AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [PV]Le Prévenant Mouton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Administration

avatar

Non Joueur

Messages : 5080
Date d'inscription : 24/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: [PV]Le Prévenant Mouton 8/15/2016, 00:40


La bruine n'en finissait pas de tomber et d'accabler les environs alors que Riyu la contemplait consciencieusement sans jamais daigner affronter son ancien et son futur interlocuteur en pleine discussion. La pluie d'alors semblait un sujet plus important que ce qui se jouait derrière elle. Pourtant, il en était tout autre et à peine avait-elle quitté les paroles et les opportunités de Fukyuu Hankyou qu'elle s'était imperceptiblement agacée lorsque Amadotsu Kodan s'en était approché. S'était-elle méprise sur celui ou celle qu'il attendait avec tant de patience ? Les siens n'étaient déjà plus visibles et devaient l'attendre de pieds fermes pour converser de l'avenir de leur Kannushi trop prompt à se sacrifier. Et elle, trouvait le moyen en personne ingrate de s’embarrasser de retard pour s'assurer des propos d'un Daimyo étranger et d'un Bushi qui l'était tout autant ? Quelle plaie !

Heureusement, la finesse de son oreille devina bien vite que l'échange du Feu et de la Glace touchait à sa fin. Riyu avait bien sûr reporté son attention, sa concentration même, ailleurs afin de ne pas entendre des mots qui ne la concernaient d'aucune façon et la beauté des jardins impériaux avait été fabuleuse pour cela, offrant même sous la pluie mille et une choses à admirer pour son regard d'artiste manqué.

Elle attendit cependant que Fukyuu-sama s'éclipse tout à fait pour s'approcher du Volcan enfin, sans que son visage ne laisse rien paraître de sa grogne passée, cependant. Car elle n'en éprouvait aucune en cet instant et bien que cet homme lui aie ravie une sœur d'école et que cette situation ne lui avait guère plue, elle lui tendit une main amie au-delà des conventions régissant entre deux clans rivaux, car ils ne l'étaient plus à Birei. Et bien que leurs rencontres furent terriblement rares, des années de correspondances assidues avaient bien entamé leurs barrières respectives.

Si tout ceci n'était pas advenu, peut-être Higashi no Ryuu ne serait pas là, à attendre l'un de ses rivaux alors que son clan requérait sa présence et à chercher à deviner ce qu'il pourrait bien lui déclarer cette fois-ci, de visu.
Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1139
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: [PV]Le Prévenant Mouton 9/9/2016, 20:55

Son sourire ne fit que s’accroître tandis que de sa courte, mais enrichissante entrevue avec le Seigneur du gel, le taisho des flammes pu voir celle qu'il pouvait à présent considérer comme un pair. Malgré le fait qu'il su en son sein être le Champion d'un Kami dorénavant, il ne la considérait pas moins comme plus experte de se sujet et ce fut avec humilité, mais irradiant d'une chaleur visible, qu'il se dirigea d'un pas certain vers celle, il ne l'ignorait pas non plus, à qui il devait tant.

L'usage ne lui permettait pas, pas plus que leur rang commun au vu de ce qu'il pouvait signifier et de ce qu'ils représentaient tout deux, de montrer tout le respect et l'affection qu'il lui portait, car en son coeur, Riyu, des Kasuga, était probablement la seule et véritable amie qu'il considérait de la sorte.

Peu lui importa alors les coutumes et les regards que des tiers alentours purent leur jeter, supposant à leur geste une alliance qui n'existait pas, à la main tendue qu'il lui fut offerte, il en attrapa le poignet avec une douce fermeté, son expression trahissant de l'immense reconnaissance qu'il lui portait.

Elle était venu à sa rencontre, probablement porteuse d'un intérêt certain pour un sujet qu'il rangerait automatiquement dans ses plus hautes priorités, car il n'était plus rien qu'il pouvait refuser au général des brumes en ce temps. Il fut rapidement prit de la pensée que l'honneur ne rentrerait pas en considération si à la faveur qu'elle lui avait accordée, elle venait en quérir le remboursement.

Mais le Dragon de l'Est et sa légende n'était pas de ces êtres là et son visage ne laissait guère entendre quoique ce soit d'une perfidie qu'il ne lui aurait jamais supposé si on ne la lui dressait pas en face du regard, bien qu'à ce moment là il ne serait pas étonnant de le voir douter toujours de la véracité de ce qu'on tenterait de lui prouver.

Alors ouvra-t-il le dialogue, trop heureux de la revoir de front, bien au-delà de ces courriers polis qu'ils s'étaient échangés jusque là, pour qu'elle puisse entendre dans sa voix la joie qui était la sienne de la retrouver :

Konbawa, Higashi no Ryuu ! Tonna t-il sans refréner son plaisir. Votre parole à ce conclave aura été le premier pas vers ma compréhension de la situation du pays, la jeune Dame des Kenshu ne pouvait guère assumer ma confiance avant que vos propres mots viennent en souligner la potentielle vérité. Cela fait bien longtemps que le Volcan n'avait pas pu contempler le Dragon. Que devient-il, au-delà de la légende que l'on vous prête ? Et…

Il se souvint alors l'ombre titanesque de cette dernière, qu'il aurait été difficile de manquer, s'empressant d'ajouter à son propos, sa mine s'assombrissant légèrement à cette évocation :

… Pourriez vous transmettre mes respects à votre second ? Son concours ne sera pas oublié en ce qui concerne la malheureuse dame des Zenmyo, prise par le sombre tour que le destin lui aura joué et malgré son éveil de cette torpeur que vous partagiez en ce temps. D'ailleurs, je prie mon Kami et la votre que nulle maux tel que ceux qui m'ait été donné de voir de mes yeux ne puisse vous prendre à votre tour… Quand bien même ne m'attends-je pas à ce que vous me livriez par le menu votre état de santé…

Il reprit des couleurs, enchaînant avec tranquillité et plus doucement, au cas où ce qui pouvait amener le Seigneur des armées des brumes à lui puisse demander une certaine discrétion :

Allons bon… Oubliez mon triste sujet. Que peut faire l'héritier des Kiyooki pour la première née des Kasuga ?

Ses traits ne révélèrent alors qu'une seule chose : Que rien ne pourrait lui être refuser.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Administration

avatar

Non Joueur

Messages : 5080
Date d'inscription : 24/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: [PV]Le Prévenant Mouton 1/8/2017, 05:15


Il souriait, visiblement ravi de la voir devant lui et lui serra le poignet doucement. Ils ne s’étaient pas vus d'aussi prêt depuis cette fête qui avait marqué la clôture d'une mission Okaruto, leur rencontre et avait écrit la perte de Saya à l'insu des forces Okaruto. Cette dernière avait au moins servi bravement durant quelques années, quand bien même elle ne venait pas d'une famille de la noblesse militaire et avait été geisha. Mais là n'était pas le débat. Riyu ferma tout à fait son coeur et son esprit à cette histoire et rendit son sourire au Volcan Apaisé, se changeant en véritable alliée lors de cet après-midi bruineuse. Elle ne feignit pas l'enthousiasme cependant, ce qu'elle avait à lui dire n'avait rien de plaisant et c'était bien dommage, tant il semblait brûler de lui parler comme à une amie. Elle regretta un instant de ne pas avoir son énorme gourde sur elle, il n'aurait pas été contre goûter de nouveau à l'Umeshu Okaruto, elle le savait très bien.  Mais cet accessoire, qui était une preuve de vaillance et d'endurance sur ses terres, aurait sans doute choqué en terrain aussi pur.

Il la salua avec chaleur, lui assura sa confiance et lui demanda comment elle se portait, qu'elle transmette ses respects à son second qui l'avait accueilli en Asagiri alors que la Dame Zenmyo s'affaiblissait dans son sommeil. Comme autrefois, il rayonnait d'une énergie communicative, bien qu'il parut triste alors qu'il parlait de son ancien amour, mais celui-ci passa bien vite et il finit par lui demander ce qu'elle était venue lui communiquer. Elle rit. Tout cela, c'était beaucoup d'informations d'un coup !

"La Dragonne va bien, elle ne saurait aller autrement. Et la Riyu guérit lentement mais sûrement. Il sera fait selon vos souhaits à propos de mon second dès que je l'aurais retrouvé, mais peut-être le croiserez vous durant votre séjour en ces lieux ? Il est mon ombre après tout. Aussi, ne vous inquiétez pas à mon propos, vous ne devrez pas : j'oserais même avouer que Kasugami a été trop clémente envers ma personne ces derniers jours."

Elle n'avait rien dit à propos de la Dame des Zenmyo. Elle ne savait pas qui elle était, mais elle ne voulait pas raviver la plaie qui avait encore l'air trop vive dans le coeur du Volcan. Alors, la guerrière s'avança doucement, prête à franchir la frontière des couloirs pour atteindre les jardins.

"J'ai bien quelque chose à vous demander, j'en ai peur. Ou plutôt à vous annoncer. Vous ne craignez pas la pluie, n'est-ce pas ?"

Sous la pluie, il n'aurait pas tant de risque d'être écoutés.
Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1139
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: [PV]Le Prévenant Mouton 4/23/2017, 10:07

Un court instant, il vit passer sur les traits de son homologue la réflexion tintée de jugement qu'elle pouvait ruminer à son égard et il ne pouvait pas nier qu'il y-avait de quoi. Le volcan s'était même attendu à quelque pique bien sentie que le dragon aurait pu lui lancer, mais l'expression passa aussi vite qu'elle n'était apparue et bientôt, ce fut un retour radieux qu'elle fit à son propre salut sincère. Pour ce qu'il en lisait sur sa façon d'être, elle se montra parfaitement à l'écoute, ponctuant même cette dernière d'un rire indéchiffrable, sinon réellement joyeux.

Il n'avait rien soulevé à ce sujet et la chose aurait été malvenue, mais il était véritablement heureux de la voir remplumée de la sorte et ses belles couleurs sur le visage, car elle devait ignorer qu'il avait pu la contempler dans le pire état possible, son âme arraché à son corps qui s'était très largement amoindri. Fait d'autant plus alarmant lorsqu'on était confronté à un bout de femme déjà si petit. À plus d'un titre, il se demandait comment ces jolies épaules si frêles parvenaient si bien à porter le poids de leur légende, voir même un clan tout entier derrière elle.

Car tout comme son propre Daimyo ne s'était nullement présenté, la Dame des brumes à qui l'on prêtait mauvaise santé avait laissé ce devoir à ses hatamoto, mais ces derniers s'étaient avérés bien incapable de traiter face à l'Imperatrice en personne et le fantôme de l'Enfer Écarlate n'avait été que trop présent alors que des Taisho s'étaient adressés par défaut à l'entité suprême régent ce monde.

Il balaya ses pensés devenues progressivement sombre et s'orienta pleinement sur la réponse enjouée de son interlocutrice, s'amusant à sa formulation et à la façon dont elle traitait son propre sujet, comme si elle était une espèce à elle seule, ce qu'il n'aurait d'ailleurs nié en aucun cas. Une certaine énigme planait néanmoins alors qu'elle paru presque rejeter la veille de sa Déesse à son égard, comme si sa rémission n'était pas mérité ou bien trop efficace.

Kodan ne pouvait nier ce dernier point, tant elle lui sembla en bonne santé. Concernant son ombre colossale, Birei devait être bien vaste pour qu'il n'ait guère pu croiser, ne serait-ce que de loin, celui à qui l'on prêtait le nom de Daiyuki. Mais une partie de sa pensé était la réponse à sa curiosité, car le palais capital de Yokuni tenait vraiment en des proportions impossibles. Cela aurait été comme de chercher le même homme en Moe sans savoir où il pouvait se trouver.

Il se contenta d’acquiescer aux mots qu'elle eut, non sans un sourire chaleureux, puis la suivi lorsqu'elle fit mine de changer d'air. L'annonce qu'elle lui fit alors avait tout de l'alarmant, brisant sa quiétude et par la même occasion, le solaire de ses traits.

Son attention appâté, tout en sachant qu'elle n'était pas une ennemie tant que leur clans ne se déclareraient pas ouvertement conflit et que Kasuga Riyu n'était pas du genre à ce jouer d'un pair bushi, quand bien même ce dernier lui aurait-il subtilisé une sœur d'arme pour la prendre en épousailles dans un caprice intervenu si peu de temps auparavant. La pluie leur offrant une certaine intimité, il la darda du regard jusqu'à ce qu'elle daigne à nouveau lui faire front avant de céder à une légère impatience après cette introduction qu'elle lui avait faite et de lui demander clairement :

Je suis heureux de vous savoir en forme, Riyu-Taisho, sincèrement… Mais ne tardez pas à me dire séant ce que vous voulez m'annoncer. Et il n'est aucune pluie qui saura restreindre mon écoute aux mots que vous pourrez employer.

À dire vrai, il s'inquiétait vraiment. Car il était convaincu que ce que le dragon s'apprêtait à lui transmettre n'avait rien d'un enfantillage et tenait même d'un partage d'une information précieuse.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Administration

avatar

Non Joueur

Messages : 5080
Date d'inscription : 24/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: [PV]Le Prévenant Mouton 7/12/2017, 01:04


L'empressement inquiet de Kodan à son attention n'émoussa pas la tranquillité redoutable de Riyu, qui, après lui avoir répondu d'un regard en coin de son seul œil valide, s'engagea sans attendre, sans égard pour sa tenue d'apparat sous la pluie drue. Dans une brume qu'elle ne connaissait pas, la jeune femme et cheffe des armées de son clan s'éloigna de quelques pas jusqu'à se planter au centre du vaste jardin intérieur, puis attendit le bushi dans un demi-sourire et des gouttes plein le front, le nez et les joues.      

"Approchez." Le pressa-t-elle à son tour lorsqu'il la suivit. "Plus encore, allez !" quand leur proximité était aux convenances.

Et tandis que le légendaire Volcan était presque à la toucher, qu'ils étaient bien trop proches pour ces terres puritaines, elle lui souffla d'un ton complice, un sourire espiègle sur ses belles lèvres purpurines et mouillées :

"Au Yomi les qu'en dira-t-on. La vôtre comme le mien savent que nous ne nous abaisserons jamais à cela, n'est-ce pas ?"

Le général des Brumes perdit son air d'enfant facétieux pour retrouver tout à trac son sérieux. Il poursuivit sous le ton de la confidence, l'annonce de la cruelle vérité :

"Amadotsu-san, sauf votre honneur, je crains que votre clan ait présenté une criminelle au regard de l'Empereur..."

Mais de vérité, Kasuga Riyu avait beau contemplé son homologue des Flammes dans les yeux et s'attendre à son effroi tant l'affaire était grave, il n'y en aurait qu'une: celle que l'on accepterait.
Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1139
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: [PV]Le Prévenant Mouton 12/1/2017, 22:20

Il fallut aller à la suite du Dragon qui, plutôt que de prendre la suite de son discours, décida malgré son invitation de procéder rapidement à ce sujet qu’elle paraissait vouloir amener de le laisser se languir en progressant sous le temps chargé. Finalement, c’est bien à l’abri qu’elle l’invita à le suivre, dans la plénitude que renvoyait un espace couvert. Lui même n’était pas moins ruisselant qu’elle, son kimono gouttant en son bas et lui rendant un contact dérangeant sur la peau.

Parvenu à la hauteur du taisho des brumes, il était difficile de ne pas remarquer l’écart de leur gabarits, tant en hauteur qu’en largeur. C’était aussi amusant qu’impressionnant de se voir confronter à cela, lorsque l’on savait que l’aînée des Kasuga était devenue bien tôt le successeur de Fugaku Kakeru. Bien vite, il se trouva trop prêt à son sens. Face à cette guerrière et avant tout une femme bien trop sensuelle, tôt fait serait les rumeurs naissantes d’un rapport tendancieux entre les deux seigneurs d’armées qu’ils incarnaient.

Bien mal placé se trouvait il de rechigner sur les beautés des domaines de l’Est, l’une d’elle pour promise, il ne se sentait pourtant pas honteux d’en trouver une autre séduisante et il se prit à sourire à l’évocation de leurs romances respectives, bien certain effectivement qu’il n’y aurait aucune suite à ce jeu là. Mais aussi rapidement qu’il était apparu, ce visage mutin s’évanouit pour reprendre les traits de l’officier concerné par un mystère que Kodan brûlait dorénavant de connaître.

Le couperet tomba assez tôt, presque brusquement, bien assez clair sans avoir à nommer l’incriminée qui se terrait derrière cette allégation là. Venant de tout autre ou presque, il aurait avisé son interlocuteur avec dédain et aurait tourné les talons, mais c’était là Riyu, des Okaruto, qui venait de prononcer ces mots. Et si on lui prêtait une trop grande franchise ainsi qu’un certain caractère, nulle trace de mensonge où d’allégations hasardeuses ne ternissait la légende de Dokugan Ryuu.

Il n’était plus ignorant du passif de la jeune femme des Kakita, de ses origines inavouables, prêtant vie à des légendes auxquelles il avait refusé d’accorder le moindre crédit, celles donnant vie aux démons sans honneur de la nuit, les shinobis. Mais celles ci avaient fait irruption dans sa propre existence alors qu’il tâchait de maintenir l’ordre en Moe tout en veillant sur celle qui aurait du être sienne autrefois, quand Mononoke et les siens étaient apparu pour tout renfort. Soupirant doucement, le premier Amadotsu n’allait pas se couvrir de déshonneur en éludant le sujet et c’est avec franchise, le visage quelque peu défiant, qu’il répondit aux mots de son vis à vis :

Ne craignez pas Kakita-san, Riyu-taisho. Vous ne m’apprendriez rien en m’annonçant être au fait de la nature passé de celle qui m’accompagne et n’aura commis comme seul crime que de ne pas avoir su rendre dignement la voix de mon Seigneur face à l’Empereur. Sa bêtise aura laissé la bouche d’un taisho se présenter en porte parole, mais en cela, je crois savoir que nous sommes rendus à la même hauteur, vous et moi. Dès lors qu’elle fut choisie par Setsu-dono, il n’est plus crime que je ne saurais entendre lui être alloué, sans que cela ne viennent pas de preuves tangibles ou d’un témoignage digne…

Aussitôt ces mots prononcés, une inquiétude passa sur ses traits qu’il illustra sans perdre de temps :

Mais… Vous n’êtes pas genre de femme à annoncer telle chose sans ces éléments…

Et ce n’était pas là une question, mais bel et bien une certitude, aussi choisit-il de se taire, la mine sombre, pour la laisser lui exprimer ce qu’elle avait tenu jusque là à lui dévoiler.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Administration

avatar

Non Joueur

Messages : 5080
Date d'inscription : 24/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: [PV]Le Prévenant Mouton 1/24/2018, 15:08


Riyu ne craignait pas Kakita Sakuya- pour l'avoir mise en prison sans preuve tangible et sous sa seule intuition, en abusant avec aplomb de son pouvoir de samouraï et de cheffe des armées, elle ne pouvait la craindre. Elle avait d'ailleurs été étonnée de n'avoir rien risqué pour cela et se trouvait maintenant un certain flair pour l'avoir reconnue tout-à-l'heure alors qu'elle se présentait à l'Empereur, sa dame de compagnie et un magistrat.

Elle comprenait qu'un Taisho ne pouvait compromettre les choix de son Daimyo, Amadotsu-san avait-il seulement le pouvoir nécessaire pour obtenir ce qu'elle allait lui demander ? Elle ne désirait pas salir Setsu, c'était pour cela qu'elle l'avait entraîné sous une pluie de cordes, à l'abris des oreilles indiscrètes et des commérages. Ces derniers ne traiteraient pas de l'Hatamoto autrefois shinobi et criminelle que les Setsu ont osé présenter à l'Empereur, ils parleraient de tout autre chose d'absolument infondé et qui tenait du domaine de l'absolu privé. Tout cela était des précautions qu'elle érigeait par amitié. Sans, elle aurait tôt fait de rapporter l'histoire aux magistrats une fois rentrée afin de fêler ce clan qui avait menacé les siens. Il s'agissait là de son devoir.  

"Vous dites juste, Amadotsu-san. Mais sachez que sa présence en ces lieux qui ne sauraient être souillés m'ayant prise de court, je n'ai sur moi aucune preuve qui saurait justifier mes dires, tout juste ai-je mon humble parole car ses crimes se sont déroulés proches de ma capitale et qu'elle prit une autre identité lorsque nous nous fûmes par deux fois croisée, les yeux dans les yeux. Mais je vais vous raconter tout cela :

En Automne 40, j'évaluais dans un village tout proche de Kasu le commandement de trois Taii dont l'un d'entre eux devait devenir Taisa. Les évaluations devaient se tenir sur plusieurs jours. C'est alors que je vois Kakita traîner parmi mes hommes, en habit civil. Elle avait l'air de se moquer pour je ne sais quelle raison, aussi je demande à l'un de mes soldats de l'escorter hors de la zone, étonnée de voir une jeune femme sans arme sur un terrain si isolé et surtout seule.

Le soir, alors que le lieu de l'examen avait changé pour un autre quelques dizaines de mètres plus loin et que la nuit était tombée, un samouraï sonna l'alerte : le vieux vétéran d'une demeure annexe avait hurlé à la garde. J'ordonnais que l'on noie la bâtisse sous un voile de brume assez épais pour quasiment aveugler les non-Okaruto et que l'on couvre toutes les issues. Je repérais alors quelqu'un dans ma brume, trop mal assuré pour que ce soit l'un de mes soldats et encerclé par trois d'entre eux. Je voulais pourtant donner le feu, cependant j'avais encore confiance en ses trois là pour neutraliser une homme et ne voulaient risquer de les blesser par des tirs hasardeux. Ces derniers perdirent la vie les uns à la suite des autres..."


Riyu marqua une pause.

"Elle est douée, n'est-ce pas ? Je comprends pourquoi elle est Hatamoto, malheureusement pour vous comme pour moi, je n'ai pas encore fini mon rapport. Je vis cet assassin, masqué, filer comme le vent hors de notre purée de poids. Cela ne pouvait être qu'un pouvoir divin, tant la rapidité de cette silhouette m'avait impressionnée.

Un peu plus tard, j'apprenais la mort de six de mes samouraïs dont celui que j'avais envoyé en escorte, ainsi que celle du vieux couple de vétéran dans la demeure violée et le lendemain, par un heureux hasard, nous nous sommes de nouveau croisées. Bien sûr, elle avançait cette fois-ci en civile et la tête découverte, je l'avais d'ailleurs placée sous la surveillance d'un autre garde sous le prétexte de vouloir la protéger de l'insécurité de la ville. Elle assurait être une marchande Eiichiro. Sous couvert d'une invitation à la promenade dans les jardins Okaruto pour quelques minutes, j'ai tenté de la coincer par quelques questions, elle eut réponse à toutes celles-ci alors que j'étais accompagnée de deux de mes subalternes. Et prise de frustration, ne faisant confiance qu'à mon intuition, j'ai provoqué son arrestation et sa garde-à-vue puis je rédigeai une missive le soir même à l'intention de l'ordre Eiichiro afin de me justifier.

Elle a été libérée de manière légale, m'a-t-on rapporté, et plus loin, d'autres crimes se perpétraient tandis que je me rongeais les sangs. Cependant, d'Eiichiro, j'appris que la fameuse marchande avait disparu avec son mari sans prévenir leur fils un peu plus tôt que ces meurtres et aujourd'hui, je vois que cette marchande n'est autre qu'une Hatamoto Setsu et j'apprends de votre bouche son passé trouble...!"


Le Taisho des Brumes attendit un certain temps afin que ses phrases déjà bien longues soient écoutées et comprises, pas que Kodan était stupide -elle faisait même confiance à son intelligence- mais elle avait la gueule pâteuse d'avoir tant parler. Dans ces circonstances, l'Umeshu n'aurait pas été de trop. Elle déglutit.

"Cela vous convient-il ? Y pourriez-vous quelque chose en votre qualité de Bushi ? Car je ne peux pas laisser ces crimes impunis maintenant que le mensonge est absolument découvert à mon œil. On a trop abusé celui mort mais l'autre est bel et bien alerte, pourquoi serais-je Taisho alors ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [PV]Le Prévenant Mouton

Revenir en haut Aller en bas
 

[PV]Le Prévenant Mouton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Chanson] De la laine de mouton (tagadoum tadzoum tadzoum)
» On peut sacrifier un mouton pour la vache sacrée aussi ?
» Décris moi un mouton. ( Jeu ;; S / D )
» pour s'endormir, un mouton ne peut compter que sur lui-même.
» Un mouton, deux moutons, et trois moutons... Pouf. ♦ E. Jyle McCartaigh.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...Ewilan RPG
...
..
..
..
..
...La Sérénissime...
.......