AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le renard et les onmyoji [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Hisawara Shinosuke

avatar

Non Joueur

Messages : 127
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mer 19 Juil - 9:50

Il y eut un silence après les mots de Chikanori, l’esprit l’utilisa-t-il pour réfléchir ? En tout cas, il regarda Shinosuke. Le kitsune était toujours dans l’attente, attentif aux moindres mouvements de l’onmyoji. Qu’est-ce que l’ancien maître vit dans les yeux de son contractant ? À quel point les mots de Chikanori furent salvateurs ? Il était difficile de se prononcer à ce sujet, néanmoins, quand l’esprit tourna à nouveau son attention vers l’onmyoji, il semblait décidé.

Le yurei aurait peut-être préféré une autre réponse, plus franche, mais rationnellement, il ne pouvait en demander beaucoup plus. Chikanori montrait déjà par ses mots son envie réelle d’aider ou au moins de ne pas laisser le kitsune complètement seul. Alors la promesse de l’onmyoji calma sans doute un peu les craintes du yurei, le temps lui était compté, sur cela Chikanori avait parfaitement raison. Alors entendre ses mots lui permit sans doute d’au moins commencer à envisager l’idée d’un départ.

"Très bien, je vais accepter la porte de sortie que tu m’offres. Mais avant, jeune onmyoji sans gardien, accepte ce cadeau…"

Disant ces mots, le yurei tendit son esprit vers celui de Chikanori et le toucha doucement.

"Ces connaissances sont celles des Hisawara, leurs techniques secrètes, interdites, le pacte des yokaïs. Avec ces sceaux, tu seras capable de contraindre un yokaï à t’obéir. N’oublie jamais, il ne s’agit pas d’un échange sur un pied d’égalité, mais d’un lien de soumission. Le pacte est neutre, et donnera l’ascendant à celui des deux qui est le plus puissant, s’il s’agit du yokaï, tu perdras la vie. Et, je te fais confiance sur le sujet, mais… ne fais pas la même erreur que le jeune à penser qu’un yokaï contraint n’est plus qu’un objet, instaure une relation de respect et tu auras tous les avantages d’un véritable gardien sans le désavantage de devoir lui partager ton âme."

Les connaissances passèrent d’un esprit à l’autre, lentement.

"Te voilà à présent dépositaire de l’héritage des Hisawara. Tu es libre d’en faire ce que bon te semble : l’utiliser, le transmettre ou bien simplement le consigner quelque part et l’oublier. Mais, dans ton cas, je gage que cela pourrait être utile. Le pacte supplante tout, malédiction comprise, et il peut même s’ajouter à un lien d’âme déjà présent."

L’esprit sourit de manière entendue.

"Maintenant, jeune confrère, si tu veux achever ton travail en ces lieux, ce n’est plus moi qu’il faut convaincre, mais mon contractant. Mon esprit est lié, emmêlé dans les restes de notre pacte de jadis. Moi, mon rôle s’arrête ici, je n’en ai plus la force."

La voix du yurei commença à se faire plus faible.

"Avec tes connaissances nouvellement acquises, tu pourras détruire ce qu’il reste des sceaux qui me lient à lui, mais Shinosuke s’y accroche avec la force du désespoir, à toi de trouver les mots désormais. Mais tu pourrais aussi choisir de rediriger ces bribes de liens à ton avantage."

Expliqua l’esprit en totale honnêteté, toutes les cartes étaient désormais déposées entre les mains de Chikanori.

"Quel que soit le choix que tu ferras, il ne sera pas aisé à mettre en place." Conclut le yurei affaibli.

"Une dernière chose, si je n’en ai pas la force le moment venu, transmet lui ce message. Dis-lui qui est libre désormais, et s’il refuse cette liberté comme je le pressens, alors explique-lui que son dernier devoir envers moi sera de chercher les autres."

La voix mentale ne fut plus qu’un murmure.

"Et aussi, s’il te plait, cet enfant a beau être de mon sang, s’il fait du mal à mon cher contractant, brise leur pacte à ma place, que cela le fasse réfléchir un peu. Je ne peux t’en demander beaucoup plus… "

Les derniers mots se perdirent dans l’air et l’esprit vidé de ses forces se tut pour de bon.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Guide-Ambassadeur
Onmyôji

Messages : 351
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Jeu 20 Juil - 3:24

Au-delà de toutes attentes, l’esprit fit don à l’Abe no d’un cadeau inestimable, l’intégralité de ses connaissances d’Hisawara. Celui-ci en fut surpris, à la limite abasourdi. Les questions auraient pu fuser, l’incompréhension aurait pu le gagner … au contraire que cela, la pudeur, et le sentiment de responsabilité balayèrent tout comme une maigre paille perdue dans le vent. Comme un jeune garçon devenant samouraï en recevant son premier katana, à l’instar de la cérémonie ratée de son passage à l’âge adulte qu’il avait reniée et dénigrée, Chikanori ne voulut pas troubler cet instant de passation de savoir. Il musela ses craintes … de même que son enthousiasme grandissant par rapport à ce que la demoiselle lui livrait. C’était précisément ce qui lui fallait, surtout s’il ne pouvait se débarrasser de la malédiction ! S’il avait su que les réponses s’étaient trouvées là ! Si près ! Dans les anciennes connaissances de sa famille ! Cependant l’Onmyôji tiqua.

Un mal de crâne commença à l’assaillir sous ce contact prolongé et puissant qui bourrait son crâne d’informations. L’apprentissage accéléré lui devint douloureux, cuisant, éreintant, épuisant, tant et si bien que son énergie lui fila entre les doigts comme peau de chagrin. La défunte n’avait heureusement pas de mauvaises intentions, mais la gourmandise aurait pu coûter la vie à l’Onmyôji qui était à présent à sa totale merci puisqu’il n’avait plus aucun contrôle. Les dernières volontés s’imprimèrent dans son esprit comme dans du beurre, ancrés en l’apprenant qui n’en disait mot. Lorsque la pression s’allégea, il fut laissé vide. Immédiatement ses pensées s’organisèrent, et les mots fusèrent dans l’air, s’échappant de sa bouche et de son regard ébahi, brutalement rejeté dans le monde physique.

_ Attends ! Tu ne lui as pas parlé !! …

La main de l’Onmyoji s’était figée devant lui, et il fixait la pièce, droit devant lui, face à cet univers qui s’était évanoui. Tel un couperet, le retour de ce remplissage de crâne lui tomba dessus et il s’appuya au sol pour éviter  de flancher en avant. Pour le coup, le sang battait ses tempes, son corps palpitait même un peu. Lui qui avait dirigé l’échange presque tout du long s’était fait semer par les événements, et courrait loin derrière pour rattraper l’actualité.

A présent qu’elle avait disparue, il la regrettait. Déjà. A cet instant précis, il sut qu’il aurait désiré plus la connaître que cela, la rencontrer, échanger avec elle. Bien sûr, ce contact éthéré lui avait donné accès immédiatement à ce qu’elle ressentait au plus profond, elle n’avait semblé n’avoir de secret pour lui. Cette femme !… elle semblait …elle était ! … elle fut.
Son savoir l’avait bluffé, elle qui avait réussi à le sauvegarder malgré son demi-siècle d’errance … et son contrôle d’elle-même alors qu’elle aurait pu sombrer … et son nom ! Il ignorait toujours son nom, chose pourtant basique ! Sa dévotion aussi l’avait impressionné … de même que sa fermeté, car malgré ses nombreuses demandes, elle avait préféré légué son savoir en intégralité que de parler au renard comme il le lui avait tant proposé. En ça … il ne comprenait que peu son action. N’avait-elle pas envie de le soutenir ? N’avait-elle pas envie de l’aider ? De le soulager ? Ou peut être réapparaître risquait de remettre à zéro un processus de deuil en pleine action … ainsi, petit à petit … son choix lui apparut comme plus parlant … quoique non, allait bien devoir lui dire qu’elle lui avait parlé. Il ne comprendrait pas son choix. Le renard, serait-il prêt à l’entendre ? Là-dessus, il se répondit lui-même : Non. Même, il lui en voudrait sûrement de lui avoir volé bien involontairement ses dernières minutes Ô combien précieuses.

Commençant par le commencement, car rien n’était plus clair et qu’il peinait à aligner une pensée après l’autre, il demanda, d’une voix à la limite raide, ayant du mal à regarder autre chose avec les lignes du bois qui valsait devant ses yeux :

_ … comment … s’appelle-t-elle ?...


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Non Joueur

Messages : 127
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Ven 21 Juil - 23:01

L’attente dans le silence fut longue pour Shinosuke, bien curieux de savoir ce qui était en train de se passer. Un peu inquiet aussi : pourquoi l’onmyoji s’était tu ? Qui était cet esprit exactement ? Et, est-ce que le jeune homme allait bien ? Il avait du mal à se l’avouer, mais il fallait être honnête, le kitsune s’inquiétait pour l’humain. Parce que ce jeune avait déjà tant donné et qu’il continuait pourtant à faire le travail qui était le sien. « Pour dormir tranquille » avait-il dit… Ou bien il voulait vraiment aider cet esprit bloqué dans ce monde ? Shinosuke en avait bien l’impression en tout cas. Au final, quelles que soient ses raisons, cet homme avait aidé un village dont les habitants l’avaient pourtant rejeté. Il avait apporté la paix à des yurei, combattu des onis, donc même sans compter la dette de vie qu’il avait envers lui, cet humain noble et intègre avait gagné son respect. Alors oui, il s’inquiétait un peu pour sa santé.

À un moment, il sentit que quelque chose n’allait pas, l’onmyoji semblait tendu, son visage se crispait. Néanmoins, s’il faisait des efforts pour parler à cet esprit, c’était sans doute normal. Puis, brusquement, le jeune homme s’agita et cria, Shinosuke sauta sur ses pieds, bien qu’un peu ralenti par ses blessures, il fut aux côtés de l’onmyoji. Il brisa le cercle de méditation au passage même si, au vu des paroles de l’humain, c’était sans doute inutile. L’Abe no semblait sous le choc, prostré au sol.

"Hé, kozo, ça va ?" Appela un peu fébrilement le renard.

Son inquiétude se sentit dans sa voix plus qu’il ne l’aurait voulu : aurait-il dû agir plus tôt ? Avait-il fauté à nouveau ? De mauvais souvenirs remontaient dans sa mémoire. Plus jamais, au grand jamais, il ne voulait tenir le corps sans vie de celui qu’il était censé protéger, c’était son échec, son fardeau et son traumatisme.

Puis vient cette question, posée d’une voix affaiblie. Les mots lui étaient indéniablement adressés cette fois, la réponse avait l’air importante dans la situation présente, alors Shinosuke fit vraiment un effort. Il calma son angoisse et fit fonctionner rapidement ses neurones : l’onmyoji parlait à un esprit, le "elle" était sans doute lié à ça. Puisque la question qui lui était destinée et appelait une réponse, sans doute l’Abe no pensait que ce "elle" lui était liée. Soit, une personne féminine qu’il avait croisée et qui était morte… Un nom s’inscrit en lettre de feu froid et douloureux dans son esprit. Non, ce n’était pas possible. Shinosuke rejeta l’idée en bloc et préféra donc répondre par :

"Qui ça, elle ?"

Mais les mots étaient prononcés lentement, présageant d’une catastrophe si la réponse donnée n’était pas la bonne.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Guide-Ambassadeur
Onmyôji

Messages : 351
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 24 Juil - 3:35

Les mots du renard flottèrent dans l’air, Chikanori s’abstint de réponse. Il fallait d’abord qu’il reprenne ses esprits, car il était vulnérable, si jamais le renard décidait de péter les plombs … ce n’était pas l’abruti de gamin – qui en mettait du temps ou espionnait à la porte – qui allait l’aider. De toute façon les choses devaient se faire sans lui. Sa concentration lui revint petit à petit, il gagnait du temps en montrant qu’il avait besoin de récupérer son souffle, et ses esprits, concrètement il tirait un peu sur la corde sensible qu’il avait provoquée chez le démon à son égard. Finalement, il se redressa lentement, finissant de remettre ses idées en place et fixer le renard. L’expression qu’il avait n’était pas terriblement bonne, et ses mots avaient dangereusement exprimé le trouble qui à présent sévissait également dans sa tête. Décidément, elle l’avait laissée profondément dans le pétrin malgré son don… mais ses mots restaient. Comme quoi le pacte la gardait en vie, que le Yokaï s’accrochait à elle, qu’il devait détruire ses liens pour que tout cela soit terminé. Il avait donc encore peut être le moyen de l’atteindre, de donner au renard une réponse, quitte à l’arracher.
Le visage devint résolu, récupérant de son assurance.

_ Elle a rompu le contact. » Dit-il fermement. « Prête-moi ton énergie et l’appui de tes sens. Nous allons réessayer cette fois, ensemble. Cette fois, je ne la laisserai pas se dérober aux réponses qu’elle te doit.

Même si jusqu’ici, le gardien avait été aveugle et sourd à la défunte, cette fois il était certain qu’il allait pouvoir user de sa partie spirituelle qu’en tant qu’humain, il n’avait pas. Il se recala devant le renard, le regardant avec insistance.

_ Dépêchons-nous, sinon elle va encore filer.


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Non Joueur

Messages : 127
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 25 Juil - 0:18

Durant le silence qui suivit, Shinosuke se retient à grand-peine de secouer le gamin comme un prunier pour avoir sa réponse, se forçant à continuer de respirer calmement. Il laissa du temps à l’onmyoji, mais pas vraiment d’espace, encore dangereusement proche, dangereusement tendu, présence pressante sur les épaules du jeune homme éprouvé. Au bout d’un moment, qui lui parut une éternité, l’humain se redressa, semblant plus assuré. Pourtant, ces mots ne furent pas ceux espérer.

Le kitsune tiqua deux fois : quand l’autre lui demanda de lui prêter son énergie et quand il lui parla de réponse qu’elle lui devait. Qui elle ?! Shinosuke se retient de hurler la question aux oreilles du gamin, le visage crispé. Il se força à une longue expiration.

"Kozo… Cette fois, ça suffit. La voix était toujours calme, mais vibrante de colère et ferme. Je t’ai aidé jusque-là par ce que ça m’amusait, parce que j’ai une dette envers toi et que tu as gagné mon respect. On remarqua que les raisons n’étaient pas forcément par ordre d’importance. Mais je ne vais pas te donner pour énergie comme ça, sans explications. Je ne suis pas ton gardien. Je conçois que celui-ci peut avoir quelques difficultés à agir dans le plan physique du monde, mais faire don de son énergie spirituelle à son onmyoji, c’est du basique. Alors non, je ne vais pas t’obéir juste comme ça."

Il y avait des limites, affaibli, Shinosuke n’était pas en possession de tous ses moyens. Il respectait peut-être l’Abe no, mais il s’en méfiait aussi en cet instant. Il avait pu constater que le gamin lisait en lui comme dans un livre ouvert. Il aurait très bien pu le manipuler pour obtenir sa puissance, ou dieu sait quoi d’autre. Et puis, comme il avait dit, il n’était pas son gardien, point.

"Alors, je me répète, qui est elle ? Qu’as-tu vu ou entendu dans le plan astral ?"

Sur ces mots, Shinosuke attendit la réponse de l’onmyoji, toujours avec cette attitude pesante. Sans doute que les prochaines paroles seraient décisives.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Guide-Ambassadeur
Onmyôji

Messages : 351
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 31 Juil - 22:00

La rixe était proche, la colère grondante du renard contre le faux-calme de l’Onmyôji. Serpenter semblait ne mener nulle part, sûrement pas à l’éloigner du sujet épineux que l’humain ne voulait pas aborder, quand bien même il y était quasiment contraint. Son air sérieux ne le quittait pas, mais la moquerie pointait son nez, insidieuse, tentatrice. Ce Yokaï était-il à ce point aveugle ? Comment, lui, démon, pouvait-il seulement ne pas sentir que … qu’importait en vérité. Mais il trouvait très ironique qu’un kitsune ayant dépassé ses trois cents années soit aussi malvoyant que lui avait pu l’être dans ses plus jeunes années.

_ Ce n’est pas une histoire d’obéir, mais d’urgence. » Trancha-t-il pour remettre les choses à leurs place. « Si je pouvais le faire moi-même je l’aurais déjà fait, si cela ne te concernait pas intimement, je n’aurais pas voulu t’impliquer.

Du bout des doigts, le religieux constata que ses sceaux avaient été arrachés par les griffes, probablement une fois qu’il était sorti de son intense discussion. Cette fois, il décida de mettre les pieds dans le plat, ne trouvant pas de meilleures formulations que d’aller à l’essentiel, car ce n’était après tout que ce que le démon demandait. Ses mains lui étaient toujours présentées, bien qu’il se méfiait de ce que le renard pouvait faire par aveuglement.

_ Il s’agit de ta contractante. De ce que j’ai compris, après son décès, elle a été retenue par vos liens et te suit jusqu’à aujourd’hui, te protégeant de ce qui lui reste. Les derniers événements l’on épuisée, j’ai tenté par tous les moyens de la convaincre de te parler, seul à seul, ça serait son moyen de pouvoir s’apaiser, mais elle a peur, de faire plus de mal que de bien, de remuer le couteau dans la plaie, je l’ignore. Crois-moi ou non, si j’avais à inventer une histoire pour faire quoi que ce soit, je n’aurais pas choisi un mensonge aussi risqué. Donc à toi de voir, à mon humble avis, vous avez des choses à vous dire.


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Non Joueur

Messages : 127
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Sam 5 Aoû - 22:05

Shinosuke eut comme un blanc, choqué. Sa contractante… ? Alors c’était… Non, impossible ! Taisuki… Un cri de rage monta de sa poitrine, mais mourut dans sa gorge. Par contre, les mots franchir ses lèvres avec colère :

"Comment oses-tu… !"

La phrase pouvait être finie de bien des manières : "Dire des choses pareilles. Mentir comme ça. Jouer avec moi." Une main griffue se leva, mais ne s’abattit jamais sur sa cible. Le kitsune haletant de rage se contenta de fixer l’onmyoji de ses yeux rougeoyants entre haine et détresse.  

Finalement, le démon renard se leva brusquement et se mit à faire les cent pas dans la pièce, ignorant la douleur, ignorant le fait que ses blessures risquaient de se rouvrir suite à son agitation. Était-il possible que… ? La réponse lui parut évidente : oui. Pourquoi l’onmyoji lui mentirait ? Il l’avait dit lui-même, ça n’avait pas d’intérêt ? Enfin, il n’en voyait pas... Mais nom de nom, si cela était vrai, alors ça ne pouvait dater que de cette nuit-là ! Et c’était sa faute, parce qu’il s’était accroché au pacte comme un damné, il l’avait bloqué dans ce monde ! La culpabilité lui serra le cœur. En plus, il n’avait rien vu, rien sentit, aveugle qu’il était ! Oh bien sûr, parfois il avait la sensation de sentir sa présence, d’entendre sa voix, mais il avait pris ça pour des hallucinations de son cerveau en deuil. Jamais il n’aurait pensé que… Par tous les démons du Yomi ! Avait-elle essayé de le contacter durant tout ce temps ? De se libérer alors que lui ne faisait que la retenir sur terre ? Le kitsune eut un vertige. Tout ce temps… 50 ans… Soudain, il fut pris d’un haut-le-cœur et s’écroula au sol. Quelle horreur ! Alors elle l’avait vu, elle l’avait vu commettre l’irréparable de la plus ignoble des façons, massacrant, déchiquetant les responsables pour venger sa mort ? Puis elle l’avait vu tel qu’il était aujourd’hui, faible, perdu, à demi vivant ? Le kitsune tremblait désormais.

Shinosuke se releva, crispé, la gorge sèche, il s’avança vers l’onmyoji et s’assit face à lui :

"Très bien. Prends tout ce dont tu as besoin. Et libère-la !"

On remarquera que la demande concernait le fait de libérer l’esprit et non de lui parler. Quant au "n’hésite pas à me tuer s’il le faut", il ne fut pas prononcé, mais plana dans l’air entre eux.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Guide-Ambassadeur
Onmyôji

Messages : 351
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 8 Aoû - 2:14

Quel fut le lien unissant le renard gardien et sa maîtresse ? Là était la question. L’Abe no avait jugulé ses réflexes le temps que le démon ne se roule par terre, ne pouvant que constater que l’état décrit par la défunte était bien tel qu’elle l’avait prédit. Le Yokaï était en proie à ses doutes, ses remords, sa colère, sa détresse, face à cette maîtresse qui avait dû un jour le soumettre pour qu’il soit à ses côtés. Il n’y avait ni joie ni affection dans ce geste, les Hisawara ne convoquaient pas leurs gardiens ni ne les priaient d’apparaître ; ils les soumettaient à leur volonté, les pliaient à leurs exigences pour satisfaire leurs attentes. Pas de complicité et encore moins d’amour, tel que montrait de façon presque exemplaire le comportement de Mitsujiro. Tout était une histoire de contrôle et de pouvoir.
Contre toute attente donc, il n’avait senti qu’une profonde affection qui contrastait avec cette tradition ancestrale de cette famille de Setsu. La seule option qu’il pouvait envisager était celle que les deux âmes avaient fini par trouver un équilibre, bien plus fort et plus sain que celui de la servitude. Dans la tête de l’Onmyôji bercé par l’idéal que démon et humain puissent trouver un terrain d’entente via leur pacte, il n’y avait d’autres possibilités autre que celle-là.

D’ailleurs, le démon lui ordonna de la libérer, ce qui le laissa coi alors qu’il se préparait mentalement pour la suite. Ses connaissances d’Abe no ne le permettait pas en l’état, pas sans connaitre et étudier quel pacte les avaient unis … et celles qu’il venaient d’acquérir étaient bien trop fraîches, bourdonnaient trop sûrement dans son esprit pour qu’il ne puisse y voir clair. Malgré son expertise le domaine de l’occulte, sa fatigue et son inexpérience risquaient de commettre un irréparable. Séparer le renard de sa contractante par la force, car tel était le cas, risquait de tuer le démon et corrompre le mort s’il devait se fier aux premières impressions que lui laissaient l’ensemble les Mantras et Sutras de la lignée disparue. Chikanori n’était pas inconnu au bataillon des sceaux ratés, et incantations erronées qui tournaient mal. Les techniques secrètes des Hisawara, plus puissantes dans certaines actions, mais plus dangereuses, plus instables à quelque part … instabilité qui leur avait coûté bien cher. Qu’importait. Quoiqu’il en était, il était une grave erreur que de vouloir plancher dans une telle entreprise maintenant.

_ Je tenterai de mon mieux. » Répondit-il, persuadé que s’il étalait son raisonnement, le renard allait défaillir ou définitivement vouloir lui arracher la tête. Mais intérieurement, il en rit.

Les deux étaient si peu coopératifs à la proposition qu’il allait presque le leur imposer ! Hélas pour eux, c’était devenu personnel : plus l’un et l’autre avaient refusé de discuter, plus la curiosité l’avait rongé. Oui, il avait envie de savoir ce qu’il y avait de si honteux, de si horrible, de si inavouable pour qu’à ce point, ils souhaitent en rester à là. Chikanori ne pouvait pas comprendre, il ne voulait pas comprendre les raisons qui poussaient ces deux êtres séparés à se confiner dans le mutisme … ce qui lui importait, à présent, était de savoir ce qu’ils avaient à se dire, ou plutôt, ce qu’ils refusaient à se dire.
S’ouvrant à demi au renard, il rassembla ses sens une fois de plus. Puisqu’ils n’étaient pas liés, il ne pouvaient vraiment se passer d’énergie comme ils l’auraient pu via un pacte, tout échange était impossible. ‘’Prêter son énergie et ses sens’’, allait un peu vite en besogne et violait quelques lois de l’univers au passage, ce qui n’était pas pour souligner la presque absurdité de sa proposition. Cependant, elle desservait tout de même ses desseins : il se servit de ses sens pour tenter de ressentir l’infime présence subsistante au travers du renard qui devait également ouvrir une partie de lui-même. Puisqu’elle ne souhaitait pas lui parler, il préféra tenter le démon par sa propre curiosité, sa propre culpabilité, ses propres désirs enfouis … en lui désignant les restes de l’être qu’il gardait contre lui au travers de la mort et des décennies. Pour la suite, il aviserait bien …


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Non Joueur

Messages : 127
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mer 9 Aoû - 20:04

Le renard tremblait, aussi bien physiquement et mentalement, il ne comprenait finalement pas très bien où l’onmyoji voulait en venir, mais il n’était peut-être pas en état de bien y réfléchir. Quand Chikanori lui désigna les restes de liens empêtrés dans sa conscience, il tendit son esprit vers eux, mais n’osa les toucher. Une barrière insupportable de non-dits et de culpabilité le retenait. À cet instant, Chikanori pu sentit un poids devenu familier se présenter aux frontières de son mental. Le yureï lui demandait finalement de l’aider à rassurer son ancien contractant. Avait-il compris que l’onmyoji n’avait aucune envie de le faire lui-même ?

"Shinosuke…"

Le murmure le fit sursauter, il rouvrit brusquement les yeux et fixa l’humain en face de lui, décontenancer.

"Shino…"

La voix était trop féminine et, un instant, les traits de Chikanori se confondirent avec ceux de celle qu’il aimait.

"Taisuki…"

Sa voix tremblait, ses yeux embués de larmes.

"Oh, Taisuki, je suis désolé, tellement désolé… J’aurais dû te protéger, j’aurais dû mourir pour toi ce soir-là. Je n’aurais pas dû retenir ainsi le pacte, j’aurais dû te voir depuis, j’aurais dû…"

Les paroles, à demi-mot, s’écoulaient, salvatrices en cet instant.

"Non… Shino, c’est ma faute. C’est moi qui, cette nuit-là, ne t’ai pas appelé. Je t’ai laissé enfermé, en connaissance de cause."

"Mais pourquoi !?"

La voix du kitsune s’étrangla, chargée de tant de détresse et de reproches. Oui, elle ne l’avait pas appelé, et jamais il n’avait pu en comprendre la raison. C’était pourtant son rôle de la protéger… Il y eut un silence, lourd, trop plein de sens.

"Pour la même raison que toi…"

Un aveu, murmuré. Cette fois, Shinosuke s’effondra, il savait que ce n’était pas Taisuki face à lui, juste un ersatz de son âme dans un autre corps, mais qu’importe. Il se plia, ravagé par les larmes et la souffrance, enserrant dans sa main celle de l’onmyoji, véhicule improvisé d’un règlement de compte bien dramatique.

"Bon sang, Taisuki je t’aimais ! Il cria presque ces mots, ces mots qu'il n'avait jamais pu lui dire de son vivant. Je t’aimais ! J’aurais combattu à tes côtés, je serais mort pour toi ! Pourquoi… Après les pleurs, vient la colère. Pourquoi ! C’est injuste ! Tu m’as laissé ! Laissé derrière toi ! Sans rien d’autre que la haine et la vengeance. Je ne suis plus rien, plus un yokaï sauvage, plus un gardien non plus, plus rien du tout !"

"Je… Je suis désolée. Je… Je ne supportais pas l’idée que tu meurs avec moi ce soir d’horreur. Je voulais que tu vives. Je… Je t’aimais aussi, Shinosuke."

À ces mots, ces mots qu'il n'avait jamais pu entendre, le kistune releva la tête, les yeux rouges envahis d’une détresse sans nom.

"Je t’aimais et j’ai voulu que tu vives, que tu retrouves ta liberté. Je ne voulais pas te voir mourir pour moi, car tu l’aurais fait si je t’avais appelé, et je ne voulais pas non plus que le pacte t’achève de manière injuste. Je te voulais libre… Mais je… J’ai fait une erreur, je ne pensais pas que cela tournerait ainsi… La vengeance, le sceau, Mistujiro…"

"Comment ça aurait pu tourner autrement ?!" Répondit Shinosuke d’une voix brisée et tremblante de colère.

"Certes… Mais tu n’es pas rien ! Hisawara Shinosuke, tu portes toujours mon nom, si c’est ce que tu souhaites, tu restes un gardien, le gardien de mon sang. Il n’est pas éteint !"

Le kistune resta interdit. Le sang des Hisawara ? Oui il coulait en Mitsujiro, mais était-il également présent chez d’autres ?

"Taisuki, je..."

"Je t’aimais, Shino-kun. Je t’aimais et je t’aimerai toujours. Cherche-nous, cherche-moi…"

La voix s’éteignit, le yurei et l’onmyoji avaient atteint leurs limites. Shinosuke restait avec ses questions, mais il était incapable d’y réfléchir pour le moment. Qu’est-ce que Taisuki avait voulu dire ? "Cherche-nous" ? Les survivants des Hisawara ? "Cherche-moi" ? Quel sens donner à tout cela ? À nouveau, il n’y avait que Chikanori devant lui et trop de sentiments se mêlaient dans son esprit, depuis la détresse jusqu’à la honte. Et celle-ci prit un instant le dessus, alors que son regard encore embué de larmes croisait l’œil unique de l’onmyoji. Le renard se tourna, se soustrayant au jugement de l’humain. Il s’allongea sur le futon, dos à Chikanori, se repliant sur les regrets amers de ce qu’il avait perdu : cet amour partagé, mais jamais avoué désormais brisé par la mort.

"Tu l'a libérée ?" Grogna une voix enrouée.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Guide-Ambassadeur
Onmyôji

Messages : 351
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Ven 11 Aoû - 17:00

Comme dans du coton, l’esprit de l’Abe no s’en retrouvait engourdi de cette possession improvisée permettant à la défunte de s’exprimer de la langue des hommes. Bien sûr, il était toujours ‘’là ‘’, prêt à réagir, à reprendre contrôle de lui-même si jamais les choses n’allaient pas dans son sens, mais il se sentait divaguer à moitié. La volonté était toujours là, vivace, le maintenait présent.
Leurs deux êtres comme superposés, il sentait … voir même ressentait les sentiments de la morte de façon claire et nette, ce qui n’était pas sans lui rappeler amèrement l’expérience ratée avec Yuto et son gardien. De cette mésaventure qu’il s’était juré de ne plus jamais conduire, il avait concentré ses efforts sur ses barrières mentales ; en conséquence, le Yurei ne savait probablement rien de lui. Jusqu’à la fin, jusqu’aux derniers mots qui n’étaient pas les siens, il tint bon. Lorsque l’esprit se retira, un poids disparut de ses épaules engourdies, un coup de barre l’assomma en retour comme il s’y était attendu. Le renard, dépité, avait décidé de lui tourner dos.

De ces retrouvailles trop longtemps repoussées, Chikanori en gardait une bien mièvre impression. Leur l’histoire était triste, ressemblait aux nombreux contes entre poètes et Yokaï que tout rapproche si ce n’est leur nature qui les maintient dans deux mondes opposés. Finalement, il n’était pas si étonné que cela, avec tous les indices qui avaient été disséminés ça et là … restait la satisfaction d’être allé jusqu’au bout de ses enseignements, ceux conseillant de crever l’abcès. Tatsuki et Shinosuke s’était aimés dans une autre époque, un autre monde … d’un amour bien innocent et aveugle. Réprimant un soupir détaché, il se refusa de juger. N’avait-il pas été lui-même un fol amoureux du temps où les dorures de Birei faisaient son quotidien ?
Rassasié d’exorcisme et de surnaturel pour la journée, l’Onmyôji ôta les restes de sceau au sol, s’écarta tranquillement jusqu’au bureau afin de ranger les affaires qui n’avaient plus lieu d’être sorties.

_ Je me suis ravisé. Nous étions tous en trop mauvais état pour tenter quoi que ce soit. Nous aurions risqué d’y laisser la vie et de la corrompre au passage … mais j’ai une bien meilleure idée de ce qui vous lie. Quelques recherches et j’aurais de quoi dissoudre votre lien. » A ce sujet, il attrapa d’ailleurs de quoi écrire pour jeter quelques précisions sur le papier avant de les oublier. « Cela devrait aller pour elle. Votre pacte vous lie toujours, si elle te survit, son état doit sûrement dépendre du tien. Tant que tu ne perds l’esprit, sa santé devrait donc être constante. Je vais me pencher sur ce sceau dès que je serai rentré. Quand tu seras prêt, passes me voir à Geki à la demeure des Abe no, il te suffira de demander Chikanori. Avec les circonstances actuelles, je ne voyages pas.

Il fallait même dire que pour une fois, il avait hâte de retourner à la maison. L’épisode l’avait achevé, d’autant plus qu’il s’en ressortait avec des crampes résolues en tendinites inhabituelles …


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Non Joueur

Messages : 127
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Ven 11 Aoû - 23:46

"Quoi ?!"

Seul le choc empêcha Shino de se précipiter d’office sur l’onmyoji qui put ainsi finir sa tirade. Tout ça pour ça ? Il avait pris conscience qu’il emprisonnait l’âme de son aimée, qu’elle voyait chacun de ses gestes, qu’elle assistait à sa lente décadence. Il lui avait parlé, il avait dit ces mots passés sous silence depuis si longtemps. Il avait appris ce qu’elle avait fait, pourquoi elle l’avait fait, mais n’en ressortait qu’avec plus de rancœur et de culpabilité encore. Elle lui avait parlait, mais n’avait laissé que plus de questions encore… Et tout ça pour ça ? Pour être obligé de vivre avec ce nouveau fardeau sur les épaules ? Celui de savoir que son aimée était prisonnière en ce monde par sa faute, qu’elle l’observait, qu’elle continuait de veiller sur lui par-delà la mort alors que lui n’avait même pas su la protéger de son vivant ?

Le renard tremblait, le cœur au bord des lèvres, il voulait crier, hurler son désespoir et l’injustice de ce monde. Mais rien ne vient, juste ses ongles dans ses paumes et ses canines sur sa lèvre meurtrie. L’envie, brutale, violente, d’en finir. Ce serait si facile, faible et blessé comme il était. Il lui suffisait de sortir, là, maintenant et de laisser un yokaï le trouver, attiré par l’odeur de son sang. Même un faible suffirait, il était si mal en point.

Puis, la colère explosa, salvatrice, libératrice, seul moteur qui lui restait. En deux grandes enjambés qui rouvrir ses blessures, il fut sur l’onmyoji. Il l’empoigna par le col et le souleva de terre d’une seule main.

"Toi ! Qu’est-ce que tu fous, bordel ! Tu t’amuses ?"

Oui, c’était sans doute cela. Ça devait l’amuser de voir deux amants séparés par la mort pleurer l’un l’autre. Une histoire d’amour impossible, ridicule, risible, il devait bien rire, le sale gamin ! Alors il allait lui faire passer l’envie de rire ! Oh oui, en cet instant il avait très envie de lui arracher la jugulaire avec les dents. Il en était capable, il n’était plus que colère et envie de meurtre, ça se lisait dans la tension de son corps, dans le rougeoiement de ses yeux. La bête était proche, trop proche, et Taisuki n’était plus en état de la retenir.

"Recule !"

L’ordre de Mitsujiro claqua et le pacte fit son œuvre, ses arabesques couvrant le corps de Shinosuke. Le renard lâcha l’onmyoji et tituba de quelques pas en arrière avant de s’écrouler au sol, souffrant. Les liens du pacte étaient particulièrement resserrés, répondant à la peur du jeune maître pour qui cette scène prenait un air un peu trop familier.

"Bon sang ! Mais il se passe quoi ici ?" Cria Mitsujiro.

Il était encore dans l’encadrement de la porte, tenant les plateaux qu’il avait délibérément pris beaucoup de temps à ramener pour se venger des deux hommes qui l’avaient envoyé chercher à manger.  Finalement, il aurait peut-être dû revenir plus rapidement.

"Allez au diable ! Foutus humains ! Je vous déteste tous !"

Shinosuke cracha du sang et en s’agitant douloureusement au sol quand le pacte se resserra davantage. Dans l’esprit de Chikanori, la voix éthérée de Taisuki résonna faiblement : "s’il te plait, cet enfant a beau être de mon sang, s’il fait du mal à mon cher contractant, brise leur pacte à ma place…"


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Guide-Ambassadeur
Onmyôji

Messages : 351
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Lun 14 Aoû - 18:58

Cette fois, il avait bien cru pouvoir mesurer ses Sutras au renard à quatre queues. Vigilant, indérogeable, il ne lui avait suffit qu’entendre la réponse du démon pour savoir que la suite s’avèrerait dangereuse … mais tellement plus intéressante pour lui. Immédiatement, l’adrénaline était revenue, il en était toujours ainsi lorsqu’une situation périlleuse s’engageait … il avait hâte … d’utiliser ses dons d’Onmyôji. Ainsi, quand l’autre lui avait sauté dessus, il avait tranquillement posé son pinceau sur le côté, et écarté l’encre. De la prunelle implacable qui n’avait plus rien de l’amour du fantôme, il fixait le Yokaï comme au premier jour, raisonnait survie et non sentiments. C’était sûrement d’autant plus car il avait été possédé par un être aussi aimant que la contractante que la dure réalité que l’Abe no ayant ses propres intérêts paraissait à la limite cruelle et insupportable. Malgré lui, l’ombre d’un sourire apparut au coin de ses lèvres. Ce n’était pas son histoire qu’il trouvait risible. C’était sa réaction.

Un démon qui aimait un humain, déjà il peinait à le concevoir même s’il savait que cela existait. En tous cas de figure, il était évident que ce dernier ne pouvait qu’être chamboulé après pareille annonce, alors que lui, non-concerné, n’en avait cure. Chikanori n’en disait rien, préférant garder des mots qui ne pouvaient qu’être mal pris. C’était au final ce qu’il pouvait faire de plus charitable, puisqu’il n’allait de toute façon pas changer de manière de penser.
Les mots sacrés allaient claquer quand d’autres ramenèrent le démon à se tortiller au sol, répandant le sang de ses plaies rouvertes. Sur ses jambes affaiblies, le Kenshu parvint à rester debout  tandis que Mitsujiro, abasourdi, sur le seuil, ne comprenait rien du tout. Au moins, ce dernier avait fini par servir à quelque chose … mais il était si naïf … si crédule … que son aîné trouva ça désolant. A ses pieds, le douloureux Shinosuke crachait sa haine. L’Abe no abaissa le regard sur lui.

Il s’en désintéressa.

Sans vergogne, il chassa les mots de la défunte qu’il jugeait à présent bien trop clémente, dont les mots suppliants n’attisaient chez lui aucune pitié ni clémence si ce n’était une fermeté d’autant plus acérée. Pauvre sotte, ce n’est pas vouloir son bien que de le libérer maintenant ! Pensa-t-il sèchement comme s’il avait pu le lui dire en face à face. Enragé qu’il était, sans Onmyôji pour le maitriser, il serait chassé comme tous les autres renards ayant sévi pendant l’horreur de l’été. Le libérer de toute emprise, c’était avoir la quasi-certitude de le voir tué prochainement. Après les drames, nombreux étaient ceux qui s’avéraient plus radicaux envers cette race aussi malicieuse que mortelle. Lui-même était moins indulgent depuis que l’un d’entre eux avait défiguré son petit frère.
Avec les nouvelles pièces du mystère en main, il prit le problème d’une toute autre manière. Le démon Hisawara, que le destin avait enfermé une fois sa vengeance effectuée … n’était pas si différent de celui d’aujourd’hui. Alors inflexible, il énonça au jeune Setsu :

_ Tu es un inconscient, si ce n’est un imbécile. Les Hisawara ont beau soumettre les Yokaï à leur volonté, il n’en est pas moins que si leur gardien  tue un humain, ils restent responsables devant les Kamis. La damnation et une vie d’Eta attendent les idiots qui jouent avec les démons. » Il eut un rictus moqueur. « Il suffirait d’un moindre moment d’inattention, comme celui-ci, pour te condamner … car toi ! Tu te balades avec comme s’il s’agissait de ton allié ! Au cas où tu ne serais pas au courant, Shinosuke a déjà passé un demi-siècle scellé pour sa faute. Recommencer ne devrait pas lui poser de souci, surtout qu’incapable de survivre seul, tu mourrais rapidement.

S’écartant du corps au sol, il récupéra quelques unes de ses affaires, tranquillement. De toute manière, il n’avait pas envie de rester dans cette pièce puisqu’il n’avait plus rien à y faire … et pour laisser les choses marronner, il fallait laisser le gamin et le renard ensemble.

_ Actuellement, ton gardien est hanté par son ancienne Maîtresse parce que leur pacte tient toujours. Je lui ai proposé de revenir dans quelques semaines à Geki, le temps que mette au point de quoi briser tout ça, mais pour le moment il n’est pas … très disposé à m’écouter. Je pense que ses faiblesses viennent de ce double pacte, lorsqu’il en sera délivré, il sera bien plus puissant, mais qui sait s’il ne sera pas aussi beaucoup plus difficile à contrôler …

L’Abe no dévoila un petit côté fourbe. A présenter ainsi les choses, il opposait les deux partis. Shinosuke voulait libérer Taisuki à tous prix et Mitsujiro, ignorant de cette affaire et égoïste qu’il était, serait sûrement appâté par le gain de puissance, mais possiblement effrayé qu’il ne puisse plus contrôler son démon … le danger était bien là, palpable. Dans le meilleur des cas, cela les obligerait à enfin coopérer, et dans l’autre … à les faire s’entre-déchirer jusqu’à ce qu’ils décident de se séparer ou pire.


Revenir en haut Aller en bas
Hisawara Shinosuke

avatar

Non Joueur

Messages : 127
Date d'inscription : 28/08/2016

Feuille personnage
Age: 342 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mar 22 Aoû - 22:49

Le gamin, toujours dans l’incompréhension de la situation, encaissa en grimaçant les remontrances de son aîné.

"Pardonnez-moi, Abe no-san, je tacherais de mieux tenir en laisse celui-là. Marmonna-t-il entre ses dents serrées.

Le pacte répondit à sa colère et Shinosuke gémit. Le reste des mots de l’onmyoji laissèrent le jeune avec plus d’interrogations encore. Le kitsune, hanté par son ancienne contractante ? Était-ce seulement possible ? Lui n’avait rien senti et Shinosuke n’avait jamais rien dit.

"C’est quoi cette histoire ?"

Mais la question n’attendait pas vraiment de réponse, son aîné n’avait pas été très prompt à lui donner des explications ces derniers jours, il ne s’attendait pas à ce que cela change. Il regarda le kistune se traîner pathétiquement au sol, le pacte s’étant quelque peu relâché alors qu’il était perdu dans ses réflexions. Le renard réussit à atteindre le futon où il s’écroula, tournant le dos aux humains et se murant dans le silence. Il faudrait qu’il le questionne. L’idée de pouvoir parler avec une de ses ancêtres lui faisait soudain miroiter la promesse de connaissances qu’il croyait perdues à jamais. Si tenté que l’esprit était toujours en état de transmettre son savoir après tant d’années. Mais le yurei ne devrait pas être si corrompu, sinon Shino en ressentirait les effets, n’est-ce pas ? À moins que ce soit à cause de cela que le démon perde son contrôle en ce moment ?

Trop d’inconnus, Mistujiro grimaça, il n’aimait pas cela. Il ne savait pas si les dires de son aîné étaient véridiques, et si oui, il était frustré de ne pas l’avoir vu lui-même. Tout comme la proposition de l’Abe no qui voulait s’occuper de cet esprit piqua son égo. Il pouvait très bien le faire lui-même ! Néanmoins, il ne dit rien, perdu dans les questionnements amenés par les révélations suivantes : rendre Shino plus puissant ? Une idée aussi attractive qu’effrayante pour lui.

Si le kitsune devenait plus fort, il ne lui serait que plus utile encore. Ils pourraient effectuer sans mal des missions plus dangereuses et obtenir toujours plus la reconnaissance de ceux qu’ils aidaient. Ainsi il gagnerait en renommée et en richesse. Mais honnêtement, il ne se plaignait pas de l’état actuel du yokaï. Le gamin n’était pas totalement dupe, il savait que son contrôle sur la bête dépendait en grand parti de son état d’esprit dépressif. Si Shinosuke retrouvait sa puissance d’autant, il pourrait reprendre en assurance et serait plus difficile à maîtriser. Néanmoins, l’appât du gain était une promesse non négligeable pour un jeune omnyoji en quête de gloire et de fortune.

Mitsujiro fixa le dos de son esclave, il ne pouvait pas prendre de décision sans comprendre la situation, or Shino n’était pas en état de s’expliquer pour le moment. Finalement, le jeune homme proposa un plateau à son aîné, posa avec une méfiance évidente un autre près du renard qui ne bougea pas d’un pouce. Lui qui soi-disant mourrait de faim, pensa Mitsujiro avec dédain. Puis il s’installa lui-même avec sa nourriture. Il ignora plus ou moins l’Abe no qui rangeait ses affaires, il n’essaya pas d’obtenir des informations ou même de faire la conversation, il supposait que l’onmyoji n’était pas disposé à lui dire quoi que ce soit de toute manière. De plus, il aurait tout ce qu’il avait besoin de savoir de la bouche de Shino, de gré ou de force.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

A mon trésor perdu

Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Guide-Ambassadeur
Onmyôji

Messages : 351
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé] Mer 23 Aoû - 14:45

En deux ou trois mouvements, Chikanori avait plié bagage. Précautionneux à cause de ses blessures, il récupéra le plateau qui lui était destiné avec prudence, veillant à son équilibre perturbé, puis remercia d’un bref signe de tête l’enfant avant de sortir silencieusement. Libéré de la lourdeur installée dans cette pièce à cause du Yurei, l’air lui semblait plus bien respirable, son souffle lui était revenu pleinement. A avoir été au contact de la défunte irritait tous ses sens à présent car il la percevait de façon trop nette malgré qu’elle soit qu’à peine discernable. Décidément, être hanté pesait constamment sur le moral, même si de façon infime ... ce qui n’était pas pour aider l’humeur du renard et de son maître, sans aucun doute.
De son côté, il était soulagé de rentrer à Geki, retrouver sa famille qu’il avait abandonnée pour cette affaire, et quitter ce lieu avoir mis l’huile sur le feu entre le renard et son maître. Le temps lui dirait s’il avait eu raison ou non d’avoir monté les deux l’un contre l’autre. Il considérait que l’abcès avait cruellement besoin d’être crevé, car le duo n’était pour le moment qu’une bien piètre représentation de ce qu’était un Onmyôji et son gardien, quand bien même celui-ci soit forcé par un quelconque sceau.

Installé dans la salle à manger de l’auberge toujours aussi vide de monde, il demanda au tenancier s’il y avait un quelconque chariot partant dans la direction de Geki. Après avoir aidé le village, ses habitants étaient plus volontaires pour l’aider ; de cette façon il apprit qu’une charrette se préparait en ces heures d’aurores pour le village d’à côté.  Chikanori se dépêcha de finir pour trouver le propriétaire et s’arranger avec pour être transporté. Le nom des Abe no finit par le convaincre de concéder à l’emmener. Habitué à voyager de cette façon, il arriverait à rentrer relativement rapidement en négociant par ci par là.
Ballotté au gré du chahut du transport, l’Onmyôji tentait de récupérer un petit peu, tout en sachant que cela serait compliqué dans ces conditions. Son esprit divaguait sur les journées passées, riches en événements et en connaissances. Concernant ces dernières, sa tête continuait de bourdonner légèrement. Il lui faudrait consigner tout cela par écrit avant que ces techniques, aussi impitoyables soient-elles à son goût, ne sombrent dans l’oubli.

Comme souvent, il se reprocha sa tendance aux situations suicidaires qui auraient pu lui coûter la vie et pire, celle d’autrui. Tout aurait pu mal terminer si … si … n’avait pas été propulsé en avant par quelque … volonté. Aucun Yurei ni Yokaï ne l’aurait aidé. Chikanori leva un regard au ciel, comme remplit d’un vide à présent que cette attente était terminée. Lui qui avait été si persuadé d’être dédaigné, délaissé, dénigré par les entités des cieux, se trouvait à présent bien pris au dépourvu. Pourquoi maintenant ? Pourquoi tout court ? L’attention portée sur ses jambes qui portaient le stigmate de l’apparition du pouvoir n’en revenait pas. C’était un véritable cadeau que lui avait fait la destinée, le premier qu’il n’avait pas travaillé d’arrache pied pour l’obtenir. Le Maudit en était réellement intérieurement ému.
Le religieux joignit les mains et ferma les yeux. Pour ma première fois depuis un peu moins d’une décennie, il adressa ses prières à Gekigami.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le renard et les onmyoji [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le renard et les onmyoji [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...Ewilan RPG
...
..
..
..
..
...La Sérénissime...
.......