AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un problème commun (Pv Taishos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kuhoko Keikoku

avatar

Taisho

Messages : 161
Date d'inscription : 24/09/2015

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Taisho
Liens:

MessageSujet: Un problème commun (Pv Taishos) Mar 5 Juil - 20:42

La réunion était finie et c'était tant mieux, s'il fallait perdre du temps alors autant jouer un peu au shogi c'était moins pénible que d'assister à une réunion censée décider du sort de Yokuni, pour qu'au final rien d'autre ne se décide que ce qui était déjà admis. Il n'aimait pas cet endroit, il n'aimait pas les gens qu'il y croisait, il n'aimait pas la manière de venir et de repartir, il n'aimait pas sceller son daisho. Son père l'avait prévenu pourtant si la guerre écarlate avait éclaté c'était à cause d'une faille dans le système de Yokuni et cette faille c'était cet empereur.

Mais il valait mieux ne pas réfléchir à cela, continuer de marcher avec le sourire n°3 enclenché (sourire niais), celui qui était le plus de circonstance pour cet endroit où est jugé l'apparence et la naissance. En marchant, pour s'aérer l'esprit, il avait soudain la nausée, cela lui arrivait souvent ici, surtout les premiers jours à cause du voyage en bateau qu'il ne supportait pas, une sacrée surprise d'ailleurs. Il décida donc de rentrer dans les appartements de Kenshu, il voulait boire un peu de thé ou même d'eau tout simplement et écrire les lettres d'invitation aux autres Taisho.

Il avait fini la dernière quand une nouvelle nausée le prit soudain, il eu juste le temps de trouver une bassine pour lâcher une nouvelle fois son repas. Décidément il n'arriverait pas à garder son ventre plein de tout le séjour. Mais il savait que ce n'était pas le voyage cette fois, trop de temps depuis. Non ce sont ses pensées qui tournaient, le fait d'être dans cet endroit, endroit que son père lui avait dépeint avec beaucoup de véhémence et il ne pouvait pas donner tord au moindre de ses arguments de l'époque : il y a plus de 20 ans maintenant. Enfin il fallait prendre un peu de recul, il est vrai que Kei a toujours aimé le progrès et un endroit qui en est le contraire lui foutait toujours un bon coup.

Après un brin de toilette il donna ses lettres au magistrat Kenshu Sazaki, en lui demandant gentiment s'il pouvait les donner aux autres clans. Keikoku lui demanda de les donner aux taisho de préférence, sauf pour Fukyuu qui ne disposait du siens. Les lettres invitaient ses homologues à une réunion, il n'y avait pas de raison spécifique précisés, seulement que le sujet était important, trop pour être explicitement noter dans la lettre. Comme à son habitude la lettre restait sobre, sans trop de chichi, avec le kamon de Kenshu en fin. Rien de bien bling bling.

Il s'était ensuite changé, pour une tenue encore plus sobre que celle d'avant et bien entendu, toujours blanche, la seule touche de jaune restant le petit bout de tissu qui tenait ses cheveux. Il prépara un thé ensuite, lui-même bien entendu et prépara donc la petite salle de réunion pour cinq personnes. Tout en prévenant les personnes de son propre clans qu'ils leur faudraient la plus grande discrétion et le calme.

La lettre contenait un horaire qui pourrait aller au plus de monde, aussi pendant que le thé chauffait le taisho des foudres repassa dans la salle principale, pour être sûr de pouvoir accueillir les différents Taisho comme il se devait.

Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1171
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Mar 12 Juil - 10:00

Le conclave de Birei s'était achevé sur les ordres qui leur avaient étés donnés à tous, le taisho des brasiers convaincu que la seule chose qu'il pourrait faire si loin de Setsu et de la Voix de son Divin serait de lui octroyer la protection et le confort requis une fois qu'elle aurait daigné répondre à l'appel de la jeune hatamoto, Kakita Sakuya. Au sortir de cette assemblée, il avait pu échanger auprès du récent seigneur des glaces et de son homologue des brumes.

Les deux entretiens, si courts avaient-ils étés, le laissaient dans un état de profonde perplexité qui l'avait vu errer de nombreuses minutes avant qu'il ne reprenne la route des appartements réservés aux disciples de Kagutsuchi et de leur escorte. Parvenu au bâtiment qui leur avait été alloué, il y salua brièvement la femme-enfant des Zenmyo malgré l'importance de ce qu'il avait à lui dire et s'enferma dans sa suite où il retrouva la lancière des Chizuru pour ce qu'une part non négligeable de son esprit avait appelé dès qu'il l'eut quitté au petit matin.

Les heures s'étaient alors égrenées et la généreuse surplombait le volcan avec gourmandise lorsqu'une commise s'annonça à leur porte, détentrice de la missive du général foudroyant. Légèrement frustré d'être ainsi coupé dans ses élans, Kodan avait du se séparer de sa mie non sans lui promettre l'évidente suite de leur jeux puis prit connaissance de la nature du pli du maître des armées du Tigre.

La nature énigmatique que revêtait le courrier qui lui était adressé manqua de laisser ce dernier à l'oubli, mais la curiosité qu'il entretenait au sujet de cet homme suffit à le convaincre de donner suite à l'invitation qui y était stipulée. Le fait que le lieu de rendez-vous ne fut pas neutre de toute attache clanique ne le dérangeait pas le moins du monde, une amitié certaine le liant personnellement au taisa de Raimei et le spectre de la bataille des Vents de l'Ouest bien loin de son esprit.

Se laissant aider par son élue aux gestes bien étrangers pour eux qu'un rhabillage complet pouvait être, mais non déchargé d'attentions mutines, il revêtit pour l'occasion son junbaori immaculé aux pans stylisés de flammes dorées superposant une armure légère de treillis dépourvue de môn. Une fois ses grèves d'acier sombre et liserées des même motif que son survêtement ajustées, il glissa son daisho dans un obi crème et prit congé de son univers incarné sans qu'un mot n'eut besoin d'être dispensé, sinon un tout autre genre de dialogue.

Le pavillon des Kenshu se trouvait jouxté de part et d'autre par l'alliance de l'Est et à l'opposé de l'enceinte du palais Impérial par rapport à celui accueillant les héritiers du feu. Celui des Kiyooki se présenta alors au très jeune magistrat représentant des serviteurs de Raijin dont il ne fut pas certain qu'il lui accorda la moindre importance tant le regard de ce garçon se perdait dans le lointain. Il ne s'en senti pas touché pour autant, laissant le garçon disparaître une fois qu'il l'eut mené au cœur même du bâtiment et face à celui qui avait sollicité sa présence.

Kuhoko Keikoku était un homme d'une certaine taille, pas bien moins grand qu'il ne l'était lui-même, mais bien plus effilé cependant. Sa charpente qui n'en demeurait pas moins solide était couverte avec une sobriété désarmante, comme si aucune fierté pour son rang n'émanait de ce personnage singulier. Ses yeux étaient cachés derrière deux verres fumés qui ne rehaussait pas d'un pouce l'attraction que ses traits auraient pu provoquer.

Pour ainsi dire, si Kodan se savait dépourvu par la grâce, il n'avait jamais été mis en présence d'un être duquel si peu d'aura émanait, si bien qu'il se demanda paradoxalement de quel genre de meneur de guerriers il s'agissait. Sans laisser son esprit vagabonder plus loin, il adressa à son pair des orages un humble salut avant de se présenter de sa voix roulante et rocailleuse :

Amadotsu Kiyooki Kodan, Taisho de l’âtre éternel des Setsu et gouverneur de Kazan, hajimemashite. Je répond à l'appel de Kuhoko Keikoku-san, reconnu par les siens comme le Seigneur des forces militaires des Kenshu pour lesquels mon respect est tout acquis.

Il marqua une légère pause, haussant légèrement les sourcils avant d'ajouter tout en croisant les bras sur son torse :

Qu'attend donc mon estimé voisin de l'Ouest en requérant ma présence d'une façon si mystérieuse que seule la curiosité puisse être le moteur justifiant que je me sois arraché aux miens ?


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka


Dernière édition par Amadotsu Kodan le Lun 24 Avr - 20:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Inoue Naizen

avatar

Non Joueur

Messages : 24
Date d'inscription : 12/05/2016

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Mer 20 Juil - 18:32

Après l’infructueuse réunion passée en présence de ceux qui représentaient les cinq grands Clans et de l’Empereur-Dieu, Naizen avait reçu quelques instructions de son Daimyo. Ce dernier lui fit quelques petites remontrances quant à sa prise de parole, parole qui avait au moins eu le mérite de briser un silence irrespectueux à la question du représentant Divin. Les griefs tenaient plus des mots choisis que le Daimyo considérés comme mal inspirés et allant à l’encontre de la légitimité et de la force de son règne sur le Clan Fukyuu. Naizen, simple servant de son Seigneur, comme tout membre Fukyuu l’est devant sa plus haute autorité, s’était excusé, non sans arguer que son but n’avait été que d’ouvrir les dialogues tout en sauvegardant son Daimyo, la première prise de parole étant en règle générale la plus critiquée par sa mise en avant précoce vis-à-vis des intervenants suivants.

Aussi, Naizen, bien que chagriné, relativement, par les réprimandes légères de son Seigneur, considéra sa mission remportée avec succès. N’ayant, pour le moment, plus aucune autre quête à accomplir pour son Seigneur en attendant leur départ, ou d’autres événements requérant la prolongation de leur séjour en la Capitale Impériale, s’était mis à l’une de ses activités favorites, la conception de glace au thé. Thé qui approvisionnait bien souvent ses bagages lors de ses itinérances. Il n’en avait que peu, aussi, avec beaucoup d’application, il ne put que créer une petite vingtaine de ses spécialités. Mais, en vérité, cela restait bien suffisant pour qu’il s’adonne à sa petite activité légère. Dès lors vêtu « simplement », vêtu alors de ses habits de simple civil qu’il arborait dans son domaine, sans distinction de signe Clanique, ni artifice, Naizen distribuait ses glaces, qu’il maintenait en état grâce à son affinité avec la glace, empêchant qu’elle ne dégouline de façon précoce, en échange de diverses nourritures, prévoyant de préparer une petite entrée de son cru pour son Daimyo et les quelques personnes les accompagnant.

Son petit sac en peau de chèvre, accroché à sa taille par un enchevêtrement de bout de tissu, commença rapidement à glisser vers ses fessiers, engouffrant les fruits de son troc avec les passants et les commerçants. Lorsqu’il n’eut plus rien dans ses bras, toutes ses glaces reposant désormais en paix dans le ventre gourmands de quelques citoyens, Naizen remonta son sac improvisé qui commençait dangereusement à traîner par terre. Satisfait d’avoir lui-même récolté les ingrédients nécessaires à sa préparation, qui certes n’étaient pas en quantités gargantuesques, il entreprit de rentrer aux quartiers de sa délégation, désireux dès lors de commencer à cuisiner son œuvre, certes frugale, mais Ô combien sophistiquée et savoureuse. Le genre de met délicat qui réveille les papilles, comble le palais, et ouvre l’appétit avec joie.

Hélas ! A peine fut-il arrivé à sa destination, la tête déjà pleine du déroulement méthodique de sa préparation gustative, que lui fut présentée une proposition l’enjoignant, entre autre, de se joindre au Taisho Kenshu lors d’une réunion « d’importance ». Chagriné de devoir ainsi abandonner son projet à court terme, Naizen, confia sa récolte à un domestique, lui assurant de s’autoriser à lui trancher le petit doigt si un seul des ingrédients manquait à l’appel lors de son retour. Le domestique, quelque peu surpris par ce manque de diplomatie, perdit quelques couleurs, empoigna le petit sac avec force, sans même oser regarder à l’intérieur, puis alla s’isoler dans une petite pièce, la garantie de son petit doigt fermement serrée contre lui.

Inoue Naizen, prompt à ne pas se perdre en préparation inutile lorsqu’il s’agissait de répondre à une demande sans plus de détails, émanant d’un Clan étranger qui plus est, mobilisa auprès de lui deux hommes d’armes de la troupe Fukyuu, occupés alors à flâner dans les couloirs, puis se dirigea vers la délégation Kenshu, habillé en l’état. Il y allait non pas par envie, mais par devoir, parce que son Seigneur le lui avait ordonné. Rencontrer ce Taisho si désinvolte, à la physionomie hors de propos pour un personnage de son rang, visage tantôt moqueur, tantôt blasé, tantôt méprisant, tantôt…. Ah ! Il y aurait tant de tantôt à dénombrer encore. La précédente réunion, pour Naizen, avait laissé sur ce personnage une impression de grand scandale. Mais non de surprise. Après tout, c’était là le Clan Kenshu. Quoi de plus normal que de croiser des êtres tels que celui-ci dans un Clan aussi puérile ?

Sans parler de cette demande de rassemblement initiée par ce fluet de Taisho, tant, semblait-il, par l’esprit que par le corps. Un sujet « d’importance » qu’il disait. Cette simple formulation, amenée si proche de la réunion avec l’Empereur, présentait de façon aussi claire que limpide le motif de leur convocation maladroite. Oh, il aurait pu l’expliquer en détail dans sa lettre, que cela n’aurait rien apporté de neuf. Nul besoin d’être habité par quelque esprit médium pour deviner la raison. On allait parler des mesures à mettre en commun pour résoudre cette, ou ces, faille qui menaçait le Yokuni. Il faut dire que la cession avec l’Empereur avait plutôt dilapidé leur temps à tous, sans que rien d’effectif n’en soit vraiment sorti. A part, il est vrai, la mise en commun des informations de chacun.

Les Kenshu semblaient bien décidés à être le fer de lance de cette lutte, après avoir voulu démontrer leur engagement et leur prédominance dans la lutte à venir pour réparer les anomalies de ce monde. On pourrait même nourrir un climat de suspicion à leur encontre, mettant en relief la réunion qu’ils prenaient l’initiative de mener, en la Capitale même, sans présence de l’Empereur.

Naizen déboula plus qu’il ne pénétra dans la pièce de réception, avec ses deux hommes en armes un peu chamboulés d’avoir été retirés de leur paisible ronde, pour suivre un représentant officiel de leur camp qui ne semblait guère, lui, en paix.

« - Inoue Naizen, représentant de l’autorité Clanique des Fukyuu pour cette réunion, se présente à votre porte afin d’entendre vos mots. »

Un haussement de sourcil vint suivre sa phrase, lorsqu’il s’aperçu de l’absence de l'autorité de deux des autres Clans. Ah ! Et lui qui avait espéré arriver et entamer sur l’instant les échanges pour pouvoir retourner à sa cuisine et laisser libre cours à l’une de ses passions, tout en savourant l’idée d’enchanter les papilles de ses congénères et de son Daimyo. Et les siennes aussi. Naizen réprima un soupir. Décidément, l’Art n’a de cesse de se voir maltraiter. Et ses serviteurs brisés dans leur magnifique élan créateur. Tragique, vraiment.


L M M J V S D


Dernière édition par Inoue Naizen le Dim 24 Juil - 14:07, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5055
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Dim 24 Juil - 5:25


La missive frappée du mon des Kenshu arriva entre les mains de Riyu alors que celle-ci sortait d'un bain bien mérité. La réunion et les entretiens avaient été éprouvants de jugements et elle avait ressenti le besoin de réfléchir sur les paroles citées en solitaire avant d'en rendre compte à son second et amant pour au moins lui épargner son agacement. Depuis que Okaruto l'avait adopté, il était devenu son confident  et son garde-fou mais à présent qu'ils partageaient tout, absolument tout, elle désirait le préserver un minimum afin d'assurer leur relation ou bien pour une autre raison qu'elle ignorait encore. D'un autre côté, Riyu était curieuse de connaître ses positions, Raiken ayant toujours fait preuve d'avis clair et avisé, sans quoi il ne serait ni Taisa, ni son second, ni celui qui partageait à présent sa couche.

Ce fut donc les cheveux encore mouillés qu'elle réceptionna la lettre. Arquant un sourcil à son ouverture, qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Kuhoko-san demandait de nouveau une réunion, mais cette fois-ci des Taisho sans donner d'autres précisions que l'heure du rendez-vous. Elle irait, certaine qu'elle ne risquerait rien avec deux autres généraux étrangers au clan Kenshu et encore moins dans des appartements impériaux. Au contraire, Yokuni avait tout à gagner à ce que la communication se fasse ainsi entre ses différentes factions, même si elle aurait préféré se poser d'avantage et prendre le temps de traiter les questions qui s'étaient imposées à son esprit avant d'en imaginer d'autres.

La Dragonne était donc partie, vêtue et armée comme en Okaruto d'un Jinbaori mauve et doré mais resplendissant de jeunesse et d'un simple Hakama sombre, quoique l’œil de la jeune femme toujours caché et son daisho scellé. Sa chevelure opulente voletaient à chacun de ses pas alors qu'elle n'eut qu'à traverser un vaste couloir pour que la porte du lieu soit en vue. Quelle surprise fut la sienne lorsqu'elle aperçut Inoue Naizen y pénétrer avec deux hommes ! Elle ne s'en formalisa pas, cependant et s'y introduisit à leur suite pour arrêter ses pas avant un léger râlement de gorge. Il fallait dire que Naizen n'était pas encore installé et qu'elle était assez petite...

"Kasuga Riyu, Higashi no Ryuu et Taisho des brumes de Kasugami, messieurs."

Il la connaissait tous et ce n'était là que des formalités qu'elle expédia avec une légère courbette afin de déboucher sur un autre sujet, plantant son regard bel et bien borgne - puisque le blanc reposait sous le cuir - dans celui du serviteur Fukyuu, peut-être daignant tourner ses yeux vers elle.

"Inoue-san...En tant que Taisho et donc légitime invitée de cette assemblée, je concède que vous puissiez y assister en tant que remplaçant tant que cela ne gêne pas Kuhoko-dono, mais pensiez-vous réellement risquer quoique ce soit en ces lieux saints et impériaux pour amener avec vous deux de vos soldats ? Aussi, il serait bon que vous nous donniez votre véritable rang au sein des vôtres afin que tout soit clair entre nous, n'est-ce pas ?"


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kuhoko Keikoku

avatar

Taisho

Messages : 161
Date d'inscription : 24/09/2015

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Taisho
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Mer 27 Juil - 12:07

Ce fut le Taisho du feu qui répondit à l'appel en premier. Un homme un peu plus grand que lui, mais tellement plus massif, l'homme n'était pas gracieux, mais après la réunion avec l'empereur Kei avait pu voir qu'il possédait une éloquence assez impressionnante, comme beaucoup lors de cette réunion d'ailleurs, c'était l'une des meilleures raisons pour ne pas l'ouvrir à ce moment-là. L'homme était décidément imposant et Keikoku se demandait s'il n'était pas, comme lui, assez peu fait pour ce rôle de Taisho. L'avenir répondrait à ces questions, il n'en doutait pas. Keikoku répondit donc au salut de son homologue pour écouter ses paroles, une fois encore fort bien trouvée. Il ne put s'empêcher d'avoir un petit sourire amusé quand l'homme parla d'être ''arraché aux siens''. Il répondit rapidement.

Vous m'en voyez navré Amadotsu-san. J'espère n'avoir provoqué aucun adieu déchirant par ma lettre.
Il avait dit cela avec une légèreté qui trahissait facilement l'emploi du comique, mais il continua. La raison de votre présence ici vous sera communiqué, j'attens simplement nos homologues.

Gardant un sourire amical/jovial à la bouche, le taisho de la foudre fut soudain attirer par une nouvelle arrivée. Un noble certainement, suivi de deux hommes d'armes. Keikoku aurait pu penser que c'était un poil trop pour se balader dans cet endroit, mais il reconnu très vite l'homme de Fukyuu, aussi l'explication quand à la présence de ces hommes était donc données. Décidément tous les Fukyuu semblaient craindre Kenshu pour venir en arme à la citée et devant le pavillon de Kenshu.

L'homme parla en représentant de l'autorité du clan des glaces et alors qu'il parlait le sourire de Keikoku s'élargit de plus belle. Il n'était pas spécialement heureux de voir un Fukyuu, mais il n'était pas malheureux non plus, pour le moment Naizen le laissait de marbre, il ne connaissait pas cet homme après tout. Ce qui provoqua se sourire ce fut l'arrivée d'un petit dragon juste derrière lui. La dernière fois qu'il l'avait vu, elle avait encore son deuxième œil et était friande de chansons paillardes.

Après la présentation d'Inoue-san et de Kasuga-san, cette dernière planta son œil unique dans celui d'Inoue pour lui parler de son arrivée, Keikoku n'aurait pas aimé être à sa place, dans le viseur de l'oeil unique du dragon d'Okaruto. Finalement, il voulu lever les mains pour dédramatiser tout cela, mais force est de constater qu'aucun des deux ne tourneraient les yeux vers lui, il décida de lui aussi ce racler la gorge pour faire revenir l'attention vers lui, toujours compliqué de le faire d'ailleurs.

Kasuga-san, Naizen-san, je vous remercie d'avoir tout deux répondu à ma requête. Il semblerait que notre collègue d'Eiichiro ne soit pas encore là, mais je vous propose tout de même de me suivre, vers la petite salle de réunion, le thé est en train de chauffer, vous serez mieux installé pour attendre le dernier. Naizen-san, vos hommes peuvent attendre ici, vous comprendrez ma demande j'imagine.

D'un simple geste de la main il invita ses invités à le suivre vers une salle plus petite. Néanmoins, bien assez grande pour contenir cinq personnes confortablement. Il y aurait toujours une domestique pour accueillir le dernier des taisho dans la place. Pour le moment Keikoku invita chacun des représentants à s'asseoir à la table. Et le fera lui-même juste après tout le monde. Il ne portait pas son daisho aujourd'hui et n'avait en aucun cas demander à ce qu'on enlève ceux des personnes présentes, à elle de le disposer comme elles l'entendaient, même si la plupart seraient certainement scellés.

Avant de commencer cette réunion, j'aimerais proposer à chacun de quoi se restaurer brièvement ou de quoi se désaltéré, qu'il s'agisse de thé ou autre.

Au moment de dire autre son visage pivota très légèrement vers Kasuga-san, il avait toujours un petit sourire en bouche, toujours très difficile à traduire.
Revenir en haut Aller en bas
Inoue Naizen

avatar

Non Joueur

Messages : 24
Date d'inscription : 12/05/2016

Feuille personnage
Age: 32
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Sam 30 Juil - 15:31

Ô par le plus grand de tous les Fukyuu, que cette réunion tournait à la comédie ! Cette irruption dans son dos de cette Dame, certes noble, ne l’avait guère enchanté, si l’on considère l’inactivité flagrante, et honteuse, de ses deux hommes d’armes, incapables de détecter dans son dos l’arrivée soudaine d’une personne ne répondant pas au signalement de son Clan, alors potentiel danger. Puis, comble de l’humiliation, cette femme, désormais reconnue comme étant la Taisho du Clan Okaruto, Clan contre lequel Fukyuu n’avait aucune antipathie, le défia du regard tout en, par ses mots, tentant de prendre l’ascendant sur sa personne, ne le traitant dès lors plus comme un égal. Naizen, maître de ses émotions, laissa ses deux yeux plantés dans celui de la Dame.

On aurait pu entendre une mouche voler. La situation aurait pu durer bien longtemps encore, sans parler d’une remarque en composition dans son esprit, si le comique de service, car c’est bien ainsi que Naizen le voyait, en grande partie à cause de son faciès moqueur et rieur adopté, semblait-il, en toute situation, preuve de puérils sentiments et de jugements enfantins, n’avait pas proposé à tous de s’installer pour le début des collations.

Naizen suivit donc le mouvement, tout en invitant ses deux gardes à retourner à leur poste de patrouille à la délégation Fukyuu. Il n’y avait plus lieu de se faire accompagner par leurs services en présence d’autres membres extérieurs au Clan Kenshu.

Lorsque tous furent en place, écoutant de nouveau la proposition de prendre le thé, ou toute autre boisson en attendant le dernier représentant, en plus de quelques mets légers, ce Keikoku se tourna légèrement vers la Taisho des Okaruto avec ce léger sourire si désagréable pour Naizen. Il ne savait quelles étaient les pensées du représentant des Setsu, mais cet état, en plus de la petite altercation précédente, commençait réellement à le mettre mal à l’aise. Kenshu et Okaruto auraient-ils noué quelques plans malhabiles pour mettre en difficulté les trois autres Clans ?! Puisque l’heure était à l’attente du dernier invité, Naizen se décida à attaquer. Il en allait de l’honneur même du Clan Fukyuu, au-delà du sien propre.

« - Noble Dame, Kasuga Riyu, Higashi no Ryuu et Taisho des brumes de Kasugami, vous n’avez rien à me concéder en cet événement, et encore moins un jugement si brutal envers mes décisions d’escorte ou ma présence même en ce lieu. C’est d’égal à égal que nous sommes tous ici agenouillés les uns devant les autres. Le droit ne vous appartient pas d’approuver ou non ma venue. Ce serait une insulte grossière envers la décision de mon Daimyo, et par conséquent envers l’entièreté du Clan Fukyuu. Seul l’Empereur à l’autorité Divine toute puissante peut émettre de pareils jugements, auxquels nous avons le devoir de nous plier sans nulle autre forme de procès.

C’est également mon intention propre que d’être venu avec deux hommes en armes, garantie de ma sécurité en cette période si trouble, et dont j'ai pris la décision de m'en séparer dès la vision de l’honorable Taisho de l’âtre éternel des Setsu, Amadotsu Kiyooki Kodan, alors rassuré et convaincu qu’aucun danger ne pourrait nous menacer. Votre ordre de me séparer de ma garde était dès lors parfaitement superflu et inutilement condescendant. Je ne parle même pas de votre injonction visant à désigner mon rang parmi mon Clan.

Informez-vous du fait que je ne suis pas sous votre dominance, et, afin de vous enlever tout doute, sachez bien que je suis effectivement sous l’autorité Clanique des Fukyuu, et non de tout autre Clan.

Sur ce, Kuhoko Keikoku, Taisho du Clan Kenshu, pour ma part je ne souhaite nulle gourmandise. J’attendrai donc simplement que les discussions pour lesquelles nous fûmes conviés soient initiées par notre hôte. »


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5055
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Lun 15 Aoû - 14:37

La tension fut véritablement palpable dans leurs regards respectifs, si bien qu'ils en vinrent à ignorer le monde alentour. Seule l'insistance affectée de leur hôte les obligea à profiter d'un court repos bientôt interrompu par l'un d'entre eux alors qu'ils s'étaient confortablement installés dans une salle Kenshu.

Déjà interloquée par le regard que Kuhoko-dono lui lançait, la Dragonne fut bientôt harponnée par le Fukyuu, qui loin de répondre à ses attentes, fit pleuvoir sa verve sur elle. En réalité, pour avoir rencontré Fukyuu Hankyou-sama un peu plus tôt, elle fut bien surprise de devoir reconnaître que tous les fils des Glaces ne suivaient pas son exemple. Lui-même était venu à elle très poliment et sans escorte discuter de projets pour le moins plaisants. Et voilà qu'un de ses serviteurs, non content de se prendre pour un Taisho, l'invectivait violemment ?!

Peu désireuse de souiller le sol impérial d'un quelconque sang, ce qui aurait été guère mieux, sinon pire que s'entourer d'une escorte en ses couloirs saints, elle ne lui accorda même pas l'affront de lui rappeler que l'on ne s'improvisait pas Taisho, que l'on assurait pas sa propre sécurité sur un sol allié voire supérieur, que les murs avaient des oreilles et que l'Empire ne se limitait pas à la seule personne qui y régnait en maître. Non, elle ne lui dirait pas combien de règles de bienséance il avait enfreint en se présentant ainsi. Au lieu de cela, ses lèvres purpurines de noble Dame esquissèrent un sourire narquois révélant la ligne blanche de ses crocs et lâchèrent avec un léger rire :

"Vous montez rapidement sur vos grands chevaux, Naizen-san...C'est dangereux, pour un Taisho."

Sans perdre sa mine moqueuse, elle le fixa une ou deux secondes encore avant de reporter son attention sur Kuhoku-dono dont la figure débutait de lui revenir.

Si le Fukyuu éprouvait le désir de s'expliquer contre elle, elle se montrera tout à fait disponible après cette réunion, elle osait l'espérer, assez importante pour requérir la présence des pouvoirs militaires de tous les clans.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1171
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Mar 23 Aoû - 19:55

Toujours légèrement dubitatif des raisons qui l'eurent poussé à honorer cette demande sans le moindre objet que son homologue des foudres, il ne releva pas l'affront que l'anodin personnage lui fit, le reprenant sur ce qu'il avait dû laisser derrière lui pour satisfaire sa curiosité. Ce ne fut pas sans surprise qu'il pu constater que d'autres s'étaient vu conviés à cette petite réunion, le premier et non des moindre représentant du domaine du centre aux neiges éternelles, fit plus irruption qu'il n'entra vraiment dans la salle au sein de laquelle il avait été accueillit par le parvenu du Tigre.

Le dénommé Naizen s'était déjà illustré, anonyme parmi les patronymes tous aussi reconnus les uns que les autres, lors du conclave et le gouverneur de Kazan, avec un recul certain, devait lui concéder un certain courage pour s'être ainsi fait la voix d'un seigneur qui avait peiné à remplir le rôle que les cieux lui avaient alloués. Cependant, il n'avait pas brillé par son tact face à l'Empereur en personne, si bien que passée une légère stupéfaction qui lui eut fait porter la main par pur réflexe sur sa tsuka scellée, il retint son geste, jugeant qu'il s'agissait là d'un écho au manque catégorique à tout les usages auquel le prétendu délégué des Glaces semblait s'être hissé au rang de maître.

Instantanément, il ne regretta pas d'avoir choisi de donner suite à cette invitation, tant le spectacle qui suivit fut appréciable. Car en effet, dans l'ombre des hommes armés des enfants d'Oyamatsumi, incarnations d'une insulte grandissante faite à Birei toute entière et la paix de ces lieux, un petit être bien connu aux traits si singuliers se râpa le gosier afin d'amener à lui les attentions sans le moindre mal. Si petite pouvait elle être, l'héritière des Kasuga et Général légendaire de l'Est irradiait d'une aura qui leur manquait à tous, lui y compris.

Kodan failli partir d'un rire certain lorsqu'une fois les présentations très vite expédiées, elle entreprit de faire la leçon à l'outrecuidant disciple du Bœuf. La chose apaisa totalement le geste qu'il eut amorcé par automatisme, son instinct ayant imaginé la pire des situations, malgré le fait qu'ils se trouvaient tous à la capitale, sous la bienveillante sécurité offerte par le Fils des Cieux. Le Volcan apaisé pouvait laisser son sobriquet l'incarner, si le Dragon de l'Est en faisait autant du sien, rappelant à tous sans le vouloir, à moins que la chose ne soit consciente, qu'elle était leur doyenne au rang de maîtresse des armées et ce malgré sa jeunesse.

Le quidam des Inoue s'était présenté comme le choisi du Souverain des Monts enneigés lors de l'assemblée exceptionnelle qui avait eu lieu tantôt, aussi et par logique, le premier Amadotsu avait vu en lui un hatamoto jusqu'à ce qu'un humble statu de noblesse ne lui soit prêté à l'annonce de son entrée dans la salle du trône Impérial.

La question finale du Taisho des brumes éveilla ainsi son propre intérêt, car un personnage se trouvant à la droite de son Daimyo et envoyé par ce dernier pour égaler les plus hauts avatars martiaux des cinq grands clans devait remplir une fonction prépondérante, si bien que le bushi se trouva honteux de ne pas parvenir à mettre une histoire sur le nom par lequel il s'était introduit.

C'était uniquement l'impression que lui avait faite le troisième régent Fukyuu qui le poussait à se fustiger intérieurement, car un homme de cette stature et de cette droiture devait mesurer jusqu'au plus petit de ses souffles. Aussi ne pouvait il pas douter du choix que ce dernier avait fait en leur envoyant Naizen. Il ne pouvait guère ignorer que celui-ci auréolait d'un certain cachet qu'il se savait ne pas avoir, même si il était loin d'égaler celui du petit officier des enfants d'Izanami.

La suite vint du moins visible de tous que Kodan avait même oublié face au duel de regard qui se jouait face à lui et ce fut comme si le fade Keikoku sortait le guerrier de sa torpeur pour le renvoyer à une autre lorsque son ton monocorde se fit entendre à nouveau pour saluer les nouveaux venus et inviter à une certaine paix en ces murs ainsi qu'à réunir tout ce beau monde autour d'un thé. Procédant à sa suite pour s'installer enfin, le dernier des Kiyooki ne perdait pas de vu l'ainée des Kasuga et son interlocuteur intrigant, refusant silencieusement toute autre chose que la boisson qui leur avait été proposée plus tôt en se contentant de lever poliment la main en réponse à l'initiative de l'homme des foudres.

Une joute muette avait débutée de se livrer entre la glace et le brouillard, l'un avisant l'autre, très certain de son bon droit et prenant de haut la suivante. Le flegme des gens du Haut Centre était réputé en tout Yokuni et il était de coutume de le confondre avec de l'arrogance, lui-même ayant cru la déceler lors de son échange avec le récent Élu qui les régissait à présent. Comme attendu, l'homme séparé de son escorte reprit la parole une fois qu'ils furent tous installés, attestant d'un don certain pour l'oratoire dont le Général Igné se savait dépourvu.

Néanmoins, le manque manifeste d'humilité dont il fit immédiatement preuve agaça très rapidement le Volcan, car contrairement au Dragon que la légende précédait, celle d'Inoue Naizen ne faisait que débuter en ces lieux et de bien triste façon. Se prétendre l'égal d'une figure reconnue dans le pays tout entier tout en étant dépourvu du titre de Taisho qui plus était, seul un Seigneur aurait pu avoir de tel propos… Seul Kodan en ses lieux, à moins d'y trouver un autre élu, aurait pu, en réalité, tenir ces mots précis.

Non, tous ici n'étaient en rien des semblables, comme le suggérait le centralien. Il s’imprégna autant du discours qui fut prononcé, d'autant plus lorsque son nom fut invoqué en de bien élogieux propos. Ce fait le renvoya à son entrevue avec le seul pair qu'il reconnaissait dans les termes utilisés plus tôt, ce dernier ayant terminé leur rencontre avec une sobriété tâchant de ne pas laisser entendre que les Flammes et les Glaces pouvaient être sur le chemin d'une entente, malgré tout le respect que le gouverneur de Kazan ressentait pour le Champion de o-Ôyamatsumi.

Il ressentit en son fort intérieur toute la rétention dont fit preuve son homologue à l'iris unique dans lequel il pouvait déceler un feu plus terrible encore que celui qui brûlait les terres de Kazan à l'attention du Fukyuu présent. Elle se contenta d'une pointe d'humour étonnante lorsque l'on connaissait un tant soit peu le tempérament de la jeune femme.

Le silence revint alors et sachant que ce dernier serait brisé rapidement s'il laissait s'échapper sa chance, le Général des Brasiers prit son tour, ses lèvres s'étirant sur un sourire diverti, le roc de son accent mettant à bas toute la mélodie contenue dans celui de Riyu et Naizen lorsqu'il prononça :

Si le Dragon de l'Est ne le prononce pas, alors le Volcan du Nord le fera pour elle. Je vous reprendrais bien à mon tour, Inoue-san, sur le principe d'égalité dont vous faite l'étalage. Mais à moins que vous ne soyez le Désigné d'un Kami, même la voix d'un Hatamoto n'aurait guère le poids nécessaire pour se prétendre à la mesure d'un être dont les mots guide les armées toute entière d'un clan sous le regard de l'Empereur dont vous faites tant d'égard à l'autorité.

Pourtant, si nos armes sont scellées à cet instant et que nulle escorte ne se trouve à nos côtés, la raison se trouve dans la sécurité des mots de notre Souverain Suprême et je ne suis pas loin de croire que vous faite entorse là à une centaine de protocoles simultanément. Fort heureusement, nous sommes ainsi sous le couvert du privé dont nous honore Keikoku-san ci-présent et vos actes ne terniront par la grandeur du Seigneur dont vous vous réclamez le serviteur choisi.

Nous sommes réunis ici entre potentiels ennemis et vous voilà dans la grotte de loups susceptibles un jour de se sauter à la gorge, Inoue-san. Si notre aimable hôte du Tonnerre a, malgré ce fait évident, daigné nous réunir, le sujet qu'il a a apporter est des plus graves et attise l'âtre incandescent dont je suis porteur.

Enfin… Je vous suis gré de voir en moi le garant de votre sécurité, mais mon humilité me pousse à vous indiquer que Kazan Chinsei-ka ne saurait vous substituer aux crocs de Higashi no Ryuu si cette dernière devait vous faire la leçon… Vous m'en voyez navré. Alors, si tout est entendu, il y-a un thé Kenshu que j'aimerais savourer en tachant de me laisser éclairer sur la raison de ma présence en ces lieux, dont j'attends toujours qu'elle me soit révélée.


Il retourna alors son attention sur celui dont l'aspect était le moins attrayant parmi la compagnie à ses yeux, mais dont le mystère qu'il portait en son sein permettait d'attiser sa curiosité, au moins autant que la boisson qu'on lui avait promit.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka


Dernière édition par Amadotsu Kodan le Lun 24 Avr - 20:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Yozakura

avatar

Taisho

Messages : 22
Date d'inscription : 07/07/2015

Feuille personnage
Age:
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Sam 27 Aoû - 13:06

La réunion avec l'empereur ou plutôt avec l'"intermédiaire" de l'empereur m'avait laissé un goût particulièrement amer. Mon cœur était rempli de pensées sombres et d'avis que je n'aurais sûrement pas dû avoir en tant que Taisho. J'avais l'impression que toute cette histoire n'était finalement qu'une lutte entre Amaterasu et son frère Tsukiyomi. Risquer ma vie ou celle de mes gens dans une telle lutte fratricide était tout sauf mon envie. Après avoir chasser son frère Susanoo des cieux, l'impératrice des dieux s'attaquait désormais à son autre frère avec qui elle avait un différent depuis longtemps. Je n'arrivais purement et simplement pas à voir cette lutte autrement. Un tel mépris des vies humaines me dégoûtait plus qu'autre chose. C'était exactement pour cela que la Déesse avait fini par s'exiler du monde et cette fin des attaques divines en milieu mortel est exactement la paix à laquelle j'aspirais. La Secte était mon idéal. C'était justement pour cela que je m'étais tu. Parler et devoir mentir, imiter les autres et énoncer une pensée qui n'était pas la mienne pour ne pas risquer le lèse-majesté m'aurait demandé plus de courage que je n'en ai vraiment. Oui, le silence était ma seule solution face à cette acte révoltant contre un dieu solitaire. Un silence éternel comme était celui de tous les serviteur du chat jusqu'à leur mort. Fort heureusement, ce silence des Eiichiro n'avait pas été trop remarqué grâce aux discours engagés des autres clans et du faible nombre des représentants du clan du vent à la réunion. Lors ce que celle-ci s'était finie, le poids encore présent dans mon ventre, j'étais retourné à mes affaires avec Kyo, mon ami. Si lui avait vu le fond de ma pensée il ne m'avait rien dit. Pour cela, je l'en remerciais ; je n'aurais pas eu le cœur ni le courage de subir des remontrances et des paroles engagées après un tel événement. De toute mon âme je méprisais cette action. Cette union contre la Lune était purement et simplement triste.
Pour me changer les pensées, à moins que ce ne soit pour augmenter le lourd poids du devoir, un courrier arriva dans nos appartement. Il venait de Kenshu, le pavillon voisin. Il invitait tous les taisho à une réunion dont le thème n'avait été nommé. Cet imprévu me fit hausser un sourcil. Je ne pouvais m'empêcher de trouver amusant cette habitude qu'avaient certains à envoyer des courriers prétendument important à la dernière minute. Quand on connaît le temps nécessaire pour mettre une armure simple pour la guerre, la question du temps devrait pourtant sembler revêtir plus d'importance. J'aurai pu me dépêcher et me mettre en route de suite dans mon habit actuel. En soi, rien ne me retenait particulièrement dans les terres impériales ; tous mes devoirs et toutes mes responsabilités administratives et militaires étaient restées à Eiichiro dans les mains d'hommes. Enfin, je ne me pressai pourtant pas pour finir le thé que je buvais devant le jardin intérieur de notre pavillon. Je laissai mes pensée errer vers les terres de ma famille que je n'avais pas vu depuis longtemps. Le froid devait désormais les avoir presque saisie. L'Hiver approchait à grand pas bien qu'on ne le sente pas sur ces terres bénies par le Soleil impérial. Tant de rêves et de souvenirs desquels mon esprit n'avait pas de jouir en ces temps troublées. Peut-être regrettai-je la terre qui m'avait vu naître et ses champs dorés en été alors que la chaleur s'élève sur la plaine ? J'y retournerai, oui, je reverrai mon domaine dès que tout cela se sera apaisé, quand le poids sur mon cœur se sera plus tendre et quand les frimas de l'hiver bloqueront les grands mouvements des armées. L'Hiver approchait en effet, et avec lui un grand repos mérité.
Après m'être lavé rapidement et avoir revêtu l'armure de cérémonie rutilante qui correspondait davantage à un taisho que le vêtement de soie qui avait été le mien à la réunion impérial en tant que représentant de notre daimyo dont le nom n'avait pas encore été nommé, je m'étais rendu sans délais supplémentaire au pavillon voisin des Kenshu où m'attendait sans doute déjà tous les autres taisho. Le chemin ne fut malgré tout pas dénué d'amusement. Je pus par exemple croiser deux soldats portant les couleurs Fukyuu à la sortie du bâtiment. Cela signifiait donc que le nouveau taisho Fukyuu, à moins que ce ne fut qu'un représentant, avait été assez apeuré pour s'amener une protection. Quand on pense au fait que l'ensemble de ces événements se déroulaient sous le toit de l'empereur, on ne pouvait qu'être amusé de la crainte déraisonnable de l'envoyé du clan du bœuf et la punition impériale qui risquait de s'abattre sur leur dos. Ces deux soldats me regardèrent cela-dit d'un regard assez professionnel si bien que j'adoucis mon jugement sur ce pauvre taisho qui risquait de ne pas garder bien longtemps son rôle. Peut-être que ces vagues histoires de malédictions que rapportaient certains sur le sujet étaient vérifiées après tout. Je me présentais aux gardes kenshu et des servantes m’introduisirent rapidement auprès des autres taisho ; il semblait visiblement que j'étais le dernier.


« Omatase Shimashita. Le Taisho du Vent, Noraneko Sawada Yozakura, est arrivé. »

Suite à ces paroles, j'entrepris de saluer les membres déjà présents, en commençant bien sûr par celle que je connaissais déjà très bien pour avoir voyager avec elle :


« Kasuga-taisho-dono »

Mon regard glissant sur le coté, je salua une autre connaissance, bien que le taisho en question ne me connaissait pas. Je crains que la légère déception que me rappelait sa vue se perçut en partie dans la rapidité inhabituelle de mon salut :


« Amadotsu-taisho-don... »

Puis pour continuer mon salut, je me tournais vers les deux derniers membres. J'eus un moment d'hésitation devant eux, ne sachant pas vraiment lequel était le taisho kenshu avant de me souvenir de ces vêtements blancs que j'avais en un premier temps pris pour un serviteur durant la réunion :


« Kuhoko-taisho, je présume, dis-je avant de finir par celle que je ne connaissais pas.
Vous êtes... Naizen-san, c'est cela ? Vous êtes le nouveau taisho Fukyuu ? Vous êtes très courageux. » acceptant avec une politesse bienveillant les corrections qu'il apporta.

Les présentations terminées, je m'asseyais finalement à la place qui semblait être demeurée libre pour moi. Aucune des tasses de thé n'avait encore était entamée aussi j'en déduis que la discussion sérieuse n'avait pas encore commencer. Nul doute qu'ils avaient trouvé un sujet plus intéressant et plus agréable pour commencer cette réunion, bien qu'au vue de l'atmosphère je doutais que ce sujet aie plus à tout le monde. Cela-dit, nous étions bien réunis pour une raison :


« Maintenant que nous sommes tous rassemblés je vous prie, Kuhoko-taisho de nous informer de notre présence ici. Nul doute qu'elle doit être importante pour avoir pris la peine d'inviter les taisho de tous les clans ici. »
Revenir en haut Aller en bas
Kuhoko Keikoku

avatar

Taisho

Messages : 161
Date d'inscription : 24/09/2015

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Taisho
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Lun 29 Aoû - 16:57

C'était long, c'était bruyant, c'était trop peuplé également. Pendant que les grands de ce monde parlaient d'étiquettes, de droits, de fautes et autres, Keikoku lui allait demander du thé à une servante et chercher les quelques dossiers dont il aurait besoin. Il ne pouvait malheureusement se faire entendre qu'avec des preuves ou en menaçant les gens, à force il avait compris comment le monde marchait, si t'a pas la tête d'un dieu de beauté il faut que tu apportes des preuves et que tu forces de tout ton être pour que les gens ne te prennent pas pour un idiot fini.

Une fois fait il revint tranquillement dans la pièce avec le thé et il retourna s'asseoir avec sa discrétion légendaire, si on peut appeler cela de la discrétion bien entendu. Il posa des tasses à chaque place pendant que les autres continuaient à se parler. C'était bien étrange, la personne qui devrait être le plus gênée ou énervé parce qu'avait fait Naizen était certainement la personne qui s'en battait le plus les parties. Faire un foin et perdre autant de temps pour ce genre de détails (qui ne l'était pas vraiment) c'était tout bonnement n'importe quoi.

Finalement, le dernier invité arriva, il aurait pu donc voir cette magnifique scène d'un débat qui n'était pas à l'ordre de la réunion. Et un Taisho assis dans une posture peu académique dans une sorte de tailleur sauf qu'une des jambes de Kei était posé au sol, son bras reposé sur celle-ci. Il avait l'air d'un mec qui était un peu au bout de sa vie. Il sourit en voyant le dernier arrivé, content d'avoir une nouvelle personne ici qui allait certainement aider à commencer la réunion. Tout allait enfin commencer, ce n'était pas trop tôt. Kei indiqua le siège pour le dernier arrivé avec une de ses mains libres.


Bien. Puisque tout le monde a fini j'vais enfin pouvoir vous communiquer la raison de c'te réunion.

Il fit passer différents papiers aux personnes autour de cette table, il s'agissait de rapport de meurtres, de plusieurs enquêtes menées par lui, mais aussi d'un dernier sur la traque et l'élimination d'une tueuse : Kuhoko Aya. Il y avait aussi quelques petites notes sur un groupe nommé la Main. Keikoku avait rassemblé toutes les preuves et tous les rapports qu'il avait rassemblé depuis ses dix dernières années.

J'vous ai invité pour vous parler d'un groupe qui agis dans l'ombre. Ca s'appelle La Main. C'est un groupe d'assassin qui prend tous les contrats qu'ils peuvent, ils agissent partout vraisemblablement et font parti de tout corps de métier ou de toutes situations sociales. Certains sont samurai au sein de nos armées, d'autres sont des kuge, des paysans... des épouses.

Il prit un instant pour saisir sa tasse de thé et il souffla un peu dessus, laissant la fumée s'échapper un peu avant de prendre une bonne gorgée de thé, qu'il apprécia à sa juste valeur. Il était étrangement calme en parlant et essayait de ne pas écorcher trop ses mots.

Je voulais vous informer, afin que l'on puisse agir ensemble contre ce fléau.

Edit Hrp ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5055
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Mar 10 Jan - 0:03

Tout à fait décidée à laisser cette histoire coulée -Inoue Naizen devait l'avoir entendue, la Taisho des Brumes ne prêta qu'une oreille discrète à ce qu'il se passa ensuite pour se concentrer sur son thé et attendre que la réunion commence. Elle répondit par un simple hochement de tête au salut du retardataire, qui était resté bien silencieux devant l'Empereur, et parut s'éveiller enfin lorsque le Taisho des foudres leur apporta quelques feuilles en bien maigres nombres. A première vue, il s'agissait de rapports militaire Kenshu, mais les preuves devaient être prises ensemble pour comprendre de quoi il s'agissait. Une organisation d'assassins ? D'après Kuhoko Keikoku- nom qui lui paraissait familier, d'ailleurs, sans qu'elle ne sache pourquoi- cette organisation sévissait partout. Mais il ne leur montrait rien de concret et elle ne voyait pas où il voulait en venir.

"Ces affaires n'ont rien à voir avec les dangers qui nous attendent lors du voyage vers la Faille, en plus d'être absolument abstraites." déclara-t-elle avec spontanéité. "A quoi cela rime, Kuhoko-dono ? Si je comprends bien, vous nous mettez en garde, mais vous ne nous expliquez pas tout. Tout cela est bien trop confus pour que l'on puisse protéger nos gens de ce prétendu fléau."

Lire des documents était trop contraignant lors d'une réunion, quand bien même il s'agissait de trois feuillets. Elle attendait que le chef des armées des foudres explique tout cela et partage les informations et toutes les suppositions qui l'avaient amené à les convoquer de la sorte alors qu'ils organisaient d'autres importances.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kuhoko Keikoku

avatar

Taisho

Messages : 161
Date d'inscription : 24/09/2015

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Taisho
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Lun 23 Jan - 16:13

Alors qu'il continuait de boire son thé les yeux de Kei, cachés sous ses lunettes noires allaient et venaient entre les différentes personnes présentes dans la pièce, comme il s'y attendait il était facile de voir une certaine désillusion chez certain. Après tout il leur parlait d'un groupe dangereux sans apporter de preuves concrètes pour cela. En même temps on parlait de la main ici, cette organisation n'était pas connue et en dix années Keikoku n'avait amassé que ces maigres preuves contre eux. Comment convaincre quelqu'un ici du bien fondé de ses dires, comme expliqué avant pour se faire entendre il fallait avoir un certain charisme, ou des preuves ou une menace suffisamment importante et ici et maintenant il n'avait rien de tout cela. Seulement il n'allait certainement pas abandonner tout de suite, s'il arrivait à ne serait-ce que leur apprendre leur existence ce serait certainement une victoire en soi.

Finalement, c'est la dragonne qui s'exprima la première, les autres restèrent quant à eux très silencieux, ce n'était pas étonnant d'ailleurs, Kei s'étonnait même de ne pas les voir se lever et partir tout de suite, elle soulevait des points importants, des manquements dans les dire de Kei, manquement que malheureusement il ne pouvait pas combler, pas encore ou plutôt certainement jamais.


Certains d'entre vous sont pressés ? Parc'que nous avons du temps devant nous pour voir ensemble le problème de la faille. Même si j'imagine bien qu'vous avez déjà donné des directives... Il laissa la phrase en suspend le temps de boire une nouvelle gorgée. Les informations sont abstraites certes, mais j'vous dit tout ce que j'ai pu apprendre en dix ans. C'te société fait tout pour être discrète et même sur mon territoire j'ne vois pas leur agissement. J'tenais à profiter de votre présence à tous pour vous mettre en garde et si j'peux sembler si enclin à croire à tout cela et pas vous DokuganRyuu, c'est parce que la majeure partie d'mes informations m'ont été transmises de vive voix par l'un de leur membre pendant un combat.

Keikoku but une nouvelle gorgée de thé, son discourt se voulait simple et efficace. Il n'était clairement pas près à laisser tout ceci couler et il reprit la parole pour ajouter une précision à la dernière phrase du dragon borgne.

Vous n'pourrez pas protéger vos gens Kasuga-dono, si mes yeux n'ont pas pu prévenir la menace qui pesait sur ma famille sur mon propre territoire alors personne ne sera à l'abri. Pas tant qu'on a pas plus d'informations sur eux, c'est pour ça qu'j'vous ai tous convoqué, pour arrêté d'être seul à chercher. J'vous laisse le choix, vous pouvez tout aussi bien envoyer balader tout ça et revenir sur le sujet d'la faille tout d'suite ou prendre le temps d'y réfléchir un peu. Une menace ne se présente pas toujours sous la forme d'un soldat arborant un étendard, les plus dangereuses sont celle qu'on n'voit pas.

Après ces dernières paroles le taisho des foudres fini sa tasse de thé, regardant à l'intérieur de celle-ci. Il aurait dû se faire un lait aux épices, mais il ne voulait pas se singulariser, même juste au niveau de la boisson et tout le monde ne serait peut-être pas friand de cette boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1171
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Lun 24 Avr - 21:39

Le dores et déjà détestable Taisho Eiichiro avait choisi la fin du discours de Kodan pour faire une arrivée bien sentie et loin de toute l'humilité que son retard aurait dû lui inspirer. À son pathétique salut à son égard, le Volcan ne fit que s'assombrir, ne daignant lui accorder qu'un infime signe de tête en retour de sa trop prompte politesse qui ne lui permis même pas d'en finir avec le suffixe qui lui ajouta à son rang.

Le premier Amadotsu était persuadé de rêver à la vu de ces Taishos dont il partageait le grade, à l'exception de l'envoyé du Bœuf qui n'en possédait pas le titre et se pensait un égal. Ainsi et hormis Riyu, il ne comptait en ces lieux aucun guerrier auquel il aurait prêté ne serait-ce que l'honneur de la caste des samouraïs.

Il garda en lui sa gronde, s'amusant même un tant soit peu de l'erreur de jugement commise par Yozakura au sujet de Naizen, lui offrant un échelon dont il était bien à l'opposé, tout juste digne d'une estafette que ce Fukyuu s'avérait être, ni plus ni moins. Le thé leur fut ainsi apporté par rien de moins que le Général des Foudres en personne, sans que cela ne soit le rôle d'un serviteur, ce qui aurait été bienvenu et aurait probablement permis à ce que ce regroupement burlesque puisse débuter enfin sur le sujet qui tarabustait leur hôte.

Il reconnu au moins au bushi transparent le fait qu'il ne retourna même pas le salut du dernier arrivé. Bientôt, le guerrier du tigre leur fit passer une série de rapports divers et variés attestant de pertes qui n'avaient rien d'accidents au cœur de ses frontières, ainsi que celui du témoignage de la mort d'un assassin présumé dont le nom était le même que celui de leur maître de soirée.

C'est un regard rapide que porta sur ces documents divers et variés le gouverneur de Kazan, en revenant rapidement sur son homologue de l'Ouest qu'il interrogea des yeux. Une certaine lumière fut alors portée sur la nature de ce qu'ils pouvaient lire, des faits prêtés à un groupuscule qu'il connaissait lui-même de nom, un ordre de mercenaire de l'ombre, du moins, c'était là ce que les ragots racontaient à leur sujet.

Rien dans ce qui leur avait fait passé ne faisait écho à l'ampleur de ce qu'il décrivait, puisqu'il ne s'agissait là que de simples enquêtes criminelles sans aucun liens apparent. Il butta cependant sur le fait que la femme de Keikoku devait avoir été cette Aya et attacha ainsi un minimum de crédit à ce qu'il pourrait leur annoncer de plus. Ce n'était là que des hypothèses jetées assez légèrement, mais ce simple fait suffisait à l'intriguer pour le maintenir en place et à l'écoute de ce qui suivrait.

La voix de l'appréciée Taisho des brumes fut des premières à s'élever à la suite de l'anodin qui les eut réunis et le ramena à la réalité des faits qui avaient assemblés les clans en Birei, invitant leur plus éminents représentants. L'héritier des Kiyooki aurait pu éclater de rire face à l'absurdité de la situation, mais il ne pouvait pas nier que sa curiosité avait été piquée et que la question de Riyu amènerait probablement un nouvel éclat sur cette invitation.

Car si l'officier suprême des Kenshu avait réussit un certain tour de force en faisant venir à lui les têtes des armées des cinq clans, ou presque, la contrepartie de la vacuité d'un sujet risquerait de jeter sur lui une honte unificatrice et décrédibiliserait le jeune clan du Fauve Divin qui payait déjà bien cher les élans des siens en ces temps.

Keikoku ne se fit pas longtemps attendre pour répondre, mais il ne trouva rien de satisfaisant dans les propos tenus par son ennuyeux analogue, allant même jusqu'à produire des évidences, si bien qu'ajouté à cela sa façon de parler qui laissait croire que l'homme était des plus basses extractions, le récent Taisho des flammes qui n'avait finalement guère touché à sa boisson chaude se massa les tempes avec lassitude avant de prendre la parole :

Si je dois résumer ce que vous nous partagez, Kuhoko-san, vous dites que la Main, dont j'ai effectivement eut rapidement vent et qui se présentait, jusque là et à ma connaissance, comme un groupe de mercenaires sans foi ni lois, offrants leur services aux plus offrants, s'agirait en réalité d'une organisation tentaculaire infiltrée dans les moindres recoins de notre société ? Pour quelle raison ? Qu'est ce que ces rapports prouvent-ils, quand bien même s'agirait-il des actes de ceux à qui vous les prêtez ? Et plus que tout, si un tel groupe existe, vous auriez appris, en dix années de recherche, ce que vous nous dites par un simple échange oral lors d'une échauffourée et, pardonnez ma grossièreté en osant parler de ce détail, parce que votre épouse en aurait fait parti ?

Vous ne brillez ni par votre présence, ni par votre élocution, Taisho du Tigre, mais je puis faire confiance aux disciples de Gekigami d'avoir trouvé en vous un homme intelligent et capable pour guider leur guerriers dont je pourrais nommer certain des noms, tant j'estime les vôtres… Aussi, je ne peux croire que cela est tout ce que vous avez à nous offrir après être parvenu au miracle de nous réunir en ce lieu.


Il mit se mains face à son visage, ses coudes sur la tablée, masquant son expression à l'exception de son regard qui se fit circonspect avant de clôturer enfin d'une voix grave :

Ne perdez donc pas de temps et énoncez-nous la suite. Votre prévention ne tient sur rien en l'état aussi : qu'avez vous d'autre, Kuhoko-san ? En l'honneur de ceux qui suivent vos directives et ceux qui comptent sur vous pour défendre vos frontières, j'ose espérer que vous avec plus que ce que vous nous avez décrit jusque là.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Kuhoko Keikoku

avatar

Taisho

Messages : 161
Date d'inscription : 24/09/2015

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Taisho
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Lun 15 Mai - 16:27

Regardant sa tasse de thé vide, le taisho des foudres se demandait s'il n'avait pas put se faire une meilleure boisson tout de même. Son regard se porta sur le taisho des flammes qui avait finalement pris la parole. Bon résumé de tout cela, personne ne le prenait au sérieux, car il n'avait pas de preuve. C'était bien la peine de partir dans une élocution aussi longue et riche, montrant bien que son homologue de Setsu avait bien plus de présence que lui. Pourquoi parler autant pour simplement dire qu'il ne le croyait pas et pourquoi lui demander des preuves alors qu'il avait déjà expliqués qu'il n'en avait pas plus et surtout qu'il avait expliqué pourquoi il avait autant de mal à en rassembler. De plus, Amadotsu-sama se perdait un peu selon lui, parler de l'honneur des personnes qui le suivent et obéissent à ses ordres étaient... inutile ? Révélateur ? Il avait fait une erreur, personne ici ne le croirait et surtout personne ici ne serait près à mettre les mains dans la merde pour lutter contre la main, car clairement ce n'est pas avec l'honneur et le devoir qu'ils réussiraient. Bon il allait falloir répondre maintenant.

Un groupe de mercenaire ça c'piste, ça s'traque, ça fait parler d'eux. C'la n'vous dérange pas qu'un groupe de mercenaire ne fasse pas parler d'eux ? Ensuite un d'mes hommes et en train d'en traquer un à l'heure ou nous parlons. Et ce dernier possède un haut poste à Kenshu, ce n'est clair'ment pas la manière de faire d'un groupe de mercenaire. Et pour finir : si un groupe tient à marier un membre à un taisa allant jusqu'à simuler une décennie de vie de famille ce n'est certain'ment pas pour simplement ''s'offrir au plus offrant''.

Oui le ton était un peu sec, bon Kei ce doutait bien que ce résultat allait arriver, mais il ne pensait pas qu'on le prendrait autant pour un idiot, un simple groupe de mercenaire, avec son réseau un tel groupe ne pourrait pas survivre longtemps en Kenshu, mais bon ils n'étaient pas censés savoir. Une autre chose qui le faisait tiquer c'était cette manière de son homologue d'annoncer faire confiance dans le choix du taisho sans se rendre compte que quelqu'un près à mettre son nom en jeu avait peu de chance de mentir. Il répondit aux dernières paroles de son homologue.

Et qu'attendez vous Amadotsu-dono ? Que j'sorte une feuille avec les noms adresses et aveux des membres de c'groupe ? Cela fait dix ans que j'tourne en rond et j'fini par trouver une trace une simple trace. Alors oui j'vous rapporte les dires d'un assassin et oui vous pouvez doutez d'la véracité des faits et du fait qu'elle m'ait dit la vérité, mais quand on s'apprête à gagner on a la langue bien pendue. Vous semblez estimer les membres d'mon clan, mais pas encore assez pour comprendre qu'un taisho qui prend l'risque de passer pour un idiot mérite d'être écouté. J'demande à personne de lever des armées ni même de changer quoi qu'ce soit à ses habitudes, simpl'ment à enquêter plus assidûment sur les meurtres qui peuvent paraître étranges.

Le taisho des foudres ne changea rien à son sourire et à sa posture, après tout cela ne changeait pas grand-chose à sa vie, il aurait moins de lettres à envoyer en cas de découverte. Il voulait les prévenir, ils lui répondaient que cela n'avait aucun rapport avec la faille et qu'il n'avait pas assez de preuve, tant pis, tant mieux, il s'en fichait éperdument.

Bon vu que de toutes évidences j'n'ai pas assez de preuves pour me permettre de vous prévenir, je pense que vous voudrez passer au sujet qui vous intéresse le plus, à savoir la faille.
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Yozakura

avatar

Taisho

Messages : 22
Date d'inscription : 07/07/2015

Feuille personnage
Age:
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Ven 2 Juin - 21:51

Le moins que l'on puisse dire est que le taisho Kenshu se sentait particulièrement à l'aise. Sa position et sa manière de parler, très peu conformes aux usages, lui auraient à coup sûr valu de nombreuses remontrances de la part de supérieur hiérarchique. Cependant, il était déjà taisho et n'avait donc personne pour le réprimander, si ce n'est le seigneur lui-même. En un sens, en temps normal, la signification aurait été que Kuhoko-dono était tellement bon stratège et guerrier que son absence de convenance n'avait été que peu visible au comparaison avec toutes ses qualités morales. Cependant cela pouvait aussi être l'inverse, les Kenshu pouvait à ce point manquer de bons soldats qu'ils mettaient n'importe qui à leur tête. Au vue de ce qui m'avait été présenté et de l'atmosphère qui régnait dans la pièce, je soupçonnais plutôt la second solution, mais je me gardais bien d'émettre à haute voix mon avis. Pour atteindre un tel rang, il devait absolument avoir eu recours un moyen détourner. Cela ne m'aurait pas étonner qu'il ait justement eu recours aux membres de la Main, des quels il allait juste après, pour se débarrasser de son prédécesseur et s’asseoir à cette table. Enfin, quelles qu'étaient les raisons du clan du Tigre, il n'en demeurait pas moins que cet obscur individu apportait du grain à moudre à tous ceux qui considéraient les Kenshu comme des paysans parvenus. J'espérais bien me préserver d'un tel préjugé, bien qu'il soit sans doute en partie véridique. Ma présence semblait enfin être ce qu'il attendait pour annoncer le vrai sujet de cette visite au sommet, avec la plus fine fleur de l'élite guerrière du pays. Cependant, le sujet qu'il donna eu le don de me surprendre assez significativement pour que je repose la tasse que je m'apprêtais à porter à mes lèvres. Il parla d'un groupe qui s'appelait la Main. Effectivement, ce nom circulait assez bien dans les rues les plus sombres de toutes les grandes villes. Toute personne un temps soit peu fortunée qui avait déjà tenté de faire assassiner quelqu'un avait déjà entendu ce nom quelque part. Attention, je ne dis pas que ce fut un jour mon cas. De toute façon, j'avais renoncé à cette entreprise. Ainsi aussi, toute personne connaissant ce nom savait par la même que c'est dans une très longue et épuisante entreprise que se lançait ce pauvre taisho d'un clan perdu à l'extrême ouest de notre île. Je prédisais déjà avec raison que d'eux deux, c'est la Main qui sortirait gagnante de cette intense main de fer. Pour se lancer dans une tâche aussi ardue, je dirais impossible personnellement, il devait assurément y avoir une raison cachée. C'était soit ça, soit le cher monsieur qui se trouvait devant nous était possédé d'une inspiration inarrêtable à amener la justice à tout prix sur Yokuni. Oui, c'était une raison cachée. Maintenant, cette raison cachée... généralement, une volonté aussi irréaliste requiert souvent l'implication d'un proche. Quant à savoir qui, le taisho nous le révéla de lui-même. Cette très légère pause juste avant son dernier, cet air à avoir le souffle coupé. Je supposai que sa femme devait avoir été assassinée par la Main (ou assassin de la Main, comme nous indiqua les papiers qu'il nous distribua). Certes, cela avait un aspect indéniablement romantique et donnait raison à ses actions en un sens. Ce pauvre homme était sans doute d'une extraction assez basse, à être monté si haut, il croyait pouvoir changer le monde, l'améliorer. Malheureusement, ce n'était pas possible. Ces aspirations ne pouvaient demeurer qu'à l'état de songes. Elles allaient même l'amener à sa tombe, un jour, s'il ne faisait pas le deuil de sa tendre épouse. Kuhoko-san était un grand émotif. Cela n'enleva pas la stupidité rustique que je lui prêtais mais cela me fis néanmoins le voir avec un œil nouveau. Pauvre homme... Il espérait juste agir contre ceux qui lui ont fait du mal. Il voulait que cela n'arrive plus jamais, à personne. Kasuga-dono fut bien moins considérée envers les sentiments du pauvre veuf. Elle l'attaque de front, l'accusant de raconter de choses abstraites. Elle avait bien évidemment raison, cependant cela me fit un peu mal pour le pauvre homme. Cependant, ces histoires devaient encore lui être bien douloureuses. La mort d'un proche n'était pas quelque chose qu'on oubliait facilement ou rapidement. Complètement écrasé par ses sentiments, il devait sans doute être incapable d'enquêter sur le sujet mais, poussé par la fantôme de sa femme, il devait continuer de chercher et chercher en vain. Cela me donna envie de le protéger, d'autant que j'avais déjà remarquer une tendance chez mon homologue Okaruto à ne pas percevoir des émotions des autres, et en plus je désapprouvais assez farouchement cette fixation sur la Faille (bien que je ne pusse me permettre de le dire, étant donné que cela aurait été un crime de lèse-majesté) ; j'aurais pu me servir de toutes les raisons que je voulais et me lever pour m'insurger contre ce traitement cependant je me retins. Elle avait raison. J'aurais été moi-même été aveuglé par mes sentiments si je m'étais permis de m'interposer aussi stupidement entre eux. Il fallait que Kuhoko-san nous explique tout ce qu'il savait, voir même il en aurait certainement fallu plus. Dans la circonstance actuelle, avec la maigre mise en garde qui nous avait été donnée, nous ne pouvions strictement rien faire, que nous l'ayons voulu ou non d'ailleurs. La suite rendit absolument grâce à mon inaction, le taisho du Tigre savait parfaitement se défendre quand il en avait besoin. De plus, et c'était une bonne chose, il avait conscience des limites qu'il y a lorsqu'on enquête sur une telle organisation, sur un groupe aussi tentaculaire et secret. Il s'était parfaitement attendu à des représailles lorsqu'il avait une telle révélation et il savait parfaitement qu'il n'allait pas pouvoir être réellement compris. En soi, son acte était purement désintéressé. On aurait aussi pu y voir le signe du désœuvrement de celui qui a cherché durant de longue années sans pouvoir trouver grand chose, ainsi que son appel à l'aide auprès de ces homologues des autres clans. Un telle action, une qui n'allait pas associer d'honneur à son nom mais cependant tenter de rendre le monde meilleur, était absolument louable. Cela aurait dans un lieu formel, je me serais permis de le féliciter pour une telle action. Pour l'instant, l'heure était grave car tout le monde pensait déjà aux préparatifs qu'ils devraient faire concernant la demande capricieuse de l'Empereur. L'impératif de la situation que lui voyait lui faisait peut-être adopter un ton un peu trop condescendant mais cela n'enlevait pas la sagesse de ses propos qui aurait pu se révéler à n'importe quelle autre situation. Le taisho du feu n'eut pas la décence de ne pas insister, non, il préféra plutôt appuyer davantage sur l'attaque qui avait été commencé par Kasuga-dono. Sa parole amplifia, grandit et gonfla démesurément l'événement, au point de tenter danéantir et de le réduire plus bas que terre toute action qui avait pu être menée par quelqu'un qui était cependant son homologue. Ce genre de comportement me choqua assez dans une telle situation. Si, de base, je n'avais pas eu beaucoup d'estime pour ce rustre individu, cette subite logorrhée dépréciative n'améliora pas la vision que j'avais de l'individu du feu. Brusque, colérique, boudeur, ce n'étaient pas des caractéristiques qui siéent à un taisho et j'avais espéré, surtout en un tel événement, qu'on ne verrait pas de telles emportements. J'ai déçu de ce que je voyais. Tout le monde envoyait au diable les conventions les uns après les autres. Un réunion au sommet ne devrait pas se passer ainsi. Tout cela ne se révélait être qu'une mascarade. Tout le monde était buté, et sans retenu. Autant le taisho du Coq que celui de la Foudre d'ailleurs. Ce dernier, malgré la compassion que j'avais commencé à lui porté, s'enfonçait de plus en plus dans des terres de suppositions et de hasard. Il éclatait en sentimentalité sur son épouse à grand tourment et à bride battue. Si cela continuait ainsi, nous risquions de nous retrouver avec un duel au milieu de notre cercle et aucun d'entre nous ne serait avantagé. Ce dernier, comprenant qu'il ne risquait pas de trouver grand soutien tenta de changer de sujet, sans doute une tentative pour éviter le retour de feu. Je décidais alors que le temps était venu que je m'exprime aussi. Tournant mon visage vers Kuhoko-san, je lui dis :

« Ne vous inquiétez pas, car votre action n'était pas vaine. Puis en me tournant vers le reste : Nous avons remarqué un groupe qui officie en même temps sur dans clans assez éloigné, car j'en ai moi-même entendu parler. Je pense que ce simple détail nous indique que ce groupe de mercenaire doit dans ce cas être particulièrement important. Kuhoko-san a eu raison de profiter d'une telle réunion pour nous en informer, malgré son manque d'information à ce sujet. Cependant, il est tout aussi vrai que, dans l'état, nous ne pouvons pas faire grand chose. Aussi, ayant compris les risques, je m'engage à tenter de partager mes informations sur ce domaine lorsqu'elles concerneront les autres clans. Le regard profond, je fis le tour de de la table en tâchant de capter leurs yeux, accordant cependant peu d'instant à ceux du taisho du feu. Néanmoins, et malgré tout ce qui peut être dit, je considère qu'il est assez malséant de céder à ses émotions dans des circonstances aussi officielles. L'Empereur nous a appelés, tous, et désire notre union. Plutôt que nous déchirer, il faut tenter de resserrer les liens qui nous unissent, nous et nos différents clans. Lorsque nos hommes affronteront les dangers qui leur feront face le long du chemin vers la Faille, ils auront besoin d'avoir reçu des ordres droits et cohérents. Plus que jamais soyons unis, au service de l'Empereur, afin d'assurer un futur à nos clans. Parlons et créons un plan juste qui nous mènera à la victoire, afin de ne pas pleurer plus tard en se souvenant de cet instant, tandis que nous serrons submergés. Ne brûlons pas les papiers qui nous ont été distribués, aussi légers soient ils, il nous seront peut-être utiles dans un autre futur. Cependant, maintenant, concentrons-nous pour l'instant sur le danger immédiat : la Faille. »

Fort de ces paroles, qui me semblèrent repris de l'ordre. Je me permis de reprendre un instant ma respiration, en espérant que personne n'oserait se lever et remettre sur le tapis nos différents, afin d'accentuer encore nos dissensions. Nous n'avions pas besoin de cela. Quoi qu'il en soit, et quand bien même quelque se fut permis de revenir sur nos disputes, je n'y accordai pas un instant mon attention et reprit aussitôt la parole après m'être humecté les lèvres. D'un voix calme et profonde, je commençai par l'inventaire logique de ce à quoi nous devions faire attention pour l'expédition qui nous attendait :

« L'Empereur a spécifiquement demandé la présence des kannushi. Il compte leur donner un rôle particulier. Ce sera le point crucial de cette expédition : la protection des kannushi. Il faut qu'au maximum ils préservent leur énergie et soient mis à l'abri des dangers placés sur notre route : ils auront besoin de tout leur pouvoir lorsque l'Empereur aura besoin d'eux. Je précise que je parle ici non seulement des kannushi de nos clans mais aussi des autres kannushi, ceux secrets et sans seigneurs. Si l'Empereur les a appelée, c'est assurément car ils auront toute leur importance eux-aussi. Ils nous faut prévoir de les dispatcher par clan, afin que leur protection à eux aussi ne soit pas négligée. »
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5055
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Sam 15 Juil - 3:28


"Les informations sont abstraites certes, mais j'vous dit tout ce que j'ai pu apprendre en dix ans. C'te société fait tout pour être discrète et même sur mon territoire j'ne vois pas leur agissement. J'tenais à profiter de votre présence à tous pour vous mettre en garde et si j'peux sembler si enclin à croire à tout cela et pas vous DokuganRyuu, c'est parce que la majeure partie d'mes informations m'ont été transmises de vive voix par l'un de leur membre pendant un combat."

Le Dragon Borgne s'était figée, retenant un fort sentiment de mécompréhension dans sa gorge. Il ne lui semblait pas avoir signifié qu'elle ne croyait pas son homologue des Foudres, c'était même l'exact contraire et elle ne pouvait pas laisser passer cette erreur de jugement. Néanmoins, elle resta silencieuse, attendant de digérer les sentiments forts qui l'agitaient et acquiesçant passivement pour encourager ses locuteurs à parler, des fois qu'il puisse résumer clairement ce qu'il avait appris et ce qu'ils devaient savoir.

Elle perçut une certaine tension et un jugement encore plus certain dans les paroles du Taisho des Flammes, qui loin de l'apaiser, vivifièrent cette désagréable impression qu'ils ne pourraient jamais véritablement tous s'entendre. Ah ! Que les gens de l'Ouest étaient si prompts à juger les autres... Et le jeune Noraneko lui-même alla de sa petite réprimande. Il avait raison, mais c'en était trop.

Riyu, doyenne des Taisho croisa les bras sur sa poitrine et s'appuya sur sa chaise, dans une expression calculatrice et détachée. Ce qu'elle voyait là ne lui plaisait vraiment pas. Heureusement, le Général des Fukyuu était encore inconnu aux bataillons, peut-être relèverait-il le niveau de cette réunion s'il avait été là. Elle l'espérait.

"Les Kannushi dont vous parlez, Noraneko-san, viennent des clans parmi lesquels ils ont déjà leurs marques. Je serai plutôt d'avis de les laisser parmi ceux qui ont leur hypothétique confiance car sans confiance, il n'y a pas de coordination. Nous sommes également en droit d'espérer des mesures de leurs parts. Aussi, nous ne savons malheureusement rien de la Faille ou pas grand chose, tout comme cette Main..."

Après un silence, son regard d'or et d'argent se porta sur le Taisho des Foudres. Pourtant, la remarque qu'elle formula s'adressait à tous :

"Puisque nous sommes réunis ici, partageons toutes nos informations ou taisons nous. Mais soyez certains que nous n'aurons pas d'autres chances de nous coordonner dans le calme. Cette rencontre est déterminante pour notre réussite." Et elle se reporta sur le jeune chef Eiichiro :

"J'apprécie, Noraneko-san, que vous aspiriez à nous fournir toutes les informations qui vous viendront à l'avenir, je reconnais là la sagesse dont font preuve nos voisins du Vent et je me plierai également à cette règle. Je lui rends honneur dès à présent :

Ce sont là des renseignements que vous avez déjà entendus lorsque nous étions devant l'Empereur, mais je me permets de revenir dessus afin qu'ils soient clairs pour tous : Un de mes Taisa, Unzen-san, a construit un camp sur une plage de Hokori, l'une des provinces Okaruto, depuis lequel il semble avoir rejoint la Faille. Cette Faille est apparemment un passage du Yomi à notre plan protégé par une barrière qui aurait repoussé l'officier. Ce dernier aurait été sauvé par Kasugami elle-même qui lui aurait alors soufflé que la Faille, créée par Yumigami serait due à un conflit de jalousie entre celui-ci et notre Grande Déesse Amaterasu Ōkami.

Or, nous savons que les attaques Yokaï de ce printemps et de cet été sont dues à cette Faille qui libèrent ces monstres depuis le Yomi. Notre but n'est pas de résoudre le conflit entre les Kami, mais de colmater cette mystérieuse crevasse pour retrouver une paix relative sur nos terres. Pour cela, il semblerait que nous devrions invoquer par l'intermédiaire des Kannushi Izanagi afin qu'il puisse porter un Kami Rocher qu'il placerait sur la brèche. Cela vous semble-t-il clair jusque là ?"


Elle avait d'autres questions à propos de la Main et d'un assassinat mystérieux à poser à Kuhoko et Noraneko, mais cela attendra. Cela attendra.

Spoiler:
 


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 



Dernière édition par Kasuga Riyu le Lun 17 Juil - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Kuhoko Keikoku

avatar

Taisho

Messages : 161
Date d'inscription : 24/09/2015

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Taisho
Liens:

MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos) Dim 16 Juil - 20:32

Keikoku n'hésita pas pour offrir à son homologue des vents un petit signe de tête amical, ce dernier apportant de l'eau à son moulin, mais il était content de voir qu'ils pouvaient changer de sujet sans aucun transition. De toute façon l'information était partie est c'était le plus important, qu'ils y croient ou non, ils étaient au courant et inconsciemment, ils pourraient y penser par la suite. La discussion pourrait alors dévier vers le véritable problème, même si Kei ne voyait pas quoi dire. Déjà parce que sa Dame avait tout dit et aussi parce que personne ne savait à quoi ils allaient se confronter. C'est aussi pour cela qu'il n'avait pas commencé par la faille, à quoi bon organiser des bataillons et des navires alors qu'ils ne savaient même pas vers quoi ils iraient ? Bien entendu il avait déjà lui-même donner ses ordres, qui étaient... simple, voir simpliste... voir trop simpliste.

Kuhoko écouta donc les deux Taisho parler de leur information, même si rien n'était réellement nouveau, il se félicitait de ne pas avoir dormi à la réunion devant l'empereur. Cependant, Kasuga Riyu apporta une information qu'il ne connaissait pas, l'utilisation d'un Kami rochr pour refermer la faille. L'ancien nomade ne dit rien à ce moment-là, ne voulant pas être offensant ou insultant, mais il trouvait cela très simple. Un rocher et hop ! Bouché ! Bon il est vrai qu'on parlait d'un kami, donc tout était possible et pourquoi pas après tout, il n'avait pas eu assez d'imagination pour voir ce qui pourrait refermer une telle faille, alors pourquoi pas.


Limpide Kasuga-taisho. J'peur de n'pas pouvoir vous r'tourner la politesse, ma Dame à d'jà tout dit lors de la réunion. Je précise simplement que ce s'ras le Taisa Shigeru Juubei qui s'ras en charge pour Kenshu. Ayant passé l'voyage en mer jusqu'ici allonger entre l'conscience et l'inconscience à cause d'mon mal de mer carabiné j'serais d'aucune aide malheureus'ment. Voir même plus un poids dispensable.

Avait-il honte d'avouer cela ? Non, il avait beaucoup de défaut et là ce mal de mer le tuerait pendant le voyage donc il ne voyait pas l'intérêt d'y aller. Peut être que certains penseraient que c'était son rôle peut importe les problèmes, mais il ne voulait pas ralentir tout le monde pour sa petite fierté et puis avouons le : il avait sacrément peur d'y aller. Il avait voulu empêcher sa Dame d'y aller également, mais elle avait insistée et il ne pouvait pas l'empêcher de quoi que ce soit.

Pour c'qui est des autres Kannushi, 'faudra s'arranger pour n'pas mettre les œufs dans l'même panier. Faudra penser à les répartir, eux comme les onmyouji qui s'ront certain'ment très importants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un problème commun (Pv Taishos)

Revenir en haut Aller en bas
 

Un problème commun (Pv Taishos)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les mailles brunies du Rohan - problème de traduction
» [problème] fraps et adobe ne marche pas ensemble, normal ?
» Problème Ripway
» « Le problème d’Haïti ce n’est pas le tremblement de terre. Ce n’est pas l’argen
» Problème forumactif


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..