AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [PV] Ainsi a repris l'Histoire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Fukyuu Hankyou

avatar

Daimyo

Messages : 224
Date d'inscription : 20/09/2015

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Daimyo
Liens:

MessageSujet: [PV] Ainsi a repris l'Histoire... Lun 4 Juil - 18:21

… Dans le temple Gakushiki, à Fuyu, le premier jour d'automne fut un jour de fête, la première à succéder aux nombreux incidents qui accablèrent le clan Fukyuu et ses innombrables gens. Pourtant ils furent kyrielles à prendre la direction de la ville, pour investir les préaux et les jardins, ainsi que les cours extérieures et les religieuses rues égayées d'étendards flottants.

Le vent avait annoncé, quelques jours auparavant à peine, dans toutes les citées et tous les villages, qu'Itegami était revenu parmi les siens au sein du corps d'une jeune femme nommée Shuzen Seiko. Cette dernière, faite Kannushi à la place de l'ostracisée Hakuto Miyuki, fut aussitôt décrite comme porteuse d'espoir et de renouveau par les hérauts et les crieurs qui, non sans peiner eux-mêmes à y croire, révélèrent qu'elle avait déjà montré du doigt l'élu du divin et que ce dernier, guidé par la toute nouvelle sainte, attendait déjà son peuple au balcon du plus grand temple, pour se présenter à lui et prendre le nom, parmi les noms, de la bien-aimée fondatrice de Fukyuu.

Et c'est ainsi qu'il en fit, devant tous et chacun, sur le balcon du temple Gakushiki, entouré des plus grands noms, et certains moins reconnus à ce moment-là, dont le héro Kagome Katsuya, qui reçut bien des hourras et des acclamations en récompense de son courage et de sa vaillance lors de la débâcle estivale.

A la fin de la très longue cérémonie d'intronisation, au cour de laquelle le nouveau Seigneur et son entourage ne manquèrent pas de promettre sécurité et palingénésie au peuple, celui désormais connu sous le nom de Fukyuu Hankyou appela les maîtres et les ouvriers, ainsi que tous ceux qui voulaient être les artisans de la reconstruction, à gagner Miyuki dès le lendemain, ville de bannière en berne, qui n'attendait qu'eux et leur bonne volonté pour renaître et symboliser au monde la toute puissance inébranlable de Fukyuu.

Le soir même, au-dessus des clameurs résiduelles qui demeuraient encore dans les préaux, les jardins, les cours et dans les rues de la ville habituellement révérencieuse, le Daimyo, la Kannushi, ses Hatamoto et ses Hauts-Prêtres invitèrent dans la grande salle des cérémonies, devant la statue dorée du Bœuf Divin, tous les nobles de naissance et de mérite à se joindre à leur repas et à partager de plus intimes présentations, en respect des valeurs traditionnelles et impériales de ce clan, dont les premières veines brillent d'un unique prestige, bien qu'étrangement aucun mot ne fut permis d'être porté à l'intention du Seigneur et de la Voix Céleste. On leur avait dit, à ces Kuge et ces Buke, que la seule présence des enfants choisis par Oyamatsumi était en elle-même une inégalée faveur qu'ils se devaient de considérer justement. Mais là où Fukyuu Hankyou accordait un très grand égard à cette règle, des plus estimées convenances, la Kannushi se fit pour sa part tolérante et curieuse et révéla de cette façon sa nature allègre et dégagée.

Alors qu'ils conversaient tous entre-eux et parfois avec elle, le Daimyo se taisait, observait les convives, mangeait, un peu, à peine, difficilement puisque sa main forte venait d'être mutilée d'un doigt supplémentaire, offert comme son visage devant foule de témoins au Kami des Neiges Éternelles pour assurer sa parfaite, entière et tout aussi éternelle dévotion. Il avait dit, avant de prendre le manche d'un petit couteau sacré : "O-Oyamatsumi-sama m'a ôté de deux doigts, je lui en offre un troisième, en reconnaissance et signe de mon humilité totale" et ainsi il s'était tranché le majeur, sans paraître vaciller malgré les résistances et tenait à présent ses baguettes avec bien moins de facilité qu'il n'avait tenu le couperet plus tôt.

Régulièrement il murmurait à l'oreille de son plus proche serviteur et ce dernier repartait avec son bol, ou son assiette creuse, ou son gobelet pour revenir aussitôt depuis l'autre-côté des grandes poutres et des grands murs éloignés, couverts de toiles, de lanternes, d'offrandes et de bâtonnets d'encens brûlant pour le servir à nouveau. A un moment, il partit, obligé, et revint, tout comme avant, s'agenouiller derrière un invité assis dans ce défilé de petites tables riches en frugalités, pour murmurer innocemment à son oreille ces quelques mots :

"Maeda-sama. Le Daimyo espère que vous passez un agréable moment. Il vous sait le meilleur gré d'être présent et tient à ce que vous acceptiez de l'attendre, une fois le repas terminé et vos homologues partis, afin d'échanger quelques mots avec vous, dont il sait déjà la compagnie aimable malgré le silence qu'il se doit de tenir ici. Merci, Maeda-sama, de me faire connaître votre réponse avant que je ne vous laisse profiter encore de ce repas."


Où qu’il tombe
Le Flocon reste blanc, toujours
Suivi par l’Hiver.


L - M - Me - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 747
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [PV] Ainsi a repris l'Histoire... Mer 10 Aoû - 22:54

Cela ne faisait que quelques jours qu'il avait réussi à s'arracher à ce mal terrible. Bien qu'à nouveau conscient, il avait pourtant fallu qu'on porte jusqu'à lui cette annonce divine pour qu'il sente à nouveau des forces l'investir et qu'elles soient assez nombreuses pour lui permettre de se lever enfin. Faible avait tout d'un euphémisme et son état semblait comme une évidence lorsqu'on posait les yeux sur lui, mais ces quelques paroles avaient été suffisantes pour frapper son esprit et l'agiter d'un nouveau tracas, bien plus heureux cette fois-ci.
Personne sans doute n'aurait pu trouver ni les mots ni les moyens de le convaincre. Il avait posé les pieds sur le sol de sa chambre et s'était dressé de toute sa hauteur, luttant contre les étourdissements et son corps tout entier qui voulait déjà se dérober. Pâle et amaigri, son regard ressortait davantage comme un joyau dont l'éclat était gravé d'une détermination sans faille.

Le voyage fut comme un tourment à lui seul et les serviteurs qu'il avait emmenés avec lui n'étaient pas de trop pour s'inquiéter de son sort. Mais finalement, ses sensations, son apparence plus chétive que d'ordinaire, tout cela importait peu quand on voyait sur son visage un sourire des plus heureux se dessiner, illuminé par ses prunelles étincelantes.
Au jour de la cérémonie, il fallut un temps de préparation bien long, presque insupportable pour qu'il soit digne de se présenter devant celui qui avait déjà commencé à les guider, quand bien même il ne serait peut-être même pas à portée de son regard céleste. Il ne se plaignit à aucun moment, ni de ses souffrances, ni de ses faiblesses. Jamais, pour rien au monde il n'aurait manqué cet événement et il aurait bien fallu que la mort elle-même vienne le chercher pour l'en empêcher.

Même s'il fut contraint d'user de la moindre de ses forces pour ne pas s'effondrer en plein cœur de la foule, oppressé presque par tant de présences dont il n'avait pas l'habitude, ses yeux ne quittèrent jamais ce balcon, gravant dans sa mémoire infaillible la scène qui s'y déroulait lentement et dans un silence presque absolu. C'était à peine s'il osait respirer, tout entier à sa lutte, tout entier transporté jusque dans ces hauteurs, où il pouvait enfin fixer des visages aux noms de Fukyuu Hankyou et Shuzen Seiko.
Son sourire s'était fait plus discret cette fois, osant à peine troubler cet instant sur lequel il devrait bientôt poser des mots, mais il était heureux, parfaitement heureux.

Il accueillit cependant avec un certain soulagement le repas auquel il fut ensuite convié, quand bien même cette invitation lui nécessita de nouveaux efforts, il aurait là l'occasion de se ménager un peu. Pour l'événement, il avait revêtu un kimono d'un bleu pâle, à la fois sobre, mais élégant, caractérisant son rang sans y mettre cette quelconque prétention que d'autres auraient voulu ouvertement afficher. Il restait là l'homme modeste que l'on connaissait, peut-être un peu trop effacé ou un peu trop attentionné envers les autres, veillant toujours à afficher un visage apaisé et à adresser un sourire chaleureux à tous ceux qui poseraient un regard sur lui.
Ses cheveux de neige avaient été en grande partie rassemblés en arrière et retenus par des accessoires qui, à l'instar de sa tenue, arboraient l'aisance de son statut sans extravagance. Il ressemblait avant tout à quelqu'un de discret et se laissa guider jusqu'à sa place sans un mot, s'asseyant dans un parfait seiza, nimbant son entourage d'une atmosphère à la fois sereine et chaleureuse.


Le kuge profita de la tranquillité de ce moment pour économiser de ses forces et ainsi, s'il resta presque toujours silencieux, préférant écouter les conversations plutôt que d'y participer, ce n'était pas pour imiter les plus hauts rangs qui les conviaient aujourd'hui. Comme à son habitude, il mangea peu, ne trouvant que trop rarement dans l'abondance des mets un refuge à sa faiblesse. Pourtant, sa compagnie, même des plus taciturnes, n'avait rien pour déplaire à son entourage et il leur offrait une oreille des plus attentives, tandis qu'il demeurait assis dans une immobilité presque totale.

Le repas s'étirait doucement quand son attention fut détournée par un homme qui vint jusqu'à lui et qui lui tint un discours uniquement audible d'eux seuls. Un œil attentif aurait pu être capable de déceler la surprise qui se peint alors avec une extrême légèreté sur son visage et qu'il masqua presque immédiatement. Sans attendre une seconde de trop, Ryohei s'inclina poliment.

— Arigatô gozaimasu. Je suis très touché par vos paroles et je ne saurais assez remercier Fukyuu-sama pour cette attention qu'il me porte. Ce serait un grand honneur pour moi de m'entretenir avec lui, murmura-t-il à son tour.

À peine eut-il soufflé ces quelques mots que le serviteur se retira pour porter ses paroles à son maître. Il ne tourna pas la tête pour le suivre du regard et s'efforça de rester calme tout le reste du repas. Il était à la fois plus que tout heureux et terriblement angoissé. Qu'allait-il lui dire ? Que voulait-il de lui ? Jamais on ne lui avait accordé une telle attention et il craignait presque de faire un faux-pas une fois le moment arrivé, quand bien même il avait toujours bénéficié d'une excellente éducation.

Lorsque le repas s'acheva enfin, amplifiant son agitation intérieure, alors que les convives partaient les uns après les autres et il rassura ses compagnons qui ne le voyaient pas se lever. Il se servit de sa faiblesse sans l'énoncer pour les convaincre qu'il allait rester encore un peu assis, ne sachant trop si cet entretien auquel on l'avait convié devait rester secret. Sa modestie l'empêchait de toute façon de faire étalage de l'honneur qu'on lui avait accordé et sa vieille timidité encore plus. Bientôt, la pièce retrouva une grande partie de son calme, rapprochant inéluctablement le moment de leur rencontre.

Sans se relever, il se tourna simplement lorsqu'il entendit que son Daimyo s'était rapproché et il posa ses mains et son front au sol pour le saluer longuement.

Haijimemashite, Fukyuu-sama. Je suis Maeda Ryohei, dozo yoroshiku oneigaishimasu, dit-il respectueusement une fois qu'il se fut redressé.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Présente
Reprise RP en cours. \o/
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuu Hankyou

avatar

Daimyo

Messages : 224
Date d'inscription : 20/09/2015

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Daimyo
Liens:

MessageSujet: Re: [PV] Ainsi a repris l'Histoire... Ven 2 Juin - 10:57

Il cessa complètement de manger dès lors qu’il eut la réponse à sa requête.

Maeda Ryohei était un homme important, au renom admirable et à la réputation plus appréciable encore. Il communiquait de la sympathie et inspirait ces quelques agréables compagnies à avoir. Il ne pensa pas une seule seconde être capable de tenir une riche conversation avec lui et ainsi de faire honneur à son art, comme Fukyuu Hankyou n’était pas un homme de lettres, cependant il eut et avait, déjà, hâte de l’entendre lui parler de son érudition.

Curieux, alors, il l’observa, discrètement, par habitude, par méthodisme, par besoin aussi, afin de se faire un portrait de lui plus riche de détails. Ses manières, sa discrétion, son élégance et puis sa courtoisie avec les autres ne firent qu’enjoliver ces dessins qu’on lui avait dépeints de lui. Il ne douta pas qu’il fallait qu’il le rencontrât, il n’en doutait déjà pas, ni du fait qu’il faisait bien de l’approcher. Ce serait enrichissant, d’une manière ou d’une autre, pour lui seul ou pour le clan tout entier.

Cela prit quelques minutes avant que tous ne partirent. S’il y eut, parmis eux, un autre Kuge susceptible de lui plaire, il ne le montra pas. Cependant ce fut tristement qu’il laissa la Kannushi le quitter à son tour et une expression inquiète autant que malheureuse lui prit le visage sitôt qu’il eut fini de lui rendre hommage, aussi humblement que ses serviteurs. Il la regarda partir jusqu’à ce qu’elle ne fut plus là, soutenant des yeux l’espace qu’elle avait traversé, scrutant le coin derrière lequel elle venait de disparaître, comme si elle l’avait fait pour toujours, incapable qu’il était, vraiment, de se voir séparé d’elle. C’était visible, et sans doute l’était aussi la profondeur du lien qu’Itegami avait tissé entre eux.

Perturbé, donc, il se tourna vers le noble garçon à la chevelure qui rappelait celle des premiers Fukyuu. Maigrement, il sourit et s’approcha enfin de lui, avec calme, un peu boitant, un peu absent, quoique de nouveau porteur de cette image de confiance et d’assurance guerrière une fois qu’il fut à sa hauteur. Il s’assit, tranquillement, en face de lui et posa aussitôt ses jades sur sa peau fragile. D’aussi près, les rumeurs à propos de sa maladie prirent tout leur sens. Il sourit un peu plus large en l’entendant le saluer et devint soucieux de ne pas le déranger.

Et pourtant il se voulut déjà travailler ses affinités avec lui : Ryohei l’apaisait et, s’il crut que leur proximité, loin d'être conventionnelle, pouvait être une erreur, elle devint très vite un bénéfice, pour ses nerfs, pour son esprit, pour son calme d’une façon générale.

« Je sais qui vous êtes, Maeda-senpaï, et il est bon pour moi aussi de vous rencontrer. Je suis navré de vous faire rester après les autres, de la sorte, cependant… je suis curieux de vous connaître. » Son sourire s’agrandit encore, pour montrer sa joie toute sincère. Il pensa que ça suffirait à excuser ce qui ressemblait à un caprice.  

Car il était véritablement curieux, et heureux, en fait, de le connaître. De l’entendre, aussi.

« Je ne vous retiendrai pas longtemps, rassurez-vous. » ajouta-t-il tout de même, plus poliment.

Le Seigneur parlait bien. Un langage soutenu, à base de Keigo des plus grandes éducations, qui pouvait laisser supposer qu’il en avait une, complète et noble.

Mais ce n’était pas le cas. Il en avait pris l’habitude, depuis tout jeune, si bien qu’aujourd’hui il pouvait se féliciter d’avoir cette aisance en face d’un tel homme. C’était un effort qu’il lui plaisait de faire, tout spécialement depuis qu’il côtoyait la cour et plus encore à présent.

« Qu’avez-vous pensé de cette cérémonie ? » demanda-t-il, la voix douce et basse, empruntant le ton des conversations anodines. Il sembla encourageant et véritablement intéressé par sa réponse ; il sembla totalement désireux de boire ses paroles, comme peu lors du dîner. Dîner duquel, en outre, le Kuge ne lui avait pas paru profiter.  


Où qu’il tombe
Le Flocon reste blanc, toujours
Suivi par l’Hiver.


L - M - Me - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 747
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [PV] Ainsi a repris l'Histoire... Jeu 22 Juin - 1:19

Ses yeux étaient restés bien bas, incapables de se lever ni de se poser sur cette figure élue d’un kami. Il était trop pieux pour douter le moins du monde du choix d’Oyamatsumi et il n’avait nul besoin de le jauger. Sa foi, il avait cru la perdre pendant un court instant, il avait plongé dans des ténèbres plus sinistres que ce qu’il avait toujours connu. Lorsque ses yeux s’étaient rouverts, il avait su qu’il n’avait aucune raison de douter. C’était devenu une sorte d’évidence ou plutôt, ça l’avait toujours été. Il s’était permis d’hésiter pour mieux croire, pour que sa confiance grandisse, pour que son espoir ne se ternisse plus jamais. Cet instant avait indéniablement marqué une étape dans sa vie et si celle-ci avait été douloureuse, il était heureux d’avoir pu franchir une telle épreuve. Désormais et quoi qu’il advienne, il se sentait confiant.
Cela ne le rendait pas arrogant pourtant, ni aussi assuré qu’il l’était d’ordinaire, tel qu’il l’avait appris au fil des années. Il connaissait très bien sa place tout comme celle de l’homme qui se trouvait en face de lui, si proche et si éloigné à la fois. Il arguait le retenir, mais il n’aurait pas pu espérer mieux que de rester ici, que d’être au service de la tête de leur clan, de leur majestueux clan. Il n’avait fait que s’incliner aux compliments qu’il lui avait adressés, par courtoisie sans doute, persuadé qu’il ne méritait pas tant d’honneur, mais aussi terriblement heureux si jamais sa présence pouvait lui être agréable d’une quelconque manière.

Il avait totalement ignoré la raison de cet entretien et sa curiosité l’avait laissé perplexe un instant. Qu’avait-il donc de si remarquable pour que son nom parvienne jusqu’à ses oreilles ? C’était certainement la bonté d’un ami charitable qui avait eu pitié de lui. Mais il ne se perdit pas longtemps dans ses interrogations, trop occupé par son admiration pour ce seigneur ô combien impressionnant.
Extrêmement poli, il n’osa pas un instant l’interrompre et lorsqu’il lui posa enfin une question, il s’inclina à nouveau des plus respectueusement.

« Dōmo arigatō gozaimasu, Fukyuu-sama pour l’attention que vous portez envers moi, humble fils d’une famille dont je ne puis refléter l’éminence. Si vous vous inquiétez de m’ennuyer, alors rassurez-vous immédiatement, rien ne pourrait me plaire davantage que de vous être d’une quelconque aide, d’un quelconque soutien. Soyez assuré que ma famille autant que moi-même sommes à votre entier service. L’avenir et la prospérité du clan font parti de nos plus grands soucis. J’espère simplement que vous avez eu la possibilité de rencontrer mon père ou frère avant de venir jusqu’à moi, puisque je ne suis là que le bien pâle reflet de tout ce que peut représenter le nom des Maeda. »

Il rougit soudainement, brusquement convaincu qu’il ne pouvait que s’exprimer mal, l’ennuyer, lui faire perdre son temps et pire, réalisant qu’il n’avait toujours pas répondu à sa question. Il voulut s’excuser mais la voix lui manqua. Comment lui dire tout le respect qu’il avait pour lui, tout l’honneur qu’il ressentait en cet instant ? Il manquait presque de pleurer, transi par l’émotion, chagriné par sa misère, mais il tint bon, usant de ses années d’expérience pour empêcher son visage de refléter ses plus profondes angoisses et garder un air aussi serein qu’il le pouvait.

« La cérémonie était aussi merveilleuse que je pouvais l’espérer, plus encore même. Ce ne sont point là des flatteries, mais l’opinion d’un homme sincère. C’est avec un bonheur certain que j’ai pu découvrir le visage de ma nouvelle kannushi et de mon nouveau seigneur. Permettez-moi de vous exprimer à nouveau toute ma fidélité, ainsi que mes prières pour que vous récoltiez autant de félicité que de triomphe. J’ai placé toute ma confiance en Itegami-sama et je ne doute pas que vous saurez mener notre clan à la fortune. »

Son assurance semblait être aussi tremblante que ses mains, mais au fil de ses propos, il n’avait pu s’empêcher de sourire, réjoui de cette rencontre, ravi de pouvoir lui dire à quel point il voulait le soutenir, heureux tout simplement de se trouver ne serait-ce qu’un bref instant à ses côtés.

« Je… je ne veux point vous importuner mon seigneur. Je parle tant… dites-moi seulement en quoi puis-je vous aider et je vous promets de le faire de toutes mes forces, de toute mon âme. »



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Présente
Reprise RP en cours. \o/
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuu Hankyou

avatar

Daimyo

Messages : 224
Date d'inscription : 20/09/2015

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Daimyo
Liens:

MessageSujet: Re: [PV] Ainsi a repris l'Histoire... Lun 17 Juil - 13:41

On lui faisait tellement de promesses. On lui faisait tellement de serments. On lui souhaitait tellement de choses et plaçait tellement d’espoir en lui qu’il avait du mal, à la fin, à y voir encore toute la sincérité des mots.

Il s’y était préparé. On l’y avait préparé. Lui qui n’était pas habitué à tant de soutien et à tant de regards posés sur lui se sentait comme nager à la surface d’un lac où tout brillait trop, où tout était trop parfait, trop comme on le lui avait décrit et trop comme les convenances voulaient que cela soit qu’il ne s’y sentait plus, à la fin. Il ne s’y sentait plus. Et pourtant il ne douta pas que, dans le fond, il y avait tout de même certains éclats véritables et vrais au milieu des plus exagérés et faux. C’était la fin de sa grande journée, la fin de cette rivière d’or et donc le début des comptes.

Se retrouver seul en compagnie de Maeda Ryohei lui donna déjà un apperçu de ce qu’était la fidélité. Il lui donna un avant-goût des impressions et des sentiments confortables qu’il devrait avoir vis à vis de ceux qu’il choisirait pour être autour de lui. Demain, il y pensait déjà, commencerait véritablement sa reconquête du clan et, avec elle, la révélation des plus authentiques pionniers.

Il sourit, à la fois de fatigue et de plaisir. Les muscles de son visages étaient décontractés et sa tête toute entière, si souvent enserrée par sa maîtrise de lui-même et ses propres convictions, plus relâchée. Il était ouvert et peu regardant des mots et des expressions chaleureuses qu’il put renvoyer à l’historien en l’écoutant.

Ses impressions à son sujet ne changèrent pas : il le laissa parler autant qu’il voulut, encourageant et naturel devant lui et nota en même temps toute l’insistance de cet homme dans sa sincérité.

« Je vous entends très bien, Maeda-senpaï. Merci, pour vos encouragements et vos mots. Je n’ai pas rencontré vos parents, ce n’est pas une faute de ma part car c’est bien vous qui m’intéressez, aujourd’hui. Votre ami, Furuta-san, m’a bien guidé. »

Il lui destina un regard brillant de complicité.

« Parlez-moi de votre famille, je vous pries, il est bon de l’honorer. Mais ensuite, parlez-moi de ces écrits et de ces projets qui prennent vos forces et animent votre âme. J’ai… Il ne détourna pas les yeux malgré le ton plus intimiste qu’il prit, encore, … hésité à adresser quelques-unes de mes prières afin que vous acceptiez d’entendre les miens et qu’ils vous plaisent. Voyez comment je doute maintenant pouvoir triompher sans votre bon esprit. »

Il inclina à peine la tête, comme pour lui permettre de voir la couleur de la franchise au fond de ses yeux.

« Il se dit tellement de bien de vous. Il serait bon que ces soucis que vous vous faites puissent enfin profiter au peuple, ne croyez-vous pas ? Parlez-moi donc, avec toute sincérité, de ce qu’il vous plaira de me dire. J’en ferai autant. »

Encore, il l’encouragea, avenant.


Où qu’il tombe
Le Flocon reste blanc, toujours
Suivi par l’Hiver.


L - M - Me - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Maeda Ryohei

avatar

Admin
Kuge

Messages : 747
Date d'inscription : 24/06/2015

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [PV] Ainsi a repris l'Histoire... Sam 14 Oct - 18:49

Face à cet homme qui lui semblait éminemment supérieur, le kuge était bien incapable de perdre la teinte rosée qui venait couvrir son visage délicat, mais qui avait au moins le mérite de lui donner les couleurs qu'il lui manquait d'ordinaire. Sans qu'il ne le fasse transparaître dans son regard, sa lutte était constante. Contre les vertiges persistants de sa longue maladie, contre ses angoisses qui le poussaient encore et toujours à vouloir bien paraître, contre un tas de tourments qu'il n'aurait su nommer ni cataloguer en l'instant, mais auxquels il n'allait pas laisser si facilement libre cours. Comme toujours, il savait adresser cet éternel sourire bienveillant, garder dans son âme cette part lumineuse et intense qu'il n'hésitait jamais à transmettre aux autres et il s'y raccrochait à chaque seconde.
Au fil de ses mots, Fukyuu-sama lui avait paru intéressé, encourageant même. Si ce qu'il lui disait lui déplaisait ou l'ennuyait, alors rien dans son attitude ne le laissait paraître et, puisqu'il n'avait pas davantage d'indices et qu'il ne connaissait rien de son caractère, il choisit de considérer davantage cette impression par rapport à ses incertitudes.

Ryohei ne put s'empêcher de rougir davantage, ni de baisser les yeux lorsqu'il lui dit sans détour que c'était bien lui qu'il voulait voir et non un autre membre de sa famille. Ce n'était probablement encore jamais arrivé avec une personne d'une telle importance à l'échelle du clan et il se promit de remercier des plus chaleureusement son ami pour tous les mots  - très certainement exagérés – qu'il avait pu adresser à Fukyuu-sama.

« Furuta-san est un homme sage et dévoué, je suis heureux qu'il ait pu trouver une place à vos côtés. » Répondit-il avec douceur, lui offrant à nouveau l'éclat sombre de son regard et un sourire sincère.

« Quant à ma famille, elle sert notre noble clan depuis ses origines et s'est fait une importante place parmi les samouraï qui le composent. Je puis vous assurer que chaque Maeda vous sera fidèle et sera honoré de vous servir en tant que nouvel élu d'Oyamatsumi-sama. Cependant, je suis conscient que mes mots n'ont bien que peu de poids et que le passé ne peut réellement vous servir de preuve ; sachez simplement qu'ils le feront d'eux-mêmes, jour après jour. » Expliqua-t-il avec conviction, mais d'une voix toujours très sereine qui révélait la maîtrise de ses propres sentiments.

Il était tant fier de sa famille, de tout ce qu'ils avaient accompli, de tout ce qu'ils faisaient hier comme aujourd'hui qu'il aurait bien pu en parler pendant des heures entières, vantant leurs mérites ou décrivant chaque action qui montrait la noblesse et la grandeur de sa maison. Pourtant, il ne souhaitait jamais que ce genre de chose passe pour de la prétention ni qu'on y voit là un orgueil démesuré, aussi se contentait-il toujours de n'en dire que quelques mots et d'exprimer le reste dans les caractères qu'il traçait sur le papier, là où seuls ses lecteurs pourraient choisir d'y accorder la valeur qu'ils souhaitaient.

« J'ai toute foi en vous, Fukyuu-sama et je ne doute pas un seul instant que vous puissiez accomplir brillamment chacun de vos objectifs. Si mes mots peuvent vous y aider et vous soutenir, alors je n'hésiterai jamais à en user. »

Le jeune homme laissa échapper un léger rire. Petit, il ne croyait qu'en la force, qu'en la solidité du métal et en la maîtrise d'une arme tranchante, certain qu'il n'y avait que ces choses-là pour triompher de ses ennemis, pour vaincre l'adversité. Aujourd'hui, il savait bien que les mots aussi avaient leur propre poids, leur propre cible et, tout comme l'usage d'un sabre, qu'ils pouvaient faire autant de mal que de bien, si ce n'était plus de bien encore, pour qui souhaitait les utiliser dans ce but.

« Depuis de nombreuses années maintenant, je m'efforce de retranscrire tant de choses que j'entends, que je perçois, que je ressens… Je l'ai d'abord fait dans l'art de la calligraphie, m'efforçant d'ancrer un sentiment, une idée dans le tracé si complexe de quelques caractères. Ce n'était sans doute pas suffisant pour mon esprit qui connaît bien peu le repos. Alors j'ai essayé de conter l'histoire de notre clan, de ses plus éminentes figures, puis de retranscrire toutes les connaissances que j'accumule jour après jour et qui ne sont relatées nulle part ailleurs. Il serait bien malheureux de les garder jalousement pour moi seul et regrettable aussi de ne pas en faire profiter les autres. J'en ai publié une grande partie, tout ce que j'ai pu terminer en cet instant présent en tout cas. J'ai envoyé de nombreuses lettres, noué de nombreux contacts et j'espère désormais que mes relations pourront vous servir dans ce que vous souhaitez entreprendre pour notre clan. Puis, avec l'aide de mon ami Furuta Yoshifumi, j'ai aussi commencé à rassembler le plus grand nombre de connaissances et de faits intéressants concernant la ville d'Ite, je vous montrerai tout cela, si cela vous intéresse, bien que pour achever ce travail il me faille encore de nombreuses années. »

Il souriait, avec plus d'éclat encore, dans son regard s'illuminaient toutes sortes d'étoiles qui pouvaient bien certifier de la passion qu'il avait dans ce qu'il entreprenait, de tout le bonheur que cela créait en lui. Il semblait ne vivre que pour ça, écrire des choses, accumuler de nouvelles connaissances, découvrir un peu plus de ce que le monde avait à dire et le partager avec tous ceux qui le souhaitaient. Tel un sensei, il brûlait même d'expliquer tant de choses à son nouveau daimyō mais, toujours calme et patient, il préférait attendre que cette demande vienne de lui, si jamais il en ressentait le besoin, bien sûr.

« J'ai toujours souhaité œuvrer pour le clan, mais je n'ai jamais eu les appuis nécessaires pour le faire autrement que par mes écrits, du fait de ma condition, mais sans doute aussi parce que ma lignée n'est formée que de samouraï et non de kuge. Si vous désirez qu'il en soit autrement, alors soyez assuré que je ne reculerai pas. Je n'ai peut-être pas la force physique pour me battre comme nos bushi, mais je n'ignore rien de ce qu'implique un combat ou une bataille. J'aimerais mettre davantage à profit mes qualités, pour effacer les défauts et les faiblesses que l'on me prête et pouvoir enfin y puiser une nouvelle force. »

Noblement, Ryohei s'inclina pour le remercier de son attention. Il espérait que ses aspirations se conforment aux souhaits de son seigneur, mais Fukyuu-sama était le seul maître de son destin, tant il savait à quel point son dévouement passait avant le moindre de ses sentiments.



~
L-M-M-J-V-S-D
Administration & Guide : Présente
Reprise RP en cours. \o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV] Ainsi a repris l'Histoire...

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] Ainsi a repris l'Histoire...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..