AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Les enfants de Lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Birei L'Empire

avatar

Maître du Jeu

Messages : 46
Date d'inscription : 23/04/2016

MessageSujet: Les enfants de Lumière Dim 3 Juil - 16:36


Après quelques minutes de marche au coeur de la capitale où vos pas ont du mal à vous porter au même niveau que les vastes enjambées du géant qui vous sert de guides, vous arrivez au pied du Très Haut Temple et vous constatez que celui-ci porte bien son nom. En effet, un millier de marches écarlates vous sépare de son sommet et il vous faut les gravir immédiatement. D'ailleurs, si Zuku s'est arrêté quelques secondes pour vous laisser admirer la bâtisse, il vous fait signe de passer devant lui. Ainsi, vous vous retrouvez à escalader cent dizaines de courts échelons et à contempler une bonne centaines de statues et de fresques. Certaines semblent vous toiser du haut de la muraille, d'autres vous accompagnent et vous encouragent de leur bonhomie apparentes, vous promettant monts et richesses à condition que vous réussissiez à arriver jusqu'en haut. Les tableaux, quant à eux, narrent des légendes anciennes et presque oubliées dont seul un averti pourrait y soustraire une certaine cohérence. Derrière vous, le Magistrat et votre hôte vous observe tranquillement, peu affecté par les escaliers tant il les a arpentés.

Vous atteignez enfin le sommet du Temple et deux gardes vous demandent de vous identifier, ce que vous faites sans le Magistrat déjà connu par les environs. Les soldats hoche la tête de concert et vous laisse pénétrer tout deux dans le bâtiment à l'odeur renfermé. Sur ce, vous apercevez avec surprises que de petits loups de lumières flottent à votre niveau et suivent chacun de vos mouvements. Zuku vous installe dans une pièce vide et noire avant de vous laisser. Quelques secondes plus tard, vous entendez de vives protestations précédant un nouveau silence. Enfin, vous apercevez dans la pénombre le Magistrat vous rejoindre, sa grande silhouette illuminée par un être inédit, comme nul autre pareil. En effet, celui-ci semble véritablement auréolé de lumière et d'une jeunesse éternelle. Ses yeux mêmes contiennent de petits soleils dont les lumières indiscrètes glissent sur vous. Voûté, il semble porter le monde sur ses épaules et pas vraiment ravi de voir Keisan-sama sur ses talons.

"Kakita-san. je vous présente Mitsutoshi-Jushoku-sama. Il peut communiquer avec les esprits des vivants depuis son plus jeune âge.

"Kakita-san." Il vous salue avec une élégance rare mais sa voix est très fatiguée.

"Les disciples qui peuvent communiquer par télépathie sont rares ici. Ils sont amenés au temple où leurs dons leur permettent d'accéder aux plus hautes instances. Bien, je vais vous laisser procéder. Veuillez m'excuser de vous avoir déranger, Mitsutoshi-sama."

"Ce n'est rien. J'ai bien compris que cet enfant doit accomplir sa mission pour le bien de tous. Aussi, vous n'avez exceptionnellement pas besoin de faire d'offrandes. Les Cieux et Yokuni doivent travailler ensemble, n'est-ce pas ?"

Keisan Zuku s'incline profondément et s'éloigne. Mitsutoshi vous fait vous agenouiller de nouveau en face mais à bonne distance de lui avant de vous demander ce que vous désirez transmettre à la Kannushi de Moegami, Shimizu Ame.
Revenir en haut Aller en bas
Kakita Sakuya

avatar

Non Joueur

Messages : 17
Date d'inscription : 05/05/2016

MessageSujet: Re: Les enfants de Lumière Lun 4 Juil - 1:46


C’est dans un silence des plus pesants que je suivais Keisan Zuku au travers de la Cité avec très probablement la lettre la plus importante que je n’ai jamais écrite. Il m’est déjà particulièrement compliqué de suivre avec aisance le géant avec un accoutrement si peu pratique et auquel je ne suis pas habitué, j’avais également le loisir de perdre mon regard sur la beauté de Birei. Le Très Haut Temple avait un nom plutôt bien choisi. La vue qu’offrait le bâtiment était un régal pour les yeux, même si ce n’était originalement pas ce qui m’attirait le plus en temps normal. Devant le millier de marches qui me séparaient visiblement du lieu où il m’emmenait, je commençais la longue montée après qu’il m’eut invitée à passer en première.
Les décorations étaient toujours si particulières, uniques et caractéristiques de Birei. Je n’avais jamais eu la chance de voir la Cité Impériale avant maintenant et j’en profitais allègrement sans pour autant perdre un rythme relativement soutenu dans l’ascension du colossal escalier.
A défaut d’avoir pu monter avec la même dextérité que si j’avais pu porter mes vêtements habituels, mon entrainement m’avait permis de tenir un rythme régulier tout du long. Malgré cela, il fallait admettre que cet escalier hors du commun était une épreuve à lui tout seul. Avec un court instant pour reprendre mon souffle, nous étions arrivés devant des gardes qui me demandèrent de décliner mon identité. Simplement et de manière tant formelle que respectueuse, ils me laissent entrer dans le bâtiment, toujours accompagnée du Magistrat.

A l’intérieur, c’est avec la plus grande des surprises que je découvre les décorations intérieures et surtout ces petits loups lumineux qui semblaient suivre mes gestes avec attention. L’ambiance était unique, encore plus que l’atmosphère de la capitale qui était déjà hors du commun.
Zuku-sama m’intime finalement d’attendre dans une pièce vide et plongée dans l’obscurité, je ne bronche pas le moins du monde et me laisse guider par le Magistrat qui s’éloigne pour s’affairer a je-ne-sais-quoi. L’obscurité était au moins quelque chose que je connaissais. Ce n’était pas nécessairement le plus rassurant que je puisse connaître, mais cela avait au moins le mérite de me plonger dans une ambiance avec un semblant de familiarité avec mes habitudes. Après un petit temps, j’aperçois finalement une silhouette dont il émane une lumière des plus surnaturelles à mes yeux. Un personnage dont le visage me semblait terriblement jeune et pourtant, par sa posture me semblait accablé par tant de tourments, comme le serait quelqu’un d’un âge avancé. Décidément, la journée actuelle venait encore de gagner un cran dans l’échelle de l’inhabituel. Cet homme auréolé de lumière et d’une jeunesse intemporelle me laissa dans un état de stupeur un court instant, avant que je n’engage des salutations très formelles dans un silence, tandis que Zuku-sama procédait aux présentations. La succession du dialogue fit que je ne pris pas la parole immédiatement, Zuku et Mitsutoshi échangèrent plus de formalités avant que ce premier ne s’éclipsa finalement je-ne-sais où, probablement dans une pièce annexe pour attendre ou vaquer a ses occupations qu’obligeaient son rang.

Compte tenu de l’inclinaison profonde du Magistrat, j’eus probablement bien fait de faire de même sans même me poser la question. Je prenais un petit temps pour assimiler ce que je venais d’entendre. Communiquer avec les esprits ? Voila un don des plus pratiques et probablement des plus obligeants dont j’ai pu avoir connaissance dans ma courte existence.
Installée à bonne distance de Mitsutoshi-sama, je mets mes idées en ordre avant de répondre à sa demande. Je me remémorais les paroles de l’Elu d’Amaterasu et ce que j’avais sur la lettre toujours glissée entre mes mains, ces dernières posées à plat sur mes jambes. Après un temps, je formule finalement quelque chose d’audible et ordonné à l’attention de mon interlocuteur dont les caractéristiques physiques me laissaient en proie à un certain étonnement.


« Son Altesse m’a chargé de prendre des nouvelles de Shimizu Ame-sama, vis-à-vis de ce qui fut évoqué lors du sommet au Palais Impérial. Une faille vers le Yomi est ouverte et menace le monde des vivants. Les mots de l’Empereur stipulent un choix à faire. Un choix lourd de conséquences car, parmi les sujets de l’Empire, certains n’ont pas pu s’extirper de la malédiction de Yumigami. Shimizu Ame-sama est demandée pour participer à la fermeture de cette faille, aux côtés de tous les élus des Kamis. Néanmoins elle doit être consciente que cette intervention peut avoir de graves répercussions sur ceux qui sont encore dans l’étreinte de cette malédiction, mais aussi parmi le rassemblement des élus qui seront présents pour agir de concert avec leurs pairs et son Altesse. Je me dois de savoir si Shimizu-sama est prête à courir ce risque et par la même a porter le poids de cette décision et des sacrifices qu’elle engendre.

Ma mission consiste à recueillir sa réponse pour en faire part à l’Empereur avant la première nuit de la Lune du Chien. »
Formulais-je finalement avec un ton simple et teint d’une légère angoisse traduisant l’importance de la tâche qui m’incombait.

En joignant le geste à la parole, je tendais humblement le papier détenteur de mon message qui résumait tout ce qui était dit plus haut. J’ajoutais d’ailleurs après coup, avec un ton plus calme et formel.


« J’eus rédigé ce pli a son attention pour faire état de mes précédentes paroles, avant que Keisan Zuku-sama ne m’accompagne en ce lieu pour que la demande du Divin Empereur lui soit apportée plus rapidement. »

Toujours inclinée de manière respectable vis-à-vis de Mitsutoshi, j’attendais sa réponse où les éventuelles directives de sa part pour la suite, n’étant pas le moins du monde au courant de la façon dont il s’y prendrait et de s’il avait besoin de moi pour quoi que ce soit.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Birei L'Empire

avatar

Maître du Jeu

Messages : 46
Date d'inscription : 23/04/2016

MessageSujet: Re: Les enfants de Lumière Jeu 14 Juil - 19:16


Le Reclus Mitsutoshi hoche la tête plusieurs fois pour vous montrer son écoute attentive et darde toujours son étrange regard sur votre personne. Après un mystérieux silence plus ou moins long, vous vous rendez compte qu'il a pris une position confortable et incante en crescendo. De longues minutes passent ainsi avant qu'il ne plonge subitement dans un sommeil inattendu. Rien à voir avec celui que Yumigami fait subir aux clans de Yokuni, puisqu'il se redresse tout aussi brusquement et vous pouvez déceler sur son visage d'une jeunesse et d'une pureté éternelle l'ombre d'un sourire.

"L'esprit de iyashi Kurome, nouvellement Kannushi, a été instruit par la lumière sur les raisons pour lesquelles vous désirez communiquer avec elle."

Ceci dit, le prêtre s'incline. Vous pensez ainsi que votre travail est terminé, que vous n'avez plus qu'à attendre une réponse, mais alors que vous vous apprêtez à prendre congé, vous entendez la voix de votre Kannushi sortir des lèvres du vénérable Reclus...
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Disparu

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: Les enfants de Lumière Lun 25 Juil - 20:51

"Kurome, je sais bien que vous n'êtes plus une enfant et que vous vous fichez de ces conseils de vieille personne, mais écoutez moi !"

La Kannushi nouvelle avançait à grands pas dans les couloirs du temple de Kaigen, les couches colorées de son kimono battant rageusement sur ses chevilles nues, ses jolis sourcils froncés. Derrière elle, un homme plus vieux aux cheveux sombre marchait, moins pressé car capable de parcourir plus de distance sur ses grandes jambes. Il avait l'air particulièrement contrarié par la situation.

"Vous avez bien raison Yoshio, je me contrefiche de ce conseil là en particulier !"

La jeune femme s'arrêta net, voltant brutalement sur ses talons pour se retrouver face à son mentor, lui plantant un petit doigt agacé dans le torse tandis que l'autre essayait de freiner à temps pour ne pas la bousculer. Hérissée comme un chat, Kurome toisa l'homme avec toute la hargne, tout l'énervement dont elle savait faire preuve. Et bien qu'elle fasse plusieurs têtes de moins que lui, il était évident que c'était la jeune femme qui menait la danse.

"Je vous nommerais Jushoku que vous le vouliez ou non ! Et si cela doit être temporaire, je m'en fiche. Mais je ne laisserais pas les rênes de ce temple uniquement à de jeunes pousses, vous m'entendez ? Je vous veux vous, et nul autre, pour former votre binôme. La situation est bien assez grave pour que vous me laissiez passer ce caprice !"

Alors que l'ancien Jushoku commençait à expliquer, patiemment, à sa supérieure pour quelles raisons exactes il pensait que le nommer lui, ancien à la retraite, au poste qui avait été le sien faisait peu de sens, l'élue de Moegami lui fit soudainement signe de se taire. Son petit mouvement de main ne suffisant pas, elle finit par plaquer son index directement sur la bouche de l'autre, grimpant sur la pointe des pieds et s'étirant de tout son long pour ce faire.

"Yoshio ! J'essaye d'entendre !"

Du fond de son esprit, comme venant de très loin, une voix semblait s'élever. La jeune femme relâcha la bouche de son mentor désormais silencieux, redescendit sur le plat de ses pieds, et pencha la tête pour écouter un peu mieux. Afin de se concentrer autant qu'elle le pouvait, elle ferma même les yeux, se laissa guider par la voix.
De murmure inaudible, elle se mua en discours tenu par une personne qu'elle ne connaissait pas. Mais on lui parla de Shimizu Ame, de faille dans le Yomi et de choix important, alors elle tendit l'oreille. Personne ne serait assez stupide pour déployer un pouvoir suffisant pour la contacter mentalement simplement pour jouer un mauvais tour.
Puis on lui annonça que le message provenait de Kakita Sakuya.
Hatamoto, se souvint-elle, envoyée à la Cour Impériale pour des raisons qui n'avaient pas été transmises à la Jushoku d'alors. Kurome sourit, songeant à l'ironie de la situation. La pauvre jeune femme, dans les terres de l'Empereur, allait avoir une drôle de surprise en se rendant compte que ce n'était plus Ame qui recevait sa demande d'aide.
Mentalement, la prêtresse demanda à la voix inconnue si elle pouvait répondre. On lui annonça qu'elle le pouvait, que sa voix porterait jusqu'à Birei. Nouveau sourire, rassuré cette fois, alors que la douce demoiselle rajustait son maintien et levait la tête dans une belle posture aristocratique. La jeune Kakita ne la verrait sûrement pas, mais peu importait.

"Je suis désolée, Kakita-san, de n'être celle que vous souhaitiez contacter à l'origine, mais je pense que les messagers annonçant la nouvelle ne devraient vous atteindre que dans plusieurs semaines, au mieux. Shimizu-san a été répudiée par notre Kami et je suis désormais celle qui parle au nom de la Flamme. En tant que Kannushi, sachez que ma présence auprès des autre élus est dores et déjà acquise. Quel clan sans face serions-nous, si nous laissions d'autres que nous s'occuper des problèmes du monde ?"

Dans le couloir tranquille du temple, la messagère de Mogami se redressa de toute sa hauteur, pâle et gracieuse, incarnation même de la fierté Setsu.

"Il ne sera pas dit que les enfants de Kagutsuchi sont restés sans rien faire tandis que d'autres se sacrifiaient et courraient des risques ! J'assumerais mes fonctions et ferais honneur à notre Clan. Je me mettrai en route pour la Cité Impériale dès que je le puis, si telle est la volonté de notre vénéré Empereur."



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Kakita Sakuya

avatar

Non Joueur

Messages : 17
Date d'inscription : 05/05/2016

MessageSujet: Re: Les enfants de Lumière Mar 26 Juil - 18:05

Incapable de comprendre ce qui se passait sur l’instant je me contentais de rester silencieuse et d’observer, une chose que je faisais a merveille d’ordinaire et qui me permettait de saisir un bon nombre de phénomènes. Mais là… Ce n’était que pure magie, un phénomène au delà de ma simple compréhension. Ceci dit, les quelques minutes qui suivaient l’incantation et la prise de contact étaient plutôt intéressantes. De mon point de vue, c’était quelque chose de complètement nouveau, inédite expérience que l’on m’offrait.
Lorsque finalement, le prêtre reprend la parole, je ne suis pas sure de bien comprendre ce qu’il me dit. Iyashi Kurome ? Nouvellement Kannushi ? Mon esprit redevenait la proie de milles questions. Moegami aurait jeté son dévolu sur une nouvelle élue pendant notre absence ? Loin de moi l’idée de vouloir comprendre la volonté des kamis et des possibles caprices qu’ils puissent faire. C’était une nouvelle à la fois étrange, triste mais aussi signe de grandes choses.
Je ne connaissais pas Iyashi Kurome, pas personnellement, pas plus que Shimizu Ame en vérité. Le peu d’informations dont je disposais était qu’il s’agissait d’une Jushoku, en soi elle était à une place idéale pour la potentielle succession au kannushi et je ne doutais pas que ce choix avait été fait en ce sens par le kami. Faisant taire la curiosité ayant prit fermement place dans mon esprit, je pensais que mon rôle était terminé lorsque finalement j’entendis la voix de notre nouvelle élue au travers du corps éternellement jeune du reclus de Birei.

Une nouvelle fois surprise par le fonctionnement de ce pouvoir, je ne bougeais plus d’un pouce, la voix de notre nouvelle kannushi fut cependant porteur de bonne nouvelles et elle marqua un sourire rassuré sur mon visage par ses mots. Pleine d’assurance et visiblement déterminée, Kagutsuchi avait probablement prévu ce genre de réactions. Dans ses mots brûlaient la même ardeur que celle du phénix. D’aussi loin que je le savais, Shimizu Ame n’avait jamais eu une grosse santé, peut être cela avait été voulu pour lui épargner une mort sur les lieux du rituel ou même pour éviter de se risquer a l’échec.
N’étant qu’un grain de sable sur l’échiquier divin, il m’était difficile d’estimer la portée des choix de Moegami mais je pensais cependant les kamis d’une sagesse éternelle et leurs actions étaient rarement conduites par le hasard. Quoi qu’il en soit, je venais d’obtenir une réponse satisfaisante à fournir à l’Empereur. Je m’enquis simplement de la possibilité de prendre de nouveau la parole avant de communiquer de nouveau avec Kurome au travers du prêtre.


« C’est une nouvelle inattendue, Iyashi-sama. Néanmoins je suis honorée et comblée de pouvoir m’enquérir d’une réponse aussi déterminée de votre part. Je me dois maintenant de transmettre votre réponse à son Altesse dans les plus brefs délais, nous attendrons votre arrivée à la Cité Impériale de Birei avec impatience. » Concluais-je en m’inclinant, sans même savoir si la kannushi pouvait voir au travers des yeux du prêtre par la même occasion.

J’attendis cependant que le contact entre les deux esprits se rompe pour pouvoir prendre congé, après avoir remercié Mitsutoshi avec autant d’égards que j’en avais apporté en le rencontrant. Keizan Zuku fut seul témoin sur le chemin du retour de mon contentement devant la réponse de la kannushi. Être porteur de bonne nouvelle en ces temps troubles était une bonne chose, en plus d’être relativement gratifiant, chose que je ne prenais absolument pas en compte sur le moment. En redescendant les milles marches du Haut-Temple pour retourner vers le palais impérial, mon esprit s’égarait le temps du trajet, je repensais à ce que je venais de voir, une image qui me suivrait longtemps, difficile d’y croire tant qu’on ne l’a pas sous nos propres yeux, pensais-je alors.
Le trajet de retour se fit dans le même silence impérial que l’aller, lorsque finalement je demandais la possibilité de pouvoir m’entretenir avec l’Empereur pour lui transmettre la réponse de la Kannushi des flammes. Je ne sais si ce fut l’urgence de la situation qui fit que, mais je pus rapidement terminer ma mission de messagère auprès de son Altesse après avoir mis une nouvelle fois les formes et appuyé sur une étiquette que je n’avais jamais trop au a appliquer jusque là. Face à l’entité la plus mystérieuse de Birei, je n’en menais pas large évidemment. La moindre erreur ou manquement serait un affront des plus terribles, quelque chose dont je ne voulais pas être instigatrice, cela va sans dire.

Il ne me fallu pas de temps pour expliquer l’entièreté de la situation a l’Elu des cieux, faire un rapport de situation face a un seigneur était monnaie courante pour moi. L’Empereur en ce sens n’était pas si différent de Gekido, il était juste a une position exigeant plus d’égards. J’attendis d’avoir l’autorisation de parole pour décrire ce que j’avais appris, le fait que Kagutsuchi avait décidé d’une nouvelle Elue pendant notre absence de Setsu et la réponse d’Iyashi Kurome qui allait dans le sens du discours que j’avais tenu lors du sommet. L’Empereur savait dés à présent que la présence de Setsu lui était acquise en ces heures troubles,

Nés des cendres et brûlant avec la même ardeur que notre kami, Setsu ne restera pas sans rien faire face aux périls de Yokuni.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Disparu

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: Les enfants de Lumière Mer 3 Aoû - 17:27

L'étrangèreté de la situation ne se fit pas moindre la seconde fois qu'une voix retentit dans l'esprit de la frêle jeune femme aux cheveux bruns glacé. Ce fut même encore plus perturbant d'avoir une nouvelle personne faisant irruption dans la tranquillité de son esprit et de l'entendre lui parler comme si elles s'étaient trouvées à quelques mètres l'une de l'autre.
Les pouvoirs de la personne qui l’avait contactée devaient être fort intéressants, pour qu’elle soit capable de discourir ainsi avec la Hatamoto à des miliers de lieues d’elle. Kurome se promit d’essayer d’en savoir plus sur cet étrange talent lorsqu’elle se retrouverait à Birei.

En attendant, elle ne pouvait nier que Sakuya ne manquait pas de sang-froid et d'adaptabilité. Sa voix était tranquille malgré la nouvelle du remplacement d'Ame, comme si la différence d'interlocuteur ne la dérangeait pas outre mesure.
Mais la Hatamoto se trouvait à Birei, au sein même de la cour la plus dangereuse de Yokuni, certainement en présence d'autres dignitaires importants de divers clans : si elle était capable de survivre là-bas, un changement de Kannushi devait être insignifiant à ses yeux. La jeune Iyashi sourit dans le vide, heureuse de voir que les drames à l'échelle de Kaigen n'étaient qu'informations en d'autres lieux. Cela faisait du bien de relativiser.

"Je vous retrouverais donc à Birei, Kakita-san."

Et ce fut là le point final de leur conversation. Nul besoin de formules ampoulées, de discours longs de plusieurs heures lorsqu'il y avait un voyage à préparer, un Empereur à informer de la décision de la prêtresse. Les deux femmes avaient leurs tâches à accomplir et guère de temps devant elles. L'aristocrate élue de Moegami mit fin au dialogue en s'inclinant gracieusement dans le vide, imitant sans le savoir son interlocutrice.

Aussi soudainement qu'elle s'était faite, la connexion avec l'esprit étranger se délita, ne laissant qu'une impression de présence lumineuse disparue, d'étrange vide. La prêtresse aurait aimé avoir le temps de réfléchir aux événements, d'analyser ce qui s'était passé, de se préparer aux sacrifices dont on lui avait parlé... Et elle ne le pouvait pas.
Son voyage pour Birei devait avoir lieu au plus vite. Pour pouvoir partir l'esprit tranquille, il lui fallait l'assurance que le temple qu'elle laissait derrière elle était entre de bonnes mains, au cas où quelque chose lui arriverait. Le petit bout de femme se tourna donc vers son mentor, un éclat nouveau au fond des yeux, un sourire triomphant accroché aux lèvres. Il était fait comme un rat !

Yoshio, vous n’avez plus le choix désormais. Je viens de m’entretenir avec Kakita Sakuya, Hatamoto au service de Setsu-sama : je dois partir pour Birei au plus vite sur ordre de notre Empereur.

L’homme sembla secoué par la nouvelle imprévue, pâlissant, clignant des yeux comme un cerf devant une flamme. Son ancienne disciple ne le comprenait que trop bien, elle-même étant toujours en train de tâcher de mettre de l’ordre dans les pensées confuses nées des dernières minutes. Compatissante, elle posa sa douce main sur le bras du prêtre, lui jetant un regard teinté de tristesse.

Je suis navrée mais je n’ai confiance en personne ici autant que j’ai confiance en vous. Si vous le souhaitez, je nommerais un remplaçant à votre poste d’ici quelques mois, le temps que votre comparse se fasse à son poste. Yoshio, j’ai vraiment besoin de votre aide… S’il vous plait.

Sa voix se fit plus basse, presque suppliante, alors qu’elle se raccrochait à l’homme comme elle l’aurait fait à une bouée en pleine mer. Il était son mentor, son phare dans la tempête, et elle avait réellement besoin de lui en cet instant. S’il voulait simplement le comprendre…
Heureusement, l’ancien Jushoku n’était pas homme à ignorer les sentiments de la voix des Flammes. Il attrapa la minuscule main pâle dans sa grande patte chaude, la serrant de toutes ses forces pour lui insuffler le courage dont elle craignait de manquer.

Pour quelques mois alors, Kurome, et quelques mois seulement. Je trouverais un remplaçant que je formerais pendant votre absence, je préparerais votre voyage à Birei, et vous me libérerez quand vous reviendrez.

Un soupir de soulagement s’échappa de sa gorge. Elle hocha la tête pour remercier son nouveau bras droit, le coeur débordant de reconnaissance envers son aîné.

Mais vous me promettez de me laisser tranquille après.

La petite prêtresse dégagea sa main de sous l’autre et la posa, délicatement, sur le torse de Yoshio.

Je vous le promets.


Son ton solennel et son air grave affirmaient qu’elle ne briserait pas cet engagement. Le mentor aux cheveux de jais sourit, satisfait, et tapota la tête de la Kannushi avec un petit sourire paternel.

Allez, préparons ce voyage.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les enfants de Lumière

Revenir en haut Aller en bas
 

Les enfants de Lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [BloodBowl] Mon équipe : Les enfants du Curé...
» Aide speciale aux enfants du president Rene Preval!
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Haiti : protéger les enfants, une nécessité
» Dominicanie: Proposition sur les enfants d'immigrants illega


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..