AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Mar 17 Mai - 20:25

Miwako tira sur les rênes de son cheval peu avant d’arriver en ville. Ses yeux se portèrent sur l’encolure de l’animal, décidement elle ne voyageait plus qu’à cheval ces derniers temps. Elle ne quittait quasiment plus la capitale à cause de ses recherches. Elle était essentiellement restée à la capitale ces dernier temps. Pour les rares sorties, elle était toujours parti dans l’urgence et avait mené ses missions rapidement, pour revenir promptement. La religieuse poussa un soupir face à ses pensées noires et décida de poser un pied à terre, elle marcherait dans les rues. La marche lui permettrait de se débarrasser de cet état d’esprit morose et complètement déplacé, vu la raison de sa présence en ville. Hono et Onji l’observaient en silence. L’état moral de leur maîtresse les préoccupait, mais ils ne savaient ni quoi dire, ni quoi faire pour l’aider.
L’onmyouji travaillait toujours sur la faille et les endormis. Elle était dessus depuis plusieurs mois, mais ses résultats étaient toujours aussi décevants, toujours au point mort. Petit à petit, la frustration laissait place à la lassitude, ainsi qu’au découragement. La jeune femme luttait contre ses sentiments négatifs, mais la fatigue se faisait de plus en plus sentir. La situation de ces derniers jours était aussi responsable de sa confusion. La demoiselle leva les mains et les passa devant ses yeux, elle sentait bien les larmes monter. Avec le peu d’heures de sommeil de ces derniers temps, cela faisait beaucoup trop pour ses nerfs. Miwako secoua la tête, elle s’était pourtant promis de ne pas penser à tout ça aujourd’hui.

Les deux esprits gardiens guidèrent délicatement vers une rue discrète et ils l’entourèrent. Hono poussa doucement du museau la religieuse, afin qu’elle tombe sur Onji. Ce dernier s’était allongé de façon à ce que son corps réceptionne la demoiselle, qui se retrouva littéralement entouré par son protecteur. La gardienne des flammes, quant à elle, n’eut qu’à avancer et commença à frotter sa tête contre les genoux et le ventre de Miwako.  L’onmyouji fut surprise, mais se laissa faire. Rien de mal ne pouvait lui arriver avec ces deux protecteurs. Ces gestes de tendresse  et d’attention firent céder la barrière et les larmes coulèrent le long des joues de Miwako.
La situation était assez éprouvante pour elle et la religieuse aurait voulu éviter Raimei le plus longtemps possible. Elle sentait bien qu’elle n’était pas encore en état d’affronter sereinement le départ de Kanzen. En des temps moins troublés,  la jeune femme aurait été tout aussi affectée, mais n’en aurait pas autant pleuré. Toutefois la situation était tendue, le départ de l’otage Fukyuu était une goutte en trop qui faisait déborder un vase bien remplis. Miwako l’avait senti et c’était pour ne pas craquer qu’elle ne s’était pas encore rendue au temple de Gekigami, malgré le décès d’Hitoko.  La demoiselle savait bien qu’en mettant les pieds dans Raimei, le départ du Taii allait prendre un degré de réalité supplémentaire. Un degré qu’elle n’était pas en état de gérer correctement, vu la guerre qu’elle menait contre elle-même ces derniers temps. Ses larmes coulèrent pour Kanzen, pour Hitoko, pour tous les habitants de yokuni qu’elles ne parvenaient pas à sauver depuis plusieurs mois, contre la faille qu’elle ne savait pas comment fermer et qui pourrait conduire à la fin de yokuni à tout moment.

Ils restèrent ainsi, pelotonné les uns contre les autres jusqu’à ce que Miwako arrête de pleurer, jusqu’à ce qu’elle retrouve son calme.  La demoiselle se sentait bien là, vide d’énergie, mais tellement mieux. La jeune femme ne bougeait plus, trop avide de cette pause de douceur dans le tumulte de ces derniers jours.

« On n’est pas venu pour faire un câlin. »


Dit calmement Onji. Les mots du protecteur cassèrent immédiatement toute la magie du cocon, mais firent sourire Miwako. C’était Onji dans toute sa splendeur. Hono se déplaça, sentant que sa maîtresse était décidée à se relever.

« Non tu as raison, Sora-kouhai nous attend et il est hors de question que je lui montre une aîné mal au point, non ? »

Répondit la religieuse en se relevant, avec un ton un peu plus décidé. Miwako était avant tout venu ici pour féliciter Sora, mais aussi prendre de ses nouvelles et lui montrer son soutien. Sa kouhai changeait de statu et ça ne devait pas être facile à gérer. C’était pour la soutenir dans cette épreuve qu’elle était présente à Raimei. Ce n’était donc pas le moment de craquer. La demoiselle réarrangea sa tenue et se passa la main dans les cheveux. Elle aurait aimé avoir un miroir pour vérifier qu’elle était présentable. Hono voyant son trouble, ne put s’empêcher de la taquiner.

« T’inquiète la fainéante, t’as passé assez de temps sur Onji pour que tes yeux ne soient plus rouges et que le visage dégonfle. »


Pour seul réponse, la demoiselle lui frotta vigoureusement le sommet du crâne, avec un sourire plus enjoué sur le visage. La main finit cependant par se détendre et le mouvement se transforma en une caresse. La deuxième main se posa alors sur Onji et l’onmyouji murmura un merci, plein de gratitude et d’affection. Elle avait bien conscience que c’était eux qui lui avait permis de se lâcher ainsi, pour pouvoir mieux se ressaisir.

Plus sereine à présent, Miwako pu se diriger d’un pas calme vers le temple. Il y avait dans la cours plus de monde qu’à l’accoutumer. Les gens patientaient pour passer devant l’urne contenant les cendres de Nadeshige Hitoko, afin de dire un dernier au revoir à leur ancienne Kannushi. L’onmyouji  prit place, pour dire correctement au revoir à la demoiselle.
Quand son tour arriva, la religieuse commença par s’excuser d’avoir tardé. La mort de la kannushi l’avait affecté à plus d’un titre. D’un point de vue affectif d’abord, car elle avait développé une certaine tendresse pour la muette. Il y avait aussi eu un coup au moral par rapport à la faille et au rôle que les kannushis devaient tenir pour la fermer. L’onmyouji ne savait pas comment, mais les représentants divins étaient les clefs pour réussir à éviter la catastrophe et ils venaient d’en perdre une.  En face de l’urne, Miwako se rendait compte qu’elle avait aussi voulu fuir une confrontation trop directe avec ces sentiments-là, lorsqu’elle avait reporté son départ pour Raimei et cette visite. La brune se tenait à présent devant l’urne, plus calme. La cession de câlins quelques minutes plus tôt n’y était pas étrangère, mais ce n’était pas tout. La religieuse était à présent plus sereine, grâce à Gekigami, qui ne les avait pas abandonnés, puisqu’il avait déjà désigné une remplaçante. Une demoiselle que Miwako ne connaissait que trop bien, qui avait autant son amour que sa confiance. Un signe, un espoir réconfortant plus que bienvenu.  La jeune femme fixa l’urne, un air déterminé sur le visage, oui elle était bien de nouveau d’attaque.

Une fois sa prière terminée, elle se rendit auprès d’une des miko, pour demander à voir la nouvelle Kannushi. La jeune fille qui lui fit face la reconnu et parti annoncer à Mirai Sora qu’Abe no Miwako désirait la voir, tandis qu’une de ses collègues l’installa dans une pièce du temple.
Lorsque la porte s’ouvrit et que la frimousse de sa Kouhai apparu, un franc sourire illumina le visage de l’onmyouji et faisant perdre définitivement toutes traces de sa tristesse. Elle était tout simplement heureuse de revoir sa sœur de cœur, qu’elle n’avait pas vu depuis trop longtemps. Leur dernière rencontre datant de la lune du serpent.

« Je ne te vois pas pendant quelques lunes à peine et tu en profites pour devenir Kannushi ? »

Lança-t-elle pour taquiner Sora. Devant autrui, la religieuse avait conscience qu’elle ne pourrait plus être aussi familière avec sa benjamine, mais là il n’y avait nul spectateur pour les déranger. Elles étaient en privée, libre du nouveau statut de sa benjamine, libre de montrer qu’en termes d’affection rien ne changeait entre elles.

« Petit cachotière »
Compléta Honnogosha pour enfoncer le clou.

Le sourire de Miwako se fit moins joueur, plus doux et dans les yeux de cette dernière brillait une lueur de fierté.  

« Félicitation incarnation divine du tigre, longue vie à toi et que la sagesse guide tes pas dans ta nouvelle fonction.»


Dit-elle plus sérieusement et plus poliment, bien que chaque mot était sincère.



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D


Dernière édition par Kenshu Miwako le Dim 16 Juil - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 88
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Ven 27 Mai - 23:02

De sa vie, Sora n’avait jamais eu autant d’obligations que depuis que les divers conseils religieux de Raimei l’avaient reconnu comme étant la nouvelle kannushi du clan. Elle avait été frappée par la foudre de son Dieu. A bout de forces, elle s’était évanouie, puis avait été recueillie par une jeune miko, qui l’avait portée au temple. Là, elle s’était réveillée, et avait présenté la requête d’une assemblée exceptionnelle, pour enfin pouvoir annoncer à tous sa nouvelle condition, et que chacun puisse prendre ses dispositions.

En parallèle, le clan avait tout juste débuté son deuil pour Hitoko, la précédente Kannushi de Gekigami, et de nombreuses commémorations étaient organisées. Dans ses nouvelles charges, des décisions importantes devaient être prises pour organiser les forces religieuses à la reconstruction de Raimei, mais aussi sur d’autres villes et villages. Elle avait donc d’un coup été projetée dans des plans d’organisations, des réunions, des conseils, elle devait rédiger des lettres et apposer ses cachets, c’est à peine si elle avait le temps de dormir depuis quelques jours. Elle passait désormais sa vie au temple. C’est tout juste si elle avait pu prendre le temps de s’assurer du bien être de ses deux frères, et de son père suite aux attaques de Yokaï récentes. Ils étaient néanmoins venus la voir pour la féliciter. Le visage de son père était d’ailleurs on ne peut plus radieux. Il devait être fier de voir que celle qui avait défié le destin qu’il lui avait choisi, avait au final fini dans une bien meilleure position.

Sora songeait à tout cela tout en lisant les dernières missives importantes reçues au temple. Elle n’était décidément pas entrée dans ses nouvelles fonctions dans une période simple pour le clan … Et en plus, il restait encore à trouver son Elue. Elle ne pouvait pas se permettre de faire attendre le clan plus longtemps …

Toutes ces nouvelles peurs la hantaient sans cesse, et une boule de nerf s’était installée quelque part entre sa gorge et son thorax, bloquée. Néanmoins elle prit une profonde inspiration, songeant qu’elle ne pouvait pas tout gérer à la fois, même avec la meilleure volonté du monde.

C’est en relevant la tête qu’elle s'aperçut qu’une miko venait d’entrer.

«- Abe no Miwako demande à vous voir, Sora-sama.»

*Hein ? Miwako ? Sérieusement ?* pensa-t-elle immédiatement.

Le visage de la jeune kannushi s’illumina d’un coup tel le vent chassant les nuages ; Sora sauta presque sur place. Elle n’avait pas pu contenir la frénésie de son excitation rien qu’à cette idée, puisque rien n’aurait pu lui faire plus plaisir en cette journée compliquée que de voir sa soeur de coeur.

«- Oh oui, faites-la vite entrer je vous prie !» dit-elle.

Alors Miwako entra et c’est dans ce bref instant d’intimité que les deux jeunes femmes se retrouvèrent avec grand plaisir.

«- Je ne te vois pas pendant quelques lunes à peine et tu en profites pour devenir Kannushi ? »

Sora ricana à cette pique, constatant avec grand plaisir que son nouveau statut ne mettait visiblement pas de distance entre elles. C’était bien toujours la même Miwako. Puis, elle entendit une autre voix familière ajouter : « Petite cachottière »

C’était sans aucun doute Honno qu’elle s’empressa de saluer également, ainsi que Onji. Ravie de voir que les deux gardiens de celle qu’elle considérait encore, et considérerait toujours comme sa senpai avaient l’air de bien se porter.

Urahara vint renifler Miwako et les deux kirins pour signaler sa présence, et les gratifier également d’un salut, selon le rituel habituel qu’il s’était imposé. Puis il s’assit non loin, l’air satisfait et ragaillardis de voir des têtes connues.

C’est alors que Miwako prononça les mots suivants, qui vinrent raisonner dans la tête de Sora comme un gong :

«- Félicitation incarnation divine du tigre, longue vie à toi et que la sagesse guide tes pas dans ta nouvelle fonction.»


Cela partait d’une bonne intention, mais tout à coup Sora était à nouveau ramenée à ce statut auquel elle ne s’était pas encore faite. C’est alors qu’à l’intérieur d’elle une sorte de fourmillement électrique se fit ressentir. Sora mit ça sur le compte de l’engourdissement, aussi s’empressa-t-elle de répondre :

“- Oui, merci. Je suis contente de te voir. Pour être honnête, ce n’est pas simple pour le moment …”

Alors que le début de sa phrase semblait tinté de joie, la fin sonnait un peu creux et dissimulait mal les inquiétudes de la jeune kannushi.

“- Viens, mettons nous à l’aise et prenons le thé, nous avons sans doute beaucoup de choses à nous dire ?”

Cela était plus une certitude qu’une réelle question. Elle mena Miwako à une salle au calme pour prendre le thé. Elle demanda à une miko qui l’assistait aujourd’hui de venir les servir. Après tout, elle pouvait bien se prendre le luxe d’une petite pause dans tout ça. Une fois installées, Sora décida de lancer la conversation :

“- Alors ? Raconte moi ? D’où viens-tu ? Quelles sont les nouvelles ?”
Évidemment Sora ne s’attendait pas forcément à une conversation très gaie. Les derniers évènements avaient rendu la plupart des discussions rudes, voire tristes. Mais à l’heure actuelle, n’importe quels mots venant de la bouche de Miwako ne pourrait pas sonner mieux à ses oreilles qu’aucun autre bruit.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Lun 13 Juin - 17:35

Miwako salua aussi Urahara avec un sourire affectueux, tandis qu’Onji et Hono le rejoignirent. La protectrice enflammée s’installa tranquillement au soleil pour profiter des bienfaits de l’astre solaire. Le kirin des sols semblait quant à lui chercher quelque chose. A voix basse, pour ne pas déranger la conversation des filles, il demanda à l’autre gardien.

« Tu ne serais pas par hasard ce que son devenu le tigreau, ainsi que le vieux chacal de la précédente kannushi. »

Ces deux animaux sauvages à l’origine étaient les animaux de compagnie de Nadeshige et Onji aimait bien jouer avec le bébé tigre. Il l’avait fait souvent lors de ses visites et si la petite créature avait eu peur de lui, il semblait commencer à s’accoutumer à sa présence lors de leur dernière visite.  Le gardien se demandait alors ce que les miko avaient décidé pour ces deux créatures dont le maître avait disparu.

Miwako perçut tout de suite l’inquiétude mal dissimulée de sa petite sœur de cœur. C’était un sentiment parfaitement compréhensible, aussi bien au vu de la promotion que des évènements s’abattant actuellement sur yokuni.

« Ne prends pas tout sur tes épaules. Tu es entouré de Jushokus compétents et tu peux compter sur eux pour t’aider dans tes tâches et te donner de précieux conseils. Fait tout simplement au mieux Mirai-kouhai, comme tu sais si bien le faire et tu y arriveras. »

Répondit avec beaucoup de douceur l’onmyouji face aux inquiétudes de sa cadette. La précédente Kannushi avait oublié cela, elle avait voulu en faire trop toute seule, au détriment de sa santé. Elle avait ainsi négligé une mission pourtant sacrée pour les incarnations divines, ils devaient faire attention à eux. Leur vie était bien plus importante que toutes leurs obligations. Un sourire, mêlant gentillesse et tristesse,  se traça sur les lèvres de la demoiselle.

« Même ainsi ce sera encore stressant et compliqué au vu de la situation actuelle. Nous allons devoir serrer les dents et tenir bon quelque temps encore. Tu pourras toujours compter sur mon soutien, aussi n’hésite pas à me contacter si tu en sens le besoin. »

Termina la religieuse avec sa bienveillance habituelle alors que la nouvelle tigresse des foudres les menait dans une salle pour discuter au calme. En effet, elles avaient probablement beaucoup de choses à se dire et la jeune fille suivit son ancienne collègue de bonne grâce.  Un sourire amusé se traça sur les lèvres alors qu’elle était assaillie par bien des questions. Tant d’énergie et de fougue, cela était plaisant au vu de l’ambiance morose de la demeure de Miwako, car elle n’était pas la seule de sa famille à ressentir la fatigue de leurs recherches et surtout de leur échec.

« Je viens de la demeure principale des Abe no. En ce moment, je ne voyage plus beaucoup. Je ne suis jamais resté aussi longtemps sur les terres de la foudre et y resterait probablement tant que nous n’aurons pas tout réglé. »


Commença calmement l’onmyouji, qui s’arrêta bien vite. Elle réalisa alors qu’elle ne connaissait pas l’étendue du savoir de Sora sur les affaires actuelles.

« Est-ce que les Jushokus t’ont informé de l’état réel de la situation concernant le sommeil ou la faille ? Je ne sais pas si la précédente Kannushi les avait renseignés sur le sujet. Le conseil a voté le secret complet sur cela, je ne sais donc pas les mesures qu’elle prise pour le temple ou si elle leurs en avait parlé avant, puisque je lui avais donné toutes les informations en premiers. Le conseil n’a eu lieu qu’après notre conversation sur les derniers événements. »



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 88
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Dim 10 Juil - 16:25

Sora apprécia de retrouver en quelques minutes à peine la complicité et la douceur de Miwako, toujours protectrice et maternelle à son égard. Rassurante, Miwako effaça les inquiétudes de la jeune kannushi en quelques mots. Elle avait l’impression de retrouver une part d’elle même en sa présence. Il était vrai qu'elle ne comptait pas suffisamment sur l'aide des Jushokus, mais qu'ils lui étaient cependant indispensables, surtout en ce moment. Elle devait faire plus d’efforts pour arriver à déléguer et faire confiance plus facilement. Une vague de palpitations intérieures la secoua à nouveau, et un nouveau sentiment d’approbation l’envahit.

Elle tourna machinalement le regard vers Urahara, mais l’esprit gardien était totalement accaparé par ses compères les deux kirins. Elle ne comprenait pas trop, mais elle choisit de ne pas se concentrer là dessus. Elle n’avait pas souvent l’occasion de passer du temps avec la descendante des Abe no, donc autant en profiter !

Elle apprit que la jeune femme ne pouvait plus souvent voyager, et en fût bien désolée, connaissant le goût de Miwako pour les grands chemins. Par contre, elle avait l’air d’en savoir beaucoup plus qu’elle à propos des dernières évènements, du Sommeil maudit, elle évoqua aussi le sujet de la faille, qui était encore de l’ordre d’une rumeur pour elle …

Elle chercha à condenser toutes les informations qu’elle avait pu recevoir à ce sujet, mais se rendit compte qu’effectivement, elle ne savait encore que peu de choses. Beaucoup d’autres thèmes bien plus graves avaient été abordés : le nombre de morts au combat, la gestion des places disponibles pour les soins, les diverses recherches et éclairages faits par différentes castes de religieux et de guerriers, les retours d’impressions du peuple, les actes de bienfaisance, les quelques rapports venant de l’Empire …

Tant que le nouveau Daimyô ne serait pas trouvé, Sora serait responsable de beaucoup trop de sujets qu'elle ne maîtrisait pas encore, et devrait gérer des choses qui n’imcombaient pourtant pas de son rang. Un picotement se fit à nouveau ressentir, et Sora sût qu’il s’agissait cette fois de Gekigami-sama. Le kami aurait sans doute souhaité que sa kannushi puisse se consacrer plus vite à la recherche de son Elu, mais depuis sa récente nomination, Sora n’était même pas encore sortie de Raimei une seule fois.

"- Je t’avoue que je ne dispose encore que peu d’informations à ce sujet … On m’a engagée surtout à régler des problèmes de surface, pas encore à traiter les problèmes de fond. Nous nous occupons en ce moment du plus urgent : les combats, la fin du coma de certains, la disparition dans le Sommeil pour d’autres … Je ne serais pas contre une petite mise à jour de tout ça, ne serait-ce que pour y voir plus clair."


Devant Miwako, Sora pouvait avouer franchement ses faiblesses. L'onmyouji aux kirins l’avait connu alors qu’elle était faible, et l’avait vu progresser. Elle était capable de lui révéler le moindre de ses secrets. Elle avait une parfaite confiance en elle, et savait qu’elle ne la jugerait jamais trop hativement. Aussi, elle laissa celle qui était comme sa grande soeur exposer ce qu’elle avait pu apprendre, tandis que l’eau chaude pour le thé était en train d’être versée délicatement dans les tasses, répandant une chaleureuse odeur de plantes dans ce petit salon, si calme alors qu’au dehors la situation semblait si désespérée ...


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Sam 30 Juil - 0:10

Miwako fronça légèrement les sourcils devant les mots de sa cadette. Sora n’avait été nommée que depuis quelques jours et tout lui était tombé dessus si rapidement. La situation politique était loin d’être idéal, elle était même plus complexe qu’au début. L’exécution du Jonin était récente et devait avoir des répercussions sur le conseil qui les dirigeait.

« Les Kuges de Geki aident au moins un peu le temple, ou la condamnation du Jonin les a incitée à beaucoup plus de prudence, au point de les paralyser ? »


La question dans la bouche de l’onmyouji aurait pu passer pour étonnante, elle qui n’avait jamais beaucoup aimé la politique contrairement à son père. La demoiselle l’avait posé pour comprendre les degrés d’implication et de fatigue de sa petite sœur. Moins le conseil bougeait, plus la Kannushi et le temple devraient s’activer pour soutenir les gens, plus Sora serait physiquement et mentalement stressée et fatiguée par sa nouvelle fonction.

Avec la crise actuelle, la religieuse avait également dû apprendre à composer avec la partie dirigeante des siens. Elle ne pouvait pas faire comme à son habitude l’écarter complètement, car les yokais n’avaient que très rarement une accointance direct avec de la politique. Pour rassurer les gens, elle avait dû ouvrir ses oreilles aussi bien au surnaturelle qu’à l’actualité du clan. Normalement, ce n’était pas la place, ni le travail des onmyoujis de rassurer les gens sur les directives et les stratégies du conseil des protégés de Raijin, mais en cette période troublée la famille Abe no avait servis de pilier. Une partie de la population était venue les voir, dans un même réflexe  de recherche de sécurité, issu de mois de troubles, toujours d’actualités.
La place de son père parmi la cours n’avait jamais été aussi utile qu’en cet instant, pour obtenir des informations rapides et de premières mains, permettant d’anticiper des vagues de visiteurs ou des actions que les onmyouji pouvaient prévoir. Autant dire qu’en ce moment beaucoup de personnes réclamaient des protections diverses et se demandaient ce qui avait bien pu prendre au héros qui les avait guidés jusque-là. Pourquoi alors que le clan était si mal en point avait-il pris le risque de déclencher une guerre avec les Fukyuu ?

Une question que se posait la jeune femme et qui la mettait en colère. Miwako ressentait cette action comme une nouvelle trahison, de la part de ceux censés les guider. Avec le Daimyo toujours pas décidé à revenir, ça commençait à faire beaucoup. Kenshu Senko, il devait être mort pour ne pas être présent. Il ne pouvait y avoir que cette explication pour qu’un tel silence perdure de leur tête, alors que les enfants des éclairs avaient tant besoin de leur chef.

« Quoique tu devrais peut-être te méfier de certains de ces politiciens. Il n’y a la tête que d’un seul responsable qui est tombé. Pour prendre cette place et envoyer cette menace de guerre, il n’a pas pu agir seul et ceux qui l’ont soutenu et aidé doivent à présent être bien soulagé que le témoin gênant ait disparu. Parce que ces derniers eux, sièges toujours parmi les conseillers réveillés. »


Oui, il devait y avoir d’autres responsables qui se protégeaient ainsi. S’ils avaient été pris, ils auraient eu le droit à un jugement public, tout comme l’ancien chef ninja. Le prochain Daimyo aurait bien du travail pour démêler le vrai du faux et juger également les complices de cette catastrophe politique.  La religieuse poussa un soupir face à cette situation chaotique. Elle plaignait à l’avance celui qui devrait se charger de redresser tout cela, il lui faudrait une bonne dose de courage et d’énergie.

Miwako but son thé en regardant les gardiens discuter plus légèrement. Elle aurait bien aimé prendre leur exemple, la période ne le permettait cependant pas.  Le temps filait, les réponses étaient venues, mais les solutions n’étaient toujours pas trouvées. Et la précédente Kannushi n’avait même pas fait le nécessaire pour que sa remplaçante soit au courant du plus important. Heureusement qu’elle avait décidé de venir la voir. Sinon Sora aurait fini par être informé par un conseil de politiciens qui y connaissaient peu de choses et dont la vision des évènements, partiellement fausse, aurait pu induire sa cadette en erreur.

L’onmyouji reposa la tasse et ne commenta pas les réponses de sa cadette. Si les questions étaient intéressantes, elles les éloignaient des interrogations légitimes de sa collègue préférée. Miwako raconta donc en détail à sa cadette son aventure à Kousen, pourquoi elle s’y était rendue, ce qu’elle avait vu avec la découverte des corps et qu’elle avait sauvé une blessée. Elle lui raconta  ce que Benihime-san,  une fois soigné lui avait appris : l’histoire de yumigami-sama qui menaçait les terres d’Amaterasus avec la faille du yomi, ouverte sur les terres de yokuni.



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 88
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Mar 13 Sep - 22:09

Au fur et à mesure que les mots sortaient de la bouche de Miwako, Sora comprit à quel point elle avait pu se fourvoyer sur la situation actuelle du clan, et au delà de ça, sur celle du monde entier. Ainsi, les Hommes avaient directement affaire à une querelle des Dieux ? Cela aurait pu ressembler, dans un autre contexte, à une autre époque, à une vieille légende racontée pour impressionner les enfants, mais c’était pourtant bien réel. Sora se sentait à la fois abasourdie et dépassée par ce qu’elle entendait. Une sorte de fatigue morale intense s’empara d’elle. Tout cela expliquait beaucoup quant aux évènements récents, et collait parfaitement aux histoires et autres rumeurs qu’elle avait pu entendre.

De plus, ce que la descendante des Abe no avait évoqué plus tôt à propos des politiciens et de leur possible corruption avait un air de dissonance à ses oreilles : cela semblait être juste, mais laissait pour autant une sorte d’amertume dans son âme. Bien sûr, elle se doutait bien que certains de ces gens n’étaient pas tous blancs. La politique ; sa famille était devenue spécialisée dans ce domaine à toujours vouloir s’attirer les mérites des plus grands. Elle savait ce que certains étaient prêts à faire pour en arriver là. C’était presque un Art. Ou une maladie contagieuse, au choix. Car parfois certaines personnes se retrouvent aussi impliquées dans de sinistres manoeuvres politiques sans s’en rendre compte, ou alors bien trop tard. Tirer les ficelles, tels des marionnettistes. Certains étaient même prêts à employer des méthodes plus que déshonorantes, dans l’infime espoir qu’on ne découvre rien de la supercherie. Son regard s’assombrit à cette pensée lugubre, et au souvenir de certaines conversations qu’elle avait pu surprendre étant jeune. Les gens ne se méfient pas assez des enfants. Elle sentit soudainement une pointe de colère irriter ses narines, et le rose monter à ses joues. Cependant elle ne pouvait rien y faire, et Miwako n’était pas responsable et ne devait pas souffrir pour quelques fautifs qui ne se feraient sans doute jamais prendre. Il fallait juste être plus subtil, et comme aux échecs, avoir la vision des diverses tactiques quelques coups à l’avance.

"- Alors comme ça, les Dieux eux-mêmes seraient sur une pente glissante en ce moment … Cela explique beaucoup de choses. Et, tu as raison … C’est une période tendue. Je dois faire attention à mes soi-disant “alliés”. Je dois redoubler de vigilance parce qu’il devient difficile de savoir à qui se fier. Heureusement je sais que je peux toujours compter sur mes proches, n’est ce pas, sempai ?"

Sora accompagna cette dernière phrase d’un léger cin d’oeil espiègle. Elle s’arrêta pour boire une gorgée ou deux de thé, cela l’apaisa deux minutes, ses traits se détendirent.

"- J’admire ton courage Miwako, tu t’impliques toujours par toi-même à sauvegarder comme tu le peux les intérêts du clan, et cette mission à Kousen le prouve encore."

A nouveau, un picotement, plus fort cette fois, comme une intense satisfaction montante. Une impression transcendante de joie la parcourut, d’un coup, alors qu’elle prononçait tout juste ces mots. Mais ça ne venait pas d’elle. Sora tressaillit, ayant comme l’impression d’une attaque sournoise dans le dos, comme si quelqu’un s’amusait à jouer avec ses nerfs, un pic d’adrénaline la parcourut entièrement comme si sa vie dépendait des secondes qui s’écoulaient maintenant. La jeune kannushi comprit bien qu’il s’agissait de Gekigami-sama. Ca ne pouvait pas être autre chose. Pourquoi cherchait-Il à lui parler aujourd’hui ? Depuis le début de cette entrevue avec son mentor, Il était là. Il se montrait, comme Il le pouvait, petit à petit, par des sensations inhabituelles. Ca ne pouvait pas être “que” de la fatigue, ou une quelconque invention de son esprit, à ce point là.

D’ailleurs, Urahara leva les oreilles, comme s’il avait été interloqué par quelque chose de dangereux, ou par un bruit lointain. Tel que son instinct de prédateur aurait été piqué au vif s'il devenait malgré lui la proie. Il la regarda, presque surpris, du moins autant que si ce qu’il venait de ressentir venait de la jeune fille elle-même.

* Ca ne va pas, Sora ?*


Elle reprenait son souffle, elle avait l’impression d’être tombée malade d’un seul coup et d’avoir du mal à respirer. Mais, ne voulant alarmer personne, elle répondit simplement :

"- Oui oui, tout va bien …"

Elle avait tenté d’accompagner sa phrase d’un sourire, mais son état ne permettait sûrement pas à cette mimique d’être suffisamment convaincante. Alors, elle fit mine de se redresser, comme si de rien n’était. Elle se racla la gorge, invitant implicitement tout le monde à ne plus se focaliser sur elle. Comme elle n'y parvenait toujours pas, elle réfléchit à comment poursuivre leur discussion sans gêne, mais sans se concentrer pour autant sur ses sensations intérieures et spirituelles. Elle avait du mal à comprendre. Et tant qu’elle ne saurait pas à quoi jouait le Kami, elle se dit qu’elle devrait laisser ses interrogations intérieures de côté. Mais elle sentait qu’au fond d’elle même le dessein de son Dieu s’était bien ancré, et même si, dans sa grande ignorance, elle ne comprenait pas encore de quel grand Plan la divinité de la Foudre la gâtait, elle ne pouvait faire que semblant de ne pas entendre l’écho du son sourd que fait le Tonnerre qui gronde au loin. Soudain, elle trouva son prétexte :

"- Et si nous allions prendre un peu l’air une fois que nous auront finit de boire le thé ? Rester enfermée dans ce temple me monte un peu à la tête je crois."


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Mar 14 Fév - 1:06

Au clin d’œil espiègle, Miwako répondit par un sourire malicieux et complice. Sa sœur de coeur avait beaucoup de ressource et savait compter sur son entourage quand il le fallait, tout comme s’en affranchir au besoin. Les décisions de sa cadette étaient loin d’être toutes réfléchies et la frêle jeune femme se révélait souvent pleine de surprise, mais son histoire prouvait qu’elle prenait plus souvent de bonnes décisions que de mauvaise. La jeune Kannushi procédait simplement à sa façon. C’était peut-être un trait de caractère qui plaisait à leur déité tutélaire ? Car les deux incarnations qu’elle avait connues avaient toutes deux un parcours original au vu de leur condition et chacune une façon personnelle d’affirmer un caractère peu commun.

La jeune femme fut étonnée par les mots de Sora, qui ne lui correspondaient guère. Ils n’étaient pas insultants, loin de là, mais elles se connaissaient depuis si longtemps. Une remarque comme celle-ci, au vu de leur relation paraissait incongrue.  C’était d’autant plus étrange aux yeux de la religieuse que se sœur partageait avec elle ce dévouement et ce courage. Le clan et même la vie des autres personnes, en dehors de celui-ci devaient être protégé. C’était bien là l’essence de leur profession, du moins un dès pilier fondateur de leur fonction aux yeux de la religieuse. Miwako choisit tout de même de répondre à cette remarque étrange avec sa douceur et son humilité coutumière.

« Je serai indigne de ma fonction et du nom Abe no en agissant autrement. »

L’onmyouji ne fut apparemment pas la seule surprise. Sa cadette semblait décontenancée par ses propres mots. C’était d’autant plus déroutant, que les traits de son interlocutrice paraissaient subitement plus fatigués. L’inquiétude se traça sur le visage de la plus vieille. La cadette tenta de les rassurer, mais son sourire ne pouvait tromper personne.  Il y avait bien anguille sous roche.  

Sora détourna la conversation de manière maladroite. Miwako ne tenterait pas de lui tirer les vers du nez maintenant. Il était inutile d’essayer de forcer sa cadette, qui pouvait se montrer têtu comme peu de personne sur yokuni.  L’onmyouji laissa donc la kannushi s’en sortir de bonne grâce. La nouvelle incarnation de Gekigami-sama était enfermée depuis maintenant plusieurs jours dans le temple. Avec sa nouvelle condition bien des responsabilités lui étaient tombées sur les épaules d’un coup. Elle ne devait pas vraiment avoir eu le temps de souffler un peu, ni de sortir. Avec sa nouvelle place en tant que Kannushi, elle ne pourrait d’ailleurs plus bouger aussi librement.  

Miwako prit quelques secondes, pour réfléchir et ménager à la fois les gens du temple et les envies compréhensibles de sa sœur. Pour sa santé, une bonne pause ne pouvait pas non plus lui faire du mal.

« Demande un ichimegasa pour ne pas être reconnue dans la rue. »

Commença Miwako en pointant son petit doigt avec son index. En temps normal, la présence de l’incarnation du tigre foudroyant causerait déjà des mouvements de foule inquiétants, avec le climat actuel cela pouvait s’avérer d’autant plus dangereux. Les réactions de la population étaient plus imprévisibles que jamais, surtout face à un symbole vivant aussi fort que le cœur des éclairs. Jamais la Kannushi ne sortait officiellement sans un cortège pour cette raison-là, il lui fallait être entouré de religieux, aussi bien pour la protéger, que pour montrer son statut. De même, toute sortie officielle du temple ne pouvait pas se faire sans un motif sérieux.  Miwako comprenait parfaitement l’envie de sa cadette, mais cela n’était pas suffisant pour qu’elle puisse sortir le visage découvert. Le seul moyen d’être tranquille pour la kannushi était donc de sortir non officiellement, à visage couvert. Heureusement que les ichimegasas cachaientt bien et étaient portés par suffisamment de femmes, pour ne pas attirer l’attention.

« Il faudra aussi un sohei nous accompagne au moins, pour rassurer les gens du temple »

Compléta l’onmyouji en passant à l’annulaire. Les Jushokus ne la laisseraient jamais sortir, à raison, sans au moins une personne apte à la protéger d’agression physique. Il ne fallait pas non plus être accompagné d’une escorte, ce qui serait alors trop voyant et ne manquerait pas d’attirer les curieux. Juste un ou deux hommes pour les accompagner. Il n’était pas rare pour des femmes d’être accompagné par des hommes pour les protéger. Parfois les soheis accompagnaient pendant un bout de voyage les pèlerins avec qui ils partageaient quelques toutes en communs.

« Et que tu leur annonces dans quel coin nous nous promènerons. »

Fit-elle pour terminer, le doigt sur son majeur. Il fallait qu’à tout instant un messager puisse les retrouver rapidement. En tant que Kannushi durant cette période de trouble, elle ne pouvait pas se permettre de disparaitre ainsi. Si une nouvelle urgente tombait, le cœur devait pouvoir être informé le plus rapidement possible, pour apporter le soutien nécessaires aux enfants de la foudre.
La religieuse regardait ses trois doigts dépliés en cherchant si elle n’avait pas oublié un paramètre important. Ces trois conditions n’étaient pas trop contraignantes, mais bien révélatrices du nouveau statut de Sora. Avant, elles auraient pu sortir simplement, sans avoir besoin de se soucier de quoique ce soit. Maintenant, elles devaient réfléchir et bien s’organiser pour éviter tout incident.



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 88
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Lun 10 Avr - 22:35


Ah, c'était bien Miwako. Toujours aussi prévoyante et attentionnée. Elle avait listé en quelques points les critères nécessaires à leur sortie sans risques démesurés. Sora acquiesça tout simplement, n’y voyant pas d’objections, bien que ces nouvelles formalités lui semblaient bien pesantes : elle n’y était pas encore habituée. Oui, sa soeur avait raison. Elle devait maintenant prendre des précautions lorsqu’elle voulait entreprendre une quelconque activité nécessitant de sortir du temple. Elle ne pouvait tout simplement pas se permettre comme autrefois, de sortir dans la rue comme une personne lambda. Bien qu’elle ne se soit encore montrée que peu au grand public, par respect, en période de deuil, pour l’ancienne kannushi du clan, mais aussi tout simplement parce qu’elle n’était pas encore prête à le faire, probablement certaines personnes devaient surveiller ses allées et venues. Elle n’était tout simplement plus “anonyme”. Autrefois on pouvait la connaître par le nom de sa famille, à la rigueur … Mais maintenant qu’elle portait le nom de réincarnation de la Foudre, ça n’avait plus rien à voir … Plus fort encore que n’importe quel mariage, ce lien allait désormais régir sa vie entière. C’était le sacrifice à faire pour se faire le porte-parole de son Dieu, après tout.

Sora se leva et fit appeler un intendant pour lui transmettre ses instructions. Elle dut insister pour qu’on accepte sa requête sans broncher, car l’homme, précautionneux et inquiet par nature, semblait ne pas être trop d’accord avec l’idée de cette excursion improvisée. Néanmoins la mine fatiguée de Sora l’aura sans doute convaincu des bienfaits de ce bol d’air frais. On eut tôt fait de leur fournir de quoi se couvrir, l’un des meilleurs soheis fût mandaté pour les surveiller également. L’intendant en question lui préconisa un itinéraire par ailleurs : elles n’auraient donc même pas le choix de faire de libres pas, mais néanmoins il leur avait trouvé une ballade assez tranquille à faire aux alentours du temple sans être dérangées.

Les crépitements qui faisaient rage dans la tête de Sora quelques instants plus tôt s’étaient en grande partie dissipés. Un soulagement pour elle, car elle ne voulait pas que sa soeur soit venue pour la voir mal en point. Et, par dessus tout, elle ne voulait pas faire naître l’inquiétude dans le coeur de son aînée.

C’est donc avec une nouvelle fraîcheur qu’elle emboîta le pas du sohei vers ce qui était probablement l’une des sorties les plus discrètes du temple.

Une petite route naturelle menait vers un chemin de ballade propice au calme et à la communion avec la nature. Elle ne menait pas vers des routes fréquentées, mais ne s’éloignait pas trop pour autant du Temple. C’était une bonne chose.

Sora reprit de pleines bouffées d’air frais et c’est vrai que cela lui fit un bien fou, sur le coup. Incroyable … Elle n’avait vraiment pas prit le temps de faire ça depuis … Plusieurs jours ? Elle venait de le réaliser. Et ce n’était pas finit… Mais pour l’instant, elle ne voulait pas y penser. Elle ne pouvait s’empêcher néanmoins d’admirer d’autant plus ses prédécesseurs maintenant qu’elle vivait un peu leur situation.

Elle reprit d’elle même la conversation sans même y réfléchir, spontanément :

“Alors, tu as pu au moins un peu profiter des tiens dernièrement ? Il n’y a pas eu trop de pertes parmi les Abe No ?”

Elle s’inquiétait réellement de le savoir. La mort, c’était un sujet un peu tabou en ces temps-ci, puisqu’elle avait frappé brutalement et sans prévenir la plupart des gens de près ou de loin. Aussi ce n’est pas le genre de question qu’elle se serait permis de poser à n’importe qui. Mais Miwako, c’était différent. Elle se souciait réellement de son bien être.

“- Pour ma part en tous cas j’ai eu des nouvelles de Gaku-sensei. Il va bien. Il apporte son aide comme il le peut à Kousen, d’après ce que je sais. Et puis, chez moi … Personne n’est tombé dans le Sommeil, fort heureusement, mais mes deux frères ont dû se battre sur leur premier vrai champs de bataille … Tu imagines ? Il n’y a pas si longtemps qu’ils sont samurais… Ils rendent honneur aux Mirai.”

Miwako connaissait le contexte familial de Sora. Elle savait que les faits d’armes étaient la quête ultime chez les Mirai … Au point que c’était presque devenu obsessionnel. Elle, elle espérait simplement que ses deux frères étaient aussi épanouis qu’elle-même dans leur propre voie.

Elle ne savait pas pourquoi elle pensait maintenant à sa famille. A vrai dire, elle se rendit compte que ça non plus, elle n’avait pas prit le temps de le faire depuis un moment. Peut-être était-ce le fait de pouvoir revoir celle qu’elle considérait comme sa soeur, qui réveillait en elle ses instincts de meute.

Urahara approuva à cette pensée comme si cela lui paraissait évident.

*Toujours aussi omniscient hein …?*
Elle crut voir sur les traits du gardien un sourire se tracer sur sa gueule. Elle sourit alors intérieurement, contente du bonheur simple éprouvé en cette minute de répit.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Sam 29 Avr - 22:37

Miwako laissa sa cadette donner les ordres nécessaires pour leur sortie, c’était elle la maîtresse des lieux. Visiblement, la nouvelle Kannushi due légèrement insister, ce qui était étonnant au vu de son statut. Peut-être que le destin funeste de la dernière incarnation du tigre les avaient un peu refroidis sur les impacts d’une obéissance stricts et aveugles. L’onmyouji regarda l’homme s’éloigner pour régler les derniers détails et minimiser tous les risques avec une certaine mansuétude. Comme bien des religieux qui servaient le temple, qui s’étaient occupée de Nadeshige-sama, ils devaient nourrir une certaine culpabilité en plus de la tristesse. Comme la pluparts des gens qui résidaient prêt du cœur de gakigami-sama, ils ne montreraient pas trop ses sentiments afin de ne pas importuner la nouvelle incarnation divine.

Les deux jeunes femmes n’attendirent pas très longtemps pour que les détails soient réglés et qu’elles puissent sortir. Miwako suivit dont leur garde du corps d’une promenade, au côté de Sora et découvrit un passage qu’elle ne connaissait pas vraiment. C’était une petite entrée/sortie, qui devait principalement être employé par les habitants du temple, ce qui n’était pas le cas de l’héritière des Abe no. La jeune femme ne connaissait au final que l’entrée principale, celle que tous les visiteurs du temple connaissaient. La demoiselle fut donc positivement surprise par la découverte de cette allée un peu sauvage, qui lui parut parfaite pour leur promenade.
Une promenade, un sourire passa sur le visage de Miwako. Elle avait l’impression de ne pas avoir connu une telle pause depuis une éternité. Ces derniers moments de répits étaient rares, initiés par son grand-père, auprès des Abe no présent dans la demeure principale et des quelques apprentis de ces derniers. Heureusement que le vieil homme faisait d’ailleurs attention à la santé des plus jeunes, qui absorbés par l’urgence et le danger de la situation, ne faisaient guère attention à leur santé. La plupart des Abe no, dont Miwako étaient en train de se surmener et ce depuis plusieurs mois maintenant. Ces quelques pas sur un chemin aidèrent un peu à détendre les multiples nœuds formés sous l’effet de stress.

La question de sa cadette fit naître un sourire amusé sur le visage de l’onmyouji, bien que son interlocutrice ne puisse pas le voir.  Profiter de sa famille ? Elle aimait les membres de sa famille et tenait à l’honneur et au maintien des Abe no, mais si la demoiselle était toujours sur la route, l’ambiance au sein de la demeure n’y était pas pour rien. Ce n’était pas la seule raison, le manque de travail et l’ennuie qui la guettait à la capitale la poussaient également à sortir, mais le climat au sein de cette vieille et grande famille n’était pas reposant et totalement serein, en tout cas pas totalement pour la futur chef, qui rencontrait certaines oppositions peu sympathiques. Heureusement, c’était peut-être le seul avantage de la situation actuelle, tout cela était pour l’instant enterré, face aux problèmes graves qui tombaient sur yokuni. Des sombres desseins de descendance et de puissance familiale pesaient moins lourd face au destin de leur clan et aux sens du devoir des Abe no. L’abnégation était une des valeurs fondamentales de cette famille.

« Profiter, je n’emploierais pas ce terme au vu de l’état d’esprit de la famille en ce moment. Nous sommes tous trop concentré sur la faille, pour nous occuper de ce qui nous entoure.»

Miwako ne s’épancha pas d’avantage sur le sujet. La demoiselle n’avait jamais été une grande bavarde sur sa famille, aussi bien ne positif, qu’en négatif.  Le sujet était sensible et elle ne voulait pas encombrer sa cadette avec ce genre d’histoires pas toujours très propres.

« Nous avons eu de la chance parmi les Abe no personne n’a été touché par le sommeil, malheureusement il y a eu quelques victimes parmi les gens qui travaillent pour nous, certains alliés ou quelques contacts. »

Sora ne connaissait pas particulièrement les servants de la maison, Miwako beaucoup plus. Certains étaient des figures présentes depuis sa plus tendre enfance et elle avait été affectée par leurs sommeils ou leurs morts.
Miwako fut soulagé et heureuse d’apprendre que cet homme qui fut un temps son professeur aille bien.

« C’est bien que Gaku-sensei soit en pleine forme. Kousen a bien besoin de gens comme lui pour s’en remettre. La population ne reviendra pas dans cette cité sans l’aide des religieux pour les accompagner et les rassurer. »

Pour remplir ce genre de mission quelqu’un comme lui était même tout indiqué. Sa notoriété n’était pas celle des Abe no, mais son expérience lui donnée tout de même une bonne réputation, qu’il méritait amplement. Son caractère aussi était un atout des plus appréciable pour ce type de situation.

« Félicitations à tes frères, qui je n’en doute pas ont dû montrer leur valeur et leur bravoure pour protéger Raimei. »

Les compliments étaient sincères, la brune n’ignorait rien de la tradition martiale de sa cadette, ni de son importance aux yeux de la nouvelle incarnation divine. Cela faisait au moins un point positif dans cette bataille, car en temps de paix les samouraïs en recherchent de combat pour s’illustrer pouvaient vite se retrouver frustrés. Abattre quelques brigands n’était pas aussi glorieux que les combats de reconquêtes des terres Kenshus face aux yokais racontés par leurs propres parents.

En parlant du combat, la jeune femme avait d’autres mots à ajouter.

« Je te remercie d’ailleurs de tes actions lors du combat, tu as sauvé mon cousin Abe no yuto lors de ce dernier. »

Dit-elle en respectant scrupuleusement l’étiquette. Son plus jeune cousin n’avait perdu qu’un œil, au vu de son inexpérience, les dégâts auraient pu être pires si sa  sœur de cœur n’était pas intervenue. Pour cela, Miwako lui en était reconnaissante. Yuto, c’était le petit dernier du quatuor d’enfant formé par leur grand-père et même si le temps les éloignait, la demoiselle conservait pour ses cousins une affection particulière.



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 88
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Dim 7 Mai - 18:36

Quelques pas sur les chemins de terre étaient une réelle bénédiction. D’ailleurs, cela semblait être aussi le cas pour Miwako également. Visiblement l’ambiance familiale n’était pas forcément au beau fixe en ces temps troublés. Forcément, avec tous ces fâcheux événements, les Abe no devaient être aux quatre cent coups. La période n’était pas facile à vivre, surtout pour une des familles les plus religieuses de Kenshu. Comme d’habitude, sa sœur de cœur évinça donc rapidement de ses pensées la situation familiale.

Sora avait néanmoins été rassurée d’apprendre que la plupart des membres de sa famille n’avaient pas eu à faire face au terrible Sommeil. Malheureusement, il n’en n’allait pas de même pour tous les amis de la famille, forcément. Parmi les Mirai, certains avaient été touchés par le Sommeil et s’en étaient sortis, d’autres pas. Son père et ses frères n’avaient pas été touchés, ce que Sora assimilait comme étant une bénédiction divine.

En parlant d’eux, elle accueillit les félicitations que Miwako adressa à ses frères avec le fierté d’une grande sœur qui est réellement heureuse que ses cadets puissent s’épanouir dans leur propre voie.

Elles avaient déjà assez marché, et le temps se gâtait un peu, mais Sora ne voulait pas gâcher cette promenade. C’était une des rares choses normales qu’elle avait faites depuis qu’elle était devenue kannushi.

Miwako eut la délicatesse de remercier Sora pour avoir sauvé Yuto. C’était Miwako tout craché à vrai dire : les règles de l’étiquette étaient respectées. Sora était simplement étonnée que ce sujet revienne sur table, mais accepta bien sur les gratitudes dont sa sœur lui faisait part avec modestie :

“- Tu n’as pas à me remercier, voyons. C’était naturel d’agir ainsi. Je l’aurais fait pour n’importe qui.”

Le plus jeune des cousins de Miwako avait malheureusement perdu un œil dans l’accident. Cela le rapprochait étrangement de son frère, qui lui même avait un œil scellé. Yuto s’était déjà confondu en remerciements. Sora n’avait peut être pas prit la situation à sa juste mesure, et l’avait traité un peu sèchement, car elle était simplement désolée de ce qui lui était arrivé. C’est à ce moment là qu’elle avait prit la mesure de la gravité de la situation.

“- Je suis navrée qu’il ait perdu l’un de ses yeux. J’espère qu’il aura pu vite se remettre de cette perte.”

Sora avait bien senti chez ce jeune homme de grandes qualités mais ne pouvait s’empêcher pour autant de le ramener à Chikanori … Et tout ce qui allait avec. Et ce, malgré tout ce qui s’était passé.

Enfin ! L’heure n’était plus à la nostalgie. Il fallait continuer d’avancer avec ce que la guerre contre les yokaï pouvait laisser comme cicatrices. Elle eut bien sûr à cet instant une autre pensée pour Nadeshige-sama. Il fallait maintenant se tourner vers l’avenir, en l'espérant meilleur et plus pur …

***

*???*

*Qu’est-ce que …?*, elle venait de voir un flash dans le coin de ses yeux.

“- UUUyuurgh…”

Un coup rapide mais douloureux l’avait frappé en pleine poitrine. Ce fut si soudain qu’elle avait dû agripper la manche de Miwako de peur de défaillir. Penchée en avant, ses yeux figés dans le vide, elle encaissait la douleur. Clairement, ça ne pouvait pas être autre chose…

Il s’était soudainement mit à pleuvoir et on pouvait déjà entendre un bruit sourd de tonnerre, comme si la météo avait décidé de donner un peu la puce à l’oreille de Sora. Gekigami-sama lui envoyait des signes. C’était certain. Sa pensée fusait à toute allure, elle eut donc juste eut le temps de prononcer cette phrase sans queue ni tête, sans même s'en rendre compte :

“-ES.. ES-TU PRETE, ENFANT DE LA FOUDRE ? Es-tu prête à faire face à ton destin …. Ton destin inattendu ?”


Ses yeux étaient maintenant virés sur ceux de Miwako, le sohei qui les accompagnait commençant à paniquer, Urahara apparaissant, tous crocs dehors, le décor commençant à s’estomper nettement comme lorsqu’on plonge dans un sommeil profond ...


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Jeu 18 Mai - 23:28

Miwako s’aperçut également que le temps changeait, mais n’y avait prêté aucune attention. Qu’ils pleuvent ou non, la plus âgée était bien décidée à se plier aux décisions de sa cadette concernant leur sortie.

« C’est le genre de risque inhérent à notre tâche et tu as pu éviter le pire. »

Répondit la demoiselle avec un certain fatalisme et pour retirer toute trace de culpabilité chez sa kouhai. Combattre les yokais comportait des risques, tous les religieux qui avaient choisi cette voie en avait conscience et acceptait que leur destin puisse finir violemment ou que leurs corps partent en plusieurs morceaux. Miwako avait pour l’instant eu de la chance, même si elle avait essuyé comme tout le monde quelques blessures et échecs, elle n’avait pour l’instant pas de séquelles physiques permanentes. Quant à la psyché, le sujet pouvait être plus délicat, comme par exemple le champ de cadavre de Kousen, qui l’a poursuivait encore dans ses cauchemars. Il lui faudrait plus de temps pour parvenir à s’apaiser sur le sujet, elle y était bien parvenue sur d’autres cas éprouvants. Ces situations dures laissaient toutefois toutes leurs marques dans l’âme de la jeune onmyouji.

« Il s’y fera, je n’ai aucun doute sur sa combativité. »

Conclut-elle avec un sourire confiant. Il était certes le dernier de la bande, mais plus d’une fois le plus jeune garçon avait montré sa détermination et le nouveau borgne ne manquait pas de volonté. Il avait en lui toutes les ressources nécessaires pour dépasser cet évènement et cet handicap.

Subitement, sa cadette s’immobilisa, ce qui arrêta net la marche de son aîné. Alors que la nouvelle Kannushi s’agrippa à sa manche, Miwako se rapprocha de cette dernière et lui posa une main sur le dos. Elle se plaça instinctivement de manière à pouvoir réceptionner sa sœur de cœur en cas de chute. Un râle de douleur s’arracha des lèvres de la plus jeune, alors que le ciel devenu noir s’ouvrait. La futur chef des Abe no se fichait bien à présent de la pluie, car elle s’inquiétait pour Sora. Elle voyait sa cadette souffrir. Elle sentait que l’atmosphère autour de la fille des Mirai changeait et même le corps de l’onmyouji signalait un problème. L’énergie spirituelle évoluait, ce qui n’était pas normal. Pire, la puissance dégagée par la kannushi évoluait de façon brutale, affolante même, ce qui devait être à l’origine de ses souffrances. Miwako ne savait quoi faire face à un tel évènement. La brune sentait que son estomac se nouait et les poils de son corps se hérissaient face à ce que sa cadette émettait.

L’étrange voix qui sortit de la gorge de sa cadette mit fin aux questions de l’héritière des Abe no. Il ne pouvait y avoir qu’un responsable à l’origine de tant de bouleversement et le temps était un indice qu’elle avait, comme une idiote, négligée. Les kannushis étaient les hôtes de leur divinité et l’intervention de Gekigami-sama concordait bien avec la situation, sauf que Miwako était toujours perplexe. Alors que l’incarnation humaine du tigre divin la fixait d’un regard, qui n’était plus le sien, la jeune femme resta interdite. Pourquoi leur kami tutélaire s’incarnait maintenant? De quoi parlait-il exactement ?  Son esprit était certes perdu dans la perplexité, mais elle était à présent dans une situation exceptionnelle. Jamais un kami ne s’incarnait sans raison et il n’y avait qu’une seule réponse possible pour elle présentement.

« Je suis à vos ordres et prêtes à vous obéir Gekigami-sama. »

Répondit la demoiselle avec une certitude qui contrastait avec toutes les questions qui tournaient dans sa tête. C’était la dévotion de la demoiselle qui lui donnait cette assurance et ce calme, alors qu’elle s’agenouillait face à celui à l’origine de leur pouvoir. Elle avait aussi la certitude qu’une fois pleinement incarné, le tigre céleste apporterait les réponses. Hono et Onji ne grognaient pas et les deux kirins s’étaient prosternés comme ils le devaient face à cette entité bien supérieure. Il n’y avait que le sohei qui était encore en panique, à se demander ce qu’il pouvait bien se passer.



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 88
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Lun 22 Mai - 7:52

Froid …

Sora avait froid tandis qu'elle se sentait partir, presque comme une mourante. C'était dur. C'était violent, mais c'était pour le bien du clan et pour honorer la volonté divine. Alors Sora se retrancha dans ce qui restait de sa propre conscience et laissa la libre place à son Kami pour s'exprimer pleinement. La dernière chose dont elle se souvint d'avoir vu par elle-même, c'était les éclairs, de plus en plus proches, qui annoncaient la venue de leur Maître.

*O toi, gardienne et hôte de mon être, il est temps, invoque moi.*

Cette fois le son de cette supplique était doux et bienveillant, comme une opportunité unique de reprendre son souffle en plein naufrage.

Doucement, elle laissa par d'infinis contrôles sa propre âme et conscience s'effacer au profit de Celle, beaucoup plus Imposante et O combien Supérieure de son Dieu. Elle se posa donc en simple spectatrice car à vrai dire à partir de là, elle ne fut plus capable de faire quoi que ce soit.

Aussi vivement que la foudre frappe, elle se sentit presque découpée en deux, tomba à genoux sous la douleur, mais resta redressée. Le vent et la nature autour d'elle se déchaînaient, écoutant la volonté du Tigre Divin. De ses yeux maintenant sortait une lumière aveuglante et brûlante de vie. Ce n'était étrangement pas douloureux mais Sora sut qu'elle allait probablement rester aveugle pendant quelques temps … Si elle arrivait à survivre à cela.

Le Kami se matérialisa sous une forme d’incandescence spirituelle représentant ses traits dont l'origine venait des deux petits orbes luminescents, les yeux de la jeune kannushi.

“- ENTENDS BIEN MA VOIX FILLE DE LA FOUDRE CAR COMME TU L'AS DÉJÀ COMPRIS, TU ES MAINTENANT FACE AU KAMI DE TON CLAN.”

Le discours de Gekigami-sama devait avoir une portée de plusieurs centaines de mètres au moins, Sora en communion avec les pouvoirs infinis du divins sentaient les mouvements de gens du temple s'accélérer, paniqués qu'ils devaient être d'entendre cette Voix d’outre-ciel.

"- SI JE ME PRESENTE À TOI, DIGNE DESCENDANTE DE LA FAMILLE ABE NO, C'EST QUE TU VAS DEVOIR ACCOMPLIR TA DESTINÉE AUX CÔTÉS DE CELLE QUE J'AI CHOISIE POUR HÔTE ET QUE TU NOMMES TA SOEUR.”

C'est à cet instant seulement que Sora fut certaine du choix du Kami. Du peu de force qu'il lui restait elle parvint à se redresser encore davantage, plus que jamais à l'écoute.

"- CE N'EST PAS UN HASARD. VOTRE LIEN VOUS REND PLUS FORTES. JE VOUS SAIS DIGNES MALGRÉ VOTRE JEUNESSE.”

Le Kami s'expliquait sur les raisons de son choix, même s'il n'avait pas vraiment besoin de le faire … Sora savait que Miwako serait parfaite dans ce rôle.

“- FAIS FACE AUX ÉPREUVES ET TU SERAS À LA TÊTE DE CEUX QUI SONT MES ENFANTS, MON ÉLUE. TOI, MIWAKO, TU PORTERAS LE NOM DE KENSHU, UNE GRANDE DESTINÉE S'OFFRE À TOI.”

Ca yest. Il l'avait dit et de nombreuses oreilles pouvaient être autant de témoins.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Lun 3 Juil - 1:15

Miwako ne releva pas la tête et resta agenouillée devant le kami qui prenait la parole, la demoiselle ne parvenait même pas à sentir la panique des religieux. Ses sens étaient saturés, à cause de la puissance de Gekisgami-sama et de sa sensibilité accrue au monde spirituel. Une partie du personnel du temple, les avaient rejoints dans le jardin, devenant ainsi témoin de cette apparition si rare, même pour des gens de leur rang. Ils s’étaient d’ailleurs tous prosternés devant la divinité qu’ils vénéraient quotidiennement. Des gens s’étaient au contraire réfugiés chez eux, mus par la peur des évènements récents, d’ailleurs quelques samouraïs et d’autre civil ou pèlerin s’étaient également précipité pour défendre vaillamment le bâtiments sacrée. Autant de personne en plus, qui finir par former une petite foule à présent tous agenouillés devant l’incarnation divine.

L’onmyouji était uniquement concentrée sur les paroles de leur déité tutélaire, mais elle ne comprit pas tout de suite les paroles de ce dernier. En réalité, elle ne voulait pas comprendre où le vénéré Kami de ses terres natales voulait en venir. Les derniers mots du tigre sacré furent cependant sans équivoque sur la destinée de la jeune femme et la nouvelle place qu’il lui dédiait.
Miwako eut l’impression que le sol se dérobait sous ses pieds alors que son nouveau statut éclatait au grand jour. Elle ne bougea pas d’un pouce, totalement pétrifiée alors que son monde se retrouvait bouleversé. Comment ? Pourquoi elle ? La jeune demoiselle se retrouva sans voix alors que la nouvelle la laissait sans énergie.

Elle était tellement persuadée de sa place d’onmyouji, que son futur était de reprendre la place de chef des Abe no, vacante par sa seule faute. La brune était même heureuse de cette certitude, malgré les privations qu’une telle responsabilité pouvait engendrer et les exigences qu’un tel poste. Elle se préparait au poids d’une telle responsabilité, mais le clan ? En serait-elle seulement capable ?
Certes, elle avait plus de connaissance politique que la moyenne de la population, mais elle n’en menait pas large face à un vrai Kuge. Puis elle n’y connaissait rien en diplomatie, en art militaire, en fiscalité. Elle n’avait même jamais géré des terres ou le personnel de leur demeure. Alors un clan, son clan ? Comment devenir responsable d’autan de vie avec si peu de compétence ?
La panique gagnait la demoiselle avec ces questions, ainsi un silence de plusieurs secondes s’installa seulement perturbé par le bruit de l’orage qui les entourait. C’est d’ailleurs le bruit de la foudre qui sortit brutalement la demoiselle de ses pensées. Une réponse, elle devait une réponse à celui qui les protégeait tous.

« Il en sera fait selon votre volonté Gekigami-sama. »

Sa voix était pâle, étrangement faible dans la gorge d’une femme qui avait toujours montré un visage assuré. Elle avait répondu par automatisme de manière positive, même si l’annonce la laissait dans un état second, car la demoiselle ne pouvait pas répondre négativement à la demande du Kami tutélaire du peuple de la foudre.

Une partie des gens n’osaient plus bouger, ils n’avaient pas d’ailleurs pu entendre la réponse de la nouvelle championne du tigre sacré. Ils restaient bloquer dans l’expectative de la suite des évènements. La religieuse ne parvenait toujours pas à croire ce qu’il se déroulait devant elle. Ce n’était pas un rêve, mais pas un cauchemar non plus, car elle n’aurait jamais pu envisager une telle possibilité, quoique l’idée de ne plus exercer cette profession qui la comblait tant ce rapprochait bien d’un mauvais songe. C’était un honneur qui lui était fait pourtant, elle ne le ressentait pas à cet instant. Miwako ne voyait que le deuil de son avenir, sans voir le futur qui l’attendait et cela la pétrifiait, elle ne voulait pas de ce changement.



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 88
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Dim 9 Juil - 18:59


La nouvelle devait lui faire un choc. C'était normal. Sora y avait songé juste avant de laisser "la place" à son Kami. Sora s'en voulait, d'ailleurs. Mais ce n'était pas sa faute ... Comment aurait-elle pu prévoir les desseins de son Dieu ?

Sa conscience était quelque part "derrière". Elle n'était que l'hôte, mais il en l'avait bien sur pas écrasée pour autant. Elle voyait à travers Ses yeux. Elle sentait, au plus profond de son âme, que sa soeur était perdue ... Bien sur. C'était évident. Lorsque Sora elle-même avait été révélée comme étant la nouvelle Kannushi, elle n'y croyait pas. Et elle mit longtemps à y croire, malgré ce que sa bouche pouvait raconter, malgré même ce que ses pensées ressassaient sans cesse.

Alors ... Être témoin de l'apparition divine, c'était une chose. Mais qu'en plus cette déité se présente pour nommer son Elue à accéder au rang le plus haut du clan, c'était autre chose. D'autant que Sora savait que Miwako avait d'autres aspirations ... Une vague d'angoisse la submergea, mais la Foudre ondoyante qui avait prit possession de chacune des cellules de son corps l'apaisait.

*Ne t'en fais pas mon enfant. Je sais ce que je fais.*, lui avait-il chuchoté comme on murmure au creux de l'oreille.

Alors que Sora s'attendait à entendre le son tonitruant de l'éclair qui tombe sortir à nouveau de sa propre bouche, il n'en fut rien. Gekigami-sama prit une voix bien plus calme et posée tout à coup, comme s'il s'agissait là d'une confidence. Sa voix résonnait comme une fin de tempête qui se calme et s'éloigne doucement, passivement. Cela avait toujours quelque chose d'impressionnant bien sur, mais pour Sora, il était clair qu'il s'agissait là également d'une sorte de ... marque d'affection. En quelques sortes.

"- Très bien, jeune onmyouji. Tu rends gloire à tous les tiens, et me fait honneur. Je sais le fardeau que je t'inflige. Mais je sais aussi que tu en es digne."

Il avait dit cela comme un Père qui parle à sa progéniture. Il était fier de son choix, Sora en eut des frissons. Il voulait faire reposer la tête du clan sur un lien fort ... Des larmes coulèrent sur les joues de la kannushi, sans qu'elle ne s'en rende compte. C'était un surplus d'émotions qui prenait le dessus.

"- Votre Lien. N'oubliez pas. Je compte sur vous deux ..."

Dit-il simplement avant de se retirer tout d'un coup : il disparut tout à fait, rendant à Sora ses traits habituels, bien qu'ils furent bien sur marqués par une fatigue immense. Un dernier grondement de tonerre se fit entendre et l'orage s'arrêta, laissant simplement derrière lui une pluie fine et douce.

Sora n'eut pas le temps de dire ou de faire grand chose ... Elle avait dans la tête mille éclairs qui se répercutaient chacun les uns sur les autres. Du moins c'était la sensation qu'elle avait. Elle tomba complètement à genoux, puis complètement au sol, sur le dos. Elle regarda Miwako droit dans les yeux, tentant de capter son regard ...

Elle n'eut pas la force de prononcer ce qui lui vint à l'esprit. Son regard voulait simplement dire : "Pardonne-moi ..."

Puis elle sombra dans le néant.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 333
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir Dim 16 Juil - 21:44

L’atmosphère orageuse se fit plus douce et calme. La demoiselle toujours pétrifiée entendit le lointain grondement comme un doux écho, un encouragement au milieu de la tempête qui se déchaînait à présent en elle. Miwako releva alors la tête pour regarder leur divinité tutélaire. La religieuse n’aurait probablement pas osé un tel geste si Gekigami-sama ne s’était pas montré si bienveillant. Il y avait une telle certitude dans ses propos, comment pouvait-elle douter ainsi de l’être qui veillait sur eux.
La candidate aperçut alors les larmes sur les joues de sa cadette et en ressenti une profonde honte. Comment avait-elle pu se montrer aussi faible devant sa cadette. Sora, cette petite sœur offerte par le destin sur laquelle, elle se devait de veiller. Elle ne pouvait se permettre de se montrer dans un tel état devant elle. La jeune femme ne le souhaitait pas, mais ne trouvait en cet instant pas la force de se maintenir alors qu’une partie de son monde s’écroulait. Le bouleversement était trop important, le choc lui demanderait encore un peu de temps avant de pouvoir être absorbé, avant qu’elle puisse lui sourire pour la rassurer.

Il leur donna un dernier conseil avant de partir et insistant sur le lien qui unissait la potentielle future tête du clan et le cœur présent de celui-ci. Un lien fort entre la religion et la politique, de quoi emmener le clan vers une nouvelle direction.

L’onmyouji n’eut pas vraiment le temps de se poser des questions, car sa sœur tombait sous ses yeux. Ceux de son aînée s’écartèrent de stupeur alors que sa cadette perdait connaissance. Elle avait pu y lire les excuses de celle devenue chère à son cœur depuis bien des années.

« Sora ! » Cria la jeune femme des Abe no en se précipitant vers cette dernière.

« Portez au temple et veillez sur elle. »

Ordonna la demoiselle au yojimbo qui l’accompagnait, mais il ne fut pas seul à secourir celle qui abritait l’âme de Raijin. C’est à cet instant que Miwako vit la petite foule présente dans le jardin et du nombre de témoin de la scène. Plusieurs religieux avaient déjà saisi le corps inanimé de la nouvelle kannushi pour la mettre à l’abri dans une chambre et la remettre sur pied. Ceux qui n’avaient pas bougé, étaient comme figés dans la position courbée, que tout membre d’un clan devait conserver devant une autorité supérieure, jusqu’à ce que cette dernière leur autorise de s’installer plus confortablement. Miwako se retrouva de nouveau paralysée devant cette scène irréaliste, avant de partir d’un pas plus précipité qu’elle ne l’aurait voulu.

La jeune femme partit s’enfermer dans la chambre que le temple lui avait allouée sans un mot de plus, à l’attention de qui que ce soit et personne ne vint se mettre sur son chemin. Elle devait se calmer, reprendre le contrôle d’elle-même. Ce n’était pas le moment de se présenter dans un tel état. Personne ne voulait avoir pour guide un onmyouji perturbé, alors une Dame.  La religieuse s’arrêta alors que ses pas formaient un cercle. Enfin seule, les larmes montaient aux yeux de la brune alors qu’elle aussi murmurait des excuses. Des excuses pour sa sœur, qu’elle ne pouvait pas veiller et à qui elle confiait la garde à d’autre, pour ce qu’elle lui avait fait ressentir alors que Sora n’y était pour rien. Sa cadette n’était en rien responsable de la situation, elle avait l’honneur d’héberger le tigre céleste, elle n’avait pas d’influence sur ses décisions pour les changer.
Si l’ordre céleste avait décidé de son statut et son rang, c’était elle qui s’était trompée depuis le début. Ce n’était pas la faute de sa sœur, c’était la sienne pour son audace, pour avoir pensé connaitre l’ordre céleste et la place que les Kami avaient déterminé pour elle. Cette douleur, c’était la punition de son orgueil, Sora n’avait pas à en souffrir.

Lorsqu’une miko se présenta devant la porte avec un plateau repas, l’onmyouji lui demanda de le poser à l’entrée et de repartir. La jeune femme ne voulait pas que quelqu’un la voie aussi agiter. Elle avait besoin de se calmer, mais savait bien qu’elle n’y arriverait pas si facilement, il y avait tant de questions, d’incertitude ainsi que de douleur qu’il lui faudrait bien un peu de temps pour retrouver son assurance coutumière et le seul visage qu’elle pouvait se permettre de montrer.



Rythme ralenti, un jour je retrouverai un rythme plus décent, un jour:'D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir

Revenir en haut Aller en bas
 

Nous avons toujours été lié, nous ne savions juste pas ce que nous étions destinée à devenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Reparlons de ce dont nous avons parlé... [PV]
» Nous avons été éduqués pour détruire le projet de 1804
» Le passé nous revient toujours quand on dors... [pv Seth Cooper]
» Nous avons besoin de vous !


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..