AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 438
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant. Sam 9 Juil - 22:41

Au treizième matin de la lune du Singe, lendemain de ce jour où les yeux de Mirai Sora s'illuminèrent d'une toute autre intelligence que la sienne pour désigner le Champion du Tonnerre qui agirait dans les intérêts de Raijin et de son peuple, un messager se présenta aux portes de Koumyou. Le moine aveugle dont le nom était évidence, Moujin, annonça être venu de loin depuis Kosokosoiwa après deux jours de marche, où les éclairs frappèrent le mégalithe signées des Dieux, leur annonçant le nom de l'élue de l'Orage avant même la rencontre prédestinée des deux Onmyouji. Le rôle des siens ayant toujours été d'accompagner le choisi dans le cheminement qui le verrait être accepté pour héritier définitif, il produisit pour prouver ses mots un document signé du kamôn des familles originelles réunies par le fondateur et premier  saint du clan, Akira.

Point de repos possible pour qui servait la Foudre et le Tigre impétueux. Moins d'une semaine après qu'elle ne fut certaine d'être devenue l'hôte du Fauve Divin suite à la perte de la précédente Voix dont le peuple pleurait toujours la disparition, la Kannushi récemment investie devait guider Miwako dont le nom des Abe No lui serait retiré pour Kenshu et ce jusque sa mort. Mais Gekigami ne se contentait pas de choisir celui ou celle qui serait son bras armé sur la terre des hommes, il le mesurait, le pesait et le jetait si indigne il le trouvait. L'aboutissement même des épreuves de l'esprit qu'il imposait ne signifiait pas obtenir ses faveurs définitives, car l'incarnation même du feu du ciel jugerait tout le long de sa vie celui qui parviendrait à traverser l'adversité qu'il dresserait sur sa route, le jour sa condamnation à le servir.

En cela, l'invisible Senkô avait pitoyablement échoué et s'était vu arracher le titre sans autre forme de procès. Tel était le poids qui reposerait sur les épaules de la prêtresse et uniquement si elle parvenait à répondre aux attentes initiales et écrasantes qu'elle vivrait ce jour. Il n'y avait nul bienfait à penser tirer de ce tour du destin et du choix du Tigre pour sa Voix et son Esprit terrestre, car il n'offrait à ses deux représentants qu'une existence de servitude pour le domaine qui était le sien et qu'il ne partagerait à aucun autre tant que lui même serait au service de l'Ōmikami.

Le sohei itinérant ne se montrait désolé en rien des nouvelles qui étaient les siennes et annonça qu'elles deux devraient le suivre sans questions, car il n'aurait aucune réponse à leur offrir. Le seul interlocuteur qu'elles pourraient trouver se situaient dans son royaume où il les invitait à le rejoindre. Pour ce faire, il leur confia la nécessité d'atteindre un état de transe que provoquerait une méditation secondé des émanations d'un encens particulièrement virulent et mortel pour quiconque ne serait pas directement exhorté par le Foudroyant Kami et qu'il serait leur guide pour cela. Il les prévint aussi que cet entretient pouvait durer quelques minutes, des heures ou des vies entières au sein du royaume des Orages, mais que Yokuni ne serait impacté que d'un temps infime, les maudissant tous à ces existences cumulées dont seules les deux jeunes femmes seraient à jamais consciente. Un risque pour leur vie, leur santé mentale et une extrême solitude serait l'un des nombreux prix à payer pour aller au bout de cette entreprise.

Aussi alla t-il s'isoler dans une alcôve étriquée, ses bâtons prêt à être brûlés, non sans les exhorter à bien réfléchir leur choix et que si le déshonneur serait à la clé d'un refus, sans compter le fait d'une destitution totale de leur dons et du rôle que le Destin leur attendait, au moins la certitude de garder la vie pourrait leur servir de consolation. Il n'y eut plus rien à dire à cela, Moujin resterait muet tant que les deux sœurs de cœurs ne se seraient pas décidées.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 124
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant. Sam 16 Juil - 0:07

Doute … C’était tout juste hier. Hier, Sora avait trouvé l’Elue de Gekigami-sama. Plus les minutes et les heures passaient, plus elle était sûre. Malgré tout, une sorte de doute subsistait toujours. Elle n’y croyait pas. Miwako ! Déjà qu’elle revenait à peine du fait d’être elle-même devenue la nouvelle kannushi du clan. Non, cela ne pouvait pas être dû au hasard. Le kami avait perçu le lien entre les deux jeunes femmes … Un lien fort … Un lien nécessaire à la reconstruction du clan …

Foi … En ces temps troublés, d’un autre côté, Sora n’était plus étonnée de rien. Et puis, elle n’aurait pas pu se sentir plus à sa place qu’aux côtés de sa soeur de coeur. Maintenant réunies par les fils complexes tissant le Destin, elles pourraient enfin développer leurs potentiels respectifs. Elles seraient toutes deux à Son service. Le Dieu de la Foudre les faisaient bénéficier des distinctions les plus glorieuses dont deux jeunes femmes “banales” auraient jamais pu rêver. Elles devaient donc se montrer à la hauteur.

Inquiétude … Cela signifiait aussi que l'entièreté du clan comptait sur elles. Sur leurs deux jeunes têtes fébriles. Non expérimentées. Ça ne voulait pas dire “pas prêtes”. Ensemble, elles étaient capables … Elle le savait … Mais au moindre faux pas … Elle s’inquiétait pour Miwako … Pour son avenir ...

Culpabilité … Elle s’inquiétait aussi de l’avoir mise dans une situation embarrassante, une situation dangereuse. D’une situation pas forcément voulue. Elle savait que l’onmyouji avait toujours été heureuse de pouvoir perpétuer les traditions des Abe no. Désormais, après les Épreuves, elle devrait même abandonner ce nom. Lorsque le sohei évoqua le fait d’une mort potentielle, elle croisa le regard de celle qui était comme sa soeur adoptive. Elle ne parvint sûrement pas à cacher la pointe de brume dont ses iris devaient être couverts.

Confiance. Le fait de croiser le regard de sa future Dame la renforça néanmoins. Oui, elle était encore plus sûre. C’était elle. Il n’y avait aucun doute. La foudre sait toujours où aller. Elle frappe à un endroit précis. Elle frappe juste. Au point où elles en étaient maintenant, le doute n’était plus permit. Et elle ne devait pas flancher, surtout pas devant Miwako.

Détermination. Elle acquiesça, comme pour assurer l’Elue de sa décision. Elle chercha à déceler dans le regard de Miwako le reflet du sien. C’est à dire un regard décidé, un regard qui dirait “Allons-y, je n’ai pas peur”.

Mais … Comme elle n’était pas encore douée de télépathie, elle formula donc enfin une phrase de vive voix, sortant ainsi de son mutisme :


“Je suis prête. Miwako … Je serais ton ombre et ta lumière dans ces Epreuves. Tu peux en être sure. Et je serais toujours avec toi …”



L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 380
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant. Dim 9 Oct - 17:49

Miwako se retourna pour l’énième fois dans son futon, puis finit par repousser définitivement les couvertures. Elle n’y arriverait pas. Ce n’était pourtant pas les heures de sommeils qui lui manquaient et elle sentait bien sa fatigue. La nouvelle était cependant trop grosse, trop perturbante et l’empêchait de trouver un sommeil dont elle avait cruellement besoin.
L’onmyouji se dirigea vers le jardin pour trouver les seuls êtres capables de lui apporter un peu de réconfort e de calme à ce moment : ses deux gardiens.

Onji et Hono ne furent guère surpris de la voir ici à cet instant. Ils avaient assisté à la scène et comprenaient parfaitement le trouble de leur protégée. Ils la connaissaient mieux que personne. Cette annonce venait profondément bouleverser la raison d’être de la religieuse. Miwako avait toujours cru rester onmyouji jusqu’à sa mort, elle pensait reprendre le flambeau de son père à la tête de la famille. La demoiselle avait imaginé poursuivre son travail pour améliorer les relations entre les hommes et les yokais. Elle s’était toujours imaginé protéger les gens jusqu’à son dernier souffle, d’abord en donnant de sa personne, puis en vieillissant le faire à travers des générations d’onmyoujis, comme le faisait à présent son grand-père.Ces certitudes donnaient à la demoiselle son calme et sa force. Elle était persuadée d’avoir trouvé sa place en ce monde, la raison du pourquoi elle était née. Sa mission lui était apparue si clairement, comme une évidence et son devoir la comblait au point qu’elle n’avait jamais pensé à faire autre chose.
Des certitudes qui venaient d’être détruites quelques heures plus tôt  et son monde s’était écroulé.

Machinalement, la candidate à la place de Dame se pelotonna sur Onji et caressait Hono. La jeune femme se posait bien des questions et le doute habitait chacun de ses gestes. Elle ne semblait plus sûre de rien et tremblait. Une erreur, il devait bien y avoir une erreur. Elle n’y connaissait rien en politique. Le destin de tout un clan, c’était bien trop large pour ses épaules. Comment protéger tant de personnes, comment être certain de les conduire sur le bon chemin, menant pas uniquement à la prospérité d’une image, mais celle réelle de l’ensemble de la population. L’onmyouji n’avait jamais été la plus assidue de la famille pour la politique, ça n’avait pas de sens. Elle resta ainsi prostrée face à ses questions sans réponse, à se doute rongeur, face à la douloureuse destruction de son monde. Parfois elle fermait les yeux, espérant que tout ceci ne soit qu’un rêve, ce qui n’était malheureusement pas le cas.

Ce n’est pas le matin qui la sortit de sa torpeur, mais l’arrivé d’un messager. Paniqués de ne pas la voir dans sa chambre, les religieux du temple l’avait vite cherchés pour la trouver rapidement. Les épreuves l’attendaient. Le cœur de l’onmyouji se serra à cette phrase et devant la déférence de son interlocuteur. Miwako avait l’habitude d’être respectée, ses dernières actions avaient même renforcé les marques d’attention et de politesse à son égard, mais ce n’était pas comparable à ce qu’elle voyait aujourd’hui. Elle n’était aux yeux de ses religieux plus Abe no Miwako, mais la potentielle future Kenshu et le traitement était tout autre.
La candidate se sépara à contrecœur de la douceur des kirins qu’elle affectionnait tant, pour se préparer convenablement dans son appartement. La jeune femme décida d’ignorer la tenue posée à son attention dans la pièce, c’était des vêtements trop riches, trop encombrants. Elle opta pour une de ses tenues de miko, cela lui convenait mieux et la rassurait un peu. Elle avait besoin de quelque chose de familier au milieu de cette tempête.

Elle arriva dans la salle pour y trouver sa sœur de cœur et leur guide. Même le visage aimé et familier de Sora ne calma pas la peur qui habitait à présent la jeune femme. Les traits fatigués, le regard un peu brumeux et le corps tendu, elle ne présentait pas bien. Miwako ne parvint pas même à faire un sourire pour rassurer sa kouhai.
Moujin leur expliquait ce qui les attendrait et pris même la peine de leur donner un faux choix. Un faux choix qui alluma une lueur de colère dans le regard de la demoiselle. Quel sens aurait leur vie après un refus ? Aucun. En faisant d’elle une candidate, Gekigami avait détruit son univers. Si elle refusait, Miwako serait chassée de chez elle, ne pourrait pas prendre la tête de sa famille. Ses projets futurs étaient de toute façon détruits, personne ne laisserait jamais une paria les protéger. Elle ne serait qu’une carcasse ayant perdu sa raison d’être, une âme morte dans un corps vide de sens. Non ! Il valait mieux mourir maintenant malgré sa courte vie, qui aurait eu au moins un sens, que de la prolonger inutilement.

Son regard se porta sur sa sœur alors que cette dernière prononçait ses mots, si forts. Un sourire fit enfin son apparition sur le visage de l’onmyouji. Elle était fière de sa sœur, plus calme et emplis de certitude qu’elle en cet instant. C’était une raison supplémentaire pour ne pas fuir. Miwako ne pouvait pas trahir Sora, ne pouvait pas trahir non plus la divinité qui les dirigeait et manquer à son devoir en tournant le dos aux siens. Les Abe no n’avaient pas élevé une telle ingrate.  Gekigami ne l’avait pas choisi par hasard ou par erreur, les épreuves étaient là pour confirmer le choix.  Elles allaient aussi permettre à la demoiselle de comprendre les raisons de ce choix, répondre en partie à ses questions, à ses doutes et ses peurs. Les réponses, elle allait les obtenir à travers les épreuves ou mourir en tentant de les obtenir.  Si les kamis avaient choisi cette destinée pour elle, alors elle devait s’y tenir et y mettre tout son cœur et toute son énergie. Elle s’était battue pour devenir onmyouji, elle se battrait pour devenir Dame, comme le tigre divin l’attendait.
Miwako ferma les yeux, honteuse de s’être laissé perturber ainsi et du visage qu’elle avait dû montrer à sa cadette. Ce n’était pas le moment de se montrer si faible et fragile devant Sora. Elle faisait en cet instant une bien piètre sempaï.

« Excuse-moi pour les troubles que mon attitude a dû te causer. »

Dit-elle un peu penaude. Son devoir était pourtant clair et simple. Son ancienne destinée était morte, elle devrait en faire son deuil pour accueillir la nouvelle qui s’offrait à elle. Elle posa enfin un regard déterminé sur sa sœur, l’onmyouji reprenait du poil de la bête et se montrait enfin fidèle à elle-même.

« Je compte sur toi Sora. »  

Répondit-elle avec sa voix douce et un sourire. Tout ne disparaissait pas, sa sœur présente à ses côtés en était la preuve vivante. Elle aurait du travail à faire pour se mettre à niveau, mais rien d’impossible pour qui avait de la volonté. Sur ce dernier point l’onymouji n’en manquait pas et le savait.  Elle n’était pas seule et son père pourrait la guider pour la politique, le temps nécessaire à son apprentissage.

La religieuse se tourna alors vers le sohei, après un dernier regard à sa sœur de coeur.

« Nous sommes prête à mettre fin à Abe no Miwako. »


Fit la candidate déterminée. Quel que soit le résultat Abe no Miwako allait mourir, soit physiquement, soit pour devenir Kenshu Miwako.



L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 438
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant. Lun 17 Juil - 13:24

Alors elles le suivirent bientôt, le rejoignant dans l’alcôve où il accueillit leur venu et leur réponse sans un mot, simplement en allumant les bâtons d’encens qu’il eut disposés plus tôt. Enfin, il fit de même d’une conque dorée remplie de feuilles séchées. Moujin, neutre et autoritaire, leur intima de s’installer et d'apaiser leur sens, de s’ouvrir au monde des esprits, mais que cela ne serait que la première étape de leur voyage, la destination se trouvant aux portes même du Takama-ga-hara, celles là même que gardaient les frères rivaux des vents et du tonnerre. Deux onmyojis d’éducations, soutenus par la présence de leurs esprits gardiens était une chose inespérée en un sens, car il était plus facile de parler avec celles-ci de l’état de transe qu’en compagnie d’un noble désintéressé et d’une kannushi muette. Très vite, les fumées devinrent étouffantes, s’insinuant, épaisses, dans les poumons, s’enroulant autour et au sein des deux jeunes femmes, ainsi que de leur guide aveugle.

L’odeur des herbes brûlées et des poudres odoriférantes s’unirent, se mêlant progressivement pour ne former qu’un seule tout et bientôt, ou à moins que cela n’ait pris des heures, peut être même des jours, la rumeur d’une terre baignée d’humidité, l’épaisseur de l’air d’un jour d’orage fut la seule qu’il fût possible de sentir. La voix du sohei tonna alors, ordonnant sans préambule aux deux prêtresses d’ouvrir les yeux dans un monde où il n’était pas lui-même et où plus une trace de lui ne fut bientôt visible ou audible, les laissant ainsi seule dans une plaine d’herbe haute et jaunie, un ciel d’une épaisseur telle que Amaterasu apparaissait bien incapable d’illuminer quelque peu. Tantôt les nuages s’éclairaient, loin et haut, parfois les stries de la foudre roulaient sur leur surface sans toucher le sol.

Kirins et esprit lupin se tenaient là aux côtés de leurs humaines liées, truffes et museaux au vent, incapables de dire ou reconnaître les lieux, l’accès à ces derniers leur étant tout aussi interdits en temps normaux qu’on empêchait les mortels d’y entrer, eux mêmes mis à l’épreuve. Dans ce monde, l’horizon semblait à portée et tout menait à un seul point, un pont magistral nimbé de lumière et pavé de feu, d’eau, de terre, de bois et d’acier sans que l’un d’eux ne vienne gêner l’autre. Le monument, si robuste et large qu’on aurait pu y faire passer toute les armées de l’Empire en une seule fois, était étrangement opalescent, se dissipant et se reformant en pulsations, le rendant tantôt éphémère, puis plus opaque que l’obsidienne. Au pied de cette construction défiant les limites même de la compréhension qui disparaissait plus loin que le regard ne pouvait porter, une silhouette se détachait au centre de son entrée.

Il s’agissait d’un vieil homme vêtu sobrement d’un kimono couleur cendre, une barbe grisonnante soigneusement lissée lui tombait jusqu’à la poitrine et sur sa tête culminait un sugegasa fraîchement tressé. Assis à même le sol, il avait étendu face à lui deux shime-daiko et de part et d’autre de lui étaient dressés une paire de chū-daiko. Enfin et derrière lui, un ô-daiko le dominait de toute sa taille. Il ouvrit lentement les paupières, révélant deux prunelles d’un topaze vif dépourvu de pupille, puis adressa un sourire sincère à ses deux invitées, pointant la position qui se tenait en face de lui, barrée par ses petits tambours. De sa voix éraillée et douce, il enjoint la parole aux geste :

Bienvenue à la porte des mondes, mes deux amies très chères. Nous avons à discuter vous et moi. Et avant que vous ne m'attribuez les noms les plus fous qu’il vous viendrait en tête, je me nomme Raiden, hajimemashite ! Dites moi donc comment allez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 124
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant. Mar 18 Juil - 23:02

La veille, Sora n'avait pas vu le trouble de sa soeur. On lui avait raconté.
Elle avait entendu des on-dit. Bien sur, tout le monde au temple ne parlait que de cela. Elle savait au plus profond d'elle-même que Miwako avait dû être déchirée en quelques sortes de ce choix divin. Quand elle était arrivée, celle qu'elle considérerait toujours comme sa sempai était visiblement troublée et perdue. Quoi de plus normal ? Mais maintenant la future Dame affichait un regard déterminé, et rien n'aurait pu donc faire défaillir la motivation de la cadette par conséquent.

Elles s'étaient laissées guider par Moujin qui les avait intimées à faire le vide en elles. Sora était coutumière de ce genre de pratiques souvent employées pour les méditations. Mais petit à petit l'encens emplit tout l'air disponible, si bien qu'il n'était plus possible de respirer autre chose, et c'est par ce biais qu'elles furent transportées, qu'elles voyagèrent ensemble, accompagnées de leurs trois gardiens, dans ce qui semblait être un autre monde.

Ici, rien ne ressemblait à quelque chose qu'elles auraient connu. Et devant elle, un vieil homme, entouré de divers tambours, assis par terre, vêtu d'un kimono gris comme les nuages, les accueillit.

Sora ne put s'empêcher de s'éberluer devant le gigantesque pont, flamboyant, à la fois visible et invisible, qui se tenait juste derrière lui. Décidément, tout dans cette scène était étrange. Sora se crut dans un rêve. Mais cela était bien trop réel pourtant. L'homme s'adressa aux deux jeunes femmes :

"Bienvenue à la porte des mondes, mes deux amies très chères. Nous avons à discuter vous et moi. Et avant que vous ne m'attribuez les noms les plus fous qu’il vous viendrait en tête, je me nomme Raiden, hajimemashite ! Dites moi donc comment allez vous ?"

La cadette du duo en était bouche bée. Ce vieille homme était ... Gekigami-sama ? Elle ne l'avait jamais connu ainsi. Combien de visages son Dieu pouvait-il bien avoir ? Etait-ce celui-ci, le vrai ? Il n'avait rien d'un Tigre étincelant ...Quelle étrange sensation. Se retrouver face à quelqu'un qui nous habite, mais qu'on ne connait même pas assez pour le reconnaître ou non.

Bien sur, Sora s'agenouilla et s'inclina bien bas devant celui qui se présentait comme le Dieu de la Foudre. Il les accueillait pourtant d'une manière si calme et chaleureuse ... Cela inquiétait presque à nouveau la jeune kannushi. Elle s'attendait à ... Bon, en réalité, elle ne s'attendait à rien de spécifique mais ... Elle ne se serait probablement jamais imaginé cela, de toute évidence.

Elle sentait qu'il était de son devoir de prendre la parole avant sa future Dame, comme pour faire le lien entre le Dieu et l'Elue.

"- Arigato gozaimasu, Raiden-sama, pour votre accueil en ces lieux saints."

Ensuite, Sora s'imagina qu'elle n'avait pas besoin de se présenter bien sur ... L'homme avait posé une question, toute bête, mais en cet instant pourtant, il lui était presque difficile d'y répondre. Comment allait-elle ? C'est à dire ... Que c'était conflictuel dans sa tête et dans son cœur. Elle était comblée, en vérité, d'être arrivée ici. C'était un honneur légendaire, les deux jeunes femmes entraient dans l'histoire de Yokuni en accomplissant cela, qu'elles réussissent ou qu'elles échouent. Elles étaient toutes deux réunies devant leur Dieu tutélaire, ce qui ne pouvait bien sur qu'inspirer la joie chez elle. Elle avait foi, aussi, dans leur victoire sur ces épreuves, elles étaient prêtes à tout. Mais pourtant bien sur, la peur et l'étonnement prenaient eux aussi une part bien trop grosse parmi les sentiments qu'elle éprouvait en cet instant. Cependant, sa sœur était là, à ses côtés. Elle ferait tout pour elle. Elle lui avait déjà dit.

"- Pour ma part, ça va bien, je vous remercie", dit-elle en ayant tout de même l'impression que cette réponse était bien trop banale.

Mais pourtant, c'était vrai. Quand on y réfléchissait, toutes les personnes auxquelles elle avait le plus envie de se consacrer étaient là, ici. Urahara ... Miwako et ses kirins ... Et la Foudre divine incarnée. Alors comment cela pourrait-il mal se passer ?


L - M - M - J - V - S - D


Dernière édition par Mirai Sora le Dim 13 Aoû - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 380
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant. Dim 23 Juil - 1:46

Miwako rejoignit avec sa cadette le sohei qui serait leur guide vers les épreuves qui les attendaient. La première étape était plutôt simple et plaisait assez à l’onmyouji. La méditation, elle en avait bien besoin. La demoiselle ferma les yeux et prit une première grande inspiration, avec l’air qui entrait dans ses poumons, elle emmenait au centre de son corps ses sentiments. Peur, tristesse, douleur, elle pouvait sentir la boule qu’ils formaient au creux de son estomac. Alors qu’elle expirait doucement, elle les poussait à l’extérieur d’elle-même, tant et si bien que la demoiselle retrouva son calme. Son cœur s’ouvrait pour redevenir vierge de tout sentiment, capable d’être réécrit et pleinement disponible pour toutes les épreuves que leur promettait l’homme amené par le tigre divin. Elle ne se concentrait plus à présent que sur ce vide, sur l’odeur entêtante et lourde de l’encens mêlé à diverses plantes et sur la voix qui les conduisait.

Son nez sentit subitement l’odeur de la terre humide, qu’elle aimait bien. Ses poils se hérissèrent, son ventre se contracta, alors qu’elle sentit une atmosphère pesante, comme un jour d’orage. La jeune Abe no ne se laissa pas perturber par ces changements de sensation, pour ne pas perdre le fil, mais le sohei aveugle leur ordonna alors d’ouvrir les yeux. Miwako resta quelques secondes soufflée devant le spectacle qui s’offrait à ses yeux. C’était beau. Les couleurs sublimées par l’orage offraient un contraste magnifique. Le soleil écrasait tant les couleurs, alors que les éclairs les faisaient ressortir, dévoilant toute la profondeur et la subtilité des teintes foncées.
La surprise n’était toutefois pas terminée et lorsque son regard parvint jusqu’au pont, elle ne put de nouveau s’empêcher de contempler ce qu’on lui offrait. Elles étaient peut-être les seules humaines de leur génération à pouvoir observer un tel spectacle. Les éléments dansaient avec une telle harmonie pour former cette structure. Le monde était dirigé par eux, c’était pourtant bien la première fois qu’elle pouvait les observer de manière aussi tangible. C’était aussi stupéfiant qu’envoûtant et elle aurait sans doute pu passer des heures, voir des jours à regarder ce balai, à essayer de comprendre comment ou pourquoi. Malheureusement du temps, la brune n’en disposait pas et elles étaient toutes deux-là dans un objectif précis.

La silhouette de l’homme seul au milieu du pont, parmi ses instruments semblait ici pour le lui rappeler.  Etrange scène, qui aurait pu paraître décalée dans une autre réalité, mais en harmonie avec ce paysage mystique. C’était là un tableau de maître. Il prit la parole, avant que les demoiselles ne puissent prononcer un mot. Dès qu’il révéla son identité, Miwako s’agenouilla également devant cette entité à laquelle elle devait respect et dévotion.
Sora prit la parole en premier, la candidate quant à elle réfléchissait à cette question. Elle paraissait si simple, si anodine. La demoiselle devait être honnête aussi bien envers sa sœur, qu’envers le maître de la foudre.

« Le cœur est encore fragile et les sentiments brouillons. »


Le début en méditation lui avait permis pour l’instant de les mettre à l’écart, il ne fallait toutefois pas se faire d’illusion. Un deuil ne se réalisait pas en quelques heures et tôt ou tard, la tempête pourrait ressortir ou la fragiliser. Un sourire vint pourtant éclairer le visage de la religieuse.

« Mais je suis bien entourée. »


Sora et Urahara, Onshi et Hono. Elle devait être transparente avec eux, car ils allaient passer les épreuves ensemble. Miwako veillerait à ce que cette tourmente ne l’affecte qu’au minimum, personne n’est cependant à l’abri d’une faiblesse. Il « tait donc important qu’ils la connaissent pour la prendre en compte pour la suite. Ensemble, ils triompheraient.

« Et déterminée à passer les épreuves pour me montrer digne de vos attentes et répondre à mes questions. Pour passer à l’étape suivante, réussir à transformer ce trouble en force pour servir et protéger ceux que vous bénissez.»



L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant.

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV - Event] L'appel de l'Impérieux Foudroyant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» Garde impériale
» [Tutoriel]Comment payer ces impôts?
» Renégat impérial


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..