AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Lun 5 Juin - 18:27

Kasu en l'an 38 à la fin de la lune du rat

Kasu était une magnifique cité, ce tout en étant la capitale du clan allié à celui d'Eiichiro, Okaruto. Un clan composé de beaucoup de gens appréciant le saké à sa juste valeur et qui représentaient donc d'agréables clients pour Oyama. Autant dire que ce dernier n'avait pas mit longtemps il y a quelques années de cela à s'intéresser à l'idée de vendre du saké par ici et ça avait été franchement une bonne idée. Rien d'étonnant donc que ce soit ce qu'il comptait faire à nouveau en ce jour...

Néanmoins, alors qu'il voyageait avec son attelage sur une route traversant les contrées verdoyantes d'Okaruto en ce printemps doux. Quelque chose d'inattendu attira l'attention d'Oyama, il vit une jeune femme qui sortait d'un bois en arborant plusieurs blessures sérieuses sur tout son corps et qui avançait à grande peine. Le marchand en voyant cela arrêta son convoi et la rejoignit à pied. Il n'eut même pas le temps de lui demander ce qui se passait qu'elle s'effondra dans ses bras et ne manqua pas de le renverser étant donné qu'il n'était pas bien musclé…

Se remettant du choc et devinant qu'il ne valait mieux pas s'attarder ici que ce soit pour elle ou lui, ce car il ne savait pas trop ce qui avait bien pu lui arriver par ici. Il arriva à grande peine à l'emmener à son chariot avec l'aide du garde du corps qui l'escortait. Une fois cela fait, il pressa le rythme jusqu'à Kasu et une fois là-bas demanda à quelques locaux où il pouvait trouver un médecin. Il prit à peine le temps ensuite de faire entreposer son saké dans un entrepôt avant de demander à son garde de l'aider à emmener la fille jusqu'à quelqu'un qui pourrait la soigner. Pourquoi demandait-il de l'aide pour cela ? Car le marchand n'était pas vraiment très athlétique et il aurait trop traîner s'il avait dû la transporter tout seul jusque chez le médecin…

Ainsi, ils arrivèrent à un établissement qui n'était guère pitoyable et dont on lui avait dit que le médecin propriétaire de celui était quelqu'un de compétent et qui acceptait tout à fait de s'occuper de ceux de conditions modestes. Oyama qui suait donc à grosses gouttes sous l’effort qu'il faisait depuis tout à l'heure et dont les vêtements étaient tâchés de sang maintenant entra dans ce cabinet avant de demander ensuite poliment à quelqu'un qui semblait être un garde du corps d'aller prévenir le propriétaire des lieux car il venait de ramener un cas grave. Une fois ceci fait et après avoir vérifié si la femme qu'il avait aidé était toujours en vie tout en faisant ce qu'il pouvait malgré ses très faibles connaissances à ce sujet pour que son état n'empire pas trop pour l'instant, Oyama prit un instant pour regarder les lieux...

Dans les faits, il se trouvait en compagnie de la fille et de son garde du corps dans la petite cours englobée par la maison en forme de U. Le décor l'entourant était plutôt simple et plaisant et Oyama ce serait sans doute laissé aller à observer calmement tout cela quelques instants s'il n'avait pas un autre problème sur les bras. Sans doute qu'il ferait bien par contre de prendre la peine de regarder davantage quand il ce serait occupé de cette urgence qu'il avait maintenant sur les bras à cause de son côté bon samaritain. Il espérait franchement qu'elle allait s'en sortir d'ailleurs. Quoique le connaissant il se convainquit assez vite que ça irait mieux, après tout comment les choses pourraient ne pas s'arranger ? Le propriétaire des lieux devait être un expert dans l'art médical après tout.


Dernière édition par Arihito Oyama le Jeu 20 Juil - 13:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Sam 10 Juin - 17:06

La journée avait été longue, mais en soi assez calme. Pas vraiment d’urgences et un flux plutôt régulier de patients qui lui avait permis de prendre le temps nécessaire avec chacun d’entre eux. Depuis bientôt trois ans qu’il était installé ici, Haruaki était parfois victime de son succès. Il avait alors tendance à prioriser, se servant de son empathie et de son expérience pour faire passer en avant les cas les plus graves ou ceux qui réclamaient une aide rapide. Ici, ce n’était pas l’ordre d’arrivée ou l’argent qui dictait sa loi, mais bien le médecin, seul chef en ces lieux. Et les patients se devaient de l’accepter ou de partir. Souvent, quand ils comprenaient les raisons de Haruaki, ils apprenaient à s’en accommoder. Ainsi le guérisseur partageait son temps entre visites à domicile et son cabinet, se félicitant souvent de la présence de Nozomi, qui l’aider à réguler tout cela.

En cette fin de journée, Haruaki prenait le temps de masser et de solliciter délicatement, mais efficacement le genou d’un homme s’étant blessé plusieurs semaines aux parts avant. Il recommençait maintenant à pouvoir marcher et la douleur s’estompait doucement. C’était un immense soulagement et une victoire pour lui, le bonheur du service rendu pour Haruaki. Soudain, des coups sur le battant de la porte interrompirent l’échange entre le médecin et son patient. Délaissant son travail, Haruaki sortit de derrière les paravents pour accueillir son serviteur.

"Haruaki-sama, vous avez une urgence."

Le guérisseur avait une totale confiance en son servant, il savait que Nozomi n’utiliserait pas le mot urgence à la légère. Puisqu’il avait de toute façon fini avec son client du moment, il s’excusa auprès de lui et lui assura qu’ils se reverraient plus tard. L’autre le comprenait et sortit par la porte secondaire en trainant un peu la jambe, après avoir remercié et récompensé le médecin.

Les mains encore couvertes d’huile, l’allure calme, mais le pas pressé, Haruaki suivit son servant à l’entrée de la maison. Ses yeux verts d’eau détaillèrent la scène d’un regard expert. Un jeune homme visiblement un peu éprouvé supportait, avec l’aide d’un autre, le poids mort d’une blessée. L’inconscience de la femme et le sang tachant aussi bien son kimono que ceux de ses sauveurs renseignèrent suffisamment le médecin. Manches relevées et cheveux impeccablement attachés en une queue basse, le guérisseur donna ses directives de manière professionnelle :

"Nozomi, aide nos invités à placer cette pauvre femme dans une des chambres. J’arrive de suite."

Haruaki se tourna avec un mouvement gracile, faisant s’agiter la pierre bleutée pendant depuis son oreille jusqu’à l’os de sa mâchoire. Nozomi guida leurs hôtes dans la partie Est de la maison, réservée aux quartiers privés, mais possédant aussi quelques chambres en prévision de ce genre de cas. Car le médecin pressentait qu’il faudrait quelques jours à cette femme pour se remettre. Plaçant dans un premier temps la blessée sur un support de bois rigide ne craignant pas le sang, Nozomi attendit son maître. Haruaki arriva dans la pièce, les mains lavées, avec un sac et un plateau chargés de tout le matériel dont il avait besoin.

"Vous pouvez attendre dans la pièce principale, mon serviteur va vous proposer du thé et des vêtements propres."

En effet, il ne serait pas difficile de rhabiller ce deux-là, leurs statures respectives étant finalement assez proches de celles des deux occupants des lieux. Nozomi conduisit donc les deux hommes à la salle principale, les invitant à s’asseoir tandis qu’il répondait aux demandes de son maître en leur servant le thé avant de leur trouver des vêtements.

Haruaki, quant à lui, examina d’abord la femme, reconnaissant de vue une paysanne vivait avec les siens dans la campagne environnante. Elle respirait, mais c’était faible. Ses blessures semblaient autant dues à des armes blanches qu’à sa fuite. Sans doute avait-elle été attaquée par des bandits. Pas besoin d’opium pour ce cas, mais un long travail de nettoyage et de couture s’imposait. Nozomi lui apporta ainsi une bassine de bois remplie d’eau claire. Délicatement, Haruaki découpa les vêtements puis nettoya patiemment chaque blessure, jouant du fil aux endroits nécessaires et fit ensuite des pansements à base de plantes cicatrisantes et antiseptiques. Bien évidemment, il n’oublia pas de masser doucement les ecchymoses avec un gel apaisant. Durant ses soins, qui prirent un certain temps, il se rassura d’entendre la jeune femme gémir parfois. Même si cela voulait dire qu’elle avait un peu mal, cela signifiait aussi qu’elle n’était pas totalement inconsciente et donc que ses chances de se réveiller existaient. Enfin, son travail terminé, Haruaki donna un peu d’eau à sa patiente puis appela Nozomi pour l’aider à la déplacer délicatement sur le futon. Laissant sa patiente se reposer et après un brin de toilette, Haruaki se montra enfin dans la pièce principale tandis que Nozomi allait nettoyer le matériel.

"J’ai fait le maximum, tout dépend d’elle maintenant, mais je suis optimiste." Annonça-t-il à l’unique homme qui restait, assis à la table basse.

Haruaki en déduisit que l’autre homme avait peut-être simplement été réquisitionné pour aider, ou quelque chose du genre. Il s’approcha et s’assit à son tour, son kimono d’un bleu clair accompagnant ses mouvements graciles de même que ses interminables cheveux châtains, désormais relâchés. Le maître des lieux nota avec un sourire la présence de Nekosama, le chat brun et blanc étant roulé en boule sur les genoux de leur invité, ronronnant sous les caresses. Décidément, ce félin n’était pas bien farouche.

Se servant un thé Haruaki prit alors le temps de détailler le jeune homme. Ses traits étaient fins, le sourire accroché à ses lèvres lui donnant un air très amical. Ses cheveux noirs soulignaient ses yeux d’un bleu profond. L’empathe but tranquillement une gorgée de ce thé au doux goût fruité, un de ses préférés. Il savoura ainsi l’attention de son serf, tout en laissant encore un peu de temps à ses yeux pour admirer la silhouette élancée de son vis-à-vis. En effet, l’individu avait un charme délicat, couplé à son beau sourire, qui le rendait plutôt agréable à regarder de l’avis du guérisseur. Finalement, Haruaki prit la parole :

"Mais nous n’avons pas encore été présentés ! Je suis Haruaki, guérisseur du corps et de l’esprit. Mais peut-être le saviez-vous déjà ? À qui ai-je donc l’honneur ? Êtes-vous un parent de cette demoiselle ?"

Sourire avenant, presque charmeur, le corps un peu en avant, la tête nonchalamment posée sur sa main, le regard curieux ; il manquait quelques bijoux à Haruaki pour compléter son rôle un peu excentrique, mais les gestes y étaient.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree


Dernière édition par Haruaki le Sam 17 Juin - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Dim 11 Juin - 21:35

Très vite le maître des lieux arriva et Oyama n'eut pas vraiment le temps de le détailler du regard que celui-ci commença déjà à donner des ordres d'un ton qui dénotait d'un grand professionnalisme. Arihito rassuré par cela se contenta donc de suivre le fameux Nozomi qui les mena jusqu'à une chambre où ils pourront déposer la pauvre femme blessée. Il pensait déjà que celle-ci était tirée d'affaire dans les faits et avait pleinement confiance en l'expertise du maître des lieux qui savait ce qu'il faisait… Probablement autant à cause du grand optimisme naturel du marchand, que de l'aura qui émanait de cet homme et qui donnait l'impression qu'on pouvait pleinement lui faire confiance au premier coup d’œil.

Et dans les faits, Arihito pu au moins souffler un peu lorsqu'ils finirent par déposer la pauvre dame sur un support de bois rigide. Il commençait après tout à se sentir assez fatigué et ne se rendait compte que maintenant à quel point ses vêtements étaient tâchés de sang... Douce ironie, ces derniers n'avaient jamais étaient tâchés auparavant de cet écarlate liquide après tout et on aurait pu croire sortit de ce contexte qu'il s'était battu… Ce qui le connaissant, était aussi improbable que comique, car en vérité il préférait sans doute et de loin la fuite à l'attaque en situation de danger… Du moins quand cela n'avait ps de graves conséquences pour d'autres personnes que lui. Il n'était donc pas forcément quelqu'un de courageux, mais il avait trop tendance à culpabiliser pour laisser quelqu'un d'autre souffrir en sa présence.

« Merci seigneur. » Se contenta sinon de bredouiller calmement et modestement le marchand avec politesse et gratitude lorsque le médecin lui dit qu'ils pouvaient attendre de la pièce principale et que l'on leur fournirait du thé et des vêtements.

Ainsi ils furent donc emmenés à la salle principale et obtinrent du thé et des vêtements, quoique le garde du corps pour sa part refusa poliment en disant qu'il s'en occuperait lui-même et Oyama qui savait que l'homme avait fait tout ce qu'il avait à faire, lui donna congé. Quant à lui, il ne refusa pas le kimono blanc qu'on lui offrit. Il aurait sans doute meilleur mine dedans après tout que dans ses vêtements tâchés de sang…

Ainsi, il attendit le retour du maître de lieux et ne put cacher son soulagement lorsque celui-ci annonça qu'il avait fait son maximum et que tout dépendrait de la jeune femme maintenant, mais qu'il était tout de même assez optimiste… Oyama en profita au passage pour caresser doucement un chat qui en avait profité entre temps pour se faufiler jusqu'à lui pour se rouler en boule jusqu'à ses genoux. Trouvant que cela était un signe de bon fortune, ce fait accentua davantage son sourire qui prit des teintes très optimistes. Oui… Tout irait bien maintenant.

Et il en profita sinon à son tour pour détailler discrètement le maître des lieux du regard. Dire que cet homme était gracieux et beau était un euphémisme, voilà bien un véritable éphèbe pensa Oyama qui fut fortement impressionné par ce qu'il vit. Et dans les faits il semblait même doté d'un charme et d'une autorité innée exceptionnelle, en somme le genre de personne qui vous marque rien qu'en la voyant. En tout cas, pour sa part Oyama avait rarement rencontré rencontrer quelqu'un avec une telle aura et il avait donc du mal à décrocher son regard de cette vision pendant l'espace de quelques instants...

Et dans les faits, quand il reprit ses esprits… Heureusement assez rapidement au risque que ça se voit, le marchand tâcha de répondre avec jovialité et politesse aux questions de ce noble seigneur qui lui demandait qui il était et s'il était un parent de cette jeune femme. Se disant qu'il pouvait tout à fait se détendre en cet instant, après tout ce sire fort avenant lui inspirait confiance...

« Je me nomme Arihito Oyama seigneur Haruaki-san et je dois avouer avoir déjà entendu parler de vous par le passé, c'est même un véritable de honneur de vous rencontrer. Quant à moi… Non, je ne suis pas un parent de cette jeune femme, celle-ci avait besoin d'aide et j'ai décidé de l'aider d'instinct tout simplement… Combien dois-je payer pour ses soins d'ailleurs ? » Après tout il supposait qu'elle n'avait pas forcément les moyens de payer ou bien que cela représenterait une grosse somme pour elle, autant faire preuve de compassion et payer à sa place de ce fait. D'ailleurs Oyama avait dit cela comme si c'était tout à fait naturel qu'il se propose ainsi de payer pour elle. Il ajouta d'ailleurs avec gratitude.

« Merci à vous en tout cas seigneur pour tout ceci, je suis sûr et certain qu'elle s'en remettra parfaitement grâce à vous. Et j'espère sincèrement ne pas vous avoir dérangé à un moment impromptu avec tout ceci. » Après tout il supposait qu'un tel homme devait des fois être très occupé, dans tous les cas il n'hésite pas à remercier abondamment ce noble seigneur, surtout que celui-ci avait décidément l'air de quelqu'un de fort avenant et agréable. Le genre d'homme qui n'intimidait pas Oyama contrairement à beaucoup de samouraïs, mais inspirait calme et confiance à celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Sam 17 Juin - 19:22

En bon empathe, Haruaki ne manqua pas le petit moment d’égarement qui flotta dans l’esprit de son vis-à-vis alors qu’il prenait lui aussi le temps de détailler ses traits. Le sourire de l’empathe se creusa légèrement, mais c’était à peine visible. L’autre gardait une certaine retenue, son regard était discret, sans doute aurait-il passé inaperçu à quelqu’un de moins attentif. Il se dégageait ainsi de cet homme une certaine timidité. Haruaki avait l’habitude de provoquer des réactions diverses à ses interlocuteurs, depuis l’admiration pour les plus positives, à l’antipathie quand d’autres condamnaient ses actions. Mais globalement, il ne laissait personne insensible et attirait souvent l’attention autant qu'il impressionnait. Alors le médecin avait appris à en jouer, contrôlant chacun de ses gestes, le moindre de ses muscles, pour se donner exactement l’apparence qu’il souhaitait.

Mais en cet instant, et alors que la voix joviale de Oyama lui répondait, Haruaki ne se gênait pas pour jouer. Son regard à lui était beaucoup moins discret que celui de son vis-à-vis, détaillant sans retenue le jeune homme, étudiant chacun de ses gestes, la moindre de ses mimiques. Haruaki décida d’ailleurs que le blanc immaculé du kimono mettait parfaitement en valeur le noir de ses cheveux et le bleu de ses yeux. Toute timidité semblait pourtant envolée tandis que Oyama lui expliquait comment il s’était retrouvé à aider une femme qu’il ne connaissait visiblement pas. Haruaki en fut presque déçu, mais fut en revanche impressionné par la morale de son invité, qui se manifesta à nouveau alors qu’il proposait naturellement de payer les soins. Une qualité que Haruaki sut apprécier, tandis qu’il reprenait une gorgée de thé. Son regard se fit plus aiguiser, désormais clairement intéressé, mais était-ce par ce qu’il voyait, ou bien par ce qu’il entendait ?

La sincérité quasi innocente du jeune homme imprégnait encore ses remerciements, et cette étrange certitude que la jeune femme allait s’en sortir. Ce n’était pas seulement de la confiance placée dans les actes du médecin, c’était autre chose, quelque chose de pur et de presque candide. De manière fluide, l’empathe reposa sa tasse de thé, maintenant les paupières closes quelques secondes de trop, avant de les rouvrir pour poser sur Oyama son regard vert d’eau. Un sourire sincère vint éclairer son visage alors qu’il lui répondait à son tour.

"Et bien, je suis ravi de vous rencontrer également Arihito-san. J'espère qu'on ne vous a dit que du bien de moi. Plaisanta le guérisseur, avec un petit rire, avant de redevenir sérieux. Ne vous inquiétez donc pas, vous n’avez pas interrompu quoi que ce soit. Et quand bien même, vous ne m’auriez pas dérangé, mon rôle est d’aider ceux dans le besoin après tout. En tout cas, vous avez une belle noblesse d’âme, aider ainsi une personne dont vous ne connaissez rien. C’est très altruiste de votre part. Et c'est une qualité rare et précieuse."

Le sourire de Haruaki se fit presque tendre, et il reprit une gorgée de thé. Entendant les pas légers de son serf, qui revenait après avoir fini son travail, il se tourna un instant pour demander :

"Nozomi-tan* ? Pourrais-tu m’apporter de l’encre et du papier s’il te plait ? La famille de cette jeune femme doit s’inquiéter de ne pas la voir revenir. Je vais écrire un petit message pour les prévenir qu’elle est ici."

Le serf s’inclina et disparut dans un couloir. Haruaki, revenant à son invité du moment, reprit :

"Ne parlons pas tarifs pour le moment. Que diriez-vous de me régler en partie par votre conversation ? Après tout le temps, c’est de l’argent, accepteriez-vous de m’accorder un peu du vôtre ?"

La demande était sincère, Haruaki espérait bien avoir un peu de calme désormais, et l’idée de passer ce moment en compagnie de cet homme lui plaisait. Il se dégageait de Oyama une sorte d’innocence rafraîchissante. Sa présence joviale était agréable pour le cœur, tout comme son physique gracile était plaisant pour les yeux.

HRP:
 



L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Dim 18 Juin - 21:47

Oyama qui n'était pas non plus aveugle, même si assez insouciant, remarqua en partie que le regard d'Haruaki se faisait aiguisé et observateur à son égard, comme celui de quelqu'un qui détaillait une œuvre d'art... Sans savoir pourquoi le marchand rougit en constatant cela et ce sans même s'en rendre compte, de plus il eut du mal à décrocher le regard qu'il porta à l'égard du noble. Il ne savait pas pourquoi pourtant, il avait l'impression que celui-ci ne faisait preuve d'aucune malveillance à son égard après tout, mais il y avait quelque chose qui l'intimidait... Quelque chose qu'il n'arrivait pas à s'expliquer et qui lui donnait l'impression qu'il n'était pas à sa juste place ou bien qu'il faisait l'objet de bien plus d'attention qu'il n'en méritait...

Dans tous les cas, il restait qu'il était content au fond de lui de faire une très bonne impression auprès de cet homme. Oyama appréciait après tout l'idée de se faire des amitiés et d'être estimé. Par contre, il avait l'impression que cela lui importait plus que d'habitude… Peut-être parce que l'homme en face de lui exerçait une profession admirable ? Ou bien était-ce parce qu'il faisait une très forte impression au marchand ? Marchand qui ne manqua pas d'ailleurs de répondre avec modestie aux paroles du Kuge.

« Et moi je suis honoré de vous rencontrer seigneur, quant au mal que j'aurais pu entendre à votre sujet, je pense que même si j'avais entendu de telles paroles, j'aurais bien du mal à y croire... » Cela il le dit avec sincérité, ce avant d'ajouter avec réflexion et une très grande modestie au sujet de son soit disant altruisme. « Oh vous savez… Je pense que je ne mérite pas de telles félicitations pour cela, après tout c'est normal d'aider ceux dans le besoin quand nous le pouvons. Ce qui est vraiment admirable au final c'est d'y consacrer sa vie. » Sans doute que le kuge comprendrait ce que sous-entendait le marchand… En effet Oyama admirait ceux qui se dévouent corps à âmes à leur prochain. D'ailleurs, il ne sut pas pourquoi, mais il rougit à nouveau légèrement quand le noble lui dédia un sourire tendre, comme s'il avait l'impression d'être un enfant que l'on félicitait pour avoir fait une bonne action. C'était à la fois agréable et intimidant...

Mais sinon… Il apprécia l'attention du seigneur Haruaki qui demanda à un serf visiblement proche de lui d'aller chercher de l'encre et du papier pour pouvoir ensuite informer la famille de la pauvre jeune femme de l'état de cette dernière. Il ne dit rien dans les faits face à cela, mais la manière dont son sourire s'élargit témoignait qu'il approuvait le geste. C'était tout à fait prévenant après tout et il était plus que clair pour lui dorénavant que le noble homme face à lui était un homme bon, ce qui le rendait d'autant plus admirable aux yeux du marchand. Après tout la bonté et la noblesse de cœur sont des qualités admirables.

Par contre, ce qui le surprit un peu comme il le laissa paraître en écarquillant les yeux, ce ne fut pas tant le fait que le médecin ne voulait pas parler de tarifs, que le fait que celui-ci lui demanda s'il pouvait lui accorder un peu de temps pour converser. Oyama sourit avec approbation par rapport au fait que le temps c'était de l'argent car c'était un joli trait d'humour, mais il dû réfléchir pour quelques pour répondre convenablement au seigneur... Après tout cela l'étonnait un peu que sa conversation intéresse tant que cela le kuge.

« Si c'est ce que vous désirez seigneur, comment pourrais-je le refuser ? Après je ne sais pas si un humble marchand comme moi peut vraiment vous satisfaire pleinement à ce niveau-là, mais je tâcherais de faire de mon mieux. » Tout cela il le dit avec sincérité et une légère timidité joviale. En effet il avait un peu peur que sa conversation ne soit pas si exceptionnelle que cela… Il reprit néanmoins après un léger soupir et avec curiosité.

« Si vous me le permettez seigneur… Puis-je vous poser une simple question ? Qu'est-ce qui vous as poussé à devenir médecin ? L'envie d'aider les autres ? » Dans tous les cas il supposait que ça devait être une noble raison, mais il restait qu'il avait envie de mieux connaître cet homme, après tout quitte à devoir converser, autant profiter de l'honneur qui lui était fait en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Sam 24 Juin - 17:05

Un rougissement discret, mais qui n’échappa pas aux yeux inquisiteurs de Haruaki, monta de nouveau aux joues de son vis-à-vis. Le médecin en fut satisfait, Oyama avait cette présence aussi charmante qu’innocente qui donnait à Haruaki envie de jouer avec lui, comme un chat le ferrait avec une souris. Oh bien sûr, ce jeu restait chaste et gentillet, mais pour le médecin perpétuellement occupé à soigner les autres, l’occasion était trop belle. Et le fait que Oyama semblait apprécier l’attention qu’il lui porter confortait Haruaki dans son choix.

Le fait que le jeune homme n’ait pas entendu, ou pas porter attention aux rumeurs le concernant arracha un soupir de soulagement mental à Haruaki. La réputation du médecin qui soignait les riches comme les pauvres était parfois… sulfureuse. L’empathe avait appris à s’en accommoder, tous ne le jugeaient pas, mais ceux qui le faisaient étaient parfois bien violents dans leurs dires, voir même dans leurs actes. Heureusement, Nozomi était désormais présent pour le protéger et le médecin avait réussi à gagner la confiance de gens haut placés. Alors même si les critiques restaient désagréables à entendre, Haruaki les ignorait royalement. Car il avait aujourd’hui atteint son objectif : il pouvait soigner tout, et tout le monde. Quant à savoir pourquoi il s’était soudain inquiété du fait que de telles rumeurs aient pu entacher la vision qu’aurait pu avoir Oyama de lui ? Peut-être qu’il s’agissait juste de curiosité : il voulait savoir si Oyama avait pu changer d’avis en le rencontrant ? Ou peut-être qu’il aurait trouvé bien dommage que ces médisances aient pu risquer de l’empêcher de croiser le chemin de cet être si doux.

Oyama fit preuve de modestie, ce qui n’étonna pas le médecin et, au contraire, le conforta dans la vision très positive qu’il avait déjà du jeune homme. Celui-ci mit ensuite des mots sur cette attention admirative que l’empathe percevait. Des mots qui attendrirent encore davantage son sourire. Car il était en réalité tout aussi modeste qu’Oyama et ne retirait aucune gloire personnelle dans ses actions. Le jeune homme sembla approuver sa décision de prévenir la famille de la femme blessée et Haruaki eut comme la sensation de gagner des points dans un jeu où il était le seul participant, mais cela lui plut malgré tout. Le médecin se délecta, presque comme un chat avec du lait, de la surprise qu’il put lire sur le visage de Oyama à sa demande.

Il posa sa tasse de thé, et son corps se pencha imperceptiblement en avant, accordant toute son attention à son vis-à-vis. Au mot « marchand », son regard se chargea à nouveau d’intérêt. Une idée, déjà, prenait forme dans son esprit, une idée qui lui plaisait d’avance. La phrase suivante l’arrêta néanmoins un peu dans son élan. Plus que la question en elle-même, qu’il avait déjà entendue cent fois au moins, ce fut surtout l’attente qu’elle refermait qui lui serra le cœur. Il avait déjà vu cela, ces yeux admiratifs qui finissaient déçus quand il répondait. Car il n’y avait pas de grande histoire extraordinaire derrière son choix, juste la vie banale d’un homme. Haruaki hésita sur la marche à suivre. Devait-il mentir un peu et embellir les choses pour continuer à faire bonne impression à Oyama ? Heureusement, Nozomi revient avec ce qu’il lui avait demandé et Haruaki le remercia en prenant le papier.

"Pourquoi ai-je choisi ce métier, hum ?" Répéta l’empathe en faisant mine de réfléchir et en commençant à tracer les kanji de manière nette et précise sur la feuille.

Haruaki savait percevoir, anticiper et s’adapter aux attentes des autres. Sans doute l’aurait-il fait, face à un noble qu’il se devait de convaincre pour telle ou telle raison. Mais il ne lui semblait pas honnête de le faire ici, simplement pour gagner un jeu qu’il était seul à percevoir. Aussi, il préféra se montrer dans toute sa vérité au marchand. Après tout, si celui-ci l’appréciait ainsi, alors il aurait tout gagné. Maintenant décidé, Haruaki tendit à son serf le papier sur lequel les traits noirs s’entrecroisaient élégamment pour former un message courtois, précis et concis. Nozomi saurait quoi faire de cette missive sans qu’on le lui demande.

"J’ai simplement suivi la voie qui s’offrait à moi. J’ai fait ce pourquoi j’étais doué, avec pour seul objectif d’être utile au plus grand nombre à ma manière, je suppose."

Haruaki fut tenté de rajouter qu’il ne maniait pas les armes, mais avait trouver sa propre façon de défendre la veuve et l’orphelin. Néanmoins, l’empathe se tut, dans le contexte, ces mots étaient inutiles, ce n’était pas à son père qu’il essayait de plaire.

"Marchand, en voilà un beau métier aussi, vous devez y rencontrer beaucoup de personnes différentes. Vous voyagez beaucoup ? Et que vendez-vous donc ? J’ai justement un peu d’argent à dépenser en ce moment."

Un sourire bien différent des précédents étira alors les lèvres de l’empathe. Et si finalement, il n’était pas le seul à jouer ? Ses questions avaient clairement un but, son idée commençait à se mettre en place. Il y avait un air de défi sur son visage, renforcé par cette position appuyée sur la table, la tête sur la main relevée. Au marchand d’essayer de convaincre désormais. Peut-être alors que cette conversation signerait le début d’un partenariat intéressant sur bien des points. Mais Oyama allait devoir passer quelques tests avant d’en arriver là. N’est pas l'associé du guérisseur du corps et de l’esprit qui veut.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Dim 25 Juin - 8:09

Sans savoir pourquoi, Oyama ressentit un léger frisson quand le médecin déposa sa tasse de thé et consacra ensuite une attention intéressée à son égard. Néanmoins, cela fut très rapide, au point que le marchand ne s'en aperçut presque pas, d'ailleurs cela n'empêche pas celui-ci de consacrer une attention totale à l'égard d'Haruaki. Ce dans l'attente de la réponse de ce dernier alors que celui-ci prenait en main du matériel que venait de lui rapporter son serviteur. Et à vrai dire, Oyama se disait que ça devait sans doute être une réponse à la hauteur de la noblesse qui semblait se dégager de l'homme lui faisant face. Après tout celui-ci semblait être exactement le genre d'altruiste qui consacrait sa vie à son prochain.

Et la dite réponse dans les faits, tomba après que le médecin ait patiemment rédigé sa missive. Une réponse courte, mais qui ne sembla pas forcément déplaire à Oyama au vu du sourire admiratif qu'arbora et des paroles respectueuses qu’énonça ce dernier suite à l'écoute de celle-ci.

« C'est une bien honorable voie que vous avez choisit seigneur, après tout vous auriez pu faire tout autre chose je pense. Quant à vôtre objectif, le fait de choisir celui-ci entre tous, c'est tout à fait respectable selon moi Haruaki-sama. Se consacrer à son prochain est une noble œuvre et j'avouerai que moi-même j'aimerai le faire à ma manière… Je ne sais pas encore comment, mais c'est un objectif que j'aimerai avoir malgré mes plus humbles moyens. » Ceci il le dit avec la plus parfaite sincérité, après tout à ses yeux rien n'était plus beau ou noble que le désir de rendre le monde meilleur et de s'y consacrer. On pourrait dire d'ailleurs que dans le cas de Haruaki, les apparences n'étaient pas trompeuses, cet homme semblait aussi bon qu'il était gracieux… Cela le marchand y pensa avec amusement et une légère gêne timide… Cet homme lui faisait décidément une forte impression et il avait disons du mal à ne pas y penser…

Il tâcha néanmoins de ne pas trop le montrer et hocha légèrement la tête par rapport au fait que le métier de marchand était un beau métier, mais sembla sinon hésitant et un peu étonné par rapport aux paroles qui sortirent ensuite de la bouche du bel éphèbe. Celui-ci l'invitait-il vraiment à vanter la qualité de ses marchandises  ? Oyama se dit que oui, sans doute et il entreprit donc de le faire avec sincérité et amusement à cette idée. Visiblement il semblait un peu plus à l'aise dès qu'on commençait à parler commerce.

« Pour tout avouer, c'est justement le fait de pouvoir voyager qui me passionne concernant mon travail Haruaki-sama, cela et les rencontres que je fais. Que ce soit avec des gens de Kenshu, d'Eiichiro, d'Okaruto ou de Setsu. Fukyuu aussi je pense quand j'irai là-bas un jour et qui sait ? Peut-être même dans le territoire impérial ? Lier des amitiés, converser avec des gens intéressants, découvrir de nouvelles terres… Tout cela est passionnant et ne me fait guère regretter mon choix de devenir un marchand. Par exemple, je ne vous aurais pas rencontré je suppose si je n'avais pas été un commerçant. » Conclut-il avec humour et sincérité, même s'il fut un peu gêné quelques secondes après par ces dernières paroles… L'impression d'être trop familier sans doute ou peut-être autre chose. Quoiqu'il en soit, il chassa ce léger malaise rapidement et reprit d'un air pensif.

« Je vend du saké Haruaki-sama, du saké de toute origine, même si celui venant d'Okaruto est très populaire évidemment. D'ailleurs, je vous avouerai que votre charmant clan ne manquant pas de clients potentiels pour moi, cela me pousse donc à venir souvent en ces terres. » Ce petit trait d'humour bien placé, il reprit bien plus sérieux. « En tout cas, si vous désirez du saké de bonne, voir très bonne qualité et exotique, je peux sans doute vous en fournir. Après, je vous avouerai avoir l'impression que vous n'êtes pas forcément un grand consommateur de cette boisson... » C'était un médecin après tout et pour Oyama le fait d'être éméché ou d'avoir la gueule de bois n'était pas une bonne chose pour un médecin. Certes ça ne l'était pas forcément en général, mais encore moins pour un membre de cette honorable profession. Néanmoins, Oyama après quelques instants de silence finit par ajouter.

« Par contre, le fait que je sois un voyageur fait que s'il y a par hasard un autre genre de marchandise que vous désirez et qui nécessite disons de voyager pour la trouver. Je pourrais peut-être vous les rapporter et de vous faire un prix d'ami… D'habitude voyez-vous, je ne propose pas ce genre de service, mais je pense que je peux faire une exception pour vous... Voyez-cela comme une manière de vous remercier de votre bienveillance envers cette jeune dame, enfin si cela vous intéresse bien entendu... » Proposa t-il donc en démontrant toute sa bonne volonté quant au fait de rendre service s'il le pouvait d'une quelconque manière. Après tout il était homme à vouloir remplir ses dettes et même si le médecin semblait lui donner l'impression que sa conversation lui suffirait, par principe il voulait quand même le faire…

D'ailleurs, en dehors de cela, Oyama pensait bien à quelques autres questions qu'il désirait poser au médecin, dont une qu'il osait à peine envisagé de penser, mais disons que la curiosité le tiraillait fortement à ce sujet… Néanmoins, il devait d'abord voir si ce dernier serait d'accord ou non avec sa proposition avant de vouloir satisfaire cette soudaine curiosité. Et ensuite il faudrait voir comment le faire avec subtilité. Mais en attendant, Oyama en profita pour grattouiller avec une certaine tendresse le chat qui s'était roulé en boule sur ses genoux.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Dim 25 Juin - 14:00

Malgré sa réponse simple et sincère, l’éclat d’admiration ne disparut pas des yeux du marchand et à ses mots, le sourire de Haruaki se fit attendri. Il ne se considérait pas digne d’une telle reconnaissance. Il n’avait fait que suivre, de manière naturelle, la voie qui lui paraissait la plus juste. Néanmoins, il se laissa aller à apprécier les compliments de Oyama, après tout, cela faisait du bien de temps en temps. Il aurait pu répondre que le jeune homme se consacrait déjà sans doute aux autres à sa manière, même s’il ne s’en apercevait pas, mais l’empathe choisit de garder cela pour plus tard. Il commençait doucement à cerner son vis-à-vis : un homme doux et social, peu conscient de ses propres qualités. Un être qui, en cet instant, attendrissait dangereusement le cœur du guérisseur.

Le marchand sembla hésiter un instant, mais choisit finalement de répondre à son défi, pour la plus grande joie de Haruaki. Et l’empathe sentit que parler de son domaine de prédilection semblait rassurer le jeune homme, ce qui n’était pas pour lui déplaire non plus. Alors qu’Oyama présentait ce qu’il appréciait dans son métier, Haruaki hocha la tête d’approbation. Oui, pour lui aussi le contact humain et la beauté des rencontres diverse étaient une part importante et agréable de son métier. Le médecin échangea un sourire complice avec le marchand en répondant à son trait d’humour. En effet, sans leurs métiers respectifs, peut-être ne se seraient-ils jamais croisés, ce qui aurait été bien dommage de l’avis du guérisseur.

Un vendeur de sake donc ? Haruaki décida que oui, cela collait bien au personnage. Il partagea encore une fois l’humour de Oyama, effectivement, son clan n’avait pas usurpé sa réputation sur ce point. En revanche, la remarque sur le fait qu’il ne semblait pas être porté sur la boisson le fit franchement rire. Néanmoins, Oyama semblait devoir ajouter autre chose, aussi le laissa-t-il continuer. Et alors son sourire s’affina et son regard se fit appréciateur. Voilà que l’autre lui facilitait la tâche. Avait-il été aussi calculateur que lui sur ce point ? Non, seul son désir de bien servir transparaissait aux sens aigus de l’empathe qui en cet instant jaugeait chaque mot, chaque réaction. Oui, cet homme serait parfait, décida finalement le guérisseur avec un sourire victorieux tandis qu’Oyama caressait Nekosama.

"Du sake exotique, hum ? La proposition est alléchante, après tout, comment pourrais-je me prétendre Okaruto si je ne savais pas apprécier les bonnes choses de la vie !"

À ces mots, Haruaki s’empara de sa tasse de thé et la leva à hauteur d’yeux, son regard accrocha donc un instant celui d’Oyama, et ses mots prient soudain un tout autre sens : parlait-il encore de sake, ou d’autre chose ? Cela ne dura cependant qu’une fraction de seconde, la suivante, le guérisseur ramenait à lui la tasse et la vidait d’une traite, comme on boirait un bon sake. Reposant le récipient un peu brutalement sur la table, Haruaki se laissa aller à un rire doux et sincère. Mais quand il rouvrit les yeux pour détailler le marchand, toute trace d’humour s’était envolée, seul restait un sérieux qui, ajouté à la prestance naturelle du médecin, donnait bien l’impression que les prochaines paroles seraient déterminantes.

"Mais votre deuxième proposition m’est encore plus précieuse, Arihito-san. Voyez-vous, mon métier, et surtout ma manière de la pratiquer qui se veut la plus douce possible, m’amène à utiliser des plantes souvent rares et lointaines. Certaines plantes résistant aux températures infernales de Setsu ont des propriétés antiseptiques, elles limitent les risques d’infection. Celles supportant les hivers de Fukyuu possèdent des capacités cicatrisantes. D’autres, baignées par le pouvoir des brumes d’Okaruto, apaisent les douleurs. Certaines herbes de Kenshu apportent de la vitalité au corps, et d’autres d’Eichiro apaisent l’esprit. Et je ne parle même pas des plantes plus spécifiques encore, liées au monde spirituel et aux yokaïs. En bref, certaines feuilles, tiges, graines, racines, possèdent des propriétés particulières dont j’ai besoin au quotidien dans mon travail. Que ce soit pour guérir les plaies, préparer des onguents de massage ou des infusions relaxantes. Or ces plantes sont parfois rares et endémiques de certaines régions, je ne peux donc que rarement me les procurer par moi-même. Je travaille avec quelques marchands réguliers de la capitale, mais je manque encore d’un partenariat durable sur le sujet. Bien sûr, je suis prêt à y mettre le prix."

Restait à voir si le marchand accepterait la proposition, mais Haruaki avait bon espoir. Et une fois cela réglé, peut-être pourraient-ils passer à des activités plus relaxantes.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Lun 26 Juin - 11:08

Le marchand se demandait en effet comment il pourrait faire pour aider au mieux son prochain à l'avenir. Il se disait après tout que c'était bien moins évident d'y arriver lorsque l'on exerçait sa profession actuelle plutôt que celle de médecin. Néanmoins, il imaginait que si jamais il devenait riche, ce serait probablement un peu plus facile pour lui, après tout il pourrait consacrer une bonne partie de cette richesse à des buts altruistes si richesse il y avait... Par contre, il faudrait savoir comment en user dans ce cas et il se disait qu'un homme comme le noble Haruaki saurait peut-être le conseiller au mieux à ce sujet si ce dernier était d'accord… Enfin ça, il lui demanderait sans doute le jour où il commencerait à vraiment voir son affaire prospérer si une telle chance lui était offerte…

Et en attendant, il apprécia sinon de voir son vis à vis tout à fait attentif et compréhensif quand il parla de ce qui le passionnait dans son métier, mais quelque chose lui disait après tout que Haruaki-sama lui aussi appréciait beaucoup de rencontrer de nouvelles personnes. Et cela l'aida dans les faits à être parfaitement à l'aise lorsqu'il parla de cela, mais aussi à ne pas se sentir trop longtemps gêné par rapport à son trait d'humour assez personnel…

D'ailleurs.. Le marchand devait avouait que même si le rire que poussa Haruaki quand il avança que ce dernier ne devait pas trop être adepte de saké le surprit, il ne lui déplut pas. Cet homme était gracieux et expressif même en riant et dans les faits Oyama se sentit épanouit à l'idée d'avoir provoqué une telle réaction, même involontairement. Comme si le fait d'attirer l'attention, mais surtout l'appréciation d'un tel être comptait beaucoup pour lui. Ce qui devait sans doute être le cas en vérité, car il se sentait étrangement bien maintenant et d'autant plus lorsque son vis à vis sembla finalement intéressé concernant le saké…

Et même si le regard que lui jeta ce dernier fit frissonné Oyama en vérité, cela n'empêcha pas celui-ci de répondre d'un air jovial et de façon presque instinctive. « Eh bien... Je serais parfaitement heureux de vous aider à profiter au mieux de ces dits plaisirs avec mes humbles moyens seigneur. » Par contre en se rendant compte que ses paroles pouvaient être disons interprétés d'une certaine manière, il commença à rougir et il essaya donc de cacher cela timidement en se baissant pour récupérer à nouveau la tasse de thé à sa disposition pour en boire une gorgée. Néanmoins, au fond de lui il savait que ça n'avait pas dû échapper à Haruaki-sama.

Mais heureusement, ou pas le marchand eut autre chose à penser quand le guérisseur lui dit que sa deuxième proposition était très intéressante. Ce avant de lui expliquer qu'il désirait obtenir des herbes médicinales, mais aussi pourquoi  il en avait besoin et surtout comment le marchand pourrait l'y aider. Oyama ne put bien entendu qu’acquiescer calmement de la tête à cela, ce avant de répondre avec entrain, heureux qu'il était de pouvoir aider.

« Comment dans ce cas, pourrais-je refuser cette proposition de devenir votre associé à ce sujet Haruaki-sama ? Quant au prix, je vous propose que nous le négocions à chaque fois que je vous rapporterai une livraison des plantes que vous désirez, après tout je suppose que celui-ci peut varier et je tiens à ce que cet échange soit profitables à nous deux, mais surtout aux patients que vous traiterez avec ces herbes... »
Il sous-entendait là qu'il tenait tout de même à être conciliant à ce sujet envers le médecin, même si bien entendu il ferait des bénéfices dans l'histoire. Ensuite, après un léger instant de silence, il ne manqua pas de dire. « Je vous propose en tout cas que nous ne manquions pas de parler de tout ceci demain quand vous y serez le plus disposé. Après tout je suppose que vous avez eu une journée fatigante et puis je n'aimerai pas trop vous embêter ce soir en parlant commerce si nous sommes déjà d'accord sur ce partenariat et sur le fait que je vous rapporterai aussi du saké à l’occasion... » Il sourit doucement, laissa ensuite le médecin répondre... Puis après quelques instants d'hésitation dû à une certaine timidité par rapport à la curiosité qu'il ressentait depuis tout à l'heure, il finit par demander.

« Sinon Haruaki-sama… Puis-je vous poser une autre question ? » Il attendit une confirmation de la part du médecin, puis demanda en cherchant visiblement ses mots. « Disons que… Voyez-vous…. » Il passa quelques secondes à réfléchir à ses propos, hésita quelques instants, puis reprit en se disant que s'il le faisait au moins ce serait fait... Et que ne tenant vraiment pas à se torturer des heures avec cela, autant le faire maintenant. « J'avouerai que vous me faîtes un certain effet depuis tout à l'heure… Et que je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression de ressentir pour vous des choses que je n'ai jamais ressentit pour un autre homme avant… Enfin, veuillez m'excuser si je vous gêne en quoi que ce soit en disant cela, car ce n'est pas mon intention, mais... » Il rougit, puis demanda finalement après un léger silence. « Est-ce qu'il se pourrait que… » Puis il resta silencieux, visiblement il n'arrivait pas à trouver ses mots et commençait à se demander s'il ne venait pas de commettre une bêtise... C'était tout lui ça, quand il ne s'agissait pas de commercer, il avait tendance à dire ce qu'il avait sur le cœur... Il n'était vraiment pas du genre cachottier au fond et aimait la sincérité.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Lun 26 Juin - 18:48

Le marchand semblait maintenant se détendre et être parfaitement à l’aise dans la conversation, voire même à l’apprécier, ce qui contenta Haruaki. D’ailleurs, il n’était visiblement pas le seul à maîtriser les sous-entendus, bien que celui d’Oyama était sous doute involontaire, au vu du far qui lui monta aux joues. Haruaki eut un sourire compréhensif et amusé, car il aurait bien aimé profiter des plaisirs de la vie avec ce jeune homme… Enfin, cette conversation était déjà un beau cadeau à ses yeux.

La réponse du marchand à sa demande de partenariat était telle que Haruaki l’avait pressentie : parfaite. Un air satisfait sur le visage, le médecin savourait déjà l’idée d’avoir enfin un fournisseur régulier et d’y gagner également des prix un peu plus raisonnables. Quant au fait de savoir qu’il pourrait ainsi revoir le jeune marchant, c’était comme la cerise sur le gâteau. Pour une fois, Haruaki accepta donc de bonne grâce l’attitude prévenante de son interlocuteur, mais pas à cause d’une quelconque fatigue, non, simplement parce qu’il voulait profiter encore un peu de ce moment si doux.

"Tout cela me semble parfait ! Merci à vous d’avoir accepté cette demande Arihito-san." Répondit simplement Haruaki, puis il laissa le silence s’installer.

En effet, l’empathe percevait l’hésitation du jeune homme qui semblait vouloir ajouter quelque chose. Patient, Haruaki lui laissa donc tout l’espace dont il avait besoin pour finalement se décider à parler.

"Sinon Haruaki-sama… Puis-je vous poser une autre question ?" Demanda timidement le jeune homme.

"Bien sûr, j’y répondrai du mieux possible. Mais maintenant que nous sommes associés pour affaires, inutile de tant de politesses entre nous Arihito-san. Laissez donc de côté le sama, vous me ferez plaisir." Ponctuant ses mots d’un sourire avenant, Haruaki espérait mettre le marchand à l’aise.

Encore une fois, l’empathe fut patient, laissant à Oyama tout le temps dont il avait besoin pour formuler sa pensée. Et il fut dur, très dur pour Haruaki de ne pas rire tant il était surpris par tant de sincérité, et de facilité aussi. Soit Kasugami s’amusait avec lui et il était en train de faire un doux rêve, soit les Kamis avaient visiblement décidaient d’être particulièrement cléments avec lui aujourd’hui. Heureusement, le guérisseur savait contrôler le moindre de ses mouvements. Alors, même s’il regrettait maintenant d’avoir fini si vite sa tasse de thé qui lui aurait permis de camoufler plus facilement son sourire, en soi son visage resta neutre et à l’écoute, ne trahissant rien de son trouble ou de son impatience.

Durant les secondes qui suivirent, Haruaki fit appel à toute sa déduction empathique, il avait face à lui une jolie chance qu’il n’était pas prêt à laisser passer. Néanmoins, il ne voulait en rien brusquer le jeune homme qu’il devina en cet instant peu familier de ce genre de chose. De plus, hors de question de laisser son statut ou l’admiration que semblait avoir Oyama pour son métier obscurcir les sentiments du marchand. Enfin, il se devait d’y aller doucement, il avait devant lui quelqu’un d’assez jeune justement, Haruaki en prit conscience maintenant que leur conversation prenait une tournure inespérée.

"Je ne peux savoir quelle est la nature exacte de vos sentiments à mon égard Arihito-san. Je ne peux que vous conseiller de faire attention à ne pas confondre attirance et admiration." Le regard tendre, Haruaki parla doucement, laissant une pause pour que le marchand puisse mettre un peu d’ordre dans ses pensées.

"Néanmoins, sachez que vos mots me touchent, car vous ne me laissez pas non plus indifférent, Arihito-san. Vous êtes un homme bon, rayonnant d’une indéniable joie de vivre et d’une douceur d’être que j’aurais peu croisée." L’empathe choisit ainsi de respecter son vis-à-vis en faisant preuve de la même honnêteté que lui.

"Maintenant, inutile de se précipiter dans l’une ou l’autre des directions. Et si vous acceptiez le massage que je comptais vous offrir ? Pour vous remercier d’avoir aidé cette jeune femme et de m’avoir tenu compagnie. Ainsi vous pourrez vous détendre et prendre le temps de réfléchir à tout cela." Proposa encore le médecin en se levant, pour venir poser une main délicate sur l’épaule du jeune homme.

Bon, un peu de manipulation et une dose de son sourire charmeur, il plaidait coupable. Néanmoins, il avait bon espoir que cela soit véritablement décisif pour Oyama. Dans cette intimité neutre et respectueuse de chacun, le jeune homme sentirait rapidement si ses sentiments tenaient plus de l’admiration ou d’autre chose…

Sur le pas de la porte menant aux appartements privés, Nozomi observa la scène avec un petit soupir déçu. Il était à la fois content pour son maître, mais aussi un peu jaloux… Il ne devrait pas, il devrait simplement se réjouir que cet être qu’il appréciait tant trouve quelques instants de réconfort ce soir. Mais c’était parfois plus facile à dire qu’à faire. Ce soir néanmoins, il reverrait chez eux tous les cas ne relevant pas de l’urgence vitale, veillant ainsi sur le repos bien mérité de son maître.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Mar 27 Juin - 11:57

Le marchand et l'altruiste qu'il était, furent très comblés par le marché qu'il conclut avec le kuge. Après tout, il pourrait ainsi rendre service tout en s'ouvrant les portes d'un nouveau marché et à de nouveaux bénéfices. Ce qui amorcerait une sorte d'échange gagnant-gagnant comme il les aimait bien. C'était peut-être ça d'ailleurs la grande qualité et le grand défaut d'Oyama, il n'était pas vraiment le genre d'homme à vouloir s'enrichir malhonnêtement, alors cela le poussait souvent à faire des marchés honnêtes qui bénéficiaient aux deux partis.

Mais il n'avait pas trop envie de penser bénéfices en cet instant pour tout avouer. Non, il avait disons autre chose en tête et puis de toute façon il fallait bien se détendre un peu de temps en temps... La vie d'Oyama ne tournait pas qu'autour du commerce après tout, mais aussi autour des amis qu'il se faisait et de ses voyages… Et ce nouvel ami qu'il s'était peut-être fait aujourd'hui lui avait fait de l'effet, d'une façon bien singulière même… Et il espérait bien que son désir d'être sincère, désir tout à fait naturel pour lui à cause de son côté très ouvert et non cachottier, ne serait pas gênant…

En faîte il se demandait même s'il n'aurait pas pu faire preuve d'un peu plus de subtilité… Comme essayer de voir indirectement si le médecin… Non, ça ne lui ressemblait pas d'être aussi calculateur pour cela et puis quelque chose lui avait dit qu'Haruaki-sama pourrait comprendre à défaut d'accepter. Ce qui l'avait bien entendu pousser à… Tenter de dire ce qu'il ressentait, mais bon…

Il n'était pas aller jusqu'au bout car ce n'était pas facile et puis surtout car il commençait à avoir un peu honte de lui sans savoir pourquoi. Pourquoi dérangeait-il ce noble médecin avec cela après tout ? Ce dernier était si amical et poli qu'il lui proposait même de laisser tomber le « sama », ce à quoi Arihito avait répondu d'un simple hochement de tête… Oyama se dit qu'il devrait plutôt éviter de le mettre dans l'embarras…

Et à cette simple pensée, il envisagea presque sérieusement l'idée de prendre congé de façon plus ou  moins précipitée et d'essayer de se faire oublier… Non, se serait stupide de faire les choses ainsi, vraiment stupide, mais il en avait presque envie… Pourquoi ? Il ne savait pas... Par les kamis, il en conclut qu'il ferait mieux de se taire et de tout simplement attendre la réponse du noble.

Quoique, est-ce qu'il avait vraiment envie d'entendre la réponse d'Haruaki-sama ? Il se disait après tout que ce dernier allait peut-être prendre très mal ce qu'il venait de dire… Eh bien, si c'était le cas il n'insisterait pas et partirait en s'excusant platement, sinon… Il ne savait même pas ce qu'il ressentirait en fait ou ce qu'il devrait dire dans le cas inverse, c'était complexe…

Et par les kamis, au final quand la réponse d'Haruaki vint, il ne sut même pas quoi en penser ou y répondre sur l'instant… Confondait-il attirance avec admiration ? Oui, c’était peut-être ça pensa t-il… Ou non, pourquoi confondrait-il ces choses après tout ? Il n'avait jamais ressentit spécialement d'attirance pour Yozakura par exemple et pourtant il l'admirait beaucoup… Quoique, ça devait dépendre des individus supposa t-il et comme il ne savait pas trop quelles conclusions faire, il se contenta donc de répondre d'un air pensif…

« Vous avez sans doute raison Haruaki-san. » Répondit-il donc d'un air perdu et perplexe, mais qui montrait qu'il lui faisait confiance… Oui ce dernier devait sans doute avoir raison, mais sinon Oyama nota qu'il se sentait intérieurement soulagé que le médecin n'ait pas prit tout ceci mal… Par contre, il ne sut pas trop quoi répondre tout d'abord quand le médecin lui dit qu'il ne le laissait pas non plus indifférent, puis il opta pour la sincérité.

« Vos paroles me touchent Haruaki-san, mais je ne sais pas vraiment si c'est des qualités qu'il faut tant vanter étant donné que je trouve cela naturel pour ma part. » Oui, il se disait après tout que c'était normal de se comporter avec bonté et douceur quand on le pouvait, du moins de son point de vue de disciple du chat divin.

« Un massage ? » Bredouilla t-il ensuite un peu surpris à la proposition du médecin... Il rougit légèrement mais de façon très temporaire, puis soupira finalement et répondit poliment en se disant que ce n'était qu'un massage de toute manière et qu'il serait impoli de refuser. De plus la présence du médecin le mettait très à son aise au fond, ce même si elle était aussi assez intimidante ironiquement… C'était assez paradoxale.

« Oui, bien entendu Haruaki-san, même si je vous avouerai que je ne me fais pas vraiment masser très souvent. Je suppose que ce sera donc en partie une découverte pour moi. » Il se dit qu'il pouvait bien se détendre et faire confiance, même si au fond de lui il était encore un peu perdu. Néanmoins, la bienveillance du médecin le touchait et lui faisait se dire qu'il n'avait pas à s'en faire en effet… Il décida donc de laisser couler et se leva calmement après avoir déposé avec douceur le chat au sol, ce avant de dire en essayant de paraître serein, ce qu'il était en partie, mais pas encore totalement. « Allons donc vérifier si je serais d'avis ou non de payer pour d'autres messages à l'avenir. » Dit-il donc avec un humour léger, une façon bien à lui de passer un peu à autre chose tout en voulant être plus à l'aise. Surtout qu'au final se serait sans doute très agréable... De se confier aux bons soins du médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Mar 27 Juin - 19:06

Haruaki camoufla un sourire "des qualités qu’il ne faut pas vanter, car elles sont juste dues à un comportement naturel", hein ? Décidément, ils se ressemblaient sans doute plus qu’ils ne voulaient bien s’en rendre compte. Mais pour le moment, c’était tout juste si la tête du jeune marchand ne se mettait pas à fumer tant il cogitait. Alors oui, définitivement, le massage lui paraissait être la bonne idée. Et ce, malgré le far qui vint rougir brièvement les joues de Oyama. On se demandait bien pourquoi… Bon, avouons-le, Haruaki savait très bien ce qui était passé dans l’esprit du jeune homme. Mais pour le moment, promis, il resterait sage. Ce que Oyama imaginait n’arriverait pas, pas sans son consentement irréfutable en tout cas. Même si cela serait certes une excellente façon de terminer cette soirée. D’ailleurs, Haruaki serait bien content de lui faire découvrir autre chose que le massage. Il se surprit même à penser que Oyama était très mignon avec le rouge aux joues. L’empathe se sermonna mentalement, le côté innocent du jeune homme l’attirait un peu trop pour son propre bien.

Le trait d’humour d’Oyama fit son travail et détendit l’atmosphère, de son côté Haruaki endossa le masque du médecin et guida son client jusqu’à la salle de soin. Il désigna un ensemble de paravents à Oyama :

"Vous pouvez vous dévêtir ici, Arihito-san. Ce massage est un cadeau que je vous offre, aussi n’hésitez pas à me signaler s’il y a des zones dont vous voudriez que je m’occupe plus particulièrement : des muscles endoloris par votre voyage par exemple ?"

Disant ces mots, le guérisseur prit un linge propre et nettoya la table molletonnée située à bonne hauteur. Laissant ensuite Oyama s’installer, Haruaki se dirigea vers l’endroit où il gardait ses préparations. Il prépara rapidement une huile de massage à base de plantes relaxantes comme la camomille par exemple, mais préféra l’oranger à la lavande, considérant que cela correspondait plus à son patient du moment. Attendant un instant que l’huile se réchauffe au contact de pierres chaudes, il releva ses interminables cheveux en un chignon un peu négligé, qu’il orna d’un pic d’argent laissant pendre une traînée de perles harmonieuses et colorées. En cet instant, il n’avait pour autres bijoux que sa fidèle pierre bleutée qui balançait doucement au bout de sa chaîne depuis son oreille et ses cheveux ainsi coiffés mettaient celle-ci en valeur. Le médecin remonta encore les manches de son kimono qu’il attacha, puis se tourna vers Oyama, armé de son pot d’huile de massage.

Le jeune homme lui ayant expliqué qu’il préférait commencer par son dos, Haruaki l’installa à plat ventre sur la table où un creux était ménagé pour la tête. Un silence tranquille s’installa tandis que le guérisseur prenait le mélange d’huile sur ses mains, avant de les mettre doucement en contact avec la peau chaude d’Oyama. De grands mouvements d’abord, afin de bien étaler l’huile, puis des gestes plus ciblés, qui faisaient agréablement rouler les muscles des lombaires, de la colonne vertébrale puis des épaules. Haruaki était debout à côté de la table, sa cuisse entrant parfois en contact avec la main d’Oyama. Les gestes, bien que doux, restaient professionnels et impersonnels. Ainsi, au-delà de la détente qu’il voulait apporter, l’empathe avait bon espoir que cela décide un peu le jeune homme. En effet, si cette situation lui convenait, alors le jeu du chat et de la souris prenait fin ici. En revanche, si le jeune était quelque peu frustré, s’il en voulait plus, alors peut-être…


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Mer 28 Juin - 9:55

Oyama s'il se sentait toujours un peu intimidé, était aussi plus à l'aise maintenant et il suivit donc sans aucun mal son nouvel ami vers là où ce dernier le mena. Ami qui lui désigna un ensemble de paravents une fois qu'ils furent arrivés à destination, ce avant de le questionner sur quel endroit il désirerait se faire masser...

Une très bonne question et à vrai dire Oyama ne savait pas quoi répondre sur l'instant, car cela faisait longtemps maintenant qu'il n'était plus le genre de marchand qui transportait son saké sur son dos... Heureusement d'ailleurs, mais de ce fait il n'avait pas vraiment souvent mal aux muscles. Il en conclut néanmoins qu'un massage du dos lui ferait du bien et il dit donc qu'un massage à cet endroit du corps serait idéal. Par contre avant avant d'avoir son massage il fallait se dévêtir comme demandé. C'est ce que le jeune homme décida donc de faire timidement, ce car il se sentait à nouveau assez embarrassé à cette idée, mais une fois cela fait…

Il alla s'installer sans chipoter et en profita un peu au passage pour regarder le médecin qui était en train de préparé deux trois choses. Et décidément, plus il contemplait Haruaki, plus il avait l'impression d'être davantage attiré par ce dernier... Il commençait même à faire marcher son imagination et rougit à cela avant de décider de détourner un temps les yeux… Et petit à petit, il en venait sinon à se demander si le médecin n'était pas trop bien pour lui au final, même dans le cas où cela aurait été possible, mais il décida finalement d'essayer d'arrêter de penser à tout cela...

Et ce fut facile au début de faire ainsi quand le massage débuta, celui-ci lui faisant réellement du bien… Néanmoins, la promiscuité avec le kuge lui faisait aussi se demander ce que cela donnerait disons s'il… Non, comment il pouvait imaginer de telles choses ? Quoique, il pensait qu'Haruaki même s'il ne partageait pas forcément les mêmes sentiments, serait compréhensif sans doute et le ménagerait au pire… Même si au fond il avait quand même un peur de le dire, mais… Il en conclut aussi qu'il ne supporterait pas l'idée de ne rien confessé ce soir et de devoir supporter pendant des jours, des semaines, voir des mois l'idée de se tourmenter car il n'aurait pas su faire preuve de courage…

Surtout que ce massage sans être déplaisant, bien au contraire, excitait mine de rien un peu l'imagination du marchand qui avait presque l'impression que si c'était possible, ce serait le plus beau jour de sa vie et qu'il s'en voudrait terriblement de ne pas essayer… Néanmoins, il prit un certain temps à se décider et surtout à prendre son courage à deux mains. Et enfin quand il le fit, sa voix s'éleva à nouveau timidement alors qu'il se redressait un peu.

« Vous savez Haruaki-san... » Que devait-il dire ? Qu'importe, il venait d'ouvrir la conversation et ne voulait pas avoir l'air bizarre à ne rien dire… Il poursuivit donc un peu timidement. « Je me demandais si à force d'aider les autres et de faire preuve de générosité, vous n'aviez pas envie de temps en temps… Que quelqu'un prenne soin de vous vous aussi ? » Cela semblait bien beau dit comme ça, mais il se rendit vite compte que ses paroles étaient tellement vagues et peu explicites !

Il se maudit donc intérieurement pour son manque de courage, après tout s'il manquait d'audace, comment allait-il réussir en tant que marchand ? Comment prouverait-il à son père qu'il avait le bon choix et surtout comment pourrait-il être un disciple du chat divin ? Il se mordit légèrement la langue, puis finalement décida d'aller droit au but. Au moins il n'aurait pas de regret...

« J'aimerai en tout cas être cette personne... Du moins si vous en avez envie… Cela et apprendre à vous connaître davantage. » Sincèrement, encore une fois il aurait sans doute pu être plus explicite… Mais il ne fallait pas non plus trop lui en demander sur l'instant, dans tout les cas oui il n'en pouvait plus. Il préférait demander maintenant et en être sûr plutôt que de se tourmenter avec cela pendant des mois… Il n'était pas quelqu'un supportant l'idée de s'en faire longuement après tout, il avait besoin que les choses soient sincèrement dîtes. Surtout quand cela lui semblait revêtir une telle importance.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Mer 28 Juin - 13:29

Totalement à l’écoute de son client, Haruaki percevait doucement poindre son désir incongru, il se voyait dans les rougeurs de ses joues ou sa façon de le regarder. Et même si cela faisait échos à se propres sentiments, l’empathe était aussi professionnel. Aussi, il ignora la sensation, se concentrant uniquement sur le massage, sur ses gestes expérimentés, insistant là où les muscles étaient plus tendus. Néanmoins, quand Haruaki sentit Oyama se redresser, il le laissa faire. Le marchand accrocha son regard, il semblait déterminé mais sa voix manquait d’assurance. Encore une fois, l’empathe l'accueillit avec un sourire avenant, et un silence à l'écoute.

Et qu’est ce qu’il ne fallait pas entendre ? Haruaki pouvait maîtrisé le moindre de ses muscles, mais le rouge d’émoi qui lui montait aux joues et l’émotion dans son regard faisaient partie de ces choses qu’il ne pouvait contrôler. Aussi laissa-t-il son visage s’exprimer sans retenu, affichant sa surprise mêlée de plaisir.

"Arihito-san, Oyama… Je… Avez-vous la moindre idée de ce que vous me proposer ?"

Haruaki s’assit doucement sur la table aux côtés du jeune homme, sans lâcher son regard. L’empathe loua Kasugami, ce qu’il voulait entendre, voilà ce qu’Oyama avait exprimé en cet instant. Avec un autre, peut-être le guérisseur se serait-il méfier, mais il y avait chez le marchand toujours cette même sincérité innocente qui rendait ses mots encore plus beaux.

"Qui soigne le guérisseur ?" Pendant longtemps, Haruaki avait considéré que cette question n’avait pas de réponse. Puis il y avait eut Tengoruda qui lui avait patiemment appris les enjeux du métier. "Celui qui soigne le guérisseur", une idée, un concept presque, qui avait doucement fait son chemin dans l’esprit du jeune Yungiri. Il avait appris, compris, et Haruaki était peu à peu né au monde. Le médecin en devenir avait accepté que, pour aider les autres à aller mieux, il devait d’abord être bien lui-même. Alors il y avait eu Katsuya, Saya et enfin Nozomi. Surtout Nozomi, qui avait endossé avec détermination ce rôle ingrat qu’était de prendre soin de celui qui guérit les autres. Leur relation était certes un échange plein de tendresse, mais elle n’était que cela… tendresse. Et elle ne serait jamais autre chose, et par les kamis, Haruaki ne pouvait se permettre cela avec personne. Comment aurait-il pu ? Lui qui dévoue sa vie aux autres ne pouvait pas entretenir de relation stable et unique.

L’empathe ferma un instant les yeux et calma le flux intarissable de ses pensées. Le jeune marchand n’avait jamais évoqué une telle possibilité non plus. Mais Haruaki, par honnêteté, se sentait maintenant obligé de mettre les choses au clair.

"Arihito-san, vos mots sont des cadeaux inestimables pour moi. Pour vous répondre, oui, j’ai quelques personnes qui me permettent de prendre quelques instants de pauses parfois. Des personnes plus ou moins proches, plus ou moins présentes, mon serf est bien sûr l’une d’entre elle, parmis les plus proches et les plus présentes."

Haruaki prit alors un linge propre, l’humidifia, et commença à nettoyer le dos couvert d’huile d’Oyama. Les gestes étaient doux, presque tendres, tout comme l’était la voix.

"Néanmoins, soyez assuré que je serais très heureux à l’idée que vous deveniez une de ces rares personnes. J’ai moi-aussi envie d’échanger avec vous, et de mieux vous connaître." Déclara l’empathe avec un sourire en reprenant les mots du jeune homme. "Mais, Arihito-san, quel que soit le chemin que nous choisirons d’emprunter ce soir, comprenez bien que, de part mon métier, je ne peux entretenir de relation exclusive, de quelque nature qu’elle soit."

Il faillit ajouter que, pour certains type de relation, c’était plus gênant que pour d’autres. Néanmoins, Haruaki jugea que son discours était suffisamment clair ainsi.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Mer 28 Juin - 14:15

Qu'est-ce qu'il venait de voir ? Est-ce que le médecin était en train de rougir lui aussi ? Non, il avait dû rêvé sans doute ou bien… Après, même s'il voyait bien ce qu'il croyait voir pensa t-il, ça ne voulait pas forcément dire ce qu'il espérait que ça dise... Néanmoins, conclut-il en se disant de se calmer, autant attendre la réponse du médecin avant de faire la moindre conclusion… Quoique au vu de l'expression qu'affichait ce dernier, les paroles qu'il lui offrit étaient de bon augure…

« Je le sais bien... » Répondit donc Oyama timidement après un instant de silence, ce avant d'ajouter sincère, car maintenant que les choses étaient dîtes, il avait visiblement moins de mal à confier ce qu'il avait sur le cœur. « Et j'assume mes paroles. Même si j'ai l'impression d'être le moineau qui contemple le cygne en cet instant... » Une manière de dire avec timidité qu'il avait l'impression d'être un peu inférieur à l'homme qu'il convoitait. Un homme envers qui il avait l'impression de ne pouvoir rien cacher…

Oui, il était tel un moineau qui ne voyait presque pas en quoi il pourrait vraiment être désiré par un si beau cygne et pourtant… Il se disait que si c'était possible et que si ce dernier l'honorait ne serait-ce que de son estime ou de son affection, il serait comblé. Il ne savait pas ce qui le prenait, il n'avait jamais ressentit cela avant, mais maintenant qu'il le ressentait, il ne pouvait plus ignorer ce sentiment.

Et dans les faits, il écouta sinon avec une respectueuse attention les paroles du médecin qui avoua qu'il y avait bien quelques personnes qui prenaient soin de lui. Était-il jaloux de cela ? Non, ce n'était pas le genre de pensées qu'aurait Oyama, au contraire il semblait content d'entendre que le kuge n'était pas seul, comme s'il avait envie consciemment et inconsciemment que ce dernier soit heureux avant tout…

Et dans les faits, le jeune homme resta toujours silencieux lorsque le médecin continua à parler et nettoya son dos avec une tendresse qui était égalée uniquement par celle de sa voix. Et quand Haruaki eut finit de dire ce qu'il avait à dire, Oyama était déjà en train de rougir comme une pivoine… Mais il tâcha tout de même de répondre avec un sourire à la fois épanoui et intimidé par le fait que tout semblait aller pour le mieux. Comme si c'était trop beau pour être vrai...

« Une relation exclusive ? Je vous avouerai Haruaki-san que je n'y pensai même pas… Et que j'ai le sentiment que ce n'est pas mon droit d'enfermer un tel cygne dans une cage…. Alors que ce serait déjà un si beau cadeau qu'il accepte de consacrer son temps et son attention à un petit moineau... » Sa rougeur de dissipait peu à peu et il changea de position pour s'asseoir, ce avant de regarder avec joie et timidité le bel éphèbe comme s'il contemplait une oeuvre d'art et d'ajouter avec une certaine douceur lui aussi.

« Vous me faîtes là un grand honneur Haruaki-san et je tiens à en être digne et à vous en remercier… Et je suppose que la meilleure façon de le faire, ce sera d'essayer moi aussi à ma manière de vous rendre heureux... » Une manière bien à lui de dire aussi qu'il le remerciait pour cette chance qu'il lui offrait, puis après un léger instant de silence, il conclut avec curiosité et une pointe de désir dans la voix.

« Que désiriez-vous que nous fassions maintenant Haruaki-san ? Je vous avouerai que tout ceci est nouveau pour moi et que j'aurais peut-être besoin que vous me guidiez... » C'était à la fois une question sincère et une manière pour lui d'inviter le médecin à prendre les choses mains… Après tout il supposait que ce dernier devait être plus expérimenté dans ce domaine que lui et puis même si Oyama se sentait un peu plus à l'aise maintenant que les choses étaient clairement dîtes... Une pointe de timidité perdurait. Cela et l'impression d'être comme dans un rêve éveillé...
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Mer 28 Juin - 17:20

Un moineau et un cygne, hein ? Pourquoi pas. Maintenant que tout semblait être au clair pour tout le monde, que les sentiments avaient été mis en mots, il semblait être temps de laisser parler les gestes. La proposition d’Oyama était assez explicite pour Haruaki, et il se faisait une joie d’y répondre. Désormais, toutes les barrières étaient tombées pour lui, ne restait que le jeu qui pouvait enfin commencer. Un jeu tendre et respectueux dans l’intimité de cette demeure. Alors l’empathe essuya ses propres mains et se leva.

"Mais, tout l’honneur est pour moi, Oyama."

Désormais, au vu de ce qu’ils s’apprêtaient à partager, il lui paraissait acceptable d’utiliser le prénom du jeune homme. Disant ses mots, Haruaki récupéra le kimono blanc pour venir le poser délicatement sur les épaules dénudées de son compagnon de ce soir. Il se pencha alors pour venir murmurer à son oreille.

"Voyons si le cygne peut apprendre au moineau à danser, mais doucement, il serait dommage de se froisser une aile."

La voix était rendue légèrement trop grave par l’impatience qu’Haruaki laissa transparaître volontairement. Pourtant il avait été clair « doucement », il signifiait ainsi qu’il ne brusquerait rien. D’ailleurs, tandis qu’il quittait la pièce, il invita Oyama à le suivre d’un regard enfiévré, mais jamais il ne l’y obligea en lui prenant la main par exemple. Le jeune homme avait encore toute latitude pour reculer s’il en ressentait le besoin.

Haruaki guida donc le moineau jusqu’à la partie privée de la maison, ils ne croisèrent personne, Nozomi avait fait place nette. Néanmoins, dans la chambre, un thé fumant les attendait en dégageant ses douces effluves. Une boisson un peu différente de celle de tout à l’heure puisqu’il s’agissait d’un mélange de bergamotes aux extraits… de ginseng ! Du sucre avait été ajouté pour adoucir l’amertume de l’infusion. La pièce en elle-même comportait une table basse et un futon plutôt large, les murs étaient ornés de quelques étagères sur lesquelles reposaient pêle-mêle bibelots, pierres et parchemins. Des peintures traditionnelles et un bonsaï tortueux aux feuilles rouges complétaient l’ensemble. Haruaki saisit les deux tasses de thé déjà prêtes et en tendit une à Oyama.

"Je ne pense pas avoir de sake particulièrement goûteux en réserve, mais je peux toujours chercher si tu veux."

Sur ses mots il laissa à son moineau le temps de découvrir son nouvel environnement et s’assit sur le futon. Sur le côté, jambes sous lui, l’empathe observait sa prise du soir avec une envie non dissimulée. Il invita donc Oyama à le rejoindre, le laissa s’installer, prit quelques gorgées de la boisson odorante encore chaude, mais pas brulante, puis mit doucement en contact leurs doigts. C’était un toucher léger, mais porteur de mille promesses. Haruaki fixa un instant le sol, laissant ainsi le champ libre au regard d’Oyama si celui-ci en ressentait le besoin. L’empathe savait que son moineau était farouche, il devait faire attention à ne pas l’effrayer. Le plus simple dans ces cas-là, étaient encore de passer par le jeu. Haruaki mit quelques instants, avant de sourire, l’air satisfait, il avait trouvé ce dont il avait besoin. Relevant doucement la tête, il accrocha avec une précaution presque timide leurs regards.

"Eh bien, si tu me racontais où les ailes du moineau l’ont porté ?"


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Jeu 29 Juin - 10:40

Oyama ne put s'empêcher d'accentuer légèrement et humblement son sourire à la réponse d'Haruaki-sama. Tout l'honneur était pour lui ? Décidément autant qu'il était séduisant, cet homme était fort charmant. Par contre venait-il d'employer directement le prénom d'Oyama ? Voilà bien une marque de familiarité qui ne laissait aucun doute, même au jeune homme… Pour sa part le marchand maintenant qu'il s'était pleinement confié, se sentait comme libéré d'un poids… Tout serait plus simple sans doute pour lui dorénavant, mais il espérait sincèrement être à la hauteur dans les faits et ne pas décevoir son nouvel « ami ».

Et en vérité, le jeune homme ne manqua pas de frisonner quand après avoir déposé délicatement le kimono blanc qu'avait porté Oyama sur les épaules dénudés de ce dernier, Haruaki lui murmura d'un ton qui ne faisait aucun doutes des paroles au sens évident… Le jeune marchand ne pouvait caché qu'il était à la fois excité et intimidé par cette idée.

Il se contenta donc de répondre à cela d'un léger sourire avant de suivre le médecin doucement, très curieux à sa manière du monde qu'il était en train de découvrir…

Et au final, il était content qu'Haruaki veuille y aller « doucement », certes une partie de lui était impatiente, mais il se disait aussi que rien ne servait de se presser et qu'il aurait sans doute besoin d'être un peu ménagé… Néanmoins, il était heureux au final de voir que le médecin partageait ses sentiments visiblement et se montrait si tendre et doux envers-lui… Le marchand n'aurait sans doute sacrifié cela pour rien au monde.

Ainsi, ils arrivèrent dans une chambre privée où deux bols de thé fumants et aux douces effluves les attendaient. 'Quelle prévenance", ne put-il s'empêcher de penser avec un regard appréciateur pour l'attention, cela le touchait en tout cas. Que ce soit pour le thé qui avait l'air savoureux ou le fait qu'on l'ait emmené dans cette belle pièce. Et c'est donc avec contentement qu'il accepta la tasse que lui tendit Haruaki avec grâce et qu'il répondit à ce dernier avec sincérité.

« Nul besoin d'une telle attention, je me passerai de saké pour ce soir. Je pense que… Ta compagnie me suffira amplement. » Bon, visiblement il y avait encore une certaine hésitation qui perdurait malgré ses confessions, surtout pour employer le tutoiement, mais rien de gênant… Et oui, il préférait garder l'esprit clair si possible ce soir, il sentait après tout que cette rencontre serait véritablement inoubliable pour lui.

Il ne tarda donc guère à rejoindre le médecin après que celui-ci se soit assit et sourit avec timidité à ce dernier qui ne manquait pas de le contempler. Il avait l'impression d'être comme un trésor et cela lui faisait du bien… Cela, ainsi que le contact de sa main avec les doigts d'Haruaki le fit à nouveau frisonner… Oyama sensible à ceci, baissa donc un court instant la tête pour cacher le fait qu'il rougissait un peu, puis ne manqua pas de contempler ensuite et ce pendants quelques instants le corps d'éphèbe de son vis à vis. Comme si les kamis avaient eux-mêmes sculptés cet homme dans le plus noble marbre… Puis il stoppa sa contemplation lorsque le regard d'Haruaki accrocha le sien et sourit aux paroles de ce dernier. Ah il voulait en savoir plus sur lui ? Il apprécia l'attention et répondit un peu songeur après avoir bu une gorgée de thé.

« Le moineau est petit, mais ses ailes l'ont déjà portées loin je dirais. Que ce soit dans les terres ardentes de Setsu, celles orageuses de Kenshu, celles magnifiques et brumeuses d'Okaruto, ainsi que son Eiichiro natale. Des terres des clans, seules celles glaciales de Fukyuu n'ont pas encore connu le battement de ses ailes, mais cette possibilité est très envisagée pour l'avenir. » Il retira légèrement la main qu'Haruaki avait touché et décida d'imiter ce dernier. En mettant doucement ses doigts au contact de ceux du bel éphèbe, certes avec une légère timidité, mais qui témoignait qu'il jouait le jeu. Comme les paroles qui suivirent le démontrèrent d'ailleurs. Paroles qu'il énonça avec un léger amusement.

« Le moineau se demande d'ailleurs une chose, si le cygne a honoré les autres terres de sa présence, mais surtout ce que ce dernier pense de la contrée natale du moineau. Lui enfant d'Okaruto, terre bénit par Kasugami, mère des songes. Serais-je d'ailleurs dans un songe ? Tout ici en la beauté à sa manière. » Dit-il donc avec un brin de poésie et un peu d'humour taquin qui témoignait qu'il était très épanoui en cet instant malgré sa non expérience. Et surtout qu'il laissait volontiers Haruaki-kun mener le jeu.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Jeu 29 Juin - 23:08

Le tutoiement s’installait progressivement entre eux, de même que l’intimité, Haruaki en fut ravi. Ils étaient peu à peu en train de construire leur échange qui serait, il en était certain, magnifique. Il le voulait, il voulait donner et recevoir, comme rarement il en avait ressenti le besoin.

"Si c’est un rêve, faites que jamais je ne me réveille." Souffla Haruaki en posant sa tasse de thé pour s’approcher de son moineau, prenant appui sur une main.

"Le cygne a beaucoup voyagé, notamment avec son maître pour apprendre son métier et devenir celui qu’il est aujourd’hui."

Doucement, Haruaki glissa sa main libre sous le tissu détendu du kimono d’Oyama pour venir effleurer sa peau d’albâtre, d’une manière infiniment douce et légère, telle une plume délicate. Du bout des doigts, presque timidement, il dessina les courbes de l’épaule. Son regard était concentré sur ce monde qu’il découvrait, comme il avait découvert les terres autres fois. Sa main s’égara sur le torse, puis s’immobilisa sur le flanc, poids imperceptible sur la peau. Il accompagna un moment les mouvements de la respiration d’Oyama, fermant les yeux.

"Eichiro, terre du vent, le cygne se souvient de ses plaines s’entendant à perte de vue, de cette liberté ressentie alors qu’il déployait ses ailes pour la première fois."

Les doigts suivirent délicatement les lignes des muscles, comme si Haruaki revivait ces souvenirs de ce voyage commençant par ce toucher. Puis l’empathe rouvrit les yeux, accrochant le regard d’Oyama.

"C’est aussi le territoire des dresseurs de chevaux, le cygne admire ces animaux nobles et sauvages."

Haruaki eut un sourire heureux et joueur, puis ses yeux retombèrent sur le corps qu’il couvrait de caresses aériennes. La main, cette fois, atteignait le bas ventre.

"Les terres de Setsu, dominées par la chaleur ardente des flammes." Commenta simplement l’empathe.

Puis, ses caresses remontèrent, les doigts trouvèrent le cou et la paume s’y posa en douceur, cherchant les pulsations de la carotide.

"Kenshu, soumis aux colères de Gekigami, là où l’orage semble faire écho aux battements de cœur de ton un clan."

La paume s’envola ensuite pour venir épouser la forme de la mâchoire, tandis que leurs yeux se rencontraient à nouveau. Leurs iris partagèrent en cet instant leurs désirs se faisant échos dans les nuances de bleus qu’elles avaient en commun.

"Le cygne connait bien Fukyuu, un lieu qu’il apprécie, car les températures glaciales n’ont d’égale que la chaleur de l’accueil de ses habitants. Peut-être le cygne pourrait-il y emmener le moineau un jour ?"

Alors Haruki se pencha un peu plus, leurs visages bientôt si proches que leurs souffles se mêlaient.

"Ne reste que Okaruto, terre de plaisirs et de fantasmes, car la brume qui hante ces contrées semble savoir garder ses secrets, entre rêve et réalité"

Il ne manquait qu’un pas pour entrer en ce royaume de promesses, que Haruaki ne franchit pas. C’était comme une demande muette, la dernière chance de recul pour le moineau. Sceller leurs lèvres maintenant serait comme sceller leurs destins, ou moins pour ce soir. Pousser les portes de ce monde de brume, au sens figuré comme au sens propre, car l'empathe préparait déjà son pouvoir. Entamer cette danse, ce voyage, sans plus d’espoir de retour. Haruaki laissait donc à Oyama le soin, et le choix, de faire ce premier pas.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Ven 30 Juin - 11:44

Oyama ne sut pas vraiment ce qui se passa tout à coup, mais il ressentit une étrange chaleur se répandre dans tous son corps quand le magnifique cygne s'approcha de lui en lui soufflant que si c'était un rêve, il espérait ne jamais se réveiller…

Et dans les faits, cela le marqua tant qu'il ne répondit rien et fut comme hypnotisé par les paroles de son sublime vis à vis. Ainsi que par son regard envoûtant… Ainsi, Haruaki lui aussi avait beaucoup voyagé et… Les pensées du marchand furent interrompus quand le médecin glissa tout à coup sa main libre sous le kimono d'Oyama pour effleurer la peau de ce dernier, ce qui ne manqua point de le faire frisonner...

Il ressentait parfaitement le contact de la main du kuge et le désir qu'il ressentait depuis tout à l'heure gagnait en intensité lorsqu'il se dit qu'en effet, si cela était un rêve, c'était bien le genre de rêve dont on ne voulait jamais sortir. Au final d'ailleurs, ce ne fut peut-être pas tant le proximité de ce contact qui faisait de l'effet à Oyama, même si cela jouait quand même que la tendresse et la douceur de celui-ci. Raison pour laquelle il se laissa parfaitement faire malgré le fait que ses joues s'empourprèrent une nouvelle fois…

Et ce regard qui vint saisir le sien, voilà bien un regard dans lequel Oyama pensa qu'il aurait pu se noyer sans le moindre regret. Comme s'il contemplait un kami et que c'était un tel être qui au final l'honorait de sa présence, en cet instant il avait presque l'impression que rien d'autre n'importait et surtout qu'il n'y avait qu'eux deux au monde…

Et dans les faits, l'enfant d'Eiichiro ne sut pas pourquoi, mais ces caresses légères lui donnèrent envie d'avoir plus, mais aussi d'offrir plus. Il regrettait déjà son inexpérience dans ce domaine, mais aimerait tant pouvoir offrir à Haruaki ce que ce dernier était en train de lui faire découvrir en cet instant.

D'ailleurs, lui-même sentait que les choses sérieuses allaient bientôt commencer. Et surtout que l'instant clé arrivait, ce alors que la main du splendide cygne remontait de son bas ventre au fur et à mesure qu'Haruaki parlait de sa douce voix. Elle remontait pour épouser la forme de la mâchoire du moineau, ce alors que leur regard remplis de désirs et de tendresses se liaient…

« Si tel est le cas, le moineau s'envolerait avec joie en compagnie du cygne jusqu'aux terres enneigés de Fukyuu... » Répondit-il tout de même quand Haruaki lui proposa de découvrir un jour Fukyuu, d'une voix qui exprimait à la fois le désir et surtout la joie à sa manière, mais une voix bien faible.

Et sa voix se tut pour de bon, surtout quand le cygne s'approcha à nouveau et qu'ils furent si proche l'un de l'autre. Et son seigneur parla enfin de sa terre natale, celle d'Okaruto, terre des brumes et des songes. Terres des secrets et des rêves aux goûts si doux…

Maintenant plus rien ne les séparait en dehors de la courte distance entre leurs lèvres, mais le médecin ne franchit pas cette frontière. Était-ce à Oyama de le faire ? Ce dernier ne sut pas, il en avait envie, mais il était aussi intimidé par cela. Par toutes les possibilités que ça offrirait, par ce dans quoi il s'engagerait en le faisant… Mais au final le désir fut plus fort que la timidité qui essayait d'assiéger ses pensées. Ainsi, au bout d'un long instant qui parut durer un siècle pour lui, le moineau s'abandonna au cygne…

Ainsi leurs lèvres s'unirent alors que le moineau entoura le cou du cygne de ses bras, avec timidité, mais aussi résolution. Il sautait dans un océan de possibilités, dans un nouveau monde où le cygne était son guide, un cygne auquel il s'était offert corps et âmes sans regret. Le moineau prenait son envol et ainsi une étreinte se forma. L'union de la liberté et des rêves mêlés, tout cela rêvé par le jeune oiseau qui même s'il était inexpérimenté et innocent, était doté de la fougue du jeune étalon galopant dans les plaines d'Eiichiro où le vent et la liberté régnaient en maître…

Et sans même vraiment y réfléchir, mû par ce désir de donner autant que de recevoir. Le bras droit du moineau cessa d'enlacer le cou du cygne et sa main droite se baissa ainsi au niveau du dos de ce dernier qu'il commença à caresser doucement avec un mélange de timidité, d'inexpérience, mais aussi de désir, autant de bien faire que de s'offrir au cygne. Témoignant  par là-même qu'il désirait donner autant qu'il recevait.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Ven 30 Juin - 18:48

Les sens empathiques d’Haruaki lui permirent de suivre patiemment le résonnement entre timidité et désir de son compagnon. Et finalement, le moineau sauta, s’abandonna corps et âme dans l’océan de brume qui le réceptionna. À l’instant où la porte du royaume de toutes les promesses fut poussée, leur pas de deux commença. Leurs lèvres ainsi scellées déclenchèrent l’activation de Présence Hypnotique, qui entoura de sa brume imperceptible les deux amants. Le désir, le plaisir, l’impatience, la joie épurée, autant de sentiments qui parvinrent en un instant par vagues successives à Oyama. Puis tout se calma, Haruaki musela à nouveau son pouvoir, qui restait pourtant en attente, tapie juste sous sa peau.

Quand l’empathe avait découvert cette facette de sa capacité, il en avait été profondément ému. Son pouvoir permettait, durant quelques instants, une fusion parfaite de corps et d’esprit. S’il percevait les sentiments de ses partenaires, Présence Hypnotique lui donnait ainsi la chance inouïe de pouvoir partager les siens. Avec le temps, Haruaki avait appris à réguler le phénomène, sous peine de finir perclus de douleurs quelques heures plus tard. Mais il n’avait jamais pu se résoudre à s’en passer totalement.

Leur baiser fut doux, tendre, le désir naissant jugulé par la timidité d’Oyama et l’expérience de Haruaki qui tenait à ce que cet échange reste le plus agréable possible. Il sentit les bras du jeune homme se refermer sur son cou, et ce fut comme être happé dans un cocon confortable de bonheur à l’état pur. Tandis qu’ils se goûtaient, qu’ils se découvraient, la caresse du moineau dans son dos était porteuse d’un millier de promesses toutes plus agréables à envisager les unes que les autres.

Alors, Haruaki se laissa tomber en arrière, entrainant Oyama dans sa lancée, qui le surplombait désormais. Leurs lèvres se séparèrent dans le mouvement et le jeune homme put détailler le sourire absolument heureux du cygne qui s’offrait à lui en cet instant. Dans cette danse, le kimono de Haruaki commençait à s’entrouvrir, dévoilant sa peau d’albâtre, quand à celui de son moineau, il avait déjà largement glissé sur ses épaules. Ainsi, leurs épidermes échauffés entrèrent partiellement en contact et l'empathe soupira de contentement. Une autre vague de Présence Hypnotique partagea ces sensations entre les deux amants.

Finalement, les mains curieuses d’Haruaki reprirent leur ballet délicat sur la peau d’Oyama. L’empathe avait déjà eu quelques expériences, il savait où se situaient les zones sensibles susceptibles de le faire frissonner. Mais quelles étaient celles du moineau ? Pour Haruaki, rien de bien exotique, le bas du ventre et du dos, le torse et les flancs, le pli du coude ou le creux du poignet. Et pour Oyama ? Ses doigts partirent à la recherche de ces zones où la magie opérait, mimant d’abord ses propres ressentis, avant de tenter d’autres lieux. Puis les lèvres entrèrent en scène tandis qu’Haruaki se redressait pour atteindre le cou de son amant, dardant sa langue pour goûter à la peau tant désirée. Alors, plutôt la base du cou, ou bien derrière l’oreille peut-être ?


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Sam 1 Juil - 10:12

Oyama ne sut pas vraiment ce qu'il se passa lorsqu'il joignit ses lèvres à celle d'Haruaki-kun. Était-ce normal qu'il ait ressente tout à coup un mélange de désir, de plaisir, d'impatience et de joie épurée encore bien plus fort que ce qu'il ressentait auparavant ? Qu'il ressente tout cela, puis que ça s'apaise un peu tout à coup ? Il ne sut pas, mais même lorsque cela s'apaisa en partie, il restait que le moment était unique et exaltant et surtout qu'il avait l'impression d'être emporté par une tornade de découverte, mais aussi par un torrent d'émotion. Un torrent dans lequel il commença à se noyer avec joie…

Était-il vraiment en train de faire ce qu'il faisait d’ailleurs ? Ne rêvait-il pas tout simplement ? Il ne savait pas, mais les sensations qu'il ressentait témoignaient que cela devait être bien réel… Oui c'était réel, tout en paraissant presque d'un autre monde. Il en conclut d'ailleurs qu'en cet instant il n'y avait plus vraiment d'hésitation ou de questionnement qui comptait de toute manière, il y avait seulement le moment présent et le torrent dans lequel le moineau s'était jeté à corps perdu. Un torrent qui l'emportait il ne savait où, mais au final il s'en fichait bien… Car il avait l'impression qu'en compagnie du médecin, ce ne pouvait être qu'une sublime destination.

Et dans les faits, si Oyama était inexpérimenté, il savait qu'il allait apprendre en compagnie d'Haruaki, qu'il allait apprendre et surtout qu'il comptait faire de son mieux. Pouvait-il après tout décemment recevoir sans donner ? Non, c'était un grand honneur que lui faisait son cygne après tout, un cygne qui devait avoir certaines attentes à son égard pour l'avoir ainsi accepter. Un cygne qu'il ne voulait décevoir pour rien au monde…

Et Haruaki était si… Lorsque leurs lèvres se séparèrent Oyama put voir plus avant ce qui se cachait sous le kimono du kuge, il était clair que les kamis avaient été généreux avec celui-ci. Mais ce qui était magnifique aussi c'était le sourire heureux de son ami, un sourire qui ravit le jeune homme intérieurement et lui donna un grand sentiment de plénitude. Sentiment auquel s'ajouta celui agréable de sentir leurs corps entrer partiellement en contact l'un de l'autre. Ainsi qu'une nouvelle vague d'émotion qui sembla surprendre un peu Oyama, mais que celui-ci ne questionna point, l'acceptant comme si c'était certes étrange, mais agréable. Il n'était plus temps de poser des questions après tout et il n'aurait pas voulu gâcher un tel moment à cause de cela…

Et dans les faits, il se surprit d'ailleurs à ronronner lorsque les mains de son amant commencèrent un ballet délicat et sublime sur sa peau. Surtout quand ces dîtes mains s'intéressèrent à ses flancs, le bas de son dos, les côtés de son thorax et le creux du poignet, mais aussi quand la langue d'Haruaki s'approcha de son cou. Oyama ne manqua pas d'ailleurs d'être un peu pris au dépourvu en sentant cette dernière, puis il sourit de façon amusée et décida d'entamer un mouvement invitant son ami à être au dessus et lui en dessous… Ceci fait, il entreprit d'imiter son amant et commença lui aussi à promener ses mains sur le corps du cygne. Cherchant timidement les zones sensibles et caressant celui-ci, que ce soit avec les doigts ou doucement avec les ongles… Il ne savait pas pourquoi après tout, mais il avait l'impression que s'il y allait doucement avec ces derniers, cela pouvait être très agréable pour son amant… Comme cela pouvait l'être pour un chat que l'on caressait ainsi... Il ne manqua pas d'ailleurs alors qu'il faisait cela d'écarter davantage le kimono de son ami pour dévoiler davantage le corps magnifiquement sculptée de ce dernier, mais aussi pour inviter celui-ci à faire de même avec Oyama s'il le désirait. Son regard d'ailleurs entre-temps cherchait à accrocher celui d'Haruaki, comme pour demander silencieusement à celui-ci s'il se débrouillait bien pour le moment et s'il était sur la bonne voie.
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Sam 1 Juil - 12:21

La surprise passée, l’empathe sentait son compagnon s’abandonner peu à peu à l’instant, c’était une bonne chose. Puis Haruaki eut un sourire amusé en entendant son moineau se transformer en chaton sous ses caresses. Cartographiant le corps de son amant, l’empathe nota mentalement les zones les plus sensibles. Puis, Oyama lui fit comprendre qu’il désirait inverser les rôles, si le cygne en fut déçu, il ne le montra pas accompagnant simplement le mouvement. Après tout, cela lui faciliterait la tâche pour la suite, et puis ce n’était pas comme si il allait y avoir le moindre rapport de force dans leur échange. Si le moineau se sentait plus rassuré ainsi, alors c’était bien comme ça. Dans le mouvement, son chignon déjà malmené tomba pour de bon, le pic atterrit au sol avec un cliquetis métallique et ses interminables cheveux s’éparpillèrent autour d’eux.

Si l’un ronronnait, l’autre émettait plutôt des sifflements gémissants. L’empathe se laissa un peu martyriser par le son amant, laissant le champ libre à ce dernier pour découvrir son corps à son tour. Présence Hypnotique réagissait quelques secondes quand le moineau survolait des zones particulièrement sensibles. Et par les Kamis, les sensations procurées par ses ongles voyageurs étaient tout simplement divines. Leurs regards se croisèrent à nouveau et, à la demande muette d’Oyama, Haruaki répondit par un autre baiser, un peu plus appuyé que le premier.

Pendant ce temps, les kimonos tombèrent et le cygne se redressa alors, ses cheveux encadrant son visage et ses épaules, il surplombait ainsi de toute sa hauteur son moineau, l’admirant avec envie. L’empathe détailla ce visage doux où brillaient ces yeux bleus envahis de désir. Il eut une irrésistible envie de plonger ses mains dans cette chevelure noire et épaisse. Se faisant, leurs corps entiers entèrent en contact, électrisant leurs sens. Ses doigts jouèrent dans les cheveux, avant de venir flatter la nuque. Son souffle, quant à lui, se concentrait sur le cou.

Puis, Haruaki partit à l’assaut de ce corps délicatement sculpté, du torse, des flancs, ou des bras. Les caresses, plus entreprenantes qu’aux parts avant, couvrirent le corps d’Oyama sans autre logique apparente que celle de le faire perdre pied dans ses sensations, tant dis que l’empathe insistait volontairement sur les zones qu’il avait repérées plus tôt. Pourtant ses gestes descendirent peu à peu, et tandis que son souffle se calait à nouveau contre le cou de son moineau, l’une de ses mains s’aventurait maintenant sur la barrière de tissu qui la séparait encore odieusement de ce qu’elle cherchait.


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Sam 1 Juil - 15:11

C'est avec un certain ravissement qu'Oyama vit les cheveux d'Haruaki être libérés du chignon qui les retenaient auparavant, ajoutant d'une certaine manière une beauté sauvage au magnifique éphèbe qui se tenait maintenant au dessus de lui. Comme si ce dernier en cet instant était l'incarnation même de la beauté pour le jeune homme qui s'abandonnait tout entier à l'étreinte qu'ils avaient débutés. Maintenant il était bien trop tard pour reculer après tout, il fallait donc y aller sans regret et c'est donc plus assuré que se faisait progressivement le moineau alors qu'il en apprenait de plus en plus entre les mains expertes du cygne.

Et d'une certaine manière, il ne put cacher une pointe d'amusement dans son sourire quand il perçut les sifflements gémissants de son amant. Témoignant qu'il avait trouvé les zones sensibles, tout aussi bien que les émotions décuplées qui semblaient traverser son esprit par moment, comme si le bien être de l'un était celui de l'autre. Comme si leurs âmes par delà leurs mains et surtout par delà le nouveau baiser qu'ils échangèrent ne faisaient quelques instants plus qu'une. Il aurait sans doute donner cher pour que cela ne s'arrête jamais.

Et quand les kiminos tombèrent, c'est contemplateur que se fit ensuite le moineau lorsque le cygne le surplombant prit le temps de l'admirer avec une envie partagée. Il se laissa d'ailleurs pleinement faire lorsque son amant décida de plonger ses mains dans sa chevelure et ne manqua pas de frisonner lorsque leurs corps entier entrèrent en contact. Pour sa part Oyama alors qu'il profitait de cette sensation ne manqua pas de la main gauche de continuer à caresser doucement de ses ongles le bas du dos de Haruaki tout en posant sa main droite sur le bassin de ce dernier par réflexe…

Et dans les faits, il eut du mal à se concentrer pour faire quoi que ce soit quand ensuite l'enfant de la brume partit à l'assaut de son corps d'une manière bien plus entreprenante. Si Haruaki avait voulu faire perdre pieds au jeune homme qui gémissait de plaisir pour le coup, il y était parfaitement arrivé et cela ne fit que s'accentuer quand Oyama sentit tout à coup l'une des mains de son cher cygne s'aventurer en un certain endroit. Le moineau se munit néanmoins de toute sa volonté de manière à décoller sa main droite du bassin de son amant pour placer celle-ci derrière la nuque de celui-ci alors qu'il offrit à nouveau un baiser, mais cette fois-ci plus langoureux. Tandis son autre main pour sa part décidait de partir explorer l'épaisse chevelure d'Haruaki, après tout pourquoi ne se donnerait-il pas ce droit lui aussi ? Ce alors que son cygne visiblement avait une idée derrière la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Haruaki

avatar

Kuge

Messages : 75
Date d'inscription : 02/11/2016

Feuille personnage
Age: 35 ans
Titre: Médecin du corps et de l'esprit
Liens:

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Sam 1 Juil - 16:09

Pas de recul de la part d’Oyama, c’était une bonne chose. Néanmoins, Haruaki s’accorda quelques instants pour réfléchir à la manière d’enchainer leurs prochains pas de danse. Il ne voulait surtout pas effrayer son moineau. Aussi il profita de ses caresses et son baiser, laissant une nouvelle fois Présence Hypnotique faire son œuvre quelques secondes. Puis Haruaki se redressa, il offrit un regard profondément doux à Oyama et entreprit de retirer les derniers pans de tissus parant sa peau.  Ceci fait, il s’offrit au regard et aux caresses du jeune homme, s’allongeant simplement contre lui, ses propres doigts reprenant une danse gracile et bien plus sage sur la peau de son amant.

Il y eut ainsi un moment de tendresse extrême, tandis que Haruaki laissait son moineau l’explorer à sa guise, se familiariser avec son corps. Puis, quand l’empathe le sentit prêt, il se redressa, surplombant à nouveau Oyama. Ses mains et ses lèvres s’allièrent de concert pour couvrir à nouveau le jeune homme d’attention, se faisant, Haruaki se fraya un chemin jusqu’à l’objet de ses convoitises. Il resta un moment au niveau du bas ventre, faisant frémir son amant. Finalement, il écarta doucement le tissu par de tendres caresses. Un simple souffle pour le moment, et il encouragea Oyama à le rejoindre au royaume d’Adam.

Une fois son dessin accompli, le cygne couva le corps de son amant du sien, venant chercher un baiser de telle manière qu’il paraissait presque vital en cet instant. Leur échange fut étrangement doux, alors que leurs désirs se frôlant faisaient danser des étoiles de plaisir derrière leurs paupières. Haruaki musela son impatience, et partit de nouveau explorer ces terres à présent révélées. Quelques caresses, quelques baisers, l’empathe accorda aux jambes le même traitement qu’au reste du corps. Est-ce que le pli du genou était sensible, ou bien était-ce la jointure des cuisses ? En cet instant, Haruaki savoura l’effet qu’il pouvait faire à son jeune amant.

Enfin, après quelques minutes qui lui parurent une longue éternité, il s’autorisa à approcher du trésor. Son sourire à ce moment se fit affamer, il anticipait déjà tout ce qu’il allait offrir à Oyama. Et se savoir le premier, à en juger par la timidité inexpérimentée du jeune homme, rendait la chose plus belle encore. Il huma son parfum, effleura de ses mains et de ses lèvres, il prit le temps de découvrir, tout comme il laissa le temps à Oyama de s’habituer à ces sensations nouvelles. Peu à peu, ses caresses s’intensifièrent, se baisant sur les réactions de son amant pour trouver l’art et la manière de lui faire perdre la tête. Quels pas de danse, quels rythmes de musique, fallait-il faire quelques enchainements ?


L M M J V S D
Délais de réponse : de 1 à 2 semaines

Jusqu'au bout des mondes

Autumn Tree
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé] Dim 2 Juil - 14:49

Oyama profita des quelques instants de répit qui lui étaient offerts de temps en temps pour souffler un peu quand il le pouvait. La danse était très agréable après tout, mais comme Haruaki l'avait si bien dit, il valait mieux éviter que le moineau se froisse les ailes… Il se promettait d'ailleurs de demander plus tard à son cher ami si les émotions étrangement intenses qu'ils ressentait de temps en temps étaient normales, mais autant laisser de telles réflexions à un autre moment. Il n'avait sur l'instant ni l'envie, ni les moyens de trop s'égarer là-dedans après tout. Surtout que son amant retirait enfin les derniers pans de tissu recouvrant son corps avant ensuite de s'allonger contre Oyama.

Et dans les faits, il appréciait énormément cette proximité et le petit moment de calme et la tendresse qu'elle impliquait. C'était comme une petite pause entre deux numéro de danse qui permettrait à l'artiste de pouvoir de donner le meilleur de lui-même à chaque fois. Une petite pause qui prit assez vite fin quand Haruaki se redressa ensuite et entreprit d'offrir une nouvelle leçon au moineau. Un moineau qui se faisait attentif et enthousiaste, mais qui découvrait aussi des sensations inédites qui l'étonnaient par leur intensité… Peut-être était-ce parce qu'il n'était pas familier avec cela, mais en effet la douceur de ces sensations monopolisait presque totalement ses pensées.

Et lorsque cela s'apaisa un peu, c'est avec joie qu'Oyama offrit à nouveau un baiser au cygne tout en se permettant lui aussi de retirer doucement même si sans impudence et timidement les derniers pans de tissu qui recouvraient Haruaki. Il n'y avait aucune raison après tout qu'ils ne dévoilent pas tout les deux davantage leurs personnes, comme deux âmes sœurs qui dévoileraient chacune leurs secrets à leur manière. Et d'ailleurs, le moineau sembla assez sensibles aux caresses du cygne lorsque celles-ci frôlèrent le pli du genoux. Le jeune homme quant à lui hésita un peu, puis décida de faire jouer de ses ongles le long de la jambe de son amant. Il ne s'y connaissait pas trop en point sensible après tout, donc son exploration devait être plus large, mais qui sait ? Peut-être trouverait-il quelque chose d'intéressant ?

Quoique ce qui fut intéressant en vérité, c'est ce qui suivit juste après. Et quand Oyama devina ce qu'était en train de faire son amant il ne manqua pas de rougir tout à coup… Pendant un instant pour tout avouer il hésita même, mais la confiance qu'il ressentait à l'égard d'Haruaki était plus forte et il se détendit… Et décida de s'abandonner aux nouvelles caresses comme un lapin qui s'abandonnerait aux serres d'un rapace. Et c'était… Il y avait difficilement des mots pour décrire cela… Les muscles d'Oyama se crispèrent sous les sensations et il ne sut pas combien de temps se passa, mais quand cela s'arrête il eut presque l'impression d'avoir été plié en deux par ceci… Ses muscles se relâchèrent et il se redressa un peu alors qu'il se remettait de ses émotions… Il parut pensif tout d'abord, puis finalement il sut quoi faire. Il donna l'impression de s'apprêter à imiter son amant, mais sembla hésiter sur la manière de procéder, comme s'il avait besoin qu'on le guide un peu ou légèrement peur de mal le faire…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

Le cygne et le moineau (Pv Haruaki) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Le Bateau Cygne


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..