AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé] Dim 10 Avr - 18:04

<< Où allons-nous, Kô ?
- Il est vrai que nous marchons depuis plus de cinq jours et nous ne savons pas ou nous allons...>>

Riichi et Sayu trainaient la patte derrière Kô, infatigable malgré la dure marche.

<< Nous arriverons dans quelques minutes.>>

Le groupe avançait doucement et le coucher du jour donner l'impression qu'il s'agissait de trois Yureïs perdus dans les terres de Boya. Cela faisait plusieurs jour que les trois compères avait quitter leurs foyer pour se lancer sur les routes en quête de travail. Et Kô semblait pressé d'arriver au village qui étais leur destination.

Ils arrivèrent enfin à destination. Le village était très grand et surement remplit de travail. Le trio alla immédiatement devant le panneau d'affichage de la ville :

<< Alors : Besoin de main d’œuvre, les nouvelles du coin, a voilà ! Les demandes d'omnyouji ! Voyons voir : Meuble appartennant à ma grand-mère disparu... Un Tsukumogami. vous vous en chargerez ! Après... fille morte revenue à la vie... Surement une Zashiki Warashi.Hum, un cas pour moi Et c'est tout... Bon ! On a du travail pour demain !>>

A ces mots, le groupe prit les feuille et chercha l'auberge la plus proche.

En entrant dans l'auberge, Kô se dirigea directement vers le maitre de maison et lui demanda deux chambres. Il donna l'argent nécessaire puis montra à ses deux amis leur chambre. Ils rentrèrent alors tous les deux, se blottirent l'un contre l'autre puis s'endormirent instantanément. Quand à Kô, il revint dans la salle commune et... commença à faire se qu'il était vraiment venu faire dans cet endroit : S’occuper du cas de Matoshi Miyuka, une veuve noire détenant des informations dangereuses. Son principe était simple : Faire croire à la femme qu'il étais tombé sous ses charmes, la faire venir dans sa chambre puis... lui faire payer ses crimes.

Il s'assit au côté de la jeune femme et commanda directement deux verres. alors il retira la cape qu'il portait par dessus son Kimono et regarda la femme. Il est vrai que ses formes et son visage donnait à cette femme dangereuse peu de difficultés pour capturer ses proies. Alors Kô lança la discussion :

<< Bien le bonjour, mademoiselle ! Est-ce mes yeux qui me jouent des tours ou est-ce que vous êtes vraiment aussi ravissante ?
- Arrêtez, vous me flattez monsieur... Quel est votre nom ?
- Kô, de la famille Itsuki pour vous servir.>>

En une phrase il venait d’attirer toute l'attention de la femme sur lui. Il avait réussit à lui faire mordre l'hameçon. Soudain un étrange personnage entra dans le bar. Ses cheveux blanc attirèrent le regard de Kô pendant quelques secondes puis il reprit sa discussion avec la jeune femme.

Seulement après 30 minutes de discussions Kô triompha. La jeune femme lui dit à l'oreille qu'elle voulait lui parler en privé. Parfait ! Kô guida la jeune femme dans sa chambre. Il dit à la jeune femme qu'il devait faire une chose et qu'après ils pourraient "discuté". Alors, elle commença à se déshabiller. Kô quand à lui enfila son kimono couleur nuit puis son masque de Kitsune. Seigisan étais prêt. Plus qu'une mise en scène. Kô saisit son Tambo et assainit un coup sur ses kimonos tous en disant << Que...>> pour faire croire qu'il s’était fait assommer puis il entra dans la salle comme un démon et se jeta immédiatement sur la femme nue. Et avant qu'elle ne réagisse il pinça la gorge de la femme tout en faisant une rotation avec la chair saisit puis il la fit tourner et fit pression sur sa colonne vertébrale, la paralysant. Alors elle tenta de hurler mais aucun son ne sortit de sa bouche. Seigisan pris alors des cordes et commença à la saucissonner tout en lui disant avec une voix travestit:

<< C'est tous se que tu obtiendra pour tes crimes. Ta cicatrice dans le dos prouvera aux samouraïs que tu es bien le monstre qu'ils cherchent. Mais sache que même si je te livre à eux je vais t’ôter l'envie de recommencer.>>

Seigisan prit alors son Tanto et l'enfonça délicatement dans la gorge de la meurtrière. Il abima le nerf relié à ses cordes vocale puis retira la lame. Alors il dit :

<< Voilà se que l'on obtient en faisant souffrir des dizaines de familles ! Ton châtiment sera de ne plus pouvoir prononcer mot sans  ressentir une douleur insoutenable. Tu mérites pire et je suis assez clément pour te laisser aux mains des samouraïs et pas à celles des familles de tes victimes. Maintenant on y va.>>

Seigisan se saisit du corps de la femme et il se dirigea vers la maison du samouraï le plus proche. Il toqua à la porte et déposa la femme devant avec une lettre de sa main puis disparue. Le samouraï ouvrit la porte et il vit la femme. Il appela ses camarades et ils se saisirent de la femme et de la lettre. Affaire classée.



Vraiment classée ? Seigisan se sentait suivit et il savait que se n'étais pas juste une idée. Il s’arrêta et dit alors, toujours avec sa voix falsifié :

<< Tu me suis depuis un moment toi... Que me veux tu ?>>


Dernière édition par Itsuki Kô le Mer 11 Mai - 13:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé] Lun 11 Avr - 23:08

« Aucune information ne doit filtrer… Il faut la faire disparaitre dans les plus brefs délais si on ne veut pas faire une guerre civile… La laisser en vie serait prendre un risque trop important aujourd’hui. Il ne faut pas qu’elle puisse parler à qui que ce soit. Elle a trop fait parler d’elle dernièrement … L’échec ne sera pas accepté Akira… »

Monsieur Tsugu avait était des plus clair. J’avais était recommander par mon Chûnin et cette mission était capitale aux yeux de cet homme. Et cela faisait longtemps qu’une mission d’assassinat ne m’avait pas été confiée. Dans un village perdu à côté de Boya… Quelle galère… Mais pour une fois qu’une mission d’assassinat se présentait, on n’allait pas faire la fine bouche. Rapidement je bouclai mes affaires et parti. J’arrivai à destination après 4 jours de marche. L’avantage de voyager seul, c’est de pouvoir voyager vite… Je profitais de mon passage dans les environs pour aller aux sources chaudes. De quoi bien se détendre avant une mission.

Puis la nuit commença doucement à se présenter. Il me fallait trouver ma cible. On m’avait dit qu’elle trainait dans une auberge pas trop mal fréquentée. J’inspectai les lieux d’un regard rapide, analysant le moindre détail. La nuit m’offrirait une couverture suffisante pour passer par l’extérieur et l’assassiner dans son sommeil. Je rentrai à l’intérieur lentement et observa : 8 tables, une seule porte, un escalier qui montait à l’étage, 4 personnes assisses, 2 debout, 2 femmes et 4 hommes. Un homme se retourna vers moi lorsque je rentrai. Avait-il peur de quelque chose ? Etait-il assez maniaque pour inspecter tout ce qu’il voyait ou était-il juste attiré par mon visage ? Qui sait. Mais ce pauvre homme ne se doutait pas de ce qu’il se passait. Il était avec ma cible. Matoshi Miyuka. Elle profitait de ses charmes pour attirer les hommes dans sa chambre et les exécuter après l’acte et une fois qu’il avait parlé. Autant dire qu’il fallait éviter de se faire passer pour une proie pour faire un assassinat dans les règles de l’art.

Je commandai à boire ainsi qu’une chambre, puis je m’assis à bonne distances commençant à écouter discrètement leur conversation. D’un point de vue extérieur, l’homme semblait davantage essayer de la charmer que l’inverse. J’essayais de trouver son nom dans leurs conversations mais leur rapprochement m’empêchait de le savoir. Rapidement, je le dévisageai en prenant des notes très précises sur l’homme. Le faisait-il ? exprès ? Dans le pire des cas, je pourrais toujours envoyer un fairepart à sa famille quand je l’aurais identifié, sa mort risquant d’être imminente.

La nuit était tombée. J’avais tout ce qu’il me fallait. L’homme venait de faire craquer la femme et il l’invita dans sa chambre. Je profitais rapidement de ce moment de flottement pour monter dans ma chambre avant eux. Je fermai la porte derrière moi et restai contre la porte, me concentrant. J’entendis leurs pas. Ils en firent chacun 86. Ils étaient à environ 32 pas des escaliers, l’escalier avait 16 marches, ce qui veut dire qu’ils ont fait 38 pas à l’étage avant d’entrer. Le son s’éloignait de ma chambre, il était donc à droite de l’escalier. La 9ème chambre sur la droite.

Je me changeai rapidement une fois cette information en tête. Pas question que quelqu’un me reconnaissent. Ma chevelure blanche est trop voyante pour ne pas porter une tenue complète. Un masque inexpressif et blanc sur le visage, je sortis donc par la fenêtre, venant escalader le mur discrètement. Je m’approchai de la fenêtre où se trouvaient les deux personnes. J’entendais quelques bruits. Mieux valait attendre qu’elle finisse son travail avant de l’exécuter. Puis j’entendis des bruits de pas comme si quelqu’un sortait de la salle. Non c’était impossible… J’avais tout calculé. Je n’entendis plus rien. Discrètement, je passais la tête et vit une tache de sang sur le sol mais plus personne à l’intérieur.

Me faire doubler ? Sérieusement ? Qui m’avait vu ? Qui l’avait avertie ? Qui est le traitre dans l’histoire ? Le stress s’emparait légèrement de moi. Je devais réussir cette mission… Remontant sur le toit, je regardais attentivement. C’était une chasse qu’ils voulaient ? Et bien je leur en donnerais une ! Un homme tout de noir vêtu sortit avec ma cible sur le dos. Qui est cet homme ? Pourquoi faisait-il ça ? Je commençai une filature dans la plus grande discrétion. Il posait le corps devant la maison d’un samouraï avec une lettre. Il me fallait tout ça… L’homme s’éclipsa rapidement et des samouraïs arrivèrent pour s’occuper de la femme. Je regardais l’homme en noir partir et 2 samouraïs prirent la femme et la lettre. C’était mon ouverture. Je courus furtivement jusqu’à eux J’assommai sans mal le premier homme. L’autre eut le temps de dégainer mais était mal positionné. Un kunaï à la main, je bloquai deux coups de katana rapidement avant de le désarmer d’un coup rapide dans la main et de et le mis K-O d’un coup de pied dans le menton qui brisa sa mâchoire avant de retomber sur le crane.

La femme ne put crier, même parler lui faisait apparemment mal. Je regardai rapidement, un coup très précis dans la gorge sans la tuer… Qui était ce ******* ? Profitant de ce coup porté avant j’utilisai la plaie pour l’égorger. Cela fausserait l’heure de la mort. Je récupérai rapidement la lettre avant que du monde ne me voit, puis m’enfuis. La rangeant discrètement sur moi, je me mis à la poursuite de cet homme.

Je le rattrapai au bout de quelques minutes et le traquai lentement. Puis il s’arrêta. Surpris, je l’observai dans l’ombre.

« Tu me suis depuis un moment toi … Que me veux-tu ? »


Il était fort… Mais je n’avais pas été des plus fins. Mon masque déformant la voix naturellement et forçant bien pour ne pas être reconnu.


« J’essaye de comprendre qui veux me doubler … Qui es tu ? »


Je me mis sur mes gardes, restant dans l’ombre pour qu’il ne connaisse pas ma position exacte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé] Mer 13 Avr - 15:00

[Aparté : Kô camoufle sa voix tant qu'il parle en tant que Seigisan, de plus va juste vérifier si tu subit ou pas les effet de ma forme à la fin de la catégorie " justicier nocturne" qui se trouve içi : http://saigoseizon.forumgratuit.fr/t1481-itsuki-ko-ce-nom-est-vraiment-trop-court#21474 ]


« J’essaye de comprendre qui veux me doubler … Qui es tu ? »


Seigisan se crispa. "Qui veux me doubler"... Il compris tout de suite que la femme étais surement morte à cette heure-ci. mais se qu'il redoutait le plus étais le sort qu'il avait réservé aux samouraïs. Il commença donc à rire et resta dos à cette voix. Il dit alors, avec un ton se faisant de plus en plus oppressant :

<< Je suis Seigisan. Je n'ai pas souhaitait te doubler. Je n'ai fait qu’apporter justice. Mais toi... Tu as rompue l'équilibre que j'ai fixé et ce, dans mon dos. Mais je serais curieux de voir si les samouraïs à qui j'ai confié la demoiselle sont indemne...>>

Un silence de plomb s'installa.

<< J'ai compris...>>

Le silence revint, entrecoupé par la respiration monstrueuse de Seigisan. Soudain, le vent laissa s’échapper alors une légère bise et une goute de sang tomba de la veste de son ennemi. Seigisan entendit la goutte tombé et sut ou se trouvé son adversaire. Mais au lieu de l'attaquer, il commença à marcher vers l'opposé de l'homme et rajouta :

<< Le vent est un allié précieux mais aussi un traitre qui frappe sans que l'on ne sache pourquoi. Mais il ne tue jamais ni son allié ni son ennemie. J'aime cette façon de vivre et je ne changerai ma façon de faire pour rien au monde. Mais toi, misérable, tu n'est qu'une flamme inutile qui brule à mort ses ennemis pour pouvoir récupérer les trois bûches que l'on te promet... Tu es pathétique... Mais dangereux.>>

Seigisan s’arrêta net et passa son kimono couleur nuit par dessus son masque. La lune disparue soudain, caché par un nuage, laissant la ruelle dans un noir profond. Seigisan prit quelque objets autour de lui et les lança en l'air puis couru dans le noir. Le bruit des différents objets tombant, rebondissant ou se brisant sur le sol suffit à camoufler ses pas. Il monta alors sur un toit et refit de même avec d'autre objet au sol. Le tintamarre qu'il produisit réveilla quelque villageois qui allumèrent leurs lampes et torches. Seigisan jubila. Son plan marchais comme si les kamis voulait voir sa réussite : Les villageois apeuré par tant de bruit irait vite avertir les samouraïs et, qui sait, Riichi pourrait se réveiller et palier au manque de force de Seigisan. En plus personne n'aurai le cran ou même l'envie de l'attaquer, comme d'habitude. Mais le plus probable était que l'assassin fuit pour aller se cacher dans les bois proche. Et là, IL pourra se révéler à lui...

Il continua à faire tomber divers objet et enfin le nuage s'enleva de la lune. Beaucoup plus rapide que les objet, Seigisan était déjà en face de l'homme. Alors il sortit son Tambo et se mis dans une posture le rendant imposant. Il regarda alors l'homme dans les yeux, étant sur que se dernier ne pourrais pas voir ses yeux car cachait par un léger film devant le masque. Enfin il rit et dis avec un calme effrayant :

<< Je t'ai dit mon nom, alors dit moi le tien, ou plutôt attend que tout ces gens l'entendent. Sa leurs fera du bien de savoirs qui à tuer deux des leurs !>>

Seigisan se prépara à se prendre un coup, bien qu'il espérait que l'homme allait se jeter vers la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé] Lun 18 Avr - 19:21

{PS : je me suis permis de faire agir ton personnage. Si ça te convient pas dit le moi, mais je ne voyais pas comment avancer autrement. }

Seigisan hein ? … Un nom bien étrange s’il en est… Un surnom, je dirais même. Enfin rien ne changeait à la situation … Je ne pouvais pas partir simplement avec cette information et la lettre… Je devais en apprendre plus. La justice ? Pour qui se prenait-il ? Comment un humain aussi minable pouvait-il espérer prendre de bonnes décisions ? Equilibre… Equilibre personnel, oui … Rien de plus… Il ne savait rien d’elle, il ne savait de la situation et il se prenait pour un supérieur… Minable en tout point… Il n’était qu’une poussière de plus sur mon chemin… Mais abattre quelqu’un, ici, avec les 3 cadavres de l’autre côté… Ça ne m’avancerait que peu… Et j’avais besoin de pouvoir remonter son réseau d’information… S’il y a des fuites dans le système, pouvoir s’en occuper serait une bonne chose…

Que croyait-il ? Comme si j’allais continuer à parler pour révéler ma position ! Naïf qu’il était… Malheureusement, le vent en avait décidé autrement… Le comble pour quelqu’un d’aussi chanceux que moi que de se faire avoir par le vent … ! Quelques gouttes de sang tombèrent de ma veste donnant ma localisation à l’homme. De plus, les nuages cachèrent la lune qui nous donnait notre seule vraie visibilité … Heureusement, mon ouïe est particulièrement développée… Mais ce Seigisan n’était pas aussi bête qu’il n’y parait… Il se savait en danger … Il fit donc un maximum de bruit pour réveiller les villageois… Pathétique.

Changer de position ne m’avancerait a rien … J’avais besoin qu’il me trouve… Il fallait que je l’écarte au plus vite du village pour pouvoir récupérer les informations qu’il me fallait… Et pour cela, j’avais besoin qu’il se croit avantagé. J’attendais, prêt à toute attaque, calmement. Puis la lune revint, les villageois allumèrent leurs torches. Je pus le voir devant moi, attendant patiemment. J’étais légèrement déstabilisé de le voir si proche sans l’avoir entendu, et aussi imposant, il n’était pourtant pas bien plus grand que moi. J’en profitai pour récupérer le maximum d’informations. Ses traces de pas sur le sol étaient équivalentes au miennes… On devait avoir un poids similaire … La trace de pied faisait entre 36 et 40 cm à vue de nez… Je n’avais pas bien le temps de me pencher davantage dessus. J’essayai de voir ses yeux mais, tout comme le mien, son masque était conçu pour que l’on ne voie pas les yeux de celui qui le porte… Il devait l’utiliser souvent… Plusieurs traces sur le masque montraient que le bois avait pris quelques coups lors de combats… Il devait le porter depuis plusieurs années…

<< Je t'ai dit mon nom, alors dit moi le tien, ou plutôt attend que tout ces gens l'entendent. Sa leurs fera du bien de savoirs qui à tuer deux des leurs !>>


« Tu parles sans connaitre le sujet… Tu déduis sans réfléchir… Et tu crois en un équilibre qui n’existe plus depuis longtemps… Tu es comme beaucoup d’humains… Pitoyable et décevant … Je suis la réponse des kamis à votre inévitable déception… »


Sortant mon double ninjato de derrière mon dos, prenant une lame avec chacune de mes mains j’attaquai ce « Seigisan ». Mais j’avais surtout besoin de le ralentir et il se tenait prêt à esquiver. Profitons de sa méfiance … Je feintai donc un coup de lame à gauche, suivi d’une deuxième feinte vers le haut, l’obligeant à se positionner parallèlement au mur pour lui mettre un grand coup de pied inévitable au niveau du thorax…

Profitant qu’il soit propulsé contre le mur, je courus vers l’extérieur de la ville nous laissant 40 mètres de distance entre nous. Une fois arrivé à l’extérieur du village vers la forêt plongée dans une noirceur profonde, je profitais de mon avance pour venir me placer en hauteur. Prêt à réagir à toute action, j’attendis qu’il arrive. Il s’arrêta devant moi au sol.

« Comment as-tu su sa véritable identité Seigisan…? Elle savait être discrète pourtant… »


Si mon commanditaire était responsable de ça… Il allait entendre parler de moi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé] Lun 18 Avr - 21:16

Seigisan rit quand il entendit les premières revendications de son assaillant. Une excuse d'extrémiste, encore. Celui qui à pour première stratégie la mise à mort n'a en aucun droit de blâmer celui qui agis en stratège pour vaincre son ennemis. De plus, l'homme avait mordu à son hameçon, et malgré le coup de pied bien placé dans son thorax, Seigisan avait réussi son plan premier. il vit le ninja fuir vers la petite forêt au loin. il savait que l'homme aurait le temps de se cachait, mais il n'en avait cure. Il allait le poussait dans ses derniers retranchements et le forçai à payer son crime.

En arrivant dans le bois, il se laissa envahir par l'obscurité du lieu et analysa tout les coins et recoins visibles. Il pris le temps de voir chaque branche, chaque coin de terre nue et surtout il laissa son œil s'habituer à se noir qui camouflait aussi bien sa présence que celle de son ennemie. Il discernât alors une petite zone où il vit de légère feuilles tombé au sol. Ce n'étais qu'une hypothèse, mais il se pouvait que l'homme se cachait dans ses alentours. Il avança vers une petite clairière entouré d'arbre haut. Il s’arrêta net. Alors l'assassin lui posa une question, comme s'ils étaient resté au village. La question ne le gêner pas, mais par contre la voix de l'homme se perdait dans cet amphithéâtre naturel. Seigisan n'attendit pas et répondit assez clairement :

<< Je sais qui elle est car elle à tuer trop de personnes. Je savais aussi qu'elle détenait les détails sur les clans qu'elle aurait peu dévoiler. Sa tête fut mise à pris sur une simple description factice, mais moi j'ai sut voir qui elle étais. Mais ce que je savais mais toi surement pas, c'est quelle ne savait pas écrire et de se fait la disparition de sa voix la rendrait aussi inoffensive qu'une mouche. Quand à sa discrétion... La justice ne se laisse  pas aveugler par des ruses inutiles.>>

La vraie raison était qu'il avait vue quelques yureis autour de la femme. Ils étaient certes inoffensif, mais il montrait à quel point la femme avait souillé leurs corps et leurs esprits. Il avait su au premier coup d’œil que c’était elle et qu'il devait libérer ces esprit errants avant qu'ils ne deviennent dangereux pour son entourage. Mais cela, cet assassin ne pouvais le concevoir. Alors Seigisan pris à son tour l'initiative de la question :

<< Mais dit moi, tu m'as posé deux questions ! A moi d'en faire de même : Qui es tu et pourquoi êtres devenue assassin ?>>

Des questions qu'il aurait put posé à un ami. Mais ce qu'il voulait faire c’était gagné du temps et savoir où se trouvé son ennemi. Les réponses que lui donna l'homme n'avait pas d'importances à ses yeux mais grâce à elles, il put localiser son ennemi, ou du moins la zone où il se trouvait. Sans attendre qu'il ne finisse sa dernière phrase, il le coupa et dit avec une voix menaçante :

<< Je te laisse trois secondes pour descendre de ton perchoir !>>

Pas de réponse. Seigisan pouvait presque sentir l'incrédulité de son adversaire. Alors, la lune disparut encore une fois. Seigisan abaissa son masque juste au dessus de son nez pour que son œil sorte puis il déchainât la gerbe de flammes et ratissa la zone en question. Les arbres brulèrent vite et la simple gerbe déchaina l’incendie.. Alors Seigisan stoppa ses flammes et redressa son masque. Il vit alors l’assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé] Jeu 5 Mai - 22:21

La justice … Cet homme était bien loin des réalités. Comment croire en une notion tellement abstraite qu’il est obligé de se faire justice lui-même… ? Non tout ça n’était que sa justice… Je n’ai que faire des détails … Je suis le bras armé d’un être supérieur à tous ses déchets. Je réalise la justice pour les gens qui en ont le besoin et les moyens… En d’autres termes, je tiens bien plus du justicier que ce minable… Décidément, ce fauteur de troubles était d’un subtil mélange entre fascinant et décevant … Au même titre que Yomigami était déçu par les humains malgré leur surprenant comportement, je ressentais un sentiment similaire. Entre l’excitation d’en apprendre plus, et l’envie de vomir après chaque révélation.

Assassin … Que savait-il de moi ce minable pour me juger de la sorte ? Sa pathétique existence n’a de sens que pour décevoir un peu plus les kamis. Juger trop vite un inconnu, se croire supérieur et se prendre pour un justicier de l’ombre… Ne même pas avoir le cran de ses actes au point de se cacher, alors que son existence est sûrement aussi minable que sa motivation. Il était l’exemple parfait de ce que Yomigami haïssait le plus chez les humains. Et s’il prenait du pouvoir, il pourrait endoctriner les gens à devenir aussi minable et nuisible que lui … De quoi faire basculer les avis des kamis vers Yomigami … Accepter son erreur et faire renaitre les cendres.


« Toutes ces informations n’ont que peu d’importance… Je suis la réponse de vos actes … Tu n’as pas à en savoir plus sur moi … »

La subtilité était de rigueur pour l’instant. Le moindre faux pas donnerait les informations capitales à l’un plus qu’à l’autre. Il n’avait pas l’air d’être un grand guerrier même si la plaie de la femme était précise… En soit, j’avais clairement l’avantage d’un point de vue physique mais la difficulté était que lui me chasse alors que moi j’avais besoin d’en apprendre plus sur lui …
3 secondes … Que comptait-il me faire ? De part son déplacement, sa vivacité, son armement et son imbus de lui-même au premier abord (sans prendre en compte ma chance légendaire) il n’y avait pas 20 % de chance de gagner … Ma régénération m’offre une durabilité sur le combat, même si elle est limitée de part la température fraiche de l’instant. Autant dire qu’il est inoffensif … Mais, il retira son masque. Quoi ? Croyait-il sérieusement que je ferais de même ? … D’un coup, une gerbe de flamme sortit de son œil, m’offrant ainsi tout le loisir de le voir plus en détails. Ce regard violet, ce métabolisme, ce trait de visage, cette finesse de cheveux … Oui, je l’avais vu … Il discutait avec ma cible dans l’après-midi… Ce regard unique, ce pouvoir, toutes ses informations … J’aurais de quoi le retrouver … J’ai de quoi le suivre maintenant …

Rapidement alors que les flammes commençaient à se propager je sortis de mon arbre pour m’enfuir. Il m’avait lui-même offert ma porte de sortie… Ses flammes me permettrait de prendre de l’avance sans qu’il puisse me rattraper … Avec un bon détour, je pourrais arriver dans ma chambre sans qu’il ne me voit en 10 minutes … Le tout était de traverser les flammes au moment propice. J’attendis calmement, me déplaçant en le gardant dans mon champ de vision tout en m’enfonçant un peu plus dans la forêt. Le feu s’était bien propagé, bloquant la plupart des passages. C’était le moment ! Il me fallait pouvoir utiliser entièrement mes jambes pour pouvoir m’enfuir après … Je me mis en hauteur afin de me propulser pour traverser une partie des flammes en vol, puis me réceptionna sur les mains les laissant brûler dans les flammes pour me propulser avec et traverser le mur de flammes qui nous séparait. Les deux mains brulées au deuxième degré, mon sang bouillit d’une telle douleur et d’une telle chaleur.


« Je n’en ai pas fini avec toi … »

Puis je courus jusqu’au village. Les villageois étaient beaucoup plus intrigués par l’incendie de la forêt qu’autre chose, m’offrant l’opportunité de rentrer dans ma chambre discrètement. Mes brulures disparaissaient rapidement. Cette mission n’aurait pas était banale. Voici des perspectives nouvelles de travaux qui s’offraient à moi … Et jouer au chat et à la souris avec ce minable risquerait de me divertir un peu …
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé] Ven 6 Mai - 11:25

Le feu se propagea à merveille et un incendie de cime se déclara. Cependant Seigisan ne releva pas son masque : Il voulait que l'assassin le voit. Il voulait aussi en savoir le plus sur lui. D'où le feu. Mais surtout il se préparait à se changer. Seigisan gardait en visuel l'homme et le vit passait de branche en branche. Soudain une branche enflammé tomba à ses pieds et faillit le bruler. Il recula et se rendit compte que son adversaire avait traversé un mur de flamme. Alors son nouvel ennemi lui dit qu'il n'en avait pas fini avec lui. Seigisan entendit dans le ton de sa voix que l'homme c’était au moins brulé au second degré. Il n'entendit ensuite que le bruit du feu léchant les feuilles des arbres.

Comme quasiment tout feu de cime, le sol étais parfaitement sur, a part deux ou trois branches calcinées tombant des arbres meurtris. Cependant, Seigisan rattrapa assez vite son retard grâce à ça et il se souvint alors d'une phrase de son maitre : l'aigle sur son perchoir doit se méfier du tigre tapit dans l'ombre. Il sourit en comprenant enfin ce que son maitre avait voulut signifiait. Enfin il vit Akira rentrer par la fenêtre de la chambre que Kô avait loué. Bonne stratégie. Mais cela lui prouvé qu'il était à l'auberge depuis le début.

Les villageois commencèrent à hurler et Kô se dépêcha de rentrer dans sa chambre : Il savait que Riichi allait venir le chercher s'il se levait. Il devait donc terminer son alibi. Il rentra comme un chat dans sa chambre dont la porte étais entrouverte. Étais-ce volontaire de la part de l'assassin ? Il le pensa pendant une brève seconde. Il enleva donc sa tenue de Seigisan et remit son Kimono vert. Enfin il prit son Tambo et s’assainit un coup assez violent sur le crâne : il était censée être assommer depuis plus d'une demi-heure donc il n'avait qu'à faire une bosse pas besoin de s'assommer. Malgré le coup, Kô resta conscient. Il rangea alors son tambo et son tanto et il se coucha en plein milieu de la pièce. Et comme il l'avait prévue Riichi rentra dans la pièce.

La nuit fût longue pour tous. Riichi laissa Sayu s'occuper de Kô et s'affaira à éteindre les flammes qui commençait à se propager au sol de la forêt avec l'aide des villageois. Quant à Kô il expliqua qu'un homme étrange l'avait assommer avant de prendre sa compagne d'un soir. On ne lui en demanda pas trop au vue de l'énorme bosse qui lui poussait sur le crâne. La journée se passa un peu sous le même schéma à part que quelque client partirent. Kô se posta sur une table à la sortit pour voir qui partait. Il vit trois de ses principaux suspects passait la porte. Il leur fit à tous un salut de la main et quasiment tous réagirent de la même manière, le saluant en retour... Sauf un. Quand il salua l'homme au cheveux blanc de la veille il vit une étrange lueur dans ses yeux et immédiatement après l’œil de Kô commença à lui faire souffrir le martyr. Il S'écroula sur la table et commença à se crisper. Mais l'homme partit. Kô, malgré sa douleur, pensa immédiatement que se fût lui mais n’eut pas le loisir d’approfondir se constat car les gens commencèrent à regarder son œil gauche d'une manière étrange. En effet se derniers devint rouge et une forme semblable à un oiseaux se format autour de sa pupille. Il se dépêchât de monter et pris un morceaux de tissus qu'il mit sur son œil.

La prochaine fois, IL sera là pour s'occuper de l'assassin. Et il n'aura qu'a bien se tenir.


Fin de la première partie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

Derrière le masque, les cendres de la vérité. [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Derrière le masque... (Thomas et Victoire of Norfolk)
» Isabelle - Cachée derrière le masque de fer [100%]
» Gabriel de Gonzague -
» Jeu des citations
» Kenn Sixxthyn, derrière le masque.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...Ewilan RPG
...
..
..
..
..
...La Sérénissime...
.......