AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Identités croisées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Identités croisées Lun 28 Mar - 4:20

Les pétales de cerisiers, annonciateur du Printemps, avaient enfin succédé au gel de l'hiver... Ni lui, ni l'automne qui le précéda n'avaient été cléments envers Riyu et l'avaient poussée à mûrir si brusquement qu'elle en était restée longtemps terrifiée. A présent femme, veuve avant l'heure, et à la tête d'un peu plus de seize milles soldats, la jeune guerrière prodige mais peu sûre d'elle avait fait un chemin immense pour se présenter dignement devant ses subalternes. Ainsi, une autre Riyu avait vu le jour, peut-être moins responsable que la première -en apparences-, mais certainement bien plus assurée qu'elle ne l'avait jamais été. Cette onna-bugeisha à l’œil mort avait gagné son surnom de Dragon par le sang, lavant ainsi son honneur de l'affront qu'il avait subi et alors qu'on ne l'attendait pas, qu'on la prenait en pitié même, elle était revenue de ses démons pour mettre son nom sur toutes les lèvres Okaruto.

Pourtant, la pression presque insoutenable que lui conférait son rang et la solitude qu'elle ressentait douloureusement à présent qu'elle n'avait plus de collègue, la menaient souvent à fréquenter divers établissements qui faisaient la fière réputation Okaruto. Plusieurs fois par semaine, une taverne pleine à craquer l'accueillait à bras ouverts pour une bonne partie de la soirée, dont elle ressortait parfois accompagnée et/ou intéressée mais rarement attaquée par la boisson qu'elle ingurgitait pourtant par litres entiers.

Ce soir-là, elle avait repéré un homme en tenue d'Omnyoji, qui avait l'air parfaitement sombre et coupé de tout. D'ailleurs, il était seul à sa table et voulait sans doute qu'on le laisse tranquille. Riyu, se sentant d'humeur particulièrement joueuse, se dirigea vers celui-ci. En temps normal, elle ne l'aurait pas fait, surtout qu'il n'embêtait personne, mais sa présence la titillait assez pour la rendre curieuse. Elle supposa sentir pour l'une de ses premières fois les effets de l'ivresse.

Débraillée, tout le haut de son corps offert -quoique sa poitrine restait pudiquement dissimulée sous du tissus, elle fila donc le voir et s'assit en face de lui sans même lui demander la permission.

"Hé, tu s'rais pas un de ces gars de temple ? Qu'est-ce' tu fais là tout seul ? Fait si noir dans ce coin qu'on te distingue à peine. J'ai une idée ! Tu pourrais pas me faire une petite divination ? Tiens, sur l'homme que j'aurais dans mon lit dans quelques années. C'est un bonne idée, ça, t'en dis quoi ?"

Presque naïve, on aurait pu parfaitement la prendre pour une simple d'esprit. Une samouraiko perdue, sans doute de petit rang. Néanmoins, ce n'était qu'un rôle que Riyu endossait certaines nuits pour s'amuser.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Mer 6 Avr - 0:11

Une succession improbable de missions avait fini par ramener à Kasu cette âme errante alors même que sa volonté insipide cherchait vainement à se disperser aux quatre coins de Yokuni. Épars même dans son unité, il avait longuement erré tel un fantôme, jusqu'à ce qu'une taverne quelconque l'aspire et le jette au fond d'un coin sombre. La table où il s'était assis répondait largement à ses attentes : garder son verre de sake à une distance raisonnable et soutenir son coude dont la main servait elle-même à maintenir sa tête, comme s'il était trop fatigué pour se tenir correctement. L'alcool n'était ni bon ni mauvais, en fait, à l'instar de tout ce qui se trouvait ici, il se contentait d'être ce qu'il était, mais sans rien de plus. Naraku lui-même semblait faire partie de ce décor maussade, alors que son regard vide embrassait la pièce sans jamais se fixer sur quoi que ce soit. Il n'y avait de toute façon rien à regarder, il n'y avait là que des personnes avides de boisson et au milieu de tous ces rires et de ces cris, rien ne l'atteignait.
L'image crasseuse de cette débauche régulière n'avait pas tellement d'effet sur lui, ce n'était qu'une distraction comme une autre et il s'était contenté d'enchaîner les verres, supportant remarquablement bien les effets que l'alcool voulait imposer à son esprit. Il avait parfaitement l'habitude et aimait presque terminer ses soirées ainsi, au fond d'un trou obscur où il semblait être dans un tout autre monde, séparé définitivement du reste de sa misérable espèce.

On le laissait tranquille d'ordinaire, sa présence n'attirait jamais vraiment l'attention, et même lorsque c'était le cas, il paraissait alors si lointain, si infréquentable, qu'on n'osait jamais vraiment aller jusqu'à lui. Il ne faisait qu'ignorer ces regards fuyants qui cherchaient vaniteusement à percer quelque chose en lui, sans jamais qu'ils ne soient satisfaits.
Pourtant, nulle surprise n'éclaira ses yeux ternes quand une femme, visiblement ivre, s'avança jusqu'à lui. Avec sa tenue frivole et son regard tapageur, elle semblait être son extrême inverse, pleine de vie, cherchant à capter tous les regards sur elle et à emprisonner l'âme des pauvres hommes qui osaient se mesurer à elle. Elle était sans doute plus que désirable, et plus encore pour les créatures de cette taverne qui s'étaient laissés aller à l'ivresse. Bon nombre d'entre eux l'avaient interpellée, assaillie de paroles grasses, mais aucun n'avait réussi à éveiller en elle le moindre intérêt. Non, à la place de tous ces hommes faciles, elle s'était attachée à cette figure morne qui se délectait tout juste d'une énième gorgée brûlante. Ses goûts laissaient certainement plus qu'à désirer.

Car rien ne semblait l'arrêter, et elle l'aborda d'une manière des plus cavalières, se fichant tout aussi bien que lui des convenances qui régissaient ce pays – à moins qu'elles ne soient pas applicables à ces tavernes de bas étage. Quant à lui, parfaitement immobile et toujours aussi peu intéressé par cette mijaurée à la verve grossière, il ne lui accorda pas le moindre regard.

— Non, lâcha-t-il sèchement, avant même qu'elle n'ait fini de l'inonder de ses paroles inutiles.

Bien évidemment, un simple mot ne suffit pas à la décourager et elle n'hésita pas à renchérir, poussant même le vice jusqu'à s'asseoir en face de lui. Il fallait dire qu'elle ne manquait pas d'assurance et Naraku sentait bien qu'il n'allait pas pouvoir s'en débarrasser si aisément. Il prit pourtant le temps d'attraper son verre et de le finir d'une gorgée, parfaitement neutre. Il ne grimaça pas quand le puissant liquide traversa sa gorge et prit enfin le temps de poser son regard sur l'éméchée.

— Pas besoin de divination pour ça, ce sera certainement un soiffard bon à rien rencontré dans l'un de ces misérables établissements, siffla-t-il sans la moindre précaution.

Et puis elle aurait un gamin ou deux, serait forcée de rester à ses côtés et de vivre malheureuse, jusqu'à ce que la maladie l'emporte ou qu'elle ait le courage de mettre fin à ses jours. Naraku ne pouvait pas plus se tromper dans son jugement, mais il n'avait pas pris la peine de l'évaluer une seule seconde. Sa personne ne l'intéressait pas et tant qu'il n'y aurait pas d'histoire de combat, il ne prendrait pas cette peine, ne ferait pas le moindre effort.
Après avoir fait tourner lentement le verre entre ses doigts, il le reposa bruyamment sur la table.

— Mais puisque tu t'es donné la peine de m'importuner, tu pourrais peut-être aller me chercher quelque chose à boire. Mon verre est vide.

Naraku n'aurait pas pu livrer d'accueil plus froid à qui que ce soit et il aurait parfaitement pu se contenter de se lever et de laisser loin derrière lui cette femme insignifiante. Mais il avait encore envie de boire et la monnaie commençait à lui manquer. S'il devait s'encombrer de sa compagnie pour un moment de plus, il s'en fichait totalement, son indifférence naturelle avait pour habitude de le laisser glacial.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Lun 18 Avr - 0:11


Les lèvres purpurines de Riyu s'ornèrent d'un sourire à la fois niais et ravageur alors que l'homme qu'elle avait devant elle prit la peine de lui adresser la parole.Sans véritablement entendre sa réponse pour le moins évidente, elle fut contente de constater qu'il n'était pas aussi glacial que son air morne semblait lui faire croire et elle resta là, un petit moment à le regarder. On l’appela une ou deux fois sans qu'elle n'y prête attention, lui demandant de venir parce que l'autre gus ne paraissait pas la calculer. Elle eut le droit à d'autres propos pour le moins grossiers et vulgaires auxquels elle ne prit pas la peine de répondre.

Aux paroles plutôt méchantes du jeune homme devant elle, la jeune femme ne sembla pas prendre ombrage et chercha plutôt sur son épaule la lourde et impressionnante gourde qu'elle se coltinait toujours, et après l'avoir débouchée, fermé un œil pour viser le verre et tiré la langue sur le côté, elle versa un peu du contenu sur la table puis dans l'humble récipient qui déborda alors qu'elle se montrait peut-être un peu trop généreuse.

Riyu rangea ensuite avec la candeur d'une bonne élève son outre à côté d'elle et posa ses coudes sur la table, son menton sur ses deux mains liées et sourit de plus bel à celui qui avait attiré son attention. Après un petit temps de silence, elle se permit de demander à cet étrange inconnu :

"Tu viens d'où ? Je ne t'ai jamais vu ici."


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Jeu 28 Avr - 1:52

Tous deux semblaient ignorer parfaitement avec une froideur des plus détachées leur audience. Ceux qui voulaient attirer la femme le raillaient sans doute, mais tout cela finissait par ressembler à des suppliques qui les rendaient l'un comme l'autre plus qu'indifférents. Naraku ne les entendait même pas et vivait dans un monde si éloigné d'eux qu'il aurait fallu un univers tout entier pour les relier. Ce n'était pas parce qu'il s'était retrouvé soudainement captivé par l'impressionnante dégaine de la tentatrice, c'était simplement sa façon d'être, son essence pure. Le monde, dans sa banalité, était trop insignifiant pour qu'il daigne le regarder et il fallait bien venir jusqu'à lui dans le corps d'une jeunette à la chevelure pourpre pour le tirer de sa profonde léthargie.
Et encore, elle avait tout juste réussi à lui tirer quelques mots secs ou méchants et ce n'était-là qu'un réflexe pour chasser les pigeons. Souvent, quand on l'importunait davantage, il laissait tomber les discours fatigants pour dégainer ses sabres et trancher la chair. La question restait donc de savoir si elle était assez insupportable pour qu'il franchisse cette nouvelle étape.

Son utilité actuelle l'avait bornée à quelques vagues mots et il attendait de se faire servir sans même prêter un regard au sourire qu'elle lui offrait avec tant de bonté. La gourde en revanche attira son attention, sans doute bien plus que son arrivée n'avait pu le faire, comme si les objets avaient sans conteste bien plus d'attrait à ses yeux que le moindre être vivant susceptible de gigoter à la surface du monde. Encore fallait-il établir un ordre des choses et un insecte l'aurait plus intéressé que la moindre vermine humaine.
Sa taille avait de quoi impressionner le premier venu, mais Naraku ne cilla pas, attendant d'en voir le contenant. Viser ne sembla pas lui demander trop d'efforts et pourtant, elle le fit avec tant d'abondance qu'elle chercha même à désaltérer la pauvre table. Celle-ci ne devait pas en être à sa première cuite et à vue d’œil, elle avait bu au fil des années jusqu'à l’écœurement le plus total.

À l'odeur forte de prune que la boisson dégageait, ce devait être de l'umeshu. Il aurait pu dédaigner ce verre qui allait aussitôt devenir collant, le renverser sur la table pour attiser un quelconque stupide conflit, mais il n'était pas si difficile, ni aussi prétentieux. Quand ces créatures des bas-fonds noyaient leurs joies comme leurs peines dans une proportion d'alcool excessive, il faisait de même avec son indifférence et son vide dévorant.
Sans un mot et sans se préoccuper de ce qu'elle faisait – comme si ça pouvait être important, il porta le verre jusqu'à ses lèvres pour en tester une gorgée. La valeur de l'alcool allait forger son jugement et c'est avec une surprise parfaitement dissimulée derrière son visage de marbre qu'il constata qu'il était loin d'être mauvais. Avec la deuxième gorgée, il le reconnut tout à fait et ferma les yeux pour en apprécier plus subtilement la saveur.

Il n'avait jamais rien eu d'un grand spécialiste, mais la vie s'écoulant lui avait fait entrer dans maintes tavernes et boire des tas de choses. Peu à peu, il avait fini par en reconnaître les alcools de qualité et les maisons qui les procuraient et il franchissait leur porte dès qu'il avait envie de boire autre chose qu'une boisson immonde avec l'alcool pour seul goût. Pourtant, la plupart du temps, il atterrissait sur une chaise au hasard, sans même connaître le nom de la porte qu'il venait de pousser. C'était définitivement le cas ce soir-là et l'alcool était aussi mauvais que la compagnie qui y régnait, mais il s'en fichait bien.

Il n'était pas assez bon vivant pour se réjouir de tomber par hasard sur cette perle rare et se contentait d'apprécier avec une nonchalance parfaitement assumée cette heureuse chance. Doucement, son regard finit par remonter jusqu'à la serveuse à moitié dénudée, alors qu'il venait de décider de répondre à sa question.

— Kegare, lâcha-t-il platement et sans un mot de plus.

Il n'y avait pas besoin de ton ou de moquerie, la provocation même sonnait dans cet unique mot. Elle pouvait le croire ou non, tout ça n'avait pas d'importance. Par chance, si l'on pouvait appeler ça comme ça, une troisième gorgée le mit dans de meilleures dispositions ; l'alcool étant certainement la meilleure façon de le sociabiliser.
Son regard vide la jaugea donc un court instant, à la fois inquisiteur et lointain, d'un savant mélange qu'on n'aurait vu chez personne d'autre.

— Toi… Kasu, et pas mal de voyage. J'ai bon ?

Avec sa voix plate, l'ombre de l'ombre même d'un sourire sembla sortir son visage de cette horrible apathie pour le faire paraître tout juste morne. Enivré par le délicieux breuvage, il finit son verre.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Mar 24 Mai - 22:54


Contre le meilleur Umeshu de Yokuni que Riyu lui servait avec bonté, l'homme en habit d'Omnyoji daigna à peine desserrer les lèvres pour révéler enfin en une brève et sèche parole qu'il venait du village Yokaï de Kegare. Bien sûr, cela était un mensonge car il n'y avait pas de Yokaïs aptes à vivre sur les terres claniques de Yokuni venant de ce territoire honni et Riyu prit cela comme de la provocation. C'était bien trop cher payé pour un unique mot ! Pas qu'elle manquait de moyens, mais c'était là son alcool, sa précieuse boisson favorite et elle s'en servait non seulement pour faire connaissance, mais également afin de se calmer dans les situations critiques et il n'y avait rien qui ne l'énervait plus qu'une gourde d'Umeshu vide ! Le pire étant qu'il avait pu cracher cela par plaisanterie mais son visage n'exprimait absolument rien mise à part une profonde monotonie. Cet homme était étrange...et c'était cela qui intriguait Riyu en réalité. Mais là, il commençait doucement à lui taper sur le système.

Puis, il sembla la jauger. Oui, la jauger, mais sans changer ce regard mort avec lequel il jugeait si impitoyablement le monde. Et d'un coup d'un seul, de quelques mots simples et efficaces, il releva la teneur de son enfance comme s'il avait toujours été à ses côtés. Bien sûr, elle en fut vivement impressionnée. Riyu ne cacha d'ailleurs rien de son étonnement :

"Ouaaah...C'est ça, parler aux Kami ? C'est chouette !! Tu peux tout deviner ? Absolument tout ?!"

Naturellement, elle forçait le trait mais paraissait un peu plus vive qu'aux dernières nouvelles, fortes en alcool.

"C'est exactement ça." dit-elle en claquant ses mains l'une dans l'autre avec une naïveté toute feinte. "Merci de m'avoir montrée ton don... Mais Kegare, je connais pas. Ce doit être certainement un joli petit village sans histoire. Non ?"

Avec ce nom là, non, bien sûr.

"Au fait, j'ai vu que tu portais des armes, pas vrai ? Tu crois faire peur à qui ? Tu penses pas que c'est plutôt aux samouraïs de vous protéger ? Je dis ça pour toi, hein. Je voudrais pas que tu manques aux Kami ni aux tiens parce que t'as été trop présomptueux."


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Dim 29 Mai - 22:34

L'excitation soudaine de la fille était comme rebutante, inversant l'effet positif qu'avait pu avoir l'alcool sur lui. Allons bon, il était tombé sur une pimbêche sans la moindre jugeote, sérieusement ? N'avait-elle personne de plus intéressant à venir embêter ? Comment avait-elle pu même s'attacher à sa présence, alors qu'il faisait tout pour s'effacer au reste du monde, préférant rester tranquille quand il buvait son sake ?
Malgré son immobilité physique et son regard aussi profond et vide qu'un gouffre sans fin, son esprit s'était légèrement agité, partagé entre l'idée de s'intéresser à cette femme qui cachait peut-être quelque chose ou de n'en rien faire du tout. Il aurait pu lui demander de déguerpir, mais son regard glissa sur la gourde. Non, il aimait son alcool et il aurait fallu de toute façon faire bien plus d'efforts qu'il n'était prêt à en donner pour la convaincre, comme lever la voix et s'agiter de manière plus ou moins convaincante. Son énergie était telle qu'il n'était même pas certain d'y arriver si elle se montrait plus tenace qu'elle ne le laissait déjà entendre.

— Ah, ça non ! Répondit-il, légèrement amusé par tant de naïveté. Seulement ce que les esprits veulent bien me dire.

Pour sa part, il n'y avait aucun shikigami et seule l'acuité de son esprit lui permettait d'endosser son rôle de plus ou moins imposteur. C'était son petit secret. D'un autre côté, il ne se débrouillait pas si mal pour n'avoir pas été véritablement élu, sans doute bien mieux que la plupart de ces imbéciles qui ne se reposaient que sur leurs compagnons plutôt que sur leurs véritables capacités, même si elle devaient être des plus médiocres.
L'essentiel était qu'il avait réussi à en deviner suffisamment pour qu'elle le croit. Il ne s'était pas attendu à ce que ses prédictions soient aussi précises, puisqu'il y avait là toute une part de hasard, mais la chance semblait lui avoir souri. Peut-être devrait-il en profiter ce soir pour jouer quelques parties ? Oh ce n'était pas vraiment important, c'était bien plus amusant d'escroquer les autres, en vivant constamment avec la tension de ne pas se faire démasquer, tout comme il le faisait pour son rôle d'Omnyoji.

— Eh bien… Il prit un instant pour réfléchir. Je suppose que oui, on peut dire ça comme ça.

Tranquille, oui ça l'était peut-être pour ses véritables habitants, et encore il était loin d'en être certain. Tranquille à leur manière, disons, tout comme il aurait pu associer sa tranquillité d'esprit à un féroce combat. Chacun sa conception des choses et sa propre façon de penser, n'est-ce pas ? Son ignorance le fit sourire pourtant, quand parmi ses congénères, ce village était si célèbre. Se pouvait-il qu'on en parle si peu dans les autres castes ? À moins qu'elle ne soit totalement idiote, mais il n'avait pas encore éclairci ce point.

Les mots suivant firent naître plus qu'un sourire sur son visage et il se permit même de rire légèrement, amusé par cette remarque. Ah ! Le travail des samouraï, voilà un sujet qui lui était fort plaisant !

— Mais tout à fait ! Loin de moi l'idée d'outrepasser leur si noble fonction, cependant il serait sans doute prétentieux de ma part de m'accaparer constamment la présence de l'un d'entre eux quand ils ont déjà tant à faire !

L'ironie frôlait presque ses lèvres, il se serait bien mis à éclater de rire et à se moquer de sa propre méchanceté, à moins qu'il ne s'agisse de l'amusement que créait cette conversation. Mais il s'efforça de rester sérieux, n'échappant sa raillerie qu'avec subtilité. Pour les Onmyoji des temples et des villes, de ceux qui ne partaient jamais, il était bien certain qu'aucune de ces armes ne leur serait jamais utile. Naraku, lui, ne vivait pas avec autant de facilité, sa fonction première l'y obligeait et le voyage faisait partie intégrante de sa vie, pourtant il n'avait fait que renforcer ce phénomène, profitant de son inconstance pour chercher ce qu'il y avait de plus terrible et de plus dangereux.

— Je suis itinérant. Et chasseur de yokai, précisa-t-il, pour que sa phrase précédente prenne enfin tout son sens.

Il était certain maintenant que le port de ses armes était largement justifié. Il n'avait probablement aucune raison d'être accompagné sur les routes, à moins de se payer des mercenaires et les samouraï n'étaient pas faits pour traquer les yokai. C'était bien heureux, sans quoi il n'aurait plus eu de travail du tout, en dehors des quelques tâches terriblement lassantes dont il devait s'occuper parfois, mais qu'il évitait comme la peste.

— Et toi, qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Questionna-t-il, délaissant le marbre pour un air presque intéressé.

Il avait finalement opté pour l'étudier et déceler ce qu'il pouvait y avoir derrière cette apparence, si jamais elle n'était pas aussi creuse qu'elle voulait bien le montrer. D'un simple geste, il poussa son verre jusqu'à elle pour qu'elle le resserve. Il était bien disposé à écouter ses jérémiades, mais il avait besoin d'un minimum d'alcool pour ça.

— Délicieux ton umeshu, ajouta-t-il. Et c'était un bien faible mot face à l'alcool à peine buvable que l'on pouvait parfois servir ici. Avec l'habitude, il arrivait bien à faire sortir quelques bouteilles du placard de ces taverniers ingrats, mais c'était à peine mieux.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Ven 24 Juin - 15:35


Une lueur subtile qui n'aurait pas échappé aux plus observateurs vint poindre dans l’œil valide de Riyu. Elle débutait d'obtenir ce qu'elle voulait par son jeu de révélation et de dissimulation, car de son point de vue, ce n'était qu'un jeu, celui en fait, auquel jouait son nouvel et insolent compagnon de boisson. Elle n'avait fait que rejoindre la partie.

Il avait donc dit venir de Kegare, avait plus ou moins approuvé que cela était un charmant petit village ? Bien sûr, il ne l'était pas et tout le monde le savait. "Kegare", "souillure", le repère des Yokaïs prédateurs. Alors, elle ne sut déceler ni la vérité, ni le mensonge dans ses dires suivant. Il était rare qu'un Omnyoji porte une arme de manière aussi voyante, la majeure partie de ces gens-là étaient paradoxalement des humanistes profonds et avaient trop bon coeur pour prendre part à un conflit. Quand bien même il s'agissait de se défendre, à condition que la menace soit autre qu'inhumaine, ils préféraient laisser cela à d'autres. Bien sûr, Riyu était consciente que ce ne devait être là que des préjugés mais que les Kami aient accordé de respectueuses capacités au-delà des dons claniques à un bretteur la gênait véritablement.

"Je suis samuraiko, dans l'infanterie et affectée à la capitale."dit-elle, simplement. C'était là un demi-mensonge, mais ils étaient de ceux qui fonctionnaient le mieux, encore fallait-il en connaître toutes les limites. "D'ailleurs, pardonne-moi ma leçon tout à l'heure, j'ai été éduquée à cloisonner les différentes castes.  Chacun son boulot, tu vois ?...C'est peut-être idiot..."

En le servant une nouvelle fois, elle avait presque oublié comment cet homme pouvait semer le doute en elle. Il avait tout de même deviné qu'elle avait voyagé durant sa petite enfance, ce qui n'était pas une information publique. C'était là encore un point gênant, cependant, elle n'était pas là pour découvrir qui il était réellement, ou plutôt, elle désirait l’intéresser, ce qui viendrait ensuite ne serait en fait que du bonus.

"Okaruto, c'est vrai que c'est un nid à Yokaïs quand on y pense...Des forêts hantées, des phénomènes surnaturels à gogo, peut-être parce que nous sommes affiliés à Izanami. Mais Kasu me semble à peu près protégée, non ? En d'autres termes: Qu'est-ce qui t'amène ? Une envie de prendre du repos ?"


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Dim 10 Juil - 18:33

En écoutant sa réponse, il n'était pas tout à fait sûr qu'elle lui disait entièrement la vérité, mais elle n'avait après tout aucune raison de le faire, si ce n'était ce bushido qui leur imposait un minimum de sincérité. Une samouraiko ? Ce n'était pas vraiment étonnant à la vue des armes qu'elle arborait, mais elle semblait avoir son âge et ne devait pas stagner au plus bas de l'échelle, à moins qu'elle ne soit aussi idiote qu'elle voulait bien le montrer. Il n'y croyait pas trop à vrai dire, mais ne s'intéressait pas plus que ça à l'influence qu'elle pouvait avoir dans le monde de la noblesse guerrière.
Les rôles n'étaient pour lui qu'un masque trop pratique derrière lequel se cacher, ils n'expliquaient souvent en rien ce qui faisait une personne, surtout lorsqu'on héritait d'une fonction sans jamais l'avoir choisie soi-même. Qu'aurait-il fait s'il n'avait pas été recueilli par Danzo ? Lui aussi aurait pu rester un être faible et insignifiant. Sans guide, sa vie n'aurait jamais eu le moindre sens, quand elle en avait déjà si peu aujourd'hui.

— Eh bien, le cloisonnement n'est pas plus mal. Il serait regrettable que les petits samouraï d'Okaruto se fasse dévorer par le premier yokaï venu quand je n'en ferais moi-même qu'une bouchée et je n'aurais certainement pas envie de passer tout mon temps à faire régner l'ordre, comme vous savez si bien le faire, rétorqua-t-il amusé.

Qu'on lui laisse ses proies, elles étaient bien plus intéressantes que le premier bandit ou voleur qu'il fallait pourchasser. Il n'aimait ni les casernes ni les patrouilles, il préférait agir plutôt que de se livrer à un simple métier de présence, destiné à n'agir qu'en cas de problème. Aimerait-elle, elle, aller à l'assaut des monstres et horreurs en tout genre et devoir compter parfois davantage sur ses connaissances et sa préparation que sur la maîtrise de son sabre ?
Il se demandait ce qu'elle valait au combat. Était-elle forte ?

Son attention se laissa pourtant à nouveau happer par le délicieux breuvage qu'elle venait de servir derechef et, sans se presser pour autant, il attrapa son verre pour en boire une fine gorgée, la laissant imprégner son palais un instant avant de l'avaler.

Naraku aimait le côté direct de cette femme, même si cette fois, elle chercha plus ou moins à emballer ses questions par un discours sans saveur. Il sourit légèrement. S'était-il trompé ? Elle n'avait pas l'air d'avoir voyagé tant que ça, à moins qu'elle n'ait tout simplement pas croisé beaucoup de yokai. C'était possible, crédible, pour qui ne les pourchassait pas.

— Ce genre de lieu, il en existe dans tout Yokuni. Ce ne serait pas amusant sinon, après tout, rétorqua-t-il.

C'était surtout une valeur sûre lorsqu'il s'ennuyait et qu'il avait besoin d'un combat avec un minimum d'intérêt. Il pouvait tout aussi bien défier quelques samouraï qui ne se montraient jamais trop mauvais au combat, à l'exception de quelques-uns sans doute, mais il s'évitait au moins quelques inconvénients par ce biais-là. Aucune autorité ne pouvait le blâmer pour les débarrasser des monstres dont ils n'arrivaient pas eux-mêmes à se défaire et cela satisfaisait au moins son goût pour le sang.

— Kasu ne sera jamais totalement protégée de toute menace, commença-t-il, ignorant au premier abord ses questions.

Il était certain qu'une marée d'entre eux grouillait dans les rues, ils étaient seulement plus intelligents ou plus pacifistes, cherchant à ne pas se faire repérer et agissant dans l'ombre. Ici, yokai ou humain était un ennemi pour lui s'il cherchait à nuire au clan et c'était l'un de ces rares endroits où le travail des samouraï et des shinobi pouvait se confondre, les uns agissant en plein jour et les autres dans l'ombre.

— Mais tu as raison, ce n'est pas pour ça que je suis ici. Simplement une réunion avec quelques confrères et qui sera probablement parfaitement ennuyeuse. Mais qu'est-ce que je peux y faire ? Soupira-t-il avec un ennui qui ne faisait que renforcer ses paroles. Et toi ? C'est la pause dans ta division et tu es venue ici pour boire un peu de sake ? À moins qu'il n'y ait quelque désordre par ici que tu doives régler ? Tu n'es pas venue pour m'arrêter au moins, j'espère ? Ricana-t-il.

Ce genre de circonstance aurait pu être drôle et lui laisser apercevoir un joli combat, mais il n'avait pas non plus envie de se retrouver avec toute la garde à ses trousses, alors qu'il venait ici de manière presque officielle, pas en tant qu'onmyoji cependant. Alors qu'il continuait à boire, il en revenait toujours à cette idée qui le tenait à cœur.

— Je ne viens pas souvent à Kasu, alors dis-moi, qu'est-ce que vaut un samouraï ici ?

En prononçant ces derniers mots, il avait levé les yeux jusqu'à elle, plongeant un regard cette fois bien plus vivant dans le sien.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Dim 16 Oct - 20:39


Ses paroles transpiraient tout le mépris qu'il éprouvait contre les samouraï et ce n'était pas la première fois qu'elle l'entendait parler ainsi de la noblesse militaire. Riyu se demandait ce qui le poussait à faire tant étalage de son dégoût outre qu'il semblait croire que les combattants de l'armée régulières ne valaient rien contre un YokaÏ. Rien ne pouvait être moins vrai, leur devoir étant de protéger les populations de l'Empire avant tout et il semblait alors à Riyu qu'il ne disait cela que pour la provoquer. En guise de réaction, elle le servit et se servit une énième fois.

D'autre part, elle n'avait jamais entendu parler d'autres forêts hantées que celle de Kumo, ni de coutumes centrées sur les Yokaï comme celles Okaruto. Non, rien de tout cela. Et elle devinait avec assez de précision que son grand-père qui guidait ses pas lorsqu'elle était enfant ne risquaient pas leurs précieuses existences dans des nids à Yokaï. Alors, la réponse de l'Omnyoji ne l'étonna pas outre mesure et son expression resta la même, attentive et souriante.

Il disait être venu pour une réunion...à Kasu, ce qui était plutôt curieux, les religieux de son genre s'attroupant plutôt aux abords du temple principal. Elle rit innocemment avec lui, ignorant tout à fait sa moquerie lorsqu'il lui disait espérer qu'elle ne l'arrête pas et cette remarque la fit s'interroger sur son innocence. Il venait d'avouer par là qu'il avait sans doute des choses à se reprocher mais là n'était pas le propos. Cette pensée ne dura qu'un infime instant, trop peu pour marquer sa mémoire. D'autant plus que Riyu détestait simplement gâcher ses soirées par des arrestations intempestives et endosser un rôle si rabat-joie lors de ses rares moments de plaisirs, d'autant plus que ce n'était plus ses attributions.

Enfin, alors qu'il lui demanda la valeur des samouraïs Okaruto, elle posa le verre qu'elle sirotait jusque là et lui rétorqua dans un sourire autant carnassier que malicieux, ses yeux ambrés renvoyant l'éclair qu'il lui adressait :

"Les troupes de Kasu et celles d'Okaruto sont l'Umeshu au milieu des tords-boyaux et des alcocols frelatés de Yokuni."

Ce fut tout. Elle ne pensait pas sincèrement ce qu'elle disait cependant, elle était patriote, certes, mais elle ne sous-estimait pas les différentes forces de l'Empire. Cependant, Riyu désirait parfaitement sûre d'elle et pour un instant, son assurance d'officier brisa tout-à-fait sa faible coquille de samouraïko ingénue. Elle avait vu clair dans son jeu, malheureusement, elle ne révélait pas si aisément ses capacités. Elle n'était pas de celle qui en faisait l'étalage sur simple demande et même si elle s'était révélée par là plus fine que ce qu'elle avait bien voulu lui montrer jusque là et qu'elle appréciait cette lueur naissante qui lui était dédiée dans ce regard si sombre, la guerrière attendait qu'il paye plus chèrement son spectacle.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Sam 10 Déc - 3:08

La discussion semblait atteindre des limites ou du moins, elle ne prenait pas vraiment la peine de répondre à ses piques, ce qui s'avérait au final être plutôt ennuyeux. Il n'était pas dans le genre très bavard, mais après tout, si elle était venue l'importuner, il n'allait pas être totalement silencieux, ou plutôt, puisqu'elle servait un umeshu plus que correct, il n'avait pas tout à fait envie de la voir partir aussi vite qu'elle était arrivée.
On ne pouvait pas avoir toutes les qualités, aussi sa conversation était des plus déplorables et il partit sur le principe qu'il valait mieux laisser tomber. Quand elle en aurait marre de le regarder dans le blanc des yeux, il n'aurait plus qu'à se consoler sur une autre bouteille, tant pis si elle était terriblement mauvaise. Il n'avait rien de mieux à faire pour ce soir et puisque le lendemain était parti pour être ennuyeux à mourir, il préférait encore y aller dans un état déplorable où il aurait plus à se concentrer sur son mal de tête que sur ce qui se disait autour de lui.

Machinalement, il but une nouvelle gorgée du verre qu'elle venait tout juste de resservir. Il était bon, trop bon peut-être, il allait finir par s'y habituer.

Son rire en revanche, peut-être pas. Il sonnait ridicule et il se disait de plus en plus qu'elle était loin d'être aussi cruche qu'elle voulait le faire croire. Que pensait-elle ? Qu'avait-elle envie de rétorquer ? Une part de lui avait envie de briser cette coquille pleine de supercherie par n'importe quel moyen, l'autre n'avait juste pas la force d'y réfléchir une seule seconde.
Comme d'habitude, il stagnait dans son immobilisme, en proie à un ennui qui n'avait rien de mortel, malheureusement.

Pourtant, sa dernière question sembla provoquer en elle un tout autre effet, de quoi le tirer de cette torpeur qui le saisissait peu à peu, inexorablement. Son sourire, son regard, tout était bien différent de la femme qu'il avait eu en face de lui jusqu'à maintenant. Pendant un bref instant, son regard s'accrocha au sien, visiblement plus intéressé par ce qu'il voyait.
L'umeshu au milieu des tords-boyaux ? Si les troupes dont elle parlait était des combattants aussi doués que ce qu'il buvait était intéressant, il était certain qu'il aurait de quoi s'amuser pour un moment. Cela dit, s'il ne connaissait pas très bien ce qu'il en était pour Kasu, il avait eu l'occasion de goûter à quelques samouraï d'Okaruto et s'il n'aurait pu juger s'ils étaient un peu meilleurs ou plus pathétiques que ceux d'un autre clan, il était au moins certain qu'ils n'avaient rien de très impressionnant. Elle, à côté ? C'était à peu près sûr qu'elle se situait maintenant au-dessus du premier samouraï venu, mais si un échange de regards ou une conversation permettait d'évaluer un niveau, il aurait sans doute cessé de se battre depuis longtemps.
Pourtant, malgré cette première étincelle , elle semblait toujours réticente à lui en donner plus. C'était un jeu, mais un jeu qui lui paraissait de plus en plus ennuyant, même si c'était ce qu'il avait de mieux à s'offrir pour ce soir, visiblement.

Finalement, il éclata de rire. Pas si fort au milieu du brouhaha qui planait autour d'eux, signe de la pleine vie des autres buveurs, mais sarcastique, méchant.

— De l'umeshu, vraiment ? Si vous avez l'air de vous y connaître en bon alcool, c'est loin d'être le cas en matière de soldat. À moins que Kasu forme cette fabuleuse exception, ceux d'Okaruto sont aussi minables que les autres. Seuls et sans personne pour leur donner des ordres, ils ne vaudraient pas grand-chose, lâcha-t-il froidement.

Si seulement on pouvait lui prouver le contraire bien sûr. Son regard, à nouveau devenu bien vide, la fixait sans hésitation, il souriait, mais cela lui donnait un air cruel qui aurait donné froid dans le dos au premier venu.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Dim 15 Jan - 4:03


Alors qu'il éclatait de rire, elle porta de nouveau sa coupelle à ses lèvres pour la finir d'une traite et la poser d'un geste sec sur le bois de la table. Le signal ainsi donné firent se retourner les quelques guerriers Okaruto encore en forme dans cette taverne grouillante de monde. Certains roulaient sous les tables, mais un bon nombre était encore alerte. Ils buvaient depuis leur plus jeune âge et s'étaient donc assez exercé pour savoir résister à quelques gorgées d'alcool et pouvoir tendre leur cou jusqu'à constater ce qui avait énervé leur Taisho. De toutes évidences, cet homme était fou de provoquer ainsi Dokugan Ryuu. Ayant terminé son pamphlet à son encontre et surtout à celui de ses hommes, il souriait pourtant avec cruauté et semblait tout à fait ignorer ce qu'il se tramait autour de lui. Déjà, les soldats Okaruto dardaient des regards assassins sur sa courte silhouette.

"Il y a là toute une file de samouraï Okaruto que vos paroles pourraient vexer, Onmyoji. Mais ils sont conscient que je ne tolérerai pas la moindre incartade entre ces murs...Vous prenez des risques inconsidérés. Est-ce l'alcool qui vous est monté à la tête pour proférer ainsi de tels ignominies ? Ma lame ne saurait se tâcher du sang d'un saoulard."

Elle répondit à ce sourire par un regard dur et acéré avant de boucher sa gourde enfin, en signe d'hostilité, et de la ranger sur son côté. Elle croisa les bras ensuite et leva le nez avec mépris. Un dragon n'était proche du reptile qu'en apparence. En réalité, il avait le sang chaud.

"Je devine à votre vouvoiement que vous avez deviné ce que j'étais et, croyez moi, vous avez bien de la chance d'être tombé sur moi. D'autres n'auraient pas considéré que vous puissiez vivre après ça. Cela dit, j'exige des excuses."


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 



Dernière édition par Kasuga Riyu le Dim 22 Jan - 3:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Dim 22 Jan - 2:06

Était-ce simplement les éclats de son rire ou la tension qui montait peu à peu ? Même au milieu de la bruyante taverne, leur échange commençait à se faire remarquer et Naraku sentait tout autour de lui ces regards qui se posaient sur eux, ces oreilles qui tentaient de capter quelque chose dans leur échange. Il n'avait pas spécialement cherché à prendre à parti les guerriers et autres alcooliques qui se trouvaient ici, mais puisque son interlocutrice faisait la difficile dans ses provocations, il avait bien fallu monter le ton.
Est-ce qu'elle allait rester éternellement calme, capable de résister à chacune de ses piques, alors qu'il se montrait de plus en plus insolent ? Naraku n'avait jamais entendu parler nulle part de sa légendaire patience et ce serait une belle preuve de faiblesse que de s'écraser constamment. À force de l'observer, d'après les informations qu'il avait et au fil de la conversation, il était désormais à peu près certain de l'identité de la personne qui se trouvait en face de lui et ses impitoyables méchancetés finiraient bien par lui donner une irréfutable confirmation.

Maintenant qu'il était là et que leur première rencontre avait été avancée de quelques heures, il ne comptait pas la laisser repartir sans avoir obtenu ce qu'il voulait. Elle pouvait bien prendre sur elle-même, à moins de se laisser totalement humilier, il allait bien réussir à lui forcer la main. Il n'avait pas tant de réserve quand la fin justifiait les moyens et il n'avait désormais aucun scrupule à inclure toute victime collatérale.
Son sourire ne perdit pas de son assurance, quand elle lui répondit. Quoi ? C'était tout ? Qu'est-ce qu'elle croyait ? Comme si le prévenir des risques qu'il encourait allait le dissuader de quoi que ce soit. Visiblement, elle l'avait très mal jugé. Ses hommes étaient prêts à obéir bien sagement et à se tenir tranquille, très bien. Comme c'était drôle. Ça ne le forçait en rien à faire de même, n'est-ce pas ? Lui n'avait aucun supérieur présent en ces lieux, les seuls qu'il avait se trouvaient en être deux personnes qu'il ne voyait quasiment jamais et qui auraient bien eu du mal à lui faire faire ce qu'il ne voulait absolument pas.

— C'est bien, je vois que vous savez tenir vos chiens en laisse. Qu'est-ce que je dois faire, vous décerner une jolie médaille pour cette belle prouesse ? Cingla-t-il, à deux doigts d'un nouvel éclat de rire.

Sa méchanceté n'avait plus rien de déguisé et il s'amusait à poursuivre ses insultes sans trembler. Son regard était même bien ancré dans le sien, provoquant, froid, intense, prouvant largement qu'il irait jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'elle cède.

— Ne jouez pas les idiotes avec moi, aucun habitant d'Okaruto ne serait soûl après avoir bu seulement quelques ve...
— ASSEEEEEZ ! Hurla un homme, visiblement doté de moins de patience que sa supérieure, à moins qu'il n'ait pris le verre de trop.

Il l'avait bien enflammé celui-là, au point de dégaîner son sabre et de se jeter sur lui. Petite frappe. Naraku se tourna aussitôt dans sa direction, plongea un regard aussi froid qu'impitoyable, plus acéré que deux poignards, dans le sien. Il ne lui fallut qu'une fraction de seconde pour dégainer l'un de ses kodachi et l'enfoncer brutalement dans son ventre, stoppant net son attaque sous l'effet du choc. En un regard, un simple geste, il avait dévoilé l'aura d'un guerrier auquel on n'avait pas envie de se frotter sans raison.
Puis il le repoussa de la force de son bras pour dégager son arme. L'homme s'effondra, figé entre la douleur et la surprise. Il avait visé un point vital et, à moins qu'on ne l'achève, il ne ferait que subir une longue agonie.

— Je n'avais pas fini de parler, lâcha-t-il froidement, pire, totalement indifférent à ce qui venait de se passer, comme s'il s'était simplement contenté de punir l'impertinent. Rapidement, il avait redirigé toute son attention vers sa première interlocutrice. Je pense que le seul risque inconsidéré qu'il y a se trouve juste en face de vous. Vous n'aurez pas la moindre excuse et vous feriez bien de calmer vos hommes si vous ne voulez pas tous les voir mourir sous vos yeux. Il n'y a qu'une seule personne ici que j'ai envie d'affronter.

Le sang coulait encore de sa lame découverte, créant une petite flaque sur le sol. Il n'avait pas rengainé, peu désireux de salir son fourreau ou ses vêtements. Son autre main s'était placée sur le manche de sa deuxième arme, il était prêt à réagir au moindre mouvement et ce ne serait pas sans effusion de sang. Les hommes pouvaient très bien tous se jeter sur lui, dans ce terrain encombré où ni leurs armes longues ni leurs habitudes et encore moins leur nombre ne leur procuraient beaucoup d'avantages ou bien ils pouvaient juste sortir dehors, tous les deux, et entamer ce duel qu'il comptait bien provoquer, d'une manière comme d'une autre. Naraku la dardait d'un regard terrifiant, attendant sa réponse, les dés étaient maintenant entre ses mains.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Jeu 2 Fév - 20:16


Loin de l’écouter, l’insolent ne paraissait pas vouloir cesser ses insultes. Pire, il repoussait les limites que lui avaient imposé Riyu. Cependant celle-ci décidée à voir tarir le flot haineux de son vis-à-vis sans bouger, se contentait de le considérer durement. Il n'était pas le premier à vouloir la provoquer à présent qu’elle était devenue Taisho et elle était bien peu désireuse d'obéir à ce qu’il aspirait avec ostentation, trouvant que cela aurait constitué pire déshonneur encore.
Malheureusement, il semblait que ses hommes n’avaient pas saisi ses pensées...

L’un d’entre eux, fatigué d’entendre le nouvel arrivant le salir lui et ses compagnons aussi impunément, et surement bien éméché, cria son dégoût et sa colère avant de foncer, arme au poing et rivée sur celui qui avait eu le culot de les provoquer. L’autre quitta sa place, dégaina et enfonça son arme dans le ventre de l’assaillant en un instant, plongeant par la même la salle dans une stupeur macabre.

La mine de Riyu se rembrunit, quelqu’un cria, les soldats ne surent quoi faire.

«Yûtoo !»

Le désespoir du cri de ce frère fut renforcé par le silence de la salle. Il poussa quelques uns des siens et courut vers son ami dont le sang abreuvait les planches de l’auberge.

«Je vais te pourrir, sal… !»
«Suffit ! ...Allons dehors.» l’interrompit Riyu.

Cela lui faisait mal de l’admettre, mais celui qui la voulait comme adversaire avait raison. Si elle ne faisait rien, cette soirée se terminerait pire encore, à l’opposée de la manière dont elle avait commencé. Ainsi, la Dragonne éborgnee suivit sagement le meurtrier alors que deux, trois, quatre de ses hommes s’aglutinaient pour tenter de sauver le pauvre Yûto.

D’autres essayèrent de la retenir, un l’attrapa même par le bras et la prévint qu’elle n'était pas encore remise de ses blessures, mais elle n'écoutait pas, l’esprit tout au combat qu’ils allaient entamer. La guerrière se dégagea doucement, le regard dans le vague ou plutôt concentré sur son adversaire. Une fois qu’ils furent sortis et que rien ne saurait empêcher le bon déroulement du duel, elle dégaina son katana et se mit en garde.

«Kasuga Riyu...» déclara-t-elle dans la nuit. «...cheffe des armées Okaruto. Et toi ?»

Répondant au regard qu’il lui avait lancé tantôt, celui nacré et doré de Riyu le surveillait froidement, seulement animé par les lueurs dansantes des feux de nuit de Kasu. Prêts à analyser et à déjouer tous les assauts de cet étrange adversaire.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Dim 26 Fév - 8:02

Si jusqu'alors les choses auraient pu retomber plus ou moins d'elles-mêmes, que chacun aurait pu repartir avec sa fierté ou son mépris, son coup d'estoc avait définitivement rompu le trop fragile équilibre. Folle imprudence, impétueuse pulsion face à sa soif intarissable de violence et de sang, il n'avait pas réfléchi une seule seconde avant de tout faire voler en éclat. Le calme et méticuleux homme qu'il était d'ordinaire s'était laissé dévorer par le démon, comme tant d'autres fois.
Les cris le laissèrent pourtant froid. Il n'y avait là pas un sourire, pas un éclat susceptible de briller dans ses yeux, mais plutôt l'air d'une bête sauvage. Il avait tué parce qu'il s'était jeté sur lui ; on n'approche pas impunément quelqu'un l'arme au poing sans en subir les conséquences, surtout pas avec lui.

Dans l'éclair qui suivit, c'était tout le reste de l'assemblée qui voulu se jeter sur lui pour lui faire payer son affront et il était prêt à se défendre avec la même ardeur – s'il ne pouvait atteindre sa cible, au moins pourrait-il se contenter de verser leur sang – mais la récente taisho sut cette fois retenir ses chiens. Muet, toujours sabre en main, simplement parce qu'il ne voulait pas souiller son fourreau, il se dirigea le premier vers la sortie, les uns s'écartant sur son passage, les autres tentant de retenir celle qu'il avait durement provoquée. Rien ne sembla pouvoir la ramener à la raison pourtant, ni les mots, ni les gestes et elle le suivit de près jusque dans la rue qui allait abriter leur duel.
Ce n'était pas n'importe quel combat qui l'attendait, pas un simple en tout cas et Naraku n'était pas du genre à sous-estimer ses adversaires, préférant tout au contraire leur révéler rapidement sa véritable force. S'il pouvait parfois s'assimiler à un chat jouant avec une souris, son plaisir s'atténuait bien vite.

Il s'était donc lui aussi focalisé dans une concentration des plus martiales, sans plus se soucier du danger que pourrait représenter leur entourage, même parmi ceux qui les accompagnaient pour profiter de la scène. Les samouraï pouvaient bien avoir leur avantage.
Face à face, distancés de suffisamment de pas pour se trouver hors de portée l'un de l'autre, leurs regards se croisèrent à nouveau, se fixèrent sans ciller un long moment. Il n'était pas vide cette fois-ci, pas plus qu'il n'attestait d'une quelconque ivresse, il s'était mu en un puits de noirceur, révélant l'éclat impitoyable du guerrier qu'il était parfois. Elle avait dégainé son katana pour se mettre en garde, dominant aisément l'allonge de son simple kodachi ; il s'était contenté de rester droit, l'arme baissée, comme s'il n'était pas encore prêt à combattre, il l'était pourtant.

La taisho se présenta, répondant probablement à l'étiquette d'un duel de samouraï, mais elle aurait pu se passer de tous ces mots futiles, puisqu'il connaissait déjà autant son nom que son titre. Peut-être voulait-elle simplement connaître le sien, à lui qui ne s'était pas donné la peine de se présenter jusqu'à maintenant. Il ne le faisait que trop rarement, les noms n'avaient dans l'ombre pas tant de d'importance.

— Jigoku. (*)

C'était tout. Ça n'avait pas tellement de valeur pour le moment, elle aurait bien l'occasion d'entrevoir plus tard la vérité, l'une d'entre elle, à moins que ce duel ne s'avère être plus sanglant que prévu.

La samouraïko semblait vouloir lui laisser l'initiative. Il préférait laisser venir ses adversaires jusqu'à lui, mais il n'allait pas attendre que le soleil perce l'horizon de ses premiers rayons. Ainsi, lorsqu'il se sentit assez satisfait d'avoir contemplé ce regard doré, empreint de détermination, refusant de lui céder quoi que ce soit, il bondit à grande vitesse jusqu'à elle, abattant sans pitié sa lame qu'elle bloqua immédiatement. Ce n'était là que l'ébauche d'une suite de mouvements bien plus redoutables dont il entama instantanément la singulière danse. Allait-elle lui faire dégainer son deuxième sabre ? C'était le minimum qu'il pouvait espérer venant d'une taisho.


------------------------------------------------------------------
(*) Jigoku (地獄) signifie « enfer ».



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Jeu 9 Mar - 21:46


Jigoku, s'était-il froidement présenté, mais quelle sorte de combattant était-il pour oser cela ? Il y avait bien trop de choses qu'il aurait dû se garder de faire et celle-ci serait sans doute la dernière. Riyu était bien loin de le sous-estimer pourtant, elle avait été témoin de l'agilité qui fut la sienne lorsqu'il tua Yûto et était encore spectatrice de la lueur malsaine qui animait son regard jusque là bien morne. Cet homme était un combattant émérite, mais elle était Taisho. Devant ses hommes, elle ne pouvait que le punir, peut-être par la mort pour avoir été si détestable. En tout cas, la jeune femme laisserait libre cours à ses pulsions et à ses coups, bien décidée à lui rendre la monnaie de sa pièce et à le voir mourir de peur devant l'autorité.

Sa force ne fut pas impressionnante lorsqu'il bondit sur elle, aussi le para-t-elle avec aisance. Les suivants, cependant, lorsqu'il posa les pieds à terre, firent pleuvoir sur elle un style que Riyu n'avait tout bonnement jamais vu en dix ans de carrière, sans garde ni standard, seulement basé sur une furtivité et une souplesse ahurissantes. Prise dans la contemplation de celui-ci, elle dévia de peu une estocade qui lui griffa la joue, tout proche de son œil aveugle devant ses soldats inquiets.

Cependant, la guerrière ne se laissa pas plus impressionnée et aiguisa de nouveau ce regard qui fut le sien au tout début du combat. Campée sur ses appuis, elle détailla chaque mouvement de son seul œil valide et para les coups autant que possible, son katana assez long pour couvrir une grande surface. Lorsqu'elle sentit qu'il dut marquer un temps dans ses coups, elle passa elle-même à l'offensive. Le rendant malade à cause de la boisson qu'il avait ingurgité, elle fit décrire à son arme une taillade transversale qu'il dut parer à son tour, pour racler sur son arme et forcer le passage. Riyu esquissa alors un rictus carnassier.

"Jigoku, hein ? Laisse-moi rire ! As-tu déjà mérité tel nom pour oser t'en vanter ?"


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Lun 27 Mar - 2:23

Son rôle d'onmyoji l'avait rendu un peu plus bavard et vivace que d'ordinaire, mais depuis qu'elle avait accepté le duel, il s'était littéralement transformé. Cela n'avait pas réduit ses provocations pour autant, mais au sein de son esprit, il était déjà en train de jauger son adversaire, d'y graver chaque information qu'il recevait au cours de leurs échanges. Il ne visait pas à prendre davantage de décisions, mais simplement à s'adapter à ses parades et aux coups qu'elle allait engager contre lui. Dans ces premiers instants, il ne fut pas déçu par ses réactions ni par ce qu'elle lui montrait d'elle. Ce n'était plus la samouraïko insignifiante qui s'était présentée devant lui sans raison, mais bel et bien un véritable guerrier, prêt à tout donner dans cet affrontement. Jusqu'à quel point pouvait-elle aller ? Il n'avait pour une fois pas encore d'idée précise quant à l'issue du combat ; cette pensée le fit sourire.
Ce n'était pourtant pas suffisant, c'était à peine ce qu'il pouvait attendre d'elle quand on connaissait sa réputation, et encore. Tout allait si vite dans un combat dont il savait les prochaines passes déterminantes, cruciales pour qu'il sache si oui ou non elle en valait la peine.

Sa première succession d'attaques ne donna rien d'autre qu'une éraflure dont ni l'un ni l'autre ne se souviendrait et lorsqu'il fut contraint de marquer une légère pause dans sa pluie de coups, un vertige brutal vint secouer son esprit, altérant sa vision, perturbant ses mouvements. Il n'avait pas suffisamment bu pour être ivre, pourtant. Cela ne pouvait venir que d'un pouvoir, c'était sans doute elle qui l'avait provoqué. Est-ce qu'elle cherchait à l'humilier, à terminer rapidement ce duel ?
Vacillant, sur le point de perdre définitivement l'équilibre, Naraku trouva brusquement un point d'appui et para tout juste le coup, se dérobant sur le côté et laissant simplement sa lame frotter contre la sienne. Si elle voulait à tout prix se trouver ici, qu'elle y aille, il n'était déjà plus là, n'avait pas de prétention à s'approprier un coin du sol plutôt qu'un autre. Quel trouble pouvait bien perturber le maître des déséquilibres ? Il avait basé tout son art sur l'imprévisible et l'invraisemblable, il ne se limitait à aucune chose quand il s'agissait de planter ou trancher, quand il fallait esquiver, feinter.

Leurs regards ne s'étaient jamais quittés. Il rit, féroce et moqueur.
L'arrivée de cet élément extérieur dans sa technique l'avait pourtant fait perdre en précision et en vitesse, si bien que la lame du dragon vint déchirer une partie de son kimono. Souplement, il bondit en arrière, prêt à recevoir le prochain assaut. Sa vision n'était plus très claire, son corps légèrement tremblant, mais est-ce que tout cela importait vraiment ? Il avait appris à se baser sur son instinct, sur ses sensations les plus pures et les plus profondes ; tout chez lui n'était que réflexe. Il ne suffisait que d'un peu de temps pour qu'il s'y habitue, pour que cela fasse partie intégrante de sa manière de se mouvoir et d'agir.

« Ne t'en fais pas, tu le verras bien assez tôt. » Souffla-t-il en guise de réponse.

Revenant de plus en plus vers l'inconsistant combattant qu'il était, sa voix s'était faite plus profonde et moins nuancée d'émotions. Il n'y avait plus tant de moquerie dans son ton, ce n'était là qu'une simple affirmation, lancée froidement, presque glaciale dans ce qu'il lui annonçait par là. Son regard sombre, toujours accroché au sien, gardait pourtant un air de défi. Le combat n'était pour le moment qu'un vaste échauffement, ils n'avaient encore rien donné ni l'un ni l'autre.
Immobile, à quelques pas d'elle, il l'invitait clairement à attaquer à nouveau, à lui révéler ce qui se cachait derrière le célèbre surnom de Higashi no Ryuu.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Mar 2 Mai - 22:52


Jigoku esquiva. Et alors que sa lame se prit dans ses vêtements -elle l'avait presque eu-, alors qu'ils faisaient tout deux volte-face, elle en garde, lui non, il rit, féroce et moqueur. Est-ce que cet homme s'amusait de ce duel qu'elle lui rendait là alors qu'elle cherchait à le punir ? Est-ce qu'elle faisait son jeu en le menaçant ainsi ? Il n'y avait rien de plus pénible et de plus détestable que de voir quelqu'un jouir à son insu, alors que l'on était en colère ou en difficulté. De toutes évidences, il ne la prenait pas au sérieux, il la voyait comme une bête de foire, un petit spectacle pour égayer sa nuit, la provoquait pour savoir de quoi elle en était capable, pour jouer et voilà tout.

Un malade, qui n'avait que faire de sa vie et de celles des autres. Comprenant ceci, le regard de Riyu se fit plus aiguisé encore, comme si son esprit souhaitait traverser l'âme de ce pauvre hère. Était-il réellement Onmyoji ? Comment les Dieux avaient-ils pu accorder autant de pouvoirs à un être aussi mauvais ?

"Jigoku...Et pourtant, tu attends que je te donne le bâton pour me battre ? Si tu es celui que tu prétends, pourquoi ne me montres-tu pas l'étendu de tes capacités ? Il n'y a pas de raison que tu sois le seul à t'amuser !"

Poussant un hurlement bestial, Riyu des Kasuga appela au rassemblement de ses propres forces qu'elle savait endormies en elle et d'une impulsion, sa Fureur presque canalisée pour qu'elle se déverse en elle comme le sang dans ses muscles, elle fondit sur Naraku, le sabre au clair. Il ne s'agissait plus d'un duel d'autorité, mais de la friction de deux âmes guerrières, de deux instincts destructeurs avides d'évaluer leurs propres puissances l'un face à l'autre.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 119
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Ven 26 Mai - 2:32

Sa posture sans garde, provocante, ne pouvait pas leurrer un œil averti. Nul doute qu'il saurait réagir si l'on se jetait sur lui et qu'il n'allait pas se laisser vaincre si facilement. Son regard ne quittait jamais le sien, avide de capter la moindre de ses intentions, dévoilant à quel point il était aguerri dans l'art du duel. Affronter ce genre de personne avait quelque chose qui lui semblait agréable. Ce n'était pas là des bêtes qui répondaient à des besoins comme la faim ou la peur, il y avait dans ces adversaires un plaisir certain, une analyse, un savoir faire qu'il ne pouvait trouver ailleurs. C'était cette essence qu'il recherchait, celle-là qui faisait battre son cœur et qui lui fournissait la volonté d'avancer, de rester encore un peu, juste un petit peu sur cette terre.

Mais elle, qu'allait-elle lui donner ? Taisho n'impliquait pas être bon combattant. Ce n'était pas ce titre qui l'intéressait, mais sa réputation de féroce guerrière. Pourtant, elle s'était contentée de lui donner un affrontement des plus plats jusqu'à maintenant. Ce n'était pas ça qu'il attendait, ce n'était pas ça qu'il voulait. Fallait-il qu'il la pousse plus loin dans ses retranchements ? Il n'avait de toute façon pas l'intention de laisser tomber tant qu'il ne verrait pas ce qu'elle valait vraiment, tant qu'il n'aurait pas ce sentiment, même si ça le décevait, même si ça lui était fatal.

Elle chercha à le provoquer, mais elle n'en avait pas besoin. Si elle pensait qu'il n'allait pas lui montrer jusqu'où il pouvait aller dans son art, elle se trompait. Il ne voulait simplement pas aller trop vite, pas être à son maximum tant qu'il n'était pas sûr qu'elle pourrait y aller à son tour. À quoi bon tuer un tel adversaire si c'était pour en gâcher le potentiel ? Il préférait les voir atteindre leurs limites, cherchait lui-même les siennes.
La samouraïko ne lui laissa pas le temps de répondre pourtant, poussant immédiatement un rugissement qui lui avait certainement valu son titre de dragon. C'était mieux que des mots. Maintenant qu'à chaque échange ils entraient un peu plus dans leur véritable combat, il se faisait plus taciturne, mais son regard était sans doute éloquent sur ses pensées. Lui-même se réveillait peu à peu, comme si on l'avait enfermé dans un corps rigide et qu'il sortait enfin de cette coquille. C'était son esprit surtout qui avait été libéré et le monde lui semblait plus net, sa vision plus lucide.

Son sourire s'était en partie effacé et il n'avait jamais relâché sa concentration, pourtant, lorsqu'elle se jeta sur lui, il eut comme un léger retard. Était-ce par négligence ? Était-ce parce qu'il avait besoin que son corps se rappelle à lui pour qu'il se décide enfin ? La lame vint goûter son épaule, mais il sut se reculer assez vite pour que la blessure ne soit pas trop profonde. Ce n'était pas suffisant pour lui faire perdre l'usage de son bras. La douleur l'éveillait. Son kimono avait commencé à se tacher de rouge et le tranchant de la lame de son ennemie arborait désormais des teintes écarlates.
Habile, mais le combat n'était pas terminé. Usant de sa vitesse, Naraku riposta aussitôt. Ses doubles kodachi lui permettaient d'enchaîner les attaques et il n'avait pas peur de réduire la distance entre eux, dévoilant encore et toujours cette capacité qu'il avait d'esquiver au minimum, d'économiser chacun de ses mouvements.

L'air autour d'eux était devenu plus chaud. Il sentait l'aura de Kasuga souffler sur son visage et la sienne s'était éveillée tout aussi brusquement. Le monde autour d'eux n'avait plus lieu d'être, il n'était concentré que sur ce qui pouvait arriver jusqu'à lui, que sur les coups qu'il recevait et ceux qu'il rendait. C'était comme s'ils avaient basculé dans un autre univers et celui-ci l'intéressait davantage. Enfin... enfin il commençait à ressentir ce qu'il recherchait partout en ce monde. C'était peut-être l'une des seules choses capables de le rendre heureux.
Mais ce n'était pas suffisant.
Mais il voulait aller encore un peu plus loin.
Il voulait aller encore plus fort, encore plus vite.
Il voulait atteindre cette ligne, celle qui les pousserait à leur maximum, celle qui ferait basculer l'un d'entre eux une fois qu'ils l'auraient franchi.
Il voulait connaître encore cette vibration si particulière, unique à chaque individu.

Le bruit de leurs fers, le souffle de leur respiration, le bruit de leurs pas et de leurs vêtements résonnaient dans ses oreilles. Son regard n'était plus capable que de percevoir les mouvements, abandonnant toute information superflue. Son esprit ne pensait plus depuis longtemps et ses réactions se faisaient de plus en plus fines, comme si son terrifiant instinct pouvait faire toujours mieux. C'était peut-être un peu le cas. C'était dans ces instants qu'il progressait. Les seuls qui soient capables de le lui permettre.
Encore infatigable, acharné, emporté dans ce torrent qui savait si bien le rendre vivant, il voulait la pousser à lui en montrer plus, toujours plus.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5124
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Identités croisées Lun 14 Aoû - 18:26


La facilité avec laquelle elle avait creusé un sillon dans l'épaule de Jigoku aurait pu être ressenti comme un affront, cependant celui-ci ne lui laissa guère le temps de se rendre compte de la situation et contre-attaqua, lui jetant un regard intéressé comme s'il s'y était préparé et qu'elle s'était -en réalité- jetée dans la gueule du loup. Si elle put esquiver de peu les coups qu'il esquissa en réponse, chacun des suivants furent si fluides et si difficiles à parer qu'ils puisèrent grandement dans son assurance. Jigoku se rapprochait bien trop d'elle à son goût, tant qu'il la réduisant aux parades.

Ainsi, Riyu fut contrainte de prendre autant de recul que possible pour agrandir son champ d'actions. Son adversaire se montrait exceptionnellement agressif et était devenu un ennemi à neutraliser dès que possible. Pour ne rien arranger, son deuxième oeil lui manqua plus que jamais contre ses deux lames et dans leur combat ô combien intensif, elle éprouva plus d'une fois la peur de se faire toucher sans que ce ne soit le cas, cependant. Pourtant, si Jigoku menait pour le moment, Riyu n'avait pas l'intention de lui céder quoique ce soit. Ainsi, sa volonté s'appuyant sur un kiai, son intuition se laissant envahir par la peur, elle se mit elle-même à le harceler de subtilités, jouant sur sa portée afin de contrecarrer ses offensives et de rompre ses enchaînements.

Ces coups nettement moins honorables, elle ne les avait pas appris sous le giron de son père sous lequel tout était codifié mais sur le terrain, à force d'observation, d'entraînements et de coups durs. Elle savait que lorsqu'un adversaire se laissait emporter par le combat, il n'était plus si attentif. Elle savait aussi que tout le monde avait un style, ses parades, ses coups, une attitude au combat qui lui était propre. On disait que l'humain était intelligent, mais il restait des plus mécaniques.

Ainsi, le rythme de l'affrontement ralentit, devenant lisible pour tous et Riyu se fit à mesure nettement plus agressive. Cependant, quelque chose n'allait plus. Elle n'arrivait tout simplement pas à le toucher, pas à le saisir, ni à le piéger. Il était une feuille dans la tempête, qui contre-attaquait sans cesse, refusant de reculer mais avançant plutôt. Le combat s'accéléra d'un coup lorsqu'il reprit l'initiative et les dents de la jeune femme crissèrent. Elle n'avait jamais connu un adversaire aussi difficile à défaire, qui la suivait même sur la durée et comptait bien la mener à la défaite même à l'usure.

Son dos rencontra invariablement le mur de la taverne dans laquelle ils s'étaient rencontrés, alors, après avoir évité un énième coup et encaisser en grognant un autre qui la rafla, elle chargea. Elle n'avait pas d'autres choix de toutes façons et avec un peu de chance, elle gagnerait le recul nécessaire pour une nouvelle domination. Ainsi, elle le repoussa de l'épaule et ils trébuchèrent, Riyu sur lui, levant son sabre pour une estocade.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Identités croisées

Revenir en haut Aller en bas
 

Identités croisées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Angie, adorable croisée caniche/terrier - ADOPTEE
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» Trouvé croisé caniche/griffon à Bruay la Buissière (62)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..