AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Quête] Le dernier épargné

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: [Quête] Le dernier épargné Mer 15 Juin - 11:38


« Je dois m’absenter pour un petit moment. Je te confie le temple. Je sais que tu en es capable. »

Cela fait maintenant 3 jours que j’ai reçu cette directive de notre Vent divin. A l’heure actuelle, lui et le Mouton des cieux doivent être bientôt arrivé à destination : Birei. Je dois l’admettre, ma jalousie est grandissante chaque jour qui passe. Cette cité d’or, dont je n’ai pu lire que les récits et les légendes, m’est totalement inconnue. En tant que disciple, j’eusse croire que j’aurais été à ses côtés. Mais me voilà, dans ses quartiers personnels, à répondre aux demandes des pèlerins, à donner les indications pour les moines et prêtresses et à subir le rythme monotone de la prière. Loin de moi l’envie d’attiser la colère du puissant équin. Il n’en est pas moins que j’aurais souhaité reprendre la route vers d’autres contrées. A ses côtés qui plus est. Je ne peux cependant m’apitoyer sur mon sort. Après tout, j’étais en charge du temple, impliquant une grande responsabilité ainsi qu’une confiance sans failles. J’ose croire qu’il s’agit d’une marque d’affection venant de lui.

Amateratsu se dirigea vers son zénith. Terminant les derniers écrits qu’il me fut donner de répondre, je déposai délicatement le pinceau, encore taché d’encre, sur son portoir avant de lâcher un léger soupir sans pour autant changer mon expression renfermée. Il était temps pour moi de rejoindre la salle de repas afin d’y initier la prière. Il ne me fallut que quelques minutes pour gagner une pièce dont l’atmosphère était loin d’être apaisée. En pénétrant dans ladite pièce, les regards se tournèrent vers ma personne. Tandis que je soupçonnais chaque personne de discuter d’un sujet inapproprié, je me dirigeais vers l’emplacement qui m’était attribué. Juste à la droite de la place divine, je vins m’asseoir afin d’entamer ce pour quoi je suis venue.

Le repas se déroula dans le calme, pourtant, des regards peu discrets, inquiets ou bien grimaçants se posèrent les uns après les autres sur mon visage, et lorsque je croisais le leur, ils s’en retournèrent à leur occupation première. A mon tour, mon visage se crispa. Quelque chose n’allait point.
Du côté des moutons, l’arrogance était la même. Je n’étais, certes, pas la seule à être dévisagé mais la situation n’était point confortable, ni pour moi, ni pour les quelques camarades qui subissaient ces regards. Je terminai la dernière bouchée qu’il me restait avant de me lever et quitter la pièce pour faire un tour dans l’ensemble du temple.

Gagnant le grand hall, les pèlerins étaient au rendez-vous. Tandis que certains n’avaient rien d’inhabituel, d’autres étaient envahi de la même froideur que les religieux. Des chuchotements me parvinrent, sans que je ne puisse comprendre leur sens. Des petits groupes, çà et là, s’étaient formés pour discuter dans le plus grand secret. Ne stoppant point ma course, je continuais pour rejoindre la salle des prières. Ici, il n’y avait que des fidèles, tournant leurs paroles vers les cieux. Une différence ? Le nombre d’adorateurs. Ils n’étaient qu’une petite poignée contre un grand regroupement habituel. Cela ne faisait plus aucun doute : quelque n’allait point et il me fallait mettre la main dessus.

Au même moment, une jeune prêtresse, surement du même âge que moi, m’interpella, avec un semblant d’inquiétude.

« Reiya-dono, certaines personnes désireraient vous voir. »

Je ne répondis que par un hochement de la tête alors que je gardais mon visage enfantin mais sérieux, la louve ne pouvant point être éveillée au grand jour. Je suivis la demoiselle qui me mena vers les personnes cherchant à dialoguer. Leurs regards étaient bien plus expressifs : une colère dont je ne connaissais point l’origine.
« Bienvenue au temple Meisou. Que puis-je…
- Epargnez nous votre baratin, Reiya-san. »

Mon regard se referma alors que je vins dévisager l’homme qui s’adressa à moi après mettre redresser de mes salutations.
« Ce sont des réponses dont nous avons besoin !
- Je ferais de mon mieux pour y répondre, dans ce cas.
- De ce cas… Où sont passés les Kannushi d’Eiichiro et d’Okaruto ?! Nous ont-ils abandonnés comme les Kamis ? Peut-être qu’ils sont complices de ce qui passé en Yokuni ! »

Il se passait bien quelque chose. Il est vrai que les derniers évènements n’avaient pas aidé à garder la foi. Je me doutais que certains remettraient en cause la protection des Kamis mais de là à soupçonner les Kannushis d’avoir orchestré les actes des créatures du sud… Stupidité !
« Je vous prierais de bien vouloir garder votre calme. L’absence des Kannushis est justifiée. Ils sont actuellement à Birei pour discuter de l’avenir de Yokuni.»

J’eusse croire que je pourrais rallier certains pèlerins avec cette vérité mais je sentais le doute dans certains d’entre eux. Surtout après les paroles de mon interlocuteur.

« Birei ? Est-ce là la seule excuse que vous leur trouvez ? Ne vous fichez pas de moi ! Vous savez parfaitement l’origine de leur absence mais vous refusez nous faire partager votre détresse. Après tout, il commença à s’adresser à la populace qui s’attroupa petit à petit, nous connaissons tous notre cher Kannushi équin. N’est-il pas plaisant à voir ? Et cette chère Brebis okaruto, si douce et mignonne. Il se pourrait bien que ses deux-là soient parti faire une petite balade, non ? »

Je gardais le silence. Je ne pouvais nier le côté coureur de kimono qu’était Kyo. Quant à Iwako-donon, son tempérament calme et doux aurait pu lui couter une rencontre intime avec l’équin. Il n’en était rien.

« Que se passe-t-il, mademoiselle la suppléante ? Vous ne dites rien.
*Kazegami-sama… Veuillez à ne point me châtier pour mes propos.* Je ne souhaite point répondre à de telles stupidités, qui plus est venant d’un charlatan comme vous.
- Pardon ?!
- Kabukicho-sama est, certes, quelqu’un cherchant une présence féminine mais il n’en reste pas moins celui qui a été choisi par notre Kami équin pour veiller sur cette terre. En tant que tels, il porte sur ses épaules de lourdes responsabilités, tout comme le dirigeant du clan. Il ne peut être blâmé pour quitter son poste durant quelque temps, que cela soit pour en apprendre davantage sur la bénédiction des kamis que pour découvrir l’être humain.
- Vous ne niez donc pas les faits.
- Sachez qu’à son retour, les derniers évènements en Yokuni ne seront bientôt plus qu’un lointain cauchemar pour le clan. Il en va de même pour les Okarutos qui verront une nouvelle Kannushi diriger le temple. »

Un certain silence s’installa un instant mais l’homme ne semblait pas en avoir terminé. Il me fallait garder mon calme et gérer la situation tout en ne portant point préjudice aux directives que je reçus de Kyo.








Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Kaibuto Miki

avatar

Miko

Messages : 30
Date d'inscription : 17/03/2014

Feuille personnage
Age: 17 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Sam 6 Aoû - 18:16

Réparer le temple suite à l'attaque, check. Ce ne fut pas si long, les dégâts n'étant pas importants. Miki allait enfin pouvoir retourner à son quotidien basé à 90% de sommeil... Ou l'espérait-elle. Mais il y avait de nombreux pèlerins qui venaient chaque jour. Tout ça parce que le clan abritant le temple avait eu le moins d'attaque et que le clan avait été tagué "safe". Ca leur apprendra à être les meilleurs. En plus l'attaque avait eu lieue quand la miko était en mission en dehors du temple, prouvant qu'ils avaient trop peur d'elle et que l'attaque s'était faite en son absence pour être sûr de la victoire. Peut-être. Absolument aucune chance, et tout n'était certainement qu'une question de chance. Ou le fait que Kazegami et Kasugami étaient représentés sur ces terres ce qui leur donne un bonus de protection. Ou peu importe, la présence de plus d'inconnus que d'habitude et qui viennent toujours plus est agaçante.

Moins elle les voyait, mieux elle se portait. Cela se passait donc bien en général. Juste un sourire à faire de temps en temps et un inconnu à servir, c'est supportable. L'ambiance était supportable. Jusqu'au départ des Kannushi avec une délégation vers Birei. Moins de monde, en particulier les instances dirigeantes habituelles, et tout part en vrille. Enfin, non, Miki a juste eu à travailler plus, et surtout voir plus de pèlerins. Mais l'ambiance qui restait correcte devint exécrable. Des groupes se formaient, le mécontentement se lisait dans les regards et dans la tension. La flemmarde aussi trouvait le repas pas fameux ce midi, mais quand même.

Inquiétude, mécontentement et suspicion, non seulement c'est pas bon pour le teint, mais en plus cela fait stresser la jeune femme qui sent que ça va mal finir. Méfiante dans un premier temps, elle finit par tenter de rejoindre un de ces groupes pour comprendre ce qui se passe, en feignant l'expression de leurs visages. Les pèlerins entre eux et pas accueillants, elle s'attaqua à un groupe de moine et de prêtresse, dont une de ses amies faisait partie pour se simplifier la tâche. Blablabla les kannushi sont partis, blablabla les kamis nous ont abandonné, blablabla les pèlerins sont méchants. Sérieusement? Toute cette ambiance parce que les patrons sont partis bosser, appelés par le grand patron? Si c'était comme ça à chaque fois que Kyo ou Hisae partaient, ce serait pas triste... Bien, en gros ils sont pas rassurés sans les Kannushi avec autant de pèlerins. Il manquait plus que les pèlerins aient les mêmes inquiétudes mais en trouvant que les religieux ont l'air inquiet et la boucle serait bouclée.

Une confrontation entre Akira et des pèlerins? Peut-être que cela allait immédiatement répondre aux interrogations de la jeune miko. Et cela y répondit même mieux qu'elle n'aurait pu l'espérer... Que tout le monde ne soit pas aux courants pour Birei passe encore, que l'absence des pontes quand ils ont besoin de réconfort les énerve passe aussi, mais alors ça... Discret dans un premier temps, le rire de Miki se fit peu à peu remarquer par ceux proche. Comment était-elle censée se retenir devant ça? Mais étant donné sa fonction au sein du temple et sa réputation, elle n'avait rien à dire. Cela ne ferait qu'envenimer la situation. Elle ne pouvait qu'espérer qu'Akira allait s'en sortir face à ce fauteur de trouble ou recevoir de l'aide de quelqu'un plus à même de la soutenir.


"En résumé, vous fuyez, vous n'agissez pas, vous vous réfugiez ici et vous vous plaignez que l'on n'agit pas selon vos désirs. Quels hommes."
Comme si la bienséance allait la retenir ne serait-ce qu'un instant de dire ce qu'elle pense. La présence de Miki ici, qui n'apprécie pas tant les humains que ça, était la pire chose qui pouvait arriver pour la paix et la diplomatie.
"A Birei pour vous sauver les miches ou en amoureux au bord d'un lac, peu importe. Qu'avez-vous fait à part nous monter les uns contre les autres?
- Ah, elle est bien prompt à le défendre.
- Ah, il est bien prompt à changer de sujet."

Bien que sans la moindre once de diplomatie, la miko réussit à en faire réfléchir certains. Elle réussit aussi à en énerver d'autres, malheureusement. Les gens s'étant rassemblés échangeaient aussi entre eux maintenant. Une grande victoire pour Miki, qui ne s'était pas pris de droite. Encore.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Lun 22 Aoû - 22:31

Eh bien. Je n’aurais jamais cru qu’on me viendrait en aide dans cette situation. Qui plus est lorsque l’aide provint d’une simple miko. Enfin, simple, cela saurait un bien grand mot alors que Kaibuto Miki est le genre de miko à ne pas avoir sa langue dans sa bouche. Je ne l’ai certes que peu côtoyé et n’eus peu l’occasion de converser longuement mais à l’attendre, elle n’a point la moindre retenue alors qu’elle s’adresse à mon opposant. Finalement, ces paroles ne sont rien de plus que de l’huile sur le feu. Pourtant, j’y vois une opportunité de gagner en autorité dans le temple. Certes, Kyo m’avait donné ses directives et en tant que disciple, ma place était déjà marquée au sein du bâtiment religieux mais je souhaitais plus que cela en cet instant.
Les chuchotements étaient plus importants depuis l’intervention de Kaibuto-san. Les religieux discutaient entre eux de la situation tandis que d’autres continuaient de blasphémer sur l’absence des Kannushis. Il en était de même du côté des pèlerins qui commençaient à prendre le parti de l’homme. Il fallait que j’intervienne mais non hâtivement. Il me fallait réfléchir sur mes mots qui avaient le poids d’une montagne. Sur mon visage, un simple regard rivait sur mon adversaire du jour. Dans mon esprit, une multitude de paroles. Certaines agressives, d’autres plus calmes et réfléchies. Aucune ne m’allait pour le moment. Je devais y réfléchir davantage et trouver l’argument qui ferait plier une partie des personnes présentes en ma faveur.


« Comme l’a décrit Kaibuto-san, et je déteste me répéter, nos Kannushis sont actuellement à Birei pour résoudre les troubles de notre clan, que dis-je, de Yokuni. Pour preuve, l’absence de nombreuses têtes importantes dans les autres clans. Ah mais excusez-moi… Je ne pus m’empêcher d’arborer un petit sourire qui pourtant, n’avait rien de sympathique lorsque l’on regardait la face cachée que je dissimule. Vous ne devez pas être au courant puisque vous êtes ici, à pleurer pour une simple absence justifiée et juste. Avez-vous ne serait-ce pris la peine de vous renseigner avant de venir pleurer dans nos murs ? Quand je pense que vous autres, pèlerins équins, vous venaient semer le trouble dans le temple de votre nation alors que Setsu, Fukyuu et Kenshu vont s’allier afin de mener à bien leur mission, pour Yokuni, j’ai du mal à me retenir. »

L’homme ne rétorqua point, tandis que certains religieux commençaient enfin à comprendre la situation et rejoindre mon côté. Il n’arrivait pas à s’avouer vaincu. Ces dents grinçaient à me mesure qu’il les resserrait, cherchant un nouveau prétexte pour continuer cette discussion.


« Et qui nous dit que l’Ouest ne va pas chercher à nous envahir ? »

Une nouvelle voix résonna, celle d’une femme, droite et plus mature, dont le regard était assuré.
« Vous l’avez dit vous-même, Reiya-san. Tous les hauts placés des différentes nations se sont déplacés à Birei. Si cela est vrai, Setsu-sama ou même Fukyuu-sama aurait pu laisser des directives afin de nous envahir. Sans nouveau Daimyo, sans Kannushi, nous ne sommes rien d’autre que des poulains sans défenses. Il en va de même pour Okaruto. »

Nous voilà à présent à parler d’une invasion de l’Ouest. Un soupir se dégagea de mes lèvres. N’ont-ils donc rien d’autre comme arguments à avancer ? Et puis, nous nous détournons du sujet principal. Néanmoins, je ne pouvais que lui répondre pour calmer à nouveau les esprits.
« Yokuni est sous une torpeur. Nombreux sont ceux qui ont été endormis pour une durée indéterminée. Aucun rang n’y a échappé, pas même le Taisho Kasuga Riyu. Cela signifie également que d’autres samurais d’importance ont pu subir cette malédiction. Si nous prenons en compte que le même désastre a pu s’abattre sur les clans de l’Ouest, je doute qu’avec de simples indications, les seigneurs du feu et de la glace prennent le risque de sacrifier les derniers soldats qu’ils leur restent.
- Ce ne sont là que des suppositions.
- Tout comme celle que vous venez de nous décrire. »

La femme se tût et ne chercha point à continuer cette conversation.
« Vos inquiétudes sont peut-être justes mais non fondées, tout comme celles que je vins d’avancer. Néanmoins, je peux vous assurer que nos dirigeants ne sont pas là, à délaisser notre patrie. Si vous ne pouvez croire en eux alors notre clan est voué à être détruit. J’ose croire que ce n’est point ce que vous souhaitez. Les chuchotements se turent alors que chacun réfléchissait à la question, le visage coupable. En tant qu’Onmyoji, j’ai vu bon nombre des citoyens de notre nation souffrir par famine ou perte de terres qui leur été cher. Je leur ai indiqué quoi faire afin de semer et de récolter plus abondamment. Voilà en quoi consiste une partie de ma fonction : aider le petit peuple. Mon statut ne me permet point plus. Ce n’est pas le cas de notre Kannushi. Elu par les Kamis, dirigeant des croyants et guide pour l’élu du clan, son rôle est plus important et implique des conséquences bien plus importantes. Cela signifie également qu’il peut aider sur une plus grande échelle que nous autres, simples religieux et pèlerins. Kabukicho-sama et Iwako-sama tiennent ce rôle et le respecte. Je vous interdis donc de les soupçonner d’avoir abandonné notre nation. »

L’atmosphère devint de plus en plus lourde pour certains. Il était temps que les religieux rejoignent mon avis alors que des pèlerins quittèrent le temple en s’inclinant avec respect, montrant leur accord. La femme et l’homme, eux, restèrent face à moi, cherchant de nouveau à faire apparaître l’inquiétude et la peur chez les autres. Je commençais à les soupçonner de créer cette agitation pour accomplir une mission. Auquel cas, je me ferais une joie de les mettre sous silence.








Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Kaibuto Miki

avatar

Miko

Messages : 30
Date d'inscription : 17/03/2014

Feuille personnage
Age: 17 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Sam 17 Déc - 1:28

Aider, c'était ni dans son style, ni dans ses habitudes. Bien sûr, il faut prendre en compte que "faire son job", ce n'est pas aider mais juste accomplir son devoir, on parle donc bien d'aider alors qu'elle n'a rien à y gagner. De fait, sa courte altercation n'avait pas vraiment été dans le but d'aider Akira, mais de se moquer de ses adversaires. Si ça allait l'aider ne dépendait principalement que d'elle, puisque Miki n'avait fait que mettre de l'huile sur le feu en extrémisant d'autant plus les deux camps. Elle n'est pas méchante. Enfin, pas dans le sens stricte, elle n'avait aucune raison de causer des problèmes pour le plaisir d'en causer. Elle ne sait juste pas comment utiliser ses dons oratoires pour provoquer des actions, autre que la baffe dans la gueule.

Akira, elle, était intelligente. Elle sut utiliser à son avantage les paroles de la miko pour retourner la situation dans son sens, ridiculiser ses adversaires et calmer la situation. Miki fut même très impressionnée... Par sa répartie. En conséquence de quoi, elle n'en rajouta pas. C'était complètement inutile. L'humiliation était plus que suffisante. Pire, quelqu'un en avait ajouté sur un sujet qui n'avait strictement rien à voir avec le sujet de base. A croire que son intervention ne servait qu'uniquement le but d'inquiéter et diviser la population. Cela dit, même ce que prêchait le premier homme ne pouvait être que pour ce but. Leurs arguments n'avaient aucune consistance et il n'était intéressant que d'en rire. Juste... Pourquoi? Pourquoi des humains chercheraient à se diviser à un moment pareil? Enfin, peu importe, c'était réglé.


"C'était bien tenté. Enfin non mais passons."
Après un tirage de langue de rigueur, Miki reprit ses joyeuses activités, bien qu'ennuyée par les visages mauvais qu'avaient tirés l'homme et la femme cherchant à causer des problèmes. Nah. Ils ne pouvaient pas sérieusement chercher à causer des problèmes dans cet unique but. C'était de la pure stupidité dans ce cas. Cela dit, les humains sont idiots. Cette conclusion revint vite au visage de la miko en s'approchant de l'entrée et en voyant nombre de pèlerins mécontents.
"Qui va nous défendre si les Kannushis ne sont pas là? Qui va s'occuper de nous? Comment osent-ils à un moment aussi crucial disparaître et nous laisser dans les ténèbres?!"
"...... C'est une blague?"

Une main sur son visage, la miko soupira longuement. Là, ce n'était plus drôle... C'était exaspérant. Akira avait pourtant été claire.
"Votre stupidité est-elle volontaire ou de naissance? Ils n'ont absolument aucun obligation d'être présent à chaque instant."
"Quelle miko insolente, si c'est ainsi qu'ils se comportent à ce temple alors raison de plus pour rester pour nous défendre! Quelle chance avons-nous si une nouvelle attaque venait à avoir lieu maintenant?"
En dehors du fait que c'était une insulte directe envers tout le personnel du temple, et que les Kannushis étaient placés en sauveur capable de tout, il y avait surtout à nouveau une claire manipulation par certains meneurs du reste du troupeau de pèlerins. A cet instant, il n'en était peut-être pas totalement sûr mais, l'humanité était rassemblée pour affronter les yokais. une inquiétude par l'absence de la plus haute autorité passait. Cette manipulation était clairement malveillante.

En temps normal et dans une situation moins dangereuse, elle aurait surenchéri dans la provocation. Là, elle alla plutôt chercher Akira pour lui faire un rapport de la situation.

"Reiya-san, il y a un nouveau regroupement de pèlerins à l'entrée qui nous cherchent des noises. Mais... Quelque chose ne tourne pas rond... Je pense que c'est dangereux."


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Jeu 22 Déc - 10:25

.: :.

L’affaire semblait enfin être terminée. Les pèlerins mécontents commençaient petit à petit à quitter le temple tandis que ceux croyant en ma parole gagnaient la salle principale des prières pour se repentir d’avoir douté en leur divinité et son incarnation sur terre. L’homme et la femme qui osaient encore me faire face prirent la fuite après avoir croisé le regard de la bête qui se léchait les babines. Néanmoins, je pouvais lire sur leur visage qu’ils n’en resteraient pas là pour autant. Cela m’inquiéta un instant. Pourquoi cherchaient-ils si ardemment à créer un conflit parmi les religieux ? Nous sommes actuellement dans une situation de crise. L’alliance est ce qui nous sauvera. Même le continent Ouest l’a bien compris en cessant toutes attaques inutiles. Alors pourquoi ? Le clan Eiichiro est pourtant connu pour sa liberté, son absence d’agressivité. Mon regard devint de plus en plus suspicieux et féroce. Je craignais que le temple ne soit alors qu’une mise en bouche.
Maintenant qu’ils ont vérifié que les Kannushis étaient bel et bien absents et pour un moment, il se pourrait qu’ils se tournent vers un endroit encore plus démuni par l’absence d’une supériorité : Kaze. La capitale était en proie aux doutes et à la crainte, d’autant plus depuis les attaques yokais. Je sais pertinemment que le conseil seigneurial ne laissera point des émeutes éclater mais s’il pouvait être prévenu avant que les choses n’éclatent…

L’idée de gagner la capitale m’alléchait. Pourtant, elle était prise avec trop de hâte. A l’heure actuelle, je pouvais voir les regards de mes camarades fidèles m’idéaliser. Il voyait en moi la substitution de notre Kannushi. Si je devais m’absenter, alors les pèlerins n’hésiteraient pas un seul instant à utiliser ce prétexte pour causer un nouveau problème.
Je fis donc signe à l’un des prêtres, dont la confiance envers le Kannushi et le temple n’était pas à tester, de s’approcher.


« Serait-il possible que tu te rends à Kaze en mon nom ? Transmets au conseil le problème survenu au temple et la possibilité que cela se déclare à la capitale. Cela n’est qu’une supposition de ma part, mais je crains que cette intervention ne soit qu’un met pour quelque chose de beaucoup plus grand. » Dis-je calmement en cherchant à contenir l’inquiétude de mon camarade.

J’insistais sur la supposition de la situation. Il n’y avait pour l’instant rien de concret mais je préférais prévenir plutôt que guérir. Le religieux ne perdit pas de temps et courut vers ses appartements pour mener à bien la mission que l’on venait de lui attribuer.
Quelques secondes après avoir vu l’homme disparaître, ce fut au tour de Kaibuto-san de faire à nouveau son apparition, m’apportant une nouvelle qui ne faisait qu’enrichir mes doutes. Mon visage resta serein, tandis que la louve souhaitait mettre les choses au clair. Un long silence interminable pour mes camarades s’installa tandis que j’étais à la réflexion. Devais-je de nouveau défendre la parole de notre kami avec de simples mots… ou valait-il mieux contenir un probable danger sans avoir aucune preuve de la dangerosité ?
La fillette laissa place à une personne bien plus mature.


« Que l’on prépare à fermer les portes du temple à mon ordre. Que ceux ne pouvant se battre reste à l’intérieur du temple. Les autres, vous resterez derrière moi. Je voyais les visages de mes camarades se décomposer. N’ayez crainte, je ne fais que prendre des précautions. Il va sans dire que je n’ai nullement l’intention d’ordonner d’abattre des civils. Cela serait salir le sol pur de notre temple et d’entacher la sagesse des kamis. »

Sur ces mots, je gagnai à mon tour l’entrée du temple. L’attroupement devenait plus abondant de minutes en minutes. De plus, les chuchotements se transformaient en paroles fortes et déterminées. Lorsque l’on m’aperçut, on m’accusa de tromperie et de propagande. J’en riais de l’intérieur tandis que mon visage était impassible. Je pris la décision de m’approcher davantage du groupe, sous le regard étonné des religieux, qui se tenait prêt à entrer en action. J’avais fait une faute grave en leur demandant de se préparer au combat. Les pèlerins utilisèrent cet argument contre moi.

« Vous osez nous contenir par la force et les armes ? Si cela ne prouve pas que vous cherchez à nous faire taire.
- Veuillez ne pas tirer de conclusions trop hâtivement, je vous prie. Ce n’est là, qu’une précaution que je prends.
- Vos paroles ne sont plus dignes de confiance. Comment voulez-vous gagner notre confiance en procédant ainsi.
- A l’heure actuelle, ce n’est pas votre confiance que je veux obtenir mais une réponse.
- Une réponse ? Celle de notre rassemblement ? C’est pourtant évident, non ?! Nous…
- Je me moque de savoir que vous vous rassemblez pour une cause qui aurait pu être juste si elle n’était pas aussi déraisonnée. Non, la question est de savoir… Mon regard se ternit dans l’ombre. Pourquoi cherchez-vous si ardemment à faire tomber le temple de la sorte ? »

Un silence s’installa parmi les pèlerins. L’une des personnes s’apprêtait à prendre la parole pour répondre mais je le coupai dans son élan.

« Je vous ai exposé la raison de l’absence des Kannushis. Je vous ai prouvé qu’il n’y avait aucune inquiétude à avoir quant à l’avenir de notre clan et du clan allié. Vous n’aviez plus aucune raison de protester. Pourtant, vous avez trouvé le moyen, ou plutôt une raison, de continuer ce débat insensé.
Voilà donc ma supposition qui me force à prendre des mesures : soit certains d’entre vous cherchent inlassablement à créer un conflit pour obtenir sa récompense… Soit… certains d’entre vous êtes manipulés par une sombre présence. »


Je sentais Tokage bouger à travers ma manche, tandis que j’entendais les mains resserrer leur étreinte sur l’arme de prédilection des moines.








Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Kaibuto Miki

avatar

Miko

Messages : 30
Date d'inscription : 17/03/2014

Feuille personnage
Age: 17 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Lun 2 Jan - 21:56

Comme attendu de la part d'Akira, elle était intelligente et prit très rapidement des mesures face à la menace aux portes. Après un tel massacre, ils allaient être tranquille pour longtemps, plus personne n'allait venir! Blague à part, la remplaçante devait déjà avoir des soupçons bien avant que la miko ne dise quoi que ce soit et malheureusement, ce n'était pas rassurant. Du coup, les combattants dehors, la fermeture des portes prêtes à tout moment et les non combattants à l'intérieur. Un plan parfait, Miki n'avait plus qu'à aller dans sa chambre et se reposer un jour ou deux après tout ces efforts. Elle est après tout encore une apprentie dans un sens. Et elle fait à peu près tout ce qu'il faut pour s'assurer de passer pour une incompétente aux yeux de ceux qui se font aisément berner. Elle était donc faite ici pour rester à l'intérieur. Et prier très fort que tout se passe bien. Ce qui est techniquement leur job donc ça tombe aussi très bien.

Akira avait les choses en main, du coup la miko était assez rassurée. Les autres l'étaient moins. Se refaire attaquer, ça les intéressait moyen. D'autant que beaucoup avaient directement participé à la folie du temple et en avaient encore un souvenir vif. Pas Miki qui n'était pas présente ce jour là. Et puis c'était différent, ils étaient en état de gérer la chose si ils se faisaient à nouveau attaquer. Probablement. De toute façon, cette fois, elle était là, ils ne risquaient donc rien.

"Vous en faites des têtes. Akira-chan gère, tout va bien se passer!"
"Mais, et si..."
"Au pire, moi je suis là, HAHAHA!"
"Tu n'étais pas là, tu ne comprends pas!"
"Exactement, je n'étais pas là. Sinon ils n'auraient jamais osé tenter quoi que ce soit. En fait, je devrais les rejoindre..."

Et sans attendre, elle se dirigea... Non pas vers l'entrée mais vers le toit pour s'asseoir en haut et observer avec de la hauteur. Loin du danger, avec une bonne vision d'ensemble, et une voix assez porteuse pour que son rire s'entende jusqu'en bas si jamais ça lui prenait. Enfin, si seulement l'ambiance avait l'air à la rigolade, mais même de sa position, elle sentait la tension. Miki n'avait pas la moindre idée de ce qui avait été dit dehors, elle n'était pas là à ce moment. Tout ce qu'elle voyait, c'était les moines prêt à se battre, et les pèlerins entre la colère, l'incompréhension, la peur et la jubilation. Wait, la jubilation? Tout était tellement plus visible avec de la hauteur, non caché par la foule. Comment faire en sorte de prévenir Akira et d'éviter les pertes civiles? Bouarf, tant pis pour eux, ils n'avaient qu'à pas être assez bête pour croire à leurs bêtises.
"Au milieu de la foule!"


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Dim 22 Jan - 11:46

La voix de Miki porta jusqu’à l’entrée du temple où je pus l’entendre. Mais je ne fus pas la seule bien évidemment. En prenant le risque de s’exprimer de vive voix, la miko avait alerté l’opposant qui se cachait bel et bien parmi les pèlerins. Cependant, je fus la plus rapide à intervenir. Je pointais mon bras avec une main tendue pour permettre à Tokage de s’élancer et se faufiler à travers la foule pour rejoindre l’instigateur. Par ce même geste, je pus faire matérialiser le vent béni du temple en trois petits sylvains qui virevoltaient et voguaient à travers les visages de la populace rassemblait.
Mon esprit gardien arriva finalement sur sa cible. Il se faufila et gagna le coup d’une… enfant ? Et ce n’était pas la seul. Les trois sylvains se posèrent chacun leur tour sur la tête de jeunes garçons. Les pèlerins s’écartèrent de chacun d’entre eux, formant un cercle autour des adolescents. Mon regard devint très sceptique. Il devait s’agir de yokais métamorphes ou bien de manipulateurs. Je devais rester vigilante et ne pas me laisser attendrir par leur apparence.

Plusieurs minutes s’écoulèrent. Les innocents s’écartèrent de plus en plus de la source du problème. Ils tentèrent même de regagner le temple mais les moines les stoppèrent.

« Veuillez me pardonner mais je ne peux point prendre le risque que des yokais encore dissimulé parmi vous entre dans la demeure de Kazegami et Kasugami. Mon regard, alors porté sur les pèlerins, se tourna vers les quatre enfants. J’ignore qui vous êtes mais comprenez bien que si vous faites le moindre geste, je n’hésiterais pas à faire de ses poupées de vent vos shinigamis. »

L’un d’entre eux en vint à ricaner tandis que les trois autres tendirent tout comme moi leurs bras devant eux. Mon visage se crispa.
« Préparez-vous à intervenir. FERMEZ LES PORTES ! »

Un bruit lourd et sombre retentit dans toute la demeure et ses extérieurs. Les immenses portes du temple se fermèrent doucement. Les pèlerins essayèrent tous de rentrer avant qu’un carnage ne commence. J’ordonnais aux moines de les laisser passer. J’avais déjà l’identité de nos opposants et ils n’avaient rien d’une grande menace.
Les trois enfants qui tendirent leur bras firent apparaître des kusari-gamas. Quant au quatrième, une flamme bleutée dansait dans sa main.


« Je vois. Mes prédictions étaient bonnes : nous avons affaire à un kitsune et des kamaitachis. »

Je finis à peine ma phrase que le trio se précipita sur ma personne. Avait-il donc oublié ? Sans attendre de recevoir l’assaut, je fis disparaître mes sylvains, causant des dommages à mes assaillants. Ces derniers stoppèrent leur course alors qu’ils souffraient des nombreuses coupures causées par l’attaque venteuse.
« Ces kamaitachis ne sont pas dangereux. Restez concentré sur le kitsune. Nous ignorons encore à quelle puissance nous avons à faire. »

Tant que le renard restera sous sa forme humaine, nous ne pouvons connaître son nombre de queues et donc sa puissance. Et bien qu’il fasse preuve d’un don concernant sa métamorphose en plus de celle de ses camarades, je ne préférais point m’avancer. La ruse dont font preuve les kitsunes pourrait m’induire en erreur. Pour le moment, il fallait éliminer les petits furets tout en distrayant le canidé.








Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Kaibuto Miki

avatar

Miko

Messages : 30
Date d'inscription : 17/03/2014

Feuille personnage
Age: 17 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Jeu 2 Mar - 23:17

Ce fut assez risqué mais Miki n'avait pas douté un seul instant du talent de la dirigeante intérimaire du temple pour réagir efficacement et ne pas leur laisser le temps de profiter de la situation. Les enfants étaient toujours les pires, toujours. Il n'y a pas plus vicieux et plus mauvais. La miko le savait bien, elle en était une elle-même. Cela dit, maintenant elle était effrayée par ce qu'il se passait. C'était la toute première fois qu'elle allait voir un affrontement à mort. Aussi elle se retrouva rapidement assise, ne contrôlant pas ses jambes tremblantes. Elle n'avait rien à faire ici. Elle n'y avait pas sa place. Elle ne voulait pas y être. Elle voulait simplement s'amuser.

Les yokai, s'ils l'avaient seulement regardée, avaient très rapidement tourné leurs regards vers Akira et les combattants avec elles, bien plus dangereux. Paraître faible avait ce genre d'avantages. Ainsi, elle pouvait se contenter de regarder de loin et de haut sans rien faire. C'était malgré tout un bon moyen d'apprendre, d'observer des gens expérimenté gérer une situation de crise. C'était la première qu'elle vivait, ce ne serait définitivement pas la dernière. Même si elle ne le voulait pas, il était important qu'elle ouvre grand ses yeux et intègre ce qu'elle voyait cette fois. La peur laissa place à l'excitation. Qu'allait-il se passer, qui allait faire le premier mouvement, quel serait-il, comment réagirai celui en face? Tant de questions, et tant de possibilités.

Mais, ce n'était pas parce qu'elle était faible qu'elle ne pouvait rien faire. Se contenter d'observer était un bon moyen d'apprendre, mais expérimenter était une source sûre d'apprentissage. Et elle n'allait pas se laisser insulter de la sorte à ne même pas être considérée comme un ennemi. Aussi faible était-elle, Miki pouvait agir, et c'était amplement suffisant pour tenter des choses. Sous-estimer le potentiel gênant de Miki pouvait être fatal. C'était probablement ce que découvrirait l'enfant qui était toujours en forme humaine. Ses 3 alliés n'allaient pas s'en sortir sans lui, ainsi il se prépara et s'élança et s'éclata pathétiquement le visage sur le sol.

"Hihihihi..."

La miko éclata de rire en voyant le résultat du placement de son kekkai. Il manquait de résistance, sa taille était ridicule, mais elle avait été placé aux pieds du kitsune sans qu'il le remarque. Mais elle reprit rapidement ses incantations, ce serait embêtant qu'elle devienne définitivement une cible à abattre, elle aurait du mal à se défendre autrement qu'en fuyant. Et en se relevant, le yokai se cogna la tête sur un autre kekkai insignifiant. C'était des choses qu'elle ne pouvait pas essayer sur un humain, et elle jubilait de pouvoir enfin tester ce genre de farces. C'était ridicule. Suffisamment pour énerver assez le métamorphe pour qu'il reprenne sa véritable apparence. Mais peu importe, du moment qu'il était capable de se métamorphoser avec aisance, elle n'avait pas le niveau pour tenter quoi que ce soit et elle se replia immédiatement par une fenêtre à l'intérieur du temple. De toute façon, ce n'était pas comme si un renard avec 2 queues était un véritable danger pour Akira, n'est-ce pas? Avant de rejoindre les autres miko et les pélerins qui s'étaient réfugiés, elle pensa néanmoins à une chose... Ils avaient la forme d'enfants et elle avait perdu de vue les deux adultes qui avaient pas mal œuvré pour attiser la discorde...


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Dim 18 Juin - 11:10


En voyant le kitsune chutait devant la barrière dont je ressentis l’aura d’incantation au-dessus de moi, je compris que nous n’avions point à faire à un monstre supérieur. Je ne pouvais donc qu’avoir un sourire sur le coin des lèvres. Il était temps pour la louve de faire son apparition !

Mon regard calme s’évapora pour laisser place à celui d’une bête assoiffée. Je restais cependant habituelle dans ma gestuelle afin que mes petits camarades du temple ne me craignent davantage. M’élançant avec la grâce du vent, je vins attaquer de front les êtres affaiblis par mes sylvains. Dansant sur mon corps et entre mes mains, mon bo frappa à de nombreuses reprises et sans pitié les créatures qui ne purent riposter avec difficulté.

Affaiblis, les triplets étaient à terre. Prenant du recul, je sortis de mon kimono trois parchemins vierges. Les réunissant entre les index et majeurs de mes deux mains, à présent liées, je débutais une courte incantation de kekkai. Des symboles dansèrent sur le papier avant de se figer. Je le lançais par la suite sur les trois yokais qui se recroquevillèrent sur eux-mêmes avant de se transformer en une fumée épaisse qui se précipita dans les parchemins que je vins récupérer.


« Même si vous êtes faibles, vous pouvez toujours mettre utile.
Bien. Suivant. »
Dis-je en tournant mon regard vers le kitsune, toujours piégé dans un kekkai. Je pouvais lire l’énervement sur son visage qui reprit son apparence canine. Un hurlement résonna dans l’enceinte du domaine, alarmant les prêtres qui reculèrent tous d’un pas, protégeant leurs tympans de l’hystérie.
« N’ayez crainte. Sa puissance est minime. Utilisez un kekkai de niveau intermédiaire et achevez-le de vos armes. »

Pourquoi ne m’occupais-je point moi-même de lui alors que la soif de vengeance m’envahissait ? Tout simplement car une proie bien plus intéressante m’attendait. En effet, les deux personnes, ayant cherchées à se rebeller, n’étaient plus dans mon champ de vision. J’imaginais un instant leur fuite mais mon esprit était méfiant : ses « enfants » n’étaient-ils pas une diversion pour permettre une infiltration plus dévastatrice ?

« Une fois ce kitsune éliminé, veuillez inspecter les environs extérieurs du temple ! Si vous croisez quiconque aux comportements étranges, signalez-le immédiatement ! Vous cinq ! Je pointais du doigt cinq prêtres bien armés. Suivez-moi ! »

Mes pas me menèrent de nouveau sur l’escalier avant de me retrouver devant la grande porte du temple principal qui avait été précédemment verrouillé. Ordonnant son ouverture, je pris place entre la sortie et les nombreux pèlerins qui s’étaient réfugiés. Mon regard sombre scruta chaque âme vivante de la pièce.
« Retrouvez-moi les instigateurs de la rébellion ! Ils ne doivent pas quitter le domaine vivant ! »








Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D



Dernière édition par Reiya Akira le Ven 28 Juil - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaibuto Miki

avatar

Miko

Messages : 30
Date d'inscription : 17/03/2014

Feuille personnage
Age: 17 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné Ven 28 Juil - 0:08

Du coup, la situation était ainsi... Il y avait une nouvelle attaque yokai ici. Dehors, le combat n'allait pas durer face à des adversaires qui ne valaient pas vraiment la peine d'être affronté par des onmyoji et sohei entraînés. Il restait au moins les deux instigateurs. Il ne faisait aucun doute qu'ils avaient dû profiter du chaos pour rentrer à nouveau dans le temple avec les pèlerins et ceux qui n'étaient pas vraiment capable de se battre. Une attaque suicide pour faire un maximum de victime ?

Sauf que cette attaque suicide n'avait pas encore eu lieu et les alliés de dehors ne pouvaient pas gagner plus de temps. Cherchaient-ils une autre façon de provoquer la discorde et la peur ? En blasphémant les lieux par exemple ? Là aussi, ils en avaient eu le temps mais cela n'avait pas l'air d'être le cas avec le manque de son impliquant la destruction.

"Je ne comprend pas bien, pourquoi vous faites ça exactement ?"

Un peu par hasard, elle leur était tombé dessus en voulant rejoindre les autres. Et à vrai dire, ils allaient dans la même direction à la base. Ils n'étaient donc pas suicidaires, ils avaient préparé une sortie de secours après l'attaque éclair qu'ils comptaient effectuer. Et c'était sans vraiment crainte que la miko s'était permise de leur poser cette question. A vrai dire, elle a moins peur des yokai que des humains à la base, et même s'ils ont clairement dans l'intention de tuer des humains, leur but était de provoquer la discorde. Perdre du temps à tuer une gamine ici serait contre-productif, d'autant qu'elle était capable de leur échapper facilement, et qu'elle n'avait aucun moyen réel de les arrêter.

"L'ère des humains est terminé. C'est l'occasion d'en finir avec votre désagréable existence et d'éliminer votre race définitivement.
-... Et ?"
Absence de réponse, les instigateurs ne voulaient pas perdre plus de temps et poursuivirent leur route vers les autres pèlerins.
"Quoi ? C'est tout ? Mais c'est pas un plan ça. Ce n'est même pas un but. C'est à peine une simple envie passagère. Si vous n'avez rien prévu pour la suite quand ce but sera rempli, alors ça n'a strictement aucun intérêt... Et vous osez vous attaquer à ma tranquilité pour ça ? Et moi qui avait imaginé un instant vous aider à vous échapper... Tant pis. Sur ce, bonne nuit."

Il n'était pas complètement aberrant pour elle d'aider des yokai, même mauvais. Elle aspirait plus à les aider qu'à les tuer en vrai. Aussi productrice de chaos qu'elle pouvait être, ce n'était qu'une gamine cherchant à s'amuser, pas à provoquer de désastre. Elle préférait éviter un bain de sang d'un côté comme de l'autre. Cela dit, ses amis aux temples passaient avant. Et il n'y avait rien à faire pour ces deux imbéciles, ils méritaient ce qui allait très certainement leur arriver.

La jeune fille se retourna vers le mur, bailla et le traversa, laissant ses habits derrière elle. Miki se dirigea ensuite tranquillement vers sa chambre et alla se coucher avant de tomber de sommeil sur le chemin. C'est que créer et maintenir son nuage demande pas mal d'énergie. Pour ce qui était de traverser le mur, elle n'avait pas trop eu le choix pour rejoindre sa chambre sans faire un long détour, elle avait justement placé son nuage au milieu de la route pour s'échapper des yokai. Par contre, s'épuisant en le maintenant et n'étant pas directement dessus, il ne tiendrait au mieux qu'une quinzaine de minute. Les options pour les yokai étaient de ne pas fuir ou de trouver une autre route pour fuir, plus longue et plus bruyante...


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête] Le dernier épargné

Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] Le dernier épargné

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Le dernier Tavernier ou "la Louisiane"
» Creation d'une base de donnees sur le dernier recensement
» Choléra, dernier bilan: 305 morts et 4649 cas de contamination
» 1.07/1.08 : Un dernier battement de coeur


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..