AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Histoire Millénaire [RP Solo, TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Histoire Millénaire [RP Solo, TERMINE] Lun 6 Mar - 19:07



HRP : Ce texte est écrit sur la forme d'une songfic, les paroles sont issues de la chanson Histoire Millénaire, traduite et chantée par la youtubeuse TBK en partenariat avec le groupe japonais Crest.


An -20, à la veille de l'enfer écarlate, les tensions grondent dans les clans. Les conflits éclatent, enclenchant parfois de véritables chasses aux sorcières. Ce fut le cas dans un hameau situé dans l'actuelle région de Keito. Là où des Omnyoji un peu particuliers asservissaient les démons grâce à leurs étranges pouvoirs. Laissez-moi donc vous compter l'histoire des Hisawara, une histoire écrite dans le sang, mon histoire.

Une énième fois, Shinosuke se jeta contre la lourde porte de bois, encaissant avec un grognement rageur la décharge d'énergie destructrice que le sceau renvoya dans son corps. Impuissant, le démon renard retomba sur les pierres rendues tièdes par l'incendie ambiant. Il sentait, le bois brûlé et les corps calcinés, le sang et l'acier échauffé par les coups. Il entendait, les cris de terreur et les bruits batailles, les ordres criés et les épées qui s'entrechoques. Il savait que le combat faisait rage au-dehors, que ses geôliers qu'il avait appris à considérer comme sa famille étaient aux prises avec des assaillants qu'il ne connaissait pas. Il se doutait pour les avoir entendus gronder que d'autres démons, asservis comme lui et qu'il avait fini par ignorer cordialement, combattaient et mourraient avec leurs maîtres.

*Alors pourquoi pas lui ?*

Pourquoi le sceau restait-il fermé ? Pourquoi ne l'avait-elle pas appelé ?
Était-elle absente ? Peu probable.
Avait-elle fui ? Peut-être.
Ou bien est-ce qu'elle ne pouvait pas l'appeler ?

Les yeux rouges de colère, Shinosuke se jeta à nouveau contre le pan de bois, les murs tremblèrent en échos à son cri de souffrance alors que la décharge d'énergie tordait ses membres. Il chancela, lutta, mais s'effondra, sonné.

Je puise au fond de ma mémoire nos souvenirs immuables
Mon âme s’est forgée près de toi
Notre histoire millénaire, ce temps qui ne s’arrêtera pas
Tu les conteras

Le kitsune s'éveilla le cœur serré d'une angoisse indescriptible et le nom de son maître sur les lèvres. Un silence encore troublé par les restes crépitant de l'incendie l'accueillit dans une nuit encore lourde des odeurs affreuses que le feu laissait derrière lui. Le regard du démon se posa sur la porte, grande ouverte, noircie par les flammes, gueule béante sur l'horreur. La cour de la riche demeure était ravagée, jonchée de débris et de corps sans vie, parfois rongés par les flammes, figés dans une expression mêlant la souffrance et l'effroi. Shinosuke avança de quelques mètres, mais ses jambes le trahir bientôt et il se rattrapa au chambranle de la porte. Le démon fixa avec horreur les restes calcinés de ce qui avait été sa vie pendant près de 30 ans.

Puis, le yokai eut un sursaut de lucidité : la porte était ouverte, le seau était brisé. Le pacte ! Non, le pacte était toujours là, pulsant faiblement aux confins de son esprit, tel un cœur sur le point de cesser de battre. Emplis de terreur, Shin bondit en avant, courant à en perdre haleine dans les ruines de sa vie. Il devait la retrouver !

Au bout de ce monde
Où le calme inonde
Je t’emmènerai
Récupérer cette vie volée
Immortelle femme
Ferme tes yeux
Et laisse-toi guider
Cette lame plantée dans ton cœur va t’emporter

Le carnage défilait sous ses yeux sans qu'il n'y prête attention, une seule pensée obsédait son esprit tout entier tourné vers elle. Soudain, un éclat rouge vif attira son regard et le démon stoppa brutalement sa course folle. Le cœur affolé, les membres tremblants, il contourna une poutre effondrée pour dévoiler à ses yeux ce qu'il cherchait. Elle était là, allongée sur le flanc et lui tournant le dos. Il la savait vivante, car il sentait le pacte à la lisière de sa conscience. Alors le soulagement soudain l'envahit, si intense qu'il crut que ses jambes allaient céder sous lui une nouvelle fois. Il s'approcha donc doucement pour se mettre à sa hauteur.

"Taisuki", appela-t-il faiblement en posant une main sur son épaule.

Mais elle n'eut aucune réaction, elle resta étendue là, dans son kimono blanc aux motifs rouge vif qu'elle aimait tant. La couleur du feu, la couleur de son clan, la couleur de ses yeux de kitsune, la couleur du sang... Cette immense tâche colorée ne devrait pas être sur son flanc... Soudain tremblant de nouveau, Shin sentit l'angoisse lui tordre le ventre, alors il l'appela encore :

"Hé, Taisuki-sama, réveillez-vous."

Se faisant, il la secoua légèrement, dévoilant son visage livide et son côté rongé par le feu. Shin l'a pris alors dans ses bras, gentiment, doucement.

Ne défaille pas
Ne t’arrête pas
Respire et prend ton envol vers l’au-delà
Dévoile-toi
Ne t’enfuis pas
Fais face à ce monde qui s’ouvre devant toi

"Ça va aller, Taisuki, c'est fini, je vais t'emmener, je vais te soigner."

Le démon tenait désormais le corps inanimé dans ses bras, le bercer tendrement, le secouer légèrement parfois, ponctuant son geste par des mots comme :

"Aller Taisuki, réveille-toi."

Mais son maître, son amie, son aimée restait sourde à ses appels trahissant toujours un peu plus son angoisse grandissante.

"Réveille-toi Taisuki, ne me laisse pas."

Et alors que ses forces semblaient l'abandonner, que le démon s'affaissait au sol avec son lourd fardeau :

"Ne me laisse pas, tu ne peux pas... Tu n'as pas le droit..."

Ils avaient tant de missions à faire, tant de choses à voir, tant de promesses à tenir.

"Aller Taisuki, tu dois encore m'apprendre n'est-ce pas ? À moi le démon ignare. Tu dois encore t'entrainer, devenir la plus puissante des Omnyoji. Avec moi, ensemble. Tu te souviens ?"

*Je dois encore te dire à quel point je t'aime.*

Mais alors que cette pensée traversait son esprit, Shinosuke commença à réaliser qu'il n'en aurait jamais l'occasion. Son maître ne respirait pas, depuis le début il berçait un corps sans vie. La réalité, dure, implacable, inacceptable, se fraya pourtant un chemin dans son esprit. Doucement, irrémédiablement, son monde se colora de rouge. La couleur du feu, la couleur de son clan, la couleur de ses yeux de démon, la couleur de son sang d'humaine.

Cette fois je ne peux enrayer le mécanisme du temps
Mes pouvoirs sont insuffisants
Fragile comme l’aiguille du cadran
De cette montre à gousset
Je te suivrai

La lèvre tremblante, les membres lourds, Shinosuke prenait peu à peu conscience de ce que la mort venait de lui arracher. Ses yeux soudains se parèrent de miles reflets de feu, ses queues se hérissèrent et ses muscles se tendirent à l'extrême. Tout son corps se battait, luttait contre cette réalité bien trop dure à accepter.

"Non, non, non..." Supplia le démon en cet instant si fragile.

Ses crocs et ses griffes ne sortirent que pour mieux s'enfonçaient dans sa chaire alors qu'il se recroquevillait sur le corps de son aimée. À ce moment, il aurait été prêt à prier n'importe quel Kami, à accepter n'importe quel contrat avec n'importe quel yokaï pour la sauver. Juste pour la sauver. Si seulement ce fichu pacte ne bridait pas ses pouvoirs. Si seulement il avait toute sa puissance. Il pourrait peut-être la sauver. Même au prix de sa propre vie, peu lui importait, il donnerait tout pour elle.

Soudain, le démon éploré se rendit compte de quelque chose : le pacte ! Il était toujours là ! Un instant abasourdi, il contempla le visage de Taisuki. Non, elle ne respirait pas

Au bout de ce monde
Où le calme inonde
Je t’emmènerai
Vers ces abîmes sacrifiées
C’est là qu’est ma place
À tes côtés
Maintenant sèche tes pleurs
Car chaque larme venant de toi est une douleur

Normalement, à la mort d'un Omnyoji, le pacte était soit détruit, soit il emportait le contractant avec son maître dans l'autre monde. Bien sûr, c'était souvent la deuxième option qui était choisie. Shinosuke souda le visage inerte de Taisuki. Peut-être que le pacte avait encore un rôle à jouer. Oui, sans doute allait-il prendre sa vie pour sauver celle de son maître. Cela expliquait ainsi pourquoi le pacte était toujours présent et pourquoi lui respirait toujours. Sans doute un de ces étranges pouvoirs des Hisawara. Persuadé qu'il avait vu juste et prêt à mourir pour sauver son aimée sans la moindre hésitation, Shinosuke se replia sur le corps de Taisuki et attendit. Patient et plein d'espoir, il resta ainsi sans faire le moindre mouvement durant de longues minutes, peut-être même plusieurs heures. Mais rien ne se passa, son énergie n'était pas drainée, sa respiration était toujours aussi calme. Autour de lui, le silence de la nuit s'épaississait alors que le feu ayant ravagé la demeure des Omnyoji s'essoufflait peu à peu.

Emmène-moi
Ne me laisse pas
Respire et prend ton envol vers l’au-delà
Une dernière fois
Guide mes pas
Détruis ces chaînes de vie qui me retiennent loin de toi


Dans le silence absolu qui régnait alors, la respiration du démon se saccada rapidement, mais pas à cause de ce qu'il espérait non. La peur, la colère, le désespoir pesaient sur son cœur à tel point qu'il avait la sensation d'étouffer. Shinosuke commençait à comprendre que ses espoirs ne seraient pas exhaussés, le pacte ne sauverait pas Taisuki avec sa vie. Alors le kitsune serra convulsivement le corps inerte dans ses bras et pria. Il pria le pacte d'au moins faire son travail et d'abréger sa vie. Il ne pouvait pas continuer sans elle, c'était impossible. Sans elle pour le guider ses pas, pour leur donner du sens, il n'était rien. Sans les sentiments si humains qu'elle lui avait fait découvrir, il redeviendrait une bête des ténèbres, un yokaï idiot. Mais cette voix lui semblait fermée à jamais maintenant qu'il avait goûté à cette émotion si douce et chaude à la fois, qui avait empli son cœur. Désormais, son être se glaçait dans la rage, devenant aussi froid que le corps qu'il serrait frénétiquement entre ses mains.

Tu étais source de lumière
Sur ces terres de misère
Je finis solitaire
J’aurais dû mieux vous veiller
Maitresse bien-aimée
Votre sang a coulé


Mais encore une fois, le salue lui fut refusé. Shinsouke le comprit quand il constata que la présence du pacte quittait peu à peu son esprit. La respiration du démon devint haletante alors qu'il se redressait pour regarder le visage de son aimée, ses yeux rouges baignés de larmes et d'une folie grandissante. Pourquoi ? Pourquoi refusait-elle de l'emmener avec elle dans la mort ? Pourquoi s'était-elle laissée abattre ? Pourquoi l'avait-elle abandonné ? Un puissant cri de rage pure roula dans la gorge du kitsune qui hurla sa colère contre le ciel. Pourquoi les Kamis lui imposaient cette épreuve ? Était-il si impur, lui le yokai ? Pourquoi les hommes s'entretuaient-ils ?... Oui, voilà les vrais responsables de ce carnage, de cette sensation qui lui déchirait le coeur. Trouvant enfin la personne à blâmer pour la douleur qui lui lacérait l'esprit, le kitsune laissa exploser sa rage. Dans sa conscience, il empoigna les restes du pacte, coulants comme le sable, il les maintient en lui avec la force du désespoir. Il resta insensible aux dommages subis par son esprit et son corps, son coeur saignait bien trop pour qu'il en prenne conscience. Si le feu en lui ne voulait pas s'éteindre, alors il deviendrait aussi froid que la glace, alimentait par sa rage.

Le monde s’efface
Comment faire face
Je ne conçois pas mon avenir sans toi
Pardonne-moi
Tout s’arrête là
Je te suivrai même si je dois mourir pour cela.

Sans un souffle de plus, le visage sillonné de larme, Shinosuke laissa la haine l'envahir et les ténèbres se firent dans son esprit. Son pouvoir explosa, sans autre prémisse qu'un frémissement dans l'air, le feu soudain l'entoura et se propagea à une vitesse surréelle. Un feu violent et avide, alimenté par la haine la plus pure. Il consuma le bois de la maison, les armes et les corps, pour ne laisser des cendres derrière lui. Il s'éleva dans l'air de la nuit et l'éclaira comme en plein jour, crépitant et grondant, écho de la fureur du kitsune. Le feu bleu de la vengeance. Au petit matin, il ne restait pas grand-chose de la demeure principale des Hisawara. Une silhouette trainant quatre queues derrière elle se releva pourtant des cendres et se mit en marche. L'esprit ténébreux ne s'arrêterait qu'une fois ses proies déchiquetées de ses griffes vengeresses.

Ainsi s'écrit l'histoire des Hisawara, dans le sang et la haine. Sachez qu'après sa vengeance accomplie, le kitsune laissa les restes corrompus du pacte faire leur office et emprisonner son corps et son âme. Mais abattre les responsables de la mort de son aimée n'atténua pas sa souffrance. Bien au contraire, cela le lassa errant sans but et en proie au désespoir le plus profond. Il n'est pas mauvais, juste perdu dans la souffrance. Or ce n'est pas ce que je voulais pour lui. Mais peut-être est-ce de ma faute après tout, j'aurais dû savoir comment il réagirait. J'ai choisi de ne pas l'appeler, j'ai choisi qu'il me survive. À tord sans doute. Alors que les Kamis lui pardonnent ses erreurs, car elles sont le résultat de ma faute. J'ai laissé mes sentiments dicter mes actes et mon désir de le sauver guider mes choix. C'était peut-être égoïste, je lui ai imposé tant de douleur... Alors, vous qui lisez ces lignes au travers de l'espace et du temps, si vous trouvez ce renard blanc, s'il vous plait, aidez-le. Qu'il trouve enfin la paix que je souhaite pour lui.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
 

Histoire Millénaire [RP Solo, TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» {40k]En décembre au 41ème millénaire il n'y a que la guerre
» Ville, citadelle et château de Parthenay
» J'ai honte
» De la neige et du sang..


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..