AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Jeu 1 Juin - 16:03

4 Septembre à Boya en l'An 41

Setsu, c'était une belle terre il fallait le dire malgré la chaleur qui y régnait en souveraine. Du moins du point de vue pas spécialement exigeant de notre cher marchand de thé et de saké, même s'il devait avouer que le clan qui dirigeait ce territoire avait tendance à l'inquiéter. Néanmoins, les affaires qu'on y faisait pouvaient êtres très intéressantes, de ce fait autant ne pas s'arrêter à de telles considérations politiques. Ainsi, il avait décidé de s'arrêter ici pendant quelques jours et d'installer son étal de saké dans la ville touristique de Boya pour y faire des affaires, ce en attendant de se ravitailler en thé pour vérifier plus tard si le thé produit au sein de ce clan pouvait se vendre lucrativement ailleurs. Après tout il n'était jamais une mauvaise idée de faire des essais en affaire lorsque l'on pouvait se le permettre... D'ailleurs, il était aussi venu à Boya à l'origine pour y trouver un client pour lui vendre une bonne partie de la cargaison actuelle qui était entreposée dans son bateau. Ce qui s'était fait en vérité plus ou moins aisément...

Mais en attendant de faire des expérimentations, Oyama savait qu'il devait faire au mieux aujourd'hui pour vendre son thé et disons qu'il n'eut pas forcément beaucoup de mal à le faire... Avec son grand sourire et son air charmant habituel il ne manquait pas d'attirer les clients qui habitaient dans cette splendide ville, le plus dur restait donc de négocier un prix intéressant pour le marchand, sans pour autant donner l'impression qu'il tentait d'escroquer les gens. Néanmoins, Oyama s'y connaissait assez en affaire pour y arriver sans trop de mal... Ce même si avec les attaques de yokaïs récentes, des fois les gens avaient mieux à faire que dépenser leur argent pour du thé, il était donc important de faire preuve de subtilité. Après, il restait que dans une ville comme Boya on ne manquait généralement pas de clients ayant les moyens de toute manière...

Notre cher marchand d'ailleurs, ce alors qu'il lustrait une théière qu'il avait acquis il y a quelques années de la part d'un client en échange d'une baisse de prix que le marchand avait accepté pour se faire bien voir dudit client maintenant régulier. Se demandait ce que cela ferait de rencontrer des yokaïs un jour... Il se disait que l'expérience serait probablement désagréable…  Il n'en avait donc pas spécialement envie, mais il se demandait aussi si tout les yokaïs étaient forcément maléfiques ou du moins pourquoi ils le seraient tous. Mais bon, ces spéculations philosophiques ils pouvaient bien les remettre à plus tard pensa t-il, car aujourd'hui il travaillait. Même s'il se rendait compte qu'après une matinée assez active, maintenant il n'y avait quasiment plus personne pour venir se présenter à son échoppe à part quelques rares badauds. Sans doute que c'était l'heure d'aller manger pensa t-il et qu'il ferait mieux de prendre une pause… Mais avant il se dit que peut-être attendre un peu pour en être sûr ne serait pas un mal. Ensuite il n'aurait sans doute qu'à aller se détendre dans une des sources chaude de la ville après un bon repas…

D'ailleurs, il irait sans doute voir aujourd'hui s'il pouvait revendre cette théière à bon prix, car certes celle-ci était très jolie, mais Oyama se disait qu'il en possédait des plus pratiques et qu'il trouverait probablement quelqu'un désirant la racheter pour une somme acceptable. Car certes notre marchand aimait bien ce qui est joli, mais il préférait ce qui était pratique et surtout ne pas trop s'encombrer. Sans oublier qu'en plus il n'osait pas vraiment en user au risque de l’abîmer. Néanmoins, il ne pensait pas qu'elle devait être d'une valeur si inestimable que cela étant donné la situation dans laquelle il l'avait obtenu, même si évidemment son côté "fabriquée pour l'esthétique" donnait l'impression que la garder pour faire du thé aurait été du gâchis...

Et en dehors de cela, heureusement qu'en Automne les températures extérieures étaient à peu près supportables par ici, même si en vérité ce n'était pas non plus le mieux en cette terre chaude et sèche de Setsu... S'il n'avait pas été à l'ombre, il aurait sans doute attrapé un violent coup de soleil très rapidement. D'ailleurs, il semblerait qu'il soit quitte pour attendre un peu avant de se rendre au source chaude pensa t-il un peu surprit, mais toujours aussi souriant quand il vit tout à coup un homme d'une certaine prestance et visiblement d'un certain niveau social s'intéresser à son étal… Quoique, c'était peut-être juste de la curiosité de la part de ce dernier.


Dernière édition par Arihito Oyama le Sam 17 Juin - 20:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Ven 2 Juin - 21:00

Les travaux avançaient trop lentement. À ce rythme, la reconstruction de Miyuki ne serait pas finie avant plusieurs années, ce qui était tout bonnement intolérable pour son Taisa qui souffrait chaque jour de la voir dans un tel état de délabrement. La faute en résultait principalement au manque de matières premières. Les cinq clans avaient subis des dégâts, certes plus ou moins importants suivant les régions, mais beaucoup de régions avaient besoin de reconstruire des bâtiments détruits, les matériaux de base tels le bois ou la pierre étaient donc bien plus recherchés qu'à l'accoutumée. Pour la pierre Fukyuu et ses hautes montagnes avaient bien de quoi subvenir à leurs besoin, c'était pour faire venir du bois dans leur clan que Yoshifumi s'était rendu jusqu'à Boya, carrefour commercial de Setsu, point de rencontre des clans de l'Est et de l'Ouest, avec une suite de chariots vides, des manutentionnaires et un petit groupe de son intendance personnelle. Cette caravane était escortée par une division Setsu, car il était impensable de faire pénétrer les terres d'un autre clans à une troupe en armes sans causer un affreux incident diplomatique. Le Taisa avait essayé de sympathiser avec le Taii des flammes qu'on lui avait assigné mais il était malheureusement dépourvu de bon goût et l'esthète allait même jusqu'à croire que son guide ignorait jusqu'à l'existence même de l'Art.

Loin de pouvoir se satisfaire de la compagnie de ce grossier personnage, qui faisait d'ailleurs de son mieux pour l'éviter le plus possible, Yoshifumi profitait que ses officiers civils s'occupent des détails commerciaux pour visiter la ville. Et comme un dignitaire important d'un autre clan ne pouvait être laissé seul, deux samurai Sestu lui servaient de protection rapprochée. Ayant logiquement laissé leurs armures à la caserne ils portaient la tenue traditionnelle des samurai, simple et fonctionnelle. Tout le contraire de Yoshifumi qui arborait fièrement des tissus délicats aux couleurs bien plus vives dans lesquels il aurait été bien en peine de combattre, bien que son daishô soit, évidement, toujours à sa ceinture. Signe de son appartenance au clan des glaces, il avait emporté un éventail joliment peint dont il ne cessait de se servir.

Le Taisa de Miyuki avait en effet repoussé jusqu'alors ce voyage dans l'espoir que le climat de ce début d'automne lui soit moins désagréable que l'été du clan du Feu, mais "fraîcheur" semblait définitivement être un mot banni de ces terres. Profitant des étals du marché pour trouver un peu d'ombre et ainsi espérer échapper à la chaleur suffocante de cet après-midi ensoleillé, Yoshifumi regardait les produits du crû en vantant à ses deux compagnons, qui auraient mille fois préféré se trouver sur le pire des champs de batailles de l'Enfer Écarlate, les merveilles de l'artisanat local.

Ils passaient devant l'étal d'un marchand de thé quand Yoshifumi la vit. Une magnifique théière Yakkan en cuivre aux reliefs qui lui avaient l'air finement ciselés. Il s'arrêta devant le comptoir et décida que cette pièce méritait une étude plus approfondie... si son propriétaire la lui autorisait, bien évidemment. Saluant humblement le marchand, il entreprit de s'enquérir de ce fait.

« Bien le bonjour, sieur commerçant. Me laisseriez-vous jeter un œil à cette pièce de votre collection ? »

Il était peu commun de voir un samurai s'adresser avec une telle déférence à un simple roturier, et à voir le sourire narquois des deux guerriers Setsu qui l'accompagnaient cela avait l'air de bien les amuser. Mais Yoshifumi avait toujours éprouvé un profond respect envers les artisans, les artistes et les amateurs de belles choses d'une façon générale. Il pouvait imposer son autorité à ce commerçant et le forcer à exhiber son bien, mais un seul un homme dépourvu de manières s'abaisserait à celà. De plus, si ce marchand était un vrai collectionneur, il serait ravi de montrer à un autre amateur la qualité d'un de ses trésors.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Sam 3 Juin - 17:11

Oyama avait de nombreuses questions en tête alors qu'il regardait le samouraï s'approcher. Qu'est-ce que ce dernier lui voulait et serait-ce déplaisant ou plaisant pour lui ? Après tout ce n'est pas comme si Oyama conversait tous les jours avec un samouraï qu'il ne connaissait pas et tout le monde était au courant des pouvoirs dont disposait techniquement un samouraï envers un civil comme lui. Après, Oyama n'était pas un éta au moins et puis ce n'est pas comme s'il croisait souvent des samouraïs à l'attitude tyrannique heureusement… Il se dit donc qu'il ferait bien de sourire tout simplement en attendant de voir ce qu'on lui voulait.

Et dans les faits, Oyama dû faire un effort pour cacher sa surprise quand de un le samouraï l'aborda humblement et quand de deux celui-ci lui demanda s'il pouvait jeter un œil à la théière en sa possession… Que devait-il répondre à cela ? Il le sut très vite, de toute manière ce serait impoli de rester bêtement silencieux devant le samouraï qui venait de l'interpeller.

« Mes salutations seigneur samouraï. Ce serait un honneur pour moi de vous laisser jeter un œil à cette théière. » Répondit-il très poliment en faisant le salut de circonstance avant de tendre ensuite la théière comme si c'était une objet sacré. Ce qui dans les faits l'était pour l'instant à ses yeux étant donné que le samouraï venait visiblement lui parler voir pour cela. Oyama se demandait bien pourquoi d'ailleurs. Sans doute que les goûts esthétiques de ce samouraï étaient en accord avec la manière dont était fait cette théière… Hum, intéressant… Dans ce cas, il pourrait sans doute en tirer un très bon prix, enfin si le samouraï s'y intéressait vraiment et ne finissait pas par la juger indigne d'intérêt. Dans tous les cas, le jeune homme avait déduit tout à fait logiquement que de toute manière la meilleure conduite à avoir en cette situation était de satisfaire la volonté du samouraï en face de lui, après tout cela semblait être un sire fort distingué et aimable…

« Si je puis faire quoique ce soit pour vous aider seigneur, cela serait avec plaisir. Ce n'est pas tous les jours qu'un sire aussi distingué que vous s'intéresse à mon humble échoppe et j'espère que cette théière saura finalement être digne de votre précieuse attention. » Ce qui était vrai, car les gens distingués et riches il leur vendait en gros en général ou directement chez eux pour ceux qui voulaient le rencontrer, non à une échoppe en plein marché... De plus, avec les samouraïs il valait mieux faire preuve de civilité et de politesse de toute manière… Même quand ces derniers paraissaient bien disposés, après tout Oyama s'était toujours dit qu'il valait mieux se faire bien voir en général que l'inverse. Surtout si l'homme en face de lui et à la moustache fort singulière pouvait être un client potentiel… Même si généralement, il faisait dans le commerce de thé et non de théière.
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Dim 4 Juin - 9:04

Les fiers guerriers Setsu echangèrent un regard et durent déployer tout leurs efforts pour retenir tant bien que mal les gloussements intempestifs et déplacés s'échappant de leurs gorges. Ces rustres ne connaissent apparemment rien à l'art et trouvaient apparemment hilarant de voir un Taisa Fukyuu penché en avant, se lissant la moustache, et étudiant une théière sous tout ses angles. Mais celui avec la position la plus délicate dans cette histoire était sans doute le marchand qui devait veiller à bien tenir sa théière et la tourner suivant l'endroit que regardait le samurai tout en veillant à bien resté plus courbé vers l'avant que lui car il était impensable aux yeux des conventions sociales qu'un homme du rang de son client potentiel soit plus bas que l'humble commerçant.

De son côté, le regard de Yoshifumi brillait de mille éclats. Faisant des va-et-vient, bougeant de haut en bas, s'échappaient de ses lèvres de petits cris aigus. Des "hou" des "han", des "ho" des "ha", ces gémissements susurés à l'objet de sa passion semblaient gagner en intensité à mesure que montait en lui son désir. Tandis que ses yeux devoraient les rotondités de sa belle, son cœur souffrait déjà de devoir en être séparé. Ses mains, ses doigts, ses reins, sa voix, son corps tout entier semblait convulser des spasmes de son désir et il sut alors qu'il ne pourrait se retenir. Ce fut alors timidement, et ce malgré la fougue et la passion qui lui brûlaient les entailles, preuve s'il en était besoin de la révérence qu'il vouait à l'élue de son cœur, qu'il marqua de son empreinte charnelle l'objet de ses fantasmes.

« Puis-je ? »

Sa correction et sa politesse lui avaient arraché cette question alors que ses doigts effleuraient presque la surface polie de la source de sa convoitise. Il avait seulement demandé à la pouvoir voir le trésor du commerçant et se devait donc de solliciter également l'autorisation de la toucher.

À peine l'eût-il obtenue que ses mains se refermèrent sur la théière, l'arrachant presque des mais de son propriétaire. Le plaisir de tenir dans ses mains un tel objet était immense et ne pouvait être surpassé que par le bonheur de le posséder pour de bon. Mais avant il devait encore obtenir quelques informations supplémentaire de la part du commerçant.

« C'est une pièce magnifique, connaîtriez-vous son histoire ? »

Il était avide de tout apprendre à son sujet, quel était le maître ayant accouché d'un tel chef-d'oeuvre, pour quel illustre personnage avait-elle été fabriquée, dans les mains de quels grands hommes était-elle passés, quel événements historiques s'étaient décidés autour d'elle ? Bien que les gravures elles-mêmes lui aient déjà révélés quelques indices au sujet de ses origines et de son premier possesseur, il espérait que le propriétaire de l'objet pourrait étancher sa soif de réponses.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Dim 4 Juin - 20:32

Oyama qui était disons habitué aux courbettes n'eut heureusement pas trop mal aux dos en exécutant celle nécessaire pour ne pas être moins courbé que le samouraï lui faisant face, ce qui pouvait d'ailleurs donner un aspect comique à la scène de voir un samouraï et un marchand ainsi penchés. Néanmoins, Oyama se fichait bien de cela, surtout si ça devait résulter en une très bonne affaire pour lui, surtout que le samouraï lui faisant face semblait décidément très très intéressé par la théière qui était en sa possession...

En faîte Oyama était même surpris de voir que la fascination du samouraï pour la théière semblait totale. C'était… Comment dire ? Tellement inespéré et inattendu qu'il se demandait en faîte si la théière qu'il avait obtenu n'avait pas plus de valeur qu'il le pensait ou bien si l'homme cultivé lui faisant face ne devait pas juste avoir une certaine fixette sur les objets obéissant à une certaine esthétique… En tout cas, une telle passion pour la beauté ne pouvait qu'être admirable et un peu dérangeante en effet. Pas qu'Oyama s'en plaignait, mais il était presque un peu gêné de voir que c'était un objet en sa possession qui était l'objet d'une telle fascination. Une fascination qui semblait presque comparable à celle d'un amant pour l'objet de ses désirs...

« Bien entendu seigneur. » Se contenta donc de répondre le marchand avec une infinie politesse et légèrement soulagé lorsque le samouraï finit enfin par lui demander s'il pouvait prendre en main la théière. Pourquoi avec du soulagement ? Parce que la posture qu'il prenait là était quand même assez confortable, alors si en plus il fallait tenir une théière en même temps…

Et dans les faits, Oyama ne fut même pas surpris de l'empressement avec lequel le samouraï fini par prendre en main la dite théière. Néanmoins, le marchand dû ensuite rapidement commencé à réfléchir par rapport à ce qu'il savait sur cette dite théière pour répondre aux questions du samouraï, ce qu'il fit avec son habituelle politesse.

« L'homme qui me l'a offert, Ihiro Sosobane un sohei d'Eiichiro, l'a obtenu d'un ancien ami à lui qui avait gagné l'amitié du Kuge Atsuo Tsuneo d'Eiichiro de ce qu'il m'a dit.» Ce qu'Oyama avait prit maladroitement pour un pieux mensonge à l'époque... « Quant à l'histoire même de la théière, je n'oserai pas prétendre la connaître aussi bien que le seigneur Atsuo et ne peut donc que vous recommandez de prendre contact avec lui pour connaître le fin mot de l'histoire. » Bon en vérité, on ne lui avait pas offert la théière, c'est juste que le dit sohei avait négocié un prix bien moins bas pour une bonne quantité de saké au prix fort élevé en lui offrant cette théière et ce aussi peut-être parce que le dit Sohei avait été légèrement éméché au moment de négocier cette vente... C'était donc un marché qu'Oyama pour se faire bien voir avait accepté, en imaginant que l'autre n'hésiterait pas à parler de lui à ses amis probablement…

« Néanmoins, sans même connaître vraiment l'histoire de cette magnifique théière, du moins pour l'instant et ce à mon grand dam je l'avouerais à cause de ma modeste condition, je peux deviner que celle-ci doit avoir au moins plusieurs siècles d'existence et a été l'objet des attentions d'un artisan talentueux. » Ce qui était probable, les théières en cuivre ne sont généralement pas du genre à se détériorer rapidement… 

Quant au fait qu'un maître artisan l'ait conçu, Oyama n'était pas vraiment un spécialiste en théière, mais si le samouraï lui faisant face semblait tant fasciné, c'est que ça devait être le cas… Il ne faisait donc que des déductions probables, ce avant de conclure avec un grand sourire. « Mais au final l'on peut dire que la fortune me sourit en ce jour, car il semblerait qu'un grand seigneur et amateur d'art raffiné puisse éclairer ma lanterne à ce sujet. Je me dis que ce serait même un honneur si un seigneur comme vous était intéressé à l'idée d’entrer en possession d'une telle merveille. Celle-ci serait sans doute plus à sa place entre vos mains qu'entre les miennes après tout. » Bien entendu, cela inclurait que le samouraï la lui achète, mais celui-ci ne semblait pas vraiment indisposé à cette idée et Oyama n'hésitait pas vraiment à miser sur cette idée qui pourrait sans doute s'avérer fort rentable pour lui. Après tout quand une telle opportunité s'offre ainsi à un marchand comme lui, il serait vraiment honteux qu'il ne tente pas d'en tirer parti honnêtement... Après tout ce n'était probablement pas de la camelote qu'il allait probablement vendre étant donné le vif intérêt que semblait ressentir le samouraï pour cette théière.

D'ailleurs cela donnait presque envie à Oyama de se reconvertir dans le commerce d'antiquité à l'avenir...
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Lun 5 Juin - 2:52

Malheureusement le possesseur du trésor qu'il avait en main ne possédait guère d'informations quand à l'origine de celui-ci. Mordillant sa lèvre, l'esthète ne pouvait qu'en être déçu. Cependant il retenait ce nom, Atsuo Tsuneo, il n'en avait pas entendu parler mais il comptait bien mener sa petite enquête. La théière en elle-même lui donnait déjà quelques éléments pour tenter d'imaginer ses origines. Quand à son histoire ensuite... difficile de faire des suppositions là-dessus. Parlant presque pour lui-même, synthétisant à voix haute les éléments à sa disposition, il entretint son vis-à-vis de ses conclusions.

« L'ensemble des gravures de la théière sont une glorification du dragon. Soit cette théière a été fabriquée pour faire cadeau au Seigneur de l'ancien clan du Dragon, soit elle a été conçue sur ordre du Seigneur, ou d'un autre officiel important, pour rappeler chaque jour sa loyauté et son serment à un des membres du clan. Ensuite, impossible de savoir ce qui lui est arrivé depuis. Sans doute a-t-elle été pillée après la destruction du clan pendant l'Enfer Écarlate... Je ne peux que me réjouir qu'elle ait terminé son périple dans des mains aussi soigneuses que les vôtres. »

Tout en parlant, il continuait de s'extasier devant la finesse de la gravure et le travail d'orfèvre effectué sur l'anse dont la forme était clairement celle d'un dragon. C'était décidément une très belle pièce et il serait tout aussi honoré de l'acheter que son propriétaire se disait être de la lui vendre. Mais il ne pouvait décemment admettre qu'un homme ayant chéri ce trésor, même sans en connaître la véritable valeur, soit si enclin à s'en séparer. Non, il allait falloir lui proposer un dédommagement qui soit à la hauteur...

« Je vous en donne 300. »

C'était une belle somme, trois cent koban d'or représentaient de quoi nourrir une personne pendant neuf cent ans. Et bien qu'il était fort peu probable qu'il ait à nourrir qui que ce soit pendant aussi longtemps, une telle rentrée d'argent donnerait certainement un bon coup de fouet à son activité. Il espérait que cela aiderait à ne pas briser le cœur de cet homme... Peut-être devrait-il l'inviter à Miyuki, quand les travaux de reconstruction seraient terminés, afin de pouvoir admirer sa théière entourée des autres trésors de Yoshifumi. Il aurait bien le temps d'y repenser par la suite.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Lun 5 Juin - 17:39

« Vraiment ? Je suis honoré d'avoir eu un tel trésor en ma possession, à croire que je dois être bénit par les kamis pour avoir pu acquérir une telle œuvre d'art. Merci à vous de m'avoir honoré de votre savoir à ce sujet, c'est bien généreux de votre part de prendre la peine de m'expliquer cela à moi humble marchand. » Dit-il à la fois sincèrement et aimablement. Il est vrai que l'histoire contée par le samouraï avait de quoi impressionner, par contre… Cela ne pouvait pas égaler la somme que lui proposa ensuite celui-ci en échange de la théière...

300 koban d'or ? Le cœur d'Oyama manqua presque un battement devant la somme que lui proposa le samouraï… 300 koban d'or pour une théière en cuivre comme celle-ci qui n'avait pas forcément tant de valeur que cela aux yeux du marchand à l'origine ? La seule chose qui aurait pu lui faire croire davantage que les kamis l'avaient à la bonne aujourd'hui ce serait qu'Amaretsu en personne descende du ciel pour le lui préciser… Oui 300 kobans d'or c'était vraiment un marché que l'on ne pouvait pas refuser, le genre qui ne se présente qu'une fois dans une vie, mais...

Est-ce qu'Oyama allait oser essayer d'augmenter d'une façon détournée le prix qu'il pourrait obtenir en échange de cette théière ? Ne devait-il pas se contenter d'accepter sa chance sans chercher à surenchérir dessus ? Sans doute qu'il aurait pu faire ainsi, mais Oyama se demandait jusqu'où il pouvait aller en échange de cette théière… Déjà qu'avec 300 koban d'or pour une théière, il y avait de quoi avoir l'impression d'être bénit par les kamis… Oyama finit donc par reprendre la parole avec un sourire sincère et aimable.

« C'est une somme qui me semble tout à fait convenir à une telle merveille seigneur. Vraiment, je ne vois pas comment qui que ce soit pourrait se plaindre d'une telle somme. Je ne peux que me réjouir de vous léguer la théière dans tous les cas, je ne doute point qu'elle saura plus à sa place après tout entre les mains d'un homme raffiné et élégant comme vous qui saura l'honoré comme il se doit que dans celles d'un marchand de ma condition. »

Puis tout à coup, le marchand sembla s'arrêter dans ses paroles et parut un instant bloqué comme s'il s’apercevait de quelque chose qui avait son importance, ce avant de dire en s'inclinant davantage et en prenant sa tête entre ses mains d'un air de dépit.

« Par les Kamis ! Je suis impardonnable ! » Se mit-il tout à coup à dire de l'air le plus culpabilisé qui soit et comme il était en partie sincère c'était tout à fait convainquant. Oui, il allait oser, il se mit donc à dire de l'air de l'homme le plus gêné au monde par la suite et ce après quelques instants de silence...

« C'est un cadeau qu'un ami m'a fait, je ne devrais pas la céder même pour une telle somme, ce serait sinon mettre un prix sur l'amitié ! C'est impardonnable ! Bien entendu, je vais vous céder la théière mon seigneur il est hors de question que je revienne en arrière à ce sujet maintenant que je vous ai donner ma parole... Mais je n'aurais juste pas dû vous la proposer comme cela étant donné que c'est le cadeau d'un ami. C'est très inconvenant de ma part d'avoir fait ainsi, c'est juste que vous m'avez tant impressionné avec votre raffinement et votre prestance et me sembliez tant désiré cette théière que je n'ai pas pensé à cela… Je vais devoir maintenant assumé la déception que je vais ainsi causé à mon ami… Je suis vraiment déplorable... » Comment on appelait ce qu'il faisait ? Jouer sur l'empathie de quelqu'un ou sa compassion pour l'inciter à se montrer encore plus généreux ? Oui… Dans les faits, le samouraï savait qu'il allait avoir la théière et donc ne se sentirait pas obligé de le faire pour l'avoir, mais il pourrait avoir l'impression tout à coup d'avoir mit Oyama sans une situation embarrassante sans le vouloir et de pouvoir l'aider en augmentant la somme offerte. Une manière en somme de jouer sur le bon cœur du noble samouraï pour pousser celui-ci à revenir sur son prix de lui-même, après tout un marchand n'avait pas le droit de négocier les prix avec un noble. Cela devait donc venir uniquement de ce dernier si une modification du prix devait être faite...

En faîte Oyama se disait qu'en faisant ainsi il pourrait peut-être joué sur l'humeur extatique du samouraï, ce qui pourrait sans douter pousser ce dernier à se montrer d'autant plus généreux. C'était un pari certes, mais le marchand avait confiance dans le fait que les kamis pourraient encore lui sourire. Kamis auxquels il ne manquerait pas de faire une joli offrande décidément ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Lun 5 Juin - 21:14

Mais oui, c'était une évidence ! Monnayer un cadeau, quelle grossièreté ! Dans quel embarras était-il en train de mettre son interlocuteur. Non, il ne pouvait pas se permettre de mettre aussi mal à l'aise un homme de cette qualité et ce même pour la plus belle des théières qu'il avait pu toucher de sa vie. Il lui fallait trouver une solution qui lui permettrait d'obtenir ce qu'il désirait et qui ne ferait pas souffrir davantage celui qui lui cédait cette sublime œuvre d'art.

« Milles excuses ! Mon emportement m'a fait oublier qu'il s'agissait là d'un cadeau de votre ami qui la tenait lui-même de son ami... Je suis navré d'avoir osé vous demander de vendre cet illustre objet et espère humblement que mon offre déplacée ne nuira pas à notre bonne entente. Je suis Furuta Yoshifumi, protecteur de Miyuki et Taisa des armées Fukyuu, ravi de vous rencontrer. »

À contrecoeur et dans un mouvement bien trop lent, Yoshifumi rendit la théière de ses rêves à son légitime propriétaire. Il attendit ensuite que celui-ci se présente, et il n'avait guère le choix s'il ne voulait pas paraître affreusement impoli. L'esthète espérait qu'il comprenait là où il voulait en venir. De toutes manières, il ne resterait pas dans le doute bien longtemps.

« Et bien, Arihito-san, mon ami, permettez-moi de vous acheter un pot de votre meilleur thé pour 320 koban d'or. Je sais que c'est une bien grande somme mais voyez par ce geste ma volonté d'être, en quelques sortes, le mécène de votre activité. »

Il n'avait aucun doute sur le fait qu'Oyama saisissait la manoeuvre : un homme ayant prit soin d'un tel objet sans même en connaître la véritable valeur ne pouvait qu'être quelqu'un de respectable et d'intelligent. Cette rencontre était une vraie bénédiction des Kami et Yoshifumi ne manquerait pas de les en remercier dès qu'il lui serait possible.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Jeu 8 Juin - 16:51

Par les Kamis ! Est-ce que ça venait de marcher ? Pour la peine Oyama ce serait sentit légèrement coupable, quoique… Au final n'allaient-ils pas obtenir satisfaction tous les deux par rapport à cet échange ? Si et Oyama comptait bien céder la théière de toute manière, mais il se dit qu'il aurait insultant de ne pas saisir la chance que les kamis lui avaient offerts. Surtout si celle-ci lui permettait à l'avenir de pouvoir prospérer d'autant plus et donc d'avoir les moyens de davantage participer à la fertilité des idéaux de sa secte...

« Non, non seigneur il n'y a point besoin de vous excuser, c'est moi qui aurait dû y penser. Vous êtes trop bon et je n'oserai point douter de votre qualité en tant qu'homme de bien. » Ne manqua pas d'ailleurs de répondre le marchand au samouraï qui s'excusait, ce avant d'ajouter avec modestie. « C'est un honneur seigneur Furuta-san. Je me nomme Arihito Oyama, je suis pour ma part un humble et prospère marchand et c'est une bénédiction pour mon humble personne de rencontrer un Taisa de Fukyuu terre de traditions et de raffinement. » Rajouta t-il ensuite avec une infinie politesse.

Un Taisa… Rien que ça… L'un des rangs les plus hauts placés dans l'armée de chaque clan, ce n'était vraiment pas n'importe qui qui faisait face à Arihito et ce dernier se demandait s'il devait jubiler devant sa chance ou être purement honoré. Et c'est avec un mouvement poli qu'Oyama récupéra donc ensuite doucement la théière que lui tendit le seigneur, mais ce avec l'intention évidente de la lui redonner bientôt.

320 kobans d'or pour une tassé de son meilleur thé ? Oyama allait vraiment sortir son meilleur thé dans ce cas… Certes, c'était du mécénat comme ne manqua pas de préciser le samouraï, mais il fallait un thé au moins digne de la qualité de l'homme qui lui faisait face… Surtout que le mécénat et l'amitié d'un Taisa avait probablement plus de valeur que les dits 320 kobans d'or...

« Vous êtes trop généreux seigneur. » Dit-il donc en préparant le dit thé, ce avant d'ajouter avec une infinie politesse et un air rassuré.

« Vous savez seigneur Furuta-san… Je pense que mon ami pourrait le comprendre si en quelque sorte au lieu de la vendre, j'offrais ma théière à ce que je pourrais considérer comme un ami. Un noble seigneur fort raffiné et à la prestance indéniable. » Le samouraï comprendrait sans doute la manœuvre, dans les faits ce serait une manière de parfaitement préserver les apparences et surtout pour le marchand d'obtenir disons un contact avec un samouraï étranger, ce qui était parfait pour lui bien entendu et représenterait sans doute un plus grand intérêt pour lui que la somme énorme qu'aurait été 400 ou 500 kobans d'or...

« Ce serait un honneur seigneur si vous acceptiez mon amitié en ce jour et ce cadeau de ma part comme remerciement de cet honneur.. » Oyama allait décidément faire une grosse offrande au temple le plus proche dans peu de temps, à ce stade les kamis ne l'avaient plus à la bonne, ils veillaient personnellement sur lui pour lui avoir ainsi offert cette opportunité… L’amitié ou même l'estime d'un Taisa n'avait pas de prit après tout… Surtout s'il était étranger.
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Jeu 8 Juin - 18:55

Comme il s'y attendait, le commerçant s'était empressé de lui offrir la théière qu'il n'avait quitté des yeux depuis qu'il la lui avait redonnée. Lissant sa moustache en la caressant entre son pouce et son index, Yoshifumi tenta de cacher sa joie car il se devait de rester sobre encore un moment. La tradition voulait qu'il décline le présent par trois fois avant de finalement l'accepter, cela se faisait de moins en moins en Yokuni mais, en fier défenseur de la tradition, il se devait d'honorer cette pratique ancestrale.


« Ne vous sentez pas obligé de m'offrir cet objet, mon bon ami. Mon mécénat ne requiert de vous aucun sacrifice et sachez que mon estime vous est d'ores et déjà toute acquise sans que vous n'ayez besoin de l'encourager par un aussi généreux présent. »


Il fallait commencer simple, ne pas gaspiller toutes ses flèches dès la premières salve afin de pouvoir refuser encore deux fois le cadeau sans tomber à court d'arguments. Il se devait de respecter scrupuleusement, et de son mieux, cette pratique traditionnelle afin d'honorer aussi bien le geste de son nouvel ami que la théière elle-même. Cependant, un sourire se dessinait déjà sur ses lèvres, et ce bien malgré lui, alors qu'il imaginait déjà la place royale qu'elle occuperait dans sa collection de trésors.

Derrière-lui, les deux fiers guerriers Setsu faisant officie d'escorte au dignitaire Fukyuu en voyage d'affaires commençaient à perdre patience. Ou tout du moins perdre le peu de patience qu'il leur restait, celle-ci ayant déjà été mise à rude épreuve durant le reste de l'escapade dans les rues de Boya du protecteur de Miyuki. Pour eux, cette discussion autour d'une théière était complètement surréaliste et voir celui qui semblait tant l’idolâtrer la refuser achevait de leur faire lever les yeux au ciel dans l'exaspération et l'incompréhension la plus totale.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Ven 9 Juin - 22:15

Oyama tâcha de ne pas trop faire attention aux deux guerriers Setsu non loin qui semblaient agacés par la scène. Après tout ces derniers devaient surtout être agacés à l'égard de son nouvel ami Fukyuu et le marchand supposa qu'un homme aussi raffiné, mais surtout aussi malin pour ce qui n'était pas commercial saurait se débrouiller. D'ailleurs, ce qui étonna vraiment le marchand au début… Ce fut le fait que le noble guerrier refusa son cadeau. Puis tout à coup… Il eut un déclic, la tradition des trois refus ! Mais oui ! Il savait que le clan Fukyuu était assez accroché aux traditions et donc à celle-ci qui n'étaient pas forcément pratiqués par tous.

Arihito trouva cela amusant et se dit que mine de rien une telle fidélité aux traditions était admirable, après tout n'étaient-ce pas les traditions qui faisaient l'âme d'un clan à leur manière ? Bien entendu il pensait aux traditions bénignes quand il formula cette pensée dans son esprit, mais de toute manière... Oyama qui arborait donc toujours son habituel sourire, se mit donc à jouer au même jeu que le samouraï… Il faudrait donc qu'il trouve par trois fois des arguments pour donner le cadeau à celui-ci, ainsi il commença par faire simple.

« Mais non, je ne fais pas cela par obligations mon ami, cela me ferait au contraire infiniment plaisir que cette théière vous revienne. Après tout celle-ci irait parfaitement dans la collection d'un amateur d'art raffiné comme vous et je suis certain que si elle-même était capable de s'exprimer. Elle serait d'accord avec moi quant au fait que vous seriez un propriétaire fort légitime pour une telle œuvre d'art. »


Il réfléchissait déjà aux arguments pour les deux prochains refus, puis il se dit tout simplement qu'il verrait bien selon les dits refus. Après tout il ne doutait pas qu'un habile seigneur de Fukyuu qui devait être aguerri à ce genre de traditions saurait parfaitement formuler encore deux refus. Ce serait donc au marchand de s'adapter à cela et de faire de son mieux pour honorer à la fois cette nouvelle « amitié », ainsi que le clan d'Eiichiro, car bien entendu il ne tenait pas spécialement à faire passer les siens pour une bande de rustres sans éducation...
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Dim 11 Juin - 8:35

Le commerçant se prêtait au jeu et c'était tout à son honneur. Leur discussion devenait, de fait, plus cérémonieuse, au grand dam des deux Bushi Setsu qui, de leur côté, auraient souhaité qu'on en finisse le plus rapidement possible. Sa seconde proposition était très bien amenée et il ne pouvait désormais plus décliner le présent en prétextant qu'il était trop humble pour le recevoir. Yoshifumi savait déjà quel ultime argument il allait opposer à son nouvel ami, et il ne pouvait que sourire en imaginant le trouble dans lequel celui-ci risquait de jeter son vis-à-vis, il lui restait donc à trouver une seconde raison de refuser le cadeau. Et, même si Oyama avait déjà évoqué que son ami "pourrait comprendre" le Taisa des glaces jugeait qu'il était tout à fait pertinent d'insister dans cette direction.

« Que va penser votre ami Sohei ? Non, je ne puis vous laisser vous mettre dans l'embarras auprès de votre compatriote. J'imagine déjà sa tristesse la prochaine fois qu'il viendra vous voir pour vous demander de le laisser admirer une fois de plus ce beau symbole de votre amitié, et votre embarras quand vous lui annoncerez qu'elle trône désormais dans le salon d'un noble à l'autre bout du monde. Non, pour votre propre bien je me vois obliger d'insister dans le refus de cet inestimable cadeau que vous souhaitez me faire, et dont, croyez-moi, l'intention m'honore déjà grandement. »

Si l'argument était convenu, et probablement déjà anticipé par le négociant Eiichiro, la tournure en elle-même et l'angle d'approche était, lui, beaucoup plus original et il se demandait comment Oyama allait se défaire de cet argument lors de sa troisième, et avant-dernière, proposition.


Dernière édition par Furuta Yoshifumi le Mer 14 Juin - 11:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Dim 11 Juin - 20:24

Le deuxième refus du seigneur Yoshifumi était très… Intéressant et malin, du moins selon Oyama qui devait reconnaître que cela lui demanderait un peu plus de réflexion pour y répondre au mieux. Néanmoins, le marchand ne tarda finalement guère à trouver un nouvel argument pour insister et c'est ainsi qu'il répondit au seigneur en arborant un grand sourire rayonnant. Ce tout en sentant déjà que l'homme raffiné se trouvant en face de lui saurait apprécier sa réponse à sa juste valeur...

« Mais au contraire seigneur ! Imaginez seulement si je lui dis que ce trésor est en la possession d'un seigneur raffiné de Fukyuu qui possède sans doute de nombreuses autres œuvres d'arts dans sa collection personnelle. Si jamais vous consentiez à accepter de l'inviter dans votre domaine par la suite pour lui faire contempler les autres trésors que vous possédez, je pense qu'il serait un homme comblé au delà de toute mesure et que ça vaudra bien à ses yeux le fait de devoir voyager aussi loin d'avoir le droit à cet honneur. »

Ou comment user de l'argument même du refus pour pouvoir insister à nouveau, Oyama aimait bien jouer à ce petit jeu là dans les faits et ne s'en privait pas, surtout qu'il sentait que le prochain refus du samouraï risquait d'être disons l'apothéose de tout ses refus... Le marchand se préparait donc déjà à devoir faire face à quelque chose qui nécessiterait réflexion et habilité pour y répondre, mais ce sans s'en inquiéter. Au contraire même, il trouvait que c'était un jeu fort amusant et surtout rafraîchissant. Décidément, il ne serait pas contre de se rendre un jour à Fukyuu, surtout s'il était l'ami d'un samouraï aussi placé au sein de ce clan… Il pourrait ainsi être fier à terme d'avoir pu visiter les terres de chaque clan. Il ne lui manquerait plus ensuite que le territoire de l'empereur et les terres neutres pour vraiment avoir parcouru Yokuni dans son ensemble, ce qui serait en soit compliqué, mais pas impossible. Du moins selon lui...
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Mer 14 Juin - 21:50

Bien, très bien même. C'était brillamment amené et parfaitement adapté à la situation. Oyama n'avait rien d'un négociant ordinaire et il était évident qu'il avait l'esprit vif et qu'il avait bénéficié d'une bonne éducation. Yoshifumi pourrait certainement tirer avantage d'avoir un homme tel que lui dans son réseau de connaissances et l'un comme l'autre pourraient se rendre dans le futur de très nombreux services. Il restait cependant à l'homme une derrière épreuve à surmonter avant de gagner pour de bon l'amitié, et le soutien de Yoshifumi. Le Taisa espérait de tout cœur qu'il s'en sortirait haut la main car il désirait vraiment posséder cette théière et compter cet homme parmi ses amis. Prenant un air peiné, qui était bien trop surjoué pour être honnête, Yoshifumi adressa au commerçant son troisième et ultime refus.

« Je suis navré, Arihito-san, mais je me vois dans l'obligation de refuser votre présent, bien que j'aurai adoré l'accepter. Il y a, en effet, dans ma collection un bol à thé qui m'a été offert par mon Seigneur et représente ma loyauté envers sa personne et mon clan. Je ne puis accepter une pièce qui puisse lui faire de l'ombre. Je ne puis tolérer que notre amitié brille plus fort que mon engagement auprès de mon Daimyo. Quel piètre samurai je ferai si tel était le cas... mon honneur ne pourrait le supporter. »

C'était en partie vrai. Yoshifumi avait bel et bien rendu le bol que Dame Fukyuu Chizue avait offert à son père et celui-ci lui avait été immédiatement restitué par son nouveau Daimyo, Fukyuu Hankyou, en m même temps que lui avait été confiée sa tâche de Taisa. Le mensonge était en revanche que Yoshifumi ne hiérarchisait pas des œuvres d'une telle qualité et que, de fait, la théière d'Oyama, ne pourrait faire de l'ombre à ses autres trésors, pas plus que ne le faisait le bol à thé de son ami Ryohei.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Jeu 15 Juin - 20:33

Dire que le sire Yoshufimi fit preuve de subtilité et d'esprit avec son nouvel argument serait presque un euphémisme étant donné la qualité de ce dit argument. Néanmoins, Oyama ne comptait pas s'avouer vaincu aussi aisément, surtout qu'en vérité le taisa désirait sans doute ardemment cette théière, donc autant faire l'effort de trouver rapidement une réponse pour finir d'honorer la règle des trois refus...

Oyama su apprécier en somme l'argument qu'avança le seigneur, mais heureusement le marchand sut aussi quoi répondre, même si son air de réflexion profonde démontrait que pour le coup ce ne fut pas aussi aisé que pour les précédentes questions… Après tout cette fois-ci la réponse devait être plus… Subtile. Réponse qu'il donna d'ailleurs avec un grand sourire.

« Mais seigneur... Peut-on vraiment dire que cette théière ferait de l'ombre à ce fameux bol à thé alors qu'au final par leur nature même le bol et la théière pourraient se compléter et donc servir chacun la valeur de l'autre ? Ainsi cette théière par sa simple présence mettrait d'autant plus en honneur ce fameux bol à thé étant donné que la magnificence de l'un mettrait en avant celle de l'autre. Ce qui honorerait d'autant plus la fidélité que vous dédiez à votre daimyo au lieu de la desservir. Au final il ne faut donc voit pas voir cela du point de vue d'une compétition, mais de l'harmonie et de la complémentarité entre un tout. » Il était presque fier du brin de poésie qu'il arriva à mettre dans son argument et il n'hésita pas d'ailleurs à ajouter avec une certaine humilité.

« Et je serai honoré dans les faits que cette théière que je désire vous offrir mon ami aide justement à mettre en valeur cela et puisse être en harmonie avec votre collection je suppose déjà fort fournie d'objets de valeurs. Une collection que je serai tout à fait honoré de contempler un jour si vous me faisiez l'infini honneur à l'avenir de me le permettre. » Et sur ce d'un geste fluide, le marchand remarquant que le thé avait finit de chauffer pile à cet instant, servit de manière fluide un bol au samouraï, ce avant de s'incliner ensuite et de conclure avec amabilité.

« Seigneur, si cela ne vous dérange point, je pensai vous proposer de goûter un échantillon des feuilles de thé que vous désiriez m'acheter pour que vous puissiez vous même constater leur qualité. Ce thé est donc prêt et je me dois donc à la lumière de ce que je viens de dire insister à nouveau. Acceptez vous cette théière mon ami ? En signe d'amitié et de gratitude de la part de l'humble marchand que je suis ? » C'était décidément une belle journée qu'il vivait et il se disait qu'il y aurait difficilement eut moyen dans les faits de l'embellir davantage. Pour la peine il ne manquerait pas d'honorer avec profusion les kamis ce soir pour la bienveillance dont ils savaient faire preuve envers le genre humain.
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Ven 16 Juin - 8:49

Merveilleux. Brillant. Au fur et à mesure de sa tirade, Oyama pouvait voir le sourire de Yoshifumi grandir pour finalement barrer complètement son visage. Cette idée de complémentarité était très bonne et elle était fort bien amenée. Le marchand s'était défait avec brio d'un argument plus subtil, faisant ainsi démonstration, s'il en était encore besoin, de sa vivacité d'esprit, de sa bonne éducation et de son étiquette irréprochable.

« En ce cas, mon ami, je ne vois aucune raison de refuser cette offre qui vous honore par sa générosité et son bon goût. C'est autant un honneur qu'un réel plaisir pour moi que d'accepter ce présent. Quand l'envie ou les affaires vous amèneront en terres Fukyuu, je serai heureux de vous ouvrir les portes de Miyuki et de ma demeure afin de vous montrer cette collection que vous estimez tant sans l'avoir jamais vue. »

Il goûta alors le thé que lui servi son nouvel ami et fut frappé par sa saveur et sa délicatesse. C'était assurément un thé d'une grande qualité et il ne regrettait pas son achat : il serait parfait pour l'usage auquel il le destinait.

« Je m'incline devant votre choix pour le thé. De quelle région vient-il ? Je n'ai que trop rarement goûté un thé de cette qualité. »


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Ven 16 Juin - 21:49

Oyama manqua de soupirer de soulagement quand Yoshifumi accueillit son argument avec amabilité, pour la peine le marchand aurait presque cru que son idée n'avait pas été si bonne que cela finalement, mais heureusement tel ne fut pas le cas… Ainsi, le jeune brun savait que s'il désirait un jour se rendre en terre Fukyuu, il lui serait fait bon accueil, ce qui bien entendu lui donnait fort envie d'y aller bientôt.

« Seigneur, je n'ai point encore vu votre collection certes, chose que je désires de tout mon cœur corriger dès que la possibilité m'en sera donné, mais comment douter que quelqu'un ayant des goûts si raffinés puisse avoir autre chose qu'une collection d’œuvres d'arts magnifiques ? Ce serait comme si le feu ne réchauffait pas ou comme si l'eau ne mouillait pas, tout simplement impossible. » En effet ça devrait vraiment valoir le coup d’œil, même si au final l'amitié du taisa en soit vaudrait sans doute plus que cet honneur.

« Les herbes ayant servit à préparer ce thé proviennent d'une petite exploitation située au Sud du territoire d'Eiichiro seigneur, je pense que vous apprécierez beaucoup les terres de mon clan natal si vous avez le plaisir de pouvoir les visiter un jour. » Il resta silencieux quelques instants, puis ajouta calmement. « Je ne doute point d'ailleurs que Fukyuu est une terre magnifique seigneur, me permettiez vous d'ailleurs une dernière question ? Que fais un noble sire de Fukyuu tel que vous au milieu de la cité de Boya ? Pardonnez ma curiosité, c'est juste que ce n'est pas commun. » Il était bien loin de sa terre natale en effet…

En dehors de cela, bien entendu si le samouraï désirait lui offrir les 320 kobans d'or promis c'était sans doute le bon moment, mais Oyama en bon marchand poli n'allait pas précisé cela de lui-même, après tout ce serait d'une immense impolitesse. C'était donc au sire Yoshifumi de conclure l'échange commerciale et de poursuivre ou non la conversation s'il le désirait. Ce car dans les faits c'était lui le samouraï et Oyama ne se permettrait sans doute pas de l'évincer à ce sujet, il n’oubliait pas après tout que même s'ils étaient amis maintenant, il y avait une différence de rang qui perdurait...
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Dim 18 Juin - 19:13

Oyama ne semblait pas de douter un seul instant des nombreuses péripéties et des nombreux voyages que Yoshifumi avait entreprit toute sa vie dans tout Yokuni. Cela le fit sourire. Sans pouvoir prétendre bien les connaître, il avait déjà apprécié les grandes plaines d'Eiichiro et avait pu admirer leurs montures et le talent de leurs cavaliers à de nombreuses reprises. Il n'était pas non plus insensible aux charmes de leur artisanat et des nombreuses techniques jalousement gardées par leurs maîtres potiers.

« Je retournerai volontiers admirer votre terre natale, Arihito-san. Et je ne manquerai pas cette fois de venir personnellement remercier ceux dont la production de thé m'enchante aujourd'hui de ses parfums singuliers. Quand à ma présence ici, figurez-vous que je suis ici pour superviser quelques tractations entre notre clan nos fiers et passionnés voisins. »

L'esthète jeta un coup d'oeil par dessus son épaule en direction des deux gorilles dans son dos dont la retenue était tout sauf visible. Ne sachant trop que penser de la déclaration de leur "protégé", et ne l'écoutant de toutes façons plus depuis de longues minutes, l'évocation de leur clan ne leur arracha, au mieux, qu'un grognement inintelligible.

Yoshifumi ne semblaient pas pressé le moins du monde de partir lui et il s'était perdu dans la contemplation de son bol à thé dont le caractère ordinaire n'amoindrissait nullement le soin et l'amour évident que son créateur lui avait accordé. Soudain, il sembla se rappeler quelque chose et ajouta, comme si tout était l'évidence même :

« Je vous ferai parvenir votre dû sitôt rentré dans mes terres. Les hommes que je dépêcherai pour l'occasion apporteront une boîte pour votre théière, j'ai peur que la transporter avec mon convoi de marchandises ne puisse que lui nuire. »
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Lun 19 Juin - 17:03

Alors comme cela le seigneur Yoshifumi était déjà allé à Eiichiro ? Du moins de ce que déduisait Oyama ? Par les kamis, le pire c'est que cela ne l'étonnait point, après tout si un tel seigneur pouvait se trouver en Setsu, pourquoi ne se trouverait-il pas de temps en temps à Eiichiro ? Surtout que le clan du marchand étant pacifiste, c'était sans doute plus aisé diplomatiquement parlant du coup, quoique il n'était pas forcément bien placé de toute manière pour peser avec expertise tout les enjeux de la politique de Yokuni.

« Je ne peux que vous suggérer dans ce cas seigneur si vous êtes de passage pour quelques tractations disons, de conjuguer plaisir et pratique en dédiant un peu de votre estimée attention aux bains et sources chaudes que l'on peut trouver à Boya. Je suis certain après tout qu'ils sauront vous enchanter. » Pour avoir pu pour sa part en profiter, il pouvait tout à fait confirmer ce fait. Même s'il aurait sans doute apprécié qu'on l’accueille de façon légèrement différente disons quand il avait débarqué au port…

Mais bon, chaque clan avait ses spécitalités après tout et Oyama ne pouvait qu'apprécier ce fait. Il se demandait d'ailleurs qu'est-ce que le clan de Fukyuu pourrait avoir à offrir à un voyageur comme lui… Sans doute d'agréables surprises, même si pour cela il faudrait sans doute supporter les fameux climat froid qui y régnait en maître…

Par contre, il ne put qu'approuver les paroles du taisa lorsque ce dernier lui dit qu'il lui ferait parvenir son dû sitôt rentré chez lui et qu'il enverrait des hommes pour récupérer et ensuite transporter la théière avec force de précaution. Ce qui dans les faits était tout à fait prudent, il serait malheureux après tout d'abîmer un tel trésor...

« C'est tout à votre honneur seigneur de faire preuve d'une telle prévenance que je ne peux qu'approuver. Après sachez que je voyage beaucoup, mais je peux vous dire où se trouve ma demeure en Eiichiro et confier le soin de réceptionner l'argent et de transmettre la théière à un ami de confiance. » Autant être sincère après tout, car oui Oyama n'était pas un marchand sédentaire. Sur ce il ajouta avec modestie et curiosité.

« Quand j'y pense ! Aimeriez-vous sinon me parler un peu de votre collection mon ami ? Si cela ne vous paraît point trop présomptueux de ma part de vous le demander bien entendu, après tout vous avez su piqué au vif ma curiosité à ce sujet. » Il était certain que cela ferait plaisir au samouraï de parler de cela, donc autant lui en laisser l’occasion s'il le désirait. Sachant que cela permettrait en plus de satisfaire la curiosité d'Oyama, on pourrait dire que ce serait en quelque sorte gagnant-gagnant !
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Mar 20 Juin - 11:07

Il avait beaucoup voyagé du temps où il était le messager personnel de Dame Fukyuu Chizue et il connaissait bien les vertus des sources chaudes de Boya. Il comptait même s'y prélasser dans l'après-midi avant d'aller dîner avec le Taisa Setsu en charge de la région.

L'intérêt qu'Oyama portait à sa collection était flatteur et l'esthète allait bien évidemment étancher sa soif de connaissances à ce sujet.

« Je ne vous parlerai que de deux pièces, deux bols à thé qui forment le cœur de ma collection.
Le premier est celui par qui ma passion de l'art est née quand je n'était encore qu'un enfant. Le clan Fukyuu venait tout juste de naître et d'autres clans mineurs occupaient déjà la région, notamment les Usehagi et les Furuta. Mon père, le Daimyo Furuta Harunobu, invita Dame Fukyuu Chizue dans notre demeure à Miyuki. Quand il fut avéré qu'elle était bien l'élue d'un Kami mon père souhaita immédiatement s'effacer au profit de cette nouvelle puissance de légitimité divine mais il demanda à ce que le peuple de Miyuki ne souffre pas des effets de cette transition. C'est ainsi qu'il devint Taisa du clan Fukyuu et qu'il put continuer à gérer la région qu'il occupait jusque là. En remerciement pour son dévouement et l'assimilation pacifique de son clan dans celui de la Dame, elle lui offrit un bol à thé plus blanc que la neige, symbole de la pureté de sa loyauté et de son amour envers ses gens. Depuis que mes yeux d'enfant se sont posé sur ce bol s'est allumé en moi la flamme de ma passion et mon désir de regrouper d'autres pièces aussi fabuleuses.
Le second bol à thé dont je souhaite vous entretenir est une pièce qui est cher à mon cœur tant par sa nature même que par sa valeur sentimentale à mes yeux. C'est un cadeau que mon plus grand ami m'a fait, un trésor que sa famille avait jusque là chéri et l'objet qui fut lui-même le point de départ de notre amitié. C'est une pièce fabriquée à partir de la terre argileuse d'Asagiri et enduite d'un verni dont le secret fut perdu au court de l'Enfer Écarlate. Je n'ai encore jamais vu d'autres trésors avec de tels jeux d'ombres et de lumières.


La passion vivait littéralement dans sa voix et il fallait être sourd et aveugle pour ne pas entrevoir l'amour que portait Yoshifumi à ces objets de collection. Peut-être les chérissait-il plus encore que sa propre vie.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Mar 20 Juin - 22:33

La passion avec laquelle le seigneur Yoshifumi parla de ses bols à thé témoignait de l'amour infini qu'il portait à sa collection et à tout ce qui en faisait partie. Oyama se demandait presque d'ailleurs si un homme qui portait tant d'amour à ses bols à thé avait de la place dans son cœur pour autre chose… Dans tous les cas, c'était tout à l'honneur du taisa et Arihito se disait qu'il était quand même beau de voir et d'écouter un homme vivant pleinement sa passion, après tout la passion n'était-elle pas à sa manière source de vie et de joie ?

« Comment pourrais-je ne pas avoir hâte de contempler votre collection seigneur si en m'évoquant seulement deux pièces faisant partie de celles-ci vous arrivez si bien à transposer leur magnificence ? Quand j'y pense mon ami, même si cela fait sans doute beaucoup de questions de ma part… N'avez-vous pas rêver un jour d'être tel l'un des maître artisans qui conçoit de telles merveilles ? Donner vie à la beauté de vos mains et graver celle-ci durablement ? » Il était certain qu'en abordant ce sujet il continuerait à jouer sur la corde sensible d'une certaine manière et qu'ainsi il pourrait en apprendre davantage sur le taisa, ce tout en permettant à ce dernier de goûter au plaisir infini qu'était celui de la fierté ressentit à la possession de telles merveilles.

« Je peux vous assurer en tout cas que l'une des plus grandes fierté de l'artisan est elle de voir sa création estimée et traitée à sa juste valeur, une création telle cette théière ou ces bols dont vous m'avez parler mon ami et qui ont sans conteste survécus à leur créateur. Ne pensez-vous pas d'une certaine manière qu'à travers eux l'artisan qui les as conçus ne vit-il pas encore un peu ? Qu'il n'a pas laissé ainsi sa marque sur le monde ? » De la philosophie en plus ? Oui, il y avait de quoi sans doute s'exprimer pour un homme raffiné comme le Taisa qui lui faisait face. Un homme raffiné qui avait déjà probablement dû aborder maintes fois cette réflexion par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Jeu 22 Juin - 11:04

La discussion dérivait légèrement de sujet : on quittait le monde de l'oeuvre pour s'intéresser un peu plus à l'artiste. Sujet tout aussi passionnant et riche qu'on ne pouvait, après tout, isoler du premier car un artiste sans œuvre n'est rien mais une œuvre ne peut exister sans artiste.

« Vous avez entièrement raison, Arihito-san. À travers ses créations, l'artiste peut toucher du doigt une certaine forme d'immortalité et qu'il n'est de plus grand bonheur pour celui qui a investi un part de lui-même dans une pièce que de la voir portée au panthéon des classiques.
Néanmoins, pour répondre à votre première question, s'il s'agit bien pour moi d'un rêve, il risque d'en rester un pour le moment. Mes journées ne sont malheureusement pas plus longue que les vôtres et il me serait difficile de pratiquer suffisamment un art pour pouvoir y exceller en plus de mes responsabilités actuelles. Je ne puis à la fois mener une légion de nos armées, administrer la région dont j'ai la charge et acquérir une maîtrise incomparable d'un art quel qu'il soit.
Néanmoins, et je vous confie-là un secret, j'ai rejoint le projet de mon plus vieil ami qui est de rédiger un ouvrage d'un genre nouveau. Peut-être que grace à cela mon nom pourrait passer à la postérité ? »


Il avait approché son éventail de sa bouche, glissant ses dernières phrases comme une confiance. Et c'en était bel et bien une car ce projet n'était connu jusque là, normalement, que de ses deux auteurs : Maeda Ryohei et lui-même. Et même si les récents évènements en ralentissaient la gestation, il avait bon espoir de voir se projet se concrétiser au cours des prochaines années.

Il ne parla pas à Oyama de ses heures perdues à s'exercer à la peinture ou à la sculpture de Chashaku en bois. Il était encore bien trop médiocre dans l'un ou dans l'autre pour oser en parler et il n'avait plus pu pratiquer au cours ses derniers mois à cause de des attaques Yokai et de son travail acharné pour rebâtir Miyuki.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Jeu 22 Juin - 16:27

Visiblement, le marchand avait vu juste, il venait d'aborder un sujet auquel le taisa était sensible et ce dernier ne manqua donc pas d'approuver le fait qu'un artiste vivait par delà ses œuvres. Et c'était un concept quand même beau en vérité de se dire que quelque chose peut ainsi nous survivre à travers la mort et continuer à marquer ce monde, oui... Cela ne manquait pas de beauté...

« Je me dit même qu'au final, l'artiste s'il continue d'une certaine manière à vivre par delà ses œuvres... N'est-ce pas comme si celles-ci étaient d'une certaine façon ses enfants ? Je veux dire d'une façon abstraite bien entendu, après tout c'est lui qui leur donne vie par son imagination et son talent. » Il sembla réfléchir quelques instants, puis ajouta avec intérêt.

« Sans vouloir m'avancer seigneur, vous m'avez l'air d'être encore dans la force de l'âge, donc je ne doute point que vous aurez à terme le temps nécessaire pour vous consacrer à votre rêve à l'avenir. De toute manière je pense qu'un homme déterminé à accomplir quelque chose est tout à fait capable d'y arriver, après tout qu'est-ce qui ferait de ce fait qu'un homme comme vous n'en serait pas capable s'il le désire réellement ? » Cela il le dit avec sincérité et un grand sourire, ce avant d'être fasciné ensuite par les paroles que le samouraï lui avait glissé à la manière d'une confidence, à cela Oyama répondit à voix basse.

« Je ne doute point que grâce à cela votre nom pourrait traverser les âges mon ami et j'avouerais que je serai honoré ce jour là d'être l'un des premiers à le découvrir si vous m'en faisiez l'honneur bien entendu. Peut-être d'ailleurs que l'avis d'un étranger à Fukyuu et qui n'est pas lui-même à l'origine de ce projet pourrait être utile si vous désirez une critique objective ? Enfin, je ne propose cela que dans le but de vous aider mon ami et si vous ne préférez pas, oublions tout simplement. » Après tout Oyama n'était jamais contre de rendre service quand il le pouvait, surtout qu'en plus d'être généreux, ce seigneur était décidément fort sympathique.
Revenir en haut Aller en bas
Furuta Yoshifumi

avatar

Taisa

Messages : 118
Date d'inscription : 28/07/2015

Feuille personnage
Age: 37 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Jeu 22 Juin - 20:52

L'avis d'Oyama sur la question était intéressant et ne manquait pas de bon sens mais on pouvait la pousser encore plus loin.

« Des enfants qui, à leur tour, feront des enfants quand un artiste décidera de s'en inspirer pour créer d'autres oeuvres. Ainsi de grandes familles d'objets et de créations diverses peuvent naître et perdurer à travers les siècles avant que d'autres ne leur succèdent, puis d'autres et toutes gardent en elles une infime part de chaque artiste dont les travaux ont inspiré leurs créateurs. »

La question du projet était délicate car il n'était pas seul juge là-dessus et il se refusait à décider ou permettre quoi que ce soit sans avoir consulté Ryohei au préalable. Mais le commerçant avait soulever un point qui avait retenu toutes l'attention de Yoshifumi.

« Votre proposition est intéressante et je ne manquerait pas d'en faire part à mon collaborateur. Peut-être que, quand le projet sera un peu plus avancé, reviendrais-je vers vous à ce sujet ? Mais je ne peux pour l'heure rien vous permettre même si je suis d'avis que la vision de quelqu'un d'extérieur à Fukyuv pourrait nous être d'un grand intérêt. »

Au vu de l'ouvrage en question c'était, en effet, tout à fait pertinent. Ryohei et Yoshifumi souhaitant compiler dans un même recueil toutes les bonnes adresses, les curiosités et les lieux les plus éminents de la capitale. L'avis d'un étranger, n'étant jamais venu à Ite, serait déterminant pour jauger de la facilité de compréhension de l'ouvrage. Il faudrait simplement s'assurer au préalable que rien dans leurs écrits ne concernent des informations potentiellement sensibles. Cela serait un comble que pour toute célébrité ils n'obtiennent qu'une accusation de trahison pour avoir révélé à des ennemis potentiels des informations qui auraient dû rester au sein du clan.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 83
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 19

MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi] Ven 23 Juin - 13:37

Oyama était sincèrement fasciné par l'axe de réflexion développé par le taisa et cela se voyait aussi bien par son expression que par ses propos.

« En somme, être un artiste n'est-ce pas être immortel à sa manière d'après ce que vous dîtes mon ami ? Après tout de ce point de vue que vous évoquez, même quand les œuvres de l’artiste ont disparu, perdurent celles qui se sont inspirés des siennes, du moins si l'artiste était talentueux je suppose. Je comprend donc d'autant mieux la satisfaction qui peut exister dans le fait d'être un artiste, car c'est autant celle de faire perdurer son œuvre par delà son nom que de créé la beauté. Dans tous les cas, cette discussion me donne fort envie de devenir un artiste moi-même j'avouerai… Même si je n'oserai pas imaginer atteindre le niveau des vrais maîtres bien entendu. » N'hésita t-il pas à dire finalement d'un ton sincère, en effet il ne manquerait pas de s'y intéressé, même s'il sentait que ce serait sans doute au-delà de son niveau au final...

Quant au projet du samouraï, Oyama se contenta de hocher doucement la tête et de répondre de manière parfaitement compréhensive, après tout il se rendait compte que ça ne devait pas forcément être un sujet facile à aborder pour le taisa.

« Bien entendu, je ne tiens pas à vous gêner d'une quelconque manière. Si vous préférez de ce fait éviter que je m'en mêle d'une quelconque façon que ce soit, je le comprendrai parfaitement. Ce serait certes un honneur pour moi de pouvoir vous aider à ce sujet car j'ai l'impression que c'est un fort grand projet, mais il en sera fait tel votre désir en tout cas. »

Oh bien entendu il était trop insouciant pour imaginer que ce soit un projet sensible d'un point de vue politique ou autre, après tout Oyama supposait qu'on ne la mêlerait sans doute pas à ce genre d'histoirse. Sur ce il demanda d'ailleurs par prudence. « Quand j'y pense, vous m'aviez dit seigneur que vous enverriez des serviteurs de confiance récupérer la théière, mais au final je me rend compte que je devrais vous demander... Quel signe distinctif prouvera que se sont bien vos serviteurs et non ceux de quelqu'un d'autre qui désirerait récupéré cet objet pour une quelconque raison ? Oh bien entendu je dois peut-être vous paraître légèrement excessif en demandant cela, mais comme vous êtes un homme d'importance et moi quelqu'un de fort peu versé dans la politique de Fukyuu, j'aimerai éviter que nous soyons tout deux bernés d'une quelconque manière. » Oyama était certes insouciant dans la vie courante, mais quand il s'agissait de telles choses, il préférait être prudent. Il ne tiendrait pas après tout à ce qu'un quelconque problème vienne perturber cette amitié naissante après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi]

Revenir en haut Aller en bas
 

Parfois des trésors se trouvent là où on les attends le moins [Yoshifumi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'escalade révèle parfois des trésors cachés!// Soso ♥
» Les chasseurs de trésors reviennent
» Avez -vous honte parfois ?
» Les lieux lugubres renferment de lumineux trésors. [PV Kyrune et Yasmeen]
» L'ironie du sort est parfois de très mauvais goût [PV Olive]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
.....