AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Insaisissable onmyôji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Insaisissable onmyôji Lun 24 Avr - 3:14

Jour 5, Lune du Rat de l’année 40
Festival des Lanternes, Raimei

Comme certains Abe no, Chikanori avait reçu l’information l’invitant à la cérémonie d’une certaine Mirai Sora. Et pour ne rien changer à ses habitudes, il n’y était pas allé. Pourtant, il avait été bien présent dans la ville et ses environs … il n’était simplement pas d’humeur à venir faire bonne figure, et avait préféré faire le tour des temples voisins pour rendre au passage quelques prières. Il fallait dire, pour l’excuser, que faire acte de sa présence avec sa malédiction était généralement pris pour de l’insulte. Dans sa situation, il était ironique de constater à quel point son absence s’avérait moins grave que sa présence.
Là était alors l’avantage qu’il puisse laisser sa cousine Miwako se charger de représenter la famille. Elle savait sans aucun doute mieux le faire que lui d’ailleurs, et sur tous rapports. A ses bons souvenirs, il lui semblait même que les deux femmes se connaissaient et s’appréciaient. C’était donc en toute impunité qu’il s’était porté absent.

Ainsi, restant cohérent avec sa pensée du moment, il n’avait pas cherché à féliciter l’intéressée de vive voix, se contentant d’une formule de politesse joliment tournée, écrite sur tissu, destinée à rejoindre la pile des autres compliments du même genre qu’elle avait dû recevoir.
Pas tout à fait impie, il y était allé de sa plus belle calligraphie. Loin de lui par contre quelque chose de doux et raffiné dans la délicatesse : la puissance de son art s’exprimait par l’énergie qu’il y mettait, cette force qui découlait des angles acérés de ses caractères qui parfois s'incurvaient de façon lascive. Inspiré même, il en avait profité pour décorer le texte d’un encrage ressemblant à ce qu’on lui avait décrit du gardien Urahara. C’était quand même de l’honneur des Abe no dont il était question, et il ne pouvait se permettre d’être fainéant dans la (probable) seule interaction qu’il aurait avec la nouvelle Onmyôji. Il s’était essayé à plusieurs brouillons avant de se lancer sur la version finale dont il avait été relativement satisfait. Le devoir accompli, il s’était dit qu’il serait sympathique de rester en la ville animée de Raimei pour la fête des Lanternes : partager quelques haikus avec des inconnus qu’il ne reverrait jamais et acheter une lanterne à quelque famille modeste, suffiraient à remplir sa soirée.

C’était au temple Koumyou où il séjournait depuis quelques jours qu’il avait passé la journée à aider. Malgré ses airs parfois impénétrables, Chikanori n’était pas du genre à rechigner au travail, surtout quand il n’avait rien à faire. Ainsi, il avait exécuté les tâches qu’on l’avait jugé digne d’accomplir, bien qu’on l’écarta des bénédictions à apporter. Il avait eu l’occasion d’aller et venir entre les différentes ailes du temple qui ne désemplissait pas depuis l’avènement de la nouvelle … mais était-ce pour elle ou pour la fête … ? Les gens étaient plus intéressés à s’amuser qu’à célébrer le dur travail d’un religieux. Peut être était-il mauvaise langue !

Les heures passèrent vite, et le crépuscule de profila festif. Se décidant à quitter les lieux, il vint récupérer quelques affaires parmi celles qu’il avait laissées dans le Sōbō, quartier des dortoirs. Ses possessions à emmener se résumèrent à son argent et sa petite lame, et il confia le reste à ses frères de confession.
Ensuite, il prit le chemin pour sortir, restant sur le côté des couloirs pour ne pas gêner le passage de ceux qui travaillaient encore. L’événement provoquait beaucoup d’émulsion, et arrivé au Kon-dō, salle où se passaient toutes les cérémonies et prières quotidiennes, il fut impressionné par le nombre de personnes qui s’y trouvaient. On apportait les offrandes, puis un cortège de lanternes se profilait, sans compter les sièges que l’on déplaçait encore à la hâte, restes d’une organisation décousue. C’était sans compter les pèlerins, les habitants ou les visiteurs qui se pressaient de faire une prière avant de filer rejoindre le quartier chaud pour la procession ! Il resta quelques instants à scruter la foule, parcourant les visages sans vraiment s’y attarder … quand prêt à se détourner, un regard retint finalement le sien.  

Toute la salle les séparait, et l’autre semblait avoir envie de se rapprocher ; en tous cas, pas de le fuir, ça il en était sûr et persuadé. Le regard craintif, il ne le connaissait que trop bien. En tous cas, le flux entrant était bien trop dense. Peut être que s’il avait été ignorant de l’identité de la demoiselle, il se serait amusé à la voir peiner arriver jusqu’à lui puisqu’il aurait été intrigué de façon significative. Tranquillement, il détourna la tête. Il l’ignora totalement ; poursuivant son chemin d’un pas peu pressé, les mains cachées dans ses manches, disparaissant dans la masse assez facilement.

Descendant dans la ville, il emprunta les rues menant au quartier du commerce. Les rues étaient belles, bondées de monde et de familles, le rouge y était à l’honneur. Il avait encore du temps avant la procession, et d’ici là, il se trouverait un endroit du genre yatai où il pourrait se restaurer. La pénombre rendait son sceau moins visible ; le regard des autres ne s’accrochait plus à lui. Il se sentit presque normal, d’autant plus qu’il restait en sobre habillement malgré l’occasion.
Plusieurs étals proposaient des lanternes et il s’en approcha. Tout entier à sa recherche, il observait leurs formes, leur couleur, prêtait attention aux caractères qu’elles portaient si tel était le cas.  
HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Lun 1 Mai - 19:30


Cela faisait maintenant plusieurs jours que Sora était de retour à Raimei. L’arrivée au temple de Kyoumou avait été facilité par le chaleureux accueil que Raija et Chiaki avait réservé à celle qui était désormais la toute nouvelle onmyôji de la ville de Raimei. Elle avait pu revoir ses proches, passer du temps avec ses deux frères. Une grande cérémonie avait été organisée, et la famille de Miwako, les Abe no, s’y étaient rendus nombreux. Gaku-sensei l’avait félicitée, et lui avait prescrit quelques derniers conseils à appliquer, pour débuter correctement sa vie d’onmyoji. Mais alors que Sora avait cru comprendre qu’il allait lui faire ses adieux, il lui avait annoncé avec joie vouloir prolonger son séjour en vue de la fête des Lanternes. Et tout cela ne pouvait que la combler de joie. Elle vivait, à l’heure actuelle, une très belle période de sa vie, et en était assez consciente pour en être reconnaissante envers les kamis.

Sa sœur de cœur l’avait présenté à l’ensemble de sa famille, et elle avait fait de même dans l’autre sens. Elle avait été ravie de pouvoir les rassembler ainsi. Accroître les liens avec la famille des Abe no signifiait beaucoup pour cette jeune onmyoji qui n’était pas destinée à en être une, à la base. Être reconnue par eux qui plus est, pour ses talents, c’était encore mieux que n’importe quelle bénédiction. Elle était simplement étonnée. Elle avait entendu parler par Miwako de ses cousins, et la jeune femme l’avait prévenue que celui qu’on surnommait usuellement le “Maudit” ne serait surement pas là. Et effectivement, bien qu’il se soit déplacé apparemment, elle ne l’avait toujours pas vu. Cela avait à vrai dire piqué non seulement sa curiosité mais aussi sa fierté personnelle. Il est vrai que les rumeurs courant à son sujet ne sont généralement pas pour aider à vouloir qu’il soit présent. Elle avait aussi entendu qu’il avait apparemment des difficultés à s’entendre au sein de sa famille …

*Bon eh bien ! C’est qu’il ne devait pas mériter d’être là !* s’était-elle dit, comme pour se rassurer, bien que non satisfaite de cette réponse.

Ces jours-ci Sora était presque euphorique, ce qui était suffisamment rare pour être souligné. Et actuellement, il était difficile pour elle de se contenir, car cela faisait quelques temps qu’elle n’avait pas profité réellement d’une fête de clan. Elle ne fut donc pas effrayée ou ennuyée le moins du monde par la foule qui se mit à côtoyer le temple. Les gens venaient pour prier, ce qui était tout naturel. Le Kon-dô était rempli, et il devenait difficile de circuler dans la salle. Elle accrocha sur de nombreux regards, mais par autant que sur le sien.

C’était lui. Surement. Un bandeau sur l'un de ses deux yeux, les traits de Abe no reconnaissables sur son visage, bien que différent de Miwako, il devait bien s’agir de Abe no Chikanori, celui qui avait sacrifié son esprit gardien. Cela ne pouvait qu’intriguer la jeune et impétueuse Sora. Comment ne pas être curieuse de cela ? Un destin aussi amer … Mais ce qui l’intrigua d’autant plus, ce fut le regard totalement impassible qu’il lui adressa. Puis, cette ignorance complète. Il se retourna juste, comme si de rien n’était. Comme s’il avait croisé le regard de n’importe qui d’autre. Sora tenta de se dégager, pour accourir vers lui. Elle refusait que cela se passe juste ainsi. C’était de la prétention pure, ou de la fierté, sans doute. Mais pour elle ce n’était pas acceptable de ne pas faire connaissance proprement avec lui.

Elle ne savait pas bien pourquoi, mais c’était en train de devenir une idée fixe pour elle. Lorsqu’elle parvint enfin dans le coin de la salle où il s’était appuyé quelques secondes plus tôt, ce fut pour se retrouver face à un mur. *Raaaaah !!!!!*

Cette situation l’agaça profondément. Elle voulut mettre un coup dans le mur, mais cela lui fit bien sur plus de mal à elle qu’à cet objet inerte.

*-Que fais-tu, gamine ? *

Urahara se moquait intérieurement de sa maîtresse. Cela n’eut pas pour effet d’aider Sora à se calmer, mais au moins cela la raisonna. Elle lut sur le regard des gens alentours de la joie et de la hâte d’être à la fête. Heureusement pour elle, ce sentiment là était bien plus facilement contagieux. Cela lui redonna le goût d’aller elle-même faire sa prière, et d’oublier un instant cet instant fâcheux.

Après cela, elle se dirigea vers la ville, se laissant guider par les pas de toute la foule, telle une procession. L’air frais du crépuscule lui fit le plus grand bien. Elle voulait s’acheter une lanterne pour la soirée, comme c’était la coutume, avant d’aller rejoindre ses frères comme ils l’avaient déjà prévu. Elle se dirigea donc vers les rues marchandes, profitant du beau décor que la ville avait mis en place. Était-ce le destin ? Ou simplement un coup du hasard ?

Elle tomba nez à nez avec l’homme qui l’avait ignorée, quelques minutes plus tôt. Il avait l’air d’analyser posément les lanternes, leur taille, leur forme, et avec un peu plus d’attention apparemment leurs caractères. Sora se remémora alors le petit mot écrit qu’elle avait reçu de lui pour l’excuser de son absence à sa cérémonie d’intronisation. Les caractères utilisés avaient une forme bien spécifique, une calligraphie dont on se souvient, qui sort de l’ordinaire. Elle ne comprit pas trop pourquoi, faire ce rapprochement la fit rougir. Peut-être se rendait-elle compte que celui que tout le monde appelait “le Maudit” avait apparemment une vraie passion, pour un domaine qu’on pouvait qualifier d’artistique. Aurait-il donc, finalement, une sensibilité cachée ? Cet intrigant avait décidément plus d'intérêt que ce que les gens pouvaient bien dire de lui. Il représentait pour la jeune onmyouji un mystère …

Elle alla se poster juste à ses côtés, faisant mine de vouloir acheter une lanterne. Elle se décida pour un modèle bleu, sur lequel étaient dessinées des fleurs blanches stylisées. Elle osa regarder le cousin de Miwako du coin de l’oeil. Elle acheta la lampe, plutôt contente de sa trouvaille. Alors qu’elle se redressait, elle attrapa la manche de son voisin, pour attirer son attention. Ca, il ne pourrait tout de même pas l’ignorer, n’est-ce pas ? Ravalant sa fierté, elle décida de se présenter tout à fait “normalement” :

“- B.. Bonsoir, je me permets de me présenter, je suis Mirai Sora.”

Comme s’il ne le savait pas déjà. Elle avait à peine balbutié, mais cette manière de faire un peu osée l’avait fait quelque peu rougir. A moins qu’un sentiment, qu’elle pensait à la base être né de sa colère, ne soit d’une tout autre nature ?


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Ven 5 Mai - 13:32

Les inscriptions d’une lanterne se devaient d’avoir du sens. Ainsi, on trouvait très souvent le nom céleste du Kami de la foudre, Gekigami, lorsque que n’était pas les mots Chance, Félicité, Santé, Amour, Famille, Destin. Les dessins, faits d’encre ou de peinture délicate, représentaient des fleurs, des dragons ou des phénix qui s’épanouissaient au milieu de paysages mélancoliques. Dans le coin de sa vision, Chikanori vit des timides Nouvel An qui ne s’étaient pas vendues les semaines passées, cachées parmi toutes les autres. Une personne vint s’inviter à ses côtés. Dès lors, il épia cette direction, l’œil à peine entrouvert, pour un tout autre centre d’intérêt.
Manipulant précautionneusement la lanterne couleur carmin sur lequel il avait jeté son dévolu, il songea qu’elle lui rappelait fort la forme d’un physalis. Serait-elle toxique ou non ? Il trouvait la réflexion amusante à quelque part.

En même temps, il observait la jeune Mirai Sora qui, probablement pas par le fruit du destin, l’avait rejoint à ce stand. L’ignorer avait-il eu l’effet escompté ? Pareille à lui, elle cherchait une lampe, les comparait, faisait en somme comme si de rien n’était, mais les minutes passant, il la sentit un peu nerveuse. Un petit sourire se dessina alors sur ses lèvres pendant qu’elle procédait à son acquisition. Il encra sa pupille sur elle et attendit. Autant dire qu’il savourait d’avance cet instant où elle se demanderait depuis combien de temps il s’était aperçu sa présence.
C’était avec un certaine gêne qu’elle se présenta, maladroitement, et il ne lui accorda pas plus d’attention que cela puisqu’il détourna le regard, ayant apparemment peu de considération pour l’effort qu’elle venait de faire. Il lâcha un lascif un : « Je sais. » Puis s’adressant immédiatement au marchand face à lui, il tendit une pièce coincée entre l’index et le majeur pour la déposer dans l’assiette de porcelaine bleue.

_ Pourriez-vous me prêter un pinceau et de l’encre ? » Demanda-t-il « J’aimerais faire l’inscription moi-même.

Comme enfin disposé à la discussion après la commande passée, il finit par la dévisager véritablement, remarquant le gardien à ses côtés. Il glissa le regard jusqu’au Yokaï qui avait décidé de pactiser avec cette humaine ; il ne s’en méfiait pas, il n’était pour autant pas détendu. En réalité, il jaugeait son compagnon. Il laissait ses sens errer, ouverts à l’analyse de cette aura de démon, lui accordant au final plus qu’à sa maîtresse, sa discrète attention. Il était parfaitement averti que son comportement était troublant. Peut être simplement un jeu de sa part ... ses mots sonnaient d’un aigre-doux dans sa bouche, tel un susurrement, mais ils étaient au demi-chemin entre la taquinerie sympathique et celle qui l’était moins. Il fallait dire, il avait beaucoup appris des Yokaï sur le sujet.

_  Tu es pivoine » dit-il, brisant leur contact visuel en attrapant le pinceau qu’on lui tendait, ne résistant pas à l’envie de le faire rouler entre ses doigts alors qu’il se demandait de quels mots il allait décorer sa lanterne en forme d’amour en cage.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Sam 6 Mai - 20:21


“Je sais.”

Telle fut sa réponse. *”Je sais” …?*

Non mais sérieusement ? Sora était un peu abasourdie. Non seulement elle était déjà rouge, mais avec ça, elle qui d’habitude ne laissait pas passer ce genre d’impertinences était complètement décontenancée. En plus, il avait dû remarquer depuis un moment sa présence sans doute, puisqu’il n’avait pas du tout eut l’air interloqué par le fait qu’elle vienne l’aborder. Pour couronner le tout, aussitôt cette courte, beaucoup trop courte réponse délivrée, le jeune homme sembla tout de suite retourner à son achat, comme si cette rencontre était déjà dénuée d’intérêt à ses yeux. Décidément, Abe no Chikanori n’avait pas l’air d’être du genre à traîner dans ses relations sociales.

*RAAH …*

Elle faillit, à cet instant précis, tourner les talons, et ne pas revenir en arrière avant d’avoir parcouru la moitié de la ville pour se calmer. Elle se sentait humiliée et bafouée. Qui était-il pour se permettre ce genre de choses ?

Son cœur battait la chamade : Sora bouillonnait de rage à l’intérieur. En d’autres circonstances, elle lui aurait rétorqué une réplique cinglante, mais un “on-ne-sait-quoi” l’en empêchait fermement, et cela l’exaspérait d’autant plus. Non, décidément, cette fête des Lanternes ne commençait pas dans les meilleures conditions. Mais alors que le dégoût qu’elle ressentait pour cette situation commençait à atteindre un certain paroxysme pour Sora, elle changea du tout au tout et succomba à la surprise. En effet, plutôt que de choisir une lanterne comme tout le monde, le descendant des Abe no avait demandé au marchand de quoi écrire pour pouvoir la marquer lui-même … Étonnant, ce geste. Nombre de gens se seraient contentés, comme elle, de choisir simplement une des lampes proposées, déjà décorée, sans perdre de temps.

*Ahum … Les mots écrits ont donc bien plus de sens que les mots parlés, c’est ça ?* pensa-t-elle en croisant les bras, comme si cela engageait une toute autre réflexion … *Attends mais cela n’excuse en rien …!!*

Non, cela ne fournissait pas pour elle une excuse valable, mais elle était pourtant suffisamment intriguée pour ravaler sa, au moins un petit peu encore.

Elle fut stoppée net dans ce cheminement de pensée par le prénommé Chikanori qui avait bien daigné reporter sa précieuse attention sur elle. *Ah, tout de même !* songea-t-elle avant d’être à nouveau déçue par un constat trop hâtif de sa part. Pour cause : en réalité son homologue onmyouji avait repéré Urahara et était plutôt occupé à l’observer de pied en cape lui, plutôt qu’elle.

L’esprit gardien à la forme de loup-renard à longue queue avait revêtu une robe variant du gris foncé au noir brumeux, et montrait ses canines acérées en guise de toute présentation. Visiblement hostile, son gardien n’était pas du tout satisfait de cette rencontre. Il grognait contre le Maudit, comme s’il se le représentait comme un ennemi. Son regard criait “Va-t'en”, ses poils hérissés le rendant plus impressionnant, son aura spirituelle affutée comme un sabre et sa posture défensive, sur ses gardes. Il était rare que le gardien se montre ainsi à un autre religieux. Mais il relâcha peu à peu sa tension, voyant que leur interlocuteur avait terminé de les dévisager. Sora en profita pour lui signaler de les laisser tranquille, ce à quoi le gardien rechigna un instant, avant de disparaître de leur vue.

“Tu es pivoine”, lança-t-il comme quelqu’un qui cherche volontairement à embarrasser. Bien sur, cela n’eut pas pour effet d’améliorer la carnation de la jeune Mirai. Instinctivement, elle porta ses mains à ses joues, sentant sous ses doigts une peau brûlante au point que son rougissement en était presque perceptible au toucher.

Elle se détourna légèrement de lui, gênée à nouveau. Elle dont la peau était habituellement qualifiée de nacre. Elle sortit un éventail de son obi et commença à s’éventer le visage quelques instants. Heureusement cela fut assez efficace.

“-Hum, c’est à cause de la chaleur des lampes.” mentit-elle comme pour éviter d’avouer sa faiblesse. Elle était bien consciente que cette excuse n’était pas recevable mais après tout, vu comme il ne semblait pas se soucier d’elle …

Elle lui adressa un regard noir de rancœur, car elle avait la nette impression qu’il se moquait d’elle. Non, elle n’allait donc pas abandonner pour si peu. Ce n’était pas son genre. Bien ! Puisque la situation semblait l’amuser à ce point. Elle lui attrapa le pinceau des mains : “- Mes excuses, j’ai quelque chose d’important à écrire d’abord.”

Puis, trempant l’outil dans l’encre, elle se mit à barioler sa propre lanterne de fins caractères. L’aspect sans gênes de cet acte ne devrait pas le choquer, après tout, vu son propre comportement. C’était surtout le marchand, qui ne s’y retrouvait plus. Mais elle n’en avait cure. Quand Sora avait une idée en tête, elle l’assumait jusqu’au bout.

Elle fit bien attention que personne d’autre ne pourrait lire ce qu’elle allait écrire et inscrivit donc la phrase suivante :

Citation :
“Le prochain qui lit cela doit accompagner l’auteur à la fête.”
Bien sûr, ce n’était pas le meilleur support ni les meilleurs outils, mais le résultat était tout de même suffisamment lisible et harmonieux.

Enfin, une fois son œuvre achevée, elle mit clairement la phrase, qui séchait doucement à l’air du crépuscule, sous le nez de l’impertinent onmyouji. Alors cette fois, allait-il encore se défiler ?


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Dim 7 Mai - 13:52

Privé de pinceau, Chikanori ne put qu’adresser un sourire au vendeur qui leur tenait le pot d’encre. Celui-ci était inquiet que des projections ne tombent sur sa marchandise et râlait quelque peu. Pas du genre à rassurer autrui, il ne daigna lui marmonner une formule de politesse.
Alors qu’il l’observait barbouiller sa lanterne, celle-ci s’agita dans son champ de vision, et put lire l’inscription qui s’y trouvaient. Son regard fit quelques allers-et-retours entre elle et l’objet qu’elle lui brandissait, s’attardant un peu sur l’auteure … avant de revenir à l’inscription.

_ Ca n’a pas l’air si mauvais. » Commenta-t-il d’un air inquisiteur avant de lui offrir une expression plus énigmatique en introduisant dans la balance un nom dans leur conversation «  Miwako ne m’avait pas averti que son amie était à ce point têtue.

La vérité était qu’ils n’avaient que rarement pu parler ensemble depuis son voyage d’accomplissement, et que par conséquent, s’il avait su qu’elles étaient amies, ce n’était pas de sa bouche. Nul mensonge, donc.
L’Onmyôji, que tout le monde rebutait, était un peu étonné de la volonté qu’avait Mirai Sora de vouloir passer la soirée avec lui, surtout après toute l’effronterie qu’il avait eue à son égard (d’ailleurs, il ne regrettait rien). Puisqu’elle semblait mettre tous les efforts du monde pour le retenir et qu’il n’allait pas pouvoir se débarrasser d’elle avec d’impertinence, il finit par accepter. Cela se sentit puisqu’il se tourna à elle et tendit une main ouverte.

_ Je peux récupérer mon pinceau, à présent ?

Au vu des couleurs par lequel il l’avait faite passer, il s’attendait presque à ce qu’elle lui barbouille la paume d’encre … mais il ne la voyait pas suffisamment insolente pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Lun 8 Mai - 11:57


Elle avait attendu une quelconque réaction de l’insaisissable onmyouji et en avait enfin obtenu une. Enfin, à peu près. Le jeune homme s’était contenté de lui dire que son trait n’était “pas si mauvais”. Pas si mauvais … Au moins cette fois il ne l’avait pas juste esquivé. Sora était assez contente de cette demi-victoire, même si elle éprouvait un peu de honte à l’égard du marchand, qui les observait l’oeil en coin, n’ayant aucune garantie que les deux jeunes gens lui rendent bel et bien ses biens intacts.

Chikanori mentionna Miwako, par la suite. Sora, têtue ? Et encore, il n’avait pas tout vu. Mais c’était un peu ironique tout de même d’entendre ça de la bouche de quelqu’un qui s’obstinait à l’éviter. Aussi ne put-elle s’empêcher de faire une grimace contrite, l’un de ses deux sourcils se cabrant, peu convaincue par cette petite pique. Alors, c’était donc ça, la personnalité du Maudit ?

Néanmoins il sembla accepter sa requête. Elle n’avait pas été formulée oralement. Sa réponse ne le fut pas plus, il tendit simplement la main et réclama le pinceau qu’elle détenait toujours en otage. Elle prit ça pour un “d’accord” implicite, mais bizarrement, elle avait peur de lui rendre l’outil, comme si c’était sa seule garantie pour qu’il daigne bien l’accompagner. Elle se rendit compte, bien sur, à quel point ce petit jeu pouvait être puéril et maladroit. Elle s’en mordit même l’intérieur de la joue.

“- Bon… Très bien …”, répondit-elle tout bêtement. Elle commença à lui tendre l’objet, puis hésita : “Mais, tu ne vas pas encore te défiler, n’est-ce pas ?”

Se rendant compte qu’elle venait réellement de poser cette question à voix haute, elle rougit légèrement de gêne encore une fois. Décidément ! Elle n’était pas dans son état normal. Pourquoi insister à ce point avec lui ? La plupart des gens le regardaient de travers, dans la rue. Elle l’avait bien remarqué. Il était honni de la majorité, mais elle voulait tout de même passer du temps avec lui. Les teneurs de ce paradoxe lui échappaient complètement. Était-ce justement, parce qu’il ne ressemblait pas à M. Toutlemonde ? Etait-ce simplement parce qu’il était plus âgé qu’elle ? Parce que c’était un Abe no ? Parce qu’il l’étonnait de part ses réactions ? Ou à cause de cette fameuse malédiction qui semblait peser sur sa tête ? Sa curiosité malsaine allait peut-être lui attirer des ennuis, mais Sora avait décidé de l’assumer. En tous cas pour aujourd’hui.

Elle plaça le pinceau dans la paume de l’impertinent, comme s’il s’était agi d’un petit trésor. Son regard s’était adouci, dans l’espoir que la “hache de guerre” soit enterrée. Allait-il finir par lui accorder un peu d’attention, ce soir ?


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Lun 8 Mai - 21:02

Le pinceau en main, Chikanori détacha son regard sur la lanterne qui attendait toujours d’être décorée. La demoiselle sortit de son champ de vision, et il se retourna vers l’échoppe dont la lumière éclairait un peu mieux la lanterne couchée dans sa poigne. Il la fit légèrement tourner, de la gauche vers la droite, mais le pinceau ne s’abattait pas, au contraire, il restait sans bouger à côté de celle-ci. Une commissure se plissa, trahissant un léger agacement, et l’Onmyôji releva la tête, attrapa le pot d’encre que le marchand tenait toujours, et s’enfonça à l’intérieur de la boutique sans aucune forme de permission. Ne pouvant quitter son stand, les plaintes du vendeur se firent plus lointaines derrière lui.

C’était une petite salle où étaient entreposées toutes les autres marchandises car seules les lanternes avaient été sorties dans la rue. Il y avait des paniers, de la vaisselle et de nombreux autres objets du quotidien, tous disposés les uns sur les autres ou sur des étagères bizarrement agencées, mais il était évident que ce n’était pas ce que l’homme cherchait. Il se fraya un passage jusqu’à l’endroit plus éclairé de la pièce qui se trouvait être un minuscule autel adressé à un kami mineur censé amener la chance et la prospérité. Comme si le nombre de bougies était proportionnel à la générosité dont pouvait faire preuve l’être céleste, il y en avait tellement que cela donnait l’impression d’être en plein jour.

Prenant ses aises, le maudit posa le pot d’encre au milieu des offrandes  et de l’encens. Il imbiba son pinceau de sépia, l’essuyant soigneusement sur le bord. Concentré, cette fois sa main décrivit de légers mouvements au dessus du papier, et après avoir passé plusieurs minutes à réfléchir, le tracé commença. A l’œuvre, il fut vif, puis lent ; anguleux puis sinueux. L’encre ne mettait que quelques secondes pour sécher, il ne trembla pas, n’hésita pas. Quatre inscriptions ornèrent finalement sa lanterne, disposées sur le tour : Vide, Crépuscule, Embrasement et Silence.
Le résultat fut scruté avec intérêt, tournant la lanterne plusieurs fois pour vérifier l’harmonie de l’ensemble. Un sourire se dessina sur les lèvres de l’Onmyôji, et visiblement satisfait, il laissa le pinceau dans le pot, récupéra l’un des trop nombreux lumignons de l’autel pour orner la sienne.
Qu’importe ce que sa voisine avait pu lui adresser comme parole, il ne lui avait pas répondu.

_ Et donc, qu’est ce qui te pousser à désirer si ardemment passer la soirée avec moi ? » Demanda-t-il en suspendant son lumignon au bout d’une baguette, la lumière rougie du papier rehaussant la couleur incandescente de ses prunelles.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Ven 12 Mai - 23:57


Si on pouvait dire de Sora que c’était une fille qui savait ce qu’elle voulait, il lui était souvent difficile de savoir pourquoi. Et cela n’aurait pas put être plus vrai qu’en ce moment même. Pourquoi s’acharner ? Chikanori avait visiblement peu enjoué à l’idée de passer la soirée en sa compagnie. Pourquoi rentrer dans ce jeu puéril ressemblant d’un peu trop près à des enfantillages ? Sora avait l’impression d’être la souris, et qu’il était le chat. Et elle n’aimait pas ça du tout, car ce n’était pas dans ses habitudes.

*Alors, pourquoi restes-tu si c’est ça ?*, Urahara, probablement agacé de la situation, s’était permis de glisser un petit commentaire dans son fil de pensée qui devait être un peu trop agité pour qu’il devine aussi facilement ce qu’elle ressentait.

*Laisse-moi. Je ne veux pas me justifier, d’accord ?*, rétorqua-t-elle. Elle avait été suffisamment franche pour que le gardien ne s’en mêle pas davantage et la laisse en paix.

Elle vit donc son collègue onmyouji entrer dans la boutique une fois le pinceau en main. Mais qu’allait-il donc faire là dedans ? La jeune fille se sentit vraiment gênée pour le pauvre marchand qui ne faisait que de les surveiller depuis quelques minutes, alors qu’il avait sans doute autre chose à faire le soir d’un festival. Aussi elle s’excusa sincèrement avant d’aller se placer dans le cadre de la porte. L’intérieur était simple et sobre, mais un petit autel avait été placé là, comme cela se faisait souvent dans ce genre de boutiques. Sans hésiter d’une traite, il s’installa, comme s’il s’était agit d’un bureau. Décidément… Même pour écrire sur les lanternes, il prenait ça au sérieux…

Elle ne vit pas tout de suite ce qu’il avait inscrit. Elle vit un artiste à l’œuvre. Sora avait appris la calligraphie pour des raisons pratiques. Mais apparemment pour Chikanori, c’était plus que ça. Son trait était assuré, le dosage de l’encre était parfait, on aurait dit qu’il avait même deviné exactement comment le papier de la lanterne allait absorber le liquide noir. Il n’y eut aucun raté. Mais sa manière de faire était beaucoup plus réfléchie que la sienne. C’était …



Attendrissant. Attendrissant ?

*QUOI ? Comment tu peux penser ça de lui ? Je te rappelle qu’il a sacrifié son gardien !*

*URAHARA…. Je sais, d’accord ? Je le sais. Mais on ne connaît pas toute l’histoire. On ne sait pas ce qu’il s’est passé exactement. Et non, je n’adhère pas à ce genre de méthodes, si ça peut te rassurer.*

Pour toute réponse, son gardien grogna en montrant les dents, puis disparut, visiblement insatisfait, mais bien conscient que sa jeune maîtresse n’était pas en état de recevoir des conseils.

C’est à cet instant qu’il se mit à observer son œuvre terminée. Sora vit alors les quatre mots teintés de tristesse. C’était …



Déroutant …

Puis il se décida à lui adresser à nouveau la parole. Miracle ? Malheureusement ce fut pour poser une question qui mit Sora un peu plus en rogne. Elle ne put s’empêcher de lui retourner :

“- Je ne sais pas … Qu’est-ce-qui te pousse à m’éviter si ardemment ? Tu es le cousin de celle que je considère comme ma soeur de coeur. Voilà pourquoi. J’avais pensé …”

Mais, comme elle se sentait s’emporter, elle se reprit et se calma, ne finissant pas sa phrase. Elle se doutait bien que cela ne serait pas passé inaperçu. Plutôt que de prononcer un mot de plus, elle alla chercher de quoi allumer elle-même sa lanterne, attendant de voir quelle serait la réaction potentielle du Maudit.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Mar 16 Mai - 0:49

Chikanori vit avec amusement la demoiselle s’interrompre au milieu de sa phrase pour aller respirer un coup ailleurs puisque la moutarde lui montait au nez. Tout la trahissait : son énervement effleurant à fleur de peau, ses muscles tendus … Toujours plus désireux de pousser le bouchon un peu plus loin, il émit un discret ricanement, tout juste assez fort pour qu’il parvienne aux oreilles visées. C’était le genre de choses qui l’amusaient.
De très nombreuses remarques acerbes lui tournicotaient dans l’esprit. La critique était facile, notamment s’il s’agissait de la tacler sur l’intérêt qu’il était censé porter aux autres, et en l’occurrence, en la petite personne qu’était Mirai Sora, nouvelle petite Onmyôji de la cité de Raimei. De façon générale, c’était son pêcher mignon de relever avec une pointe acidulée les attentes des autres, et il aurait pu s’amuser à ça encore longtemps si une expression n’avait pas accroché son attention si sensible au sujet de la famille. Si jusqu’ici les propos de la demoiselle n’avaient semblé réellement compter, ses derniers mots ne tombèrent pas dans l’oreille d’un sourd.
Il attendit qu’elle revienne.

_ Est-ce une considération à double-sens ? » Son ton avait changé, il semblait plus ouvert à ce que la personne en face en lui avait à lui dire. « Car j’imagine que j’y gagne aussi une cousine dans ce cas.

Il se pencha légèrement vers elle ; il n’était pas très grand pour un homme. Prunelle dans prunelles, il la fixait, comme cherchant à démêler un triste mensonge d’une vérité un peu moins belle. Miwako n’était-elle pas une simple sempaï éloignée ? Ou tout simplement, comme on lui avait dit, cela pouvait n'être qu'une amie qui se trouvait être proche par les aléas jusqu’ici favorables du destin.

_ Quoique … tu n’en serais peut être pas ravie. » Reprit-il,  « Comme tu auras pu le constater, je suis d’humeur souvent capricieuse et on me qualifie assez communément d’exécrable en beaucoup de choses. Je ne suis pas sûr que tu me supporterais. Ne peines-tu pas déjà, de toute façon ?

Un très mince raclement attira son attention, mais ce fut l’impression de ne plus être seuls qui le tira de la conversation. D’un coup, il se retourna et il plaqua sèchement sa main sur le bord de l’autel, retenant in extremis le pot d’encre qui s’y dirigeait très dangereusement. Il parcourut le meuble du regard plusieurs fois, cherchant quelque chose parmi ces innombrables bougies. Quelque chose s’y cachait, parmi les lumières, le riz, le sake ; entre l’encens, la faïence, les peintures. C’est à force de parcourir en long en large et en travers qu’il vit finalement ce petit être juché parmi les lumières, comme s’il avait toujours été là. Nul étonnement, les esprits étaient peu facilement discernables, et les plus petits se confondaient naturellement dans les objets.
Celui-ci avait décidé de se montrer, et était d’un mécontentement à toute épreuve auquel l’Onmyôji masculin restait imperméable.

_ Impertinent ! Le pot serait tombé que tu aurais été foutu dehors avec un coup de pied au fesses ! Ça t’aurait servi de leçon ! » Puis s’apercevant qu’on regardait précisément dans sa direction, il apostropha les deux jeunes gens d'une voix directive et courroucée « Toi ! Maudit ! Rends-moi mon offrande ! Et toi ! La petite ! N’as-tu pas appris à prodiguer tes respects aux esprits ?!
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Lun 22 Mai - 19:56


Sora décidément avait bien du mal à cerner l’onmyouji maudit. Bien sûr en commençant à se plaindre elle n'avait pas attiré spécialement sa sympathie. Il alla même jusqu'à ricaner assez ouvertement pour qu'elle puisse s'en rendre compte. Alors, cette situation le faisait rire ? Incroyable ! Quel homme effronté …

Mais alors qu'elle avait prononcé le nom de sa cousine, ce descendant des Abe No eut soudain un tout autre comportement. Tiens, tiens … La toute jeune Mirai était presque choquée. Alors ainsi, Chikanori n'était pas dénué de toute affection pour qui que ce soit. Merveilleux. Le progrès n'était pas frappant mais il était tout de même là. Il chercha à discerner apparemment le vrai du faux dans son regard,  ce qui provoqua deux réactions bien contradictoires chez Sora. D'une part son regard qui disait “es tu idiot?”, d'autre part ses jours étourdis à nouveau exprimant plutôt un “pourquoi me regardes-tu de si près?”.

Bien sûr que Miwako était comme sa soeur. Pas une simple amie de passage. Elle lui avait beaucoup appris. Elles s'étaient entraînées dur ensemble pour voir Sora progresser de manière d'autant plus flagrante. C'est avec Miwako que la jeune et frêle apprentie de Gaku-sensei avait prit réellement goût pour l’onmyodo. Grâce à sa propre passion et à l'ambition que Sora s'était fixée. Égaler un jour la puissance de l'onmyouji aux deux gardiens. Contrôler la force spirituelle d’Urahara pour qu'ils puissent vivre en harmonie dans leur pacte. Elle se sentait tellement redevable … Mais alors qu'elle allait répliquer devant la mine douteuse du sans gardien, ils furent vite interrompus. Un esprit logeant apparemment dans l'autel de l'échoppe fit son apparition et grommela des ordres en maître des lieux.

“- Tiens donc quelqu'un jouait aux espions semblerait il.”
Sora n'avait pas pu s'empêcher de rétorquer, visiblement de mauvaise humeur. Mais après tout il était vrai que c'était eux les intrus dans l'histoire. Elle se ravis à :
”- Enchantée, Yokaï-san. Vous avez mes hommages ainsi que mes remerciements puisque nous nous sommes invités chez vous sans le savoir. Ne nous en veuillez pas par conséquent.”

Elle fixait la créature dans les yeux afin de jauger sa réaction, se tenant prête à réagir s'il le fallait. Si elle avait hérité d’Urahara une chose c'était bien son approche instinctive et sur la défensive face aux autres Yokaï. Le gardien renard-loup ne put d'ailleurs s'empêcher de réapparaître juste au côté de la jeune fille, ne disant rien, signifiant simplement sa présence pour dissuader. Il était au moins aussi en colère que Sora voire d’avantage, aussi mieux valait-il ne pas le chercher.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Mer 24 Mai - 13:08

Face au gardien de mauvaise humeur, le petit Yokaï se cacha derrière un bol de riz, fixant son congénère d’un air intimidé. Sa bouderie n’était pas passée, et il accueillit les vœux de la jeune femme d’une façon assez aigre ; en fait, autant qu’il le pouvait se le permettre sans se faire dévorer au passage. De son côté, l’homme maudit haussait un sourcil face à ce qu’il jugeait être un gardien bien zélé, mais puisqu’il faisait lui-même partie des menaces …
Les bras croisés, il railla les trois interlocuteurs d’un coup.

_ Pourquoi un tel respect ? Ce Yokaï n’est qu’un avorton. Inutile de venir faire le pied de grue.
_ Avorton ?! » Cria l’autre, sortant de sa cachette pour le pointer du doigt, prit d’une quinte de rire « C’est toi l’avorton inutile qui se trimballait en chouinant avec ton ver de terre !! Ya deux ans ! Oui ! Toi ! Avec ta tête de victime !

A ses mots, l’air suffisant de l’Onmyôji se figea un peu dans une figure bien trop cordiale. Son sourire se teinta alors d’un air joueur et un peu carnassier ; le démon comprit qu’il avait abordé le mauvais sujet mais surtout ... qu’il ne s’adressait plus du tout au même homme. Si l’Abe no avait oublié l’affaire parmi ses innombrables mésaventures, à présent qu’elle était remise sur le tas … une douce petite vengeance n’était pas de refus.
L’esprit se mit à courir partout entre les éléments de la table, fuyant la main que l’homme tendait au dessus de lui. Peu précipité car son œil borgne ne le permettait pas, Chikanori se montrait malgré tout un brin impatient ; poursuivant la créature qui sautait de meubles en meubles, filait entre les poteries, rebondissait sur les casseroles, se cachait parmi les étoffes.

_ Je m’en souviens, je m’en souviens ! » Piaillait le Yokaï en même temps de fuir « Tu as tenté d’exorciser un pauvre obake, tu avais l’air si heureux lorsqu’il a prétendu être parti ! Le cri que tu as poussé quand il est revenu la nuit te hanter et que toi et ton ver de terre avez dû courir au temple vous réfugier ! Vous êtes restés cloîtrés dedans je ne sais plus combien de temps ! Vous avez même dû demander de l’aide !—EEEHH ! REPOSE-MOI ! JE VAIS TE DEVORER, HUMAIN !!

Chikanori s’était arrêté peu avant ; l’index et le majeur collés entre eux, avait visualisé un sutra qui s’était emparé du Yokaï pour l’attirer jusque dans sa main. Le démon ne rigolait plus du tout et encore moins lorsque l’Onmyôji se mit à le secouer dans tous les sens, le faisant tourner comme une hélice sans autre forme de procès.

_ Me dévorer ? Tu n’es pas même capable de mordre mon doigt ! » L’humain eut un petit air de dédain lorsqu’il l’envoya finalement bouler au loin d’une pichenette, visiblement satisfait. « Beaucoup trop bruyant …

Sans tarder, il récupéra l’encre et le pinceau, la séance de chassé-croisé était apparemment terminée. Alors qu’il se retournait vers le tenancier de la boutique pour lui rendre son matériel, une bourrasque s’échappa de l’intérieur de la boutique, faisant trembler les objets suspendus au plafond. Un instant, le sceau couvrant l’œil droit du Maudit se souleva, mais l’obscurité garda le secret sur ce qu’il se trouvait dessous. L’Onmyôji resta légèrement étonné, avant de descendre le regard à sa main gauche ; vide. Sur la toiture d’en face, il eut le temps de voir le Yokaï mineur crier mon mécontentement d’avoir emporté la lanterne écarlate plutôt que la main de l’humain qu’il avait visée. D’un ricanement, il fila en compagnie d’autres esprits bien échauffourées par la fête, trimballant vers lui le lumignon calligraphié. Les lumières tels des petits soleils tranchaient avec la nuit à présent bien noire, ce n’était que leur nombre et la foule qui réchauffait l’air des rues car la fraîcheur s’installait.

Un instant, le regard de l’Onmyôji s’immobilisa là où les esprits s’étaient volatilisés, ceux-ci avaient traversé la foule sans même être remarqués, et disparaissaient dans le même anonymat. L’autre monde … celui des esprits, pourtant si près, et en même temps insaisissable. Le boutiquier le regardait de travers ; lui non plus ne pouvait voir qu’il avait pourchassé quelque chose quelques minutes plus tôt.
Au bout de cette fraction d’éternité, l’Abe no vint finalement le remercier, avant de se retourner vers la jeune fille, son attitude calme et détachée de retour :

_ Bon, et bien, Sora-san, j’imagine que nous allons être en retard si nous trainons ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Mer 31 Mai - 0:19

L’esprit qui était apparu devant Sora et Chikanori avait aussi vite disparu en voyant Urahara. Comme il était souvent le cas d’ailleurs, avec de petits esprits communs de ce type. Forcément, le gardien était plus âgé, plus expérimenté, mais avait aussi de l’énergie à revendre. Certains esprits étaient parfois effrayés rien qu’en voyant ses yeux. Après avoir réclamé un certain nombre de marques de respect à la jeune femme, il avait pourtant fini par bouder, et continuait de se réfugier derrière les divers objets de l’autel. Sora n’aimait pas ce genre de yokaï familiers. Ceux qui se permettaient de jouer sur le fait qu’ils connaissaient le terrain, ou qu’ils pouvaient effectivement devenir un cauchemar pour les autres.  

Chikanori fut plus franc qu’elle : “Pourquoi un tel respect ? Ce Yokai n’est qu’un avorton …”

Oui, ça Sora, s’en était bien douté. Mais elle appliquait simplement ce que son maître lui avait enseigné. C’est à dire qu’il était souvent inutile de provoquer davantage un esprit qui était déjà agité, même, voire surtout s’ils étaient d’apparence faibles. Ils trouvaient toujours un moyen de se venger d’une manière ou d’une autre. Ce n’est pas comme si elle avait réellement beaucoup de respect pour ce genre de yokai qui se croyait au dessus de tout, mais elle appliquait les “règles de bienséance”. Comme on l’avait toujours appris à le faire.

En fait, elle ne fut pas forcément ravie de voir Chikanori prendre sa revanche, apparemment concernant une vieille histoire connue des esprits, sur le petit filou de yokaï. Si lui ne comprenait pas pourquoi tant de respect, elle ne comprenait pas pourquoi tant d’acharnement sur un yokaï de si peu d’importance. Mais après tout, chacun ses sensibilités. Il était si … différent de Miwako. C’était presque impensable. Sora ne pouvait pas savoir ce qu’il avait vécu, ce qui pouvait bien le mettre aussi en rogne. Parce que, clairement, il n’avait même plus l’air d’être le même à présent. Son aura, sa présence, son attitude, c’était plus … cru. Vif. Elle ne savait pas si elle détestait ou si elle aimait ce simple fait. C’était assez étrange … Il utilisa apparemment un sutra, mais sans rien dire. Il était resté muet pendant sa démarche. Alors, c’était donc ainsi qu’il opérait … Cela devait s’avérer efficace et destructeur contre certains yokais. C’est ce que pensa la jeune onmyouji, mais elle n’eut évidemment pas le temps de vérifier aucune de ses hypothèses.

La petite crapule de créature finit par s’emparer de la lanterne du Maudit alors même qu’ils allaient finalement déguerpir de cette boutique. Ca, par contre, ça ne jouait pas du tout en sa faveur. C’était de la méchanceté pure, venant d’un esprit contrarié de sa propre faiblesse.  

”- EH ! Arrête toi !” cria-t-elle, sans se soucier une seconde de ce que les gens qui n’avaient pas vu la scène pouvaient penser.

Malheureusement, cela n’arrêta pas la bestiole qui fut bientôt hors de portée de vue. Mais Chikanori passa rapidement à autre chose. Conscient du fait qu’ils avaient décidément un peu trop abusé de l’hospitalité du marchand, qui n’en pouvait plus d’impatience de les voir partir ? En tous cas, conscient ou non de cela, il alla le remercier une nouvelle fois pour le prêt du matériel. Puis ce fut enfin l’instant où il lui demanda de le suivre pour rejoindre les festivités. Ah, donc sa réponse était un oui ? Apparemment. Elle répondit, ragaillardie par ce simple constat :

“- Hai, dépêchons.”

Elle jeta tout de même un regard vers la direction qu’avait prise l’esprit, mais avec la foule et les bâtiments, il n’était pas facile de savoir s’il était toujours dans les parages, caché quelque part, ou non.

“- Où veux-tu aller ? On va regarder la procession ? “

A l’entendre, elle avait déjà presque tout oublié de la colère qu’elle avait éprouvé contre lui juste quelques minutes plus tôt. Elle décida de lancer un sujet de conversation, pour le mettre un peu plus en confiance, et comme le seul sujet qui avait semblé attirer son attention était sa propre cousine, elle demanda :

“- Alors, tu es proche de ta cousine Miwako ?”

Ce qu’il répondrait allait peut-être l’aider à se fixer une opinion sur lui, et elle en avait grandement besoin, vu la tournure étrange qu’avait pu prendre ce début de soirée ...


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Jeu 1 Juin - 23:03

Aux côtés de la jeune fille, le Maudit garantissait un espace appréciable pour se mouvoir dans la foule. Il y avait tant de gens qui marchaient dans tous les sens ça et là que les passants s’attardaient moins que l’ordinaire sur le sceau qui lui barrait le visage ... mais malgré tout, lorsque le hasard des chahuts en approchait un trop de sa stature noire et son œil incandescent, un mouvement de recul était immédiatement esquissé pour l’éviter. Ces réactions que l’on pouvait qualifier d’allergique semblaient censées, quoique parfois exagérées, tant et si bien que l’on pouvait presque se demander s’il n’y avait pas quelque chose, dans l’air qui entourait cet étrange Onmyôji, qui incitait les gens à le fuir à ce point.

_ Il m’importe peu, mais il me semblait que la procession était l’endroit que tu visais, puisque c’est là que la fête commence.

Tous deux s’enfonçaient dans la ville et il suivait les directions que Sora prenait ; après tout c’était sa ville et c’était elle qui lui avait proposé le tour. Les rues se firent plus étroites, mais les festivités se faisaient bien plus vivantes et présentes que le quartier qu’ils avaient quitté. Sans trop de doutes, les animations n’étaient pas loin.
Chikanori semblait avoir totalement récupéré son attitude détachée, à la nuance près qu’il n’incluait plus sa compagne de soirée dans le monde dont il se coupait. L’éclat vif qui s’était allumé en lui lors de sa chamaillerie avec le Yokaï s’était éteinte, comme si tout cela ne s’était pas passé. A présent un minimum cordial, quoiqu’il faisait preuve d’une grande familiarité pour tutoyer et oser l’appeler par son prénom sans la connaitre, l’homme avait mis de côté sa volonté de la tourner en bourrique. Mais pour combien de temps ?  L’air neutre, tranquille, il décrochait souvent de la foule pour regarder les toits, et de façon générale, loin devant lui.

_ En quelque sorte. Nous avons passé pas mal de temps ensemble durant notre enfance, même si les dernières années nous ont tenus écartés l’un de l’autre. » Il posa son regard sur elle : « A présent que tu es devenue Onmyôji, que vas-tu faire ? Hormis les offices.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Mer 7 Juin - 23:42


C'est ainsi que les deux onmyojis rapprochés quelques peu par leur infortune d'être tombés par hasard sur un esprit grognon amorcèrent leur parcours de la ville, dans le but de rattraper la procession qui devait déjà avoir prit un peu d'avance.  Comme la toute fraîchement diplômée l'avait supposé, le maudit n'était pas de ceux qui ont définitivement un coeur de pierre mais plutôt de ceux qui veulent cacher leurs sentiments. C'était un constat assez facile à faire maintenant qu'il avait montré cette autre part plus mystérieuse de lui même suite aux provocations du yokai. Cela n’imposait pas vraiment à la jeune fille de revoir entièrement son jugement premier car elle était persuadée maintenant que c'était précisément la raison pour laquelle elle avait été tout de suite attirée par lui. Cependant elle était surprise … Cette situation n'était décidément pas banale pour sur.

Communément, les gens de la rue avaient l'air de s'être mis d'accord pour éviter l'homme le plus que possible, laissant un espace non négligeable autour d'eux à leur passage, comme si le moindre contact avec lui aurait pu leur transmettre la malédiction également. C'était assez pitoyable, mais pas envers celui qui portait le bandage ; envers ceux qui le fuyaient comme la peste. Ce que la brune n'avait pas vu venir, c'est l'état statique dans lequel il alla fatalement se replonger, relevant sa superbe prestance d'homme visiblement meurtri et insouciant. Cet instant s'avérait donc propice à une réponse, histoire de casser un peu les blancs qui commençaient à s'installer entre eux.
”- C'est une bonne question, que j'avoue ne m’être pas sérieusement posé avant aujourd'hui…”, commença-t-elle, réfléchissant brièvement avant de savoir quoi dire : ”Changer de vie, devenir sédentaire plutôt que nomade, me faire une place ici dans cette cité, sans doute. Courir les chemins, avec mon sensei, c'était assez chouette mais je suis contente d'être de retour dans ma ville natale tout de même. Comment pourrais-je ne pas en profiter pour passer un peu de temps avec ma famille… ? “

Craignant que le sujet de la famille ne froisse son compagnon, elle s'arrêta là sur ce sujet. Cela avait pourtant soulevé quelques questions dont elle était sans doute trop impatiente de connaître les réponses, et donc qu'elle ne put s'empêcher de poser :
”- Contrairement à ce que peuvent croire ces gens...”, continua-t-elle en regardant les personnes visées d'un oeil mauvais,”ceux qui te regardent de travers, je suppose que tu as une bonne raison d'être venu ici aussi ?  

Ce qui n'était pas sans lui rappeler  le fait qu'elle l'avait invité à sa cérémonie et qu'il n'était pas venu alors qu'il était présent en ville…. Colère avait pourtant été déjà beaucoup trop présente sur le visage de la jeune dame, elle se calma toute seule en pensant à autre chose, attendant de voir ce qu'il allait répondre à cela.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Sam 10 Juin - 15:12

Sans attendre qu’elle eut finit de parler, Chikanori lui répondit immédiatement d’un avis déjà bien tranché sur la question du rôle de la profession ainsi que des devoirs que cela incombait.

_ Se donner autant de mal pour en arriver à là, pourquoi être devenue Onmyôji alors ? Si ton but était de te sédentariser au final, être Miko était largement suffisant … sauf si faire mine de prier tous les matins ou renvoyer les quelques gamins perdus dans l’au-delà te suffit, mais ton gardien va s’ennuyer à mourir et ne servira pas plus qu’à faire joli lors des cérémonies. Sa place est sur les routes, sous le toit des autres ou sous la voûte céleste ; de même que les partenaires qui les accompagnent. Si ce n’est pas ce que tu veux, alors cette voie n’est pas faite pour toi.

Son habitude de franchise le rendait très indélicat et en irritait plus d’un, néanmoins on sentait qu’il n’avait pas la réelle volonté de blesser ou de juger, bien qu’il restait acerbe. Ses propos n’étaient qu’en réponse à ce qui lui apparaissait comme un non-sens complet dont il relevait les incohérences par les exemples les plus éloquents qu’il avait en sa possession. Sans en douter par contre, il savait que ses propos s’apparentaient à une pichenette désagréable sur le museau. Suivant le niveau de sang-froid qu’elle garderait et si elle arrivait à ne pas se sentir personnellement visée, la réflexion de son aîné pourrait lui permettre d’envisager son futur de façon différente.
Sur la limite de l’aigre doux, il prit néanmoins la peine de répondre à l’interrogation qu’elle s’était posée, quoique tout ne se passa probablement pas comme elle s’y serait attendue.

_ Sinon, contrairement à ce que la personne en face de moi pense, la seule bonne raison que j’ai d’être ici est que j’étais convié à la cérémonie d’une certaine demoiselle, que je n’y suis pas allé car cela m’ennuyait et que pour m’arranger, ma présence est offensante de toute manière. Seulement pour remplir pour des règles de bienséance et de respect, j’ai fait l’effort de me déplacer en personne pour porter en main propre ma lettre de félicitations et d’excuses. Seyante maisonnée, d’ailleurs. » Susurra-t-il avec un petit sourire en pensant à l’imposante demeure qu’il ramenait à une très modeste image. « Somme toute, il doit y avoir des raisons expliquant pourquoi on m’a invité alors que les familles nobles ne m’encadrent pas … sachant qu’ils doivent également respecter le protocole, j’imagine … sauf si … se soient hésitées à ajouter mon prénom dans la liste des invités des petites mains d’une auteure curieuse ?

Soudainement, l’idée lui ayant effleuré l’esprit lui parut comme tout à fait possible au vu des précédents comportements de la demoiselle, et il la fixa d’un air amusé, la main au menton pour donner l’impression que ça le laissait pensif mais qu’il en tirait ses petites conclusions. Sora allait en être probablement embêtée, peut être même jusqu’à en être déstabilisée, avec un peu de chance.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Lun 12 Juin - 22:54

La curiosité … A ses limites. La patience de Sora, d’autant plus. Surtout lorsqu’on osait la juger sans la connaître en mal. Et par dessus tout lorsque la personne qui se permettait de le faire n’avait aucune légitimité pour ça.

Cela faisait beaucoup. “... alors cette voie n’est pas faite pour toi.” Comment pouvait-il dire une chose pareille, en étant clairement étiqueté en tant que sacrifieur de gardien ? Se croyait-il à ce point supérieur ? Et en quoi ? Elle avait essayé de lui donner une chance, de passer outre le fait qu’il soit considéré comme maudit, elle avait voulu se montrer ouverte d’esprit, même si cela était par simple curiosité à la base. Et il essayait en plus d’insinuer quelque chose, qui mit complètement le feu aux poudres, sur le fait de l’avoir invité à la cérémonie. Ce fut la goutte d’eau.

Alors qu’elle se concentrait pour intérioriser sa colère, elle se retrouvait face à face aux crocs acérés de Urahara, noir d’une fureur démentielle. Même elle, elle ne l’avait jamais vu ainsi. Il se mit à hurler. Il se planta droit devant l’homme et commença à le disputer :

"- COMMENT tu te permets de me juger et de savoir de quoi j’ai envie à ma place ? SAIS-TU AU MOINS DE QUI TU PARLES ?”

A son tour, Sora barra le chemin du cousin de Miwako, se rangeant aux côtés de son gardien. Non, décidément, elle ne pouvait pas laisser passer une telle audace. Calmant l’esprit du loup-renard d’un seul geste cette fois, elle planta le regard droit dans le seul et unique œil de Chikanori et ce fut instinctif : elle utilisa son regard de méduse sans même y avoir réfléchi. Il était donc maintenant privé de tout mouvement. Le reste fut très rapide : les mots sortirent tous seuls.

“- Qu’est-ce que tu crois ? Que j’ai choisis ? Que j’ai toujours souhaité devenir onmyôji ? Que c’était le vœux de ma famille ? NON. Contrairement à… à d’autres, mon don pour l’onmyôdo a toujours été inné. Et le pacte qui me relie à Urahara ne concerne que nous deux, comme celui que tu avais avec ton propre gardien. Je ne vois pas en quoi ça peut bien te regarder ET EN QUOI TU TE PERMETS DE NOUS JUGER. Je ne t’avais pas jugé, moi, jusqu’à maintenant. Pour en arriver là j’ai dû me battre, contre moi-même, contre mon propre gardien, contre ma famille, JE T’INTERDIS DE M’ENLEVER CA. BAKA !”

S’emportant bien sur sur la fin, sa main partit toute seule et courut flanquer une bonne claque sur la joue de l’impertinent. Bien sur, Sora rompit son sort à cet instant et se retrouva aveugle : contrecoup habituel de l’utilisation de ce don. Mais même si elle ne le voyait plus, elle refusait de rester plus longtemps alors que la rage la rongeait à l’intérieur. Elle fit volte face, lui tournant le dos et tenta dans sa précipitation de se frayer un chemin à travers la foule, se heurtant à quiconque était sur sa route, renversant certains objets laissés au bord des rues, faisant tomber sa propre lanterne ne sachant même pas où elle allait ... Se frottant les yeux qui étaient brulants, elle n'en avait plus grand chose à faire : une boule de nerf s'était emparée d'elle, le monde pouvait s'écrouler sur ses épaules qu'elle ne se serait même pas arrêtée ...


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Mar 13 Juin - 17:46

Sa main se referma sèchement dans le vide lorsqu’il voulu rattraper la colérique. Sûrement était-ce pour le mieux car l’Onmyôji maudit possédait en ce moment même l’envie brûlante de représailles. Ce n’était pas les propos qui l’avaient atteint. Ni même la gifle, il s’y attendait depuis un moment. C’était l’impossibilité de s’extraire du pouvoir qui l’avait paralysé. Prisonnier de son propre corps, il avait enduré la crainte que le sceau garantissant sa survie ne s’arrache par accident. Peu savaient que cette incantation lui était à ce point vitale, qu’elle ne pouvait être posée par n’importe qui, et surtout pas par lui-même. Chikanori prenait toujours beaucoup de prudence pour que rien n'approche de son visage, et il avait tant été pris au dépourvu que ses actes auraient pu mal tourner si la demoiselle Mirai avait été à sa portée.

La joue à présent assortie aux couleurs des lanternes de la fête, il réprima une grimace, plissa le regard en approchant une main de cet endroit douloureux, détaché de la silhouette qui le fuyait, les pupilles étrangement opacifiées et blanchies. Son ire, non alimentée, disparut aussi rapidement qu’elle était apparue, et en restait vide et inhabité. Mais l'Onmyôji froissé n’avait pas envie de la laisser partir aussi facilement. Se frayant un chemin parmi la foule, il se lança à sa poursuite, filant dans le sillage brouillon qu’elle engendrait et gagna rapidement son côté, telle son ombre.

Beuglant à l’arrière d’une enseigne, un buffle transportant de nombreux pots de diverses denrées comestibles était pris d’une panique à cause de la lanterne qui se consumait au milieu de quelques passants. Déjà énervé par les odeurs des bougies et de leurs flammèches, il peinait à être maitrisé par ses propriétaires, trainait sa lourde charrette pour fuir l’éclat incandescent ; on amena un sceau d’eau pour l’éteindre mais c’était trop tard. Le yack au poil grisé finit par ruer et se mettre à avancer de façon erratique dans la ruelle étroite, provoquant des exclamations surprises et cris d’attention. La carriole branlante bousculait des personnes lorsque celles-ci ne s’écartaient pas assez vite, les obligeait à s’aplatir contre le muret des habitations en guise de dernier recours.
Alerté comme tous les autres de ce dérapage dangereux, l’Abe no attrapa l’aveugle momentanée par le poignet, l’attirant à lui alors qu’ils étaient tous deux refoulés au mur par la foule qui s’écartait du chemin de la bête. La demoiselle coincée entre lui et son bras tendu, il vérifia du regard si la situation parvenait à être gérée, et un peu plus loin, les cris des vachers s’évanouirent, l’animal se calma et finalement l’incident s’arrêta là.
Calmé, il en avait presque oublié l’atteinte à son visage lorsqu’il regarda la petite Sora et son bras  qu’il n’avait toujours pas lâché. Son emportement lui revenait à l’esprit, sa perte de patience lorsqu’elle lui avait répondu … s’en sentait-il responsable ? Non. Et pas plus coupable. En la touchant sur un sujet aussi sensible, il était sûr avec sa réaction, qu’au moins le métier lui tenait véritablement à cœur. Comme à jamais inscrit dans ses gênes, un sourire lui revient, mais c’était à peine si on pouvait le discerner.

_ On dirait que je me suis mal fait comprendre. » Tout amusement était dissipé, comme toute trace de rictus. « La cérémonie d’Onmyôji marque déjà un changement de vie et une place. Si c’est pour cela que tu t'es battue, pourquoi dire que tu souhaites changer ? C’est cela que je ne comprends pas. Peut être est une maladresse de ta part, ou même de la mienne, car bien évidemment, passer du temps avec sa famille, ce n’est pas se sédentariser. C’est être un minimum humain avec ceux que l’on aime.

Sa main glissa le long du poignet de la jeune fille et du pouce ouvrit la paume de la minette. Ainsi présentée à lui, il s’arrêta un instant avant de tracer des symboles, lentement pour qu’elle puisse les identifier ; ceux utilisés pour signifier l’excuse.

_ Sache au cas où que je ne reviens pas si je ne le pense pas. » Avertit-il en la libérant enfin de son étreinte pour croiser les bras.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Jeu 22 Juin - 20:59

Les 5 premiers pas qu'elle fit dans l'obscurité la plus complète, furent de ceux que l'on ne peut se permettre de regretter. En laissant libre cours à ses impulsions, elle avait usé de la violence, en forçant quelqu'un à ne plus bouger, et en lui infligeant une claque sous cet état de stase. Elle avait foncé dans la foule, sans doute fait tomber des gens, fait tomber la lanterne qu'elle venait à peine d'acheter et d'allumer, fait naître un feu en pleine rue bondée qui même s'il s'était vite fait souffler, avait provoqué, à ce qu'elle avait ou entendre un incident impliquant une bête de trait … Cet enchaînement d'actions était regrettable mais elle ne pouvait se permettre de faire ne serait-ce qu'un pas en arrière. Déjà parce que ses yeux brûlaient suite au pouvoir de la méduse et elle pleurait de douleur. A moins que ce ne soit pour une autre raison…

Une multitude de sentiments se suivaient à la file indienne dans le cœur de Sora. Colère, frustration, peur, mal-être, déception, tristesse, rancœur …
C'était habituel, mais pourtant la jeune onmyouji sentait cette fois que rien ne pourrait lui faire changer d'avis.

Rien …

Elle continuait de marcher sans pouvoir rien voir, rongeant son os, toujours colère. “marcher” était un bien grand mot : elle tâtonnait maintenant, ayant peur de tomber. Quand soudain quelqu'un lui attrapa le poignet. Evidemment Sora songea qu'il ne pouvait sembler que de lui. Elle n'était pas sûre de vouloir qu'il la rattrape par contre. Mais en même temps cela avait aussi quelque chose de rassurant … Elle allait au moins avoir un guide pendant sa période de cécité. D’un autre côté … Sans doute allait-il s'acharner sur elle …

Elle était loin du compte. Il lui expliqua qu'il s'était mal exprimé, ou qu'elle avait mal compris… Bref qu'ils ne s'étaient pas bien entendu. Était-ce juste du culot? En fait elle ne comprenait pas. Elle avait sincèrement pensé qu'il s'amusait sans se soucier de ce qu'elle ressentait. Puis il y eut ce geste beaucoup trop adorable, qui lui fit tout oublier. Il dessinait dans sa paume les symboles nécessaires pour demander pardon … Sora se concentra pour les déchiffrer, et afficha bien malgré elle une mine particulièrement étonnée lorsqu’elle comprit ce que ces symboles voulaient dire.

Il l’assura que c’était sincère. Il brisa ensuite tout contact et Sora fut à nouveau dans le noir. Elle parla les yeux dans le vide, espérant qu’il soit toujours là pour l’écouter.

“- Hmmm … Je pense que quelque part tu es au moins aussi maladroit que moi sur certains points, bien malgré toi. “

Elle avait mit sa fierté de côté. Elle ne voulait pas le froisser mais en vérité maintenant elle ne savait plus quoi dire pour être sûre de ne pas faire un faux pas. En fait elle n'était même pas sûre que ce soit faisable, avec lui ...

“- Peut-être que nous n'avons pas la même façon de concevoir notre profession. Ou juste pas les mêmes buts. Tu peux dire beaucoup de choses sur moi, mais je ne permettrais pas qu'on dise que je prend tout ça à la légère, ou que j'ai choisis une voie par défaut ou pour me protéger d'autre chose ...”

Intérieurement elle reçut une légère approbation de son gardien. Elle sentit ses yeux aveugles pleurer, fouettés par le vent, mais surtout par l’émotion.

“- Pour moi la cérémonie n’était qu’une formalité. J’étais déjà onmyouji le jour même où Urahara m’a choisie … Ça n’a pas donc pas été un tournant. Elle n’aura fait que marquer simplement la fin de mon apprentissage.”

Au fur et à mesure qu’elle tentait d’expliquer sa propre opinion, sa vue commençait tout doucement à lui revenir … Les éclats de lumières étaient assez douloureux.

“- Le vrai tournant c’est de pouvoir être indépendante, et de pouvoir revenir auprès des miens. Je peux concevoir que la notion de famille est différente pour chacun … Mais pour moi c’est important.”

Elle espérait sincèrement que cette remarque ne lui ferait pas de mal … Elle voulait simplement comprendre. Elle commençait bien à ce douter que ce n’était pas un concept aisé pour Chikanori. Connaissant la manière de faire des Abe no, d’ailleurs, ça ne l’étonnait pas trop. Ce n’était pas un jugement de valeur : elle commençait simplement à cerner comment cette famille fonctionnait … Ce n’était pas tout à fait comme chez les Mirai. Il y avait quelques différences.

Elle se frottait les paupières pour aider ses pupilles à s'acclimater. Elle commençait à voir les contours, elle dirigea son regard encore un peu brouillé vers ce qui semblait être le visage du Maudit. Ils n’avaient pas eu la même histoire. C’est pour ça qu’ils ne se comprenaient pas sur ces points … Quand elle commença à pouvoir recroiser son regard, même s’il n’était pas encore tout à fait net, elle se sentit obligée de s’excuser à son tour :

“- Hum. Je suis désolée … J’ai réagis abruptement. Je n’aurais pas dû utiliser mon don de méduse contre toi. Parfois je l’utilise sans m'en rendre compte lorsque je sors de mes gonds ...”

Ça n’excusait rien. Elle se sentait toujours coupable d’utiliser ce pouvoir quelque part ; priver quelqu’un de sa liberté de mouvement était un acte assez horrible, quand elle y pensait. Gênée d’avoir encore une fois laissé ses sentiments prendre le dessus sur le reste, elle détourna le regard.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Sam 24 Juin - 22:12

La légère inquiétude qui parcouru Sora lorsqu’il la lâcha ne passa pas inaperçue mais c’est en continuant de l’observer qu’il réalisa qu’elle n’y voyait vraiment rien … et que ses pupilles perdues dans le vide cherchaient désespérément que regarder. L’émotion qui la submergeait pouvait donc aussi s’expliquer par cette situation plutôt angoissante … à parler sans voir comment il réagissait, sans savoir où elle était vraiment … et ce même si le gardien Urahara était toujours là. Le regard détaché de l’Abe no fut légèrement troublé lorsqu’il constata les larmes qui perlaient des yeux éclaircis. Il fallait dire qu’il n’avait pas imaginé une seule seconde avoir été si corrosif. L’homme pensif revenait sur ses mots mais il avait décidément bien du mal.

Sora n’avait pas fini de s’expliquer qu’il entoura les fines épaules de son bras, l’incitant doucement à le suivre pour quitter cette ruelle bondée et bruyante qui avait été le théâtre de beaucoup trop d’événements. Le duo se traça un chemin parmi les passants sans mouvements brusques, Chikanori s’assurant que Sora n’était bousculée ni ne trébuchait, et finirent tous deux par filer dans la première ruelle qui se présentait, délaissant la lumière éclatante pour une ombre rassurante. Presque instantanément, l’air se fit plus respirable quoique plus frais, les discussions festives devinrent lointaines et leurs pas se ralentirent en conséquence. Ils se situaient derrière les cours des maisons aux lueurs tamisées, et pouvaient continuer leur chemin alors que la Mirai s’expliquait, sans réponse de son accompagnateur qui restait dans le silence. Petit à petit, ses yeux ne papillonnaient plus, elle reprenait le contrôle de ses émotions, faisant place à ses excuses mais surtout à sa gêne. Elle put voir le sourire du maudit s’agrandir alors qu’il dévisageait sa petite protégée sur lequel il était penché. D’un tour de main, il utilisa sa manche pour faire disparaître les larmes du visage de la jeune fille avant de lui tapoter la tête d’un air amusé.

_ Yare yare … Sorasu*-chan, pas besoin d’être embarrassée, il n’y a pas eu mort d’homme …  

Un rire ponctua son surnom tout trouvé, mais le regard rougeâtre se teinta d’une étrange lueur. D’un geste calculé, le Maudit vint effleurer le tissu du sceau recouvrant son visage et releva les mèches noires qui le cachaient d’ordinaire, finissant par passer la main dans ses cheveux. Un chef d’œuvre de complexité se découvrait alors dans les courbes du symbole qui s’y trouvait, couvert de toutes parts de Kanjis. Toute la partie dissimulée expliquait d’elle-même la rare puissance de ce qui y était enfermé, et du caractère vital de sa présence. Alors il laissa les cheveux retomber négligemment et secoua légèrement la tête pour qu’ils se replacent d’eux-mêmes. Elle en avait suffisamment vu pour ne pas avoir besoin d’expliquer son propos. Une très légère grimace surprit son visage à la joue douloureuse et il se redressa avec un soupir. Bon sang, elle n’y était pas allée de main morte !
D’un autre côté, les mots de la demoiselle lui tournaient dans l’esprit, mais il les chassa. Il n’avait pas envie d’y repenser.

*détourner le regard, regarder ailleurs, éviter
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Dim 2 Juil - 20:07

Guidée par lui, ils s’étaient retrouvés tous les deux dans un coin bien plus tranquille de la cité de Raimei. Petit à petit sa vue lui était revenue, elle avait rouvert les yeux sur le large sourire de Chikanori, dont elle n’était jamais sûre de la teneur véritable. Mais il s’était penché et s’était servi de sa manche pour sécher les larmes de la jeune femme, qu’elle avait à vrai dire à peine senti couler. Sa gêne n’en fut que d’autant plus grande. Comment expliquer cela ? Elle avait pour habitude de laisser ses sentiments prendre le dessus, et d’habitude cela ne la dérangeait pas. Elle n’avait pas peu de ses sentiments. Elle avait peur de leurs conséquences. Il lui tapota la tête et cela l’étonna : avait-elle brisé une barrière quelconque ? Autant de contact d’un coup venant de lui, cela lui paraissait presque impressionnant. Mais elle en était étrangement assez satisfaite. Même s’ils avaient tous les deux un peu souffert du coup. Cette rencontre n’était décidément pas optimale … !

Ensuite, il la rassura :
“_ Yare yare … Sorasu*-chan, pas besoin d’être embarrassée, il n’y a pas eu mort d’homme … “

Ce petit surnom, bien qu’attendrissant, la mit assez mal à l’aise. Mais bon, il ria de bon cœur, et elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire en coin. Néanmoins il souleva ses cheveux alors, dévoilant son bandage, sur lequel était écrit une formule de scellé. Elle s’attarda un peu dessus. S’il lui montrait maintenant c’est qu’il y avait une raison. C’était sans doute l’un des gros points faibles du Maudit. Peut-être l’avait elle fait encourir un risque beaucoup plus gros que ce à quoi elle avait songé. Elle ne put rien dire. Tout simplement, aucun mot ne lui venait à l’esprit. Elle ne pouvait pas justifier à nouveau ses actes. Elle comprenait simplement, peut-être, encore un peu mieux pourquoi l’homme mettait autant de distance avec les autres. Déjà, parce que les autres étaient ingrats et méchants envers lui. Mais aussi parce qu’il était sans doute vulnérable … En fait non. Elle eut même l'impression que ce sceau pouvait s'avérer dangereux, même pas que pour lui ... Il avait l'air de sceller quelque chose de totalement insoupçonné.

Hmmm, elle ne voulait pas non plus faire de conclusion trop hâtives mais ... Bref. Il avait l’air de lui avoir pardonné. Sora se promit d’essayer de ne plus le brusquer. Essayer ! En tous cas pas comme ça.
Son regard avait toujours bien du mal ceci dit à recroiser l’œil valide de son aîné. Que faire maintenant ? Elle n’allait pas continuer de le forcer à passer la soirée avec elle… Il n’en avait peut-être pas envie après cette malheureuse anecdote. Mais il fallait bien qu’elle suggère quelque chose. Elle bredouilla :

“- Oui hum … Eh bien … Merci.” dit-elle, tout naturellement, comme s’il pouvait comprendre pourquoi. En fait elle lui était reconnaissante d’avoir pris soin d’elle pendant qu’elle était aveuglée. “- Si tu veux, on peut y retourner …” dit-elle alors presque timidement. Mais elle ne put s’empêcher d’ajouter : “- Enfin … Si tu ne veux pas je comprendrais.”

C’était un peu sec. Sa posture était un peu fermée sur elle-même. Sora était maintenant dans un état lunatique, chose courante après une dispute. Entre joie, tristesse et calme. Entre regret et amertume. Abandon. Songe. Réflexion ... Ses yeux étaient embrumés, un léger brouillard prenant le dessus sur ses prunelle noires.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Mer 5 Juil - 2:33

Chikanori en déduisit qu’elle le remerciait pour tout ce qu’il avait fait de “bien” à son égard à partir du moment où il avait choisi d’être un peu plus sympathique et un peu moins égoïste. A peu près. En tous cas, il ne releva pas ses remerciements, et passa à autre chose.
Une main toujours posée sur l’épaule de Sorasu-chan, il réfléchissait à sa proposition.

_ Je crains que nous ayons du mal à retrouver la procession. Elle doit nous avons bien dépassé, à moins que tu connaisses le chemin qu’elle emprunte. Les activités du centre ville sont sûrement intéressantes, je ne m’y étais pas intéressé vu que je n’avais prévu d’être accompagné, mais … il doit y avoir des choses à voir et à y faire. C’est un peu plus animé que de regarder des religieux passer avec des bougies.

Si la façon dont il parlait ne changeait que peu, on pouvait remarquer qu’il s’était presque fait badin, montrant bien plus d’intérêt pour des occupations actives qu’en la parade nocturne. L’être dit renfermé ne l’était peut être pas tant que ça puisqu’il parlait des festivités d’un intérêt non-feint … bien sûr, cela s’expliquait lorsqu’on n’était en connaissance de certains détails de son histoire.
Des piaillements peu discrets, parfois mêmes grossiers se mirent à bourdonner aux oreilles des Onmyôjis, venant des toits. Précisément au dessus d’eux, la petite bande de Yokaï qui avait filé un peu plus tôt dans la soirée s’agitait, se chamaillait avec des petits cailloux qu’ils hésitaient à jeter aux humains, - surtout l’humaine, car Urahara faisait vraiment peur-, pointant du doigt, grondant, tirant la langue. Ca sautait, se bousculait, à moitié ivres, rien de tout cela n’était très sérieux, plutôt même complètement ridicule. Et miraculeusement indemne, au milieu de tout ça, la lanterne pourpre se trouvait toujours dans la main de l’esprit de fortune qui n’arrivait plus à s’en sortir et à choisir entre son otage et une bouteille presque vide d’alcool.

Un sourire qui s’agrandissait se dessinait sur le visage du Maudit, alors qu’il croisait les bras, d’un air satisfait, presque défiant vis-à-vis de ces créatures.

_ … ou on peut pourchasser du Yokaï d’abord. Ça défoule.
Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Dim 9 Juil - 19:22


Chikanori ne semblait pas lui en vouloir, pour le plus grand soulagement de Sora, qui elle commençait à avoir sérieusement du remord vis à vis de ses propres actes, par contre. Elle se sentait mal, et ce malgré sa présence qui était ... étrangement très réconfortante. Le fait qu'il ne tourne pas les talons directement l'étonna presque. Il ne releva même pas ses remerciements, et enchaîna presque tout naturellement sur la suite : sa proposition. Les rôles auraient-ils été inversés en l'espace de quelques minutes ?

Elle sentit Urahara lui faire un petit pincement : *Arrête de bouder. C'est bon. Je crois que vous avez tous les deux compris la leçon, non ... ?*

Que son esprit gardien la sermonne n'allait pas pour arranger son humeur, mais cela eut au moins pour effet de lui redonner un peu d'énergie. Elle ne pouvait jamais se laisser abattre quand il l'infantilisait de la sorte ... Elle ne lui répondit pas pour autant, mais elle écouta attentivement le Maudit alors qu'il lui suggérait carrément d'aller en ville pour participer aux autres activités liées aux festivités. Décidement : c'était un monde à l'envers tout à coup. Elle n'aurait jamais pensé que ce genre de contextes aurait pu lui plaire. Cela l'amusa aussi : s'était-il adoucit pour elle, ou juste parce qu'ils étaient maintenant un peu plus proches ...? Elle ne souhaitait même pas connaître la réponse à cette question, ce qui était amusant c'était juste de se la poser. Un semblant de sourire en coin apparut au bord de ses lèvres.

Mais alors qu'elle allait lui répondre par la positive, un bruit de fond vient s'intercaler dans leur discussion et ils ne purent que relever la tête vers les toits des bâtiments alentours : des piaillements et autres petits cris de Yokaï. C'était le petit ami qu'ils s'étaient fait plus tôt, avec d'autres de ses compères. Ils faisaient les malins, étant tous plus ou moins imbibés, et détenaient toujours la lanterne de l'Abe no. Sora haussa les sourcils en les voyant. *Ils ont du culot*, songea-t-elle.

Alors même qu'elle pensait à cela, Chikanori lui proposa alors :
"_ … ou on peut pourchasser du Yokaï d’abord. Ça défoule."

Là, pour le coup, il était vrai qu'elle aurait bien donné une petite correction à ce groupuscule, rien que pour leur montrer qu'il vaut parfois mieux se méfier des onmyouji même les moins expérimentés. En plus, un défouloir n'était pas de refus ... Il fallait qu'elle évacue toutes les ondes négatives qu'elle avait accumulé ... Quoi de mieux qu'un peu d'action pour y parvenir ?

"- ... Eh bien ... Je ne dis pas non, tiens. Ces petits malins se paient notre tête. On va leur apprendre ?"


Elle avait parlé d'un ton calme et posé, mais on sentait qu'une étincelle brillait à nouveau dans ses pupilles.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Mar 11 Juil - 20:06

A l’acceptation de sa camarade, le regard du Maudit s’éclaira d’une semblable étincelle, avant de reporter son attention sur leurs futures cibles.

_ Je suis ravi de te l’entendre dire, Sora-chan.

Et malgré l’attitude calme qu’il possédait, on sentait que l’utilisation de ravi traduisait réellement ce qu’il ressentait. La flamme de ce métier qu’il aimait tant s’était embrasée, tout comme un peu plus tôt dans la soirée. Il semblait réjoui d’avoir de la compagnie dans l’occupation sur lequel ils étaient tombés tous deux d’accord.
Les créatures du toit se sentirent tout à coup concernées par les deux Onmyôjis lorsqu’un vent sacré vint les effleurer, synonyme que les paroles muettes du plus âgé avaient commencé. Ils continuèrent à faire les malins, jouant, tergiversant, mais pas très longtemps. L’un d’entre eux, indolent et négligeant, se fit repousser de l’autre côté des tuiles en roulant, provoquant une fausse colère chez les autres. Le religieux aurait pu faire bien plus expéditif, mais lui aussi, il voulait s’amuser. Surtout, il voulait récupérer sa lanterne sans une égratignure. A cette première offensive, les Yokaïs échauffourés prirent la poudre d’escampette en titubant sur les toits. A leur fuite, car ils détalaient plutôt vite, Chikanori se mit à courir, les suivant d’en bas. Ayant dépassé de quelques mètres sa compagne de soirée, au coin d’un passage entre deux maisons, il se retourna, un sourire animant son visage égayé par la compétition et la perspective d’une chasse plus ou moins bon enfant.

_ Je ne t’attendrai pas ! » Clama-t-il d’une voix provocatrice.

Un doux ricanement se fit entendre de sa part, il laissa tout juste le temps à la demoiselle de le rejoindre et se mit à poursuivre les larrons. Ceux-ci tentèrent par tous les moyens de les semer, mais c’était sans compter la ténacité de leurs poursuivants. Pour sa part Chikanori n’hésitait devant rien. Passer par des stands, devant, derrière, entre les personnes, grimper sur des hauteurs, tant qu’il n’y dérangeait rien ou ne cassait rien !... Ils traversèrent quelques fois les rues bondées, mais suivirent plus souvent les chemins des maisons sous les yeux ébahis du commun des mortels qui ne pouvaient pas comprendre ce que les deux individus poursuivaient avec autant de passion. Si on pouvait concéder aux Onmyôjis qu’ils étaient des gens bizarres, rien ne pouvait mieux l’expliquer que ce qu’il était en train de se passer … après tout, ils n’étaient que deux jeunes fous courant partout dans Raimei.
Les démons tentèrent de filer dans des restaurants, des endroits publics où il aurait été plus difficile pour les humains dans les suivre mais il y avait toujours quelques Sutras de l’un ou de l’autre pour rapprocher leur gibier, ou les orienter dans une direction plus favorable … même si, quelques fois, n’écoutant bien plus que son instinct et son amusement, le Maudit faisait preuve de grande audace et se faufilait dans les arrières cours privées plutôt que de faire le tour. Au final, leur course effrénée les menait vers les hauteurs de la ville, où la procession était censée s’arrêter.


Revenir en haut Aller en bas
Mirai Sora

avatar

Kannushi

Messages : 116
Date d'inscription : 08/05/2016

Feuille personnage
Age: 19
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Sam 15 Juil - 12:36

Chikanori sembla tout de suite entrer dans le petit jeu de course sur lequel ils étaient visiblement tombés d'accord. Il ne lui fallut que très peu de temps pour commencer à poursuivre les yokaïs qui avaient déjà compris qu'ils étaient désormais les cibles et que les rôles étaient inversés.

*Bon, on y va ?* adressa la jeune fille à son gardien. Le renard-loup sembla étudier la question une fraction de seconde. Mais très vite son pelage se grisa et ses yeux revêtirent une couleur orangée. Sora avait bien deviné : son gardien était incapable de dire non à une petite chasse aux démons. Il était temps de mettre leurs dons et compétences durement acquis à profit.

Depuis le sol, le jeu consistait principalement à ne pas perdre de vue leurs  proies. Sora se dépêcha de suivre le cousin de Miwako ; elle ne voulait pas gâcher le plaisir que ce dernier éprouvait visiblement à ce début d'action. Il semblait en effet s'amuser assez à cette idée. Ils coururent et elle pu voir facilement qu'il faisait visiblement durer cette séance, malmenant quelque peu les petits malins qui avaient peut-être sur-évalué leurs capacités. La jeune mirai quant à elle se contentait pour l'instant de suivre, en essayant d'acculer le plus que possible les petits monstres en les empêchant de passer par des voies parallèles. Ils continuèrent leur poursuite ainsi un bon moment, jusqu'à se retrouver presque là où la procession était censée arrivée. Au tournant d'une rue, cherchant à bousculer le moins de gens que possible dans ces quartiers un peu plus fréquentés, Sora se retrouva nez à nez avec son frère Daiki qui était venu participer à la fête. Il y eut un blanc, le temps que chacun comprenne ce à qui ils avaient à faire et réagissent. Sora voyant déjà le Maudit la distancer,
elle esquiva le jeune apprenti samurai et se remit en marche sans un mot d'explications pour lui, alors que ce dernier eut juste le temps de lui lancer "Mais ! Hé ! Sora-chan ! La procession ... C'est pas par là !"
Il avait prit comme d'habitude son air sérieux, visiblement fâché que sa grande sœur décide de l'ignorer et de continuer à courir dans on-ne-sait quel but.
Sora sachant très bien cela, elle se retourna, plus vive que l'éclair, pour s'apercevoir qu'en plus de cela, son plus jeune frère Kira était aussi là à lui lancer des regards éberlués.

"- Je vous rejoins plus tard !" cria-t-elle à leur adresse juste avant de repartir de plus belle. Elle entendit juste de loin Kira dire : "Eh ben ... ça a l'air chouette non ?" et Daiki lui répondre, sans doute en le retenant par le col : "Non non, toi, tu ne bouges pas."

*Pauvre Kira*, songea-t-elle. Mais son gardien la ramena vite à sa tâche :
*Concentre toi, nous ne pouvons pas les perdre !*

Sora s’exécuta donc. Il était temps pour elle d'agir. Elle s'arrêta net. Elle était obligée pour pouvoir commencer à invoquer un mantra qui lui permettrait de ralentir les gestes des créatures, dans l'espoir que cela puisse les stopper dans leur course, en jouant sur l'élément du bois. Elle espérait simplement que la portée de ses mots serait encore bonne. Là dessus, le gardien grimpa, léger comme une plume sous sa forme spirituelle, sur les toits pour faire descendre les yokaïs dans ce que le duo savait être une impasse. L'avantage du terrain : ils connaissaient encore assez bien le centre de Raimei. Apparemment les esprits malins devaient quant à eux être légèrement rouillés dans leur topographie des lieux car ils tombèrent très vite dans le panneau. Cette fois, ils les tenaient. Mais Sora ne voulait pas prendre la revanche de Chikanori.
Elle décida de laisser le choix de leur sentence à son collègue tandis que les monstres commençaient à piailler dans leur coin, comprenant qu'ils étaient cernés dans un cul de sac.

"- Ah toi l'honneur !" dit alors Sora à Chikanori, en maintenant sa posture pour bloquer au maximum son mantra en eux. Elle était curieuse de voir ce qu'il allait faire d'eux. Pendant ce temps, Urahara surveillait les otages depuis la hauteur du muret, juste au dessus d'eux. Il grognait et grinçait des dents, fixant maintenant les petites bêtes de ses yeux devenus rouges comme le sang.


L - M - M - J - V - S - D
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 242
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji Jeu 20 Juil - 4:15

A côté des frères samouraï, l’Onmyôji des Abe no passa avec un rire railleur. Il avait de quoi, il leur volait leur aînée après tout ! Heureusement peut être, tout cela se passa bien vite, car la chasse passait avant tout, de même que l’amusement certain qu’il en tirait. Rien n’était sérieux, les soucis s’envolaient même. Ce qui comptait était cette respiration qui s’accélérait, ce cœur qui s’emballait, cette légère adrénaline, ces bestioles qui lui échappaient volontairement lorsqu’il voulait jouer un peu plus longtemps encore, la fourrure grisée d’Urahara qu’il apercevait filer entre les toitures et les gens, le kimono coloré de Sora qui parfois apparaissait dans son champ de vision lorsqu’il se laissait distancer. Si elle s’amusait aussi, ce n’en était que plus plaisant … et dans cette fausse traque, il ne lui était pas prioritaire de gagner. Bien sûr, il aimait que ça soit le cas, mais il espérait que sa collègue montre de son habileté … Ce qui arriva. Les saletés se retrouvèrent piégées et dans l’impossibilité de bouger le petit doigt.

Le souffle court, le maudit prit quelques secondes pour respirer, mettant à profit le mantra d’immobilisation. Aaah, les choses se devaient d’avoir une fin, n’est-ce pas ? Un sourire se tailla sur le visage de l’homme lorsqu’elle décida de lui laisser la place, qui en la dépassant, ne s’empêcha pas de tapoter cette petite tête de mule qu’il appréciait bien. Se dirigeant calmement vers les esprits coincés, avec une figure moqueuse, il les toisa avant d’avancer la main et récupérer son dû qu’il se mit à inspecter sous plusieurs coutures. Les insultes et cris des esprits devinrent assourdissants, à peine calmés par le regard rougi du gardien et de celui du Maudit. La représaille gronda, ses Sutras se peignirent dans son esprit, incandescents, claquants, et fouettèrent l’air. Une bourrasque emporta les importuns dans un tourbillon et les envoya dévaler les toits juxtaposés, jusqu’à … ce qu’ils cessent de rouler et de tomber, probablement, ils n’étaient plus là pour le voir. Alors il éclata d’un rire bref, alors qu’il se retournait vers son alliée :

_ A courir vers les hauteurs, leur chute n’en aura été que plus dure ! » Lui adressa-t-il en écho aux nombreuses pentes qu’ils avaient dû prendre en se faisant violence.

Cependant, légèrement penché en avant, il était encore essoufflé de leur parcours effréné, et il secoua ses mèches noires d’un mouvement de tête. Dans sa main, la lanterne était hélas éteinte à présent. La course ne lui avait fait de bien, elle était éraflée de partout … toujours utilisable, mais sa beauté avait été esquintée, sans trop d’étonnement. Se redressant, il remarqua Sora dont la coiffure avait dû souffrir d’autant de mouvement, quoiqu’il ne sembla pas se focaliser là-dessus, et fit un coup d’œil circulaire pour tenter de mieux cerner où ils se trouvaient. Au vu des efforts qu’ils avaient dû faire tous les deux pour en arriver jusqu’ici, le capricieux Abe no, qui n’avait pas plus d’endurance que son homologue féminin pouvait bien concéder qu’à présent un peu de calme ne lui ferait pas de mal.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Insaisissable onmyôji

Revenir en haut Aller en bas
 

Insaisissable onmyôji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Pégase, l'insaisissable cheval-oiseau !
» Pégase, l'insaisissable cheval-oiseau !
» Insaisissable
» Imprévisible, insaisissable et indomptable, tel est le vent. Et parfois impitoyable aussi. Maya Windy
» ▲ Imprévisible, Insaisissable et Indomptable, tel est le vent. Et parfois impitoyable aussi. ▼


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..