AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Suzue Aiko

avatar

Hatamoto

Messages : 84
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher Mer 29 Juin - 0:02

Hier, à la recherche de Senkô. Aujourd'hui, volontaire avec un contingent envoyé pour enquêter sur des pillages autour d'Akina et stopper l'instigateur. Comme si ils ne savaient pas d'où ça venait. En particulier avec la nouvelle dame et le Taisho absents... Depuis un moment, Aiko me ménageait pas ses efforts et n'était jamais au même endroit un jour sur l'autre. Il y a peu, elle était à la recherche du précédent seigneur de la foudre, Kenshu Senkô, avec le Taisa Shigeru Juubei. Une partie en terre du voisin Fukyuu, car les premiers indices menaient vers Fuyu. Le retour fut malheureusement rapide vers les terres du tigres, suite à la fermeture des frontières et les tensions entre les deux clans, et sans avoir trouvé d'indice concernant Senkô. Il fut décidé de stopper les recherches quand Kenshu Miwako fut nommée comme la nouvelle Dame du clan, prouvant les paroles du Taisho Kuhoko Keikoku. Et la jeune Hatamoto dû se résoudre à avoir eu tort, encore, et qu'elle ferait mieux d'écouter ses aînés et se faire une raison plutôt que de se voiler la face. Mais ils n'avaient rien trouvé, et ce n'était pas parce que Gekigami avait choisi un nouvel élu qu'il était mort et avait abandonné le clan.

De tout cela, elle avait appris à se faire une raison... Et surtout qu'elle était bien plus utile sur le terrain que dans un bureau. Elle n'avait pas abandonné les recherches, loin de là, et elle passait le plus clair de son temps à voyager au gré des rumeurs et des soucis du clan. Si elle pouvait se rendre utile à qui que ce soit, elle était heureuse. Et cette fois, elle se porta volontaire pour rejoindre une unité montée dans le but de découvrir les problèmes qu'il y a à Akina. Ils sont évident, le précédent Jônin avait géré le clan en l'absence de Senkô et de Taisho, ce qui est une bonne chose, mais la dégradation des relations avec Fukyuu venait de lui, et cela aurait pu être pire avec Setsu aussi. La mort n'était peut-être pas ce qu'il méritait pour les services rendues, mais il fallait aussi calmer le jeu et prouver que c'était les actions d'un homme. Les hommes aiment beaucoup voir des têtes. Ils doivent en faire collection. Le doute sur les agissements autour d'Akina étaient faible. Bien sûr que les ninjas étaient mécontents.

Si la cause et qui étaient facile à deviner, cela ne simplifiait pas la tâche pour autant. Ils n'allaient pas gérer des bandits ou un ennemi, il était question des membres du clan. Et pas quelques membres. Bien entendu, Aiko n'avait pas un immense respect pour des assassins, mais elle en avait quand même. Leur fonction était nécessaire. Se les mettre tous à dos n'était en aucun cas une option enviable. La présence de l'Hatamoto était bienvenue pour des négociations avec les instigateurs. Si ils savaient que son avis consistait à pendre les criminels devant les autres et à menacer les autres du même sort si ils arrêtaient pas leurs conneries... Mais le plan n'était pas encore complètement certain. Et de toute façon, il fallait trouver qui était la personne en charge pour couper la tête de l'hydre. L'Hatamoto espérait tout de même qu'ils se mettent d'accord sur la façon de faire et le plan avant que la moitié de la région ne soit à sac.

Aiko, portant son armure, son daisho et sa naginata, soupira. Elle se sentait mal à l'aise. Entre la colère que des membres du clan agissent ainsi, l'incertitude sur la manière d'agir, et surtout, le fait qu'elle était avec une unité de collègues, ce qui était beaucoup trop de monde...


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kogane Takara

avatar

Samouraï

Messages : 40
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher Lun 5 Sep - 15:19

Contrairement à ce que l’on pouvait penser, Kogane n’était pas une fervente partisane du chaos. Certes elle y contribuait un peu au sein de la Confrérie de la Main, mais s’il venait à trop se répandre cela deviendrait vite, de son humble avis, une véritable gageure pour les clans qui pourraient bien y succomber. Et cela elle ne le souhaitait pas. Ni l’anarchie, ni l’unification des cinq clans. En fait, elle estimait que la situation actuelle était parfaite, et ne devait changer en aucun cas. Et pour que son clan reste fort et indépendant, des dissensions au cœur même de ses armées étaient tout bonnement inenvisageables.
En somme, la jeune femme avait ses idées bien arrêtées et l’esprit parfois très borné. Ainsi elle se porta volontaire parmi d’autres pour une délicate mission, en Akina. Plus précisément au village ninja d’Akina, où la colère couvait dans les rangs de ses guerriers, suite à l’exécution de leur Jônin. Des choses déplaisantes s’en étaient suivies, des villages paysans avaient été attaqués dans les alentours et il n’y avait guère de doute quant à l’identité des assaillants.

La samouraï ignorait encore comment leur petite unité allait calmer ces guerriers peu ordinaires, et espéra qu’ils n’allaient pas, au contraire, aggraver la situation. Marchant au milieu de ses camarades elle soupira, regrettant l’absence de chevaux pour cette mission, et surtout pour ce trajet long et ennuyeux. Mais il y avait une présence qui pouvait le rendre plus divertissant, une présence qui avait surprise Kogane et quelque peu déstabilisée un bref instant, lui faisant perdre son assurance. Lorsque l’unité s’était rassemblée ils s’étaient simplement salués d’un signe de tête, et depuis chacun s’efforçait d’ignorer l’autre. Elle accéléra finalement pour se retrouver à la hauteur du jeune samouraï de dix-sept ans tout au plus, aux cheveux blancs, et s’adressa à lui d’un ton méfiant et cynique :
- Comment se fait-il que tu sois là Akihide ? Tu as refusé les avances d’un sensei ? Se retrouver confronté aux shinobi de son clan ça relève plus de la punition que de la récompense…
Autour d’eux, les quelques samouraï en mal de distraction commencèrent à écouter leur conversation, espérant sans doute assister à une petite scène de dispute  croustillante.
- Je me suis porté volontaire, répondit-il vexé. Mais si j’avais su que tu en ferais partie je me serais abstenu. Comme toi je suppose…
- Calomnie ! Ta présence ne me dérange absolument pas mon cher frère, elle illumine cette mission. D’ailleurs tu vas pouvoir nous éclairer de tes lanternes. Comment trouverais-tu des ninjas renégats, parmi d’autres ?
- Demi-frère, précisa-t-il. Et il faudrait surtout identifier celui ou celle qui orchestre ces attaques, qui fait oublier aux genin leur allégeance au clan.
- Mmh… très juste. Je propose la punition collective, déclara-t-elle avec un grand sourire provocateur. On choisit des guerriers au hasard et on les exécute si les coupables ne se dénoncent pas. Et s’ils ne dénoncent pas leur meneur, ajouta-t-elle toujours souriante.
Akihide la regarda avec des yeux ronds, choqué :
- Tu serais capable de faire ça ?!
Takara ne répondit pas, une lueur malicieuse au fond des yeux. Le pire est qu’elle en était bien capable, mais cela aurait été idiot.
- Je vois, tu te moques de moi… Et bien c’est n’importe quoi comme idée. Ce ne serait plus une partie des shinobi mais absolument tous qui se révolteraient. Tu servirais les desseins du meneur, conclut-il.
- Mais tu es loin d’être bête, Hiroaki ne t’a pas abruti la cervelle, c’est déjà ça.
- Un jour il faudra que tu me dises ce qu’il a bien pu te faire, pour que tu le détestes autant.
- Pose-lui la question répliqua-t-elle, l’humeur s’assombrissant.
La jeune femme n’aima pas la tournure que prenait la conversation et leur officier l’interrompit à point nommé, ordonnant une halte. Ils étaient quasiment arrivés et étaient en train de traverser un des hameaux attaqués. Des traces d’incendies étaient encore visibles, une ou deux maisons étaient complètement en ruines. Cela semblait récent, et les villageois étaient encore en train de nettoyer, d’enlever les débris. La mine défaite ils avaient l’air sombre, mais il semblait subsister une certaine colère également sur leurs visages. S’adressant à ses soldats il demanda quelques volontaires pour examiner les lieux de l’attaque et interroger les habitants.

Spoiler:
 


L - M - M - J - V - S - D


"Dans la terre du désespoir poussent de mauvaises fleurs."
Sofi Oksanen

Revenir en haut Aller en bas
Suzue Aiko

avatar

Hatamoto

Messages : 84
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher Jeu 24 Nov - 11:51

En arrivant au hameau, qui avait subi un raid aussi, Aiko s'arrêta et n'écouta rien de ce qui pouvait lui être dit. Elle observa et imprima bien dans ses yeux ce que des ninjas de son propre clan avaient osé faire pour faire savoir leur mécontentement. Faire souffrir des innocents, et pire encore, des innocents qui les soutenaient. Il était difficile pour elle de faire la part des choses entre les mauvais et ceux qui n'y étaient pour rien. Néanmoins, ceux qui y étaient pour rien avaient tout de même une part de responsabilité, ils sont nécessairement au courant et peuvent les arrêter. Ils ne l'ont pas fait. Que ne ferait pas un homme pour arriver en haut de l'échelle, en particulier chez un groupe sans honneur et apte à trancher la gorge de son voisin pour une meilleure place... C'était à vomir.

Entre différentes idées conflictuelles concernant la diplomatie et le massacre, l'Hatamoto fut réveillée par l'officier lui demandant son avis sur la situation. D'habitude difficile à faire parler correctement, elle lâcha sans problème qu'ils devaient payer, sans cacher sa colère. Il était d'accord mais s'était attendu à autre chose de sa part, et du coup n'était toujours pas sûr de quoi faire. Ils allaient en reparler et il alla recueillir des avis et voir ce qui se passait aussi, et la jeune femme en fit de même en allant vers les villageois nettoyant pour les aider. Des témoignages ressortaient qu'il n'y avait pas eu de victimes autre que des blessés si résistance il y avait, et que les violences étaient en général contrôlées. Des raideurs avaient une conscience et ne laissaient pas les choses aller trop loin. Ils restaient néanmoins des raideurs.

Un témoignage en particulier se révéla très utile rapidement, une habitante n'était pas présente durant le raid. Et quand elle fut interrogée aussi, le mensonge pour expliquer son absence fut immédiatement décelée. Qui part cueillir des champignons seule aussi longtemps? Le timing du départ était aussi trop précis. Pour la faire parler, la tactique du bon samouraï et du mauvais samouraï suffit. Son frère était un genin et la mettait au courant des raids pour s'assurer qu'elle ne soit pas présente au mauvais moment et qu'elle risque quoi que ce soit. En échange de la promesse de laisser son frère en vie, promesse qu'ils ne pourraient probablement pas tenir, c'était uniquement pour le geste, elle avoua le lieu prévu d'un prochain raid. Les soldats se rassemblèrent dans le but de parler du plan "d'attaque". L'avis d'Aiko était simple, y aller pour empêcher le raid. Elle n'avait pas perdu l'objectif de base, mais elle ne savait pas comment régler les choses autrement que par les armes dans l'instant, sans réfléchir encore au fait que si ils sont présents, les ninjas n'attaqueraient sûrement pas...


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kogane Takara

avatar

Samouraï

Messages : 40
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher Sam 28 Jan - 15:07

Quelques soldats s’éparpillèrent aussitôt dans le village, fouillant, interrogeant, et apportant leur aide au besoin. Kogane, ravie de pouvoir fouiner, commença à examiner une maison partiellement calcinée, cherchant d’éventuels restes de flèches incendiaires. Mais elle ne trouva rien, ce qui suggérait que les assaillants avaient pris soin de les récupérer. Ou ils avaient utilisés autre chose que des flèches, mais quoi qu’il en soit ils semblaient soucieux de ne pas laisser la moindre trace derrière eux. Par peur qu’elles les incriminent ? Fort probable, et elle ne douta plus que les shinobi soient responsables des pillages.

Abandonnant sa recherche d’indices, une conversation tout près l’interpella, attisant sa curiosité. Deux samouraï interrogeaient une villageoise qui, si elle avait bien entendu, n’était pas présente la nuit de l’attaque. En entendant la réponse qu’elle leur fournit, Kogane éclata d’un rire sans joie, tant son explication était risible. Même un enfant aurait trouvé mieux qu’une cueillette de champignons, sachant qu’aucun des assauts ne s’était produit en journée. S’approchant un peu plus elle se moqua, ironique :
- Bien sûr ! Ils sont tellement plus faciles à ramasser dans le noir…
La paysanne rougit fortement devant l’évidence de son mensonge, honteuse de sa maladresse, et ne pipa mot.
- Allez, tu vas raconter ta cueillette nocturne à l’officier, sans omettre un seul détail, dit-elle sévèrement.
Les samouraïs la menèrent à leur supérieur, et la jeune femme en profita pour observer et écouter l’interrogatoire. Ses yeux étincelèrent de satisfaction lorsqu’elle révéla enfin ce qu’elle savait, des informations pouvant leur conférer un avantage certain, employées judicieusement. C’était une véritable aubaine pour cet officier qui appréhendait la confrontation avec les shinobi, surtout sans atouts dans la manche. Mais ce n’était plus le cas et il comptait bien en tirer profit pour régler ce conflit.

Il ordonna à son unité d’être prête à partir et de se rassembler à l’écart du village. Les militaires s’exécutèrent promptement, et écoutèrent l’exposé de la situation avec les nouvelles informations qu’ils possédaient. Digérant la nouvelle, un des samouraï lâcha alors ce qu’ils avaient tous en tête :
- C’est parfait ! Nous n’avons donc plus qu’à leur tendre une embuscade ! Ils seront pris sur le fait, et personne ne pourra nier qu’ils ont trahis leur clan !
Une lueur d’excitation passa dans leurs regards, plusieurs samouraï opinant du chef, alléchés par la perspective de prendre les assassins en flagrant délit. L’idée de pouvoir en découdre avec eux fit son chemin parmi les guerriers, réveillant le feu d’une ancienne rivalité entre les deux armées. Constatant l’air réjoui de ses camarades Akihide émit néanmoins une objection à ce plan prometteur, mettant son grain de sel dans la discussion :
- Je ne voudrais pas entamer votre enthousiasme mais embusquer des ninjas me paraît, par principe, voué à l’échec… De plus ils vont savoir qu’on est là, qu’on se rend à leur village… s’ils ne le savent pas déjà. Ils vont peut-être même renoncer à attaquer tant qu’on sera présents.
À ces mots différentes expressions se peignirent sur les visages, entre ceux qui commencèrent à douter de l’efficacité du plan, reconnaissant la logique du jeune homme, et ceux qui, confiants dans leurs capacités, ne virent là que sottises proférées par un bleu, mû par sa lâcheté.
La conversation commença à s’échauffer et le brouhaha s’amplifia, chaque parti allant de ses arguments pour ramener l’autre à la raison. Soudain, par-dessus les gesticulations et les vociférations, l’officier trancha d’une voix forte, sans appel :
- Alors nous les pousserons à attaquer, nous ne leur laisserons pas le choix ! Ces traîtres doivent être identifiés et arrêtés, et ils le seront ! Par n’importe quel moyen en notre possession !
Une idée germait dans son esprit en pensant au seul renégat qu’ils avaient pu trouver. Personne ne pouvait résister indéfiniment à la question, et même les ninjas le savaient.


L - M - M - J - V - S - D


"Dans la terre du désespoir poussent de mauvaises fleurs."
Sofi Oksanen

Revenir en haut Aller en bas
Suzue Aiko

avatar

Hatamoto

Messages : 84
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher Mer 1 Mar - 22:25

Une idée germa dans l'esprit des samurai. Embusquer les ninjas. Quand Aiko avait pensé à aller au village les arrêter, c'était de front. Car même elle n'est pas assez stupide pour imaginer la possibilité d'embusquer des ninjas probablement déjà au courant de leur présence. Certes, l'idée lui avait tout de même traversé l'esprit l'espace d'un instant, rivalité et ironie. Mais plus sérieusement, ça ne pouvait pas marcher. Heureusement que parmi les esprits guerriers se trouvait quelqu'un avec un poil plus de jugeote ET assez de cran pour donner son avis à voix haute. Enfin, c'était plutôt qu'Aiko était incapable de dire des choses en présence d'autres gens plutôt... Bref, c'était entre "les vrais mâles" qui voulaient embusquer les ninjas et les "couards" qui pensaient avec raison que c'était une mauvaise idée. Et l'officier se décida à trancher.

La jeune femme ne comprit d'abord pas ce qu'il voulait dire. Comme la majorité des soldats d'ailleurs. Comment les forcer à attaquer? Ils n'allaient quand même pas prendre le village en otage... Les seuls éléments en leur possession étaient leur prochaine cible et l'identité d'un ninja. Déjà certains esprits avaient compris le stratagème.

"Nous allons leur rendre une petite visite et soumettre à la question certains d'entre eux. Soit ils admettent tout, soit les traîtres essaieront d'innocenter leurs camarades."
Astucieux. Ils connaissaient l'un d'entre eux, ce qui faisait un coupable à coup sûr qui pouvait tout avouer. Mais les ninja étaient prompts au suicide ou à l'assassinat de leur compère pour cacher des choses. Mais en embarquer un nombre aléatoire en disant que ce sont eux, c'est forcément avoir une majorité d'innocent, avec un coupable assuré. Si ils étaient capable d'amitié, alors ils chercheraient à innocenter ceux qui se feront questionner. Pas mal de si, mais c'était bien plus concret que tout ce qu'ils avaient jusque là.

Et le plan se mit en place. Un groupe allait se diriger vers le village cible et se préparer à recevoir une attaque. L'autre, avec le Taii allait lui rendre visite aux ninjas pour les pousser à agir et les prendre sur le fait. L'Hatamoto se plaça naturellement dans le groupe allant voir les ninjas. Même si elle était totalement inutile pour prendre la parole. Quoi qu'elle était assez remontée pour être capable de former des phrases. Cela dit, elle laissa tout de même toute la discussion à l'officier. En effet, ils n'étaient pas là pour massacrer jusqu'aux derniers ces traîtres de ninja et il était donc important qu'Aiko n'ouvre en aucun cas la bouche pour négocier. Si cela devait arriver, les négociations n'iraient que dans un seul sens, leurs morts. Ce n'était pas qu'elle voulait tous les tuer, mais plutôt qu'elle était assez remonté pour utiliser des moyens bien plus violents pour obtenir des résultats, et cela ne finirait en aucun cas bien pour qui que ce soit. Heureusement, la raison de sa présence n'était pas la diplomatie.

Accueillir les samuraï, ils n'avaient aucunement le choix dans la question. Même si personne n'appréciait l'autre et qu'un affrontement pouvait éclater très facilement. Subir les accusations et ne pas pouvoir faire d'objections non plus. A vrai dire, si il arrivait quoi que ce soit à l'unité, les prochaines troupes qu'ils verraient s'assurerait de leur extermination. Si c'était néanmoins leur objectif, l'Hatamoto, le Taii et les quelques soldats n'auraient strictement aucune chance de s'en sortir. Mais ils ne jouaient pas à ce jeu là, ils cherchaient à ce que leur voix mécontente porte. Ou plutôt, tout comme les hommes en général, ils jouaient au jeu du pouvoir. Ils étaient donc totalement impuissants quand l'officier désigna les traîtres parmi eux, dont le frère bien connu. Et Aiko, bien qu'Hatamoto et voix du seigneur par conséquent, se contenta comme la majorité du temps d'observer. Avec mépris, mais d'observer. Elle n'était après tout pas doué pour la parole, elle serait alors un oeil. Techniquement, il était aussi très improbable en sa présence que la première perte vienne d'un soldat si un combat devait s'enclencher, mais ça il n'y avait personne ici qui le savait, pas même elle.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kogane Takara

avatar

Samouraï

Messages : 40
Date d'inscription : 15/02/2016

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher Mar 16 Mai - 20:01

Cela faisait deux heures que le contingent diminué de moitié était arrivé au village ninja. Leur taii, Endô Hidenori, s’était entretenu avec les trois Chûnin qui contrôlaient provisoirement les shinobi en l’absence de Jônin. Puis la dizaine de traîtres désignés avait été enfermée dans les geôles au sous-sol du château, chacun dans une cellule, ce qui ne s’était pas fait sans protestations. Si l’exécution du Jônin n’avait pas énervé tous les shinobi, l’ingérence des samouraï dans le village ninja y avait réussi à coup sûr. Leur plan avait intérêt à fonctionner, s’ils ne voulaient pas que la mèche qu’ils avaient allumée leur explose à la figure.
Les soldats s’étaient ensuite restaurés puis Endô Hidenori, accompagné de deux samouraï, était allé parler avec les prisonniers pour un premier interrogatoire. Il s’agissait seulement de leur poser quelques questions, et de faire croire que le véritable interrogatoire musclé commencerait dès le lendemain. En réalité il était hors de question de torturer des innocents, mais ils ne devaient pas le savoir. Pendant ce temps les autres soldats, désœuvrés, se reposaient dans la cour, discutaient, entretenaient leur équipement, mais la tension était palpable, étouffante. Le moindre mot de travers à l’égard de l’un ou l’autre corps d’armée pouvait mettre le feu au poudre.
Cherchant sa sœur du regard, Akihide l’aperçut à quelques mètres, assise contre le mur d’enceinte. Elle s’était trouvé un coin tranquille pour observer le remue-ménage parmi les shinobi, et il se dirigea vers elle. Se laissant glisser au sol à ses côtés, il se mit lui aussi à regarder leur activité, puis rompit le silence entre eux deux :
- Finalement je retire ce que j’ai dit.
- Plaît-il ?
Fit-elle, sans le regarder.
- Tout à l’heure, quand j’ai déclaré que si j’avais su ta présence, je ne serais pas venu.
Après une pause il ajouta :
- Je suis content que tu sois là.
À ces mots, Kogane eut un petit rire sans joie et lui répondit :
- Laisse tomber le sentimentalisme. On ne peut pas dire qu’on soit des frère et sœur très proches, la dernière fois qu’on s’est parlé c’était il y a trois ans, quand je t’ai félicité après ta cérémonie du Gempukku.
- Oui, je m’en souviens
dit-il, souriant à l’évocation de cette cérémonie. Père était très fier.
Il eut pour toute réponse qu’un grognement de Takara, mais il continua d’un ton neutre :
- Je ne me souviens pas de la tienne.
- Normal, tu n’étais pas là,
répliqua-t-elle.
- Ne dis pas de bêtise. Je suis de ta famille, j’y ai forcément assisté.
Sa sœur soupira d’exaspération, puis lui expliqua :
- Tu avais neuf ans, et notre père et ta mère t’ont interdit de venir. À cet âge on est impressionnable, et il était inconcevable que tu vois qu’une fille pouvait devenir samouraï, dit-elle, amère.
- Oh… je vois...Fit-il, songeur.
Il s’interrompit puis s’exclama avec chaleur :
- Félicitations Takara !
Surprise devant la soudaineté de cette déclaration, pour le moins incongrue après huit ans de retard, la jeune femme éclata de rire et son frère, légèrement vexé, haussa les épaules :
- Pff… Mieux vaut tard que jamais.
- J’imagine que oui… Merci petit frère,
lui répondit-elle, calmant son rire.
Elle ne s’attendait pas à ce que cela lui fasse plaisir, mais c’était bien le cas. Elle avait tourné le dos depuis longtemps à sa famille, car son père et sa belle-mère ne l’avait jamais aimé, pour la simple raison qu’elle était une fille. Mais son frère n’y était pour rien, comment pouvait-elle lui en vouloir ? Et pourtant elle ne s’était jamais intéressée à lui, elle l’avait tout simplement ignoré, supposant qu’il serait rapidement conditionné par ses parents. Des remords tardifs la prirent : de même qu’elle aurait voulu des parents aimants, il aurait peut-être aimé avoir une grande sœur présente pour lui. Sa culpabilité se réveilla, la mettant mal à l’aise, mais la spontanéité de son frère lui avait mis du baume au cœur. Il n’était peut-être pas trop tard après tout pour conserver un lien familial, et elle se rappela qu’il n’avait somme toute que dix-sept ans. Kogane remarqua soudain un petit sourire sur le visage d’Akihide, et lui demanda :
- Qu’est-ce qui t’amuse ?
Lui désignant Suzue Aiko de la tête, il expliqua :
- Imagine la tête de notre père s’il voyait la Hatamoto. Une fille, parmi les meilleurs samouraï du clan chargés de protéger notre Daimyo.
Un sourire sincère étira les lèvres de Takara :
- En effet, je ne sais même pas s’il parviendrait à lui adresser la parole. Ni comment il réagirait si elle lui donnait un ordre, dit-elle en s’esclaffant.
- Il deviendrait tout rouge et il s’étoufferait avec sa propre langue ! Mais elle ne parle pas beaucoup en fait.
- Alors que toi t’es un vrai moulin à parole ?
Rétorqua-t-elle, ironique.
- Non, et c’est dommage. Elle est bien jolie.
- Holà, tu vas te calmer tout de suite jeune paon,
dit-elle, amusée. T’as aucune chance, fais-toi à l’idée.
Mais confortablement installé il continua de l’observer, sans se gêner.
- Arrête ça, tu vas t’attirer des ennuis, le prévint-elle.
- Pourquoi ? C’est plutôt flatteur pour elle, non ?
- Un gringalet comme toi ? Je vois pas en quoi. Continue et elle va finir par te crever les yeux.


Une demi-heure plus tôt, à quelques mètres sous terre…

- Bien. Maintenant que les représentants sont tous présents, on peut commencer.
Dans une sombre salle servant de lieu de stock pour les ninjas, un homme venait de prendre la parole. Cet homme, c’était Okada Kaito, Chûnin depuis bientôt dix ans. Son physique banal et passe-partout, parfait pour sa profession, dénotait avec le feu qui couvait à présent dans ses yeux, un feu auparavant mû par ses convictions, sa force de volonté auxquelles s’ajoutait maintenant une lueur de folie. Il avait voué sa vie à son clan, abandonnant son honneur pour le servir jusque dans les plus basses besognes. Il avait consacré son existence à la perfection de ses arts ninjas, il avait admiré son Jônin, l’avait suivi loyalement jusqu’à sa fin funeste. Une fin qu’il n’avait pas comprise, qui l’avait révolté.
Les shinobi rendaient fidèlement service à leur clan, sans rien obtenir en retour, ni gloire, ni médailles, ni même de reconnaissance. Car aux yeux d’Okada, exécuter leur chef malgré ses années de bons et loyaux services, envoyer sa tête à un clan ennemi, à sa demande, était tout le contraire de la reconnaissance. Sa colère l’aveuglant, il avait convaincu un certain nombre des siens à se retourner contre un clan prêt à les sacrifier, et les abandonner aux exigences de l’ennemi. Ils avaient planifié les attaques des villages, dans une volonté de vengeance un peu vaine, de fausse justice, et leurs actions recevaient maintenant leur réponse.
- Les samouraï ont fini par venir, reprit-il. J’avoue que je ne m’attendais pas à ce qu’ils arrêtent directement des renégats. J’ignore sur quoi reposent leurs accusations, leur taii n’a pas voulu le dire, invoquant seulement une source fiable.
- Mais ont-ils réellement identifiés certains des nôtres ?
Intervint l’un des genin présents.
- Et bien non, il s’avère qu’il n’y en a qu’un seul qui soit acquis à notre cause, leur source n’est pas si fiable que ça visiblement. Mais c’est Kimura Yoshihiro.
Un vent de malaise parcouru les genin, qui n’étaient pas censés connaître les noms des autres. Seuls le chef et ses deux bras droit les connaissaient, et Kimura était l’un des deux. Okada le remarqua, et répliqua :
- C’est de toute façon un homme mort. Nous ne pouvons pas prendre le risque de le laisser parler, il en sait trop. Il est perdu.
- Mais les samouraï vont le torturer, combien de temps pourra-t-il tenir ?
- Il connaît nos plans pour la prochaine attaque !

Le premier bras droit de leur chef intervint, levant la main dans un geste d’apaisement :
- Du calme ! Par mesure de prudence nous avons décidé que le lieu de l’attaque serait modifié, mais nous en discuterons après. Nous ne risquerons pas de tomber dans une embuscade, seulement il faut faire taire Yoshihiro rapidement. Cette nuit à vrai dire.
Les personnes présentes se regardèrent, le coeur lourd. Sacrifier l’un d’eux n’était pas quelque chose d’agréable, mais ils n’avaient guère le choix. Une à une les têtes se baissèrent, signifiant leur assentiment. Puis quelqu’un reprit la parole :
- Ne serait-il pas plus prudent d’annuler simplement les attaques, pendant que les samouraï sont là ?
Leur chef échangea alors un regard avec son bras droit, Miura Toshi. Ils avaient longuement parlé de cette possibilité juste avant la réunion, et finalement Toshi l’avait convaincu :
- C’est plus compliqué que cela, expliqua-t-il. Il faut les innocenter.
Des yeux ronds accueillirent ses paroles :
- Pourquoi ? Fit l’un des conjurés, interloqué, reflétant la pensée de chacun. Ils le sont déjà, innocents.
- Parce qu’ils vont être torturés, pour quelque chose qu’ils n’ont pas commis. À cause de nous, de nos actions. À votre avis, comment vont réagir les autres genin, restés fidèles ? Combien de temps va-t-il s’écouler avant qu’ils ne nous reprochent notre rébellion ? Que nos propres camarades se retournent contre nous ? Malgré toutes les précautions que nous avons prises, nous ne pouvons pas être sûrs de ne pas être trahis. Si nos camarades ont une motivation sérieuse pour enquêter, ils trouveront. Ils sont entraînés pour ça. Il ne faut pas qu’ils soient torturés, ni exécutés.
Un bref silence s’installa, alors qu’ils réfléchissaient à ce que Kaito venait de dire. Puis l’un d’eux, sceptique, demanda :
- En quoi est-ce qu’une attaque les innocentera ? Ils auraient pu participer aux précédentes.
- Cela plus la mort de Kimura dans sa cellule suffira comme preuve pour nos camarades, et les samouraï seront bien obligés de céder sous leur pression. D’autre part je les soupçonne de ne pas avoir de preuves tangibles. De tout manière quelqu’un d’autre a une meilleure idée ?
Personne ne releva, et ils passèrent enfin à l’établissement de leurs plans. Ils n’attaqueraient pas Pyonfu, mais Netsuri. Si les samouraï avait eu vent d’une quelconque manière de leurs intentions pour cette nuit, ils seraient embusqués au mauvais endroit. Quelques shinobi resteraient ici, et seraient chargés d’éliminer Yoshihiro. Leur chef décida d’en faire partie, ainsi que Toshi. Le reste de la réunion porta sur des détails de la  mise en œuvre, puis ils se séparèrent et quittèrent la pièce l’un après  l’autre. Okada Kaito sortit en avant-dernier, laissant Miura Toshi seul avec ses pensées.
- Pauvre fou, murmura-t-il. Ta rébellion ridicule ne t’accordera qu’une mort plus précoce...


L - M - M - J - V - S - D


"Dans la terre du désespoir poussent de mauvaises fleurs."
Sofi Oksanen

Revenir en haut Aller en bas
Suzue Aiko

avatar

Hatamoto

Messages : 84
Date d'inscription : 14/08/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher Ven 2 Juin - 1:02

N'ayant sa place nul part, Aiko vagabondait principalement, observait et surtout restait à l'écart. Non parce que c'était son rôle mais parce qu'elle était trop incapable au niveau des relations humaines. Sans compter qu'en soi, elle n'était pas particulièrement appréciée en général. Les faits étant qu'elle n'est pas douée avec la diplomatie, ni avec les relations humaines. Elle n'en a pas beaucoup plus avec la paperasse. Pour un bon nombre de militaires, sa promotion avec l'ancien Daimyo s'est faite en passant sous le bureau. Et en plus, c'est une femme, visiblement frêle en plus. L'injustice et la jalousie les motivaient. Ils étaient néanmoins moins nombreux qu'à sa nomination. Ceux qui l'avaient directement confrontée ne pouvaient plus qu'admettre une chose, ils ne pouvaient pas la battre en duel. Se sous-estimant, elle ne pensait ses victoires ne venir que de la chance et de l'adversaire qui la sous-estimait beaucoup trop.

L'inverse était parfois arrivé. Plutôt que de la confronter, quelques-uns avaient essayé de la séduire pour la faire quitter l'armée et peut-être obtenir sa place. Ces tentatives se sont arrêtés plus vite que les autres face à ce cas social. D'autres plus intelligents avaient tentés de se rapprocher pour se faire remarquer et que le seigneur ait des bons mots les concernant. Mais l'Hatamoto était trop stupide, ou trop clairvoyante selon l'opinion, pour remarquer la chose. Les plus intelligents dans l'histoire étaient finalement ceux qui n'en faisaient pas cas et qui faisaient ce qu'ils avaient à faire.

En conclusion, il y avait principalement deux comportements à son approche. La première consistait à s'éloigner en crachant. La seconde à changer de sujet et à dire du bien de maintenant la dame. Bien que perdant aisément le fil de ses pensées si elle se mettait à réfléchir trop fort, elle n'en était pas pour autant stupide à ce point et avait remarqué ces changements de comportements. Ici, cela pouvait potentiellement leur servir pour obtenir le soutien de certains shinobi ou juste des informations utiles. Son vagabondage n'était pas totalement innocent. Mais cela ne donnait pas grand chose. Leur loyauté n'était pas à critiquer, même si elle était mal placée.

C'était un peu par dépit qu'elle s'était assise à regarder le ciel. Pourquoi est-ce qu'elle avait voulu participer exactement? Il était pourtant évident que pour gérer une situation pareille, c'était plutôt la diplomatie qui était nécessaire et pas des muscles. Le vain espoir qu'elle serve néanmoins à quelque chose? Ou bien qu'elle s'améliore? Elle soupira. Un rapide coup d'oeil autour d'elle et elle remarqua un jeune soldat ainsi qu'une guerrière avec lui les regarder. Ils devaient penser qu'elle ne sert à rien et qu'elle ne devrait pas être Hatamoto. Ses yeux retournèrent dans le ciel. La sensation d'être observée ne faiblissait pas. Décidément, elle était vraiment anxieuse d'être au milieu des "ennemis" ici.

Un autre regard dans la direction du jeune homme et sa collègue lui permis de comprendre que cette sensation venait de lui. Probablement un hasard. Elle regarda à nouveau. Il ne la quittait pas des yeux, et n'avait pas l'air méchant. C'était d'ailleurs celui qui avait indiqué la stupidité d'embusquer des ninjas. Et il avait aussi de beaux cheveux blancs. Elle rougit. Peu importe ses intentions, c'était gênant et la jeune femme n'aimait pas être observée. Elle commença à paniquer. Elle se releva et alla ailleurs. Comme disait un ami, ce n'est pas une fuite, c'est pour se regrouper. Dans sa fuite, elle bouscula un homme. Son réflexe habituel était de se retourner pour s'excuser, mais elle avait reçu un papier directement dans sa main et stoppa son réflexe. Le temps de comprendre, il avait disparu. Pas de doute, c'était un message.

Qu'en faire? Prévenir tout le monde? Oui, elle devait parta-Non, il n'y avait aucun moyen de savoir si l'information était fiable mais si elle l'était, c'était un coup d'avance qu'elle avait là. En faire profiter tout le monde et donc les shinobi avec était perdre cet avantage. Prendre un air naturel (impossible) et voir le Taii.

"E-Endô-dono, e-est-ce que je peux... V-Vous parler en privé?"
D'abord intrigué par cette requête, l'officier comprit rapidement et l'invita à la suivre dans ses quartiers. Les murs ayant des oreilles, elle ne dit pas un mot et lui tendit simplement le message. A son regard soutenu, elle répondit avec un air inquiet. Parler sans dire un mot était tellement plus facile pour elle tant que ça restait simple.

Le message indiquait, sans signature, que le lieu de l'attaque avait changé et quelle était cette nouvelle cible. Rien ne permettait de croire ce qu'il y avait d'inscrit. Cela pouvait tout aussi bien être un piège pour les mettre sur une mauvaise piste ou les faire se séparer. Mais si ils avaient bien un allié qui leur indiquait le plan des renégats, ils avaient un très bon coup d'avance qu'il ne fallait pas gâcher...

"Je vais écrire un message pour les soldats stationnés dans le village. Vous pouvez retourner à vos activités Suzue-dono."
"N-Ne devrais-je pas m'occuper de l'acheminement de la missive?"
"Votre position est apparemment un avantage ici que je compte bien garder. Mais pas un mot à quiconque ici, les ordres viendront le moment venu."

La discussion en murmurant terminée, elle s'inclina légèrement et laissa l'officier à ses affaires. Elle n'avait aucune idée de quel était son plan mais le plus sûr serait de prévenir la garnison du changement de cible et de se préparer à intervenir. En ce qui la concernait, elle allait retourner à son occupation consistant à faire pot de fleur. Enfin, d'abord elle rougit à nouveau en voyant le jeune homme puis elle alla ailleurs. Définitivement pas douée avec les autres gens.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher

Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] L'hydre a plus d'une tête à trancher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une hydre de la Garde Imperiale en passant
» yoga, chevalier de bronze l hydre femelle
» Ryu Ryu no mi : modèle hydre
» A la chasse à l'Hydre (terminé)
» [Île de l'hydre] La banque doit sauter!


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..