AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Birei L'Empire

avatar

Maître du Jeu

Messages : 46
Date d'inscription : 23/04/2016

MessageSujet: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Mar 7 Fév - 23:52


Le 6 du Chien en 41 (4 Décembre 41) à la mi-journée,
Shuzen Seiko, Kagome Katsuya, Akogare Kitai et Furuta Yoshifumi,
ainsi que leurs gens,
sont parmi les premiers à embarquer sur les navires,
qui partent en direction de la terrible Faille.

Les ordres ont été clairs, à présent en sécurité sur la frégate Fukyuu, vous ne pouvez venir en aide à vos confrères qui se battent encore sur la plage. Vous voyez, impuissants, certains perdre la vie alors que la force des rameurs débute tout juste de vous éloigner du chaos dans lequel vous avanciez pourtant moins de cinq minutes auparavant.

Un terrible silence accable votre bateau bien rempli et hébété par la violence dont il fut témoin. Quitter ainsi et si vite la plage encore aux prises ne vous contente guère. Pourtant, il est logique que la Kannushi Fukyuu parmi vous soit la première à bénéficier d'une relative sécurité. Elle incarne l'assurance que ce cauchemar prendra bientôt fin. Un fin espoir, comme une chaleureuse éclaircie vous réjouit cependant ; un deuxième et un troisième navires Fukyuu, suivis de ceux Setsu prennent la mer les uns après les autres. Après quelques courtes minutes, vous voyez enfin le dernier bateau quitter la plage alors que celle-ci n'est que partiellement nettoyée de la menace yokai. Mais vous tenez au moins la très forte hypothèse que tous les Kannushi sont sains et saufs après cette très longue première épreuve.

Tous les navires, bien encombrés, ne se ressemblent pas. Vous avez embarqué à bord d'une frégate Fukyuu Sengoku Bune, ressemblant en tout point à trois autres. Un bateau équilibré entre rapidité, mobilité et armement dont l'équipage est composé d'une soixantaine de personnes et dirigé par un Taii capitaine. En plus de ceux-ci, vous identifiez sans mal au milieu des kimono et des armures bleutés une demi-douzaine de sujets impériaux dont un plus voyant dans ses atours. Certainement un Onmyoji, entouré par des miko et des sohei moins bien placés dans la hiérarchie.

La voile est déployée. Vous filez maintenant à bonne allure et la tranquillité toute relative de la mer vous offre peut-être bien quatre heures de repos pendant lesquelles vous pouvez vous restaurer, vous soigner et échanger. Le coup que Katsuya a reçu dans les côtes se rappelle brusquement à lui alors qu'il est abandonné par l'adrénaline des batailles. Les autres accusent une véritable fatigue. Les langues se délient enfin.

Mais l'Onmyoji caresse sa barbe blanche, visiblement songeur. Il n'a pas bougé de sa position, les pieds comme cloués au sol. Il contemple l'horizon avec sérieux. Soudainement, il envoie son esprit gardien, un grand oiseau immaculé jusque là perché sur sa large épaule, trouver Shuzen Seiko. Il se passe quelque chose, quelque chose de terrible et tous doivent s'y préparer.

Le vent s'est éteint. La voile pend misérablement. Il règne sur les flots une atmosphère étrange.

"Nous nous apprêtons à traverser ce dont nous avait parlé Unzen Haruya. Mais d'après mes prédictions, la protection alloué par la grande déesse Amaterasu n’y pourra rien. Êtes-vous prêtes à allier vos forces spirituelles à votre serviteur l'Onmyoji Takashi, Shuzen-sama ?"

Citation :
À savoir


  • Seuls Shuzen Seiko, Kagome Katsuya, Akogare Kitai et Furuta Yoshifumi sont attendus dans ce sujet.
  • Vous pouvez dès à présent ouvrir des sujets libres dans la section [Event] Le Soleil des Mers du Centre afin profiter des quatre heures de calme avant la tempête.
  • Ces sujets ne pourront durer que quatre heures  IG.
  • La plupart des pouvoirs sauf ceux ayant besoin de plus de temps selon les suivis, sont restaurés.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Souty et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 1 : le 21/02/2017.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.

Revenir en haut Aller en bas
Shuzen Seiko

avatar

Kannushi

Messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Kannushi
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Mer 15 Fév - 11:30

On m’avait invitée à m’asseoir sans plus de cérémonie, l’urgence de la situation imposant de courtes présentations. D’abord était entrée Gushiken Kuma, à laquelle j’avais offert un regard bienveillant car elle semblait aussi stressée que moi face à cette imposante figure qu’était l’Impératrice. Puis était arrivé l’Élu des Glaces, accompagné de ses hommes qu’il avait présentés solennellement. Installé froidement à côté de moi, il m’avait à peine regardée et ce non-geste marqua la rupture de nos échanges jusqu’ici toujours teintés de tensions diverses et variées. Je sus alors que nous n’aurions plus rien en commun que la Divine Froideur pour nous lier, par ce choix qu’il avait fait de rester fermé à la lumière de cette Seiko que j’avais toujours été.

Puis s’était présentés Unzen Haruya, Taisa des Brumes, suivi de sa Taisho, petite par la taille mais fort imposante de sa prestance. Après l’arrivée de la Kannushi des Foudres, vinrent la nièce de l’Être Suprème et le Taisho des Flammes, dont je saisissais toute l’implication personnelle liée à cette bataille. Peut-être avait-il laissé un être cher à l’extérieur lui aussi ? Arriva ensuite la Kannushi du Feu, que je connaissais sous le nom de Shimizu Ame mais que Moegami avait jugé bon de remplacer, tout comme Itegami l’avait fait pour Miyuki. Ma pensée pour elle resta secrète mais n’en fut pas moins importante, autant que les mots et le charisme de la nouvelle Élue, Iyashi Kurome.

Un homme plus petit et à mon sens étrange introduisit sa personne, sans que je ne cherche davantage qui il pouvait bien être ; s’il était ici, c’est qu’il en avait le droit et toutes les forces seraient les bienvenues, si tant est qu’elles soient aussi significatives que visibles sur ce nouveau venu. La détermination de chacun ne faisait pas d’ombre à la douceur de la Dame Kenshu, accompagnée par un Taisa et je fus alors convaincue que chaque être présent sous cette tente serait dévoué à l’avenir de Yokuni.

La Sainteté de tous les Saints avait alors ouvert la bouche pour annoncer ce qui nous attendrait, quelle guerre nous allions mener contre les épreuves de ce Kami prétentieux. Soutenue par la motivation et la dévotion de ses sujets, ils exprimèrent tous ensemble la volonté qui nous emplit à notre tour de sauver ce qui nous revenait de droit. Je restais discrète pendant les exclamations mais ressentais sous cette tente toute la puissance de la spiritualité et de la foi au combat qui saisit tout le monde ici présent.

Je ne compris pas ce qu’il s’était passé avec la Kannushi Okaruto et luttais contre mon envie de l’aider pour écouter ce qu’il nous faudrait faire pour survivre. La description de la Faille par celui qui semblait s’en être approché me fit plus froid dans le dos que la plus piquante des glaces. Tandis que Furuta Yoshifumi chuchotait son idée à son supérieur pour la suite des opérations, le silence régnait sous le tissu, tous concentrés que nous étions.

Ce calme fut interrompu par la Voix Sacrée puis par les cornes de brumes mais elle prit malgré tout le temps de nous distribuer des magatama protecteurs chargés de sa bienveillance. Je fus surprise de constater que certains partirent en éclat aussi rapidement qu’ils avaient été distribués mais je n’eus pas le temps de vraiment réagir avant que la tente ne prenne feu. Les ravages de cet élément révélèrent à nos yeux l’impensable et j’ai encore de la peine à croire ce que j’ai pu voir quelques heures auparavant.

Pourtant, le premier objectif étant de sortir de cet abri incandescent, je ne pus que me plier aux directives d’évacuation lancées par Kasuga Riyu, Taisho de ces terres probablement accueillantes en des temps moins troublés. Ainsi commença notre rassemblement et notre marche vers les navires, entourés des plus valeureux guerriers et principalement de nos deux Taisa, l’un ouvrant la marche avec le Mon du Froid et l’autre assurant la protection du noyau que le Seigneur des Glaces et moi-même avions formé malgré nous.

À l’extérieur, les laissés pour compte de l’instant s’étaient mêlés aux différents combats. Parmi eux, Katsuya-kun, valeureux meneur d’hommes et motivateur de troupes. Malgré mon petit gabarit, il m’arrivait de reconnaître d’autres visages mais il en est un que je voulais absolument retrouver. Je n’y parvins pas tout de suite, occupée à observer tout ce sang, cette terreur sur la face des plus aguerris soldats et des plus pieux religieux. Gushiken Kuma se retrouva en difficulté en même temps qu’une voie se libérait vers les embarcations et c’est finalement là que je revis mon aimé.

À l’instar de la belle lancière que je devinais être d’une grande aide en tant que danseuse, Kitai fut désigné par Nagaya Eichi pour s’occuper de la cavalière. Je ne pus m’empêcher de me dire qu’il s’éloignerait encore de moi une fraction de secondes mais, ma foi en lui retrouvée, je me dirigeais plus sereine vers l’endroit où nous devions nous regrouper. Je priais Itegami de nous prêter ses faveurs plus intensément que jamais, particulièrement lorsque je vis Iyashi Kurome choir sur le sol, rattrapée in extremis par l’un de nos Taisa. Je me sentais particulièrement inutile et aurait aimé pouvoir me précipiter vers les victimes mais je savais ce choix peu judicieux. Mettre mes camarades en danger par ma fuite n’était pas ma priorité et je devais mettre mon énergie dans les pensées et vœux positifs que je pouvais articuler sur le chemin des embarcations.

Lorsque je rouvris les yeux quelques temps plus tard, sans savoir combien de temps était passé alors, la moitié des navires avaient coulé, la Kannushi du Feu était sauvée, les Yokaï continuaient à sévir, le cadet de la Taisho des Brumes fut blessé à l’épaule et trois autres personnes furent en danger de mort quelques instants. Pire, impossible pour moi de repérer Kitai et sa coéquipière du moment. La panique me saisit, je ne voulais pas rester sans rien faire, il fallait que je coure aider les miens, aider les autres, ceux qui se donnaient la peine d’aller de l’avant et de survivre.

Mais l’espoir revint, en même temps que Katsuya-kun réussit à nous rattraper. Nous échangeâmes un regard et ce dernier m’indiquait que tout irait bien désormais, lorsqu’il fonça pour ouvrir le passage. Enfin, je me sentais entière lorsque, discrètement et malgré l’agitation issue d’un embarquement moyennement contrôlé, la main de Kitai saisir la mienne pour m’aider à monter sur le bâtiment, me séparant pour le moment du Daimyo Fukyuu, protégé sur une autre frégate. Une fois en sécurité pour quelques minutes, peut-être, je regardais la rive et les derniers miraculés se mettre à l’abri et les malheureuses victimes rester sur le chemin du Yomi.

Je joignais alors mes mains en ayant une pensée pour eux, leur souffrance, leurs familles qui ne les reverraient pas. Et je jurais silencieusement que nous sauverions Yokuni pour qu’ils puissent contempler dans leurs château d’un autre monde, tout ce que nous aurons réussi à conserver.

***

La suite :
 

***

De retour sur le pont, je quitte l’eau apaisante des yeux de Kitai pour me plonger dans celle de la Mer, ni agitée ni calme, révélant à présent la fatigue de chacun. Désireuse de me montrer requinquée et présente pour les troupes, qu’elles soient guerrières ou religieuses, je fais le tour du pont en saluant et en encourageant chacun, apportant si nécessaire mon soutien pour soigner les derniers blessés. Je garde pour plus tard les dons d’Itegami, destinés aux grands blessés et utilise principalement les pommades ainsi que mes connaissances en sutures. Je tente dans la foulée d’apaiser la douleur de Katsuya-kun à l’aide d’un onguent confectionné plus tôt par les Miko Fukyuu s’étant inspirée de l’une de mes recettes.

Une fois mes mains lavées et les gens quelque peu rassurés, je remarque un Onmyoji pensif dont j’avais constaté la présence exactement au même endroit avant de m’absenter avec mon Sohei. Puis son Esprit Gardien s’envole dans ma direction, en même temps que le vent s’enfuit ; le mal est de retour et j’écoute ce que me dit cet être plus majestueux que Bankichi mais tout aussi dévoué à notre cause. Prenant une inspiration importante avant de lui répondre, je m’adresse au sage oiseau après un regard à ma source de vie, déterminée à servir à quelque chose cette fois-ci.

- Je fais confiance à vos prédictions mais ai aussi fermement l’intention de croire qu’Amaterasu veille sur nous. Il faut que chacun sur ce bateau prie, en pensant à elle, en pensant à Itegami et en croyant en ses capacités propres d’enfant de Divins. Ainsi, je trouverai la force de me battre et d’allier mon esprit à celui de Takashi-san, si c’est ce qu’il y a à faire pour sauver notre monde.

Je souris malgré l'ambiance pesante, motivée et revigorée par ces instants, par cette unicité que j’ai sentie chez chacun, Fukyuu ou membres de l’Empire. Mes yeux balaient encore une fois l’ensemble des personnes présentes ici et j’ai l’espoir de joindre mon cœur au leur pour affronter ce qui nous attend fermement non loin d’ici.


HRP :
 


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 124
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Ven 17 Fév - 11:33

Ils pouvaient enfin profiter d'un peu de répit bienvenu et voguaient dans la sécurité de leur Bune, sécurité qui ne pouvait malheureusement qu'être très relative au vu de leur destination. Néanmoins tous évacuaient, chacun à sa manière, la pression de leur lutte acharnée. Certains riaient tres fort, vantant leurs exploits à qui voulait bien les écouter, d'autres priaient en silence, remerciant les Kami d'être toujours en vie et les suppliant de les protéger encore jusqu'à la fin de la journée, certains dévorraient un Bentô comme s'il s'agissait de leur dernier, et c'était probablement le cas pour une partie d'entre eux, ...

Furuta Yoshifumi, commandant en second des forces Fukyuu, bien que seulement récemment promu Taisa, ne se reposait pas, il s'y refusait. Il n'avait pas l'habitude d'être aux commandes, tout du moins pas d'un aussi grand effectif, et encore moins d'être chargé de la protection d'un être aussi important que la Kannushi. Il s'assurait donc que tout était en place, que les archers aient leurs flèches disponibles, que leur réserve de poudre soit bien au sec, que tous puissent avoir à manger et à boire et qu'il soit immédiatement tenu informé de chaque remous dans les vagues et de chaque forme imprécise dans le ciel. Il savait qu'une nouvelle attaque ne tarderait pas et refusait d'être une nouvelle fois pris par surprise.

Il était heureux de pouvoir compter sur Katsuya. Bien que l'Hatamoto n'ait pas officiellement autorité au sein de l'armée, sa présence allégeait le coeur des hommes et Yoshifumi était rassuré de savoir son expérience et son charisme à sa disposition.

C'était alors qu'on l'informait que le vent était tombé et que, de fait, leur voile ne leur permettrait presque plus d'avancer qu'il entendit l'échange entre leur Kannushi et l'Onmyoji Impérial qui les accompagnait. Se portant à leur hauteur, il ne fallu pas longtemps à l'officier pour comprendre que la.situation était en passe de devenir critique et qu'il était temps d'agir. Dame Shuzen demandait des prières, elle allait en avoir !

« Vous avez entendu notre Kannushi ? Prions mes frères, mes amis. Que tout ceux qui ne sont pas absolument indispensable pour la navigation ou la surveillance de la Bune s'acquittent de leur devoir spiriruel. Montrons l'étendue de la dévotion Fukyuu, montrons que même si Yumigami lui-même dressait son auguste museau face à nous nous resterions inébranlables. »

Tandis que les rameurs prenaient le relais et que la voile était descendue, le Taisa et ses hommes s'assirent sur les planches du pont et commencèrent à prier comme un seul homme. Yoshifumi ne put cependant s'empêcher d'avoir une pensée pour la Kannushi Setsu, souhaitant que les soins qu'Itegami lui avait prodigués à travers lui seraient suffisant pour lui permettre d'accomplir sa tâche.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1141
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Sam 18 Fév - 13:37


Le chant de guerre s’atténuait à mesure que le navire prenait le large. Pourtant, on pouvait apercevoir au loin les fumées nauséabondes ainsi que des silhouettes. Ces dernières se déformaient face aux flammes qui avaient envahi la plage et, bien que le bruit du bois se frottant contre l’océan fût plus puissant, Katsuya pouvait imaginer les cris d’horreur, d’effroi mais aussi de bravoure et de détermination.
Son regard ne pouvait qu’être sur ces guerriers, encore debout pour certains, cherchant à gagner leur survie, tandis que d’autres se voyaient recouverts d’un cercueil de sable. Les dents grinçaient dans la mâchoire de l’homme alors que sa main faisait craqueler le bois à sa portée.
Ce champ de bataille n’était à présent plus qu’un horizon ; comme si l’étendu bleutée venait engloutir ce triste destin.

Le bateau fut bientôt entouré d’un vaste voile scintillant et voguant. Rien ne pouvait venir briser cette prospérité et ce calme. Tous en profitèrent pour faire le point sur la situation mais surtout récupérer leur force. Katsuya ne faisait pas exception à la règle. Son combat avait été qu’angoisse et tension afin de survivre et protéger les siens. Il était temps pour lui de chasser ses démons et de laisser place à la sérénité.
Il gagna la proue du bâtiment et se posa dans l’un des recoins. Se vautrant comme le ferait un enfant après une longue journée de jeu, il en vint à prendre une position plus correcte, entrelaça ses doigts les uns avec les autres, les pouces, eux, ne fit que se frôler. Une longue inspiration… suivit de l’expiration. Les yeux de Katsuya se fermèrent alors. Tout autour de lui perdit son attention. Le jeune homme était à présent d’une vaste bulle personnelle. Aucun son, aucune parole, aucune sensation ne pouvait l’atteindre à présent. Sa vue était son esprit. Les battements de son cœur devinrent ceux de son âme. Il se plongea dans un état second…

Le vacarme des lames résonne. Un feu intense danse parmi les corps inanimés.  Les cris de souffrance grandissent à chaque coup de métal. Alors que la paix était le bout du chemin, Katsuya se voyait encore dans le combat, incapable d’agir. Tout était noir. Il ne visualisait que les nombreux visages se tordant de douleurs. Même en tendant sa main pour leur venir en aide, il se retrouva piéger par… la glace. Etait-ce un signe d’Itegami ? Ce dernier voulait-il faire de Katsuya son nouveau souffre-douleur ?  Le jeune homme commença à perdre confiance en lui. Pourtant, une lumière lui parvint à loin. Petite mais si forte. En la fixant, il put apercevoir de nouveaux visages : celui de sa mère… de sa sœur… de Miyuki… mais également Seiko. Toutes étaient en vie. En sécurité pour certaines. Leurs tendres sourires ; leurs rires ; la simple joie sur leur visage suffit à ranimer la foi chez l’hatamoto. Les flammes se turent. Les hurlements se transformèrent en chant mélodieux. Le bruit assourdissant des lames n’était plus qu’un souvenir lointain. Le Tigre se sentit enfin calme et prospère.
« Je n’ai pas oublié les promesses que j’ai faite avant d’entamer ce voyage... » Se dit-il. C’est pour les protéger, elles, son seigneur, mais aussi les habitants du clan des glaces que Katsuya avait juré d’éradiquer la menace. Il désirait plus que tout, les voir de nouveau sourire et vivre une vie sans crainte. Il se devait de mener à bien cette mission. Il s’agissait de son but ; de son fardeau.

Lorsque l’hatamoto rouvrit les yeux, son corps lui paraissait plus léger, ou était-ce son âme ? Cela importait peu. Ce fameux fardeau, si lourd à porter, il était fier de pouvoir continuer à avancer avec, malgré tout. Alors que son visage n’était que fatigue, Katsuya semblait revivre. Concentrant toute son énergie en lui, il la fit ressortir avec une forte exclamation de joie, surprenant les hommes avoisinants. Et cette gaieté n’allait pas s’arrêter.
En rejoignant le pont, l’hatamoto put apercevoir le visage enjoué de ses camarades. Nombreux regardaient vers l’Est. Il y avait de quoi ! Les autres navires de la flotte de l’alliance se trouvaient à proximité, en état de naviguer. Le jeune homme n’en était que plus ravi, surtout lorsqu’il vit l’étendard Fukyuu sur l’un des navires. Il n’était pas les seuls soldats de la glace à s’en être sorti. Parfait ! Mais une angoisse vint pincer le cœur du tigre : le seigneur des glaces était-il en sécurité ? Katsuya et lui étaient-ils séparés par de simples flots marins ou bien par un tout autre destin ? Une question qui restera sans réponse mais il se persuada que tout allait bien. Il n’oublia pas qu’aux côtés de son maître se trouvait une autre fine lame, Kazuo. Il n’y avait pas plus fidèle comme samurai. Katsuya douta même qu’il ne le soit davantage que lui. Un sourire se dessina un instant sur ses lèvres lorsqu’il y pensa, mais ce dernier disparut pour laisser place à un tout autre sentiment : une détermination sans failles.

Lui aussi avait un être important à protéger. En balançant son regard sur le navire, en se baladant sur chaque parcelle du bâtiment, il put finalement apercevoir cette personne. Shuzen Seiko. A voir sa hâte, elle ne semblait pas blesser mais qu’en était-il de son moral ? Voulant profiter de cet instant de calme afin de lui parler (car il s’agirait sûrement du dernier), le jeune homme s’apprêtait à la rejoindre lorsqu’il se stoppa à la vue d’un sohei auprès de la demoiselle. Tous deux semblaient vouloir se dérober aux regards des hommes présents. Inquiet par un tel comportement, ou bien peut-être par protection fraternelle, Katsuya décida de les suivre… pour finalement se raviser. Il n’avait aucun droit légitime sur la demoiselle. Il prit la décision d’attendre que l’entrevue se termine avant de s’adresser à sa « petite « sœur ».

Katsuya quitta son poste actuel pour rejoindre le pont, où il vint déposer une main sur la rambarde du navire. Le regard au loin, les cheveux virevoltant au gré de Kazegami, il inspira tout l’air possible avant de le recracher avec énergie. Bien qu’il l’ait laissé, Katsuya s’inquiéta pour Seiko. Elle devait être troublée par tout ce carnage. Il y avait de quoi. N’importe qui pourrait douter et s’affaiblir, d’autant plus lorsque notre rôle est crucial. Pauvre Seiko… Il ne pouvait cependant s’attrister sur le sort de la Kannushi.
La malédiction du Nue le rattrapa. Déposant sa main sur son flanc touché, Katsuya déposa un genou à terre. La douleur semblait s’être éveillée tout d’un coup, comme pour annoncer la résurrection de cette créature. Grimaçant, le jeune homme se posa au sol, voulant garder ses forces pour lutter contre la douleur. Il défit son obi afin de relâcher son kimono et observer l’étendue des dommages. Rien d’apparent et pourtant, rien de tel qu’une côte fissurée ou bien cassée pour paralyser les faits et gestes. Katsuya a douté de son utilité à présent. Une telle blessure l’handicaperait lors des prochains affrontements. Pourrait-il vraiment défendre sa sœur de promesse ? Alors qu’il s’apprêta à braver sa souffrance pour la faire disparaître de ses pensées, une main douce et délicate vint apposer une pâte fraîche et pour le moins relaxante. L’hatamoto ne se concentra pourtant que sur sa soigneuse.

« Seiko-chan… » Chuchota-t-il simplement, sans savoir quoi lui dire sur l’instant.  D’autant plus lorsque la demoiselle lui sourit avant d’aider le blessé suivant.

Sa gentillesse… Il n’y avait pas de doute. Il comprenait pourquoi ce sohei en pinçait pour elle. A cette pensée, il ne put que sourire et se taire.

Malgré le soin, il arriva difficilement à oublier le mal qui le ronge. Il n’arrivait pas à détourner son attention de son flanc. Pourtant, lorsqu’il vit un grand oiseau de lumière s’envoler pour rejoindre une autre partie du navire, l’esprit de Katsuya se tourna vers des pensées aussi bien inquiètes qu’effrayantes. Son regard se porta alors vers le propriétaire, un homme d’un âge bien avancé. Au vue de son accoutrement et de son habileté à contrôler un gardien, cela ne faisait pas de doute qu’il s’agissait d’un onmyoji.

Katsuya s’apprêta à rejoindre cet homme afin de le questionner mais quelque chose l’interpella avant coup. La voile, jusqu’alors tendue avec une certaine admiration, ne devint qu’un bout de chiffon pendu que l’on tenait du bout des doigts. Le vent, jusqu’alors mélodieux après avoir entendu les hurlements du combat, se tût.
Il ne savait guère ce que cela présageait mais l’hatamoto était loin d’être rassuré. Par reflexe ou impression, il se tourna vers leur destination, encore inconnue, tout en écoutant les mots du sage et veillant sur l’horizon menaçant, silencieux. Ce fut une nouvelle fois la voix de la Kannushi qui rappela le jeune homme. Il l’écoutait avec attention et buvait ces paroles.
Il y a encore quelques minutes, elle s’inquiétait de son utilité. En cet instant, elle avait trouvé sa place et Katsuya comptait bien l’aider à la garder. Il s’approcha de la demoiselle et de l’onmyoji, avant de lui sourire.

« Je ne peux parler pour mes camarades mais sache que vous avez mon plus grand soutien, Kannushi-sama. Je vous obéirais et vous défendrais. »

Il s’inclina.
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Akogare Kitai

avatar

Sohei

Messages : 73
Date d'inscription : 07/07/2015

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Mer 22 Fév - 1:54

Un coude sur le plat-bord droit du sengoku du clan qui les avait accueillit, sa main valide sous son menton, le sohei avisait l’horizon où, quelques heures plus tôt, il avait dû défendre sa vie et celle de son tout, quand bien même ne s’était elle pas trouvée directement derrière lui ou bien aurait il été utile à quoique ce soit, au vu de son état. Le comble de l’ironie tenait du fait qu’il était indemne, parfaitement intact. Le gros des ennemis ahurissants qui s’étaient abattus sur les plages du domaine des brumes ne s’était guère intéressé à l’éclopé, ce pitoyable lancier usant de son arme d’hast d’un seul membre alors que deux n’étaient pas de trop. Il avait bien planté la lame de sa fidèle arme dans les chaires étranges des abominations que la mer et les terres leur avait offert, pire que cela, son fer avait même trouvé le cœur d’un homme, du moins l’avait-il cru d’abord, arborant l’héraldique des flammes.

Le dernier Akogare avait la curieuse impression que tout ceci n’avait été qu’un rêve, il ne parvenait en aucun cas à se souvenir concrètement de ce qu’il venait de traverser. Ce n’était qu’une suite illogique d’images se succédant les unes aux autres, sans qu’un autre lien que la mort ne parvienne à les réunir. Il n’avait pensé à rien d’autre qu’à celle qui s’était trouvée dans la tente, sa mémoire lui infligeant de nouveau la terreur des flammes lui ayant déjà tant prit et qui s’élevaient vers le ciel, léchant les pans du chapiteau impérial sous ses tissus. Imperatrice, Taishos, Kannushis, tout ces êtres hors du commun n’étaient rien. Le souffle de vie qui l’eut animé lorsqu’elle reparu entre les langues de feu, entouré de la crème de ce qui pouvait se faire en matière de guerriers claniques, lui avait donné des ailes, soulagé d’un poids immense en vérité. Car il savait qu’il n’aurait été utile à rien, sinon en bouclier de chair, tel qu’il se trouvait à ce jour.

Tout ceci s’était déroulé comme un songe alors. Il se rappelait tout juste les ordres braillé par le colonel des glaces, de la voix de cette femme okaruto qui avait dans ses yeux la même lumière qu’il était certain d’avoir pour quelqu’un se situant auprès de la plus haute entité de l’Empire. Puis il avait terminé ici. Sur ce pont, son arme tout juste maintenue par son coude replié autour de la hampe de celle-ci, il avait aidé son univers à monter sur le vaisseau qui les emmènerait loin de ce cauchemar imprévu pour un autre, bien déterminé ce dernier. Kitai ne ressentait aucune tristesse, la peur avait quitté son cœur alors que les berges saturées de corps épars et divers dansaient dans un balai mystérieux à la surface de la mer, sans que la race où le clan n’ait d’importance. Le temps leur avait été offert alors, à la Kannushi et lui-même, de se retrouver seul un moment où ils avaient partagés leur craintes pour l’autre, leur peur et bien plus que cela, afin que leur cœur et leur corps s’imprègnent de cette paix qu’ils étaient seuls à pouvoir s’offrir mutuellement.

Il se retrouvait dorénavant à contempler une infinité aquatique, bien trop serein à son goût au vu de tout ce qui s’était produit, si bien qu’il se pensait un monstre glacial, digne fils d’Oyamatsumi qui devait s’amuser parfois de son sort, lui le manchot lancier inutile. Léger, c’était ainsi qu’il se trouvait, même lorsque les douces prunelles de l’héritière des Shuzen alla vaquer à ses soins des autres passagers plutôt qu’aux siens, paisible alors que l’onmyoji annonça par le biais de son animal fantastique la nouvelle épreuve que le destin s’apprêtait à leur lancer au visage, selon son présage. La réponse de Seiko ne se fit pas attendre et lui ressembla tant que le moine combattant laissa s’échapper un sourire entendu, tant il avait pu entendre les mots qu’elle avait prononcé bien avant qu’elle ne le fit. En réalité, elle n’avait pas terminé sa phrase qu’il se trouvait déjà derrière elle, les genoux au sol, sa main véritable sur le droit de ceux ci, la factice posée au préalable parallèlement.

Sa naginata s’étalait en large face à lui, la pointe vers le Nord, la hampe en direction du Sud. Ses yeux se fermèrent et il débuta simplement la prière du kekkai invoqué par sa belle. Il débuta de murmurer la partie réservée à son ordre, le rôle de ce dernier dans ces situations se contentant de seconder les Jushoku, Onmyoji ou Miko en faisant l’usage :

Bouclier des quatre piliers. Cardinaux guidant le mortel. Sentinelles immémoriales et gardiens éternels. Jigoku ne peut trouver le royaume d’Amaterasu. Si vous bougez, le vent. Si vous cessez, la terre. L’Espoir est l’eau. Le Feu s’incarne dans ma Foi.

Il attrapa alors de sa main valide celle qui n’était plus que bois pour plaquer ses doigts de chairs à leur répliques factices et d’ajouter calmement, ses paupières toujours closes :

Kekkai no Dankū… La barrière de la coupure dans l’espace…

Ce fut tout et afin de s’ancrer dans ces mots qu’il avait prononcé pour lui-même, il alla puiser dans la plus grande force qu’il se savait posséder : celle de ce que son âme éprouvait pour l’hôte d’Oyamatsumi, son amie d’enfance et son amante pour l’éternité à venir. Car il était certain qu’ils en auraient un.
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 407
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Jeu 23 Fév - 4:34


Vous priez avec convictions et c'est presque aussitôt que votre navire ne répond plus à rien. Il est aspiré, s'approche dangereusement d'une immense vague qui devient plus bruyante au fur et à mesure de votre avancée vers elle. Elle est en réalité composée de milliers de morts qui s'agitent et crient alors que leurs flots vous soulèvent et tentent de vous avaler sans autre forme de procès. Leurs cris de détresse et de désespoirs sont autant de supplices à vos oreilles que vous les bouchez instantanément, mais les barrières de vos mains sont bien impuissantes face au vacarme que provoquent ces voix des tourments. Vous voyez certains d'entre vous s'évanouir, d'autres se jeter par-dessus bord. Vous avez embarquez non pas pour une traversée en mer mais dans le plus terrible des cauchemar, sauf que celui-ci est bien réel. Vos sens submergés par cette marrée de morts bien plus compacte que celle qui vous bloqua sur terre, vous vous pensez perdus, vos carcasses abandonnées aux flots. Il n'en est rien, puisqu'un magnifique et vaste bouclier couvrant tout le navire, faute de vous épargner le bruit infernal, vous évite au moins toute l'eau qui s’abat sur lui sans vous atteindre.

Vous reprenez votre chemin, voguant bravement sur des flots souillés, même corrompus alors que vous êtes encore pâles et sourds de la torture qui s'abattit subitement sur vous. Au loin, vous apercevez les ombres des autres bateaux. Ils sont bien peu cependant et vous comprenez que seulement la moitié d'entre eux a survécu à la traversée, cela sans que vous ne sachiez exactement qui était sur quel bateau. Et vous les voyez s'éloigner, doucement, certains sont attaqués...Vous n'avancez plus !

Oui, vous n'avancez plus. Vous ne suivez pas les autres. Vous sentez que quelque chose vous bloque, vous lie à votre position stagnante et bien dangereuse. Tout à coup, devant la proue du navire, vous voyiez une forme obscure et très très longue émerger de l'eau. Elle vous toise de ses yeux entièrement noir sur sa peau d'albâtre. Et ouvrant une bouche pleine de crocs aux lèvres lisses et purpurines pourtant, elle hurle avec force et plainte :

"Mes Ssseveuuuuuuuuuuux !"

Elle enroule ses anneaux puissants et colossaux autour d'une demi-douzaine de soldats qui crient de détresse et qui sont ballottés un temps dans les airs... Et elle les jette sur le pont avec violence ! Morts. La situation critique vous fait comprendre qu'il s'agit d'une bête tout simplement immense et que vous vous êtes empêtré dans sa chevelure. Cela dit, malgré toute sa comédie, la belle n'a pas l'air de souffrir tant que ça et s'enroule de nouveau autour d'un marin Fukyuu dont elle brise la nuque.

"J'ai mal...Ssssiiii mal !!


Citation :
À savoir


  • Seuls Shuzen Seiko, Kagome Katsuya, Akogare Kitai et Furuta Yoshifumi sont attendus dans ce sujet.
  • Vous pouvez poursuivre vos sujets libres dans [Event] Le Soleil des Mers du Centre afin profiter des quatre heures de calme avant la tempête.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Birei et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 1 : le 07/03/2017.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.

Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 124
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Jeu 23 Fév - 12:00

Enfin sortis de ce cauchemar, et heureux d'y avoir survécu, l'équipage de la Bune purent que constater avec consternation leur incapacité à avancer avant d'en comprendre la cause. Prisonniers de la chevelure d'une Nure-Onna, il y avait de bien plus enviables destins, même pour un navire filant droit vers le Yomi. Le monstre s'attaquait pour l'instant à l'équipage, une chance qu'il n'ait pas simplement décidé de broyer le navire tout entier. Il leur fallait trouver une échapatoire, et rapidement, car ils n'étaient clairement pas de taille dans ce combat. Réfléchissant à toute allure, Yoshifumi s'adressa au Taii du navire se tenant à ses côtés.

« Doi-taii, faites au mieux pour distraire cette créature et gagner le plus de temps possible. Dame Shuzen, veuillez vous mettre à l'abri à l'intérieur je vous prie, nous ne pouvons nous permettre qu'il vous arrive quoi que ce soit. Maître Onmyoji, si vous pouvez, par je ne sais quel prodige, entraver cette gêner cette créature nous vous en serons gré : tout le temps que vous pourrez nous faire gagner sera très apprécié. Katsuya-dono, je vous laisse juger de là où vous serez le plus utile.
Marins, attrapez des cordes et suivez moi ! »


Se dirigeant vers l'un des flancs du navire, le Taisa songea qu'il n'aurait pas le temps d'ôter entièrement son armure, il allait devoir faire au mieux. Une fois arrivé au bord et après avoir noué une corde à sa taille, il donna ses consignes aux.marins qui l'avaient suivi tout en délassant ses jambières et toute pièce d'armure dont il pouvait aisément se débarrasser.

« Faites des groupes de trois, avec une corde par groupe. Qu'un par groupe s'attache à la corde et se saisisse d'une lame, les autres, assurez-vous de remonter votre camarade si celui-ci tire deux coups secs sur la corde. »

Certains blêmirent. Avaient-ils compris ce qu'il avait en tête ? Il comprenait que plonger dans ces eaux maudites n'engagent n'enchante guère ces hommes, surtout après avoir traversé la vague mortuaire qui s'en était échappées. Pourtant ne rien faire signifiait rester ici à attendre la mort, et il n'en était pas question. Ils avaient une Kannushi à amener jusqu'à la Faille, alors ils amèneraient la Kannushi jusqu'à la Faille.

« Oui nous allons plonger, nous allons plonger et libérer notre navire de ses entraves pendant que nos frères meurent par dizaines pour nous laisser le temps d'y parvenir ! Si vous préférez rester ici et attendre votre mort je ne vous retient pas. »

Après avoir loué leur courage, leur dévotion et leur foi depuis l'aube, il était temps de les piquer dans leur fierté pour obtenir d'eux le meilleur. Posant son casque à côté des autres pièces d'armure qu'il avait retiré, Yoshifumi bandit haut son sabre pour rallier à lui sa troupe improvisée et plongea dans les flots ténébreux.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Shuzen Seiko

avatar

Kannushi

Messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Kannushi
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Ven 24 Fév - 17:48

Je parle doucement et pourtant, notre Taisa m’a entendue et il soutient fermement mes propos. Furuta Yoshifumi mobilise les inactifs et encourage toutes les âmes présentes du bâtiment à se joindre aux religieux pour les prières. Cet agissement me donne le sourire et je suis emplie d’espoir rien qu’en regardant les autres s’approcher et s’installer pour me donner leur force. Je mesure alors toute l’importance de ce rôle, de cette fonction qu’Itegami m’a demandé d’assumer sérieusement au prix de douloureuses épreuves physiques et mentales.

Les Fukyuu unissent leur foi en lui, leurs croyances en ceux qui nous ont donné la vie et j’en suis émue aux larmes. Ces dernières s’échappent timidement lorsque je ferme les yeux pour mieux retrouver cette communion afin d’appeler à l’aide malgré l’inquiétant climat qui règne sur le bateau. Puis cette voix familière fait rater un battement à mon cœur, comme si le sien s’unissait à celui de tous les autres, le mien y compris. C’est le visage souriant de Katsuya-kun que je découvre, puis le renouvellement de ses vœux de dévouement à mon égard que j’entends.

Je ne peux que l’inviter à se redresser en saisissant sa main, relevant ma tête vers le ciel en espérant profondément que le vent revienne. La mélodieuse chanson de mon aimé fait grimper des frissons tout le long de mon échine et j’ai l’impression sans limite qu’ainsi réunis, pieux, nous réussirons à nous échapper du cauchemar qui nous attend. Le peuple des Glaces est distant, discipliné et solide. Mais il n’est pas dur pour moi de ressentir la peur et les tremblements de mon « grand-frère », en proie à la douleur, ni les organes vascillants de mes confrères bleutés ou maculés, incertains du sort qui nous attend tous.

Et subitement, le voilà notre destin. Je me retourne aussi brutalement qu’il nous fouette et constate avec effroi cette sévère réalité que je ne pouvais pas connaître si loin d’une telle manifestation surnaturelle. La mort, au sens propre comme au sens figuré, se dresse devant nous. L’angoisse de ce mur de souffrance me fait lâcher la main dur Hatamoto et manque de me faire choir. Les cris me tiennent alerte et m’affaiblissent à la fois et je dois me boucher les oreilles pour tenter de trouver une solution à cette fin. Il s’agit bien de la fin pour certains d’entre nous, car certains disparaissent de ma vie aussi vite que de la surface de la Bune.

Mes genoux ne tiennent plus lorsque nous traversons le tsunami mais je ne quitte pas cette belle protection du regard, qui nous maintient au sec de toute la tristesse s’abattant sur nous. J’arrive à voir la pointe de certains mâts d’autres bateau mais je ne peux m’empêcher de penser au Seigneur et à son sort. Pourtant, je ne peux que subir, comme mes camarades, le fait que le nôtre n’avance plus du tout. Puis cette apparition monstrueuse qui s’étend vers le toit du monde, jusqu’à exprimer sa souffrance en tuant des membres de l’équipage. Il n’existe plus de repos... et je ne vois aucune issue, désemparée.

Furuta-Taisa prend les choses en mains encore une fois. Je n’entends pas ses directives, ni l’agitation manifeste qui me tient clouée au pont. Je ne peux que comprendre qu’il me demande de fuir pour éviter d’être un poids et pour ma sécurité. Ma première pensée s’exprime dans un soupire que personne ne peut entendre, peut-être, sauf Katsuya-kun et Kitai, qui sont suffisamment proches.

- Mais qui suis-je pour courir sans cesse loin des enfants du Kami du Froid ?

Je ne vois même pas qui m’entraîne vers l’intérieur, je ne peux que me concentrer sur ces guerriers qui se dévêtissent, la peur au ventre de plonger dans cette eau dégoutante. Instinctivement, je me dégage de ces bras protecteurs et rassurants sans pour autant faire des dizaines de pas pour m’approcher de la créature. D’un ton ferme mais d’une voix basse, je m’adresse alors à elle, plus sereinement que je ne l’aurais pensé, juste pour quérir du fond de mon cœur une once de générosité de sa part, si tant est qu’elle existe.

- Okusama, pardonnez nos offenses, pardonnez nos violences en ces mers qui sont vôtres depuis le temps qui vous appartient. Nos hommes ne veulent que libérer ces nœuds qui vous accrochent à l’humanité... pardonnez aussi leur véhémence. Onegai... Laissez-nous alléger le poids de cette douleur que nous partageons avec vous et nous rendrons notre monde commun meilleur.

Je plonge dans les yeux de Kitai, remettant par ce geste le lest de la vie de mon corps entre ses mains. Puis je m’adresse en un souffle à celui qui m’a choisi comme hôte, répétant inlassablement ma demande de laisser vivre ceux qui nous permettront de respirer encore.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1141
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Ven 3 Mar - 15:43


Le sourire ainsi que la douce chaleur de la main de Seiko ramena l’hatamoto dans une vague d’apaisement sans nom. Il pouvait lire en elle sa dévotion envers Itegami et le devoir de sauver les siens. Souriant, son visage vint pourtant se décomposait la seconde suivante.
Ses oreilles furent bientôt agressées par un son bien plus strident qu’une lame se faisant martyriser. Déposant une main sur l’un de ses tympans afin d’atténuer le bruit, Katsuya souffrait pourtant toujours de ce mal. Tous ses muscles se crispèrent sans exception pour survivre à cette attaque bien inattendue.

Alors que le Tigre résistait comme il le pouvait, il vit ses camarades s’évanouir les uns après les autres ou bien se jeter par-dessus les rambardes pour abréger leur souffrance auditive. Pire, sa « petite sœur » venait de s’écrouler tout en tenant sa tête pour faire cesser les agissements de cette mort qui envahit le Bune. Une fois de plus, il se sentit impuissant… incapable d’aider ses compagnons plongés dans la détresse. Son inquiétude grandissait de minute en minute, d’autant plus lorsque ces pensées ainsi que son regard se portèrent sur le lointain. Le navire qui abrite son seul et unique maître n’était plus qu’une tache parmi les flots qui essayaient d’emporter avec eux le rafiot. Par chance ou bénédiction des dieux, cela ne fut point la conclusion de cet événement élémentaire. Le rituel des religieux ne fut pas vain et sauva de la noyade tout l’équipage. Mais les malheurs n’arrivent jamais seuls. Voilà qu’une Nure-onna fit son apparition, apportant avec elle l’effroi des défunts.

Le hurlement commença à diminuer aux oreilles de l’hatamoto, d’autant plus lorsque son esprit se focalisa sur le nouvel adversaire, qui s’avançait telle une araignée sur sa toile, voulant dévorer ses proies piégées grâce à sa longue chevelure. La majeure partie du bâtiment marin était à présent dans l’étreinte monstrueuse. Enroulant ses doigts sur la tsuka de son arme, le jeune homme quitta rapidement du regard la créature pour se diriger vers la Kannushi, meurtrie par sa propre faiblesse de corps. Cela le frustra et pourtant, la surprise envahit son regard lorsqu’il vit la demoiselle s’approcher de la « femme ».


« Seiko ! » Hurla-t-il tout en rejoignant la demoiselle, s’interposant entre les deux féminins. Il écouta, vigilant cependant, la main toujours prête à dégainer. Seiko suppliait son interlocuteur de ne point entacher davantage le pont d’un liquide différent des eaux bleues. Katsuya ne pouvait que partager les idéaux de son élu des dieux mais le monde est loin d’être aussi roses. Il se tut, ne pouvant blesser de ses paroles l’espoir de la demoiselle qui vint chuter les bras de celui qui lui voua à un amour caché. Au même instant, le Taisa Fukyuu donna ses directives, notamment sur la liberté des mouvements de l'Hatamoto, qui ne répondit que d'un hochement de la tête.

« Sohei-san… Dit-il suffisamment fort pour être audible par l’interlocuteur mais sur un ton calme. Amenez Seiko-san dans un lieu sûr. Je m’occupe de distraire cette créature le temps que le Taisa et ses hommes réussissent à nous libérer. Il tourna le regard vers le religieux. Je compte sur vous. »

Katsuya s’approcha de quelques pas, peu pour ne pas subir un assaut frontal mais suffisant pour atteindre sa cible avec sa camarade de combat.

« Nure-onna-sama, je souhaiterais ne pas devoir vous faire offense de la sorte mais je ne peux vous laisser prendre ceux qui nourrissent la croyance d’Itegami et vivent en Yokuni. Au nom de notre divinité, et de notre Kannushi qui cherche un espoir dans la paix, je vous prierai de bien vouloir vous retirer… »

Il savait pertinemment que ces paroles n’affecteraient jamais une telle créature mais il voulut se convaincre que les yokais n’étaient pas tous dénués de raison ou de sens moral malgré le lieu de l’affrontement…
Revenir en haut Aller en bas
Akogare Kitai

avatar

Sohei

Messages : 73
Date d'inscription : 07/07/2015

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Mar 7 Mar - 14:30

L'équilibre était précaire alors que leur vaisseau vira de bord soudainement, s'arquant face à la déferlante qui tombait sur eux, mais tout particulièrement, il ne voulait rompre sa concentration sous aucun prétexte. Ce ne fut ainsi guère cette vague là, faite d'une eau colérique, qui parvint à défaire le lancier manchot, qui en digne fils de Fukyuu, n'aurait su craindre les flots. Si tant est qu'il s'agisse uniquement de l'Océan qui les nourrissait pour grande partie d'entre eux. Mais à la surface du raz de marée, ses yeux dichromatiques ne le trompèrent pas alors qu'il fut certain de déceler des milliers, sinon des millions d'âmes, leurs bras décharnés et fantomatiques s’agitant dans leur direction, comme s'il souhaitait les emmener avec eux du lieu même d'où ils émergeaient. Bientôt, ce qu'il vit fut rejoint par ce qu'il entendit, quoique le mot n'était pas le bon.

Si la première onde n'avait été qu'aquatique et n'était pas parvenu à faire chanceler le sohei en prière, la seconde, faite d'un mur impitoyable d'une saturation sonore indescriptible, si dense qu'elle en possédait une physique bien vivante, le poussant immédiatement à rompre sa position seiza. Il se recroquevilla instinctivement, sa tête le menaçant d'exploser à n'importe quel moment. La douleur indicible dans laquelle il fut plongé trouva écho dans sa plus jeune enfance, tandis que les flammes cuisait la peau de son visage, de son cou, de son dos. Sa main valide se planta dans le pont du bateau et ses ongles se fissurèrent alors qu'il en griffait la surface, le mal qu'il en ressenti bien trop infime pour lui faire oublier le précédent. Aucune pensée logique n'aurait pu le secourir, il ne sut même plus qui il était, ce qu'il était, ni pourquoi il se trouvait là à subir cette torture… Puis ce fut la fin. La fin de ce cri impossible, instantanément, sans décroître subtilement.

Cela s'arrêta et c'était tout. Kitai releva les yeux vers les bords du navire, le spectacle grandiose du kekkai les ayants protégé du rouleau qui les aurait mené au jigoku lui ayant échappé, tant il s'était contracté sur lui-même. Dans un second temps, il chercha nerveusement du regard sa kannushi sur laquelle ses prunelles tombèrent sans mal, la trouvant à genoux, ses joues rosies de larmes, transie à la vue du bouclier qu'ils avaient dressés de leur foi mutuelle, s'effritant à son tour. Il se releva afin d'aller lui apporter son soutien, mais un coup d'oeil lui fit stopper tout mouvement alors qu'il constatait avec effroi autour d'eux, à l'horizon, ce qui restait de la flotte. Se dirigeant vers le pont bâbord, il tenta de faire état de ceux qui restaient, mais l'entreprise était impossible, tout enfant d'Oyamatsumi était-il. Leur objectif était peut être dores et déjà perdu, un élu céleste engloutit par les flots rageurs à jamais.

Il se demanda enfin pour quelle raison les nefs survivantes allaient elles aussi vite, alors qu'eux même se trouvaient sous le vent, les voiles gonflées sans que cela ne sembla plus faire le moindre effet sur leur progression. La raison de cet arrêt soudain ne se fit pas attendre, se hissant sur le pont de leur bune, sifflant sa soit-disant douleur avant d'emporter dans la mort une dizaine de marins enroulés dans ce qui semblait être les cheveux impossible de la créature. Les légendes seules firent écho à ce que ses iris pouvait voir. Aucune nure-ona n'était jamais apparue devant lui, plus proche des montagnes qu'il était, les yokais de la mer restait un mystère, malgré le sang qui coulait dans ses veines. Il n'avait cependant pas à réfléchir, aussi rua t-il, attrapant dans le même mouvement la hampe de son arme fétiche qui avait glissé loin de lui durant la tempête, la calant derrière son dos et ses coude repliés pour tournoyer en tranchant les liens capillaire immonde tentant de soustraire à l'équipage encore plus des quelques vies qui le composait.

Ce n'était pas la danse la plus appropriée pour procéder de la sorte, mais dépourvu de sa vraie main gauche, il lui était impossible d'en exécuter la plupart et il devait s'en satisfaire tandis qu'il réduisait la distance le séparant de son véritable objectif. Aucun ordre d'un Taisa ni les moindres mots d'un Hatamoto n'auraient pu s'imposer à lui, ni précéder la décision qu'il avait déjà prise quand ses jambes s'étaient montrées capables de le soulever à nouveau. La seule chose qui importa fut qu'il se trouva là quand chût l'enfant des Shuzen, qu'il attrapa au moment même ou sa lance trouvait le sol à sa place, l'arme tombant en faveur de la kannushi dont le poids n'avait jamais représenté un fardeau pour le moine combattant. Son rôle était celui ci et cela n'avait pas à être autrement. Il laisserait ainsi aux autre le soin d'en découdre avec le monstre marin, puisqu'ils savaient ce qu'ils faisaient autant que lui. Du moins, l’espérait-il, car il était parfaitement sûr de sa seule mission. Une fois Seiko étreinte du mieux qu'il pouvait, il couru en poupe afin de l'écarter au plus loin du Yokai, sans jamais perdre ce dernier ni ses mèches violentes du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 407
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Mer 8 Mar - 23:00


Tantôt priée, tantôt défiée, la terrible et égoïste Nure-Onna est bien loin de vous prendre en pitié. Elle ondule et ses mouvements emportent le navire avec elle à travers les flots. Ce sont bientôt des larmes sombres qui s'écoulent de ses yeux d’abîme sans fond. Elle n'a cure de vos existences, tout juste les quelques vies de l'équipage broyées entre ses anneaux l'amusent quelques secondes.

Elle darde un instant ses yeux sur l'homme à la peau brune qui lui parle tandis que d'autres plonges, mais soudain, son regard reptilien est attiré par ce danseur de foi qui, sans respect aucun, coupe devant elle cette chevelure qui fait sa fierté. Choquée, elle se hisse et hurle de rage et alors qu'il écarte la Kannushi, ses anneaux vastes et puissants s'approchent de lui, jusqu'à glisser ses écailles nauséabondes sur son visage, l'arrachant sans douceur à sa dulcinée...

Ils sont d'autres qui n'ont pas eu le courage de plonger avec leur Taisa, pour couper les cheveux de cette bien coquette donzelle. Elle leur réserve le même traitement, mais c'est bien lui qui a initié ce comportement. Aussi, la Nure-Onna lui fait doucement quitter le navire, songeant à comment il allait bien pouvoir réparer cet affront.

Le désespoir est lisible sur une bonne partie des têtes de cet équipage. Si certains aident le pauvre jeune homme à se tirer de cette mauvaise position, d'autres foncent sur le Yokaï en hurlant et le blesse entre les écailles, les derniers préfèrent encore se jeter à la mer et couler lentement à cause de leurs armures, sous les regards surpris de leur courageux supérieur et de ceux qui l'ont suivis. Cependant, aucun pendentif ne flotte, aucun pendentif ne coule, ils brillent tous d'un vert de jade sain et sans tache sur le navire.


Citation :
À savoir


  • Seuls Shuzen Seiko, Kagome Katsuya, Akogare Kitai et Furuta Yoshifumi sont attendus dans ce sujet.
  • Vous pouvez poursuivre vos sujets libres dans [Event] Le Soleil des Mers du Centre afin profiter des quatre heures de calme avant la tempête.
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Birei et à moi les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 1 : le 20/03/2017.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.

Revenir en haut Aller en bas
Shuzen Seiko

avatar

Kannushi

Messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Kannushi
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Sam 11 Mar - 12:28

Toutes ces voix et ces corps qui s’agitent. Je les vois, je les entends se noyer dans la détresse. Parfois des souvenirs me reviennent, des songes de ce temps où je m’amusais pour la première fois avec Katsuya-kun dans les jardins de Gakushiki... Puis ce temps, pas si lointain, où je trouvais enfin le bonheur avec Kitai. C’est une pensée soudaine pour mon frère, mon dernier frère, qui m’achève. Cette chasse à l’homme lancée à son encontre avant mon départ pour Okaruto a-t-elle aboutie ? Que se passera-t-il si nous revenons sur nos terres de glace ? L’unique réponse à cela est : violence... extrême cruauté qui se dessine aussi lorsque je me rappelle que mon aimé se bat aux côtés de ces guerriers, malgré son handicap.

Ce sont les paroles bienveillantes du Hatamoto qui me ramènent à la réalité. Lui aussi veut m’écarter, qu’on me mette à l’abri. Et ma seule réflexion est alors de me demander si cela vaut vraiment la peine. J’ai finalement accepté ce rôle qui est le mien. Et je suis prête à l’assumer totalement, à perdre la vie pour les miens, pour Fukyuu, pour Yokuni. Mais alors en quoi suis-je différente de ces soldats qui trempent dans la terreur, qui foncent au front et meurent les uns après les autres ? Pourquoi ne puis-je pas rester près d’eux, leur apporter du soutien physique et psychique ? M’en pense-t-on incapable ?

Je comprends vite que non, car les mots de mon ami vont dans le sens des miens et cherchent à ramener la sérénité. Emprisonnée dans les bras de mon danseur de foi m’entraînant plus loin, je suis confrontée à une envie irrépressible de me dégager une nouvelle fois pour les aider tous. Je m’apprête à le faire, pourtant encore cramponnée à ma source de vie, déterminée à m’éloigner du mal. Mais je sens le navire couler, étreint par les cheveux du Yokaï qui nous attaque et ma raison m’empêche le lutter. Je peux encore la voir pleurer. De tristesse ou de joie, je ne saurais le dire... mais elle pleure et nous fait subir cette émotion.

Je pensais alors avoir déjà vécu le pire en manquant de perdre Kitai, ce jour-là. Mais cette peur qui déchira mes entrailles est de retour, plus intense encore, lorsque la créature hurle et m’arrache mon Sohei pour l’amener plus près de son visage dégoûtant. Le désespoir me fait m’accrocher à sa main de chair et son vêtement mais mes maigres forces ne suffisent pas à retenir mon protecteur qui s’en va vers une mort certaine. Les plus vaillants guerriers et religieux tentent de le libérer de ces liens mais l’agacement de la Nure-Onna grandit, faisant fuir les moins courageux.

Mon cœur se serre, si fort, victime de mon impuissance. Cette dernière me pousse à rester cachée quelques instants et à me demander si les guerriers au fond des eaux sont toujours vivants. Puis la lumière arrive, verte comme l’espoir que j’avais, il y a un instant seulement. Je vois mon pendentif s’illuminer et ceux restés sur le bateau faire de même. Alors je trouve la force de me lever et de saisir mon arc, appelant le soutien de Bankichi qui se présente plus sérieux que jamais sous forme humaine.

- Il faut tous les rassembler, Ban, dis-je d’une voix assurée mais tremblante d’émotions. Peux-tu aller chercher ceux qui peuvent brandir leurs talismans ?

Un simple hochement de tête et mon gardien va quérir les lumières que nous ne pouvons voir depuis notre position. Je retrouve Katsuya-kun et chaque camarade du regard, posant finalement ma voix afin de m’adresser à chaque être téméraire et volontaire de ce bâtiment, sans tenir compte de l’énervement plus intense de notre assaillant.

- La peur, la folie et la haine ne doivent pas prendre le dessus. Nous voulons tous nous en sortir, sauver Yokuni de la torpeur dans laquelle elle est plongée depuis des mois. Alors pensons au repos des âmes que nous venons de perdre et utilisons l’espoir pour chasser les ténèbres. Sauvons nos camarades de la noyade et détruisons ce qui nous empêche d’avancer. Il nous faut des forces pour continuer et les Kami vont nous les prodiguer !

Je vois Bankichi revenir en courant avec des renforts étincelants et je souris lorsqu’on me tend une flèche à encocher.

- Battez-vous avec la foi au ventre, dis-je en enroulant mon pendentif autour de mon projectile. Croyez en ces protections que l’Impératrice nous a offertes. Ils vont nous aider... si nous croyons en eux.

Je me retourne ensuite vers mon objectif, dirigeant la pointe vers l’œil du monstre emprisonnant mon tout, repensant profondément aux principes du kyûdô pour me mettre en position.

- Je veux sauver Kitai, dis-je en boucle et dans un murmure que seuls les plus proches peuvent entendre.

Puis je décoche ma flèche, la lumière des pendentifs s’unissant à mes convictions et mon amour sans limite.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Kagome Katsuya

avatar

Admin
Hatamoto

Messages : 1141
Date d'inscription : 26/04/2013

Feuille personnage
Age: 28 ans
Titre: le Tigre blanc de Fuyu
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Dim 19 Mar - 9:53

Le regard sans pupilles de la créature croisa bientôt celui de Katsuya qui se figea de stupeur. A la fixer de la sorte, ses pensées s’enfoncèrent de plus en plus dans ces ténèbres qui propagèrent en son âme une peur, ainsi que les souvenirs les plus douloureux émotionnellement. La mort de son père puis celle de Yukimura ainsi que des Taishos Fukyuu. D’autres, encore inexécutées, apparurent ensuite. Sa mère… sa sœur… Mitsuko… Minato… Seiko… Tous se voyaient dévorer par les flammes du territoire neutre. Le Tigre en trembla. Cela faisait des années que cela ne lui était pas arrivé, la dernière fois étant lorsqu’il fit face à Yukimura-sama pour devenir l’Hatamoto du clan. A cette époque, ses tremblements étaient de ne pouvoir protéger convenablement son nouveau maître. Aujourd’hui, la cause n’avait pas changé et ce qu’il affrontait en cet instant pourrait bien lui voler ce qu’il protège depuis tant d’années…

Il resta paralysé, oubliant ce qui l’entourait si ce n’est la créature infâme. Malgré les longs tentacules qui se rapprochaient doucement de lui, il ne bougea point ; jusqu’à l’audition du hurlement du Yokai pleurant pour sa chevelure. C’est alors qu’il aperçut le Sohei, protecteur de la Kannushi, prisonnier des anneaux meurtriers. Sans réfléchir, Katsuya décida de se précipiter vers le jeune homme pour lui venir en aide mais à peine fit-il un pas, qu’une onde d’effroi le parcourra pour rejoindre sa blessure latérale. La douleur se réveilla brutalement et fit souffrir l’hatamoto qui dût stopper immédiatement sa course ainsi que déposer un genou à terre. Se tenant l’endroit de souffrance, celle-ci ne réussissait point à passer. Pire encore, elle s’intensifia à chaque seconde où le jeune homme se focalisait sur elle. Son regard se tourna vers la plaie, persuadé qu’une créature plongeait ses ongles aiguisés dans sa peau, cherchant à arracher ses côtes.
Les dents grinçantes, le visage grimaçant, Katsuya ne pouvait que rester là, à voir ses camarades combattre ou bien abandonner leur vie à l’océan ténébreux.

Une lueur d’espoir fit cependant son apparition. Elle était brillante d’un jade parfait, accompagné de deux ambres déterminés. Bientôt, une voix se répercuta sur tout le navire, appelant à un rassemblement mais également au combat. Il n’en fallait pas plus pour l’Hatamoto qui, non sans mal, essaya de se relever malgré la douleur. Bien trop présente, cette dernière l’empêcha cependant de combattre. Il prit alors la décision de rejoindre avec lenteur la demoiselle, prêtre à fendre les airs de sa flèche bénie.
Une fois à ses côtés, Katsuya s’écroula avant d’adopter une position en seiza. Les paroles qu’il essaya de transmettre furent faibles. Il espéra qu’elles puissent être entendues des plus proches.

« La prière est la seule arme que je peux utiliser en cet instant. J’en appel à ceux vouant leur vie à nos Kamis. Utilisez cette foi qui vous envahit pour soutenir notre Kannushi. »

Pour un Hatamoto, ne pouvoir brandir son arme pour défendre les plus faibles était inacceptable. Katsuya se sentait une fois de plus inutile. Il se convainquit cependant que sa croyance en Itegami pourrait être assez forte. Ecoutant ses propres mots, il joignit alors ces mains avant de fermer son regard sur ce monde détruit et dirigea ses pensées sur le jade brandit par sa petite sœur de cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Akogare Kitai

avatar

Sohei

Messages : 73
Date d'inscription : 07/07/2015

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Mar 21 Mar - 23:47

Cela n'avait pas suffit… Il n'aurait pourtant pas plus être conscient de son environnement. C'était là sa spécialité, son domaine de prédilection. Kitai était un bon lancier et avait développé un talent indéniable au naginata, mais son vrai don du ciel tenait dans son expertise du terrain. Il s'y adaptait, en faisait son allié mieux que personne… Mais ça n'avait pas suffit. Son bras manquant n'y était pour rien, la vivacité de ses mouvements non plus n'étaient pas affectée par cela.

Bien qu'il fut loin d'être pleinement remis de la soustraction de l'un de ses membres, son équilibre lui était revenu bien vite grâce au bois imitant le poids de ce qui avait été perdu. Rattrapé de façon impossible par la créature qui l'arracha à son tout, malgré l'étendue de ses capacités, le destin apparu se jouer de tout ceci tandis qu'il senti l'étreinte du monstre tout autour de lui. Les anneaux se resserrèrent autour de lui, son seul bras droit hors de la prison d'écailles l'étouffant, les sutures encore récente de son moignon sur l'antérieur factice débutant de céder très lentement.

Quoique la Nure-onna ait décidé pour lui, elle profitait de chacune de ses expiration pour serrer d'avantage, l'empêchant de reprendre totalement son souffle. Le sohei n'entendit ni ne vit ce qui se passa sur le pont du navire, il ne fut conscient d'aucun plan mis en œuvre dans l'optique d'aller à sa rescousse ou les échecs cuisants que rencontraient les guerriers des glaces face à cette menace. Il n'avait simplement aucune intention de mourir ici.

Il s'était déjà abandonné une fois, dans la neige, ses dernières pensés se dirigeant vers une héritère des Shuzen dont il était certain qu'elle irait bien. Ce n'était pas du tout ce qui s'était passé et elle avait manquer le pire de peu. Alors non, il n'allait pas se laisser abattre ainsi, bien que désespéré fut sa situation. Il frappa de sa main libre de toute ses forces à maintes reprises au poing nu sur la bête, jusqu'à ce que son propre sang à psalmodier qu'il n'abandonnerait pas Seiko lorsqu'il vit émaner une lueur émeraude de son collier récemment acquit sur la plage de Hokori.

Le fait en soit ne lui importa pas, il ne fit aucune corrélation de la protection qu'il était censé lui offrir. Il l'arracha de sa main libre et se mit à lacérer le yokai, le poignardant de cette petite pointe verdâtre tant bien que mal. Le hurlement qu'il poussa alors qu'il y mettait toute ses dernières forces était court, tant le souffle lui manqua, mais dans ce qu'il laissa s'échapper de lui, aucune peur ne le trahit, sinon une impitoyable rage et l'envie évidente de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Souteigai

avatar

Maître du Jeu

Messages : 407
Date d'inscription : 20/06/2013

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Jeu 23 Mar - 1:15

Porté par les anneaux de la Nure-Onna, Kitai s’élève dans les cieux vers la bouche déjà ouverte de la créature et perd un peu de son souffle à chaque seconde. Celle-ci, prête à avaler le sohei tout rond, évite la flèche qui lui était destinée et qui finit dans l’eau avec la précieuse amulette. Les secondes passantes vous font deviner que tout est fini pour le pauvre lancier…

Cependant, les eaux croupies et souillées dans vos environs se teintent de vert et la créature, jusque là insensible aux lacérations de la pointe de jade, hurle d’une souffrance belle et bien réelles cette fois-ci. Elle lâche le sohei et tire, se débat comme un diable pour se démêler de votre navire et partir de ces eaux perfides à son regard. Comme ses cheveux sont sectionnés, elle y arrive aisément et fuit durant quelques précieuses minutes, suffisantes pour laisser au plongeur l’occasion de revenir de leur pêche, non sans donner un coup de queue à côté de votre navire. Celui-ci file comme il ne l’a jamais fait.

Mais l’amulette de la Kannushi est perdue, la laissant vulnérable à la souillure. Un soldat sensé lui offre la sienne.

Les dangers écartés, après quelques minutes, vous poursuivez votre traversée. Un marin annonce alors que des terres sont en vue, cependant le ton qu’il emprunte n’a rien de réjouissant. En effet, vous devinez sous de lourds nuages, une île lugubre montée par des monts nombreux, escarpés, sombres et tranchants, silencieuse, dépourvue de toute vie, comme tout à fait morte et dont les plages sont grises. Vous débarquez sur la Faille.

Fin de la deuxième partie de l'Event

Citation :
A savoir

  • Vous pouvez ici réagir à ce qui vient d’être écrit, puis décrire votre arrivée et débarquement sur l’île. N’hésitez pas à poser vos questions sur le discord si vous voulez étoffer vos descriptions.
  • Ne serait-ce pour rester témoin des événements, j’attends chacun d’entre vous dans ce dernier tour...
  • Nous donnerons à chaque fin de post de nos parts à Souty et à Birei les dates de la fin d'un tour.
  • Fin du tour 4 : le 04/04/2017.
  • Des questions ? Veuillez en parler au Staff qui les remonteront dans la conversation du staff.

Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 124
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Ven 24 Mar - 11:16

Bien incapable d'observer le déroulement des combats depuis son point de vue sous-marin, Yoshifumi ne pouvait qu'espérer que ses compagnons encore sur le pont parvenaient à faire jeu égal avec l'aberration qu'ils affrontaient. De son côté il tranchait au tantô toute mèche qui semblait s'être entrelacée avec le navire sous le regard vide de quelques samurai noyés dont les armures les poussaient lentement vers le fond.

Son pendentif s'était mis à luire d'une douce lumière verdâtre qui avait le mérite de l'éclairer dans sa besogne et, sans doute, de le protéger de la souillure de ces eaux maudites. Quand il remontait à la surface pour reprendre sa respiration, il pouvait constater qu'il en était de même pour ceux des autres plongeurs et des cadavres en perdition. Cela donnait à l'eau une étrange atmosphère et rendait la scène presque irréelle.

Sans qu'ils ne puissent savoir pourquoi, la Nure-Onna se mit en mouvement, repartant aussi vite qu'elle était venue. Voyant que leur navire ne repartait pas avec elle, le Taisa en conclu qu'il avait accompli sa mission et qu'il pouvait désormais remonter, arrachant au passage des cous des morts à sa portée les précieux talismans impériaux.

Une fois à bord il félicita tout l'équipage pour cette victoire et inspecta le navire de fond en comble aussi bien pour déceler une éventuelle voie d'eau dans la coque que pour faire l'état du moral des troupes. Il échangea quelques mots encourageant avec des soldats, leur assurant que le plus dur était désormais derrière eux et qu'ils pourraient bientôt fêter leur victoire tous ensemble. Il leur recommanda cependant de ne pas encore baisser leur garde car cette maudite Faille leur réservait bien encore une dernière surprise.

Une fois qu'il fut à peu près sec, et alors qu'on annonçait une terre en vue, il enfila de nouveau son armure. Cette île n'existait pas, c'était une évidence pour tout ceux qui avaient un minimum étudié les cartes de la région, il était donc nécessaire qu'ils s'y arrêtent car ils avaient sans doute sous les yeux la manifestation physique de la Faille, sinon celle-ci était sous l'océan et il leur serait bien impossible de l'atteindre. Yoshifumi espérait pouvoir y faire la jonction avec le reste de la flotte, certainement déjà arrivée sur place. Ne voyant aucun navire sur la plage grise se déroulant sous ses yeux, il se demanda à quel point la Nure-Onna les avait fait dévier de leur trajectoire. Se tournant vers ses hommes il donna l'ordre d'accoster et leur communiqua ses consignes.

« Nous allons perdre un peu de hauteur pour repérer le reste de notre flotte pour les rejoindre. En attendant redoublez de prudence, je crains que cette île ne cache plus d'un danger... et qu'elle ne soit pas si déserte qu'elle tente de nous le faire croire. »

Alors que les manoeuvres nautiques commençaient, Yoshifumi alla s'enquérir de l'état de Katsuya. Il l'avait vu mal en point en revenant sur le pont et avait préféré le laisser se reposer jusque là, mais maintenant qu'ils arrivaient à destination il avait besoin de savoir dans quelle mesure il pouvait encore se reposer sur lui. Il craignait cependant de ne plus pouvoir compter sur sur ses propres ressources pour la suite des événements... à son grand regret.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Akogare Kitai

avatar

Sohei

Messages : 73
Date d'inscription : 07/07/2015

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Dim 26 Mar - 17:01

Frappant comme un beau diable, poussant ses forces jusqu'à leur point de rupture, il sentit l'étreinte des anneaux de la créature se desserrer soudainement, tandis même qu'elle s'apprêtait à le dévorer dans son entier. La logique de sa chute imminente le prépara à se réceptionner, car il ne se faisait aucune illusion sur le fait que d'aucun ne se serait risqué à venir lui porter secours au pied unique d'un tel démon. Soulagé de cet étau d'écailles, il chu en fixant le sol pour se rattraper de la façon la plus idéale et éviter de se blesser plus qu'il ne l'était déjà.

Après une roulade maîtrisée en véritable petit singe, Kitai fit état de son bras d'échange, constatant que celui ci avait tenu à peu prêt bon. L'étude ne dura qu'une fraction de seconde, car aussitôt fut il certain que malgré tout ce qui s'était passé, il était bel et bien indemne, le sohei couru à la rencontre de sa kannushi et bien plus que cela qui tenait encore dans ses mains son arc. Il aurait tant souhaité la prendre dans ses bras, la serrer contre lui et l'embrasser de la trouver ainsi intacte, mais il se contenta de poser un genou à terre et de s'incliner, légèrement plus proche que l'usage aurait voulu et posa alors la question qui lui brûlait les lèvres :

Ô-Shuzen-sama, vous portez vous bien ? Je vous présente mes excuses pour avoir fait défaut à ma mission sacré en vous abandonnant là lorsque ce démon aura surgit pour me séparer de vous. Ceci n'arrivera plus, Sore wa yakusokudesu.

Il en aurait voulu bien plus, c'était un fait, mais il retint ses envies, prenant congé après un instant et allant retrouver son arme fétiche qui avait glissé du fait des remous provoqué par l'échauffourée. Lorsqu'il se releva, ce fut pour distinguer l'horizon secret, couvert d'une nasse si épaisse que la lumière semblait incapable de la traverser. Le rideau s'écarta plus vite qu'il ne l'aurai cru, laissant apparaître une île faites de falaises écorchées et des rivages si serrés qu'il en doutait presque de la possibilité de débarquer.

Les rayons de Dame Soleil avaient totalement cessés d'apparaître, abdiquant des cieux en faveur d'une Lune impitoyable et bien trop vaste pour être honnête, éclairant de façon blafarde les environs, ces derniers n'évoquant aucune autre couleurs que des nuances grisâtres inquiétante. Si il ne trouvait rien à redire aux ordres d'accostage du Taisa moustachu, sa volonté de prendre des hauteurs lui apparu bien improbable, au vu de l'escarpement de la muraille de pierre qui se dressait de part et d'autre d'eux, ne leur laissant pour choix que d'infiltrer la crevasse qui leur faisait front. Il haussa néanmoins les épaules, le samouraï commandant aux siens, il se rangerait aux seuls mots de Seiko, qui dominait autant son ordre que son propre cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Shuzen Seiko

avatar

Kannushi

Messages : 140
Date d'inscription : 28/10/2013
Age : 27

Feuille personnage
Age: 26 ans
Titre: Kannushi
Liens:

MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille Dim 2 Avr - 15:23

Emplie d’une volonté sans limite et nourrie des prières de chaque personne présente sur ce bateau, je suis ma flèche du regard, comme si elle virevoltait au ralenti jusqu’à Kitai. Puis la créature évite mon attaque, aussi parfait fut mon tir, aussi certaine fus-je de réussir à sauver mon danseur de foi. Mon cœur rate plusieurs battements et je manque de défaillir mais je fais un pas en avant pour retenir ma chute, les yeux plissés pour mieux distinguer les élans de vie de mon Sohei, convaincue qu’il ne mourra pas ici, malgré mon échec.

L’eau entière semble réagir à nos prières et à l’union de tous les êtres bataillant comme des forcenés. Enfin, la bête laisse glisser Kitai vers la liberté et mon souffle se coupe à l’idée qu’il pourrait être blessé dans sa chute. Voyant que la créature lutte contre l’aide apportée par les amulettes, je me précipite vers l’ancien captif, atterri sans complications sur le bateau, manquant encore une fois de trébucher lorsque l’ultime coup de la Nure-Onna démontre son mécontentement.

Tandis que les plongeurs remontent un à un de leur exploration risquée, un soldat m’interpelle pour me tendre sa propre protection. Je manque de la refuser pour mieux me concentrer sur mon gardien mais la saisis tout de même du bout des doigts en hochant la tête, pour ne pas offenser l’inconnu. La corde de l’amulette enroulée autour de mes doigts resserrés sur eux, je pose alors enfin mes yeux sur un danseur de foi si formel que les larmes m’en montent directement aux yeux. Cela ne dure cependant pas longtemps, un profond soupire me permettant de profiter de sa voix et du simple fait qu’il soit en vie et sans séquelles graves. Je lui adresse quelques gestes, sans le toucher ou parler, juste pour lui montrer que je ne suis pas blessée.

Une fois sûre qu’il ait récupéré son arme, je regarde dans la même direction que tous à l’annonce d’un débarquement. Un autre soupire me permet de reprendre quelques forces, pendant que je raccroche mon arc autour de mon buste tout en attachant ma nouvelle amulette autour de mon cou et je me laisse guider par les flots vers notre destination aussi peu rassurants que les vagues salies. Les frissons ressentis de par l’ambiance et les lieux peu rassurants de ce que je soupçonne être l’antre du mal, ne me découragent pas pour autant et je pose le pied à terre plus déterminée que jamais.

Attentive à l’arrivée de chaque confrère, je les parcours d’un regard, comme pour vérifier qu’ils soient tous là... alors que je n’en sais strictement rien. N’ayant pas le temps de juger dans quel état seront les autres bateaux à arriver, j’écoute les premiers ordres de Furuta Yoshifumi. Ne m’y retrouvant pas, je cherche Katsuya-kun afin de lui adresser un sourire et un peu de courage pour qu’il supporte au mieux sa blessure, en attendant des soins plus approfondis. Puis je m’adresse encore une fois à tout le monde, après avoir cherché du soutien dans les yeux de mon aimé.

- Nous avons tous nos limites, Fukyuu ou Impériaux... Combien d’excuses ai-je entendues sur ce bateau ? Qu’il s’agisse de guerriers ou de religieux, il est pour moi à chaque fois plus douloureux d’accueillir vos sentiments de défaite. Mais regardez, nous sommes pourtant là ! Fatigués, amochés pour certains, découragés pour d’autres et cela complique notre tâche...  Mais nous avons tous donné le meilleur d’entre nous en mer et il va falloir continuer sur terre, à présent. La lumière peut encore briller, nous l’avons vu.

S’il est une prière que je souhaite vous adresser, c’est celle de garder espoir et de croire en vos capacité à vous en sortir. Il ne sert à rien de demander pardon si vous mourez au combat, car il s’agira d’une fin et de l’accomplissement de ce que les Dieux vous auront demandé. Si vous survivez, c’est qu’il n’est aucun pardon à obtenir puisqu’ils ont encore besoin de vous. Alors... Onegai shimasu, préparez-vous à être fier d’agir pour sauver ce qui vous et nous tient à cœur.


Je m’incline légèrement et regarde le dirigeant de l’armée présent.

- Mais tenez aussi compte des freins qui sont ceux des hommes, Furuta-Taii... Deux de mes frères sont morts au combat parce qu’ils ont sous-estimé leurs capacités à faire face. Je suis loin de diriger des armées mais il me semble difficile pour nos hommes de grimper ces monts escarpés et ils n’auront aucune honte à ressentir de ne pas y parvenir. Je préfèrerais qu’ils conservent leurs ressources et ne voudrais pas que nous perdions des vies inutilement en voulant trop nous retourner sur ce que nous ne savons pas avoir perdu.

Vous tenez la décision entre vos mains et je serai la première à me rendre disponible pour soigner les blessés. Il nous faut pourtant aussi conserver nos forces pour des actes utiles aux horreurs qui nous attendent. Je prie déjà ardemment Itegami pour quérir sa force et son énergie mais il ne pourra pas dépasser les limites de mon corps fragile bien longtemps, si je dois apporter mon aide à chaque vaillante personne. Qu’en pensez-vous ?


Je n’attends pas de réelle réponse de sa part, satisfaite d’avoir simplement annoncé mes intentions. Je soignerai s’il le faut, je prierai s’il le faut et je combattrai s’il le faut également. Peut-être que le pire nous attend mais c’est désireuse de leur transmettre une envie de vivre inébranlable que je parle avec assurance pour la première fois en tant que Kannushi.


L -M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event] Le Seigneur des Mers face à la Faille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poséidon, Seigneur des Mers et des Océans
» A quand le reveil citoyen face a l'insecurite ?
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» le trone du seigneur demon!


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..