AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [QT] Ressuciter la Flamme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: [QT] Ressuciter la Flamme Ven 3 Juin - 22:33

Quête liée.


Dévasté. Ravagé. Brûlé. Quel comble de l'ironie pour le temple du Kami des flammes...
Le sanctuaire de Kaigen dévoilait sous ses yeux l'étendue des dégâts, pour la première fois depuis la sinistre nuit où les Komainu s'étaient éveillés. La splendide perle d'Hibana n'était plus que cendres, piliers effondrés et sang séché laissé là dans la précipitation. A la vue de cet autrefois si fier bâtiment si mal en point, le coeur de Kurome ne pouvait s'empêcher de se serrer.
Comment voulaient-ils que la population leur fasse confiance, après tout ça ? Comment pouvaient-ils croire en une divinité protectrice si elle n'était pas capable de maintenir ses propres autels, ses propres feux sacrés en état de servir ?
Ils ne pouvaient. Là était bien tout le problème : la populace d'Hibana s'était détournée du temple de Kaigen, terrifiée par la révolte des statues gardiennes et l'attaque de Yokais. Rien de ce que la Jushoku avait pu faire durant les événements n'avait empêché le chaos de se répandre et les rumeurs de se propager ensuite. Tout au plus avait-elle diminué la gravité de la situation, très légèrement, avec ses groupes de religieux détachés partout dans la ville pour aider les plus mal en point.

Enfin... Le mal était fait, maintenant. Le temple tout entier n'était plus que ruines fumantes, elle ne pouvait en vouloir aux pauvres hères des alentours pour leurs craintes. La seule chose sur laquelle la jeune femme pouvait agir, c'était la reconstruction du sanctuaire.
Et elle avait un coup d'avance, comme toujours. Alors même que les Enfers étaient lâchés sur Yokuni, elle avait commencé à réfléchir à la suite. A guérir les plaies, à la marche à suivre pour rallier ceux qui le voulaient bien sous une bannière commune. A peine le soleil s'était-il levé sur la désolation qu'elle s'était mise en branle, envoyant missive sur missive, sortant les livres de compte et les inventaires qu'elle avait fait établir.
Les papiers étaient formels : le temple avait les moyens de se reconstruire. Sur un plan purement matériel, ils avaient largement de quoi prendre en charge les travaux, la main d'oeuvre et les matériaux. Cela laissait toutefois de côté la question de la confiance à rebâtir, elle aussi...
La solution vint de la bouche d'une des plus petites Mikos, une enfant d'à peine une dizaine d'années qui suggéra que l'on propose aux habitants de la région de venir aider. C'en était tellement simple et évident que c'en tenait du génie. Kurome se jura aussitôt de garder un oeil sur la petite apprentie religieuse, et se remit au travail.

On annonça bientôt un peu partout qu'il fallait des bras pour Kaigen. Une paye, un toit et de la nourriture furent promis aux volontaires, ainsi que la sécurité en la présence de nombreux Sohei. Ces avantages à eux seuls suffirent à attirer nombre d'hommes de tous âges, appâtés par la possibilité de remplir leurs poches et leurs panses contre un peu de transpiration.
La base de la main d'oeuvre trouvée, ce fut la recherche des matériaux qui fut lancée. On envoya des messagers solliciter les maitres d'ouvrages de la région : ébénistes, menuisiers, graveurs répondirent à l'appel rapidement, parfois pour l'argent, parfois pour la gloire d'avoir son travail au sein du temple de Moegami. Quelles que furent leurs motivations, la Jushoku accueillait chaque bonne volonté avec joie.

C'est ainsi que quelques semaines à peine après la tragédie qui avait touché tout Yokuni, le sanctuaire de Kaigen se mua en chantier à demi ordonné. Autant les religieux étaient-ils prompts à obéir aux ordres de leur supérieure aux cheveux brun glacé, autant les autres...
Ils n'étaient pas si faciles à diriger, vraiment. Les meilleurs espoirs de la haute-prêtresse étaient un moine qui avait été bâtisseur de maisons avant de rentrer dans les ordres, et un Sohei à la voix de stentor qui s'était improvisé chef d'ouvrage. Sa voix portait assez pour attirer l'attention, et son aura d'ancien militaire de carrière poussait au respect.
Sans eux, elle ne savait pas trop si elle aurait été capable de maitriser ne serait-ce qu'à moitié les dizaines de gens du commun qu'elle avait fait venir.
Quand aux fournisseurs de matières premières... C'était un combat de tous les instants contre ces commerçants qui ne voyaient pas plus loin que le bout de leurs nez. Ils ne cessaient de vouloir augmenter les prix, de tenter de décharger leurs stocks de mauvaise qualité sous prétexte que le chantier était de grande taille. Comme si ça pouvait empêcher les contrôles de leurs marchandises...

D'ailleurs, un autre de ces vautours s'avançait désormais vers elle. Un type à moitié chauve, avec un air de fouine nerveuse, regardant tout autour de lui comme pour s'assurer qu'on ne le poignarderait pas pendant qu'il discutait avec Kurome. Elle songea que la seule chose qui risquait était qu'elle le discrédite à jamais dans toute la région, juste parce qu'il n'inspirait aucune confiance.
Mais elle lui sourit, comme toujours, et elle fut très aimable avec lui. Peut-être même trop... La conversation avançait, et elle ne semblait réussir à s'en dépêtrer. A chaque fois qu'elle lui indiquait, très gentiment bien sûr, qu'elle ne souhaitait payer plus cher son bois et qu'il pouvait disposer, il revenait à la charge.
Si seulement quelqu'un pouvait la sortir de là...



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 4 Juin - 13:04

[Je préfère le préciser au cas où mais Kô à un cache-œil rouge sur l’œil gauche lors de notre rencontre]

   Cela faisait depuis plusieurs jours que Kô séjournait au temple Meisou et il commençait à y mourir d'ennui. Mais, comme il l'avait promis à son cousin, il aida les mikos dans leurs cérémonies. Mais, à chaque fois, son œil gauche, toujours rouge depuis la rencontre avec Akira, lui brûlait le visage au milieu de la cérémonie. Et pendant ce temps Riichi et Sayu passaient leur temps libre à se promener autour du temple... Kô arriva à un stade où il ne pouvait plus supporter les échecs et il commença à s'impatienter.

  Heureusement, une lettre arriva au temple, suite à une lettre que le cousin de Kô avait envoyé. Et cette lettre réjouit Kô :
Mon cher neveu,
Nous avons eu des nouvelles du temple de Kaigen et ce n'est pas bon du tout. Il faut qu'un représentant de notre famille aille sur les lieux et s'occupe de rétablir une bonne situation économique. Tel sont les volontés de ton grand-père. Mais nous ne pouvons quitter la propriété, car nous avons des problèmes internes à gérer. Rien de grave, mais assez compliqué pour nous réquisitionner. Je te laisse donc te rendre au temple. Je te donne ci-joint un accord commercial qu'il faudra remplir et signer. Je te laisse gérer. Et n'oublie pas d'apporter ton aide aux différents membres du temple.
Je te souhaite de réussir,
Itsuki Kaizen
Kô se crispa. Le temple De Kaigen avait eu un problème... Il fit vite ses affaires et fit ses adieux à tout les membres de Meisou. Il prévint ensuite Sayu et Riichi qui firent de même. Enfin Kô enfila un nouveau cache-œil d'un rouge éclatant et se mit en route pour le temple Kaigen.

   Quand il arriva au temple, il vit un nombre conséquent de personnes réparant le temple. Mais, même avec ses faibles connaissances en construction, il voyait bien que le chantier n'avançait pas. Il distingua alors trois groupes : les religieux qui s'efforcent de bien faire le travail malgré leurs visible lacunes en construction, les ouvriers entraînés qui répare les bêtise des religieux et les villageois qui ne travaillent qu'a moitié pour recevoir leur bol à la fin de la journée. Il fallait que quelqu'un ordonne tout ça. Riichi interpella alors un grand homme aux cheveux noirs et lui demanda où se trouvait le chef de travaux. L'homme répondit que le chef de travaux se trouvait dans l'arrière-cours du temple :

<< Et je vous conseille de ne pas trop la solliciter en ce moment : elle est harcelée par tous les marchands du coin comme s'ils étaient tous en rut.>>

Le groupe remercia l'homme et s’avança vers l'arrière-cours.

Quand ils arrivèrent, les trois compères virent une dame en train de discuter avec un vieil homme chauve. Kô reconnut immédiatement les deux personnes face à lui : la haute prêtresse Iyashi Kurome et l'arnaqueur Saiticho Tasakuchi. Il connaissait ce vautour à cause d'une arnaque qu'il avait essayée de faire à la famille Itsuki. Kô ne chercha pas à comprendre ce que pensait la Dame de cet escroc et il s'avança vers le vieil homme :

<< Quel plaisir de vous voir mon cher Tasakuchi ! Comment allez-vous depuis le temps ?
-Excusez-moi, mais je parle avec madame ! Et puis qui êtes-vous, jeune homme ?
- Ah oui c'est vrai que je n'avais que neuf ans quand on c'est croisé. Je suis Kô. Itsuki Kô.>>

L'homme se crispa lorsque le jeune Omnyouji dit Itsuki. Il dit alors se rappeler qu'un de ses amis était dans le besoin et il partit la queue entre les jambes. Alors, Kô s'approcha de la dame, la salua et dit :

<< Heureux de faire votre connaissance, Iyashi-sama. Je n'ai entendue que du bien de vous. Je me permet de me présenter : Itsuki Kô, fils de Itsuki Taizo et petit fils de Itsuki Wataru. Si je peux me permettre, la situation ici et tout à fait chaotique et ça ne risque pas de s'arranger vu tous les arnaqueurs du coins. J'étais venue en premier lieu pour mettre sur pied un accord commercial avec la famille Itsuki, mais dans l'état actuel des choses vous avez plus besoin de gérer votre main d'œuvre que de ressources. C'est pourquoi je vous offre mes services ainsi que ceux de mes deux partenaires, Ikeda Sayu et Hurigi Riichi.>>


Dernière édition par Itsuki Kô le Sam 11 Juin - 12:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Dim 5 Juin - 20:13

Elle s'attendait à ce que ce soit un de ses aides qui vienne la sauver des griffes du négociant en bois, ou au pire à devoir montrer les crocs pour l'effrayer. Elle se préparait même à raffermir son ton et commençait à cataloguer les menaces qu'elle pouvait mettre à exécution si jamais, dans un accès de bêtise des plus dommageables, ce marchand collant ne la laissait pas partir. Peut-être que perdre tout marché avec la noblesse d'Hibana suffirait à lui faire comprendre que Kurome ne plaisantait pas ?
Heureusement pour le vendeur, elle n'eut pas besoin d'en venir à de telles extrémités : un providentiel secours se manifesta et chassa, en quelques phrases, le pot de colle. L'efficacité du nouveau venu était remarquable et lui attira un regard mi-admiratif, mi-interrogateur de la part de la haute-prêtresse. Qui était donc ce jeune homme qu'elle ne connaissait pas de vue...
Il se présenta, fort poliment, puis se mit à critiquer sa manière de gérer les travaux du sanctuaire, bien moins poliment. Il venait dans son domaine, sur ses métaphoriques plates-bandes, et il commençait d'entrée de jeu par remettre en cause son autorité et ses méthodes comme l'aurait fait un provincial mal dégrossi.
Leur relation commençait bien...

"Ravie de vous rencontrer, Itsuki-san. Comme vous le savez déjà, je suis Iyashi Kurome, Junshoku de Setsu et gérante de ce temple en l'absence de Kannushi Shimizu-sama."

Sa voix était chaude, son ton poli, mais ses yeux d'or et de bronze étaient froids comme les glaces de Fukyuu, manifestant son déplaisir à l'idée de se faire rabrouer par un étranger.
Elle était, de plus, assez certaine qu'avec deux ou trois jours de plus elle aurait enfin réussi à affermir sa prise sur les pauvres hères qui faisaient office de main d'oeuvre, et sur les pourvoyeurs de matières premières. La désorganisation des débuts n'était que la phase d'adaptation, qui aurait dû toucher à sa fin d'ici peu.

"Je serais ravie de compter plus de bonnes volontés et de bras pour aider à la reconstruction ! Puisque vous vous targuez de pouvoir nous aider à organiser les choses plus efficacement, vous voudrez certainement rencontrer mes deux bras droits sur ce projet. Suivez-moi, je vous prie."

La prêtresse s'inclina rapidement devant les deux acolytes de l'Omnyouji, puis partit à la rencontre de ses deux aides, le moine et le guerrier. Elle se retournait régulièrement pour vérifier que les nouveaux venus étaient bien à sa suite, qu'ils ne risquent pas de se perdre au milieu des religieux et hommes du commun absorbés dans leurs besognes.
Kurome avançait assez vite, se faufilant agilement entre les travailleurs, profitant de sa tenue pour une fois simple –un yukata brun et un hakama blanc parcouru de fils rouges. Elle saluait parfois quelqu'un, une Miko apportant de l'eau ou un moine coupant des planches de parquet, les appelant toujours par leurs noms et leurs titres.

Puis ils arrivèrent devant les deux seconds, le moine et le Sohei, qui s'inclinèrent bien bas devant leur supérieure. Cette dernière leur adressa un sourire en tous points solaire accompagné d'une inclinaison de la tête avant de désigner Kô et ses suivants de la main.

"Jikan, Haru ? Je souhaitais vous présenter Itsuki Kô-san, que voici. Il nous vient de loin pour signer des accords commerciaux mais, sensible à notre situation, il souhaiterait nous aider à organiser les travaux. Pourriez-vous répondre à ses questions et voir si ses suggestions seraient applicables ? Je crains de ne pas être une gestionnaire assez efficace, je préférais donc que vous soyez aussi consultés."

Jikan, le Sohei, étouffa un sourire dans sa barbe fournie et se tourna vers les étrangers.

"Alors, comment vous pouvez nous aider ?"



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Dim 5 Juin - 23:40

"Alors, comment vous pouvez nous aider ?"

Kô se retourna vers Sayu et Riichi. Il hochèrent la tête. Alors Kô commença ses explications :

<< Je ne passerais pas par quatre chemin: La main d’œuvre est abondante et diversifié, mais elle est complètement désordonné. Et cela viens surement de la raison qui les pousse à travailler ici. Les religieux qui eux veulent restauré le temple pour le bien de Setsu travaille dur malgré leurs maladresses. Et c'est pareil pour les professionnels. Sauf que leurs problème avec eux et d'essayer d’apprendre des technique très complexe à des personnes qui ne sont clairement pas fait pour ça. Enfin il y a les autres. Tous ceux qui travaillent pour la récompense. Je ne veux pas vous inquiéter mais si cela continue, le Temple sera aussi solide qu'un tas de bois.>>

Kô marqua une courte pose à ce point là. Dans le fond, Riichi toussa et s'avança vers Kô. Kô se décala pour que Riichi soit face au trois personnes. Il s’éclaircit la voix puis dit :

<< Je ne veux pas sembler grossier messieurs et madame, mais mon village à eu le même problème quand j'étais jeune. Un ancien dojo étais tombé en ruine, et lorsque nous avons voulut le restauré personne ne se mit d'accord avec personne. Résultat : le dojo s'est effondré le jour suivant sa réouverture. Heureusement il n'y avait personne lors de l'accident . En même temps c’était plus un projet pour regrouper le village qu'un réel besoin...>>

Riichi recula un peu, et pris un air gêner. Il venait de parler pendant un long moment de quelque chose qui pouvait paraitre assez futile à quelqu'un d'aussi important que la haute prêtresse... Mais c'est à c'est instant que Kô intervint à nouveaux :

<< Voilà le principal problème : Une partit des ouvriers n'ont pas confiance dans le temple. Et c'est tous a fait normal ! Il ont vue le temple se faire dévasté. Il faut leurs redonner du courage et de la détermination ! Et pour ça je ne vois qu'une seule chose à faire : un discours fait par quelqu'un d'assez spécial pour tout les inspiré. L'organisation se feras d'elle même s'ils trouvent que le temple peut retrouver son prestige! >>

Kô finit sa phrase en redressant un peu son cache-œil et en regardant l'assemblée avec un regard déterminé. Il se rendit soudain compte que personne n'avait mentionner son cache-œil et il en fût fort aise... Il n'avait aucunement le temps et l'envie de parler de ça en ce moment. Il se mit face à Kurome et lui fit un sourire plaisant tout en rajoutant :

<< Enfin, c'est à vous de décider se qu'il faut faire, Iyashi-sama.>>


Dernière édition par Itsuki Kô le Sam 11 Juin - 12:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Mer 8 Juin - 21:44

Kurome et ses deux seconds écoutèrent avec attention les deux étrangers. Le jeune femme lissait machinalement les plis de son hakama, la tête légèrement inclinée comme pour se concentrer. Le Sohei barbu avait, lui, croisé ses bras musculeux sur son torse de bûcheron et continuait de dissimuler ses expressions dans sa pilosité faciale. Haru le moine étant chauve et imberbe, il ne pouvait compter que sur son incroyable capacité à ne bouger aucun muscle pour ne pas rendre visibles ses pensées : il restait donc là, immobile comme une statue, à fixer droit dans l'oeil l'Omnyouji.
La haute-prêtresse ne savait pas trop à quoi s'attendre. Les idées du nouveau venu pouvait être excellentes, après tout : un regard neuf sur le chantier, sur l'organisation, était quelque chose de bénéfique ! Les critiques constructives étaient toujours les bienvenues quand on tentait de tutoyer la perfection, elles permettaient d'avancer du bon côté et de savoir ses points faibles à travailler. Les idiots qui prenaient toute remarque comme une attaque n'étaient, définitivement, que des imbéciles.
Enfin pour qu'une critique, et la suggestion qui allait avec, soit prise en compte, il fallait qu'elle soit argumentée. Apportée proprement, avec neutralité, et qu'elle fasse avancer le tout.
Ce qui, du point de vue de la Jushoku, n'était pas réellement le cas de Kô. Non pas que sont point de vue sur la reconstruction du temple ne soit pas pertinent ! Il était même assez juste dans son affirmation : le chantier manquait de rigueur, d'organisation. Personne ne pouvait le nier, il suffisait de regarder autour de soi pour voir les gens se croiser, se perturber, ne pas savoir où ils allaient.
Mais... Un discours ? Un discours, réellement ? Sa solution à la désorganisation manifeste était un discours. Parce que quelqu'un leur aurait parlé quelques minutes, ces travailleurs de mille horizons différents allaient soudain se mettre à travailler de concert ? Quelle idée saugrenue !

"Un discours ?"

Elle n'avait pu retenir ses mots, mais leur avait donné une intonation songeuse plutôt qu'inquisitrice, ou moqueuse. Ses deux acolytes avaient tourné leurs visages vers la Jushoku, en attente de sa réponse.

"Oui, peut-être qu'un discours pourrait marcher. Mais je ne pourrais m'en charger moi-même : ces hommes et ces femmes me connaissent tous comme leur employeur, ou comme leur Jushoku. Je fais partie du paysage autant que les arbres, l'esplanade ou les piliers des statues. Pourriez-vous vous en charger ?"

La jeune femme sourit aimablement à l'étranger, inclinant sa tête légèrement vers l'avant.

"Vous descendez après tout d'une lignée prestigieuse et n'êtes pas un habitué des lieux. La présence d'un invité de marque tel que vous ne pourrait que motiver ces travailleurs !"

Un furtif regard vers le Sohei et le moine, que nul ne pouvait déchiffrer mais dont ils semblèrent au moins deviner la teneur, puis Kurome se fixa de nouveau sur les invités de son sanctuaire, attendant la réponse de celui qui semblait être leur chef naturel.
Un plan ? Bien sûr qu'elle avait un plan. Et un des plus brillants, si vous teniez à le savoir... Qui permettrait à Kô de briller, au temple de Kaigen de maintenir sa réputation d'accueil impeccable et de politesse parfaite, et au travaux d'être réellement organisés.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 11 Juin - 14:25

Kô se mit à réfléchir. Mais surtout il fit le point. Il s'était laissé amadouer par les airs de cette dame et avait faillit se laissait entrainer dans la suite des évènements sans savoir se qu'il se passait réellement. Il se remémora le premier principe de Seigisan :

Ne jamais faire confiance à quelqu'un tant que tu n'as pas sa confiances... Comment ai-je put me laisser avoir ! Il faut que je prenne du recul.

Kô se rendit compte comment il l'avait abordé, comment elle avait réagit et sa proposition. C'était clair, elle avait quelque chose derrière la tête. Il ne comprenait pas ce qui pouvait trottait dans la tête de cette femmes mais il savait que ce n'étais pas des gentillesses sans raison. Et se Kô n'aimait pas par dessus tout, c'est d'être impliquait dans des plans dont il n'en voit pas la teneur.

Le pouvoir en a corrompu plus d'un et même une femme aussi charmante peut avoir de mauvais dessins... C'est pour cela que Seigisan existe. Mais jouons donc son jeu, j'improviserai celons ses réactions.

Kô se mit face à la religieuse et fit un sourire radieux avant de saluer la dame et dit :

<< Je serais ravie de vous aidez Jushoku-sama. Et tout aussi ravie de vous aidez vous aussi messieurs. Cependant je ne pense pas êtres aussi prestigieux que vous le dites... Après tout, je n'hérite juste que de la renommé de mes parents...

Pour se derniers point il le pensait vraiment, même s'il utilisé cette renommée pour ses missions en tant que seigisan. Kô s'avança alors et commença à expliquer :

<< S'il faut que je le fasse, il me faudrait déjà votre avis personnel de la situation ainsi que votre but : Convaincre ou persuader ? >>
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Mer 15 Juin - 21:33

L'autre s'était soudainement arrêté comme s'il réfléchissait. Ce ne fut que l'espace d'un instant, d'un battement de cils, mais l'entrainement intensif de la jeune femme aux arts de la cour et de l'apprivoisement des autres n'avait pas été en vain.
Cette réflexion soudaine tranchait étrangement avec son attitude rentre-dedans et l'enthousiasme dont il avait fait preuve à peine quelques instants plus tôt. Que s'était-il donc passé ? Etonnée, Kurome se demanda ce qui pouvait valoir un tel revirement de caractère. Elle-même n'avait pas changé de présentation, n'avait laissé filtrer aucune animosité ou hargne autre que ses légères remontrances à l'oral. Mais il n'avait pas vu la pique concernant ses capacités de gestionnaire, pourquoi donc aurait-il soudainement ressenti la très polie reprise qu'elle venait de glisser ?
Pouvait-il soudainement lire dans les pensées ? Avait-il eu une divine illumination ?
La courtisane devenue Jushoku était décidément dubitative, mais n'en montra rien. Au contraire, elle continua simplement de sourire, d'être aimable et gentille, laissant la méfiance nouvellement trouvée de Kô glisser sur elle comme l'eau sur les plumes du cygne.

"Au moins votre famille fait-elle preuve de notoriété, Itsuki-san. Bon nombre des membres de ce temple ne descendent de lignée prestigieuse ou de vénérés représentants du clergé d'antan. Les Iyashi par exemple sont réputés pour leurs feu d'artifices, voyez-vous. Rien de bien impressionnant aux yeux des serviteurs de Moegami !"

Elle éclata de rire, un rire de gorge authentique, doux comme du miel de montagne et chaleureux comme le soleil de printemps. Les fossettes au coin de ses yeux et à la commissure de ses lèvres se creusèrent, quelques instants, mettant en valeur ses yeux pétillants d'amusement.
Puis l'instant passa et son rire mourut, laissant place à un simple sourire tranquille.

"Mon avis sur la situation ne sera certainement pas aussi pertinent que celui d'un observateur extérieur. Je pense toutefois que comme vous l'avez fait remarquer, nous ne sommes pas assez organisés. Pas assez organiques. Nos ouvriers se sont rassemblés par affinités plus que par pôles cohérents et nous en souffrons, car leurs déplacements erratiques les perturbent et les retardent."

Voilà ce que tu aurais dû me dire dès le début, songea-t-elle triomphalement. Voilà ce qu'un expert autoproclamé ayant envie d'aider et de donner des leçons aurait pu voir au premier coup d'oeil... Ce qui faisait regretter à Kurome l'absence du second coup d'oeil, celui qui lui aurait révélé ce qu'elle ne pouvait voir d'elle-même.

"Ils sont également, comme vous l'avez fait remarqué, démotivés. Parce qu'ils ne tirent pas tous dans la même direction, qu'ils sont épuisés pour rien. Ils ne voient le bout de la route, car aucun d'entre eux n'est sur le même chemin que les autres."

Son regard s'égara sur les travailleurs, leurs lignes de mouvement et leurs occupations. Elle voyait les religieux, ordonnés et carrés, ainsi que les gens du commun plus nombreux et moins prompts à suivre les instructions. Ce n'était pas faute d'en avoir fait donner par ses deux aides, mais on ne pouvait commander des inconnus et des subalternes de la même manière.

"Quand à votre dernière question, peu me choit à dire vrai. Je ne peux savoir ce qui convaincra le mieux les gens du commun et les commerçants : mes connaissances se limitent aux ordres et aux cours."

Ce n'était pas vrai, évidemment. On ne pouvait passer plusieurs années sur les routes à visiter les moindres lieux sacrés de Setsu sans apprendre à en connaitre un minimum les habitants. Mais connaitre et inspirer étaient deux choses différentes.

"Si vous le pouvez, j'aimerais toutefois que grâce à vous, ces braves gens désignent un nombre rationnel de représentants qui parleront en leur nom, participeront aux discussions sur l'organisation et que nous chargerons de les diriger. Si vous pouvez également les inspirer dans le même discours, ce ne serait bien évidemment pas de refus : je crains que ma personne ne suffise..."

... Etant une femme. La fin de sa phrase fut étouffée avant même de sortir et elle attendit sans ciller la réponse du nouvellement méfiant Omnyouji.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 25 Juin - 1:07

[désolée d'avoir était si long Beg ]

Kô fût un peu rassuré par la dame après ses réponses. Et puis la fin inexistante de sa dernière phrase cachait une certaine sincérité. Alors, l'onmyouji laissa son visage s'illuminer par un sourire remplit de bonté et de bonne volonté, bien qu'il continuait de se méfier d'elle. Il dit alors :

<<< Je me charge de remplir vos conditions, Jushoku-sama. Je prévois le discours pour après le repas d'ailleurs ! Car, plus on sera rapide, mieux s'en portera les travaux. Sur ce, madame, messieurs ! >>

Alors, Kô salua les trois personnes avant de partir vers l'extérieur du temple. Il savait que son comportement toujours en mouvement avais dû surprendre la dame et les deux hommes. Mais il était sûr que son don inné à accommodée avec les gens et ce dernier sourire magnifique saurait rassurer le trio.

Après avoir passé tout le reste de la matinée à chercher un discours il commença à flâner autour des travailleurs. Il en profitait pour discuter avec eux, les mettre en confiances et enfin il leurs demanda de prévenir les autres travailleurs pour le discours qui se passerait au cœurs du temple. Le plan de Kô était simple. Premièrement, en faisant passer le message lui-même et non par la maîtresse des lieux, ils se donnaient plus de légitimités et surtout il se mettait en valeur aux yeux de tous. Deuxièmement, la surprise engendrée par son apparition devant eux capterais encore plus leur attention. En clair, son plan était de rendre son discours mémorable avant même qu'il commence. Il hésita à arriver en retard pour donner au travailleur l'envie qu'il arrive, mais il se ravisa, car cette technique s'utilise après plusieurs discours réussis et non pour le premier. Il décida d'arriver avec la foule.

Quand il rentra dans la cour, il y avait déjà du monde. Il passa au milieu des travailleurs et des religieux avec des "pardon" plein de bonté. Autour de lui, il entendait des "C'est lui ?" et des "je crois" en réponse. Le discours s'annonçait bien. Enfin il finit par percer son chemin parmi la foule. C'est à cet instant que Riichi et Sayu le rejoignirent. La Triade au complet monta alors sur le piédestal de fortune et saluèrent alors les gens devant eux. Sayu et Riichi reculèrent et Kô s'avança avant de commencer :

<< Je me vois honorer de pouvoirs compter sur votre présence ! Je me présente, Itsuki Kô, de la famille Itsuki. Je ne vous connais pas tous, mais je sais que vous faites de votre mieux pour le chantier du temple et cela remplit mon cœur de joie ! Mais, sans vouloir vous prendre pour des ères, savez-vous le véritable sens de ce chantier ?>>

Kô marquât une pause. Il voyait clairement les religieux le dévisager et les autres se regarder les uns les autres. Il venait de donner le premier coup d'épées. Il enchaîna alors en expliquant que ce temple était plus qu'un temple, mais le cœur religieux de la glorieuse nation Setsu. Puis il continua en parlant de Moegami et de son histoire tout en la mettant en parallèle aux incidents ayant ravagé le temple. Il continua en utilisant un jargon à la fois paysans et religieux pour se faire comprendre de tous. Il termina enfin sur l'ordre nécessaire à tout groupe et sur la question des rôles de chacun dans le chantier.

Le discours dura une heure, mais sembla n'avoir duré que dix minutes. Les mots qui sortaient de la bouche de L'onmyouji était tous choisi avec soin et les phrases semblaient coulait de Kô tel un fleuve d'un délicieux nectar. Kô lui-même avait l'impression qu'un être divin se servait de lui pour dicter sa volonté. Ainsi, après l'heure passée, il se retrouva physiquement épuisé, mais en face de personnes subjuguées. Le silence prit alors place pendant deux ou trois minutes avant qu'un religieux lance les applaudissements de toutes l'assemblée. Après cinq longues minutes d'applaudissements Kô recula alors tandis la foule arrêta les applaudissements et commença à créer de l'ordre. Le jeune onmyouji descendit de l'estrade et fit en sorte de sortir du champ de vision des travailleurs, suivi de près par Riichi et Sayu qui l'interpellèrent. Quand ce fût fait, Kô se laissa tomber dans les bras de ses deux amis, inconscient.

[ Si tu veux le savoir, il est tombé dans les pommes parce qu'il n'a pas mangé depuis quelque temps (à cause de ses missions en tant que seigisan) par manque de sommeil (même raison mais là) et parce qu'il a mis toutes ses force dans le discours.]
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 25 Juin - 12:16

Un jour, son vis-à-vis devrait apprendre à se tenir en société. Se rendre compte que le charisme ne suffisait pas à se sortir de toutes les situations. Parce qu'il n'y avait aucun doute sur le fait qu'il aie de la prestance, une présence qui s'imposait face à celle de gens du commun...
Mais il n'avait aucunement les manières nécessaires pour parler avec des gens dont le statut social était supérieur au sien. Prendre congé de lui-même, face à celle qui était de facto à la tête de toute l'organisation religieuse de Setsu en l'absence de la Kannushi et d'un autre Jushoku, avait été sa dernière erreur pardonnable. La faute de bienséance fut accueillie par un raidissement brutal du maintien de la religieuse, accompagné d'un foudroiement du regard. Kô ne  s'en rendit probablement pas compte, mais il venait de s'attirer la colère de quelqu'un de dangereux pour sa carrière.
Les deux suivants de Kurome avaient, eux, très bien vu la vague de rage qui avait submergé leur supérieure. Haru posa même sa douce main sur l'épaule de la jeune femme alors qu'elle observait l'Omnyouji s'éloigner avec ses acolytes.

"Je vous rappellerais d'envoyer des lettres lorsque la situation sera plus tranquille, Kurome-sama ?
- S'il te plait, oui. Je ne devrais pas être la seule à être au courant de son comportement."


Elle serra la main posée sur elle quelques instants, calmant ses légers tremblements d'émotion.

"Merci Haru. Nous devrions nous mettre au travail en attendant le discours, pour avoir des propositions à faire aux représentants lorsqu'ils se présenteront à nous."

Et la douce prêtresse de se draper dans sa colère pour la dépasser avant de se diriger, ses deux aides sur les talons, vers une tonnelle de toile faisant office de centre de commandement pour les travaux.

Pendant toute la matinée, elle plancha sur une réorganisation des postes de travail en fonction de leurs spécialités. On regroupa les scieurs de bois avec les laqueurs, les tailleurs de pierre avec les maçons. On désigna un seul et unique chemin pour apporter les matériaux, et une voie de sortie à plusieurs files pour apporter les matériaux travaillés dans le temple : les postes de travail ordonnés par synergie se trouvaient de part et d'autre de cette ligne de vie, avec de larges allées entre les outils et zones de travail pour que les produits puissent circuler sans peine.
A la fin, le plan ressemblait à de petits carrés bien rangés, séparés par des voies de mouvement et entourant une large route principale. Le temple était séparé en zones dans lesquelles les travaux seraient localisés, une spécialité à chaque fois, et on ferait tourner les travailleurs chaque semaine pour que tout le monde puisse passer dans chaque sous-ensemble de pièces. Organique et organisé. Tout ce qu'il fallait.
Ils perdraient probablement un ou deux jours à bouger les travailleurs et leurs outils, mais la remise en ordre leur ferait gagner du temps ensuite. Le plan semblait bon.
Il était temps d'assister au discours des invités.

Kurome s'y rendit à la suite des religieux, hommes du commun et marchands s'avançant vers la cour centrale du temple. Mêlée aux autres, elle parvint à se placer assez loin de l'estrade pour pouvoir observer les réactions des spectateurs. Jikan, toujours sur ses talons, lui tendit un petit bol de fruits rafraichis apportés par une jeune Miko. La Jushoku salua les deux subalternes d'un sourire ravi et s'attaqua à sa collation, l'oreille dressée et les yeux grands ouverts pour la prestation de Kô.

Ce fut un discours-fleuve de belle longueur. Il avait assez de présence pour captiver l'auditoire, malgré quelques défauts d'élocution parfois. Les gens du commun semblaient être les plus fascinés, emportés par ses paroles, semblables à des papillons de nuit ayant vu une lumière. Une flamme s'était allumée en eux, si forte qu'elle faisait fondre leurs réticences. Bien. C'était, après tout, ce que la Jushoku avait voulu de cette mise en scène.
Elle était satisfaite de la situation, à défaut de l'être de la personne debout sur l'estrade.
Alors que les applaudissements commençaient à retentir, elle fit le tour de la cour et partit se placer dans le couloir donnant sur l'arrière du promontoire de l'Omnyouji. Malgré tout, elle souhaitait le féliciter pour sa prestation et le convier aux discussions futures sur l'organisation, ne serais-ce que parce qu'elle avait un certain sens des convenances.

Ce fut avec beaucoup de surprise qu'elle le vit donc s'effondrer sur ses deux camarades. Inquiète, elle se précipita à ses côtés.
Il ne semblait pas malade, mais simplement à bout de forces. Les compagnons de l'imposant invité expliquèrent rapidement la situation à Kurome, qui lança quelques ordres clairs et concis à ses propres subordonnés. Une soupe de riz, des fruits. Un tatami que l'on poserait sous la tonnelle de commandement pour qu'elle puisse veiller sur lui sans retarder les travaux. De l'eau fraiche et un grand bac de glace également. Jikan et Haru partirent dès qu'elle cessa de parler, récupérant d'autres membres des ordres de Moegami dans leur sillage.
En attendant que tout soit prêt pour accueillir le jeune homme inconscient, la haute-prêtresse resta près de lui et de ses amis, leur murmurant des mots de réconfort.

Quelques dizaines de minutes après sa chute, Kô était allongé sur une surface confortable, un oreiller sous la tête et bien protégé du soleil par la toile tendue au dessus de lui. Ses deux aides s'étaient vu fournir des coussins eux aussi et un repas simple mais efficace composé de riz, poisson et fruits.
Non loin du tatami, la Jushoku, ses deux bras droits et les représentants des simples ouvriers discutaient tranquillement de la situation, arrangeant les plans selon les recommandations de chacun, analysant le travail qu'il faudrait encore fournir.
Avec de la chance, l'invite se réveillerait assez tôt pour pouvoir au moins écouter le dialogue qu'il avait réussi à instaurer à l'aide de son discours.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 2 Juil - 18:32

L'œil gauche de Kô se mit à le brûler. Il commença à le frotter tout en serrant les dents. Riichi et Sayu sursautèrent en entendant son léger murmure de douleur. L'onmyouji retira son cache-œil et se massa l'œil gauche. Et ses deux amis le regardèrent encore plus surpris lorsqu'il enleva la main de son oeil :

<< Ton œil ! Il a retrouvé ses couleurs normales ! >>


Kô reprit ses esprits après la remarque de Riichi. Il fit un léger sourire en direction de Riichi et Sayu et murmura "Merci, Moegami-sama". Il aperçut alors la Jushoku et essaya de se lever. Ne réussissant pas à passer le cap du seiza, il se contenta de cette position pour saluer la Jushoku :

<< Je vous remercie d'avoir pris soin de moi et de mes amis. Je vous en serais éternellement reconnaissant. Et je vous prie d'excuser les actions irrespectueuses que j'eus put faire : la fatigue et la faim m'ont totalement rendu incontrôlable et j'en suis désolé. >>

Il fit le tour du lieu du regard et vit les différents petits groupes discuter activement. Il était heureux d'avoir remplit sa tâche et prit un petit peu de nourriture et de boisson pour reprendre des forces. Sa façon de manger était délicate et raffiné, comme s'il interprétait une noble. Il reprit alors un regard plein de bonté et continua sa discussion avec la femme :

<< Cette nourriture est un délice ! Votre grande bonté n'est pas assez bien décrite par les gens qui parlent de vous. Je suis heureux d'avoir pût contribuer à votre projet de reconstruction du temple et je serais heureux de continuer à vous aider, que ce soit par des accords commerciaux avec ma famille ou tout simplement par mon aide physique. >>

Riichi et Sayu eurent un léger sourire lorsque Kô dit le mot physique. Mais ils se levèrent et proposèrent leur aide à la haute-prêtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 418
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Mar 5 Juil - 10:31


O'HAYOOOOOO PAR ICI !

La voix qui se répercuta sur les murs abîmés du Temple de Kaigen était l'une des plus puissante qui fut dans tout Setsu et des plus reconnaissable pour la haute prêtresse en présence. Le hurlement était venu de l'entrée du domaine spirituel et avait intimé un silence incongru qui n’apparut pas gêner l'outrecuidant un seul instant, car il poursuivit ses vociférations une nouvelle fois depuis le loin :

ALLONS DONC ! OU EST LA PETITE IYASHI ? ON NE VIENT PAS SALUER SON ONCLE LORSQU'IL SE PRÉSENTE ? C'EST UN MONDE, JE VOUS JURE !!!

Riyajû Hayato était probablement l'homme le plus grand et le plus vaste que Setsu eu connu dans ses armées. Le Phénix même et le Volcan apaisé, malgré leur haute et large statures, rivalisaient difficilement avec le géant des flammes et son exubérance. Bientôt, on le produisit face à la Jushoku interloquée, son sourire fut néanmoins radieux de la retrouver face à lui. Il n'eut qu'un très léger regard pour le subalterne allongé sur son futon et ses deux acolytes, les surclassant en rang en tout point. Aussi se concentra t-il très vite de nouveau sur sa nièce et annonça-t-il de vive voix :

Oy, Kurome-chan ! J'arrive à la tête de deux divisions de mes sapeurs de Keito dont certains jeunes et très vite évincés membres de ta cour d'antan qui sont tout à fait prêt à agir à nouveau au moindre de tes ordres. Mon récent et aimable Taisho m'aura fait là un bel honneur que de m'accorder personnellement la tête de cette entreprise de soutien pour toi. Il faut croire que tu parviens à t'attirer les faveurs des plus hautes sphères qui soient. Je ne m'étonnerais pas si d'aventure, Gekido-sama venait à frapper un jour aux portes de ce monument pour avoir un entretien avec toi !

Il parti alors d'un rire joyeux et on entendit bientôt, comme un écho à son expression euphorique, les pas de centaines d'hommes et les hourras des ouvriers déjà présent. Car il était une certitude à présent : L'armée remplissait sa part en présence active et la parole du Général des Flammes se trouvait honorée par les guerriers-architectes et leurs suivants ashigarus, plaçant ces derniers sous la juridiction et les instructions exclusives de Iyashi Kurome et de son ancien protecteur et Taisa.
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Jeu 7 Juil - 21:17

La discussion avançait bien entre les différents responsables et messagers nominés par les simples gens qui travaillaient sur le chantier du temple. On s'était mis d'accord sur une organisation logique des espaces de travail, modifiant légèrement les plans de base de Kurome pour optimiser encore plus la circulation des biens et des bras mais gardant l'idée d'origine et une bonne partie des ébauches qu'elle avait fournies. Le dialogue s'orientait maintenant sur le nombre de personnes à affecter à chaque tâche et sur combien des ouvriers seraient sur des équipes aux occupations tournantes : tout le monde ne pouvait se spécialiser et il faudrait avoir des groupements plus flexibles, capables de combler les manques. On en venait à se dire qu'il manquait encore des bras, malgré le nombre considérable de volontaires et religieux qu'abritait le sanctuaire depuis le début des travaux...

Du coin de l'oeil, la Jushoku vit Kô s'agiter. Les hommes autour de sa table d'organisatrice semblaient avoir les sujets bien en main et ne pas demander absolument sa présence pour l'instant. Ils étaient de plus en pleins calculs soporifiques concernant le nombre de porteurs nécessaires pour transporter un pilier de pierre, et ce n'était pas une des spécialités de la jeune femme que de diviser des kilos par la circonférence d'un bras. Ils pouvaient se passer d'elle.
Elle se dirigea donc vers l'Omnyouji précédemment souffrant, le visage aussi tranquille que l'eau d'un lac, la démarche lente de celle qui se sait en son propre domaine. Le regard paisible, elle l'observa tenter de se lever, puis faire ses excuses et commencer à se nourrir. Elle daigna même incliner légèrement la tête lorsqu'il proposa de nouveau son aide, marquant son appréciation quand à l'offre.
Mais son joli regard était aussi dur que les statues de pierre qui avaient autrefois décoré le temple.

"Non."

C'était une affirmation faite de sa voix douce, chaude et basse. Elle avait été prononcée à faible volume et cependant on ne pouvait douter de sa fermeté. Ce n'était pas un refus timide, mais bien une ligne tracée dans le sable, aussi marquée qu'une muraille. Un point à ne pas dépasser.

"Je ne vous pardonne pas vos actions. J'attends de mes subordonnés une maitrise d'eux-mêmes absolue, quelles que soient les circonstances, tout comme je m'efforce d'y parvenir. Ni la fatigue, ni la faim sont des excuses suffisantes pour perdre ainsi la face devant vos supérieurs, Omnyouji."

Elle cracha presque son titre, le passant en sifflant entre ses dents parfaites. La douce demoiselle s'était redressée, magistrale et flamboyante, drapée de rage glacée et, étrangement, très polie.

"N'oubliez jamais que vous appartenez au clergé de Moegami, quand bien même vos pérégrinations vous éloigneraient des temples pendant de nombreuses semaines. Vous êtes à mon service tant que la Kannushi ne se sera pas de nouveau manifestée, car je suis la Jushoku. Au cas où vous vous oublierez, ce temple..."

Elle fit un mouvement de main léger vers la porte de la tente, désignant l'esplanade tachetée par la lumière du soleil passant à travers les arbres.

"... Est sous ma responsabilité, ainsi que tous ceux qui s'y trouvent et qui servent notre Kami. Vous ne faites pas exception. Vous ne serez pas excusé."

Le silence s'était fait dans la tente pendant le discours bref de la haute-prêtresse. Les responsables des marchands et des gens du commun semblaient étonnés par tant de hargne alors que les deux aides de Kurome se regardaient, comme s'ils partageaient une blague personnelle. C'était que les deux hommes savaient quelle genre de femme était leur supérieure : ils avaient tout à fait conscience qu'elle avait donné de nombreux avertissements subtils à l'exorciste itinérant, qui les avait ignorés magistralement. Peu étonnant, alors, qu'elle refuse de laisser passer quoi que ce soit au jeune homme.

Alors que la demoiselle continuait de toiser son invité, un rugissement se fit entendre sur tout le domaine. Une voix qu'elle connaissait bien, mais qui ne pouvait... Non, le propriétaire de cette voix des plus bruyantes ne pouvait être là... Il était à Keito, avec ses troupes, lorsqu'elle avait reçu sa dernière lettre. Mais cela faisait quelques mois maintenant, alors peut-être que...

"Mon oncle !"

Son exclamation de joie avait des tonalités de cri de petite fille lorsqu'elle vit apparaitre le titan qu'était le frère de sa mère. Il fallut toute la volonté du monde et des années d'éducation stricte pour qu'elle ne lui saute pas au cou en pleurant de soulagement, mais qu'elle ne fasse que s'approcher de lui doucement, à tout petits pas. Comme si être trop proche de l'homme risquait de faire disparaitre sa présence, brisant une illusion.
Mais non, il était là, bien là, en chair, en os et en cheveux d'un blond solaire !
La petite prêtresse attrapa doucement la main du Taisa, géante entre ses propres petites mains pâles, et elle s'inclina très bas pour poser son front contre la grande patte. Lorsqu'elle se redressa, c'était épongeant les larmes de bonheur qui embrumaient ses yeux.

"Mon oncle... Je ne peux exprimer le bonheur que m'inspire votre vue ! Je suis la plus comblée des Jushoku grâce à vous et à Amadotsu-sama. Je serais digne de l'honneur que vous me faites par votre présence et userais de vos ressources avec le plus grand respect. Si vous le voulez, je vais vous présenter les personnes présentes ici : ce sont les piliers de notre opération."

La délicate jeune femme introduisit ses deux aides, les représentants nommés et les marchands auprès du militaire à la crinière fantasque, décrivant brièvement leurs attributions. Lorsque vint le moment de présenter Kô, elle garda son air aimable et heureux, comme si sa petite remise en place n'avait pas eu lieu à peine quelques minutes plus tôt.

"Et voici Itsuki-san et ses deux camarades de voyage. Il s'agit d'un Omnyouji qui nous a proposé son aide et a permis la nomination de représentants des ouvriers pour mener à bien les travaux. Itsuki-san, je vous présente Taisa Riyajû Hayato-sama."



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 9 Juil - 1:20

Kô regarda la Dame pendant tous son sermon. Il ne put s'empêcher de rire intérieurement de son discours. Il avait très bien compris sa faute et il était sincèrement désolé. Mais la réaction de la dame lui fit bien comprendre que même un éloge en son nom ne l'aiderait pas. Elle était tout simplement blessée dans son orgueil. Maintenant tout était clair. Cette femme aurait mérité sa place dans les victimes de Seigisan... Car la justice tend vers la rédemption. ce que cherche Seigisan en traquant ces criminels, ce n'est pas le plaisir de rendre les coups qu'ils ont donnés... Non. C'est pour leur montrer que leurs actions ont des conséquences et que s'il avait fait demi-tour avant de prendre le chemin du mal, il ne leur serait rien arrivé... Et c'est pour ça qu'il ne les agresse pas tous physiquement. Un homme ayant tué un autre, mais qui se retrouve rongé par le remord ne mérite pas la suppression de sa vie, mais un sermon qui lui donne envie de réparer son erreur lui-même et, ainsi, devenir une personne de bien. Mais Kurome, quant à elle, ne juge pas les humains sur leur humanité, sur leurs égarements passagers, sur leur volonté de se racheter. Elle, elle les juge sur leurs rangs et sur la fidélité qu'ils ont pour elle.

Mais... Kô ne put réellement la placer dans cette liste... Après tout, cela faisait partit de son éducation et les évènements qui s'étaient produits il y a peu eurent sûrement réussit à ébranler la dame. Alors, il se rappela de son premier précepte en tant que Seigisan : tu te dois d'être impartial. Il se posa et pris l'air gêné le plus naturel qu'il put, pour laisser la Dame libérer son orgueil sur lui encore un peu. Il savait qu'elle ne serait calmée qu'après avoir répandu une réputation négative de lui... Mais il ne pensa pas à ceci très longtemps.

Il entendit un grand cri dans le temple. Il pensa d'abord à une attaque et se leva donc d'un bond. Riichi et Sayu firent de même, tout deux prêt à toute possibilités. Mais dès que l'homme massif arriva, Kô semblât être rassuré. Semblât... Car cette homme était un Taissa ET l'oncle de Kurome... Il s'attendit donc qu'elle commence son sale boulot avec lui... Mais elle n'en fit rien et présenta même l'onmyouji au Taissa sous des propos élogieux. Aurait-elle oubliait l'incident par miracle grâce à ces émotions ? Kô lava vite cette idée de son esprit. Elle le savait, mais elle ne voulait juste pas gâcher ses retrouvailles avec son oncle. Il se rendit alors compte que c'était sa chance. Montrait au Taissa, un homme d'un rang au plus inférieur à celui de Kurome, qu'il était en réalité très courtois et respectueux lui permettrait alors une possibilitée de contrer la futur attaque de Kurome. Du-moins il l'espéra. Il saluât alors l'homme et lui dit simplement :

<< Heureux de vous rencontrer Taissa-sama. J'ai ouï dires vos exploit. Plus qu'un plaisir, c'est un honneur de vous rencontrer. >>


La bataille pour le sort de sa réputation commençait maintenant. Le but : avoir un contre poids dans la balance tout en essayant de ne pas s’attirer un peu plus les foudres de Kurome.


Dernière édition par Itsuki Kô le Mer 20 Juil - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Dim 10 Juil - 10:42

Et alors quoi ? C'est tout ? Elle lui a présenté son propre oncle, Taisa de son état, seule figure paternelle de sa famille, et il se contente de juste le saluer. La normalement toute douce Jushoku se trouve à la limite de l'explosion, seulement retenue par son éducation, sans quoi elle lui claquerait sa main en travers du visage. Son parent posséde bien plus de patience qu'elle et il hoche légèrement la tête devant le religieux.

"Bien. Mon oncle, maintenant que ces hommes vous connaissent, que diriez-vous de vous joindre à nos conversations ? Le choix des remplaçants des Komainu me parait urgent et nous profitons de la présence d'un expert en créatures surnaturelles. Itsuki-san, votre avis là dessus ?"

Elle retourne son beau visage vers l'homme au cache-oeil, attendant sans ciller qu'il étale de nouveau ses idées saugrenues devant toute l'assemblée.
(Et hop, pour le défi des 150 mots, avec bonus Kurome qui blablate ♥)



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Mer 20 Juil - 14:23

[Je me réfère à ce site pour les yokaïs développés ici !]

Quand la Dame se retourna vers lui, Kô eu un coup de pression. L'appeler expert sous-entendez que la moindre erreur le rendrait ridicule. Pour la première fois de sa vie, Kô devait montrer que son grand-père ne lui avait pas fait des cours pour rien. Il avait manqué de respect à Kurome ( et, sans le savoir, avait eu une attitude passable avec son oncle) et il devait au moins rattraper son erreur en montrant son utilité. C'est pourquoi il prit un air très sérieux et dit :

<< Merci de me solliciter, Jushoku-sama. Malgré mes compétences, je suis loin des experts de cet art. Mais j'espère que mes simples connaissances seront suffisante pour vous servir.>>

Il eu un mouvement de salut envers Kurome et lança alors son exposé :

<< Nous ne pouvons pas remplacer les gardiens de pierres indéfiniment par des gardiens de chair et de sang. Il faut donc construire de nouveaux gardiens. Mais, sans vouloir vous imposer un choix, je pense qu'un Komainu ne sera pas une excellente idée vue ce qu'il s'est passé. Les gens ont dû sûrement développer un traumatisme ou une peur suite à l'attaque. C'est pourquoi je propose quelque chose d'un peu plus spécial. Deux gardiens à effigie du phœnix, pour rappeler Moegami au voyageur et donc les mettre en confiance. Il faudrait bien sûr les créer sur la base AUM et, comme ceci, le Temple sera efficacement protégé tout en heurtant pas la tranquillité des voyageurs.>>

Aparté sur AUM:
 

Kô changea alors de position et continua :

<< Cependant, construire un gardien met du temps. Je  peux alors vous proposer plus rapide. Il y a plusieurs gardiens de remplacement qui seraient apte de protéger ce temple... Le premier est L'Otoroshi. Il est idéal pour protéger grâce à ses capacités de régénération modérée, mais surtout de sa vigilance sans faille... Mais il dévorera à vue les impies... Ce qui est très peu rassurant pour ceux voyant la scène, je l'admets. Il y a aussi les Kama-Itachi qui défende leur territoire sans tuer. Mais là encore il faut trouver le moyen de leur faire protéger le temple et les faire partir après... Il y a enfin le dernier auquel je pense... Un kappa. L'idée peut paraître saugrenue, mais de part leurs pouvoirs et leurs moyens de neutralisations simples, ils sont tout à fait éligible au rang de protecteur de Temple. La seule contrepartie est de leur donner des concombre pour qu'il ne commette pas un meurtre et qu'il soit encadré par au moins deux personnes ayant donné un concombre avec leur nom marqué dessus pour pouvoir le stopper en cas d'incident. Après, il y a aussi la solution humaine, qui serait de regrouper encore plus de samouraïs autour du temple pour le protéger. Mais j'avoue que je ne connais pas les ressources militaires du clan et que malgré cela, je ne pourrais dire si c'est possible, car ce n'est définitivement pas mon domaine. Mais de toutes manières, je ne suis là que pour donner des propositions. Que souhaitez-vous donc pour le temple alors, Jushoku-sama ?>>

Kô se tue alors attendant le choix de la Dame
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Mer 27 Juil - 21:36

La frêle prêtresse, protégée dans l'ombre de son titanesque oncle. La petite brune, le titan blond, aussi différents que la Lune et le Soleil mais pourtant semblables, dans leur maintien, leurs yeux aux iris tachetés, l'impression de tranquille supériorité et de bonhommie qu'ils dégageaient. Tenus ainsi, proches l'un de l'autre, on ne pouvait douter qu'ils faisaient partie de la même famille et qu'ils savaient parfaitement que dans cette tente de commandement, nul autre n'approchait de leur rang.
Kurome comprenait donc que Kô puisse se sentir légèrement sous pression, fixé ainsi par tous. Nul doute que ses paroles allaient être analysées, pesées, maintenant qu'il avait été présenté comme l'expert de la situation. Vraiment, l'habile courtisane qu'avait été la haute-prêtresse s'était surpassée sur ce coup. Dans le coup d'oeil que lui lança Hayato, la fierté luisait, comme s'il savourait le piquant des épines d'une rose qu'il avait vu grandir dans son propre jardin.

De son côté, la Jushoku se concentrait sur les dires de l'Omnyouji. Le début de sa tirade était intéressante. Il fallait effectivement des gardiens, et certainement pas des Komainu. Les habitants d'Hibana ne supporteraient pas de revoir les bêtes qui avaient ôté la vie à tant d'innocents, et elle ne ferait jamais l'affront d'ignorer les peines de pauvres hères. La jeune femme ne savait pas si elle-même pourrait ne pas réagir à la vue quotidienne des monstres s'étant retournés contre le temple...
Et les phénix étaient une bonne idée, quoi qu'ils risquaient de distraire l'attention de la statue monumentale de Moegami. Il suffirait de les faire plus petits, moins majestueux, et de forcer un peu le trait sur la représentation du Kami.
Aux yeux de l'exigeante demoiselle, l'homme au cache-œil semblait regagner un peu en crédibilité.
Puis il fit retomber le soufflé d'espoir qu'elle sentait monter en elle. Des Yokai, pour garder le temple ? Le sanctuaire de Kagutsuchi en personne, le Kami de la purification, de la juste colère ? Peut-être l'Omyouji avait-il l'habitude de ces bêtes sauvages qu'il citait. Peut-être savait-il qu'elles pouvaient être inoffensives. Mais sa description de créatures attaquant les impies, de monstres incontrôlables, d'esprits meurtriers parvint à refroidir l'assemblée aussi sûrement qu'un vent d'hiver. Le Taisa avait même une grimace intéressant vissée sur le visage, mélange d'incrédulité et de dégoût qui tordait ses traits en une expression pour le moins comique.
Un instant de silence passa avant que le colosse aux cheveux clairs ne prenne la parole en premier.

"Je ne suis pas un expert dans la création de statues gardiennes, aussi vais-je laisser Kurome-chan se prononcer sur ce point. Je peux toutefois parler de Yokais et de protection de temples. Pensez-vous vraiment que permettre à des bêtes sauvages de mettre les pieds dans l'enceinte du lieu le plus sacré de Setsu soit une bonne idée, Itsuki ? Vous dites vous-même que ça sera un problème mais vous voulez quand même essayer de nous faire croire qu'une création démoniaque saura garder le sanctuaire sans faire fuir les passants ? Vous connaissez beaucoup de gens du commun qui aiment bien rencontrer des Kappas sur leur lieu de prière ?"

Un discret sourire orna les lèvres écarlates de la Jushoku à la fin de la tirade de son oncle. Elle inclina sa tête sur le côté, yeux fermés, pour le remercier de sa prise de parole avant de laisser entendre sa douce voix.

"Votre suggestion d'utiliser des phénix comme nouveaux Gardiens est excellente, Itsuki-san. Nous n'avons qu'à veiller à ce qu'ils soient moins majestueux que la représentation de notre Kami, mais il existe bien des types de phénix et je pense qu'en choisissant avec attention, nous pourrons satisfaire toutes les sensibilités."

Elle dédia un sourire encourageant au jeune homme avant de continuer à parler.

"Toutefois, je pense que faire garder le temple par des Yokai serait un mauvais choix. Nous utilisons les Statues Gardiennes plus comme un symbole que comme une indispensable protection surnaturelle et je pense que si nous nous contentons de faire monter la garde par de simples humains, au moins le temps que les nouvelles statues soient érigées, nous n'aurons guère de problèmes. Je vais tâcher de faire avancer ce chantier-là en priorité pour ne pas perdre de temps ou de mains d'oeuvre en gardiennage trop long. Pensez-vous qu'une protection supplémentaire soit nécessaire ? Des êtres inhabituels risqueraient-ils d'attaquer, profitant de la disparition des Komainu ?"



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Jeu 28 Juil - 17:57

Kô eu un flot de penser qui coula dans son esprit. S'il avait prévue des mesures aussi extrêmes que des yokaïs pour protéger un temple de purification, c'était bien entendue parce que des Yokaïs serait tenter de venir... Et même il craignait pire. Il exposa alors son avis à la dame :

<< Je ne suis pas là pour vous inquiéter, car l'inquiétude est facteur d'erreur. C'est pour cela que je vous ai dit ces idées qui sont certes saugrenue et même de derniers recours parce que justement, il y a de forte chance d'attaques yokaïs. Je ne peux lire l'esprit, mais je connais ces créatures. Les Komainus était pour les Yokaïs comme d'énorme porte en fer incassable. Et je ne m'avance pas trop en disant que les Kamainus sont assez puissant à deux pour abattre un petit oni. Très peu de Yokaï serait assez fou pour s'attaquer à un temple lorsque ses gardiens sont en place ou même disparu, car ils peuvent revenir à n'importe quel moment. Cependant nous ne somme pas dans ce cas... Nous somme dans un cas beaucoup plus problématique : Les Komainus se sont attaqué aux humains et ont était détruit. Le plus gros problème d'une bonne défense, c'est qu'elle attise la curiosité et l'envie. Lorsqu'elle tombe où se retourne contre son propriétaire, les conséquences sont terrible pour le propriétaire. Voilà où je veux en venir : les yokaïs savent que la barrière et baissé et qu'elle à même affaiblit se qu'elle devait protéger. Vous devez vous attendre à des attaques. >>


Kô posa sa voie. Il se mit face au duo et leur fit face avec un regard tellement sérieux qu'il forcerait l'écoute même à un sourd. Alors il dit :

<< Cependant, il y a trois cas possible de "visite". La première et celle qui risque d'arriver le plus vite et causer le plus de problème est la "relève". Tout les yokaïs ayant pour but de protéger un lieu vont surement se dépêcher de se déplacer jusqu’ici pour remplacer les Komainu. Voilà pourquoi je vous proposer un Otoroshi dés le départ. Ces créatures ont le même esprit qu'un chien, apprivoisé cela ne serait être un problème pour le tuer et même moi je serais capable de le faire. Mais il se pourrait qu'un Otoroshi viennent de lui même pour garder le temple sans notre permission.

Le deuxième cas serais les opportunistes. Se sont souvent des YoKaïs ayant des pouvoirs assez grand mais pacifiste qui vont parasiter le temple. Il ne seront pas forcément dur à éloigner, mais certain ont des capacité lié à l'esprit ou étant capable de créer de l'affection. Il faut donc surveiller tout le bâtiment, même les partie à reconstruire pour être sur que rien ne se soit ou s'infiltre dans le temple.

Enfin le dernier cas me semble le plus important. Les agresseurs. Tout est dans le nom. Mais je vous conseille de bien alourdir les défenses, peut importe quelles méthode vous utiliser. Car de par mon expérience, je sais que les temples les attirent et qu'a fortiori la foule aussi.

Faite aussi bien attention aux conséquences invisible qui pourrait causait bien plus de problème. Il ne faut pas que toutes les ressources soit exclusivement réservé a la construction car le risque de malédiction changeant les hommes en yokaïs de tout genres est, à mon avis, accrue au vue de l'état du temple. Pour vous donner un exemple rapide, si vous accès trop les entrées de nourriture au temple, il se pourrait qu'une famine rase un village isolé ou des hameaux éparpillés... Ce qui serait un désastre à la fois dans la mort de ses gens mais dans la suite de leur mort : Il risque premièrement d'avoir une affluence notable de Futa-Kuchi-Onna et dans le pire des cas, il pourrait y avoir un Gashadokuro qui naitra à cause de tout ces morts de faims. Faites très attention aux répercutions je vous en conjure. Je me répète mais je pense que c'est tout aussi important que le temple en lui-même. >>

Kô arréta alors de les regarder et il attendit une réponse de la part des deux gradés.
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 6 Aoû - 13:08

De ses yeux tachetés d'or, elle scrutait le visage de Kô, de son oncle, des marchands et hommes du commun présents dans la tente. Chacun leur tour, ils se prêtèrent sans le savoir aux calculs tranquilles de la Jushoku. Les commerçants avaient l'air rétif de ceux qui ne veulent voir une situation arriver. Les représentants des habitants d'Hibana semblaient fascinés par le discours de l'Omnyouji. Lequel avait pris son ton le plus sérieux, presque professoral, pour expliquer la situation. Hayato avait repris son air détaché de tout mais elle voyait, à la main puissante qu'il serrait sur ses bras croisés, qu'il n'approuvait pas grand-chose des menaces que devinait l'homme au cache-oeil.
Sourire discret de la jeune prêtresse.
Elle avait fait son choix et en tant que décisionnaire principale dans la reconstruction du sanctuaire, il n'y aurait guère de moyen de la faire changer d'avis. La demoiselle avait pris le temps d'analyser la situation, de mettre dans la balance les ressources qu'elle avait, qu'elle pouvait avoir, les obstacles qu'elle savait imaginer se dresser sur sa route ou encore la présence de spécialistes à ses côtés. Kurome avait été, après tout, formée pour ce genre de situations. Elle ne risquait de perdre pieds lorsqu'il était question de planification.

La brunette fit un pas en avant, se détachant de l'ombre de son parent pour s'approcher de l'exorciste, le visage fermé. Lorsque sa voix s'éleva, elle était tranquille mais fraiche, de nouveau altérée par les tons discrets de l'énervement.

"Pensez-vous réellement, Itsuki-san, que j'affamerais des villages entiers pour nourrir les bouches au sein du temple ? Me prenez-vous pour une aristocrate sans esprit, tout juste bonne à prendre des décisions me permettant d'avancer ma propre ambition sociale au détriment de vies humaines ? Imaginez-vous que j'ai pu accéder au titre de Jushoku sans faire preuve de bonté, de prévenance et d'esprit pratique ? Moegami me laisserait-il tuer ses enfants sans broncher pour restaurer sa splendeur seule ?"

Juste colère pour celle qui se sentait attaquée, une fois de plus, dans son intégrité de gestionnaire de ce temple. Kô n'avait aucune idée de ce qu'il en coûtait de maintenir le sanctuaire à flot, ne se doutait nullement de la présence des piles de paperasse ineptes détaillant les réserves de riz de toute la région et la production de radis qu'elle se devait de consulter, prendre en compte, et ranger. Tous les jours, depuis plus d'un an. Et Kaigen tenait encore grâce à ces efforts.
Si quelqu'un dans la pièce savait ce qu'il fallait faire pour ne pas laisser mourir de faim les pauvres hères de la région, c'était bien elle. Pas un Omnyouji en permanence sur les routes.

"Je pense également que les Komainu n'étant que des statues jusqu'à ce que les cieux se fendent, ils n'étaient sans doute pas capable d'abattre un Oni. Ni même d'effrayer le moindre Yokai. Mais..."

Sa voix se fit plus calme, reprenant la chaleur qui la caractérisait d'habitude.

"Mais je ne suis point experte sur ces sujets et je n'ai pas la prétention de contredire quelqu'un sur son domaine de connaissance particulier."

Vois, traqueur errant, à quel point je suis polie. Vois que malgré tes fanfaronnades et tes pieds sur mes platebandes, je reste lucide et capable d'admettre mes propres limites. Comme je suis plus âgée, mieux éduquée, mieux née, comme je sais ma place. Elle aurait aimé lui hurler cela au visage mais ne le fit que dans son propre esprit. Elle n'oubliait rien, qu'il ne se laisse pas leurrer par son apparente volonté de lui laisser la bride sur le cou.

"Aussi souhaiterais-je que vous preniez avec vous les Omnyoujis situés au temple, ainsi que quelques moines. Montez la garde autour du sanctuaire, prévenez de la moindre intrusion les sapeurs de mon oncle afin qu'ils puissent agir si besoin est. Je me chargerais de superviser la construction des statues et pour ce faire, j'aurais besoin d'autant de mains compétentes que possible et d'un bras droit capable de m'aider sur les points les plus techniques. Je souhaiterais enfin laisser à notre Taisa ici présent le soin de coordonner les bras restants afin de reconstruire d'abord les murs extérieurs abimés lors de l'attaque. Les statues gardiennes et les murs remis d'aplomb, nous pourrons considérer que la probabilité d'une attaque de monstres diminuera et nous aurons alors les mains libres pour restaurer l'intérieur du sanctuaire de Kaigen. Le plan vous semble-t-il cohérent ?"

La dernière question s'adressait à toute l'assemblée. Kurome, le regard tranquille, attendait les réponses de tous avant de se lancer dans ses propres tâches.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Ven 19 Aoû - 21:17

Kô craqua. Quel était le problème de cette Dame ? ELLE lui avait demander toutes les informations possibles par rapport aux yokaïs et se permettait de le critiquer parce qu'il avait rempli sa missions ? Et en plus elle en profitait ouvertement pour se faire passer pour une pauvre victime... Quelle ordure ! Kô était venu ici en toute bonté, sous les ordres de son grand-père. Certes il n'avait pas marqué son respect comme il aurait dut, mais il n'a ensuite pas manqué de montrer à la dame qu'il la respectait. Et le voilà maintenant critiqué pour un ordre QU'ELLE lui a donné.

Et sa colère augmenta, accentué par la remarque traitresse sur les Komainu. Se fichait-elle de lui à se point ? Qu'est ce qui avait détruit le temple ? Un coup de vent divin surement ! Comme s'il avait dit qu'ils étaient vivant... Il n'avait que dit une vérité essentielle. Ce comportement le répugnait fortement, et s'il avait put il lui aurait fait la morale. Et puis pour qui se prenait-elle ? Elle avait le droit d'être vexée, mais de là à être aussi odieuse... Kô n'en pouvait plus. C'était le coup de trop. Se rendait-elle compte qu'il est en danger de MORT ? Qu'a tout instant, un homme pouvais lui sauter dessus et le privé de sa vie ? Non, et même s'il lui avait dit, elle aurait surement dis que son kimono était plus importent que la vie d'un homme qui ne salut pas sa seigneurie... Kô avait presque envie de lui faire subir la colère de seigisan pour qu'elle retombe de ses hauteurs....

Il faut se calmer Kô, rien ne sert de s'énerver. Tu as choisi la justice. Elle ne t'a blessé qu'a toi, elle reste innocente. Je dois faire ce qu'elle dit et l'évité autant que je peux.

Kô se posa. De toute manière, s'il laissait parler sa colère, il savait qu'il risquait gros. Alors il écouta le derniers ordre de Kurome. L'idée lui semblait en réalité parfaite et même tout à fait dans son sens. Car si jamais l'homme venait pour le tuer, il serait protéger par les défenses dont Kô ferait partit. Il n'aurait qu'a certifier que ce meurtrier était un yokaïs et tout se passerait sans encombre. Il montra son accord au plan et l’exécuta sur le champs. Mais avant de partir, il se mit à porter de voix de la Jushoku, au cas où elle voudrait lui faire une scène.
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme Sam 3 Sep - 11:52

Sous son regard calme, l'Omnyouji semblait bouillir, s'étouffer de colère à peine contenue, comme s'il était sur le point de lui cracher une quelconque vérité à la face. Kurome observait cela avec une tranquillité infinie, une élégance telle qu'elle aurait pu se trouver dans un jardin paisible à observer le vol des oiseaux ou le comportement de jeunes chiots : la situation l'amusait parce que c'était détaché d'elle, presque mignon, intéressant car uniquement extérieur. Lui aurait-il hurlé à la face qu'elle se serait certainement sentie plus concernée par les flammes de sa rage, mais Kô se contentait de chauffer comme une théière silencieuse.
Elle esquissa donc un sourire sans joie à sa face, le remerciant sans mot dire de se soumettre enfin à son autorité.
Le reste de l'assemblée opina également du chef pour signifier que tous appliqueraient ses ordres. Ils étaient simples, ils responsabilisaient chaque personne présente dans cette petite tente de commandement. Ce serait facile.

"Bien. Messieurs, mettons-nous au travail. Kaigen a besoin de nous."

Ne daignant prononcer un mot de plus, elle sortit de la pièce de toile avec ses deux aides sur les talons, ignorant le reste du monde. Elle avait une tâche, elle aussi, et n'était guère personne à laisser les choses trainer. Perdre du temps à sermonner des chasseurs de monstres errants ne faisait pas partie de ses plans.

Sans tarder, la jeune femme aux cheveux d'un étonnant brun froid s'entoura des tailleurs de pierre les plus renommés parmi les volontaires qu'ils avaient fait venir au sanctuaire. C'étaient des hommes solides, imposants à plus d'un titre : grands, massifs, barbus et bruyants. Le genre de personnes qu'en temps normal, la douce Jushoku ne fréquentait pas. Mais ils s'avérèrent relativement aimables, sans doute intimidés par les gaillards en permanence sur les talons de la prêtresse. On lui expliqua comment fonctionnait la taille d'une statue, on lui fit part de requêtes quand aux outils encore manquants et on s'enquit de ce qu'elle voulait faire créer avant, enfin, de se lancer dans le travail à proprement parler.
La servante de Moegami se sentit bien inutile lorsque ces messieurs se mirent à modeler la pierre, arrachant pièce après pièce à la force du marteau, transformant les immenses blocs de pierre pâle en bêtes majestueuses. Des croquis, réalisés par un des petits apprentis, permettaient de garder une cohérence entre les différents phénix. Ils étaient basés sur l'apparence des oiseaux de proies, de petits busards fiers afin que la statue du coq de feu qui se trouverait dans la grande salle du temple soit assez différente de ses petites soeurs. Pour que Kagutsuchi ne s'offusque pas trop de n'être que le plus grand de tous.
Alors que les artisans travaillaient, elle partageait son temps entre la supervision des autres équipes et les soins particuliers à la sienne. Une troupe de petites Mikos adorables était chargée de procurer de l'eau et de la nourriture fraiche aux sculpteurs, et parfois la haute prêtresse se joignait à elles. Elle portait sans broncher des vasques plus lourdes qu'une chèvre, servait des gobelets de grés décoré emplis de thé aux artistes comme si elle n'avait été qu'une simple femme du commun. Quand il le fallait, elle était encore capable de laisser de côté les livres de comptes et les calculs compliqués pour soulever ses manches et transpirer, et la jeune femme souhaitait bien le prouver.

Les travaux durèrent longtemps. Les statues terminées, on passa à la menuiserie, aux planchers, aux murs à retaper. Il y avait toujours des tâches à prioriser, des urgences imprévues, des tensions à réguler. Rien, heureusement, que le travail de l'équipe de direction des opérations ne pouvait résoudre. Kurome et son oncle menaient les hommes comme s'ils avaient été des militaires, avec une précision et une dureté qui ne laissait guère la place au lambinage. Il fallait bien cela pour espérer revoir Kaigen se parer de ses plus beaux atours, alors la prêtresse s'était faite à l'idée de former un duo avec le membre de sa famille à la blonde tignasse. Hayato était celui qui haussait la voix. Elle était celle qui demandait gentiment. Ils se complétaient.
Les hommes du commun et les artisans avaient fini par trouver une bonne routine, un ronronnement apaisant et tranquille qui faisait que leurs tâches étaient finies plus vite que prévu. Ils commençaient à tous se connaitre et à travailler réellement ensemble, plutôt qu'à côté.
Et soudain, ce fut fini. Le sanctuaire avait repris son apparence d'avant la faille dans les cieux : les murs étaient droits, les sols propres, les Gardiens dressés dans la cour et la statue immense de Moegami trônait dans la grande salle. On fit une dernière vérification, un dernier tour de toutes les pièces pour s'assurer qu'il ne manquait rien, puis la Jushoku sourit enfin, soulagée.
Le temple était debout.

La fête de fin de travaux fut mémorable. La grande esplanade fut nettoyée des traces de travaux, les hommes reprirent leurs outils et les firent acheminer chez eux, les matières premières inutilisées se virent renvoyées... Et sur l'espace enfin dégagé, les centaines de volontaires, d'experts, d'artificiers et de serviteurs des Kamis burent, dansèrent, chantèrent toute la nuit.
Tous, jusqu'à l'austère haute-prêtresse, fêtèrent le triomphe de Setsu sur l'adversité. La jeune femme ne but pas mais elle dansa énormément, passant de bras en bras dans un rire joyeux avant de finir la nuit près de son titanesque et très bruyant oncle, souriant béatement à la moindre de ses blagues.
Ce fut la meilleure nuit de l'année aux yeux de la frèle demoiselle. Voir tant de visages heureux, d'hommes qui ne se connaissaient que depuis quelques temps pleurer dans les bras des autres à l'idée de se séparer... Ca ne prouvait qu'une chose : que son Clan était indestructible. Abattre les symboles de sa puissance n'avait fait que raviver la flamme qui vivait dans le coeur de chaque enfant de Kagutsuchi. Personne, jamais, ne pourrait éteindre le brasier.

Moins d'un court mois après la fin des travaux, il fut temps de faire une réelle cérémonie, en bonne et due forme. Des braseros immenses furent allumés au moment où le soleil descendait dans les cieux, pour montrer la victoire de la lumière sur les ténèbres, et l'intégralité des habitants du Temple se pressa sur l'esplanade. Des membres de toutes les familles bien nées de Setsu les rejoignirent, puis des dignitaires des armées, et enfin les gens du commun qui devaient se contenter des places les plus éloignées des escaliers où aurait lieu le discours. Il manquait certains des membres de la cour de Moe : ils étaient à Birei, appelés par l'Empereur afin d'accomplir de plus urgentes tâches.
On entendait des murmures, des interrogations, qui se propageaient de personne en personne alors que les minutes défilaient.
Où était la Jushoku qui avait présidé à la reconstruction ?
Qu'allait-elle dire ?
Que se passait-il ?

La jeune femme en question se tenait derrière les portes du temple, tentant de s'empêcher de trembler. Elle n'allait pas seulement louer le triomphe de Setsu et le dur travail des hommes sans noms qui avaient donné de leur temps pour le bien de tous... Kurome se devait également d'annoncer formellement, devant ces centaines de visages levés vers elle, qu'elle n'était plus la haute-prêtresse de Kaigen. Qu'elle avait été choisie pour faire plus. C'était cela qui la terrifiait, ainsi que la possibilité qu'on ne la prenne guère au sérieux.
Dire aux hommes et aux femmes qui vivaient avec elle dans le sanctuaire qu'elle portait la voix des Flammes avait été facile.
Le dire à des courtisans blasés était un peu plus compliqué.
Mais elle était l'Elue et elle n'allait pas se défiler, pas devant ceux qui devraient maintenant s'incliner devant elle, pas devant un simple discours qui ne pouvait mal se passer. Elle releva donc son joli menton, se drapa un peu plus dans son Uchikake tissé de fils d'or rouge et s'assura que sa coiffe en forme de phénix aux ailes ouvertes lui donnait un air majestueux.

"Vous êtes parfaite, Kurome."

Elle sourit à son mentor, rassenée par ses simples paroles. S'il était avec elle, elle ne craindrait rien.

"Merci, Yoshio. Je vous aurais demandé de prier Moegami pour que tout se déroule au mieux... Mais je pense que c'est inutile."

Un doux rire s'échappa de sa gorge et elle serra, instinctivement, la main de l'homme dans sa petite patte pâle. Puis elle inspira, expira, et marcha vers les escaliers avec sa démarche d'impératrice.
Ce n'était qu'un petit discours. Tout irait bien.
Après tout, le plus dur était déjà fait.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [QT] Ressuciter la Flamme

Revenir en haut Aller en bas
 

[QT] Ressuciter la Flamme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» La flamme jaune
» La chasse de la Flamme Noire
» Flamme Rose


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..