AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Birei L'Empire

avatar

Maître du Jeu

Messages : 46
Date d'inscription : 23/04/2016

MessageSujet: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 18 Sep - 17:59


Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien,
préparé à allier ses forces contre celle de la Faille et à mettre un terme aux menace du Yomi sur Yokuni, l'Empire s'attroupe au bord de la province de Hokori en domaine Okaruto...

Vous avez marché et chevauché cinq longs jours et arrivez enfin sur les plages d'Hokori, sur les terres du camp promis, alors que le soleil pointe à peine ses rayons et que l'Hiver souffle sur vous ses vents précurseurs à la faveur de la fraîcheur du matin.

Votre voyage fut si rapide que vous n'avez pas su profiter de celui-ci, trop pressés par le reste du convois impérial. Pourtant, votre trajet s'est fait sans heurt et vous êtes accueillis par les vôtres sur ce camp de fortune aux tentes multicolores, alors que d'autres vous ont quitté à Birei pour rejoindre leurs terres.

L'Impératrice, puisqu'il vous a été offert à chacun de la contempler véritablement dans sa forme mi-humaine, mi-louve et ce, malgré sa discrétion, est déjà allée se réfugier avec ses gens tout de blanc et d'or vêtus dans la tente principale qui accueillera les responsables et les généraux de chacun des clans pour un dernier conseil de guerre avisé que nul ne saurait déranger.

Il vous est évident que vous vivez là un instant de calme avant la tempête, car l'aura du Yomi ne peut être ignorée sur ces terres claniques au plus proche de celui-ci, jusqu'à ses enfants affiliés à la Déesse de la Mort. En effet, au-delà des cadavres et des bouts de carcasses des yokaïs que vous voyez échoués sur la plage ou flotter dans l'eau, le ciel et la mer au loin, à l'Ouest, semblent tachés de noir. Non, il vous apparait même que ce ciel et cette eau soient aspirés par un trou béant, néfastes et brumeux en plein centre de Yokuni.

La Faille !

Ce que vous aurez à affronter vous parait aussitôt immense et obscure, tant qu'il n'est pas étonnant pour vous de constater quelques gens en arme trembler. Cependant, il n'est pas encore temps de se lancer à l'assaut de l'inconnu. Ne dit-on pas que patience et longueur de temps font plus que force ni rage ?

Citation :
A savoir


  • Seuls Daimyo, Kannushi, Hatamoto, Taisho et Taisa sont attendus dans ce sujet pour écrire qu'ils rejoignent la tente de réunion.
  • Vous pouvez dès à présent ouvrir des sujets libres dans la section [Event] En Route vers la Faille afin de régler tous les détails avant les opérations. Les hauts rangs sont bien entendus invités à faire de même, les sujets d'alors se passant avant la réunion.
  • Ces sujets ne pourront durer que quelques minutes, au plus environs une heure IG sur Hokori.

  • Nous n'attendrons personne et il ne sera pas toujours possible de rattraper le fil en cours de route. Soyez assidu à la lecture afin que cette tâche soit la plus simple possible.
  • Les participants de moins haut rangs devront guetter le prochain message d'ouverture de Souteigai dans la section [Event] En Route vers la Faille.

  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Souty et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 1 : le 25/09/2016.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.


Revenir en haut Aller en bas
Shuzen Seiko

avatar

Kannushi

Messages : 142
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Kannushi
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Lun 19 Sep - 17:58

Il m’avait appelée par le biais d’un moyen incroyable et dont personne ne soupçonnait l’existence avant ce jour. Il m’avait appelée après cette réunion à Birei pour laquelle il m’avait laissée, utilisant comme un prétexte l’avenir du monde pour balayer cet avenir qui ne serait jamais né, quoi qu’il en fût. Il m’avait appelée, surtout, non pas pour ma propre personne mais parce qu’on aurait besoin de la Kannushi, rôle que je lui avais promis pouvoir assumer désormais. Otani Tanba, devenu Fukyuu Hankyou, cet Élu incarnant à merveille le froid Kami du Clan, avait fait appel au symbole que je devais à présent incarner, aux yeux bien plus lointains que ceux des enfants d’Itegami.

J’avais attendu une heure pour en parler à Kitai. Non pas que j’hésitais à me rendre sur le lieu du drame menaçant de détruire Yokuni tout entier, au contraire. Mon choix fut fait dès l’instant même où la voix de Tanba-san s’éteignit, me laissant seule avec ma décision de les rejoindre tous. J’avais attendu une heure pour en parler à Kitai car je savais que, malgré sa récente blessure, je me heurterais à un refus de sa part de prolonger sa convalescence. Il avait eu moins d’un mois et demi pour réaliser mentalement et physiquement avoir perdu son bras gauche, se heurtant à plusieurs reprises à l’oubli du manque de ce membre qui lui servait à danser et à vivre depuis sa naissance.

Ensemble, nous avions pourtant affronté nos traumatismes, mettant de côté ce que nous étions pour la société, le temps de nos rémissions respectives. Et petit à petit, mon danseur de foi avait émis l’idée de remplacer son handicap par une force égale à la précédente, quelque chose que nous avons cherché conjointement et finalement trouvé en une relique de bois, palliant à l’absence engendrée par cet affrontement que nous n’oublierions jamais. Ce nouveau pouvoir qu’il découvrit à peine acquit et les douleurs encore présentes de la guérison de sa plaie fraîchement recouverte de cette matière rigide, il m’avait dit après tout cela et à l’aide d’une conviction déconcertante, qu’il ne me laisserait évidemment pas aller affronter le Yomi sans lui.

Inquiète que mon aimé ne soit encore trop fragile et qu’il risque sa vie en tentant de me protéger de l’inconnu, j’avais rapidement été rassurée par cette naturelle et si présente lumière le caractérisant dès les premiers jours de notre rencontre. Une fois l’annonce officiellement faite de mon départ et des instructions laissées par le Daimyo, il fallut organiser au plus vite le voyage pour rejoindre nos confrères d’autres contrées en terres des Brumes. Kagome Katsuya, Nagaya Eichi, Furuta Yoshifumi, Usehagi Shusse et d’autres vaillants Samouraï répondirent alors à l’appel pour nous escorter et veiller à ma sécurité. Ravie, surtout, de pouvoir échanger avec mon ami Hatamoto sur la route, je gardais le sourire dans l’idée de pouvoir insuffler un peu de courage à ces troupes qui protégeraient corps et âmes le cocon d’Itegami.

Et plus le temps nous séparant de Hokori s’étiole, plus j’ai la conviction que, tant que Kitai ne me quitte pas, la fin du monde pourrait arriver que je n’en aurais cure. Enlacés dès que les regards s’aventuraient ailleurs, unis comme jamais, ma foi en l’Immortel des Glaces avait trouvé une nouvelle origine en mes croyances en l’avenir et en l’espoir que nous pourrions voir notre univers devenir meilleur, avec la participation de chacun. Plus que de naïveté, il s’agissait là d’une profonde loyauté en mes camarades et en les nôtres, ainsi qu’en l’utilité de la contribution du peuple des Neiges. Ma détermination ne fait que croire lorsque, arrivés à bon port, je peux ressentir une aura nouvelle, néfaste et toxique, appelant mes compétences d’exorcisme et mon besoin de purification de ces si beaux territoires.

Ainsi, c’est au matin que nous arrivons Kitai, mes accompagnants et moi-même, devant le lieu-dit de la dernière réunion avant les évènements décisifs pour l’avenir de notre Terre à tous. À l’instant même de franchir le seuil du bâtiment de tissu, je prie pour que cela soit la dernière séparation dont nous serons victimes mon amour et moi, ce dernier sommé de rester à l’extérieur faute du rang adéquat. Je pénètre seule sous la tente, les guerriers devant se rassembler quelques minutes pendant notre entrevue avec la Divine Personnalité Impériale. Je ne perds pas de temps à embrasser le sol, délicatement, découvrant sans trop oser encore, le visage de l’Empereur, qui s’avère être une femme, divinité à moitié humaine à laquelle j’ai fait défaut en refusant de suivre le Daimyo Fukyuu à sa première venue. Impressionnée et désireuse pour la première fois de ma vie de prouver ma valeur et démontrer mes disponibilités ainsi que mon implication, je parle d’une voix assurée tandis que mon cœur menace de transpercer mes côtes tant il bat fort.

- Je remercie infiniment Koutei-sama d’accepter de recevoir en ces lieux Shuzen Seiko, Kannushi et voix d’Itegami, si proches de l’avenir de notre monde. Je vous prie profondément d’accepter mes plus sincères excuses pour mon absence et me rachèterai coûte que coûte par des actes et des paroles à la hauteur de votre grandeur. Puissent mes agissements permettre la reconstruction de Yokuni désormais.

De discrets tremblements agitent mes mains et j’attends la suite, qu’il s’agisse d’une permission de me relever à la réaction des prochaines personnes présentes, en passant par l’entrée du Seigneur Fukyuu. Ainsi sera déterminée la suite des évènements.


L -M - M - J - V - S - D


Dernière édition par Shuzen Seiko le Ven 23 Sep - 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gushiken Kuma

avatar

Genin

Messages : 31
Date d'inscription : 13/08/2016

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 20 Sep - 9:10

Kuma n'avait jamais été du genre à prêter foi à tous les récits d'événements surnaturels que racontaient les vieilles femmes. Elle avait beau abriter son ami secret en son sein, elle préférait garder les pieds sur terre et une solide notion du réel, du genre à ignorer les racontars sur les kappa, les Oni et oui, les êtres de lumière aussi. Imaginez sa surprise lorsqu'un type tout de brillance blanche s'était présenté à elle, la nommant Kannushi, la sommant de se rendre en un lieu qu'elle ne connaissait pas ! La femme pâle avait essayé de lui poser des questions. De s’outrer de l'entendre ainsi user du nom que son ami lui donnait. Mais il avait disparu de son esprit, brusque malotru, laissant la grande ourse seule et sans réponses.
Il avait semblé que le seul moyen d'en obtenir serait le voyage jusque Hokori pour y arriver le sixième jour de la Lune du Chien, comme ordonné. Heureusement que la guerrière de l'ombre était… Bah, ce qu'elle était, rompue à l'obéissance et non pas une vraie trappeuse. La Kuma qu'elle jouait aurait sans doute ignoré l'appel. Anki et Kannushi étaient dociles.
Elle avait donc préparé son court voyage. Il y aurait sans doute de nobles gens à ce rassemblement. Des aristocrates, d'autres serviteurs des Kami nés dans de bien meilleures situations que la sienne. Comment devait-elle se vêtir pour ce genre de choses ? Elle n'avait pas de tenue de cérémonie. Elle ne savait même pas où s'en procurer. Son choix se porta donc sur le non-choix : elle viendrait en tant qu'elle même et ceux qui essaieraient de s'en moquer prendraient ses poings dans la mâchoire.
Sa seule concession au décorum fut une peau d'ours à collier -d'ourson à collier en vérité. Elle la passa à ses épaules, laissant la tête de la bête lui orner l'un de ses bras, profitant de la chaleur qu'elle lui apportait. Voilà, ce serait son seul effort. Ils devraient se contenter de la chasseuse à demie sauvage et de ses tenues aussi bariolées que ses membres tatoués.

Ce fut au matin du sixième jour que la demoiselle se présenta au campement impérial, juchée sur un gros cheval rouan à peine débourré. A moitié domestiqué, comme elle. Ça la faisait rire. Ça fit moins se gondoler les gardes. Il fallut que le ton monte et qu'elle proclame d'une grosse voix son statut avant que quelqu'un n'intervienne pour enfin, la laisser passer et lui indiquer où laisser sa monture. Elle lui gronda des remerciements hâtifs, ayant aperçu la tente principale et souhaitant couper court aux ronds de jambes. Le pauvre gars incrédule la laissa partir sans mot dire, sans doute légèrement outré de s'être fait snober par une représentante d'un Kami.

Avant de pénétrer sous la toile, la femme aux pâles cheveux vérifia tout de même que sa tenue n'était pas trop honteusement mise. Pas de boue sur ses bottes, les manches de son kimono détachées et la corde nouée à sa taille pour dissimuler son bras peint, cheveux parfaitement noués dans une tresse remontée en chignon simple où elle avait, comble de la coquetterie, planté deux peignes en os taillé. Ça va, elle ressemblait un peu à quelque chose.
En fait et à bien y réfléchir, la situation était terrifiante. Ça sentait la mort partout autour. Les nobles qui vaquaient à leurs occupations étaient plus lointains que la Lune, trop concentrés sur leurs petites vies insipides. Et elle allait rencontrer l’Empereur. Pas Kenji le vendeur de poissons, l’Empereur. Il y avait de quoi trembler, non ? Plus que devant un ours en tout cas.
Mais Kuma n'était pas du genre à reculer devant l'adversité, même quand la situation ne pouvait se régler avec les poings et qu'elle n'avait qu'une vague notion de l'étiquette.

Alors qu'elle réfléchissait à comment aborder le problème, un minuscule bout de femme laissa son escorte à l'entrée de la tente et pénétra dans le bâtiment de toile avec un air décidé. Voilà l'occasion rêvée ! La kunoichi n'avait qu'à la suivre et prendre exemple sur elle. Un sourire carnassier ourla ses lèvres orangées, elle dédia un clin d'oeil très peu protocolaire à un des types laissés dehors, et elle écarta le tissu pour glisser sa grande carcasse à l'intérieur.
Il faisait étrangement chaud. Peu de personnes présentes, sans doute uniquement le gratin de Yokuni -le gratin matinal- et sur son trône… L'Impératrice ? C'était nouveau ça. Les yeux de la bien peu délicate élue d’une divinité s'écarquillèrent le temps d'un battement de coeur, avant qu'elle ne tombe à genoux près de la petite demoiselle qui était son modèle. La situation venait de passer d’effrayante à carrément bizarre et franchement, l'ourse n'était pas du genre à aimer ça. Trop de choses nouvelles, elle n'était pas la plus adaptable des enfants de l'ombre, ça lui déplaisait.
Mais faite pour faite, elle tenterait de s'en sortir. Se noyer dans le protocole ne faisait pas partie de ses plans.

Mikado-sama…

Après la voix douce de l'autre demoiselle, la sienne était certainement un changement. Elle charriait un grondement, un roulement, une profondeur si audible que Bakugami lui-même aurait pu produire ce début de phrase.

Je suis honorée de me trouver ici en t… Votre présence.


Et elle avait failli tutoyer l'élue d’Amaterasu. Ça commençait bien. Ça ne ficherait pas en l'air sa couverture de vulgaire trappeuse rustre au moins…

Je ne peux qu'espérer me montrer à la hauteur de vos attentes, Mikado-sama. Je suis Gushiken Kuma, la seule fille de Bakugami à fouler vos terres, et je vous suis toute entière dévouée.


Un coup d'oeil sur le côté, vers l'autre voix d'un Kami, pour essayer de deviner si elle avait déjà trop gaffé. En espérant que d'autres grands pontes n'aient pas débarqué pendant sa prise de parole un peu boiteuse...




#669933
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuu Hankyou

avatar

Daimyo

Messages : 210
Date d'inscription : 20/09/2015

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Daimyo
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 25 Sep - 0:18

Spoiler:
 

Pressé, il se déplaça vite, retraversant le campement à grandes enjambées après avoir quitté une tente pour en rejoindre une autre. Il finissait encore de s'habiller, ou plutôt : d'ajuster mieux et plus les menus détails imparfaits que comportait son armure souple. Ils l'irritaient au plus au point ! Mais cela relevait manifestement de la manie plus que d'un véritable soucis de confort... De temps en temps, il regardait vaguement vers quoi il avançait, tout accaparé par ces plis mal fichus, ces lamelles claquantes, ce surplus d'étreinte sur son cou, et le devint encore davantage lorsque les étendards magnifiquement hissés haut du quartier de l'Empereur se dressèrent tout devant. Carrément, il arrêta net d'avancer lorsque ne lui restèrent plus que quelques mètres à faire, comme il se sentait mûr pour exploser d'agacement plutôt que pour entrer et revoir de suite la source indubitable de son déraisonnable perfectionnisme. Alors, il se prit le front de ses deux doigts gantés un instant, ferma les yeux comme s'il était soudainement pris de vertige, dessina un sourire sardonique à ses traits, fit un point, et puis revint finalement à lui l'espace d'un soupir sans air.  

Il ne se permit pas de croire que ses trois camarades, Hasegawa Kazuo, Nagaya Eichi et Furuta Yoshifumi constatèrent sa déficience, qu'il fit complètement se résorber comme du pus sur une plaie. Il leur avait déjà dit de grandes choses quelques quarante minutes auparavant, du moins les essentielles, et ne voulait plus s’épancher éternellement sur ses propres fictions, aussi malades le rendaient-elles, à propos de la Kannushi. Au lieu de ça, et encore avant d'entrer enfin, il rappela durement à celui qui devait être Commandant d'oublier son tutoiement en toute circonstance et, aux deux Taisa bien trop bas socialement, de révérer correctement la Sainteté. Il ne doutait pas qu'ils fussent, l'un et l'autre, tout à fait savants et convenables, et tout à fait disposés du reste à respecter ce qui devait l'être, jusqu'à la manière de garder les yeux bas devant l'Incarnation du Pouvoir, mais plutôt il chercha à leur évoquer comment il avait engagé le Clan aux pieds de la Maîtresse du Ciel, et combien il les avait si fermement loués devant Elle, qu'il n'admettait pas d'être affreusement déçu, encore, par de stupides erreurs de crapoussins, encore, et moins par eux ! Quant à Kazuo, il lui offrit son quart d'heure de sagesse : pour des raisons évidentes, le jeune homme au masque ne pouvait se joindre à eux couvert comme il aimait l'être et bénéficia de ce fait d'un non futile moment de liberté. Il dut tout de même assurer de rester disponible.

Sur cela, Fukyuu Hankyou mesura la grandeur de leurs âmes, tout en rangeant son mouchoir en soie dans son col de fer, sous la bavette, et redressa ultimement ses manches métalliques et brodées qui ceignaient chacun de ses bras. Il avait eu la bonne surprise de trouver cette armure déjà sur son chevalet et de pouvoir de cette façon l'enfiler plus vite qu'elle n'avait dû être dépliée hors de sa boîte ; plus vite même qu'il n'avait passé de temps à en juger l'état de la qualité et le bon goût des ajustements. Maintenant, ça n'avait plus la moindre importance : on les fit entrer.

De suite, le Champion du Bœuf Divin courba le dos d'amabilités respectueuses. Il fit une révérencieuse inclinaison à l'Impératrice et à ses gens, puis plusieurs moins appuyées à ceux et celles qui étaient-là, sans les regarder davantage qu'il n'avait osé regarder la Grandeur. Il resta à terre comme il se présenta avec ses hommes :

« O-Sumera Mikoto Heika-sama. Me voici à nouveau devant vous, Seigneur des Neiges Éternelles, votre tout aussi éternel dévoué, et avec moi Nagaya-san, ici pour assurer la cohésion et la protection de cette flotte toute vôtre, et Furuta-san, Taisa sous lui, fait gardien aujourd'hui de la pureté de chacun de vos sujets. Merci de nous recevoir. »

Et, quand il sut qu'il put se relever, il alla jusque Shuzen Seiko, à côté de laquelle il s'obligea à se mettre. Encore, il s'inclina devant elle, sobrement, artificiellement il la salua comme il devait le faire et se redressa en évitant de la regarder. Malgré la tiédeur de son visage, il n'eut que l'impression d'afficher au monde autour qu'ils avaient plus que des dissemblances physiques en commun l'un et l'autre et, de ce fait, absolument rien à partager sinon la froideur de leur Kami..


Où qu’il tombe
Le Flocon reste blanc, toujours
Suivi par l’Hiver.


L - M - Me - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Unzen Haruya

avatar

Taisa

Messages : 249
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: The weird slacker
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 25 Sep - 2:13

Jusqu'ici, son plan s'était déroulé sans accroc. Aller négocier avec Fukyuu personnellement, devenir leur otage comme garantie dans l'accord et, la partie la plus importante du plan, ne surtout pas participer à la suite des événements contre les yokai. Et donc maintenant le plan avait foiré misérablement quand quelqu'un avait négocié avec Hankyou qu'il participe côté Okaruto malgré son statut d'otage. Malgré tout le respect qu'il avait pour cette personne, si jamais il devait mourir, il la hanterait. D'un autre côté, même sans ça il aurait été dans l'obligation de participer pour une autre raison... Teruki Kaede, présentement Kannushi du serpent. Et il était son élu. Quelqu'un était venu directement la chercher, et il n'allait quand même pas se permettre de la laisser risquer sa vie toute seule? Haruya n'a pas beaucoup de principes, mais il les tient. Quoi qu'il en soit, il était présent dans le camp, et n'avait absolument aucune envie d'y être ni de participer à la suite des événements.

Du coup, il était arrivé avec la flotte de renfort Fukyuu et avait pris soin, d'un commun accord, d'éviter au maximum les interactions avec Kaede. Sa fonction de Kannushi était connue maintenant, mais pas qu'un élu avait été désigné. Et l'élu en question ne se sentait pas prêt à se jeter dans le bain. Il se doutait des réactions qu'il allait devoir subir et devait s'y préparer mentalement ainsi que ses plans en conséquence. Mine de rien, il a tout de même des sentiments. Il ne doutait pas le moins du monde de la qualité des shinobi de la glace et qu'ils aient remarqué les déplacements suspects de leur otage, régulièrement en compagnie de la même femme, qui se révélait aujourd'hui être une Kannushi. Il ne doutait pas trop non plus de la discrétion des Fukyuu, au moins ici, à ce sujet. Ils n'avaient pas d'intérêts à faire savoir ce genre d'informations maintenant de toute façon. A moins que l'élue d'Amaterasu ait aussi un radar à Daimyo ou qu'il merde lui-même, sa couverture devrait être maintenue.

Le Taisa avait pas mal de subordonnées à voir, surtout pour connaître l'état du camp et ce qu'il s'y était passé en son absence. Il voulait le maximum d'informations sur les escarmouches et ce qu'ils avaient eu à gérer. Cela ne pouvait que servir pour la bataille qui allait suivre. Pas même le temps d'un soupir et déjà venaient la délégation de Birei, dont l'empereur, ou plutôt l'impératrice en personne. Occupé lui-même et sachant ses confrères tout autant occupé, il attendit patiemment l'invitation de sa Taisho pour un briefing rapide avant de venir dans la tente principale. A la base, il n'avait encore pas eu envie de participer, mais sa présence était obligatoire. Damned. Qu'avait-il fait pour mériter tout ça? Ah oui, son boulot... Ce n'était pas très motivant. Enfin, ce n'était pas comme si il était motivé à la base, simplement une histoire de principe, une "conscience professionnelle".

Une réunion avec l'impératrice en prime... Plus de la moitié des convives allaient être dans leur plus belle tenue et ils allaient parler de leur langage le plus soutenu pour ne surtout pas froisser sa majesté et être bien vu par celle-ci. Tout ce temps gâché dans ces foutaises... Leur tenue et leur langage ne les sauvera pas de la mort dans ce qui suivra. Enfin, il faut mettre quand même les formes, ce serait gênant de mourir avant d'arriver à la bataille. C'est pourquoi il entra dans la tente avec le visage le plus radieux qu'il ait jamais eu, ainsi que plusieurs documents, précédant Kasuga Riyu. Sa tenue était par contre celle habituelle, il n'allait pas perdre du temps à s'habiller mieux pour une réunion qui n'allait probablement pas beaucoup servir. Que cachait son visage radieux? Les épaules les plus tendues qu'il ait jamais eu. S'il n'avait pas à montrer l'exemple et maintenir le moral des troupes, il serait le premier à prêcher leur mort à tous imminente.

Les courbettes de rigueur à tous ceux présents, plus ou moins appuyées en fonction de la personne à qui elle est adressée. Il allait avoir des problèmes de dos jeune avec tout ça... L'avantage d'être Taisa était qu'en arrivant avec la Taisho, c'était elle qui s'occupait de toute la parlotte et la langue de bois. De toute façon il était bien trop bas dans la hiérarchie pour oser adresser la parole à l'impératrice, n'est-ce pas? Et il se plaça donc avec ses documents. Puis il se rendit compte qu'il avait oublié l'encre et la plume et prit le risque de passer pour un abruti ici en allant en demander. Il fallait bien une secrétaire dans une réunion, et si c'était vraiment inintéressant, il avait de quoi écrire toutes les idées qui lui passaient par la tête pour gagner avec le moins de pertes possible.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5093
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 25 Sep - 14:56

De sa demie-armure d’apparat, seul persistait le cache-oeil censé dissimuler son manquement à la soumission filial et la cruelle sanction qui en résulta. En effet, ce fut dans une autre tenue, une autre armure que Riyu se présenta de nouveau à l’Imperatrice. Une de bataille, cette fois, qu’on lui avait enfilé avec la vitesse et la précision de l’habitude. Celle-ci, sans son casque, portait tout de même les couleurs et les mon de la famille Kasuga et du clan Okaruto, ainsi que les attributs de sa maîtresse.

Ainsi donc, elle se joignit à la réunion en guerrière parfaite et rompue, dénotant tout à coup par rapport à son colonel qui l’avait précédée dans une tenue des plus sobres. Un autre dont la taille impressionnante suffisait à l’introduire, la suivait de quelques pas et composait la dernière mais non moindre pièce de ce trio dépareillé. En vérité, leurs présences à tout deux à ses côtés tenaient des faits que Unzen Haruya était le véritable maître des lieux pour avoir fondé ce campement, et propriétaire d’informations essentielles à la bataille que tout allait mener. Pour Daiyuki Raiken, il était simplement l’Ombre du Dragon et sa deuxième conscience, son second qui avait tout aussi intérêt à participer à cette réunion puisque la mort comme nul part ailleurs rôdait en ces lieux.

Si on avait pu remarquer combien elle avait pu être tendue sur le trajet de Birei à Hokori, Riyu des Kasuga auréolait à présent d’une nouvelle résolution, comme s’il était du fait de son armure. Elle vint d’abord, humblement et convenablement saluer l'Impératrice sans que son état deifiee ne la trouble.

“Mikado Eika-sama, me voilà de nouveau devant vous en commandant des armées des Brumes de votre mère. Et bien que vous êtes ici chez vous et que Yokuni vous appartient, je vous prie d’excuser l'état de cette province dont j'aurais épargné la pureté de votre regard jusqu'à aujourd'hui.”

Un statut contre lequel elle ne pouvait pas grand chose en réalité. Les Eta avaient beau nettoyer la plage et la mer des corps et les religieux purifier et purifier encore, la mer et le ciel apportaient toujours un peu de pourriture en ces terres. Au moins les corps leur avaient révélés contre quoi ils allaient tous se battre avant de pouvoir accéder à la Faille.

Riyu attendit enfin un signe, compatissant ou froid, de son ultime responsable pour s’installer dans le plus calme des silences.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 111
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 25 Sep - 18:48

Sora était d’un tempérament colérique depuis le début de cette journée sans fin. Sans fin car, évidemment, la kannushi avait très mal dormi durant cette nuit, hantée par la nervosité et l’anxiété naturelle éprouvée la veille d’un combat aussi crucial. Au stress, avait suivi la colère comme si c’était une conséquence totalement inévitable. Elle avait même à un moment hurlé contre un simple soldat parce qu’il s’était permit de rire devant elle. Clairement, il ne l’avait pas mérité, et les quelques personnes présentes n’avaient surement pas compris la réaction de la jeune religieuse. Mais elle s’en fichait. Aujourd’hui était finalement le jour où il avait fallut se rendre jusqu’aux lieux les plus proches de la Faille ; et donc le jour fatidique où allait potentiellement se jouer l’avenir de Yokuni tout entier. Elle ne savait pas vraiment tout à fait à quoi s’attendre. Elle n’était même pas sure d’être tout à fait elle-même en ce jour. Bien sur, tous les scénarios possibles avaient été faits et défaits et refaits lors de ces derniers jours dans son esprit. La précédente réunion et le court séjour à Birei avaient donné lieu à de nombreuses questions, et bien peu de réponses avaient suivi. En fait, beaucoup de sujets de réflexions s’étaient bousculés dans sa tête, laissant place à bien peu de confort et de repos avant les épreuves qui les attendaient tous …

Elle pestait alors contre le temps, faisant des reproches à quiconque croisait son regard, ayant et entretenant un dégoût profond pour l’horizon qui affichait nombre de cadavres et d’autres vues peu joyeuses, l’atmosphère nauséabonde du Yomi qui se répandait sur le campement monté en vue de cette bataille n’arrangeant évidemment rien. Sa perception de son Dieu avait l’air si faible en un jour si important ... Urahara était là quant à lui, mais tout aussi peu enclin à la bonne humeur qu’elle. Il se taisait donc, attendant non sans agitation le moment de passer à l’action.

En bref, rien n’était fait pour qu’elle aille bien, et elle se trouvait à présent dans l’état d’esprit le plus exécrable qu’il soit. Etrangement, cela provoquait presque chez elle une forme d’insouciance. Alors qu’elle aurait pu avoir peur, au point de ne plus pouvoir tenir debout, elle se dirigeait pourtant d’un pas rapide voire effréné vers la tente qui allait abriter le dernier conseil, comme si elle avait hâte d’en finir avec cet évènement qui se voulait pourtant historique et hors du commun … Les visages qu’elle croisait se fermaient rien que lorsqu’ils lisaient dans son regard, sans doute devait-elle avoir l’air bien plus impressionnante aujourd’hui que lors des précédents jours.

C’est enfin en entrant dans la tente que sa rogne et sa haine chutèrent tout à coup, presque comme s’ils n’avaient jamais étés là. Au moment même où elle posa son regard sur les différentes délégations, et surtout, sur l’Impératrice, elle crut respirer à nouveau normalement, comme si pendant tout ce temps elle avait vécu à moitié étouffée. Son regard noir et froid, ses pommettes rouges et irritées, ses sourcils froncés, sa mine renfrognée, tout cela n’était plus qu’un masque brisé.

Alors que son coeur battait, son visage s’illumina et s’ouvrit. Elle ne se permit tout de même pas de laisser échapper un sourire, car les circonstances autour n’étaient vraiment pas réjouissantes … Mais elle se sentit tout à fait libérée d’un poids. Inconcevable pour certains, mais c’était pourtant bien le cas. Sora était ragaillardie. Elle sentait le Coeur de Gekigami briller en elle comme le plus beau des éclairs peut balayer un ciel noir de nuages. Il était là. Elle en aurait presque pleuré de soulagement. Mais là, ce n’était pas vraiment le moment. Le moment était venu de refaire selon les bonnes convenances, et de se présenter ainsi que la politesse l’exigeait. Ce qu’elle fit donc sans attendre en s’inclinant au plus bas :

“Ô Mikado-sama, voici mon âme et mon corps à votre service pour livrer bataille aujourd’hui et tous les autres jours qu’il faudra, afin que cette Faille soit enfin refermée pour favoriser la paix. Je suis honorée de pouvoir prendre part à cette grande cause, pour vous rendre Gloire ainsi qu’à Gekigami-sama.” dit-elle en s’adressant à la divine Impératrice, gardant le regard bien bas et la posture la plus humble possible.

Puis, lorsqu’il fut temps, elle se retira pour aller s’installer, saluant brièvement mais courtoisement le reste de l’assemblée, attendant que sa Dame fasse elle aussi son entrée. A présent, une brise légère s’emparait d’elle, un calme qui serait sans doute comme le dernier rempart dont elle disposerait avant le rituel.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Amadotsu Kodan

avatar

Admin
Taisho

Messages : 1198
Date d'inscription : 06/05/2014

Feuille personnage
Age: 36
Titre: Kazan Chinsei-ka, le volcan apaisé.
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 25 Sep - 19:16

Les voiles des flammes s'étaient tendues hautes, portées par un vent favorable et par l'attention des marins fidèles aux brasiers du Nord. Aucune liesse cependant ne s'entendait, chaque visage fermé et orienté, pour ceux qui l'osaient, vers l'immonde, lointaine et néanmoins visible émanation ténébreuse dominant les eaux enfermées par les plages de quatre des cinq grands clans. Celui du guerrier suprême des Setsu ne faisait guère mentir son rang, ciblant cette destination future qu'aucun n'avait osé tenter de rejoindre jusque là, sans quoi le témoignage de ces hypothétiques fous ne serait jamais à entendre.

Pourtant, il était clair que le conclave s'était transformé en véritable organisation d'invasion de ce domaine impossible et chaque territoire sous la tutelle d'un Élu Divin et de la voix de ces derniers s'était organisé par le biais des servants Impériaux de la Lumière d'Amaterasu pour coordonner ses efforts spirituels et militaires. Lui-même avait usé de ces êtres étranges, aux côtés de la jeune Hatamoto qui l'eut accompagnée à la Capitale de la Fille des Cieux, afin d'ordonner la mise en marche d'une division des meilleurs archers du feu, mené par une Taii réputée des Kiyomasa.

Le nom d'une héroïne de Moe, descendante des Fukyuubi, se trouvant parmi les hommes qu'il avait dépêché à la suite de la récente incarnation de Kagutsuchi et il faisait confiance en cette dernière pour organiser le voyage depuis Setsu, lui-même ne pouvant guère plus que de transmettre messages et ordres depuis Birei. Ainsi, il s'était séparé de Sakuya, celle-ci retournant veiller sur leur Daimyo en rémission et laissant le Taisho escorté de la plus légère compagnie officielle qu'il eut connue.

Car aux côtés de l'héritier des Kiyooki, seule Saya, guerrière des brumes et sa promise, ainsi que Miseki, dernière des Zenmyo, femme-enfant et déjà porteuse inconnue de mille responsabilités dont l'Imperatrice seule et le Général avaient connaissance. Pourtant, bien avant de parvenir en Hokori où le rendez vous massif était donné, sans même que ne soient visibles les voiles supplémentaires qui viendraient s'aligner à son robuste tekkosen, le bushi était serein.

La succession des rencontres qui s'était effectuées au Palais Souverain de Yokuni avait connu bien plus de richesses que de revers et il était certain de retrouver en terre Okaruto ces visages qui le rendait confiant dans cette entreprise l'ayant laissée de prime abord prit des plus terribles doutes. Vêtu comme il était venu lors de l'Assemblée, il ne considérait cependant pas avoir besoin de plus que cela, surtout durant le trajet en mer, car sa constitution légendaire ne le sauverait pas si il devait se recouvrir de sa massive ō-yoroi dont il avait fait mander le déplacement au cas où.

Sous son jinbaori, sa riche tōsei gusoku suffirait amplement face à toute menace et lui laisserait un semblant de mobilité, bien qu'il se sache plus lent qu'autrui. Toute ces considérations secondaires furent soufflées comme les feuilles d'automnes sous une bourrasque alors que le rivage offrait son déplorable spectacle à ses yeux. Car si grandiose lui apparue la flotte appareillée des neiges et le nombre de guerriers de tous horizons qui se rassemblaient sur le rivage, la vision des corps absurdes de créatures inconcevables s'amoncelant au gré des vagues le répugna instantanément.

Ce sentiment mis de côté afin de garder la dignité imposée par son rang, il débarqua sur sa monture aux côtés de sa future épouse, dont le statu n'était plus inconnu de quiconque dorénavant, laissant les serviteurs de son navire accompagner à sa suite et dans un palanquin arrangé pour elle, l'être mi-femme, mi-Déesse dont il avait l'honneur d'être l'escorte.

Kabegami incarnait l'être Divin du secret, quand bien même le principe lui nouait les tripes, son statu d'élu devait le rester tout autant que l'identité de ceux qui juraient fidélité dans l'ombre à Iha-Naga et par son biais, à celui qu'il était devenu, du moins en théorie. Ainsi, si ce signalement devait rester ignoré, il ne l'était pas de l'Imperatrice dont le jugement restait encore à entendre à ce propos et seul le Taisho incandescent se présenta à la plus haute tente, laissant derrière lui sa bien-aimée et accompagnant une Voix Divine sans indiquer à quiconque l'origine et les circonstances de leur rencontre.

Il n'était de toute façon en ces lieux qu'une seule entité à laquelle il avait des comptes à rendre et ceux-ci l'avaient étés bien des jours auparavant. Des masques déjà présent qui accueillirent sa venue de simples regards curieux, il en reconnu certain pour qui il portait une estime déjà bien haute, les saluant pour leur confier ce respect silencieux qu'il leur vouait, principalement son homologue des brumes, connue depuis des années, ainsi que l'élu des Monts Éternels, dont la récente rencontre n'affectait en rien la considération.

Il ne manqua néanmoins pas d'offrir ses respects aux autres présents, bien que rien de leur statu ne lui soit révélé, puis posa un genou à terre devant sa Souveraine et confidente, avisant le sol même tandis qu'il lui déclara :

Mikado-sama, je me représente à vous annonciateur de la venue de vos serviteurs des flammes et de l'incarnée dépositaire de la conscience de Kagutsuchi-sama. Les archers du brasier bientôt à nos côtés s'ajouteront aux forces déjà majestueuses rassemblées sous votre bannière unificatrice. À mes côtés cette jeune fille que vous savez déjà votre nièce, qui répond à votre appel avec honneur. Derrière moi les quelques navires de la flotte des Setsu tâcheront de s'aligner à la grandeur de nos frères de Fukyuu, leur arrivée ne saurait plus tarder à présent.

Refusant toujours de poser son regard sur la forme éveillée de l'Impératrice, il attendit que l'autorisation de se relever lui fut offerte pour rejoindre ceux, d'ores et déjà installés, de ce conclave qui prenait une allure bien différente de celui qui s'était déroulé en Birei.


L-M-M-J-V-S-D

Kazan Chinsei-ka
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 25 Sep - 20:45

Les voyages de Kannushi ne pouvaient pas être considérés comme de simples trajets d'agrément, car il était impensable que la Voix des Flammes fasse le trajet seule ou peu accompagnée, tout comme il était impensable que le feu brûle d'une froide flamme.
C'était pour cela que Kurome, nouvellement élue par son Kami, avait entamé le périple jusqu'au lieu de rendez-vous accompagnée d'une escorte digne de son rang. Sohei, Omnyoujis, moines et Miko avaient suivi ses pas de leur plein gré, ignorant ses réserves quand à la dangerosité de la mission qui les attendraient arrivés à Hokori, honorés de pouvoir servir tant l'Empire que Setsu. Aux religieux s'étaient ajoutés les sapeurs de son oncle ainsi que le formidable Taisa, qui s'étaient chargés d'escorter la procession jusqu'aux quais où ils purent trouver leurs bateaux et les soldats mandatés par le Volcan Apaisé lui-même. Même noyée dans ses pensées moroses, la pâle demoiselle avait souri en voyant les importants effectifs déjà massés sur les deux autres bâtiments et le sien, encore vide, qui attendait. Il avait des voiles aussi rouges que les ailes du Phénix. Un détail insignifiant, subtil, qui lui donna autant de baume au coeur que l'aurait fait un délicieux thé.
Dans le tourbillon de réflexions et la gangue de nervosité où se trouvait la prêtresse, tout détail avait son importance et peu lui importait que le choix de couleurs aie pu être involontaire, ou que la moitié des vaisseaux du Clan portent cette couleur : elle se sentait personnellement soutenue par les étendues écarlates fièrement gonflées par le vent. C'était comme si le destin avait décidé de lui montrer son soutien, de la flatter après son choix courageux de prendre la mer, de s'enfoncer dans l'inconnu pour le bien de Yokuni même. Et elle en avait besoin, de flatteries...
Malheureusement, ce n'était pas le genre de sa suite actuelle que de dire des mots enrobés de miel pour la réconforter. Choisis par son mentor, ses suivants étaient des montagnes inébranlables et silencieuses, des titans étrangement de glace. L'un d'entre eux lui était connu, brun et tatoué et Riyajû comme son oncle. Les autres, elle ne les avait jamais vus mais elle les salua tous aimablement et elle leur fit la discussion, autant qu'elle le pouvait, pendant leur voyage.

Ce fut d'une rapidité et d'une simplicité presque étrange. Il ne leur fallut qu'une journée pour traverser les eaux et arriver en Okaruto, sur des plages glaciales puant la mort. La jeune femme frêle et habituée aux chaleurs de ses terres se surprit à frissonner, même enroulée dans deux kimonos et vêtue de son désormais usuel Uchikake. Ce n'était pas tant le vent que l'atmosphère de tristesse infinie qui venait la toucher en plein coeur : l'air, la terre, l'eau, tout était malade de cette Faille qu'elle voyait pour la première fois. Elle ne posa les yeux dessus qu'un instant avant de se détourner, partagée entre la révulsion et un éclat de volonté. Il fallait refermer cette abomination, quels qu'en soient les coûts.
Mais elle la terrifiait dans le même temps.
Il n'y avait toutefois pas assez de temps pour qu'elle se défasse de ses états d'âmes compliqués. la situation exigeait d'elle que Kurome soit pleinement présente et opérationnelle dès à présent, qu'elle mène ses hommes comme l'aurait fait son père, qu'elle les inspire, et elle n'était pas femme à abandonner ses charges ainsi. Elle profita des quelques instants passés dans une barque l'amenant jusqu'à la terre ferme pour se composer un visage de circonstances, modifier subtilement son port de tête et son flux de pensées pour devenir la Kannushi plus que la femme de chair et de sang.

Ce fut donc le menton levé et l'air fier qu'elle descendit de la barque. Vêtue et coiffée d'or, maquillée de carmin profond, elle était l'incarnation même du feu, un brasier crépitant qui passa sans s'arrêter dans le campement, les pans de sa tenue richement ornée battant derrière elle comme un étendard. Elle n'avait pas le temps pour les salutations, pas alors qu'elle était attendue par l'Empereur lui-même. Les nobles du campement, dont elle parvenait parfois à reconnaitre le visage, attendraient leur tour pour qu'elle leur glisse quelques mots.
Au moins, elle ne pouvait montrer sa peur sans parler. Tant que son pas était assuré, tant qu'elle continuait de marcher, elle serait en sécurité.
Et puis, elle était fille du feu ! La voix de Moegami ! L'élue, la destinée, celle qui avait été guidée par les ailes du phénix ! Pas une vulgaire prêtresse. La flamme dans son coeur redoubla d'ardeur, rependant sa chaleur dans les veines de sa Kannushi, éclairant son esprit.

"Attendez-moi ici je vous prie."

Ses suivants ne pouvaient pas pénétrer dans la grande tente recevant les êtres les plus importants, en cet instant, de Yokuni. Elle seul rabattit donc la toile et se pencha en avant, évitant les coups involontaires à sa coiffe en forme de phénix. Elle seule se redressa dans la chaleur des lieux une fois le tissu rabattu derrière elle, parcourant du regard l'assemblée, défiant de ses yeux d'ors quiconque de lui faire remarquer l'heure de son arrivée. Ce ne fut que lorsqu'elle eut fait l'inventaire rapide des seigneurs, officiers, Kannushis et inconnus présents qu'elle se laissa tomber sur les genoux, son corps tout entier abaissé en une position humble et parfaite bien digne de son éducation. La seule personne qu'elle n'avait osé regardé avait été l'Empereur lui-même.

"Me trouver en votre présence divine est un présent dont je n'aurais pu rêver, Mikado-sama. Je ne souhaite rien tant que de pouvoir vous servir en ces temps troublés, au nom de Setsu comme de mon Kami. Je suis Kannushi Iyashi Kurome et je porte par devers-moi les volontés de Moegami. Ma vie est entre vos mains, Ô Mikado-sama."


Et elle attendit là, au sol, que l'on lui dise de se redresser.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Ryuuketsu Katame

avatar

Jônin

Messages : 91
Date d'inscription : 15/10/2014

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Lun 26 Sep - 17:43

Depuis des jours déjà, il attendait dans l'ombre. Venu du septentrion levant, il n'avait guère discuté la demande que l'unique maîtresse qu'il reconnaissait en ce monde lui avait faite au travers des dons de l'Ordre des Reclus. Lui dont l'être intérieur avait ridiculisé le Bœuf flegmatique, trompé le Chat du mur et porté la fendeuse de monde sur Yokuni, aucune tergiversation n'était à émettre, le Soleil ne souffrirait pas que l'hôte de Ninigi-no-Mikoto trahisse l'urgence d'un tel appel.

Il ne ferait jamais défaut au Chien et comme le passé en porte aujourd'hui toujours la trace, il parvint au campement du rivage oriental du domaine d'Izanami avant que les premières voiles ne se laissent surprendre à l'horizon, ou les premiers chevaux ne fassent entendre le tremblement de leur sabots. Derrière son masque d'ivoire laqué au crâne stylisé, sous la toison artificielle aux tons cendreux et rassemblée en un catogan immense, son attention était toute prise par les tentes se dressant au fur et à mesure autour du premier camp déjà établi depuis un certain temps.

Faute de Kusanagi no Tsurugi afin d'affermir son identité de Voix de la Lame, il avait réunis à son obi carmin le daisho du Premier investi et sur son dos se croisaient les deux tachis démesurés de ses fils qui avaient portés sa dépouille jusqu'à sa dernière demeure, bien des années avant que l'Enfer Écarlate n'éclate. À ses côtés la seule prêtresse qu'il s'était autorisé d'avoir, fine combattante et amante qui ne répondait plus qu'au sobriquet de Nezumi dès l'instant où ils avaient convenu de ce voyage pour lequel la dévote avait catégoriquement refusé qu'il l'entreprenne sans elle.

Puisqu'il ne pouvait plus prétendre à ce nom pourtant légitime, il s'en était choisi un autre tout à fait approprié, au vu du cynisme qu'il entretenait à l'égard du Dieu l'habitant. Pourtant, il avait soigné son apparence pour lui rendre gloire, allant même jusqu'à grimper sur des tengu geta dont les ha ajoutaient trente centimètres à sa taille et dont il n'avait eu aucune peine à en dominer le port, son équilibre nouveau parfaitement maîtrisé laissant croire qu'il les eut porté toute sa vie.

Ces chausses restaient invisible, embusquées sous les larges débouchées d'un hakama prune qui n'avait aucun vœu de rendre hommage aux couleurs du territoire de Kasugami. Ainsi et derrière les fentes de effigie mortuaire qu'il portait sur le visage, il ne perdit en rien les arrivés des sommités qui se présentèrent une à une après que l’Impératrice elle-même ne lui apparu et qu'il reconnu immédiatement, contrairement aux autres invités sur qui il peinait à les rattacher à un nom.

Il fallait dire que la Souveraine, autant Élue que Voix, apparaissait sous une forme autant humaine que Divine, ses longs cheveux renvoyant la lumière en toute direction, les stries rubicondes parcourant sa peau sans la marquer à la fois, ces étranges oreilles canines et humaines simultanément, le tout se réunissant dans un impossible magnifique qui effaçait à ses sens la vue des cadavres épars des créatures que la mer rejetait sur les berges.

Puis fut venu le temps où il se lassa d'attendre et de découvrir les traits des êtres de cette vaste communauté dont il parvenait à grand mal de deviner de qui il pouvait s'agir. Car si il n'avait eu nulle difficulté à poser un nom sur l'expression du Dragon de l'Est accompagnée de ses deux Taisa dont l'un était impossible à ignorer, ou si simple lui fut-il de comprendre que le champion de Oyamatsumi était cet homme au centre d'un groupe de satellites portant fièrement les kamon Fukyuu, il s'ennuya d'attribuer identité à tout ces gens qu'il rencontrerait bientôt de son propre chef.

Aussi souleva-t-il son masque, révélant la vraie nature de son faciès connu de sa seule suivante qu'il gratifia d'une attention toute privée en guise de signe de mouvement. Mais c'est bel et bien couvert qu'il se présenta à l'orée du campement, annonçant ce qu'il était et ce qu'il portait en son sein. Celui qui l'accueillit alors, ne portant aucunement la flamme du doute de ce qu'il était venu annoncer, le dépassait encore, malgré le fait qu'il fut juché sur ses échasses de près d'un pied de haut.

Aussi vaste qu'il n'était grand, Ichiryuu Sukune s'avéra d'une politesse infinie alors qu'il mena l'hôte du rongeur Divin au chapiteau qui abritait alors une majorité des hommes et femmes les plus importants de l'Empire tout entier. Il n'y vit là aucune faiblesse, car une armée grandissait doucement autour de cette tente, à laquelle il ajouta celle qui était bien plus qu'une quelconque croyante à ses yeux, ce qui fut pour lui un déchirement dont il ne laissa néanmoins rien paraître.

Lorsque les pans s'ouvrirent sur lui, il salua silencieusement l'Absolue d'un humble signe de tête et avisa l'assemblée depuis son mempô complet, leur partageant une politesse égale à celle dont il avait fait usage à l'attention de la Souveraine. Il annonça alors d'un ton neutre, légèrement atténué par la pièce d'ivoire qui recouvrait ses traits :

Appellez moi Yuugai, Maîtres de Terres, Seigneurs de Guerre, Pairs en tant que Voix, Colonels fidèles et…

Son regard tomba sur l'une des membres de cette communauté en particulier qu'il dévisagea sans la plus petite hésitation avant d'ajouter, bien plus bas, comme à lui-même :

… Yoroshikune.

Son sourire ignoré à jamais l'accompagna jusqu'à ce qu'il alla s'installer contre la toile, à moitié accroupi, ses yeux dévorants l'assistance avec toute l'attention du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Nagaya Eichi

avatar

Taisa

Messages : 55
Date d'inscription : 07/06/2016
Age : 24

Feuille personnage
Age: 42
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Lun 26 Sep - 22:25

Nous suivîmes Hankyou à travers l'immense campement. Entre la sortie de la tente de commandement et les limites bleues du terrain attribué à Fukyuu, je finis d'aboyer quelques ordres aux soldats et aux officiers. Ils ne devaient pas rester inactif, l'ordre devait être maintenu.
Je n'étais pas complètement fier du conseil que j'avais donné à notre Daimyo sur comment renforcer la combativité de ces pauvres bougres. J'aurais préféré qu'on ait pas à trop utiliser d'artifices, que leur volonté et leur loyauté soit suffisante pour les pousser. Mais si la ferveur pouvait remplacer la volonté, j'y sacrifierais. Je préférais les voir exaltés et vivants que morts parce que j'ai eu des scrupules pour leur intégrité.
Le campement des armées du Yokuni prenait des proportions gigantesques. J'appréciais de voir ces bataillons au travail. Tanba dira ce qu'il voudra, nos voisins comme nos ennemis, dans l'ensemble, savaient diriger des troupes. Il nous suffisait juste d'être meilleurs, et que tout le monde le sache. Pour le moment, j'étais content de voir qu'ils n'avaient pas perdus de leurs forces, et que nous aurions des appuis solides dans la bataille à venir.
Enfin la tente impériale et l'Impératrice. Et par l'Enfer, je n'avais jamais entraperçu pareil spectacle. Je ne saurais dire si c'était l'effroi ou le ravissement qui me prenait... il était en tout cas évident que cet être quel qu'il soit était l'incarnation du pouvoir et forçait au respect. L'image vivante des puissances ordonnées qui allait affronter le chaos que la Faille déversait.
Après l'avoir saluée, nous prîmes place autour de notre kannushi. Hankyou à ses côtés, nous autres légèrement en retrait. Les dignitaires entrèrent ensuite, un à un ou en petits groupes. J'avais appris les noms, les rangs et l'histoire de chacun d'eux, et aujourd'hui je mettais un visage sur ces lignes de rapports. Je pouvais évaluer les êtres plutôt que les figures. Les Setsu éclatant, les gens d'Okaruto pour qui j'avais une certaine sympathie, les Eiichiro si... atypiques. La kannushi Kenshu qui devait provoquer plus d'aigreurs d'estomac à mon vieil ami que la plupart des soucis d'état.
D'abord aux dirigeants de parler, Hankyou s'en chargerait, j'attendrai le tour des soldats. Et puis... j'aurais ainsi tout mon temps pour estimer et comprendre ceux que le destin nous avait donné pour alliés.


- Commander, c'est l'art de tenir en équilibre sur un fil tout en persuadant les autres qu'il s'agit d'un large pont -

L - M - M - J - V- S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 336
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mer 28 Sep - 19:32

Le pinceau traçait délicatement des traits sur la surface du corps de Miwako. La dame des foudres respirait calmement, pour minimiser ses mouvements, il serait idiot de gâcher le travail du sohei et de perdre cette armure qu’elle pouvait ajouter.  Ils n’avaient eu que peu de temps pour organiser et amener des renforts, une troupe composée de samourais, d’onmyoujis et de soheis. L’homme qui apposait le sort sur son corps faisait d’ailleurs partie  de ces personnes arrivées depuis peu. Ses traits trahissaient une jeunesse passée et les cicatrices arborées une expérience certaine. L’ancienne onmyouji aurait bien aimé pouvoir analyser les gestes de l’homme, mais il était à présent dans son dos.  

« Tous les militaires du clan ont reçu des protections ? »

Le sohei poussa un léger soupir, il n’était pas complètement satisfait par ce qui avait été accomplis.

« Nous sommes parvenus à leur remettre des amulettes à chacun pour éviter la possession. Malheureusement au vu de la faille et de ses effets, elles ne seront peut-être pas aussi efficaces que d’habitude. »

La religieuse comprenait la frustration du sohei. Il n’avait cependant pas plus de temps devant eux pour fournir des protections plus efficaces. Ils ne pouvaient pas faire à chaque soldat la cérémonie qu’il faisait ici. Ils étaient déjà là depuis un certain temps et tracer des figures complexes sur tout un corps prenait du temps, bien plus qu’une amulette en papier. Surtout que si tout religieux maîtrisait la seconde technique, la première n’était pas la plus rependue et ceux maîtrisant un tel procédé n’étaient pas légion.

« Nous devons toutefois essayer et c’est mieux que de les laisser sans rien. »

Répondit calmement la Dame. Il n’avait de toute façon pas beaucoup de choix en la matière.

Une voix retentit de l’extérieur de la tente, car à part l’homme nécessaire pour fixer cette protection supplémentaire, nulle n’était autorisé à entrer. La jeune femme pouvait mettre sa pudeur de côté lorsque cela était nécessaire, il y avait tout de même des limites.

« Kenshu-sama, vous êtes attendu avec Kannushi-sama à la tente de notre divin empereur. »

Miwako se mordit les lèvres et tourna la tête, le sohei ne leva pas son pinceau, mais exécuta une petite courbette en signe d’excuse.

« Je suis désolé Kenshu-sama, pour que cette protection fonctionne, il faut que tout soit tracé en une fois. »


« Ce sera bientôt fini ? » S’enquit Miwako, gênée par cette information.

« Ne vous inquiétez pas, c’est presque terminé.»


La dirigeante des éclairs hocha la tête. Elle devrait faire avec de toute façon, il serait idiot de perdre patience maintenant. Elle avait besoin de cette protection supplémentaire. L’ancienne onmyouji avait bien conscience que venir sur un champ de bataille avec juste sa tenue de miko, c’était relativement suicidaire au vu du nombre d’ennemis.  Il n’y avait cependant pas eu le temps pour lui concevoir une armure classique, même légère. Cette solution avait été trouvée faute de mieux.
Les symboles que lui peignait le religieux sur le corps étaient une barrière, qui permettrait d’absorber une partie des dégâts infligées par les yokais. L’homme l’avait cependant prévenu sur deux points, le premier était que tous les chocs n’étaient pas complètement absorbés, cela réduirais la taille possible de la plaie et limiterait les dégâts. Par contre, aucun yokai ne pourrait la posséder, à moins que la faille n’affaiblisse gravement ce sort, qui deviendrait alors inutile.  Le second point était que la protection supplémentaire ne marcherait que sur les yokai. Ii un homme l’embrochait avec une épée, cela ne changerait rien à la donne. Pour les humains ces tracés n’étaient que des dessins, pas une barrière.

« Prévenez Sora-sama qu’elle s’y rende tout de suite et dites à Shigeru-dono de m’attendre là où vous êtes. »

Ordonna la jeune femme d’une voix douce, mais ferme à l’intention du messager qui repartit aussitôt. L’homme ne tarda pas à revenir pour lui informer que tout avait été transmis et que la Kannushi était partie avant même que le soldat ait pu lui transmettre toute les consignes de la Dame.
Un sourire amusé se traça sur le visage de Miwako, au vu de l’humeur de Sora ce n’était guère étonnant. Elle comprenait bien les sentiments de sa sœur de cœur et d’autant plus qu’elle était elle-même secouée. Peu de gens avait autant fouillé, n’avait été autant frustré et obnubilé par la faille que la religieuse durant ces derniers mois. La vue de cette dernière et les horreurs visibles autours avait causé bien des sentiments chez elle, allant de l’exaltation de se trouver enfin là, à la peur, la tristesse et le remord d’avoir vu juste concernant cette monstruosité. Miwako n’avait cependant guère eut le temps de laisser ses sentiments la submerger, bien qu’elle trouva le temps de s’excuser devant un corps de yokai de leur retard, car les renforts étaient arrivée rapidement et les enchaînements de réunions et autres mise au point avaient été nécessaire. Cela l’avait aidé à conserver son sang-froid, un élément qui lui semblait plus important que jamais, au vu de leurs objectifs.

« C’est terminé ma Dame. »

Fit simplement le sohei. La demoiselle ferma les yeux pour profiter quelques secondes encore du calme presque irréaliste de cette pièce. Le religieux avait su instaurer un instant de pause, un suspend. C’était presque étrange à ressentir après des mois dans l’angoisse et le stress au quotidien.

L’homme se releva sans plus un mot, alors qu’elle revêtait une tenue de miko, légèrement modifiée, mais parfaitement reconnaissable, pour qu’elle ne soit pas gênée dans ses mouvements. Les marques étaient donc à présent cachées, sauf celles se prolongeant jusque sur le dos des mains, plus les quelques traits sur une partie du cou. Son statut présent de Dame était visible par un ajout à sa coiffe. Cette dernière n’était pas purement esthétique, il ne fallait pas que sa chevelure l’aveugle lors d’un combat, toutefois au vu de sa position sociale, elle ne pouvait pas se cacher. Ce n’était pas un détail à mettre complètement de côté, même maintenant.

Shigeru-taisa l’accueilli avec la courbette de politesse et elle lui répondit par un sourire. Elle aurait certes aimée le revoir dans d’autres circonstances, mais Miwako était tout de même heureuse de travailler de nouveau avec cet homme qu’elle appréciait. Sur le cours trajet vers la tente, la demoiselle sentit revenir au galop le stress, la peur, l’angoisse, l’exaltation, et la détermination. L’échec ne leur était pas permis, le paysage de cette plage suffirait pour convaincre n’importe qui.

Lorsqu’elle pénétra dans la tente impériale, il y avait déjà une multitude de visages, connus et inconnus, que la Dame salua comme l’exigeaient les convenances. Malgré sa tension et sa détermination, un éclat d’excitation brillait dans le regard de la demoiselle. Elle avait fait un pèlerinage pour rencontrer tous les Kannushi connus et là, elle était en présence même de ceux sans clan.  Dans une autre situation, elle aurait probablement bondi de joie, mais l’heure n’était pas à la célébration.

La Dame des éclairs mit un genou à terre avec le respect et la dévotion qu’elle devait à l’incarnation divine qui les dirigeait tous. La forme extraordinaire de l’impératrice, ainsi que son sexe n’avaient en rien entamé la ferveur qu’avait la Dame des éclairs pour la divine incarnation d’Amaterasus. Cela semblait même avoir eu l’effet inverse et conforté la religieuse dans son attitude. Le militaire l’accompagnant ne semblait pas le plus à l’aise, mais se pliait aux exigences du protocole.

« Mikado-sama, je me présente aujourd’hui devant vous avec les renforts sous la protection de votre frère Gekigami-sama. Des samourais, des soheis et des onmyoujis qui feront tout pour que cette bataille devienne votre victoire. Le taisa Shigeru-dono, qui m’accompagne, sera l’homme qui dirigera vos foudres contre l’adversaire. »


Les deux attendirent que l’autorisation leur soit donnée avant de se relever et de rejoindre Sora.



Absente jusque fin aout
Revenir en haut Aller en bas
Yoribata Akira

avatar

Non Joueur

Messages : 13
Date d'inscription : 07/04/2016

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Yoribata Akira
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 2 Oct - 22:44

L'heure du badinage était révolue. Le brasier hardant au fond de moi rugissait. Cela faisait déjà des mois que Yomigami me laissait accomplir sa destinée sans communiquer sur la moindre de mes décisions et sur le moindre de mes actes. Moi qui pensais que trouver quelqu'un d'assez visionnaire pour comprendre notre idéau, d'assez violent pour exacerber notre soif de renaissance, sans scrupule, et d'assez parfait, pour être l'image de celui qui guidera notre monde, vers la nouvelle ère telle qu'elle m'a été montrée et promise par yomigami serait une tache aisée pour moi … je suis encore bien loin du compte... Une telle personne existe-t-elle ? … Mes objectifs se seraient-ils fourvoyés ? Et ce silence de sa part rongeant en moi jusqu'à la dernière parcelle de confiance... Me serais-je égaré ? Ne serais-je pas rentré moi-même dans une vision du monde qui ne serait que le reflet de mon utopie. Suis-je vraiment celui que je prétends être … l'élu de Yomigami … ?

Non, je ne peux pas remettre en cause de telles choses... Aucun humain n'aurait l'imagination assez grande pour voir ce que j'ai vu... Aucune vision ne saurait se faire aussi précise pour imaginer une apparence aussi détaillée de ce à quoi il peut ressembler... Ce ne sont que mes échecs qui sont le fruit de mes doutes... Il me teste. Il teste ma loyauté et moi j'étais prêt à tout remettre en question... Comment puis-je avoir pensé à ça ne serait-ce qu'un instant ?  Un kami me donne sa confiance pour que je sois son intermédiaire avec le monde humain et voilà à quoi j'arrive … Je suis vraiment …

« Bonjour »


Quoi ? Quelle était cette voie ? Je suis pourtant seul ici.

«  Ne vous inquiétez pas, nous entendons ce que vous pensez. »


Ce que je pense ? … Et puis quoi encore.


«  je vous le certifie. Nous sommes l'ordre des Reclus. L'Empereur a besoin de vous. »

«  L'empereur ? L'Ordre des Reclus ? De quoi parlez vous ? »


«  Il n'y a aucun doute. Vous êtes bien le Kannushi choisi par Yomigami. Nous avons besoin de vous de toute urgence. Il nous faut refermer la faille par laquelle Yumigami déverse son fléau .»

«  Que doit-je faire pour cela ? »


«  L'empereur vous attendra le 6ème jour en Lune du Chien de la 41ème Ere des Cendres à Hokori. »

« Il en sera ainsi … Pour l'Empire...»


La voix disparut. C'était des plus étranges … Jamais je n'avais ressenti ça … C'était tellement … Étrange … Moi qui pensais que mon esprit était bien le dernier lieu où on pourrait m'écouter … Mais leur puissance ne faisait aucun doute et il ne s’amuserait pas à le refaire... un ordre impérial … En voilà une chance … non … C'était catastrophique.... Se déclarer officiellement kannushi au yeux de tous... Si la situation n'était pas aussi grave et étrange, je pourrais presque penser que c'est un traquenard. Il faut que je réfléchisse et vite …


« Akira !»


Ce frisson, cette voix, cette présence, je pourrais les reconnaître entre milles. Cette sensation m'avait manqué. Instinctivement je me mis a genoux et m'écrasai au sol pour saluer mon maître. Enfin il était la. Enfin j'avais de ses nouvelles... Yomigami...

«  Porteur de mes serments, vas me faire honneur et sois mon avatar pour que ma puissance puisse aider mes frères à fermer cette antre. Ne me fais pas défaut. »

« Tout ce que vous voudrez, ô grand Yomigami... »


Chacune de ses apparitions était tellement courte mais d'une importance telle... Jamais je ne m'en lasserais... C'était exactement ça qui me manquait … Une preuve que mes efforts allaient aboutir à un monde meilleur. De quoi me redonner confiance … De quoi rechercher plus que jamais mon élu.


Cela m'aura pris sept jours de voyage... Sept interminables journées de voyage mais j'y étais enfin … Mais qu'importe j'allais enfin pouvoir avancer en quelque sorte dans nos objectifs respectifs... Qu'importe la difficulté que cela aura pris, la confiance était telle la plus pure des sources d'eau. Imprenable et aussi parfaite que je me devais de l'être.

Malgré tout, mes réflexe habituels étaient toujours bien présents... Et autant dire qu'ils étaient mis à rude épreuve... Détailler tout ce qui se passerait en une seconde près dans ce camp était tout bonnement impossible... Trop de personnes, trop de mouvements, trop d'actions... j'allais devoir m’asseoir sur ma volonté à tout analyser et accepter de me laisser guider par Yomigami.

Je me devais de me méfier malgré tout … Un kannushi sans élu, c'est un futur fondateur d'un ennemi voisin pour les clans … et même si entre les événements et les tensions entre les clans, je n'étais qu'une goutte d'eau, j’étais malgré tout la goutte d'eau capable de créer d'énormes conséquences. La plupart des tête pensante de Setsu devaient sûrement être présentes aussi et avancer à visage découvert serait m'assurer la destruction de ma double identité. Aussi je m'étais offert un masque pour l'occasion... un dont les caractéristiques étaient tellement communes qu'il pourrait appartenir à n'importe qui... Et c'était là tout l’intérêt... Apporter l'attention sur n'importe qui... Malgré tout, j'avais fait bien attention qu'une de mes caractéristique physique ne puisse ressortir facilement. Aussi l’entièreté de mon visage était recouverte, cachant au passage ma chevelure blanche. Peut-être étais-je trop vigilant mais après tout je ne pouvais pas me permettre de venir aveuglement ici.

Ce fut en entrant dans la tente que je compris à quel point j'avais bien fait. Toutes ces personnes, tous ces potentiels ennemis... Il était clair que j'aurais aimé détailler chaque personne, chaque mouvement, chaque tic, chaque détail, mais une seul chose m'obnubila rapidement. L'impératrice. Une telle pureté... Je comprenais quelque part mieux mon combat... L'humain n'était qu'un échec... Si chaque humain possédait des attribut divins comme elle, alors il est sûr que leur vision du monde serait totalement différente...

Calmement, je m'approchai et m'inclinai devant l'impératrice.


« Mikado-sama, Je me présente à vous comme demandé. Je ne serai que la voie et la volonté de Yomigami en ces lieux, mais tout son pouvoir servira votre cause dans cette quête pour refermer cette faille et vous rendre gloire. »


Suite à cela, je me retirai rapidement. Ce genre de discours ne sont pas mon fort mais je devais faire partie des rares élus à avoir pu rencontrer l'impératrice en personne. Maintenant que j'avais fait ce que je me devais de faire, j'allais enfin pouvoir assouvir ma soif d'analyse.


L -M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Birei L'Empire

avatar

Maître du Jeu

Messages : 46
Date d'inscription : 23/04/2016

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Lun 3 Oct - 0:00


Mirai Sora, Kenshu Miwako, Suzue Aiko, Shigeru Juubei...Shuzen Seiko, Nagaya Eichi, Fukyuu Hankyou, Furuta Yoshifumi...Iyashi Kurome, Amadotsu Kodan, Zenmyo Miseki...Iwako Hisae, Daiyuki Raiken, Kasuga Riyu, Unzen Haruya...Kabukicho Kyo, Ryuuketsu Katame, Gushiken Kuma...

Malgré les faux semblants, malgré les rivalités, malgré les conflits qui ont pu être les vôtres et qui le sont peut-être toujours, vous êtes tous sous la même tente et reconnus un à un par impératrice qui vous somme de vous redresser. Il fut clair à vos regards que Hokori en ce jour n'est plus territoire Okaruto mais propriété de l'Empire tout entier, car vous êtes les dignes représentants de l'Empire qu'elle que soit votre clan et vos aspirations. Aussi, si vous appartenez à ceux qui se cachent, l'Impératrice ne peut que se montrer compréhensive face aux précautions que vous employez alors. Seule la mort que revêt comme tenue l'une des vôtres la fait ciller, cependant celle-ci finit par recevoir comme vous tous le hochement de tête impérial qui vous admet parmi ses plus proches sujets d'alors.

Alors même sous la pénombre de la grande tente qui vous accueille, elle semble luire d'une lumière surnaturelle et ouvre enfin sa gueule pleine de crocs contrastant avec son regard parfaitement humain. Celui-ci est triste, morne, gris comme le temps. Et elle parle d'une voix adolescente :

"Protecteurs de Yokuni, chers frères et sœurs, je vous remercie d'avoir répondu présents à mon appel. Notre frère, Yumigami menace en ce moment ce que nous avons de plus précieux : notre Empire. Il déverse son envie et sa hargne sur ces terres qui sont les nôtres, promet la mort à nos yeux et à celle de nos sujets, à nos corps et à ceux que nous protégeons, à nos esprits à ceux que nous respectons et à nos âmes et à celles que nous aimons. Cependant, un Kami n'a pas le droit de molester ainsi les œuvres de ses semblables. Apprenons lui que la violence n'est pas la voie à choisir, car nous restons plus forts malgré ses manigances. Montrons-lui qu'il n'aura jamais ce qu'il souhaite en ces temps qu'il se permet de troubler. Vous êtes l'Empire, nous autres Kami vivons en vous, vous n'avez rien à craindre même dans l'adversité et dans la mort."

Son corps frêle de jeune fille, révélé malgré sa forme partiellement canine, levé devant vous vous parait alors la plus solide des armures et la plus brillante des bannières. Ses Omnyoji et ses Sohei, debout derrière elle, dressent le poing et crient  " Pour l'Empire de Yokuni ! Pour l'Impératrice Asahi ! Banzai ! Banzai ! Banzai !" résolument. Ils sont une vingtaine et tous marqué par l'expérience.

Après un instant de calme avant lequel vous avez pu élevé la voix avec eux, Asahi tend la main vers l'une d'entre vous. Il s'agit de Iwako Hisae, la Kannushi Okaruto qui se lève et s'avance vers la jeune fille. Déterminée malgré ses mains tremblante, elle s'agenouille devant la représentante d'Amaterasu.

"Les sacrifices seront nombreux mais ne devront pas entamer votre moral. Ceux qui les initient se donnent à l'Empire et croient en vous, alors ne les décevez pas et menez nous à la victoire, pour que le Royaume du Yomi regagne sa place."

Elle semble chuchoter quelque chose à la Kannushi au regard brillant, lui tient chaleureusement la main, puis accole deux doigts sur son front. Aussitôt, Hisae s'écroule sur elle et Ichiryuu Sukune se presse de débarrasser sa pauvre constitution de son lourd mais précieux fardeau.

"Pour cela, vous ne serez pas seuls. Mes forces les plus aguerries sont vôtres. Je les ai réparties équitablement entre vos domaines respectifs. Accueillez-les comme s'il s'agissait des vôtres. Ils ont pour ordre que vous viviez."

Ils s'inclinent et font vibrer la tente de nouveaux cris du coeur. La rumeur des attaques Yokaïs est encore bien lointaine, si lointaine qu'elles n'ont pas encore commencé pour vous.

"Unzen-Taisa, vous êtes l'homme qui fut le plus proche de la Faille. Le seul à oser s'y aventurer de votre propre chef avant tous. Qu'avez vous pu noter qui nous serait utile dans notre entreprise ?"

Citation :
A savoir


  • Seuls Daimyo, Kannushi, Hatamoto, Taisho et Taisa sont attendus dans ce sujet pour écrire qu'ils rejoignent la tente de réunion.

  • Nous n'attendrons personne et il ne sera pas toujours possible de rattraper le fil en cours de route. Soyez assidu à la lecture afin que cette tâche soit la plus simple possible.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Souty et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 1 : le 09/10/2016.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.

Revenir en haut Aller en bas
Unzen Haruya

avatar

Taisa

Messages : 249
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: The weird slacker
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 4 Oct - 14:03

Du monde haut en couleur et en rang s'intégraient à cette réunion d'une importance capitale pour la bataille qui allait faire rage pour sauver Yokuni. Et le Taisa n'en avait rien à cirer et continuait de réfléchir et de noter des idées. L'important n'étaient pas les personnages mais ce qui allait ressortir de cette réunion, il ne porterait donc son attention sur ce qu'il se passe qu'au moment où l'impératrice allait prendre la parole. Si seulement il n'avait pas abandonné son plan d'origine de quitter l'armée pour rejoindre le temple... Cela dit, il ne serait dans ce cas pas là. Mais au moins, il saurait mieux à quoi ils peuvent avoir affaire et mieux comment les gérer. Haruya n'avait pas le temps de penser à tout et ne pouvait pas prévoir un plan capable de tout prendre en compte. Une pause s'imposait peut-être dans ce cas? Compter un peu sur les autres pour avoir plus d'informations et de meilleurs idées que lui.

L'impératrice prit la parole, pour remonter le moral et introduire la réunion. Le Taisa était loin d'être aussi positif sur leurs chances, et il faudrait de l'aide divine pour permettre leur victoire. L'avantage c'est qu'ils l'avaient, cette aide divine. L'inconvénient, c'est qu'il n'avait aucune idée de la forme de cette aide face aux yokai. Un laser des yeux qui les désintègre serait certainement bien pratique... Mais ses combattants allaient être une aide plus qu'appréciable, spécialistes de ce genre d'adversaires. Haruya participa bien entendu aux cris en l'honneur de l'impératrice, même si il détestait ça, ce n'était pas le moment de se faire remarquer. Les paroles suivantes, après avoir invité Hisae à s'approcher, rassurèrent grandement le colonel. Réaliste, il y aurait des sacrifices, mais surtout ses hommes avaient le meilleur ordre possible dans cette situation. Son estime pour l'impératrice monta légèrement, tout en se demandant si cela venait d'elle ou plutôt d'un conseiller... Ses talents d'oratrices n'étaient eux en aucun cas à remettre en question.

Puis le drame. Dès le départ, il lui était demandé de donner le plus de détails possible sur ce qu'il avait vu de la faille. Lui qui avait espéré se faire discret un instant puis être demandé par Riyu plus tard... Il fit un regard vers tous les invités avant de commencer.

"... Comme vous le savez tous, la faille se trouve au milieu de la mer. La faille en elle-même est de forme sphérique, et sa taille dépasse l'imagination. De là n'émane aucune lumière ni chaleur bien que ressemblant de loin à l'astre nous illuminant tous. C'est de là que viennent nos ennemis et c'est aussi là qu'ils sont retournés lors de leur fuite."
Ca, c'était pour les faits datant de sa visite de la chose. Il n'y avait pas grand chose à en dire en vrai, d'autant que ces faits ne doivent plus être véridique si ses suppositions s'avéraient exactes.
"La date de cette observation remonte à plus d'un mois, maintenant je suppose que la faille a grandi et évolue dans la mer. Simplement observer la faille affectait ma santé, je suppose donc aussi qu'elle absorbe les choses de notre monde comme la lumière, ce qui me fait aussi supposer que la mer sera moins calme..."

Et voilà pour les suppositions sur le terrain et leur cible. Néanmoins, il n'avait pas fini.
"Une dernière chose, quand je me suis approché, la faille m'a repoussé. La raison que l'on m'a donné à ce phénomène était que la protection qui m'avait été accordé par votre majesté était trop forte. Je ne peux dire si cela peut se reproduire. Je m'excuse pour ma méconnaissance dans ces sujets, qui auraient permis que mes explications soient plus détaillées et claires..."
Il avait maintenant fini et dit tout ce qu'il savait et supposait sur la faille. Il n'était pas utile de résumer ses paroles car bien entendu tout le monde avait bien écouté, et que tout le monde avait bien compris que le combat se ferait en mer sans avoir à le dire. Du coup cela implique ennemis volants et pouvant nager. Haruya avait bien déjà imaginé que les volants puissent transporter ceux ne pouvant ni voler ni nager, mais ce n'était pas non plus la peine d'en faire part. Il espérait juste avoir été assez clair et ne pas avoir froissé qui que ce soit.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 125
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 9 Oct - 10:43

L'ombre de Nagaya Eichi, voilà tout ce qu'il se permettrait d'être au cours de la réunion la plus importante, dans les deux sens du terme, à laquelle il lui avait été donné d'assister. Bien sûr, en tant que messager principal de Fukyuu Chizue il avait pu se présenter dans les cours de chaque clan pour y délivrer présents et missives. Mais de cette époque révolue il ne restait aujourd'hui presque aucun visage qui lui soit familier. Sa place de second lui parut alors pourvue d'une justification toute nouvelle. De toutes les personnes présentes ici il était l'un de ceux ayant la plus grande expérience des échanges et relations inter-claniques. En cela, il lui s'était plus aisé d'assurer la coordination des efforts de chacun vers leur objectif commun.

Parmi toutes les illustres personnes présentes ici, ce furent les kannushis sans clan, et sans seigneurs, qui le fascinaient le plus. Il n'aurait imaginé qu'ils puissent être si différents les uns des autres. L'une d'entre elle était même vêtue d'une peau de bête et semblait en cela ignorante de toute convenance sociale. Plusieurs d'entre eux avaient masqués leur visage, ce qui aurait normalement été une grave insulte à l'Impératrice elle-même mais était nécessaire pour assurer leur sécurité. Nul doute que ces gens, anonymes jusqu'à aujourd'hui, feraient l'objet de recherches demain par les agents de l'ombre de chaque clan.

Comme tout les militaires, Yoshifumi n'était pas vêtu d'une tenu d'apparat mais bien de son armure de bataille. Sa nouvelle armure de bataille pour être précis, qui seyait bien plus que l'ancienne à ses nouvelles fonctions. Ses finitions parfaitement soignées créaient un contraste fort appréciable avec la brutalité de la fonction de l'objet et révélait à qui avait l'oeil aiguisé le bon goût et le soucis du détail de son porteur. Elle venait tout juste d'être terminée et il n'avait pas eut le temps de la porter avant d'embarquer pour Hokori. En plus de cet attribut guerrier, il arborait fièrement trois Mon : celui, facilement identifiable, des Fukyuu, celui, autrefois reconnu, des Furuta et le dernier, bien moins utilisé, de Miyuki, qui n'était au final qu'une simple altération du précédent la ville ayant été autrefois la capitale de ce clan défunt.

La clameur en l'honneur de l'Impératrice fit monter une euphorie nouvelle dans le coeur du Taisa nouvellement promu. Malgré l'horreur et la gravité de la situation, il faisait parti de quelque chose de grandiose et les générations futures retiendraient les exploits de ceux rassemblés aujourd'hui. Là où lui, l'ancien messager, avait plusieurs fois participer à des accords et des décisions historiques, aucune de ses actions n'avaient pu impacter aussi directement le destin de Yokuni tout entier. Et c'était en réalité bien plus que cela car c'était l'existence même de leur monde qui était en jeu aujourd'hui. Mais aujourd'hui, il jouissait d'une influence à une échelle nouvelle sur les événements. Les mots de son Seigneur lui avaient redonné la confiance qui lui avait manqué plus tôt et il était prêt à affronter les défis de ce jour.

La parole fut donnée à un Taisa Okaruto, l'homme ayant approché la Faille au plus près jusqu'à présent et ses observations renforçaient les prévisions que lui et Eichi avaient faites en naviguant vers Hokori. Le plan de bataille était, en théorie, très simple. La flotte de guerre devrait entourer la Faille d'aussi près que possible pour permettre aux Kannushi d'accomplir leur rituel et les combattants devraient les protéger tout au long de la manoeuvre. Même si ce plan donnait le beau rôle aux chevronnés marins Fukyuu, tenir une position maritime sur une mer déchaînée et en subissant un assaut continu de créatures de cauchemar n'avait rien de réjouissant... Cependant, l'une des révélations de Unzen Haruya l'inquiétait au plus haut point : la Faille lui semblait s'étendre. Combien mesurait-elle donc aujourd'hui ? Sur quelle distance devraient-ils séparer leur flotte ? Avec leurs effectifs en tête, Yoshifumi entreprit de diviser le nombre de navire à leur disposition, tout clans confondus, par le nombre de Kannushi : combien de bâtiments allaient-ils pouvoir déployer pour protéger chaque élément du rituel visant à refermer la Faille. En un bref murmure, il partagea sa conclusion et le résultat auquel il avait abouti à son supérieur. Quand il serait demandé aux experts de la mer leur plan de bataille, ce n'était certainement pas lui qui allait répondre, mais bien le commandant de leurs forces, en tant que second il se devait simplement de transmettre ses estimations et ses remarques afin que leur courte intervention devant cette assemblée soit la plus précise possible quand le moment viendrait de la réaliser.
Revenir en haut Aller en bas
Gushiken Kuma

avatar

Genin

Messages : 31
Date d'inscription : 13/08/2016

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 9 Oct - 15:11

"Tu portes la Mort sur tes épaules, Anki. Tu ne comprends donc pas ? C'est impur, souillé, cette peau dans laquelle tu te drapes dès que tu quittes les limites du village..."

Ca venait d'une ninja dans l'automne de sa vie, cette affirmation. D'une tueuse sans pitié, d'une arme sans hésitations ni remords qui pouvait massacrer hommes comme enfants sur un simple ordre sans même réfléchir aux conséquences morales de son action. Ironie mordante. La cible de cette attaque avait haussé les épaules, fataliste, tout en fixant le col d'ours autour de ses hanches avec un épingle en os peint.
Elle s'en fichait. L'autre ne pouvait pas comprendre, ni sa mission ni l'importance de ce trophée lorsqu'elle se retrouvait loin de Fuu pour de longs mois.
Il n'y avait pas de conventions sociales dans les plaines. Ne pas toucher la Mort revenait à ne servir à rien, à être une âme inutile. A être abandonnée. Ce n'était ni son objectif, ni dans l'intérêt des Ombres d'Eiichiro qu'elle fasse la fine bouche.
La vieille carne pouvait garder ses remarques pour elle.

Pourquoi les paroles de sa génitrice se rappelaient-elles à Kuma maintenant ? Est ce que c'était le long regard de l'Impératrice qui avait convoqué l'image de cette femme sans coeur dans l'esprit de l'Ourse ? Sans doute. Il y avait du reproche dans ce battement de cils, dans cette pause avant qu'elle ne la laisse se redresser et venir se placer avec les autres sur les bords de la tente.
Il y en avait aussi dans d'autres yeux. Ceux de nobles de gens, de types bien nés, d'hommes en armures –de cuir, oh douce ironie !, qui voyaient en elle une rustre. Bien. Qu'ils la jugent donc, qu'ils ne se méfient pas d'elle et qu'ils ignorent la possibilité même qu'elle soit plus qu'une simple trappeuse. C'était tout dans son intérêt de passer pour une brute mal dégrossie qui ne comprenait rien, ça lui laissait le champ libre pour entendre, pour agir.
Après tout, les imbéciles heureux aux pensées simples étaient les premiers à se faire bouffer tout cru.
La femme sans couleur les ignora donc avec une majesté brutale, un aplomb qui leur hurlait au visage leur insignifiance. Leur étiquette chérie pouvait aller se brosser : elle était Elue, ils n'y pouvaient rien. Petit triomphe, triomphe quand même. Et puis dans la masse d'apparitions colorées, elle se fondait presque : masques, peintures, tenues de cérémonie et armures de parade qui se mêlaient sous la tente. L'élite de l'Empire était pleine de personnalités intéressantes.

Lorsque la dirigeante de cette bande hétéroclite se leva pour parler, la fille de l'Ombre sous les peaux l'écouta attentivement. Elle souriait peut-être comme une imbécile, indolemment appuyée contre un des piliers soutenant la toile, mais son cerveau était bien en marche. Chaque mot était retenu, analysé, avec la froide efficacité qu'on avait pu lui inculquer. Gloire et sacrifices, promis côte-à-côte pour séduire les guerriers parmi eux. Patriotisme et sauvetage pour ceux qui préféraient user de leurs mots.
Et elle, dans tout ça ?
Que gagnerait-elle ? Certainement pas la gloire, certainement pas la reconnaissance de tout Yokuni.
Elle n'aurait que la satisfaction d'avoir été une lame utile.

C'était suffisant pour elle. Elle n'avait pas besoin d'encouragements pour être forte, pour ne pas trembler devant la Faille et la description qu'en faisait celui qui avait été nommé Unzen. C'était la porte sur des royaumes de cauchemar à n'en pas douter, l'origine des flots de monstres apparus puis disparus sur les terres des Hommes. Quelque chose qu'on ne pouvait appréhender sans y avoir été confronté. Quelque part, ça restait effrayant. Ce serait mentir que d'affirmer que Kuma ne ressentait pas la peur, comme eux tous ici probablement.
Mais elle craignait le surnaturel comme on craindrait le blizzard dans les plaines, une chute dans des rapides, une charge de buffles. Si ça pouvait s'affronter –et s'ils étaient ici c'est que c'était le cas, alors elle se jetterait dans la gueule du Royaume des Morts lui-même pour user de ses poings.
Il n'y avait qu'à demander.




#669933
Revenir en haut Aller en bas
Birei L'Empire

avatar

Maître du Jeu

Messages : 46
Date d'inscription : 23/04/2016

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Lun 24 Oct - 1:26

L’intérieur de la tente est encore bien loin de se douter des attaques qui fondent doucement mais sûrement sur les plages de Hokori. Pourtant, les esprits gardiens impériaux et claniques s’agitent mais personne n’ose interrompre le rapport du colonel Unzen Haruya et l’écoute attentive de l’Impératrice, tant cet échange demeure important pour l’Empire entier. Vous devinez sans mal que les informations qui vous sont données ici sont trop maigres et trop abstraites pour vous aider véritablement et qu’elles ne satisfont qu’à moitié la fille-divinité. Haruya lui-même s’excuse de ne pas savoir interpréter tous les indices de l’expérience qu’il est le seul à avoir menée mais il s’agit d’un Taisa, non d’un Jushoku et il a déjà été bien audacieux.

“Cette forme sphérique est sans doute une barrière que mon frère a érigé pour protéger son oeuvre. Ainsi il s’assure que la faille qui lie si dangereusement Yokuni et le Yomi ne sera pas facilement découverte.” suppose l’Impératrice comme pour elle-même. “Mais nous sommes plus malins que…”

La douce voix de l’Impératrice est soudainement recouverte par le vrombissement terrible des cornes de brume. Vous devinez que la menace est toute proche. Dans la seconde bien que tour à tour, plusieurs sentinelles claniques, abîmées et en sueur, vous avertissent que chacune des armées de l’Empire est désorganisée. Pourtant, la jeune fille ne se démonte pas et poursuit tandis que deux de ses serviteurs avancent deux coffres :

“Ces magatama sont enchantés par mes soins et ceux de mes suivants, ils vous protégeront de la souillure. Pensez à en prendre plusieurs pour que les vôtres puissent également en bénéficier.”

Les pendentifs et les bracelets de jade sont distribués aussi vite que l’éclair. Mais le chaos régit déjà les gestes qui ont pu être les vôtres, si bien que certains n’ont que peu de talismans par rapport à d’autres et fait plus marquant encore, les souillés, ceux qui ont été ravis aux leurs par le Yomi, voient leur pierre protectrice partir en poussière dans leur main. Ces charmes ont leurs limites.

“Bonne chance.”

La situation n’est plus du ressort de l’Impératrice. Elle voulait vous préparer au mieux à ce qui vous attend mais elle n'en a pas eu le temps. Trois de ses assistants la pressent déjà pour quitter les lieux aussi vite que possible et vous savez que vous devriez en faire autant : subitement, la tente prend feu et il n’en restera bientôt plus rien. Et au-delà de sa toile, vous découvrez avec stupeur des combattants claniques en attaquer d'autres !

Bonne chance.



Citation :
A savoir


  • Seuls Daimyo, Kannushi, Hatamoto, Taisho et Taisa sont attendus dans ce sujet.
  • Les affrontements contre les Yokaï dureront trois tours avant de rejoindre les navires.
  • Soyez assidu à la lecture afin que cette tâche soit la plus simple possible.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Souty et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 3 : le 31/10/2016.
  • Le MJ de ce côté étant très occupé IRL, les tours peuvent être un peu plus longs. Tout rentrera dans l'ordre à partir du 7 Novembre. Je m'excuse pour la gêne occasionnée.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.

Revenir en haut Aller en bas
Gushiken Kuma

avatar

Genin

Messages : 31
Date d'inscription : 13/08/2016

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 30 Oct - 18:57

L'arrivée des sentinelles en sueur, en sang, laissa un instant de doute flotter dans la tente avant que le chaos ne prenne ses droits. On criait, on se préparait à sortir de la tente, on se jetait sur les protections de jade tendues dans les coffres. De la tête et de les épaules, la grande ourse dépassait de l'assemblée, ce qui lui permit de se saisir d'un bracelet de pierre verte d'un geste rapide. Elle n'avait pas besoin de se soucier de suivants éventuels, d'hommes et de femmes à son service qui auraient besoin d'elle. Seule sa grande carcasse comptait.
Le bijou fut enfilé à la hâte autour de son poignet –côté peint, qu'elle dévoila aux yeux de tous. Il n'y avait pas de temps à perdre, si le désordre était ce qui était rapporté par les guetteurs en sueur elle ne pouvait rester ainsi au milieu d'une bataille, seule, désarmée. Ses poings, aussi formidables fussent-ils, n'étaient suffisants pour affronter des troupes armées de sabres. Ces hommes auraient une bien meilleure allonge qu'un ours.
Avant même que la toile ne prenne feu, elle s'était déjà précipitée dehors, courant à toutes jambes. Elle n'avait pas l'endurance nécessaire pour parcourir tout le campement ventre à terre, elle le savait parfaitement, mais elle devait tout de même se hâter si elle ne voulait pas être prise au dépourvu. Son grand arc était encore sur son cheval. Elle ne portait pour toute armure que ses bottes hautes et renforcées.

Esquivant habillement les plus grosses poches de combat, Kuma parvint à traverser la mêlée. Certaines visions étaient trop surréelles pour elle, alors la femme décolorée les occulta consciemment, tentative de protection comme une autre. Des cous trop longs, des monstres inconnus, des hommes qui ne sont pas des hommes en attaquant d'autres dans une confusion absolue. Il n'y avait rien à faire à part filer comme le vent, comme la fille d'un Kami dont elle n'avait aucune faveur, jusqu'à son compagnon de route à quatre jambes.
Voilà, elle le voyait enfin. Le gros rouan à demi sauvage avait réussi à arracher le poteau auquel il avait été attaché, tout à sa panique primale. Il bottait, mordait, piétinait tout ce qui passait à sa portée. D'un coup d'oeil, elle vit que certains des corps près des sabots avaient dû être humains. Que d'autres ne l'étaient pas. Elle n'en avait pas grand-chose à faire.
Toute en force brute, elle se précipita sur le cheval pour le renverser sur le côté, épaule la première.
Il ne la laisserait pas approcher pour montrer proprement, pas plus qu'il avait laisser passer les autres. La violence lui permit au moins de le placer sur le flanc –il chuta avec un hennissement profond, qui ne s'interrompit que lorsqu'il toucha le sol. Peu protocolaire, mais efficace puisque d'un bond, elle se hissa sur lui avant de l'encourager de la voix et de l'assiette à se relever.
Monter un animal mort de peur, à peine débourré, était sans doute une idée stupide. Elle ne le faisait pas de gaité au coeur, mais elle ne voyait pas d'autre solution pour retourner à la tente assez vite pour protéger les frêles seigneurs et jolies dames poudrées dans leurs jolis atours de soie, qui eux n'auraient pas la capacité de se défendre. Elle restait Kannushi, Elue, et par dessus tout loyale à l'Empire. Laisser mourir des gens de haute naissance aurait été un manque certain de savoir-vivre.

Alors elle émergea, grande guigne drapée dans sa fourrure, de la boue, de la fureur. L'animal entre ses jambes se releva sagement, bride tellement serrée qu'il ne pouvait faire autrement que d'obéir –elle avait tranché les extrémités des rênes pour ne pas avoir à négocier avec le pilier arraché au sol. C'était une vision presque épique : celle de la fille tatouée, concentration marquée sur le visage ; de l'animal puissant à la tête presque pliée sur son encolure qui piaffait sur place, se cabrait avant de consentir à bouger, propulsé en savant par une claque magistrale appliquée sur sa grosse croupe.
La fille de l'Ombre ne savait manier l'arc en étant montée, en tout cas pas suffisamment. Elle se contenta donc d'une stratégie bien adaptée à sa couverture de brute sans subtilité. Elle chargea, usant du poitrail de l'animal comme d'un bélier, fauchant ceux qui ne s'éloignaient pas assez vite de son chemin jusqu'à se retrouver, enfin, devant les restes fumants de la toile ayant abrité l'entrevue avec l'Impératrice.




#669933
Revenir en haut Aller en bas
Iyashi Kurome

avatar

Kannushi

Messages : 63
Date d'inscription : 05/05/2016

Feuille personnage
Age: 24
Titre: Jushoku
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 6 Nov - 15:41

Lorsqu'elle releva enfin la tête, la jeune Kannushi fut soufflée par plusieurs choses : la beauté de l'Impératrice, son apparence quasiment divine, et le fait qu'il s'agissait tout comme elle d'une femme. L'Empereur dont lui avait tant parlé sa mère n'était pas, il s'agissait bien d'une frêle demoiselle, quoi qu'elle fusse bien plus que ça. Et dans ses yeux dansaient la tristesse, la désolation, comme pour répondre à l'état des plages hors du pavillon de toile. Il s'agissait de son royaume, de sa responsabilité autant que de la leur, il n'était donc pas étonnant qu'elle soit aussi atteinte. Mais le coeur de Kurome ne pouvait s'empêcher de saigner à l'idée que leur guide à tous soit aussi blessée par la souillure de la Faille, alors qu'elle n'en avait appris la présence que peu de temps auparavant en acceptant sa tâche. La détermination de la fille du Feu ne fit que s'en renforcer. Elle serait digne, plus que digne de son Clan, et elle ne tremblerait pas simplement parce que des Kannushis, elle faisait partie des plus frêles.
En silence, drapée dans sa modestie malgré ses atours nobles, elle écouta parler leur Guide, s'écrier ses suivants. Du bout des lèvres elle loua l'Impératrice, très doucement au milieu des guerriers plus enthousiastes. Où qu'elle pose les yeux, elle voyait des hommes préparés pour la bataille, des armures à lamelles, des bras puissants, des guerriers aguerris qui ne craindraient pas les horreurs sorties de la terrible blessure de leur monde. Elle se sentit rassurée d'être si bien entourée.

La chute de la douce Kannushi des Brumes la poussa à faire un pas en avant, effrayée pour la santé de son homologue, avant qu'elle ne se rende compte de l'imbécilité de son geste. La délicate brune se redressa alors, renforçant son contrôle sur elle-même, bloquant chaque parcelle de muscle en un maintien parfait. Hisae, et son sacrifice quel qu'il fut, n'était certainement pas la dernière qui devrait chuter. Il ne servait à rien de tenter d'agir alors même qu'elle ne pouvait rien faire.

Du discours du dénommé Unzen, elle retint surtout que la Faille pouvait chasser les inopportuns. Etait-elle consciente, ou s'agissait-il simplement du réflexe d'une chose profondément maléfique face à la bonté de l'Impératrice et de sa protection ? Ne parvenant pas à imaginer qu'une telle chose soit consciente, elle préféra croire qu'il ne s'agissait que de malice divine. Une création si mauvaise qu'elle avait plongé de nombreux hommes dans la torpeur, et précipité d'autres dans la mort, ne pouvait qu'être capable de se défendre contre ceux qui essayaient de s'en débarrasser.
Elle se demanda soudain quelles épreuves ils devraient affronter afin de parvenir à la disparition de la plaie ouverte entre les deux mondes. Quels sacrifices devraient être consentis pour qu'enfin, Yokuni se remette de ses blessures ? Ils avaient tant d'être exceptionnels sous cette tente, il lui semblait impossible qu'ils puissent céder face à la menace... Et pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de douter. De craindre que malgré leurs pouvoirs rassemblés, malgré les airs redoutables des nobles seigneurs et gentes dames, ils ne réussissent pas à triompher.
Mais ils n'avaient pas d'autre choix que de vaincre, la tête haute, et de mourir pour leur Empire s'il le fallait. Elle-même était parfaitement prête à un tel sacrifice.

Les cornes de brume la firent frémir. Le son puissant lui arracha des frissons, comme si de la glace se coulait le long de son cou. Elle se redressait, en alerte, pour tâcher de comprendre lorsque les sentinelles entrèrent et firent leurs rapports. Des murmures effrayés se firent entendre tout autour d'elle, couvrant presque les paroles de l'Impératrice dont elle ne put que comprendre l'essentiel. Elle devait prendre l'une de ces protections, aussi songea-t-elle à se faufiler entre les hommes et femmes présents pour s'approcher assez des coffres. Elle n'eut heureusement pas besoin de le faire : un guerrier qu'elle n'avait encore jamais vu lui tendit un collier du plus beau vert, l'air parfaitement sérieux plus qu'effrayé, elle le remercia donc d'une rapide inclinaison de la tête avant d'essayer de se mettre à l'abri.
Déjà la toile flambait, les entourant d'une chaleur intense qu'elle ignora, en bonne servante de Moegami. Kurome se permit même un regard agacé en direction des flammes, comme si elles n'étaient qu'un contretemps mineur et non un danger mortel. C'est comme si son Kami, au fond de son âme, se sentait personnellement pris à partie par cette attaque, comme s'il se demandait si sa Voix pouvait même brûler. Elle savait, sans même avoir besoin d'y réfléchir, que la divinité ne laisserait jamais une telle chose se produire.

"Amadotsu-sama !"

Dans la confusion, elle se tourna vers la silhouette déjà familière du géant de Kazan. C'était une légende, un titan tranquille qui pourrait lui procurer un début de protection. Hors de question pour elle de courir au milieu des campements soumis au chaos, pas alors qu'elle n'avait rien d'une combattante, alors que sa tenue était plus faite pour une représentation en cour que pour marcher facilement.
Il lui suffisait de trouver le Volcan, de se mettre à ses côtés, et de tenir bon en priant pour que personne ne l'attaque. Elle espérait, de tout son âme, que cela suffise.



L-M-M-J-V-S-D

Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5093
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 20 Nov - 22:29

Sagement installée, Kasuga Riyu avait assisté aux arrivées et avait écouté l'Impératrice et son Taisa sans mot dire. Elle ne chercha pas non plus à retenir son géant de second alors qu'il s'était précipité pour rattraper la Kannushi Hisae dont la protection avait été confisquée par l'Impératrice selon son propre souhait. La Kannushi Okaruto avait rejoint le Yomi dans l'unique but d'obtenir des réponses auprès d'Izanami Kasugami, la déesse qui régnait sur le monde des morts dont ils combattraient tous l'étendue aujourd'hui.

Sans se montrer perturbé par tant de mouvements, Haruya avait partagé ce qu'il savait à propos de la faille. En effet, il avait été le seul à s'y risquer de lui-même et avait donc des informations exclusives qu'il exposa à l'ensemble des grands pontes attroupés en ces lieux. Malheureusement, ces informations restaient bien trop superficielles pour les aider tous, mais ils savaient au moins une chose : la faille pouvait repousser les intrusions et l'Impératrice justifia ceci par une barrière divine et sembla avoir une solution. Cependant...

"Kasuga-Taisho !" s'exclama une sentinelle du campement. "L'armée Okaruto est désorganisée et demande des ordres et des renforts au plus vite."

Les cornes de brume vrombissaient encore, voilant partiellement la voix du soldat dont l'effort de concentration était plus que lisible mais Riyu avait une ouïe aiguisée et put comprendre ses demandes. Elle leur répondit par un hochement de tête distrait, presque révoltant. En réalité, ils étaient tous en proie à la panique, mais le rôle des leader était de ne pas s'y soumettre. Dans une organisation minutieuse, les amulettes furent lancées, celle qu'elle attrapa se transforma en sable instantanément, manquant presque de briser le calme dont elle faisait preuve jusque là.

Elle était souillée. Mais ça ne devait pas l'affecter. Son armée avait besoin d'elle et de ses colonels. Comprenant qu'elle ne pouvait bénéficier d'aucune protection et que ces amulettes étaient trop fragiles pour contenir sa souillure, elle lança à Haruya :

"Prenez le plus possible de ces magatama avec vous, Unzen-taisa. Vous les confierez à nos alliés. Si les talismans partent en poussière à ce moment là, méfiez vous d'eux. "

La tente prenait feu alors qu'elle disait cela le plus sérieusement du monde. Les racontars avaient beau spécifié le contraire, elle craignait le feu plus que tout autre chose, mais alors qu'elle dégaina son arme et prenait une posture défensive, son aplomb face à sa peur semblait presque divin.

Si la peur était trop grande, il fallait savoir compter sur les autres pour se rendre plus fort. Aussi avait-elle l'attention de ramener les choses au calme et cela commençait par l'intérieur de cette tente partie en fumée. D'une voix forte mais posée, elle s'adressa à tous puis à ses homologues :

" Que ceux sachant se battre protègent les autres ! Formons un cercle dont le noyau sera les Daimyos et les Kannushi. Amadotsu-dono, je suppose que vous voudriez défendre avec moi les terres de votre élue. Quant à vous, Nagaya-dono  et Shigeru-dono..." fit-elle en glissant son regard borgne ces deux hommes bien bâtis.
"Nous avons besoin de compter sur vous pour guider nos maîtres jusqu'aux navires et les mettre en sécurité. Vous et vos hommes serez notre avant-garde. La cohésion est plus qu'essentielle dans notre volonté à réorganiser nos troupes et nous devons mettre de côté nos différends pour avoir une chance de préserver Yokuni. J'espère que le message est clair."

Le ton n'avait pas été des plus agréable, Kasuga Riyu n'avait pas le temps pour cela. En tant que doyenne des Taisho, elle avait été la première militaire à agir, à faire un pas vers une quelconque solution et elle attendait autant de réactivité de la part de ses homologues.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 125
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mer 23 Nov - 11:17

Tout était allé très vite... trop vite. L'Impératrice s'était retirée avec ses protecteurs juste à temps et leur abri de toile commençait déjà à brûler. Se saisissant d'une amulette protectrice, Yoshifumi se plaça aux côtés de celui dont il était le second aujourd'hui.

Voilà donc où son ambition l'avait menée, au milieu de la pire bataille qu'ait connu Yokuni depuis l'Enfer Écarlate. Comment pouvait-il penser ne serait-ce qu'un instant qu'il était ici à sa place ? Il était certainement le plus chétif des militaires ici présent et probablement l'un des moins aptes au combat. Il se savait être un excellent vassal, un logisticien compétent, un maître de cérémonie talentueux, se prétendait bon diplomate... mais il n'avait clairement rien d'un guerrier... Il se remémora alors les paroles de son Seigneur plus tôt dans la journée. Fukyuu-sama avait placé en lui sa confiance, il avait sa place ici au même titre que les autres. Échouer en ce jour reviendrait à livrer Yokuni au Yomi car ils ne pourraient jamais mener une autre attaque comme celle-ci. Si la Faille réagissait si violemment à leur approche c'était bien parce qu'elle était vulnérable et qu'il s'agissait là de l'affrontement qui déciderait du destin du monde. En l'honneur de tout ceux et de tout ce qu'il aimait ils ne devaient pas faillir, il ne devait pas faillir. Il refusait que sur leur livre, qui était encore loin d'être terminée, ne soit écrit : « À la mémoire de Furuta Yoshifumi », il ne pouvait abandonner Ryohei de peur que la santé fragile de son ami ne lui permette pas de se remettre d'une telle perte, il voulait pouvoir contempler à nouveau ses trésors, tenir encore une fois le bol de Dame Chizue dans sa main et s'extasier silencieusement devant sa beauté. Il ne pouvait se permettre de mourir avec une collection aussi peu fournie, cela aurait été une insulte dont il ne se serait jamais remis dans l'au-delà. Il était définitivement un piètre samurai car il avait peur de mourir. Mais dans cette peur, il trouva la force d'avancer.

"Les navires Fukyuu sont déjà prêts à partir, il nous faut juste traverser le camp jusqu'à eux en ralliant autant de nos guerriers que possible. Portons haut nos couleurs, frères et sœurs de Yokuni, que nous soyons la bannière sous laquelle se rallieront les hommes et les femmes de tout les clans !"

Saisissant fermement un drapeau orné du mon impérial qui n'avait pas encore prit feu, Yoshifumi le leva bien au dessus de lui et commença à marcher vers là où étaient amarrés les navires. Leur plan d'encerclement ne pouvait désormais plus être appliqué, il ne leur restait qu'à gagner les navires et ramer à pleine vitesse vers la Faille comme s'ils voulaient se jeter à l'intérieur... et peut-être était-ce ce qu'ils devraient faire.

"POUR L'EMPEREUR ! POUR YOKUNI !"

Il savait qu'il ne serait d'aucun secours à ses compagnons le sabre à la main, qu'il ne maîtrisait aucun don d'Itegami capable d'aider ne serait-ce que de manière infime à leur victoire. Ses mains étaient donc bien plus utiles vissées sur la hampe de cet étendard et sa voix mieux employée à rallier à eux les troupes. Ainsi débuta leur marche vers les navires, et par extension leur avancée vers la Faille. Aujourd'hui il n'y avait plus de clans, plus de divisions, il n'y avait que Yokuni !


Dernière édition par Furuta Yoshifumi le Mer 23 Nov - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nagaya Eichi

avatar

Taisa

Messages : 55
Date d'inscription : 07/06/2016
Age : 24

Feuille personnage
Age: 42
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mer 23 Nov - 21:21

J'écoutais attentivement le jeune taisa okaruto quand Furuta me glissa quelques mots sur la stratégie à envisager. J'acquiesçai. Défendre tous les Kannushi s'annonçait difficile, et le manque d'information m'inquiétait. Difficile de mettre toutes les chances de notre côté dans ces circonstances. Tout ça n'était que de la bricole.
Soudain, une sentinelle okaruto prise de panique vint prévenir sa dragonne de maîtresse, au moment même où notre kannushi plongeait les mains dans le petit coffre qui contenait les protections de l'Impératrice, d'une attaque sur le camp. Soudain, tous les sons que nous entendions en fond sans les comprendre, obnubilés que nous étions par cette réunion, prenaient un sens à mes vieilles oreilles: des cris, des bruits d'armes, des meuglement de monstres. D'un seul mouvement, Furuta et moi prîmes place de chaque côté de notre seigneur et de l'élue d'Itegami, prêts à les défendre de notre corps. Mon sabre déjà tiré, je guettai le premier fou qui oserait s'approche de trop près.
Au milieu des flammes naissantes, j'entendis la voix forte de la générale des brumes. Elle avait raison et je me mordis la langue de contrariété. Vieil imbécile, mes réflexes auraient pu sauver les deux personnes les plus importantes de Fukyuu mais, aujourd'hui, tout le monde était en danger et il fallait agir de concert. Je fis un signe de tête à la femme, et m'adressai aux deux personnes derrière moi alors que Furuta, dans un élan qui, je l'espérais, avait l'air glorieux, ouvrait la voie:


-Restez près de nous.

Entraînant le monde derrière nous, nous franchîmes les portes enflammées de la tente. Dehors, le chaos régnait. Heureusement que nous avions tenu à ce que les navires soient prêts à partir à tout moment car il aurait été impossible de les affréter au milieu d'un tel bordel. La plupart des troupes étaient dispersées, sans aucune discipline. Au mieux, je voyais des poches de résistances plus ou moins organisées, prenant sur soi d'affronter les yokai les plus imposants. Je notais avec satisfaction, en revanche, la ferveur que les quelques Fukyuu à portée de vue mettaient à se battre. Ils ne savaient visiblement pas former un rang mais au moins avaient-ils du mordant. Le discours de Kagome Katsuya devait avoir eu l'effet escompté.

Les combats avaient été portés jusque devant la tente où une troupe de morts tentaient de franchir le cercle mortel de deux naginatas, okaruto et fukyuu. Je plongeai mon sabre dans le dos de l'un d'eux qui s'effondra immédiatement et engageai les deux soldats à nous suivre. Furuta, à grands cris guerriers, commençait déjà à rallier des soldats derrière lui, ouvrant à grand coup d'épée une voie sûre vers la mer pour les prêtres et les seigneurs.

Alors que nous avancions, petit groupe ferraillant au milieu des démons, je découvrais que des officiers de tous clans avaient su organiser une défense plus solide qu'il ne m'avait paru au premier abord. Sous leurs ordres hurlés, les soldats s'étaient rassemblés en formation, combattaient avec acharnement, exaltés par l'exemple des guerriers les plus téméraires. Je découvris avec fierté que le clan Fukyuu s'était rassemblé derrière le resplendissant Kagome, refusant de laisser tous les honneurs aux terribles archers setsu.
Mais un terrible sentiment me saisit. Une menace planait sur nous. Alors que nous avancions d'un bon pas, je dégainai mon second sabre et tentai de comprendre d'où venait cette impression.


- Commander, c'est l'art de tenir en équilibre sur un fil tout en persuadant les autres qu'il s'agit d'un large pont -

L - M - M - J - V- S - D
Revenir en haut Aller en bas
Unzen Haruya

avatar

Taisa

Messages : 249
Date d'inscription : 04/06/2013
Age : 25

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: The weird slacker
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Ven 25 Nov - 16:00

Il ne pouvait pas regretter plus son manque d'expérience dans le domaine de l'occulte qu'aujourd'hui. Son discours aurait pu être tellement plus précis et contenant tellement plus d'informations s'il avait su de quoi il parlait. Il espérait juste en avoir assez dit pour que l'impératrice ou des experts aient des idées, et c'est ce qui arriva de la part de l'impératrice. Il n'avait pas pensé que cette sphère pouvait être un bouclier... Et personne n'eut le temps de réfléchir ou parler plus de la question. Le camp se faisait attaquer. Entre la sentinelle, les cornes vrombissant et les autres bruits plus caractéristiques de combat, il ne faisait aucun doute que l'attaque était ce qu'il y avait de plus violent. C'était la dernière chance de l'ennemi. La situation de crise étant arrivée, Haruya prit le temps de réfléchir, ne semblant pas inquiété le moins du monde maintenant. Etant donné la défense mise en place, ils avaient le temps de distribuer les magatama entre eux et de décider des actions à effectuer. Dehors, il y a des hommes et femmes d'exceptions, plus ou moins préparés à cette situation. La précipitation était ce que voulait l'ennemi pour avoir une ouverture pour frapper ses seules cibles, les kannushi.

L'une d'entre elle s'échappa, laissant s'échapper un "tch" du Taisa, ennuyé par la réaction. Il n'était pas question de la poursuivre et elle avait intérêt à s'en sortir sinon ils étaient fini. L'ordre de sa supérieure fut bien entendu et il alla aider à la distribution des magatama, ainsi que d'en prendre autant que possible pour après. S'y étant pris tard, cela équivalait à peu. Puis, toujours pour répondre à l'ordre de sa Taisho, Haruya sortit son wakizachi, arme qu'il préfère largement compensant en portée un poids réduit et donc des mouvements plus rapide. Si la situation préférait l'utilisation de son katana, il le prendrait. Si la situation préférait l'utilisation des kunaï qu'il garde caché sur lui, il les utiliserait peu importe le jugement des autres sur lui. C'était fort dommage mais il n'aurait probablement pas l'occasion de récupérer son arc et son fusil qu'il avait laissé dans sa tente. Tant pis, ce qui est fait est fait et il faut se concentrer sur ses options actuellement.

Dans la formation en cercle, le Taisa prit place en arrière. Ayant une bonne vision d'ensemble, il put comprendre comment l'attaque avait dû se passer, non pas une grosse force d'invasion mais une attaque de l'intérieur... Et de cette ampleur... Astucieux. Il avait pensé à cette possibilité, mais l'avait reléguée dans les moins faisables. Du coup, absolument personne ne devait les approcher, véritable ami ou non, et il devait se méfier de toute personne qui détruisait son magatama au contact. Cela incluait ceux qui se trouvaient dans la formation. Dehors, c'était globalement la panique mais comme il l'avait anticipé, des poches se débrouillaient mieux que d'autre et s'organisaient. Bien sûr, il y avait des imbéciles qui s'étaient dit que tirer des flèches en l'air au milieu du campement était une bonne idée... Enfin, tant qu'ils tiennent les adversaires les plus gênants, le formation n'avait qu'à gérer des possédé et autres plus faible.

Gérer les possédés était le plus simple, ils pensaient avoir l'avantage de la surprise alors que c'était le domaine d'Haruya. L'un tenta même de passer alors qu'il était recouvert de sang tout ce qu'il y avait de plus humain et n'eut probablement pas le temps de comprendre quand il leva son arme, l'abaissa, rata et perdit immédiatement sa tête. Les attaques directes étaient un petit poil plus compliqué à gérer. Le Fukyuu avec l'étendard était bien pratique pour rassembler les soldats, rendant le travail d'Haruya plus compliqué mais améliorant leur défense du moment qu'ils n'étaient pas possédés. Bien, ils avaient pu avancer, rejoint à cheval par celle qui était partie tantôt, et rassembler des alliés. Si comme il le pensait, le but de cette attaque était de provoquer la panique pour briser l'armée avant de briser le commandement pour porter le coup de grâce, les choses allaient se compliquer dans très peu de temps pour eux.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kenshu Miwako

avatar

Daimyo

Messages : 336
Date d'inscription : 10/11/2014

Feuille personnage
Age: 21 ans
Titre: Abe no Miwako
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 29 Nov - 1:57

Divers sentiments fusionnaient dans le cœur de la jeune Dame, peur, détermination,  excitation, calme, confiance et doute. Tant de sentiments paradoxaux qui se percutaient dans le corps d’une femme qui allait pour la première fois poser les pieds dans un combat de cette taille. Les ennemis lui étaient familiers, elle affrontait des yokais depuis tellement de temps, mais jamais elle n’avait encore connu les champs de bataille. Une armée, c’était un concept bien plus impressionnant que les groupes, voir ce qu’elle affrontait à trois contre un. La présence de son chef militaire la rassurait, il y aurait au moins quelqu’un de compétent pour diriger correctement les samourais des foudres. De tous les hommes présents, le seul qu’elle aurait à commander, c’était son hatamoto. Bien que Suzue-dono puisse recevoir des ordres du Taisa et so tel était le cas, elle devrait s’y plier.

Les cris de la religieuse se joignirent à ceux des hommes sous la tente, pour la gloire de l’empire. Miwa ne s’était jamais donnée de la force de cette manière et fut la première surprise d’y trouver une énergie nouvelle, balayant ces dernières indécisions, pour ne laisser définitivement qu’une Dame prête à en découdre et à mettre tout son savoir et ses compétences dans leur unique objectif. Une détermination qui ne l’avait jamais abandonné, mais qui se trouvait à ce moment-là à son paroxysme.
L’onmmyouji se raidit lorsque la Kannushi du mouton tomba, mais elle supposa que l’élu d’izanagi avait une mission particulière. Elle était l’incarnation de celle qui dirigeait le yomi, il y avait des actions qu’elle devait être la seule à pouvoir réaliser. Le capitaine leur apporta peu de réponses. Peut-être que c’était à l’élue du mouton que revenait la mission de briser la barrière du lapin de l’autre côté ?
Ils avanceraient donc partiellement dans le brouillard. Il y aurait beaucoup d’improvisation dans leur stratégie. Cela ne plaisait pas trop à la dirigeante des tigres. Elle avait l’habitude de planifier ses combats au maximum, pour réduire les risques le plus possible. Ici, elle n’aurait pas ce luxe, c’était le moment où ne jamais de montrer qu’elle savait s’adapter à la situation.

La Dame ne fit pas un geste vers les amulettes et laissa libre à ceux qui l’accompagnaient d’en prendre une. La protection tracée sur son corps était suffisante et les Kenshu avaient déjà tous une protection. Normalement, ils n’avaient pas besoin d’en ajouter. Elle préféra laisser ses alliés se protéger. Cela lui permit sans doute de s’extirper plus rapidement alors que la tente prit subitement feu. Par réflexe protecteur envers sa cadette, elle avait saisi la main de Sora pour l’entraîner avec elle à l’extérieur, pour sortir de cet incendie mortel. Elle n’avait jamais laissé sa cadette en arrière et elle n’allait certainement pas commencer aujourd’hui.

L’horreur la paralysa alors que l’horreur se produisait sous les yeux et sa main se resserra durement sur la main de celle qui l’avait promu. Miwako avait pourtant envisagée ce scénario catastrophe, mais elle aurait préférée se tromper. Voir les soldats alliés s'entretuer était un spectacle cruel, qui ne pouvait pas la laisser indifférente. Heureusement qu’elle avait déjà vu un charnier et connaissait déjà l’horreur et la violence de la mort. Le choc était brutal, mais il aurait pu être plus rude. Quant aux yokais, ils étaient certes impressionnants par le nombre, mais ces formes de cauchemar étaient trop familières à la religieuse pour qu’elles puissent la tétaniser.

Les militaires d’expérience furent les premiers à agir et les ordres de la Taisho d’Okaruto agirent comme un déclic pour la religieuse. Lui permettant de reprendre pied, lui donnant un ancrage, un ordre simple à exécuter au milieu de ce chaos. Son cerveau se mit alors à tourner à plein régime, il fallait réagir vite et bien.

« Onji déséquilibre moi les premiers rangs qui se dirigent vers nous » murmura-t-elle

Le gardien du sol usa de sa connexion avec son élément pour faire rouler le sable par ci, par là. C’était un terrain facile pour ce genre d’opération, un petit trou, une bosse entrainait beaucoup d’autres grains dans son mouvement. Ce terrain favorable lui permettait de déséquilibrer plus de monde qu’ils n’auraient pu le faire sur une terre ferme puisqu’il pouvait facilement changer un peu le niveau du sol sous les pieds des soldats, avec peu d’énergie. Ces ennemis subitement déséquilibrés pouvaient tomber ou perdaient de précieuses secondes à se rétablir.  Ils gagnaient ainsi un de temps pour former leur cercle, avec moins de risque.

« Suzue-dono mettez-vous avec les autres combattant sur l’extérieur du cercle et restez proche de notre kannushi. »


Miwa se regroupa près de l’étendard en veillant à ce que Sora soit toujours à ses côtés. C’était à la fois une bonne et une bien mauvaise idée. La Dame s’exécuta toutefois, afin de faciliter les choses. Elle cria afin que le groupe puisse bien l’entendre.

« Les samourais se battent entre eux, entres les possédés et les yokais déguisés, on ne pourra pas faire de différence entre les gens viables ou non. Ne laissez personne s’approcher, sauf les Kenshus, mes hommes ont tous eu des amulettes pour les protéger de telles intrusions, seuls ceux qui vous les montre peuvent venir. »


Hono se jeta sur le yokai le plus proche du groupe, afin que cette menace n’approche pas plus sa protégée. Alors qu’une de ses flammes traversa un humain sans le toucher, puisque la kirin les réservait au spirituel, un autre sembla sensible à cette dernière. Bien sûr ! C’était un moyen de repérer les possédés et les yokais, contrairement aux humains, ils étaient les seuls à être sensible contre un certain nombre de sort réservés aux créatures spirituelles.

« La pluie d’aiguilles.»


Lança l’onmyouji à l’attention des religieux autour d’elle, tout en sortant un ofuda, pour prononcer l’incantation de ce sort. Un nombre impressionnant de traits lumineux apparurent dans le ciel. Ils n’étaient pas le seul fait de la religieuse, mais également de tous les onmyoujis  qui l’avaient entendu et avaient effectué ce sort rapide et basique lorsqu’elle l’avait appelé.
Son nom venait de la forme qu’il prenait avec ces traits lumineux et fins comme des aiguilles. Nombreux, ils s’abattaient telle une pluie sur les ennemis. Ce sort rapide n’était pas très puissant, au mieux il permettait de gêner un seul mouvement de l’adversaire, le temps d’un tressautement. Ce mouvement serait toujours un instant permettant aux soldats d’attaquer, mais ce n’était pas l’unique intérêt. Toutes ces aiguilles allaient laisser des marques sur toute surface de peau, qui se retrouverait alors zébrées de coupures, sur les yokais ses coupures étaient clairement visibles car légèrement brillantes.
Logiquement, ce sort marquerait alors les possédés et les yokais, sans toucher aux hommes valides, leur permettant ainsi de faire un tri au moins sur les plus proches. Si cela fonctionnait, alors l’opération serait à répéter plusieurs fois en cours de route, mais ce n’était pas un problème. C’était un sort de premier niveau, il consumait peu d’énergie et à peu près tous les religieux devaient le connaitre, c’était un basique. Il était simple et rapide à invoquer, il permettait également de couvrir une petite surface. Cependant, il fallait le tester, pour voir s’il allait suffisamment marquer les adversaires pour permettre de les différencier des autres. Sur les yokais, il n’y aurait pas de souci, mais sur un possédé, elle n’était pas certaine que les coupures soient distinguables d’autres blessures, même si elles allaient être très nombreuses. Elle n’avait encore jamais testé ce dernier sort sur un humain possédé.

Sinon il faudrait passer à une autre série de sort, mais ceux qui révélaient réellement ce genre d’entité étaient long à invoquer, coûteux en énergie et surtout ne marchaient qu’individuellement, rendant ainsi la tache compliquée malgré les renforts de l’impératrice.  Toutefois, d’autres religieux ne semblaient pas se contenter d’attendre le résultat et lançait différents sort, dans le même état d’esprit que la pluie d’aiguilles. Il fallait réussir à marquer les yokais et les possédés, pour les différencier visuellement des véritables alliés. Une fois que la marque, ou la blessure spécifique clairement visible,  serait trouvée, alors les religieux pourraient donner une cible claire aux militaires et permettre ainsi un début d’organisation pour riposter et leur groupe pourrait avancer plus facilement vers les bateaux.



Absente jusque fin aout


Dernière édition par Kenshu Miwako le Mer 7 Déc - 0:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» [event 001] Le bal des années folles - sujet global
» Event Fin d'année scolaire #1 - Sujets d'examen des sixièmes années.
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Bonne Année
» Couple de l'année


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..