AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Quête] Les fissures du miroir gelé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Lun 22 Aoû - 22:23


Birei. Cité de toutes les merveilles. Ses bâtiments aux formes et couleurs divines, sa culture, mère de toutes choses, les habitants dont leurs parures de soies n’ont aucun égal mais surtout, les courbes féminines alléchantes à chaque pas de ses demoiselles. Katsuya se voyait déjà rejoindre le territoire saint, accompagné de son nouveau daimyo pour l’audience auprès de sa Sainteté. Bien que la discussion principale serait tournée sur les derniers événements et la solution pour éradiquer la menace, l’hatamoto n’oubliait pas que son séjour dans la grande cité lui vaudrait de côtoyer de nouvelles gens et d’enrichir son cercle de demoiselles. Il songeait aux draps soyeux, glissants sur la peau douce et blanche d’une jeune femme, ne demandant qu’à être choyée et adorée. C’est les yeux pétillants que le jeune homme rêvassait dans ses quartiers, ne comptant point le temps qui passe.
Son retour à la réalité fut bien brutal lorsqu’il se souvint des mots de son supérieur : Hasegawa Kazuo accompagnerait le seigneur tandis que Katsuya avait le devoir de veiller sur Ite.  Durant ces derniers jours, l’hatamoto avait récupéré une réputation parmi les habitants de la cité glaciale. Nommé par certains comme un « sauveur », il avait réussi à faire d’Ite et de Fukyuu une terre stable après les événements yokais. Son statut de suppléant ne dura pourtant point lorsqu’un nouveau seigneur fut élu : Fukyuu Hankyou. Le jeune homme sentit comme un soulagement tandis que ses anciennes responsabilités refaisaient surface. La principale : veiller sur la sécurité de Fukyuu-sama. Pourtant, ce n’est point lui que l’on envoya à Birei mais son alter égal, Hasegawa. Sa dignité en prit un coup. Son seigneur lui confia, certes, la tâche de garder la capitale en bonne entente mais l’hatamoto désirait enfin repartir sur les routes de Yokuni et en particulier Birei qu’il ne connaissait point ou seulement ce qu’il put en lire dans les ouvrages.

Un long soupir se dégagea des lèvres du jeune homme qui ronchonnait. Il imaginait même son seigneur lui en vouloir d’avoir réussi à maintenir Fukyuu en place. Pourtant, une pensée s’imposa dans son esprit et chassa sans attendre l’ancienne : son seigneur lui confiait ce devoir car il était le seul à pouvoir l’exécuter. Sa confiance envers le tigre était déjà grande. Du moins, c’est ce que pensait Katsuya, se rassurant et reprenant un peu du moral.

« Rhaaaaaa ! Je n’en peux plus de rester dans cette pièce !
- Vous avez encore des documents à remplir, Kagome-dono. S’exprima l’un des conseillers qui siégeait au côté de l’hatamoto durant la paperasse.
- Peut-être bien ! Mais si je veux être efficace, je me dois de m’accorder une pause. S’exclama Katsuya tout en se levant, prenant le chemin de la sortie.
- Où allez-vous, Kagome-dono ?! Vous ne pouvez pas sortir ainsi.
- Rhaaa laissez-moi donc respirer, je vous prie ! »

Katsuya s’empressa de semer l’homme à ses côtés parmi les nombreux couloirs du palais. Il réussit finalement, après quelques minutes, à se volatiliser. Enfin libre ! Ou presque.
Lorsque le jeune homme rejoignit l’imposante porte, délimitant le château du reste de la ville, il fut surpris de voir deux personnes bien excentriques. Il s’agissait de deux samurais de Fukyuu. A les voir ainsi dévisager le tigre, ils n’étaient pas là pour se tourner les pouces ou encore monter la garde.

« Ce conseiller ne perd vraiment pas de temps. » Soupira-t-il. S’approchant d’un pas lent, il s’intéressa à chaque soldat. Après avoir passé de nombreuses heures dans les documents de la cité et de l’armée, Katsuya réussit à déposer des noms sur sa future garde personnelle. Fuka-san, un samurai dont l’implication dans ses missions n’étaient point à critiquer. Tout comme Eda-chan, jeune femme très énergique qui avait réussi à se frayer une place parmi les hommes de l’armée. En d’autres termes, des gardes du corps simples mais efficace pour l’hatamoto.

Enfin à hauteur des deux personnes, il s’exprima d’un ton fatigué et légèrement contrarié.

« Laissez-moi deviner : ne voulant me laisser seul dans la ville, vous avez reçu l’ordre de m’escorter durant ma petite sortie, n’est-ce pas ? Un nouveau soupir alourdit l’atmosphère. Très bien. Je ne chercherais pas à vous délaisser mais je vous préviens : il s’agit seulement d’une petite balade de réconfort. Vous n’y gagnerez rien et surtout, vous risquez de bien vous ennuyer. »

Son pas était lourd, montrant son mécontentement à être emprisonné de la sorte. Il est vrai que le nouveau seigneur lui avait donné le poste de suppléant durant son absence, mais il restait l’hatamoto de Fukyuu, un samurai performant. Il n’avait point besoin d’être ainsi protégé. De plus, il ne doutait point un seul instant qu’il pourrait lui arriver quelque chose en ville. C’est pourquoi ses pas s’allégèrent durant le trajet.

Il ne se doutait point de ce qu’il trouverait un peu plus loin, entre les échoppes et les citoyens.



Dernière édition par Kagome Katsuya le Dim 28 Aoû - 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eda Ryuko

avatar

Samouraï

Messages : 65
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 22

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Jeu 25 Aoû - 19:53

Mes bottes s’enfonçaient lourdement sous une grosse pellicule de neige accompagné par le doux son de la glace craquelant sous mon poids . Mes muscles commençaient a tirer et de légères douleurs avaient fait leurs apparitions . Ça faisait un bon moment désormais que je marchais et le poids de mon équipement n'aidait pas vraiment pour les longs trajets . C'est la que je me rendis compte de l'avantage et de le désavantage d'avoir un yari : L'avantage c'est qu'on peut s'en servir comme une sorte de bâton de marche bâtard, le désavantage c'est que ce n'est pas un bâton de marche ! Et que c'est lourd....surtout celui la...

Je m’arrêta sur un rocher histoire de reprendre mon souffle et boire un coup . Du sommet de la colline sur lequel j’étais, je pouvais apercevoir les murs de la capitale, Ite . Un vague sourire apparut sur mon visage . Je ne perdis pas plus de temps et me remis en route . Le reste du trajet fut étonnamment rapide ,c'est la première fois que je vais a la capitale,enfin...je crois....En tout cas je fus heureuse d'apprendre que le temps était le même a Ite que a Miyuki : Froid ! A croire que ce pays entier n'est qu'une sorte de glaçon géant...

Je n'aurais jamais imaginé qu'une ville pouvait être aussi grande...Je me sentais minuscule au pieds des murailles et surtout ,face a un palais aux allures démentiels qui surplombais un amas de battisses . J’étais comme hypnotisée par ce paysage grandiose si bien que j'en oubliais complètement le monde autour de moi et ce pourquoi j’étais venue . Ah oui...Le palais, remarque au moins il n’était pas difficile a trouver . La bas je rejoignis un homme, visiblement il était la depuis plus longtemps que moi a en juger par ses habits et ses armes, lui aussi devait être samourai lui aussi . Si je me souviens bien je devais faire équipe avec un certain euh...je sortis un fiche et lis son nom a moitié en bégayant et en hésitant .

«  Euuh...Fu....Fuka iiiiwaaa...-san ? C'est bien cela ? »

Je leva les yeux de ma feuille pour me concentrer plus sur l'homme qui était face a moi ,je fus surprise par son air sérieux . Remarque il avait raison, la mission n’était pas a prendre a la légère, si je me souviens bien, nous étions la pour escorter quelqu'un d'important me semble-t-il ? Et puis bon, au final rien de surprenant après tout, on est en fukyuu...alias le plus gros regroupement de balais dans le cul de tout Yokuni....
Au fond de moi, j’espérais bien que ce n’était qu'une idée reçus, mais franchement, je ne comptais pas trop la dessus .

Ça veux dire que moi aussi je vais devoir essayer de me tenir a carreau...enfin...essayer...
Une autre chose me marqua chez lui, c'est...sa barbe, plus je la regardais et plus elle m’intriguais...si bien que je finis par pencher ma tête sur le coté a moitié en louchant dessus ,après tout c'est pas tout les jours que l'on croise des personnes avec un brin de personnalité, surtout dans ce pays .
J'aurais donc réussi a rester sérieuse pendant...30 secondes ,hmmm ouais ça aurait pu être pire . Aaaaaah la journée va être longue...

« euuuuh....Bonjour...Eda Ryuko... je crois qu'on va devoir faire équipe ensemble »

La journée passa en attendant que notre homme vint se présenter a nous . D'un coup, les lourdes et imposantes portes du bâtiment s’ouvrirent laissant sortir un homme, visiblement surpris de nous voir ici . On pouvait lire une légère pointe de déception dans son regard . Je ne savais pas du tout qui il pouvait bien être, mais apparemment lui, nous connaissais déjà... Serait-ce lui le « katsuya » dont nous avions la garde ?

« Laissez-moi deviner : ne voulant me laisser seul dans la ville, vous avez reçu l’ordre de m’escorter durant ma petite sortie, n’est-ce pas ?
. Très bien. Je ne chercherais pas à vous délaisser mais je vous préviens : il s’agit seulement d’une petite balade de réconfort. Vous n’y gagnerez rien et surtout, vous risquez de bien vous ennuyer. »

 Je ne sais pas pourquoi mais je sens que je vais bien l'aimer lui . C'est donc a moitié en riant que je ne put m’empêcher de lâcher un : «  De toutes façons, on a pas grand chose de mieux a faire  »  avant de lui emboîter le pas .
Ah ? Bravo Ryuko déjà une bourde...décidément tu bats des records ...Tenir bien sagement en place, ce n'est visiblement pas mon fort... peut être qu'en fait j'ai été adoptée et que je viens de Setsu ? Ça expliquerais des choses! Enfin je crois .

Je ne savais pas ou nous allions, je ne faisais que suivre en me perdant dans mes pensées comme a mon habitude .


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Dim 28 Aoû - 13:47

Il n'y avait rien à dire, je commençais à me lasser en ce moment même. Il y a quelques heures à peine, j'avais fait une halte à Ite afin de laisser mon fidèle destrier se reposer le temps qu'il fallait pour qu'il récupère ses forces. Tout être-vivants avaient ses limites. Il avait été mon compagnon pendant moultes voyages et je comptais bien vivre des années encore d'aventures. Enfin bon, vers l'entrée de la capitale, je m'étais dirigé vers une écurie avant de me balader dans la capitale.

Il est temps d'arrêter de parler de comment je suis arriver et repassons dans le présent. Je me trouvais devant un Yatai, mangeant tranquillement un Shõyu ramen bien chaud pour me réchauffer un peu dans cet environnement froid auquel je suis bien habitué d'épis le temps que j'arpente de Fukyuu, ma patrie. Pourquoi me lassais-je en ce moment même alors que je me remplissais la panse? Tout simplement parce qu'un messager m'avait rapporté que j'allais devoir rester plus longtemps que prévu en ville, l'un de mes supérieurs m'acquitterait d'une tâche en temps en renvoyant le messager me voir.

Les ordres sont les ordres, je n'avais pas à m'en plaindre étant un samuraï. Plusieurs heures plus tard encore, étant retourné à l'écurie pour m'occuper de mon destrier, le messager était revenu pour me signaler qu'il fallait que je me dirige vers le palais pour assurer la sécurité de l'Hatamoto Kagome Katsuya qui s'y trouvait en ce moment même ainsi que de l'accompagner si il lui venait à sortir du palais. On me prévenait également que dans cette tâche, je ne serais pas seule et que je devrais travailler avec un autre samuraï. Ainsi, ce fut après qu'il fut repartit de nouveau que je me dirigeais vers le lieu cité.

On m'avait laissé entrer dans le château lorsque j'avais annoncé la raison de ma venue. Je m'étais dès lors posté près de la porte principale, attendant tout simplement, les bras croisés tout en observant les divers personnes passées de temps à autre. Un certain moment était passé avant qu'une jeune femme m'interpella. Sa tenue vestimentaire présageait bel et bien qu'il s'agissait d'une combattante de Fukyuu, ce qui n'est pas très commun de voir, ainsi que... Enfin, je n'allais pas laisser mon esprit oublier la raison de ma venue.

Je la voyais sortir un papier de m'appeler par mon nom et prénom avec une certaine difficulté. Quelque soit la raison de sa venue, j'imaginais qu'elle était venue à ma rencontre pour une bonne raison. Les pièces du puzzle commençait à se placer peu à peu avant que je ne me rendais compte qu'il s'agissait peut-être de l'autre samuraï qui était chargé de la même tâche que moi.

En effet, je suis cette personne. Mais je remarquais que son regard était plus... Insistant sur mon visage? Un peu confus mais mon visage restait impassible. Y a-t-il un problème?

Je réagissais un peu comme toute personne qui se trouverait dans ce genre de situation mais bon, je me demandais bien qu'est-ce qui la faisait réagir ainsi, ne comprenant pas ce changement de comportement. Après avoir arrêtée de me fixer ainsi, elle s'était présentée avant de me dire ce que je pensais également de mon côté.

-La sécurité de l'Hatamoto? Enfin, veuillez m'excuser d'être malpoli. Je suis enchanté de faire votre connaissance, Eda... Ryoko-san. Tâchons de mener à bien la tâche qui nous a été confié.

De nouveau le temps s'écoulait tel un sablier en compagnie de Ryoko et non seul dans mon coin. Cependant, nous discutions peu, même pas du tout en attendant sagement jusqu'au moment où l'Hatamoto se présenta devant dans la salle où nous nous situons. A première vue, il ne semblait pas trop joyeux de nous voir, ce que je comprendrais bien. Hélas, affirmant au passage l'interrogation de l'Hatamoto, nous devions faire ce pour quoi nous nous trouvions à Ite en ce moment même. Les paroles ne servaient à rien pour justifier le devoir que l'on nous a confié, pas plus que d'exprimer quoi que ce soit. En tant que protecteur de l'Hatamoto, il allait falloir que je reste sérieux à tout instant. Comme mon père l'avait si bien dit, on n'est jamais en sécurité nul part. Ainsi, après avoir passés par la porte, nous continuâmes notre chemin dans la capitale.
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Dim 11 Sep - 11:24


Voilà une réponse à laquelle Katsuya ne s’entendait point. Un tel tact malgré l’écart de statut entre la jeune femme et lui-même fit sourire l’Hatamoto, lui redonnant foi en la bienfaisance de cette journée ; d’autant plus lorsqu’il entendit le rire timide. Quant à Fuwa-san, il ne dit mot et se contenta de suivre la demoiselle, laissant le tigre légèrement en retrait. Katsuya pressa le pas afin de rattraper ses deux acolytes.
Tandis que Ryuuko montra un certain charme aux yeux du jeune homme. Son regard lui rappela le sien il y a quelques années, quand il n’était point encore au palais. Un certain feeling s’installerait facilement entre eux. Il n’en était point de même pour l’autre samurai dont le sérieux transcendait son visage. Katsuya ne doutait pas de sa gentillesse mais il était persuadé qu’au moindre problème, il prendrait cela trop sérieux alors qu’il ne s’agira que de détails pour lui ; mais il ne souhaitait point parler à tort. Le tigre devait encore découvrir ses deux personnages.

Katsuya reprit le devant de la marche, conduisant son escorte jusqu’aux commerces tous aussi variés les uns que les autres. Il débuta avec l’une des marchandes en kimono de la capitale. Pas un seul instant il se tourna vers les marchandises mais bien vers la gérante. Une vingtaine d’années, des formes ravissantes, un visage séduisant. L’hatamoto n’était pas passé à côté de cette fleur qu’il désirait observer de plus près. Regard charmeur, blagues, phrases accrocheuses avec un double sens. Il joua de ses atouts pour attirer à lui la donzelle. Sans réel succès. Elle connaissait trop bien le jeune homme pour tomber aussi facilement dans ses griffes. Néanmoins, il n’était pas contre un thé lors de la prochaine soirée, pour le grand plaisir du tigre qui la salua et reprit sa route.

« Oji-san !!! » S’écria-t-il lorsqu’il approcha de l’échoppe parfumée d’un vieux commerçant qui leva son regard. Contrairement à la dernière rencontre, cet homme était âgé d’une soixantaine d’années, le dos presque voûté mais une énergie d’un adolescent. La boutique qu’il gardait parfumé les rues de la capitale : dangos, mochis et autres confiseries et mets avaient fait craquer l’hatamoto.
« Oooh Kagome-san ! Je me demandais ce que tu devenais.
- J’ai pris quelques responsabilités en plus depuis quelque temps. Dit-il en se grattant la joue de son index.
- Ha ha ha ! Cela ne te ressemble pas mais je comprends la situation. Pour la peine, tu as bien le droit à une double ration.
- ARIGATO OJI ! »

Tendant un sachet, Katsuya s’empressa de la prendre et de sentir l’odeur qui s’en dégage avant de donner, à son tour, des deux petits sachets contenant de quoi payer la part. Bien que le vieil homme lui ait généreusement offert la moitié, le tigre souhaitait le remercier en achetant toute la marchandise. Piquant une brochette de dango à l’intérieur, il remercia le commerçant avant de reprendre la route. A nouveau, il plongea sa main dans le paquet avant d’en tirer deux nouvelles brochettes qu’il tendit derrière lui.
« Tenez ! Regalez-vous ! Ce sont les meilleurs de la région. »

La pause goûtée terminée, le jeune homme amena ses compagnons près d’un bâtiment dont l’heure d’ouverture était encore loin dans la journée. Cependant, il savait pertinemment qu’il y trouverait une jolie compagnie. Passant uniquement sa tête à travers les quelques rideaux suspendus à l’entrée, Katsuya lâcha un « ohayoooooo ! » rempli de joie. Il y vit quelques demoiselles, transportant tables, ustensiles de cuisine ou encore les nombreux coussins de confort pour les clients. Elles le saluèrent avec un grand sourire. L’une d’entre elles se permit même de plaisanter en disant qu’il n’était pas encore l’heure pour l’homme de venir les embêter, ce qui fit éclater de rire l’hatamoto qui s’excusa, par politesse.

S’apprêtant à reprendre sa route, ce n’est point par envie mais bien par curiosité et inquiétude qu’il tourna son visage dans la grande rue. Des chuchotements, des appels à se rassembler ainsi que quelques personnes pressant le pas pour rejoindre l’aval de la rue principale de la capitale. Une demoiselle de l’okiya en vint même à soulever délicatement l’un des rideaux pour demander à Katsuya ce qui se tramait. Le jeune homme lui répondit d’un sourire de ne pas s’inquiéter.


« Eda-chan, Fuwa-san. Katsuya leur sourit. N’en faites pas trop en cas de problèmes, d’accord ? »
Sans attendre une quelconque réponse, l’Hatamoto se dirigea vers le lieu de rassemblement sans presser le pas afin de ne pas inquiéter la geisha.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eda Ryuko

avatar

Samouraï

Messages : 65
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 22

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Lun 26 Sep - 17:28

C'est ainsi que notre cher hatamoto nous entraîna dans les vastes ruelles de la ville qui dévoilait peut a peut toute sa grandeur . Je restait toujours aussi émerveillée face a une multitude de commerces et de personnes arpentant le rues allant de boutiques en boutiques .
C'est sur que sa change des quelques petits commerces qui se battent a miyuki, ça a beau ne pas être une petite bourgade, cela ne représentait rien face a toute l'activité humaine qui fourmillait ici . Je crois bien d'ailleurs que c’était la première fois que je vois autant de monde, enfin, peut être .

L'hatamoto s’arrêtait de temps a autre,saluant quelques personnes nous permettant ainsi de souffler un peut . C'est pas que j'aime pas marcher mais j'ai eu ma dose pour aujourd'hui . Je sentais que mes jambes commençaient a tirer légèrement . Ça ne voulait  pas dire pour autant que je ne serais pas capable de réagir si il le faut, même si cela m’étonnais fortement . Il y avait certes du monde . Mais je ne pense pas qu'il y en ai assez pour que quelqu'un se risque a tenter quelque chose .

Néanmoins j'avais comme la vague et dessablage impression qu'on était suivis, je profitais donc de l'une de nos « pauses » pour regarder derrière . C’était plus par réflexe qu'autre chose et je n’espérait pas vraiment y trouver quoi que se soit  et, comme prévu tout sembla « normal »  ,peut être que je me faisais des idées...  
Quoi qu'il en soit lorsque je me retourna je fis l'un des plus grand sursaut de ma vie en apercevant euh kagome planté juste devant nous nous tendant des confiseries . Je ne m'attendais pas a le voir ,a vrais dire j'avais même pas remarqué qu'il était revenu et le revoir aussi prés me fit presque peur .Heureusement que je me suis retenue de crier.... Mais elles ont l'air bonnes quand même ces trucs ….

C'est donc dans un grand geste timide et, en louchant dessus que je pris ma part avant de la faire disparaître en un instant comme par magie . Ressemblant plus a une sorte de hamster qu'a autre chose ,avalant le tout avant de remercier mon héros . Oui, décidément j'aime bien ce type, et oui il venait de passer du simple statut de « type a protéger » à « héros » ….ben quoi ? Il nous a quand même donné a manger ! Ça doit être la personne la plus respectable que j'ai eu a escorter depuis...euh...ben toujours en fait .  La mission pris un tout autre intérêt d'un coup, et, je me jura qu'il ne lui arriverait rien . Surtout si il nous nourris encore !

« hm...Merchi Katsuya-sama »

Lorsque l'on s’arrêta de nouveau je fis un léger signe de tête vers l’arrière  a iwa  en m'assurant de ne pas me faire voir par Katsuya . C’était sûrement moi qui délirait, mais elle persistait et ça m'intriguais et je voulais savoir si j’étais la seule a avoir cette foutue impression . La pause fut de courte durée lorsque du mouvement se fit un fond de la rue, je ne savais pas vraiment ce qu'il se passait mais j'aimais pas trop ça...  Remarque avec un peut de chance c'est juste une animation tout ce qu'il y a de plus banale dans ce genre de ville ? Ça pourrait être drôle !

Je commença a imaginer les différentes sortes de spectacles qui pourrait y avoir dans ce genre de lieux, danses ? Jongleurs ? Quoi qu'il en soit je fut extirpée de mes pensée par la voix de mon nouveau héros :

« Eda-chan, Fuwa-san . N'en faites pas trop en cas de problèmes, d'accord ? »


C'est sur ça devenait nettement moins drôle d'un coup, si jamais il devait se passer quelque chose, mais bon il faut savoir se plier aux exigences des fois....mais pas tout le temps non plus... La c'est juste parce que c’était lui ! C'est donc dans un long soupire que je lui répondis en haussant les épaules et levant les yeux au ciel :

« D'accord pas tuer...C'est bien parce que c'est vous... »

 Je voyais bien qu'il voulait voir ce qu'il se passait, comme nous tous d'ailleurs, c'est pour cela que je décida de passer devant, on ne sait jamais . Et aussi surtout parce que je voulais voir le spectacle de rue .


Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Mer 19 Oct - 15:58

Les premiers instants étaient cruciales, ils permettent de savoir à quoi il fallait s'attendre de la part de tels personnes puis plus on passait de temps, plus on en savait d'avantage sur cette personne, sa personnalité. Le temps s'écoulant comme le sable dans le sablier qui se vide, nos pas s'enfoncèrent dans la faible couche de neige dans les rues de la capitale. Je resserrais légèrement mon écharpe, pour couvrir mon cou du froid extérieur, avant de replacer mes bras sous mon manteau en tissu bleuté.

Pendant notre escapade, je laissais mon regard se porter sur les passants, personnes se situant dans les rues et ruelles auquel nous passions passions, j'en reconnaissais quelques-uns que j'avais pu voir lorsque j'avais patienté dans la capitale mais pas l'ombre d'une personne suspect. Bien des personnes ont l'habitude de baisser leur garde dans un endroit tel que la Capitale de Ite, se reposant trop la sécurité dites, mais souvent le danger ne se trouvait pas qu'à l'extérieur mais aussi à l'intérieur...

Ce n'était certes pas mes oignons mais, parfois, j'avais l'impression de voir une personne insouciante à certains instants en observant les changements d'attitudes de l'Hatamoto. Enfin, comme je l'avais dit, je n'allais pas m'en préoccuper. En tout cas, c'était tout de même étonnant de voir qu'il pouvait trouver à chaque coins de rues au moins une personne à qui taper la discussion.

Ce qui allait suivre m'avait fait presque rire intérieurement. L'Hatamoto, ayant fini ses emplettes avec une connaissance, il s'était retourné vers nous, nous rejoignant, pour tendre à Ryuko, en premier lieu, l'un des mets qu'il avait acheté. Cette dernière avait eu une réaction assez... Comique dira-t-on. Eh bien, il fallait croire que... Non, assez de remarque. Lorsque l'Hatamoto me tendit l'autre brochette, je la prenais tout simplement.

-Merci. *disais-je avant de croquer dans la première boulette*

En effet, le gout de cette brochette de dango était tout simplement bien plus délicieux que ceux que j'ai bien pu manger jusqu'à ce jour, la réputation que l'Hatamoto nous avait à ce sujet s'était relevé exact, même si ce n'était pas le genre de chose que je mange. Les exceptions pouvaient bien avoir lieu de temps en temps. Quoi qu'il en soit, nous avions repris notre route avant de nous arrêter une énième fois à cause de l'Hatamoto qui jouait les plaisantins. Cependant, je remarquais que Ryuko me faisait un signe, semblant être préoccupée par quelque chose. Un léger regard en arrière mais rien d'anormal. J'hochais légèrement des épaules mais je gardais en tête les impressions de ma partenaire.

Reportant mon attention vers la suite de notre chemin, entendant bien du bruit brisé le calme de cette partie de la capitale, je remarquais à mon tour le rassemblement devant nous. L'Hatamoto semblait reprendre de son sérieux et nous demandait d'éviter d'aggraver le problème si il y en avait un.

-Bien entendu... Nous verrons bien en temps et en heure, Hatamoto.

Ryuko prenait l'initiative de passer devant, à la tête du groupe. Il est vrai qu'avec tout ce beau monde, les risques étaient possibles. Je refermais donc la marche tandis que nous nous rapprochions de regroupement d'individus.
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Sam 22 Oct - 11:14


Quelle joie de voir un visage souriant après une bonne bouchée de sucreries. Le côté enfantin d’Eda-san rappela le bon (ou mauvais) côté de Katsuya. Il était persuadé qu’une bonne entente se créerait entre eux deux. C’est pourquoi il ne doutait plus sur la sympathie de la jeune femme malgré son physique atypique. Fuwa-san n’était point non plus indifférent sur le sujet de la gourmandise et bien qu’il chercha à dissimuler son engouement, le tigre pouvait apercevoir un sourire en coin. L’atmosphère était à présent détendue entre les trois personnes, pour le plus grand plaisir de l’Hatamoto. Ce dernier comptait bien la garder ainsi mais leur ronde était loin d’être terminé, surtout lorsque l’agitation s’installa au loin.

Le bruit de la populace se fit de plus en plus fort, au point de ne pouvoir comprendre l’origine d’une telle situation. Bien que regardant la foule, le jeune homme en vint à interroger un habitant, début, à la périphérie du cercle de personnes.

« Apparemment, Minomoto-dono fait encore des siennes.
- Je croyais l’avoir prévenu pourtant. » S’exclama faiblement l’Hatamoto tout en se grattant le crâne et soupirant.

Remerciant d’un signe de la tête le jeune citoyen, Katsuya essaya de se faufiler à travers la foule, ne cherchant point à rester aux près de ses deux samurais, bien qu’il leur fît un petit clin d’œil. Poussant avec délicatesse la populace, il réussit finalement à rejoindre les premiers rang du cercle, avant d’esquiver une tasse fine, qui vint se fracasser sur le sol, de l’autre côté de l’attroupement. (Ou bien était-ce un visage ?)

« Eh bien. C’était moins une. » S’exprima-t-il d’un air enfantin avant de reprendre un peu plus de son sérieux.

En effet, il ne pouvait y avoir d’erreur. Il s’agissait bel et bien de Minamoto, l’homme qui avait dérangé le jeune homme durant l’une de ses soirées à l’okiya. Brutal, harceleur et violent, le tigre avait dû avoir recours au sabre afin de le faire abdiquer. Il espérait que cette fois, la chose ne se passerait point comme cela.
Il resta à observer la scène, les bras croisés, avant d’intervenir. Il voulait connaître l’origine de ce désordre, bien qu’il se doutait d’une cause ridicule.

A en croire le gérant de l’izakaya* qui se trouvait au sol, suppliant l’homme violent de l’excuser, celui-ci devait être la cause. La raison : il avait osé demander à Minomoto-san de verser l’argent de ses consommations. L’homme entra dans une colère noire, aidé par le saké gracieusement consommé, et osa revendiquer le nom de sa famille.
L’hatamoto ne put qu’échapper à nouveau un long soupire de pitié avant de finalement s’avancer devant la scène.


« Je vois que vous faites encore des siennes dans les environs, Minomoto-san. »

De lourds chuchotements commencèrent à envahir la foule, bien plus important que ceux sur l’homme colérique. Le nom du jeune homme, son rang ainsi que les nombreux synonymes de « sauveur » voguaient à travers les bouches.
Minomoto tourna son regard vers le gêneur. Ses paupières s’écarquillèrent alors que ses dents grincèrent.


« TOI ! Comment oses-tu me faire face après ce que tu m’as fait subir ?!
- Je suis devant vous pour les mêmes raisons que la dernière fois. Le ton employé par l’Hatamoto était bien plus strict et autoritaire.
- Je n’ai que faire de ton statut, faux héros.
- Plaît-il ?
- Tu crois que je n’ai pas compris ton petit jeu de vouloir conquérir Fukyuu par ta propre volonté et non celle des Kamis ? Tu ne t’es apporté les louanges du peuple que pour obtenir le pouvoir.
- C’est ridicule…
- Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir suivi notre nouveau seigneur à Birei? Tu es Hatamoto, non ? C’est ton devoir de rester à ses côtés. Ooooh mais je sais : tu es resté ici pour élaborer un plan pour l’assassiner, tout comme notre précédent seigneur ! Ou mieux : tu attends que notre seigneur, si l’on peut l’appeler ainsi, déménage dans une autre contrée pour t’approprier davantage de pouvoir, n’est-ce pas ?»

La foule débuta un nouveau débat. Les chuchotements étaient concentrés sur l’avenir du clan, le nouveau seigneur ainsi que le transfert du gouvernement vers le temple. Tous commencèrent à douter et à croire dans les paroles de l’homme violent. D’autres essayaient de calmer le jeu en rappelant les actes de l’hatamoto envers le clan. Le ton haussa par endroit. L’atmosphère était devenu très tendue, pas uniquement parmi les habitants, mais également entre le noble et Katsuya dont les émotions étaient loin d’être la joie et l’amusement d’il y a peu. Etait-ce la première fois que l’on pouvait ressentir la rage et une envie meurtrière en lui ? Ses poings se serraient à chaque seconde. Son visage ne laissait pourtant paraître aucune haine.
« Fuwa-san… Eda-chan… Cet homme a déjà causé bien du mal autour de lui. J’aimerais discuter avec lui et des conséquences qui s’abattront sur lui. Il se tourna vers eux, un sourire faux. Puis-je vous laisser vous en occuper ? J’ai bien peur de devoir tacher le sol d’écarlate si je venais à l’interpeller. »

*taverne
Revenir en haut Aller en bas
Eda Ryuko

avatar

Samouraï

Messages : 65
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 22

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Mer 7 Déc - 23:25

Finalement l'attroupement était vraiment important, et, cela piquait vraiment ma curiosité . Je me mis donc à me frayer un chemin parmi la foule comme je le pouvais, n'hésitant pas à pousser les gens pour ne pas perdre de vu notre hatamoto préféré. Heureusement que j'étais plutôt grande pour une fille, je réussi plus ou moins facilement à suivre  .

Je n'arrivais pas à y croire, tout ça pour….ça ?...C'était....décevant...Je ne pensais pas qu'un simple ivrogne pourrait rameuter tant de monde...  A vrais dire, je ne savais pas trop comment réagir. Je me contentait juste de lever les yeux aux ciel et poussa un long soupire d'ennuie  en imaginant bien qu'un simple haussement de voix devrait suffire à déboucher la situation et que, nous passerons notre chemin sans vraiment y prêter plus d'importances...ce qui n'était absolument pas drôle en fait .

Apres il fallait voir le bon côté des choses ! Plus vite l'affaire est réglée, plus vite nous nous arrêterons quelque part pour manger . Et peut être même que nous aurons le droit à d'autres friandises...j'en salivais d'avance . Mais bon, il fallait l'avouer, je n'étais pas contre un peu d'action non plus .
Au vu de la tournure que pris la « discussion » avec mon nouveau héros, j'en ai déduis assez vite que de simples avertissements ne suffiraient pas, surtout au moment où il nous demanda d'interpeller l’individu .

 J'avais de plus en en plus envie d'aller lui régler son compte...Je ne supportais tout simplement pas qu'il parle de Katsuya ainsi. Et puis franchement même si ce qu'il disait était vrais, en quoi cela changerait-il quoi que ce soit ? Le monde actuel c'est construit sur des conspirations et il en sera toujours ainsi car c'est dans la nature même des humains...
...Je le fixais avec un regard amusé et un léger sourire bête, j'avais arrêté de l'écouter et je crois bien qu'à ce moment-là, j'étais en train de m'imaginer  différentes façons de le tuer .
Une fois n'est pas coutume, je fus ramenée à la dure réalité par la douce et tendre voix de notre cher hatamoto .

« Fuwa-san… Eda-chan… Cet homme a déjà causé bien du mal autour de lui. J’aimerais dis-cuter avec lui et des conséquences qui s’abattront sur lui. Il se tourna vers eux, un sourire faux. Puis-je vous laisser vous en occuper ? J’ai bien peur de devoir tacher le sol d’écarlate si je ve-nais à l’interpeller. »

Un large sourire pervers apparut sur mon visage, j'étais comme un gosse à qui on venait d'offrir un cadeau, je me retourna vers fuwa toute excitée :
« Dis dis dis Fuwa_san, je peux m'en occuper ? S'il te plaiiit !! »

J’essayai de prendre l'air le plus mignon possible, après tout c'est comme ça que font les filles pour obtenir quelque chose d'un homme non ?
Je n'attendis pas vraiment sa réponse avant d'y aller, lâchant mon arme la laissant d'écraser contre le sol, après tout si je ne devais pas le tuer, elle ne me serait d'aucune utilité. Le choc de l'arme, bien plus lourde de ce qu'elle en avait l'air, fit un fracas assourdissant qui, attira l'atten-tion de l'homme. Et plus généralement de tout le monde en fait. J’émergeai de la foule en bousculant les quelques personnes qui étaient encore devant.

« boooon alors écoute moi bien mon chou, tu vas gentiment te rendre ou... »

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que je reçu une mandale phénoménale qui me fit voler.
Je me relevai doucement me remettant ma mâchoire en place, quelque chose coulait de mon nez... Je connaissais ce goût...c'était du sang, mon sang ? Je me mis doucement a rire, je n'avais plus l'impression de Controller quoi que ce soit . Le monde ne sembla plus stable, à tel point que j'en perdis l'équilibre . J'entendis les voix au fond de ma tête qui me susurraient toutes « tuer.... » et surtout j'entendis le rire du démon dans un léger écho...

Sans vraiment réfléchir a quoi que ce soit (pour changer) ,je chargea l'homme le renversant d'un violent coup d'épaule . Je me mis sur lui pour le maintenir à terre et commença a déverser toute ma colère sur lui . Je sentais peu à peu le contrôle de moi-même m'échapper .
J'avais oublié tout ce qu'il y avait autour, il n'y avait que lui et moi . Mon cœur s'emballait au fur et à mesure que mes poings devinrent écarlates ,laissant ma haine prendre le dessus …

Je fus surprise par la situation, d'habitude je sais me contrôler un minimum avant de me laisser submerger par la colère, je savais que je pouvais être légèrement violente quand j’étais énervée... maintenant la question était de savoir si j'allais réussir à me calmer avant de le tuer...

(hrp : Yow tout le monde ! Je tiens dans un premier temps à m'excuser pour le retard que j'ai pris et de vous avoir fait patienter autant...
Je vais vous proposer un petit jeux  pour les prochaines tours si cela vous dis ^_^  Comme vous pouvez le constater, mon personnage n'est plus vraiment maitre d'elle même, je vous de-manderais donc, si jamais vous voulez la calmer, de tirer 1d 10 et d'y mettre le résultat a la fin de votre message svp :p .
vos échecs/réussites sur ce jet détermineront mon comportement pour le prochain tour Very Happy
Le jet se base sur votre prestance, j'espère que cette idée vous plait et encore désolé pour l'at-tente :'(  )


Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Jeu 18 Mai - 11:14

HRP:
 

L’ordre donné, Eda-san ne perdit pas de temps pour se précipiter sur sa « proie ». C’est ainsi que percevait l’Hatamoto lorsqu’il vit le regard de la jeune samurai. Il n’était plus la demoiselle de la rencontre. Elle était devenue une créature mi-humaine mi… yokai. Une illusion fit alors surface dans l’esprit de Katsuya qui voyait son Daimiyo, observant la scène avec un regard vide. Son corps était celui d’un pantin, les bras ballants, son buste vacillant. Ses yeux néants vinrent se poser sur Katsuya qui se figea d’effroi. D’autant plus lorsque l’ancien dirigeant sourit de malice, les lèvres montant dans le coin de ses yeux, la bouche remplit de dents acérées.

Par peur ou simple inconscience, le jeune homme revint à la réalité et aux bruits de la foule, abasourdi par le comportement du samurai.

« Yamete*… » Chuchota-t-il timidement, tel un enfant.

« Eda-san, je vous ordonne de vous arrêter ! »
Hurla-t-il, ce qui stupéfia la foule mais point la personne intéressée. Katsuya se rendit donc vers elle, afin de lui agripper le poignet.

« Eda-san ! Reprenez vos esprits ! »


Les oreilles de Katsuya furent attentives aux moindres chuchotements de la populace. « Etait-elle vraiment samurai ? », « Kagome-san agit bizarrement ces temps-ci… », « Fukyuu a bien changé depuis l’élection du nouveau seigneur ». Il y en avait de toutes sortes et Katsuya commençait à perdre son sang-froid. Des gouttes de sueurs se formèrent sur son visage et vinrent glisser le long de son front tandis qu’il faisait grincer ses dents d’inquiétude. De plus, la fatigue de ces derniers jours rendait la tâche difficile mais il devait se montrer fort, gérer la situation et rassurer les habitants au plus vite ; ou la situation pourrait dégénérer et tous ses efforts pour remettre le clan sur pied auront été vains.


*Arrête.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Eda Ryuko

avatar

Samouraï

Messages : 65
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 22

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Ven 2 Juin - 15:58

J’entendais les battements de mon cœur résonner dans ma tête, ma vue avait comme un léger filtre rouge.
Je m’étais laisser envahir par mes inscrits les plus primaux…J’entendis une voix dans le fond, une voix de plus en plus perçante…Elle m’appelait, non…C’était l’Hatamoto…Je repris mes esprits relativement vite, secouant me tête et effaçant le léger sourire que j’avais en coin. J’étais assise sur l’homme qui avait osé me toucher, mes poings en sang ainsi qu’une certaine partie de mon visage.

Je passai ma main sur son visage, l’examinant vite fait. Il respirait encore, et les dégâts n’avaient pas l’air si importants en soit. Je levai mes yeux au ciel d’un air agacée avant de me relever péniblement. Des gouttelettes de sang coulaient encore le longs de mes doigts tandis que mon nez lui aussi ruisselait toujours.

Je me le remis vite fait, et me retourna lentement vers Katsuya, je croisai son regard juste une seconde avant de le fuir, baissant la tête… Je commençai à murmurer « soumimasen » avant de m’arrêter nette au milieu, m’excuser m’avait toujours attiré plus d’ennuis qu’autre chose, les marques que j’avais dans le dos le prouvaient bien.

Je savais plus ou moins ce que l’on pourrait penser de moi après ce spectacle »je suis folle ? » « Possédée » « comment quelqu’un comme elle peut-elle être samourai » et bien d’autres choses dont je préfèrerais ne pas énumérer…. En fait, jetais juste moi-même, juste que je suis une femme plutôt sanguine élevée pour tuer…enfin « femme » c’était un bien grand mot, la vérité était légèrement plus compliquée…

Je me relevai, m’écartant du corps de l’homme qui gémissait et essayer d’articuler maladroitement quelques mots. Une odeur nauséabonde me fit avoir des hauts le cœur, je sentais la peur de tous les citoyens qui nous entouraient, ainsi qu’un certain malaise. Je n’avais même pas besoin d’humer l’air pour le remarquer. J’entendais aussi leurs remarques…ces mots je les avais entendues que trop souvent.

Je me retins de ne pas craquer, restant en retrait, les mains derrière le dos et la tête baissée, j’attendais les mots de trucs et surement la punition qui s’en suivrait…

Dans le fond, je ne voyais vraiment pas ce que j’avais fait de mal, je croyais que les humains défendaient les plus puissants ? Leurs monde totalement pourrit ou au final la notion d’honneur et e justice qu’ils chérissent tant n’est qu’une vaste blague… pour une fois que je m’y pliais volontairement car j’avais fois en mon supérieur.

J’avais vu des samouraïs tuer pour moins que ça, je me suis fait tabasser des centaines de fois pour un rien.
J’avais beau chercher, réfléchir, je ne voyais vraiment pas pourquoi on m’en voulait ou du moins, en quoi la situation choquais les gens. Une fois de plus je n’avais tout simplement qu’à la fermer et accepter mon châtiment…


(hrp du coup on fait quoi pour notre ami? Enfin j'imagine que tu as déjà réfléchis la dessus)


Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Dim 18 Juin - 11:05

Katsuya observa Eda, redevenue elle-même. Mais le mal avait été fait. Le visage de leur « opposant » était digne d’un oni. Il était difficile de percevoir les composants du facies tant de sang se déversait. Les dégâts importants, tout comme les représailles.
Sans lui donner un regard, il vint chuchoter à la jeune femme.

« Vous n’êtes pas responsables. En tant que votre supérieur, je prends l’entière responsabilité de la situation. Vous n’aurez pas à vous inquiéter de la suite.

Soudain, Katsuya aperçut la patrouille de soldat faire son tour de garde habituelle.


- Prenez ces hommes avec vous et amenez Minomoto-san à la caserne pour qu’il puisse se faire soigner. »

Il s’agissait maintenant de calmer la fouille dans le regard était devenu de la peur. Cela attrista l’hatamoto, lui qui s’était donné tant de mal à ramener l’équilibre en Fukyuu, le voilà maintenant au sein d’une querelle stupide. Peut-être, mais les guerres débutent par de simples petits conflits. Il était alors évident pour lui qu’il fallait apaiser les esprits et vite. Cependant, l’état du jeune homme semblait s’envenimer. Il était difficile pour lui de faire un pas devant sans avoir des troubles de la vue ; mais il fit appel à ses dernières forces pour pouvoir s’adresser au peuple.

« Veuillez pardonner à ma camarade. Les temps sont durs pour tous et le sang-froid des soldats de glaces est mis à l’épreuve, tout comme le mien. Fukyuu est redevenu paisible avec le temps et la situation politique et économique ont été stabilisées. Cependant, je comprends tout à fait vos peurs de voir un tel spectacle, surtout après le conflit contre les Yokais. Mais je vous prie de faire appel à votre bienveillance. Il se tourna un instant vers Eda, un simple regard, mais il fut tendre. Si ce n’avait pas été elle, peut-être que cela aurais été moi qui aurait défiguré le visage de cet homme. Je ne peux donc la blâmer pour ce qu’elle a fait. Je prends donc l’entière responsabilité de cet acte. Alors si vous avez quelque chose à reprocher à quelqu’un, cela sera moi. »

L’atmosphère sombre s’épaissit tandis que Katsuya se retenait de poser un genou à terre. Les gouttes de sueur dégoulinaient le long de son corps à présent, en plus du visage, alors qu’il faisait face aux reproches des citoyens.

« Et si Minomoto-san avait raison ? Peut-être que notre seigneur nous a abandonnés.
- Ridicule ! Fukyuu-san cherche à remettre le clan sur pied et à le faire plus puissant qu’il ne la été.
- Comment le sauriez-vous ? Vous ne l’avez jamais rencontré !
- Notre Kannushi m’a raconté ses premiers actes en tant que seigneur.
- Bien que nous chérissons notre élu religieuse, elle n’en reste pas moins complice de Fukyuu-sama. Comment pouvons-nous croire en ses paroles ?
Katsuya fut surpris et haletait. Vous osez remettre en paroles le choix des Kamis ? Vous n’avez donc aucune limite à vos peurs ?! »

Le débat se termina sur un silence de réflexion pour la populace. Katsuya en profita pour reprendre ses esprits, troublés. Et malheureusement, son corps était arrivé à sa première limite : déposant un genou à terre, il haleta avec le soufifle d’un buffle. Avant même que l’intervention d’une nouvelle parole du peuple, il reprit avec difficulté.
« Je vous en conjure : nous ne pouvons-nous méfier les uns les autres. Pas en ce moment où les dirigeants des cinq clans cherchent à former une alliance afin de traquer notre ennemi commun… »
Revenir en haut Aller en bas
Eda Ryuko

avatar

Samouraï

Messages : 65
Date d'inscription : 30/11/2015
Age : 22

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Mar 22 Aoû - 14:45

Je reprenais doucement mais sûrement mes esprits, je pouvais jusqu'à 5 bonnes minutes avant d’émerger quand je voyais rouge et que ma « nature » et mon instinct prenaient le dessus.
A vrais dire, je ne savais pas du tout ou me mettre ni quoi faire face a cette situation…j’étais littéralement perdue...D'un coté je mourrais d’envie de répondre a ces misérables…mais d’un autre, je savais que la diplomatie n’était pas mon fort et que les beaux discourt ça n’étais pas mon truc et je risquerait de lui causer plus de tort qu'autre chose. Regardez par vous même, la dernière fois que j’ai essayer de parler, on m’a pété le nez et j’ai faillis tuer un homme…Je me contenta de reculer a nouveau, la tête baissé, n’osant regarder personne dans les yeux.
Les mots que Kagome avait utilisé m’avaient profondément perturbée, c’était la, ou du moins c’était suffisamment rare pour le souligner, première fois que l’on prenait ma défense… Je me contentais juste de ramasser mon arme et de me mettre en retrait, le laissant gérer la situation. J’observais mes collègues emmener l’homme blessé pour le faire soigner, avant de me rendre compte d’une chose :J’étais désormais seule pour l'escorte. Cela ne me dérangeais pas du tout, au contraire, j’étais plutôt contente d’être « seule » avec quelqu'un que j'aimais bien. De plus, j’avais compris que le courant ne passait pas vraiment avec mon collègue et que ça aurait causé du tort tôt ou tard... comme avec tout le monde d’ailleurs, omis une ou deux exception comme shusse…
Je ne savais pas pourquoi mais j’avais le pressentiment que je ne devait pas relâcher ma vigilance, sûrement parce que j’étais seule pour assurer sa sécurité non ?
Une fois n'est pas coutume, j’avais l’air exténuée et a moitié endormie, entre la moi d’il y avait 5 minutes qui débordait d’énergie pour me défouler joyeusement sur quelqu'un et la moi de maintenant, c’était littéralement le jour et la nuit. Mais bon ca ne voulait pas dire que je ne faisais pas attention au monde autour.
Je ne me concentrais pas sur le débat qui avait lieu, déjà car je n'y prêtais que peu d’intérêt, mais aussi car je ne voulais pas m’emporter une fois de plus si jamais il y avait un mot plus haut que l'autre.

Je fut tirée de mes pensés lorsqu’il y eu un long silence la part de tout le monde, avait-il réussi a calmer le jeu ?
J’eus l'impression que le temps s’arrêta et je senti mon cœur se serrer lorsque Kagome mit un genou a terre, voyant qu’il avait du mal a respirer, je murmurais un juron en me précipitant sur lui tandis qu'il finissait sa phrase, laissant encore une fois tomber mon arme qui s’écrasa sur le sol dans un lourd bruit d’acier.
Mon premier réflexe fut de balayer la zone du regard, voir si ce n’était pas une attaque. Il y avait trop de monde, je me reconcentra vite sur l'hatamoto en l'aidant a se relever.
« ne vous en faites pas, vous pouvez vous appuyer sur moi, vous allez bien monsieur ? »
Je lui adressa un regard anormalement doux venant de moi, traduisant toute l’inquiétude et respect que j’éprouvais a son égard. Pour dire a quel point c’était anormal.

Je ne savais pas ce qu’il avait, mais même dans son état il avait le courage, la dignité et la force de continuer. C’était peut être bien la première fois que je ressentais cela pour un humain, mais je l’admirais au plus haut point…

(Salut! désolé du retard mais j'ai enchainé les problèmes, déménagement/internet/ordi... bref, désolé...)


Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1164
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé. Sam 26 Aoû - 13:41

D’un geste faible de la main, paume apparente à la jeune femme, Katsuya lui sourit en lui disant de ne pas s’inquiéter. Ces troubles… Avec les dernières responsabilités, la pression des conseillers, sa propre détermination à vouloir garder le clan en paix et le manque de sommeil, l’Hatamoto avait accumulé bien trop de fatigue de ces derniers jours. Il ne pouvait cependant se relâcher. Beaucoup comptaient sur lui afin de tenir Fukyuu sur pied le temps que le nouveau seigneur reprenne les rênes et surtout reviennent de Birei. Il sentait que la populace l’observer et il se persuadait qu’il était ridicule. Son état était inconcevable. Il se devait d’être droit et fière pour prouver son allégeance.

En essayant de se relever pour prendre de nouveau la parole, sa vue se troubla davantage tandis qu’un battement résonna dans l’intégralité de son corps, le figeant. Le deuxième fut le coup qui arrêta toutes activités de la part de l’Hatamoto qui s’évanouit face à la foule, surprise et échappant un souffle court…


~~~

Une plaine enneigée, une sensation de froid familière. Lorsque ses yeux s’ouvrirent sur ce paysage, Katsuya ne chercha point à trouver de sens. La sensation de calme et prospérité lui était suffisant pour ne se poser aucune question.
« Katsuya-nii-san ! »

Cette voix. C’était celle de sa sœur cadette, Tsukiko, qui l’appelait dans son dos. Un sourire se dessina sur ses lèvres tandis que le Tigre se retourna pour scruter sa sœur d’un regard doux… qui ne dura point. La stupeur remplaça la gentillesse, le calme s’écrasa face à l’effroi. Le long du visage se dessina des larmes tandis que la voix de Tsukiko appelant son frère continua de résonner à ses oreilles. La main de la demoiselle parvint sur la joue de l’homme. Une main froide, sans chair, squelettique. Tout comme le reste du corps chantonnant les louanges de l’Hatamoto. Bientôt Tsukiko, ou du moins, son squelette chercha à dévorer son aîné…

~~~

Un hurlement résonna dans le bâtiment tandis que Katsuya se releva brusquement, la sueur déformant son visage ainsi que le reste de son être. S’agrippant d’une main ferme son visage, il chercha probablement à se rassurer que tout ceci n’était qu’un cauchemar. La fatigue le rappela et l’aspira vers le sol, ne lâchant point prise. Finalement, sa main se releva et il la scruta un instant malgré le voile floue, toujours fixé à son regard. Son attention se posa par la suite sur le bois du plafond puis sur les différents meubles de la pièce pour bientôt s’interroger sur le grand nombre de futons. Son esprit n’était pas assez clair pour qu’il puisse reconnaître le bâtiment abritant les soignés, et encore moins comprendre la situation.

« Que… que s’est-il passé ? » Se chuchota-t-il.

Ses oreilles lui apportèrent des pas, ainsi que le frottement d’ustensiles en bois. Son regard se perdit sur une silhouette qui déposa un plateau et vint s’agenouiller près de lui. Il n’arrivait point à discerner le visage de ce qui semblait être le ou la soigneur(se). De son avant-bras, il chercha à ôter ce tissu de ses yeux afin de pouvoir les traits de visage de la personne à ses côtés. Après quelques secondes, tout revint à la normale et il put voir l’un de ses camarades de combat lui relever la tête afin qu’il puisse s’déshydrater avec un breuvage bien étrange.

Durant le traitement, le soldat ne dit mot et laissa bientôt sa place à une silhouette bien plus féminine. Se relevant d’un demi-corps afin de lui faire face, Katsuya osa chuchoter.


« Eda-san… Que s’est-il passé ? Quel est l’état de la ville ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête] Les fissures du miroir gelé.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête] Les fissures du miroir gelé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» Les relations sont un miroir où l'on se découvre soi-même
» Le miroir de Cassandre
» Le miroir du Rised


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..