AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le renard et les onmyoji [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Dim 28 Mai - 3:22

Les pleurs résonnaient alors dans son crâne, plaintifs, déchirants, de même que les cris de rage contre les cieux qui demandaient “pourquoi”. Ces dizaines de voix, toutes différentes, décharnées, dévitalisées, déformées, qui ne réclamaient au final qu’une seule chose : la vie. Malheureusement, tout était déjà joué pour eux, la flamme était pour toujours perdue. L’essence leur avait été arrachée. Seuls leurs sentiments, fugaces restes qui ne voulaient disparaître, permettait de faire subsister un semblant de vivacité.
Ils poussaient à tomber dans le désespoir face à une terreur sans nom ; et engendraient un haut-le-cœur pesant. On y décernait la peur muette et sourde qui agrippait les tripes lorsque la maladie frappait, lorsque le mauvais sort tombait comme un couperet, et que ses conséquences sonnaient comme un glas. Il y avait également ce déni de la mort, la colère des enfants orphelins ou des parents privés de leur descendance ; tous partis trop tôt, injustement. Sans compter l’horreur des derniers instants des humains décimés sous les griffes des Yokaï, éventrés pour les plus chanceux, dévorés vivants pour les fins les plus terribles. La rage demandait justice ; les supplications plaidaient pour l’aide. Tout ce qui s’était passé pendant l’été … l’Onmyôji le comprenait. Malgré que son cœur donne l’impression d’insensibilité, il compatissait avec ces défunts. Il le fallait pour les apaiser. Il fallait les libérer … désamorcer la bombe. Un instant, il ne fut rien, puis un, puis tous.

Son sceptre brilla d’un éclat doré lorsqu’il frappa le sol et traça la ligne qui rappelait la limite entre les deux mondes. Les anneaux s’entrechoquèrent dans un bruit cristallin. Tels des souffles libérateurs, les mots filèrent de sa bouche ; une aura dorée d’une douce chaleur envahit le petit groupe, projetant des lumières chatoyantes sur les esprits. L’Onmyôji parut être un autre homme ; ce fut avant que son pouvoir ne semble se déchainer d’un seul coup. Une puissante vague d’énergie émana de lui, bien plus effrayante, tel un raz de marée imprévisible, telle une ombre immense qui se dressait. Elle s’immisçait parmi les esprits, on aurait pu dire qu’au lieu de les englober dans une lumière salvatrice que les défunts auraient pu trouver réconfortante, cette énergie les attrapait et les tiraient vers l’Onmyôji, les forçant à s’ouvrir à lui qu’elles le veuillent ou non. En résultait finalement le même effet.
L’Abe no maudit sentit la tristesse l’envahir, et il l’intériorisa. Une à une, les âmes trouvèrent ce confident pour leur indiquer la voie du repos. Pour autant, quelque chose n’allait pas. De nombreux esprits, les plus dangereux, restaient incompris. Il ignorait une partie de l’histoire qui empêchait la prière de faire son effet. Pour ceux-là, il allait devoir mener enquête, car ils n’allaient pas lui donner réponse. Ce qui était inquiétant était de savoir que vu que ce n’était ni les attaques de Yokaï, ni la maladie, ni le sommeil, il s’agissait d’un événement dont on ne lui avait pas parlé.

Le sutra d’apaisement se termina, et il reprit pied avec la réalité. Planqué derrière les diverses barrières qu’il avait ajoutées pour se protéger des esprits, Chikanori avait dû attraper son feuillet de runes pour s’aider. Le Kitsune n’avait plus l’habitude de travailler en groupe, de même que lui n’avait que rarement pu le faire ; le duo qu’il formait autrefois avec Kon ne leur avait pas vraiment permis de se battre.
Depuis sa disparition, bientôt trois ans, il s’était focalisé sur les Sutras expéditifs qui irradiaient les terres autour de lui, purifiaient esprits et Yokaï sans distinction ; ce qui n’était pas forcément approprié avec la présence d’un gardien. Le temps de s’ajuster, ils avaient finalement faillit se pulvériser l’un l’autre, encore heureux qu’ils n’étaient pas des amateurs, sans quoi le résultat aurait été catastrophique. S’ils auraient chacun pu s’en sortir, rien n’était moins sûr pour le gamin vautré au sol.
 
Profitant du mouvement, il renchaina sur un autre sutra, qu’il invoquait intérieurement de son nom. A chaque appel, la vague d’esprits affaiblie recula, et au fur et à mesure, les Yurei prirent la fuite. Encore en contact avec ses sentiments, la vue de cette réussite laissa le jeune homme songeur. Sans l’autre pour se mettre entre lui et le Kitsune, il avait un instant l’impression d’être un Onmyôji normal. Forcément, à deux, c’était plus simple. Forcément, on se sentait moins seul dans cette tâche. Enfin. Les choses étaient ainsi.

La récréation fut de courte durée. Une fois les Yurei mis en fuite, il s’appuya un instant sur le bâton, fixant ce gamin dont il jalousait le don et le Kitsune aux quatre queues. Il n’allait pas le laisser mourir. L’exorciser était sa priorité. Après, il faudrait aller courir après les Yurei restants, qui apparemment, avaient la mauvaise manie de posséder les gens. Pour le coup, il ne serait pas contre un peu d’aide … si le gamin se réveillait à temps, il aurait probablement des informations nécessaires et très intéressantes pour parvenir à les envoyer sur le rivage de la mort rapidement.
Lorsqu’il s’accroupit, sa vision se troubla un peu, il n’avait pas vraiment le temps pour se remettre de l’effort qu’il venait d’endurer. Rapidement, il récupéra dans son sac qu’il avait lâché au sol de quoi faire un exorcisme plus correct que ce qu’il faisait d’habitude, et surtout, de quoi assurer que le gamin ne se fasse pas reposséder par la suite. Il lui accrocha une amulette autour du cou, et inscrivit des runes à l’encre rouge à l’intérieur de ses poignets.

_ Il risque de crier. Il faudra le maintenir. » Prévient-il.

Sans plus attendre, il commença son office. Comme attendu, la tâche fut complexe car l’esprit n’avait pas dans l’intention d’abandonner sa proie. Avec fermeté, l’Onmyôji extirpa le Yurei qui fit débattre furieusement le corps de l’enfant et le fit crier comme une bête. Malgré l’attention qu’il y mettait, il sentait que le petit Mitsujiro n’allait pas ressortir tout à fait indemne de cette histoire, physiquement et mentalement. Comme le démon intérieur opposait trop de résistance, il finit par être plus impératif dans sa prière, ce qui finit de libérer l’humain dans un dernier cri.
Chikanori s’écarta un peu pour s’assoir, une migraine venant lui assaillir l’esprit. Maintenant qu’ils étaient hors de danger, temporairement, il allait pouvoir reprendre son souffle, en espérant que son patient se réveille.
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 29 Mai - 22:18

Le noir, le vide, les ténèbres… Il ne voyait rien, n’entendait rien, ne ressentait rien. Sa tête était vide elle aussi, il se souvenait à peine de son propre nom. C’était le vide, à l’extérieur et à l’intérieur de lui. Une voix avait ordonné, impétueuse, et il avait obéi, sans même songer à faire autrement, il n’avait pas pu. Il était simplement tombé dans ce vide abyssal, ça s'était fait si rapidement, de manière si brusque et irrémédiable. Il n’avait pas mal, ni chaud ni froid, ni faim ni soif. Il était juste là, et ce n’était ni bien ni mal. Pourtant il lui semblait entendre des bruits de combats… ce grondement, il lui était familier…

Un yurei s’approcha d’une de ses flammèches, celle-ci tremblota, prête à disparaître. Alors Kitsune rugit violement en se grandissant de manière menaçante, le yurei recula, mais plus pour longtemps. Mais il devait juste tenir, juste un peu, il sentait la puissance de Chikanori lui chatouiller les poils du dos, l’onmyoji serait bientôt prêt.

Quelque chose lui chauffait le bout des doigts, s’était discret, subtil, mais bel et bien présent. Il tenta de bouger, de se réveiller, mais il était paralysé, comme pris au piège dans un cauchemar bien trop réel. Il voulut crier, appeler à l’aide, mais aucun son ne s’échappa de ses lèvres. Foutu renard ! Où était-il quand il avait besoin de lui ? Foutu renard… ? Qui était-ce… ?

Cette fois, le bluff ne fonctionnerait plus, un yurei fonça sur l’une de ses flammèches qui disparut instantanément avec un petit souffle. Comprenant qu’il n’y avait rien à craindre, les autres le suivirent et le miasme noirâtre se referma sur eux. Pourtant, Kistune tient ses positions, prêt à défendre les deux gamins. Il espérait simplement que Chikanori aurait des barrières pour gérer les angles morts, il ne pourrait pas s’occuper seul de tant d’ennemis à la fois. Jusqu’à présent il y parvenait, car en se jetant sur eux il les avait dispersés et désorganisés pour un temps. Mais maintenant que les yurei avaient compris que son but était de défendre les deux humains, la donne changeait du tout au tout. De plus, les coups qu’il avait déjà encaissés commençaient à l’affaiblir.

"Il ne viendra pas, il t’a abandonné, comme les autres, comme les tiens. Il ne t’obéira plus, car tu n’es pas né pour donner des ordres, tu es né pour les suivre, bien gentiment, comme tu le fais en ce moment. Tu.Es.Faible !"
Cette voix, ces mots évoquaient en lui une colère chargée de terreur. De vieilles blessures s’éveillaient sous sa peau, il avait mal, au dos, aux poignets. Des larmes amères coulèrent sur ses joues. Alors une lumière brutalement lacéra les ténèbres, un flash aussi violent et soudain qu’il fut bref.


Shinosuke repoussa plusieurs assauts, encaissant les coups sans broncher. Et enfin, le son cristallin du shakujo résonna à ses oreilles. Envoyant valser un énième esprit, Kitsune se plaqua au sol et se prépara au choc. La prière ne devrait normalement pas l’atteindre directement, mais cela restait une manifestation des pouvoirs des Kamis, or il n’était jamais très à l’aise avec ça. Alors que l’aura doré repoussait la brume maléfique, l’image de Taisuki faisant son office vint se superposer dans son esprit à celle de Chikanori qu’il admirait en cet instant. S’il avait été humain, il aurait souri. Ils ne se connaissaient pas, ils n’avaient pas échangé un mot. Mais chacun, par son expérience, avait su s’adapter à l’autre, ils menaient le même combat. Et durant un court instant, il avait retrouvé ses vieux réflexes.

La vague d’énergie le frappa, le laissant sans le souffle et avec une sensation étrange sur la peau. Le pouvoir des kamis était indubitablement présent, lui brulant les yeux et la chaire. Mais il y avait autre chose, quelque chose de plus… sombre ? Shinosuke se demanda alors où était passé le gardien de cet enfant. Il ne l’avait pas vu, pourtant son aide aurait été précieuse. Avait-il vraiment disparu ? Mais peut-être aussi que son rôle ne résidait pas dans l’attaque ou la défense ? Il savait que certains gardiens pouvaient avoir un rôle plus subtil, plus…

La douleur soudain, figea ses sens et ses pensées. Il se tendit, voulant hurler, mais aucun son ne sortit de sa gueule ouverte. Une tristesse sans nom enserra son cœur, le remord lui sauta à la gorge et il y avait aussi cette douceur, cette tendresse qui caressait son pelage et lui donna envie de pleurer toutes les larmes de son corps, comme autre fois…

La prière de l’onmyoji le laissa vidé de ses forces, abattu, allongé sur le flanc. Que s’était-il passé ? Avait-il capté les sentiments de certains yurei à cause des pouvoirs invoqués par Chikanori ? Il perçut à peine les esprits restant reculer puis fuir sous l’action d’un autre sutra qui lui chatouilla les pattes. Néanmoins, la sensation fut suffisante pour le ramener peu à peu à lui. Il se redressa, toujours couché sur le flanc, et s’ébroua doucement, faisant l’inventaire après ce combat difficile.

Certaines zones de son corps lui faisaient mal, mais les dégâts purement physiques étaient sans doute limités. Néanmoins, un yurei avait visiblement réussi à lui lacérer le museau, une balafre horizontale saignait un peu au-dessus de sa truffe. Kitsune éternua et passa les pattes avant sur sa blessure avec un couinement. Il allait être beau une fois redevenu humain tient, avec une coupure lui barrant horizontalement le visage. Quelques autres griffures bénignes tachaient sa fourrure de rouge, sur les pattes, la cuisse ou le flanc par exemple. À part cela, rien de grave à signaler. Si ce n’était ses oreilles sifflantes à cause des cris poussaient par les yurei exorcisés. Kistune bailla à s’en décrocher la mâchoire en secouant la tête, espérant chassait un peu ce bruit parasite. Heureusement, les prières de l’onmyoji avaient dissipé les miasmes maléfiques jusque dans son esprit, aussi le renard se sentait maître de lui-même. Même si les derniers échos des sentiments éprouvés et ravivés par l’influence négative des yurei embrumaient encore légèrement ses pensées.

"Il risque de crier. Il faudra le maintenir."

Kistune découvrit les dents en un grondement silencieux. Non, mais c’était pas bientôt fini oui ? Il avait combattu pour le protéger, il était fatigué et blessé, même légèrement. Alors il allait le laisser tranquille maintenant ! Qu’il se débrouille ! Il n’était pas son gardien à la fin !
Puis, le renard connecta ses deux neurones et comprit que c’était de Mitsujiro qu’il s’agissait. Ah, il fallait bien bouger alors. Le gamin s’était fait avoir parce qu’il n’avait pas rempli correctement son rôle, et un peu par sa propre faiblesse aussi. Alors il était normal que lui, le gardien de cet incapable, aide à ses soins. D’ailleurs, Chikanori était déjà bien gentil de s’en occuper, il ne leur devait rien en soi.

Aussi Shinosuke se releva et s’approcha, gratifiant l’onmyoji d’un signe de tête reconnaissant. Puis il s’installa de toute sa longueur sur le corps inerte de Mitsujiro, veillant tout de même à ne pas l’étouffer. Cela aurait peut-être été plus simple sous forme humaine, mais pour le moment, Kitsune se sentait encore mieux ainsi, plus réactif, moins fragile. De toute façon, même en tant que renard, il était encore plus grand que le gamin en longueur, alors ils sauraient bien se contenter de cela.

Le flash lumineux laissa des picotements sous sa peau, des lumières derrière ses yeux et sa respiration haletante. Un instant, il eut l’impression que le vide se dissipait un peu, la voix s’était tue. Il replaça quelques pièces du puzzle interminable qu’était devenue sa mémoire : qui il était, d’où il venait… Shinosuke… Puis à nouveau les ténèbres se refermèrent sur lui. Il eut l’impression d’étouffer, de se noyer dans une eau trop visqueuse. Il hoqueta, les larmes s’échappant de ses yeux alors que sa conscience était à nouveau déchirée en morceaux.

Puis la lumière pulsa à nouveau, doucement cette fois, chassant peu à peu les ténèbres. Un instant il fut soulagé, persuadé que l’aide tant espérée arrivait enfin. Mais alors la douleur irradia son corps, ou peut-être était-ce son esprit ? Ou les deux… Il cria, et cette fois cela produisit un son, mais pas celui escompté. Au travers de la souffrance, il comprit que c’était un autre qu’il entendait hurler. D’un son strident à lui vriller les tympans. Alors Mitsujiro se rebiffa, tel un cheval ruant pour se débarrasser de son cavalier, il combattit les ténèbres qui obscurcissaient son esprit. Mais ce contre quoi il se rebellait ne se laissa pas faire. En un grondement de rage, il sentit une pression extrême s’abattre sur lui. Il se sentit perdre pied, tomber à nouveau, dans ses souvenirs, ses tourments, ses douleurs, multipliées à l’infinie à cause de l’influence du yurei.

Le corps de Mitsujiro se tendait violemment, il se cambrait, se débattait avec la force d’un damné sous le poids de son gardien. Plusieurs fois, Shinosuke dut se retenir de planter ses crocs dans la chair tendre pour l’immobiliser. Maintenant, il regrettait de ne pas avoir repris forme humaine. Car non seulement il devait se battre pour maintenir Mitsujiro, mais en plus il devait le faire en prenant bien garde à ce que ni ses dents ni ses griffes n’entaillent la peau fragile.

Enfin tout cessa, mais ce fut dans un déchirement sec qui lui parut fendre son corps et son esprit. Il tomba à nouveau dans les ténèbres, mais celles-ci étaient plus calmes, presque chaleureuses comparées à tout à l’heure. Elles l’accueillirent donc dans un calme réconfortant.

Enfin, le corps de Mitsujiro fut libéré dans un dernier cri qui blessa les oreilles sensibles du renard. L’esprit qui l’avait possédé fut tiré hors de son hôte involontaire, se matérialisant en une masse brumeuse et noirâtre, poussant un rugissement de rage. Le kitsune se jeta alors sur le yurei affaibli pour lui donner le coup de grâce, une action peut-être pas vraiment utile, mais qui eut au moins le mérite de lui permettre de passer ses nerfs. Finalement, tout redevient calme, la maison n’était plus qu’une ruine inhabitée, les oiseaux se remirent à chanter et une légère brise vient caresser le visage des combattants, qui enfin avait droit à un peu de repos.

Chikanori s’écarta et tomba assis, l’épuisement se lisant dans les traits tirés de son visage. Shinosuke se coucha alors près de son petit maître, attendant son réveil en silence afin de laisser l’autre onmyoji prendre un peu de repos. Finalement, après de longues minutes, Mitsujiro s’agita, quelques gémissements. Il fallut un moment au renard pour comprendre que l’enfant pleurait, tout en étant encore à demi inconscient. Par réflexe, le kitsune vient lécher les larmes qui coulaient sur les joues du jeune onmyoji. Les yeux de Mitsujiro bougèrent sous leurs paupières, avant de finalement s’ouvrir, brumeux de souffrance et de larmes. Alors l’enfant gémit, repoussant le renard sans grande force.

"Va-t’en ! Tu m’as abandonné…" Protesta faiblement Mistujiro.

Le kitsune couina légèrement et poussa la joue de l’enfant de son museau.

"Non ! Laisse-moi…"

Shinosuke, s’il comprenait l’état de faiblesse de son maître, commençait malgré tout à s’impatienter. Il s’assit sur son séant et jappa une fois, de manière assez autoritaire. Mitsujiro se contenta de se tourner sur le côté, visiblement atteint par les derniers évènements.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Sam 3 Juin - 14:43

C’était une rude épreuve que le jeune religieux de Setsu avait traversée, mais cela n’allait pas être la dernière. Avec un peu de jugeote, il reviendrait sur ses erreurs pour en tirer les leçons nécessaires, quoiqu’il en doute sérieusement. Mitsujiro avait plus démontré jusqu’ici de son égoïsme d’humain qu’autre chose. Qu’importe, se disait-il. Ce qui l’intéressait dans l’histoire était ce que le gamin pouvait lui apprendre si jamais des souvenirs de la possession lui revenaient … hormis le renard qu’il découvrait tendre et attentionné avec son maître.
Chikanori vint s’accroupir en face d’eux une fois son souffle récupéré.

_ La possession est très dangereuse à cause de ses atteintes de l’esprit. Ton renard le sait sûrement, mais il arrive que les sentiments laissés par la possession poussent la victime à se dénigrer voir même se suicider. » Il fixa la pochette de tissu qui pendait du cou de l’enfant. Il en transportait une seconde sur lui, au cas où il perdrait la première. Soigneusement concoctée, elle protégeait des possessions mais surtout des pensées négatives des esprits. « Elle devrait te protéger. Il était inconscient de ta part de ne pas en porter, nous autres humains sommes particulièrement vulnérables durant notre sommeil et la nuit. Les gardiens peuvent difficilement agir contre de ce genre de choses, les Yurei n’ont pas peur de se frotter à eux car de toute façon ils n’ont rien à perdre.

L’Onmyôji se releva à l’aide son Shakujô puis replaça quelques mèches de ses cheveux qui lui voilaient le visage. C’est au loin qu’il regarda ; passé la tempête l’endroit n’était qu’une vieille bicoque vide au bord de l’eau. Le mal s’était exporté plus loin, il ne fallait pas trainer, sans quoi la situation empirerait rapidement.

_ Je n’ai pas pu exorciser tous les esprits. Il y a quelque chose qui s’est passé dans ce village qui a enclenché leur colère, j’ignore quoi. Si jamais quelque chose te reviens, parles m’en. Mais ne me suis pas si tu es trop faible pour tenir le choc.

Bien décidé à ne pas plus s’attarder ici car l’urgence se faisait sentir, il attrapa son sac pour abandonner ses compagnons à ses devoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Dim 4 Juin - 12:37

Quand l’autre onmyoji approcha, Kitsune s’écarta et se mit à lécher ses blessures, nettoyant un peu sa fourrure tâchée de rouge. Mitsujiro se redressa et allait parler, mais Chikanori ne lui en laissa pas l’opportunité. Il subit donc les mots de son aîné tel un gamin pris en faute, ce qui n’était pas loin d’être le cas. Aussi resta-t-il le regard fixé au sol jusqu’à ce que l’autre ait fini de parler et commence à s’éloigner. Shinosuke regarda un moment son petit maître se mordiller la lèvre. Nombre de sentiments se disputaient son esprit, depuis le chagrin réveillé par ses souvenirs douloureux jusqu’à la colère d’avoir été si faible, en passant par la peur qui lui inspirer désormais leurs ennemis. Kitsune ne pouvait pas lire dans l’esprit du gamin, mais il devinait au moins la peur qui faisait trembler ses membres.

Aussi le renard tourna les talons, prêt à suivre Chikanori. C’était un moyen de signifier à son maître d’aller se reposer, un moyen de lui rappeler aussi qu’il ne lui était pas soumis. Un désir égoïste de sa part de continuer un peu aux côtés de l’Abe no, car il lui permettait de retrouver ses sensations d’autant. Une envie d’accompagner l’onmyoji qui semblait aussi esseulé que fatigué dans un combat qu’il pressentait difficile. Néanmoins, le kitsune s’était peut-être fourvoyé sur l’émotion qui dominait en cet instant le jeune Mitsujiro.

"Je ne suis pas suicidaire !" Ces mots furent murmurés avec hargne.

Oui, il avait fait une erreur… Peut-être… Car malgré les mots de son aîné, le gamin continuer de considérer son contractant comme le seul responsable. Il n’avait qu’à le défendre ! Il aurait dû lui éviter toute cette souffrance !

"Stop, stupide renard !"

Shinosuke se tourna vers son maître, non sans un léger grognement.

"On va t’accompagner, Chikanori-san." Déclara Mitsujiro avec détermination en se mettant sur ses jambes.

Ils allaient le suivre en effet, mais pas parce que Shinosuke l’avait décidé. Non, ce serait sur son ordre à lui, de cette manière, il avait la sensation de reprendre en main la situation. Il allait suivre Chikanori, pour prouver à tous qu’il n’était pas faible, pour se venger de ces satanés yurei.

"Aller, vient renard !"

Shinosuke soupira en roulant des yeux, ce gamin était insupportable. Et pour le coup, il se serait bien assis pour ne plus bouger, juste pour l’emmerder. Mais bon, il n’était pas aussi puéril que cela… pas trop. Aussi il marcha, mais contre la jambe de Chikanori et non aux côtés de son maître légitime.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Sam 10 Juin - 3:15

La tension ne tarda à regagner l’air, les nuages flottaient au dessus du petit village qui revêtait des aspects aussi sombres que l’ancienne maison de soins. L’orage éclaterait bientôt. La marche qui les menait inexorablement vers le bourg lui permettait de se remettre les idées en place, de concentrer l’énergie éparpillée par l’exorcisme qu’il avait opéré peu avant. S’accorder une réelle pause ? Un luxe impossible à demander dans une telle situation. A côté à lui, le renard suivait le mouvement et son maître ne cheminait qu’à la suite, en retrait. L’homme ne lui prêta d’attention, le bruit de pas l’assurait de sa présence. Après tout, le gardien n’allait pas laisser l’humain lui filer entre les griffes une seconde fois.
Lorsqu’au bout de quelques minutes, leurs silhouettes se détachèrent sur la place, le grand-père de la veille parvint à eux en courant. Légèrement dédaigneux, le jeune homme ne s’arrêta pas et se contentait de lui passer devant sans accorder un moindre regard.

_ Je priais les dieux qu’ils nous en viennent en aide ! Et vous voilà revenu !
_ Qu’importent ces dieux et aussi peu miséricordieux se comportent-ils, je suis resté de ma propre initiative. »  Lâcha l’homme maudit avec un sourire figé qui traduisait un certain agacement. « Réunissez les villageois dans le temple de votre village, et rapidement, à moins que vous vouliez commencer à compter vos morts.
_ Co … comment ? M-mais que … qu’arrive-t-il ? Attendez ! S’il vous plait ! S’il vous plait ! Expliquez … pourquoi ! ….. … savez-vous ce que cela signifie ? Un miasme rôde au dessus de nos maisons ! L’air …. Insupportable ! … et … et … des personnes … effondrées comme lors de … de la maladie de la torpeur ! Et impossible de les réveiller ! La malédiction nous frappe-t-elle de nouveau ?!

Dans la plus totale incompréhension qui le saisissait, mêlée de la crainte terrifiante que la maladie condamnant auparavant ne châtie de nouveau, le grand père regardait d’un air perdu et désespéré les accompagnateurs du capricieux, comme espérant des explications ou des indications. Seul, les faits imposaient qu’il obéisse sans poser de questions mais vu que le cas ne se présentait pas, il cherchait un quelconque soutien supplémentaire.

Une fois le temple atteint, le religieux sans gardien s’assit tranquillement devant l’autel, en tailleur, et sortit le matériel d’écriture. Il traça un cercle autour de lui à même le sol, autant car il ne désirait pas gaspiller de papier mais aussi car le résultat s’avérait plus probant de cette façon. Il ajouta à cela rapidement et efficacement de nombreuses inscriptions. Une fois ceci réalisé, il s’installa à l’intérieur, joignit les mains, abandonna la vision. De nouveau, ses sens errèrent sans contraintes.
Les sutras murmurés affinèrent les ressentis. Le temps qu’il dépensa à localiser les présences spirituelles défila sans qu’il n’en prenne un décompte, mais lorsqu’il entrouvrit le regard, quittant la méditation, trois choses se confirmèrent. Dès lors, il explora la pièce des yeux pour déceler le renard accompagné du jeune maître, seuls alliés sur lequel il pourrait se reposer.




Dernière édition par Abe no Chikanori le Ven 7 Juil - 4:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Sam 17 Juin - 19:33

Ce qui avait habité la maison délabrée hantait à présent les rues du village. L’aura maléfique fit se hérisser les poils du kitsune, assurément chacun d’entre eux pouvait se réjouir de ne pas affronter cela seul. Le grand-père rencontré la veille vint à leur rencontre en quête de réponses. Shinosuke ne manqua pas de noter que cette malédiction était suffisamment puissante pour faire sombrer les villageois. Néanmoins, il se félicita aussi du fait que sa forme actuelle le dispense de répondre à la place de l’Abe no. Kistune ne jugea d’ailleurs pas ce comportement un peu brusque, l’onmyoji faisait ce qu’il fallait, et c’était tout ce qui importait. Néanmoins, Mitsujiro de son côté fronça les sourcils et s’arrêta, le temps de donner rapidement des explications aux habitants. Leur confirmant que des esprits maléfiques attaquaient le village, le jeune homme affirma que lui et l’autre onmyoji avaient la situation bien en main. Puis il redemanda à tous de rejoindre le temple, car il leur accorderait protection.

Shinosuke, qui avait accompagné Chikanori, regardait ce dernier tracer son seau, tentant de percer les mystères de cet onmyoji énigmatique à l’étrange pouvoir. Quand Mitsujiro les rejoignit, Shinosuke le suivit du regard. Et alors que le gamin se dirigeait vers ceux touchés par la malédiction, le kitsune soupira et se leva. Il rattrapa le jeune homme et saisit de ses crocs la manche ample de son kimono rouge. Mitsujiro se stoppa net et protesta violemment :

"Lâche-moi ! Je vais aider ces gens."

Kitsune grogna en avertissement : faire un exorcisme dans son état était la pire des idées possibles.

"Laisse-moi faire mon travail !"

Mitsujiro lutta, mais Kitsune était bien plus fort, envoyant valser le gamin en direction d’un Chikanori désormais en pleine méditation, lui rappelant ainsi qu’il y avait d’autres priorités pour le moment. Mitsujiro regarda un instant son aîné, appliqué dans son travail, et il grogna entre ses dents. Se sentant rabaissé, le jeune homme se releva et se décida visiblement à entendre raison. Kitsune le suivit, alors que le jeune onmyoji se dirigeait vers les points cardinaux du temple, pas question que le gamin se fasse avoir une deuxième fois. Après avoir tracé un seau aux quatre points cardinaux, Mitsujiro revient se placer au centre du temple, soit près de l’autel où méditait toujours Chikanori. De là, il traça un nouveau seau, entra à l’intérieur, puis compléta son incantation avec des inscriptions sur ses bras. Puisqu’il ne pouvait rien faire d’autre, le gamin était décidé à faire une barrière, une grosse et puissante barrière. Enfin, Mitsujiro joignit ses mains, tenant son chapelet, et récita ses sutras, en appelant à la protection des kamis de l’ouest, de l’est, du sud et du nord.

Maintenant que les deux onmyoji murmuraient leurs prières chacun dans leur coin, Kitsune se plaça entre eux et l’entrée du temple, sur ses gardes. Doucement, la barrière de Mitsujiro tomba sur le temple, mais la présence maléfique était toujours papable, là à l’extérieur, aussi Shinosuke se prépara au combat.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mer 21 Juin - 13:33

Le gamin se trouvait à ses côtés, le kitsune devant. Allant au plus simple, il se pencha et attrapa le bout de l’une de ses queues pour la tirailler vers lui, un air vaguement taquin sur le visage. Il n’allait pas apprécier, mais ce n’est pas comme s’il allait lui dévorer la main dans un temps aussi critique ! Une fois captée l’attention du renard, il vint sortir son collègue de son incantation en posant simplement la main sur l’épaule. Le contact fut bref, juste assez longtemps pour qu’il remarque qu’il avait besoin de lui parler. Le sérieux était de retour.

_ Les Onis arrivent. Ils ont dû être attirés par la présence de Yurei … » Il soupira. La situation de s’améliorait pas du tout, si ce n’était le contraire. « Je pense qu’on va devoir s’en occuper avant de faire les exorcismes, car sinon nous serons vidés d’énergie et à leur merci.

Ce qu’il impliquait était dangereux. Remettre les exorcismes à plus tard risquait de mettre les personnes possédées en danger, même si le Yurei était scellé en attendant … mais avaient-ils le choix ? L’équation était vite fait : soit ils pratiquaient les exorcismes et n’avaient plus assez d’énergie pour les Onis, soit ils combattaient les Onis et espéraient arriver à temps pour se débarrasser des possessions. Le kitsune était fort, mais tenir à lui seul trois ogres, sans aide … la prise de décision était difficile, pour Chikanori elle était néanmoins déjà faite, cela se sentait dans ses mots. Tout ce qu’il ne voulait pas, c’était disperser leurs forces déjà amoindries en surprenant son seul allié. Il attendait réponse, mais autre chose vint l’ennuyer, détail qu’il avait gardé pour lui et qui le contrariait. Il doutait qu’il n’avait été que le seul à avoir remarqué ce détail, mais cela lui semblait si étrange qu’il  reprit la parole pour livrer l’information.

_ Et il y a un esprit dehors qui nous suit depuis hier soir. Je ne sais pas ce qu’il est, ni ce qu’il veut. Tout ce que je sais c’est qu’il se fait très discret alors qu’il peut interagir avec des vivants au besoin. Vous l’aviez remarqué ?

Le renard eut toute son attention puisque c’était lors de leur échauffourée que celui-ci c’était manifesté la première fois. Certains esprits étaient curieux, mais avec les Yurei en colère dont il ne comprenait les motivations, il était possible que sous un couvert d’apparente sympathie, il puisse être dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Sam 24 Juin - 21:49

Alors qu’il sondait l’air de ses sens, un tiraillement sur une de ses queues de renard le fit tressaillir. L’ennemi s’était-il glissé silencieusement dans son dos ? Poils hérissés, le kitsune se retourna vivement, tous crocs dehors, prêt à déchiqueter l’impudent qui l’avait pris par surprise. Ses canines affutées s’arrêtèrent heureusement juste avant de terminer leur mouvement pour lacérer la peau fragile de l’humain. Outré au possible, Kitsune jeta un regard noir à Chikanori. Non mais il voulait vraiment finir manchot celui-là ! Shinosuke promit mentalement miles vengeances à l’héritier des Abe no. Mais pour le moment, il devina qu’il y avait plus urgent alors que l’onmyoji se redressait. Shinosuke le suivit, tandis qu'il sortait Mistujiro de sa transe, queues de renard dressées et pas léger. On aurait dit un chien qu’on emmènerait jouer. La situation était certes critique, mais ce combat ravivait de bons souvenirs et sa nature sauvage de yokai.

Alors que Chikanori expliquait la situation et le plan qui avait découlé de son analyse, Mitsujiro et Shinosuke se regardèrent et, chose rare, ils se comprirent. Néanmoins, Mitsujiro attendit que son aîné ait fini d’exposer la situation. La révélation sur l’esprit timide surprit autant l’onmyoji que le kitsune. Puisque Chikanori dévisagait ce dernier, Mistujiro eut le réflexe de faire de même. Le renard savait-il quelque chose ? Mais Shinosuke pencha la tête sur le côté en un signe d’interrogation canin, puis bailla avant de se lécher une patte avant, preuve qu’il n’avait pas la moindre idée de ce dont parler l’aîné des onmyoji.

"Je n’avais même pas remarqué cet esprit. Avoua Mistujiro, semblant un peu penaud. Néanmoins, concernant la suite… Le jeune sembla hésiter, regardant son aîné par-dessous, puis il redressa la tête et reprit un peu d’assurance. À Raimei, Shinosuke a géré 5 de ces montres, seul, et il était encore sous forme humaine. Il pourra combattre les 3 restants."

Shinosuke hocha positivement la tête, regardant de manière déterminée Chikanori.

"Après… Je pense que je ne serais pas forcément d’une grande aide sur les exorcismes pour le moment.  Continua visiblement péniblement Mistujiro. Mais je peux aider le renard avec les Onis pendant que tu t’occupes de ces gens, Chikanori-san !" Poings serrés, voix déterminée et regard assuré, Mistujiro semblait vraiment assumer ses mots.

Le kistune regarda son maître de travers, depuis quand allait-il au-devant du danger quand il pouvait faire autrement ? Pour le coup, Shinosuke restait interdit, que s’était-il passé dans la tête de ce gamin arrogant exactement ?


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 26 Juin - 4:21

Peut être avait-il énormément de chance (en tous cas il ne regrettait rien), mais heureusement que le renard avait regardé ce sur quoi il refermait ses crocs. Enfin qu’importait. Le mystère de l’esprit muet et inconnu resta complet, ce qui n’était pas pour le rassurer, mais il n’y avait d’autres options à part celle que d’accepter cette variable incontrôlable. Prudence, prudence ; il n’avait décidément que peu de confiance dans les êtres spirituels lorsque leurs intentions n’étaient pas clairement affichées.

L’Onmyôji Maudit regarda le gamin qui semblait avoir repris des couleurs mais aussi beaucoup plus de confiance et de volonté. Etait-ce en ayant appuyé sur sa faiblesse qu’il avait décidé de se secouer les puces, ou l’action de cette amulette qui le préservait de mauvais miasmes ? Sûrement un peu des deux, en espérant que cela ne soit pas de la témérité bonne et stupide visant à prouver sa valeur. Le renard à ses côtés, les choses semblaient assurées, mais des imprévus étaient quasiment systématiques avec de jeunes Onmyôjis. S’il pouvait leur faire confiance, du moins … cela permettrait de temporiser les choses et limiter les dégâts dans la globalité.
Chikanori sembla réfléchir un moment, appuyé sur son Shakujô, regardant ces habitants terrifiés qui lui cachaient néanmoins tous quelque chose. La réponse à la colère des esprits se trouvait parmi eux, et il aurait à leur tirer les vers du nez méchamment, ce qui allait lui prendre du temps. D’un autre côté, il avait bien envie de les laisser avec leurs possédés mi-vivants mi-morts, à se repentir et se poser des questions sur ce qui avait bien pu tous les condamner … mais c’était mettre en porte à faux sa réputation. Si jamais l’un d’eux s’avérait plus faible et en mourrait … le nom des Abe no s’en retrouverait tâché.

_ Soit. Allez-vous amuser avec les Onis pendant que je m’occupe des exorcismes et en finir avec cette histoire d’esprits malveillants. Mais attendez-vous à ce que ceux-ci vous poursuivent une fois dehors, car ils vont vite se rendre compte qu’ils perdent leur temps à rôder autour du temple. J’arriverai dès que possible.

“Fatigué et d’une humeur massacrante” aurait-il pu rajouter, car les exorcismes n’était pas son domaine de prédilection. Il espérait ne pas avoir à courir pour sauver les miches du gamin, car il doutait pouvoir y parvenir à temps de toute manière.
Convenus sur le plan, il eut un léger soupir, puis quitta les deux Hisawara pour se tourner et s'avancer vers les habitants d’un air impitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 26 Juin - 23:01

"Soit. Allez-vous amuser avec les Onis pendant que je m’occupe des exorcismes et en finir avec cette histoire d’esprits malveillants. Mais attendez-vous à ce que ceux-ci vous poursuivent une fois dehors, car ils vont vite se rendre compte qu’ils perdent leur temps à rôder autour du temple. J’arriverai dès que possible."

"Hai !" Mitsujiro ferma le poing en chargeant sa réponse de toute sa détermination, et puis il était visiblement heureux, on lui faisait confiance.

Sans plus attendre, le gamin rassembla ses affaires. Kitsune l’observa un moment, tentant de savoir ce que ce comportement cachait de bon… ou de mauvais. Finalement, le renard se décida et chercha le lien du pacte, il était si tenu, qu’il dut se concentrer pour le repérer, ils l’utilisaient tellement peu... Néanmoins, il réussit à le trouver et força alors la communication. Il n’était pas bien difficile de passer outre les barrières mentales quasi inexistantes du gamin, surtout avec le pacte qui ouvrait un chemin direct, d’esprit à esprit.

"Il va falloir que nous collaborions."

Mitsujiro sursauta violemment en entendant cette voix étrangère dans sa tête. Il se redressa et se mit en garde, visiblement affolé. Ce comportement fit bien rire Shinosuke qui ouvrit grand la gueule en tirant la langue en un sourire lupin.

"C’est toi ? Espèce de… ! J’ai cru que…"

Oui, le gamin avait cru que c’était à nouveau un yurei qui essayait de le posséder. Shinosuke bâilla, essayant de remettre de l’ordre dans son propre esprit. Sans barrières mentales, les pensées de Mitsujiro affluaient sans retenue vers lui. Il ressentait le désire du gamin de bien faire, de prouver au monde et à lui-même qu’il n’était pas faible. Mais il percevait aussi ses doutes, et ses tourments bien plus profonds.

"Tu ne voudrais pas que ça se finisse comme à Raimei, n’est-ce pas ?"

"Non…" Mistujiro était encore un peu sur la défensive.

"Alors, es-tu prêt à m’écouter ?"

Le gamin hésita de longues secondes, tandis que le renard posait sur lui son regard carmin.

"Soit… Parle, Kitsune

Shinosuke nota avec satisfaction le changement de ton, même s’il était subtil. Mais passer de saloprie de renard à Kitsune, c’était déjà un progrès appréciable. Alors le vieil yokai exposa patiemment son plan. Quand les Hisawara quittèrent finalement le temple, Chikanori put sentir la présence discrète du yurei inconnu diminuer.

Kitsune courait dans les champs entourant le village, les lignes rouges courraient sur sa fourrure, le protégeant en partie de l’influence néfaste des yurei qui s’en donnaient à cœur joie. En parti seulement, car il avait bien vu Mitsujiro hésiter en traçant les sceaux. Le gamin l’avait dit la veille, il maîtrisait les sutras, mais les sceaux étaient son point faible. Alors il aurait sans doute dû demander de l’aide à Chikanori, surtout que c’était la première fois qu’il prenait ainsi le temps de protéger son gardien. Néanmoins, Shinosuke avait senti que cela aurait été trop demander pour l’ego abimé du gamin qui rechignait déjà à se laisser guider par ses propres connaissances. Aussi, le Kitsune avait jugé préférable de ne pas insister, il devait à tout prix éviter que le gamin ne se braque à nouveau. Et puis, l’Abe no était déjà occupé avec ses exorcismes. Alors ils se contenteraient de cela. Shinosuke devrait simplement résister, ce n’était pas infaisable. Quant au gamin, entre les sceaux sur sa propre peau, les restes de son sutra et l’amulette de Chikanori, cela devrait aller.

Alors au final, le plan était simple : il distrayait les onis le temps que Mitsujiro prépare ses sceaux, puis ils refermaient le piège. Sous cette forme, Shinosuke était plus rapide, plus agile. Voilà donc déjà plusieurs minutes qu’ils jouaient au loup avec les onis. Souvent il fuyait, parfois il attaquait, de temps à autre, ses flammèches bleues l’aidaient à maintenir l’attention des monstruosités sur pattes sur lui et uniquement sur lui. Et au milieu de cet échange sporadique de coups, les yureis sifflaient à ses oreilles miles horreurs. Pour le moment, il les ignorait assez bien, mais le combat leur donnait de la puissance, et effritait la sienne à cause de la fatigue et de la concentration.

"C’est bon !"

La voix de Mitsujiro résonna dans son esprit, et il s’empressa de la suivre. Il devait mettre fin à cet affrontement au plus vite. Il avait évité au maximum de prendre des dégâts, mais n’en avait que peu fait aux onis en retours. Quelques griffures bénignes de part et d’autre... Un instant, et alors qu’il sentait la colère familière monter en lui, Kitsune hésitât à les affaiblir à l’aide du Feu du Renard. Évitant de justesse un coup puissant et reprenant sa course, Shinosuke se resonna au dernier moment. Utiliser son pouvoir maintenant le laisserait affaibli, c’était le pire scénario possible.

Enfin, il arriva à l’endroit où Mitsujiro avait tracé ses sceaux, il avait demandé au gamin de rester caché, il attirait seul les onis dans le piège. Les cercles choisis par Mitsujiro étaient assez grands, en espérant que ce ne soit pas au détriment de leur efficacité. Shinosuke réussit à faire entrer les trois horreurs dans le piège, qui aussitôt se referma, alors que Mitsujiro commençait à réciter l’incantation. Le Kitsune n’avait quelques secondes pour s’extraire lui-même du sceau. Il eut une hésitation… Affaiblir les onis maintenant ou… Mourir avec eux ? Non ! S’extirpant une nouvelle fois de l’influence maléfique des yurei, Shinosuke sauta sur le côté. Mais il avait trop tardé, sortir lui demanderait des forces, et affaiblirait le sort. De plus, un de ses ennemis ne semblait pas d’accord et attrapa sa patte arrière droite. Les griffes de l’onis lui lacérèrent profondément la cuisse et Kitsune hurla de rage et de douleur. Avec la force du désespoir, il réussit à s’échapper, mais sa fourrure était désormais réduite à l’état de lambeaux ensanglantés, les blessures avaient atteint les muscles, sans aucun doute. Shinosuke s’étala au sol, à quelques mètres des onis mal menés. Heureusement, il pensa à Mitsujiro juste à temps, et rompu leur lien mental.

Les cris de Shinosuke, sa douleur, le firent chanceler, alors c’était ça qu’il subissait quand il se battait en le protégeant ?  Un genou en terre, Mitsujiro continua avec détermination son incantation, s’il s’arrêtait maintenant, c’était fini. Il luttait de toutes ses forces pour réussir à sceller les onis qui bataillaient eux aussi. Trois de ses monstres, seul, avec un sceau approximatif, cela semblait trop pour lui. Pressentant le danger imminent, le jeune onmyoji pria pour que Chikanori arrive au plus vite et modifia quelque peu sa prière pour en faire une barrière enfermante et non le sceau qu’il se sentait incapable de compléter. Il tiendrait un peu plus longtemps comme cela. Soudain, le jeune homme vit du coin de l’œil ce qui allait devenir un problème encore plus urgent.

Kistune, assaillit par la douleur et le miasme des yurei, se sentit sombrer dans ce tourbillon glacial de haine qui ne l’avait jamais quitté. On le lui avait enlevé. Son maître, son aimée… Le monde paierait pour cela. Le hurlement enragé déchira l’air alors que le renard blanc à la fourrure maculée de rouge se relevait péniblement. Ses yeux rougeoyaient de manière bestiale, dénués en cet instant de toute raison. Insensible à la douleur, Kitsune s’avança vers son « maître », celui responsable de tous ses malheurs, son grondement menaçant ne présageait rien de bon, et le Feu du Renard bouillonnait en lui. Mitsujiro était alors en très mauvaise posture, s’il lâchait son incantation, les onis seraient libérés, mais s’il ne faisait rien, c’était son propre gardien qui aurait sa peau.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 27 Juin - 4:53

Les portes du temple se refermèrent sur les deux Hisawara lorsque Chikanori s’approcha des couches agitées des possédés. Le regard se posa sur ces gens, prétendument innocents qui avaient attiré la colère de tous ces Yurei … mais en aucun d’eux il ne sentit de la culpabilité lorsqu’il demanda :

_ Qu’avez-vous fait pour déclencher la colère de ces Yurei ? Quel drame avez-vous perpétré pour qu’ils vous haïssent autant ?

L’incompréhension était grande et il s’agaçait. Il n’avait pas de temps à perdre, car l’allègement de pression spirituelle de l’extérieur témoignait que ses deux partenaires allaient connaître de grosses difficultés. Il ne pouvait se permettre d’amener les villageois à la réflexion qui les ferait réaliser leur erreur. Exorciser sans pouvoir le faire était l’une des choses qu’il abhorrait.
Décidé à être efficace plutôt que guide, il prépara rapidement les exorcismes en inscrivant des symboles au sol ainsi que sur les fronts des victimes avant de sortir son chapelet. Beaucoup moins doux qu’avec Mitsujiro, il avait pour but d’extraire et d’apaiser les Yurei le plus rapidement possible, pour un minimum d’énergie dépensée. Il ouvrit les portes de son esprit à contre cœur, se préparant à l’assaut de haine et de désespoir qu’il allait devoir subir pour les comprendre et les calmer.

Les trois villageois possédés se mirent à hurler et à gesticuler tout comme le gamin avant eux. Comme avant, Chikanori ne les entendit pas, restait concentré sur le fil de son Sutra, mais envahi par des souvenirs qui n’étaient pas les siens. Un jour pourpre se dessina, marqué par une brise légère et florale qu’une immonde odeur de brûlé venait perturber. Des prénoms lui virent à l’esprit et il les murmura, comme des échos lointains. Les ombres colorées se rapprochaient de cette maison isolée que personne n’avait prévenue, dévoraient les cultures, le bois ; déchiraient en lambeaux les souvenirs joyeux en les transformant en drame alors que s’alignaient au sol des corps inanimés, réunis dans la mort qui les avait frappés. Tristesse, solitude, peur – car trahison, abandon, dédain– ensuite colère, haine, vengeance,  voilà ce qui avait emportés les esprits de ce village. Un drame pratiquement passé inaperçu survenu avant la maladie du Sommeil dont l’animosité avait emporté les autres âmes errantes.
L’Onmyôji souffrit avec eux, intégra cette colère justifiée et eut bien du mal à s’en séparer. Cette histoire n’était pas la sienne. Il n’était ni Kyoko, Yûki, Masao ou Yûta. Leur combat était déraisonné, ils étaient déjà morts.

Dans un souffle et un sanglot, les trois âmes disparurent, parties pour un Au-delà qui s’était fait attendre. Le noyau de la colère était à présent apaisé. Les autres âmes perdues devraient à présent se calmer, privées de leur noyau corrompu. Vidé, Chikanori resta un instant les yeux fermés, un goût amer et dégoûté en bouche. Lorsqu’il entrouvrit le regard pour voir ces imbéciles qui avaient préféré condamner des leurs pour mieux sauver leurs peaux, il méprisait cette humanité qui se disait meilleure que les Yokaï. Rien ne les séparait. Vraiment rien.
Un étourdissement le prit à nouveau et il s’appuya sur son Shakûjo le temps que le monde se stabilise. Peut être qu’on avait hésité à l’aider, il n’en sut rien. Tout ce dont il était sensible sur le coup n’était que sa solitude. Lointainement, le sort de ses deux compères lui revint, et mécaniquement il releva la tête vers l’autel. Deux minuscules poteries bleutées s’y trouvaient et servaient pour l’encens. Sans demander avis de quiconque, il s’en empara.

Arrivé au champ essoufflé, il vit les chaines des sceaux emprisonner les trois Onis, mais quelque chose n’allait pas. Ils étaient seulement retenus. Les choses tournaient au vinaigre, et la vue trouble, l’esprit encore chamboulé par les Yurei exorcisés, il se sentait confondre ce jour de drame à la situation présente. Une terreur qui n’était pas sienne venait l’agripper, une peine inconnue le privait de son souffle. Son échine frissonna alors qu’il voyait les miasmes de façon plus nette, et le pire qui puisse arriver en train de se dérouler.
Le gamin, paralysé devant son gardien aux allures meurtrières. Le maudit dont la respiration était erratique eut quelques pas hésitants avant de se mettre à courir vers le jeune Onmyôji, suivant les chemins de terre ferme que séparaient les étendues des cultures de riz, mais il était désespérément trop lent. La situation lui échappait, elle était pourtant bien réelle ; Shinosuke se confondait aux Kitsune qui avaient sévi pendant l’année, déchirait la chair tendre du gamin sous ses yeux dans des gerbes rouges sans qu’il ne puisse y faire quoi que ce soit. Son esprit lui jouait des tours, était confus, pourtant toujours accroché à cette réalité qui laissait un espoir fou. Mais il allait arriver trop tard. Une part de lui-même s’apprêtait à accepter ce triste destin arrêté trop tôt, calculait que rien ni personne ne pourrait stopper les griffes du Kitsune, était déjà à effacer les souvenirs de la veille jusqu’ici ; l’arrogance du gamin, la détresse du démon, l’espoir de son cadet, l’excitation mélancolique du renard. L’Abe no était comme prêt à faire marcher arrière pour penser à la suite. Mais cette injustice … !
Cette injustice qui s’empara de lui, alors qu’il avait encore la possibilité de faire autre chose, lui, qui avait le pouvoir de contrer le destin, il n’avait pas le droit d’abandonner !

Projeté d’un coup en avant, il criait le nom de son Sutra alors qu’il faisait bouclier de son corps pour l’enfant, fermant les yeux, se préparant comme pour mourir. Le coup ne vint pas, et il entendit le grésillement de la prière qui venait de les épargner d’une mort certaine, repoussant le Kitsune au milieu des ogres que la barrière brisée avait libéré. Les deux humains insignifiants étaient passés à la trappe, leur adversaire était le renard aux quatre queues qui avait cédé à la démence.

Chikanori attrapa le jeune garçon du bras pour le relever et courir, mais une douleur le traversa en part en part, immense au niveau de ses jambes et il s’écroula au sol en laissant échapper un cri. Les dents serrées, son regard acéré cherchait la blessure, mais une totale incompréhension le saisissait car il ne voyait rien. Il tenta une seconde fois, mais pire que la première, les crampes furent sans appel. Son cœur s’emballa tandis que le combat de monstres avait lieu, tout en grondements et giclées de sang, ce qui le ramena dans le vif de l’action.
Sans attendre une seconde de plus, il se précipita pour tracer deux sceaux sur la digue de sa dague et poser les deux vases de porcelaine au milieu, joignant ses mains pour regarder son jeune acolyte probablement toujours en état de choc.

_ Le plus important dans les sceaux et les sutras, c’est l’intention. Crois en leur effet, crois en eux, crois en toi ! Mitsujiro, je n’y parviendrai pas seul, j’ai besoin de toi. Rien n’est perdu. Le moment où l’un des Onis tombera sera pour toi celui de maitriser Shinosuke avec votre pacte et nous scellerons les deux autres dans les bouteilles. » Il accorda un regard à la scène bestiale effrayante. « Le Kitsune ne mourra pas comme ça, mais il a besoin d’aide. Aie confiance en nous.

La masse grondante des esprits se faisait bien plus légère et commençait à les quitter. Avant de partir du temple, Chikanori avait ordonné au village de faire un hommage à leurs morts de manière conséquente en espérant que leurs pensées leur en viendraient en aide. Puisqu’il ne restait que des esprits “normalement” désespérés, la situation se faisait petit à petit moins critique, mais ils n’étaient pas encore sortis d’affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 27 Juin - 17:57

Mitsujiro voyait la mort en face pour la deuxième fois de la journée, ce qui était sans doute un peu trop pour quelqu’un ayant l’habitude de se draper dans son égo pour se rassurer. Les crocs aiguisés de Shinosuke, son grondement bestial, ses yeux écarlates, le tout hanterait certainement longtemps les cauchemars du jeune onmyoji, qui ferma les yeux, persuadé qu’il allait mourir ici même. Néanmoins, un cri résonna, puis le choc soudain d’une barrière repoussant l’attaque se répercuta dans l’air. Son propre sort vola en éclat, il était déjà à sa limite et la pression du corps de Shinosuke s’écrasant contre l’énergie dégagée par les sceaux eut raison de la stabilité de l’ensemble. Heureusement, le kitsune fou de rage était visiblement un ennemi bien plus intéressant, ou bien plus dangereux, pour les onis, que deux onmyoji à bout de force.

Mitsujiro fut un instant soulagé de voir Chikanori, avec son aîné, il était sauvé. Mais sa joie fut de courte durée quand l’héritier des Abe no tomba au sol sans plus pouvoir se relever malgré son aide. Ils n’étaient qu’à quelques pas du combat des démons. Ils allaient mourir… La voix calme de Chikanori lui parvient au travers de sa panique. Mitsujiro se concentra là-dessus. Il hocha la tête, y croire, d’accord, il allait y croire, avec l’héritier des Abe no à ses côtés, il pouvait y arriver.

"Avec notre pacte ?" Répéta le jeune homme sans comprendre. "Oh ! Comme quand je veux l'appeler parce qu’il est parti trop longtemps ? D’accord !"

Mitsujiro regarda Shinosuke, le kitsune en proie à la rage se battait de manière anarchique et irréfléchie, se jetant sur ses adversaires sans vraiment prendre la peine d’esquiver les coups. Pourrait-il le ramener ?

La douleur, le goût du sang sur la langue, peu à peu, les ténèbres où l’avaient plongé les yurei se dissipaient. Il fut persuadé d’entendre une voix l’appeler. Taisuki ?! Non, ce n’était que Mitsujiro. Pourtant il était certain d’avoir senti durant un instant la présence douce et bienveillante de son aimée… Il évita les griffes de son ennemi de justesse, il n’avait pas le temps de s’attarder sur ce mystère pour l’instant. Il ne pouvait pas, il ne devait pas perdre sa rage maintenant. Sinon, influence des yurei ou pas, il serait bien capable d’en finir ici, d'abandonner et d’attendre son heure. Il était si fatigué, si douloureux… Dur de se battre dans ces conditions pour quelqu’un ne souhaitant pas vivre… Alors qu’il ripostait avant d’esquiver une nouvelle attaque, son regard accrocha un instant les deux gamins au sol près, si près, bien trop près du combat.

Alors pour ces deux enfants, en la mémoire de Taisuki dont le sang coulait dans les veines l’un d’eux, il se battrait. Sa rage de vengeance devient une rage de vaincre, envers et contre tout, au mépris de sa propre vie, pour celles de ces gamins. Il calcula rapidement mentalement, 2, 3… ça n'allait pas, les gosses étaient trop près ! Alors Kitsune entrouvrit son esprit à celui de Mitsujiro :

"Protège-toi !"

Avec son ordre, il lui fit passer une image mentale des barrières autrefois utilisées par Taisuki. Shinosuke fut rassuré de sentir la compréhension de son jeune onmyoji et il referma leur lien, à la déception de l'humain, mais mieux valait être prudent. Ensuite, tout alla très vite : Shinosuke bondit sur l'un de ses adversaires et sa mâchoire se referma sur la gorge dans une giclée de sang. Bien sûr, les deux autres onis jetèrent sur lui, mais avant même que le premier ne soit tombé au sol, l’enfer se déchaina.

Grondantes, rugissantes, les flammes du renard embrasèrent l’air. Shinosuke et ses adversaires furent pris dans un tourbillon de flammes dévastatrices qui s’amplifia en un instant. Heureusement, Mitsujiro avait dressé sa barrière, celle-ci résista au torrent de flamme, mais tout juste. Les deux sorts s’affrontèrent dans des crépitements enragés et les deux onmyoji eurent très, très chaud. Pourtant la barrière de Mitsujiro tient bon, elle sembla même un instant renforcée par autre chose, une force qui n’était pas celle de l’enfant. Peut-être les liens du pacte, ou bien était-ce autre chose ?

Quand la tornade enflammée s’estompa aussi vite qu’elle était venue. Un onis était à terre, à l’article de la mort, les deux autres grièvement blessés. Ainsi affaiblis, il serait facile pour les deux onmyoji d’en venir à bout. Shinosuke quant à lui, émergea des flammes sous sa forme humaine, dans son kimono blanc déchiré et taché de sang (il revêtait toujours un kimono blanc après ses transformations en kitsune). Ses quatre queues de renard reposaient mollement derrière lui, ses oreilles pendantes au milieu de sa chevelure immaculée et emmêlée. Shinosuke souffla longuement et doucement un filet d’air, admirant un instant le crépuscule coloré de miles nuances insensées à cause de tout ce déferlement d’énergie spirituelle. Il était couvert de blessures, les plus préoccupantes étant sans doute le coup qui virait déjà au bleu sous ses côtes et les longues lacérations sanguinolentes qui parcourraient sa cuisse droite. Sur sa langue, le sang de ses ennemis se mélangeait au sien.

Le yokai renifla, inutile de restait là, assis sur ce corps calciné. Cet oni là était mort, la gorge ouverte et pris au cœur de la tourmente de flamme. Aussi, Shinosuke se redressa péniblement et fit quelques pas en direction des deux humains. Mais bien sûr, sa jambe droite le lâcha et il s’étala de tout son long dans l’herbe brulée. Tenant son flanc, le renard toussota en respirant l’odeur laissée par les flammes. Ah… il détestait cette odeur… Depuis cette nuit-là. Shinosuke tenta de garder les yeux ouverts, car il doutait de parvenir à se relever s’il les fermait. Mais il était si fatigué, il avait si mal… Il sombra peu à peu. Il entendit une voix… Taisuki… sa chère Taisuki. "Me voici enfin mon aimée."


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Sam 1 Juil - 18:28

L’ardent brasier les avait frôlés, et l’Abe no aurait pu louer intérieurement la présence à ses côtés de son collègue si son adrénaline n’avait pas été à son comble. De nouveau, les images d’un autre drame venaient valser devant ses yeux, il perdait pied à quelques moments mais s’accrochait aux vives lueurs qui dévoraient tout sur leur passage, brûlant jusqu’à la moindre herbe, rongeant la chair des ogres qui hurlaient de douleur. Ce n’était pas terminé, il se concentra sur les paroles qu’il récitait intérieurement pour entamer le scellage de ces deux monstres affaiblis. Un filet ardent s’abattit sur les Onis dans un maillage serré, les aspirant inévitablement vers les poteries dont il espérait qu’elles tiennent le choc. Une fois sûr qu’il ne changeait d’incantation, il continua tout haut, la voix du gamin faisant écho à la sienne, et par cet acte que seuls les dieux pouvaient expliquer, les démons de plusieurs mètres de haut se retrouvèrent intimement enfermés dans ces minuscules bouteilles de terre enrubannées de sceaux inquiétants aux allures dangereuses. Les cris s’arrêtèrent, Chikanori mira son œuvre, tremblant d’une immense satisfaction, puis le monde chuta.
Face contre terre, il ne tenait plus. Au loin, il entendit les appels des villageois, et tout près de lui, ceux du jeune Onmyôji qui restait le seul debout, et le maudit perdit tout à coup conscience.

Cela ne dura pas longtemps, car de l’eau fraiche épongeant son visage eut vite fait de le ramener, mais il était épuisé. Des cernes se dessinaient sur ses orbites fatiguées, il ne prêta guère d’attention à ce qui se passait, si ce n’était à la tension anormale de ses jambes, et au kimono blanc du renard qui tranchait avec cette masse sombre. Porté, car il lui était impossible de marcher, ses instructions furent aussi précises qu’il pouvait le faire avec un esprit dont le temps d’attention s’estimait en secondes. Mitsujiro dut prendre ses responsabilités, car malgré qu’il soit lui-même bien affaibli et qu’il avait l’habitude que son gardien se charge de tout, il restait le moins atteint du trio. Il se devait de s’assurer qu’ils étaient réunis dans une même chambre et aurait à s’occuper des soins de son renard. “Sous ma gouverne” avait-il fermement rajouté. La tâche n’était pas spécialement complexe, mais il voulait surtout s’assurer qu’elle était faite. Il était hors de question de le laisser faire n’importe quoi avec le Kitsune, ou même qu’il le délaisse à cause de la peur bleue que ce dernier lui avait fait en perdant l’esprit.
Les blessures du renard étaient sérieuses. S’il n’avait aucun doute que celui-ci s’en remettrait, il lui faudrait du temps pour récupérer toute cette énergie spirituelle perdue au combat. Une fois seuls, les indications de Chikanori ne concernèrent plus que le traitement à effectuer. L’œil de l’Abe no fut sévère, quoique heureusement il n’ait pas besoin de s’imposer plus que ça. Il lui indiqua les notes à consulter, les prières à réciter, les sceaux à tracer. Au final, le gamin avait tout juste de l’énergie pour faire ce qui devait être fait. Il n’eut aucune tendresse face à ce gamin dont les mains hésitantes l’étaient encore plus par l’effort et son aîné ne s’arrêta qu’une fois les blessures du renard correctement parties pour une bonne guérison. En dernière précaution, il vint lui-même vérifier les bandages, avant d’accorder un bref regard à l’endormi mais surtout  à son maître.

_ Les gardiens ne sont pas obligés de mettre leur vie en jeu pour protéger leur contractant, puisque de toute façon la mort peut les punir s’ils ne le font pas. Le lien est telle une boîte scellée contenant un trésor. Si tu en brises la serrure en la forçant, tu ne resteras jamais qu’avec une belle boîte.

Suivant ses mots pesés qui n’attendaient de réponse, il parti s’allonger pour enfin s’accorder un repos bien mérité

✧✧✧


La lune timide s’éclipsait face à un jour qui s’invitait, le ciel bleuté clair apaisé de toutes tensions comportait peu de nuages. Le silence l’entourait lorsqu’il fermait les yeux, et il remarquait un lointain cricri des derniers insectes de l’automne. Il aurait voulu rester endormi plus longtemps … hélas, son esprit était à présent bien éveillé, avec les événements survenus plus tôt qui lui revenaient, comme s’il y avait encore des conclusions à en tirer. Il était préoccupé, pas de souci ou d’inquiétude, mais de quelque chose de très différent qu’il avait encore du mal à mettre au clair.
Chikanori se redressa de sa couche, entrevoyant les autres deux silhouettes des voyageurs de Setsu dans l’obscurité, semblant toujours endormis. Ses muscles le faisaient encore atrocement souffrir – une tendinite qui l’obligeait à boire beaucoup – ce pourquoi il ne put que péniblement se trainer au bureau de la pièce sur lequel étaient restés en l’état mortier, pilon, notes, restes de cataplasme, bandages … le tout un peu pêle-mêle. Il eut un léger soupir, lui qui n’appréciait pas spécialement le désordre dans ses affaires d’Onmyôji.

Comme pour trier des pensées, il se mit à ranger l’endroit, écartant en tout premier temps ses écrits qu’il ne pouvait souffrir de les voir abimés. Rapidement, les choses se trouvèrent à leur place, celles de Mitsujiro clairement séparées des siennes. Les tiges de plantes pouvaient encore être utilisées, et de tête les éplucha pour les broyer, en faisant une décoction amère qui s’avèrerait bien utile au Yokaï de boire une fois levé. Ceci rapidement fait, Chikanori retomba dans un ennui, seul avec ses pensées, détachant ses cheveux emmêlés d’un air distrait alors qu’il attrapait dans son sac de quoi les dénouer. Le souvenir de son acte désespéré pour sauver ce gamin le poursuivait, le faisait tiquer. Les événements étaient encore flous, mais sa rationalité commençait à faire poindre une explication plausible. Il l’écarta.
Des affaires de son cadet dépassaient des feuilles cramoisies d’un papier ancien. Il n’hésita pas, opportuniste en ce qui s’agissait des connaissances, et attira, très doucement car des cendres calcifiées s’en échappaient, le feuillet vers lui. L’Abe no qui jusqu’ici s’abreuvait de thé reposa sa tasse dans le plateau au sol qu’il repoussa, et concentra toute son attention sur les documents à demi conservés des Hisawara dont il leur reconnut immédiatement un certain talent. Se recoupaient dans son esprit des inspirations d’autres prières et sceaux pour compléter quelques blancs pour former un ensemble définitivement intéressant, et alors toute contrariété s’envola au profit d’un intérêt saisissant.
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Dim 2 Juil - 15:23

Son sommeil fut agité, Shinosuke gémissait et semblait parfois se battre contre des ennemis visibles de lui seul. Dans ses cauchemars, les images de son combat contre les onis se mélangeaient aux autres événements tragiques qui avaient rythmé sa vie, depuis sa capture jusqu'à cette nuit de massacre. Mitsujiro s’éveilla quand l’Abe no commença à ranger ses affaires, mais le gamin grogna et se tourna sur son futon. Il était bien trop tôt à son goût, sans compter qu'il ne tenait absolument pas à affronter son ainé pour le moment. Son visage était cerné, mais il n’avouerait jamais qu’il avait très mal dormi. Il n’avouerait pas qu’il avait guetté chaque mouvement du kitsune, que chaque gémissement plus haut que les autres l’avait tiré de son demi-sommeil. Car il n’avait pas peur de son gardien, cela aurait été indigne d’un Hisawara, et il n’était pas non plus inquiet pour lui… n’est-ce pas ? Néanmoins, il le surveillait, ça il ne pouvait le nier, voilà pourquoi il fut debout à ses côtés dès que Shino commença à ouvrir les yeux.

Un rayon de soleil chatouilla son visage, l’encourageant à ouvrir les yeux, tout son corps était lourd et douloureux, ses oreilles semblant encore résonner des hurlements du combat. Le temps que ses yeux s’habituent à la pâle lumière de la pièce, il ne vit qu’une ombre penchée sur lui. Il crut un court instant que c’était Taisuki, mais il reconnut vite Mitsujiro. Il eut un soupir résigné, presque déçu, et referma les yeux un moment.

"Je t’ai vu bouger." Commenta le gamin.

Plus que cette remarque, ce fut plutôt son instinct de survie qui lui ordonnait de ne pas rester à terre plus longtemps qui le força à se lever pour de bon. En se redressant, Shinosuke put constater les dégâts, sa jambe droite le faisait vraiment souffrir et ses côtes le tiraillaient à chaque respiration. Néanmoins, tandis que son kimono frotter contre sa peau, il remarqua quelque chose. Interloqué, Shinosuke écarta les pans de son vêtement pour découvrir son torse bandé proprement.

"C’est moi qui t'ai soigné, Kitsune. Tu me dois la vie."

Il nota l’utilisation de Kitsune et non simplement de Renard suivi d’un quelconque nom d’oiseau. Il décela aussi l’attente dans la voix de Mitsujiro. Le maître attendait un signe de soumission de son contractant, quoi de plus normal après ce qu’il s’était passé hier ?

"Je vois, je vous en suis reconnaissant, Maître."

Ces mots prononcés de manière exagérément lente lui écorchèrent un peu la gorge. Il savait pertinemment que, sans l’intervention d’une tierce personne, jamais Mitsujiro n’aurait gaspillé la moindre goutte d’énergie pour lui. Mais bon, il y avait ces moments où il valait mieux faire profil bas. Néanmoins, et tandis qu’il posait les yeux sur le jeune Abe no, il ajouta de façon plus douce.

"Merci à vous aussi Abe no-san."

On entendit Mitsujiro grommeler, visiblement mécontent que son aîné soit mieux traité que lui par le kitsune.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 3 Juil - 12:07

Sans faire de commentaire, Chikanori avait observé du coin de l’œil le gamin s’approcher de son gardien, l’air résolu. Il sentait une inquiétude nouvelle, étouffée sous une tonne de fierté, de bougonnerie, d’ego mal placé. Peu de chances qu’elle soit réellement portée sur la santé du renard, se figurant plutôt d’un ennui si le gardien s’avérait définitivement … cassé. L’opinion qu’il avait de ce gosse n’était pas très élevée. Il lui devait la vie, peut être, car il s’était épuisé à l’exorciser … d’ailleurs, il avait une amulette à récupérer. Ce n’était pas comme s’il lui avait donnée.

La conversation le laissa tiède mais lorsque Shinosuke le remercia, l’Onmyôji en question eut un sourire bien étrange, peut être un peu complice. De ce côté-là, au moins, il était à présent en bons termes avec le démon. Son objectif était atteint. Cette escapade n’avait pas que du mauvais, en plus qu’il en apprenait un peu plus sur les méthodes des Hisawara qui l’intéressaient, bien qu’elles amènent à contraindre le Yokaï concerné … le problème de rébellion, quasiment inconnu chez les Abe no, était par contre un désavantage flagrant dont il avait vécu les dangers. De retour à la maison familiale, il mènerait des recherches sur ces Onmyôjis disparus afin de faire le tour du sujet.
Détournant le regard de cette scène, il récupéra sa tasse qu’il porta à ses lèvres et la constata quasiment vide, de même que la théière lorsqu’il s’en saisit. Il fut à peine ennuyé car une pensée qui l’amusait beaucoup apparut dans son esprit.

_ Allons bon, voilà qui est fâcheux … » Dit-il a lui-même avant de se retourner vers les deux autres, tendant sa tasse de thé du bout de ses doigts. D’une expression reflétant une innocence et une bienveillance inhabituelle, il demanda d’une voix conciliante : « Jeune-homme, pourrais-tu rendre service à ton aîné convalescent et aller lui rechercher du thé ?
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 3 Juil - 15:25

“Allons bon, voilà qui est fâcheux … Jeune homme, pourrais-tu rendre service à ton aîné convalescent et aller lui rechercher du thé ?”

L’expression outrée au possible de Mitsujiro amusa tellement le renard qu’il eut beaucoup de mal à ne pas rire. Dans les faits, retenir son fou rire lui valut une quinte de toux qui mal-mena ses cotes. Souffrant, Shinosuke porta la main à son flanc, mais décidément, cette boutade bien placée valait bien la douleur endurée.

"Je suis sûr que vous auriez bien besoin d’un peu de nourriture pour reprendre des forces également."

Bon d’accord, là la moquerie n’était plus très discrète. Et Shinosuke parlait autant pour les deux onmyoji que pour lui-même, la faim le tiraillait.

"Et bien tu vas faire ton devoir, maintenant que tu es réveillé !" Cracha Mitsujiro.

"Malheureusement, j’aurais du mal à me déplacer pendant quelques jours. Il semblerait que mon jeune maître va devoir apprendre à se débrouiller seul durant ce temps, que je ferais en sorte de rendre plus court possible, soyez en assuré."

Si les paroles semblaient respectueuses, la moquerie était pourtant bien présente, visible dans le sourire malicieux du renard. Mitsujiro virait au rouge, partagé entre la colère et la honte d’être ainsi moqué par ses deux aînés.

"Ce n’est pas à moi de faire ça ! Après tout je ne suis pas le seul à avoir un gardien ici ! Qu’il le fasse l’autre, et qu’il serve à quelque chose pour changer !" Finit-il presque par crier en se tournant vers l’Abe no.

C’est vrais après tout, où était-il quand ils avaient eut besoin d’aide ? Il eut comme un silence, mais très vite il fut brisé par le grondement menaçant d’un Kitsune aux yeux rougeoyant.

"Tous les onmyoji ne traitent pas leur gardiens comme leurs larbins, alors laisse Abe no-san en dehors de ça, ravale tes paroles blessantes et cesse donc de te draper dans ton égo démesuré. Rassure-toi, ce n’est pas descendre toi-même chercher un peu de nourriture et de thé qui te fera chuter de ton pied d'estale déjà pas bien haut. Pour une fois, rend donc service aux autres sans forcément chercher de récompense en retour. Pour le coup, ta récompense sera ta propre pitance. Et n’oublie pas de m’en apporter aussi, à moins que tu ne veuilles m’affamer au point que ton odeur en devienne appétissante pour moi !"

Mitsujiro blêmit face à un Kitsune bien agressif qui lui rappelait forcément les évènements de la vieille. Le gamin se tourna donc pour fuir, mais Shinosuke n’en avait pas totalement fini.

"Tu n’oublie pas quelque chose !"

De manière mécanique et tendue, le jeune onmyoji s’inclina devant son aîné.

"Je suis désolé, Abe no-san. Veuillez pardonnez mon impolitesse. Je m’en vais de ce pas répondre à votre requête."

Cette fois, Shinosuke laissa Mitsujiro quitter la pièce en claquant la porte. Le kitsune eut un long soupir, se demandant si le gamin essaierait de se venger de cet affront plus tard ou si le souvenir de la veille l'apeurait suffisamment pour qu’il se retienne.

"Ah… Faîtes des gosses..." Murmura le vieux renard d’un air désabusé. "J’abandonne, si même frôler la mort ne lui met pas de plomb dans le crâne je ne sais pas comment l’éduquer !" A ces mots, Shin ricanna, ce qu’il regretta quand ses cotes se rappelèrent à son bon souvenir.

Finalement, il regarda à nouveau l’héritier des Abe no et repèra ce qu’il avait en main.

"Ce n’est pas bien de fouiller dans les affaires des autres." Commenta-t-il avec un sourire amusé.

"Voilà tout ce qu’il reste de la puissance des Hisawara : des documents calcinés et un gamin irascible…"

Le ton moqueur ne parvenait pas à cacher l’immense tristesse contenue dans sa voix. Finalement le renard se laissa retomber sur sa couche. Pour un raison ou pour une autre, il se sentait suffisamment serein en présence de l’Abe no pour se permettre de prendre encore un peu de repos.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu



Dernière édition par Hisawara Shinosuke le Mer 5 Juil - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 4 Juil - 23:52

Pas en marge lorsqu’il s’agissait de moquer quelqu’un, l’Abe no avait amené sa manche devant sa bouche au moment où il s’était mis à ricaner d’un ton doucereux. Au moins la petite tête de mule semblait avoir connecté deux neurones pour enfin dire qu’ils n’avaient toujours pas vu son gardien, incroyable ! Et ce dernier avait fui lorsque le Kitsune avait sorti les crocs, non sans se faire reprendre pour  son irrespect. Lui-même n’était pas des plus personnes les plus respectueuses, mais il était vrai que le petit Setsu battait des records à lui tout seul … tellement sûr qu’un gardien ne servait qu’à être un esclave, et surtout, que s’il ne le voyait pas c’est qu’il n’était pas présent. Or combien de gardiens se cachaient des yeux des autres Onmyôjis, aussi puissants pouvaient-ils être ? Cette stupide naïveté, ou naïveté stupide …
Le calme tomba, apaisant mais rapidement alourdi par la tristesse du renard. Le silence s’en suivi, avant que l’Onmyôji se décide à se déplacer tout doucement jusqu’à la couche du gardien, évitant de trop utiliser ses jambes endolories.

_ Il faut bien surveiller ce que les enfants lisent, n’est ce pas … » Il récupéra le bol de mixture et le lui tendit. «  Comment vas la douleur ? Ce sont les restes de l’herbe médicinale, pas les plus gouteuses paraît-il, mais ça ne fera que du bien.

Plus compréhensif à présent qu’il avait eu un visuel sur le genre de pactes que passaient les Hisawara, Chikanori hasarda son attention du côté de la porte d’où s’était échappé l’héritier unique de la famille d’Onmyôji disparue.

_ J’ai réfléchi. Ce Maître n’est pas terrible, il est bourré de défauts, mais si c’est ce qu’il reste … et que tu es attaché à ces restes … tout se comprend mieux. J’imagine que ta fidélité vient de quelque part, et si elle traverse la mort … peu de choses sont plus belles et plus tristes que celles-cis. » Il marqua une pause pour regarder le renard. « J’étais trop fatigué hier pour y penser, mais il m’est apparu dans la nuit que l’esprit particulier dont j’avais parlé nous suivait toujours. Je suis d’ailleurs presque certain qu’il nous a aidés, à de multiples reprises. Cependant … je ne connais pas beaucoup d’esprits qui refusent de s’ouvrir à un Onmyoji et un Yurei ne survit que pour le message qu’il a à transmettre. Puisque la première fois qu’il s’est manifesté, nous étions seuls autour d’une table d’auberge et nous as empêchés de la faire voler en fétus de paille, je me demande s’il serait plus conciliant  à apparaître à nouveau dans des conditions similaires.

Jusqu’au-boutiste, il n’avait pas envie de laisser ce dernier détail de côté. Concrètement, il sautait sur le renard dès son réveil, mais il n’en avait que faire, ce qui importait le plus … était que plus aucun esprit ne vienne le faire sursauter dans la nuit.




Dernière édition par Abe no Chikanori le Jeu 6 Juil - 2:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mer 5 Juil - 23:30

Le kitsune se redressa en entendant l’onmyoji bouger, il accepta la mixture qu’il lui tendit de manière un peu mécanique, perdu dans sa fatigue et sa lassitude revenue. Par réflexe, il sentit, reconnu effectivement l’odeur des herbes médicinales, et avala le tout en grimaçant quand la substance pâteuse et amère coula dans sa gorge. Puis l’Abe no parla, et Shinosuke lui glissa un regard de travers, aussi surpris que perplexe. Il tiqua, constatant à quel point l’humain pouvait le cerner alors que lui-même ne savait toujours rien de lui. Quelle était la nature de ce seau qui lui barrait le visage ? Où était son gardien ? Ou même plus simple, quel était son prénom ?

Shinosuke eut un petit soupir, c’était un peu de sa faute aussi, après tout il n’avait posé aucune question. Mais il fallait bien avouer qu’il ne voyait pas en quoi toutes ces choses le concernaient, même si suivre l’onmyoji l’avait distrait un moment. Le renard eut un sourire. Il écouta la suite, mais n’avait décidément aucune idée de ce dont l’humain parlait, et encore moins du fait que cet esprit s’était soi-disant manifesté lors de leur combat de coqs de la veille. Le kitsune commençait sérieusement à se demander si l’onmyoji ne divaguait pas un peu, et son doute dut se lire un peu sur son visage. Finalement, le renard ricana doucement.

"Eh bien, est-ce la douleur qui vous rend aimable, Abe no-san ? Son expression se fit pensive. Survivre, drôle de notion pour l’esprit d’un mort non ? … Des conditions similaires, hein ?"

Le sourire du kistune se fit carnassier, découvrant des canines trop longues allant de pair avec un regard rougeoyant. Un clignement de paupière plus tard, les griffes du yokai étaient sous la gorge de l’humain, prêtes à lacérer la peau fine. Il y eut un instant de flottement, aucun d’eux n’osant même respirer, mais rien ne se passa. Alors Shinosuke se détendit et ria de bon cœur.

"Timide votre esprit, n’est-ce pas ? Il faudrait peut-être offrir votre gorge à un yokai plus effrayant que moi pour qu’il se décide à se montrer ? Mais, sauf votre respect Abe no-san, vos sensations ne sont-elles pas simplement dues aux restes de l’influence maléfique des yurei sur votre esprit ?"

Toute trace de moquerie avait disparu des derniers mots, laissant place à une compréhension attentive proche de celle de l’onmyoji un peu plus tôt.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 11 Juil - 2:16

L’Onmyôji n’avait pas senti la peur l’étreindre … mais plus car il n’en avait pas eu le temps. S’il avait dû mourir sur place à ce moment là, il n’aurait ni eu le temps pour l’angoisse ou les regrets, ou à peine, surtout avec la gorge tranchée. Finalement les choses se résolvaient après le flottement, le renard en riait simplement, alors que par réflexe, il vint tout de même tâter sa gorge où circulait la vie, récupérant un sourire de son air interdit. L’humour Yokaï … toujours sur le fil du rasoir entre le sérieux et la plaisanterie macabre. Sans pour autant faire tout à fait confiance au Kitsune (impossible d’autant plus envers les démons), c’était l’espèce de lien qui s’était tissé entre eux qui l’avait empêché de lui envoyer un Sutra dans le museau lors de l’instant d’apesanteur. Comme quoi … peut être qu’au final, ils arriveraient à s’entendre. Presque.
Chikanori eut un léger rire aux petites piques du démon, qui n’étaient pas totalement dénuées de sens, si l’esprit n’avait pas senti le Yurei les hanter … peut être la fatigue avait-elle fini par lui jouer de vilains tours. Mais il était presque sûr. Quand tel était le cas, il n’était pas question de laisser les choses inachevées.

_ Cela serait possible, à moins que les sens du Kitsune soient partiellement devenus aveugles après quelques années d’enfermement en trop ? » Répondit-il sur le même ton, avant de se mettre douloureusement en tailleur, les paumes tournées vers le ciel. « J’aimerais bien que ce fantôme me laisse dormir tranquille ou alors se décide à se manifester, sinon je me verrai dans l’obligation de l’envoyer faire un tour au Yomi voir si j’y suis. Donc … je vais lui laisser une dernière chance. Nous verrons bien ce que cela va donner …

Avec le repos qu’il avait pu accumuler, il pouvait se permettre de se tenter à quelques fantaisies. Il sortit de son sac les seaux qu’il avait utilisés la veille pour tenter de faire contact avec l’esprit, et les posa au sol pour former une nouvelle petite porte. Puis il commença à faire le vide, en commentant d’un ton bas la façon dont il voulait procéder.

_ Je vais lui ouvrir mon esprit … s’il ne peut se matérialiser, je serai sa voix. Et si ça se passe mal, j’espère pouvoir compter sur toi pour déchirer la porte de papier … sinon je devrai le faire moi-même, bien sûr.

Il était temps de se relaxer et se concentrer. Les prières flottèrent dans son esprit, enjoignant l’esprit à lui faire confiance. Si les choses se passaient bien, il pouvait même lui prêter sa voix pour qu’il puisse parler sans intermédiaire, mais à la condition sine qua non qu’il contrôle l’échange jusque dans les moindres détails.


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 11 Juil - 22:12

Le kitsune eut la décence de grimacer légèrement en réponse à la pique de l’onmyoji avec un air faussement outré : il n’avait pas totalement tors le gamin. Il regarda le manège de l’exorciste avec un sourire amusé.

"Bien, tu peux compter sur moi, kozo*, si ça peut t’aider à faire des nuits complètes."

Les mots étaient censés être moqueurs, mais il y avait un peu trop de tendresse pour qu’ils donnent l’effet escompté. Pressentant que cela pouvait durer un certain temps, Shinosuke s’allongea sur le côté pour être plus confortable. Néanmoins, il gardait son regard braqué sur l’onmyoji, au moindre signe de problème, il était prêt à bondir pour l’aider. Le renard soupira, il était agréable d’avoir quelqu’un à protéger par choix et non par contrainte.

✧✧✧

On concédera que plus de 50 ans d’errance aux côtés de quelqu’un qui ne vous voit pas pourrait rendre un peu irascible le plus doux des esprits. Et c’était exactement le cas ici. Voilà pourquoi, dans le léger contact qui se fit alors, Chikanori put entendre une voix féminine lui crier avec violence :

"Je ne t’ai rien fait ! Laisse-moi tranquille !"

Le contact fut le plus bref possible, mais l’onmyoji put tout de même sentir les émotions les plus fortes de cet esprit affaibli par les ans. À savoir le besoin de veiller sur Shinosuke qui retenait le yurei en ce monde, et sa peur viscérale d’être découvert.
HRP:
 


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu



Dernière édition par Hisawara Shinosuke le Mer 12 Juil - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mer 12 Juil - 1:57

Ce fut sur la vision d’un Kitsune apaisé et attendri que l’Onmyôji ferma les yeux, relativement confiant dans le soutien que le renard avait choisi de lui accorder. Un léger sourire persista sur son visage le temps de se concentrer pour de bon. Rares étaient les fois où il pouvait se reposer, ne serais-ce qu’un peu, sur quelqu’un.
Dans le silence de la pièce, le cri qui l’agressa le fit simplement sursauter. Immédiatement, sa main droite se retourna, tendue en signe d’arrêt pour faire signe au renard de ne pas sauter sur les talismans posés au sol. Il ne perdit pas sa concentration, mais l’esprit l’avait tout de suite fui. Néanmoins il n’était pas dans sa nature de lâcher prise une fois le contact effectué et en conséquence, Chikanori orienta ses prières pour empêcher le Yurei apeuré de fuir, le piégeant comme dans une cage d’acier recouverte de velours. Il le sentait faible, et leur très bref contact lui permit instantanément de mieux cerner la situation. Dans un premier temps, il fallait rassurer l’esprit, alors ses prières devinent comme de doux susurrements, incitant au calme à l’apaisement. Il les cessa un instant pour parler.

_ Je sais. Mais je n’ai pas eu le choix, sinon tu m’aurais encore évité. Je suis désolé. » S’excusa-t-il dans un murmure qui faisait écho à sa pensée. « Tu n’as pas besoin de crier. N’aie crainte … je ne vais pas te faire de mal. Aussi abrupt que je peux être, ce n’est pas mon but. Qui es-tu, et pourquoi te caches-tu ?

Procédant avec prudence, l’Abe no choisissait de laisser la défunte venir à lui, mais il espérait être suffisamment persuasif pour qu’elle descende en pression.

_ Tu peux choisir de continuer à me parler ainsi, ou je peux te prêter ma voix. Ne sois pas timide. Cela ne te coûtera pas. » Rajouta-il pour la rassurer puisque, spirituellement parlant, elle était tremblante de fatigue.


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mer 12 Juil - 23:44

Le sursaut de l’onmyoji le fit se redresser, mais ce dernier lui indiqua de ne pas bouger, aussi il resta simplement sur ses gardes. Quand l’humain commença à murmurer, Shinosuke pencha un peu la tête sur le côté, curieux de ce qui pouvait bien se passer sur ce pan de l’existence auquel il n’avait pas accès. Soit l’onmyoji avait complètement débloqué à cause de la fatigue et parlait tout seul, soit il y avait bel et bien un esprit dans les parages, auquel cas, le kistune aurait bien voulu savoir de quoi il retournait exactement. Surtout quand l’onmyoji proposa de "prêter sa voix" pourquoi l’esprit voudrait-il utiliser ce moyen pour communiquer ? A moins que cela ait un rapport avec lui ? Shinosuke se sentit soudain inquiet. Trimbalait-il avec lui un esprit de son passé ? Une ancienne de ses victimes ?

✧✧✧

Si on se figurait que les prières de l’onmyoji prenaient la forme d’une cage, alors on pouvait considérer que l’esprit, affaibli et ne pouvant éviter le sort, se jeta sur les barreaux de sa prison dans un espoir vint de s’enfuir. Érodé par les années, l’esprit n’existait plus que pour et par sa mission. Il n’y avait pas vraiment de raison qui habitait cet être éthéré, ce qui ne simplifiait pas le dialogue. Les questions de Chikanori restèrent donc lettres mortes, seule la réussite de son objectif importait à cet esprit errant.

"Cesse de parler, malheureux ! Il va se douter de quelque chose. Il ne doit pas savoir, il s’en voudrait tellement… Jamais il ne doit apprendre la vérité ! Il ne doit pas savoir, il ne doit pas savoir, il ne doit pas savoir,…"

Et, comme si quelque chose se bloquait, l’esprit se recroquevilla, récitant ainsi toujours les mêmes mots, tel un mantra.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Ven 14 Juil - 18:37

Dans le monde des esprits, celui qui tentait de nouer contact fronça les sourcils, se rembrunit aux propos de la défunte. La mélopée sur lequel elle restait bloquée lui permit de réfléchir avant de reprendre la “parole”, au détail près qu’il ne s’adressait plus qu’à elle à présent, et que le renard restait à présent en dehors de tout ça. Il n’avait quelques minutes pour la convaincre et l’atteindre, en espérant que ses mots n’attisent pas sa colère.

_ Toi qui ne souhaites que son bien et veiller sur lui, s’il te plait, écoute moi. Ecoute-moi, ce que je vais te dire est important, pour toi et surtout pour lui. » Commença-t-il par dire. « Regarde-le, regarde Shinosuke. Penses à lui. Ne crois-tu pas qu’il s’en veut déjà ? Tu l’as vu. Il est déjà rongé par la tristesse.

Il laissa un peu de temps à ses paroles, que l’esprit sorte de son blocage, qu’il attire son attention. Puis il passa à la suite. S’il avait pu ouvrir les yeux pour la voir, il aurait planté son regard sur elle, pour ne pas la lâcher, mais à la place, il lui ouvrit un peu son esprit pour qu’elle puisse y sentir ses intentions, un peu ses émotions … sans s’imposer à elle d’une quelconque façon.

_ Shinosuke est … c’est un Yokaï que les années ne verront pas vieillir, il doit faire son deuil pour arriver à passer à autre chose, à survivre, sinon il finira par se laisser dépérir. Rester à ses côtés, présente mais invisible à ses yeux … c’est entretenir sa douleur. Ce n’est pas le laisser faire son deuil. Soit tu décides de te montrer, et que vous puissiez vous dire vos adieux pour le peu qu’il vous reste, soit tu décides de ne rien faire, continuer de le hanter jusqu’à ce que tu disparaisses avec le regret de n’avoir pu lui parler véritablement une dernière fois.

Ce n’était pas suffisant, et il le savait. Pour toucher l’esprit, le convaincre, il fallait pousser le bouchon plus loin, qu’il lui fasse confiance, qu’il en appelle à ses sentiments, sa responsabilité … et qu’également, lui-même, y mette un peu du sien. L’empathie n’était pas sa tasse de thé, car une fois déverrouillés ses sentiments, il avait à s’en remettre … deux jours de Yurei, il aurait eu son quota pour toute l’année. Le monologue se continua, porté par l’espoir de porter ses fruits.

_ Je suis … conscient que tu as utilisé tes dernières forces pour l’aider, je comprends que tu aies voulu rester à ses côtés, mais à présent … la donne a changé. Je ne sais pas ce qui vous est arrivé, en ça je ne peux pas concevoir votre douleur, mais penses à lui, penses à vous. Bientôt tu ne pourras même plus l’effleurer. Tu as encore l’occasion de changer la donne, de lui dire ce que tu n’as jamais pu lui dire. Tu n’es pas obligée de lui dire ce qu’il s’est passé, il y a des choses qu’il ne vaut mieux pas apprendre … mais … si j’avais l’occasion de pouvoir dire ce que j’ai sur le cœur à un proche disparu … j’aimerais qu’il me donne cette dernière chance de rectifier les choses.

Pour cette dernière phrase, l’Onmyôji avait puisé dans son être et son essence. Il n’y avait rien de pire que les regrets, ceux qui ne pouvaient que se résoudre par des moyens impossibles et qui rongeaient l’esprit … jusqu’à l’acceptation de ceux-ci.

_ Le repos, ce n’est pas l’oubli. Tu resteras à jamais dans son cœur, comme il restera dans le tien, je peux te l’assurer et tu le sais. Donnes-toi … donnez-vous la chance de mettre une véritable fin. Une belle fin, cette fois.

Tout était dans l’implicite, l’esprit pouvait sentir l’Onmyôji prêt à accepter d’être momentanément l’hôte du Yurei en pleurs, prêt à laisser la défunte emprunter sa voix. C’était la plus belle proposition qu’il pouvait lui offrir, il en avait calculé tous les risques. Il lui suffisait d’une pensée pour récupérer son corps, et même si l’esprit aurait accès à une partie de ses pensées … le temps lui était réellement compté.


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Esprit gardien

Messages : 126
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Sam 15 Juil - 23:44

Alors que Chikanori recommençait à parler, l’esprit se tut, mais impossible de dire si elle l’écoutait réellement ou si le son de sa voix mentale avait simplement stoppé le flux de plaintes. Néanmoins, le fait que l’onmyoji ouvre davantage son esprit fit réagir l’esprit, elle le regarda, lui accordant de nouveau de l’attention. À ses mots, Chikanori put sentir le refus du yurei, mais il était hésitant : non, elle n’entretenait pas sa douleur, au contraire, elle veillait sur lui, mais des regrets… en avait-elle encore ?

Il y eut comme un frémissement quand Chikanori parla de ses propres remords, comme si le fait que l’onmyoji s’ouvre ainsi au yurei avait ramené un peu de raison en cet être éthéré. Alors l’échange se fit plus calme, débarrasser de la tension qui l’avait assombri depuis le début de leur prise de contact. Les pleurs se turent et c’est une voix calme, presque douce, qui lui répondit :

"Je n’ai pas peur de disparaître, je n’ai pas peur de l’oubli. Mais j’ai peur de le laisser seul. Regarde-le, il n’est pas prêt, ils ne sont pas prêts. Si je le laisse aujourd’hui, qui prendra soin de mon cher contractant ?"

Il y avait tant d’attente dans ses mots, tant d’espoirs. C’était la question clef, en fonction de la réponse, tout pouvait basculer, d’un côté comme de l’autre.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 243
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 18 Juil - 14:21

Arrivés au point de rupture, au moment décisif ; la tension s’était évanouie mais le suspense était à son comble. L’esprit avait choisi de l’écouter jusqu’ici, avait accepté le dialogue, et même attendait une réponse pour apaiser ses craintes. Toutes les cartes étaient dans ses mains pour mener son plan jusqu’au bout. Tant de chemins pouvaient se tracer à partir d’ici, dont beaucoup d’échecs … continuer sur l’honnêteté, l’implication, c’est ce qui avait fait sortir la défunte de sa liturgie. Inutile de se mettre la pression … la défunte choisirait si ses propos étaient suffisamment convaincants, tant et si possible qu’il existe des mots pour la persuader.

_ Il ne sera jamais prêt à te laisser partir, et de toute façon personne n’est jamais assez prêt pour affronter le monde et son destin. C’est le principe du deuil. La seule chose dont tu peux t’assurer, c’est que tu lui auras donné tout ce que tu pouvais pour l’aider à reprendre sa vie en main. Tu as pris soin de lui pendant des années, il faut qu’il réapprenne à le faire de lui-même, et c’est quelque chose que tu peux lui insuffler en sortant du mutisme. Bien sûr, cela sera pour lui un travail de longue haleine qui prendra le temps qu’il lui faudra.

En tant qu’Onmyôji, la demoiselle devait être au courant des processus de perte, car après tout la moitié de leur travail reposait sur l’écoute des malheurs d’autrui (tâche qu’il tentait de ramener à la plus petite part possible). Puisqu’elle était sortie de la terreur et s’était mise à l’écouter, il ne pouvait qu’espérer que la raison l’atteigne, ce qui n’était pas mince affaire car cela la concernait. Il marqua une pause, puis rajouta :

_ Je ne peux assurer de ce qu’il se passera demain, dans une semaine, dans un an ou un siècle … je comprends tes craintes, car il n’y a guère pire qu’un deuil profond qui laisse désespéré et vide. Pour le temps qu’il m’est accordé sur cette terre, je peux être là, pour secouer de temps en temps un jeune Onmyôji et faire en sorte que son gardien reste à la surface de l’eau. Cela serait te mentir de t’assurer que je serai à ses côtés tout le temps, je ne suis pas son maître, il ne l’accepterait de toute manière … mais je peux te promettre de faire tout mon possible. Sur cela je te donne ma parole.

“Veiller sur lui” aurait une expression bien trop forte sur lequel il n’aurait pu s’engager. Cependant, il avait déjà eu dans l’optique de garder contact avec le renard (plus qu’avec son maître), d’autant plus qu’en l’espace d’une journée, une relative bonne entente s’était tissée entre eux. Mitsujiro avait un peu changé, lui-aussi, à force de revanche. Il était clair que seul le temps irait arranger cette tête de mule, l’attitude du kitsune en faisant partie. S’il gardait contact, avec l’un ou l’autre si ce n’était les deux, il pourrait apporter le soutien dont le duo avait besoin pour grandir tout en apprenant à s’apprivoiser.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le renard et les onmyoji [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..