Ils disaient avoir pensé leur meneur mort puisqu'il avait passé près de cinq jours dans un coma profond. Parmi le peu de survivants de Kara, ils furent le plus possible à s'être réunis dans les terres neutres, loin des tumultes de la guerre, loin de toute forme possible de souveraineté, à l'abri des cinq clans.

C'était en effet le temps des morts. Les pertes étaient très lourdes, et pour cause : on attribua une sépulture exceptionnelle à "Byakko", l'un des trois ninjas qui avait pour figure d'officier au sein de la controversée Kara. Sur sa stèle furent gravés tous les honneurs et à ses pieds s'y trouvaient son masque de tigre et son ninjato solidement planté.

Le jeune homme se souvint mot pour mot de la prière qu'il avait ainsi énoncée à l'un de ses trois plus fidèles "Chevaliers". Et il se souvint aussi avoir dit :


    - L'avenir de Kara est incertain. Beaucoup d'entre nous sont morts en véritables guerriers et ont transcendé le karma de la noblesse. Ils reposent en paix et il est de notre devoir d'écrire leur nom dans l'histoire. Mes amis, retrouvez vos clans respectifs ; nous ne sommes pas seuls à essuyer des pertes et ils auront besoin de tout le soutien possible qu'ils pourront trouver pour surmonter ces épreuves. Ils ont chacun prouvé qu'ils pouvaient tous agir de concert face à une menace certaine contre l'Empire. Alors je vous le demande sciemment : ne mourrez pas pour Kara. Mourrez pour votre Daimyo et vos idéaux. Je vous congédie désormais. Ne prenez pas cette décision comme un nouvel abandon et une offense à votre volonté. Il s'agit d'une situation de crise et chacun de vous sera efficace aux côtés de son véritable suzerain.


---

Le jeune homme s'était remis à parcourir du pays, depuis. Il avait pressé le pas lorsqu'il dût traverser les territoires d'Eiichiro et d'Okaruto, là où il serait facilement reconnu étant donné sa notoriété et son soudain revirement de situation. Il portait un chapeau de paille en forme de cône, à la fois pour se protéger de l'astre solaire et se faire discret, tel un paysan qui traçait son chemin et désireux d'éviter le rustre venu lui chercher quelques noises. Il revêtait un kimono brun qui paraissait usé et sale de nature, ce qui accentuait cet air roturier et campagnard qu'il voulait se donner. Le wakizashi qu'il portait à sa ceinture semblait tout à fait légitime et on pouvait croire qu'il ne souhaitait pas se faire agresser, simplement. Enfin, il avait sa touffe bouclée qu'il s'était pourtant coupée de moitié, laissant des cheveux certes encore long mais descendant simplement jusqu'aux épaules, qu'il arrivait encore à coiffer en chignon grossier.

Sa longue vadrouille le fit s'arrêter à Kazan, une ville plutôt exotique bâtie dans un feu-volcan (admirez le jeu de mot) et placée sous l'autorité du clan Setsu. Le climait y était rude, mais l'ébène semblait y trouver quelque réconfort et ne semblait pas dérouté à l'idée de séjourner dans le territoire de celui qu'il semblait vouloir mort fut un temps.

Il avait loué une chambre à une auberge peu fréquentée car quelque peu miteuse, mais c'était l'une des uniques solutions qui se trouvaient à sa portée pour éviter les foules. Et gambader autour des ruines pour constater l'ampleur des dégâts Yokai ne pourrait que lui offrir davantage de conviction de défendre son pays.

Sa méditation fut de courte durée lorsqu'il lui semblait entendre, au milieu de ce silence pesant, quelques bruits d'air fendu. Distrait, il parcourait les décombres à enjambées habiles pour ne pas se fouler inutilement quelque membre de son corps, et s'approchait discrètement de cette personne qui semblait s'entraîner avec une ardeur comme il n'avait guère vue au sein de son propre clan. A observer ses mouvements et sa volonté, les chances qu'il eût s'agit d'une personne placée au service d'un vassal étaient grandes. Il trouva un point d'appui sur une poutre ravagée par des incendies mais suffisamment robuste pour soutenir le corps léger de Chomei, s'adossant, croisant les bras.

Il éclata de rire sans prévenir lorsqu'il entendit l'interjection de ce qui semblait être une femme. Après un instant, il s'approcha et prit la parole.


    - Mille excuses... Je ne voulais pas insulter votre dur labeur ; il se trouve que je passais par là, et puis... - il jeta des regards alentours - vous devez peut-être souffrir de cette situation. Je n'aurais pas dû en rire. C'est juste que d'habitude, on n'insulte pas les ennemis ; on propulse le Kiaï dans le but d'atteindre son esprit, de le paralyser ne serait-ce qu'une fraction de seconde pour le pourfendre. Oh, mais c'est que je m'égare...


Il perdit son regard sur un tas de détritus, puis sourit amèrement. Comme s'il avait été envahi par un sentiment de honte l'espace d'un instant, il lutta pour chercher un contact visuel avec son interlocutrice, pour ensuite courber le dos de manière suffisamment respectueuse pour exprimer son pardon, et tourner les talons sans demander son reste.


Le Staff est puissant, le staff est méchant, le staff est sexy ( surtout Kioshi )
parce que : Le staff:
 

Revenir en haut Aller en bas
 

Nameless World { Uroko Chomei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eiichiro - Uroko Chomei
» Uroko Chomei - Le Pourfendeur du Temps
» Eiichiro - Uroko Chomei, le Pourfendeur du Temps
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..