AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Mar 14 Mar - 20:11

L'été, une période de l'année qui plaisait à beaucoup et Ikuzu n'y échappait pas, le temps était beau, chaud, agréable en somme. Le point noir sur le tableau cet été, c'était sans nul doute la torpeur qui était tombée sur Yokuni. La sohei était dans son ancien temple à ce moment et elle avait tout d'abord pensé que c'était une malédiction lancée sur le temple et le village associé, lorsqu'elle a su que tout Yokuni était touché elle n'avait pas attendu pour rentrer à Eiichiro et au temple Meisou, après tout c'était là sa nouvelle maison.

Par chance le kannushi des vents n'était pas tombé dans la torpeur, mais un bon nombre de personne au temple et dans le clan (et dans Yokuni) étaient tombés et il fallait s'occuper de toutes ces personnes. Très vite tes installations furent misent en place pour y placer les endormis et les miko du temple et toute âme charitable aida à les entretenir. La situation était compliquée, car la moitié éveillée devait toujours faire tourner le monde tout en s'occupant de ceux qui étaient endormis, dès lors tout le monde avait réussi assez de travail pour s'occuper une vie.

Ikuzu par exemple avait dû ralentir ses entraînements quotidiens pour s'occuper de plus de choses dans le temple, elle avait dû également arrêter de rencontre le jeune Kotaro, un fils de paysan qui venait toutes les semaines pour participer à l'entraînement de la jeune femme. Au lieu de cela elle devait s'occuper de deux fois plus de gardes au temple et également aider à s'occuper des victimes de la torpeur.

Cela faisait donc plusieurs jours, voir semaine que l'étrangère venue des terres impériales, travaillait sans relâche pour aider du mieux qu'elle pouvait. Elle se sentait assez coupable de ne pas avoir été là lors de l'attaque du temple et des moments cruciaux qui ont suivi. Seulement aujourd'hui allait être différent, comme pouvait le prouver la présence de son supérieur lors de l'un de ses gardes. Elle était assignée à une mission différente à partir d'aujourd'hui, elle devait accompagner une Onmyouji d'Hakuba dans un petit village au sud de Kokyuu, près de la frontière avec Hokori pour une expertise demandée par les villageois qui suspectaient des problèmes survenus il y a peu comme ayant une source yokai ou surnaturelle.

Faire venir une Onmyouji pour cela n'était pas rare, surtout lorsqu'on sait qu'une bonne moitié de ceux vivant à Kokyuu sont endormis et que l'autre moitié est occupé ailleurs. La faire accompagner d'une Sohei était plus particulier, mais cela s'expliquait facilement, car la route entre le temple et le petit village était moins sûre depuis la torpeur. Ikuzu accepta bien entendu, ravie d'aider et surtout de sortir un peu du temple et des devoirs qu'elle avait ici. Son supérieur lui demanda donc de se préparer à bouger, le voyage durerait certainement un ou deux jours, elle devait prévoir en conséquence. Il lui annonça également qu'il la ferait demander une fois que l'Onmyouji aurait rencontrer l'un des Jushoku du temple. Ikuzu salua l'homme et quitta donc son poste pour aller se préparer.

La lionne pris quelques rations, un sac de couchage sommaire, une ou deux gourde d'eau (une de saké, on n'est pas des bêtes) et quelques autres petites choses. Le tout tenait dans son sac de jute tout simple. Une fois prête elle n'eut pas longtemps à attendre avant qu'un frère sohei vienne lui demander de rejoindre le Torii marquant l'entrée du temple. Ikuzu le remercia, mis son chapeau de paille sur sa tête, saisit son sac par la petite corde de ce dernier et elle sortie. Elle portait toujours son étrange tenue, composé d'un tissu serré au niveau de la poitrine, de son étrange kimono jaune, de son pantalon court de couleur noire et de ses sandales. Bien entendu ses poignets et ses chevilles/pieds étaient recouverts par des bandes de tissus blanches et son cou arborait divers colliers et talisman qu'elle portait toujours.

C'est ainsi qu'elle se retrouva donc à attendre celle dont elle devrait assurer la protection jusqu'au village. Son supérieur lui appris l'identité de la demoiselle à protéger, mais ne lui en appris pas beaucoup plus. La lionne blanche ne savait pas trop quand aurait fini la demoiselle, donc elle décida d'attendre patiemment, jusqu'à ce que finalement des bruits de pas se firent entendre, Ikuzu retira son chapeau, laissant sa crinière blanche à l'air libre pour regarder la personne, petite, menue, cheveux roses, c'était elle. Elle s'inclina très respectueusement comme le ferait n'importe quel sohei à la différence que les mains de la blanche au teint halé c'étaient jointe devant son visage avant de s'être incliné.


Kirin-dono. Je suis Ikuzu la sohei chargé de vous protéger. Enchanté de vous connaître.

En se redressant elle adressa à la jeune femme un sourire franc et sincère, puis elle repri son sac de juste et remis son chapeau correctement.
Revenir en haut Aller en bas
Kirin Matoi

avatar

Onmyôji

Messages : 26
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 24

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Mer 15 Mar - 10:51

été 41, Yokuni sous un soleil éclatant et un sommeil de plomb. Une bonne partie du pays endormie, le monde ne tournait qu'à moitié, l'autre plongée dans les abysses d'une léthargie jamais encore observée. Nous n'avions pas connu d'heures si sombres depuis l'Enfer Ecarlate, et pourtant, bien loin d'être effrayée, Matoi, Onmyoji au temple d'Hakuba, se trouvait fascinée par ce phénomène. Son instinct d'érudite lui disait qu'il y avait là quelque chose de tout à fait remarquable à étudier. Cependant, elle ne perdait pas de vue qu'il s'agissait d'une tragédie tout à fait regrettable, mais pour elle, découvrir ce qui se cachait derrière ces événements était tout aussi important que de savoir d'où viennent les arcs-en-ciels, pourquoi les oiseaux volent et comment un caillou de la taille d'un pays peut tomber du ciel et anéantir tout un règne de lézards gé... Enfin bref, les théories étaient diverses, et pour théoriser, il faut étudier.

Ce n'était pas coincée dans sa bibliothèque au temple qu'elle allait étudier ce qu'elle interprétait déjà comme la colère des Kamis. Et pourtant, elle y était encore, tenant un journal répertoriant toutes les notes qu'elle eut pût prendre durant son observation préliminaire des signes de la Torpeur. Comme le temple était un lieu sacré, on leur avait apporté des malades, plongés dans un sommeil insondable, suppliant n'importe quel membre du personnel religieux d'exorciser ce mal. à défaut d'avoir réussi à soigner un malade malgré ses prières et ses talismans, Matoi en avait gardé quelques-uns comme cobayes, histoire de mener quelques tests dessus. Rien de bien fascinant à leur faire faire, vu qu'ils ne bougeaient ni ne manifestaient de signe d'un état conscient, mais il y avait là tout un panel de petites différences qui séparaient ce sommeil en particulier des autres troubles léthargiques qui étaient répertoriés dans un petit nombre de parchemins des archives du temple. Matoi connaissait ces archives presque par coeur, mais ce mal-ci nourrissait son insatiable curiosité, la faisant noircir sa page d'observations et de petits schémas complexes. D'ordinaire, elle était d'humeur rêveuse et échangeait des vers avec Fusen. Aujourd'hui, une furieuse envie de satisfaire sa soif de connaissances la consumait.

Cependant, l'on vint la chercher, au milieu de ses recherches pour une affaire de la plus haute importance. Un petit village au sud de Kokyuu requérait apparemment la présence d'un Onmyoji pour faire la lumière sur le mystère qui planait sur ses habitants. Une enquête sur le terrain, en quelque sorte. Pas le temps de se plaindre, ni de ranger son travail - le maître insistait pour qu'elle parte sur le champ remplir sa mission. Bon, très bien! Puisque c'est comme ça, elle fit ses affaires, adressa un au-revoir à tout le monde et descendit les marches du temple. Apparemment, elle ne serait pas seule: on lui avait attribué une escorte pour cette mission.
Matoi ne savait pas trop comment se sentir, sinon un peu embarrassée. C'est vrai qu'elle était une personne relativement importante, mais le prestige de son propre titre la dépassait légèrement. Faire déplacer une personne rien que pour la protéger... C'était peut-être un peu trop.

La voilà, en bas sur les marches du temples. Une femme au physique puissant, chapeau de paille, vêtements caractéristiques d'un Sohei, le teint hâlé, et semblant jeune malgré ses cheveux blancs. Matoi esquissa un fin sourire en la voyant ; elle-même n'avait pas une couleur de cheveux courante. Peut-être auraient-elles un terrain pour s'entendre. Mais mieux que ça, la partenaire de la jeune Onmyoji lui laissa une forte première impression.


-Kirin-dono. Je suis Ikuzu, la sohei chargé de vous protéger. Enchanté de vous connaître.


Matoi s'inclina à son tour, lui rendant la politesse. Sur son visage timide, l'on devinait déjà une certaine forme d'admiration.

"Bien le bonjour, Dame Ikuzu
Ravie de partir avec vous.
Alors... Euh...si j'ai bien compris
Nous allons vers le sud, non? Si?"

Difficile d'entamer la conversation avec une femme qui vous impressionne comme ça, surtout qu'elles n'étaient que tous les deux et que Matoi tendait à ne pas se sentir à l'aise dans les contextes qu'elle ne connaissait pas. Vu qu'elle sortait rarement du temple, sinon pour visiter la ville et ses habitants...


"Ahem, euh, pourrais-je, si vous le permettez,
vous demander si vous voudriez bien m'aider?
Porter mon sac est bien au-delà de mes forces,
Puis-je vous le donner? J'éviterais l'entorse..."


Les voilà parties, et la glace est brisée...
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Jeu 23 Mar - 15:16

La jeune femme qu'elle devait accompagner semblait vraiment très originale, déjà la couleur de ses cheveux était très étrange, serait-ce un genre de produit pour colorer les cheveux ? Ou était-ce naturel ? Ikuzu n'avait pas la réponse, peut-être qu'elle devrait le lui demander. Mais hormis la chevelure, la jeune femme arborait un corps très féminin, plus petite et menue que la lionne blanche, cette dernière l'enviait un peu pour cela, elle-même avait parfois l'impression de faire détourner les regards vers elle par moment et elle n'aimait pas ça. Mais bon... pour le moment il ne s'agissait juste que du physique de l'onmyouji.

C'est lorsqu'elle parla la première fois qu'Ikuzu savait qu'elle allait beaucoup apprécier cette mission. Déjà le mot ''Dame'' pour la qualifier, fit immédiatement monter le rouge au visage de la guerrière. Elle ? Une Dame ? Personne ne l'avait jamais appelé comme cela, dans son premier temple, personne ne l'avait même considéré comme une femme, elle était un combattant parmi les autres. Et depuis ces cinq dernières années elle s'était forgé une réputation de guerrière étrange, mais efficace au sein du temple. Pour les autres sohei elle était une sœur.

Mais au-delà de ce que ce simple mot avait pu provoquer, le reste était autant étrange, cette manière de parler en vers, c'était bizarre, mais tellement joli. Comme on peut s'en douter la sohei n'était pas une féru de chant, de musique ect... Elle n'était pas du genre à cultiver ce genre de richesse, mais elle savait les apprécier.


Je... bien sûr Kirin-dono, donnez moi votre sac. Mais je vous en prie, je ne suis pas une Dame, simplement... Ikuzu

C'est avec un grand sourire donc qu'Ikuzu pris le sac de la jeune femme pour le mettre sur son dos, passant le sien sous son bras, elle n'était pas un monstre de puissance physique, mais elle était bien assez costaud pour porter tout cela sans trop de problèmes. Néanmoins, elle sorti de son propre sac un bout de tissu, qu'elle tendit à Kirin.


Je vous laisse la carte de la route.

Ainsi la petite rose pourrait voir que pour rejoindre le village de Gobo (leur objectif) is leur faudrait plus d'un jour et qu'il y avait un autre village avant, appelé Tanabe où elles pourraient certainement passer la nuit. En attendant c'était principalement de la route qui les attendait. Et sur ce, les deux jeunes femmes arpentèrent donc le chemin ensemble. Ikuzu décida de satisfaire une partie de sa curiosité.

Heum... Kirin-dono ? J'avoue avoir été très surprise par votre maîtrise du verbe et de sa construction. Vous parlez toujours d'une aussi jolie manière ?
Revenir en haut Aller en bas
Kirin Matoi

avatar

Onmyôji

Messages : 26
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 24

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Dim 26 Mar - 22:29

La jeune Onmyôji remit donc son sac plein de papiers et autres indispensables, un peu trop lourd pour elle, et reçut en échange un fardeau bien plus à sa portée. Une carte n'était pas bien lourde à transporter, ceci dit, avec sa maladresse légendaire, il se pourrait bien que le vent la lui arrache des mains. Prévoyante, Matoi glissa donc la carte de route dans son obi.

"Merci bien... Ikuzu?
Veuillez bien m'en excuser.
J'ai grand peine, voyez-vous,
Avec l'informalité."


Le village de Gobo, leur destination... Elles auraient pu y aller à cheval, au moins ça aurait été plus vite, et Matoi serait rentrée plus vite étudier cette étrange maladie. Surtout, il lui déplairait fortement qu'un de ses confrères prenne sa place et lui vole tout son travail... Mais en même temps, elle avait tant eu à faire ces derniers temps qu'avoir finalement un moment à soi en pleine nature et en bonne compagnie lui ferait le plus grand bien.

La remarque d'Ikuzu sur sa diction ne manqua pas de lui tirer un peu de rouge aux joues. Pour elle, c'était un compliment de simplement le remarquer.

"Haha, vous n'êtes pas seule à l'avoir remarqué!
Et oui, c'est mon usage. Versifier mes pensées!
J'admire les grands poètes, j'apprécie la nature;
La poésie, pour moi, rend la diction plus pure.
Mais si c'est par caprice que je m'exprime ainsi,
Je crois que l'exercice entretient mon esprit."


Alors qu'elles se mettaient en route, et que déjà la nature que l'Onmyôji appréciait tant venait encadrer leur chemin, elle gonfla sa poitrine chétive d'une grande inspiration. Cet air... Enfin, l'extérieur! Cela lui coûtait de l'admettre, mais elle en avait grand besoin. Son regard cherchait déjà la note de couleur des fleurs sur le bord de la route, ces petits bouts de végétation propres à l'inspiration. Et d'autres choses que la nature avait encore à offrir.
Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas écrit de véritable poème.


"Ah... N'aimez-vous pas le plein air? C'est merveilleux!
Le bleu du ciel, le vert des feuilles; les cirrus cotonneux!
Le rossignol chantant, caché dans les branchages,
Le ruisseau, ce courant, route des carpes en nage,
Et l'herbe! L'herbe qui... Ah... Veuillez pardonner
Mon envolée lyrique, je ne puis la brider.
Nous devrions plutôt nous garder concentrées.
Ce soir nous devrions atteindre Tanabe..."


Elle se sentit honteuse de s'être laissée emporter ainsi, et n'osa pas regarder sa partenaire pour s'assurer de sa réaction. L'enthousiasme lui avait peut-être fait un tout petit peu oublier ses bonnes manières, elles qui se disait bien trop polie pour le faire il y a de cela quelques vers à peine.
Pour quelques minutes, elle se concentra donc sur le fonctionnement de ses jambes, tout en remuant dans sa tête tout un tas de pensées, mêlées entre le "Je n'aurais pas dû dire cela" et le "Matoi, tu es bien impolie!"
Ce n'est qu'après une longue gêne qu'elle reprit à nouveau la parole, en prenant, cette fois, bien soin de laisser Ikuzu en placer une.

"Hem... Si je puis formuler une interrogation...
Que croyez-vous trouver? Je veux dire... la mission?"
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Jeu 30 Mar - 17:08

Aïe, Ikuzu avait l'impression que la jeune femme était maintenant gênée de l'avoir appelé Dame, ce n'était pas le cas, enfin pas totalement, c'était juste que comme elle l'avait dit elle n'était pas une Dame. Il est vrai que la combattante n'avait pas de nom de famille, tout le monde l'appelait Ikuzu et ce depuis toujours ou presque elle avait toujours mené une vie simple et vivait ainsi depuis lors, la simplicité et l'humilité étaient les maîtres mots dans ce cas présent. Ikuzu voulait lui répondre de ne pas s'excuser, qu'il n'y avait rien de grave, mais elle avait peur de débuter un véritable concourt d'excuses entre elles et puis ce n'était pas si grave que cela après tout.

La lionne trouvait l'onmyouji toute kawai quand le rouge lui montait aux joues, visiblement sa remarque lui avait fait plaisir et la religieuse lui expliqua cette étrange particularité. La blanche de cheveux trouvait très astucieux ce moyen d'entretenir l'esprit, en plus d'être très jolie à entendre c'était donc certainement utile pour quelqu'un comme elle. Ikuzu aussi entretenait son esprit, cela faisait parti de son entraînement, le corps est l'esprit étaient tous deux importants, mais elle usait de méditation pour ce faire.


Moi je médite pour renforcer et entretenir mon esprit. Chacun à ses petites méthodes, mais la vôtre est très jolie à l'oreille j'apprécie beaucoup.

Encore une fois la native des terres impériales offrit un sourire chaleureux à son accompagnatrice. Il est vrai que si elle s'exprimait ainsi sur tout le chemin, ce dernier serait bien plus agréable à arpenter, surtout pour Ikuzu qui n'avait jamais été une connaisseuse de beau langage.

Les yeux de la sohei fixèrent un instant Matoi alors que cette dernière partait dans une envolée lyrique très agréable et elle ne pu s'empêcher de rire un peu, d'un rire franc et sincère, lorsque la demoiselle sembla se calmer presque aussi vite qu'elle ne c'était enflammée. Elle devait être un peu trop timide ou trop polie pour partir dans ce genre d'exercice de locution.


Ha ha ha. C'était très joli Kirin-dono et pour vous répondre : oui j'aime la nature, mais je suis moins enclin à le lui montrer ainsi... peut-être parce que je passe une grande partie de mon temps en extérieur.

Oui peut-être que sa fonction et le temps qu'elle passait en extérieur la rendait moins sensible à ses charmes ou peut-être la différence d'âge... quoique... A vrai dire Ikuzu ne connaissait pas l'âge de la poète, elle l'imaginait plus jeune, mais ce n'était peut-être pas le cas après tout. Après quelque minutes de marche, alors que Matoi ce fustigeait intérieurement Ikuzu elle regardait droit devant elle avec un petit sourire aux lèvres. Elle s'étonna de la question de la jeune femme, partageant son étonnement en la regardant quelques instants avant de fixer ses yeux droit devant elle.

A vrai dire Kirin-dono j'espérais que vous auriez une idée. A ce qu'on dit le village à été la victime de deux enlèvements, deux jeunes femmes qui ont disparu... La cause pourrait bien être humaine autant que Yokai, mais si c'est d'origine yokai cela pourrait être l'œuvre d'un kappa, ces derniers aiment les jeunes femmes. Mais après tout c'est pour ce qu'on vous à appelé pour définir la menace.

Tout en marchant, Ikuzu réajusta un peu le sac donné par Matoi.

Quoi qu'il en soit j'espère que vous pourrez identifier le danger et pourquoi pas y remédier.
Revenir en haut Aller en bas
Kirin Matoi

avatar

Onmyôji

Messages : 26
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 24

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Ven 31 Mar - 12:21

"-Vous me flattez beaucoup.
J'espère en voir le bout!
Si c'est bien un Yôkai,
C'est un problème de taille.
Je ne porte aucune arme
Sinon prières et charmes.
J'ai rarement des missions;
Donnons-nous donc à fond!~"


Matoi marchait d'un pas allègre aux côtés d'Ikuzu. Sentir qu'on comptait sur elle pour résoudre ce mystère la galvanisait et lui faisait presque oublier son étude de la malédiction du sommeil. Elle espérait seulement que tout irait bien à Hakuba en son absence, bien qu'elle ne parte que deux ou trois jours.

D'un côté, elle était toute excitée pour cette mission. De l'autre, elle redoutait ce qu'elle allait trouver au bout.
Fût-ce un Yôkai à l'origine de cela, il lui faudrait le chasser. Et bien qu'elle sache en théorie comment faire, c'était bien différent de l'appliquer en situation réelle. Pourvu que le monstre, si tant est qu'il en s'agissait d'un, ne soit pas trop puissant.
De l'autre point de vue, si ces disparitions étaient là l'oeuvre d'un malfaiteur, elle serait sans grande utilité. Fluette et délicate comme elle était, il n'y avait aucune chance qu'elle parvienne à l'arrêter.
Mais dans les deux cas, il fallait trouver comment débusquer le coupable.

Fusen fit son apparition, venant voleter paresseusement devant elles. Seule Matoi pouvait la voir, mais la présence d'un esprit pouvait bien se faire sentir. Elle leva les yeux.

-"Fusen mon ami, qu'as-tu à partager?
Aurais-tu quelque idée de comment opérer?"


Elle détourna légèrement la tête en direction d'Ikuzu.

-"Pardon, cela n'est rien
C'est mon Esprit Gardien.
Nul ne peut le voir, lui,
Hormis moi, son amie."


Fusen continua sa petite danse, flottant ça et là au hasard pour quelques instants, avant de se figer en l'air. De fins caractères apparurent sur la surface de son corps de papier.


S
É
R
É
N
A
D
E

|

E
M
B
U
S
C
A
D
E

|

D
É
B
A
N
D
A
D
E


Fusen écrivait toujours de cette façon encore plus étrange que la poésie de Matoi. Toujours des mots désarticulés de toute phrase. Il fallait que l'Onmyôji les tourne dans sa tête pour comprendre le sens de ces petites énigmes. Après quelques secondes de réflexion, elle comprit.

-"Tendre un piège à l'ennemi?
Quelle idée de génie!

Si l'on connaît d'abord la nature du coupable
Admettant qu'avant tout elle soit identifiable;
Nous trouverons l'appât qui le fera sortir.
Le piège se referme, et plus qu'à le cueillir!~
Que pensez-vous du plan, ma chère dame Ikuzu?
Cela marcherait-il, quelles chances aurions-nous? "


Le petit Yôkai de papier approuva les dires de Matoi en dessinant un fin visage satisfait à sa surface.

=w=
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Jeu 6 Avr - 17:56

Toujours le sourire aux lèvres Ikuzu écoutait la poésie de l'onmyôji, cette dernière lui appris qu'elle n'était pas armée, donc pas une combattante, mais heureusement contre les yokais les combattants ne font pas toujours le poids, uniquement contre des yokais ''physique'' et encore certains étaient tout bonnement trop puissant pour quelqu'un de normal comme Ikuzu. C'est là qu'intervenait les onmyôji d'ailleurs la lionne, elle, ne doutait pas un instant que la, certes fluette, jeune femme avec elle pourrait s'occuper de cette menace sans trop de problèmes.

Ne vous inquiétez pas Kirin-dono si vous avez besoin de muscles ou d'un bouclier vous pouvez compter sur moi.

Ikuzu avait déclaré cela avec une réelle franchise et se désignant elle même avec son pouce gardant son poing fermé. Le grand sourire qu'elle affichait montrait bien que le combat physique n'était pas un problème, bien au contraire même, elle préférait avoir un gros truc à frapper que devoir réfléchir pour vaincre, elle ne le cachait pas : hormis la dimension combat, elle n'était pas très futée. Elle se voyait plus comme une sorte de bouclier dont on peut se servir, de toute façon c'est pour cela qu'elle fut entraînée.

Alors qu'elles marchaient, l'Onmyôji débuta une discussion avec un certain Fusen, c'était toujours surprenant, mais Ikuzu avait déjà rencontrée des personnes comme elles et l'explication de Matoi confirma ce qu'elle pensait, à savoir qu'elle parlait à son esprit gardien. Elle l'avait presque oublié, mais en effet les onmyôji avait ces esprits avec eux, un allié de plus dans cette confrontation. Bien entendu Ikuzu ignorait qu'il s'agissait d'un bout de papier.

La lionne ne répondit qu'avec un sourire à la jeune femme aux cheveux roses. Elle continua de marcher en écoutant ce qu'elle disait, elle ne pouvait pas voir Fusen, donc elle préféra ne rien dire tant qu'on ne lui demandait pas quoi que ce soit. Finalement, Matoi sembla sortir une idée de plan de nulle part, bien entendu c'est juste qu'Ikuzu n'avait pas vu d'où cette idée venait. L'idée n'était pas du tout mauvaise d'ailleurs.

Cela me semble une bonne idée Kirin-dono. Peut importe la nature du mal à l'œuvre il semble s'en prendre à de jeunes femmes, il suffirait que je serve d'appât dans votre plan.

Le courage apparent d'Ikuzu était peut-être plus de l'inconscience qu'autre chose, mieux valait penser à identifier la nature du mal pour adapter au mieux le piège, mais Ikuzu elle était assez impatiente de se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Kirin Matoi

avatar

Onmyôji

Messages : 26
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 24

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Mar 18 Avr - 14:30

Matoi rougit doucement aux paroles de sa partenaire sôhei lorsque cette dernière se proposa de lui servir de bouclier, son regard se teinta d'admiration encore plus et son coeur se gonfla. Comme elle rêvait d'être forte comme elle!
Fusen, amusé, vint le lui faire remarquer en venant tournoyer juste devant ses yeux, visibles à ces seuls-cis, la sortant de son songe passager. Il fallait déjà continuer la route pour voir Ikuzu à l'oeuvre.
L'onmyôji repris avec un sourire, débitant ses rimes avec toujours autant d'aise, et le visage cramoisi.

-Je vous en prie ma chère, j'admire votre bravoure
Mais vous, servir d'appât, n'est pas l'ordre du jour.
S'il y a bien quelqu'un qui devrait l'attirer,
Ce sera plutôt moi; vous serez embusquée,
Prête à bondir sur lui et lui faire son affaire;
Lorsqu'il sera surpris, je filerai derrière,
Et pour le maitriser, dresserai un Kekkai;
Plus qu'à le capturer, Yôkai ou pas Yôkai!~

Il faudra, cela dit, ne pas baisser nos gardes;
Il pourrait amener avec lui ses amis
Ce qui signifierait pour nous plus d'ennemis
Et nous nous trouverions encerclées par mégarde...


----

Le soleil commençait déjà à descendre de son zénith. Cela faisait à présent bien longtemps qu'elles marchaient. La pauvre petite Kirin n'en pouvait plus ; sa constitution n'était pas aussi robuste que celle d'Ikuzu et poser un pied après l'autre lui était devenu impossible sans la priver de son souffle déjà court, pour ne pas dire qu'elle ralentissait carrément le voyage. Sa vision commençait également à être trouble; était-ce le soleil qui avait tapé si longtemps sur sa tête? Sans son ombrelle, elle était bien vulnérable. Tendant la main vers la Sôhei, elle appela à son aide pour avancer encore. Elle s'obstinait à marcher - c'était sa nature - mais une intervention de Fusen vint lui rappeler qu'il était peut-être préférable de faire une pause dans leur voyage. Elles n'avaient même pas encore déjeuné!

-Aah... Ah... A-attendez... Pause! Je ne puis plus marcher.
Je vais craquer si je ne trouve pas où m'assoir...


Tiens? Aurait-elle failli à sa diction lyrique? Non. Après avoir trouvé les racines d'un genévrier sur lesquelles poser ses fesses délicates, la jeune Onmyôji reprit une grande inspiration et son souffle reprit un rythme raisonnable.

-Je nous ralentis trop, veuillez m'en excuser...
Pourrions-nous souffler, et repartir ce soir?


Elle était visiblement gênée d'afficher sa faiblesse physique face à Ikuzu, son visage teinté de honte. Mais elle ne pouvait décemment pas continuer plus longtemps avant s'être reposée un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Jeu 20 Avr - 18:13

Pour Ikuzu son plan semblait parfait, jouer les appâts pour que l'onmyouji élève un kekkai et que sa garde puisse bourrer comme un sagouin. Mais étrangement lorsque Kirin parla de son propre plan, la guerrière ne défendit pas le sien, elle n'aimait pas l'idée de faire prendre le moindre risque à la jeune femme aux cheveux roses, mais elle était tout de même convaincue par sa proposition, il fallait dire que la religieuse savait y mettre les formes, elle était convaincante c'était certain.

Mais bon pour le moment elles pouvaient bien faire tous les plans possibles et imaginables, elles ne savaient toujours pas qui était derrière ces deux enlèvements, donc il allait falloir le découvrir avant de tenter quoi que ce soit. Pour le moment elles vendaient la peau de l'ours avant de l'avoir tué, il fallait déjà atteindre le premier village, puis le second et enfin découvrir le type de menace. Après elles pourraient tergiverser sur le plan, enfin... surtout Matoi.

La ballade dura longtemps, assez pour que les ombres commencent à s'allonger, Ikuzu aimait cette petite balade, malgré le fait qu'elle soit chargée elle était assez robuste et endurante pour marcher longtemps, un vrai cheval de trait. Elle était habituée à voyager avec de véritable marcheurs ou tout du moins, des personnes qui en avaient l'habitude, si bien qu'elle ne remarqua pas les quelques pas qu'elle prenait d'avance sur l'onmyouji. Cette dernière semblait essoufflé et elle tendit un bras vers la sohei pour qu'elle l'aide à continuer. Ikuzu aurait aimé lui dire de s'arrêter, mais la lueur d'obstination dans son regard avait interloqué la boxeuse. Elle avait souri à la jeune religieuse, admirative devant la combativité de cette dernière.

Cependant, la jeune femme admis avoir besoin de repos, la pauvre semblait vraiment à bout de force alors qu'Ikuzu commençait seulement à ressentir de la fatigue, quelques gouttes de sueurs bien rares se faisait voir sur son front. Elle aida l'onmyouji à s'asseoir sur des racines, s'étonnant que ses paroles ne rimaient pas. Elle fut rassurée par la tirade suivante à vrai dire, elle même souffla un peu et reposa son sac et celui de Kirin au sol. La sohei fouilla son propre sac et en sorti une gourde, ainsi qu'un petit bout de tissu.


Ne vous inquiétez donc pas Kirin-dono, je ne suis pas contre une pause moi aussi. Nous repartirons quand vous serez prête. Tenez buvez un peu.

Elle tendit alors la gourde à la jeune femme et elle s'assit en tailleur devant elle. Elle déplia le bout de tissu révélant quelques petits onigiris qu'elle avait emportée pour le trajet, elle ne doutait pas de trouver de quoi manger pour la suite du voyage au prochain village, mais en cas de petite fringale sur le début du trajet elle avait voulu anticiper. Elle posa le bout de tissu sur une souche entre elle et Matoi pour qu'elles puissent toutes deux se restaurer.

N'hésitez pas à grignoter un peu pour le reste de la route Kirin-dono et n'ayez pas l'air si gênée, vous n'avez pas à l'être.


Ikuzu lui offrit un sourire franc, elle n'était pas mécontente ou gênée par la petite constitution de la jeune femme. Que quelqu'un de robuste ce comporte ainsi l'aurait agacer au plus haut point, mais Matoi, elle, se donnait au maximum pour cette mission cela se voyait, elle n'allait donc ni la juger, ni la blâmer pour cela.

Ho ! Mais je ferais mieux de m'armer moi. Dit la sohei comme si elle venait de s'en souvenir.

Elle se releva pour fouiller à nouveau dans son sac et en sortir plusieurs objets en métal. Si l'onmyouji pouvait se demander de quoi il s'agissait, elle n'aurait plus de doute en regardant Ikuzu mettre ces objets : deux gantelets faits de métal et de cuir qui permettait une protection au niveau du dos de la main et du poignet, mais qui permettait aussi certainement de frapper plus fort. Ainsi que des protèges chevilles en métal également associé à des sandales waraji zori, mais additionné de bouts de métal, là aussi pour assurer une protection ainsi qu'une arme. Suite à cela Ikuzu s'écarta légèrement pour donner quelques coups de poings et de pied dans le vide, pour s'assurer que tout était fixé convenablement. Puis elle se rassit devant l'onmyouji et se saisit d'un onigiri pour le grignoter.

On ne sait jamais en pleine nuit... je préfère être équipé en conséquence, ha ha ha.
Revenir en haut Aller en bas
Kirin Matoi

avatar

Onmyôji

Messages : 26
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 24

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Mar 2 Mai - 13:23

La gentille Sôhei offrit à Matoi de se restaurer un peu durant cette pause nécessaire, et la jeune femme hocha la tête en la voyant lui tendre une gourde. Un peu d'eau n'était pas de refus, d'autant que le soutien d'Ikuzu soulageait l'Onmyôji qui tendit ses petites mains pour prendre le récipient et y boire quelques gorgées. Elle la lui rendit une fois sa soif étanchée avec un léger sourire reconnaissant. Mais la générosité de la lionne blanche ne s'arrêta pas là, lui proposant également de manger un peu en lui offrant une boule de riz, que Matoi ne refusa pas non plus, en prenant une entre ses doigts pour mordre dedans comme le ferait un petit rongeur avec une graine.

"Vous me voyez touchée par votre gentillesse,
Vous paraissez si forte, j'ai honte de ma faiblesse,
Mais, vous à mes côtés, je ne la crains plus guère,
On peut compter sur vous, chère prêtresse-guerrière!"


Elle lui sourit tandis que Fusen, qui voletait depuis tout à l'heure autour d'elles, visibles seulement aux yeux de Matoi, vint s'intéresser à Ikuzu en se balançant lentement devant son visage.

La Sôhei s'équipa alors pour la nuit. Il est vrai que l'obscurité dans Yokuni n'était pas le moment le plus rassurant de la journée, ni le plus sûr. Et comme le soleil se couchait bientôt, et qu'elles allaient probablement dormir à la belle étoile ce soir, le prochain village étant encore loin, il valait mieux s'armer. Matoi était dépourvue d'armes, mais bientôt Ikuzu fit une démonstration des siennes. Elle se battait à mains presque nues - c'était à prévoir d'une artiste martiale comme une Sôhei- si ce n'était les protections en métal qu'elle revêtait, et qui devaient également infliger des coups redoutables.
Le petit esprit bout de papier manqua de se faire ratatiner lorsqu'elle donna quelques coups dans le "vide", inconsciente de la présence de Fusen devant elle, mais celui-ci vola bien vite se réfugier dans le sac de Matoi en tremblant, ce qui ne manqua pas de faire rire un peu cette dernière. La démonstration d'Ikuzu était assez impressionnante, il fallait dire, du moins, c'était le cas pour une personne qui ne pratique pas le combat.

Sans dire un mot, un petit sourire malicieux au coin des lèvres, la Matoi reposée prit dans son sac un petit calepin et une mine de charbon - beaucoup plus adaptée à l'expression artistique que le pinceau et l'encre, selon elle - et entreprit dans le plus grand silence, profitant de la lumière couchante, pour illustrer la scène, dessinant Ikuzu dans une pose de combattante. Le portrait aurait quelque chose de photographique entre les mains de l'Onmyôji si douée en illustration.
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Dim 14 Mai - 19:07

Ikuzu était très flattée par les compliments de la petite Onmyôji, elle n'en avait pas l'habitude, tout comme elle n'avait pas l'habitude de converser avec une personne comme elle. Elle vivait parmi les Sohei, soit donc dans un univers d'homme, seul elle et Yuzuki-chan dérogeait à cet ordre monastique masculin. La voir prendre la boule de riz et la manger d'une manière si mignonne lui tira un sourire, elle n'avait pas l'habitude du kawai. Aux compliments de la jeune femme la sohei rougit légèrement en se grattant la joue.

Je vous en prie Kirin-dono, je serais une bien piètre Sohei si je vous laissais mourir de faim.


Ikuzu eut un bref rire franc et sincère après sa phrase on sentait la bonne vivante qui se s'embarrasse pas de masque et de mystère, quelqu'un de simple en somme. La lionne blanche offrit un sourire jovial et rassurant à la jeune femme, essayant de lui transmettre que tout ceci était bien normal à ses yeux. Elle était là uniquement pour la défendre après tout.

Ne vous inquiétez pas, je serais vos muscles quand vous en aurez besoin et vous la tête quand je serais inutile. Haha. N'ayez pas l'air gêné, nous avons tous des faiblesses après tout.

Après avoir fait quelques mouvements pour être sûr que ces ''armes'' étaient bien fixées la Sohei remarqua l'air amusé de Kirin, c'était bien la première fois que quelqu'un s'amusait de la voir en mouvement, en général les gens voyaient cela d'un mauvais œil. La lionne se rassit tranquillement pour déguster l'un des onigiris, elle le dévora en quelques bouchées contrairement à la délicatesse de Matoi, elle évita tout de même de lancer un rot, ce n'était pas très élégant en face d'une onmyoji.

La guerrière réfléchissait à la suite de la future soirée. Elle préférait ne pas dormir dehors, il faudrait qu'elles marchent encore quelques minutes, voir si elles pouvaient trouver une petite cabane d'Hinin ou de yuujo itinérante, pour pouvoir dormir avec au moins un toit au-dessus de la tête. La combattante habillée d'or se releva et s'éloigna un petit instant, pas très loin, elle rejoignit simplement la route, soit deux mètres à tout casser ^^. Elle plaça une main au-dessus de ses yeux, comme cela allait lui faire voir plus loin. Elle revint ensuite vers Kirin, accompagnée de différents cliquetis.


Kirin-dono, je vous propose de vous reposer encore un peu et de reprendre la route. Il doit y avoir de petites cabanes pour les itinérants le long de cette route, ce serait mieux que de dormir dehors je pense. Qu'en pensez vous ?

Elle ne voulait pas lui donner d'ordre et elle ne voulait pas faire quelque chose d'idiot non plus, normal qu'elle préfère demander l'avis de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Kirin Matoi

avatar

Onmyôji

Messages : 26
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 24

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Ven 2 Juin - 17:16

Le croquis fini, Matoi le posa un instant sur ses genoux pour l'admirer et le comparer avec le modèle original. C'était plutôt réussi, et très ressemblant à Dame Ikuzu, même si, en revanche, son jeu d'ombrage tendait à embellir beaucoup la scène de façon héroïque. N'osant pour le moment pas le lui montrer, elle remonta les yeux vers elle et sourit.
Il était vrai que si elles avançaient un peu, cela leur permettrait sûrement de ne pas dormir à la belle étoile ce soir, perspective qui enchantait peu Matoi malgré son amour de la nature. En effet, sa constitution délicate lui garantissait qu'elle attrape au moins un rhume si elle dormait dehors, même emmitouflée dans dix couvertures - ce qu'elles n'avaient pas sur elles de toutes façons. Et puis le vent et les insectes... Non merci, elle préférait les dessiner que les héberger dans son habit de Miko.

"Vous avez bien raison, je crois.
Mieux vaut ne pas s'attarder là,
Nous ferions bien de trouver
Un endroit où nous abriter."


Elle se releva donc après avoir rangé son matériel à dessin dans le petit sac, ayant repris des forces, du moins, suffisamment pour marcher jusqu'au prochain arrêt. La gentillesse de la Sôhei la touchait, mais il va de soi qu'elles n'allaient pas se contenter de quelques boules de riz et d'un sol en herbe pour toute une journée de marche... Si elles pouvaient trouver sur la route la cabane d'un bûcheron ou d'un agriculteur prêt à leur offrir l'hospitalité, cela serait l'idéal.

Ainsi reprenait leur marche... Heureusement, elles n'auraient pas longtemps à marcher avant de tomber sur un abri pour la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Jeu 8 Juin - 20:50

Ikuzu était contente de voir que la jeune onmyoji était d'accord avec son avis, elle n'hésita pas à lui tendre une main amicale quand elle voulu se relever pour reprendre le voyage. Certes le soleil se couchait, mais il ne faisait pas encore nuit, Ikuzu ne s'en faisait pas pour elle ou pour d'éventuelle menace pendant la nuit. Elle était capable de dormir à même le sol et de combattre, mais pas la délicate religieuse, de plus elle ne voulait pas la confronter à de la violence si elle pouvait l'éviter, même si elle-même aimait beaucoup ça. Plus que ce qu'elle aimerait.

Ainsi les deux femmes reprirent le court de leur voyage, le soleil continuait sa descente et les ombres des arbres commencèrent à ressembler à un véritable compte à rebours avant le début de la nuit. Pour le moment aucune des femmes ne parlaient, mais ce n'était pas un silence gênant, d'ailleurs les petits cliquetis que provoquait le déplacement d'Ikuzu cassaient le dit silence. La guerrière portait toujours son sac et celui de sa protégée. C'est après que le soleil ce soit couché, laissant la place à l'astre lunaire et de nombreuses étoiles, qu'Ikuzu (et certainement Kirin aussi) aperçu une bicoque très modeste sur le bord de la route, la lumière qui en venait prouvait qu'il y avait du monde et au vu des stères de bois au dehors il s'agissait sans doute d'un bûcheron ou d'une famille de bûcheron.


Nous avons une chance de ne pas dormir dehors Kirin-dono.

La lionne blanche n'hésita pas à s'approcher de la maison pour aller vérifier que quelqu'un était bien là et s'il pouvait les accueillir, après avoir élevé un peu la voix pour vérifier que la maison était habitée, la porte coulissa et laissa apercevoir un homme d'une cinquantaine d'années, le visage creusé par son métier, rien de bien spécial à son propos.

Konbawa. Je suis Ikuzu sohei du temple Meisou en compagnie de Kirin Matoi-dono onmyoji. Nous sommes en chemin vers le village Kikoro. Nous avons été surprise par la nuit avant d'arriver à Tanabe et j'aimerais vous demander l'hospitalité pour ce soir.

Ikuzu c'était montrée très respectueuse et surtout moins familière que dans sa nature. Elle savait mettre certains points de son caractère de côté. Elle s'inclina même respectueusement devant l'homme. Elle savait que son physique, ses vêtements n'aidaient pas, mais surtout son rang : sohei. Rare étaient les gens qui y croyaient sans une véritable preuve. D'ailleurs Ikuzu comptait bien plus sur la présence de Kirin pour les faire entrer chez l'homme, ce doutant qu'elle ne suffirait pas à le convaincre, mais lorsqu'il poserait ses yeux sur la jeune femme il n'aurait aucun doute sur leur nature de religieuses. D'ailleurs l'homme lui-même sembla le confirmer.

Bien sûr, ce sera un honneur d'offrir l'hospitalité à deux religieuses de Meisou. Mon épouse, nous avons des invités.
Oui époux.


Répondit une voix féminine à l'intérieur. L'homme s'effaça de la porte pour laisser Ikuzu et Kirin entrer, bien entendu la guerrière laissa l'onmyoji passer en première.
Revenir en haut Aller en bas
Kirin Matoi

avatar

Onmyôji

Messages : 26
Date d'inscription : 26/02/2017
Age : 24

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Dim 23 Juil - 19:38

Un peu de marche jusqu'à leur abri pour la nuit était encore nécessaire pour y parvenir. Matoi tint bon, malgré ses pieds endoloris et son souffle court. Elle avait repris assez de forces pour suivre sa partenaire Ikuzu , la Sohei chargée de sa protection lors de ce voyage, jusqu'à une petite demeure où elles furent bien vite accueillies par un couple, de ce qui semblait être des bûcherons.
En entrant, sa petite stature et ses cheveux roses suscitèrent bien des regards curieux, ce à quoi elle répondit d'un sourire radieux tel qu'elle seul avait le secret pour réchauffer le coeur des fidèles.

-Mes bonnes gens, bonsoir, nous sommes en voyage,
Mais nous n'avons trouvé, dans votre voisinage,
D'autre lieu où nous pûmes passer la nuit au chaud
à l'abri de tout vent et de la météo,

Aussi je vous saurais toute ma gratitude
De bien nous accueillir en cette époque rude
Et nous vous remercions de tout nos humbles êtres
Ne vous tracassez point, car nous serons discrètes!
Au nom de Kazegami
Soyez bénis.


Le couple sembla charmé - quoi qu'un peu étonné de sa locution- par les paroles de la jeune Matoi, et voir des gens aussi hospitaliers lui mit du baume au coeur.
C'est donc avec joie qu'elle s'installa auprès d'Ikuzu. Le souper allait juste être servi, et il y avait visiblement de quoi contenter chacun et chacune autour de ce pot.
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 44
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi) Ven 4 Aoû - 17:01

La lionne avait bien fait de compter sur Kirin pour leur permettre de se faire héberger, elle n'était pas la dernière en matière de présence et d'élocution, mais la petite Matoi était bien plus équipé pour cela, bien plus. Aussi l'homme les laissa entrer, prévenant également sa femme qu'ils auraient deux invités de plus ce soir, ni l'un, ni l'autre ne semblait vraiment gêné par cela, prouvant ainsi qu'il s'agissait de gens bien, humbles, mais hospitaliers, pauvre, mais partageurs. C'était vraiment une preuve de gentillesse incroyable et si rare parfois. Il était amusant de voir que c'était les plus humbles qui avaient le moins de mal à aider.

La lionne laissa sa protégée entrer la première, pour qu'elle puisse s'asseoir rapidement, c'était elle qui avait le plus souffert du trajet c'était certain. Mais aussi parce qu'elle était la personne importante du voyage, celle qui devait être protégée, en plus du rang, il semblait logique pour Ikuzu que le sohei se place derrière la personne qu'il doit protégé, surtout s'il s'agit d'une onmyouji. Mais peut-être que tout cela n'était pas si important.

Ainsi donc les deux jeunes femmes entrèrent dans cette petite bicoque, le couple qui les accueillait était véritablement charmant et les invitèrent à s'installer pour pouvoir passer à table. Ils s'excusèrent de ne pas pouvoir manger avec eux, visiblement ils c'étaient déjà restaurés. Mais l'épouse du bûcheron servi aux deux jeunes femmes une soupe miso. Ikuzu aurait aimé quelque chose de plus consistant pour manger, mais l'hôtesse leur servit un grand bol et la soupe présentait des morceaux de légumes, assez pour ne pas être que du liquide.


Itadakimasu !

Nul doute que ce moment de restauration saurait lui-aussi montrer les différences entre les deux jeunes femmes, Ikuzu mangeant assez bruyamment en général, cette soupe n'y faisait pas exception, élevée comme une guerrière par des guerriers, même si elle avait appris le protocole, la politesse ect... elle restait une femme franche et un peu bourrin sur les bords.

Malheureusement après le repas un problème ce posait, il restait un matelas au couple, mais pas plus, enfin pour la lionne ce n'était pas tellement un problème, elle estimait même que le fait qu'ils en aient un était déjà un miracle, de toute manière elle pouvait dormir sur le sol sans trop de problèmes. La nuit étant avancée et le couple ayant du travail demain, ces derniers les laissèrent donc seul dans la pièce principale (et l'une des seules), au moins Matoi et elle auraient chaud ce soir vu qu'elle dormait près de l'âtre.


Très bien Kirin-dono, prenez donc le matelas, je dormirais à côté. Vous devez être fatigué j'imagine.

Ikuzu ponctua cette proposition par un sourire franc et rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi)

Revenir en haut Aller en bas
 

Un chemin vers le sud (Pv Kirin Matoi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'hiver est un long chemin vers le printemps ♦ Gerolama & Mary
» [Terminé] En chemin vers notre destinée [Routes 1,3 et 4]
» Un chemin vers la Lune
» Chemin vers la roche royale des îles écume
» L'amabilité est le plus court chemin vers le commerce...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..