AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le Nouvel Or Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Le Nouvel Or Noir Sam 4 Mar - 22:52


Bienvenue à Setsu



- Je crève de chaud… Mais comment font ces gens pour supporter ça ?
- Arrête de te plaindre, Masamune, je t’avais dit de voyager léger pourtant.
- Et comment je suis censé protéger mon Taisa sans armure ?! ,rétorqua le cavalier en se retournant sur sa selle.
- Tu fais comme d’habitude, mais avec moins de protections.

Nobu pressa son destrier et doubla son garde du corps mécontent. Les routes impériales pavées étaient une bénédiction, reliant les capitales entre elles, le temps de voyage s’en trouvait nettement réduit. De Kaze à Moe, il ne fallait pas plus de quatre à cinq jours sans presser le pas. Les deux hommes venaient à peine de passer la frontière de leur clan d’origine, Eiichiro, se rendant à Hibana, pour affaires. Ils avaient perdu un certain temps au poste frontière, les gardes s’étonnaient de voir un Taisa en voyage avec une escorte aussi mince, et un anonymat somme tout relatif. Au poste Setsu, on l’avait averti qu’on le garderait à l’œil, ce à quoi répondu Nobu qu’il doutait que deux cavaliers Eiichiro fasse trembler le pays, à moins que les militaires Setsu soient dans un état pitoyable. Par chance, Masamune a coupé court à la discussion et éviter un énième incident diplomatique : son Taisa était ainsi, parle mal, répond mal. Heureusement que le thé proposé aux relais de ce pays voisins étaient plutôt réussi, de quoi calmer les émotions et reprendre la route plus sereinement.



- Je n’aime pas ça… On passe vraiment pour des cibles ambulantes. Taisa, on aurait au moins pu se couvrir un peu mieux, tout le monde nous regarde.
- Qu’importe, qu’ils regardent, tant qu’on me laisse passer, répondit sèchement Nobu sans regarder son compagnon. De toute manière, il y a peu de chances qu’on porte atteinte à ma vie, ici.
- Et pourquoi donc ?
- Sur les routes c’étaient une chose, mais en ville devant tout le monde… Imagine un peu, un Taisa Eiichiro est assassiné à Setsu, en public, c’est le meilleur moyen de déclencher une guerre ouverte. Et par les temps qui courent, personne ne veut d’un autre conflit sanglant.
- Comment en être aussi sûr… ,avoua Masamune en baissant la tête. Il n’empêche que je n’aime pas cette idée de venir ici…
- Arrête de geindre. Tu as fait serment de me protéger, alors tu t’y tiens. De plus, je te fais voyager, tu n’avais jamais visité Setsu, non ?
- Jamais. Et je comprends mieux pourquoi. ( Masamune écarta ses plaques d’armure pour tenter de respirer. ) Je baigne dans mon kimono, c’est horrible.
- Tu aurais tout autant baigné à Okaruto, crois-moi. C’est humide au possible.
- J’ignorais que t’avais autant été sur les routes, Nobu.
- Entre deux permissions, et quelques autorisations obtenues sous la table, oui, j’ai pu me permettre de rendre visite à nos voisins. ( Nobu arrêta son cheval et désigna de la tête un grand bâtiment sur leur droite. ) On a rendez-vous là-bas.
- Qui doit-on rencontrer ?
- Une personne qui nous reconnaitra, tout bonnement.
- Un saut vers l’inconnu ? Autant de relâchement ? Tu es malade ? Je ne te pensais pas comme ça, ironisa le Taii.

Nobu lui lança un regard noir si efficace que Masamune se retourna en faisant mine d’avoir été appelé. Une défense pathétique pour un gars qui n’est même pas en territoire connu. Le Taisa se fraya un chemin jusqu’au large bâtiment qui s’avérait plus être une grande terrasse couverte où l’on pouvait profiter des joies du marché ambient. Assez haut pour passer sur leurs chevaux, les deux cavaliers restèrent en bordures pour ne pas gêner les piétons et firent un premier tour pour reconnaitre les lieux, espérant que leur contact les remarque. Nobu laissa sa main reposer sur la poigné de son sabre, ce qui n’échappa pas à l’attention de Masamune qui ironisa de nouveau.

- Peu de chances que l’on nous attaque, n’est-ce pas ?
- Pour dissuader les voleurs, tu devrais en faire autant. A cheval, on a les besaces qui trainent à bonne hauteur.


Dernière édition par Kumon Nobu le Mer 8 Mar - 21:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: Le Nouvel Or Noir Lun 6 Mar - 14:26

Fin d'été 41. Des suites d'une bataille éprouvante bien que brève au beau milieu de la capitale de Moe, la jeune samuraiko Hibana triomphante s'était vu offrir des conseils avisés de sa supérieure. Au vu de son bref évanouissement et des brûlures sur son bras qu'elle s'était occasionnées elle-même en usant du pouvoir de Moegami, on lui avait recommandé de savourer la victoire tranquillement en prenant quelques jours pour se reposer dans son domaine familial d'Hibana. Entourée de ses gens, elle ne pourrait que se rétablir vite, même si ce n'était aucunement ce genre de petites blessures qui pourrait arrêter une fière guerrière Setsu. On lui avait même offert de la raccompagner à cheval jusqu'à sa propriété. Être samouraï et avoir du succès, ça aide.

Cependant, par cette chaude journée d'été, impossible de faire tenir en place la jeune guerrière. Du repos? Bah, un bandage sur les mains pour les brûlures, et file travailler au lieu de perdre son temps. C'est comme ça que fonctionne Setsu! (Du moins, c'est ce qu'elle dit.) On eut beau la supplier de rester allongée et de récupérer, elle usa de son autorité de militaire anoblie pour faire taire les empêcheurs de tourner en rond, et insista pour qu'elle soit conduite à l'ancien atelier de son père.

Ah, quel plaisir de se sentir à nouveau chez soi. Pas dans la quiétude et l'odeur de la campagne, mais dans le martèlement de l'enclume et le parfum du four qui fait feu de tout bois. Le grésillement du métal que l'on rougit, l'odeur de la poudre préparée avec soin, les emballages pour fusées! Il venait à l'esprit d'Hibana de crier "Père, je suis rentrée!" dès qu'elle entrait dans cet atelier.
Elle connaissait chaque personne qui travaillait ici. Eux-même la connaissaient depuis longtemps, depuis l'époque où Oki travaillait encore ici en tant que seigneur de cette terre. Et même maintenant que c'est elle qu'ils appelaient Fukyuubi-sama, elle regardait ces gens de la forge avec le même sourire confiant qu'elle avait il y a cinq ans. Et l'accueil d'aujourd'hui fut plutôt chaleureux, bien qu'il fallût vite se remettre au travail.

-Fukyuubi-sama! Nous sommes si heureux de vous revoir! Nous avions si peur qu'il vous soit arrivé quelque chose à la capitale... Dès que nous avons appris la nouvelle, nous nous sommes inquiétés!

-Je vous remercie mes chers amis, c'est si bon d'être de retour, même si c'est pour seulement quelque jours. J'ai eu vent de ce qui est arrivé à ma mère, et c'est avec cet esprit de revanche que j'ai triomphé des monstres qui menaçaient Moe. Mais c'est aussi en pensant à chacun de vous!

-Ce fut en effet tragique pour nous tous... Avec la disparition de Dame Homura, apprendre la vôtre aurait été un coup terrible pour tout le domaine Fukyuubi... Entendez, perdre nos deux derniers seigneurs... Promettez-nous que quand vous repartirez, vous redoublerez de prudence! Nous vous en conjurons!

-Vous savez que je ne vous laisserais jamais tomber, pas vrai? En tant que dernière Fukyuubi, je dois me montrer digne de la volonté de Père! Enfin c'est ça ou faire un héritier. (Un léger frisson la parcourut rien qu'à cette pensée.)


-Fukyuubi-sama, nous admirons toujours votre courage, cela nous émeut de voir comme vous avez grandi depuis cette jeune fille que nous avons connue.



-Mais assez de retrouvailles, remettons-nous au travail. Il me tarde de me remettre dans la poudre que Père m'apprit
.

-Bien compris! à ce sujet, Fukyuubi-sama, aujourd'hui, nous devons recevoir un invité spécial qui a demandé à venir voir notre travail. Nous ne pouvons pas vous dire son nom, conformément à notre accord, mais nous serions fiers que vous nous représentiez, en tant que notre suzeraine.


-Oh? Voilà une affaire qui me paraît bien étrange, mais soit, prévenez-moi lorsque notre invité sera là. Je l'accueillerais personnellement.


Tout le monde se remit au travail après avoir essuyé quelques larmes de joie, et Hibana partit dans la pièce où, jadis, elle et son père Oki étalaient toute sortes de matériaux et élaboraient des fusées diverses. Il ne lui avait pas fait toucher au matériel de combat, mais depuis, la samuraiko avait bien grandi.
Elle déposa Shichiue, son fusil, près d'elle, et le sortit de son enveloppe de toile pour le placer, trônant devant elle. Mais ça n'était pas à des fins d'admiration. Il servait de modèle. Hibana déroula une large feuille de papier sur la table basse où ils dessinaient, et prit un fin morceau de charbon entre ses doigts, ignorant la légère douleur de la brûlure que cachait les bandages, pour commencer à tracer avec dextérité sur la surface blanche.

L'heure du rendez-vous approchait...




Hibana - La passion de Setsu!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Nouvel Or Noir Mer 8 Mar - 22:13


Hauts Fourneaux



Nobu prit ses rênes au plus court afin de relever la tête de son cheval qui commençait à trop s’intéresser à l’étale d’un marchand de fruits. Il avait beau l’entrainement et l’éduquer de la manière la plus strict qui soit, la moindre vue sur la nourriture faisait fit des avertissements de son cavalier. Alors que son Taisa était distrait à corriger sa monture, Masamune remarqua un individu le visage couvert de suie qui s’approcher d’un peu trop près. L’homme se mit en travers, lui barra la route, et le toisa du regard, les sourcils froncés :

- Tu vas où toi ?
- Je- Euh… ( L’inconnu recula légèrement, un peu tremblotant. ) Je voulais m’assurer que vous étiez les clients que j’attendais…
- Parles. Qui sont tes clients ?, demanda Nobu en faisant signe à son ami de relâcher la pression.
- Je travaille pour la famille Fukyuubi, on m’a chargé d’accueillir un haut-gradé du clan Eiichiro, nos bons voisins. Je vous ai aperçu comme les seuls cavaliers sur la place, alors j’ai pensé…
- En même temps, un Setsu à cheval, murmura Masamune en riant derrière sa mian.
- On se passera de tes remarques, Masamune. Te concernant, brave homme, tu as l’œil avisé, et une chance certaine. Kumon Nobu, Taisa d’Eiichiro, enchanté. ( L’homme s’inclina légèrement. ) Sommes-nous loin de l’atelier ?
- L’honneur est pour moi, répondit le forgeron en s’inclinant d’autant plus. Non, nous sommes tout prêt, si vous voulez bien me suivre.



Ni une ni deux, ils étaient effectivement non loin du lieu de travail de leur guide. Un peu à l’écart de centre d’activité principal, l’atelier ne payait pas de mine, rien de vibrant ou de clinquant, assez sobre. Cela plaisait au général, la plupart des bons artisans n’avaient pas besoin d’une décoration au top pour prouver de la qualité de leur travail. Petite touche d’originalité, il y avait un parc juste à côté, Nobu se demandait comment l’herbe arrivait à pousser sans étouffer avec la chaleur des fours alentours. En parlant de montée des températures, Nobu se risqua à jeter un coup d’œil par-dessus son épaule, ricanant doucement en voyant son bon ami mourir à petit feu.

- Tu ne seras pas obligé de m’accompagner, Masamune, avoua le Taisa avec pitié.
- Je saurais… l’endurer…
- Mais non voyons. Vas te reposer dans le petit parc là-bas, avec un peu de chance tu y trouveras un point dos.
- C’est vraiment bas ça…
- Mes seigneurs, un problème ? ( Le guide se retourna, légèrement curieux. )
- Non aucun, fit Nobu avec un sourire en coin de lèvre. Il y a des écuries non loin ?
- Bien sûr, Fukyuubi-sama serait d’ailleurs très honorée de pouvoir s’occuper de chevaux du clan Eiichiro. Enfin, je le pense en tout cas.
- Approche. ( Nobu tendit le bras en lui glissa quelques kobans. ) Assure-toi surtout qu’ils aient de l’eau en abondance. Masamune, on peut descendre.

Les deux samouraïs mirent pied à terre et confièrent les rênes au forgeron qui les remercia. Nobu fit face à l’entrée de l’atelier et respira profondément.

- Ah… On vous doit bien ça Setsu. Vous savez faire chanter le métal. Rien qu’à l’odeur, on sent une différence par rapport à chez nous.
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: Le Nouvel Or Noir Jeu 9 Mar - 17:31

Le dessin était presque fini. Hibana était très concentrée. C'est que, dessiner des plans pour une nouvelle arme requérait une précision toute particulière et des calculs spécifiques, en particulier lorsqu'il était question qu'elle utilise de la poudre. Elle ne connaissait que trop bien les dangers que cette substance qui fait la fierté de sa famille, et fut aussi ce qui la brisa.
Pour l'heure, l'arme n'était qu'un dessin sur une feuille de papier, un simple essai, mais lorsqu'elle serait satisfaite, elle soumettra le plan à ses deux meilleurs artisans, et ensembles, ils testeront la réalisation de ce nouveau fusil. Il ne s'agissait pas là du dessin d'une enfant enthousiaste prête à tirer des plans sur la comète; mais plutôt d'une ébauche de ce qui serait, peut-être, l'avenir de Setsu.

Le mécanisme conçu n'était pas chose aisée à réaliser. Tant de choses pouvaient survenir au cours d'un test: mauvais dosage de la poudre, bris d'un petit élément, malfonction menant à recommencer le prototype de zéro... Il fallait des ressources, et Hibana savait bien que cela voulait dire demander aux gens de la forge de piocher dans les matériaux alloués à leurs propres travaux et d'y consacrer de leur temps si précieux, au détriment d'une éventuelle commande lucrative. Le tout était de les persuader d'investir dans ce projet.

-Fukyuubi-Sama?

L'on vint l'interrompre dans sa réflexion, mais il était peut-être temps car elle n'avait pas bougé de là depuis, au vu du tas de boulettes de papier chiffonnées jonchant le sol, plus de deux heures. Elle roula celui sur lequelle elle était et le rangea dans la poche de la ceinture de cuir qui enserrait sa taille -qui servait habituellement à ranger les outils, et qui appartint autrefois à son père- par-dessus son habit de coton qui descendait le long de ses hanches. Elle avait enlevé le haut de celui-ci, ne gardant que le bandage qui cachait sa poitrine. Impossible de tenir la chaleur de la forge autrement. Elle essuya son front qui commençait à briller, et se releva.


-Que se passe-t-il? C'est déjà l'heure de notre rendez-vous?


-En effet, Kumon Nobu-sama, Taisa du clan Eiichiro, et son second Garuun Masamune-sama viennent d'arriver, ils sont déjà là.

Elle ouvrit de grands yeux interloqués à la mention du nom de son invité prestigieux. Taisa, rien que ça? Qu'est-ce qui pouvait bien pousser un haut-gradé militaire d'un clan voisin à venir voir le travail de Setsu dans une simple forge familiale? Elle en était toute retournée.

-T...Taisa tu as dit? D-D'accord, j'arrive tout de suite.

Elle passa la porte de l'atelier pour rejoindre la grande salle principale de la forge où travaillaient ses gens, et la traversa pour rejoindre l'air moins chargé de l'extérieur, ses invités l'attendant devant. Effectivement, comme elle put le constater, ils avaient la prestance de deux cavaliers Eiichiro de haut-rang, tout comme elle put voir leurs chevaux qu'on emmenait à l'écurie se trouvant juste à côté, là où sa propre monture se trouvait.
Dans sa précipitation, elle n'avait pas pris le temps de se changer, mais sortir la poitrine quasi-à l'air semblait ne pas trop la déranger, vu que ça n'était pas le moins du monde une rencontre officielle - après, qu'en était-il des deux autres?

-Kumon-sama, Garuun-sama, bienvenue dans ma Forge. Je suis Fukyuubi Hibana, fille de feu Fukyuubi Oki et de feu Fukyuubi Homura, Samouraï du clan Setsu et seigneur de ce domaine. L'on m'a fait savoir que vous veniez admirer notre travail; c'est un grand honneur pour moi. Que puis-je faire pour vous?

Ils ne s'attendaient sans doute pas à ce que le seigneur de ces terres soit une jeune femme découverte et le visage assombri par quelques taches de suie grasse, même pour une simple Samuraiko.




Hibana - La passion de Setsu!
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Nouvel Or Noir Ven 14 Avr - 23:37


Lyrisme



- Seulement pour les chevaux… ( Masmune poussa un soupir en laissnt un regard fuyant vers les écuries où il pouvait voir leurs équidés s’abreuver. ) On aurait au moins pu demander une gourde fraiche pour nous aussi.
- Nous ? Je n’ai pas soif, rétorqua son supérieur. Pourquoi ne pas avoir fait la requête alors ? Je ne suis pas un tortionnaire non plus, tu peux t’exprimer et donner ton avis. C’est le soleil de Setsu qui te tape sur le crâne ?
- Que- Non ! Non… C’est… Aaaaah. Vous me perturbez, Nobu-sama !
- ‘’Tu’’ me perturbe, Nobu-‘’dono’’. Fais un effort mon vieux.
- Un effort dans le sens contraire…
- De la normalité et de l’étiquette, je le conçois. Mais c’est bien pour cette raison que tu m’as juré fidélité.
- Sur ce point, je ne saurais te contredire.
- Attrape. ( Kumon lança une gourde en cuir qui semblait venir de nulle part. )
- Oh ! Merci mais d’où vient-elle ? Ce n’est quand même pas…
- Si, ma gourde.
- Tu te fiche de moi ?! Elle est quasiment pleine !
- Effectivement, je suis bien incapable de vider d’un trait cette précieuse eau en moins de cinq lieux de voyage au pas ô combien éprouvant. ( Le Taisa s’en retourna ricaner fièrement, il était tellement aisé de taquiner son garde du corps. ) Au fait, tu n’es pas autorisé à tout boire, il se pourrait bien que je me laisse tenter par une gorgée une fois dans la forge. L’air se réchauffe et… les cœurs aussi.
- Comment ça ?


Les Setsu étaient des rustres. C’est l’idée que se faisait les gens d’Eiichiro concernant leurs voisins. Des pécores sans éducations, qui ne valaient à peine plus de considérations que les Kenshu. C’était inexcusable, même en état d’ébriété permanent, les Okaruto faisaient preuve de plus de grade et de respect de l’étiquette. Pas autant de raffinement que les reclus Fyukuu dans leurs montagnes, mais tout de même… D’autant plus que cette étalage de connaissance géopolitique sans fondement n’avait aucun sens sinon celui de meubler et rajouter du texte à un message déjà amplement suffisant en longueur. On pouvait cependant noter que malgré le manque de tact de certain samourais du pays de la poudre, et si l’on faisait fi de leur habilité à apparaitre le plus authentique au possible, que la vue n’était pas si désagréable. Difficile de qualifier cette dame de représentation de la ‘’beauté’’, mais Nobu lui trouvait une définition plus élogieuse, elle avait un ‘’charme’’ incomparable. Apparaissant de par la fumée s’extirpant des âtres des fourneaux, telle une créature fabuleuse sortant de sa grotte féérique, la dénommée Fukyuubi Hibana, maitresse des lieux, accueillait dans le plus simple appareil ses invités prestigieux. Répondant à la jeune dame avait un sourire courtois et une position des pupilles remarquablement maitrisé pour ne pas offenser, Nobu inclina légèrement la tête en signe de respect. Il se présenta rapidement, pivota sur le côté pour en faire de même avec Masamune, profiter d’avoir le visage masqué lors de l’opération pour Hibana qu’il adressa un sourire malsain au Taii qui l’accompagnait. Qui avait engloutit le contenu de la gourde d’un trait en voyant arrivée la charmante forgeronne précédemment.


- Masamune, tu me paieras pour le contenu de cette gourde, je te le garanti. ( Nobu refit face à la Setsu, soutenant son regard en direction du visage de la demoiselle, et non plus bas. ) Je ne voudrais pas non plus vous déranger, nous vous stresser dans votre travail par ma présence. Mais je recherche actuellement un spécialiste en armes à feu pour une commande assez particulièrement, j’espérais que vous pouviez m’aider. Aussi, je serais curieux de visiter votre atelier si vous le permettez.
- A-t-on vraiment le temps pour ça… ,commenta le Taii à voix basse.
- Vraiment navré de vous présenter encore des exigences, mais si vous pouviez nous renseigner sur la possible présence d’onsen dans la région, mon ami serait ravi.
- Que- Quoi ?! Pourquoi moi ?!
- Allons allons, il ne faut pas hausser la voix. ( Nobu avait de nouveau son sourire malsain, et s’approcha et lui murmura. ) Je pense que tu t’es suffisamment rincer l’œil, mon cher Masamune, tu mérites bien de te détendre en profiter d’un bon bain, n’est-ce pas ? Toi qui semble apprécier l’eau plus que tout autre chose.
- C’est… mesquin.
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: Le Nouvel Or Noir Sam 15 Avr - 18:59

Une scène mémorable: une Hibana brillante de sueur et limite en sous-vêtements face à un duo de cavaliers; l'un d'eux Taisa, rien de moins que cela, et l'autre son sidekick comique -si toutefois l'expression eut existé à cette époque. Quelques employés de la forge vinrent assister à la discussion, probablement curieux de ce qui planait sur la forge familiale des Fukyuubi; si une personne si importante venait les visiter, il fallait peut-être être présent. Les autres continuaient à travailler sans relâche.

La jeune samuraïko en arrêt de travail leur faisait donc face, fièrement debout en tant que figure de proue du domaine, et inconsciente de l'effort que ces deux visiteurs de prestige faisaient pour tenir leur regard droit.

-C'est un honneur de vous recevoir, et je puis vous assurer que vous n'êtes pas venu à la Forge Fukyuubi pour rien. Ah, et pour les Onsen... Il y en a un en ville, mais c'est noir de monde à cette heure-ci. Si la rusticité ne vous rebute pas, je peux vous proposer de vous baigner dans ma demeure une fois notre entrevue terminée.

La jeune femme leur fit signe de les suivre à l'intérieur après sa phrase. La première chose qui saisit à la gorge en entrant, c'est la chaleur, dégagée par tous les fourneaux sur lesquels travaillent les gens. Pour une simple forge, celle des Fukyuubi était tout ce qu'il y avait de plus moderne - ce serait une honte si une si brillante utilisatrice d'armes à feu ne se tenait pas à la pointe du progrès. Toutefois, elle insistait pour décrire sa forge comme "modeste".

Elle les fit passer dans l'atelier du fond, où elle se tenait quelques minutes auparavant. Elle dégagea hâtivement les boules de papier qui trainaient par terre et les fit s'assoir autour de la table basse, allant chercher trois coupes et les servant en saké - bien que de l'eau aurait été peut-être préférable pour la chaleur- avant de s'assoir avec eux. Les discussions pouvaient commencer.

-Bien... Tout en restant dans la modestie, je puis vous dire d'office que vous frappez à la bonne porte en venant me parler d'armes à feu. Voyez-vous, mon père était un fier serviteur du clan, et j'ai hérité de son savoir-faire. Toutes les inventions que vous verrez ici sont issues de son travail, mais je les ai améliorées pour la plupart. En matière de fusils, vous pouvez pratiquement tout me demander! Que recherchez-vous? Rechargement, recul, portée, fiabilité, style? j'ai ce qui se fait de mieux. Peut-être cherchez-vous du prototype?... C'est risqué, et c'est plus cher, mais je peux peut-être vous aider là-dessus également. J'ai aussi d'autres engins explosifs...

Le côté maniaque des armes d'Hibana transparaissait à peine. Mais elle devrait peut-être se calmer? Ces messieurs n'ont même pas encore parlé de leur commande.




Hibana - La passion de Setsu!
Revenir en haut Aller en bas
Fukyuubi Hibana

avatar

Samouraï

Messages : 139
Date d'inscription : 19/08/2014
Age : 24

Feuille personnage
Age: 18
Titre: Samouraï de Setsu
Liens:

MessageSujet: Re: Le Nouvel Or Noir Mer 4 Oct - 22:25

L'entrevue entre la jeune maitresse de la forge et les deux cavaliers venus de loin pour la fine fleur de la technologie de poudre se déroula comme un long monologue d'Hibana, qui exposait les moindres détails de ses inventions à ses interlocuteurs attentifs. Attentifs à son discours ou à cette jeune femme courtement vêtue, cela restait à voir... Bien sûr, elle ne parlait que des concepts. Hors de question de révéler le moindre détail de plan ou de secret professionel à d'éventuels fabricants rivaux. Mais la confiance aveugle de la jeune archère lui disait que ces deux-là étaient ici pour un business honnête. Après tout, ils étaient importants,non? Toujours est-il que, lorsqu'ils eurent fini d'écouter, il fut temps pour eux d'émettre leur demande. Le taisa Eiichiro parla donc, et sa commande était on ne pouvait plus légitime. La fiabilité avant tout, disait-il.

Mais, il n'est parfois pas nécessaire d'attendre des semaines de travail pour obtenir ce que l'on cherche. Par chance, en consultant ses hommes, Hibana put annoncer qu'ils avaient encore une dernière arquebuse prête, attendant là, au milieu de commandes n'ayant jamais revu leur commanditaire, sagemement emballée dans une pièce de jute.

Après que les hommes eurent réglé leur affaire avec l'intendant de la forge, la jeune maitresse put les saluer avant qu'ils ne sortent retrouver, presque avec soulagement, le soleil de plomb, plus supportable que l'infernal brasier des creusets.

"Le modèle Tengen, hein?" dit-elle, s'adressant à l'intendant. "une des meilleures conceptions de feu mon père. Une des armes les plus fiables que je connaisse."
-En effet, Fukyuubi-sama. Dommage que vos propres concepts rendent bientôt obsolète un tel exemple du talent de monseigneur votre défunt père.
-D'ailleurs... il est temps de m'y remettre...

[THE END]




Hibana - La passion de Setsu!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Nouvel Or Noir

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Nouvel Or Noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» Se nouvel sa yo ki enteresem- Le gouvernement veut construire une capitale moder
» Barack Obama : Une victoire programmée par le Nouvel Ordre Mondial ?
» griffon noir & feu 8 mois - adoraaable à Béthune ADOPTE
» Toupie petit caniche noir, 11 ans - ADOPTE par sa FA


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..