AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'admiratrice secrète.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: L'admiratrice secrète. Lun 13 Juin - 21:14

C'était une petite missive dans du papier de basse qualité, emboîtée dans un emballage de fortune réalisé à l'aide d'une section de bambou et fermé à l'aide d'un opercule qui tenait grâce à de la ficelle, le genre pour raccommoder la toile de jute. Cependant, la faible qualité des matériaux n’entachait pas le soin apporté à l'ouvrage, et quiconque le tiendrait dans sa main pourrait deviner que celle qui avait composé ce travail était sans nul doute habile et précautionneuse.

En sortant de son tube, le petit rouleau de papier emmena avec lui deux parfums. Le premier, de l'essence de fleur de cerisier extraite avec soin et déposée discrètement aux extrémités de la feuille, disparaissait sous le second - provenant d'empreintes digitales difficilement visibles, maladroitement marquées par accident au charbon de bois par les mains fébriles de l'expéditeur, qui malgré sa dextérité, n'avait visiblement pas pu réfréner son excitation en enroulant la petite lettre et en l'enfonçant dans son étui.

La lettre une fois déroulée permit de lire l'écriture soignée du destinateur. Une femme visiblement; les traits fins sur les caractères et la courbure soignée des lignes, tracées à l'encre sépia sur la fine membrane de papier, le laissaient deviner. Chaque paragraphe était aligné avec une discipline presque militaire, mais les idéogrammes renvoyaient la douceur et la passion contenue dans cette lettre.

Sans plus attendre, voici ce qu'elle dit.

Fukyuubi Hibana a écrit:

à mon seigneur, vous qui nous guidez,

J'ai bien conscience que votre statut est bien trop important pour que les mots d'une simple soldat vous valent la peine d'y accorder une quelconque attention, et c'est en toute humilité devant votre grandeur que je n'en attend aucune réponse.

Mais les récents évènements qui touchèrent le pays et l'affligeante nouvelle du maléfice qui le ravageait il y a peu et l'affectent encore laissèrent, vous devez le savoir plus que quiconque, le peuple dans un profond chagrin et un désarroi sans pareil, désarroi dont je fus témoin directe il y a de cela quelques jours.
En apprenant votre grand retour, mon cœur s'est vidé de toutes ses inquiétudes et s'est gonflé de la plus grande fierté qui soit à la place; celle d'appartenir au clan et de vous servir.

Il y a de cela quatre années, feu mon honorable père rendit l'âme de la plus belle et valeureuse façon qui soit; en mourant pour vous contre nos ennemis. Avant de mourir, Fukyuubi Oki me communiqua la passion qui l'habitait et m'enseigna tout ce qu'il savait. Il me transmit le goût de servir de tout mon cœur et avec toute mon âme notre clan.

C'est pourquoi chaque jour, je pense à vous avec force. Quand bien même j'eus perdu également ma mère dans l'attaque d'Hibana, si j'ai pu surmonter cette épreuve et prouver à mes frères Setsu qu'aucun démon, qu'aucune division et qu'aucune guerre ne saurait nous faire flancher, c'est en me rappelant que tant que vous serez là pour nous guider, il n'y aura nulle peur à avoir en nos cœurs. Vous êtes la flamme qui éclaire mon chemin, et chaque flèche que je tire depuis le jour où je fus faite Samouraï est infusée avec une image de votre grande stature la guidant jusqu'à sa cible; jusqu'à présent, elles n'ont jamais failli à leur devoir.

Si je vous écris cette lettre, c'est pour vous exprimer, au nom de mes défunts père et mères, à quel point il est important pour nous que vous sachiez l'admiration que peut vous porter votre peuple.

Je pense que nous avons chacun nos rôles dans la grande machine du Clan, et même si je ne suis qu'une humble guerrière, c'est avec le plus grand honneur que je m'applique à vous servir avec toute mon âme, car vous représentez ce qui compte le plus: je resterais à jamais l'une de vos servantes et admiratrices les plus ferventes, et je mourrais volontiers, si c'est pour vous.

                     Soldat Fukyuubi Hibana, 3ème Division d'Archerie de Moe.





-----------------------------

Pendant ce temps, quelque part à Moe...



"Aaah, j'ai honte... Je n'aurais jamais dû envoyer cette lettre à Daimiyo-sama! Il doit avoir tellement de choses importantes à faire, qu'est-ce qui m'a pris de vouloir lui prendre ne serait-ce que quelques secondes de son temps... Mais en même temps, c'est si excitant de m'adresser directement à lui... C'est comme un rêve devenu réalité! Aaah! ♥"




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1173
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: L'admiratrice secrète. Mar 21 Juin - 16:25

Le rire qui secoua Nikkou tout entier fut probablement le plus franc que le palais n'avait jamais eu à entendre depuis sa construction. Il ne faisait aucun doute que depuis ses fondations jusqu'à son sommet, plus personne n'ignorait que le Volcan Apaisé se trouvait dans son bureau à traiter les affaires les plus importantes du clan des Flammes qui nécessitaient son intervention. En ces temps de reconstruction, le pays avançait pas à pas vers sa rémission, malgré quelques blessures s'infectant.

Ces suites d’événements ne manquaient pas de l'éroder petit à petit et ainsi, la lettre qu'il venait de lire avait illuminée sa journée. C'était avec curiosité qu'il avait soustrait la section de bambou qui lui avait été adressée explicitement, selon son estafette. Si les éléments d'assemblages de l'écrin de ce pli lui étaient apparu brutaux, le soin avec lequel on les avaient liés en cet ensemble n'avait pas manqué d'attiser son attention.

Avec une application méthodique, il avait taché de ne pas esquinter le tout tandis qu'il déballait le contenant pour en découvrir la missive qui s'y cachait. Sa surprise avait été grande quand, une fois ouverte, la boîte de transport laissa s'échapper les effluves d'une essence de cerisier, plus encore lorsqu'il en avait découvert la patience apportée à la calligraphie de chaque caractère composant le récit qui composait le message.

Mais tout ceci ne fut rien face à celle qu'il ressenti en lisant les propos qui s'y trouvait. Tout en s'essuyant une larme de joie, il s'en trouva touché quelque peu par la passion de ce qu'il avait découvert dans les lignes de la lettre. Cette gentille fille n'allait pas souffrir d'être ignorée malgré la situation de Kodan, aussi, produisit-il un rouleau de papier de riz de haute facture et y apposa ses premiers mots dans la minutie martiale de sa propre écriture et faisant passer, par la même occasion, cette réponse avant des affaires ô combien plus importantes :

Amadotsu Kodan a écrit:
A l'onabugeisha dont il semblerait qu'elle puisse penser qu'un samouraï ne puis pas être reçu en personne par le Maître des armées.

Dès les premiers mots lus de votre courrier, il m’apparaît impossible qu'ils me soient destinés tant je ne crois guère être en position de guider qui que ce soit depuis les quelques seulement jours où je représente la tête des armées dont vous êtes un élément. Mais si je suis dans l'erreur en pensant ainsi, alors sachez qu'il n'y a pas de soldat, quelqu-humble qu'il puisse être, dont les attentes ne puissent être entendues par son Seigneur. Aussi, me voila dans le plaisir de donner tord à vos premières lignes, puisqu'il ne fait aucun doute que je sois bien à répondre à votre pli. Je suis en effet plus que conscient de l'État dans lequel Setsu se trouve, puisque j'en suis le gardien nommé à présent. Mais le clan ne dépend d'aucun d'entre nous plus que d'un autre, chaque élément le constituant fait de lui une entité qui ne peut plier l'échine, vous l'avez prouvé, car le nom apposé pour signature en bas de votre missive ne m'est pas inconnu.

Ainsi, il ne fut nul retour plus grand que les actes dont Moe se trouva témoin, défendue par une alliance improbable à laquelle je n'aurais jamais cru accorder le moindre crédit si les faits n'avaient pas corroborés par certains de mes plus proches conseillers. Ma fierté à moi se situe dans vos actes et ceux de vos pairs et me ramène en un temps où tout était bien plus simple. Il y-a quatre ans, je me souviens de chaque noms des guerriers de ma division mais pas de ceux des autres officiers constituant en ce temps la légion qui affronta les Disciples du Bœuf aux frontières du territoire portant votre prénom, à ma grande honte. Mais je suis certain que la perte de votre père le fut de la plus honorable des façons et je tâcherais de me souvenir de cela et de lui adresser une prière en votre gloire. Néanmoins, je suis heureux de lire que ce départ aura su transmettre l'héritage de sa foi à son enfant.

Mon propre père est mort au nom du clan, alors que je n'étais qu'adolescent, me laissant la gouvernance de mon domaine sur les épaules. Notre flamme est ainsi faite que nous parvenons à renaître parmi les cendres de nos exemples et je poursuis à présent son œuvre en tâchant de lui être digne comme vous l'avez été pour votre aïeul. Vos compliments toucheraient n'importe quel combattant des flammes et je n'en penses pas les mériter, mais chacun d'entre nous se doit de tirer derrière lui le brasier de nos convictions et apporter la lumière à son frère d'arme. Vos propos sont pareils à ce flambeau et illuminent mon cœur de leur force et il n'est nul être qui puisse flancher en lisant pareilles attentions. Je tâcherais ainsi de croire ces derniers, quand bien même me paraissent-ils quelque peu exagérés, surtout lorsque vous parlez pour notre peuple à tous, mais je ne déshonorerais pas vos défunts parents en jetant le discrédit sur votre bienveillance.

Mais je tiens à vous affirmer qu'il n'existe aucun serviteur plus humble et plus fervent envers Setsu que je ne le suis moi-même et ma lame est prête à se dresser en travers du coup qui viendrait à tenter de substituer la moindre vie des Disciples de Moegami, la votre y compris.

À la tête d'une armée, je n'en oublierais jamais qui en constitue le corps, ni non plus le nom de Fukyuubi Hibana, de la 3e Division d'Archerie de Moe.

Amadotsu Kiyooki Kodan, Taisho des Setsu.



Signant de son kâmon personnel, il enroula son courrier, son amusement ne se montrant aucunement éculé du fait d'être parvenu au bout de sa réponse. À plus d'un titre, il était persuadé que la missive qu'on lui avait adressée n'était pas pour lui-même. Mais il s'était plu à la lire et à y répondre malgré tout.

Il se promit de rencontrer cette petite guerrière personnellement lorsqu'il le pourrait sur le prétexte d'une revue de sa division, car il se sentait partager la même foi qu'elle dans le clan et dans un être en particulier. C'est ainsi rassuré et rasséréné qu'il poursuivit son labeur du jour avec d'autant plus d'entrain qu'il ne l'avait fait jusque là.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka


Dernière édition par Amadotsu Kodan le Dim 23 Juil - 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: L'admiratrice secrète. Dim 23 Juil - 15:06

Vous auriez dû voir la tête de la jeune archère lorsqu'elle lut la lettre. Déjà, rien que le fait d'avoir reçu une réponse à son premier message fit faire un bond à son coeur dans sa poitrine. Mais lorsqu'elle la déplia et en parcourut les mots, elle devenait de plus en plus blanche à chaque ligne. Jusqu'à poser la lettre et vouloir se cacher dans un coin, ou même mourir de honte, lorsqu'elle vit le sceau final. Pas celui de son Daimiyo. Mais bien celui de son Taishô.
Elle était partagée entre la honte et le fou-rire nerveux. L'épanchement qu'était sa première lettre n'était finalement pas arrivé à destination. Une erreur? La sienne, ou celle du coursier? C'était comme si elle s'était confessée à la mauvaise personne... Mais que cette personne fut bien plus proche d'elle qu'elle ne l'aurait imaginé.
Elle ne retenterait sûrement jamais sa chance avec son Daimiyo ; elle était bien trop embarrassée pour cela. Mais contre tout attente, elle prit une nouvelle feuille de papier et de l'encre, et entreprit de répondre au chef des armées dont elle faisait partie.

Fukyuubi Hibana a écrit:

Taishô Amadotsu-sama,

Même si je n'espérais pas une réponse à ma lettre, et encore moins de votre part, celle-ci m'a emplie de fierté lorsque je l'ai ouverte.
J'ai honte de vous avoir fait prendre un peu de votre précieux temps pour me répondre, mais je suis également heureuse d'avoir pu vous lire. Vous avez su me donner tort de croire que j'étais bien trop insignifiante pour m'adresser à quelqu'un de votre rang.

Dans votre lettre, vous évoquez la similitude entre le destin de nos pères, qui moururent tous deux au combat. Vous-même avez dû vivre plusieurs batailles. J'ai vécu ma première il y a seulement quelques jours, mais je crois que j'ai compris ce qu'un soldat doit ressentir lorsqu'il est prêt à mourir pour le clan. Il se trouve que j'ai survécu pour vous écrire, et c'est sous vos ordres, mêmes indirects, que je suis impatiente de me battre à nouveau, car je sais que, comme nos familles, notre sacrifice n'est jamais vain, dussions-nous périr en face de l'ennemi ou qu'un tragique accident nous emporte comme feu Fukyuubi Ôki, car ce qui importe est ce pour quoi nous nous battons et ce que nous laissons à ceux qui nous suivront.

Je dois vous avouer cependant que l'issue de cette bataille me dépassa quelque peu. Il est difficile de se rendre compte des choses lorsqu'on n'est qu'un simple soldat. Alors que nous avons tous travaillé de concert pour défaire cette force maléfique qui nous menaçait tous, il semble que c'est mon nom qui soit sorti du lot, comme celle qui lui a porté le coup final. J'ai encore du mal à accepter cette renommée, de même qu'il me paraît étrange que vous ayez entendu parler de moi aussi vite.
Mes supérieurs pensent qu'il est préférable que je prenne un peu de repos, pour soigner mes blessures et disparaître un peu de ma division quelques temps. Je suis d'accord avec eux. Ce succès que l'on m'attribue à tort ne doit pas perturber la discipline de mes camarades Setsu. Je rentrerais donc à mon domaine familial en terres d'Hibana pour prendre du temps auprès des gens de ma forge, en attendant de nouveaux ordres..
Autant que j'approuve la décision de m'éloigner quelques temps, je ne peux me résoudre à rester oisive. Ma famille est brisée depuis que j'ai perdu ma mère aux mains des Yôkais lors de l'attaque. Je dois être là pour veiller à la sécurité des gens dont j'ai désormais la charge.
Nous forgeons des armes issues de ma propre conception, car j'ai l'espoir qu'un jour, cet art que m'enseignât mon père puisse profiter à tout Setsu. Cela serait ma façon de contribuer à la grandeur du clan.

Une de vos samouraï-ko les plus fidèles;

Fukyuubi Hibana, 3ème division d'archerie de Moe.






Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'admiratrice secrète.

Revenir en haut Aller en bas
 

L'admiratrice secrète.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'admiratrice secrète.
» La recette secrète..
» [UPTOBOX] Identité Secrète [DVDRiP]
» [ROSA] Une mission secrète dans la démo
» Natasha Stepanovna Romanov,ou la nouvelle admiratrice de Tom


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..