AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Sept samouraïs sous la neige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Sept samouraïs sous la neige Dim 7 Fév - 3:44


Watanabe Shin & Yamashita Kyôji, Tanaka Nobu, Tanaka Shinzô,
Inoue Shinrei, Kimura Yûichi, Matsuda Yûsuke

- Yûsuke! Quelles nouvelles de l'ouest?!

Il avait beau donner ses directives à pleins poumons, hurlant à travers la bise, la tempête de neige semblait étouffer le moindre bruit, pour ne laisser percer que le cri du vent, à peine l'écho des montagnes. La monture de Matsuda Yûsuke, sortie de nulle part, s'ébroua un peu trop près de Shin, qui recula d'un pas.

- Un village, mon seigneur. A trois lieues, peut-être moins.
- Rien au sud?
- Rien que les montagnes.

Il fallait faire une halte pour la nuit. En terrain inconnu depuis qu'ils avaient quitté Ite - voire même depuis leur sortie des terres Okaruto - et pris par la tempête de neige depuis le milieu d'après-midi, les hommes étaient éreintés. Engourdis par le froid. Affaiblis par les morsures du vent. Les chevaux encore davantage. Au moins eux ne se plaignaient-ils pas. Le jeune Tanaka Shinzô gémissait en grelottant, pleurait face à un Nobu insensible - son frère aîné, intransigeant, à la mine maussade, à peine plus supportable que l'averse qui les martyrisait.

Guidés par leur chef, les six samouraïs mirent le cap vers l'ouest. Tirant sur les rênes de leurs bêtes, courbés comme elles dans une tentative restée vaine d'échapper aux assauts de la tempête, ils mirent plusieurs heures avant d'atteindre le village décrit par leur éclaireur. En pleine nuit. Ils ne parvinrent à allumer quelques torches qu'une fois le vent coupé par les granges et silos alentours. En cercle autour de ces quelques lueurs, ils sortirent cartes et compas. Comme à l'accoutumée, Yûsuke prit l'initiative de la parole.

- Les montagnes de Mashiro sont encore à quelques lieues. Deux jours, si la tempête persiste. Et sans les chevaux. Un peu moins si le climat nous sourit.
- Nous verrons demain. Pour l'instant, accordons-nous une nuit dans la paille. Yûichi! 

L'intéressé acquiesça d'un bref hochement de tête. S'approchant deux torches en mains, il en tendit une à son maître. Ils laissèrent leurs montures à leurs pairs et s'éloignèrent en direction du village. A la recherche de quelque habitant disposé à leur accorder un abri pour la nuit.

Se frayant un chemin à travers des fermes et des étables, dénuées de tout signe de vie, ils parvinrent aux premières habitations, sombres et silencieuses, renforcées de planches afin, sans doute, de résister aux tempêtes de neige qui devaient être monnaie courante dans la région en cette saison. D'une main effleurant son épaule, Yûsuke lui indiqua une demeure à quelques centaines de mètres, d'où semblait provenir la lueur d'un brasero. Ils prirent cette direction sans hésiter, soucieux de trouver âme qui vive pour ne pas effrayer la population en réveillant tout le village. Ils n'étaient rien ici. N'avaient aucun pouvoir ni aucune autorité. N'étaient même pas chez eux.

Arrivés en bordure de la propriété, délimitée par un muret de pierre, ils purent percevoir à travers les flocons de larges volutes de fumée qui s'échappaient du toit, et des ombres se profiler à travers les fusumas.

Yûsuke et Shin échangèrent un regard.
Se décidèrent à approcher.  
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Sept samouraïs sous la neige Lun 15 Fév - 21:35

Cela faisait déjà quelques jours qu'on l'avait emmené à Yama. Cédant à ses incessantes demandes, son frère s'était résolu à l'emmener dans son voyage avec lui. Il avait voulu redécouvrir ce village fait pour les samouraï, ce lieu d'entraînement mythique où Denjiro se rendait encore parfois et avait espéré profiter de cette occasion pour passer un peu de temps à ses côtés, voyager en sa compagnie alors qu'on le laissait toujours seul, au cœur de la froideur d'Ite. Mais il avait fini par regretter ce choix, même si son frère avait accepté, il était resté fâché et ne lui avait que peu adressé la parole sur la route. Il n'avait cessé d'afficher cet air inquiet et distant et le cadet s'était à son tour renfermé sur lui-même. Évidemment, on allait penser qu'il serait encore malade, on ne lui dirait rien, mais on reprocherait à son frère d'avoir plié à un caprice, une folie, quand il aurait pu avoir tout le confort et le soin possible à la maison. Et c'était en plein hiver ! Il allait forcément en souffrir, et s'il n'y survivait pas ? Il s'imaginait largement les pensées de tous dans sa tête et leur en voulait terriblement. Il voulait vivre, profiter de la vie, pas rester dans une cage : aussi belle et confortable soit-elle, sa chambre n'était pour lui qu'un lieu sombre où il s'ennuyait. Qu'importent les grandes fenêtres, il voulait marcher dans la neige et sentir le froid mordant sur son visage.
Pourtant, il était redevenu un peu plus raisonnable peu après leur arrivée. Il y avait encore plus de neige ici et la maison de Yama était bien moins accueillante, bien moins chaude pour lui. Il avait mis son frère dans l'embarras et il n'avait su comment s'excuser.

Ce soir même, il tournait en rond devant le feu qui réchauffait son corps. Une tempête s'était levée dans la journée et s'il était normal qu'il soit seul à ce moment-là, ayant bêtement refusé qu'un domestique les accompagne, la nuit tombant, il ne pouvait que se tourmenter en pensant à lui. Denjiro n'était pas rentré. Bien sûr, qu'il n'était pas renté ! Leur maison ne se trouvait pas au cœur du village et il avait sûrement dû rester au dojo, bloqué par la neige qui s'accumulait sans cesse. Cet endroit superbe l'avait fait rêver la veille, alors qu'il avait pu l'accompagner et le regarder pratiquer en compagnie d'autres samouraï. Mais ils s'étaient disputés ce matin, car avec le mauvais temps qui s'était levé, il avait immanquablement refusé qu'il sorte d'ici. Il avait eu raison finalement... Ryohei aurait-il dû le retenir lui aussi ? Non, il n'aurait jamais voulu et puis, il était fort et robuste, tout devrait bien se passer pour lui, même s'il avait dû rester là-bas, n'est-ce pas ? Avec un peu de chance, il avait trouvé refuge dans la maison d'un habitant et se réchauffait lui aussi auprès d'un brasier.
Pourtant, il était mort d'inquiétude, alors quand il aperçut une ombre glisser non loin d'une fenêtre, il s'y précipita. Ce n'était pas lui bien sûr, mais deux hommes qui s'avançaient dans la neige épaisse. Qui étaient ces fous ? Ils devaient être gelés, les jambes largement enfoncées dans la neige et blanchis par les flocons qui ne cessaient de tomber. Le vent, heureusement, s'était un peu calmé et avait dû leur donner un peu de répit lorsqu'ils étaient arrivés au village.

Si personne d'autre ne les voyaient, ils allaient tout simplement mourir ! Ce devait être des étrangers pour s'aventurer par ici, au beau milieu de la soirée, alors que les Fukyuu d'ici voyaient dans les ciels des journées de tempête et de neige abondante. Quelle que soit leur folie, ils ne méritaient pas un tel sort, même s'il s'agissait de brigands. De toute façon, le climat rude de Yama avait de quoi rendre aimables tous ceux qui passaient par ici, pourvu qu'il y ait un bon feu dans le coin. Sans prendre la peine de réfléchir, Ryohei s'enveloppa donc dans une couverture chaude et se jeta sur la porte. Sa maison n'était pas immense, pas extrêmement accueillante, mais largement suffisante pour des voyageurs frigorifiés et il ne pouvait se retenir de leur venir en aide.

— Par ici ! Lança-t-il en criant aussi fort qu'il le pouvait, alors que les sifflements du vent essayaient de couvrir sa voix. Ne restez pas là et venez vous réchauffer !

La porte à peine entrebâillée, on ne pouvait que difficilement apercevoir son visage, caché par l'épais tissu qui le protégeait pourtant à peine du froid. Mais ils auraient tout le temps de faire amplement connaissance une fois qu'ils seraient attroupés au coin du feu et, avec quelques bûches supplémentaires et un breuvage brûlant, il aurait de quoi raviver leurs corps glacés.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sept samouraïs sous la neige Mer 17 Fév - 0:24

Sitôt parvenus au seuil de la demeure, les deux comparses purent apercevoir une silhouette filiforme, qu'ils prirent d'abord pour celle d'une femme, s'éloigner du feu qui semblait trôner au centre de la pièce à vivre. Et un jeune homme tout à fait élégant pointer le bout de son nez. Au sens propre, car tout le reste était emmitouflé dans une épaisse couverture qu'ils se mirent instantanément à convoiter, au fond de leur esprit frigorifié. Eussent-ils été mal intentionnés, le pauvre homme s'en fût retrouvé détroussé de tous ses biens sans avoir le temps de refermer sa porte. Fort heureusement pour lui, tout samouraï qui se respecte observe à la lettre le bushido, et en l'occurrence ceux-ci ne faisaient pas exception.

L'homme, bien que se tenant à quelques mètres dut élever la voix à travers la tempête pour se faire entendre. Ses paroles bénies n'eurent pas besoin de parvenir deux fois aux oreilles de Shin et Yûsuke pour que ces derniers ne s'inclinent respectueusement d'un même mouvement. Yûsuke quitta Shin pour retrouver les autres, et les prévenir qu'ils avaient trouvé autrement plus accueillant que quelques meules de foin. Shin, quant à lui, se confondit en remerciements tout en s'approchant de leur hôte.

- Les kamis vous accordent paix et prospérité, mon Seigneur. Sans votre hospitalité, je ne donnais pas cher de nos vies par ce temps.

Il fit trois pas. S'inclina de nouveau. Avant de reprendre.

- Je suis Watanabe Shin, samouraï au service du seigneur Watanabe Shinzô, mon père, lui-même vassal du Daimyo Okaruto Kazunobu. Pour vous servir.

Alors qu'il se redressait, le reste de sa troupe le rejoignit. Ils avaient laissé les chevaux dans la grange précédemment visitée, et Shin se plut à penser que son propriétaire, alerté par le bruit, avait accepté de garder les bêtes. Ce que Yûsuke lui confirma, avec l'assurance que l'homme avait été justement rémunéré.

- Mes hommes et moi-même vous remercions pour votre gracieuse proposition. Et vous prions de bien vouloir accepter l'or Okaruto, en dédommagement. Notre prix sera le vôtre.

Sur ces paroles, Yamashita Kyôji s'avança, non sans manquer de s'incliner respectueusement devant le jeune seigneur qui lui faisait face. Il lui tendit un sac de tissu rempli de pièces dont les tintements confirmèrent la promesse de son maître.  
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Sept samouraïs sous la neige Mer 2 Mar - 22:23

Par bonheur pour les trois hommes, sa voix les atteint avec assez de force pour qu'il puisse se faire comprendre sans qu'il n'ait à sortir davantage ni qu'ils n'aient à se refroidir plus longtemps, pour peu qu'il reste encore un peu de chaleur dans leurs pauvres corps. Ryohei resta à la porte le temps qu'ils viennent jusqu'à lui, mais fut surpris de voir l'un d'entre eux se diriger dans la direction opposée. Mais que faisait-il ? Il réalisa alors qu'ils n'étaient pas que deux fous, mais sans doute toute une compagnie. Ces hommes devaient être bien mal renseignés pour s'être faits piéger à ce point et il pensait qu'ils devaient venir de loin.
Un peu intimidé par ce guerrier plein d'assurance et visiblement plus âgé que lui, il s'écarta pour le laisser entrer et ferma la porte aussitôt. Les autres n'auraient qu'à toquer pour rentrer à leur tour, pas question de mettre davantage de froid dans la maison alors que le bois n'était pas une denrée infinie.

Le jeune homme ôta la couverture qui le cachait encore presque intégralement et s'inclina à son tour devant le voyageur. Avant même de lui répondre, faisant fi de la courtoisie pour s'occuper des premières nécessités, il lui tendit la laine chaude et s'empressa de remettre une bûche dans l'âtre. Bientôt les flammes renaîtraient et les raviveraient de leur inépuisable ardeur. Il mit aussi de l'eau à chauffer pour leur offrir un peu de thé, le plus vite possible, et alla dans une autre pièce pour ramener davantage de couvertures aux hommes qui venaient de les rejoindre.
Quand il en eut fini avec toutes ces tâches, il se tourna à nouveau vers eux et se présenta enfin.

— Je me nomme Maeda Ryohei, fils du seigneur Maeda Chojiro, vassal de notre dame Fukyuu Chizue. Enchanté de faire votre connaissance, dit-il en s'inclinant à nouveau.

Son plaisir de rencontrer des voyageurs était sincère, mais quand il releva la tête, c'est un regard réprobateur qu'il posa sur Watanabe. Il n'était pas du genre à reprocher des choses à la légère, mais tout de même, ce jeune chef n'avait pas été loin de mener sa troupe entière jusqu'à la mort. Les habitants de Yama pouvaient être rudes, parfois autant que leur climat, et malheureusement, il en connaissait certains qui auraient préféré laisser mourir des étrangers dehors pour les punir de leur imprudence plutôt que de leur accorder une faveur. Mais Ryohei avait été éduqué plus que tout dans la prudence et il comprenait bien que l'on pouvait facilement se tromper. Alors son visage se radoucit presque aussitôt et il lui offrit un sourire chaleureux, il ne réchaufferait peut-être pas l'homme en face de lui, mais le tirerait au moins de ce froid glacial qui l'habitait encore.
En d'autres circonstances, il aurait simplement salué ces hommes et serait resté en retrait, laissant à son frère ou à son père le soin de les accueillir et n'aurait pas osé se comporter comme leur égal. Mais il était seul ce soir et il était donc de son devoir de faire honneur à sa famille. Il ne laissa donc pas paraître son embarras et fit appel à toute son assurance.

— Je vous remercie, mais même si je ne suis pas un samouraï, j'ai été élevé selon les principes du bushido et il serait bien malséant de ma part de demander une contrepartie quand il est de mon devoir de venir en aide à ceux qui en ont besoin.

Le jeune homme avait été élevé pour d'autres principes que l'argent, il ne s'y intéressait donc pas et même si ça avait été le cas pour un instant, il savait très bien qu'il n'avait pas besoin de cette bourse que l'on faisait sonner à ses oreilles. Quand bien même il ne pourrait jamais prêter sa lame, il avait d'autres manières d'accomplir son devoir et se contentait simplement de le faire, sans rien attendre des autres. Considérant ce sujet comme clos, il se retourna à nouveau pour chercher de quoi préparer le thé.

— Installez-vous, je vous en prie, le thé sera bientôt prêt, poursuivit-il simplement.

Et puis, comme il sentait que les homme gelés, malgré leur reconnaissance devant son hospitalité, étaient légèrement mal à l'aise, il ajouta en leur adressant un sourire :

— Mais si vous y tenez vraiment, vous aurez certainement l'occasion de vous racheter en nourrissant ma curiosité : je ne suis jamais allé à Okaruto.

Pourtant, il était tout à fait disposé à prendre son mal à patience, il n'allait pas les importuner tout de suite, alors qu'ils commençaient à peine à se réchauffer. Aussi, il ne posa pas immédiatement de question. Rapidement, l'eau se mit à bouillir et il s'occupa de mettre les feuilles à infuser.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 614
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Sept samouraïs sous la neige Dim 9 Oct - 22:29

Quelques instants plus tard, le jeune homme servit à chacun de ses invités une tasse de thé brûlante et tandis que tous se réchauffaient peu à peu, ils entamèrent alors une passionnante discussion. Ce ne fut au début que de simples banalités, même s'il était ravi d'apprendre leurs noms, leurs fonctions et la raison de leur présence dans les impitoyables montagnes qui bordaient Yama. Puis, au fil de la soirée, tous purent à leur manière apporter quelques anecdotes et répondre à ses nombreuses questions sur Okaruto. C'était alors un clan qui lui paraissait des plus lointains et qui se dressait encore comme un vaste inconnu. Il y avait tant de choses qu'il ne savait pas et leur mode de vie était si différent du sien qu'il s'étonnait de nombreuses choses.
Bien que samouraï, ils s’avéraient bien plus festifs et enthousiastes que ceux de son clan, parfois trop rigides ou trop froids et maintenant qu'ils étaient réchauffés, ils n'étaient nullement gênés par la rigueur de son clan.

Cela ne pouvait qu'éveiller l'enthousiasme du jeune Ryohei et il ne vit guère le temps passer en leur compagnie tant leur conversation était riche de découvertes. La tempête pouvait bien les recouvrir de neige, ils n'étaient nullement gênés ici et emplissaient la maison de leurs éclats de voix et de leurs rires. Bientôt, la nuit commença à être sérieusement entamée et ils allèrent tous retrouver un repos mérité. Son frère n'avait pas pu rentrer à cause de la neige, mais il ne s'inquiétait plus autant à son sujet, persuadé qu'il avait dû rester au dojo et qu'il était là-bas en sécurité.

Le lendemain, la tempête avait complètement disparue et les hommes l'aidèrent à dégager la neige qui semblait avoir voulu enterrer la maison toute entière. Peu habitués à ce genre de chose, ils étaient bien surpris qu'un hiver puissent être aussi rude, même en altitude. Au bout de plusieurs heures, Ryohei put apercevoir avec bonheur son frère, sain et sauf, marcher dans leur direction. Une fois qu'il fut arrivé, il lui présenta alors les sept samouraï qu'il avait accueilli pour la nuit et ils restèrent encore un moment en la compagnie des Maeda, partageant dans un dernier repas leur expérience mutuelle.
Puis, il fut temps pour eux de reprendre la route pour accomplir leur mission, mais ils se promirent de s'écrire de temps à autre pour garder contact et s'apporter quelques nouvelles. Peut-être auraient-ils même l'occasion de se revoir si leur chemin les amenaient une nouvelle fois jusqu'à Fukyuu.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Disponible
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sept samouraïs sous la neige

Revenir en haut Aller en bas
 

Sept samouraïs sous la neige

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» petite photo : périgueux sous la neige
» Brasparts sous la neige
» Un combat sous la neige
» Sous la neige ... [PV Misha]
» Les Graines de l'Edelweiss (Année 1751) [PV Lylou Tildwen]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..