AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yamamoto Gareki

avatar

Taisa

Messages : 17
Date d'inscription : 17/12/2016

MessageSujet: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Ven 23 Déc - 21:46

Missive couverte de Sake:
 

Voilà un bon moment que je ne m’étais pas accordé un peu de temps pour ressasser un peu le passé. Deux ans, deux longues putains d’années. Ça en fait un satané retard hein ? Et maintenant que je suis là, je ne saurais même pas dire ce que je peux ou doit faire. J’ai déjà commencé à écrire aux familles des défunts, bien que je sache que c’est là un geste bien insignifiant et insuffisant pour exprimer la lâcheté dont j’ai fait preuve ces dernières années. Je n’ai même pas cherché à savoir si la mission était finalement une réussite ou un échec bien que dans le fond, cela ne m’importe que peu. Après tout, à mes yeux… c’est un échec, rien de plus. Rien ni personne ne saura me changer ce fait simple, rien ni personne ne saura me faire revenir sur cette notion, sur cette décision. Je ne peux juger des choses qu’à ma simple mesure, c’est un fait indéniable. Je ne peux mesurer les choses que selon mes yeux et ma propre expérience et il est tout simplement hors de question que cela change. A mon sens, je ne suis qu’un idiot tout juste bon à agiter une arme, tout juste bon à apprendre aux jeunes comment la manier efficacement. Peut être même, dans le fond, à leur donner la chance de marcher sur une voie juste et droite. De fait, c’est en défendant cette idée que j’ai ramassé ces deux là. Tout ce que je peux faire pour racheter mes fautes, c’est d’offrir à ces jeunes l’occasion de faire mieux que leur idiot de maître. En parlant de ces deux idiots, ils doivent être en train d’errer en ville à la recherches d’un moyen pour renflouer la caisse afin qu’on puisse enfin ouvrir ce fameux dojo, dont je leur ai tant parlé. Moi ? Bah… quelle question, je suis simplement en train de m’accorder une petite pause… une petite pause. Bah quoi ? J’vous dis la vérité ! Bref. Un léger soupir traverse mes lèvres alors que je porte une main vers la bouteille de sake qui attend paisiblement devant moi. Je me limite grandement au niveau du débit de boisson, après tout, je mets de côté tout ce que je peux obtenir pour le projet… bien que ça inclues l’obligation de ne plus me saouler la trogne à mon bon goût. Je vois ça comme un investissement temporaire. Ça ira mieux après ! Faut dire aussi que je ne prévoie pas de réellement surveiller ou on en est… histoire d’éviter toute tentation particulière.

Une jeune femme prend soin d’approcher de ma table, me demandant si j’ai besoin d’autre chose, ce à quoi je réponds d’un fin signe négatif, ne préférant là encore pas me tenter bêtement. Puis je me prépare à me redresser, je lève les yeux vers l’entrée de la taverne alors que je constate l’entrée fracassante d’une jeune femme. Bien entendu, il ne me faut pas bien longtemps pour la reconnaitre. Aurais-je fait l’erreur de me présenter trop régulièrement à la même taverne ? Je ferme les yeux un instant. Ce n’est pas impossible, ce n’est pas sûr. Il est là l’un des nombreux mystères d’une vie et je ne vois pas réellement l’intérêt de vous offrir une réponse valable. On va donc résumer les faits de façon plus simple : Je vais prendre une putain de déculottée. Pourquoi ? Bah… c’est juste que notre dernier contact revienne à cette fameuse missive que j’avais demandé à Saya de lui transmettre, juste avant mon départ. Je me souviens encore des quelques mots que je lui ai accordé, d’ailleurs. Ah… ouais… je vais en prendre assez pour passer de « Yama » à « Gareki » ça c’est moi qui vous le dis ! Bien que dans le fond, ce soit sans doute un bon retour aux sources…  « Yamamoto »… ? Bon, je m’arrête là avec mes conneries. Par chance, la bouteille de sake n’était pas entièrement vide, de fait, je me contente d’attraper à nouveau la bouteille que j’avais prévu d’embarquer, pour venir en siphonner le reste en silence, avant d’offrir un fin sourire à l’arrivante. Prêt à en prendre pour mon grade. De fait, vous vous doutez bien que je me contente simplement de fermer royalement ma gueule, pas particulièrement motivé à en rajouter.


Le gagnant n’expérimente qu’autosatisfaction et orgueil.
En tant que perdant, tu as gagné quelque chose ayant bien plus de valeur.
Tu n’as pas à avoir honte.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5094
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Dim 22 Jan - 4:03


Les infimes indices qu'il avait laissé derrière lui avaient été bien trop maigres pour qu'elle puisse le retrouver. Il avait tout simplement disparu de la circulation et lorsque Saya l'avait enfin croisé, il lui avait donné cette missive tant détestable qu'elle était ridicule. Bien sûr, il avait perdu sa place dans l'armée, bien sûr, elle ne l'attendait plus. Riyu ne désirait même plus se remémorer ces souvenirs d'enfance qu'il lui avait laissés, qui auraient été si agréables s'ils ne s'étaient pas gorgées du goût de la trahison. Oui, elle désirait l'oublier. Yamamoto Gareki, le Taii au grand coeur, qui en fuyant ses responsabilités, avait tâché sa famille de déshonneur.

De passage en Asagiri, elle avait entendu par hasard une vieille femme vanter les mérites d'un homme qui l'avait aidée plusieurs fois au cours de ces derniers jours. Elle n'aurait pas relevé la discussion si la vieille n'avait pas décrit cet homme par le menu avec force d'éloges. Quelques questions furent suffisante pour qu'elle identifie cet ami d'enfance abhorré.

En questionnant quelques habitants d'Asagiri, surtout des femmes seules, veuves, des jeunes filles avec des proches malades ou des vieillards et des faibles, elle devina son fond de commerce. L'une d'entre elles lui avoua même qu'il allait de temps en temps dans cette taverne et les heures pendant lesquelles il avait de fortes chances d'y être. Tout ça lui ressemblait bien trop.
Elle le tenait.

Oh, il fallait croire qu'il ne tenait pas tant que ça à sa vie pour participer si activement aux activités de quartier. Après deux ans, ça avait été presque trop facile, elle en était sidérée. Il n'aurait fallu qu'un heureux hasard pour mettre fin à des mois de recherches infructueuses.

A l'heure dite, la Dragonne pénétra donc dans la taverne pour la deuxième fois de la journée. La première fois l'avait déjà mise dans une rogne monstre tant elle avait été vaine.

"Deux ans, Gareki...Deux. Putains. D'années."

Inutile de dire qu'elle était aussi furax que possible. Elle avançait jusqu'à lui, le dardant d'un regard fou, le doré de celui-ci se teintant du froid de l'acier.

"Et pour seule nouvelle, une lettre. Non, un ramassis de conneries."

Ses pas s'arrêtèrent à deux mètres de lui. Elle n'en pouvait plus. Elle allait éclatée. Son attitude de l'instant était la goutte d'eau qui allait faire déborder le vase. Cet idiot sirotait tranquillement à sa place !

"JE VAIS TE DÉCOMPOSER COMME JE L'AI FAIT DE TES ECRITS PUANTS !"tempêta-t-elle avec force et colère.

Bons Dieux, mais qu'il réagisse !


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 



Dernière édition par Kasuga Riyu le Sam 25 Fév - 1:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Yamamoto Gareki

avatar

Taisa

Messages : 17
Date d'inscription : 17/12/2016

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Mer 25 Jan - 0:48

Je m’y attendais. Je ne peux pas dire le contraire. Plus frustrant se situant sans nul doutes dans le fait qu’en deux années d’attention totale pour ne laisser filtrer qu’un minimum d’information sur moi, je me suis réduit au strict minimum d’attention dès lors mon retour était arrivé. Elle n’était pas idiote, elle devait se douter que quelque part, cela pouvait sonner une sorte de message. Mais dans le fond, je gardais sans doute espoir que si elle viendrait, ce ne serait pas pour me cogner, mais pour boire quelques verres en ressassant le passé. Idée stupide, hein ? Je la connais, je le sais très bien, et je suis parfaitement conscient qu’un allé retour en pleine trogne ne sera qu’un doux message. Bien trop doux pour être seul. Alors qu’elle approchait encore, j’ai levé une main face au tavernier, la plaçant devant mon visage en signe d’excuses, avant de lui faire signe d’apporter une nouvelle bouteille ainsi que deux contenants, afin qu’une fois la tempête passée. Ses premiers mots sont ensuite arrivés, tonnant dans la taverne si bien que le tenancier manqua de se ramasser. Il prit donc sur lui de reculer un peu, prenant tout son temps avant de songer à apporter la dite commande. Chacun de ses mots sonna dans mon esprit comme un cuisant échec. Je suis moi-même conscient du temps qu’il m’aura fallu pour prendre conscience de tout ça mais quoi qu’on puisse en dire, je n’avais aucune raison de regretter ces deux années, si ce n’est justement de l’avoir blessée, elle, mon amie. Le temps était parfois cruel, et dans le cas présent, c’était d’avoir eu l’occasion de faire bouillonner ce sentiment, témoigné sans mal face à moi, qui en montrait toute l’étendue. Un fin soupir monta, mais je le contins, ne sachant pas vraiment comment réagir. Je suis idiot, mais je demeure rationnel, je sais être en tord, et je sais que je ne mérite pour l’apaiser rien d’autre que de recevoir le poids de cette haine. Il serait idiot et irrationnel de ma part de monter la voix et de m’opposer à elle. Aussi bonne qu’ai pu être mes pensées et mes idées à ce moment, j’aurais clairement du m’y prendre autrement. Dans le fond peut être même que j’aurais mieux fait de ne rien écrire. Face au poids de ses mots et de sa colère, je prends sur moi de me redresser, venant lui faire face, mais sans témoigner quelconque opposition, non, rien de tel. J’ai même en soi déposé la bouteille qui était présente, avant de ramener à nouveau la dite main devant mon visage, m’inclinant face à elle.

-Je te demande pardon, Riyu. Tant pour mon incompétence que mon ignorance. Mais aussi pour mon manque de réflexion. Quel que soit le prix que tu m’imposeras à payer, je l’accepterai dignement.

Bien que je puisse demeurer calme… Disons que je le demeurais principalement par respect pour elle. Mon regard et les traits ramenés de visage suffisaient à eux même pour démontrer mon état. Je me vois mitigé entre un état d’inquiétude et quelque part, une certaine crainte. Mais je suis aussi parfaitement conscience que le montrer lui serait déplaisant. Elle n’est pas du genre à aimer martyriser plus faible qu’elle, elle n’est pas non plus là pour remuer le taii que j’étais, mais pour m’exploser ses sentiments à moi, son ami d’enfance. De fait, tout ce que je peux faire, c’est présenter mes excuses et subir son courroux. Je reste donc figé, ainsi, légèrement courbé en avant, ma main exprimant dans sa position la même chose que mon autre geste. Comme si je cherchais à appuyer ceci, bien que ce soit sans doute inconscient. Sans doute beaucoup pourraient me trouver ridicule à cet instant, sans doute est-ce même son propre cas. Dans le fond, Je ne peux malheureusement pas en faire plus. M’écraser en de plates et longues excuses n’arrangerait rien, et ne l’aiderait sans doute pas à se sentir mieux. Rester silencieux ne ferait que l’énerver encore plus, plus ou moins comme n’importe quoi d’autre. Tout ce que je peux faire, finalement, c’est rester fidèle à moi-même et lui témoigner que malgré tout… Je suis parvenu à passer au dessus du poids de ma propre erreur et que, pour le meilleur comme le pire, l’idiot que je suis est de retour. Même si ce doit être temporaire. Je ne sais jusqu’ou sa fureur s’étendra. Je finis donc par me redresser doucement, retirant ma main avant de l’observer en silence. Prêt à prendre…. Tout ce qui viendrait dans ma direction.

-Il m’est plaisant de constater que le temps semble demeurer un de tes alliés les plus fidèles.


Bien entendu, ma phrase visait au compliment. Il n’as pas fallu bien longtemps pour que je comprennes que l’allusion au temps était sans doutes l’idée la plus stupide que je pourrais avoir à ce moment précis, car bien que le commentaire ai été parfaitement amical, et visait à soulever qu’elle demeurait toujours tout en beauté, l’on pourrait très facilement le retourner contre la durée de ma propre absence, ce qui eut l’effet indéniable de décomposer mon visage lentement. En voulant arranger un peu les choses, voilà que je venais de prendre le marteau pour enfoncer le clou dans mon propre crâne réduisant donc à néant toute l’étendue de tout les efforts que j’ai fourni jusque là pour me montrer un tant soi peu digne. Ma stupidité me perdra.


Le gagnant n’expérimente qu’autosatisfaction et orgueil.
En tant que perdant, tu as gagné quelque chose ayant bien plus de valeur.
Tu n’as pas à avoir honte.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5094
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Sam 25 Fév - 2:30

Les quelques rares clients de la taverne n'osèrent pas bouger d'un pouce dès que le cri de rage de Riyu eut dépassé ses crocs et ses lèvres. Cette menace lancée de sa voix la plus forte n'avait eu pour but que de la vider de son énervement. En vain, malheureusement. On ne pouvait rien faire de bien sous la colère et si parfois, elle s'abandonnait à la Fureur, ce n'était que parce qu'elle ne se contrôlait plus et cela l'avait toujours terrorisée.

Voilà que Gareki s'était levé et vint lui faire face pour la dépasser de deux têtes. Il n'était pas menaçant cependant, il paraissait juste dépité et surtout résigné. Il bafouilla quelques mots d'excuse et eut une réplique malheureuse qui fit décocher à Riyu un poing fulgurant dans son ventre...
Et ce fut tout.

Oui. Tout. Elle demeura interdite après cela, et ses yeux dans l'ombre de sa frange et de sa tête baissée. À bien écouter, on pouvait entendre ses petits halètements. Elle pleurait, tout simplement. Celle que l'on appelait le Dragon, Higashi no Dokugan no Ryuu sanglotait comme la fillette qu'elle fut son ami envolé qu'elle retrouvait là, ce modèle qu'il fut lorsqu'elle fut enfant en morceaux à ses pieds. Elle avait placé tant de confiance en lui depuis si longtemps que cette trahison ne pouvait pas la laisser indemne.

Bien sûr, elle avait nié, puis elle avait été en colère, bien sûr elle s'était remise en question. Si elle avait confié une mission aussi risquée à Gareki, c'était bien qu'elle pensait qu'il avait les épaules pour cela et que rien ne viendrait l'ébranler. Et Riyu avait fini par croire qu'il ne reviendrait plus. Peut-être ne reviendrait-il plus, d'ailleurs, mais elle ne trouverait ni la force de lui demander de rendre son honneur, ni de le tuer.

"Baka ! Sombre idiot ! J'espère au moins que ton sake est bon..." fit-elle d'une toute petite voix.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Yamamoto Gareki

avatar

Taisa

Messages : 17
Date d'inscription : 17/12/2016

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Dim 19 Mar - 19:57

Bien entendu, c’est quand on sort une bourde plus grosse que soi (et suffit d’me regarder pour comprendre que dans le cas présent, c’était tout de même assez osé) qu’on oublie de remuer sa langue sept fois dans sa bouche pour surveiller que justement, ce genre de choses n’arrivent pas. Bon, d’accord, je dis ça, mais je n’accomplis jamais un seul des très nombreux rituels pouvant l’éviter. Donc j’ai pas franchement d’excuses et par chance, on peux pas vraiment dire que je perde mon temps à en chercher ! Enfin, m’égarer dans ce genre de pensées dans un moment pareil, ça aussi, c’est tout moi. Tout ça pour dire que finalement, ce coup de poing, j’lai quand même bien mérité. Et c’est en pleine âme et conscience de ce fait que je l’encaisse, sans chercher à me défiler de quelconque façon que ce soit. Pour être franc, je m’attendais à.. j’sais pas, une salve ? Ce tir de canon isolé à eu pour effet de me perdre un instant, alors que je cherches la logique à ce geste. Je comprends ceci dit bien vite que peu importe la tournure de mes réflexions… il ne peux tout simplement pas y en avoir. Là, on parles de sentiments. Et bien que Riyu me soit une précieuse amie depuis bien longtemps, il y à nombre de choses sur elle que j’ignore encore. Que j’ai toujours ignoré. Et je penses sincèrement que n’importe qui d’autre serait ressorti avec la gueule enflée, si ce n’est entre quatres planches. Vous voulez savoir le pire ? C’est qu’en voyant quelle à été sa réaction, quelque part, j’aurais sans doutes préféré que cela finisse ainsi. Le silence pesant qui s’était installé suite à ce geste, suite au son de cet « impact » étouffé par les tissus, fut bien rapidement coupé par les fins halètements de cette même amie et cela n’eut pour effet que de venir broyer le semblant de cœur que je m’étais amusé à reconstruire petit à petit lors de ces dernières années. Oui. Comme toujours, ce n’est qu’au moment ou l’on se rends compte de ce que l’on sème derrière nous, que l’on en subit tout le poids et le contrechoc. Sur le coup, ma première pensée fut de vouloir tenter une approche amicale, mais je pris soin de chasser celle-ci aussi rapidement. Je la sais trop fière pour apprécier un contact à un moment de faiblesse pareil. Je veux dire, pas de ma part, moi qui suis fautif. Quoi que quelque part, cette pensée est-elle rationnelle ? Logique ? Elle me témoigne clairement d’une petite parcelle de sa personnalité que je n’aurais moi-même quelque part pas réellement soupçonnée, comment oser prétendre savoir ce qui pourrait l’aider ? Sans doutes pourra t-elle remarquer mon hésitation, alors que je commence à tendre une main amicale vers son visage, avant de me contenir. Je tourne alors mon regard vers l’aubergiste qui, comme plein d’autres, était resté cloué sur place face à la colère de la jeune femme, afin de lui faire signe d’apporter la commande. Bien qu’il lui ai fallu une seconde pour comprendre, il ne manqua pas à s'exécuter. C’est une fois la commande rapidement posée sur la table ou je siégeait il y à peu, que je prends soin d’entrer en contact avec elle, sans la brusquer. Démontrant d’une douceur qu’elle-même devait m’ignorer, alors que je tente maladroitement de lui tirer une chaise pour l’inviter à s’asseoir, pour ensuite remplir le verre de mon amie, puis le mien.

-Il ne pourra qu’être meilleur si tu m’offre l’immense honneur de le partager avec moi, Riyu.

Sans rien ajouter de plus, je me vois simplement patienter, attendre de voir si elle va accepter ou non cette invitation. Dans le fond, c’est sans doutes là, oui, le seul moyen que j’ai pu trouver pour tenter d’appaiser sa colère. Et je sais parfaitement que dans le fond, si la boisson ne suffit pas, elle risque de me demander de tirer les armes pour lui faire face. Ne serais-ce que pour vérifer si ces années ont réellement été utile. L’arme est sans doutes l’un des meilleurs moyen de communiquer –avec la picole- pour deux idiots militarisés comme nous. Quoi qu’il en soit, je respecterait sa volonté. En tout cas, sans que je m’en rendes sans doutes réellement compte.. Mon ton, mes gestes et la droiture dont je pouvais faire preuve en tout cet instant ne pourraient sans doutes que lui témoigner ma réelle franchise. Tout ce qu’il me reste à faire, c’est de prendre sur moi, de renforcer mon cœur avec quelconque forme d’adhésif, et de tenir le coup. Rester là. Rester moi-même. Lui montrer que malgré tout, elle demeure assez importante à mes yeux. Que ces choses là n’ont pas changées et qu’elles ne changeront pas.


Le gagnant n’expérimente qu’autosatisfaction et orgueil.
En tant que perdant, tu as gagné quelque chose ayant bien plus de valeur.
Tu n’as pas à avoir honte.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5094
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Ven 31 Mar - 21:28

Ils restèrent là un moment, sans que Riyu ne daigne lever la tête. A présent que sa colère était tombée, comment devait-elle réagir ? D'autres auraient certainement demandé le seppuku, mais avant de décider, elle voulait savoir les raisons qui avaient poussé Gareki à quitter l'armée aussi brusquement. Malgré de grosses pertes, sa mission avait été un succès et il aurait pu faire un officier excellent à ses côtés. Ses supérieurs et elle avaient été unanime, après cette mission, il serait devenu Taisa sans problème. Sans ça, il y avait tout ces souvenirs qu'ils partageaient. Ils l'avaient accompagné dès ses premières armes, il avait été l'un de ses premiers adversaires et sans doute son premier ami...Alors, pourquoi ? Pourquoi s'était-il bafoué en fuyant son destin pendant deux ans au lieu d'affronter sa peine en face ? Ne s'était-il pas chagriné d'avantage en faisant cela ? Il méritait tellement mieux...

Riyu le suivit machinalement et s'installa tout aussi mécaniquement en face de lui, l'esprit tout absorbé par ses questions. Elle ne comprenait pas. Vraiment. La jeune femme ne sembla revenir à elle que lorsque Gareki versa du sake dans sa coupelle, qu'elle ne voulut pas toucher pour autant. Les traces de ses larmes sur ses joues, le fait qu'elle avait tout à coup éclaté en sanglots et celui qui faisait qu'il l'avait connue enfant, la firent se sentir particulièrement honteuse. Après tout, elle n'était plus une fillette qui apprenait le kenjutsu ou le maniement de la naginata. Elle était la cheffe de l'armée d'un des clans impériaux, en plus de ça !

"Maintenant que le jeu du chat et de la souris est terminé, je veux que tu m'expliques ce qu'il s'est passé et ce que tu as fait pendant ces deux ans." déclara-t-elle entre froideur et fermeté.

Gareki avait beau lui proposé de boire avec lui, ça n'allait pas suffire à acheter son pardon et elle avait une sainte horreur du déshonneur, comme tous les samouraï et comme tous les Kasuga.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Yamamoto Gareki

avatar

Taisa

Messages : 17
Date d'inscription : 17/12/2016

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Sam 1 Avr - 1:09

Bien entendu, j’ai beau être un idiot fini au saké, je n’ai pas réellement de mal à remarquer que ma chère amie d’enfance à encore bien des choses à dire, et qu’elle aura sans doutes encore à redire pendant un moment. En toute connaissance de cause et d’esprit, je sais tout aussi bien que je me tiens actuellement sur une fine corde suspendue au dessus d’un immense vide et honnêtement, je préfèrerais encore retourner jouer à la dinette avec un Yokai taré que de me retrouver dans une situation pareille. Il y à pleins de choses que je ne peux accepter. Que je ne peux plus accepter. La mort en fait partie. Mais si je devais sciemment prendre sur moi, et laisser quelqu’un pousser ma tête à se décrocher de mes épaules, ce serait sans doute cette personne. Riyu. Je sais et je comprends ce que je l’ai poussée à endurer pendant tout ce temps, et cette réaction ne serait que justice. Je sais aussi à quel point elle doit être en train de se mettre des lattes là ou ça doit faire bien mal pour que son sabre reste dans son fourreau et tout ce que je peux faire… C’est de lui répondre, sincèrement. Mais comment laisser certains mots sortir, certaines pensées, après tout ce temps ? Avant même de m’en rendre compte, mes mots sortaient seuls. Sans doutes devaient-ils ressembler à une complainte, mais… si je pourrai avancer avoir trouvé une réponse à ce voyage, ce serait sans doutes ce flot d’idée absurde.

-Si il y à bien une chose que mon expérience, que ce soit militaire ou sentimental m’as apprit, au point de se graver dans mon esprit sous la forme du fantôme de mes pertes, c’est que les choses ne sont malheureusement jamais aussi simple que je ne le souhaiterais, et qu’elles ne le seront jamais. Comme menées par le doux et puissant flot de l’ironie, comme amenées pour nous pousser à prendre conscience d’un détail infime, mais pourtant si important… Si les choses seraient simples, on se ferait quand même drôlement chier. Sans compter le fait qu’on n’évoluerait pas des masses. Mais… Ce n’est frustrant, pas vrai ? Quand les complications s’enchainent, bien que l’on se donne corps et âme. Que l’on s’en sorte comme étant l’ultime survivant d’une bataille insensée, alors que l’on fait sciemment le choix de se sacrifier pour voir vivre les autres. Quelque part, je pense que j’ai toujours pris plaisir à vivre au milieu de ces complications. Que j’ai toujours pris plaisir à repousser mes limites et celles de ceux qui me suivaient. J’ai toujours pris plaisir à avancer dans le sang et la sueur. Tellement que combattre a fini par devenir naturel, une raison de vivre. Petit à petit, cette raison l’as emportée sur beaucoup de choses, et je me suis abaissé à faire les deux seules choses que je savais faire : Veiller sur les miens, et combattre à leur côtés. J’ai sacrifié beaucoup de questions, beaucoup d’opportunités, beaucoup de choix… Je suis allé jusqu’à choisir de me sacrifier pour ça, pour eux. Mais cette fois encore, les choses n’ont pas été aussi simples.

Je marque une pause, laissant un silence. Quelque part, déballer les choses ainsi à quelqu’un m’aidaient sans doutes. Retrouver le sentiment d’une amitié que je n’ai jamais voulu mettre en pause.

-C’est un sacrifié qu’un couple de vieillards a ramassé et soigné. Un sacrifié parmi tant d’autres, à la différence prêt que celui-ci était le seul survivant à son sacrifice. La seule question que j’en suis venu à me poser, à été de comprendre comment je pourrai encore faire face à ceux qui jusque là, on cru en moi. A toutes ces familles. Mais avant même que je ne puisse prendre ma lame pour me transpercer le corps, on m’a poussé à vivre et à prendre du recul. Ce que j’ai fait. J’ai erré pendant deux ans, j’ai traversé plusieurs pays, et vu beaucoup de choses. J’ai réparé quelques toits et aidé quelques vieux pour gagner de quoi payer mon taux d’liquide. Et j’ai observé, encore et encore. J’ai cherché une raison à toute cette absurdité. Je ne pense pas avoir trouvé de réponses suffisantes pour justifier mon absence. Je ne pense pas non plus avoir trouvé une quelconque voie à embrasser. Tout ce que j’ai trouvé, c’est que malgré tout, quelqu’un pourrait encore se reposer sur mes épaules. Que je n’étais pas très envieux à l’idée d’abandonner et de continuer à fuir. Je suis donc revenu. Comme je te l’ai dit… Quel que soit le prix que tu m’imposeras à payer, je l’accepterai. Je te demanderais simplement de ne pas m’offrir la libération que m’offrirait la mort. Je dois vivre pour expier ma propre connerie. Sans doutes l’enterrerais-je sous plus de conneries encore… mais si je ne vis pas, contre qui leurs familles pourront déplacer leur haine et leur regret ? Je n’ai plus le droit de vivre pour moi. Je vivrais pour eux. Je vivrais pour ceux que j’aurais pu et du aider tout au long de ces deux années. Et tu en fais partie.

Sur ces mots, je soupire lentement. Ça, c’est fait. Que ce soit une bonne chose ou non, je me suis encore une fois montré bien trop bavard. Quel idiot je fais.



Le gagnant n’expérimente qu’autosatisfaction et orgueil.
En tant que perdant, tu as gagné quelque chose ayant bien plus de valeur.
Tu n’as pas à avoir honte.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5094
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Ven 5 Mai - 21:14

Des paroles, des paroles, des paroles. A n'en plus finir. Gareki abreuvait Riyu de mots et de phrases mais elle n'était pas certaine de comprendre son babillage, ni de vouloir véritablement le saisir en réalité. Ce qu'elle voulait, c'était un message clair comme de l'eau de roche et ce qui lui rendait en ce moment était plus opaque encore que de la boue.

Pire, elle ne voyait pas par quel miracle elle aurait envie de l'épargner. Dans son discours, tout était flou sur le point précis de sa fuite et plusieurs de ses phrases l'avaient presque poussé à dégainer directement son Katana. Riyu ne le fit pas, pourtant et se contentait de darder un regard froid et perçant sur son ami d'enfance dont elle avait fait le deuil.

Il osait croire qu'il était revenu. Mais ce n'était pas revenir que de l'attendre bien sagement dans un bar, ce n'était pas non plus lui rendre des excuses que de lui servir du sake. Elle ne l'avait d'ailleurs toujours pas touché, elle ne lui ferait pas cet affront hypocrite que de boire à son eau alors qu'elle n'y adhérait pas.

"Tu parles trop, Gareki. Tu parles beaucoup trop." Souffla-t-elle, acide. "Si tu n'es pas capable de me donner les raisons qui t'ont poussé à fuir ton destin, je serai dans l'obligation de tremper ma lame dans ton sang. Peut-être qu'alors tu parviendras à me prouver que ta seule peur instinctive de la mort n'était pas l'unique motif de ta fuite."

Voilà. Elle espérait bien que Gareki se battrait. S'il se rendait à elle comme un condamné, ce serait qu'il ne tenait pas tant à ces fameuses raisons qui l'avaient porté et l'avait poussé à rester debout jusqu'à ce fameux jour. Toutes cette histoire n'aurait donc été que du vent.


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Yamamoto Gareki

avatar

Taisa

Messages : 17
Date d'inscription : 17/12/2016

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Dim 7 Mai - 3:02

Oui, je suis stupide. Non, je ne suis pas aveugle. Bien sur que je remarque son agacement croissant. Bien sûr que je n’ai pu que me douter de cet agacement. Mais quitte à devoir être franc, autant l’être. Comme je pouvais m’y attendre, sa réaction ne tarderait de toute façon pas à se faire sentir. Et bien que quelque part, je m’en doute, elle ne m’enchante cependant en rien. Je laisse un fin soupir traverser mes lèvres, plus par lassitude que par réel agacement, celui demeure de toute façon bien trop franc pour être pris de travers, alors que je reviens planter mon regard dans le sien, lui cédant un fin sourire amical alors que je cède, simplement, sur un ton plus attendri, dans le fond, qu’autre chose.

-Tu ne pouvais tout simplement pas lever ton saké avec moi, en me souhaitant bon retour à la maison comme si rien n’était, je présume.

Je me redresse alors lentement, venant récupérer mon arme que j’avais au préalable déposée non loin, avant de venir la déposer instinctivement sur mon épaule. Bien entendu, je ne parle pas là de mon sabre qui lui vient directement trouvé sa voie là ou est sa place. Je ne me montre en rien agressif ou menaçant, au contraire, cependant, mon sérieux ne manque pas de revenir peu à peu se dessiner sur mon visage, alors qu’après un instant, je finis par reprendre la parole. Résigné. Je sais que quoi que je fasse ou dise, si elle à décidé de combattre, c’est là la seule et unique voie qui pourra m’amener à une quelconque rédemption à ses yeux. Je suis et demeure donc prêt à en passer par là si je le dois. J’ai de toute façon essayé tout ce qui m’était passé par l’esprit pour éviter d’en arriver là. Après tout, ces raisons, je les ai exprimées clairement. Sans doutes maladroitement, mais tout de même.

-Bien, si me cogner sur la gueule est la seule solution pour qu’on puisse avancer, alors viens, Riyu. Sortons et battons nous. Si faire couler mon sang doit marquer ma résolution, je peux bien t’en laisser couler quelques litres.

Je me satisfais ensuite à faire signe au tavernier pour lui demander de laisser la table telle qu’elle l’est. Peu importe ce qui doit arriver la dehors, que l’un de nous seuls revienne, ou qu’on revienne ensemble, ce qui serait sincèrement le meilleur des scénarios, on risque d’en avoir drôlement besoin. J’attends donc ensuite, simplement. Bisento sur l’épaule, qu’elle se redresse à son tour. Au vu de son état, je m’attends même à une attaque, là, sur l’impulsion de la colère. Je reste donc relativement sur mes gardes, prêt à laisser glisser la lance le long de mes doigts pour venir s’interposer face à un quelconque assaut. La colère peux après tout nous pousser à bien des folies.


Le gagnant n’expérimente qu’autosatisfaction et orgueil.
En tant que perdant, tu as gagné quelque chose ayant bien plus de valeur.
Tu n’as pas à avoir honte.
Revenir en haut Aller en bas
Kasuga Riyu

avatar

Admin
Taisho

Messages : 5094
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 23

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: Higashi no Ryuu
Liens:

MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu] Mer 9 Aoû - 3:11

Gareki avait-il compris ce qu'elle avait en tête ? Rien n'était moins sûr. Si Riyu aurait voulu qu'il se drape de cette nouvelle résolution et lui montre à quel point il voulait réintégrer l'armée, il semblait plutôt subir sa situation comme s'il portait le monde sur ses épaules. Elle attendit pourtant et pendant longtemps une attaque de sa part alors que le vent caressait sa peau et ses cheveux. Rien ne vint et la Dragonne soupira.

"Tu me déçois profondément, Gareki."

Ces mots prononcés, fermes et tristes, elle fit vivement volte-face, lançant sa naginata droit devant elle, son regard ne marquant aucune hésitation à percer cet ami qui l'avait vue grandir. Pourtant, sa lame alla plutôt se planter dans le mur extérieur de la taverne qui les avait accueillis, non sans blesser très légèrement Gareki et le flanquant contre le mur.

"Par les couilles d'Izanagi ! Pour la dernière fois, montre moi que tu es bien de retour sans quoi je te tuerai ! J'annihilerai la raclure défaitiste et pleurnicharde que tu es devenu, tu entends ?!"


L - M - M - J - V - S - D

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://saigoseizon.forumgratuit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu]

Revenir en haut Aller en bas
 

Une missive ne suffit jamais [Pv Riyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..