AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Apaiser les souffrances, effacer les différences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Apaiser les souffrances, effacer les différences Mer 7 Sep - 0:55

Tout était redevenu calme au temple maintenant. Les guerriers autant que les religieux et les civils s'étaient remis des attaques du printemps et les bouleversements qui avaient secoué autant ce lieu de prière que le clan tout entier avaient finalement laissé un calme plat derrière eux. Peut-être pas partout, mais c'était ce qui régnait ici et elle se sentait doucement respirer un peu mieux. C'était si agréable de retrouver son lieu de vie ainsi, épargné du moindre trouble, nimbé d'une sérénité infinie dans un silence parfois des plus total. C'était cette atmosphère-là qu'elle aimait, symbole de paix et de bonheur et alors, malgré ses chagrins et ses peines immenses, elle pouvait aller un peu mieux et sourire sans mentir.
Un peu plus légère, elle se laissait alors glisser dans son quotidien rassurant, exécutant chaque jour les mêmes tâches, les mêmes prières, les mêmes exercices pour aiguiser l'être dédié à Gekigami qu'elle était. C'était ce qu'elle aimait et elle ne s'en lassait pas. Elle aurait simplement voulu les avoir auprès d'elle, pour partager avec eux ces instants-là, juste pour pouvoir les contempler, les écouter, leur sourire ; mais c'était impossible…

Elle se reprenait alors à chaque fois, s'armant de son courage et de son silence pour empêcher son cœur de se serrer davantage et elle respirait un bon coup, se bornant dans l'espérance d'un futur différent.

En cette journée ensoleillée, ce fut pour cette raison sans doute qu'elle quitta l'enceinte du temple, puis la ville elle-même pour s'égarer un peu plus dans la nature environnante. En dehors de ces vastes salles où le moindre bruit résonnait, où elle se faisait minuscule pour se faire oublier, c'était là qu'elle aimait plus que tout aller, au cœur de la nature, au milieu de la végétation sauvage. Bien évidemment, elle ne s'aventurait jamais très loin, n'ayant pas l'envie de s'enfuir véritablement et bien trop peur de faire de mauvaises rencontres. Ses connaissances en matière de combat se bornaient à l'utilisation de tessen et elle en avait fait plus un art qu'une réelle technique meurtrière. Face à des hommes entraînés ou tout simplement des vagabonds, elle savait très bien qu'elle ne ferait jamais le poids, alors elle restait juste à la lisière, un peu solitaire, terriblement rêveuse.
L'automne n'était peut-être pas sa saison préférée, mais elle s'en émerveillait toujours, ravie de pouvoir contempler les feuilles rousses voler en tout sens pour prendre leur envol. Elles quittaient leur arbre où elles avaient grandi pour voyager et faire le tour du monde et puis, quand elles auraient trop longtemps vogué, elles reviendraient pour raconter à leurs jeunes sœurs tout ce qu'elles avaient pu voir et découvrir et elle leur donnerait à leur tour l'envie de prendre leur envol.

C'était peut-être dommage qu'il n'y ait presque plus de fleurs, elle ne pouvait plus se délecter de leur parfum embaumant, de leurs couleurs chatoyantes, mais à la place, il y avait ces paysages superbes, dans toutes les nuances d'un feu ardent. Elle souriait alors, réjouie de ces choses si simples, mais auxquelles elle accordait tant d'importance.
Dans ses contemplations, son imagination vagabondait et elle voyait le monde bien plus beau encore que ce que de simples yeux pouvaient regarder. Elle souriait, encore, rendue joyeuse par les derniers cris des oiseaux avant leur envol et le bruit des feuillages, agités par une brise si légère.

Elle aurait aimé être artiste pour pouvoir peindre ou dessiner ce qu'elle voyait alors, mais elle n'était ni capable d'en restituer la beauté, ni d'en exprimer tous les charmes. Tant pis, elle garderait toujours tout ça pour elle, n'était-ce pas mieux d'un certain côté ? Les autres sans doute ne pouvaient apprécier ce qu'elle aimait, elle pensait l'avoir compris au fil du temps, tandis qu'elle était bien incapable de les faire rêver par elle-même.

Soudain, des bruits bien différents brisèrent l'harmonie de ce joli paysage. Était-ce des cris ? C'était ce qu'elle pensait avoir entendu. Est-ce que quelqu'un était blessé ? Est-ce que quelque chose n'allait pas ? Immédiatement, elle s'était tournée dans la direction que lui avait donné ses oreilles et elle scrutait les environs, une légère inquiétude se peignant sur son visage. Si c'était bien le cas, alors il n'y avait pas à réfléchir ! Elle ne pouvait rester là à rien faire, alors qu'elle s'imaginait que quelqu'un souffrait, c'était parfaitement inadmissible ! C'était bien là son seul rôle peut-être, sa seule utilité et pour rien au monde elle n'aurait fauté à ce sujet.
Sans prendre garde aux dangers, à la possibilité d'un leurre, elle s'élança, courant dans la direction qui l'avait alerté.

— Est-ce qu'il y a quelqu'un ? Êtes-vous blessé ? Criait-elle dans l'espoir d'une réponse.

Elle n'était plus épuisée maintenant, elle avait retrouvé toutes ses capacités après ces si longues périodes de soin et même si elle ne savait pas faire de miracles, elle était bien déterminée à sauver cette personne, quelle que soit sa nature.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Mer 7 Sep - 2:54

Il le lui avait dit pourtant, il l'avait plusieurs fois mis en garde sur le faite que des yokaïs mise à prix une telle somme ne pouvaient qu'être dangereux. Mais cette tête de mule ne l'écoute jamais, toujours trop sûr d'avoir raison et ne craignant même plus la mort grâce à sa présence. Bon sang ! Ce qu'il détestait devoir jouer la nourrice pour ce gamin impertinent. Mais les règles du pacte étaient claires, il devait le protéger au péril de sa vie. Alors au final, peut-être qu'il devrait le pousser vers le danger plutôt, et toute cette mascarade prendrait peut-être fin plus rapidement. Car la scène était digne d'une mauvaise comédie, lui montrant les crocs à cinq onis pour protéger un gamin tremblant entre ses jambes. Ces démons aux visages difformes avaient déjoué tout les sort de Mitsujiro, le laissant gémissant de terreur. Pourtant si Shinosuke avait été au faite de sa puissance, il lui aurait suffi de lever la main pour balayer ces infamies. Mais il n'était qu'un pâle fantôme de celui qu'il fut autrefois. Repoussant une énième attaque, il sentit ses pieds s'enfoncer dans l'humus frais de la forêt et le kitsune eut un soupire agacé. Combattre tout en protégeant cet idiot n'était pas des plus simple. Alors il fit soudain un bon en avant, arrachant un glapissement de surprise à Mitsujiro et s'attirant l'attention des yokaïs. Il attrapa le bras du premier, le balança violemment sur le deuxième puis dévia la lance du troisième avant de la retenir. Il ne put néanmoins pas esquiver les griffes du quatrième qui s'enfoncèrent dans sa chair, juste sous les côtes. Malgré tout, il réussit à faire un croche-patte au dernier qui s'élançait déjà vers Mitsujiro.

"Cours Baka !" S'époumona le kitsune à l'attention de l'Onmyoji.

Ce dernier ne se le fit pas dire deux fois, comme si le cri de son familier lui avait soudain fait l'effet un électrochoc, il fut soudain bien sur ses pieds et en train de courir. Shinosuke renifla avec dédain. Il assomma son ennemi avec la lance, balança un bon coup de poing à son acolyte et se paya même le luxe de lancer une pierre à celui qui s'élançait pour poursuivre Mitsujiro.

"C'est moi votre adversaire !" Cracha le démon-renard en agitant ses quatre queues blanches aux bouts noirs d'encre.

Les onis répondirent à sa provocation et un instant, Shinosuke faillit baisser les armes. Pourquoi ne pas mettre fin à sa misérable vie ici ? Qu'enfin cette comédie cesse, et si le Paradis existe, pouvoir y retrouver celle qu'il aime. Mais un vieux reste d'honneur venu du fond de ses entrailles lui interdit cette possibilité. Il n'allait quand même pas se laisser tuer par ces infamies sans foie ni valeurs. Alors, quand Shinosuke fut sûr que le jeune Onmyoji était loin, il se mit en colère. Pour les six jours de traque qui avait commencé à Moe, où une bande d'yokaïs qui attaquait les voyageurs sur les Routes Impériales menant à Kenshu était mise à prix. Traque qui les avait menés par la forêt et la montagne, soumis à la faim et au vent froid de l'automne, jusqu'aux confins de Raimei. Pour cette situation, résultat de l'entêtement et de la mauvaise préparation de Mitsujiro. Pour sa vie dénuée de sens et la perte qui était la sienne. Pour tout cela, il se mit en colère, nourrissant ce sentiment, l'attisant tel un feu, jusqu'à que ces flammes avides jaillissent hors de son corps.

Le feu se propagea en grandes flammes rougeoyantes autour de lui, brûlant le parterre de feuilles mortes et l'écorce des arbres sur près de trois mètres de haut. Le rugissement des flammes insatiables n'avait d'égale que sa colère et Shinosuke cria avec elle. Le crépitement nerveux ne pouvait pourtant pas couvrir les hurlements de douleur des yokaïs pris dans une tornade de feu. Les flammes les entouraient de toutes parts et léchaient leur corps sans pitié. Puis brusquement, tout s'arrêta, seul un incroyable silence succéda à la tempête. Trois des onis s'enfuirent sans demander leur reste, deux autres, visiblement plus faibles, restèrent à terre. Shinosuke se redressa, calmant doucement son souffle erratique, à pas lents et difficiles, il ramassa la lance encore fumante et s'approcha des deux blessés. Abandonnés par les leurs, voilà une fin misérable digne de créatures misérables. Sans aucune pitié dans le regard, malgré les gémissements de douleur et de peur mêlées de ses ennemis, le kistune leva la lance et l'abaissa, deux fois. Le sang se mélangea à la terre noircie et Shinosuke eut un pâle sourire, ressentant un léger écho de sa puissance passée. Enfin, le démon-renard jeta négligemment l'arme colorée de rouge et soupira de lassitude. Il avait l'air beau tien, ensanglanté et affaibli, au milieu de ce cercle calciné où régnait une odeur désagréable de peau brûlée. Le kitsune fit quelques pas, puis se ravisa. Mitsujiro était sans doute en sécurité, de toute manière, s'il avait besoin de lui, il serait bien l'appeler au travers des liens de leur pacte. En attendant, repos du guerrier ! Il tenait à peine debout.

Alors Shinosuke s'éloigna un peu, puis se laissa tombé contre un arbre en dehors de la zone ravagée par ses flammes. Il examina sa blessure, juste pour être sûr. Une simple égratignure peu profonde, rien de grave. Puis il rejeta la tête en arrière et admira un instant les jeux du soleil dans le feuillage aux couleurs or. Doucement, les oiseaux qui s'étaient tus suite à toute cette agitation reprenaient leur conversation discrète, mais animée. Shinosuke ferma les yeux, et apprécia leurs chants, accompagnés par la douce brise entre les branches. Mais brusquement, un bruit de course le sortit de son repos et juste après un cri.

"Est-ce qu'il y a quelqu'un ? Êtes-vous blessé ?"


Shinosuke rouvrit précipitamment les yeux, et s'empressa de faire disparaître ses attributs de renard. Juste à temps avant que ne surgisse d'entre les arbres ce qu'il prit d'abord pour le fantôme de Taisuki. La jeune femme lui ressemblait tant, avec sa silhouette fine et gracile habillée de tissus colorés. Mais ce qui lui fit se rappeler le doux et pourtant douleur souvenir de l'être tant aimé, c'était surtout son visage angélique. Encadré par ses interminables cheveux bruns il avait ce même regard noisette recelant une infinie douceur.
Quelle piètre image renvoyait-il ? Voyageur égaré dans la forêt, affalé contre un arbre en tenant son côté gauche d'où s'échappait le sang pour tacher de rouge son kimono aux tons bleus pâles. Il fut incapable de faire autre chose que de dévisager sans un mot l'inconnue si semblable à son amour disparu, une expression de surprise sur le visage.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu



Dernière édition par Hisawara Shinosuke le Ven 17 Fév - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Jeu 15 Sep - 1:55

La jeune femme s'enfonça bien rapidement dans la forêt, sans s'imaginer à quel point elle pouvait être imprudente. Arrivée un peu plus tôt, peut-être aurait-elle été prise au cœur du combat, ou peut-être qu'en d'autres circonstances, elle serait tombée dans un bien piètre piège. Mais ce genre de chose ne lui importait que trop peu, alors qu'elle vivait dans son propre monde, dénué du moindre danger. Pourtant, elle fut bientôt forcée de constater l'aspect plus que ravagé du lieu jusqu'où les cris l'avaient menée. Quelque chose ou quelqu'un avait tout brûlé autour de lui, laissant jonchés sur le sol des cadavres qu'elle identifia bien vite comme étant des oni.
C'était terrible ! Une nouvelle attaque de yokaï avait-elle encore eu lieu ? C'était comme si les incidents ne s'arrêtaient jamais et que quelque chose rendait fou des êtres qui n'auraient dû s'en prendre à personne. Bien vite, son regard avait balayé toute la zone, s'arrêtant un instant sur les corps pour constater leur absence de vie, puis se relevant à plusieurs reprises pour finalement se focaliser sur un nouvel être dont elle venait de déceler la présence.

C'était un homme qui se trouvait là, adossé contre un arbre, son kimono tristement tâché de son propre sang, dévoilant par là une vilaine blessure qui devait le faire souffrir. C'était une chance qu'elle ait entendu du bruit, peut-être n'avait-il plus la force de marcher et qu'il aurait fini par mourir, vidé de son sang, à bout de force.
Immédiatement, elle avait posé sur lui un regard rempli d'inquiétude et, sans chercher à en comprendre davantage, elle avait repris sa course pour se précipiter jusqu'à lui. Quoi qu'il ait pu se passer, elle ne pouvait rester là sans rien faire et la miko aspirait déjà à l'aider du mieux qu'elle le pourrait.

« Ne bougez pas ! » S'exclama-t-elle. « Vous avez été blessé, mais je peux m'en occuper, je sais soigner. »

Une fois à sa hauteur, elle s'était assise tout près de lui, mais n'en fit pourtant pas plus. Il fallait qu'elle l'allonge, qu'elle écarte ses vêtements pour voir à quel point il s'était fait attaquer et qu'elle puisse lui délivrer les premiers soins. Peut-être pourrait-elle l'amener ensuite jusqu'au temple, s'il se sentait capable de marcher ou, dans le cas contraire, elle n'aurait qu'à courir chercher des sohei. Ils n'étaient pas si loin du lieu de prière et n'aurait donc pas trop à attendre.
Mais elle ne voulait pas le brusquer et préférait donc patienter le temps qu'il l'autorise à s'occuper de lui. Bien qu'elle ne désirait lui faire aucun mal, bien au contraire même, il était tout à fait possible qu'il se méfie et se montre agressif, cela arrivait parfois avec certains hommes, surtout lorsqu'ils sentaient que leur vie était en danger.

Pourtant, elle se sentait plutôt en confiance. C'était sans doute ses traits fins et son air calme qui devaient la rassurer. Il la dévisageait et elle lui offrait simplement son regard de noisette en retour, un léger sourire étirant son visage, cherchant simplement à l'apaiser dans ses tourments.

« Je suis Norihito Raija, une miko du temple Koumyou, ne vous en faites pas, tout va bien se passer. » Renchérit-elle d'une voix douce et mélodieuse, aguerrie dans cette tâche qui consistait à réconforter ceux qui souffraient.

Comme elle ne voulait pas perdre son attention, elle continua de parler : son visage et son regard lui-même semblaient fatigués, très fatigués. Elle se demandait depuis combien de temps il était là. Il ne fallait pas qu'il sombre sous peine de ne jamais se réveiller, pas avant qu'elle n'ait pu lui ré-insuffler la moindre force !

« Que s'est-il passé ? Ces oni vous ont-ils attaqué ? C'est très courageux de votre part de les avoir affrontés. »

Et de les avoir vaincus aussi. Elle ne pouvait qu'être impressionnée et s'imaginer qu'il s'agissait là d'un véritable grand guerrier. Elle, elle se serait trouvée bien impuissante face à un seul de ces combattants, alors plusieurs, elle ne pouvait même pas l'imaginer ! La jeune femme espérait simplement qu'il n'aurait pas mieux valu qu'il ait fui et que, malgré ses blessures, il allait pouvoir s'en sortir.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Sam 17 Sep - 0:26

Il ne bougea pas d'un pouce, retenant son souffle alors qu'elle découvrait l'horreur de la scène. Elle le prendrait pour un monstre, sans doute. Quand elle posa sur lui un regard empli d'inquiétude, il baissa les yeux juste assez pour ne pas l'effrayer davantage. Oui, il était normal qu'elle ait peur de lui avec ce qu'elle voyait, cette terre dévastée, ces deux cadavres et lui qui dominait cette scène tel le meurtrier qu'il était. Mais quand elle courut vers lui, son cerveau cessa de fonctionner quelques secondes, incapable d'analyser la situation. Ses paroles amenèrent la solution à son problème et il en aurait versé une larme. Elle s'inquiétait pour lui ? Par les Kamis non. "Non ma Grande Dame, ne vous inquiétez pas pour l'être immonde que je suis." Voilà ce qu'il aurait voulu lui dire. Mais bien sûr, aucun mot ne sortit de sa gorge.

Elle fut près de lui et il resta tout aussi muet, pourtant son trouble ne se devinait pas sur son visage calme quoique visiblement tiré par la fatigue. Malgré sa position, sa blessure et son esprit à la dérive entre présent et passé, Shinosuke gardait cette présence calme et sereine. Mais il avait l'habitude de se perdre dans ses souvenirs, le kitsune était quelqu'un qui vivait dans sa nostalgie et un rien pouvait l'y faire replonger. Seulement habituellement, Mitsujiro était toujours dans le coin pour lui coller une claque derrière la tête ou lui lancer une pierre et ainsi le sortir de ses pensées. Et puis il était tout de même rare qu'il croise une femme qui lui rappelle tant l'être aimée. Mais celle qu'il avait face à lui n'était que douceur, et bien qu'elle paraisse aussi délicate qu'une fleure venant d'éclore, il décelait dans ses yeux noisettes cette même détermination farouche.

Sa voie assurée, mais douce le fit sourire avec une infinie douceur. Elle parlait aussi comme ça quand elle était concentrée sur son travail. Puis les mots firent sens et il revint un instant au présent. Une miko, un temple, oui. S'il se souvenait bien des cartes de la région, le temple de Raimei n'était pas très loin. Bien, Mitsujiro aura sans doute trouvé refuge là-bas. Cette pensée lui arracha un soupir fatigué et il ferma à demi les yeux de dépit. Mais pourquoi par le plus démoniaque des yokaïs se souciait-il de ce gamin impertinent ? Peut-être parce que ce n'était qu'un gamin justement. Alors parfois, quand il arrivait à occulter un peu son caractère odieux, il ressentait un peu compassion pour lui. Un peu, jusqu'à ce que cet idiot lui ordonne tel ou tel  truc tout aussi idiot avec son ton désagréable qui donner envie au kitsune de lui arracher la langue...

Les mots suivants de la miko le sortir de ses pensées et il reporta de nouveau son attention sur elle. Non, il n'était pas courageux, il était juste une ombre qui recherchait encore parfois sa gloire passée. Bien sûr, il ne lui dit pas les choses ainsi, mais plutôt :

"Je n'ai fait que mon travail. J'accompagne un jeune Omnyoji. J'espère d'ailleurs qu'il aura trouvé refuge dans votre temple."

Sa voix était calme, tranquille. Puis il tenta de rassurer la jeune femme.

"Et je vous remercie de votre sollicitude, mais ne vous en faites pas, ce n'est qu'une égratignure."

Sur ces mots, il leva la main qui tenait son côté entaillé pour dévoiler sa plaie, effectivement peu profonde malgré le sang abondant. Il laisserait la miko examiner sa blessure autant qu'elle le voulait, si cela pouvait la rassurer. Il n'aimait pas l'idée qu'elle s'inquiète pour lui, vraiment, il ne voulait pas lui causer d'ennuis. De plus, il ne se considérait pas digne d'intérêt. Cette brave miko n'avait pas à perdre son temps et son énergie avec un être abject tel que lui.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Mar 27 Sep - 23:54

Même une fois arrivée à ses côtés, le jeune homme ne semblait pas avoir de réaction, il demeurait calme, terriblement calme, bien trop calme et cela ne faisait qu'accentuer son inquiétude. Est-ce qu'il était blessé au point de ne plus avoir conscience de rien ? Est-ce qu'il perdait doucement connaissance et qu'il allait juste se laisser mourir ? Non ! Elle ne pouvait pas le laisser faire ça, juste sous ses yeux ! Trop de gens étaient morts lors des attaques et elle mettait toujours toutes ses forces pour sauver ceux qui mettaient si dangereusement leur vie en péril.
Heureusement, par ses mots, elle sembla le ramener peu à peu à la réalité, décrochant d'abord un léger sourire, puis davantage de réaction. Elle se sentit un peu soulagée, au moins il n'allait pas partir brusquement sous ses yeux...

Bientôt il se mit même à lui répondre, avec toujours tant de calme et de tranquillité que c'en était des plus surprenant. Comment pouvait-il être ainsi après s'être battu, après avoir été blessé ? Elle n'arrivait pas à savoir s'il était courageux, impressionnant ou juste terriblement inconscient.

« Un jeune onmyoji ? Eh bien je n'en ai pas croisé sur ma route, mais je suis sûre qu'il a pu trouver un autre chemin ou au moins se réfugier près de la ville. Je vous aiderai à le chercher si vous voulez. »

Elle lui sourit doucement.

« Mais avant cela, ne bougez plus, je vais m'occuper de votre blessure. »

Même s'il lui disait de ne rien en faire, elle en était tout bonnement incapable et puisque par ses gestes il lui accordait le droit de l'examiner, elle n'allait pas se faire prier plus longtemps

« J'ai besoin d'écarter vos vêtements. » Précisa-t-elle pour le prévenir et qu'il n'ait pas de mauvaise réaction.

D'un mouvement calme, elle tira sur le pan de kimono pour qu'il s'échappe de l'emprise du obi, veillant à ne pas trop effleurer la plaie pour qu'il n'en souffre pas davantage. Une fois la blessure totalement dévoilée, elle put en effet constater que ce n'était pas trop grave, mais ça n'avait tout de même rien à voir avec une simple égratignure.
Ensuite, elle amena ses mains jusqu'à lui, les plaçant un peu au-dessus de l'entaille dans un geste parfaitement assuré et qu'elle avait déjà répété bon nombre de fois. Immédiatement, elle se focalisa sur son travail, sur l'énergie qu'elle rassemblait au creux de ses paumes, qu'elle envoyait petit à petit et qui se ressentait sous la forme d'une vague de chaleur.

« Je ne devrais pas en avoir pour très longtemps et ça ne fera pas tout, mais vous serez presque guéri. »

Comme toujours, puisque ni l'un ni l'autre ne pouvait bouger le temps des soins, elle voulut en profiter pour discuter un peu plus avec lui et apprendre à le connaître. C'était un des avantages de son pouvoir, ainsi, à moins d'être totalement inconscient, aucune personne parmi ceux qu'elle soignait ne demeurait pour elle un parfait inconnu et cela lui permettait de toujours rester humaine, gardant à cœur la santé et le bien-être des autres.

« Vous m'avez dit accompagner un onmyoji, alors vous aussi vous en êtes un ? Seriez-vous son maître ? Est-ce que vous allez passer un peu de temps au temple maintenant que vous êtes si proche de Raimei ? Oh... pardon... je ne voulais pas vous assommer de questions, je suis juste un peu curieuse. » Avoua-t-elle, finalement gênée de vouloir autant engager la conversation quand il se montrait plutôt silencieux.

Elle laissa échapper un léger rire qu'elle tentait de contrôler tout de même, afin de ne pas perturber l'usage de son pouvoir. Prolongeant légèrement la durée, elle n'envoyait pas trop d'énergie d'un coup. Puisqu'il n'était pas trop blessé, elle n'avait pas besoin de se fatiguer plus que nécessaire et puis, il était... si discret qu'elle avait un peu peur qu'une fois son travail terminé, il ne s'échappe tout simplement.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Mer 28 Sep - 20:00

Quand elle proposa de l'aider à chercher Mitsujiro dans un sourire, il crut un instant avoir réussi à la détourner de sa blessure. Mais c'était peine perdue et il le comprit dès la phrase suivante. Il allait protester, mais elle ne lui en laissa pas le temps et tira bientôt sur son vêtement. Alors il soupira en fermant à demi les yeux, il était trop las pour vraiment se défendre ou essayer de la dissuader davantage. Rappelons que ce cher kitsune venait d'utiliser le Feu du Renard, un pouvoir qui le laissait fourbu et avec une envie de dormir aussi monstrueuse que les flammes qu'il invoquait. Alors il se détendit et se laissa faire.

Il commença à sentir la chaleur sur sa peau juste avant que les mots n'atteignent ses oreilles. Il ouvrit brusquement les yeux avec l'idée de protester à nouveau : elle n'avait pas besoin de se fatiguer pour lui ! Mais il fut stoppé dans son élan par l'image qu'elle lui renvoyait en cet instant. Son magnifique visage doucement concentré, encadré par ses belles mèches brunes un peu rebelles lui donnait l'allure d'une peinture de grand maître. Surtout avec le vert et le marron de la forêt qui laissaient ressortir la pâleur de son teint et les couleurs vives de son kimono. Son regard noisette tourné vers son travail, d'un sérieux à toute épreuve, faisait chavirer le cœur de ce brave kitsune.

Puis il se tortilla un peu. La chaleur provoquée par son pouvoir était aussi apaisante que dérangeante pour lui. Venant des forces des Kamis, cela lui donnait envie de fuir aussi loin que possible. En même temps, une telle douceur s'en dégageait qu'il aurait aimé se transformer en renard et venir se blottir dans le giron rassurant de Raija. Il l'imagina un instant, caressant tranquillement sa fourrure blanche en chantonnant comme le faisait Taisuki autrefois, apaisant son âme et gonflant son coeur d'une joie béate. Mais bien sûr, c'était impossible. À cet instant, une infinie douleur passa dans ses yeux bleus. Alors pour ne pas plonger une énième fois dans la tristesse à la fois douce et terrible de sa nostalgie, il examina avec attention la légère lueur qui entourait les mains de la miko. Et il ressentit le picotement désagréable de sa chair qui cicatrisait de façon accélérée, mais en même temps affreusement lente.

Les questions de la jeune femme lui donnèrent une excellente excuse pour tourner son attention vers quelque chose de plus agréable. Il sourit sincèrement en entendant son rire cristallin et entreprit de lui répondre.

"Moi, son maître ?" Il siffla de l'air entre ses dents en un grognement mécontent. "Par les Kamis non, je serais plutôt son servant. Je suis en effet lié par contrat de servage à sa famille. Je dois donc le suivre docilement, même quand il fait les choix les plus idiots qui soient." Grommela-t-il en jetant un œil aux cadavres encore fumant des Onis.

Voilà l'excuse qu'il avait l'habitude d'utiliser pour expliquer sa situation. En effet, le "Bonjour, je suis un dangereux Yokaï qui a pactisé avec un Omnyoji" ne passait pas trop en général. Puis son attention se reporta sur Raija et il la couva durant une fraction de seconde d'un regard tendre.

"Passer du temps à Raimei ? Ce serait un plaisir, malheureusement nous n'étions pas ici pour autre chose que pour poursuivre un groupe d'yokaïs mis à prix." Expliqua-t-il avec un mouvement de tête vers les cendres.  

Et puis je crains que ce ne soit pas une très bonne idée... Rajouta-t-il pour lui même.
Il ne mentait pas, il aurait tant aimé rester auprès d'elle pour voir son sourire qui lui rappelait tant l'être aimé, et le préserver chaque jour que les Kamis faisaient. Mais un yokaï dans un temple ? Non décidément, ce n'était pas une bonne idée.

"Mais votre curiosité est partagée." Enchaina-t-il avec un certain entrain, et il la questionna sur la première chose qui lui passa par la tête : "Votre pouvoir de guérison est exceptionnel, vous devez être très appréciée au sein de votre temple et une véritable Sainte pour les gens de la région."


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Dim 9 Oct - 22:45

Ses inquiétudes furent immédiatement calmée par son sourire, visiblement elle ne l'avait pas vexé par toutes ses questions, ni en se montrant aussi intrusive, et elle ne pouvait qu'en être ravie, bien consciente qu'elle pouvait être gênante lorsqu'elle se montrait sous ce jour-là. Pourtant, sa première réponse lui fit perdre son sourire aussi vite qu'il était venu. Elle s'en trouvait attristée, presque révoltée. Visiblement, sa situation n'avait rien pour lui plaire – mais qui aurait pu s'en réjouir ? – et pire que tout, il n'avait pas tant l'air d'apprécier son maître.

« Oh... Je suis vraiment désolée pour vous, ce doit être une situation vraiment terrible, enfin... je pense pouvoir vous comprendre un peu pour cela, même si je suis certainement plus libre que vous. »

Combien n'aurait-elle pas donné pour être libre de faire ses propres choix ? Ou plutôt, pour qu'on lui permettre de faire ce qu'il lui plaisait ? Elle ne songeait pas à se révolter et n'était finalement pas tant dérangée de devoir suivre quelqu'un, elle avait toujours vécu ainsi, mais depuis plusieurs années maintenant, cela l'avait rendue profondément malheureuse.
Soucieuse de ne pas se plaindre devant un inconnu, ni de vouloir le pousser à compatir sur quelque chose dont il se fichait sans doute, elle s'efforça de masquer la tristesse et le désespoir qui l'avaient traversés un instant et remplaça ces émotions négatives par un sourire beaucoup plus doux.

« J'espère au moins qu'il ne vous aura pas trop causé d'ennuis. » Ajouta-t-elle, même si elle commençait à se demander si sa blessure n'avait pas été provoquée à cause d'une mauvaise décision de son maître.

Bien sûr, elle ne pouvait pas le juger puisqu'elle ne le connaissait pas, mais cet homme avait l'air si doux et si gentil... Comment avait-il pu juste l'abandonner dans un combat contre des yokaï ? Se souciait-il si peu de sa vie et de son bien-être ? Même s'il s'agissait d'un serf, ce n'était pas non plus un objet ! Aucun statut que ce soit ne justifiait un si mauvais traitement, ou d'abandonner quelqu'un...
Elle s'efforcerait donc de lui faire oublier ne serait-ce que pour un instant cette mauvaise situation et elle lui prêterait toutes ses forces pour qu'il se remette bien de ses blessures, rien ne pourrait la faire changer d'avis maintenant !

« C'est fort dommage. » Avoua-t-elle, alors qu'elle aurait voulu pouvoir l'emmener là-bas et lui montrer toutes les beautés du temple, surtout celles qui étaient si souvent ignorées par les simples visiteurs. « Vous n'allez donc pas vous reposer du tout avant de reprendre la route ? Voyagez-vous ainsi dans tout Yokuni ? »

Elle était curieuse de connaître ce qu'il avait pu voir du continent, des autres clans. Il devait y avoir un tas de choses différentes et merveilleuses. Elle avait parfois envie de découvrir elle aussi ces nouvelles choses, mais elle n'était pas tant une aventurière et la perspective de l'inconnu finissait toujours par l'effrayer, finalement. Elle se trouvait très bien au temple et elle savait au moins s'y montrer utile.

« Eh bien, je m'efforce d'apprendre autant que possible. Si j'avais été un homme, j'aurais sans doute aimé être médecin. » S'exclama-t-elle en souriant. « C'est vrai que mon pouvoir m'aide beaucoup pour cela, mais son utilisation nécessite quand même de bonnes connaissances, je n'étais pas si efficace à mes débuts. Mais... je ne crois pas non plus être vénérée, je ne suis pas la seule avec ce genre de pouvoir et les nombreuses miko du temple s'efforcent toutes d'aider les malades et les blessés autant que possible. Ce rôle ne plaît pas vraiment à tout le monde, mais j'aime vraiment faire cela. »

Son regard doux ne l'avait pas quitté un instant et elle lui sourit de plus belle avant de baisser le regard sur sa blessure et d'y mettre davantage de concentration. Ce n'était pas quelque chose de trop difficile et elle se rendait compte que toutes ces plaies qu'elle avait soignées au printemps l'avaient rendue bien meilleure maintenant.

« Et vous, si vous étiez libre de faire ce qu'il vous plaît, qu'est-ce que vous aimeriez faire ? »



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Mer 12 Oct - 0:01

La réponse, sincèrement compatissante, de la miko fit souffler le chaud et le froid dans le coeur du kitsune. Le chaud parce qu'il était touché qu'elle se soucie de lui et le froid parce que justement, un être aussi pur ne devrait pas se pencher sur le sort d'un damné tel que lui. Puis à la suite de la phrase, il pencha légèrement la tête sur le côté en un mouvement d'interrogation qui tenait plus de l'animal que de l'humain. Ses yeux s'emplirent de tristesse et les traits de son visage se tirèrent un peu au fait de savoir que la miko se sentait prisonnière. Est-ce de ses obligations au temple ? De son destin ? Peut-être à cause de son don si précieux justement ? L'image d'un oiseau captif de sa cage lui traversa alors l'esprit. Mais il retient sur le bout de ses lèvres les phrases de compassion niaiseuses qui lui vinrent en tête. Shinosuke n'était pas très doué pour parler et surtout pas pour réconforter, pas avec des mots en tout cas. Lui dire qu'il était désolé pour elle, ne la libérait pas de son malheur. Et il n'avait pas non plus envie de faire le paon en lui disant qu'un aussi bel oiseau devrait pouvoir voler librement. Avec une autre il l'aurait fait, sans doute, pour s'amuser de voir les joues rougir d'embarras ou de plaisir. Mais pas avec la miko, elle semblait trop pure, et il la respectait trop pour jouer ce jeu de flirt incongru. À la place, il la gratifia d'un petit sourire d'une infinie douceur, il ne posa pas la main sur la sienne parce qu'il ne la connaissait pas, mais l'idée y était. Ce sourire-là voulait dire quelque chose  comme "je suis désolé pour vous, je compatis à votre souffrance."

À la remarque suivante, il eut un grognement sarcastique. Bien sûr que si que ce gamin impertinent lui causait des ennuis, il ne savait faire que cela même. Mais il n'allait pas s'en plaindre à la jeune femme, elle se faisait déjà assez de souci pour lui comme ça.

"Il est jeune, c'est une tête de mule doublée d'un impulsif. Mais bon, il finira peut-être par apprendre." Dit-il à mi-voix.

Mais c'était dit sans conviction, car Mitsujiro n'apprendrait pas, pas tant que notre cher kitsune prendra les coups à sa place. À vrais dire, c'était même tout l'inverse depuis qu'il était là, l'Omnyoji prenait de l'assurance grâce à la présence du yokaï, mais il devenait inconscient par la même occasion. Car il savait pertinemment que Shinosuke serait toujours là pour le tirer d'un mauvais pas. C'était pratique d'avoir quelqu'un pour vous protéger, surtout quand ce quelqu'un était contraint par les règles du pacte à sacrifier sa vie pour protéger la votre. Non que Shinosuke considère que sa vie ait la moindre valeur cependant. Bien que si en fait, peut-être juste assez pour ne pas être gâchée inutilement par ce gamin arrogant. Mais bon il était un peu tard pour ça.

La déception de la miko était si palpable dans sa voix Shin dû se forcer à se taire. Il aurait tant aimé lui faire plaisir, mais franchement, un yokaï dans un temple, non vraiment, pas une bonne idée. Pourtant, cette andouille de Mitsujiro serait effectivement bien capable de lui imposer un arrêt dans un tel endroit, juste par pur sadisme... Mais la remarque suivante de Raija lui redonna le sourire, il y avait cette touche de curiosité naïve dans la question, comme une petite fille qui demande à ce qu'on lui raconte une histoire. Et le regard du kitsune se fit plus tendre encore. Il la laissa encore lui parler un peu d'elle, de la façon dont elle percevait les dons que les Kamis lui avaient donnés. Il y avait tant de force, tant d'acceptation dans ces mots et dans son sourire. Shin sentit qu'elle était vraiment sincère, et il la devina très altruiste. Néanmoins, il y avait aussi cette pointe de regret. "Si j'avais été un homme"... Que ces quelques mots en disaient long sur la place de la femme dans cette société patriarcale. Shin n'avait jamais compris cela, dans son monde de démon, la loi du plus fort régnait, et si le plus puissant était une femelle alors c'était elle qu'on respectait. Or cette femme-là était forte, vraiment, à sa manière tranquille et douce.

"Les gens de la région ont vraiment de la chance de vous avoir. Votre âme est si pure, si forte."

Shinosuke laissa cette fois échapper ses mots dans un murmure sans trop le vouloir, des mots emplis de sincérité et d'une certaine forme d'admiration. Alors  il espéra que Raija, qui était de nouveau concentrée sur ses soins, ne les entendrait pas. Et peut-être était-ce le cas, car à cet instant, elle posa une question qui le secoua bien plus qu'il ne l'admettra jamais. Que ferrait-il, s'il était libre ? Libre... Depuis combien d'années ne l'avait-il plus était ? Bien avant que le seau ne l'emprisonne, c'était les chaînes du pacte avec Taisuki qui l'avaient entravé. Et même si la jeune femme lui avait donné une grande liberté de mouvement par la suite, c'était son coeur qu'elle avait gardé entre ses mains. Et elle ne l'avait jamais lâché. Depuis ce jour et jusqu'à maintenant, seul son amour pour elle avait guidé ses actes. Mais parfois, quand la lune chante dans le ciel nocturne, il regrettait ses siècles où il n'était que démon insouciant et guidé par ses instincts les plus primaires. Pourrait-il le redevenir ? Après avoir connu l'amour, puis le terrible chagrin de la perte, cela lui semblait impossible.

Ses yeux qui s'étaient perdus dans le vague un moment focalisèrent de nouveau sur la miko qui attendait toujours une réponse, qu'il était bien incapable de lui donner. Un instant, il pensa à lui sortir une jolie phrase du type "je volerais votre coeur." Ce qui en soit n'aurait pas été totalement un mensonge. Mais non vraiment, il ne voulait pas de cela pour Raija.

"Je dois avouer... que je ne sais pas."

Finit-il par répondre en choisissant la voie de l'honnêteté même s'il se doutait qu'il allait encore inquiéter la miko. Et en même temps, son aura douce et rassurante l'incitait à se confier comme il ne s'était jamais confié à personne.

"Car au-delà du contrat de servage qui asservit mon corps, c'est une femme qui il y a longtemps a asservi mon coeur, d'une manière bien plus douce néanmoins."

À ces mots, il couva la miko d'un regard à la fois tendre et nostalgique et se retient de dire que la femme en question lui ressemblait. Il ne dit pas non plus que ce que cette femme était devenue, mais sans doute ses yeux tristes parlaient-ils pour lui.

"Alors je vous pose la question, à partir du moment où nous sommes liés à d'autres, pouvons-nous seulement continuer à être libre ?" Il y eut une courte pause, et Shinosuke enchaîna avec un ton plus léger. "Mais je sûr d'une chose, quelque soit notre rang, nos obligations ou ce qui nous lie, nous pouvons au moins nous offrir des moments de liberté. Et dans un de ces moments, je serais heureux de vous conter mes voyages, car sans dire que j'ai voyagé dans TOUT Yokuni, j'ai tout même eu l'occasion de voir quelques petites choses intéressantes." Conclut-il avec un sourire un brin rieur et un air un peu charmeur flottant sur le visage.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Dim 27 Nov - 19:39

Dans ses gestes ou son comportement, elle devinait bien que son maître lui avait causé de nombreux ennuis et qu'il était loin de cautionner son comportement. Quel genre de personne était-il ? Sans doute un jeune homme encore bien trop immature qu'on avait sorti de l'enfance un peu trop tôt et qui s'en accommodait comme il le pouvait. Raija était trop naïve pour voir un quelconque mal quelque part et elle était bien la première à trouver des excuses pour justifier tout et n'importe quoi ou tout du moins, essayer de comprendre un peu plus ce qui poussait les autres à agir ainsi.
Le destin semblait avoir alors formé un curieux duo puisque le jeune homme qu'elle était en train de soigner avait l'air bien plus sage et qu'il aurait sans doute dû être le maître plutôt que le serf. Pourquoi devait-on enchaîner les gens avec de tels liens de toute façon ? Tout cela ne finissait-il pas en souffrance, en un torrent de larmes, tandis qu'elle se sentait incapable de trouver une solution valable ? Elle espérait au moins que ce lien qui le restreignait était moins difficile à supporter que ce qu'elle devait endurer, car elle se sentait encore et toujours à bout de force. Le mieux, c'était simplement d'essayer de ne pas y penser, même si cela revenait sans cesse vers elle, comme un éternel, effroyable tourment.

« D'après vos mots, on dirait que c'est encore un enfant. J'espère que vous réussirez à l'assagir un peu, je suis certaine qu'au fond, ce n'est pas quelqu'un de mauvais et qu'il a ses propres qualités. » Répondit-elle en souriant.

Ses yeux baissés pourtant cherchaient à cacher le voile de tristesse dont elle avait du mal à se débarrasser. Un enfant, n'est-ce pas ? Elle aurait aimé pouvoir voir les siens, s'assurer au moins qu'ils allaient bien et qu'ils grandissaient correctement. Elle ne voulait pas qu'ils deviennent des têtes de mule ou qu'ils se montrent trop impulsif, elle voulait qu'ils traitent leur entourage correctement et que personne n'ait jamais à se plaindre d'eux.

Fort heureusement, la présence de ce compagnon inattendu lui réchauffait quand même le cœur et ses paroles semblaient toujours être si gentilles à son égard ! Pour elle, c'était inné, impossible de faire autrement, elle voyait du bien partout et forgeait avec son regard son propre monde, sans se soucier de savoir si elle touchait ne serait-ce que du bout des doigts la réalité. La plupart du temps, les gens n'étaient pas si attentionnés à son égard et ils finissaient toujours par se tourner vers leurs propres préoccupations. Elle ne pouvait pas le reprocher à ceux qu'elle aimait et encore moins à ceux qu'elle connaissait tout juste, elle n'aurait pas aimé de toute façon que les gens s'arrêtent uniquement pour s'occuper d'elle et même si elle aimait autant les regards que l'attention, elle ne pouvait pas être aussi égoïste.
La vie de ce jeune homme était-elle si malheureuse pour qu'il soit aussi heureux de la rencontrer, si attentif à ce qu'elle faisait ? Elle se contentait simplement de le soigner et elle n'avait pas mis une tenue qui soit des plus remarquables. Elle aurait aimé au moins pouvoir lui jouer un peu de musique, chanter, danser, car c'était ce qu'elle savait faire de mieux.

« Je vous remercie. J'essaye d'être à la hauteur lorsque les gens ont besoin de moi » Répondit-elle légèrement gênée, tandis que la peau pâle de son visage se nimbait d'un joli rosé.

Mais elle se ressaisit rapidement, essayant de se concentrer sur sa réponse pour ne pas montrer tant son embarras que son plaisir face à ses compliments. Et ses mots étaient surprenant quand elle aurait plutôt attendu un rêve auquel il aurait pu longuement songer. Elle, elle avait ses propres idées, sa propre conception du bonheur et même si cela ne rimait pas forcément avec la liberté, elle se surprenait à y aspirer parfois, surtout pendant les moments difficiles où elle avait besoin de s'évader dans une autre réalité.

Jamais libre ? Cela sonnait comme une vérité. Ce serait certainement le cas pour eux deux et ils ne devaient pas se faire trop de mal en désirant autre chose non plus. Elle aurait voulu se réjouir de ce lien d'autrefois, car il semblait bien plus doux tant dans sa voix que dans ses émotions, mais elle ne pouvait nier ce passé qu'il employait et qui s'érigeait maintenant comme un mur infranchissable. Qu'était-il advenu de cette femme ? Elle n'osait pas poser la question à voix haute, sachant pertinemment que ce serait uniquement pour assouvir sa curiosité et qu'elle allait le blesser en même temps. Alors elle se contenta de lui sourire une nouvelle fois et de lui offrir un regard doux pour essayer d'apaiser cette peine qu'elle avait éveillée sans le vouloir.

« Vous avez raison, on n'est jamais vraiment libre et on n'a pas non plus toujours envie de l'être. Ce qui compte, c'est de se lier à des gens qu'on aime et qui prennent soin de nous. »

Vivre ainsi lui semblait être une bonne chose, elle avait envie que ce ne soit pas qu'une chimère et pourtant, on ne lui avait jamais donné l'occasion de choisir. Malgré cela, son sourire s'était agrandi encore.

« Oh, c'est vrai ? Des choses intéressantes ? J'en ai encore pour un instant et comme je dois rester immobile, est-ce que vous pourriez me raconter l'une de ces histoires ? Celle qui vous plaît le plus ! » S'exclama-t-elle, enthousiaste à l'idée qu'il puisse lui faire découvrir de nouvelles choses.

Après les dernières événements qu'elle avait traversés, elle avait plus que tout besoin de s'évader, ne serait-ce qu'un tout petit peu, ne serait-ce qu'un bref instant.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Ven 17 Fév - 11:55

A ces mots, Shinosuke laissa échapper un petit soupir et bougea légèrement pour trouver une position un peu plus confortable. Il chercha ensuite dans ses souvenirs, que pouvait-il bien raconter à cette demoiselle. Les histoires de combats épiques étaient à oublier, il fallait quelque chose de plus doux. Finalement, une image s'imposa dans son esprit, oui, ça pouvait être une bonne idée.

"Etes-vous déjà allé sur la côte jeune miko ? La question était en fait rhétorique car il doutait que la jeune femme ait un jour quitté son temple. L'océan est une chose d'une immense beauté qu'il convient de voir au moins une fois dans sa vie. Je me souviens d'une mission qui m'avait amené sur la côte, au nord je crois... Oui, au nord d'Hibana."

Il avait fallu au yokai une petite gymnastique d'esprit pour remettre la géographie actuelle sur ses souvenirs d'autant. Car il s'agissait là d'une histoire de son passé, du temps où Taisuki guidait encore ses pas.

"Je me souviens de cette étendue d'eau infinie s'étalant à mes pieds. La première chose qui m'avait frappé été l'odeur saline et le bruit régulier de cette eau qui va et qui vient sur le sable. C'est comme une berceuse, douce et bienfaisante."

Shinosuke ferma les yeux, comme pour profiter d'un son qu'il était le seul à entendre. Puis il inspira un grand coup.

"Et cette odeur de sel entêtante. C'était... un peu piquant, frais surtout, avec le vent du large, juste une douce brise. L'air était tellement chargé en sel que cela se sentait même sur la peau."

Le renard rouvrit les yeux, mais il ne semblait pas voir ce qui l'entourait dans le présent pour autant.

"Certains ont peur de cette masse sans fin de liquide, même les pêcheurs du village, pourtant habitués, craignaient ses colères. Mais ce jour là le temps était au beau fixe, l'eau était à peine agitée de quelques vagues. Alors cette étendue infinie se confondait avec l'horizon, et elle semblait m'appeler, pleine de rêves et de promesses !"

Un fin sourire étira les lèvres du conteur, qu'il aurait aimé ce jour-là, prendre un bateau et mener Taisuki sur les eaux vers une autre vie. Une vie sans règles ni lois, sans obligations ni contraintes. Shinosuke posa enfin son regard sur Raija.

"L'océan offre un spectacle magnifique qui fascine autant qu'il effraie. Qu'il y a t-il là bas, par delà l'horizon où tout un monde reste à explorer ? Tant de richesses qu'on ne pourrait plus les compter ? La promesse d'une vie meilleure ? Mais ce qu'il y a de plus mystérieux ce n'est peut-être pas la surface mais bien ce qui se cache dans les profondeurs insondables des eaux, là où l'œil ne peut voir. Quelles créatures, quels trésors dorment, cachés dans les fonds marins ? Il y a tant d'histoires, tant de légendes à ce sujet. Peut-être pourrais-je vous en conter certaines ?"

Dans le court silence qui suivit, Raija aurait peut-être pu témoigner de son intérêt pour son histoire, mais elle n’en eut pas le temps. Car un faible craquement, peut-être inaudible pour l’oreille humaine, fit se mettre en garde le kitsune. Redressé, les sens en alerte, Shin craignait soudain que les démons soient revenus finir le travail. Par instinct, il eut à ce moment une attitude protectrice envers la jeune miko, levant son bras devant elle, cherchant visiblement à se placer entre la jeune femme et le danger invisible qu’il présentait. Néanmoins, la brise lui porta bientôt une odeur connue, il se détendit alors, non sans un soupire lasse.

"Il semblerait que vous allez pouvoir rencontrer mon maître." Déclara Shin comme pour expliquer son comportement, alors que des pas se rapprochaient et devenaient parfaitement audibles.

Un jeune homme avec un kimono rouge surgit alors de derrière les arbres. Ses yeux se posèrent d’abord sur les cadavres calcinés et il eut un sourire satisfait. Puis il chercha son démon de compagnie et le trouva étendu contre un arbre avec une belle jeune femme penchée sur lui. La surprise se peignit un instant sur son visage et il s’approcha de l’étrange duo.

"Je vois que tu as réussi à te débarrasser de nos ennemis, bon travail Shinosuke ! Mais que ce passe-t-il ici ?"

Alors que le gamin arrivait à leur hauteur, le démon pris la parole afin d’éviter une gêne qu’il anticipait. Son idiot de maître n’était forcément très subtil en matière de relation humaine, il manquait d’expérience sans doute, et puis il n’avait vraiment un caractère facile. Pourtant il avait aussi cette capacité mystérieuse à s’adapter et à se faire bien voir des gens intéressants, des puissants donc. En résumé, Mitsujiro était un lèche bottes.  

"Maitre, voici Norihito Raija, une miko du temple de Raimei qui s’est gentiment occupée de mes blessures. Norihito-san, je vous présente mon jeune maître, Hisawara Mitsujiro."

Ainsi introduit, le gamin n’avait plus qu’à s’incliner en saluant la jeune femme avec les règles d’usages. Et pourtant même comme ça, il arrivait à en faire un peu trop.

"Enchanté Miko, merci infiniment de vous être occupé de ce pauvre bougre. Veuillez nous excusez pour ce dérangement. J’espère que tu l’as remerciée comme il se doit, serf ! Tu l’as obligé à utiliser une énergie et un temps précieux !"

A ces mots, le renard hocha simplement la tête, exaspéré. Et pendant que les deux jeunes gens échangeaient les salutations d’usages, il réfléchissait : il était étonnant que Mitsujiro soit revenu le chercher. En effet, il n’avait pas à se donner cette peine, il lui aurait suffi de lui ordonner mentalement de le rejoindre. Peut-être avait-il eut peur tout seul dans la forêt ? Shinosuke camoufla un sourire à cette pensée. Oui, il ne fallait sans doute pas chercher bien loin pour comprendre les comportements de ce gamin.
Spoiler:
 


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Dim 26 Fév - 1:49

Le beau jeune homme ne se fit pas prier plus longtemps pour lui raconter l'une de ses histoires, pour le plus grand bonheur de la miko rêveuse qu'elle était. Plus que d'explorer elle-même, c'était probablement ce qu'elle préférait, cette sensation de se laisser bercer par les paroles d'un conteur, de se laisser totalement emporter par des mots qui nourrissaient sans peine son imagination fertile. Ainsi, il choisit de lui parler de l'océan, cette immensité bleuté qu'elle n'avait jamais pu apercevoir que de loin et qui même de cette distance était certainement capable de vous faire sentir bien insignifiant face à elle.
C'était une merveille de la nature qu'il lui décrivait sur un ton rêveur et, fermant doucement les yeux, elle continua de l'écouter, baignant dans cette atmosphère qu'il créait juste pour elle depuis ses souvenirs, qu'ils soient lointains ou plus récents. Cela lui donnait envie qu'il l'emmène là-bas, pour qu'elle puisse à son tour entendre le bruit des vagues, connaître cette odeur salée, ressentir le souffle du vent sur son visage et écouter le chant des oiseaux.

Il avait beau lui dire que cette étendue si particulière pouvait se transformer en quelque chose de dangereux, qu'on pouvait la craindre, la redouter même, elle ne se sentait capable que d'en percevoir la singulière beauté. Le sentiment de liberté et de découverte que la mer éveillait en lui, lui semblait aussi très communicatif. À son tour, elle se demandait ce qu'il pourrait advenir de sa vie si elle prenait un de ces bateaux pour partir au loin, fuyant cette vie qu'elle avait toujours connue.
Au fond d'elle, elle était attachée à trop de personnes pour considérer l'idée de manière sérieuse, mais elle ne pouvait nier que lorsque son cœur était rempli de douleur et de chagrin, que penser à s'évader et à tout abandonner lui apparaissait alors comme apaisant.

Tout au long de son discours, elle avait affiché sur son visage un sourire rêveur, enchanté, sans toutefois rien oublier de sa concentration. De ses paumes se dégageait toujours cette chaude énergie et, familière à ce flux qu'elle produisait, elle sentait qu'elle arrivait au bout. Bientôt, sa vilaine blessure ne serait plus qu'un lointain souvenir et il pourrait se mouvoir à nouveau comme il le voulait. Elle avait même la sensation qu'il lui était plus facile de le soigner, comme si naturellement, sans l'utilisation de son pouvoir, il se régénérait un peu plus vite que la norme.
La jeune femme espérait simplement qu'il n'allait pas se jeter trop vite dans un nouveau combat, ce n'était certainement pas lui qui le décidait, aussi pria-t-elle intérieurement pour que son maître se montre charitable envers lui.

Soudain, elle le sentit se redresser vivement et elle ouvrit les yeux pour voir ce qu'il se passait. Y avait-il un danger ? Elle s'était un peu éloignée de la ville, attirée par ses cris et il n'était pas improbable que quelqu'un ou quelque chose doté de mauvaises intentions se dirige vers eux. Avec son bras, il eut donc un mouvement protecteur et elle ne bougea pas, attendant de voir de ses propres yeux ce qu'il avait entendu et qui arrivait visiblement jusqu'à eux.
Heureusement, il sembla se détendre et il lui expliqua la situation d'une simple phrase. Elle sourit alors doucement, à la fois curieuse et ravie de pouvoir faire la connaissance de son maître, ainsi, elle pourrait former son propre jugement.

Ce fut un bien jeune homme qui apparut alors, il ressemblait pour elle presque à un enfant. Lorsqu'il s'avança dans leur direction, elle se leva, un peu affaiblie et fatiguée par l'usage de son pouvoir, mais elle avait déjà connu bien pire que ça. La miko s'inclina poliment lorsque celui qu'elle avait soigné fit les présentations.

« Je suis enchantée de vous rencontrer, Hisawara-san. » Prononça-t-elle d'une voix très douce.

Puis le jeune garçon reprit la parole pour la remercier, ce qui la fit sourire timidement, mais il sembla aussi en profiter pour réprimander Shinosuke qui, à ses yeux, n'avait fait que lui obéir en le défendant d'une attaque. Cela la chagrinait toujours de voir les gens s'adresser sans respect ou précaution à ceux qui leurs étaient inférieurs, mais plus encore, il suggérait même qu'il ne méritait pas tant d'attention de sa part.
En ce qui concernait les soins et plus largement la santé, tout le monde se trouvait égal aux yeux de Raija et elle n'avait jamais considéré devoir s'occuper des meilleurs nés s'il y avait à côté d'eux des hommes plus blessés et plus encore s'ils se trouvaient aux portes de la mort. Révoltée, elle se plaça entre les deux hommes, avide de défendre celui dont elle venait de s'occuper. Raija n'avait cependant jamais été dotée d'un caractère que l'on puisse qualifier de belliqueux, ainsi, elle s'était déplacée doucement, sans geste brusque et son visage n'affichait rien d'autre qu'un air des plus charitables.

« Je vous en prie, Hisawara-san, ne soyez pas trop dur avec lui. Il s'efforce chaque jour de vous protéger et c'est bien en voulant accomplir son devoir qu'il a été blessé au combat. Je serais une bien piètre miko si je devais considérer mon temps et mon énergie comme une perte lorsque je soigne quelqu'un. » Déclara-t-elle avec conviction, mais sur un ton très calme qui se voulait des plus bienveillant.

Pourtant, elle ne connaissait rien du caractère de cet homme et une part d'elle craignait qu'il ne s'emporte, vexé qu'elle le contredise quand elle voulait seulement faire preuve de générosité et de gentillesse. Bien trop d'hommes étaient ainsi et ne supportaient pas qu'une femme se mêle de ce genre de choses. Elle chercha alors à lui adresser un sourire aimable et baissa les yeux.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Mar 28 Fév - 23:14

Le jeune omnyoji était quelque peu surpris de la réponse de la miko, il ne s'attendait pas vraiment à ça. Néanmoins, plus que l'étonnement il se sentait surtout un peu gêné, comme un enfant pris en faute. Ses mots étaient destinés à rabaisser son démon de compagnie, comme il en avait l'habitude, s'était presque un jeu entre eux. À croire qu'il ne pouvait jamais s'adresser à Shino sans qu'une remarque acerbe ne franchisse ses lèvres.  Mais en aucun cas il n'avait voulu vexer la miko. Aussi il s'empressa de répondre :

"Son travail est de me protéger tout comme le vôtre est d'aider ceux dans le besoin. Je vous prie de m'excuser si mes mots vous ont vexée. Je ne voulais en aucun cas dénigrer votre noble travail."

Trop occupé à faire bonne impression, le jeune homme était un peu passé à côté de la première partie de la phrase, qu'il n'aurait pas bien comprise d'ailleurs. Ne pas être trop dur avec Shino ? Il était son serviteur, et un démon qui plus est, alors inutile de le traiter comme un humain, il ne valait pas mieux qu'un chien. Néanmoins, il comprenait que des hommes et des femmes de foi comme cette miko soient quelque peu choqués par ce comportement, eux qui prônaient souvent des valeurs de respect envers les êtres vivants. Et Mitsujiro était plutôt d'accord avec eux, même s'il trouvait cette vision des choses parfois un peu trop éloignée de la réalité, après tout, ces personnes vivaient recluses dans leur temple. Néanmoins, il ne pouvait tout simplement pas appliquer ces valeurs à Shino, à un yokai.

De son côté, Shinosuke riait sous cape, voir Mitsujiro se faire réprimander ainsi l'amusait beaucoup. Même s'il se gardait bien de le montrer. Tout comme il évitait de juger le comportement de la miko : était-elle vexée comme semblait le penser Mitsujiro, ou bien s'était-elle juste sentie attaquée dans ses valeurs, ou peut-être avait-elle vraiment essayé de le défendre ? Le démon n'aurait pas su quelle solution était la bonne. Néanmoins, alors qu'il regardait le dos de la miko, il se souvient qu'elle aussi avait tendance à défendre les faibles autrefois. Mais Taisuki faisait ça avec moins de délicatesses. Sur les sujets qu'elle maîtrisait, elle n'hésitait pas à dire haut et fort ce qu'elle pensait sans se soucier des conséquences.

Le renard fut soudainement sorti de ses pensées nostalgiques par un Mitsujiro visiblement pressé.

"Maintenant nous allons pouvoir récupérer une preuve du travail accompli et en réclamer la paye."

Shinosuke ouvrit la bouche pour protester en rappelant au gamin qu'il restait encore trois onis à abattre, mais il jeta un regard en coin à Raija et préféra se raviser. Mitsujiro savait encore compter jusqu'à cinq, il savait pertinemment que la mission n'était pas complète. Alors soit il avait choisi d'abandonner, par peur peut-être, et de repartir avec ce qu'ils avaient déjà en espérant avoir un petit dédommagement. Soit, plus vicieux, il allait tenter de mentir sur le succès de leur mission. S'ils avaient été seuls, Shinosuke n'aurait pas hésité à titiller le jeune omnyoji là-dessus. Mais avec la présence de Raija, il préférait éviter une discussion épineuse et potentiellement dérangeante pour tout le monde.

"Donc, si tu te sens mieux Shinosuke, tu peux aller terminer ton travail."

Cette fois, le renard regarda son "maître" par en dessous. C'était quoi ça ?  Il n'était visiblement pas le seul à tenir sa langue en présence de la miko. La remarque initiale devait être bien plus acerbe et autoritaire que ça. Quelque chose du genre : "lève-toi, je vais pas le faire moi-même !" Bah oui, pourquoi se salir les mains quand on a un serf pour cela ? Masquant son sourire un brin désabusé, le renard se leva, bénissant la miko pour son pouvoir de guérison : sa blessure avait quasiment disparu. Néanmoins, la fatigue physique due à l'utilisation de son Feu, si elle était atténuée, était toujours présente. Shinosuke chancela donc et se rattrapa contre un arbre, avant de se diriger un peu péniblement vers les corps calcinés pour trouver une preuve correcte de leur mort.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Dim 26 Mar - 18:36

Pendant un bref instant, la jeune femme se demanda si elle n'était pas allée un peu trop loin, s'il n'allait pas bouillir de rage et penser qu'elle lui manquait de respect. Purement pacifique, idéaliste, elle aurait aimé que tout le monde puisse s'entendre, que les conflits s'effacent. Bien sûr, cela demandait quelques efforts, mais si chacun en faisait un peu de son côté, il n'y aurait plus de raisons de contrarier qui que ce soit, n'est-ce pas ?
C'était peut-être ce que pensait le jeune onmyoji, car il s'excusa aussitôt de ses paroles, lui affirmant qu'il n'avait pas voulu la blesser. Ce n'était pourtant pas à elle qu'elle avait pensé en s'adressant ainsi à lui, elle avait bien compris qu'il n'avait rien à reprocher à son travail – qui aurait pu le faire de toute façon ? Elle soignait ! – elle voulait surtout défendre le jeune homme qui avait été blessé dans l'affrontement et qui ne méritait pas qu'on se montre si dur avec lui. Il semblait être plutôt respectueux avec son maître, alors pourquoi celui-ci s'était-il adressé si sèchement à lui ? N'aurait-il pas dû le remercier pour tout ce qu'il avait fait ? Après tout, sans son aide, c'est lui qui aurait pu être blessé.

Raija n'en dit rien cette fois-ci, se contentant de lui offrir un nouveau sourire en guise de réponse. Elle avait plus l'habitude d'accepter que de se révolter, préférant éviter à tout prix les conflits avec les autres, même ceux qu'elle connaissait bien. De toute manière, quelle que soit l'alternative, aucune d'entre elle ne semblait lui apporter beaucoup de succès et avec la première, cela lui évitait au moins un certain nombre d'angoisses et ses actes la culpabilisaient alors un peu moins.

Hisawara Mitsujiro semblait pressé et il intima à son serf de terminer le travail qu'ils avaient commencé tous les deux. Puisqu'il s'agissait d'un onmyoji, Raija se demanda pendant un instant si Shinosuke n'était pas en fait son esprit gardien. Il lui avait parlé d'un contrat sans lui en donner la nature véritable et elle ne voyait personne d'autre ici. Bien sûr, un esprit pouvait aisément se cacher aux yeux des hommes et elle ne disposait d'aucune capacité pour détecter ce genre de chose. De plus, telle qu'elle le voyait, il ressemblait parfaitement à un humain ordinaire. Elle n'osa pas poser la question. Cela ne la regardait pas vraiment après tout et elle avait un peu peur de les gêner. Pourtant, elle ne voulait pas s'effacer ni retourner à ses occupations. Les yokai qu'ils avaient attaqués étaient-ils tous morts ? Allaient-ils en affronter d'autres ? Il se pouvait qu'ils aient encore besoin de ses soins et elle ne comptait pas les laisser tomber.

Ses inquiétudes furent renforcées lorsqu'elle vit que Shinosuke, en se relevant, fut contraint de se rattraper à un arbre pour ne pas perdre totalement l'équilibre. Elle avait soigné en grande partie sa blessure, mais ses miracles s'arrêtaient là et elle n'avait pas été en mesure de le remettre dans la forme qu'il était avant son combat.

« Shinosuke-san ! » Avait-elle prononcé d'une voix inquiète face à son déséquilibre.

La jeune femme se tourna alors dans la direction de son maître.

« Hisawara-san, que diriez-vous de venir au temple après cela pour vous reposer ? Vous pourriez prendre un bon repas et dormir quelques heures, je suis sûre que cela vous ferait du bien à tous les deux. »

Elle avait le sentiment qu'il voulait repartir directement pour aller elle ne savait où, mais elle gardait l'espoir de réussir à le convaincre. Son sourire s'agrandit, se voulant rassurant et elle lui adressa un regard à la fois gentil et suppliant.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Jeu 30 Mar - 10:00

Rassurant la miko d’un geste, Shinosuke continua son chemin vers les onis. Alors que le renard se penchait sur les corps de ses victimes, il retient sa respiration pour s’épargner un peu l’odeur atroce de chair calcinée. Des souvenirs soudain envahirent son esprit et il trouva son sort bien ironique. Il avait tout perdu à cause des  flammes, et à chaque fois qu’il utilisait ses pouvoirs, cette odeur si particulière le lui rappelait, encore et encore. Se concentrant sur sa tâche du moment pour éviter de se perdre dans ses souvenirs douloureux, Shinosuke chercha une corne, une dent, un os, n’importe quoi de transportable et de suffisamment reconnaissable pour prouver leurs actions. À ce moment, les mots de Raija arrivèrent jusqu’à ses oreilles sensibles, lui hérissant l’échine. Non, c’était une très mauvaise idée, vraiment. Un yokai dans un temple ? Non, vraiment. Surtout que tant qu’il n’aurait pas récupéré toutes ses forces, ses oreilles et ses queues pourraient le trahir à tout moment. Oui, Mitsujiro savait tout ça alors :

"Norihito-san, nous acceptons avec reconnaissance votre hospitalité. Ce sera un honneur pour nous."

Shinosuke se retourna juste à temps pour voir son cher « maître » faire une courbette devant la miko, et il le fusilla du regard. Non, mais à quoi il pensait ce gamin ? Il n’arrêterait donc jamais de lui causer des soucis ? Shinosuke soupira en se remettant à sa tâche, finalement ça ne l’étonnait même pas. Après tout, Mitsujiro n’aurait pas refusé la promesse d’un repas chaud et d’un bon lit, surtout s’il n’avait pas à payer pour cela. D’ailleurs, vu la rapidité avec laquelle l’omnyoji avait accepté l’invitation, il était même probable qu’il l’avait anticipé, comptant sur la générosité de la miko pour trouver le gîte et le couvert pour la nuit.

Puis, alors qu’il revenait vers les deux humains avec quelques morceaux d’onis dans une petite besace, Shinosuke posa les yeux sur Raija. Et il vit ce que Mitsujiro avait peut-être vu quelques instants plutôt : une attitude maternelle. Voilà qui manquait peut-être à cet enfant séparé trop tôt des siens, Shinosuke ne faisait assurément pas une bonne mère poule. Cette attitude que semblait dégager la miko et qui était certainement inhérente à son caractère avait sans doute influencé Mitsujiro même inconsciemment.

Aussi Shinosuke rendit son sourire à la miko et se laissa guider avec son maître vers le temple de Raimei. Le renard laissa ses doutes et ses craintes de côté, de toute façon il n’avait pas le choix et ne pouvait que suivre le gamin, et tenter de le raisonner n’y changerait rien. Mitsujiro était borné et impulsif, mais il était tout sauf idiot. Il avait pris sa décision en toute connaissance de cause, que ce soit pour lui-même ou bien pour emmerder encore davantage son petit yokai domestique, sans doute un peu des deux.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Dim 30 Avr - 23:26

Son regard s'était fermement accroché à celui de l'onmyoji, pas qu'elle désirait se montrer véritablement insistante, mais elle ne voulait pas vraiment regarder ce que Shinosuke faisait. Elle soignait, elle guérissait, alors elle n'avait jamais très envie de voir les autres détruire, même si c'était pour éliminer un mal, même si c'était pour terminer un contrat. De ce côté-là, leur monde était bien différent et il n'y aurait sans doute jamais rien pour les rapprocher.
Suite à sa proposition des plus spontanées, sa réponse ne se fit pas attendre et son sourire devint plus lumineux, trahissant la gaieté qui envahissait son cœur. Elle était ravie de ne pas avoir à insister à ce sujet, rassurée de savoir qu'ils allaient pouvoir se reposer et retrouver quelques forces avant de partir remplir une nouvelle mission. Trop souvent les combattants oubliaient ce genre de chose, c'était un constat qu'elle avait fait avec le temps et elle n'hésitait jamais à proposer le gîte à tous ceux qui pouvaient en avoir besoin. Après tout, le temple n'était-il pas fait pour cela ?

« Parfait ! Suivez-moi, le temple n'est pas très loin. » Répondit-elle une fois que Shinosuke eut terminé sa tâche et qu'il les rejoignit.

Lui aussi fut gratifié d'un chaleureux sourire avant qu'elle ne se retourne pour les guider jusqu'à Koumyou. Comme elle l'avait promis, la ville se dessina bientôt dans le paysage et le toit du temple aussi. Même si elle aimait bien se promener, elle ne s'aventurait jamais très loin de la ville et si aujourd'hui elle l'avait fait un peu plus que d'ordinaire, c'était seulement parce qu'elle avait entendu des cris.
Nimbés dans un silence léger, ils ne marchèrent pas longtemps et ils purent bientôt franchir les portes qui donnaient accès à l'enceinte du temple. Dans la journée, celui-ci semblait plein de vie et il ne fut guère étonnant de voir des enfants courir, jouer, s'écrier, rompant le calme traditionnel auquel on pouvait pourtant s'attendre ; mais on ne pouvait pas le leur reprocher, n'est-ce pas ?

Lorsque ceux-ci s'aperçurent du retour de la belle miko, ils se précipitèrent dans sa direction, visiblement ravis de pouvoir la retrouver.

« Onee-saaan, regarde, on a cueilli toutes ces jolies fleurs pour toi ! » S'exclama l'un d'entre eux, tendant un bouquet de végétaux à la floraison tardive qu'elle entretenait soigneusement, comme ses précieux trésors.

Armée d'un immense sourire, Raija se baissa avec grâce pour arriver jusqu'à la hauteur du petit garçon et attrapa le bouquet pour en respirer les uniques senteurs, puis elle déposa un baiser sur son front. Entourée de ces quelques enfants, elle semblait encore plus rayonnante, empreinte de cet instinct maternel qui était ancré si profondément en elle. On pouvait deviner qu'elle passait une partie de son temps à s'occuper d'eux et qu'elle était grandement appréciée.

« Merci beaucoup, il est merveilleux. » Répondit-elle d'une voix douce.

Les regarder faisait systématiquement passer une ombre dans son cœur, une pointe de tristesse dont elle ne pouvait se défaire, mais elle s'efforçait de masquer ses sentiments pour se montrer radieuse en leur compagnie. Ce n'était pas leur faute, ils méritaient qu'on les aime et elle les adorait vraiment, alors inutile de les inquiéter avec ses propres tourments.
Délicatement, elle se releva et se tourna vers ses hôtes.

« Êtes-vous déjà allé à Koumyou ? Je peux vous faire visiter si vous le voulez. Vous verrez, le temple regorge de splendeurs et vous serez bien ici pour vous reposer. »

Chaleureuse et avenante, on voyait qu'elle avait l'habitude de s'occuper des voyageurs et qu'elle était prête à tout pour les accueillir comme il se devait. Les enfants eux-mêmes, baignés dans son atmosphère lumineuse, semblaient être plus calmes et s'étaient rassemblés tout autour d'elle, l'un d'entre eux allant même jusqu'à prendre sa main.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Lun 1 Mai - 17:48

Le kitsune était envahi d'un étrange sentiment, une sorte de chaleur agréable. Qu'est ce que c'était déjà ? Ah oui, de la tendresse, une tendresse extrême et infinie avec laquelle il couvait Raija du regard. Cette jeune femme délicate, semblable à une rose qu'il aurait voulu mettre sous verre pour la protéger. Néanmoins, il ne lui appartenait pas de faire cela n'est-ce pas ? Il se surprit soudain à se demander si quelqu'un était déjà en train de protéger cette fleur gracile. Puis les rires cristallins d'enfants le sortirent de ses réflexions, le regard de Shinosuke s'adoucit alors et il eut le réflexe de ramener sa main sur son côté pour cacher le sang qui tachait son kimono. Il ne voulait pas effrayer ces petits anges. Au milieu de ces petits êtres humains, Raija sembla soudain nimbée d'une aura lumineuse. Quelque chose qui faisait penser à Shinosuke qu'elle était, ici plus qu'ailleurs, à sa place exacte. Et devant la scène pleine d'une tendresse maternelle qui se joua alors, le visage de Shin était éclairé d'un sourire doux et sincère. Il n'avait qu'une envie : se changer en renard et jouer avec ces mignons petits monstres. Un coup sous ses côtes réveilla brusquement la douleur endormie de sa blessure et il dévisagea le responsable avec un regard mauvais.

"Attention vieux renard sénile, tu gagatises !" Se moqua tout bas Mitsujiro.

Le kitsune retient de justesse un grognement et prit rapidement le même air de gamin tout sage que Mitsujiro (celui qui dit : non non, ce n'est pas moi) quand la miko se tourna vers eux. L'onmyoji s'empressa d'accepter sa proposition et voilà le petit groupe traîné par la miko au milieu de ces bâtiments à l'architecture simple, mais harmonieuse. Le lieu respirait le sacré et la paix, quoi de plus normal pour un temple ? Une tranquillité agréable dont Shinosuke aurait bien voulu profiter. Néanmoins, même s'il suivait sans rechigner, déambuler dans ces couloirs lui demander un effort considérable, surtout pour son corps déjà fatigué par son combat. Le poids du pouvoir des Kamis se faisait sentir à chaque pas, voulant lui imposer de tomber la masque pour révéler sa forme yokaï. C'était particulièrement vrai dans les bâtiments principaux comme le Kon-Do et le To. Dans les bâtiments annexes ou de vie, c'était un peu plus supportable. Finalement, alors que la visite s'achevait, le kitsune prétexta la fatigue et l'envie de nettoyer les marques de son combat pour s'éclipser. Son maître en profita pour le suivre, trop content de trouver de quoi manger et se reposer.

On donna également des habits propres au renard, car il ne pouvait décemment pas garder son vêtement déchiré et taché de sang. Finalement présentable, dans un kimono d'un brun sombre aux manches amples, Shinosuke retrouva Raija dans la cour. Il ne résista pas à l'envie de couver une nouvelle fois les enfants jouant bruyamment d'un regard tendre, un léger sourire flottant sur ses lèvres. Puis, il sembla se rappeler de la raison de sa présence et s'adressa à la miko.

"Norihito-san, merci une nouvelle fois pour votre hospitalité. Mon maître et moi vous sommes très reconnaissants, ainsi qu'aux autres occupants du temple. Il appuya ses mots d'une légère courbette. Permettez-moi de vous dire que je n'ai néanmoins pas l'intention de profiter de votre charité. Aussi puis-je vous être utile à quoi que ce soit ? Peut-être nettoyer ou réparer quelque chose ? Ou même cuisiner par exemple ?"


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Mer 10 Mai - 20:28

À l'instant même où l'onmyōji accepta sa proposition, son sourire s'agrandit de plus belle et elle n'hésita pas un instant de plus avant de les entraîner dans l'intérieur du temple. Le petit groupe qu'ils formaient s'élança donc dans les couloirs d'un pas léger, mais elle choisit de leur faire une visite plutôt rapide des lieux, leur indiquant là où ils pourraient trouver ce dont ils auraient besoin et leur évoquant quelques-unes des choses qui lui étaient chères ou qui lui paraissaient remarquables. Rompue à cette exercice, elle aurait pu leur parler de tout ça pendant des heures et leur faire découvrir les moindres recoins du temple, mais elle avait imaginé qu'ils puissent être vraiment fatigués, surtout après avoir affronté des yokai et elle ne voulait donc pas les retenir trop longtemps. Si jamais ils avaient envie d'en savoir plus, ils auraient bien l'occasion de le faire, n'est-ce pas ? Après tout, ils n'allaient pas partir tout de suite, ils resteraient au moins pour une nuit.

Ainsi, ils ne s'éternisèrent pas dans les couloirs ni dans les pièces et lorsque Shinosuke se déclara fatigué, elle accompagna les deux hommes jusqu'à leur lieu de repos. On s'occupa ensuite de leur fournir du linge et un kimono pour remplacer celui qui avait été déchiré.

La jeune femme de son côté ne resta pas là à les attendre, elle leur avait simplement dit qu'ils pourraient la trouver dans la cour s'ils avaient besoin d'aide et elle était repartie avec les quelques enfants qui avaient voulu la suivre et qui ne s'étaient pas dispersés au gré de leurs pas. Le cœur léger, elle les avait laissés sans la moindre inquiétude. Elle savait que le jeune homme qu'elle avait soigné n'avait plus grand-chose à craindre, surtout pas maintenant qu'il se trouvait dans le temple et l'onmyōji qu'il servait ne lui avait pas paru souffrir de quoi que ce soit, sinon d'une fatigue passagère certainement due aux récents événements.

C'était pour Shinosuke avant tout qu'elle avait fait tout cela, refusant de le laisser repartir si vite vers d'autres dangers. Même les serfs avaient le droit à un peu de repos, c'était du moins ce qu'elle pensait et si elle voyait la moindre possibilité d'aider quelqu'un, elle n'hésitait jamais à le faire. Avec son faible caractère, ça n'allait jamais vraiment très loin, mais c'était toujours mieux que rien.
Une fois dehors, elle se laissa emporter par l'enthousiasme des enfants et partagea quelques-uns de leurs jeux, ravie rien qu'à la vue de leurs sourires, rien qu'en entendant leurs rires cristallins. Ils étaient encore si innocents... elle aurait voulu que le monde entier fusse ainsi. De longues minutes passèrent de cette manière, hors du temps, hors de tout.

Soudain, une voix familière attira son attention et elle délaissa quelques instants les enfants pour se tourner vers son hôte, lui adressant encore une fois un joli sourire.

« Shinosuke-san ! Je suis soulagée de vous voir totalement rétabli, j'espère que vous avez pris suffisamment de temps pour vous reposer tout de même. » Ajouta-t-elle d'une voix douce, comme si elle cherchait à le gronder sans y parvenir une seule seconde.

Qu'il était aimable ! Il avait toujours été jusqu'à maintenant d'agréable compagnie et elle appréciait de le voir se préoccuper des autres. Elle n'attendait pas vraiment qu'on lui retourne l'aide qu'elle aimait apporter, mais savoir qu'elle n'était pas la seule à agir ainsi réchauffait toujours son cœur. Délicatement, elle avait laissé échapper un léger rire.

« Vous êtes vraiment charmant, vous n'avez pas besoin de vous sentir redevable, je ne fais que suivre les volontés de Gekigami, les devoirs de mon rang. »

Dans son regard, elle voyait bien pourtant qu'il n'allait pas se laisser faire par ces simples paroles et lorsqu'il commença à protester, elle dut bien se rendre, ne voulant pas lui causer le moindre désagrément.

« Si vous y tenez vraiment, il y aurait bien quelques travaux à faire dans les jardins que je ne peux pas faire moi-même, mais... est-ce bien ce que vous voulez ? Vous êtes nos invités, cela me gêne un peu de vous demander quoi que ce soit... » Répondit-elle légèrement embarrassée, mais avec en tête pour seule préoccupation celle de lui faire finalement plaisir.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Sam 13 Mai - 11:53

Avec un sourire, Shino réussit à convaincre la miko de le conduire là où il pourrait se rendre utile. Les jardins étaient un mélange harmonieux de chemins de galet, de sable, d'eau et de verdure. Quelques arbres avaient été abîmés par les tempêtes automnales. Aussi, Shino aida à couper et dégager le bois mort. Il grimpa même à quelques troncs, histoire de faire tomber des branches à moitié arrachées qui pourraient être dangereuses pour les passants. Le kitsune était tout sourire, profitant de la présence douce de Raija à ses côtés. Dans ces jardins, il pouvait ressentir toute la sérénité du temple sans être oppressé par le pouvoir des Kamis. Sa fatigue et sa douleur s'envolaient à chaque fois qu'il posait les yeux sur la jeune miko. Plus les heures passaient, plus les situations étaient prétexte au rire et à la détente, plus le visage de Raija se superposait dans son esprit avec celui de son aimée disparue. Les doux souvenirs de tâches semblables, dans l'immense demeure des Hisawara lui revenaient, se mélangeant avec le présent.

Finalement, alors que le soleil de l'après-midi commençait doucement à décliner, ils terminèrent en ratissant les allées sinueuses et les bandes enherbées. Petit à petit, au son répétitif des ratisses, naissait un immense tas de feuilles aux couleurs chatoyantes.  Shinosuke huma l'odeur d'humus et de forêt qui s'en dégageait, rêvant en cet instant d'y plonger sous forme de renard. Néanmoins, cela lui était pour le moment impossible. Pourtant, une lueur amusée scintilla dans son regard alors que Raija s'approchait avec un nouveau tas de feuilles dans les griffes de son outil. S'accroupissant dans l'ombre, Shino attendit patiemment sa proie.

La miko arriva, termina son travail, et sembla un instant le chercher du regard. Alors Shino surgit de l'ombre, emportant une bonne partie des feuilles mises en tas au passage. Raija, non préparée, vit sans doute un éclat d'argent se précipiter sur elle ainsi que des feuilles rouge, orange et or voler dans les sens, avant de retomber doucement autour d'eux et sur eux. Shino termina assis sur la couche aux couleurs feu, hilare devant la tête que tirait Raija en cet instant. Les cheveux bruns de la miko étaient alors parés de miles couleur de l'automne, ainsi que ses épaules. Mais Shino devait lui aussi être couvert de feuilles mortes.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Sam 27 Mai - 20:18

Sa tentative de le dissuader de faire quelque chose pour le temple, alors qu'il aurait pu simplement rester là pour se reposer, échoua lamentablement. Comment pouvait-elle résister à son sourire ? Comment pouvait-elle lui refuser quoi que ce soit ? Elle se sentait toujours autant gênée à cette idée, mais elle ne voulait en rien le contrarier et l'idée de passer un peu plus de temps à ses côtés avait quelque chose de réjouissant tant il s'était révélé agréable et attentionné.
Ainsi, elle le mena dans les jardins, son lieu préféré. Il ne faisait pas encore suffisamment froid pour qu'elle soit contrainte de rester recluse dans le temple et elle profitait des derniers jours avant l'hiver pour continuer d'entretenir l'extérieur. Bien sûr, elle n'était pas capable de tout faire elle-même, loin de là, notamment lorsqu'il s'agissait d'user de force et c'était là que Shinosuke intervenait. D'ordinaire, elle n'avait pas beaucoup de mal à convaincre quelques sohei de l'aider pour ce genre de choses, mais la plupart d'entre eux étaient partis pour aider à la fermeture de la faille et elle n'aurait pas oser déranger les autres qui avaient maintenant suffisamment de travail. C'était finalement le lot de tout le monde ici et elle s'y était accommodée, mais à cause de tous ces derniers événements, son soutien lui était encore plus précieux.

La jeune femme lui indiqua donc quelques arbres qui avaient été abîmés par une récente tempête et qu'il fallait tailler ou couper totalement. Tout cela ne faisait pas très bel effet dans ce si beau parc qu'elle entretenait, mais plus que tout, cela pouvait aussi être dangereux. Elle l'aida du mieux qu'elle le put, ramassant les brindilles et les morceaux de bois qu'il avait au préalable découpés, les entassant à l'endroit approprié. Ils serviraient pour faire du feu pendant l'hiver et leur stockage était donc des plus important.
Ces activités qui ne demandaient pas beaucoup de concentration leur permirent de discuter un peu plus, ils parlaient de tout et de rien, mais c'était vraiment agréable. Cela lui permettait d'oublier tant de choses... il lui semblait que ça ressemblait à la vie au temple de tous les jours, celle où tout se passait pour le mieux, sans qu'il n'y ait le moindre désagrément. Cela faisait un certain temps qu'elle n'avait pas ressenti cela, pas que les sohei et les miko soient devenus grincheux, mais simplement parce que les derniers mois avaient été difficiles et qu'elle avait dû dire au revoir à tant de personnes.

En sa compagnie, tout semblait plus facile et même lorsque son travail fut achevé, il se laissa prendre au jeu suivant, déterminé à nettoyer avec elle le passage de l'automne sur les allées. Pour chaque nouvelle tâche, elle lui expliqua comment faire, mais il était loin d'être idiot et il se débrouillait même très bien. Si son maître n'avait pas été constamment en voyage, elle était certaine qu'ils auraient pu être heureux, tous ensemble, à vivre dans ce lieu sacré, loin des combats, loin de toutes les choses horribles qui planaient sur le monde.
La journée s'achevait et ils finissaient d'entasser les feuilles mortes qui s'accumulaient partout. Lorsqu'elle levait les yeux vers les arbres, elle ressentait une pointe de tristesse, se disant qu'ils seraient bientôt tristes et nus, mais le paysage qu'ils offraient pour le moment, rouge, jaune, doré était vraiment merveilleux.

Insouciante, elle ne vit pas son compagnon disparaître et, une fois qu'elle eut apporté son lot de feuilles, elle se demanda enfin où il était passé. S'était-il lassé de tout cela ? Elle lui en avait peut-être demandé un peu trop et... Elle n'eut pas le temps de penser plus que celui-ci surgit sans crier gare et vint faire voler tout ce qu'ils avaient empilé jusqu'à maintenant. Un torrent de paillettes aux milles nuances s'agita tout autour d'eux, c'était vraiment très beau. Surprise, elle avait poussé un cri qui s'était bien vite transformé en éclats de rire. Dans cet instant, on aurait dit un enfant avide de faire mille bêtises, mais Raija était trop prompte à pardonner et elle ne s'offusqua en rien de tout cela.
Ils étaient maintenant tous les deux couverts de feuilles et le visage de Shinosuke riant aux éclats lui sembla vraiment merveilleux. Elle prit le temps de l'observer un instant, les yeux étincelants, un grand sourire illuminant son visage, avant de commencer à ôter les feuilles qui s'étaient accrochées partout dans ses habits et ses cheveux.

« Je devrais vous gronder pour avoir mis une telle pagaille, Shinosuke-san ! » Lança-t-elle en riant. « Vous êtes couverts de feuilles ! »

Abandonnant son propre nettoyage, elle s'avança pour l'aider à enlever les végétaux dont il était couvert et elle s'accroupit pour se mettre à sa hauteur. Une à une, c'était là le travail le plus laborieux qu'ils aient pu faire aujourd'hui, c'était sans fin ! Finalement, elle s'arrêta et s'assit à côté de lui.

« Je suis épuisée ! Que va-t-on dire si on nous voit comme ça ? Tout le monde va se moquer de nous. » Elle rit doucement à cette idée, car personne ici n'était véritablement méchant. « Nous méritons un bon repas et ensuite une bonne nuit de sommeil, n'est-ce pas ? Merci beaucoup en tout cas pour votre précieuse aide. On aurait bien besoin de quelqu'un comme vous tous les jours. » Ajouta-t-elle avec tendresse.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Lun 29 Mai - 17:32

Shinosuke ne tenta pas de justifier son comportement, qui était soi-disant passant bien injustifiable, à part si l’on considérait sa nature yokaï, bien sûr. Car ce petit jeu était assez indigne d’un homme d’âge mûr comme il semblait l’être. En revanche, il s’expliquait un peu plus pour un kitsune insouciant des règles et des convenances. Un instant néanmoins, il crut avoir mis en colère la douce miko. Pourtant malgré ses mots, son visage était détendu et souriant, un vrai sourire. Alors le renard fut simplement satisfait d’avoir fait fleurir une telle expression sur les lèvres de la jeune femme. Elle était magnifique ainsi, souriant de bon cœur et non par habitude.

Il la laissa s’approcher et s’atteler à la lourde tâche de séparer feuilles or et cheveux argent. Un moment, il ne bougea pas, la couvant simplement d’un regard tendre. Qu’il était agréable qu’on s’occupe ainsi de lui. Les gestes délicats de Raija lui rappelaient les caresses affectueuses qui lui manquaient tant. Puis, il s’obligea à sortir de sa nostalgie pour aider la miko à son tour. Démêler les feuilles des cheveux n’était certes pas aisé… Et que dirait celui qui les surprendrait ainsi, penché l’un sur l’autre ? Shinosuke ne s’en souciait pas vraiment, profitant en toute simplicité de ce moment de partage. Mais ce n’était peut-être pas le cas de la miko. Elle fit d’ailleurs une remarque à ce sujet, même si elle semblait en vérité peu inquiète du regard des autres, à en juger par son rire cristallin qui chanta aux oreilles du renard.

Le soleil se couchait doucement, et il était temps de mettre un terme à ce moment, si agréable soit-il. Toutes les bonnes choses ont une fin malheureusement. Shinosuke se leva donc et tendit la main vers Raija pour l’aider à en faire de même.

"Merci à vous Norihito-san, pour votre accueil, et pour cette après-midi de douceur. Voilà bien longtemps que je n’avais plus profité d’un moment si serein. "

Les mots du renard résonnaient d’une véritable sincérité, que l’on pouvait aussi voir dans son sourire empli de douceur. Un sourire que peu avaient eu l’occasion de voir sur ses lèvres. Néanmoins, alors qu’ils reprenaient doucement le chemin vers le temple, Shinosuke préféra taire le fait qu’il serait bien resté pour aider la miko tous les jours comme elle le suggérait. Le vieux renard jugeait inutile de ressasser quelque chose qu’il savait impossible.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Dim 4 Juin - 13:53

Soucieux de rattraper son affreuse bêtise, il s'était mis à son tour à ôter les feuilles qui s'étaient coincées dans sa chevelure. Seule l'idée d'avoir mauvaise allure pesait sur son cœur tant elle ignorait à quel point tout cela pouvait être mal interprété. Insouciante, terriblement naïve parfois, elle voyait tout avec un regard rempli d'amour et n'avait aucune conception du mal. Personne ne pouvait être véritablement méchant ou égoïste à ses yeux, elle trouvait toujours une explication, une raison qui rendait tout parfaitement logique et qui adoucissait n'importe quel fait. Les manipulateurs auraient été bien aise de la rencontrer, car même leurs faits révélés devant ses yeux, elle n'y aurait sans doute jamais cru – à moins qu'ils ne se laissent eux-mêmes attendrir par ses propres qualités.
Elle avait l'impression de redécouvrir quelque chose. Comme c'était agréable d'avoir quelqu'un pour s'occuper de soi… On finissait toujours par s'éloigner d'elle, par la délaisser et son cœur continuait indéniablement à saigner. Pourtant, elle ne parvenait pas à comprendre d'où tout cela pouvait venir, quelle était la chose qu'elle pouvait faire pour changer tout cela, alors qu'elle essayait constamment de faire de son mieux. Heureusement, la présence de Shinosuke à ses côtés rendait tout plus léger, plus facile. C'était comme si elle réapprenait à respirer.

Elle souriait, profitait de ce bonheur si simple que son compagnon lui offrait sans concessions. Seule une pointe d'amertume venait piquer son cœur à l'idée qu'il allait bientôt repartir. Bien sûr, il n'était pas d'ici, il n'allait pas rester éternellement, elle avait déjà réussi à en faire beaucoup en offrant à lui et à son maître l'hospitalité du temple, mais ils devaient être forts occupés et ils avaient certainement des choses bien plus importantes à faire que de s'occuper d'une épouse délaissée, malheureuse et mélancolique. Elle voulait lui cacher tout cela, lui laisser juste le souvenir d'une femme ravissante, souriante et rieuse. Plus leur temps ensemble était court, moins il aurait l'occasion de voir à travers ce portrait et c'était mieux comme ça. Seulement, elle n'allait pas non plus le laisser partir si vite, comme ça lui arrivait parfois, elle avait envie de penser un peu plus à elle et de continuer à se l'accaparer.
Ses mains revenues dans la chevelure blanche avaient fini par le débarrasser des paillettes orangées et il avait fait de même lorsqu'il se releva. Raija attrapa sa main pour se mettre debout à son tour, mais, n'aimant pas tout à fait la suite qu'impliquait ses propos, une séparation qui lui semblait imminente, elle vint s'accrocher à son bras. Son sourire radieux éclaira aussitôt son visage et elle plongea son regard sombre, légèrement espiègle, dans le sien.

« La soirée n'est pas encore tout à fait terminée, vous n'allez pas vous débarrasser de moi si vite, Shinosuke-san ! Venez donc partager le dîner avec moi. »

Et sans attendre sa réponse, elle s'élança vers le temple, d'une démarche délicate et gracile. Ils laissaient là une belle pagaille dans le parc, mais il était trop tard pour y remettre de l'ordre et elle s'en occuperait demain, se perdant avec mélancolie dans les souvenirs de la veille, comme elle savait si bien le faire. Sans rien oublier de son apparence, elle avait rapidement remis un peu d'ordre dans sa chevelure et dans ses habits. Ces moments à l'extérieur n'étaient pas de ceux où elle se montrait des plus resplendissante, mais elle tenait toujours à être bien plus présentable que la plupart des gens, surtout ici.

Ils ne tardèrent pas à arriver jusqu'au réfectoire, se mêlant alors aux autres habitants de Koumyou. Sans le quitter, elle n'oubliait pourtant pas d'adresser quelques mots et quelques sourires à ses compagnons de toujours et aux visiteurs qu'elle connaissait. Cependant, comme elle le lui avait dit, elle ne comptait pas le quitter si vite et ils s'assirent côte à côte sur l'un des bancs qui bordait l'une des grandes tables. Déjà quelques plats commençaient à arriver. La nourriture n'avait rien de très copieux et n'était pas non plus des plus sophistiquée. Ils vivaient ici dans une grande sobriété et se contentaient de manger assez pour s'acquitter de leurs tâches, jamais plus.

« J'ai bien trop usé de vos forces aujourd'hui, j'espère que ce repas fort simple suffira à vous en redonner assez. »

Tendant son bol vers l'un des plats, elle commença à se servir et mangea ensuite quelques bouchées avant de poursuivre la conversation.

« Vous êtes au service des Hisawara depuis toujours ? Est-ce que vous vous occupez de votre maître depuis sa naissance ? » Demanda-t-elle, curieuse d'en apprendre davantage à son sujet.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Lun 5 Juin - 16:45

La miko n’était visiblement pas disposée à le laisser partir de suite. Si le renard avait voulu protester, Raija ne lui en laissa pas le temps. Avec un sourire doux, Shinosuke se laissa donc docilement traîner vers le temple puis le réfectoire. La situation l’amusait, puis il y trouvait son compte aussi. Il était heureux de passer encore un peu de temps avec la jeune femme, laissant de côté ses doutes et ses contraintes, comme pour espérer que ce moment de bonheur dure pour toujours. Talonnant toujours la miko, il salua cordialement ceux qu’ils croisèrent et fut rassuré que l’ambiance du lieu ne soit pas trop sacrée et donc supportable pour lui, c’était avant tout une pièce de vie.

Le repas, aussi simple et frugal soit-il, était déjà un cadeau très appréciable pour le renard qui ne mangeait parfois pas à sa faim. Aussi il ne manqua pas de remercier la miko pour cela. Si le fait de se faire servir le gêna quelque peu, il relégua ce sentiment au fond de son esprit et fit honneur au repas avec respect et politesse.

"Vous êtes au service des Hisawara depuis toujours ? Est-ce que vous vous occupez de votre maître depuis sa naissance ?"

Shinosuke s’étrangla à moitié et but une grande gorgée d’eau afin de reprendre contenance. Comment répondre à cette question ? Il n’avait pas envie de mentir à la jeune femme, mais il avait peur de la blesser en éludant simplement la demande.

"Je servais les Hisawara au fait de leur puissance il y a plusieurs années. Malheureusement, le déclin de cette famille m’a séparé de leurs héritiers. Ce n’est que récemment que j’ai retrouvé mon maître actuel. Pas plus tard que cet été en fait. Je n’étais donc pas là pour le voir grandir. Les choses auraient sans doute été bien différentes sinon…"

Le kitsune se fustigea intérieurement. Certes, sans date, son histoire était passable. Mais pourquoi ? Pourquoi tenir à ce point ce rôle de simple humain ? Raija savait que son maître était un onmyoji. Il lui aurait suffi de dire qu’il était un esprit gardien. Souvent, les gens ne craignaient pas trop les gardiens... Du moins, évitaient-ils de les chasser comme de simples yokais. Alors pourquoi ? Parce que tout simplement, le fait d’être traité comme un égal lui avait manqué. Parce qu’il avait peur d’assombrir l’amitié naissante entre la miko et lui. Et pourtant, en cet instant, il avait déjà la sensation de la tromper. Il aurait sans doute dû lui dire dès le départ. Maintenant qu’elle le pensait humain, que dirait-elle si elle apprenait la vérité ?

Alors Shinosuke espéra que son demi-mensonge n’éveillerait pas trop les soupçons. Mais si la miko avait juste quelques connaissances historiques, c’était foutu. Si elle savait que les Hisawara avaient été massacrés avant l’enfer écarlate, elle comprendrait vite que quelque chose clochait au niveau de la chronologie. Aussi le kitsune voulut désespérément attirer son attention sur autre chose.

"Et vous ? Depuis combien de temps vivez-vous ici, dans ce temple ? Avez-vous toujours été miko ?"

Cachant ses peurs derrière un sourire cordial, Shinosuke espéra que sa question suffirait à détourner la jeune femme de son cas.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 48
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Sam 15 Juil - 16:30

Sa question anodine manqua de faire étouffer le pauvre Shinosuke et la jeune femme jeta aussitôt sur lui un regard rempli d'inquiétude. Qu'avait-elle pu dire pour qu'il ait une telle réaction ? Est-ce que le questionner sur la famille Hisawara était une mauvaise chose ou plutôt quelque chose dont il n'avait pas réellement envie de parler ? C'était vrai que la relation qu'il avait avec son maître n'avait pas l'air d'être toujours très heureuse, mais elle n'avait pas vraiment senti de méchanceté de la part de l'onmyōji. Il était encore bien jeune et il faisait certainement quelques erreurs, mais tout allait s'arranger, n'est-ce pas ? Elle ne pouvait pas croire qu'il s'agissait de quelqu'un de véritablement méchant et elle était prête à les aider à mieux s'entendre si jamais l'un d'entre eux le lui demandait.

« Est-ce que tout va bien, Shinosuke-san ? » Demanda-t-elle, un peu angoissée.

Mais le jeune homme se reprit bien vite et lorsqu'il eut fini de boire, il accepta de lui répondre. C'était une histoire un peu vague et elle pensa donc qu'il n'avait pas vraiment envie de rentrer dans les détails. Il devait sûrement y avoir des événements difficiles qui se cachaient derrière tout cela, que ce soit pour lui ou la famille qu'il servait. Le déclin des Hisawara… C'était donc une famille qui avait été réputée ? Était-ce dans le domaine de l'onmyōdo ou dans quelque chose de complètement différent ?

« Oh, je vois, je comprends... » Dit-elle, légèrement attristée.

Ça avait dû être difficile d'être séparé d'eux, à moins qu'il ait été heureux d'avoir eu un peu de liberté ? Mais il disait avoir retrouvé son maître, alors ça voulait dire qu'il l'avait recherché, n'est-ce pas ? Il devait tenir à le protéger. Quel genre de lien avait-il vraiment avec cette famille ? Cela devait être quelque chose de fort, elle en avait l'intuition.

« J'espère en tout cas que ces retrouvailles vous donneront l'occasion de changer un peu les choses. » Ajouta-t-elle, sentant bien que sa situation actuelle ne lui convenait pas tout à fait.

Optimiste en ce qui concernait les autres, elle se disait toujours que les choses allaient s'améliorer. Il suffisait que chacun fasse un peu des efforts et puis personne n'avait vraiment intérêt à rester dans une situation de conflit, c'était bien trop pénible à vivre, c'était parfaitement évident.
Quelque chose pourtant la tracassait et elle essayait d'y réfléchir tout en avalant quelques bouchées. Son regard s'était un peu perdu dans le vide.

« Hum… Hisawara… » Son regard vint à nouveau se fixer dans le sien, mais cela ne lui donna guère plus d'indices, tout comme le répéter ne lui donnait qu'une impression de déjà vu. « Je me demande où j'ai déjà entendu ce nom. »

Il n'y avait rien à faire, elle ne s'en souvenait pas. Brusquement, elle revint à elle-même. Voilà qu'il lui avait posé une question et elle, elle voguait en plein dans son imagination ! Quelle malpolie elle faisait en l'ignorant ainsi !

« Oh pardon, je suis un peu distraite, la fatigue sans doute ! » S'exclama-t-elle en riant, un peu gênée. « Je… eh bien... »

La jeune femme baissa à nouveau les yeux, un peu honteuse de lui avoir en partie caché la vérité.

« À vrai dire, je n'ai été tout à fait sincère avec vous, je ne suis plus vraiment une miko, je suis aujourd'hui l'épouse d'un kuge et… » Elle s'interrompit, sachant pertinemment qu'elle n'avait pas tellement envie d'en dire plus. « Mais je suis revenue au temple depuis quelques années, cette vie me manquait et puis j'avais besoin de me rendre utile aux autres, vous voyez ? À quoi servirait donc mon don si je n'étais pas ici ? On m'a destinée à Gekigami dès ma naissance, alors, même si les choses ont tourné un peu différemment, ma place doit être ici, vous ne trouvez pas ? »

Raija tenta de lui sourire un peu, mais elle revint bien vite à son repas. Ce n'était pas qu'elle voulait vraiment lui mentir, mais elle n'avait pas envie de lui raconter les pans obscurs de son existence, elle ne voulait pas qu'il ait à subir sa tristesse et encore moins son désespoir. Ce n'était pas vraiment hypocrite, car elle aimait aussi vivre ici, idéalement, elle aurait voulu que sa famille puisse être à Raimei, pour pouvoir concilier sa vie au temple et …
Non. Elle ne devait pas penser à tout ça, pas ici, pas maintenant.

« Si je suis là depuis toute petite, c'était pour lever la malédiction qu'on avait jeté sur mon grand frère et… ça a marché ! C'est devenu un homme merveilleux aujourd'hui. » Ajouta-t-elle avec une joie sincère.

Rien que pour ça, elle ne devait rien regretter de sa vie.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 97
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences Lun 17 Juil - 22:03

La jeune femme parut attristée, peut-être par compassion, mais elle sembla aussi accepter son histoire. Arranger les choses, hein ? Oui, ça serait bien, mais comment ? Un kistune dont on avait coupé les griffes et un gamin capricieux, voilà tout ce qu’il restait de la grande famille d’onmyoji. Alors, comment faire pour améliorer les choses ? Si déjà ils parvenaient à s’entendre… Mais comment le pourraient-ils ? Deux destinées brisées qui s’étaient percutées avec violence, deux êtres habités par des buts contraires… Ou plutôt par l’absence de but.

Chaque matin, le même combat pour la survie reprenait, sans attache, sans racines, ils arpentaient les routes avec l’incertitude du lendemain chevillée au corps. Seule la faim les poussait à avancer, or ce n’était pas suffisant pour redonner du sens à la vie volée d’un vieux kitsune, ni pour faire murir correctement un gamin trop prétentieux. Certes, il essayait de lui apprendre, mais Mistujiro le considérait comme moins qu’un animal, un simple outil, et encore, un peu cassé. Alors le jeune onmyoji, qui n’aimait pas qu’on lui en redise sur sa manière de faire, refusait catégoriquement ses enseignements, persuadé qu’il pouvait s’en sortir seul. Sans doute l’avait-il toujours fait jusqu'à maintenant cependant… Et lui, il marchait à ses côtés, protégeant avec nostalgie ce gamin impertinent qu’il aurait dû simplement dévorer, car c’était tout ce qui lui restait, l’ultime relique d’un passé révolue qu’il ne pouvait se résoudre à abandonner.

Le regard de la jeune femme agrippa le sien, elle semblait soudain hésiter. Quand elle se demanda si elle avait déjà entendu le nom des Hisawara quelque part, Shinosuke du cacher sa frayeur. Avait-elle des connaissances historiques qui pourraient lui faire découvrir son mensonge ? Le kitsune retient son souffle. Heureusement, sa question eut l’effet de diversion escompté et la miko sortit de sa réflexion visiblement sans avoir réussi à se souvenir de ce qu’elle avait pu entendre sur la famille d’onmyoji disparue. Shinosuke eut un sourire qui se voulait rassurant à son égard, mais qui trahissait surtout son soulagement.

Raija s’attela donc à la tâche de lui répondre, une réponse qui sonna comme un instrument mal accordé aux oreilles du kitsune. Il détailla du regard la miko qui n’en était pas tout à fait une, dit comme ça, il semblait que revenir au temple avait été son choix. Mais, pour une raison ou pour une autre, elle paraissait aussi avoir de la difficulté à aborder le sujet. C’était donc au tour du renard de se sentir désolé d’avoir posé une question sur un sujet possiblement délicat. Dans sa tentative désespérée de détourner l’attention de son mensonge, il n’avait pas voulu mettre mal à l’aise la jeune femme.

Néanmoins, il sourit sincèrement à sa dernière remarque. Il ne connaissait pas toutes les règles en matière de malédiction, et il avait vécu du temps où les humains ne respectaient pas autant les kamis. Aussi, il ne savait pas vraiment si offrir une sœur au service de l’un d’eux pouvait effectivement lever le malheur jeté sur le frère. De son temps, c’était aux onmyoji qu’on demandait cela. Mais après tout, pourquoi pas ? En tout cas, il était prêt à croire la jeune femme ce soir.

"Eh bien, je suppose qu’on a tous nos fardeaux et nos regrets. Il faut parfois abandonner une chose pour en obtenir une autre, parfois on le fait par choix, par devoir ou par obligation. Je suppose qu’avoir un but dans la vie permet d’accepter les regrets et de se rappeler le pourquoi de nos actions." Conclut le renard à l’apparence humaine en replongeant son nez dans son repas.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Apaiser les souffrances, effacer les différences

Revenir en haut Aller en bas
 

Apaiser les souffrances, effacer les différences

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aide pour scénario: effacer des traces d'ADN?
» Petit tutorial pour Gimp
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Les top-sites : à supprimer ?
» Musique mapuche


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..