AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Lun 26 Sep - 19:39


Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien,
les Seigneurs et Voix, ainsi que leurs seconds sont rassemblés face à l'Élue tout comme l'Hôte d'Amaterasu, votre souverain à tous sans la moindre distinction et ce afin de préparer l'action d'envergure à l'encontre de la si terrible Faille...

Le cordon de sohei vêtus de blanc et de rouge vous empêche tout simplement d'entendre ce qui se trame sous les tentures où les sommités qu'il aurait été impossible de réunir sans qu'un événement aussi hors norme que l'intervention malveillante d'un Dieu n'en provoque le rassemblement.

Ainsi, vous autres qui n'êtes pas moins fidèles à l'Empereur que ces choisis, ou bien dont la fidélité va à l'un d'entre eux en particulier, devez ronger votre frein sans n'avoir rien d'autre à faire qu'attendre, car il aurait été malvenu de penser que vous puissiez prendre quelconque décision sans le concours de celui ou de celle que vos pas ont suivis en ces terres.

Aussi et c'est avec dégoût que vous distinguez les cadavres mêlés de créatures humanoïdes et d'autres qui le sont bien moins, ballottés par les vagues le la Mer Centrale les repoussant sur les plages où vous avez trouvé place, sans cesse nettoyées par des étas dont la tâche apparaît comme infinie.

Derrière eux, des mikos des brumes s'affairent à purifier les zones libérées avant que ne soient rejetées de nouvelles dépouilles par les flots sur les berges tout juste soignées. Les heures s’égrènent tout autant que ce labeur sans espoir d'aboutissement et vous tentez au mieux d'occuper vos gens, soldats ou vos propres membres en vous dégourdissant au mieux. La foule de guerriers et de spirituels, malgré le respect voué à ceux se trouvant dans la tente, s'avère bruyante, chaque combattant d'un clan jugeant les membres d'un autre, certains en tensions récentes, d'autres en amitiés lointaines et les derniers en rivalités anciennes.

Pour autant, rien ne vous prépare au cri que vous entendez dans un premier temps alors qu'un ashigeru discipliné des Fukyuu passe son yari au travers l'un de ses frères d'armes. Nul temps ne vous est alloué de vous catastropher de ce fait, car déjà, un sohei Setsu disparaît dans un hurlement entre les vagues, tiré par une force irréelle des bras d'un être autant homme que poisson. Deux étas vagissent leur dernier soupir dans les flammes qui les consument qu'un kitsune issu de leur propre groupe, révélant sa véritable apparence, fait naître à même leur peau.

Bientôt, le chaos et les clameurs horrifiées envahissent le campement tout entier, un okaruto dont le cou est bien trop long se jette sur un moine Eiichiro sans que rien ne prépare à un tel fait. L'ennemi est intérieur autant qu’extérieur, les barrières érigées pour se préparer à un éventuel assaut du Yomi depuis la Faille ou les terres tombent, brisées par des êtres que vous preniez, l'instant d'avant, pour un compagnon ou une sœur unis sous le même sashimono que le votre. Un amikiri surgit de l'eau, ses pinces divisant soudainement une miko en deux parts égales au niveau de la taille, ses morceaux n'ayant pas encore le temps de toucher terre que le monstre se met à voler en cercle au dessus de vous de la même façon qu'un être de cette nature aurait pu nager.

Des nuages noirs s'amoncellent avant de prendre la forme de Nues plongeant à même les rangs rendues indisciplinées de samouraïs des Neiges. Les lignes de Soheis Impériaux se resserrent immédiatement autour de la toile cachant les sommités que vous servez plus ou moins directement, leur naginata et yari pointant dans toute les directions à la fois, la votre comprise. De ce monde de chaos où même le pair n'est plus à considérer comme tel, vous êtes certain d'avoir atteint le pire du cauchemars quand, dans un bruissement d'ailes, un tengu aux proportions de trois hommes se pose brusquement, libérant des sabres qui mordent déjà parmi les vôtres avec un talent qu'aucun maître ne saurait égaler.

Ainsi voici la réponse de la Faille à votre réunion en prévision de ce que vous pensiez comme une invasion de vos forces contre les siennes. Ainsi est la rétorque de Yumigami à sa Sœur et votre Souveraine, avant même que vos actes n'aient vraiment débutés à son encontre.

Citation :
A savoir


  • Seuls les personnages se situant hors de la tente et n'ayant pas été distingué pour participer à la partie de l'Event en cours sous la tutelle de Birei L'Empire sont invités à agir ici.
  • Ce sujet se passe pendant la réunion même, voir même vers sa fin, non avant. Ainsi, vous pouvez toujours ouvrir des sujets libres dans la section [Event] En Route vers la Faille afin de régler tous les détails avant les opérations. Les hauts rangs sont bien entendus invités à faire de même, les sujets d'alors se passant avant la réunion.
  • Soyez logique et cohérent, pensez à vous concerter si vous en ressentez le besoin ! Survivez, battez vous, faites front ou fuyez en tout sens, si cela vous chante !
  • Nous n'attendrons personne et il ne sera pas toujours possible de rattraper le fil en cours de route. Soyez assidu à la lecture afin que cette tâche soit la plus simple possible.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Birei L'Empire et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 1 : le 03/10/2016.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.


Revenir en haut Aller en bas
Usehagi Shusse

avatar

Samouraï

Messages : 145
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Samurai
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 27 Sep - 1:59

Le lapin des neiges avait aidé autant que possible pour monter ce camp, mais comme d'habitude les hommes de sa division lui avait demandé de ne pas le faire, non pas qu'ils ne l'aimaient pas (même si beaucoup n'avaient pas confiance), c'était juste qu'il était mauvais pour autre chose que le combat au final, même monter une tente convenablement semblait hors de sa portée. Bien entendu cela restait habitable, mais cruellement pitoyable, donc en général il restait de garde. Sauf que là non plus on n'avait pas besoin de lui, pas encore.

Il se décida donc à patienter face à la mer, les bras croisés. Devant lui des miko d'Okaruto s'affairaient à purifier l'endroit et encore devant des étas s'occupait d'enlever le plus de corps possible, un travail qui semblait sans fin. Le lapin restait là, bien cacher sous son Tengai et sous sa panoplie qui ne pouvait laisser un centimètre carré de corps dévoilé, il observait droit devant lui, droit devant la faille. Il avait un peu peur bien entendu, mais pour lui ce n'était pas qu'une bataille pour refermer le Yomi et sauver tout Yokuni, c'était une bataille pour combattre Yumigami et si les kamis lui donnait la force de le faire, il lui trancherait lui-même la tête, même s'il devait y laisser la vie, le Kami tué par celui qu'il a maudis, une bien pathétique fin pour un lièvre pathétique.

Il avait hâte d'y aller, hâte de se battre pour son clan, pour son daimyo, pour toute sa famille perdue et déchue par la faute du responsable de la torpeur, oui il avait peur, mais cela ne l'empêcherait pas de combattre comme un diable, de montrer qui était le meilleur combattant de sa division, car s'il y avait bien un moment où il pourrait le prouver ce serait sur la faille. Il espérait que les têtes pensantes allaient bientôt ressortir de leur tente avec un plan en tête.

Mais soudain, un cri. Shusse se retourna, mais devant ce grand camp il ne voyait pas grand chose, et soudain quelque chose d'autre, cette fois il put voir un Setsu se faire happer dans l'eau par un bras qui n'était pas qu'humain. Instinctivement Shusse dégaina sa lame, il ne savait pas ce qu'il se passait, mais il n'était pas rassuré et quand il n'était pas rassuré il tirait son sabre. Puis il vit deux etas s'embraser alors qu'un troisième révélait sa véritable identité : un Kitsune. Et bientôt toute une clameur s'empara du campement, il y avait des combats qui se déclenchaient partout, mais Shusse étant près de la plage il se concentrait la-dessus, il vit alors un amikiri sortir de la mer et coupé en deux une miko, Shusse n'eut que le temps de tendre la main pour crier un ''non'', comme si ce cri pourrait la faire revenir à la vie et la créature s'envola rapidement.

Il restait des mikos sur la plage et des étas et il était plus proche de ces derniers, sans parler que peu de samurai et d'ashigaru c'étaient rapprochés de la puanteur que dégageait la mer. Ils avaient besoin des barrières qu'érigeaient les jeunes femme d'Okaruto. Il prit donc l'initiative d'avancer vers la mer, repérant le kitsune qui avait déjà brulé vif deux hommes, il devait sécuriser la plage pour que les yokais dans le camp n'aient plus d'alternative que de mourir.


Mikos-san ! Reculez un peu !

Sabre à la main et avançant prudemment vers l'eau au vue de ce qui était arrivé au Setsu tout à l'heure, Shusse se dirigeait vers le Kitsune révélé pour aller le combattre et le tuer si possible, l'objectif pour lui était de sécuriser la plage, mais surtout de protéger les miko alliées.



L M M J V S D

Le chapeau que porte constamment Shusse:
 


Thème de vie de Shusse : Peter Roe : Bushido
Thème de combat de Shusse : Peter Roe : Livingby the sword
Thème plus dramatique de Shusse : Peter Roe : Honorable death

Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Daiki

avatar

Samouraï

Messages : 64
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 27 Sep - 13:03

Le voyage fut long pour la meute, ils étaient postés assez loin d'Hokori quand ils reçurent l'ordre de Kasuga Riyu de venir au campement pour aider lors de la résolution de la faille. Avant le départ Kiba avait été clair avec ses hommes, ils allaient devoir collaborer avec des soldats venus de partout et même l'empereur serait là donc aucune erreur ne serait tolérée, aucune. S'il y avait un pet de travers Kiba réservait aux idiots une mort pire que celle donnée par ses chiens loups, plus douloureuse, plus honteuse même. Visiblement tout le monde avait compris, car même sur le chemin personne ne parla, tous semblaient concentrer sur ce qui allait arriver à Hokori.

La meute était arrivée après l'arrivée de l'empereur et après que les dirigeants se soient enfermé sous leur tente. C'était certainement prévu par Kasuga-taisho, mieux valait qu'ils soient là quand ils ressortiraient, mais pas là quand la délégation était arrivée. C'était mieux ainsi, Kiba ordonna donc de mettre pied-à-terre et de monter les quelques tentes dont ils avaient besoin. Comme à leur habitude la division volante d'Okaruto restait toujours pacqué d'une manière ou d'une autre et pour le moment le taii taciturne ne voyait pas l'intérêt d'aller aider les autres à faire quoi que ce soit, vu que tout le monde rongeait son frein pour le moment.

Daiki lui montait quelques tentes et préparait également un feu pour préparer le futur repas, personne ne semblait savoir quand ils allaient bouger et cela fut confirmé par un des hommes envoyés par le taii qui avait été demander des informations sur les ordres donnés. Le jeune homme avait un peu peur pour différentes raisons, déjà c'était sa première vraie mobilisation et la première fois qu'il allait prendre part au combat, Kiba avait préféré continuer son entrainement plutôt que de le faire combattre tout de suite. Et il allait peut-être revoir sa sœur depuis ce fameux jour il lui avait demandé à entrer dans cette division.

Alors que Daiki était à plat ventre en train de souffler sur le petit feu qui prenait vie doucement, il remarqua le grognement et les jappements d'un des loups de Kiba. Cette bête avait-elle sentit quelque chose ? Puis un cri, le petit homme se leva d'un bond et regarda autour de lui, il voyait alors un homme de Fukyuu transpercer d'un des siens et bientôt c'est toute une cacophonie qui se fit entendre dans le camp, l'ennemi attaquait et de l'intérieur visiblement, il y avait même une drôle de créature avec des pinces qui tournait (ou nageait dans les airs) autour d'eux. Daiki ne comprenait pas ce qu'il se passait, il avait peur et il commençait à trembler de tout son long.

C'est le sifflement aiguë et bien connu de Kiba qui ramena ses pieds sur terre, en place, il devait se mettre en place. Il saisit rapidement son katana, son arc et ses flèches et accourut donc vers son taii, heureusement les hommes de la meute étaient toujours proches les uns des autres. Kiba demanda une formation en carré avec cinq archers au milieu. Ainsi donc les hommes de la division formèrent quatre côtés, de cinq hommes chacun, disposé un peu en quinconce. Chaque hommes des côtés étaient armés d'un yari et les cinq archers se mirent au milieu, Daiki faisait alors parti des archers. Le but de la formation était simple, protéger les archers, si un ennemi approchait, les hommes possédants un yari frappaient.


Kiba-taii que faisons nous ? Demanda Daiki.
Tout d'abord, on tue l'amikiri qui nous tourne autour. Le taii indiqua la cible avec un de ses doigts. Une fois que le ciel est dégagé on prend l'avantage aérien avec toi, Kasuga-san et on s'occupe de ça. Cette fois il montrait le Tengu qui venait d'apparaitre un peu plus loin. Okay les archers décochez jusqu'à tuer ce satané yokai volant, les hommes au sol vous tuez tout yokai qui vient nous chercher des emmerdes, faite toujours attention à votre voisin, n'oubliez pas, nous somme un seul homme. Montrez leur quelle division est la meilleure.

Un petit cri de guerre partagé entre les hommes plus tard et les cinq archers commencèrent donc à faire pleuvoir des flèches sur cet Amikiri.


Dernière édition par Kasuga Daiki le Mer 28 Sep - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1155
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 27 Sep - 15:09


Les hommes de glace étaient à présent aussi puissants et renforcés que le serait un bœuf parmi ses prédateurs. Pourtant, alors que leur corps et leur âme étaient semblables au feu Setsu, certains hommes de l’assemblée commençaient à bouger de manière étrange. Tandis qu’un tomba au sol, l’autre montra une aura tel le lointain de la mer. Les yeux de Katsuya s’écarquillèrent.
« Impossible… »

Une seconde s’écoula avant que des hurlements et des cris d’effroi n’envahissent le camp de fortune monté par les clans. Amikiris… Tengus… Kitsune… Peu importe leur origine, les yokais avaient réussi à passer les lignes de défense spirituelles. Le chaos… n’était plus aux portes du campement, mais bien à l’intérieur, souillant la moindre trace de vie sur son passage.
Katsuya resta figé, ne comprenant nullement comment cela a pu arriver. C’est le cri de détresse d’un de ses camarades qui le ramena à la réalité. Sans la moindre hésitation, l’hatamoto dégaina et se précipita pour annihiler la créature monstrueuse qui manipulait un des soldats. Une fois détruite, Katsuya stoppa la chute du corps de son frère d'arme. Malheureusement, il était trop tard pour lui, qui ne put protéger ses valeurs dans un combat honorable. Un genou au sol, le prenant dans ses bras, le tigre ferma le regard, les dents grinçantes. Il était difficile d’accepter une mort, même d’une personne dont l’histoire nous était inconnue. Il accepta cette fin avant de se concentrer sur la suite des événements.

Il fallait maîtriser les ashigerus se trouvant dans les forces armées des glaces. En l’absence de Nagaya, et malgré la présence beaucoup plus appropriée de Furuta aux alentours, Katsuya s’exclama au haut et fort :

« Ne faiblissez pas ! Ces hommes… ne sont plus vos camarades ! Ils ne sont rien d’autre que des créatures abominables. Éliminez sans aucune hésitation ou c’est vous qui périrez ! Et restez sur vos gardes ! Ils peuvent surgir de nulle part !»

Afin de montrer l’exemple et malgré l’atrocité de cet acte, Katsuya trancha l’un des hommes possédés sur le point d’éliminer un nouveau camarade. Lorsqu’elle périt, elle foudroya du regard son assassin. Une telle vision d’un visage familier déchirait le cœur du jeune homme. Lui qui exprima l’importance de croire en ses confrères… Voilà que ses paroles n’ont plus aucun sens en ce jour mais la foi ne le quitta point et sa croyance envers Itegami était absolue.
A cette pensée, son esprit afficha le visage d’Hankyou et Seiko. Dans quelle situation étaient-ils actuellement ? Ne perdant pas plus de temps et malgré le champ de bataille autour de lui, l’Hatamoto chercha du regard la tente des hauts placés, où la réunion avec l’empereur devait se dérouler.

« Fukyuu-sama… Seiko-chan… »

Ces pas, jusqu’alors petit et précis afin d’attaquer l’ennemi, étaient longs et lourds. Il évita de mieux qu’il le pouvait les cadavres, qui devenaient de plus en plus nombreux, afin d’atteindre son objectif. Peine perdue lorsque des nuages noirs se formèrent au-dessus du clan de glaces avant de prendre l’apparence de nues qui écrasèrent certains soldats lors de leur atterrissage au sol. Katsuya fut coupé dans sa course par l’un d’entre eux. Pointant la pointe de sa lame vers ce nouvel adversaire, ce dernier montra les crocs et la rage qui le consumait.
« Je n’ai pas le temps de jouer avec toi… » S’exprima l’hatamoto d’une voix basse et bien trop sérieuse en connaissance de son tempérament. Prenant appui de son pied gauche, il s’apprêta à se jeter sur sa proie quand une nouvelle malédiction frappa les hommes : un tengu, dont la taille était celle d’une colline, apparu, frappant de stupeur tous ceux qui osaient croiser son regard. Katsuya en faisait parti. Dans son dos, il ne tourna que sa tête pour apercevoir la créature.
« C’est une blague… »

Mais le temps n’était pas à la pétrification. Le nue profita de cette distraction pour bondir sur sa proie. Le jeune homme lui refit face sans attendre et se précipita entre les griffes et les crocs dans un hurlement de guerrier.


Dernière édition par Kagome Katsuya le Mar 27 Sep - 19:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 27 Sep - 15:41

Le temps était à présent compté. J’attendais ce jour depuis si longtemps. Ce moment où je pourrais prendre plaisir à extraire l’âme de ma proie et de la faire disparaitre sous les flammes de la vengeance. L’occasion était à présent devant moi et bien que mon visage fût celle d’une enfant, mon cœur était celui de la louve, battant la chamade, les crocs dégoulinants de salives, un sourire machiavélique sur les lèvres…

Cela faisait plusieurs jours que Kyo avait quitté le temple afin de rejoindre la terre sainte de Birei, me laissant derrière lui afin de soutenir le temple, dont les dernières attaques yokais avaient affaibli les défenses. Nombreux problèmes se sont présentés mais je suis heureuse de me voir convier pour la bataille face au Mal.
Le trajet nous fut rapide à partir du temple. Un cycle et demi nous permit, moi et mes camarades, de rejoindre le campement de fortune. À notre arrivée, le camp était monté et les soldats frémissaient déjà de crainte et d’angoisse. Il y avait de quoi. Sur le court passage pour rejoindre notre clan, au pas, mon regard se posa sur notre ennemi. Je pouvais enfin apercevoir ce qu’Unzen-san nous avait décrit. Je comprenais son effroi. Cet édifice n’avait rien de bon. Je pouvais ressentir son souffle sur ma peau, comme si la sagesse du vent de Kazegami avait était souillée. J’atteignis enfin mes semblables mais Kyo n’était point présent. Il devait sans nul doute être auprès de sa Sainteté afin de préparer les derniers actes de rituel.

C’est étrange, mon regard n’arrivait pas à se décrocher de cette satanée Faille. Pourquoi était-je si attiré par elle ? Un sourire mesquin se dessina sur mes lèvres, à peine visible. C’était pourtant évident : la soif de chair yokai me parvenait et m’excitait. Finalement, j’étais bien trop impatiente. Il me fallait changer mes pensées.
Apportant mon soutien à mes confrères du clan voisin, je commençais à purifier la terre du mieux que je le pouvais. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas pratiqué cet art. Je me fatiguais bien trop rapidement et abandonnai. Il me fallait garder mes forces pour la suite… qui arriva bien plus vite que je ne l’imaginai.

Alors que je m’en retournais à la tente dédiée à notre camp, croisant nombreux de religieux et soldats sur mon trajet, l’un d’entre eux se vit greffer une tête dans son cou. Je stoppai ma course, les yeux stupéfaits. Le corps inanimé de mon camarade tomba au sol comme le ferait un sac de riz que l’on aurait lâché. La tête se tourna vers moi, libérant un cri strident qui ne m’atteignit point contrairement aux militaires. J’étais bien trop muette à ce qui m’entourait, seule ma vue était fixée… sur mon festin. J’empoignai sans plus tarder mon bô qui vint frapper le crâne qui tomba au sol un instant avant de se relever. Je ne sais guère s’il se pétrifia lorsqu’il vit mon regard empli de haine et pourtant malsain mais j’en profitai pour lui assigner de nombreux coups, afin de le clouer au sol. Assommé, je me dirigeai vers le corps inanimé, relié à la tête.

« Dommage… que tu sois tombé sur moi… hi hi… »

Il m’a été si simple de transpercer le cou long afin de le détacher du reste du corps. Cette sensation… ce sentiment… Haaa… qu’il était si bon de le ressentir. Je m’exaltais alors que le combat faisait à présent rage autour de moi. Nombreux sont les yokais à avoir atteint le camp, détruisant, tuant, déchirant tout sur leur passage. Une telle tragédie… J’étais pourtant ravie.

« Tokage… Il est temps de rendre hommage à notre famille. »

Le jeune lézard fit son apparition à travers mon épaule dénudée. Il ne fut pas le seul : un… deux… trois sylvains firent leur apparition dans l’air, flottant comme des petits ballons.

« Voyons si ces heures d’entraînement n’ont pas été vain… HA HA HA ! »

Alors que les hommes craignaient de mourir… Moi… j’en rigolais d’extase !








Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Kiyomasa Nanami

avatar

Taii

Messages : 51
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre: Aisu Kuiin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 27 Sep - 23:11

Parmi les forces Setsu se trouvait l'une des divisions d'archer dirigée par Nanami. Arrivés par navire il y a peu, ils avaient eu tout le loisir d'observer pendant tout le trajet l'ampleur de la souillure et du danger que représentait cette faille. Mais cela ne faisait aucun doute qu'ils allaient gagner, renvoyer ces bêtes sauvages de l'enfer dans leur antre en petits morceaux et rentrer chez eux triomphants en montrant aux autres clans qu'ils sont les meilleurs. La Taii se doutait bien que ce ne serait certainement pas aussi simple, mais elle était loin d'avoir peur. Ils avaient été pris par surprise jusqu'ici, mais maintenant, c'était eux les attaquants. Ils allaient subir au triple ce que les humains avaient subi. C'était loin d'être cet état pour tout le monde sur le navire, même dans la division. Ceux qui avaient pu éviter les yokai étaient confiants, les autres l'étaient en général moins. Peu importe, tout serait bientôt réglé.

Nanami et sa division en étaient encore à monter les tentes et fortifications au moment du drame. D'abord, un soldat en frappe un autre. Puis un sohei se fait tirer dans l'eau et s'en ressortira jamais en un morceau. Puis un homme se change en kitsune et brûle ceux autour de lui. Ce n'était pas une simple escarmouche. C'était une attaque bien organisé pour briser les humains s'étant rassemblés pour l'invasion du Yomi. Nanami avait été confiante. Elle comprenait maintenant à quoi ils avaient affaire. Elle sortit ses sabres instinctivement alors qu'elle paniquait intérieurement. C'était sa première bataille face aux yokai et plus important, elle avait fait l'erreur de les sous-estimer. Le combat faisait rage et c'était le chaos. Avec l'ennemi se trouvant à l'intérieur, il n'était pas possible de savoir qui était un allié et qui était un ennemi, encore moins de faire confiance à qui que ce soit. Les soldats qui n'étaient pas directement attaqués viraient entre la panique et le fait de ne pas savoir quoi faire, en se tournant nerveusement dans tous les sens, au cas où un "ami" les attaqueraient pas derrière.

La Taii Setsu, malgré son incompréhension, attirait les regards. En effet, son visage était aussi impassible que la glace et que d'habitude, donnant l'impression qu'elle n'était pas surprise et qu'elle avait toutes sa tête pour donner des ordres. Ce n'était pas encore le cas. Elle prit le temps d'observer les alentours, de bien comprendre la situation malgré le chaos. Pendant que des Nue s'écrasaient sur des soldats et qu'un Tengu s'abattait sur le camp, Nanami tournait la tête dans diverses directions pour avoir une vision d'ensemble. C'était maintenant le cas.

"Soldats! L'ennemi nous a pris par surprise une fois de plus, et nous attaque lâchement de l'intérieur. Mais nous sommes de fier Setsu et allons immédiatement le montrer, en cercle!"

Cela n'avait pas atteint toute sa division et certains étaient trop paniqués pour écouter ses ordres, mais elle rassembla quelques soldats avec elle, sur la plage. La situation était compliquée pour une division à distance, en effet l'ennemi était au sein des alliés. Tirer dans le tas était un poil excessif. Ce qui limitait leur rayon d'action direct à autour d'eux.
"On ne peut pas savoir exactement qui est un ennemi et qui ne l'est pas, mais si quelque chose vient de la plage, ce ne peut qu'être un ennemi. Ne laissez personne vous approcher, humain ou pas, et ne tirez que si vous êtes sûr de votre coup. On sécurise la plage."
Le but de la manœuvre était d'éviter le chaos aussi de leur côté et qu'ils attaquent au pif. C'était d'autant plus important qu'ils n'étaient pas adaptés au corps à corps. Contrôler les alentours, en cercle, et cibler les ennemis visibles solitaires. Tout ce qui venait de la mer était automatiquement une bonne cible du coup, même si malheureusement, il était difficile de cibler des créatures sous-marines. Et cela allait leur laisser le temps de réfléchir à la meilleure action à entreprendre.

"Hibana, qu'est-ce que tu préfères, te concentrer sur la mer, le Tengu ou ce qui vole? Pas d'explosion en direction du camp."
Nanami n'autorisait qu'une personne à viser les cibles aériennes ou ce Tengu, et c'était sa cousine, car elle avait un fusil. Elle avait plus de chance de rater, mais elle avait aussi plus de chance de ne pas toucher un allié. Le Tengu étant plus grand que les autres et les cibles volantes sont donc des cibles de choix selon Nanami. Mais peut-être avait-elle un autre plan... Du moment que ça n'impliquait pas de faire sauter quoi que ce soit, sauf en direction de la mer.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 133
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mer 28 Sep - 15:47

C'était la première fois qu'Hibana prenait le bateau et voyait la mer. Elle se serait sentie enthousiaste à l'idée de voir l'armée Setsu dompter les flots avec leurs bateaux militaires, si ce n'avait pas été dans des circonstances aussi graves.

L'insécurité ambiante sur le pont du navire voguant vers la côte d'Hokori mettait l'archère d'humeur à cogiter. C'était sans nul doute les cadavres flottants parmi lesquels ils croisaient qui lui fichaient le plus la trouille.

"Quelqu'un devrait trouver un moyen de construire des bateaux renforcés pour être à l'abri en mer... Des bateaux en métal..."

Elle jeta un coup d'oeil à sa Taii, sa cousine Nanami, l'apercevant alors que la division débarquait sur la plage. Sa présence calme et concentrée rassurait Hibana, qui, autrement, n'arriverait pas à contenir le tremblement nerveux qui agitait ses mains. Elle serra les dents, fronça les sourcils et regarda droit devant elle. Aujourd'hui, c'était le jour fatidique: ils, pas seulement Setsu, mais tous les clans réunis, marchaient sur la Faille, cette chose qui avait causé tant de chaos à Yokuni ces derniers mois. C'était aussi à cause de cette chose qu'Hibana avait perdu sa mère. Elle serra sa poche -la lettre y était toujours rangée- et referma sa main dessus.


"Soyez tranquille, mère... Vous serez vengée bientôt, je vous le promet."

Les Fukyuu étaient là eux aussi. Elle n'était pas à l'aise à l'idée de se trouver en face du clan qui lui avait enlevé son père bien-aimé, et encore moins à celle de collaborer avec ces traîtres. Mais son état d'esprit tendu par la pré-bataille la motivait plutôt que de la laisser s'enrager. Toute son attention était tournée vers les affaires qu'un camarade archer l'avait aidée à porter et qu'elle commençait à installer sur la plage tandis que le reste de la division ne quittait pas la mer des yeux.

Shichi-Ue était chargé, prêt à tirer une première balle sur ce qui se pointerait. Dans son paquetage, était emballée la réserve d'explosifs et d'engins spécialement préparés pour l'occasion: flèches incendiaires, grenades et balles pour son fusil.
Hibana plongea la main dans un étui sommaire fait d'un chiffon légèrement humide enroulé autour de son contenu et en dévoila l'intérieur.


"Hmm... J'en ai prévu six... à utiliser avec sagesse."

Les précieuses flèches à percussion de silex, une de ses créations explosives les plus ingénieuses et redoutées même parmi sa division. à l'impact, les Yôkais voleront en petits confettis de chair brûlée avant même de comprendre ce qui leur arrive, mais il n'y en avait effectivement que six.

Cependant, elle n'eut pas le temps de déballer le reste, que la panique commença à se répandre à travers toutes les forces claniques alliées. Une attaque surprise! Des traîtres dans leurs rangs! C'était la débandade. Eux qui pensaient avoir l'avantage de la surprise, ils avaient en réalité mis docilement les deux pieds dans l'embuscade tendue par les monstres du Yomi.

"C'est un piège! Mettez-vous à l'abri! Il...Il faut riposter!"

Son cri atteint à peine ses camarades archers qui, tout comme elle, restaient stupéfiés, oubliant presque de paniquer.
Mais un appel au ralliement fusa des premiers rangs: c'était sa cousine Nanami. Elle était prête au combat, le regard impassible et tentant de rassembler les derniers hommes encore assez calmes pour écouter les ordres. Bref... Elle avait l'air tellement cool!

Hibana ramassa ce qu'elle put de son pack -ses flèches silex, une demi-douzaine de grenades et son briquet- et le fourra en hâte dans son carquois, abandonnant le reste trop encombrant pour rejoindre en quatrième vitesse sa Taii avec d'autres archers. Encochant une première flèche, elle la relâcha dans le coeur d'un ex-Setsu devenu Kitsune, pratiquement à bout portant, avant de se retrouver pratiquement dos à Nanami. Le petit groupe avait adopté une formation circulaire, les archers parés à tirer dans n'importe quelle direction en cas d'encerclement.


"Heureuse de voir que tu es toujours au taquet, cousine. Mon arc et mon fusil sont prêts à te couvrir à tes ordres!"

C'était une vraie pagaille autour d'eux. Les archers peinaient à abattre les yôkais avant qu'ils ne s'approchent trop, mais une poignée de samouraïs encore présent pouvaient les empêcher d'atteindre le cercle. On ne savait plus où donner de la tête: dans les airs, sur la plage, dans la mer...
Les directives de sa cousine parvinrent cependant à garder Hibana concentrée malgré tout son corps qui tremblait. Il fallait choisir une cible sur laquelle se focaliser. La guerrière prit une profonde inspiration malgré son souffle saccadé et déposa son arc à ses pieds, s'accroupissant pour épauler Shichi-Ue.


"L'ennemi vient principalement de la mer, alors faisons confiance aux autres clans pour éliminer ceux qui sont déjà là. Si on se concentre sur les flots, on peut les abattre un à un à la source, avant qu'ils ne touchent le sable, ça facilitera le travail aux fantassins!"

Ce disant, elle leva son fusil, visant les têtes inhumaines qui dépassaient de l'eau, et ouvrit le feu, la bille de métal propulsée avec assez de vitesse pour transpercer le crâne de la cible de part en part.

"On ne faiblira pas, hein?"
Fit-elle en direction de sa cousine, un sourire forcé aux lèvres, avant de charger une nouvelle balle, le regard dur et sombre, se murmurant à elle-même.

"Comme à Moe..."




Hibana - La passion de Setsu!


Revenir en haut Aller en bas
Tsuruchi Shura

avatar

Genin

Messages : 137
Date d'inscription : 23/08/2015

Feuille personnage
Age: 16 ans
Titre: Petite guêpe
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Sam 1 Oct - 19:01


L'instant où Yuugai dut s'affranchir de sa compagnie n'arriva finalement que trop vite. Son regard, semblable à deux orbes de ténèbres parvint à s'assombrir davantage, ne dévoilant dans l'éclat qui y régnait qu'une lueur métallique, aussi tranchante que des lames parfaitement aiguisées. Il n'y brillait qu'une détermination absolue, sans pitié, sans le moindre affect pour tous ces soldats qui vaquaient çà et là, froide comme l'acier.
La prêtresse ne s'était pas mêlée aux attroupements, n'avait eu pour tout geste qu'un regard inquisiteur, cataloguant ce qui s'offrait à son champ de vision sans y dévoiler la moindre réaction. Son visage était fermé au monde et il se peignait sur celui-ci plus de maquillage que de vivaces émotions. Elle avait fait écho au masque de son kannushi par un autre, d'une blancheur d'albâtre, dont le teint était rehaussé par les tracés rouge sang qui entouraient ses yeux, coulaient le long de ses joues, de son front et de son menton. Ses lèvres arboraient elles aussi une teinte un peu plus foncée et elle semblait tout droit sortie d'un autre univers face à ces soldats si uniformes les uns à côtés des autres.
Ses cheveux d'ébènes, mi longs, avaient été rassemblés par un ruban qui les empêchait de voler au vent à leur gré, d'entraver sa vision lorsqu'il lui faudrait user de tous ses sens pour révéler son entière efficacité. Son kimono, du même rouge que son visage, n'apportait pas grande protection contre d'éventuels coups, mais elle ne comptait pas laisser qui que ce soit l'approcher suffisamment pour se permettre une telle chose.

Au milieu des autres, peu importait qu'on la remarque, elle n'était finalement pas là pour se glisser constamment dans l'ombre et si elle ne se fichait pas du but qui les avaient tous guidés ici, elle ne perdait pas de vue son principal objectif. Elle le protégerait, quoi qu'il arrive, même au péril de sa vie, même s'il fallait faire des sacrifices pour cela.

Ainsi, elle avait détesté cette réunion qui lui ôtait son maître de sa vue à l'instant même où elle en avait entendu parler. Sans un mot, elle s'y était résignée pourtant, sachant parfaitement qu'elle n'avait aucune alternative, ne pouvant ni l'accompagner, ni lui demander de rester ici. Peut-être était-ce une bonne chose pour elle, car elle ne se préoccupait pas tant des discussions qu'il y aurait là-bas, préférant largement le terrain à la stratégie.
Avant de partir et au fil de leur voyage, elle avait préparé son matériel, taillé et aiguisé ses flèches pour que celles-ci ne laissent aucune chance à leurs ennemis. Ici, il n'y avait que des amoncellements corps ou de ce qui s'en approchait, refluxs de ce qu'ils allaient affronter, de ce qui n'avait pas réussi à survivre. Elle ne s'en sentait pas horrifiée pour autant, ayant été habituée depuis toute petite au sang et à l'horreur. Là-bas ce serait pire, elle s'y était préparée mentalement et elle n'avait pas peur.
Même cette attente ne lui paraissait ni ennuyeuse ni totalement inutile puisqu'elle l'exploitait entièrement pour se concentrer et ainsi obtenir le meilleur d'elle-même.

Pourtant, il y eut un cri.
Mécaniquement, son regard se dirigea immédiatement vers son origine et elle n'eut pas besoin d'attendre plus de manifestation que cela pour réagir. Elle n'avait pas tant imaginé qu'ils puissent faire l'objet d'attaques dès ce point-là, mais ça ne semblait pas incohérent. Dès cet instant où l'apparente paix qui régnait jusqu'à maintenant vola en éclat, elle chercha le point le plus en hauteur qui lui serait accessible et, grimpant habilement sur l'une des constructions des soldats, elle disposa immédiatement d'un bien meilleur point de vue.

Son arc déjà dans ses mains, tendu, une flèche prête à partir, elle n'hésita à aucun instant, frappant d'un coup mortel ceux qui lui paraissaient dénués de leur lucidité, comme ceux qui arboraient fièrement leur nature de yokaï. Ils perdaient déjà des troupes, mais c'était le moindre mal. De tous côtés, chacun avait réagi à sa manière, se jetant sur les nouveaux ennemis, à moins qu'ils ne rechignent à exécuter leurs camarades. Il le fallait pourtant, avant que ceux-ci ne déciment leurs troupes et elle comptait bien sur les onmyoji et les miko pour régler au plus vite les problèmes dont elle ne pouvait s'occuper elle-même.
De sa position, elle faisait ce qu'elle savait faire de mieux et tirait déjà sans relâche, bien déterminée à ne laisser aucune de ces choses pénétrer suffisamment dans les rangs pour atteindre la tente. Elle userait de sa précision aiguisée à l'extrême, autant que de sa rapidité à enchaîner les coups pour faire autant de victimes que possible.

Il n'y avait plus qu'à espérer que les troupes si joliment rassemblées ici sachent se montrer efficaces plutôt qu'à servir de chair à canon ou même d'ennemis, car ils ne faisaient là que repousser les prémices d'un plus imposant assaut qui ne saurait tarder.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 118
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Sam 1 Oct - 19:12


Le temps des ennuyeuses réunions semblait ne jamais se finir puisque après Birei, il avait paru judicieux aux si hautes têtes de ce monde de se concerter à nouveau. Il n'en pouvait plus de ces discussions interminables où la politesse freinait tant les échanges qu'il valait encore mieux se taire. Qu'allaient-ils faire cette fois ? Boire une tasse de thé tous ensemble pour faire plus amplement connaissance, puis échanger quelques compliments aussi faux qu'insignifiants ?
L'onmyoji ne cachait ni son ennui, ni son dédain en contemplant la tente où s'étaient engouffrées à la suite toutes ces personnes dont il aurait bien voulu immédiatement pouvoir trancher la tête. Que faisaient-ils depuis tout ce temps ? Ça ne l'avait pas occupé bien longtemps et il avait retourné son visage maussade et son regard vide vers les troupes qui gesticulaient en tout sens. Sérieusement… Allaient-ils envoyer toutes leurs troupes à la mort, alors qu'ils avaient tous eu tant de difficultés contre quelques attaques éparpillées çà et là dans Yokuni ? Cela ferait le tri des faibles certainement, mais bientôt, il craignait qu'il ne reste plus rien pour faire la guerre, après, enfin s'ils parvenaient à leur but.

La promesse du combat à venir l'apaisait au moins face à l'avenir détestable que le dénouement de leurs actions voulait amener. Comme il aurait largement préféré que la Faille reste ici, s'étende même, jusqu'à les engloutir… C'était le seul absolu qui le faisait vivre un peu, dans ce monde ponctué sans cesse par un ennui mortel. La paix… Autant le mot que la notion, c'était certainement là la chose qu'il détestait le plus.

Immobile, tranquillement adossé, il portait régulièrement son kiseru à ses lèvres, laissant échapper entre temps quelques nuages de fumée qui se dissipaient presque aussitôt. Il n'aidait personne, n'aurait jamais pris cette peine, même pour ceux de son propre clan et il préférait largement les jauger tour à tour à la recherche de quelque chose qui pourrait bien le distraire. Personne ne le remarquait ici de toute façon et les gens passaient à côté de lui en se doutant si peu de sa présence que c'en était presque ridicule. Il aurait pu ainsi en poignarder un ou deux sans même que cela ne se remarque s'il en avait eu l'envie, mais ce petit jeu ne l'amusait pas.

Naturellement, il avait prévu toutes sortes d'amulettes, d'incantations et tout ce bric-à-brac d'onmyoji pour faire face à toutes les sortes de yokai possibles et imaginables qu'ils seraient amenés à rencontrer, mais il n'était pas disposé à partager ses talents à qui que ce soit. Au moins la mort autour de lui pourrait un peu raffermir son âme, au moins le sang qui coulerait par rivière pourrait un peu étancher sa soif, réveiller son esprit mort au cœur d'un vide inconsistant.

Son regard s'arrêta finalement sur un Fukyuu en particulier, alors qu'un sourire s'esquissait lentement sur ses lèvres.
Enfin.
Finalement l'attente n'avait pas été vaine.
Dans le même instant ou presque, toutes sortes de choses commencèrent à s'animer autour de lui. Les cadavres tombaient les uns après les autres, les soldats s'agitaient tout à coup. Certains criaient déjà de frayeur et ça lui donnait envie de rire. Les plus hauts gradés s'efforçaient de rassembler et de diriger leurs troupes pour lutter chacun à leur manière.

Amusant spectacle.
L'onmyoji, lui, n'avait pas bougé. Il s'amusait des possessions, jouait à reconnaître les atrocités qui montraient aujourd'hui leur visage en plein jour sans aucune peur et remplis d'une soif qu'il adorait plus que tout. Sa main doucement était venue se glisser jusqu'au manche de son kodachi. Le sang s'éparpillait déjà sur le sol, au milieu des hurlements de mort, de rage, de haine ou de douleur. C'était un si beau spectacle.

Lorsqu'un soldat non loin de lui perdit la raison, il céda. En un éclair, il l'avait tranché mortellement et non sans y montrer son propre plaisir. Tuer parmi ses propres alliés avait certainement un goût des plus particuliers. Dans son regard une lueur malsaine s'était éveillée et le chasseur avait refait brusquement surface. Ce n'était plus un vide indifférent, mais un gouffre abyssal prêt à engloutir toute chose qui se lisait dans ses yeux.
Maintenant que sa lame avait commencé à être nourrie, maintenant que son âme avait été ébranlée et qu'en lui un tout autre être s'agitait, bien plus redoutable, bien plus démoniaque, il ne pouvait plus s'arrêter. Fonçant au cœur des troupes pour aller au plus près de la rive, il s'agitait dans des mouvements insaisissables, impossibles à comprendre ou à anticiper et qui mordaient à chaque fois ce qu'il avait jugé comme ennemi. Il ne freinait pas ses frappes lorsqu'elles tombaient sur les mauvaises personnes, peu soucieux des inconscients qui n'avaient pas su prévenir le danger qu'il incarnait.

Ce n'était que l'aube d'une journée des plus obscures et il lui tardait d'en découvrir les plus formidables charges, déjà exalté par l'avant-goût qu'on avait bien voulu lui montrer.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Chizuru Saya

avatar

Samouraï

Messages : 90
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 27

Feuille personnage
Age: 30 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 2 Oct - 19:36

« Je suis de retour chez moi » avaient été mes premières pensées. Mais elles s’étaient vite faites engloutir par les vagues, tout comme ces corps difformes refusant de disparaître malgré le travail acharné des Eta et des Miko du Clan. Okaruto ne serait plus chez moi désormais car c’est officiellement aux côtés de mon amour enflammé, Amadotsu Kodan, que j’avais foulé les Terres des Brumes après celles de l’Empire. C’est sous les bannières Setsu et sur une Shirayuki bien reposée que j’escortais cet amant soudain d’il y a cinq ans, père ensuite de mon enfant et conjoint pour une vie que j’étais partie retrouver contre l’avis de ma hiérarchie.

J’avais pu éviter Riyu-dono à Birei mais je sais qu’il n’en sera pas le cas ici, puisqu’elle rencontrera le Taisho du Feu sous de sombres auspices pour décider, avec bien d’autres personnes, d’une marche à suivre. Il faut gérer cette Faille et tout ce qu’elle amène comme pollution sur les berges de mon Clan de naissance, que je refuse de contempler en souffrance plus longtemps. Bien qu’à notre retour à Setsu, notre union me fera épouse du Gouverneur de Kazan, le Brouillard de mon enfance sera toujours ce mystère rassurant que j’aurai envie de rejoindre de temps en temps.

C’est pour le défendre que j’avais insisté, pour me battre que j’avais répondu vouloir accompagner à tout prix l’élu de mon cœur, alors que mon statut ne me le permettait pas forcément. La seule résistance rencontrée avait finalement été celle d’avoir peur, pour la première fois de ma vie. Peur, viscéralement, soudain, de ne pas réussir à protéger ma famille, peur de voir disparaître ce à quoi la prétentieuse que j’étais pensait pouvoir prétendre. Un instant, seulement, j’avais pensé à cela. Puis l’instant suivant, je m’étais rappelée du chemin parcouru et des batailles menées précédemment. Et, au moins, Kirito, Niji et Neji se trouvaient loin de ces préoccupations à Shiro Kiyooki.

Le cœur menaçant de sortir de ma poitrine, je laisse malgré tout mon aimé entrer dans la tente et rencontrer la Divine Impératrice ainsi que les autres gradés autorisés à poser les yeux sur elle. Une dernière fois et jalousement, je regarde cette enfant pénétrer le quartier général des négociations avec l’homme de ma vie, celui qu’elle a secrètement choisi pour Élu de Kabegami. Puis je confie ma fidèle compagne de voyage aux écuyers présents afin de camper ma position non loin des Sohei protégeant la tulle principale.

Ma naginata dans la main, mon nagamaki dans son fourreau mais tout aussi paré à tâter de la menace, je rencontre du regard des compatriotes et des frères d’armes qui ne seront plus les miens. Malgré cela, je suis loin du sentiment de nostalgie lors de notre trajet jusqu’à Hokori car je sais qu’ensemble, nous arriverons à chasser les intimidants êtres foulant les domaines humains. Du moins, j’ai une profonde envie d’y croire et c’est en un soupire que je retrouve le sourire et l’attention nécessaire à la surveillance des alentours du camps.

Mais bientôt, tout va trop vite car l’on bascule dans l’improbable, l’irréel, la panique. Les premiers Yokaï répandent la terreur, même parmi les guerriers plus anciens que moi. Je ne sais d’abord pas où donner de la tête, n’appartenant encore à aucune division et aucun plan d’attaque n’étant possible à dessiner à l’avance aux vues de la vitesse à laquelle les évènements dégénèrent. Je vois les braves se faire déchiqueter, les lâches se faire poursuivre puis massacrer, les religieux implorer leur Kami d’avoir pitié et de leur faire gagner du temps. Mais du temps, il n’y en a pas et, bientôt, il me faut agir à mon tour.

Je vois un Samouraï d’apparence Fukyuu prendre l’initiative de protéger les Miko proches de l’eau, se jetant presque dans la gueule d’un puissant kitsune. Un autre de ses camarades incite ses suivants à entamer leurs propres rangs, expliquant que l’erreur n’est pas possible et que les alliés n’en sont plus vraiment. Je vois un Taii Okaruto et le petit frère de Riyu-dono prendre d’assaut l’amikiri survolant nos têtes et désignant la prochaine cible désignée comme étant le tengu fraîchement arrivé. Je constate qu’une Onmyouji Eiichiro n’est pas en reste, profitant de la fougue des guerriers pour éviter que le mal ne s’installe trop profondément, faisant appel à ses forces du monde des esprits. Une autre guerrière, plus jeune encore que mon fils d’adoption, semble toute aussi disposée à limiter les dégâts.

Je reconnais la force des Setsu et l’obstination qu’ils ont à s’acharner sur l’ennemi, à travers l’une de leur Taii, les archers prenant position et les soldats décidant de sécuriser les flots pour éviter une trop grande invasion. Et, grâce à l’intervention d’un homme au regard malsain, je comprends que toutes les mains sont utiles dans cette bataille, y compris les miennes et mes instincts, lorsque j’esquive sans trop réfléchir l’arrivée fulgurante d’un monstre plongeant sur moi. Je n’ai pas le temps de me poser la question de ce dont il s’agit exactement mais ma lance file dans ce qui semble être sa gorge, laissant s’étaler au sol un liquide inconnu que je ne cherche pas non plus à identifier.

Sans réelle ligne de conduite, je laisse mon corps se rappeler les enseignements et les entraînements, me frayant un chemin vers la simple survie, subissant des assauts peu fréquents mais éliminant quelques menaces que je réussis facilement à identifier sur les visages déformés de potentiels camarades. Je tente de me concentrer sur mon plaisir de combattre, sur l’application de l’art, sans encore déployer mon arme fatale à tous les coups jusqu’ici, gardant ma technique pour une réelle situation compliquée. Non pas que le combat soit aisé mais je réussis, sans ordres pourtant, à sécuriser la petite zone que je tentais de surveiller précédemment avec uniquement de petites égratignures.

Puis j’aperçois, plus loin, un camarade lancier, vêtu de vêtements clairs et bleutés, indiquant ses penchants religieux et son appartenance au Clan des Glaces. Il ne me faut que quelques secondes pour réaliser deux choses : la première est son talent et sa maîtrise de la naginata, bien supérieure à la mienne. La seconde est qu’il semble malgré tout en difficulté, fatigué aussi, puisqu’il utilise son outil de danse à une seule main. Regardant autour de moi, je constate que personne d’autre n’a besoin d’aide autant que lui, malgré le fait qu’il soit encore loin de capituler. Ça oui, je le vois bien dans son regard, que la même faim de vaincre nous habite tous les deux, avec cette soif de protéger ceux que nous aimons.

Alors je cours, légère, désireuse de ne pas perdre mon souffle mais d’arriver suffisamment vite pour empêcher un agressif ashigeru de lui bondir à la gorge. Je glisse au sol pour accélérer sur les deux derniers mètres qui me sépare du Sohei, décrivant un arc de cercle de mon arme pour trancher l’une des jambes du malheureux possédé et le déséquilibrer. Je me relève à peine pour l’achever, fermant les yeux tandis que je lui retire son dernier souffle de vie avec respect pour sa vaillante participation avant le propre drame qui l’aurait fait rejoindre ceux déjà partis.

Puis je me redresse rapidement, vigilante sur les éventuels prochains assauts mais malgré tout décidée à adresser quelques mots à ce valeureux guerrier. Je me retrouve devant des yeux bicolores et une cicatrice de feu étalée sur une bonne partie de sa frimousse enfantine. Malgré cela, je devine qu’il s’agit d’un homme, sa carrure et son ambition brûlant dans son attitude, transpirant de son souffle court jusque dans sa manière de me regarder.

- Permettez-moi, le temps d’un combat, de devenir ce bras qui vous manque, yarikihei. Je suis Chizuru Saya, Samouraï, seconde et promise du Taisho Setsu et je serai honorée d’épauler un si talentueux compagnon de danse. Si vous le voulez bien, vous pourrez prendre la place de ces yeux que je n’ai pas derrière ma tête.

Je lui adresse un sourire sincère, contente d’avoir trouvé un partenaire et une âme proche, si proche de ma volonté d’éradiquer le mal mais aussi et surtout, de protéger et servir la personne qui nous maintient en vie. À nouveau, mon regard se perd alentours mais j’attends sa réponse avec impatience, une paradoxale excitation s’installant dans mes tripes.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Akogare Kitai

avatar

Sohei

Messages : 75
Date d'inscription : 07/07/2015

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 2 Oct - 23:38

Elle était venu lui parler de choses dépassant son imagination à tout les égards. Des caprices d'un Dieu impactant le domaine Impérial tout entier, des origines même de la léthargie instantanée dont des mois les séparaient déjà et du prix élevé en vies que cette malédiction avait prélevée, du rôle qu'elle s'apprêtait à prendre dans cette entreprise et de celui qui lui avait transmis le message.

Ce dernier, maître du domaine des choisis de Oyamatsumi, Souverain des terres du centre et des hauts monts éternels, champion du Kami les régissant tous, mais avant tout, celui qui avait cru dans son incroyable orgueil pouvoir se substituer à lui aux côtés de son âme sœur. Il n'en voulait pas au Seigneur des Fukyuu cette outrecuidance, car aucune chance ni le plus petit doute n'avait effleurer l'esprit de son élue qui n'avait qu'une seule parole et lui avait prouvé de mille manières plus dévouées les unes que les autres qu'il était le reflet de son cœur, comme elle l'incarnait si bien pour le sohei.

En réalité, il voyait en Otani Tanba désormais Hankyou porteur du nom du clan un être à plaindre, d'une infinie tristesse et dont la solitude n'était pas enviable au plus humble éta. Des les nouvelles transmises, il n'avait vu qu'une seule destiné se dessiner pour lui : Il l'accompagnerait au plus près qu'il lui était permis de le faire, un rôle auquel il s'était versé, même au plus fort de sa rémission, en Gakushiki.

On ne voyait plus Shuzen Seiko sans Akogare Kitai et ceux qui les voyaient encore comme des amis d'enfance qu'ils n'étaient plus depuis des mois déjà ne faisaient que constater d'une évolution du devoir et de la représentation idéale qu'était celle qu'un moine combattant pouvait avoir pour le Kannushi que le temple abritait.

Le Jushoku Gashiri le désignait déjà comme son prédécesseur pour le jour où il prendrait sa retraite, son jeune apprenti d'autrefois s'étant versé dans le domaine de la gestion du haut lieu spirituel pour pallier à son handicape dont il n'avait guère pu encore faire muter son talent à la lance en si peu de temps, afin de la voir maniée à un seul bras valide.

Il n'était cependant pas si dépourvu, ses danses possédant leurs instants épars où un membre suffisait à rendre son talent évident, mais il était clair qu'il n'était plus que la moitié de ce qu'il fut. Cela ne l'empêcha pas de littéralement s'imposer auprès de son éternel amour, la chose n'ayant été que peu discutée, cette dernière connaissant mieux que quiconque le prêtre-guerrier et montrant sa propre réticence à se voir éloignée du lancier.

Durant sa soi-disant convalescence, il avait d'abord cherché tout les moyens de donner le meilleur de sa technique aussi diminué pouvait-il paraître, laissant ses partenaires d’entraînements sous estimer sa hargne pour les défaire finalement dans une économie de mouvements bien loin de l'élégance dont il avait fait preuve toute ses années, tâchant de pousser la fin d'un échange au plus vite qu'il lui était offert et au détriment de sa propre intégrité.

Son expertise du terrain avait comblé une partie du mangue, sa pugnacité recouvrant le reste. Il subsistait le regard des gens sur lui, être blessé et amoindri, imperfection aux yeux de la société puisque son corps n'était plus complet. La chose en soi ne l'affectait pas, mais au rôle auquel il souhaitait prétendre pour incarner le défenseur de la Voix d'Itegami, les apparences étaient importante et grâce au concours de sa dulcinée, ils avaient fait venir à la demeure du Divin un artisan marionnettiste qui lui avait conçu un magnifique postiche qu'il arborait depuis.

Le membre factice d'un bois de riche facture n'était là que pour le montrer intégral, sans être d'un moindre recours à l’exécution de ses katas autodidactes qu'il avait dû remanier en totalité, mais cela lui allait amplement. Néanmoins, un espoir lui était venu qu'il pourrait retrouver ses capacités, pallier définitivement à l'absence de son allié séparé de son corps, quand, quelques jours avant l'annonce de sa bien-aimée, le Sage au sommet des Monts l'avait gratifié d'un talent sans commun que celui de donner littéralement vie au gel, comme une extension même de l'invocation de la Kirin, à même son propre physique.

Cette communion avec la glace, si prometteuse était-elle, manquait cruellement de précision et le temps qui lui avait été imparti bien trop court pour en maîtriser les possibilités qu'il entrevoyait. Aussi et quand le temps du départ arriva, il dû se persuader qu'il ne pourrait pas user de ce don à temps et se rassura secrètement à la vu de l'armée des Neiges qui attendait Seiko pour le domaine des brumes, en Hokori, se sachant bien insuffisant pour assurer la protection de sa raison d'être.

Il lui fallut bien avouer que le dispositif d'escorte cumulé à la flotte des fils et filles du Bœuf Immortel le laissa pantois et gonfla son cœur de fierté d'appartenir à un tel déploiement. Les guerriers les plus notables de la noblesse militante du clan ne le laissèrent pour aucun indifférent et il regrettait que les circonstances se montrent si tintées d'urgences qu'ils ne pouvaient échanger ensemble comme il l'aurait souhaité.

Mais son âme gonflée de la dignité insufflée par la machine de guerre Fukyuu en marche prit un coup certain aux rumeurs de la mort que les terres encore invisibles portaient à ses narines depuis le pont du vaisseau de l'incarnation de Oyamatsumi. Plus encore alors qu'ils mirent enfin pieds à terre, des corps rejetés sur la rive et d'autres battant leur rythme morne, poussés par les courants contre les coques devenues immobiles des jonques grandioses.

Ce fut non sans un profond déchirement qu'il se sépara de la descendante des Shuzen qui disparue derrière les pans de la vaste tente où se trouvaient ce qui devait être un rassemblement des plus hautes sommités de Yokuni toute entier. Il s'installa alors en tailleur, non loin de ses pairs de Birei auprès de qui il discuta un temps qui lui apparu comme infini, ainsi éloigné de celle qui le complétait si totalement. Il tâcha de tromper ses craintes et son dégoût des lieux par ses sourires radieux et son ton enjoué, sans pour autant se mentir à lui-même, des frissons lui parcourant l'échine à la simple pensé de ce qui les attendaient une fois cette assemblée exceptionnelle terminée.

Quelques heures plus tard cependant, ses plus sombres cauchemars prirent vie au sein du camp, depuis et vers ce dernier à la fois, sans qu'une seule direction ne porta pas dans sa vision la marque d'une réalité à laquelle il avait été si peu confronté : celle des créatures spirituelles folles, bien vivantes celles-ci.

Ce n'était pourtant rien quand ses prunelles disparates effarées portèrent leur attention sur ce qui ressemblait à un homme, retournant sa lame contre son frère d'arme et lui ôtant la vie dans une expression qu'un visage humain n'aurait pas pu avoir. L'image le transporta un mois et demi plus tôt, lorsqu'il avait vu pour la première fois le résultat d'une telle trahison, la douleur se réveillant soudainement à la moitié de son avant-bras fut cuisante, manquant tout juste de le voir s'effondrer un genou à terre.

Au lieu de cela, il affermit sa prise unique sur Ha Buki, sa fidèle kozori qui ne le quittait plus depuis des années déjà, calant son manche contre son dos dans cette garde qu'il avait improvisé afin de donner le meilleur de ce qui lui restait comme art du combat. Il se dressa dos au cordon de ses frères de la Capitale Impériale, son unique vœu porté sur la volonté de renforcer leur rang pour que rien ne puisse jamais pénétrer la tente des Seigneurs du Pays réunis.

Sa prothèse tendue en contrepoids, désignant d'une main pendante de bois toute menace qui se signalerait immédiatement comme telle en se dirigeant vers le centre du camp et plus particulièrement l'objet de tout son dévouement. Un guerrier des flammes lui fit face, vite rejoins par un autre des foudres et un troisième des brumes dans une alliance en tout point semblable à celle que les clans concevaient en ce moment même sous la tutelle de l'Empereur, exception étant faite que la longueur de leur cou, leur proéminentes canines et leurs yeux fous injectés de sang les séparaient à présent du genre humain.

Aussi déterminé qu'il avait été dans les montagnes, sur le chemin pour Gakushiki et ce jour où il avait perdu une part de lui-même, son expression se ferma en une colère profonde qu'il adressa à ces êtres lui faisant front. Les monstres sans conscience se jetèrent sur lui et il leur fut répondu un mur de yaris, naginatas, nagamakis venus du cordon de défenseurs impérial s'ajoutant à la pointe de l'arme de Kitai.

Si les trois premiers finirent aussi rapidement leur parodie de vie que leur assaut subit sur les extrémités des lances monastiques, d'autres traîtres, manipulés ou démons infiltrés s'alignèrent pour poursuivre leur entreprise, leur nombre grossissant à mesure qu'ils étaient pourfendus par les moines-gardiens. Légèrement au devant des hasts amis, le prêtre-guerrier se retrouva bientôt aux prises d'un adversaire le harcelant d'un tachi rouillant à vu d’œil, mais parvenant à ne pas se briser contre l'acier du bras tranchant du lancier.

Le dernier Akogare rageait intérieurement, peinant face à un ennemi qui ne lui aurait jamais tenu tête à ce point en un temps révolu, mais il n'en démordait pas malgré la fatigue débutant de l'accaparer. Il se débarrassa enfin de son assaillant, usant de la force de ce dernier contre lui-même tout en relâchant sa propre garde et glissant sous le fil de l'épée de celui-ci pour le voir passer par dessus lui et finir son trajet transpercé par les Impériaux.

Il ne put se reposer pour autant, un nouveau belligérant succédant au monstre défunt, accaparant en un instant tout les réflexes subsistant du yaridoka. Le souffle court, il n'ignorait pas qu'un tel rythme lui retirerait très vite toute les forces qu'il avait réussi avec difficulté à récupérer depuis le sinistre qui s'était abattu sur lui, mais il se refusa à sombrer dans l'abandon.

C'est alors que son agresseur disparu presque instantanément de son champ de vision, comme si la terre sous ses pieds s'était effondrée et en lieu et place de celui-ci se dressa face à lui l'incarnation militante de la beauté. Une femme se relevait après avoir achevé celui qu'elle avait arraché au sol d'un acier de la même nature que le sien, onabugeisha auréolant de grâce, incarnation de l'union de bishamon et benzaiten qui le décrivait de ses iris d'un azur plus profond que les eaux d'un océan.

S'annonçant comme une amie à ce moment où rien n'aurait pu être aussi sûr, elle ne pouvait néanmoins que représenter ce qu'elle annonçait être, car immédiatement, aucune autre dame n'aurait pu mieux personnifier l'âme sœur d'un Maître de Guerre, qu'il fut un disciple de Kagutsushi ou non. Il n'était plus temps de se perdre en contemplation et dans un rougissement prononcé, le sohei se plaça dans son dos comme elle le lui avait implicitement demandé, défiant les êtres qui pourrait tenter de mettre à bas une telle merveille, bien qu'une telle prouesse semblait improbable et retrouvant un semblant de souffle, il lui répondit :

Ah ! Chizuru-sama, j'en serai honoré ! Je m'appelle Kitai, Akogare est mon nom et Sohei de Gakushiki est mon rôle. Je protège de ma vie la Voix incarnée d'Itegami, mais je ne suis pas certain qu'elle me pardonnerait de la jeter aux orties, aussi, domo arigato pour votre concours. Je serai les yeux de votre dos et vous serez les miens, yoroshiku onegaishimasu !

Il n'avait pas manqué la force de son regard ni la flamme qui avait brillé dans les prunelles de cette sœur d'arme venue de nulle part, car en celles-ci, il avait vu le reflet et l’abnégation qu'il était certain de voir dans la face polie d'une plaque de bronze s'il s'y avisait. Qui plus était, si en un lieu devait se trouver le Taisho dont elle parlait et à l'écho du nom duquel ses pupilles brillaient, ce devait être cette tente dont ils représentaient l'un des maillons de la chaîne de défense la plus directe à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Sano

avatar

Sohei

Messages : 55
Date d'inscription : 17/08/2016
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Sam 8 Oct - 0:30

Il n'y avait dans tout Yokuni aucun autre endroit où il pouvait être. Alors que les forces armées de l'ensemble de clans dans toute leur puissance s'apprêtaient à fondre sur la Faille, incarnation la plus parfaite des maux frappants chaque être humain depuis plusieurs mois, Sano se devait d'être avec eux. Sa croisade, sa quête contre le mal ne pouvait connaitre de moment plus emblématique et ne pas participer à cette entreprise aurait presque été une trahison pure et simple de ses convictions.


Il était l'exemple même du combattant sacrifiable parfaitement près à donner sa vie pour sauver le monde des griffes d'un Kami maléfique. L'existence même de cette menace lui prouvait, s'il en était encore besoin, l'impuissance des Kamis. À eux tous ils n'avaient pu stopper un seul de leur frère avant que celui-ci ne déchaîne ses serviteurs sur le monde des hommes. Bien entendu, sans leur aide il serait impossible de refermer la faille, mais aucune des prières des milliers de veuves, d'orphelins et de simple humains terrifiés ne saurait pousser les Dieux à agir. Pour survivre, les hommes se devaient de se dresser contre le mal jusqu'à l'éliminer purement et simplement de la surface de la terre.


Nullement incommodé par la présence de nombreux cadavres au bord de mer, le Sohei était assis sur la plage, à quelques mètres seulement de l'eau, et méditait. Il préparait son corps et son esprit à la bataille qui allait suivre tout en étant en première ligne dans le cas où les créatures du Yomi décideraient qu'elles étaient lasses d'attendre que les chefs des hommes terminent leurs délibérations. Et, après une longue attente, ce fut le cas. Lorsque le premier cri retenti, Sano ouvrit les yeux et se leva d'un bon de toute sa hauteur. Identifiant un Kitsune sur sa droite il vit un samurai Fukyuu se porter à la rescousse des Eta et des Miko s’affairant au nettoyage de la plage. Sur sa gauche, un Amikiri venait de découper une prêtresse des brumes et lévitait vers deux miséreux terrifiés sans rencontrer la moindre résistance. Le choix de son adversaire étant tout trouvé, le moine se rua de toute sa puissance sur la créature et usa de son élan pour la renverser et l'écraser sous son poids. Bloquant de ses deux bras immenses les membres du monstre il regarda celui-ci claquer des griffes dans le vide, impuissant. Parvenant à briser l'un des bras, puis l'autre, Sano se releva sans plus porter le moindre regard sur la créature qu'il avait laissé sous lui, se tortillant sur le sable dans une longue agonie. Déjà, son attention se portait sur la recherche de son prochain adversaire. Chaque Yokai mort était une victoire, un être maléfique de moins à supprimer. Restait tout de même à espérer qu'ils pourraient refermer rapidement la Faille sous peine de la voir continuer de vomir ses monstres vague après vague...
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 13 Nov - 22:03


Les combats font rage partout autour de vous. Bientôt, toute la rive de Hokori sombre dans le chaos. Vous êtes chacun à vos batailles. Certains d'entre vous se sont alliés, c'est là la meilleure solution qu'ils ont trouvé pour ne pas sombrer dans la fatigue et le découragement et avoir une chance de sécuriser au plus vite la plage. Cependant, vous vous doutez bien que cela est sans fin, que plus vous reculez et vous vous attardez, plus vous vous perdez. Il faut fuir, les navires vous attendent pour aller marcher sur la faille et enfin mettre à terme à tout ce que vous traversez. Pourtant, ce que vous avez de plus cher est encore bien loin de leur promesse , qui se remplissent de Yokaï en lieu et place de vos alliés.

Shusse : Éloigné de ta propre division occupée à éliminer ses infiltrés, tu fais courageusement face à un kitsune à trois queues.  Celui-ci, jusque là occupé à dévorer les chairs encore brûlantes des pauvres Eta ayant perdu la vie, se tourne vers toi en entendant ton avertissement destiné aux Miko. La créature a un rictus amusée puis dans une gerbe de flammes, reprend son apparence humaine. C'est naturellement une femme divinement belle dont le corps est seulement recouverts de maigres haillons calcinés. Elle semble bien désireuse de te narguer, ainsi, sans prévenir, elle bondit sur l'une des jeunes filles que tu sembles vouloir protéger et lui arrache le cou. Les compagnonnes de la victime prennent la fuite en criant de détresse, l'une d'entre elle te bouscule violemment et la deuxième met tant d'énergie dans son désespoir qu'elle te fait presque tomber alors que tu n'as pas encore engagé le combat contre ton ennemie.

Sano : Tu as attrapé l'Amakiri au vol alors qu'une division Okaruto l'assaillait d'une pluie de flèches. Ton esprit totalement tourné vers le combat, tu ne t'es pas rendu compte que trois d'entre elles se sont fichées dans ton corps. Heureusement, aucun de tes points vitaux n'est touché et les blessures ne seront que peu gênantes. Focalisé sur celles-ci, tu te rends compte peut-être trop tard qu'un Ushi-Oni titanesque lève une de ses terribles  pattes velues et acérées sur toi.

Daiki : Bien entouré par ta division, tu te sens prendre de l'assurance. Tous compte sur toi et bientôt, tu fileras parmi les airs en éclaireur indispensable pour mesurer tes capacités à celles du Tengu. Tu es à la fois impressionné et impatient... Mais rien ne se déroule comme prévu. Après avoir vu un géant fondre sur l'Amakiri que tu visais comme les tiens, tu découvres avec stupeur qu'un des chiens de Kiba, la gueule toute ensanglantée, se retourne contre son maître et lui arrache une main, suivi de près par trois autres. Le Taii semble désemparé un instant mais tente de tant bien que mal d'abattre ses forces sur ceux qui étaient ses plus fidèles compagnons tandis que ta division fait face à une demi-douzaine d'Inugami, dont certains ont pris la place des tiens avant même que la bataille ne commence. Le seul homme que vous étiez fiers de former tous est parti en éclats.

Katsuya : Le Nue s'est élancé en même temps que toi mais rapidement, tu te retrouves sur le dos et vous roulez ensemble dans une certaine confusion, entraînés par la force et les mouvements chaotiques de la créature alors que ta lame l'empêche de te mordre. Sa puanteur manque de te faire vomir. Heureusement, celle-ci te libère en se changeant en fumée. Tu te relèves mais accuse un méchant coup de queue de sa part en pleines côtes alors qu'elle reprend forme solide.

Akira : Tu es absolument jouette pendant ces affrontements inespérés. Enfin, ton heure de vengeance à sonner ! Tes talismans, tes amulettes, tes charmes et les pouvoirs que la vie a bien voulu te confier sont d'une aide providentielle pour les tiens. Tu leurs fraies un passage afin qu'ils offrent leurs aides aux grands pontes impériaux. Vous marchez fièrement vers la tente.
Jusqu'à ce qu'ils tentent de te retenir.

En effet, tu viens d'attaquer purement et simplement un guerrier Okaruto qui se battait lui-même pour sauver sa peau. Il gît à tes pieds, la mâchoire déboîtée et pleine de sang. Dans un moment de lucidité, tu sens que Tokage est fortement inquiet à ton propos, tout comme ceux qui te suivaient. Combien d'humains ont succombé sous tes coups, au juste ?

"Reiya-dono, Reiya-dono ! Par les Kami, retrouvez la raison !" entends-tu alors qu'un homme retient tes deux bras en arrière.

Nanami et Hibana :
Provoqué par les attaques d'Hibana, le Tengu fonce de ses énormes ailes parmi les forces Setsu, renversant des guerriers dans nombre de cris et d'exclamation de surprises et de douleurs, avant de filer de toute son envergure vers vous, désireux de faire le plus de dégâts possible et peut-être même de détruire votre division d'archers.

Shura : Le toit d'une cabane qui avait été autrefois habité t'abrite du gros de la bataille tandis que tes flèches se fichent, impitoyables, dans les chairs de tes ennemis. Tu ne manques aucune de tes cibles mais ta seule erreur est de t'être rendue, frêle, jeune et seule, aussi visible à tes ennemis. Ainsi, alors que tu te concentres pour viser et décocher une nouvelle flèche, tu es poussée sans trop comprendre de ton piédestal et tu sens une vive douleur à tes jambes alors que tu te relèves sur la terre ferme. La manigance se répète, tu tombes mais plus avertie, tu aperçois des créatures aux pelages bruns filés entre tes jambes. Elles sont trois et une semble guérir ta dernière plaie avant de filer. Bien que tes blessures te soient invisibles,  tu as terriblement mal et tu comprends que si tu n'élimines pas très vite ces trois belettes qui semblent se jouer de toi, elles vont te harceler jusqu'à ce que tu supplies la mort de te prendre.

Naraku : Ta lame des plus exaltée tranche incessamment les chairs. Tu ne t'imposes aucune limite, tu es lancé au plus haut de tes capacités dans la bataille et à peine ton ennemi chute que tu enchaînes sur un autre. Formidable éclair de sang, ta folie et ta passion pour le combat se lisent clairement sur ton visage alors que tu te couvres des bouts de carcasses explosées par tes talismans et tes parchemins de tes adversaires du jour. Tu n'attends personne, tu ne protèges personne, tu n'es qu'à ton bon plaisir, pourvu que les combats soient intenses et excitants. Cependant, alors que tu as abattu un, deux, trois, quatre, cinq ennemis, tu es déjà déçu du peu de résistance que ceux-ci t'offrent. Enfin, trempé de sueur, tu vois ta lame rencontrer celle d'une jeune femme aux yeux plus vides encore que les tiens, puisqu'ils sont de véritables gouffres. Elle te susurre d'une voix pénétrante et non-affectée par les coups que vous vous échangez :

"Je suis l'envoyée de ta déesse, chargée de te transmettre sa félicité. Rejoins moi contre les tiens, humain et tu connaîtras ce à quoi tu aspires depuis longtemps maintenant."

Saya et Kitai : Tout proche de la tente, vous êtes heureux de pouvoir compter l'un sur l'autre pour protéger vos arrières. Cependant, alors que les yokaï succombent sous vos coups dévastateurs, vous voyez avec stupeur, comme les combattants qui se battent à vos côtés, les morts dont vous avez pris la vie et les autres, ceux de vos alliés défaits, se relever sur quelques mètres comme s'ils ne s'étaient rien passés. Cependant, tous rejoignent les rangs Yokaï, prêts à submerger toute parcelle de vie du chaos le plus complet.

"Des Bakeneko!" hurle un sohei impérial. "Trouvons les ou ça n'aura pas de fin !"

Citation :
A savoir


  • N'ayant pas pu être là, ainsi que Birei, je vous informe que je reprends enfin l'Event à un rythme régulier si vous voulez bien le jouer avec moi. :3
  • Seuls les personnages se situant hors de la tente et n'ayant pas été distingué pour participer à la partie de l'Event en cours sous la tutelle de Birei L'Empire sont invités à agir ici.
  • Les membres voulant participer à l'Event mais n'ayant pu s'inscrire sont priés de me MP.
  • Ceux qui l'ont déjà fait recevront un MP sous peu.
  • Ce sujet se passe pendant la réunion même, voir même vers sa fin, non avant. Ainsi, vous pouvez toujours ouvrir des sujets libres dans la section [Event] En Route vers la Faille afin de régler tous les détails avant les opérations. Les hauts rangs sont bien entendus invités à faire de même, les sujets d'alors se passant avant la réunion.
  • Soyez logique et cohérent, pensez à vous concerter si vous en ressentez le besoin ! Survivez, battez vous, faites front ou fuyez en tout sens, si cela vous chante !
  • Veillez à vous lire les uns les autres pour éviter les incohérences.
  • Nous n'attendrons personne et il ne sera pas toujours possible de rattraper le fil en cours de route. Soyez assidu à la lecture afin que cette tâche soit la plus simple possible.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Birei L'Empire et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 2 : le 27/11/2016.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.



Revenir en haut Aller en bas
Sano

avatar

Sohei

Messages : 55
Date d'inscription : 17/08/2016
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mar 15 Nov - 11:26

L'Amakiri étant désormais mort pour de bon, le géant se tourna rapidement à l'affut d'un autre adversaire. Alors qu'il pensait rejoindre le combat engagé contre un Kitsune par un guerrier Fukyuu, une ombre au dessus de lui le poussa dans un réflexe instinctif à bondir sur le côté. Une gerbe de sable s'éleva alors tandis que la patte puissante d'un Ushi-oni s'abattit violemment sur le sol de la plage.

Ce nouvel adversaire lui promettait d'être autrement plus coriace que le précédent car le Sohei ne bénéficiait plus d'aucun effet de surprise et ne pouvait plus utiliser sa force brute comme un avantage absolu. Sachant qu'il ne pouvait rivaliser bien longtemps en vivacité avec la créature, cette caractéristique n'étant pas pour lui non plus un grand point fort, il lui fallait trouver rapidement une solution pour gagner un avantage sur le Yokai.

Attendant le prochain assaut de la créature, il bondit sur le côté puis se rua sur la patte exposée en y appliquant toute sa force dans un grand bruit de craquement. Profitant d'un mouvement de recul esquissé par la créature pour prendre lui aussi de la distance, le Sohei compta le nombre de pattes qu'il lui restait à briser pour rendre inoffensive la créature... Le combat risquait d'être long, d'autant que désormais la bête était bien consciente de ses intentions et ne le laisserait plus faire aussi facilement...


Dernière édition par Sano le Lun 2 Jan - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1155
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mer 16 Nov - 13:46

Le choc de la lame contre les crocs créa une onde qui se propagea du bras jusqu’aux pieds du jeune homme. Une douleur supportable se fit ressentir lorsque son dos heurta le sol accompagné de roulades incompréhensibles. Tandis que son regard se stabilisa enfin, il comprit la situation quelque peu dangereuse. Le rugissement de la bête derrière le katana empêchant tout impact mortel et proche de son visage était effrayant mais Katsuya garda son calme malgré la situation bien trop désavantageuse. Bientôt, un faible voile verdâtre se dégagea de la gueule de l’animal alors qu’une bave dégoulinante se glissait à travers les crocs pour se suspendre dans les airs avant d’entrer en contact avec le tissu de l’Hatamoto. Rien de tel pour se sentir mal à l’aise voire totalement malade à en perdre son déjeuner.

Par chance, la créature perdit patience et se transforma en nuage grisâtre et épais, se déplaçant comme par enchantement. D’abord surpris, le Tigre se releva rapidement, préparant une position de garde. Il ne lâcha point du regard l’étrangeté mais malheureusement, il ne put percevoir l’attaque sur son flanc droit. La violence du coup se propagea parmi les os au point de venir fragiliser ceux-ci. Se tenant les côtes, le visage de l’Hatamoto était grimaçant de douleur. Son corps lui suppliait de poser genou à terre afin d’encaisser le coup de traître mais son esprit le persuada de ne pas baisser son arme, sous peine de subir un assaut bien plus dévastateur.
Il se mordit la lèvre, voulant se concentrer sur une douleur, certes, moins forte mais qui lui redonna ses esprits.

« Se battre contre quelque chose qui n’est que voile. J’ose espérer que sa constitution est celle d’une brume. »

Le Yokai reprit sa forme première, dévisageant le jeune homme avec un sourire narquois, montrant l’intégralité de sa mâchoire bien équipée. Ne le quittant point du regard, Katsuya commença à inspirer et expirer de manière lente et bruyante. Petit à petit, ses lèvres laissèrent se dégager un souffle glacial visible à l’œil. Par la suite, son corps fit un quart de tour tandis que son visage était toujours en direction de sa cible. La pointe de sa lame fut tournée vers son adversaire tandis que le reste de l’arme vint se positionner parallèlement au visage, prolongeant le regard glacial de l’Hatamoto.
« Voyons voir si ton prochain coup sera de la même ampleur que le précédent. »
Revenir en haut Aller en bas
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mer 16 Nov - 13:50

Chaque coup provoqua un rire. Chaque ennemi vaincu assouvit mon plaisir. Chaque regard d’effroi me donna d’autant plus d’excitation. Je ne pouvais ignorer l’appel des Kamis qui m’offrit ce cadeau si précieux à mon regard. Le monde me paraissait si vide, jusqu’à ce jour. Ah~ Quel délice ! Quelle extase ! Je ne pouvais rêver de meilleur jour. Tant d’adversaire plus aussi craintif et faible les uns que les autres. Pour moi, et mes chers enfants sylvains, ils ne sont rien d’autre qu’un amusement, des mets, des jouets. Faites que cela dure. Faites que cela soit éternel. Ô… Kazegami-sama. Vous ne pouviez m’offrir mieux qu’un combat sans fin dans ce paradis.

Depuis le premier assaut, j’ignorais entièrement ce qui m’entourait. Mon regard ne transperçait que mes proies, mes délices. Chaque petit être que je pouvais invoquer se ruait sur la chair de mes ennemis et la découpa de la puissante caresse du vent. Aucun ne survivait. Aucun ne pouvait m’échapper. J’étais leur shinigami, j’étais leur jugement. Malheureusement, plus je m’enfonçais dans cette jouissance, plus mon esprit s’évadait au point de troubler ma vue. La distinction entre les créatures et les humains devint si minces que j’en vins à assaillir un membre du clan allié alors que je pensais détruire un kitsune ou un autre métamorphe. Petit à petit, des hurlements me parviennent. Je sentis également la morsure de mon gardien qui me ramena bientôt à la réalité. Son inquiétude, les visages terrifiés de mes camarades cherchant à me retenir alors que j’avais réussi à leur frayer un passage. L’un d’entre eux retenait même mes bras, comme si j’étais devenu sa prisonnière. Sa voix m’hurla de stopper ma folie. Mon regard essaya de lire sur ses lèvres en plus de l’écouter puis il se tourna vers le sol. Mon visage se crispa un instant, avant de dévisager l’homme qui se tenait à mes pieds. Son visage était gravement endommagé à cause d’une mâchoire déboîtée. L’écarlate coula de sa bouche, dessinant une flaque sur le sol. Mon esprit s’éclaircit, me révélant une réalité que je refusais.


« Qu’ai-je… fait… ? » Me chuchotais-je.

Tokage me caressa le visage tandis que celui-ci s’abaissa de fatigue, ou bien était-ce par pur effroi de ma propre personne. Ce que j’étais devenu, lors de longues minutes, était ce que je cachais et surtout ce que je retenais dans une cage depuis tout ce temps. En la libérant… je n’ai pu la contrôler et en voilà le résultat : une mort de plus que je gravais dans ma mémoire. Celle d’un homme cherchant à se défendre du Mal et qui fut abattu par l’un de ses alliées.
Un simple « Je suis désolé » se glissa à travers mes lèvres alors que mes larmes refusaient de se montrer bien qu’elles affluaient dans mon âme.
On me relâcha, je m’écroulai devant le corps inerte. Je… me refusais encore de le croire pourtant, il n’avait plus rien de… vivant. Alors que je tendais une main frêle, qui n’osait point le toucher, Tokage se glissa jusqu’au dos de celle-ci, baissa la tête et ferma les yeux. Mon visage afficha une légère surprise. Ce geste… Priait-il pour cet homme ? Cela ne faisait aucun doute. Lorsque mon gardien se retourna vers moi, je pouvais voir la lueur d’espoir dans son regard. Je pouvais alors percevoir les yeux étincelants de ma défunte mère. Je pris Tokage contre ma poitrine, le serrant comme l’on pourrait serrer un ami de longue date.

A mon tour, je vins joindre mes mains et priai. Je cherchai à me faire pardonner mais il était bien trop tôt pour cela. Mon esprit se rafraichit, mes pensées se tournèrent vers la suite du conflit qui continuait de battre son plein. Sans aucune hésitation, et malgré ce qu’il venait de se passer, je pris la parole.

« Allons protéger notre Kannushi. Nous ne pouvons le laisser perdre la vie. Le sort de notre clan… et du monde est entre ces mains. »

Je me relevais sans même prendre la peine de regarder mes camarades. Bien que déterminé, je craignais que la Louve reprenne le dessus et face de nouveau ravage…








Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Usehagi Shusse

avatar

Samouraï

Messages : 145
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Samurai
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Sam 26 Nov - 20:12

Trop tard... il a toujours été trop tard... et une fois de plus à présent, ils étaient venus trop tard... ils avaient trop traînés pour prendre la mer et lui n'avait pas été assez rapide pour protéger les miko, l'une d'elle était tombée. Il n'avait pas put la sauver, comme il n'avait pas réussi pour sa famille, sa sœur et Eda... Il semblait vouer à ne pas réussir à protéger les gens. Verrait-il Tanaka mourir aujourd'hui ? Son Daimyo ? Au fond il se disait qu'il ne laisserait pas cela arriver, mais il se l'était dit aussi pour elles et il avait échoué. Enfin pas totalement, pas encore.

Malgré son gabarit (dans la norme des tailles et plutôt bien bâtis), les miko affolées faillirent le faire tomber. Il n'avait même pas commencé à se battre qu'il était déjà repoussé par celles qu'il voulait sauver. Pour ne rien arranger le renard maudit avait pris la forme d'une très belle jeune femme simplement habillée de haillons. Elle voulait, par ce biais, le déstabiliser certainement. Cela aurait pu marcher si elle n'avait pas tué cette miko aussi sauvagement, il ne pouvait oublier la teneur animal de cette créature à présent, c'était un monstre qu'il fallait éliminer. Cela tombait bien, rien de mieux qu'un monstre pour en tuer un autre. Restait à savoir qui allait tuer qui.

Shusse n'avait pas le temps d'oberver autour de lui ou de demander de l'aide, toute sa concentration devait servir à tuer ce Kitsune et cela serait dur, voir fatal, car il possédait trois queues le bougre. Ils étaient sur la plage, donc son pouvoir de patin de glace pour la vitesse ne marcherais pas il ne lui restait que les aiguilles de glaces, mais il ne voulait pas griller un joker aussi vite, non. Il utiliserait son savoir faire et s'il devait en mourir et bien ce serait au moins une mort honorable.

Il resta en garde, se rapprochant doucement, préférant attendre que les miko soient passées derrière lui pour engager le combat. Une fois le champ libre il tenterait donc une attaque sur son adversaire, malheureusement, sans l'aide d'un pouvoir il se contenterait d'une ouverture classique, mais heureusement par contre, il était assez doué dans ce domaine pour que même les approches classiques soient efficaces. Il fit donc quelques pas (un nombre nécessaire) pour pouvoir tenter de planter sa lame dans l'oeil de son adversaire, il pourrait ainsi la ramener rapidement vers lui par la suite, ou l'orienter dans une direction pour un nouveau coup en fonction du mouvement de son adversaire. Il fallait qu'il se tienne prêt à une magie de feu et qu'il reste totalement concentrer sur son combat et son périmètre.



L M M J V S D

Le chapeau que porte constamment Shusse:
 


Thème de vie de Shusse : Peter Roe : Bushido
Thème de combat de Shusse : Peter Roe : Livingby the sword
Thème plus dramatique de Shusse : Peter Roe : Honorable death

Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Daiki

avatar

Samouraï

Messages : 64
Date d'inscription : 28/05/2016

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Sam 26 Nov - 21:03

Une chose était sûre, Daiki n'était pas prêt pour tout cela, pas prêt du tout. C'était sa première bataille et alors que leur division avançait, que les leçons qu'il avait appris durement avec cette division semblaient donnés de bons résultats tout vola en éclat. Déjà le cri de Kiba fit louper un battement de cœur à Daiki qui vit le chef de leur division se faire littéralement arracher la main par l'un de ses fidèles chiens. Ce dernier malgré cela réussi à mater ses animaux, les tuants pour cela et voilà que les loups d'Okaruto venaient de tuer leur propre nom.

Il s'en suivi des hommes de leur division qui se firent posséder et causèrent des dégâts assez violent. Toute la confiance de Daiki, tous ses espoirs volèrent en éclat à ce moment-là. Il pensait être assez fort pour aider sa division, mais il était littéralement pétrifié sur place. En un simple instant le jeune homme venait de comprendre qu'il n'était rien, qu'il n'avait rien accompli qu'il n'avait rien appris. Il n'arrivait plus à bouger et c'est la main d'un de ses compagnons qui le fit revenir à la réalité, ça et une vive douleur au flanc. Il se retrouva la tête dans la boue, il entendait les voix des autres étouffés, comme à travers un mur d'eau. L'un des hommes de la Meute, possédé, avait tenté de le tuer et un autre l'avait sauvé. Même s'il avait pris un très léger coup au flanc.

Lorsqu'il se retourna pour se relever, groggy, il put voir que quelques hommes de la meute tenaient leur arme pour surveiller tous les côtés pendant que l'un des lieutenants de Kiba venait lui faire un garrot. Visiblement les Inugamis qui les avaient attaqués, furent tué pendant le moment d'absence du jeune homme. Le restant de chaires sanguinolentes de son chef eu pour effet de faire vomir le jeune Daiki. S'en était trop pour lui. Puis Kiba exposa un nouveau plan, avec une voix fatiguée et haletante. Ils partiraient pour les navires, ils devaient sécuriser ces derniers ou au moins celui que prendrait la Kannushi. De plus ils trouveraient certainement de l'huile ou de la poudre dessus pour cautériser pour de bon la blessure de leur Taii en essayant de récupérer le plus d'hommes non corrompus sur leur chemin. Daiki écoutait, mais regardait le sol, honteux de lui-même. C'est la que la voix agressive de son taii ce fit entendre, il avait besoin de lui pour rejoindre les navire, Kasuga irait donc dans le groupe de son taii, sa mission serait simple, se saisir de son arc, monter sur son pouvoir, son nuage et couvrir l'avancée du groupe tout en les prévenant des menaces qu'ils allaient rencontrer. Ils n'étaient déjà plus beaucoup, aussi le groupe n'attendit pas longtemps pour se mettre à bouger. Daiki, toujours silencieux suivi les ordres à la lettre en espérant que cette fois, il serait assez courageux pour servir à quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Tsuruchi Shura

avatar

Genin

Messages : 137
Date d'inscription : 23/08/2015

Feuille personnage
Age: 16 ans
Titre: Petite guêpe
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 27 Nov - 21:49

Du haut du toit de la cabane, la prêtresse ne pouvait se targuer d'avoir une vue imprenable sur la bataille, mais elle s'en trouvait écartée et c'était un point de vue suffisant pour qu'elle puisse ajuster de bons tirs et abattre d'une seule flèche chacune de ses victimes. Elles filaient à vive allure, empruntant la force du vent pour se propulser encore davantage et elles s'enfonçaient profondément dans les points vitaux de ses ennemis, comme d'impitoyables dards dont la cruelle trajectoire était bien difficile à esquiver.
Il n'y avait là aucun sourire, aucune joie à voir s'effondrer ces cadavres tout juste nés, seulement la satisfaction d'en avoir éliminé un de plus, même s'il y en avait cinq ou dix pour remplacer celui qu'elle avait décimé. Sa mine était sérieuse et elle n'avait sans doute jamais été aussi concentrée, certainement parce qu'elle n'avait encore jamais vécu quelque chose d'aussi difficile. Rien n'aurait pu affecter sa détermination, même si elle se trouvait en repli par rapport à ceux qui s'agitaient dans les premiers rangs, elle ne pouvait pas céder, elle ne devait pas les laisser passer, derrière elle se trouvaient de nombreuses personnes importantes et si elle se fichait bien de la plupart, il y en avait bien un qu'elle tenait à tout prix à protéger.

Pourtant, elle avait commis une erreur en se focalisant sur ceux qu'elle pouvait tenir à distance, oubliant qu'ils n'étaient pas un millier d'archers à former un filet impénétrable et qu'il était aisé face au nombre de se glisser entre ses salves de flèches. Perchée sur le toit sans moyen de cacher sa présence, il était devenu aisé de parvenir jusqu'à elle et puisqu'elle combattait sans son partenaire, il n'y avait aucun tourbillon pour renvoyer jusqu'aux tréfonds du yomi ceux qui tentaient de l'approcher.
Sans réaliser ce qu'il se passait, elle chuta brutalement de son perchoir tandis qu'elle se concentrait pour laisser partir une nouvelle flèche. Atteindre le sol ne fut pas long et la réception douloureuse. Elle s'était rattrapée tant bien que mal, mais ses jambes lui criaient une douleur qu'elle ne pouvait ignorer. Par chance, elle ne s'était rien cassé et son entraînement perpétuel lui permit de se relever rapidement, elle était prête à riposter à la prochaine attaque. Pourtant, ses aptitudes au combat rapproché n'avaient rien de brillant et on la renvoya presque aussitôt par terre. Un juron s'échappa de sa bouche tandis qu'elle maudissait ses réflexes : s'ils étaient irréprochables quand il s'agissait d'utiliser un arc, ils avaient tout du commun des mortels pour ce genre de situation.

Qu'importe, elle n'allait pas se laisser faire et elle fit bien rapidement appel à son sens de l'observation aiguisé pour repérer ses ennemis. C'étaient trois petites créatures au pelage brun qui s'en prenaient à elle et si l'une fut moins rapide à s'échapper, c'était seulement parce qu'elle avait guéri la dernière de ses plaies. La douleur cependant n'avait pas disparue et leur dessein semblait des plus évidents ; elles voulaient la torturer jusqu'à ce qu'elle meure dans d'atroces souffrances.

Son air n'avait jamais été aussi sévère et ses yeux étaient d'une obscurité sans fin, prêts à les engloutir dans des abysses de ténèbres. Comme si elle allait les laisser faire ! Comme si elle allait laisser tomber pour si peu ! Elle n'avait pas fini de se battre, ils n'avaient encore rien fait pour le moment, pas un pas pour refermer cette faille et elle refusait de tomber comme tous ceux qui n'étaient déjà plus, jonchant le sol, nourrissant la terre de leur sang tantôt obscur, tantôt écarlate.
La petite guêpe saisit donc son arc et encocha une nouvelle flèche, mais elle ne restait pas immobile cette fois et, en se tournant vivement, elle tentait d'avoir le moins d'angles morts possibles. Elles profitaient pourtant de la moindre de ses lenteurs, de la plus petite faute pour la harceler, mais brusquement, quand elle commença enfin à voir un peu plus clair dans leur manège elle tira à l'instant même où l'une d'entre elle se jetait dans sa direction, transperçant d'un coup puissant la petite créature.
Le choc de cette première défaite laissa les deux autres immobiles un peu trop longtemps et Shura n'avait pas attendu qu'elles se remettent de cette première mort qu'elle visait déjà la suivante ; ce fut une proie plus facile cette fois. Restait alors la dernière, plus agile, plus vive aussi, et elle n'attendit pas la prochaine flèche pour se remettre en mouvement.

C'était un jeu de cache-cache où elle devait surpasser son sens de l'observation. Le plus rapide allait gagner et elle ne pouvait pas se permettre d'attendre trop longtemps. Tout autour d'eux, il y avait d'autres ennemis, elle n'était plus isolée, en haut de la cabane et sur le champ de bataille, elle était vulnérable à n'importe quelle autre créature qui s'intéresserait à elle. Le duel devait prendre fin le plus vite possible.
La lutte s'était transformée en course et elle ne prenait aucun moment pour s'arrêter, cherchant à toucher sa cible tout en évitant de se trouver prise entre deux feux. Elle devait tirer le plus vite possible et cela ne lui laissait pas le temps de prendre de bonnes positions, mais son regard commençait à s'habituer au rythme de la belette et, alors qu'elle devina finalement son prochain mouvement, elle relâcha la corde, impitoyable.
Sans prendre le temps de se reposer, elle revint en arrière, plus furtive cette fois-ci, se glissant entre soldats et yokai pour récupérer quelques flèches qu'elle pouvait glaner çà et là. Qu'importe qu'elles ne soient plus en très bon état, elle ne devait pas se retrouver à court de munitions. Enfin, elle ne resta pas au cœur de la bataille très longtemps, grimpant sur le toit qui lui servirait de prochain point stratégique. Son corps était endolori, mais elle n'y prenait pas garde, poussée par le feu de l'action, concentrée totalement sur la défense de leur camp.

Elle avait choisi cette fois un endroit plus abrité et, accroupie, elle recommençait à abattre leurs ennemis dans un nouveau cycle. Combien de temps allaient-ils encore tenir ? Rester ici n'était pas une solution, mais tant qu'il ne sortirait pas de cette tente, elle ne pouvait rien faire d'autre.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Naraku

avatar

Jônin

Messages : 118
Date d'inscription : 16/02/2016

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Jônin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 27 Nov - 22:39

Ce n'était pas un duel, ce n'était pas quelques minables qui s'agitaient là, plus qu'une troupe, c'était le choc effroyable de deux camps qui étaient déterminés à lutter jusqu'à la mort. Le monde tout entier s'était transformé, l'écume avait rougie et la terre elle-même prenait une nouvelle teinte et une autre forme, alors que les corps s'empilaient peu à peu.
Une guerre, un champ de bataille, c'était les attaques du printemps décuplées comme il n'aurait pas pu l'espérer et il se plaisait dans cette atmosphère rien qu'en regardant les êtres s'entre-déchirer, se trancher et se découper jusqu'à ce que dans cette lutte sanguinaire et impitoyable il ne reste que les plus forts, que ceux qui méritaient d'être encore ici et pas par chance ou par destin, simplement parce qu'ils avaient totalement fait face à leur instinct et qu'ils avaient su survivre, par n'importe quel moyen.

Il aimait les cris qu'il entendait tout autour de lui, il adorait le son métallique des armes qui s'entrechoquaient et toute la scène qui défilait ici et maintenant n'était pas qu'une animation qui se déroulait simplement sous ses yeux insensibles. Non, il pouvait en sentir l'atmosphère toute particulière, il pouvait discerner l'aura des combattants et l'énergie fabuleuse qui émanait de cette confrontation à peine entamée, mais déjà terriblement attrayante.
Il se sentait vivant et son sourire avait tout d'un rictus effroyable. Personne ne le remarquait pourtant, tant tous étaient obnubilés par leur propre survie. Et lui, il s'amusait, il laissait résonner son rire féroce au milieu des cris de frayeur et de douleur tandis qu'il s'élançait sans jamais s'arrêter contre ses multiples adversaires. À peine en avait-il abattu un qu'il se jetait sur un autre, comme s'il était devenu un démon, encore plus avide de sang et de mort que leurs propres envahisseurs. C'était lui probablement qu'on avait tiré du yomi ou du moins, cela lui seyait mieux qu'à d'autres.

Envahi par une folle énergie, il tranchait avec précision, reconnaissant en un éclair à quelle genre de proie il avait affaire et il s'était attelé à purifier un peu ces atrocités avec les charmes qu'il avait préparés à l'avance. C'était plus machinal que volontaire, car il s'amusait bien plus dans les quelques échanges qu'il accordait à ses adversaires avant de les découper sans que la moindre once de pitié ne soit capable d'atteindre son âme.
Il était vivant, enfin, rien que pour une seconde il était capable de ressentir une foule d'émotions avec tant de force qu'il aurait pu tout aussi bien les hurler pour s'en défaire. C'était plus qu'une drogue, c'était cette chose qui s'animait parfois au fond de lui, dans les tréfonds de son corps et qui déchaînait alors quelque chose qu'il n'aurait lui-même pas su nommer.
Sa respiration saccadée, ses gestes plus vifs que jamais, dotés d'une énergie incroyable et ce regard qu'on aurait pu dire fou marquaient cette étonnante transformation. Et dire que quelques instants à peine plus tôt, il semblait plus vide que n'importe lequel de ces cadavres en morceaux.

Dans ces instants-là, il cessait totalement de réfléchir, il n'était plus qu'un nerf, qu'une chose qui s'agitait uniquement à l'instinct et il aurait pu trancher ami comme ennemi sans vouloir se retenir une seule seconde. C'était dans ces moments-là qu'il était le meilleur combattant, quand il parvenait à éveiller les fragments de son âme et à les faire briller d'une lumière insoutenable. Là il n'était plus question de s'amuser, d'observer ou de penser à quoi que ce soit. Il agissait, purement, simplement ; il donnait le meilleur de lui-même, il frappait, impitoyable, impossible à repousser jusqu'à ce que finalement, quelque chose puisse le transpercer à son tour et mettre fin à sa frénésie.

C'était ce qu'il avait toujours voulu et pourtant, ce moment n'était arrivé qu'une seule fois dans son existence et il y avait survécu.

C'était ce qu'il désirait aujourd'hui et pourtant, ce moment ne semblait vouloir jamais arriver.

Il luttait contre lui-même désormais, il s'accrochait désespéramment à ces sensations qui l'avaient transcendé, il s'agrippait à tout ça tandis qu'il sentait bien que son âme elle-même, son véritable être lui glissait entre les doigts. Non... Pas cette fois... Pas encore...
Dans sa bouche, c'était comme s'il avait mangé de la cendre, autour de lui, c'était comme s'ils étaient tous engourdis. Il le voyait, il pouvait le comprendre, tout ça n'était pas suffisant, il ne s'amusait pas assez. Ses victimes étaient trop faibles, ils étaient tous minables, n'y avait-il rien ici qui soit capable de lui résister plus d'un minute ou deux ? Cette atmosphère n'était qu'un voile mensonger. Il avait cru y prendre goût, car ils étaient si nombreux, car il aimait les batailles, mais il n'y avait là que le menu fretin des premières lignes, il n'y avait rien de satisfaisant, pas pour lui en tout cas.

Le désespoir fugace qui s'empara de lui aurait pu le faire se jeter sur la première lance venue, mais déjà l'être froid et insensible était réapparu. Son regard était devenu plus vide que jamais, cela faisait longtemps que son sourire avait disparu et plus encore qu'il s'était tu. À quoi bon ? Il n'y avait rien ici pour lui plaire et il hésitait presque à s'en aller. Cela avait été agréable, mais pour quelques minutes à peine.
Il allait ranger son arme et faire demi-tour quand son fer en rencontra un autre sur son chemin, l'empêchant de regagner son fourreau. En levant les yeux, il vit une jeune femme, reflet étrange de sa propre silhouette, plus vide encore que lui, alors qu'il aurait pensé cela impossible. Était-ce une sorte de sœur qui désespérait elle aussi de cet insipide bataille ?

Sa voix semblait provenir d'un autre univers, à la fois profonde et indifférente et ses mots arrivèrent jusqu'à lui dans un susurrement si bas qu'il devait être le seul à pouvoir entendre.

« Je suis l'envoyée de ta déesse, chargée de te transmettre sa félicité. Rejoins moi contre les tiens, humain et tu connaîtras ce à quoi tu aspires depuis longtemps maintenant. »

Sa seule réaction fut un violent éclat de rire tandis qu'ils continuaient à se battre dans des échanges totalement décalés avec leur attitude similaire. Était-ce une blague ? Sa félicité ? Ce à quoi il aspirait ? Si elle y tenait, alors pourquoi ne trouvait-elle pas la force d'en finir ici et maintenant ? Revenu à un calme des plus dérangeants face à ce qu'il se passait autour d'eux, il avait cessé de répondre à ses coups et elle en fit de même.

« Les miens ? Si tu parles de ces humains qui se tiennent ici, ils sont certainement plus faibles que ceux que je me suis amusé à abattre jusqu'ici. C'est ennuyeux. » Lâcha-t-il d'une voix glaciale. « Et je m'ennuie. Terriblement. »

D'un simple geste, de sa main valide, il sortit un kunai qu'il lança avec nonchalance ; l'arme vint se ficher dans l’œil d'un soldat dont il n'avait même pas regardé le blason. Lorsqu'il se retourna à nouveau vers la soi-disant envoyée, avant même que l'homme n'ait fini de s'écrouler, il ajouta :

« J'espère que ta promesse est à la hauteur de ce que tu dis et qu'elle arrivera vite, sinon je vais vraiment mourir d'ennui, encore et toujours, et je déteste ça. »



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Kiyomasa Nanami

avatar

Taii

Messages : 51
Date d'inscription : 02/01/2015

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre: Aisu Kuiin
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Lun 28 Nov - 18:24

Avec la majorité de sa division d'archer en place, la formation en cercle effectuée, Hibana dos à elle et les menaces les plus directes abattues, la Taii était définitivement plus assurée. Cela simplifiait grandement le travail d'observation et de réflexion. Sa cousine conseilla de se concentrer sur la mer et de laisser les autres clans s'occuper de la terre. Empêcher d'autres ennemis d'arriver par là allait effectivement permettre de sécuriser la plage plus facilement à la condition que les autres clans fasse leur travail. Nanami, se décidant enfin à utiliser son arc, continua de coordonner les soldats proches pour gérer l'afflux d'ennemis de la meilleure façon possible. Le cercle se changea en ellipse.

Mais cela ne changeait rien. Les ennemis continuaient d'affluer toujours plus. Des alliés devenaient des ennemis. Dans cette bataille d'endurance, l'humanité ne pouvait pas s'en sortir gagnante. Il fallait rejoindre les bateaux pour porter le combat chez l'ennemi et en finir une bonne fois pour toute. Le travail de la division d'archer n'en devenait donc que plus crucial. Hors de question de s'échapper les premiers, sécuriser au maximum la plage permettrait au maximum d'alliés de rejoindre les navires. La Taii délaissa encore le combat pour se concentrer sur l'organisation et le rassemblement, ils n'allaient pas tenir autrement. Sa troupe ayant réussi à s'organiser tant bien que mal, il ne fut pas étonnant que l'ennemi s'y concentra. Néanmoins, Nanami ne s'était pas attendu à ce que ce soit cet ennemi éloigné et certainement le pire présent qui décide de les cibler.

Personne n'arrivait à le stopper, pas même un instant, et il continuait sa course vers eux. Eux, principalement des archers, n'avaient strictement aucune chance au corps à corps. La jeune femme paniqua en réponse. Elle ne voulait pas mourir. Mais plus important que ça, elle ne voulait pas que sa cousine et son escouade tombe. Elle lâcha son arc et sortit ses deux sabres.

"Couvrez-moi!"
Et elle quitta la formation, sans plus d'ordre. Elle n'avait ni l'esprit, ni le temps pour ordonner une meilleure formation et une tactique pour s'occuper de ce nouvel ennemi. Le tengu n'était pas le seul à les attaquer et si toute la formation se concentrait sur lui, ils allaient se faire exterminer. Elle ne pouvait que compter sur leur présence d'esprit pour gérer les alentours et l'aider. En dehors de la formation, la Taii fit son possible pour rassembler les guerriers effrayés et démoralisés. Seule, elle se ferait tuer aussi vite que les autres. Avec d'autres soldats et l'aide des archers et d'Hibana, elle pourrait l'arrêter.

Nanami était en général meilleure au sabre qu'à l'arc et instinctivement, elle pensait avoir pris la meilleure décision. Cela dépendrait principalement de si ils avaient la force pour stopper cet adversaire, et si d'autres ne prenaient pas les archers par surprise pendant qu'ils étaient concentrés sur le Tengu.


Caractéristiques:
 

L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 415
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Jeu 1 Déc - 0:16


Un navire se retourne sous vos yeux parmi une vingtaine d'autres. Vous qui êtes aux premières loges de ce triste spectacle, vous ratez un battement. Il existe des Yokaï marins et des Yokai futés. Ils savent que prendre la mer est votre seul salut.

Saya et Kitai :Aux prises contre une petite division de morts et en pleine recherche de la créature qui les a levés, vous constatez du coin de l'oeil la tente des pontes fondre presque instantanément. Par chance, aucun des deux êtres pour lequel vous vivez n'en a souffert. Tous vous rejoignent lentement, ferraillant pour se frayer un chemin. Vous saisissez rapidement qu'ils veulent rallier le plus possible de monde à leur petite troupe. [Vous pouvez dès à présent rejoindre et poster dans l'autre groupe à partir de de ce message]

Sano : L'Ushi-Oni à la patte brisée comprend effectivement tes intentions. Après un court temps de réflexion, il charge vers toi, ses cornes bien brandies pour t'empaler. Si tu peux esquiver facilement cette attaque, ce ne sera pas le cas de tes alliés en plein affrontements à quelques mètres derrière toi et la bête lancée au triple galop gagne en vitesse à chaque mètre parcouru.

Katsuya : Le Nue s'élance avant de se transformer de nouveau en fumée. Tandis que tu te tiens prêt à encaisser une nouvelle offensive de la part de la créature, celle-ci te traverse et prend forme à moins d'un mètre de ton dos…

Akira : Un homme pose une main sur ton épaule en signe de compassion. Il est bien le seul, les autres ont peur de toi. Tu le sais, tu le sens. Décidément, tu ne comprends pas ce qui t'arrive. Ta dernière erreur, cette mort de ta main te hante véritablement et tu réfléchis beaucoup trop. Beaucoup trop pour ton propre bien. Un Yokaï tente de te frapper alors que tu es encore sous le choc de ton acte mais l'un de tes compagnons te sauve. Tu es trop distraite. Cela pourrait te coûter la vie, vie que tu te convaincs peu à peu de ne plus mériter. En effet, tu te dénigre tant et si bien que tu te demandes ce que tu fais ici. Après tout cela, tu n'en peux plus, tu ne songes qu'à te reposer loin de tout ceci...Derrière toi, cet homme qui t'a apporté son soutien silencieux te fixe intensément.

Shusse : Le Kitsune esquive ton coup en prenant forme animale avant de glisser par-dessous toi et fuir. Tu devines que ce n'est pas par crainte, mais véritablement par malice qu'il fait cela et tu le perds de vue dans l'attroupement voisin, qui hurlent et s'éparpillent telles des oiseaux qu'on a dérangé. Une des Miko s'arrête pourtant, empoigne arc et flèche et les dirige...oui. Vers toi.

Daiki : Fatigués, amoindris, découragés par l’attaque que vous avez essuyé et qui a grandement diminué votre division, vous faites cap vers les navires qui grouillent de Yokai étonnement simplement et calmement. Vous défaites tous les ennemis qui tentent de vous barrer la route. Cependant,tu entends un cri étonnamment familier, Daiki. En te retournant, tu découvres l’un des hommes de Kiba debout un pied sur ton Taii à terre qui n’en mène pas large sans l’une de ses mains. Les autres soldats sont dans un sale état et il te semble bien que tu as été oublié dans l’affaire….

Shura : Couverte d’égratignures, tu abats tes harceleuses une à une. La dernière te fait courir et slalomer entre les corps pour l’avoir enfin, pourtant c’était de la perte de temps pure et simple; la créature privée de ses compagnonnes n’aurait pu rien faire seule contre toi. Bien que engourdie par les efforts que tu eus déployé pour te débarrasser des belettes, tu regagnes le toit et surveille la tente, que tu vois s’écrouler, en feu. Heureusement, ton élu et supérieur en est sorti, tu es soulagée et aurait pu t’apprêter à le rejoindre discrètement, si une armée de morts évoluant lentement vers l’attroupement des chefs de clans et des Kannushi ne te barrait pas la route.

Naraku : La femme cesse de se battre et esquisse un horrible rictus amusé dont même les dents sont noircies. Elle pointe son index blanc de mort vers l’attroupement que tu devines être celui des pontes.

“Tu connaîtras l’exaltation éternelle contre les dieux incarnés. Les morts qui ralentissent leur progression sont les enfants de mes protégés, et tes alliés. Ils sauront te libérer la voie pour frapper juste...Cependant, l’attente et la subtilité me vont aussi bien, la haine que tu verras dans les yeux des tiens n’en sera que plus forte alors qu’ils lèveront les armes contre toi.”

[Je t’invite à poster dans ce sujet si tu souhaites écouter la première proposition de la Shikome et à t’attendre à de grandes conséquences sur (la vie de ) ton personnage.]


Nanami : Tu es bien folle de t’en prendre à un Tengu seulement accompagnée de quelques soldats démoralisés. Ils ne peuvent te supporter contre une créature d’un tel acabit. Si certains ont empoigné leurs armes sous tes ordres, ils finissent tous par prendre leurs jambes à leur cou, te laissant seule face au monstre qui file tout droit vers toi et ta division !

Citation :
A savoir


  • Je m'excuse à propos de la qualité des réponses qui doivent être moindres à cause de ma fatigue de semaine.
  • Seuls les personnages se situant hors de la tente et n'ayant pas été distingué pour participer à la partie de l'Event en cours sous la tutelle de Birei L'Empire sont invités à agir ici.
  • Les membres voulant participer à l'Event mais n'ayant pu s'inscrire sont priés de me MP.
  • Ceux qui l'ont déjà fait recevront un MP sous peu.
  • Soyez logique et cohérent, pensez à vous concerter si vous en ressentez le besoin ! Survivez, battez vous, faites front ou fuyez en tout sens, si cela vous chante !
  • Veillez à vous lire les uns les autres pour éviter les incohérences.
  • Nous n'attendrons personne et il ne sera pas toujours possible de rattraper le fil en cours de route. Soyez assidu à la lecture afin que cette tâche soit la plus simple possible.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Birei L'Empire et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 3 : le 11/12/2016.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.



Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1155
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 4 Déc - 15:18


Il ne chercha point l’offensive. Il ne chercha point à être effrayé par son adversaire. La concentration était le maître mot. Le sang-froid l’envahissait. Ne bougeant face à l’assaut de son adversaire, Katsuya ne le quitta pourtant point du regard.
Le temps lui semblait bien plus lent. Il pouvait distinguer le grain de poussière qui s’élevait lorsque les immenses pattes armées prenaient appuie sur le sol. Il voyait chaque filet de bave se détacher de la gueule. Le regard perçant de la créature brillait d’une envie meurtrière mais celui de Katsuya se montrait bien plus féroce.

L’animal n’était plus qu’à quelques mètres de l’Hatamoto qui resserra son étreinte sur la tsuka qui, petit à petit, se teintait d’un bleu pâle. Le froid se propageait, d’abord sur la tsuba, l’habaki, pour finalement atteindre la lame qui prit une couleur similaire. A mesure que les secondes s’écoulaient, on pouvait percevoir des filaments de glace se dessiner ici et là. Bientôt, ce fut la totalité du métal qui fut recouvert d’une fine couche de cristal. Un voile bleuâtre se dégageait de l’arme. Celui-ci vint danser devant le regard fougueux du Tigre, donnant à ce dernier un aspect mythique voire divin.
Le temps reprit son cours. Les crocs se rapprochaient et Katsuya s’apprêtait à dévoiler ses intentions. Pourtant, il se stoppa lorsqu’il vit la queue serpentaire devenir fumée. Le reste du corps du Yokai prit la même apparence et son élan l’amena à traverser corps et âme l’Hatamoto, qui fut envahi d’un effroi. Son inconscience commença alors à le dominer et a lui faire paraître les rêves les plus cauchemardesques. Un Yukimura souffrant du malin qui le rongeait, le visage décomposé des différents taishos tombés au combat, sa jeune sœur se tordant de douleur après avoir reçu une attaque létale, sa mère… mourant des propres mains du nouveau seigneur.

Milles et une pensée fusèrent dans son esprit, laissant ainsi le temps au nue de reprendre sa véritable apparence derrière le jeune homme paralysé. Se lâchant les babines comme le ferait un canidé voyant son repas servi sur un plateau, le yokai ouvrit sa gueule délicatement avant de se rapprocher de sa proie encore sous le choc. Pourtant, cette dernière était loin d’être immobile. Tournant sur lui-même, l’Hatamoto vint planter sa lame dans la mâchoire baveuse et vomitive. Sa tête était bel et bien entre les crocs de l’animal hybride mais ces derniers étaient loin d’être planté et ne le seraient probablement pas pour l’intention. Le froid concentré dans le katana se propagea dans l’intégralité de la tête sauvage. Une partie de la gueule fut gelée, pourtant à l’homme d’exécuter sa prochaine attaque.
Foudroyant du regard le yokai, Katsuya en vint à hurler tout en reprenant avec force sa tsuka qui mena la lame à trancher horizontalement la mâchoire
.

« Tu ne m’auras pas aussi facilement !!! » hurla-t-il de toute son âme.

Dans son élan, il s’apprêta à sévir de nouveau d’une coupe kiri otoshi* avec la même détermination et force.

*Coupe de haut en bas, verticalement.



Dernière édition par Kagome Katsuya le Dim 4 Déc - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Reiya Akira

avatar

Onmyôji

Messages : 131
Date d'inscription : 30/01/2014

Feuille personnage
Age: 19 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Dim 4 Déc - 15:20

Une chaleur se propageait dans mon épaule, je crus un instant croire en celle de Tokage. Pourtant, lorsque mon regard se posa sur sa source, je n’en fus que surprise. Un… camarade de combat cherchait à me réconforter. Pourquoi ? Cherchait-il quelque chose en retour ? Je n’avais rien à lui apporter. Il devrait plutôt faire comme ses compagnons, qui me regardent avec la crainte de me voir les dévorer d’un instant à un autre. Il ne voit en moi qu’une louve assoiffée de sang et de chair fraîche. Ils n’ont pas tort. Depuis le temps que j’attendais cet instant, je me rends compte que j’ai mené ma propre folie à prendre le contrôle sur mon esprit. La conséquence de cela fut lourde pour moi : une mort qui n’aurait pas dû être. Moi qui m’efforçais de protéger mes semblables, me voilà aujourd’hui à leur prendre la vie. Observant la paume de ma main, je compris enfin les paroles de mon mentor. « Ne laisse jamais les autres voir ce visage. » Il était trop tard à présent. Il me fallait accepter cette erreur monstrueuse.
Alors que mes pensées étaient tournées vers mes actes, j’en oubliais le lieu où je me trouvais. Cela me coûta ma vie, ou presque.

Je venais de tuer l’un de ses confrères. Pourtant, un soldat venait de me sauver la vie face à un yokai qui souhaitait profiter de ma distraction pour faire de moi son repas. Akira… Reprends-toi ! Tu es encore une mission à exécuter. Tu as encore ta vie à vivre ! Je voulais me convaincre de cela mais qu’ai-je véritablement apporté à ce monde depuis que j’ai pris la voie des prières ? Certains me diraient d’avoir sauvé la terre de paysan vivant de leur culture. D’autres me remercieraient d’avoir amené mon sourire et d’avoir ravivé leurs espoirs. J’entends mes consœurs me convaincre que mes enseignements ont été d’une utilité grandiose. Me cela, n’est-ce point qu’un jeu ? Une façade, que je cherchais à forger pour me protéger ? Ne suis-je point seulement une gêne ? Pour moi-même ? Pour… Kyo ? Pour le monde ?
Mon regard se tourna vers les cieux sombres. Cela ne m’aida point à accepter que je pusse sauver des vies. Pourtant, je ne pouvais pas non plus rester à rien faire. Je me convainquis un instant que j’avais encore quelque chose à faire pour ce monde et ses habitants.

Mes pieds prirent le dessus sur ma pensée. Ils me dirigèrent vers celui que je devais protéger. Même si je doutais sur mes capacités, je devais essayer, afin que ma vie serve, afin que l’on se souvienne de moi, non pas comme une tueuse, mais comme une gardienne…









Une Histoire
Une Aventure
Bataille & Berceuse
L - M - M - J - V - S - D

Revenir en haut Aller en bas
Nagaya Tsubaki

avatar

Samouraï

Messages : 62
Date d'inscription : 20/09/2016
Age : 24

Feuille personnage
Age: 24
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices. Mer 7 Déc - 0:45

Je suis une sentinelle. A ce titre, je suis condamnée à la protection du camp, avec les miens qui comme moi, se sentent sans doutes lésés dans cette histoire. Il est de tout point de vue hors de question que je reste en retrait dans l’endroit le plus calme pendant que tous les miens partent dans une bataille si dangereuse. Nous pourrions être d’une réelle aide. Nous pourrions être d’une participation sans égal et ce pour une raison simple, nous sommes parmi la crème et pourtant… On est cloitrés à l’arrière ! Dans le fond… c’est sans doute pour calmer ce genre d’ardeurs que le sort à décidé d’amener l’ennemi dans nos camps, de venir nous prendre à revers pour nous offrir l’occasion de voir du sang isolé couler à flots. Bordel, quels cons. Et croyez-moi sur le fait que je mesure chacune de mes pensées à cet instant précis. Chaque adversaire qui se présente à nous tombe, emportant ci et là l’un des notre de façon inévitable et logique. Je resserre donc les rangs, renforçant notre défense mais me permettant aussi devant le bordel présent de prendre une initiative alors que je préviens mon Taii que je souhaite partir en éclaireur. Après tout, si nous avons été surpris par l’ennemi, il n’y à aucune raison que nos alliés partis en avant sous la coupe de mon oncle et d’Hankyou ne soient pas eu même dans de beaux draps. Je relèverais d’ailleurs aussi le fait qu’il devrait envoyer une partie des hommes vers la plage avec les moines restant, si il en demeure, pour renforcer la protection qui à été passée vers le camp et donc nous permettre de gérer le bordel sans se retrouver submergés. Vous vous doutez cependant que je ne peux en rien avancer beaucoup plus de détails dans l’état de combat général, cependant et par chance, l’homme se voit d’une assez grande confiance en moi pour m’accorder le droit de m’y rendre et… Nous verrons si l’idée présente lui parait suffisamment bonne. De se fait, je promets simplement un retour rapide et comme pour confirmer mes propres mots, j’active mon pouvoir, ma glissade, me cédant ainsi le droit de me projeter entre les adversaires afin de me frayer un chemin rapide vers l’avant. Fusant aussi rapidement que je le peux, prenant soin de trancher quelques membres dépassant à droite et gauche sur mon passage, ceux qui auraient pu me déranger dans mon avancée, ceci dit. Maintenir ce sort est une chose, mais à une telle vitesse… c’en est royalement une autre. Mes pensées sont focalisées sur le fait d’atteindre le groupe avant et revenir avant que ses effets ne s’estompent et surtout… à parvenir à accomplir l’aller-retour entière et prête pour la suite. Je pense bien que le Taii aurait préféré que je prenne quelques hommes avec moi, mais peu auraient été capable de me suivre à une telle vitesse. Pour ma part, je ne me pose pas particulièrement de questions, traçant et fusant au milieu des adversaires. Par chance, bien que le camp est grand et que la masse d’ennemis est compacte il ne me faut pas plus d’une bonne dizaine de minutes pour en arriver au bout.

Je ne saurais pas relever le nombre de membres tranchés dans ma charge, ni même si dans le tas, je suis parvenu à tuer quelqu’un. Mais je m’en fous plus ou moins, là. L’objectif prime sur la qualité. C’est en tout cas avec une profonde colère que je constate que mes craintes étaient fondées et que l’ennemi retient le groupe avant suffisamment pour qu’ils n’arrivent pas aussi vite que voulu sur la plage. De ce fait, je fais donc demi tour… et rebelote. Je prends sur moi de retraverser les ennemis qui m’entourent et qui vont en toute logique vers l’un ou l’autre groupe. Dans un sens, je ne pouvais que constater de l’horreur de la situation. De l’acte que j’accomplissais, de ce que je tranchais pour me frayer un passage. Du fait que si je m’en sortais indemne… se serait sans doutes déjà un miracle. Mais sans ça… Impossible de savoir si je pourrais accomplir quoi que ce soit. Les choses sont pourtant simples… sans cette réponse, cette certitude, je crains que je ne puisse faire bouger personne. Je sais comment les autres me voient. Ils me savent compétente… mais je ne sais pas causer. Si je n’ai rien pour appuyer mon idée… personne ne m’écoutera. Retour au camp, donc. Quelques balafres en plus et une douleur certaine pour avoir pris soin de foncer comme une dératée. Je crois même avoir percuté quelque chose avec assez de violence à un moment pour manquer de perdre mon équilibre. Mais ce n’est pas le moment de s’en soucier, l’adrénaline est une alliée sans limites et je compte bien m’en servir. Je rejoins donc le Taii… ou tout du moins, c’est l’idée que j’aurais souhaité retenir, avant de constater que plus loin, Katsuya, celui qui a pour ordre de nous gérer, est en prises avec une Nue. Et bien… merde… hein. Je suis parfaitement consciente de ce qui est logique. Le Taii ne pourra rien faire sans l’aval de cet homme. Donc pour avoir son aval… il faut déjà régler le souci de cette saloperie. Pour les plus attentifs des hommes présents, ce qui n’était sans doutes pas le cas de la Nue qui sembles parfaitement absorber dans son combat, ils auront pu voir une petite Tsubaki foncer droit sur ce formidable adversaire avant que son sort ne lâche. Oui… mais non. Pas de vol d’oiseau aujourd’hui. Quitte à me vautrer, autant me vautrer dans la gueule de l’adversaire… peut être que dans le fond, ça me permettra de détourner suffisemment son attention… De briser sa concentration assez longtemps pour que mon allié puisse en profiter. L’un dans l’autre, vous me direz si j’ai bien fais gaffe, l’allié en question est en train d’attaquer. Peut être que j’aiderais l’action présente. Après tout, il lui faudra bien esquiver l’attaque. Sur la surprise, mon action pourrait jouer en faveur de l’allié et même si ce n’est pas le cas, lui créer son ouverture… Enfin… je ne sais pas. Mais dans le tout, au moins, il sera totalement conscient qu’il n’est plus seul dans cet affrontement. Donc. Pour faire simple et combler vos lèvres d’un sourire voulant dire « ouh la conne », je vais vous résumer ça. Je fonce droit sur la Nue. L’un dans l’autre, si une demi-heure n’est pas passée ça ne va pas tarder et je ne devrai donc pas tarder à me vautrer comme une merde…. Sur la nue. L’un dans l’autre, si ce n’est pas le cas, je devrais pouvoir maîtriser le truc assez convenablement pour empêcher la Nue de fuir le coup. Sinon… Bah, même une nue ne devrait pas se prendre un aussi gros projectile à une telle vitesse sans sourciller. Pauvre moi.


L - M - M - J - V- S - D


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices.

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event]Année 41 de l'Ere des Cendres, Jour 6 en Lune du Chien, Prémices.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [event 001] Le bal des années folles - sujet global
» Event Fin d'année scolaire #1 - Sujets d'examen des sixièmes années.
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Bonne Année
» Couple de l'année


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..