AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'eau qui dort [pv Raiken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5219
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: L'eau qui dort [pv Raiken] Mer 1 Juin - 5:06


La chaleur des bains des appartements Okaruto achevait doucement de voir disparaître les tensions douloureuses qui s'étaient installées après le sommeil de Riyu dans les muscles de celle-ci. Ces quinze derniers jours loin de tout et surtout éloignés des affaires du clan avaient été salvateurs pour elle et peut-être sa survie. Elle avait enfin pu consacrer du temps et des efforts à son seul bien-être pour retrouver forces et volonté après tant de jours à batailler contre la fatigue, si bien que sa silhouette s'était épaissie et que son ardeur pour toutes les choses de la vie revenait peu à peu. Oh, elle était encore loin de l’image que l’on se faisait de la Dragonne, même de celle qu’elle fut avant l'été, mais Riyu s'en rapprochait incontestablement.

Non seulement la chaleur la soulageait, mais les mouvements ondoyants de l'eau lui procuraient également un apaisement dont elle était friande et qu’elle n'avait que rarement connu. Ces instants de paix, lorsque tout n'était que calme et silence, elle les avaient appelés de ses vœux de longs mois sans les atteindre dans d’autres situations que celles où Raiken l’étreignait tendrement, son souffle chaud, profond et régulier enfoui dans sa chevelure et venant mourir sur sa nuque ou l'une de ses épaules...Aussi, l'instant n’aurait pu être mieux consommé. Ou peut-être que si.

Riyu tendit la nuque pour apercevoir qui venait troubler soudainement sa tranquillité. La porte de bois glissa et ce fut un sourire gourmand qui vint fleurir sur ses lèvres lorsqu’elle osa poser son œil valide sur telle arrivée.

Un visage au trait fin, digne d’un éphèbe et auréolé d’une grande lumière dans un regard où se mêlaient prédation et respect, porté par un cou droit, solide sur des épaules larges et un torse aux muscles puissants et ciselés mais qui n’avaient pas noyé sous eux des lignes sublimes, celles-ci même ondulaient pour former le bassin et plongeaient vers ce qui aurait dû être là félicité, malheureusement dissimulée par une simple serviette nouée. Tout cela supporté par des membres sans imperfection que l'on croyait dignes de la plus grande tonicité.
Il n’y avait pas corps plus sculpturale, ni silhouette plus canon. Pourtant la perfection à la peau brune de celle-ci souffrait belle et bien d’une affreuse blessure au côté de sa nuque. Propre, cependant, mais cela contrastait beaucoup avec la plastique de la figure guerrière et athlétique qui se présentait devant la Dragonne.

“Quel est ce Kami qui m'apparaît et se dresse face à moi ? En serai-je l’élue, celle qui, d'après lui, pourrait satisfaire toutes ses redoutables attentes ?” dit-elle à l’attention de Raiken, ses crocs révélés alors qu'elle s'était approchée du bord le plus près de lui.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Daiyuki Raiken

avatar

Taisa

Messages : 159
Date d'inscription : 07/07/2014

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Second du Dragon de l'Est
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Ven 3 Juin - 22:26

Birei était un domaine bien étrange qui lui était apparu immédiatement comme détaché des autres territoires en Yokuni, plus particulièrement celui des brumes, puisqu'il n'avait aucun moyen de constater les dégâts qu'avaient pu subir leurs voisins, se limitant aux nouvelles que des estafettes apportaient ça et là. Tout était immaculé, préservé, laissant penser que la colère des Cieux et le sommeil imposé à la moitié de la population du pays avaient épargnés ces frontières baignées des ardents rayons que Dame Soleil projetait sur ces dernières.

Raiken aurait pu se montrer étonné, sinon impressionné par les hautes tours du Palais et domicile de l'Élu d'Amaterasu. Rien n'aurait pourtant pu être si éloigné de la vérité, le seul astre le faisant lui même briller et continuant à chaque instant de l’émerveiller se trouvant de plus en plus souvent non loin de lui et dans un nouvel état d'esprit depuis près de deux mois déjà. Tout le reste paraissait fade et gris si le Dragon de l'Est ne se trouvait pas à proximité de ces derniers.

Il l'avait vu reprendre doucement force et vigueur, dont il lui arrivait parfois d'en tester les limites dans de rares échanges dénués de verbes devenus leur cérémonie toute personnelle. En Ombre dévouée, il s'était montré présent en tout et pour tout afin de la laisser se décharger sur la soudaine affluence de responsabilités dont elle échue de nouveau lorsque les échos de son réveil eurent traversés l'ensemble de la province Okaruto.

Cela avait pu aider, mais il avait été agréablement surpris de la voir retrouver de sa superbe sur leur trajet pour la Capitale Impériale. La chose était d'autant plus étonnante que la missive invective frappée du sceau suprême aurait dû, du moins se l'était-il imaginé, ajouter au poids sur les épaules de la plus forte autorité que les Disciples de Kasugami connaissaient à l'heure actuelle et dont la tâche serait de les représenter devant le Fils du Firmament.

Ce ne fut pas le cas. Les jours étaient passés, la laissant chaque instant plus aguerrie, décidée, vaillante et pugnace. Le cœur du géant n'avait jamais cessé de battre à la chamade lorsqu'il la détaillait de ses yeux, lorsqu'elle se trouvait le dos tourné ou même quand elle lui retournait à son tour l’œillade de l'étoile unique de sa vision, mais de la constater regagner sa constance lui arrachait des sourires qu'il s'était cru incapable de délivrer en publique.

La vérité était que mieux elle se portait, plus fort il se sentait. Son assurance avait grandie de ce fait, facilitant son contact avec les autres membres du convois qui s'était dirigé jusque Birei, sans pour autant qu'il ne tienne compte de l'avis que ces derniers pouvaient avoir sur les raisons de sa présence, exception faite de l'élue de Izanami.

Le premier Daiyuki avait dû concéder à son Taisho et aimée le fait de devoir porter une tenue digne de ce nom pour le voyage et sa présence entre les murs de la demeure de l'Enfant de l'Omikami, mais même ce fait n'avait su ébranler ou assombrir son humeur qui ne semblait vouloir connaître que la sérénité. À dire vrai, il était assez satisfait du kimono qui lui avait été taillé sur mesure – son gabarit n'entrant dans aucun standard – et il ne pouvait pas nier y trouver un certain confort.

En définitif, il ne se souvenait pas de s'être mieux senti qu'en ce jour, malgré un fait ou plutôt une drôle de sensation qu'il ressentait depuis quelques jours seulement : Celle d'être épié lors de ses rares promenades dans les Jardins Impériaux. Mais il n'avait pas été capable de donner fond à son sentiment, car les seules personnes que ses iris avaient pu croiser tandis qu'il se retournait pour avérer les faits s'étaient trouvés être des groupes de mikos qui passaient simplement leur chemin sans même lui adresser un regard.

Ce confort ne lui laissait pas oublier de s'entretenir un minimum et il rentrait d'une série d'exercices et d’enchaînements éprouvants, certain qu'il parviendrait bientôt à parfaire sa voie des éléments dans cet apaisement qu'il ne se souvenait pas avoir goûté un jour auparavant. Raiken avait ainsi rejoint les appartements dédiés au clan et s'était séparé de ses nouveaux atours pour se réduire à son plus simple appareil, une serviette enroulée autour de la taille.

Les bains auraient pu être occupés par n'importe lequel des siens ou presque, mais pour peu qu'il y pensait, il s'en moquait éperdument lorsqu'il passa le séant de la pièce embuée. Son seul regard pu trahir dans un premier temps sa surprise de voir que les eaux étaient bel et bien occupées. Mais ce dernier changea doucement en un autre, carnassier mêlé de déférence que ses dents révélées dans un sourire soulignèrent avec envie répondant à l'expression du centre unique de son Univers.

Tout en l'apostrophant à sa façon toute particulière, elle s'était avancée, laissant deviner sous le trouble de l'eau les lignes de son dos sur lequel cascadaient quelques mèches de cheveux prune. Il s'avança et posa un genou à terre afin de placer son visage à hauteur de celui du général des brumes avant de lui répondre à son tour :

Plait-il ? Est-il une entité qui puisse se trouver au dessus d'un Kami ? Dans ce cas, veuillez me la nommer, car celle qui se trouve effectivement être ma choisie et seule créature de ce monde dont je peux concevoir qu'elle puisse braver ma fougue ne peut qu'être de cette nature dont j'ignore l'appellation.

Il ne la laissa pas rétorquer cependant, goûtant à ces lèvres purpurines dont il caressait à chaque instant de les fusionner aux siennes tout en lui levant le menton de sa main droite avec une délicatesse infinie dont quiconque autre qu'elle ignorait qu'il en fut capable. De son membre opposé, il se délivra de l'humble tissus recouvrant sa pudeur devenue vigoureuse à la simple expectative d'une telle réunion du Dragon et du Tigre.

Rompant délicatement leur baiser, il passa par dessus la paroi du bac d'eau pour y plonger une jambe après l'autre pour se retrouver à surplomber la nuque de l'héritière des Kasuga depuis son dos. Il s'installa tout en enroulant ses bras autour du coup de la guerrière afin d'offrir ces dernier comme reposoirs. Le budoka laissa sa surface épouser celle de sa moitié et glissa son visage contre celui de cette dernière avant d'ajouter :

Vous n'avez pas l'air perturbée par ce qui pourrait vous attendre face à l'Empereur. Y-a t-il une chose qui puisse impressionner Higashi no Ryuu ?

Si il avait attendu une réponse à cette question, ses gestes suivants n'en attestèrent aucunement. Libérant doucement son bras droit, il plongea la main sous les eaux afin de parcourir le buste de l'onabugeisha et d'en saluer la poitrine, mais cette dernière ne fut pas à stationner longtemps en ce domaine. Descendant langoureusement en direction du saint des saints, elle entreprit d'en réchauffer les portes plus que le bain.

Le sourire de fauve en chasse du Taisa avait disparu en faveur du traitement que ses dents faisait subir au sommet de l'oreille de la Dame des Armées de Okaruto.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5219
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Dim 26 Juin - 3:27

Raiken répondit à son sourire du sien alors qu’accoudée, Riyu ne se lassait pas de le contempler même de contre-plongée lorsqu'il vint jusqu'à elle pour lui parler et l'embrasser. Elle se laissa faire avec un délice non dissimulé, contente de retrouver là son Tigre et satisfaite de ce moment qui n'aurait su être meilleur. Enfin; il le devint à l'instant précis où il quitta la terre pour l'eau, ajoutant sa chaleur à celle-ci et sa raideur, qui loin de la rebuter, lui promettait bien des choses que la guerrière n'aurait jamais songé faire en ce lieu.

Cependant, l'envie était bien là, cela la faisait autant sourire que rougir. Elle se serait bien égosillée de ne pas tenter tel outrage mais elle se trouvait bien coupable à présent que son amant se fut présenté à elle dans un si simple appareil. Il était fou, lui et aussi de constater qu'elle n'était pas tant sage qu'elle l'aurait désiré.

"Voyons, Rai-kun, cette réunion est bien moins dangereuse que mener des hommes et des femmes au devant de la mort. Si nous nous comportons convenablement, il ne nous arrivera rien et elle passera vite." rétorqua-t-elle à son amour avec une certaine candeur, bien loin de se douter de ce qu'il se passerait le lendemain.

En réalité, la Dragonne était elle-même étonnée par l'assurance dont elle faisait preuve ces derniers jours, mais elle supposait que cela lui venait du repos dont elle profitait en ces lieux détendus et loin des tonnes d'obligations dont elle éprouvait quotidiennement la charge. Elle lâcha un petit rire entendu lorsque qu'il parcourut son corps d'une de ses mains, débutant là leur rituel tout particulier auquel ils s'abonnaient ponctuellement depuis quelques mois déjà. Cela avait appris à Riyu à reconnaître la moindre envie de son compagnon à son sujet et il n'avait pas besoin de faire grand chose pour qu'elle y réponde.

Cependant, les configurations différentes ne lui donnèrent pas envie de s'y dédier tout de suite, ou plutôt elle désirait voir dans les yeux d'or de son second tout ce qu'ils risquaient -soit pas grand chose- à prendre leurs aises de cette manière presque crapuleuse. Ainsi, elle se retourna, interrompant les activités dont elle était pourtant si friandes, et fit face au regard de Raiken, le surplombant en s’accroupissant sur le rebord. Elle affermit cependant cette position en portant ses mains aux joues de son amant et lui demanda avec une certaine malice mêlée de douceur, presque un souffle :

" Et...? Que ferons-nous si un Okaruto tombe sur ce qu'on s'apprête à faire ?"


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Daiyuki Raiken

avatar

Taisa

Messages : 159
Date d'inscription : 07/07/2014

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Second du Dragon de l'Est
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Dim 3 Juil - 21:12

Malgré ses attentions échaudées par l'accueil qu'elle lui avait fait, elle parvint à répondre à sa question. Cette dernière lui parue égale à Riyu, défiant le destin comme s'il s'agissait d'un adversaire qui méritait le détour. Ce conclave le dépassait tant que son seul intérêt avait été d'accompagner celle qui régissait chaque battement de son cœur, ainsi que la voix d'Izanami pour qui il nourrissait une affection certaine, mais en aucun cas comparable à celle qu'il éprouvait pour son général.

Celle-ci l'encouragea à poursuivre ses flatteries corporelles par ses expressions joyeuses, mais il s'étonnait néanmoins qu'elle se montra si peu impliquée par le lieu dans lequel elle l'avait accueilli. L'héritière des Kasuga était aussi sauvage que son surnom laissait entendre, mais tout comme cet animal fabuleux, autant son totem que le seul digne de pouvoir la représenter, il ne lui ignorait pas une certaine sagesse et depuis son réveil et les quelques échanges intimes qu'ils avaient eu depuis.

Il ne lui avait pas non plus échappé qu'elle appréciait de respecter une certaine forme d'usage, ou du moins, contrairement à lui, n'était certainement pas prête à laisser leurs envies se libérer en des lieux qui les mettraient en défaut. De son côté, il n'en avait cure, mais respectait la lancière plus que tout autre être au monde et il avait parfois accepté de ranger un moment ses désirs afin de les relâcher dans des configurations qui seyait mieux à la Dragonne.

Il ne fut ainsi pas si surpris ni frustré qu'elle s'arrache délicatement à ses caresses pour remonter sur le bord de la baignoire, dévoilant par la même occasion sa plastique dont il n'eut connu aucun égal de perfection sensuelle et martiale à la fois et entreprit de concentrer son regard doré sur l’œil unique en orientant ses traits vers les siens. Le ton qu'elle employa n'avait rien d'une vindicte ni d'un reproche, le rassurant sur le fait qu'elle n'attendait rien de moins que de s'adonner à ces jeux exclusifs qui étaient les leurs.

Pourtant, la demande qu'elle lui fit rendait évident le chemin de ses pensées auxquelles le budoka lui répliqua sans un mot par un sourire révélant la rangée haute de ses dents. Il ne souhaitait incommoder sa guerrière pour rien au monde, mais l’espièglerie dont elle était habituellement investie avait probablement déteint sur lui quand il su déjà ce qu'il allait faire.

Glissant ses mains derrière les mollets de son officier, il les fit remonter sous ses genoux et engouffra ta tête entre ses cuisses, s'engageant dans un baiser sur d'autres lèvres que de coutume, mais tout aussi passionnément. De courtes minutes de ses soins s'écoulèrent avant qu'il ne daigne remonter plus haut, non sans saluer le buste de son élue de nouvelles faveurs. Toujours muet, son visage atteint celui de sa compagne et de l'embrasser à nouveau avant de lui offrir enfin sa réponse :

Okaruto n'est pas stupide au point d'ignorer qu'une ombre reste à jamais attachée à son propriétaire et… En ce qui concerne ceux qui se trouveraient entre ces murs, j'imagine qu'ils n'ignorent pas que le Dragon et le Tigre dansent à l'unisson à la faveur de leurs instants d'intimité…

Ses mains allèrent à leur tour encadrer les lignes des joues de son amantes alors qu'un sourire s'inscrivait sur son faciès anguleux et qu'il poursuivit :

… Mais nous nous trouvons en Birei… Et vous faites bien de m'interroger sur le propos, me permettant un court moment de reprendre mes esprit chamboulés par votre merveilleuse emprise sur moi. Car bien loin votre serviteur l'envie de laisser apparaître le Général des Brumes et son bras droit comme des sauvages au sein de ce Haut lieu.

Elle aurait pu se montrer déçue ou fière que cela n'aurait rien changé. Il enroula son bras gauche autour d'elle et la soustrait totalement au rebord du bain pour la jucher sur une de ses épaules. Sans mal, il souleva leur deux masses réunies et enjamba la mezzanine et continua tout en se dirigeant vers la sortie de la pièce :

Mais ce domaine peut nous laisser entendre ce qu'il souhaite, il n'en reste pas moins peuplé d'hommes et de femmes dont les ambitions ne peuvent être ignorées.

De son bras libre, il ouvrit la porte coulissante et jeta un regard éclaireur dans le couloir avant de s'y produire, un sourire joueur qu'elle ne pouvait pas voir depuis sa position. Durant l'espace de quelques minutes, deux des plus hauts Seigneurs militaires des disciples d'Izanami se trouvèrent à se promener dans l'enceinte qui leur était réservée parés comme le premier jour de leur naissance.

Du moins, l'une était plus contrainte que l'autre, mais celui-ci n'en fut pas moins amusé pour autant. La suite du Général fut autant un abri qu'un refuge et le géant riait maintenant qu'il fermait l'ouverture de celle-ci derrière lui. Il la fit basculer sur le futon et la surplomba instantanément, une expression carnassière sur les traits et tout à fait prêt à recevoir la fureur de l'onabugeisha de plein fouet tandis même qu'il alla joyeusement gratifier le cou de la belle de mille cajoleries.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5219
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Sam 3 Sep - 2:04

L'espièglerie affichée de Raiken, si rare aux yeux de Riyu, ne laissa guère le temps à celle-ci de deviner les idées qui naissaient dans l’esprit de son amant. En effet, celui-ci sans crier gare, plongea sa tête entre ses jambes pour la gratifier d'attentions toute particulière alors même qu’elle attendait encore une réponse de sa part. Si l’action fut assez soudaine pour surprendre Riyu, elle fit naître en elle des envies aussi terriblement brûlantes que pressantes. Et son corps tout entier à la merci de son aimé ne lui appartenait déjà plus dès les deux premières minutes, ne lui répondait plus, ses signaux dédiés intégralement aux plaisirs cruels qu’il ressentait. Cet instant fut bien court, mais Riyu était déjà offerte, résignée à poursuivre en ces lieux quand bien même ils étaient trop publiques pour accueillir leurs ébats sereinement. Les lèvres innocentes de Raiken vinrent chercher les siennes et encore débordante du désir qui avait continué à grandir une seconde plus tôt, elle le dévora de sa langues et de ses lèvres, ne lui laissant guère le choix quant au moment où il lui échapperait pour qu’il puisse parler et lui répondre enfin.

Il n’avait pas tort : bien que Riyu y travaillait, ils n'étaient ni l’un, ni l’autre des plus discrets Okaruto et déjà leur armée suspectait ce qu'ils étaient effectivement l’un pour l’autre. Cependant, elle n’avait que faire des autres à cet instant, elle le voulait tout de suite et ardemment, être entière avec lui, qu’il la comble ! Ne l'écoutant que par respect, mais déjà folle dans l’attente des attentions qu’ils se promettaient. Ses mains sur ses joues attirèrent les siennes, qui n’y restèrent pas puisque Raiken l’attrapa par la taille et la lança sur son épaule avec un manque de considération tout feint. Elle ne fut pas enchantée de se trouver là, posée tel un sac de riz sur son porteur mais sa grogne passa vite lorsqu'elle comprit ce qui se tramait dans son jeune esprit.

“Raiken, qu’est-ce que tu fais ?!” lança-t-elle par dessus sa propre épaule, en proie à la panique.

Sans qu’elle n'ait son mot à dire, il la mena dehors, à la portée de tous les regards, alors qu’ils étaient tout deux aussi nus qu'on pouvait l'être. Elle, juchée sur lui tel une délicieuse prise qu’un fauve avait réussi à attraper alors qu’il disait vouloir éviter qu’on les prenne pour des sauvages...un comble ! Elle se débattit puérilement et en vain tandis qu’elle l’entendait s’amuser de la situation.

Bien heureusement, cet instant gênant ne dura pas. Après avoir fermé ses appartements, les protégeant enfin des vues indiscrètes dans la pénombre, Raiken la posa sur son futon pour la dominer immédiatement, un nouveau sourire carnassier sur ses lèvres. Que croyait-il ? Qu’elle était une proie dont il ne tarderait pas à consommer toutes les dernières forces ? Cette pensée la fit sourire.

“Idiot.”fit-elle, sans grande conviction quant à sa propre colère. “Tout le monde a pu apprécier la vue de mon magnifique derrière et tu continues de resplendir ? ...Arrête ça !”

Riyu ne tint plus sous les baisers de Raiken dont le souffle et les cheveux ne manquaient pas de caresser son cou. Elle céda enfin au fou rire qui la titillait dès lors qu’ils avaient été dehors. On aurait alors dit qu'elle avait rajeuni de plus de treize années.

“Tu me chatouilles ! Stop !" fit-elle en se débattant encore. "Je me demande si tu mérites encore le traitement que je te réservais, Taisa ! Tu n’as pas été de la plus évidente sagesse...Prouve moi que je me trompe, que je te montre ce dont le Dragon est capable !”


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Daiyuki Raiken

avatar

Taisa

Messages : 159
Date d'inscription : 07/07/2014

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Second du Dragon de l'Est
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Jeu 23 Fév - 21:53

Ce genre de moment était rare et ce qui était rare devenait irrémédiablement précieux. Pour ce qu'il en savait, la dragonne sous son ombre représentait la seule richesse que le monde avait à lui offrir. Si il s'était senti d'humeur joyeuse en s'amusant à la promener ainsi au travers de l'ambassade des brumes, son sourire s'était évanoui face au sérieux et à la douce dégustation qu'il entamait sur la surface du général. La hire de celle-ci ne vint jamais, s'y était pourtant-il attendu, au contraire même, elle finit par simplement rire et s'amuser, faisant tout juste mine de se débattre tandis qu'elle le défendais de poursuivre ses attouchements sans aucune conviction. Il la fit taire un moment lorsqu'elle lui lança son défi, qu'il lui répondit d'abord d'un nouveau sourire de fauve allègre avant de s'emparer du territoire de sa bouche en plaquant la sienne contre cette dernière. Mais avant qu'elle ne puisse rétorquer contre ce nouveau défi qu'il lui faisait, il glissa ses lèvres le long de la joue de son élue, retrouvant son cou en dessous de l'oreille sur lequel il s'attarda légèrement en attentions délicates puis entreprit de chuter plus bas encore.

Son méticuleux voyage passa sur les épaules du Taisho des brumes avant de gâter sa poitrine de généreux baisers, fermant tantôt ses incisives sur les points culminant de celle-ci. De son nez, il reprit le dessin des lignes de son abdomen, l'une de ses mains laissée en arrière poursuivre le massage du torse de la guerrière. La seconde se trouvait déjà au creux de la cuisse droite de l'onabugeisha aux folles légendes, jouant du bout de ses doigts pour en flatter l'arrière de son genou. Quand à lui, il embrassait déjà le saint des saints de son aimée, sans honte ni hésitation, aussi à l'écoute que possible des témoignages de la voix de cette dernière qui lui assurerait frapper au bon endroit et au bon moment. Le Tigre n'avait pour seule stratégie que de défaire le Dragon dans l'émoi de ses plaisirs et si on le connaissait téméraire sur le champ de bataille, celui-ci dépassait de loin cette réputation. C'est avec impétuosité qu'il savourait la fleur déjà connue de l'enfant des Kasuga, conquérant les terres de la joie de la jeune femme avec patience et application.

Ce ne fut que lorsqu'il accueilli la rosée de la belle qu'il décida de passer à la suite de sa manœuvre. Il remonta alors afin de faire face aux traits de la combattante qu'il attendait fébrile, caressant de sa lippe le grain de beauté qui trônait au bas de la bouche de Riyu. Si proche qu'il sentait son souffle devenu haletant sur son visage, Raiken annonça alors entre le murmure et la voix claire, le résultat s'avérant comparable au ronronnement qu'un félin massif aurait pu laisser entendre :

Votre ordre tient-il toujours à cet instant où je vous tiens à ma merci, prêt à passer ma lame en travers vous ? N'est ce pas là le talent d'un guerrier unique qui mériterait une récompense à la mesure de sa victoire incontestable ? Si la sagesse me fait défaut, ne suis-je pas moins digne des prouesses du Dragon de l'Est dont elle se vante à cet instant ? Pourtant, mon abnégation est votre depuis notre rencontre et il n'est pas une parcelle de votre être que je saurai laisser sans la marque des crocs du Tigre que j'incarne. Nommez là, la moindre d'entre elles et elle deviendra l'unique objectif de votre Taisa.

Il ne s'était pas contenté de ne faire que lui parler, un sein réchauffé sous ses vaste doigts, il n'avait pas clôturé son discours qu'il l'investissait déjà langoureusement de son entière vigueur exacerbée, l'enroulant bientôt des vastes anneaux de ses larges bras et débutant déjà de danser de façon lancinante au dessus d'elle. Prise au piège de cette façon et malgré l'agrément qu'il ressentait dans cette délicieuse situation, ses yeux dorés ne purent s'empêcher de quêter dans l’œil unique de son heureuse victime la réponse à l'épreuve qu'il lui soumettait là, sans parler de cette promesse de traitement annoncé plus tôt. Le premier Daiyuki ne pensait plus à son rang, plus à leurs obligations, le lieu même de cet échange charnel n'avait pas une traître importance. Satisfaire la lancière était son seul but, rire et encrer ce moment dans son cœur son unique priorité. Le budoka blessé qu'il était venait de disparaître de nouveau, comme à chaque union qu'ils s'autorisaient, pour redevenir un jeune homme fringant tout juste sorti de l'adolescence et aux soins de son amante.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5219
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Mar 7 Mar - 3:48


Les lèvres chaudes de Raiken sur sa peau, la pression de ses dents aux pointes de ses seins furent autant d'étincelles jetées sur les braises brûlantes de son désir. Il l'avait déjà vaincu deux minutes plus tôt, alors ce qu'il poursuivait là ne pouvait être que la confirmation de sa victoire. Toute offerte et vulnérable était-elle contre lui qu'il ne la prit pas tout de suite, ils préféraient se délecter de ces moments encore trop rares, prendre le temps de les vivre pour y puiser leurs forces dans leurs prochaines épreuves.

Pourtant, Riyu était bien sans force tandis que son tendre amant faisait patiemment monter les eaux en elle, sortir de sa gorge des murmures et des gémissements, puis des cris rauques, fougueux, incontrôlés. Les vagues d'allégresse qui la traversaient faisaient se contracter ses muscles sans qu'elle n'y puisse rien, déjà surprise par leur violence cruelle et exacerbée des traitements qu'il lui avait fait subir dans la chaleur des bains.

Vaincue. Défaite. Anéantie. Tenait-il là sa revanche ? Assurément, mais le goût était bien moins amer, la morsure de l'échec trop délicieuse et les sentiments beaucoup plus passionnés. Déjà perdue, elle crut que s'il continuait ainsi, elle n'existerait tout bonnement plus, que son coeur s'arrêterait, que son sein exploserait de désir. Rouge et tremblante de fièvre et d'amour, ses yeux pleurant presque, et combattant cette conscience qui lui soufflait de se laisser faire au moins... encore... un peu, Riyu tenta mollement de se retirer en râlant, en vain.

Finalement, les lèvres de Raiken quittèrent son intimité. Il lui fit face, puissant et rayonnant alors elle lui sourit tendrement très visiblement essoufflée et profita de la caresse de ses lèvres sur son menton. Alors, elle n'était pas morte ? Son sourire s'élargit alors qu'il la défiait à son tour. Elle émit même un ricanement. Il verrait. Oh oui, il verrait. S'il avait tenu sa prodigieuse vengeance, elle ne le laisserait pas ainsi, indemne et arrogant devant cette défaite qui n'en était pas une. Riyu désirait le voir au moins dans son propre état, chercher son air sous ses terribles attentions. Cette fois, elle n'était pas prête de s'esquiver et chaque seconde, quand bien même il s'insinuait en elle, la laissait recouvrer force et vigueur.

Elle se sentit frisonner pendant ses premiers va-et-vient, transie d'un froid mystérieux qui n'en était pas vraiment un alors qu'il l'enveloppait de ses bras.  Elle aimait cette sensation, ne faire qu'un avec lui tandis qu'ils plongeaient leurs regards l'un dans l'autre, pris entre l'excitation, le désir et l'amour qu'ils éprouvaient tout deux à chaque instant. Onduler doucement et à mesure des rythmes dont il l'investissait. Lorsqu'elle eut assez d'admirer le regard qu'il lui adressait, elle alla mordre et lécher la cicatrice qu'il lui avait donné naissance puis se creusa pour lui laisser toute latitude dont il pouvait profiter. Ses doigts se crispait sur sa peau, une fois encore.

Il lui vint enfin une envie, pas qu'elle n'en était pas pleine en ces temps, mais chacune lui paraissait si fade face au moment présent. Elle se laissa tomber sur les draps et ouvrit son œil doré qu'elle darda dans celui de Raiken.

"Mon dos." murmura-t-elle. "Pas trop difficile à atteindre, ô seigneur de mon âme ?"

Et Riyu sourit.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Daiyuki Raiken

avatar

Taisa

Messages : 159
Date d'inscription : 07/07/2014

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Second du Dragon de l'Est
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Mar 2 Mai - 10:34

Enfermée ainsi dans le carcan de ses bras dont il connaissait plus que tout autre la force, enhardie se trouvait sa flamme, celle-ci alimentée de cette sensation de possession mêlée de protection qu'il avait sur le Dragon. En ces lieux et cet instant, elle était si totalement recouverte par lui qu'un odieux témoin n'aurai deviné le général qu'à ses jambes passant par delà le budoka et ses fines mains tentant de creuser des sillons dans la peau du guerrier qui lui faisait ce délicieux affront.

Déjà désirable en toute circonstance, il la trouvait d'autant plus divine tandis qu'elle était à sa merci, pourtant, la deviner en situation de faiblesse était pire même que la mort en toute autre condition que celle qui les unissait là. La dualité de ce sentiment ne manquait pas de l'amuser alors qu'elle profitait de la proximité de cette dernière pour choyer la marque même qu'elle avait apposée sur le titan.

C'était une zone qui représentait autant son honneur que sa honte et qu'il ne révélait qu'à aucune autre qu'elle, grâce à son concours, d'ailleurs, aussi pouvait elle bien en faire ce qu'elle voulait, l'embrasser ou la parcourir de sa langue si c'était là son souhait, aux yeux du tigre, c'était autant le privilège du Dragon que son propre plaisir coupable. Il aurait plongé les crocs comme elle le fit alors, si lui même n'était pas à humecter le trapèze aussi délicat qu'il n'était noueux d'une fine musculature de Riyu.

Sentant le courant monter crescendo, il pensait déjà à jouer du corps de son amante d'une nouvelle façon qu'elle se laissa choir, entièrement détendue, sur la couche, le fixant de son œil unique avec une gourmandise insatiable. Aux mots qu'elle prononça, mille possibilités découlaient de ce qu'elle pouvait suggérer, laissant un instant le fauve aux abois, bien ignorant de ce qu'elle pouvait avoir voulu dire.

Suggérait-elle qu'il la retourne pour qu'il puisse admirer cette face d'elle tout en l'honorant derechef ? Ou bien souhaitait-elle l'applique de ses vastes mains sur la surface de celui-ci, en appelant au savoir du combattant quand aux zones à pétrir pour satisfaire un désir soyeux de délassement mâtiné des autres châtiments doucereux dont il était capable ? Le doute faisait parti du jeu et se montra-t-il au plus bête qu'il ne l'était, laissant toute réflexion de côté pour la ceinturer sans le moindre mal et la soulever aussi simplement que si elle n'avait rien pesé, sans jamais défaire le lien qui les unissait à l'instant.

Raiken s'installa en position du lotus, entouré des mollets de son aimée et la fit vibrer de ses impulsions. Bien qu'il aimait tout particulièrement cette position ci, les portants tout deux sur un pied d'égalité dans l'effort et dressant le taisho à hauteur du visage de son ombre verticalement, fait impossible s'ils s'étaient tenu debout, il ne fit pas durer éternellement le moment. Après un langoureux baiser, il l'allongea de nouveau et toujours dans cette volonté de lui offrir le meilleur des traitements, la retourna sur le ventre, se détachant d'elle pour procéder et débuta de masser l'espace de son dos, à cheval sur les cuisses de la lancière et sans trop porter son propre poids sur celles-ci.

Pétrir les chairs était sa spécialité en un sens, malgré le fait qu'il aurait mit bien plus de force que cela si la cible de ses mains était ennemie, ce qui était loin d'être le cas. Par des pressions expertes entrecoupées du contact de ses lèvres, il passa sur les omoplates de la belle, apaisant ses épaules, ses trapèzes jusqu'aux lombaires, puis les fermes demies-lunes se dressant au-delà de ses hanches.

Il ne lui en fallut pas plus que cela en caresses qu'il apposait lui-même sur l'onnabugeisha pour se sentir plus excité et se relancer à l'assaut de son amante, l'engageant telle-quel tout en enroulant ses bras par dessus la poitrine de cette dernière et se servant de ses propres coudes pour éviter de l'écraser sous sa passion.

Rien ne semblait pouvoir arrêter sa faim d'elle, plus il se donnait dans ce combat, plus il voulait lui offrir et plus il en appelait à aller haut, vite et loin dans sa démarche… Et tant pis s'il avait fait fausse route en tentant de combler les attentes de Riyu… S'il s'était trompé dans son interprétation, elle n'aurait qu'à être plus claire et il s'emploierait avec délice à rattraper le tord ainsi crée. Dans le cas contraire, il le saurait bien assez tôt, pour son plus grand ravissement.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5219
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 24

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken] Lun 31 Juil - 11:00

Alors que l’un face à l’autre, ils étaient encore unis, Riyu lut la confusion dans le regard de Raiken. Mais celui-ci n’était pas homme à se laisser distraire si facilement et trop habitué à ses bêtises- ils étaient amants et il la pratiquait d’une autre façon depuis des années- il la porta à lui avec douceur pour continuer leur communion d’une nouvelle façon qui surprit la Dragonne mais qui n’était pas pour lui déplaire. Là, elle put voir au plus près les traits du visage de son second. Dans la pénombre, ses pupilles d’or la guettaient comme celles d’un fauve mais brillaient d’une tendresse présente et si discrète qu’elle devait être la seule à la lire. Cela n’avait rien d'inquiétant car auprès de lui, elle pouvait être tout à fait elle-même et se laisser porter par les vagues de plaisir qui l'emplissaient régulièrement d’une allégresse trop peu souvent ressenties selon son insatiable envie. Cette sensation fut de courte durée cependant. Raiken se sépara d’elle et amena l’onna-bugeisha à lui offrir son dos selon son gré, qu’il parsema de caresses et de baisers. Riyu ne s’attendait pas à cela mais les mains chaudes de Raiken sur ses muscles raidis de tension et encore légèrement endoloris de leur trop long sommeil ne purent que lui faire du bien. Un bien différent que leur union mais qu’elle apprécia tout autant et auquel elle répondit de la même façon, comme un chat gâté ronronne aux intentions de son maître.

Il finit par la prendre de nouveau un peu abruptement, quoiqu’elle s’y était attendue et sa passion le travaillant, ses attentions se firent plus vigoureuses de seconde en seconde, la vidant de ses forces à une vitesse vertigineuse et l’obligeant à froisser les draps, à les empoigner comme pour les déchirer de ses mains tremblantes. S’il l’avait laissée assurer elle-même son équilibre, elle aurait sans doute souffert de ce qu’il lui faisait subir mais portée et porté par lui l’instant ne fut que sensation incontrôlée de délice et le son de ses hoquets emplit la pièce.

Cette vitalité entamant rapidement la sienne, elle y mit un terme par la voix, au-delà de ses forces physiques et ne pouvant pas tellement bouger sous l’étreinte de son Tigre. Elle rompit ce contact aussi précieux qu’humide qu'elle partageait avec lui, fit volte-face, épuisée et par une légère et douce pression de ses deux mains sur son torse et de ses lèvres sur les siennes, de sa langue contre sa langue, le poussa à s’allonger à son tour, après quoi elle le chevaucha sans autre forme de procès, ses fines cuisses enserrant son bassin et les doigts d'une main entremêlés à ceux de son autre bien plus vaste. Elle porta la deuxième au côté de sa nuque, la fit glisser jusqu'à sa poitrine. Or, on pouvait deviner à la mollesse de ses ondulations que Riyu se reposait en vérité, trop désireuse de faire durer ce moment privé entre eux-deux encore trop rare et de ne pas le consumer trop vite.

«À présent que nous sommes débarrassés de nos rangs et que tu m’as bien assez satisfaite, Rai-kun, il est plus que temps de penser à toi. Parles et dis moi ce dont tu as envie, racontes moi donc ce que tu voudrais me voir t’offrir, les images qui te brûlent de désir et enfin, traite moi comme un mari traite sa femme.» murmura-t-elle lorsqu’elle eut tout à fait retrouvé son souffle.

Les yeux fermés, la joue appuyée sur la main soignée du Budoka, elle avait rougi comme une adolescente en prononçant cette dernière phrase, cependant ses formes -et son corps tout entier- était ceux d'une femme forte et assurée.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'eau qui dort [pv Raiken]

Revenir en haut Aller en bas
 

L'eau qui dort [pv Raiken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Galaad - Mieux vaut se méfier de l'eau qui dort ! [Terminée]
» -{ La Poupée qui dort }- -{ TERMINE }-
» on dort ensemble, c'est ça ? [23/01/12 à 3h50]
» "Quand la Française dort, le diable la berce"
» Méfiez-vous de l'eau qui dort!


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..