AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [PV] Ooinuza, le Grand Loup et l'Etoile Etincelante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ōtani Kirarin

avatar

Non Joueur

Messages : 10
Date d'inscription : 21/06/2016

Feuille personnage
Age: 12
Titre:
Liens:

MessageSujet: [PV] Ooinuza, le Grand Loup et l'Etoile Etincelante Dim 4 Sep - 1:14

« Bien loin de chez lui il était, ce grand loup des vastes plaines, et pourtant il se montrait aussi majestueux qu'il pouvait l'être, errant ici comme là en quête de son festin.
Il n'était pas particulièrement impressionnant, semblait davantage tenir de l'animal solitaire et distant, marqué par le temps et les mauvaises expériences, maudit et sali peut-être même, mais toutefois il demeurait remarquable et captivant.
Entre mille, l'enfant l'aurait reconnu, non pas grâce à cet œil balafré qui le défigurait tant, ni aux futiles détails de son apparence du reste, mais bien grâce à l'incroyable nimbe qui émanait de lui et qui, dès leur rencontre, imprégna son âme juvénile, comme l'encre le papier blanc. »



« (…) Sur les chemins, de l'aube au crépuscule, l'on rencontre un tas de chose. Avant même de trouver des Hommes, il est des paysages, des sons et des merveilles, des bruits qui attisent les sens, des bifurcations qui réveillent l'esprit et une impressionnante solitude, ainsi qu'un grand sentiment de petitesse, qui invitent les questions.

Lorsque j'ai entrepris ce voyage, je n'imaginais que trop mal la réalité des chemins et la majesté de ce qu'ils éveilleraient en moi. Je n'ai jamais quitté Fuyu avant le printemps de l'an 41 et n'ai même jamais osé dépasser l'ultime limite de la propriété qui m'a protégée toute mon enfance. Jusqu'à mes douze ans, mes yeux n'ont rien vu des plaines en friche, des pâturages verdoyants, des boqueteaux frémissants, des ruines rocheuses, et mes oreilles n'ont rien entendu des cris et des chants que livre la nature. Les envolées d'oiseau ne m'avaient jamais paru aussi menaçantes et dangereuses qu'une fois ma pauvre personne esseulée sur la terre découverte, sans rien, rien d'autre qu'un baluchon et des vivres pour tout soutien.

Ce baluchon, d'ailleurs, aura été un bien piètre compagnon de conversation, le premier soir, lorsque le sommeil m'a manqué, comme tout en fait, et qu'il m'a fallu m'occuper les idées, et le regard, et les mains le temps que la nuit passe, et avec elle ses abominables sources d'interprétations malvenues.

Il ne m'est rien arrivé d'extraordinaire, pourtant je garde, et j'espère garder toujours, le souvenir de cette première nuit sur les chemins, qui m'aura permis de rencontrer enfin des êtres comme moi, mais mieux avertis, plus courageux, et de bien loin mieux préparés, avec qui partager le reste de ce périple dont l'objectif n'a plus eu la moindre importance dès que j'ai pu regagner la civilisation, la ville et le chahut que je connais si bien.

Geki. Geki, c'est le nom de la citée qui m'a accueillie la première quand les chemins se sont finis sous mes pieds et, quelque part, elle méritait peut-être de l'être, car elle m'offrait alors tout ce dont j'avais besoin pour me sentir de nouveau en sécurité : de grands murs et une ombre comme un regard couché sur les toits par un Château, certes nommé comme la pluie, mais taillé pour la plus franche des solidités. Je ne ressemblais déjà plus à grand chose quand je me suis perdue dans cette ville sombre, mais le sourire m'était revenu ; je n'avais déjà plus la moindre idée de ce qu'il me fallait faire pour poursuivre ma route, mais j'avais encore du cœur ; mes vêtements étaient sales comme peu de torchons peuvent l'être et mon visage plus blanc encore que des pétales de lys, mais l'envie et la détermination réchauffaient les quelques bouts glacés de ma peau sous les trous du tissu élimé et comblaient le creux de la faim.

C'est dans cet état que je l'ai rencontré, et avec une maladresse qui me fait encore rougir, petite idiote que j'ai toujours été, gauche et imprudente, malavisée de surcroît et trop pressée de gagner du temps.

Là, comme ça, au milieu d'une avenue, je m'étais mise à écrire, accroupie par terre, le pot d'encre dans une main et le pinceau coincé dans la bouche, tandis que je relisais mes pattes de mouches de la veille. Avait-ce été nécessaire de provoquer ainsi le destin ?  Nakamura-sama n'avait-il pas déjà eu sa part de malchance ? J'ignore s'il se souvient encore de l'encre manquant l'éclabousser tout entier. Mon journal, pour sa part, en est encore bien tâché...
 »

Spoiler:
 


L - M - Me - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Takeshi

avatar

Hatamoto

Messages : 398
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre: Hatamoto
Liens:

MessageSujet: Re: [PV] Ooinuza, le Grand Loup et l'Etoile Etincelante Sam 10 Sep - 22:39

Contrairement aux a priori que j’aurais eu quelques années auparavant, notre passage par le Clan des Flammes a débuté d’apaiser mon âme. Mononoke s’était trouvée être quelqu’un d’agité mais tout à fait adéquate dans sa fonction, prête à protéger son Clan, compétence et volonté que je ne savais pas voir chez les ninjas jusque-là. Accueillis aussi par le Gouverneur de Kazan et remis à ma place décemment, poliment et correctement, j’ai pu petit à petit apprendre à me calmer et à réfléchir davantage avant de parler ou d’avancer des arguments peu valables ou, du moins, subjectifs.

Notre quête ne vient que de commencer mais je réalise déjà que ce voyage me changera. Pas seulement à l’accomplissement de cette vengeance personnelle que je compte bien mener à terme. Mais aussi et surtout avec les rencontres que j’y ferai, puisque celles déjà réalisées semblent bien parties pour rester gravées dans le marbre. C’est déjà un début de renouveau qui me transforme et je tente de plus en plus de trouver un centre sur lequel me reposer pour devenir quelqu’un sur qui l’on puisse compter. J’avais défendu Midori sans réfléchir, pour la simple raison qu’elle m’avait sorti du désespoir. Mais il suffisait de tomber sur quelqu’un de moins compréhensif qu’Amadotsu Kodan pour que tout dérape de la plus vilaine des façons.

Ainsi, depuis quelques temps, je m’attelais plus sérieusement à la méditation et à l’entraînement, profitant des jardins des auberges aux premières aurores du jour pour évacuer le surplus d’impulsivité pouvant nous porter préjudice. Légèrement plus empathique, je remarque également que ma compagne de voyage se questionne sur ce que qui peut bien se passer en moi. Cependant, je ne réponds pas à ses questionnements déguisés et me contente de chercher la réponse à une vie agitée de mauvais souvenirs et de cauchemars. Les loups grandissent et m’aident sans le savoir de leur calme étonnant, de leur présence lorsque j’ai besoin de m’isoler et que je les rejoins dans les coins de nature de ces nouvelles contrées. Ils se débrouillent, apprennent à chasser, deviennent sauvages... mais me rejoignent toujours lorsque j’en ai besoin, comme attachés à cette vie que mon aimée et moi-même leur avons offerte en leur servant de parents.

Mais bien que nous ayons passé la frontière des Terres de Feu et « visité » déjà deux villes du Territoire de la Foudre, il m’arrive encore de rêver de Suzuka. Si peu de temps est passé mais son visage s’estompe déjà dans mon esprit, seule la douceur persiste et continue de lacérer mon cœur nuit après nuit. Je garde cela pour moi, contenant ma peine que je ne souhaite plus utiliser comme prétexte pour fuir cette quête que Midori et moi avons choisi d’engager afin de laver la mémoire de notre précieuse source de vie commune. Nous décidons, à plusieurs reprises en Kenshu, de nous séparer pour gagner du temps et recueillir des informations.

Et c’est un jour comme celui-ci que nous décidons encore une fois de le faire, Midori semblant vouloir poursuivre une piste concrète tandis que nous convenons que je me concentrerai sur les bruits des rues. Notre présence est maintenant bien connue des autorités ainsi que de certains nobles Kenshu, sans pourtant qu’ils ne s’affolent, étant données nos origines pacifistes. Discret, je tente d’ailleurs de me faire remarquer le moins possible, revêtant la plupart du temps un kimono foncé et neutre, uniquement poinçonné du môn de ma famille, moins intriguant qu’une marque plus patriotique. Discret oui, mais distrait aussi parfois, perdu dans les chuchotements et autres ragots que je dois m’efforcer d’écouter sans grand intérêt, pour glaner le moindre indice sur la suite de notre chemin.

Il me semble presque être victime d’une bourrasque légère, tandis que je me sens bousculé par quelque chose. Réagissant vite, j’esquive une coulée de liquide noir qui se répand, à la place du dos de mes pieds, sur le sol rocailleux et humide de Geki. Agacé d’abord, je me retourne en ronchonnant, bien décidé à réprimander l’imprudent.

- Oi, fais atten...

Mais je m’arrête net. Car ce qui se trouve devant moi n’est pas « un » mais « une »... Il ne s’agit que d’une petite fille à l’âge difficilement calculable, non seulement car elle n’a que sa peau sur ses maigres os mais aussi parce que ses cheveux sont aussi blancs que la neige de mes souvenirs. Je reste ainsi quelques secondes à contempler la petite, sans que je ne sache si elle l’est vraiment encore. De la pauvreté, il y en avait à Eiichiro et nous ne pouvions rien faire pour la combattre en tant qu’individu. J’en ai donc vu des mendiants, aidés certains parfois, juste à manger un peu de riz. Mais jamais alors un regard ne m’a touché à ce point, jamais autant que le sien, ce regard marron qui sort de l’ordinaire et qui ne sait pas quoi répondre à ma drôle d’expression.

Je me ressaisis après un soupire, sans trop savoir s’il m’aide à y voir plus clair ou à chasser le peu d’énervement qui m’habite encore. Et lentement, après avoir jeté un œil alentours et repéré deux gaillards qui pourraient profiter de mon départ pour assaillir l’otome de viles intentions, je m’approche de l’enfant, attrapant son bras sans brusquerie mais suffisamment fermement pour réaliser encore une fois à quel point elle est maigre. Désireux de ne pas trop l’effrayer, je m’accroupis et la regarde d’en-bas, ramassant l’encrier de mon autre main, sans la quitter du regard.

- Tu ne devrais pas rester seule ici. Où sont tes parents ?

Comprenant la stupidité de ma question aux vues de son état alarmant, déduisant immédiatement qu’ils sont morts ou l’ont abandonnée ici, il y a plusieurs jours de cela, je ne la laisse pas répondre, bien qu’elle semble prête à articuler quelques mots.

- Je vais t’emmener prendre un bain et manger quelque chose... Tu dois retrouver des couleurs. Ensuite, nous chercherons quelqu’un pour s’occuper de toi. Je te rachèterai de quoi écrire, aussi. Pour que tu puisses contacter ceux qui te restent.

Je me redresse et observe les deux abrutis de tout à l’heure, bien décidés à nous tracer sans vraiment le cacher. Conscient qu’une bonne correction devra leur être donnée une fois que les regards seront moins présents, je saisis le poignet de la fragile fillette et commence à l’entrainer vers l’auberge de cette nuit, me présentant plus doucement, tant sur le ton que sur la forme.

- N’aies pas peur de ce qui pourrait arriver, tu ne risques rien avec moi, même si allons faire un détour avant l’auberge. Je suis Nakamura Takeshi, Hatamoto de feu Shiba Suzuka, Dame Eiichiro. Quel est ton nom ?

Mes phrases sont courtes et simple, principalement car je me concentre sur des endroits sécurisés où je pourrais facilement mettre à terre nos deux poursuivants, sans risquer de perdre la petite de vue. Mais tout de même... légèrement bousculé par cette rencontre, cette frêle et petiote demoiselle dont il me tarde de connaître le prénom.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
 

[PV] Ooinuza, le Grand Loup et l'Etoile Etincelante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui a peur du grand méchant loup, méchant loup, grand loup noir ~ (Alex Inuka)
» Cheveyo - Lycanthrope, demi-frère de Sidka
» Au grand mots les grand reméde ( Pv : Etoile Noire)
» Le Grand Méchant Loup. [Isy]
» Quand le grand méchant loup s'invite à la fête


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..