AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Abe no Yuto

avatar

Onmyôji

Messages : 48
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire Dim 4 Juin - 15:36

Il relut pour la énième fois les traits à l’encre noire encroisés sur le papier, jouant machinalement avec son pinceau. Arrivé à Raimei la veille, il s’était isolé pour écrire son message, mais décidément, les mots ne venaient pas. Preuve, s’il en fallait, les différentes feuilles déjà chiffonnées. Il n’y en avait que deux, bientôt une troisième visiblement, car le papier était une ressource précieuse parmi d’autre, mais c’était déjà trop. Ses doigts se crispèrent sur le pinceau, qui aurait cru qu’écrire un simple message pour signaler son retour prochain serait si dur ?

La sensation des écailles froide sur sa peau lui était si naturelle qu’il ne réagit pas quand Ketsuzuko descendit presque paresseusement le long de son bras. Ce ne fut que quand il sentit le serpent tapoter de sa tête contre ses doigts qu’il leva les yeux de sa feuille. Yuto sourit en regardant son gardien. Sous cette forme de tatouage aux traits sombres et simplistes, l’uwabami pouvait certes se balader librement accroché à sa peau, mais il ne pouvait glisser son corps sur des endroits trop étroits. Bon, ils n’étaient pas nombreux cependant, le serpent d’une soixantaine de centimètres était plutôt fin, mais les doigts faisaient néanmoins partie de ces endroits inaccessibles pour lui.

Le jeune onmyoji lâcha son pinceau et bougea un peu les doigts pour embêter le serpent, un sourire se formant peu à peu sur ses lèvres. Son côté joueur reprenant alors le dessus, il saisit le pinceau de sa main la moins habille et piqueta un point d’encre sur sa peau, juste devant le nez de Ketsuzuko, outré, le serpent recula. Et Yuto le poursuivit de son pinceau, laissant des traits noirs sur tout son bras. L’humain et le yokai se livrèrent ainsi à une petite bataille, puisque l’uwabami ne pouvait pas, même sous cette forme, passer en dessous ou au-dessus des traits d’encre, ils devenaient vite pour lui des barrières infranchissables. Finalement, Ketsuzuko réussit à se réfugier dans son dos, là où il ne pouvait pas l’atteindre, et le sifflement mécontent du reptile résonna dans son esprit. Yuto ria de bon cœur puis admira son bras désormais couvert d’encre. Il eut un soupir mi-las mi-amusé et regarda par la fenêtre. L’air était chaud et lourd, comme d’habitude pour un été à Kenshu, il avait d’ailleurs remonté et attaché les manches de son kimono pour être plus à l’aise.

Décidant finalement, à raison sans doute, qu’il n’arriverait à rien pour le moment, il délaissa son travail et sortit profiter un peu du soleil. Il se dirigea vers le puits du temple et en remonta un seau d’eau claire et fraiche. La tentation était trop grande, aussi il se désaltéra d’abord, puis humidifia son visage afin de se rafraîchir. Ensuite, il s’attela à la tâche laborieuse de faire disparaître les traces de son moment d’égarement : l’encre ça marque vite sur la peau.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Mes yeux dans les tiens


Crows Country
Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 50
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire Jeu 29 Juin - 23:27

Les journées d'été finissaient toujours par être suffocantes et il était bien plus appréciable de passer son temps à l'intérieur du temple où l'air restait assez frais pour être supportable. Pourtant, il fallait toujours qu'elle se lasse de cette vie, beaucoup plus vite que les autres, appréciant bien trop ces moments où elle déambulait à l'extérieur ne serait-ce que pour une simple promenade. Ce n'était pas que le temple manquait de calme ou que les bâtiments lui soient véritablement désagréables, mais elle persistait simplement à aimer le plein air, à apprécier le réconfort de l'astre rayonnant et ses yeux voulaient toujours trop se perdre dans la végétation bien entretenue des jardins pour qu'elle puisse s'en passer véritablement. L'hiver serait bien assez long pour ça.
Au cœur de la journée, il n'était plus temps de faire du jardinage, elle réservait cela pour l'aube ou la tombée de la nuit, trop désireuse de ne pas laisser dépérir ses fleurs et ses arbres. Ainsi, munie de son ombrelle, elle se contentait de marcher lentement, son regard se perdant devant elle, sa démarche gracieuse dévoilant une part de son éducation.

Sa très longue chevelure brune avait été en grande partie relevée en une coiffure complexe dont les accessoires faits de métal précieux et de perles brillaient en captant les rayons du soleil. En cette période de l'année, elle revêtait des kimonos dont le tissu était beaucoup plus fin, teint de couleurs chatoyantes et aux jolis motifs floraux. Sa peau très pâle était protégée par l'ombrelle colorée dont elle aurait été bien incapable de se séparer, assortie à sa tenue. Dans son autre main, elle tenait un éventail dont elle pouvait user pour se rafraîchir. Quelques bijoux venaient compléter cette tenue qui reflétait davantage son statut d'épouse de kuge plutôt que celui d'ancienne miko. Mais même ici, pouvait-elle vraiment se passer de sa coquetterie ?

Son visage aux traits doux autant que son regard noisette arboraient l'air rêveur qui la caractérisait si bien. Tandis qu'elle s'efforçait d'oublier ses trop nombreux chagrins, elle se perdait dans sa propre imagination, vagabondait dans un univers qu'elle inventait et qui lui appartenait à elle seule. Là, elle n'avait pas à craindre les décisions des hommes, là elle n'avait pas à subir quoi que ce soit, elle pouvait simplement se laisser porter par ses espérances, les voir se réaliser, oublier ce quotidien qui finissait toujours par lui paraître affreux, terrible, et sourire, puis se rappeler à quel point respirer pouvait être essentiel.
Ses oreilles se laissaient ravir par les pépiements des oiseaux autant que par les bruissements des feuillages et son odorat captait avec délice ces fleurs qu'elle savait reconnaître avec une facilité déconcertante. Les heures pouvaient défiler qu'elle ne se lasserait jamais de parcourir les parcelles du temple. Elle accompagnait d'ailleurs avec plaisir de nombreux visiteurs pour leur faire découvrir toutes ces merveilles qu'elle connaissait sur le bout des doigts et dont elle se sentait bien incapable de se passer.

Seule sa constitution finissait par avoir raison de sa marche. Elle n'avait guère été élevée pour faire maintes activités physiques et son corps, aminci par sa faible alimentation, lui réclamait régulièrement un instant de repos. La chaleur ne faisait qu'accélérer ce processus et elle put se réjouir de se trouver non loin du puits, car elle pourrait s'y désaltérer et recouvrer quelques forces.
Pourtant, quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle aperçut que quelqu'un se trouvait déjà là-bas ! En s'approchant, elle put reconnaître en ce jeune homme le nom d'une grande famille. Avide des nouvelles de la ville autant que du temple, elle avait appris que le jeune Abe no Yuto se trouvait ici, mais elle n'avait pas encore trouvé l'occasion de le rencontrer personnellement. C'était là sa chance !

Tout en s'approchant de lui, elle put remarquer qu'il avait le bras couvert d'encre et qu'il s'efforçait avec un peu d'eau de faire disparaître tout cela. La jeune femme ne put retenir un éclat de rire, amusée par cette situation. Il ressemblait à un enfant qui essayait de réparer une bêtise sans savoir comment y parvenir !

« Rien que de l'eau n'y suffira pas, Abe no-san ! » S'exclama-t-elle sur un ton chaleureux qui révélait autant son amusement que sa bienveillance.

Lorsqu'elle eut capté son attention, elle s'inclina avec grâce et délicatesse pour le saluer, lui offrant ensuite un sourire lumineux.

« Je suis Norihito Raija. Si vous me le permettez, je connais quelques plantes qui pourraient vous débarrasser de toute cette encre avec bien plus de facilité. » Proposa-t-elle avec une certaine assurance. Elle avait l'habitude de s'occuper des enfants du temple et ce n'était pas la première fois qu'elle avait affaire à ce genre de problème.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Yuto

avatar

Onmyôji

Messages : 48
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire Ven 30 Juin - 19:54

Par les Kamis, il frôla la crise cardiaque ! Le rire soudain, clair et cristallin, le prit de court alors qu’il était si concentré sur sa tâche. Mais ce fut peut-être de se faire appeler par son nom qui le perturba le plus. Etait-ce un yokai ? Ou pire, quelqu’un qu’il connaissait ? Car en cet instant, Yuto n’avait pas vraiment envie de croiser des têtes connues… Néanmoins, cherchant du regard la cause de son trouble, il trouva une femme qu’il ne se rappelait pas avoir déjà vu. Car il était certain qu’il n’aurait pas pu oublier une créature pareille.

Douce et gracile, elle protégeait sa peau pâle sous une ombrelle avec un port noble. Etait-ce une miko du temple ? Ou bien une Kuge de la ville venue profiter des jardins magnifiques entourant Koumyou ? Yuto en doutait alors qu’il détaillait la chevelure brune coiffée de manière complexe et ornée d’accessoires dont le métal brillant reflétait les rayons du soleil. Son regard fut également attiré par les bijoux complétant la tenue de la dame, et de manière générale, il la détailla, comme on détail une œuvre d’art. Yuto eut un instant la sensation qu’il se dégageait de cette femme une telle beauté, une telle délicatesse, qu’il avait même peur de faire le moindre mouvement sous peine de la voir se briser tant elle était fragile, ou disparaître tant elle paraissait irréelle.

Un rire sifflant résonna dans son esprit, et Yuto se reprit, sortant brutalement de son admiration muette, ses joues prirent quelques teintes de rouge alors qu’il refermait rapidement la bouche. Mentalement, le jeune onmyoji maudit son gardien de quelques noms d’oiseaux bien sentis.

« Je suis Norihito Raija. Si vous me le permettez, je connais quelques plantes qui pourraient vous débarrasser de toute cette encre avec bien plus de facilité. »


Tel un gamin prit en faute, Yuto regarda son bras maculé d’encre et piqua un far qui ajouta quelques nuances supplémentaires de rouge à son visage. Que Gekigami le pardonne, quelle image donnait-il des Abe no en instant ! Honteux au possible, Yuto réussit pourtant à se cacher derrière son éternel sourire, sans rien oublié de la politesse.

"Enchanté Norihito-san, c’est un plaisir de vous rencontrer. Dit-il en s’inclinant légèrement. Je me prénomme Yuto et vous semblez déjà connaître la famille à laquelle j’appartiens. Jetant un autre regard sur son bras souillé il ajouta. Et... j’avoue que je ne serais pas contre un d’aide pour ceci."

Il eut un pauvre sourire désolé.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Mes yeux dans les tiens


Crows Country
Revenir en haut Aller en bas
Norihito Raija

avatar

Épouse

Messages : 50
Date d'inscription : 20/08/2016

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire Lun 7 Aoû - 21:01

Son sursaut puis son visage atrocement gêné, comme si elle venait de surprendre le jeune homme au beau milieu de l'une de ses pires bêtises, manquèrent de la faire éclater de rire. Elle sut se retenir pourtant, bien peu désireuse de se montrer moqueuse à son égard, car elle était surtout amusée par cette situation, si légère et agréable qu'elle lui donnait forcément envie de sourire et de rayonner. Il ne pouvait que lui rappeler tous ces enfants intrépides et joyeux qu'elle côtoyait chaque jour et, bien qu'elle s'efforçait de les rendre sages et ordonnés, même leurs turbulences savaient très bien attiser sa tendresse.
Cet enfant-là lui paraissait assez grand pour être considéré comme un adulte, il était sans doute libre de prendre ses propres décisions et de faire ce qu'il lui plaisait – tant que cela se conformait à son devoir familial bien évidemment. Pourtant, comme tant d'autres, grandir ne l'avait pas rendu austère.

« Allons, ne soyez pas embarrassé, j'en ai attrapé d'autres ! » Lança-t-elle d'un air espiègle avant de lui adresser à nouveau un grand sourire.

N'était-ce pas ce genre de situation qui savait si bien illuminer une journée ? De son côté, elle était loin d'être mécontente de faire une telle rencontre, bien au contraire.

« Par ici. » Indiqua-t-elle en lui faisait signe de la suivre.

La jeune femme marchait lentement, tel qu'on le lui avait appris, avec cette délicatesse qui lui donnait presque l'impression de flotter, à moins que tout cela ne soit dû aux ondulations des beaux tissus qu'elle revêtait.

« Je ne savais pas que vous alliez vous rendre à Koumyou, sinon je serais venue vous accueillir plus tôt avec plaisir. C'est toujours un grand honneur pour nous de recevoir la visite d'un Abe no. » Commença-t-elle d'une voix douce, à la fois polie et sincère.

L'enceinte du temple n'était pas très éloignée tout comme la pièce qui lui servait à fabriquer et stocker ses remèdes, mais elle ne tenait pas à laisser le jeune homme dans un ennuyeux silence et surtout, elle ne pouvait tout à fait refréner son enthousiasme face à cette rencontre et brûlait d'en savoir davantage sur lui, pour qu'elle puisse le connaître un peu, pour qu'ils puissent peut-être devenir amis. Cependant, comme elle ne voulait pas l'embarrasser par des questions en tous sens, elle avait fait le choix de prendre un peu sur elle et de se montrer patiente.

« J'espère en tout cas que vous n'allez pas repartir trop vite et que votre séjour vous est agréable. N'hésitez surtout pas si vous avez besoin de quelque chose. » Lui assura-t-elle, toujours aussi soucieuse du confort des visiteurs, surtout lorsqu'ils étaient de marque. « Le temple vous plaît-il ? »

C'était une question relativement ouverte et innocente, mais elle aimait tout autant connaître les avis des uns et des autres, en profitant toujours pour apporter quelques améliorations qu'elle pouvait parfois déceler dans les remarques. Ceux qui vivaient ici la connaissaient assez pour savoir à quel point elle était dévouée au temple et à Gekigami et ce n'était pas prêt de changer.



~
L-M-M-J-V-S-D
Disponibilités RP sur le compte Maeda Ryohei
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Yuto

avatar

Onmyôji

Messages : 48
Date d'inscription : 28/05/2017

MessageSujet: Re: Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire Sam 12 Aoû - 0:20

La jeune femme souriait et c’était comme si le soleil se posait sur son visage harmonieux. Yuto sourit à sa remarque puis suivit un peu timidement cette femme qui lui paraissait toujours si gracile. Elle se déplaçait une délicatesse donnant l’impression qu’elle était aussi légère que la plume d’un oiseau. Pour cette raison ou pour une autre, Yuto se sentait intimidé en sa présence.

Les mots suivants auraient sans doute dû flatter, mais ce n’était pas vraiment le cas. Non, en cet instant, l’idée de subir à nouveau le poids de son nom lui déplaisait plus qu’autre chose. Il était pourtant appréciable d’être reçu partout où l’on passait comme un hôte de marque et certains devaient lui envier cette chance. Mais à cela, Yuto répondrait alors qu’il aimerait pouvoir voyager tranquillement, simplement. Sans qu’à chaque fois qu’il prononce son nom, le comportement de son vis-à-vis ne change, se teinte de respect et de reconnaissance, puis que la nouvelle de sa présence se répandent comme une traînée de poudre. Pourtant il était agréable d’être respecté, certes, mais le respect de ses interlocuteurs était pour sa famille, pas pour lui-même, pas pour Yuto dont ils ne connaissaient rien.

Alors qu’il avait voyagé en dehors des frontières du clan Kenshu, le cadet avait parfois eu le plaisir de goûter à l’anonymat. Ce moment où « Abe no » n’évoquait qu’à peine un vague souvenir. Alors, il avait connu le plaisir d’être lui-même, d’être juste Yuto et non le cadet des Abe no. D’être apprécié pour ce qu’il était réellement, de gagner le respect des autres par sa seule force et non par l’ascendant familial. Mais depuis qu’il était rentré en Kenshu, les occasions de vivres de telles situations se faisaient rares. Peu de personnes sur ces terres ignoraient qui étaient les siens. Alors, Yuto s’effaçait, redevant le jeune Abe no.

Dans tous les cas, Raija semblait bien connaître le temple, ce qui faisait penser à Yuto qu’elle était peut-être bien une miko finalement. Mais il était rare de croiser une miko avec un port aussi distingué, bien qu’il savait que certaines venaient parfois de familles nobles.

"C’est un plaisir de séjourner ici.Répondit-il, sincère. Le temple est calme est bien entretenu, les jardins notamment sont superbes, et propice à la méditation."

Et puis ici, il se sentait porté, peut-être par la présence de Gekigami. Ici, il pouvait s’éloigner des siens, tout en étant toujours un peu chez lui. Ce n’était pas pour rien qu’il avait choisi ce lieu pour se recueillir avant d’affronter à nouveau sa famille.

"Ce temple apporte paix et sérénité. Je reviens de plusieurs années de voyage et j’avais besoin de prendre un peu de temps pour méditer sur ces deux années passées loin des miens. Je repartirai quand je sentirai que j’en aurais tiré les conclusions et les enseignements adéquats. Cela prendra le temps nécessaire, ensuite seulement, je pourrais rejoindre dignement les miens. "

Yuto était passé maître dans l’art de bien formuler les choses, sinon jamais on ne l’aurait laissé partir alors qu’il n’avait que 14 ans et que son frère venait de connaître l’irréparable. Donc, en version plus honnête il fallait comprendre : "Je tremble de me retrouver face à mon père, mon frère et mon oncle, alors je suis venu me cacher dans les poils de Gekigami en lui quémandant la force qui me manque pour affronter ma famille.

"Et vous ? Êtes-vous une habituée des lieux ou une noble dame en voyage ?" Demanda le jeune, curieux.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Mes yeux dans les tiens


Crows Country
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire

Revenir en haut Aller en bas
 

Toutes les histoires s'écrivent à l'encre noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Toutes les histoires ne sont pas dans les livres ...
» Toutes les histoires de mes demoiselles.
» Dieu? Non. Religion? Oui. Je ne crois pas un mot de toutes ces histoires
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..