AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le malin, la bête et l'innocente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Le malin, la bête et l'innocente Jeu 26 Mai - 13:25

C'était un assassinat orchestré par la Main qui avait conduit ses pas jusqu'aux terres de l'orage. En temps ordinaire, on n'aurait certainement pas dépêché un assassin d'aussi loin, mais la cible était assez importante et l'hostilité qui s'était éveillée chez le Tigre envers leur organisation les avait contraints à adopter une certaine prudence. Qu'importait pour l'ombre des brumes, il n'avait trouvé aucune difficulté à éliminer ce noble sans valeur à ses yeux et ce fut sans doute plus un moyen pour lui de trouver une étape dans sa route sans fin, qu'autre chose. Il en avait profité pour intercepter les informations qui auraient mis des jours à arriver jusqu'à Kumo, faisant le tri dans ce qui serait finalement transmis ou non. Quelques mots, une simple rumeur alors, l'avait poussés à prolonger son séjour en territoire hostile et il avait concentré ses agents sur cette affaire, avec sans doute plus d'indifférence que de réel intérêt.
Si les projets qu'il venait à envisager pouvaient véritablement se réaliser, alors sa venue allait été plus intéressante que prévue, mais sinon, il n'aurait fait que perdre son temps. Cette précieuse éventualité le força à stopper net sa route lorsqu'il fut arrivé à Raimei. Il ne restait plus qu'à attendre et à prier, comme auraient pu le dire certains. Mais les dévotions n'étaient pourtant pas le passe-temps préféré du religieux et c'était à peine si la vue du temple Koumyou avait éveillé une quelconque émotion en lui.

Soucieux des rares personnes qui arriveraient à accrocher leur regard sur sa personne insignifiante, il avait pris son rôle à cœur un peu plus que d'ordinaire, effaçant ce regard vide et cet air bien trop détaché au profit d'un air des plus banals. Il n'était ni souriant, ni triste, doté de ce sérieux qu'ont parfois ceux qui pensent œuvrer pour le bien et qui s'en trouvent toujours fort occupés.
L'Omnyoji ressemblait parfaitement à ce qu'il était et il n'y avait aucune raison d'éprouver la moindre méfiance face à ce visage qui, sans être véritablement avenant, n'avait rien d'hostile. On pouvait sans doute noter les traces de combats passés et deviner les cicatrices qui s'étaient ancrées profondément dans son âme, mais ce n'était que sujet à interprétation et cela avait surtout pour avantage d'accroître son mérite.

Comme il lui était hors de question de s'ennuyer pendant ces quelques jours et encore moins de dormir, il s'était renseigné sur la région et avait appris qu'un monstre y sévissait, dévorant ceux qui croisaient son chemin et enlevant les jeunes filles qui avaient le malheur de le rencontrer. Les accidents arrivaient généralement au cours de la nuit et les victimes commençaient à se faire suffisamment nombreuses pour que l'on s'inquiète à ce sujet. Mais aucune traque, aucune méfiance de la part des habitants n'avaient permis de résoudre ce problème et il n'y avait jamais eu de survivant pour témoigner de quoi que ce soit.
Ce serait peut-être assez ennuyeux, mais l'éventualité d'un yokai qui rôdait par-là suffit à faire naître chez lui un faible intérêt. Il désirait cependant s'amuser un peu plus de la chose et cela impliquait pour une fois que sa chasse ne se fasse pas en solitaire. Cette réflexion avait donc poussé ses pas jusqu'au temple lui-même, le meilleur endroit selon lui pour trouver la victime dont il aurait besoin. Peut-être que cela lui faciliterait grandement les choses, mais il n'avait pas non plus envie d'errer pendant des nuits en quête d'une bête qui refuserait de se montrer à sa vue. Il faisait sans doute partie du genre d'homme qu'elle dévorait, mais n'était pas certain que son instinct guerrier ne la fasse pas fuir aussitôt. C'était déjà arrivé et bien que cela soit plutôt amusant, cela ne lui permettait pas d'accomplir ses missions.

Il ne lui fallut pas chercher très longtemps pour que ses yeux se posent sur la première miko qui passait. Bon, elle n'était peut-être pas aussi jeune qu'il le fallait, mais elle ferait certainement l'affaire. De plus, l'arc qu'elle portait sur elle l'incitait à croire qu'elle serait plus facile à convaincre, ce qui l'arrangeait, ses charmes et son agréable compagnie n'étant certainement pas parmi ses points forts.
Doucement, prenant le soin de paraître aussi avenant que possible, il s'avança vers elle.

— Bonsoir jeune miko, veuillez m'excuser de vous importuner dans votre travail en une heure si tardive, mais je dois me rendre sur-le-champ dans une demeure légèrement éloignée de Raimei et je crains d'être incapable de trouver seul mon chemin. Me feriez-vous le plaisir de m'y guider ?

Afin d'être tout à fait convaincant dans son histoire, il lui tendit un parchemin dont l'illusion aurait tôt fait de prouver avec exactitude tout ce dont elle avait besoin pour le croire. Le chemin serait sans doute assez long pour qu'il puisse espérer que l'attaque ait lieu et dans le pire des cas, cela lui laisserait le temps de trouver un autre mensonge.

— Je ne suis qu'un humble Omnyoji errant, mais soyez rassurée, vous ne craindrez rien en ma compagnie, je n'ai que trop l'habitude des bandits de grand chemin, ajouta-t-il tout en lui indiquant les doubles kodachi qu'il portait à sa taille, pour preuve de ses aptitudes martiales. Même si je peux voir que vous savez vous-même vous défendre et que vous n'aurez probablement pas besoin de mon aide en cas de problème.

Il s'était montré souriant tout au long de ses mots, adoptant un ton des plus agréables, comme s'il avait toujours su s'adresser aux autres avec amabilité.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 29 Mai - 19:46

Riku traversait le temple pour rejoindre sa chambre, elle venait de passer une bonne heure à s'entraîner au tir et sentait qu'elle avait besoin de repos. Une bonne nuit de sommeil lui permettrait sûrement d'attaquer la journée de demain en forme. Ses pas la firent passée devant l'entrée du temple où elle remarqua qu'un homme arrivait. Sûrement un voyageur fatigué qui lui demanderait asile pour la nuit. Elle ne fut donc pas surprise de le voir approcher pour lui parler. Elle fut étonnée de sa requête. Il devait aller dans un endroit qu'il n'était pas sûr de trouver. A cette heure-çi qui plus est. Il lui demandait également de l'y conduire. Pourquoi pas, elle n'allait pas laisser ce pauvre homme se débrouiller seule. Ce ne serait pas digne de son statut.

-Bonsoir, vous ne me dérangez aucunement voyons. Si je puis vous aider je le ferais avec joie.

La petite Miko pris le parchemin qu'il lui tendait et le parcouru des yeux, ses dires étaient exact et même si Riku n'avait pas besoin de preuve pour aider les gens, elle apprécia le geste. Il était un Omnyouji sur les routes, cela faisait une raison supplémentaire pour lui venir en aide. Qu'il propose de la protéger la fit sourire, plus encore quand il ajouta être certain qu'elle saurait se défendre elle-même. C'était vrai en un sens, mais Riku ne se servait pas suffisamment de son arme pour faire le poids face à des brigands, elle pourrait au mieux les retardait, en blesser quelques-uns tout au plus. Pas les affronter comme le ferait un guerrier .

Son sourire et son ton l'incitée à accepter, elle était de ceux qui donnaient sans rien attendre en retour, sans ce méfiait non plus.

-Bien que je sache me servir de mon arme, je ne suis pas une combatte aguerrie, mais je ne peux refuser d'aider un homme de foi.

Riku lui sourit gentiment avant de se rappeler un détail, elle ne s'était pas présentée. Ce n'était pas très poli de sa part, elle devait corriger cette erreur tout de suite.

-Permettez-moi de me présenter. Je me nome Akatsuki Riku. Je serai ravi de vous servir de guide.

La petite miko lui fit un nouveau sourire avant de s'excuser, elle le laissa le temps de réunir quelques affaires. Remplir son carquois, prendre ses instruments de Miko, on ne savait jamais quand on partait ce qu'on pouvait rencontrer sur les routes, ainsi que quelques herbes médicinales. Une fois prête elle rejoignit l'Omnyouji et s'excusa de l'avoir fait attendre. Ils pouvaient se mettre en route pour rejoindre la fameuse demeure. Riku était curieuse de savoir ce qu'il devait y faire, avec un peu de chance elle pourrait l'apprendre pendant le trajet et peut-être assister a ca prouesse. Les Omyouji étaient des gens qu'elle admirait beaucoup, si elle pouvait les voir à l'œuvre elle n'hésiterait pas à sauter sur l'occasion.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 5 Juin - 16:47

Cet air réjoui qui s'était affiché sur son visage lorsqu'elle accepta de l'aider était brillant de vérité, mais elle n'aurait pu déceler la véritable raison qui y était attachée. Elle était tombée avec tant de facilité dans le pièce qu'il avait tissé qu'il aurait pu très largement se moquer de sa naïveté, d'un autre côté, il avait toujours eu cette cruelle habitude de se montrer méticuleux et de ne laisser aucune place au doute pour ceux qu'il allait tromper. Il avançait à chaque fois avec l'assurance nécessaire et ne révélait aucune inquiétude, comme s'il n'y avait aucun mensonge dans le rôle qu'il incarnait, comme s'il avait été cette personne toute sa vie. Mais sa vie n'était après tout qu'un vaste tissu de mensonge avec lequel on essayait de combler beaucoup trop de vide.

Il s'inclina à nouveau pour la remercier, toujours avec un sourire et cet air aimable qu'il avait si longuement travaillé et qui brillait désormais d'une parfaite authenticité.

— Vous êtes trop aimable, permettez-moi alors de vous défendre quoi qu'il arrive, je m'en voudrais terriblement s'il arrivait quelque chose à une si jolie miko comme vous, par ma faute qui plus est, poursuivit-il d'une voix chaleureuse.

Ses propres promesses auraient pu le faire mourir de rire, quand il savait à quel point il se fichait bien de la vie de cette femme, mais il commençait à s'amuser de cette amabilité et avait décidé d'en jouer un peu, ne serait-ce que pour en étudier les effets. Quelles seraient ses réactions, qu'allait-elle dire ? Étudier le genre humain pouvait être distrayant parfois.

— Je suis enchanté de vous rencontrer, Akatsuki-san, je suis Haiko Naraku, répondit-il simplement, dévoilant ainsi une parfaite politesse.

Peut-être avait-elle déjà entendu ce nom, peut-être pas, peu lui importait finalement, car s'il cultivait une très bonne réputation avec celui-ci et s'en servait parfois, il se plaisait aussi à rester dans l'ignorance, sa silhouette ordinaire et inintéressante l'y aidait même. Il n'avait pas tant besoin d'être réputé sur tout le continent quand il cherchait ses contrats lui-même et qu'il se permettait même de les créer parfois.

Bien évidemment, elle avait besoin d'aller chercher quelques affaires avant de partir et le jeune homme l'attendit patiemment, presque totalement immobile. Il disposait d'un certain talent dans le domaine et n'avait pas tellement besoin de s'occuper pour cela. Plus que tout, il avait l'habitude d'être seul avec lui-même et il ne s'en plaignait jamais, trop habitué à cette familière compagne, la seule capable de le comprendre tout à fait. Lorsqu'elle réapparut à nouveau, il n'avait pas bougé d'un demi-centimètre et il l'accueillit avec un nouveau sourire.

— Êtes-vous prête ? Demanda-t-il presque plus par politesse, puisqu'il connaissait déjà la réponse. Alors je vous suis, c'est bien de ce côté-ci ?

Il attendit qu'elle entame leur route pour la suivre, se postant à ses côtés, veillant toujours à rester agréable tandis qu'il éveillait ses sens aux moindres bruits et mouvements alentours. Dès qu'ils auraient suffisamment quitté l'enceinte du temple, ils deviendraient les proies d'un tout autre monstre qu'il ne l'était et il comptait bien s'en prendre à lui dès qu'il se serait manifesté. Il restait à espérer que son appât soit suffisamment alléchant. Lui n'aurait pas su vraiment le dire, tant ses propres plaisirs étaient éloignés du commun des mortels.

— Êtes-vous miko depuis longtemps ? Et comment se porte Koumyou ? Les attaques ne l'ont pas trop dénaturé, je l'espère, demanda-t-il, soucieux de l'occuper par une conversation, peu importe laquelle.

Le sujet n'était peut-être pas le meilleur, mais c'était le premier qui lui était venu en tête. Pour une fois, il espérait qu'elle soit bavarde et qu'elle prenne d'elle-même la conduite du fil de leur discussion, lui en épargnant l'effort. Parler longuement n'était pas dans ses meilleures qualités, plus que tout, il n'en avait jamais réellement envie, mais il s'y pliait aussi justement que possible lorsque c'était nécessaire.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Lun 6 Juin - 18:14

La petite miko rougit fortement quand l'onmyoji complimenta son physique, elle n'était pas habituée à ce genre de choses, mais elle le prit avec le sourire. Au moins était-il quelqu'un d'aimable. Il lui était arrivé d'aider des gens désagréables ou trop exigeant, comme pour tout elle faisait avec sans se départir de sa bonne humeur. Elle avouait cependant préférer ceux qui restaient aimable. Un peu de politesse et de savoir vivre était une chose importante, selon elle. Il répondit à sa présentation en se pressentant lui-même. Haiko Naraku, elle avait déjà entendu ce nom prononçait par quelques visiteurs. Un Onmyoji solitaire qui parcourait le monde et aider ou il le pouvait. Bref rien de plus que ce qu'il lui avait déjà dit à son propos. Au moins était elle tombait sur quelqu'un qui avait bonne réputation. Pas qu'elle jugeait les gens, mais un homme avec sa réputation était assurément digne de confiance.

Elle le laissa le temps de se préparer, à son retour elle le trouva au même endroit, comme si il s'était statufier en l'attendant. Vu son sourire il n'avait pas l'air fâche le moins du monde. Elle n'aimait pas faire attendre les gens, mais il fallait bien se préparer au cas ou. Elle lui sourit en retour prenant le temps de s'excuser au passage.

-Pardonner moi de vous avoir fait attendre Haiko-sama..

Elle s'inclina poliment tandis qu'il lui demandait si elle était prête. Puis comme il poursuivit en lui demanda le bon itinéraire elle acquiesça une nouvelle fois avant de se mettre en route. Marchant côté à côté ils passèrent sous le Torii en silence. Les questions se bousculaient dans la tête de Riku, mais elle n'osait pas les posés. Après tout ca serait presque indiscret. La curiosité la dévoré cependant et elle cherchait quelque chose à dire pour ne pas craquer et devenir impoli. Heureusement pour elle, Naraku semblait aimer discuter, il lui demanda depuis combien de temps elle était miko. Ainsi que les nouvelles de Koumyou. Il n'avait sûrement pas eu le temps de se renseigner, ou alors il voulait avoir la version d'un membre du temple. Ravie d'avoir quelques choses à dire la miko se lança.

-Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours souhaité emprunter cette voix. Mais je ne suis devenue miko officiellement qu'en l'An 36 de Kenshu lors de notre arrivée au temple. Depuis j'exerce cette fonction chaque jour que Gekigami fait.

Sa voix transpirer la joie, elle n'avait aucun regret quant à ses choix, elle avait même pu rencontrer des gens de tout horizon fort sympathique. Malgré quelques embûches et malheurs elle avait toujours gardé la foi en ce qu'elle faisait. Bien des gens l'avaient aidé à traverser les épreuves et elle se réjouissait d'avoir croisé leur route. Elle leur devait tant. 

-koumyou à eut son lot de problème suite aux attaques. Beaucoup de gens sont venus au temple en quête de repousses ou pour trouver asile. Mais la ville en elle-même ne s'en est pas trop mal sortie heureusement. Mais dites-moi, quelles sont les nouvelles des autres clans ?

La question l'intéressait réellement, elle en avait eu quelques-unes par des collègues ou des visiteurs, mais elle aimait avoir plusieurs versions. De plus son interlocuteur voyagent beaucoup devait être plus que bien renseigner, enfin elle l'espérait. Elle aimait parler et on lui avait déjà dit plusieurs fois qu'elle était bavarde, depuis elle faisait attention à ne pas tenir de trop grand discourt. Il lui arrivait encore de s'emballer sur certain sujet, comme les yokaïs persécuter à tords bien trop souvent. Elle se forçait sur ce point à rester neutre vis-à-vis de ses interlocuteurs, du moment que ces derniers en faisaient autant. L'avis de Naraku sûr le sujet l'intéressait également, elle avait eu une discussion similaire avec Miwako, depuis elle suivait ses conseils, mais avoir l'avis d'un collègues de la resplendissante future chef de la famille Abe-no l'intéressait.

-Dites-moi Haiko-sama, ma question va vous paraître étrange, mais que pensez-vous des Yokaïs en général ?


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 12 Juin - 14:31

Quittant peu à peu l'enceinte du temple, ils ne furent finalement plus éclairés que par la maigre lueur de la torche qu'il avait avec lui, mais cela ne le gênait aucunement, tandis que son regard s'était déjà plutôt bien habitué à l'obscurité. Plus que tout, il savait aussi se fier à ses autres sens et cherchait parfois à déceler et comprendre les sons qu'il distinguait en dehors des éclats de leur voix. Il fut content de constater que la miko n'était vraiment ni taciturne, ni timide et qu'ils n'auraient pas de mal à entretenir une conversation pour l'occuper, tandis qu'il se mettait déjà en quête de sa proie et qu'il restait prêt à protéger son appât tant qu'il lui était utile.

Doucement, il sourit, lui offrant un visage plutôt satisfait à l'entente de ses mots. Elle était donc devenue miko par choix et non par contrainte, voilà qui expliquait plutôt bien son rapide dévouement et sa volonté de lui venir en aide. Il aurait tout aussi bien pu tomber sur une femme désagréable et plus avide d'aller dormir que de parcourir un chemin hasardeux en compagnie d'un inconnu, quand bien même son identité n'avait rien de trouble.

— Vous m'en voyez ravi. Accomplir ses rêves n'est pas donné à chacun d'entre nous et c'est certainement quelque chose que nous devons chérir. Le temple doit être bien heureux de compter en son sein un membre aussi dévoué que vous.

Ça n'avait rien d'une flatterie, il appréciait réellement que les gens aiment ce qu'ils fassent, car cela leur donnait une motivation que les malheureux ne trouvaient pas toujours. C'était quelque chose d'important pour bien faire son travail et il aimait que les gens soient efficaces et bons dans ce qu'ils faisaient.

— J'ose espérer que tout cela ne sera bientôt qu'un lointain souvenir pour nous tous. Je suis soulagé d'apprendre que Koumyou n'en a pas trop souffert. Vous avez dû être relativement occupée, cependant, et j'espère ne pas abuser de votre énergie ni de votre santé en vous prenant pour guide, poursuivit-il d'une voix aussi douce qu'avenante.

Il lui adressa un sourire chaleureux, avec un léger air d'excuse, mais sans en faire trop toutefois. Après tout, si elle avait accepté c'était qu'elle s'en sentait capable et, au fond de lui, il s'en fichait parfaitement.

— C'est à peu près le même bilan pour les autres clans, certains ont sans doute souffert plus que d'autres, notamment avec la perte de quelques personnes importantes, mais maintenant que les attaques sont passées, chacun se remet petit à petit de son côté et de nouveaux élus viennent remplacer ceux qui ont quitté notre monde. Pour ma part, j'ai combattu sur les terres de mon clan, Okaruto, et je ne cesse depuis de traquer les yokai qui auraient pu échapper au contrôle des armées.

Il ne tenait pas particulièrement à faire un résumé détaillé, d'abord parce qu'il n'avait pas envie de parler autant, le bilan restant quand même plutôt long à faire, mais aussi parce qu'il ne pouvait clairement pas lui faire part d'autant de connaissances sans paraître louche. Il avait beau voyager, il n'était censé savoir que ce qui se disait dans la rue et dans les temples et c'était parfois bien peu de choses quand on devait démêler les rumeurs de la vérité.

Sa question suivante l'intrigua légèrement. Ainsi la miko s'intéressait elle aussi aux yokai ? Aspirait-elle à devenir un jour onmyoji ou était-ce simplement un sujet qui attisait sa curiosité ?

— Eh bien, je n'en pense pas grand-chose, avoua-t-il tout naturellement. Je traque et j'abats ceux qui nous sont clairement hostiles et j'aime me mesurer contre les pus forts d'entre eux, car ils m'offrent alors de merveilleux combats. Les autres, je n'ai pas de véritables raisons de m'en occuper…

Non, il n'était pas de ces personnes zélées qui voulaient éliminer à tout prix ces étranges créatures, qui considéraient chacune d'entre elles comme des abominations. Il n'était pas non plus de ceux qui les vénéraient et protestaient pour leur intégration. Qu'ils se débrouillent seuls pour vivre ! Lui ne s'y intéressait tout simplement pas, tout comme il ignorait le commun des mortels, tout cela était pour lui trop insignifiant pour qu'il y perde son temps, quand bien même il n'était pas véritablement occupé à quoi que ce soit. Ils l'ennuyaient, voilà tout.

— Et vous ? Les aimez-vous, les abhorrez-vous ? Questionna-t-il, sentant bien que c'était un sujet qui était au cœur de ses préoccupations et qu'elle ne devait pas être indifférente à l'égard de ces créatures.

La question se posait peut-être davantage aujourd'hui, après les derniers événements qui avaient ravagé Yokuni. Cela n'avait fait sans doute que réduire leurs déjà trop maigres partisans et une haine s'était bien facilement développée parmi ceux qui avaient perdu des êtres chers ou qui en avaient souffert, si bien que les contrats se multipliaient. Une aubaine, sans doute, pour le genre d'homme qu'il était.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 19 Juin - 19:36

Parler avec l'Onmyoji était un vrai plaisir pour elle, il n'était pas avare de discutions de plus il avait l'air d'apprécier le fait qu'elle ait choisi sa voix et s'y tienne avec passion. Elle rougit légèrement au compliment, après tout entendre cela de la part d'un religieux qui lui est supérieur en rang était un grand honneur à ses yeux.

-Vous me flattez Haiko-sama, je ne fais que mon travail.

Les attaques sur Koumyou le soulagèrent du fait que la ville et les gens n'avaient pas trop souffert, supposant que le temple avait quand même du être très occupés. C'était vrai, hélas, beaucoup de gens avaient eu besoin d'un refuge ou d'un endroit où venir chercher du réconfort. Elle n'avait pas conté les heures durant lequel elle avait donné de son temps pour d'autre. Elle ne regrettait rien cependant. L'air de vouloir s'excuser l'Onmyouji poursuivit en lui disant espérer ne pas abuser en lui ayant demandé de le guider. La miko secoua doucement la tête avec un sourire pour signifier que non, il n'abusait pas, d'une part elle aurait pu refuser. D'une autre elle était toujours heureuse de rendre service, hors de question de laisser quelqu'un dans le besoin, il faudrait qu'elle soit à l'agonie pour refuser.

Le bilan dans les autres clans n'étaient pas mieux aux dires du prêtre, voir pire, la miko poussa un long soupir tout en plaignent les victimes. Elle prit un instant pour joindre ses mains et adresser une prière aux kamis dans l'espoir que ceux-ci continue de les soutenir tous. Elle ne pouvait hélas pas faire mieux.. Elle ne connaissait pas encore grand chose aux yokaïs, il lui rester tant à apprendre d'eux, à commencer par savoir ce qui avait provoqué leurs attaques. Elle n'aimait pas spécialement l'idée que l'on tue ces créatures, mais à force de parler avec des gens qui partageaient son opinion elle avait fini par comprendre que parfois il n'y avait pas d'autre choix. Ca ne l'empercherait pas de tout essayé avant d'en arriver là, mais elle savait que le regret la rongerait quelques temps.

L'avis de l'Omnyouji sur les yokaïs l'intéressait, ca réponse lui plut d'ailleurs, même si il n'était pas de ceux qui les défendaient assidûment, il restait juste dans ses propos . Au moins il ne tuait pas les innocents, elle lui sourit gentiment tandis qu'il lui retournait la question. Elle répondit du tac au tac d'une voix enjouée se laissant déborder par son enthousiasma naturelle.

-Je considérable pour ma part que les Yokais devraient avoir les mêmes droits que les humains. Nous ne sommes pas si différents quand on se penche sur la question. Je ne dirais pas qu'il faut tous les détruire, je pense seulement qu'il faut laisser ceux qui vivent paisiblement en paix et essayer de raisonner les autres. Bien sûr je comprends qu'il faille parfois les tuer, mais pour ma part j'essaye de trouver une autre possibilité avant d'en arriver là.

Peut-être qu'il pourrait comprendre ca, elle ne voyait pas de raison de cacher son point de vue de toute manière. Elle avait toujours pensé ainsi et n'était pas prête de revoir son jugement, elle l'avait fait au fil dut temps passant d'une idéaliste qui croyait en les yokaïs, à une jeune fille plus réfléchit qui accepte l'évidence. Elle enchaîna part une nouvelle question oubliant quelques peu qu'elle risquait d'être indiscrète.

-Dites-moi Haiko-sama, puis-je savoir dans quel but vous désirer vous rendre dans cette demeure ? Est-ce à cause d'un yokaïs ou d'un Yurei ?

Riku se mordit la lèvre en réalisant qu'elle venait d'être impolie, elle lui fit un timide sourire en guise d'excuse, curieuse de voir si il allait lui répondre. Elle ajouta pour ne pas paraître trop impolie.

-Je pourrais peut-être me rendre utile ?


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 10 Juil - 15:39

Le petit discours qu'elle eut sur les yokai aurait sans doute pu le faire sourire. D'un côté, elle n'avait peut-être pas totalement tord, mais ses paroles étaient imprégnées d'une naïveté qu'il trouvait ridicule. Il se fichait bien de comment la société percevait ces créatures, hommes, monstres, bêtes, il ne s'intéressait qu'aux esprits forts et à ceux qu'il pourrait abattre de sa lame sans aucun sentiment de déception ou d'indifférence. Dans son propre royaume, il ne faisait de différence entre personne et tous n'étaient jugés que sur un seul critère : leur utilité. Passé ce cap-là, que pouvait lui importer l'apparence ou l'origine d'une personne ? Ils étaient tous des réprouvés de la société, de ceux qu'on ne remerciait jamais pour leur bon travail et qu'on exécutait simplement dans le cas contraire. Il aimait cet aspect rude, l'attisait même, car il forgeait en chacun d'eux une rage et une détermination qui les poussaient vers le meilleur.

— N'est-ce pas là un peu naïf comme conception ? Ceux que je tue ne sont pas à raisonner, répondit-il simplement.

Ce genre de contrat ne l'intéressait en aucun cas, il n'avait que faire des êtres faibles et ne venait jamais pour faire des négociations. Il n'acceptait rien qui ne lui paraisse trop facile et préférait faire face à la mort elle-même plutôt qu'à autre chose.
Puis, plus doucement, il rajouta :

— Je ne crois pas que tous les hommes soient capables de cohabiter consciemment avec des êtres qui leur paraissent effrayants ou plus forts qu'eux. Ces hommes sont faibles, ils ont besoin d'écraser ce qui est au-dessus d'eux pour calmer leurs angoisses et malheureusement, pour vous comme pour moi, ce sont eux qui constituent la majorité de notre monde.

C'était pour ce genre de raisons qu'il était devenu l'agent du chaos, il voulait accentuer les décalages, détruire toute sorte de confort, faire revenir la crainte et le désespoir pour éradiquer ces misérables qui ne méritaient pas de vivre et faire de ce monde un univers peuplé d'êtres forts. Son rêve à lui était peut-être lui aussi chimérique, mais depuis l'ouverture du Yomi, il avait pu y entrevoir une certaine réalité et s'acharnait davantage à le réaliser.
Il s'y livrerait bientôt, mais il lui fallait pour ça faire preuve de patience et cette mission était arrivée parfaitement à temps pour aiguiser ses lames déjà bien trop tranchantes.

Tout naturellement, la question de l'innocente miko le fit sourire, dévoilant une figure agréable qui cachait le visage de démon qu'il aurait dû arborer et l'ironie qu'il éprouvait en écoutant chacun de ses mots. Il semblait avoir acquis en elle une certaine confiance et elle ne se montrait pas le moins du monde méfiante, à marcher ainsi, au beau milieu de la nuit, acceptant son excuse comme une réalité tout à fait crédible. Elle l'était en vérité, mais quand il savait que tout cela n'était que mensonge, cela ne pouvait que l'amuser.

— Il s'agit en effet d'un yokai et l'urgence de la situation me contraint à voyager à une heure aussi tardive, commença-t-il, sans mentir le moins du monde.

Ils n'allaient jamais arriver à cette demeure, il en était certain depuis l'instant où il avait senti qu'ils étaient suivis. Le yokai était tombé dans son piège et avait visiblement trouvé l’appât suffisamment à son goût. C'était tout à l'honneur de la miko, même si elle ne serait peut-être pas très satisfaite de ce genre de compliment.

— Ne vous en faites pas, Akatsuki-san, vous m'êtes plus utile que vous ne le pensez. Ici et maintenant, vous m'êtes déjà d'une précieuse aide, ajouta-t-il d'une voix douce, comme s'il voulait la rassurer.

Elle n'aimerait peut-être pas découvrir toute l'ironie qui se cachait derrière ses mots pourtant dénués de sarcasme, mais il ne faisait que dire la vérité. Bientôt elle saurait que la vérité n'était pas tout à fait confortable et qu'il aurait mieux valu qu'il lui mente jusqu'au bout. Dans un mouvement imperceptible, son unique main s'était rapprochée de son corps, prête à saisir la poignée de son kodachi au moment même où la bête se révélerait.
Combien de temps lui faudrait-il encore pour qu'elle les suive sans rien faire ? Alors que la tension montait peu à peu entre les deux adversaires, l'innocente, elle, marchait sans jamais se douter de rien.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Mer 7 Sep - 23:25

Toujours souriante la petite miko continuait d'avancer tout en débattant avec L'omnyouji, même si elle comprenait son point de vue, elle ne le partageait pas sur tous les points. Elle devait cependant reconnaître qu'il n'avait pas totalement tord, certains Yokaïs ne pouvaient tout simplement pas être raisonné, malheureusement dans ces cas-là il n'y avait qu'une seule possibilité, l'exécution pure et simple. Elle n'aimait pas cette partie de son travail, mais quand il fallait le faire elle n'hésitait pas. Il la trouvait naïve de vouloir défendre les Yokaïs, mais elle voyait bien qu'il ne la jugeait pas. Il se contentait simplement d'exprimer son point de vue, aussi Riku ne se formalisa pas, au contraire, il lui expliqua même son propre raisonnement et ses paroles étaient pleines de sagesse. L'avenir auquel elle aspirait tant était une utopie, mais elle avait beau le savoir elle continuait d'y croire, car pour changer les mentalités il fallait sois même être persuader de ce que l'on disait.

-Vous avez malheureusement raison, si les gens n'avaient pas aussi peur bien des conflits auraient pu être éviter.  C'est pour cela que je ne tue les yokaïs que lorsque je n'ai pas d'autres choix, pour montrer aux imbéciles qu’ils ont tord. C’est utopique je le sais, mais si personne ne fais rien alors rien ne changera.

C'était malheureusement vrai, si personne n'essayait de changer les mentalités, alors les humains et les Yokaïs ne pourraient jamais parvenir à coexister les uns avec les autres. Cela était possible pourtant, il suffisait de voir que certains d'entre eux avaient donné naissance à des hybrides, preuve que les deux espèces étaient compatibles.

Laissant la discussion se terminer sur ce point, il aurait été inutile de poursuivre plus avant, la Miko se concentra sur la mission de l'Omnyouji. C'était bien un Yokaï qui l'obligeait à voyager ainsi, cela devait être grave, il le disait lui-même. La petite Miko se demander ce qui pouvait se passer. D'une nature curieuse elle envisagea plusieurs possibilités, avant de conclure que chaque situation pouvait être grave aux yeux des victimes. Elle continua donc en demandant si elle pouvait se rendre utile. Riku rougit quelques peu et fixa le sol tandis qu'il lui répondait que son aide était déjà précieuse. Elle n'avait encore rien fait pourtant, elle l'accompagnait simplement jusqu'à destination. Rien de bien extraordinaire en somme, elle releva timidement les yeux et répondit souriante.

-Voyons Haiko-sama, je n’ai encore rien fait. Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur ce Yokai ou cela est confidentiel ?

Si elle voulait se rendre utile et qu'il lui laissait l'occasion de l'aider, elle devait en apprendre d'avantage sur cette créature qu'ils auraient à affronter. Pour ne pas le gêner également, avoir un individu inexpérimenté ou inconscient dans les jambes tandis qu'on combattait un Yokai pouvait se révéler dangereux, pour le religieux comme pour ceux qui étaient autour. Elle préférait donc savoir à quoi s'attendre avant de rencontrer celui qu'ils allaient traquer.  Inconsciente du danger qui les guettaient, la religieuse continuait son chemin sans se méfiait en poursuivant la conversation.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 18 Sep - 20:19

Elle avait raison d'un certain côté. S'il n'était en accord avec rien de ce qu'elle pouvait penser sur les yokaï, voulant simplement qu'ils soient forts pour les tuer ou être tué, alors que ceux qui se montraient aimables ou gentils le dégouttaient autant que les humains de la même espèce, il pouvait bien accepter sa manière de voir les choses. Lui aussi, il avait sa propre appréhension, ses convictions, utopiques elles aussi, sans doute, mais il s'y accrochait sans jamais laisser les autres l'en dissuader. Peut-être aurait-il pu apprécier d'une certaine manière sa compagnie pour ce simple fait. Après tout, elle n'avait rien d'un guerrier extrêmement fort, mais elle n'était pas ridiculement faible non plus. Elle n'avait pas peur de se battre finalement et c'était bien le minimum qu'il demandait pour ne pas considérer les autres avec un mépris certain.
Mais était-ce véritablement suffisant ? Trop rares étaient ceux qui avaient su amener jusqu'à lui le moindre attachement et la plupart d'entre eux connaissaient déjà leur nouvelle incarnation. Il n'en voulait pas de toute façon, n'y parvenait pas. Quelles que soient les qualités qu'il pouvait reconnaître chez les autres, il ne s'y intéressait juste pas assez pour former les bases d'une quelconque relation quand il ne voyait en celle-ci aucune utilité concrète.

Depuis combien de pas son esprit n'était-il déjà plus dans leur conversation ? Il s'était entièrement focalisé sur la bête, avec tant de force qu'il aurait presque pu l'imaginer respirer. Il connaissait le rythme de ses pas autant que celui de son cœur et se sentait presque capable de deviner ses intentions. Le yokaï avait-il compris qu'il était déjà étroitement surveillé ? Il semblait prudent ou peut-être couard, si bien qu'il hésitait et qu'il lui fallait presque se montrer insouciant pour le rassurer. C'était agaçant. La proie semblait assez faible finalement, mais il n'avait rien trouvé d'autre pour s'occuper, la compagnie de la miko devenant de plus en plus fade à ses yeux.
Il en hésitait presque à rebrousser chemin, mais un mouvement soudain effaça alors totalement cette pensée.

Brusquement, il s'arrêta. Sa main avait glissé sans un bruit jusqu'à la poignée de son kodachi. Il n'avait plus qu'à réceptionner son attaque.

Gomen ne, miko, mais il n'y a chez vous plus rien que ne me soit utile maintenant, lâcha-t-il brutalement, alors qu'il prenait visiblement la peine de répondre à sa question.

Son regard sur elle était devenu froid, mais ce ne fut qu'un simple coup d’œil, le dernier peut-être, tandis que son attention toute entière était rivée sur la créature qui, surgissant de nulle part leur bondit dessus. Que lui importait son sort maintenant ?
L'okuri-inu visa pourtant la jeune femme et Naraku la repoussa vivement de sa main pour s'interposer entre eux, avant de dégainer pour porter son premier coup. C'était lui son adversaire maintenant ! La bête comprit bien vite que sa proie n'était plus à portée et que c'était elle qui était devenue le gibier d'une chasse dont elle n'avait su déceler l'aboutissement que bien trop tard. Avait-il trompé ses deux compagnons ? C'était plutôt eux qui s'étaient montrés naïfs et il n'avait pour l'un comme pour l'autre aucune pitié.

Emporté dans son élan, il se jeta tout entier dans ce combat pour lequel il lui avait fallu être beaucoup trop patient et y mettait sans doute un peu de sa rancœur. Il n'avait pas besoin de se retenir, dévoilant immédiatement de son style ultra efficace et de sa rapidité travaillée depuis tant d'années, avec un soin des plus méticuleux. Quand la créature faisait bien des enjambées ou des sauts en tous sens, il bougeait à peine et il ne lui faudrait finalement pas très longtemps pour la fatiguer.
Amusé de ce combat, il jouait presque en le prolongeant, laissant planer une étrange incertitude sur ses coups, sans que l'on puisse trop savoir s'il aurait pu l'achever directement ou s'il se montrait simplement... prudent ?



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Mar 18 Oct - 22:59

Un peu impatiente d'en apprendre plus, la miko jeta un œil à son compagnon de route, elle ne su dire si c'était juste une impression, ou si il avait l'air préoccuper. Peut-être n'allait-il pas lui répondre finalement, elle n'aurait pas dû demander. Elle espérat ne pas l'avoir vexée tout en se demandant si ce n'était tout simplement pas ce Yokai qui l'inquiétée. Sûrement était il fort, ou avait il fait beaucoup de dégât. Peut être qu'ils feraient mieux d'accélérer un peu plus le pas ? Quoi que Naraku le lui aurait certainement dit.  Tandis qu'elle essayait d'imaginer ce qui pouvait provoquer le silence de son compagnon de route, elle continuait encore et toujours d'avancer. Ses questions revenaient sans cesse sur la créature, qu'était elle au juste ? De quelle sorte de Yokaï s'agissait il ? Que voulait il ? Riku fut couper dans ses propres questions quand elle vit l'Onmyouji s'arrêter sans prévenir elle fit de même et suivi son regard qui semblait fixé un point dans le noir. Elle, pour sa part ne voyait rien, l'obscurité masquant dans son manteau tout ce qui se trouvait à plus de quelques mètres. Elle était sur le point de questionnait son compagnon de route quand celui-ci pris la parole.

Comment ça, elle n'était plus utile ? Qu'entendait'il par là ? Riku ne comprenait pas ce qu'il voulait dire, approchaient-ils de la demeure ? Avait-il finalement décider de se passer de ses services ? Un peu inquiète elle le regarda et ne rencontra que deux iris froides l'espace de quelques secondes. Un laps de temps bien trop court qui ne permit pas à la religieuse de comprendre ce qui se passait, d'autant qu'avant qu'elle n'ait eu le temps de le questionner, elle se retrouva bousculer par Naraku, ce qui la sauva de justesse de l'attaque d'un okuri-inu. Laissant ses interrogations concernant son compagnon de route de côté, elle se concentra sur le nouvel arrivant. Pourquoi ce Yokaï les attaquaient-ils ? Avait il une raison particulière de s'en prendre à eux, ou étais ce le hasard ? L'omnyouji entama le combat contre la bête et Riku fut impressionner de voir son agilité, pourtant quelque part il devenait effrayant, peut être plus que le monstre qui les avait attaqués. Il esquivait les attaques en bougeant à peine, comme si il devinait ce que son adversaire allait faire.

Riku resta quelques instants captiver par le combat avant de secouer la tête, elle n'allait tout de même pas rester sans rien faire, mais comment pouvait elle aider ? Bien des gens aurait saisie le prétexte de l'utilité pour laisser Naraku se débrouillait seul, mais Riku, bien que blesser par les propos tenus, n'était pas de ce genre-là. Depuis toujours elle ne tenait pas rigueur des paroles blessantes des gens, elle gardait cela pour elle et continuait d'aider du mieux qu'elle le pouvait. A priori l'Omnyouji n'avait pas besoin d'aide, mais la religieuse cherchait le meilleur moyen de lui en fournir quand même.

La petite miko saisit son arc et encocha une flèche avant de le bander, elle n’avait pas l’intention de tuer la bête, simplement de l’effrayer, avec un peu de chance elle s’en irait et pourrait continuer de vivre. La flèche siffla dans l’air, avant de venir se planter entre les deux combattants. La bête en profita pour s’enfuir sans demander son reste. Un peu confuse quand même, la miko regarda son supérieur avec un pauvre sourire d’excuse avant de dire.

-Vous voyez, Haiko-sama, si ce yokaï était dangereux il ne se serait pas enfuie. Laissons le tranquille.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Lun 12 Déc - 23:56

Dans leurs échanges, il ne prenait pas tant garde à ce qu'il se passait autour de lui, rien n'était assez menaçant ou dangereux pour qu'il s'en inquiète plus que ça. Son objectif était assez clair pour le trio, il voulait mettre hors de combat le yokaï, que ce soit une fois pour toutes ou temporairement, seul le dénouement saurait le dire et il semblait arriver à grand pas.
Mais ces choix qui s'offraient à eux étaient là sans compter un troisième paramètre qui vint se ficher entre les deux opposants. Les deux avaient alors effectué un mouvement de recul pour éviter le projectile nullement destiné à blesser et la bête en profita pour détaler sans demander son reste. Il n'avait pas fallu longtemps pour qu'elle estime l'écart de force qu'il y avait entre eux et elle n'avait bien évidemment pas l'intention de laisser son ennemi décider de son sort si elle pouvait faire autrement, d'autant plus qu'il n'avait pas l'air des plus empathiques.
Elle était rapide et dans la nuit ça n'allait pas être si facile de la suivre. Irrité, il rangea son kodachi dans son fourreau.

Imbécile.
C'était tout le problème quand on devait travailler avec d'autres personnes, particulièrement avec celles qui ne partageaient pas sa conception des choses et elles étaient malheureusement bien trop nombreuses. Mais comme toujours dans ce genre de cas, il n'avait pas vraiment eu le choix.

Stupide miko.
Le monde était sûrement rempli d'un tas de choses jolies et mignonnes pour elle, dans une paix et un calme qu'il n'aurait jamais pu supporter. Si on ne pouvait lui reprocher ce pacifisme écœurant, elle aurait au moins pu se donner la peine de réfléchir.

— Vous croyez que ce yokai nous a attaqué sans raison, simplement parce qu'on passait par là ? Peu probable, mais possible. En revanche, vous pensez vraiment que je me trouve ici, sur ce chemin au beau milieu de la nuit juste par hasard ? Lâcha-t-il froidement, sans se donner la peine de lui jeter un regard.

Naraku reprit la torche qu'il avait glissée dans son obi le temps du combat et la tendit devant lui pour y voir un peu plus clair. À une heure pareille, il aurait été difficile de se lancer dans une folle course poursuite et voilà maintenant qu'ils allaient devoir se livrer à un jeu de pistage. Ils n'avaient pas vraiment de temps à perdre.

— Même si on trouve de plus en plus de contrats sur des yokai simplement parce qu'on a aperçu le bout de leur nez, croyez bien que je n'ai pas que ça à faire. Si je suis aux trousses de celui-ci, ce n'est pas sans raison. Vous pensez franchement que laisser un criminel s'en tirer ainsi lui fera comprendre qu'il est temps de s'arrêter ? Il éclata de rire. Vous êtes bien naïve.

Il avait assez parlé maintenant, dans d'autres circonstances, il aurait simplement pu se débarrasser d'elle et continuer sa route solitaire. Ce n'était pas comme si elle était encore vraiment utile, ce n'était pas comme s'il allait pouvoir le piéger deux fois de la même manière, il connaissait son visage maintenant, mais il avait quand même une certaine réputation à tenir et il serait bien mal avisé qu'on veuille se passer de ses services à cause de ça.
En revanche, il n'était pas assez attentionné pour lui offrir plus que quelques reproches qui visaient uniquement à corriger son comportement si jamais elle décidait de rester aussi collante. Sans plus un mot, l'onmyoji s'avança à un rythme rapide dans la pénombre, le regard rivé sur le sol pour suivre les traces laissées par la bête dans sa précipitation, que la miko décide de le suivre ou non lui importait peu désormais.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Ven 16 Déc - 23:59

Si Riku était d'un naturel jovial, elle avait tout de même son petit caractère, elle pouvait facilement balayer les critiques sans s'en formaliser, mais là elle sentait qu'elle allait se mettre en colère. Haiko-sama était un religieux, il avait certes des principes différents des siens, c'était d'ailleurs habituelle, peu de gens partageaient sa façon de penser, elle le savait mieux que personne. Quoi qu'il en soit rien ne donner le droit à son supérieur spirituel de lui parler sur ce ton. Elle attendit néanmoins qu'il en ait fini avec les reproches, d'expérience elle savait qu'il était inutile d'interrompre quelqu'un avant qu'il n'en ait terminé. Il méritait même ce qui lui arrivait. Il était rare que Riku se laisse aller à la colère, mais ce coup-ci elle ne se gêna pas. Voyant qu'il partait la laissant seule elle tapa du pied par terre et lui emboîta le pas d'un pas rageur. Il n'allait pas s'en tirer comme ça, oh non, avant, il écouterait ce qu'elle avait à dire, que ça lui plaise ou non d'ailleurs.

-Ca suffit ! C'est votre manque d'honnête qui est à blâmer, non moi. Comment pouvais-je deviner que vous traquiez cette créature ? Vous m'avez menti et à présent vous me faites des reproches ? Vous êtes sacrément gonflé monsieur !

Elle fit une courte pause, le temps de diminuer un peu l'écart qui les séparaient avant de répondre d'un ton un peu plus calme.

-Malheureusement vous avez raison, aucun criminel ne s'arrêtera simplement parce qu'il a eu la vie sauve. Si j'avais su à quoi m'en tenir je ne serais pas intervenu, mais une question demeure. Pourquoi m'avoir menti ? Vous pensiez que j'aurais refusé de vous accompagner ? C'est vous qui êtes naïf.

Une autre question se posa dans l'esprit de la petite miko, pourquoi l'avait-il laissé l'accompagner ? Il aurait été plus tranquille s'il avait été seul, Riku douta qu'il eue envie de compagnie, peut être qu'il voulait être sûr de ne pas se tromper de route ? L'hypothèse ne tenait pas vraiment la route, mais elle ne voyait pas d'autres raisons. Quoi qu'il en soit elle avait fait une erreur en intervenant et, même si l'idée d'éliminer un yokaï ne lui plaisait pas, elle devait faire amende honorable. La religieuse poussa un soupir en continua de progresser à la suite de l'omnyouji cherchant le meilleur moyen de se racheter. Ne le trouvant pas elle décida qu'il serait plus simple de demander tout simplement comment elle pouvait se rendre utile, mais après leur échange elle n'était pas certaine que le religieux accepte encore son aide.

-Haïko-sama, s'il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour vous aider, dites-le moi. J'ai commis une erreur et je tiens à la réparer.

Elle ne pouvait pas vraiment proposer mieux à l'heure actuelle, elle se sentait blessé d'avoir ainsi mis des bâtons dans les roues de celui qui se présentait comme un supérieur, blessé également qu'il ne lui ait pas accordé de confiance dès le départ, elle était pourtant comme lui un membre de la caste des religieux. Certes elle lui était d'un rang inférieur, mais ça ne justifiait pas son attitude. Quelque part au fond d'elle Riku se demanda si elle n'avait pas affaire à quelqu'un d'autre qu'un religieux, elle chassa cette pensée de sa tête, peut importer au fond, cela ne l'empêcherait pas de réparer son erreur.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Lun 2 Jan - 2:44

Qu'est-ce qu'elle était chiante cette miko. Fidèle à sa chance légendaire, il était tombé sur une bavarde qui allait lui coller aux basques jusqu'à la mort. C'était exactement pour ce genre de choses qu'il aimait travailler seul. Il n'avait pas à compter sur quelqu'un d'autre, s'il échouait, il ne pouvait en vouloir qu'à lui-même et puisque avec le temps il connaissait très exactement les limites de ses capacités, il savait toujours à peu près vers quoi il allait. Et puis s'il risquait la mort, ce n'était pas lui qui allait s'enfuir en courant, bien au contraire. Il aimait quand c'était risqué, impossible. Étrangement, il s'en sortait toujours, comme si le destin jouait systématiquement contre lui ou du moins, comme si ça l'amusait de le voir se débattre au milieu de son vide et de son indifférence, aspirant tantôt à la mort, tantôt à davantage de vivacité.

La petite s'indignait, se fâchait, finalement elle ne s'en arrêtait pas de parler et lui, il l'ignorait froidement, continuant de suivre les traces fraîches laissaient par la créature. Ça avait de quoi le faire sourire. Le clou du spectacle fut sans doute ses dernières paroles, comme si elle faisait tout pour causer son hilarité ou se ridiculiser encore plus, il n'aurait pas su le dire.
Alors soudain il s'arrêta, éclatant de rire. Ce n'était même pas méchant ou sarcastique, non, il s'amusait simplement. Et c'était lui qui était naïf ? S'il avait dû accorder une qualité à la miko, il aurait au moins pu dire qu'elle était sacrément drôle. Naraku se tourna finalement dans sa direction.

— Bonjour jolie miko, j'aurais besoin d'un appât pour la créature que je traque, auriez-vous l'amabilité de vous prêter à ce petit jeu ? Oh, au fait, vous pourriez éventuellement en mourir, ça ne vous dérange pas, j'espère ? Lâcha-t-il d'un ton aussi léger qu'il était ironique.

Il se tourna à nouveau en direction de la piste, étendant son unique bras valide pour mieux éclairer ce qui se trouvait devant lui.

— Et c'est moi qui suis naïf.

Oh bien sûr, personne n'aurait tourné les faits comme il venait de le faire et peut-être qu'elle aurait accepté, mais il tenait à être suffisamment clair, au cas où elle soit aussi stupide qu'elle en avait l'air. Elle pouvait tout autant l'être en acceptant ce genre de proposition. On pouvait bien être altruiste ou dévoué, à partir du moment où un homme renonçait à son instinct de survie, il avait certainement un problème.

— Je ne suis pas quelqu'un de vraiment éloquent, juste un bon menteur, alors caresser les gens dans le sens du poil, ça m'ennuie terriblement. Le monde est froid, dur et cruel, si ça ne vous plaît pas, n'allez pas vous aventurer dans la nature en pleine nuit avec un parfait inconnu.

L'onmyoji reprit sa marche. Maintenant que ses mensonges n'avaient plus vraiment lieu d'être, il n'avait pas de raisons de lui cacher quel genre d'homme il était. Évidemment, il ne tenait pas vraiment à ce qu'on lui fasse un trop mauvaise réputation, car il valait quand même mieux qu'on continue à acheter ses services, mais tant que ses talents de chasse surpassaient son mauvais caractère, il n'avait pas non plus à faire plus d'efforts que ça.

— Je n'ai plus besoin de vous maintenant. Ce yokai n'est pas stupide au point de se faire avoir deux fois par le même piège. Enfin... j'imagine que si vous avez une quelconque aptitude qui pourrait m'aider dans cette chasse, vous pouvez rester.

Qu'elle ne compte pas sur lui pour l'aider à ce sujet, il ne voulait clairement plus de ses services et elle allait sûrement être plus gênante qu'autre chose. Il se retourna à nouveau vers elle, plongeant son regard obscur dans celui de la miko.

— Mais soyons clair, je n'ai aucune intention de le laisser repartir vivant.

Si ça ne lui allait pas, elle ferait mieux de partir. Elle pouvait protester autant qu'elle le voulait, mais sa patience avait des limites. Une fois de plus, il reprit sa route et son pas vif. Pourvu qu'ils n'aient pas la moitié du continent à parcourir.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Mer 18 Jan - 22:03

Riku sentait la moutarde lui monter au nez, ce prêtre se payer sa tête, il n'avait aucune compassion, aucune reconnaissance, pas même un brin de remerciement ou d'honnêteté. C'était une honte pour la caste des religieux. Enfin si un Kami lui avait accordé le pouvoir d'aider les autres avec un don malgré sa personnalité, c'est qu'il devait au moins être efficace. Jamais Riku n'oserait remettre en question le choix d'un Kami, celui qui l'avait emmené à devenir Omnyouji devait avoir une bonne raison. A elle de faire avec et puis, Gekigami lui avait sûrement fait croiser cet homme pour lui enseigner une nouvelle leçon. Peut être qu'elle apprendrait des choses en suivant cet inconnu. La petite miko soupira un bon coup et repris d'une voix plus calme.

-Certes, présenter ainsi peu de gens auraient accepté de vous aider. Mais n'avez-vous donc pas pensé à demander à une mercenaire de vous accompagner pour servir d'appât ? Je connais des tas de femmes qui n'auraient pas hésité à accepter, parce qu'elles n'ont pas peur de mourir, ni même de chasser des Yokaïs.

Un léger sourire s’afficha sur le visage de la miko avant qu’elle ne poursuive.

-Si vous aviez pris la peine de réfléchir un tant soit peu avant, vous n'auriez pas laissé votre cible vous échapper bêtement.

Fière de sa répartie Riku emboîta le pas de Naraku tandis qu'il poursuivait, au moins accepter-il qu'elle l'aide si elle le pouvait et la religieuse tenait à lui montrer qu'elle n'était pas inutile, elle avait déjà dû affronter des Yokaïs et même si ça ne lui avait pas plus elle avait été forcée de reconnaître que certains devaient être éliminé pour le bien des autres. Comme chez les humains certains faisaient le mauvais choix, cela les conduisait irrémédiablement à la mort, elle déplorait cela, mais elle avait appris à vivre avec.

Naraku fit une nouvelle pause pour bien lui faire comprendre qu’il ne laisserait pas la créature en vie, malheureusement elle devait bien avouer qu’il avait raison. Elle le regarda fixement à son tour avant de lui répondre.

-Même si je préférerais une autre issu je suis consciente que cette bête ne peut rester en vie, alors je ne vous empêcherais pas de la tuer. Haiko-sama, laissons de côté nos différents pour lui tendre un nouveau piège.

La miko tout en avançant se mit à réfléchir au moyen de piéger le Yokaï, comme l'avais dit l'Omnyouji la bête ne tomberait pas deux fois dans le même traquenard, vu l'heure tardive Riku renonça à l'idée de chercher de l'aide auprès d'une mercenaire qualifiée, de plus son supérieur n'accepterai sûrement aucune perte de temps. A force de réfléchir la religieuse finie par avoir un début d'idée, elle s'éclaircit la gorge avant d'oser prendre la parole à nouveau.

-J’ai la possibilité grâce à mon pouvoir de le piéger dans une sphère, les dons des Kami ne fonctionne pas à l’intérieur, mais si je vous y enferme tous les deux, alors vous pourrez l’abattre facilement, il n’aura aucune porte de sortie. Sauf si vous avez peur que je n’en profite.

A dire vrai, elle ne pourrait pas en profiter, elle pouvait elle-même aisément entrer et sortir de la sphère, mais elle n'y avait pas plus de pouvoir que quiconque, ce pouvoir tout neuf lui demander pas mal d'énergie, mais de ce qu'elle avait vu, le religieux n'aurait aucun mal à terrasser son ennemi avant qu'elle ne s'épuise complètement. Elle attendit qu'il lui réponde, que ce soit pour peaufiner ce plan un peu bancale, ou lui proposer une meilleure stratégie, dans tous les cas elle ne doutait pas qu'en suivant la piste, ils retomberaient sur leur ennemi.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 22 Jan - 3:55

C'était amusant finalement d'observer cette petite miko s'offusquer de ses propos. Qu'allait-il se passer s'il continuait à la chercher ? Ce n'était pas aussi grisant que certaines provocations dont il usait pour déclencher un combat qui l'intéressait malheureusement. Comme toutes les personnes de sa nature, elle n'aimait pas qu'on lui montre ce qu'il pouvait y avoir d'effroyable dans le portrait du monde où elle aurait voulu ne mettre que de belles et douces couleurs. Lui, il aimait cette image, voir cette cruauté briser la surface et s'étendre sur le monde, impitoyable, indifférente. Généralement, il ne voyait que des teintes de gris dont il avait du mal à distinguer les nuances, comme s'il était aveugle à quelque chose et puis, il arrivait que d'autres choses se réveillent. C'était souvent dans la violence, parfois extrême, ainsi il abhorrait bien souvent ce qui faisait le bonheur des autres, s'enfonçant dans des voies toujours plus ténèbreuses, les seules à même de faire battre son cœur.

— Perte de temps. Je n'aime pas travailler en équipe. Vous êtes la première que j'ai trouvé et vous aviez l'air de convenir, lâcha-t-il par morceaux d'une voix indifférente.

Il n'avait pas besoin de s'expliquer dans ses choix, elle n'allait pas le comprendre de toute façon, mais elle n'allait pas s'arrêter de parler non plus et sa manière réfléchir, trop banale sans doute, lui donnait envie d'accentuer encore plus le gouffre qui se trouvait entre eux.

— Je vous rappelle que c'est vous qui lui avez permis de s'échapper, ajouta-t-il simplement, impassible face à sa répartie qui aurait voulu le faire passer pour un incapable.

Qu'elle était ennuyeuse... Fidèle à son stupide destin, Naraku sentait qu'une fois de plus, il n'avait pas eu beaucoup de chance dans cette rencontre et il aspirait de plus en plus à en finir avec cette affaire. Non seulement traquer une piste au beau milieu de la nuit l'ennuyait au plus haut point, mais plus encore, sa compagnie ne lui offrait même pas de quoi faire un beau combat.
Cela faisait un moment qu'ils suivaient la piste maintenant et il remarquait que la bête avait ralenti, probablement rassurée par le fait de les avoir distancés. C'était une bonne chose, car cela signifiait qu'ils se rapprochaient d'elle, mais elle pouvait alors prendre le temps de couvrir ses traces et leur seul indice s'évanouirait rapidement. Il y avait intérêt à ce qu'il n'ait pas perdu son temps. Il n'avait pas envie de rester à surveiller les environs jusqu'à ce qu'elle se manifeste à nouveau, si elle osait encore le faire.

La miko, de son côté, semblait réfléchir et le laisser enfin dans un appréciable silence. Calmement, il se concentrait sur la piste et accélérait le pas lorsqu'il avait quelques certitudes pour ralentir à nouveau, dès le sol se faisait plus énigmatique. Finalement, elle lança une proposition et Naraku haussa les épaules, moyennement convaincu.

— Si ça peut vous faire plaisir. Quel est le diamètre de cette fabuleuse sphère ?

Leurs pas les menèrent finalement jusqu'à l'entrée d'une grotte. La bête n'avait pas été très prudente, ignorante même, et les traces s'arrêtaient ici. À moins qu'il ne s'agisse d'une terrible embuscade, c'était plutôt bon signe. S'il n'y avait pas d'autres sorties, il en serait fait de la menace. Sans attendre davantage, Naraku poursuivit son avancée, ils n'avaient plus qu'à explorer la galerie et leurs pas ne pouvaient que les rapprocher d'un nouvel affrontement maintenant, il pouvait le sentir.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Mar 7 Fév - 0:14

Décidément, Naraku était un curieux personnage, Riku ne parvenait pas à comprendre ce qui était logique pour lui. Il disait ne pas aimer travailler en équipe, chose qu'elle pouvait comprendre, mais en même temps il se contentait d'emmener n'importe qui à la chasse aux yokaïs simplement pour ne pas perdre de temps… Un raisonnement qui n'avait aucun sens pour la miko. Selon elle il perdait bien plus de temps à faire équipe avec une novice plutôt qu'à demander un coéquipier provisoire.  Au final il se retrouvait bien de toute façon à devoir faire équipe avec quelqu'un, alors ça n'avait aucun sens.

-Si vous voulez mon avis, vous perdriez moins de temps à en prendre pour avoir une personne qualifiée a vos côtés, provisoirement s'entend.

Elle en était sûre, il allait encore démonter ses arguments, mais au moins cela lui permettait d'en apprendre plus sur lui et sur ses méthodes peu orthodoxes. Il l'accusa d'ailleurs d'avoir fait fuir sa cible. Riku décida que poursuivre la conversation ne la mènerait à rien, elle continua donc à le suivre et ne parla que pour lui proposer ses services, si n'avait pas l'air convainque, au moins fit il semblant de s'y intéresser en lui demandant le diamètre de la sphère qu'elle pouvait créer. C'était plus complexe à expliquer qu'à faire, car elle connaissait encore mal les limites de son pouvoir, mais elle pouvait tenter de répondre le plus simplement possible.

-Il n'y a pas vraiment de périmètre défini, mais plus la sphère est grande, moins je peux la garder active sur la durée. Sur un diamètre de trois mètres vous pourrez en profiter pendant deux minutes.


Avant qu’il ne puisse juger du peu de possibilités qu’offrait cette « cage » elle s’empressa d’ajouter :

-Je suppose que pour terrasser ce yokaï c’est bien plus qu’il ne vous en faut.

Tandis qu'elle venait de lui répondre, ils pénétraient dans une grotte et guidé par l'Omnyouji ils explorèrent la galerie à la recherche de la bête. Riku garda le silence tout en se demandant si elle avait eu rai-son de vouloir poursuivre la traque avec lui, mais après une bonne claque mentale elle en viens à la conclusion qu'il n'y avait pas à hésiter, peu importe ce que Gekigami avait prévu pour elle, elle avait surmonté bien des épreuves, elle sortirait de celle là encore grandi. A force d'avancer, ils finirent par percevoir un espèce de grondement étouffer si bref que la miko se demandant si elle ne l'avait tout simplement pas imaginé, son cœur commença à battre plus fort dans sa poitrine tandis que la tension montée dans son esprit, quelque chose la déranger dans le fait d'être dans un endroit clos même si elle n'arrivait pas à dire quoi. De plus, en plus nerveuse elle se demandait si elle ne devrait pas partager ses inquiétudes avec son supérieur, au moins pour établir une stratégie viable en cas d'embuscade, mais elle finie par y renoncer, cela serait sûrement encore plus dangereux de parler, leurs pas devait être perceptible par la bête. Allongeant un peu le pas elle se rapprocha de Naraku afin qu'aucun ennemie ne puisse se glisser entre eux, elle crut l'entendre ricaner à cette initiative, mais fini par se dire qu'elle avait dû rêver une fois de plus. Afin de se rassurer elle commença à se concentrer pour libérer sa sphère plus vite, c'était purement mental comme idée, mais elle aimait croire que si elle préparait à l'avance de libérer son pouvoir elle gagnait quelques précieuses secondes et ça elle était persuader que ça pourrait jouer en leur faveur.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 23 Avr - 0:28

Pourquoi cette idiote persistait-elle dans ce débat futile ? Tenait-elle vraiment à le convaincre de son idée quand elle aurait dû normalement ne ressentir que de l'antipathie pour lui ? Naraku n'aurait pas su dire si elle était trop bienveillante ou trop idiote pour continuer à ajouter de l'eau à son moulin.

« Je n'aurais pas su si bien dire pour qualifier votre incompétence, en effet. Vous êtes miko, à quoi servez-vous donc si vous n'êtes même pas capable d'assister quelqu'un ? Votre mission était simple pourtant, elle consistait à ne rien faire. »

De ce qu'elle lui avait dit à propos de son pouvoir, elle semblait ne même pas vraiment connaître les propres limites de ce qu'elle faisait. À quoi bon recevoir des dons si ce n'était pas pour les aiguiser et en faire une véritable arme ? Naraku ne pouvait décidément par comprendre ces gens qui vivaient dans la paix et la douceur, pour lui, le monde avait besoin d'être tranchant et cruel pour signifier quelque chose, le reste était juste ennuyeux, terriblement ennuyeux même.
Heureusement, la mission devrait bientôt toucher à sa fin et elle n'aurait plus d'excuse pour se tenir à ses côtés. Il se demandait même pourquoi elle n'était pas partie depuis longtemps, c'est ce qu'auraient fait la plupart des gens, la partie sensée en tout cas. Avait-elle peur de rentrer seule ? Qu'elle ne compte pas sur lui pour la raccompagner.

« Trois mètres de diamètre ? Plutôt étroit pour un combat. » Lâcha-t-il.

Mais il souriait et rien de tout cela ne semblait l'inquiéter. Au contraire même, ce serait plutôt à son avantage, il maniait une arme de courte portée et il avait l'habitude d'aller presque au contact de son adversaire. La bête, en revanche, devrait se sentir gênée par tout cela. Ce n'était pas une créature qu'il redoutait particulièrement, mais elle pouvait s'avérer dangereuse. Maintenant qu'elle savait qu'elle était traquée et qu'on ne la laisserait pas tranquille sans qu'on lui ait fait la peau, il partait avec quelques avantages en moins.
Au fil de leurs pas, ils s'enfonçaient de plus en plus profondément dans la grotte et ils ne pouvaient se repérer qu'à la maigre lueur de la torche. Son intuition lui disait que le yokai n'avait pas pu fuir et qu'il devait désormais se tapir quelque part, attendant sa chance, son unique chance de survie. Cela ne le rendit pas vraiment prudent, mais plus attentif à son environnement.

Comme prévu, l'okuri-inu surgit brusquement et se jeta sur l'onmyoji qui n'eut que le temps de lancer la torche à Riku, lui intimant de l'attraper. Il avait besoin d'un minimum de lumière et, doté seulement d'un bras, il n'avait pas vraiment d'autre choix. La bête eut le temps de lui assener un coup de griffe sur l'épaule, mais il ne lâcha même pas un cri de douleur, se contentant de dégainer son kodachi. Elle voulut reculer alors, mais elle se cogna contre la paroi de la prison qui s'était matérialisée à l'instant. Naraku sourit, au moins avait-elle réagi correctement. Il profita de sa confusion pour la frapper une première fois. Ce n'était pas suffisant pour l'achever pourtant et ils en étaient presque au même point. Le peu d'espace dont ils disposaient ne laissaient aucune retraite possible, les forçant à passer à l'offensive, ce qui lui allait très bien puisque ça correspondait généralement à son style de combat très minimaliste. Tout se déroula donc de manière très violente et ils s'échangèrent quelques blessures légères avant que l'onmyoji ne finisse par prendre l'avantage. Contrairement à la bête dont il avait pu étudier les habitudes,  celle-ci ne pouvait pas déduire grand-chose de son style imprévisible qui se révélait souvent très efficace contre des créatures sans réelle formation martiale.

Ce fut à l'instant même où il planta férocement sa lame dans le cœur du yokai que la bulle se brisa. Le combat terminé, certains pans de ses vêtements étaient couverts de sang et d'autres mériteraient d'être savamment recousus. Naraku essuya sa lame sur un morceau de tissu qui avait été déchiré et il rengaina son arme.

« Bien, il ne reste plus qu'à purifier cet endroit et à brûler le corps. » Déclara-t-il d'une voix neutre.

Le combat l'avait ramené à son but premier, achever son contrat, et la miko n'était plus tant une source de distraction. Ainsi, il entama le rituel en commençant par faire brûler un peu d'encens qu'il emmenait toujours dans ses affaires.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Mar 16 Mai - 21:25

Riku soupira discrètement, ce Naraku était odieux et blessant, s'en rendait-il seulement compte ? Pour le peu qu'elle l'avait observé elle dû se rendre à l'évidence. Il faisait partie de ces personnes qui ne s'intéressait pas aux autres, pire qui les méprisés. Comment un type comme ça avait pu devenir Omnyouji ? Au-delà de son sale caractère et ses propos insultants, les kamis avaient-ils déceler en lui le potentiel d'un homme d'église exceptionnel ? Riku se refusa de juger d'avantage l'homme qu'elle accompagnait dans cette chasse au Yokaï. Les kamis ne laissaient rien au hasard après tout. Peut-être que Naraku avait tout simplement trop souffert avant d'en arriver là ? Peut-être avait-il tout simplement peur de montrer autre chose que de la méchanceté. C'était absurde comme façons d'être, mais la miko ne savait que trop bien ce que le chagrin pouvait engendrer. Les êtres les plus forts avaient souvent affronté des épreuves que la plupart des hommes n'auraient su supporté. La force pouvait s'acquérir de bien des manières, mais en menant des combats acharnés ou seul la mort décidée d'un vainqueur, il n'existait surement pas un seul être capable de préserver une âme totalement pur.

En d'autre circonstance la jeune femme aurait tenté de venir en aide à cet homme, de chercher quelques paroles qui pourraient le libérer, hélas elle sentait que cet individu se moquerait d'elle, pire que toute sa détermination serait épuisée bien avant qu'elle ne puisse lui entrouvrir les portes d'une ère nouvelle. Si en règle générale Riku se démenait corps et âme pour secourir tous ceux qui en avaient besoin, elle connaissait les limites de ses capacités, avec Naraku elle ne parviendrait à rien, les kamis n'avaient donc pas organisé cette rencontre pour qu'elle soigne une nouvelle âme. Cette réflexion la rendit triste, elle qui voulait tant aider se retrouver confronter à un être qui plus que d'autre avait besoin d'une lumière dans la nuit, mais elle était incapable de la lui donner.

Le religieux la sortie de ses sombres pensé en critiquant la taille de la sphère qu'elle proposait de lui créer. Etait-ce la frustration qu'elle ressentait qui la fit parler sans réfléchir ? Ou bien le trop plein de peine ? Quoi qu'il en soit elle releva la tête et pris un ton froid et menaçant qui le fit surement sourire.

-Si cela ne vous convient pas, vous pouvez très bien allez-vous faire bouffer par ce yokaï pendant que je me charge de lui !

En colère à présent, elle ne ressentait plus aucune compassion pour ce pauvre hère solitaire. Qu'il aille remplir l'estomac de la bête tiens, ça laisserait de la place à des âmes plus généreuses.  Malgré tout Riku savait qu'elle l'assisterai quand même, elle n'était pas du genre à laisser quelqu'un se débrouillait seul, peu importe que ce soit la plus douce des créatures ou la pire des ordures. Elle était une miko de Gekigami, son devoir passé bien avant ses propres intérêt et ce n'était pas à elle de juger qui devait vivre ou mourir. La faible clarté apportait pas la torche ne leur permettaient pas de voir loin, il était donc délicat de prévoir quand la bête attaquerait, Riku décida de se concentrer sur cette dernière afin de ne pas être trop surprise par une attaque, elle garda donc le silence et continua sa progression à la suite de l'omnyouji.

Ce fut un peu plus loin que le sort de la bête se décida, tout alla très vite, la jeune femme vis à peine l'okuri-inu attaquer, elle réagit par réflexe en attrapant au vol la torche que lui lançait le prêtre en lui ordonnant de l'attraper, elle invoqua sa sphère pour enfermé les deux adversaires tout en relevant la torche pour apporter un peu de lumière dans ce sanglant combat. Quelques coups furent échanger, mais le peu d'espace que pouvait offrir la cage donna vite l'avantage à Naraku. La miko eut pitié de la créature piégée qui ne survivrait pas. L'inconvénient de ce nouveau pouvoir était la restriction entre la grandeur et la durée d'utilisation, le cercle de trois mètres puisait dans ses réserves à une vitesse affolante, elle pria Gekigami pour avoir la force de tenir jusqu'au bout. Si elle lâchait maintenant la situation deviendrait critique, la créature pourrait à nouveau s'enfuir et elle passerait pour une incompétente. C'était déjà un peu le cas, mais elle espérerait prouver à cet odieux personnage qu'elle n'était pas si inutile que ça.

Volonté du kami ou propre force ? Elle tient bon, l'effet de son pouvoir éclata au moment où la créature rendait son dernier souffle. Ça c'était joué à la seconde près, mais elle était fière d'avoir réussi. Le cœur battant, le souffle court elle s'accorda quelques instants pour chasser la violence du combat et reprendre contenance. En temps normal elle se serait autorisée à fléchir les genoux, mais devant Naraku elle refusa de montrer plus de signe de faiblesse. A peine eut elle pensait ça que le religieux annonçait la suite de la mission. Riku hocha la tête avant de se mettre au travail. Elle commença par s'agenouiller au côté du corps du monstre afin de réciter une incantation en joignant ses mains. Plus que des mots cela permettrait de calmer la colère que pouvait laisser l'âme derrière elle. Lentement et les yeux clos elle se redressa avant de sortir son chapelet et d'entamer une danse pour purifier le lieu. Enfin le cadavre fut brulé et Riku s'acquitta de lui adresser une dernière prière, silencieuse cette fois-çi pour lui souhaiter bon voyage.

Il lui restait une dernière chose à faire avant de pouvoir retourner vers les siens, elle ne risquait plus à présent de les faire repérer par qui que ce soit et, elle entendait bien mettre les points sur les I avec Naraku. Elle n'y alla pas par quatre chemins préférant faire aussi cour qu'elle le pouvait.

-A priori vous n'étes pas du genre à dire merci, alors je n'attendrais rien de votre part, mais sachez que votre attitude fait honte à la caste des religieux ! Alors, la prochaine fois, au lieu de mentir comme un voleur, demandait de l'aide ! Malgré le mauvais fond que vous vous efforceez de montrer aux gens je suis sûre que certains accepteraient de vous prêter mains forte. A  moins que vous n'ayez peur ?

Un petit sourire se dessina sur le coin des lèvres de la miko, ça faisait toujours du bien de dire ce que l'on pensait aux gens, même quand il n'avait pas envie de l'entendre et qui sait, peut-être que ce sermon ferait réfléchir le prêtre, enfin elle n'y croyait pas trop, mais ça ne coutait rien d'espérer. Après quelques secondes elle se demanda si elle n'aurait pas du avoir un peu plus de tact, sa mère lui avait souvent répété de ne pas s'emporter, mais elle ne parvenait pas toujours à se contrôler. Un jour cela lui attirerait surement des ennuis, ce ne serait pas la première fois, mais elle ne doutait pas que Gekigami continue de veiller sur elle.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 28 Mai - 19:11

Puisqu'il bénéficiait des services d'une miko, il la laissa en grande partie s'occuper du rituel de purification. C'était davantage son domaine de compétence que le sien, même si ses connaissances n'étaient pas à sous estimer. Il s'était pendant ce temps-là occupé de recueillir une preuve de sa chasse, puis il s'était reposé de cet intense combat pendant qu'elle terminait. Son arme méticuleusement nettoyée avait regagné son fourreau et il avait fait brûler les tissus qui comportaient des taches de sang.
Il était temps pour eux de quitter la grotte, l'encens qu'il avait rajouté allait remplir une bonne partie de la cavité de fumée pour terminer la purification et y rester plus longtemps aurait été insensé. Ils reprirent donc leur marche en sens inverse et, malgré le mutisme de Naraku, la miko ressentit le désir de lui exprimer ce qu'elle avait sur le cœur.

C'était un joli sermon qu'elle lui offrit, rempli sans aucun doute de beaucoup de sincérité. Elle voulait l'accabler de reproches quand bien même elle avait pu voir en partie à quel point son cœur pouvait être froid. L'onmyōji qu'il incarnait était en règle générale plus sociable et plus avenant que la démonstration qu'il lui avait faite aujourd'hui, mais après tout n'avait-il pas pour habitude de s'adapter à ce qu'il rencontrait ? Pas vraiment comme un miroir, mais pas si loin d'un reflet qui renvoyait aux autres une partie de ce qu'ils étaient, de ce qu'il pouvait analyser froidement, sans émotion, sans a priori.
Il se retint de rire à son petit discours. Oh comme elle jouait bien les donneuses de leçon, les moralisatrices ! Nul doute qu'elle avait bien ancré dans son esprit trop étroit sa conception des choses, irréversible, inébranlable et qu'elle aurait bien voulu voir le monde entier s'y conformer strictement. Disait-elle vraiment cela par pure générosité, pour l'aider, pour qu'il devienne... meilleur ? Il l'était déjà. Dans son propre domaine de compétence, si particulier, si dérangeant ; mais il existait bel et bien et rien ne saurait le faire disparaître. À moins que son attitude, sa présence, cette idée qu'il imposait en face d'elle et qu'il faisait buter sans précaution contre ses principes ne lui soit insupportable.

« C'est bien aimable à vous de me prodiguer de si précieux conseils, mais avant tout et surtout pour vous-même, posez-vous cette question. Que connaissez-vous du monde ? Vous n'avez pas beaucoup voyagé, vous avez appris ce qu'on vous a demandé d'apprendre, vous avez formé vos concepts de la justice sur les idéaux qu'on a bien voulu vous expliquer. Qu'avez-vous vu de notre univers, quels monstres, quelles créatures, quels êtres ? Sur quoi avez-vous donc médité ? Vous n'avez rien connu de la rage, de la douleur ni même du vide. Vous n'avez pas connu la souillure, les luttes à mort ou même la faim, la fatigue et pourtant... la nécessité de se tenir debout. »

Sa voix ne dénotait rien, ni mépris, ni arrogance, ni colère, rien qu'une neutralité désarmante, comme s'il analysait tout ce qu'il pouvait voir sans jamais vraiment s'impliquer. C'était le cas, trop souvent. Et que connaissait-elle après tout de cet état qui le laissait vide de tout, le contraignant à avancer toujours plus difficilement que les autres, parce qu'il n'y avait ni sentiments ni émotions pour le guider, parce qu'il ne connaissait pas les lois de leur monde ou de leur société autrement que par des mots, parce qu'il se retrouvait toujours confronté à un néant et pourtant, qu'il lui fallait prendre ses propres décisions ?
Il ne lui ferait pas le récit de sa propre indifférence, il ne lui devait rien et même si elle semblait le réclamer, il n'avait aucun remerciement à lui faire. Sa présence lui avait plus desservi qu'autre chose, n'importe qui aurait sans doute fait mieux que ça. Tout ce qu'il y avait en lui ou plutôt, tout ce qui n'y existait pas persistait à être un secret qu'il cachait plus ou moins, mais qu'il n'exprimait jamais, qu'il n'expliquerait certainement jamais non plus.

Arrêtant sa marche alors qu'ils étaient proches de l'entrée, il se mit en face d'elle, posant sur elle un regard parfaitement impassible.

« Permettez-moi de vous retourner votre faveur et de vous donner un conseil à mon tour. Vous feriez mieux de réfléchir à votre propre attitude, à vos propres actions avant de juger les autres. Réalisez-vous à quel point vous avez été naïve ? Les miko incarnent la pureté et non la stupidité. C'était bien un yokai qui emportait les jeunes filles des environs, mais ça aurait tout aussi bien pu être moi. Vous m'avez suivie avec une aveugle confiance et si cela avait été une épreuve, autant vous dire tout de suite que vous avez lamentablement échoué. Gekigami-sama peut bien avoir choisi de vous laisser indemne cette fois-ci, mais ce ne sera peut-être pas toujours le cas. »

… faible créature.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Jeu 1 Juin - 9:10

Non, décidément elle ne pourrait surement jamais comprendre cet homme. Depuis plusieurs années elle s'efforçait d'aider les gens qui en avaient besoin, de les rassurer, les guider vers le meilleur chemin, mais face à Naraku elle se retrouvait comme l'enfant qu'elle était à ses premiers jours de Miko. Pleine de bonnes intentions, mais manquant de connaissances. Naraku ne se gêna pas pour le lui faire remarquer et Riku fut surprise autant par ses propos, que par leur véracité. Le ton vide qu'il utilisait apportait son lot de malaise même si elle n'en montrait rien. Il lui fallut quelques pas pour encaisser et analyser toute la portée de ses paroles, plus quelques-uns supplémentaire pour parvenir à répondre calmement. Elle ne lui donnerait pas la satisfaction de s'énerver à nouveau à cause de lui, ou de lui montrer le moindre signe de faiblesse, après tout, elle aussi avait souffert, elle en avait connu des choses, surement différente de lui, mais qui l'avait fait grandir quand même.

-Effectivement, il est des choses que je ne connais pas, mais n'allez pas croire que j'ai grandi et évolué dans un cocon de confort. J'ai connu la faim, la peur, la douleur, j'ai dû par ma simple présence apaisée des êtres qui ont vécu des choses bien plus terrible que les miennes, je les ai aidées sans les connaitre, parce que c'est ma voie. J'ai dû comprendre en silence leurs peines, leurs souffrances, la vivre avec eux afin de parvenir à les sauver. Alors, oui, je n'ai pas parcouru le monde, mais chaque jour je fais en sorte d'aider tous ceux qui en ont besoin et je n'ai pas à en avoir honte. Chaque être à sa propre voix, sa propre existence, ses propres choix à faire, mon rôle consiste à les aider à choisir le meilleur, pas à leur imposer ma vision du monde.

Il ne pourrait jamais deviner à quel point elle pouvait ressentir la peine des autres. Au-delà de la simple compréhension d'une douleur, son pouvoir de soin transférer l'intégralité de toute chose négative en elle, elle avait le don de pouvoir soulager autant les blessures physiques que celle du cœur, parce qu'elle pouvait les comprendre pleinement. Malheureusement comme tout don de cette ampleur, la contrepartie était aussi élevée que le reste. Elle souffrait plus peut être que la personne qu'elle guérissait, elle s'épuisait au point ou son corps n'avait plus la capacité de se mouvoir. Ce don du ciel était à sa façon une malédiction, car chaque fois qu'elle s'en servait elle avait conscience que sa propre vie était menacée. Résigner depuis longtemps de ne pouvoir sauver tout le monde, elle avait accepté de n'user de ce pouvoir qu'en cas de nécessité absolue, pour aider ceux qui le méritée, sans distinction de rang, seulement en se basant sur les actes. C'était elle le savait indigne d'une bonne miko, mais si Gekigami lui avait accordé le droit de soigner la plupart des blessures, il lui imposait aussi de choisir ceux qui en bénéficiaient. Ça ne lui plaisait d'ailleurs pas plus que ça, mais elle s'inclinait devant la décision de son Kami et ferait tout pour toujours faire les bons choix. Ce n'était au final qu'une épreuve de plus.

Naraku s’arrêta à quelques mètres de la sortie de la grotte pour se placer devant sa trajectoire, l’obligeant ainsi à l’écouter, il n’aurait pas eu besoin de cela, néanmoins Riku ne fit aucune remarque, attendant de savoir ce qu’il comptait lui dire. Son expression neutre lui donnait l’impression de s’ennuyer, comme s’il n’avait pas envie de lui adresser la parole, mais qu’il se sentait « obligé en tant que supérieur de le faire. La miko accusa le coup sans rien dire. Il avait malheureusement raison, elle baissa la tête un peu honteuse. Elle avait manqué de prudence, mais était-ce vraiment un mal alors qu’elle voulait simplement se rendre utile ? Certes elle aurait pu le laisser se débrouiller quand le monstre avait fui la première fois, mais ce n’était pas dans ses habitudes. Relevant la tête pour le fixer à nouveau, c’est d’un ton calme qu’elle lui répondit.

- Vous avez raison, je suis surement un peu naïve à aider un inconnu, mais si je commence à douter de chaque être vivant, si chaque religieux par méfiance ne vient plus en aide à son prochain, alors notre monde plongera assurément dans le chaos. Mais quelque part Haiko-sama, vous non plus ne vous êtes pas méfié. Vous avez demandé l'aide d'une inconnue et ce n'est pas parce que je me trouvais dans un temple que je suis forcément une miko. Certes, avec votre force, vous pouvez, à n'en pas douter vous sortir de toute sorte de situation, mais que feriez-vous si je vous enfermée dans ma sphère ? Vous ne seriez alors plus qu'une cible facile.

Elle exagérait un peu, puisqu'elle ne pouvait la garder indéfiniment active, qu'elle ne pouvait déclencher aucun pouvoir à l'intérieur de sa bulle, ni attaquait de l'extérieur. Cependant, elle pouvait la resserrer suffisamment pour n'avoir que la place de rentrer dedans pour tuer son adversaire. Ce n'était pas dans sa nature d'agir ainsi, mais un ennemi surpris pourrait s'y laisser prendre. Elle doutait cependant que cette technique fonctionne avec l'omnyouji. Désireuse de ne pas rester ici plus longtemps la jeune femme contourna son interlocuteur pour sortir de la grotte, elle inspira un bon coup  avant de rajouter.

-Je suppose que nos chemins se séparent ici, il serait utopique de penser que vous auriez l’amabilité de raccompagner une jeune femme chez elle en pleine nuit.

Elle était certaine qu'il serait du même avis, aussi le fixa-t-elle froidement, avant de hausser les épaules. Peu importe, il était tard et elle voulait rentrer, ses consœurs risquait de s'inquiétait si elles ne la trouvaient pas au matin. Inutile donc de trainer d'avantage, elle laissa un signe de main en guise d'au revoir, sachant très bien que ce n'était pas des plus polie et repris sa marche, libre à lui faire comme il l'entendait.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Dim 25 Juin - 20:27

Il était trop gentil avec elle. Comment quelqu'un d'aussi naïf pouvait-il exister ? C'était pour lui la plus grande des stupidités, cet idéalisme mielleux qui lui donnait envie de vomir, cette conviction qu'il y avait du bien partout, qu'on pouvait rendre les gens heureux, qu'on pouvait résoudre tous les problèmes. Même l'imbécile du village avait plus d'intérêt pour lui que ce genre de personne. C'était ce genre de faiblesse qu'il abhorrait par dessus tout, c'était ça qu'il voulait abattre avec mépris. Quelles bonnes choses pouvait-il y avoir en ce monde ? Il n'avait jamais été véritablement heureux, tout n'était que mimiques et prétention. C'était comme une chose qu'on lui avait interdite, un concept qu'il ne saurait jamais toucher, comme tant d'autres. Les humains... tous ces gens qui l'entouraient, tous ces gens qui lui ressemblaient et qui pourtant n'avaient rien à voir avec lui, il y avait des jours où il les méprisait tant. Ils n'avaient aucune idée de ses propres concepts, ils étaient incapables de comprendre ce qui le faisait agir, ce qui le poussait à briser des lois qui avaient pour lui si peu d'importance, si peu d'intérêt. Pourquoi faisait-il donc tant d'efforts pour se mêler à ces êtres abjects ? Ne devrait-il pas juste reprendre son chemin, éviter par dessus tout ce genre de rencontrer, se complaire dans cette solitude qu'il ne pourrait de toute façon jamais briser ? Il était trop différent des autres, il le savait et pourtant, il restait là.

Sa petite menace concernant son pouvoir n'eut pour seul effet que de le faire éclater de rire. Oh vraiment, pauvre petite chose.

« Vous êtes trop empathique pour savoir juger correctement les autres. Il n'émane pas de vous la plus petite agressivité, pas la moindre volonté de combattre et encore moins celle de tuer. Vous allez me rétorquer que vous savez tirer à l'arc, que vous avez déjà abattu quelqu'un ? Ce que vous savez viser de mieux, c'est l'inerte. Contentez-vous de votre petit art pour les démonstrations, il n'impressionnera jamais personne d'autre. » Lâcha-t-il avec désinvolture.

Il aurait bien pu ajouter que si elle avait usé de son pouvoir pour l'éliminer, elle aurait au moins pu le surprendre, l'avoir peut-être, elle aurait pu enfin être digne d'un quelconque intérêt. Mais il n'allait pas lui faire ce plaisir, n'est-ce pas ?

« Même moi, je saurais mieux user de votre arc que vous. » Ajouta-t-il avec un sarcasme manifeste.

Mais ce n'était pas si important, elle n'était pas de la caste guerrière, tout ce qu'elle avait à faire, c'était de rester sagement au temple, de soigner les gens, de sourire et d'être mignonne. Une existence qui avait toujours parue tant insignifiante pour lui qui avait passé une bonne partie de sa vie à visiter des temples.
C'était drôle pourtant de la voir se débattre. Elle le contourna, usant de tout son courage pour lui adresser ce qu'elle pensait être ses dernières paroles. Il sourit, encore une fois.

« Oh mais quelle piètre image vous avez de moi. Je ne vous ai pourtant pas gardée en vie jusqu'à maintenant pour qu'on vous retrouve morte sur le chemin du retour. »

Peut-être était-ce plus ironique finalement de la maintenir dans sa pitoyable existence. La vérité, c'était plutôt qu'ils ne s'étaient pas tant éloignés du temple, pas au point de vouloir rejoindre une autre ville en tout cas, et qu'il n'avait pas tellement l'intention de passer le reste de la nuit à la belle étoile, surtout qu'il devait bien retourner là-bas pour rendre son contrat et passer à la suite de ses plans.
Ainsi, elle put avoir l'agréable surprise de voir qu'il lui avait emboîté le pas et qu'il était revenu jusqu'à sa hauteur. Glissant son kiseru entre ses dents, il y mit un peu d'herbe et l'alluma avant d'inspirer une première bouffée.

« Vous disiez que le doute et la méfiance allaient apporter le chaos dans le monde, vous persistez à penser que la bonté et la charité vont résoudre tous nos problèmes. Comme si c'était aussi facile. Il n'y a rien pour endiguer le chaos, pour empêcher que les intérêts des uns et des autres ne s'entrechoquent. La guerre, la criminalité, la cruauté... Pourquoi les personnes comme vous pensent-elles que c'est un mal à éliminer ? Ça fait partie de notre nature, ça ne changera pas. Vous feriez mieux d'arrêter de vous bercer d'illusions. Pour une fois, grandissez un peu. »



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Ven 30 Juin - 11:26

Emphatique, elle ? Là aussi il marquait un point, elle devait bien le reconnaitre. Mais cela ne voulait pas dire qu'elle ne pouvait pas être une redoutable adversaire. Qui lui disait à cet imbécile de Naraku qu'elle ne cachait tout simplement pas son jeu ? Rien ! Et oui elle pourrait très bien lui rétorqué qu'elle avait déjà du abattre certains yokais. Heureusement elle n'avait jamais eu besoin de tuer un homme, mais cela l'aurait affecté tout autant que s'il avai s'agit d'une bête. Elle aurait pu lui dire et lui prouvait qu'elle maniait son arc avec plus de dextérité que bien des gens, même si elle était loin d'avoir le niveau de certain maitre en la matière. Mais, répondre à ce donneur de leçons ne serait pas productif, aussi préférât-elle ne pas répliquer, se contentant d'un silence rageur. Oh non elle ne visait pas mieux ce qui ne bougeait pas, elle avait tout de même des heures et des heures de tir à son actif et elle ne lésinait jamais sur l'entrainement. Elle fut tout de même vexée qu'il ne la croit capable que d'amuser la galerie, elle n'était pas de cette caste de gens qui utilisaient leurs capacités pour s'offrir en spectacle, elle n'avait rien contre un peu de divertissement, mais ce n'était pas sa voix à elle. Elle perdit un peu le contrôle quand il assura qu'il saurait manier son arme mieux qu'elle. Ah il le prenait ainsi ! Eh bien elle allait lui montrer qu'il avait tort. Elle lui répondit, un peu sèchement avec une pointe d'ironie dans la voix, sans vraiment le faire exprès.

-Mieux que moi ? Mais je vous en prie, montrai moi ça, j'adorerai me moquer de vous quand vous ne parviendrez pas à tendre la corde !

Elle se mordit la lèvre aussitôt en se donnant une claque mentale. Il ne pourrait pas, forcément puisqu'il lui manquait un bras. Elle s'en voulue de s'être rabaissé à ce point. Dans un combat ou sa vie est en jeu on peut se permettre d'utiliser les faiblesses des gens, mais là elle n'avait que chercher à le blesser, c'était honteux de sa part, mais elle ne ferait pas marche arrière. Après tout il était odieux avec elle et le remettre à sa place ne lui ferait pas de mal. Elle n'était pas une gentille fleur comme il semblait le croire, elle avait aussi des épines et parfois on se faisaient piquer à trop s'en approcher. Après quelques secondes elle décida d'enchainer sur autre chose, mieux valait le laisser là. Elle l'ignora quand il lui répondit qu'elle l'avait mal jugé, se contentant de le saluer de la main en s'éloignant. Elle fut surprise de constater qu'il l'avait suivi, voulait-il vraiment la raccompagner par souci pour sa vie ? C'était étrange, il lui avait pourtant fait bien des reproches. Aurait-il au final bon fond ? Non, ça devait être autre chose, peut être faisait-il cela simplement pour avoir un endroit où dormir. Il reprit la conversation après avoir allumé son Kiseru et Riku l'écouta sans l'interrompre. Au départ elle n'avait pas l'intention de lui répondre mais, le sujet qu'il abordait ne méritait pas de ne pas être défendu. Il attaquait directement sa facons à elle de voir le monde.

Elle prie le temps de réfléchir, agacez qu'il la prenne pour une gamine immature. Ce n'était pas parce qu'il avait deux visions du monde différente qu'il devait croire qu'elle avait tort sur toute la ligne. Il avait malheureusement raison, une fois de plus, elle devait le reconnaitre, aussi lui répondit elle sans agressivité.

-Malheureusement oui, les humains ont bien trop tendance à chercher à détruire toute chose, mais ça ne veut pas dire que ça ne peut pas changer. Tout est question d'éducation, un enfant qui grandit dans la crainte des yokais voudra nécessairement les tuer une fois adulte, ou au moins souhaiter leurs morts. Il en va de même envers les hommes. Apprenait la haine à un enfant envers les hommes il n'engendrera que le mal autour de lui, à moins qu'il ne meure. Mais, si les êtres humains étaient moins bêtes ils apprendraient à faire la part des choses et ainsi de suite il y aurait moins de conflits.

Elle fit une courte pause avant de reprendre, certaine de ce qu’il allait lui répliquer si elle ne parlait pas avant.

-Bien évidemment, vous comme moi savons que c'est utopique de vivre en paix, il y aura toujours des hommes et des yokais qui n'hésiteront pas à tuer pour prendre le pouvoir ou détruire l'autre. Mais, vivre dans la peur ne nous apportera rien de bon, mieux vaut chercher à créer son propre bonheur plutôt que de détruire celui du voisin. Contrairement à ce que vous pensez, les personnes comme moi ne cherchent pas à détruire quoi que ce soit. Nous ne sommes que des messagers, nous indiquons, sans punir celui qui ne prend pas en compte notre avis. De toute manière, les kamis eut seul ont le droit de juger les gens et ils le font à chaque âme qui quitte le corps.

Malgré ses paroles, Riku sentait bien qu'elle avait perdu en aplomb, ce qu'il disait était tellement réaliste, elle l'avait constaté tant de fois, elle n'avait jamais pu trouver de solutions, on ne pouvait aider que ceux qui le désiraient et bien trop d'hommes se croyaient supérieurs. Elle senti un petit pincement dans son cœur et se força à respirer calmement. Elle n'allait tout de même pas se mettre à douter ? Gekigami voulait-il lui enseigner une nouvelle chose ? Ou était-il lasser de sa naïveté ? Non, les kamis n'étaient pas ainsi… Décidément, c'était comme si Naraku pouvait lire dans son cœur et s'en servir contre elle, en seulement quelques paroles, il était parvenu à la mettre au pied du mur. Elle commençait à avoir peur, de lui, d'elle, de ses doutes. Pourquoi donc avait-elle croisait la route de cet homme ? Il était un religieux pourtant, alors comment pouvait-il prononcer de telles paroles ? Etais-ce ainsi qu'il aidait les gens ? Timidement, elle posa la question, tant pis s'il se moquait encore d'elle, elle voulait comprendre.

-Haiko sama, vos paroles ne ressemblent point à celle proférer par des Onmyouji, vous êtes un religieux, alors comment pouvez-vous ne pas croire qu'il y a peut-être de l'espoir ? Comment pouvez-vous aider les gens aves de tels pensés ?

Elle espéra qu'il accepte de lui répondre, elle avait besoin de comprendre, besoin d'avoir une réponse. La nuit lui semblait plus oppressante tout à coup et elle ne pouvait s'empêcher de chercher le temple des yeux. Elle avait besoin de regagner le lieu qui à ses yeux étaient le plus rassurant, celui où elle avait vécu avec sa mère, celui où elle pouvait sans gêne, sans honte partager ses doutes et ses peurs avec ses consœurs. Ce lieu si familier qu'elle considérait comme sa maison et ses habitants sa famille. Oui à cet instant elle avait besoin de tous les retrouver.


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 122
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Mar 25 Juil - 20:53

Les répliques de la petite miko étaient si ennuyeuses qu'il n'avait pas envie de répondre à la moitié d'entre elles. Ah, pourquoi donc avait-il décidé de l'épargner celle-là ? Elle méritait largement de croupir au beau milieu de la nature comme la petite victime qu'elle aurait pu être cette nuit-là. Son destin cruel savait toujours se révéler avec une ironie certaine et il ne pouvait dénigrer son sens de l'humour, certes particulier, mais terriblement efficace.
Pour l'impulsif, l'insaisissable qu'il était, on aurait pu trouver curieux qu'il se tienne si fervemment à l'une de ses décisions, mais cela arrivait parfois. Il le fallait bien pour rester imprévisible. Son esprit le faisait pourtant avec suffisamment de naturel pour qu'il n'ait pas à le calculer, non, éliminer cette bécasse ne faisait juste pas partie de ses desseins, ce n'était pas dans son intérêt. Tant pis s'il devait la supporter pour le reste du chemin, il l'aurait sans doute oubliée demain, aussi insignifiante lui paraissait-elle. En attendant, rien ne l'empêchait de tordre chacun de ses mots, d'agrandir son doute, de frapper ses certitudes, jusqu'à les faire disparaître totalement. Il était largement meilleur pour attaquer avec sa lame, il ne pouvait se targuer d'atteindre ce petit but qu'il se donnait là, mais cela suffirait bien à l'occuper un peu.

« Détruire ! Détruire ! Détruire ! » Répéta-t-il, visiblement irrité, ignorant impunément les questions qu'elle s'était efforcée de poser avec une réserve évidente.

Comme si elle n'avait que ce mot à la bouche ! Oh, évidemment, c'était bien pratique lorsqu'on se targuait de faire le bien et d'être une gentille, mignonne, parfaite petite miko. Sa vision ultra simpliste avait quelque chose d'exaspérant.

« Vous avez une image bien obscure du monde, à croire qu'il n'est rempli que de méchants qui veulent tout faire pour contrecarrer vos gentils plans, peut-être même pour vous détourner de votre droit chemin qui sait, enfin... vraiment droit pour qui ? La destruction ne vient que pour contrebalancer ce que l'on construit, rien de plus. C'est le juste équilibre des choses, une nécessité de la nature. » Poursuivit-il, d'abord moqueur et ironique avant de redevenir plus sérieux.

À l'instar des sentiments, les concepts de bien et de mal n'étaient pour lui que des mots dont il pouvait comprendre le sens, en faire une juste imitation, mais sans jamais que cela ne se révèle être autre chose que des chimères. Il pensait depuis toujours qu'il existait dans le monde une neutralité parfaite et qu'à chaque fois qu'une personne ou qu'une chose visait à faire pencher la balance, une autre produisait l'effet inverse. C'était même comme si ces notions n'existaient pas du tout, après tout ce n'était là que le regard de l'homme en général et pour lui, rien qu'un chaos, parfois incompréhensible, parfois parfaitement ordonné.

« Vous semblez bien avoir appris votre leçon, bien savoir la réciter aussi, il serait peut-être temps d'écouter ce que vous dites et d'y réfléchir. » Son regard vint se planter dans le sien. « Réellement. » Ajouta-t-il d'une voix froide.

Il ne lui souriait pas, il n'essayait même pas de lui paraître agréable, mais son ton en revanche n'était pas particulièrement méchant, seuls ses mots finissaient toujours par se montrer tranchants lorsqu'ils  arrivaient à atteindre son cœur.
Finalement, il daigna répondre à ses stupides interrogations. Leur conception du monde, leur conception de tout était sans doute si éloignée qu'ils étaient probablement incapables de se comprendre l'un l'autre.

« Je ne crois pas à un espoir futile, naïf, vain comme le vôtre. Je n'aide pas les gens parce qu'ils me semblent bons ou qu'ils me supplient suffisamment longtemps, je le fais, c'est tout. Je remplis les contrats que je trouve ou qui me sont adressés, je purifie partout là où me guident mes pas et... » Il sourit enfin. « Ça n'implique pas systématiquement de prononcer des mantras ou de coller des fuda sur des portes. »



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Akatsuki Riku

avatar

Lectrice
Miko

Messages : 99
Date d'inscription : 22/01/2016

Feuille personnage
Age: 28
Titre: Miko
Liens:

MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente Ven 15 Sep - 9:42

Dire de Naraku qu'il était étrange, était bien peu de choses. Elle avait beau tenter de comprendre sa façon de voir les choses, rien à faire. Elle l'écoutait pourtant, attentivement, elle analysait chacune de ces paroles, mais le résultat était toujours le même. Elle ne comprenait pas. Elle lui donnait un argument, il répliquait par un autre, jusque-là ça se tenait, mais quand elle orientait la conversation dans son sens à lui, elle avait l'impression qu''il changeait d'avis. Enfin ce n'était pas exactement ça, mais il lui avait paru comme un homme censé, pourvu d'un raisonnement froid et réaliste. Hors par certaine phrase il paraissait presque comme un être vide. Quelqu'un qui voit les choses d''une manière plus détachée. Mais en même temps, elle ne pouvait pas dire qu'il n'avait aucune notion de bien ou de mal… La philosophie de l'Omnyouji était trop complexe pour elle. Peut-être était-ce ça la sagesse au fond…

Il lui conseillait de réfléchir à ses propres paroles, de peser chaque mot, chaque insinuation. Elle prie le temps d'y penser dans l'immédiat. Qu'avait-elle donc dit qui pourrait sous-entendre que la voix qu'elle suivait n'était pas celle qu'elle croyait ? Oui elle connaissait par cœur les préceptes du temple, mais surtout, elle avait foi en la maison du kami. Pourquoi en aurait-elle doutait d'ailleurs ? C'était le fondement même de son existence, croire que chaque chose avait du bon, ou était bénéfique en un sens. Non, elle ne douterait pas de ses croyances parce qu'un collègue voyait les choses différemment. Mais en même temps elle ne pouvait ignorer les remarque d'un supérieur, elle se sentait un peu coincé, elle secoua frénétiquement la tête avant de décider qu'en premier lieu il fallait rentrer au temple. Elle se promi néanmoins de se pencher plus tard sur la question afin de l'étudier pleinement.

La route jusqu'au temple se passa sans encombre et la petite miko préféra garder le silence. Quelques pensés venez s'immiscer en elle, créant un doute qu'elle n'aurait jamais pu imaginer. Elle luttait intérieurement pour faire taire cette petite voix qui lui répétait qu'elle n'était qu'une enfant insouciante. Que la voix qu'elle avait choisie n'était pas la bonne. Que le sang et les armes étaient la seule voix que tous comprenaient. Elle ne savait même plus ce qui avait fait naitre le doute. Etait-ce simplement les paroles de son supérieur ? Leurs débats sur le monde ? Ou ce qu'il faisait pour venir à bout de ses missions ? Le mutisme s'était installé tandis que son esprit commençait à se fragiliser. Elle voulait lutter, mais n'y parvenait pas. Etait-ce parce que le religieux sans élever la voix manier les mots comme il manier sa lame ? D'une façon sur, direct et tranchante. Pour la première fois elle se retrouvait perdue. Elle avait l'impression de n'être à nouveau qu'une enfant au milieu des brigands. Hélas, ce coup-çi elle le savait, aucun d'entre eux ne se prendraient d'une quelconque affection pour elle. Personne n'interviendrait pour la secourir et, même si un moine les voyait approchait, pourquoi viendrait-il à leur rencontre ? Il n'y avait ni geste brusque, ni parole un peu forte.

Il lui tardait d'arriver au temple pour échapper enfin à cet homme qui commençait à lui faire vraiment peur, aussi pressat-elle le pas. Elle avait besoin de sortir des ténèbres apportait par la nuit pour retrouver la lumière de son culte, en arrivant elle le savait, malgré l'heure tardive elle n'irait pas se coucher. Non elle irait prier Gekigami. Peut-être lui accorderait-il la paix intérieure comme il avait toujours su le faire. La petite miko se concentra autant qu'elle le put pour ignorer ce qui se passait dans sa tête, focalisant son esprit sur ses pas et sur le temple qui apparaitrai bientôt à ses yeux. Pourtant, elle avait l'impression qu'elle ne l'atteindrait jamais, qu'elle ne pourrait plus voir la lumière…

Spoiler:
 


L M M J V S D

Je ne viens pas? Normal je cours après ma connexion...

Je ne répond pas ? Ma connexion me poursuit...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le malin, la bête et l'innocente

Revenir en haut Aller en bas
 

Le malin, la bête et l'innocente

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» vent malin
» J'vais avoir Layr malin si j'prends pas du galon.
» Ayatsuri ange trop innocente [Shadow]
» N pk avec force O qulbutoké malin lv 16
» Intervalle innocente.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..