AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [PV] L'encens apaise-t-il même les rats ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ryuuketsu Katame

avatar

Jônin

Messages : 92
Date d'inscription : 15/10/2014

MessageSujet: [PV] L'encens apaise-t-il même les rats ? Lun 25 Avr - 17:41


La rumeur des volutes éternelles des brumes chahutées par les vents étaient comparable au souffle doucereux d'un zéphyr s'infiltrant entre quelques anfractuosités rocheuses tandis que l'on s'approchait du haut temple Meisou. Au cœur des terres de plaines infinies aux hautes herbes dansantes, la demeure ancestrale était la plus vaste de toute celle de son genre malgré l'humilité de ceux qu'elle servait.

Car de mémoire Yokuni, il ne fut jamais autre cas d'une cohabitation comme celle qui se déroulait en ces lieux où les enfants de Kazegami voyaient en égaux, sur leur propre terres, ceux de Kasugami. L'amitié et la confiance du Cheval et du Mouton s'illustrait jusque dans les rapports de leurs représentants respectifs, le fringant Kyo, libre comme l'air et aussi expressif que ce dernier, ainsi que la douce Hisae, qui ne se faisait que peu remarquer, comme l’évanescence de son élément.

Symbole de l'alliance des deux clan, le domaine reposait paisiblement…

Du moins, ce fut vrai jusqu'à l'instant où les carillons votifs chantèrent dans un chaos absolu de fin de monde. Les cloches de bronze s'étaient retrouvées chamboulées, malmenées et le coupable se trouvait la tête pris en étau entre ses mains, ses dents serrées au point de s'en briser ces dernières, crispé par la violence du son qu'il devait avoir provoqué lui-même au vu du marteau qui trônait à ses pieds.

Rendu sourd par un larsen douloureux, il n'entendit pas les soheis alarmés arriver à la porte du sommet du bâtiment de culte, le haiden. Lorsque le battant de l'entrée s'ouvrit sur eux, il manqua de rester sur place tant vibrait la moindre fibre de son corps. Se faisant violence et forçant sur ses muscles, l'opportun fit volte-face et passa par la première lucarne qu'il vit pour s'y engouffrer, peu importe si elle donnait sur l’extérieur et un contrebas situé à plus d'une dizaine de mètres.

Sansoku était visiblement stupide, mais très certainement pas fou au point de se jeter ainsi dans le vide, il s'agrippait à la moindre prise disponible que les pierres du temple pourraient lui offrir et entreprit de descendre petit à petit. Plus haut, par sa voie de fuite, les prêtres guerriers lui hurlaient dessus et l'un d'eux était parvenu à faire sortir sa naginata, sa lance de combat, et la balançait dans la direction du petit roublard au kimono blanc et rouge.

Ce dernier, qui s'était prêté à rire de la relative lenteur des moines combattants, n'en menait plus tout à fait large entre le fait de devoir éviter la lame de l'arme et de maintenir sa position sur le mur dans l'espoir de ne pas choir. Le fil de l'acier du templier passa si proche à un moment qu'une belle mèche de crin blanc fut séparée de la tête du fuyard. Dans le sursaut que provoqua cette mort échappée de peu, Sansoku détendit sa main droite, laissant la gauche seule pour maintenir son équilibre si haut perché.

Ce dernier fut trop précaire quasiment instantanément et les appuis qu'il avait trouvé pour ses pieds se dérobèrent. Bientôt, il n'eut plus que sa seule main gauche pour porter l'ensemble de sa personne suspendue le long de la fortification, ses jambes battants au dessus d'un vide de six ou sept mètres. Le tatoué leva la tête vers la lucarne et les hommes qui en appelaient visiblement à son trépas, puis entre la fatigue de sa position et sa hargne, il leur hurla dessus pour toute défense :

Vous êtes des MALADES ! Kusoyarô !!! On tente pas de tuer les gens comme ça juste parce qu'ils vous réveillent en plein après-midi ! Attendez que je remonte, et vous allez…

Il ne termina jamais sa phrase, sa voix s'échappant encore en un couinement lorsque ses agitations  le firent glisser purement de sa prise, le livrant à sa chute promise sur les toits du lieu de culte. Dans un geste fou et désespéré, il alla jusqu'à griffer la paroi, s'esquintant les ongles plus qu'il ne put vraiment ralentir l'attrait de la gravité. Ainsi, il chût telle une pierre agitée et disparu dans un fracas lorsqu'il traversa le faîte qui ne lui opposa qu'une faible résistance, ne le freinant que d'un rien.

Néanmoins, sur le lieu supposé de son atterrissage, nulle trace de sa présence. Les alarmes de bois furent frappées un certain temps et les recherches de l'intrus se poursuivirent jusqu'à la tombée de la nuit avant de s’apaiser peu à peu, sans succès, les soheis veillant à leur illustres protégés Divins, puis aux prêtresses sensées les seconder. L'un d'eux fermant derrière lui la porte de la chambre d'une femme qui ne pourrait laisser personne indifférent, rougissant et impressionné, il lâcha un simple :

Bonsoir, Rihito-san, faites attention à vous.

Pour autant, la pièce était vide, à son exception évidement. Cependant, lorsque fut venu le temps de s'endormir, les yeux de la Miko ne purent ignorer, au coin de son plafond, l'étrange silhouette se tenant telle une araignée, éclairée par la dernière lanterne encore allumée de la pièce. Les yeux ronds et noirs, dont l'un d'eux était barréétait barré d'une cicatrice, fixaient la disciple des brumes.

Conscient qu'il avait été repéré, il se laissa tomber et s’apprêta à se jeter sur elle pour en plaquer sa bouche de sa main et l'intimer au silence. Mais il ne fit qu'un pas avant de croiser l'étrange regard de jade de sa vis à vis. Il se mis alors à murmurer, intrigué :

Oy… On vous la fait pas à vous… J'pensais qu'vous alliez crier… Mais y'a quelqu'chose qui m'dit qu'vous êtes même pas surprise. Vous devez en avoir vécu de belle… J'me trompe ?

Et comme si il se rendait compte de sa situation, il s’accroupit soudainement, comme si un autre qu'elle pouvait l’apercevoir dans la chambrée. Il ajouta enfin bien plus nerveusement, l'index sur la bouche :

Hey ! Soyez chic, hein ? J'vous ferais rien, j'suis juste venu pour les cu… cloches ! J'ai jamais entendu leur sonnerie… Allez, soyez sympa, j'vous revaudrais ça !

Ses yeux étaient pitoyablement larmoyants, comme ceux d'un chiot à qui on tendrait un bol de lait sans le poser au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1231
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: [PV] L'encens apaise-t-il même les rats ? Jeu 9 Juin - 18:27

[Sujet clos suite au départ d'un joueur]


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] L'encens apaise-t-il même les rats ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Bandes SKAVENS] Les Rats de Solth
» Quand le bâteau coule, les rats quittent le navire!!!!
» [Bande] Clan des rats ogres...
» [Skaven] Du forge "wolf rats" pour faire du rat géant
» 02.03/??.C.Afrique du Sud - Rats grillés et virus


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..