AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mar 6 Juin - 20:30

*clic*

Loin était le temps où l'innocence flottait dans l'air de la petite ferme de la campagne de Boya.
Loin était ce temps où l'anarchie n'était que le mot d'ordre du jeune Ishizuka.

Non, ce jour était particulier, un retour aux sources, la première depuis déjà presque cinq annnées, si ce n'est plus. A quelques centaines de mètres de la bâtisse qui ne payait pas de mine, le samouraï avançait, son daisho fièrement attaché à sa ceinture tandis qu'il était lui même vêtu de la tenue traditionnelle des guerriers Setsu. Il avait longuement hésité à venir, pour quoi faire de toute façon ? Ses parents ne l'avaient jamais véritablement compris, il s'en était allé de lui même car il avait tout bonnement refusé de suivre leur exemple, même s'il ne dénigrait en rien ce qu'ils étaient.

Journée ensoleillée, seuls quelques stratus venaient parfois déchirer la couleur azure du ciel. Les rayons de l'astre solaire lui offrait une ombre des plus majestueuses, une ombre qui le devançait sur le chemin de terre. Des deux côtés, quelques rizières, des champs, et quelques paysans qui œuvraient dans leur terrain avec toute la dureté de leur travail. Comment ne pas respecter ces gens ? Il était l'un des leurs, peut être pas dans l'âme, mais de sang quoi qu'on puisse en dire.

Aujourd'hui, il faisait parti d'une toute autre caste, d'un autre groupe de personnes, anobli depuis quelques temps maintenant. Ses pas le guidèrent lentement mais sûrement vers son enfance, le visage impassible, les poings serrés comme si le stress pouvait l'envahir. A quelques mètres seulement de la bâtisse, il s'arrêta et huma un instant l'air ambiant, cherchant dans les alentours son père ou sa mère, peut être un de ses frères et soeurs... Son aîné avait probablement quitté la maison pour se forger son propre foyer, sa propre ferme, sa petite vie tranquille en quelque sorte.


- "Otoosan ? Okaasan ?"

Sa voix devait normalement porter suffisamment pour qu'on puisse l'entendre de l'intérieur de la maison. Seule interrogation, étaient-ils là ? Ils avaient peut être dû partir faire des achats de semences sur le marché de la ville peut être. Et puis, qui sortira d'ici, sa petite soeur aussi collante qu'un pot de glu ? Avait-elle trouvé sa voie elle aussi ?

Sa posture était droite, fière, la main posée sur son arme, sans qu'il soit toutefois prêt à s'en servir, une simple habitude qu'il avait prise depuis son entrée dans les forces officielles de Setsu. Il faisait son chemin rapidement, il se faisait remarquer et il ne manquera pas de montrer à sa famille combien ils pouvaient être fiers de lui et de sa réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Sam 10 Juin - 15:31

    L'image noire prenait forme, sur le corps masculin et ses yeux dans l'ombre observaient l'animal comme se mouvant sous la main maîtresse du Horishi. Le tatoueur lui tournait le dos et se penchait sur l'homme allongé sur le ventre afin que sur la chair, l'artiste puisse exprimer son talent. L'on pouvait déjà admirer le regard bestiale ainsi que les crocs d'un tigre beuglant. Là dans l'ombre d'une pièce chaude, en fond se faisait entendre le son bruyants d'êtres qui partageaient le saké. La vieille cabane servant de taverne aux marins sentait le poissons et le mâle. Pourtant Chō ne semblait pas être mal à l'aise, là tapit dans un coin obscure qui écartait discrètement un rideau ombre, son regard brillait de curiosité jusqu'à ce qu'une main lui empoigne l'épaule lourdement. La gamine sursauta en relevant la tête. Le marin baissait un regard menaçant sur elle mais il n'avait pas l'air de vouloir lui faire du mal. Aussi, Chō sourit en le reconnaissant.

      - Tu ne devrais pas traîner ici, rentre chez toi !


    La petite brune ne se le fit pas dire deux fois et s'échappa rapidement pour sortir de la bâtisse. Elle se mit à courir en sautillant presque, le sourire aux lèvres, la chevelure frappée par la brise et les bras ballants. Du haut de ses treize ans, Chō se trouvait dans une période de errance. Le frère duquel elle se trouvait le plus proche étant parti depuis quelque temps déjà, elle trouvait distractions dans la compagnie de gens parfois peu fréquentable du moins vis à vis de son âge. Au village côtié, a plus d'une heure de marche de chez elle, Chō avait découvert la communauté des marins pêcheurs. Ils avaient entre autre, la tradition de se tatouer. Il paraissait que des corporations s'identifiaient par se moyen et à la taverne un Horishi faisait office dans l'arrière boutique. Il était le seul à des kilomètres, des prostituées venaient de même se quérir de ses talents.

    Reprenant un pas plus tranquille, Chō retrouva l'intérieur des terres et dévala les plaines d'herbes folles. Entre temps, elle avait prit un long bâton avec lequel elle s'amusait à battre l'air. Ses mains se trouvaient noircies de vulgaires symboles qu'elle avait dessiné elle même avec on ne savait quoi pour simuler un tatouage. La maison ne tarda plus à apparaitre et Chō accéléra le pas car elle savait que ses parents ne tarderaient pas à revenir des champs. Lorsqu'elle pénétra enfin dans la maison c'est pour y apercevoir une silhouette étrangère. Mais pas si étrangère car lorsque l'homme éleva la voix, elle reconnu celle de son frère ainé.

      - Oni-san ! S'écria-t-elle



    Sans attendre de réponse elle lui sauta dessus en poussant des cris de joie. Elle lui tapa même la poitrine armurée toute dans sa joie de le revoir.

      - Tu en as mis du temps pour revenir... Tu m'as laissé tombé !


    Elle le noya de récriminations taquines tout en le serrant dans ses petites bras ou le tapant pour le punir de son absence. Elle leva ses yeux vers son visage et le trouva beau, pleine de prestance, noble... Ce qui ne l'intimida point. Au contraire, elle le défia du regard attendant des réponses.


Dernière édition par Seiryuu Chō le Mer 1 Nov - 16:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mar 13 Juin - 9:59

Il avait bien changé le bougre... depuis son départ de la maison que l'on aurait pu qualifier de précipité, Ishizuka avait pris en carrure, son visage s'était un peu plus chargé de maturité et deux fines moustaches commençaient à poindre ainsi qu'un petit bouc bien taillé. Non ce n'était clairement plus le jeune imberbe et sec qu'il incarnait dans sa jeunesse.

Alors qu'il s'attendait à entendre du bruit provenant de la ferme, ce fut la voix d'une jeune femme qui jaillit de derrière lui. A peine le temps de se retourner pour voir une sauterelle venir se ruer sur lui. En temps normal il l'aurait repoussée, n'aimant clairement pas les relans d'affection de personne qu'il ne connaissait pas. Mais là c'était différent puisqu'il avait reconnu sa petite soeur. Elle avait bien changé elle aussi, comme quoi la roue du temps n'avait pas tourné que pour lui. Elle devenait une femme et ce détail le faisait sourire alors qu'elle s'évertuait à frapper son armure, si tant est qu'on pouvait appeler ça comme ça. Il attendit simplement qu'elle en ait terminé pour poser sa main dans sa chevelure puis la glisser derrière sa nuque pour poser son front contre le sien quelques secondes puis la relâcher en souriant.


- "Cela faisait longtemps ! Et t'es toujours aussi chouineuse Chõ-kun !"

Il afficha un sourire amusé puis tourna d'un quart pour lui montrer ses armes de samouraï. Si jeune soit elle, elle ne pouvait que reconnaître les armes que seuls les samouraïs pouvaient porter, au risque pour les autres d'être condamnés à mort. Et à connaître Ishizuka il n'était clairement pas suicidaire. Attendant qu'elle réagisse, il finit tout de même par reprendre la parole.

- "Quand je suis parti de la maison... je me suis engagé dans les forces armées... et ce n'était pas bien difficile de se démarquer de tous ces froussards quand il y avait un peu d'action ! Comme tu peux le constater, je suis samouraï maintenant."

Tout ce que ça impliquait était aussi vrai. Il possédait une petite terre, une maison à lui et même quelques personnes qui le servaient dans les tâches quotidiennes qu'il ne pouvait pas gérer seul. Point de femme, point d'épouse, son côté rentre dedans pouvait faire peur parfois, et puis chez les nobles ça ne passait pas car il n'était pas né noble. Bref rien de bien grave dans ce domaine. Regardant de plus près sa petite soeur il fut surpris de voir quelques tâches noires sur ses mains.

- "Mais qu'est ce que c'est que ça... ? Tes mains !?"

Les lui prenant sans attendre sa réponse, il se mit à inspecter ce qui y était dessiné avec attention. Ça ne le choquait pas, sa soeur avait toujours eu un petit côté rebelle donc la voir avec ce genre de chose ne l'étonnait pas. Mais il était curieux de voir ses explications en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Ven 16 Juin - 17:57

    « Chouineuse toi-même ! Répliqua Chô en lui donnant un dernier coup de poing dans l’épaule. Chouineuse, chouineuse ! Tu n’es qu’une sale chouineuse Ishizuka ! Répéta-t-elle afin de l’étourdir. »


La prenait-il pour un garçon manqué ou bien pour une véritable jeune femme ? Parce que… Jeune femme, jeune femme… C’était vite dit ! Le fait que Chô n’était plus une enfant s’emmêlant les petons dans les touffes d’herbes était une chose, mais de là à avoir l’aspect d’une femme accomplie en était une autre. La petite Chô n’était pas bien haute encore et sa poitrine semblait réfractaire à tout épanouissement. Gringalette, on pouvait la définir ainsi et par la même occasion observer la mine ingrate de l’adolescence frappant à sa porte.

Quant à Ishizuka, si ce n’est sa voix, Chô aurait bien eu du mal à le reconnaitre en effet. C’était un homme qui lui faisait face dorénavant. Pas qu’elle l’ait déjà perçu comme un enfant, étant donné leur différence d’âge, Ishizuka avait toujours été le « frère ainé », le grand et robuste frère qui l’aurait défendu contre tous, à contrario de l’ainé suprême qui était le grand et robuste frère pouvant pousser les bœufs à parcourir le champ durant des heures mais totalement imperméable quand il ne s’agissait pas de nourrir le clan. Cependant, la différence entre le Ishizuka d’avant et celui qui se présentait maintenant, était bien trop flagrante. En fait, il faisait tellement vieux maintenant aux yeux de la gamine ! Sa moustache n’améliorait en rien cet aspect ‘adulte’. Oh, il pouvait paraitre bien fière de cette dernière, Chô n’en démordrait pas, cela le vieillissait bien trop !

Et puis, qu’est-ce qu’il avait à se trémousser comme ça le grand coq ?! Il était certes beau, mais son air satisfait faisait tâche dans le cadre du grand et viril militaire.

En revanche, les armes tenues avec ostentation, attirèrent bien vite le regard de la jeune fille. Bien sûr, elle n’osa guère y porter la main, bien que cela la tenta fortement, de crainte de s’en prendre une belle dans la figure. On ne touchait pas le sabre d’un noble, même pour la spontanée Chô cela était inimaginable. Alors elle fit l’inverse de ce qu’elle souhaitait faire, elle fit le mouvement pour maintenir ses mains nouées dans son dos. Malheureusement, Ishizuka fut plus rapide qu’elle et les lui attrapa pour les inspecter de près. Chô les lui retira d’un geste vif en ricanant et haussa les épaules estimant qu’une réponse devait être inutile, elle continua sur le sujet qui l’intéressait :

    « Samuraï ?! »


L’enfant leva les bras en l‘air en sautillant et riant. Elle s’éloigna de lui en criant de joie puis en revenant puis en s’éloignant, comme un chien joyeux de retrouver son maître.

    « Fini la ferme, fini, fini la gadoue et les poulets… ! »


De fait, pour Chô, le fait que son frère soit anobli représentait un renouveau pour la famille. Le fait même qu'il ait une petite terre et des revenus réguliers. Pour elle c'était la signification qu'il pouvait aider sa famille à subvenir à leurs besoins. Manger mieux, mieux se vêtir, vivre dans une maison fait de dur et non pas de brindilles… Elle ne pensait absolument pas à ce que ses parents puissent penser autrement et refuser de quitter la cabane dans laquelle ils vivaient humblement entassés les uns sur les autres.

Toutes à ses pensées, un brouhaha leur parvint du dehors. Les parents revenaient des champs avec leur frères et sœurs. Leur mère apparut la première. Portant dans son dos, à l’aide d’un drap noué autour de son corps, la dernière des Seiryuu encore bébé.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mar 20 Juin - 20:08

Il y avait des jours où on faisait mieux de rester coucher. Ce jour ci était différent, le jeune moustachu venait tout juste de retrouver sa jeune soeur qu'il n'avait plus revu depuis son départ de la "maison". Il était d'ailleurs ravi de tomber sur elle en premier, après tout c'était la petiote dont il était le plus proche par le passé, toujours prête à le suivre corps et âme. Il était un peu son modèle en fait si on allait dans ce sens. Sauf que les temps avaient changé, et il n'était clairement plus le même homme. Certes il gardait cette même flamme dans le regard, mais son apparence et surtout son rôle au sein du clan Setsu avait changé.

Samouraï, oui c'était bien le cas. Il portait d'ailleurs assez fièrement ses armes d'apparat, enfin, il était capable de les utiliser bien entendu, mais ce n'était pas forcément sa spécialité voilà tout. La chouineuse semblait d'ailleurs ravie de cette nouvelle. En effet, cela allait bouleverser pas mal de choses pour la famille puisqu'ils pourront s'ils le souhaitent, venir vivre avec lui sur le petit terrain qu'il avait reçu. Enfin, petit terrain, cela restait toujours plus grand que celui de ses parents, et surtout il y avait quelques gens pour le tenir. Il y avait donc largement la place d'y faire venir toute sa famille au complet. Et la petite avait vu juste. Il restait impressionné de voir sa capacité de raisonner aussi rapide, elle n'était pas de ces femmes se complaisant dans l'ignorance et attendant simplement le bon époux, ou que leur parent ne les donne au premier bon parti trouvé.

Le samouraï fraichement anobli esquissa alors un sourire devant la joie de sa soeur, acquiesçant de la tête pour confirmer ses quelques paroles.


- "Si vous le souhaitez bien sûr, vous êtes les bienvenues..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que tout un groupe de personnes arrivaient en leur direction. Un regard perçant plus tard et il s'aperçut rapidement qu'il s'agissait de ses deux parents ainsi que de ses frères et soeurs. Il resta là droit comme un pique, comme s'il souhaitait par fierté montrer à ses parents le rang qu'il venait d'acquérir à la sueur de son front. Parce que même si certains n'étaient pas d'accord de voir un simple paysan devenir noble, lui savait qu'il le méritait. Des efforts il en avait fait. De la sueur et du sang, il en avait fait couler, bien plus que quiconque, et sa bravoure au combat n'était plus à prouver dorénavant. Il avait travaillé pour ça, il ne l'espérait pas mais c'était venu et il en était particulièrement fier.

- "Haha ! Chichi !"

Les deux adultes quelque peu marqués par le temps ne tardèrent pas à le rejoindre et à l'observer sous toutes les coutures. On pouvait lire dans leurs yeux cette interrogation : est-ce un vrai daisho ? Et le sourire de leur fils ne fit que les persuader du rang qu'il portait dorénavant. Étonnamment, ils hésitèrent un peu avant de se rapprocher, comme s'ils n'osaient pas toucher l'homme qu'il était devenu. Fronçant les sourcils, le jeune samouraï fit les pas qui les séparaient pour les prendre tous deux dans ses bras sans dire un seul mot. Une accolade de quelques secondes, puis il se recula d'un pas.

- "Vous avez tant à me raconter ! La vie se passe bien ici ? Et puis... Comment s'appelle cette petite dernière ?"

En regardant le bébé porté dans le dos de sa mère, il afficha un grand sourire. Il n'osa pas tout de suite leur poser cette question de les inviter à venir vivre sur son lopin de terre, mais il se doutait que Chõ n'allait probablement pas résister longtemps et ça l'arrangeait un peu pour le coup. Il posa son regard sur sa soeur "préférée", puis lui jeta un de ses regards qu'ils partageaient déjà enfants, celui qui signifiait : "Faut que j'te parle". Il comptait bien prendre des nouvelles un peu plus poussées sur ce que vivait sa soeur, elle qui passait le même temps que lui ou presque à se battre, il n'osait croire qu'elle s'était rangée et était devenue la parfaite petite femme prête à gérer un foyer. Elle avait l'âge de se marier c'était une évidence alors le sujet devait probablement déjà la tracasser. Ils restèrent un long moment à discuter, lui, racontant diverses anecdotes, monopolisant presque toute l'attention sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Sam 24 Juin - 17:51

    Regardant ses parents et Ishizuka s’installer pour discuter, Chô portait l’enfant que sa mère lui avait déposé dans les bras et d’un signe, elle désigna à ses frères et sœurs de sortir à sa suite pour laisser les grands entre eux. Alors qu’elle allait s’éclipser, elle croisa le regard se son frère et inclina imperceptiblement la tête pour lui signifier qu’elle avait comprit.

    Cet échange lui rappela le temps où Ishi était toujours à la maison et qu’ils se comprenaient sans un mot échangé. Quand ils rentraient un peu trop tard par exemple, se faisant disputer par leur parent et qu’il lui signifiait de la même façon de le laisser prendre les choses en main.

    Elle se souvint d’un jour où ils avaient particulièrement abusé de leur temps libre, oubliant délibérément de rentrer alors qu’ils devaient s’occuper des poules car c’était là leur corvée du jour. Lorsqu’ils étaient rentrés, leur père les avait attrapé chacun par le col. Ishi lui avait lancé ce regard appuyé et Cho avait comprit qu’il valait mieux pour elle de ne rien dire. Alors leur père leur avait demandé où ils étaient allés et ce qu’ils avaient fait. Ishi leur avait ainsi servi une petite histoire de son cru; Chô s’était foulé la cheville et Ishi avait dû la porter sur le chemin…

      “Est-ce vrai ? Lui avait demandé son père. Tu t’es fait mal ?

      - Oui papa, avait-elle répondu en hochant la tête.”


    Elle avait ensuite fait semblant de boiter pendant un jour ou deux et avait dû supporté une décoction puante de leur mère sur sa cheville mais au moins, ils n’avaient pas reçu la rouste qu’ils méritaient tous deux.

    A ce souvenir Cho sourit alors qu’elle sortait de la pièce. Elle coucha les plus petits puis sortit de la maison. Lorsque le temps était à la chaleur, la jeune fille préférait dormir à l’extérieure plutôt que de rester les uns sur les autres dans ce qui n’était qu’un dortoir à côté de la pièce de vie.

    Après une petite toilette à la bassine d’eau, Cho s’éloigna un peu de la maison alors qu’elle était pied nus, là où le foin débordait de la grange pour s'étaler à l’extérieure. Se trouvant un coin, elle s’y allongea, les mains derrière la tête afin d’admirer le ciel. Elle dut s’endormir car bientôt elle n’eut plus conscience du temps qui passait. En effet ses yeux se fermaient et bientôt elle se mit à ronronner.

    Son sommeil fut de courte durée car un bruit de voix l'éveilla en sursaut. Se redressant prestement, Cho tourna la tête et aperçut au loin ses parents à la porte qui échangeaient quelques derniers mots avec Ishi. Alors, elle se leva avec brusquerie, un peu trop rapidement car elle perdit l’équilibre et chuta en arrière sur le sol. C’est son coude qui prit tout. Gémissant de sa bêtise et marmonnant sous la douleur, elle se releva et regarda l'égratignure sur sa chaire tout en marchant vers son frère.

    Je crains mes très chers lecteurs que nous avons à faire là à une petite maladroite en herbe. Bien sur, elle est encore jeune et je peux vous dire que le temps fera son affaire. Cependant, la voici qui s’approche de son frère, l’esprit déjà tourné vers un tout autre objectif que sa petite personne.

    Permettez moi, en outre, de vous rassurer… Si Cho semble ainsi un peu tête en l’air, elle reste malgré tout une enfant parfaitement consciente de ce qu’elle désire dans la vie. Aussi, elle interpela son frère en lui disant :

      “Bien… Quand partons nous ?”


Dernière édition par Seiryuu Chō le Mer 1 Nov - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mar 27 Juin - 20:06

Le samouraï avait été pris à partie par ses parents, quoi de plus normal. La soeur la plus âgée, c'est à dire Chõ fut chargée des autres mioches et notamment del a petite dernière qu'elle venait de prendre dans ses bras. C'est bien, une brave fille prête à être mariée n'est ce pas !? Le petit groupe s'était donc bien vite chargé de rentrer à l'intérieur de la bâtisse et s'installer autour d'une table rectangulaire où le patriarche prit la place du bout, comme à son habitude et son épouse à sa droite. Lui se plaça sur le coté, à une chaise de distance, puis posa son daisho sur la table en face de lui avant de poser ses deux mains sur le bois brut.

Il ne laissa pas le temps à ses parents d'entamer la discussion, de toute façon il les savait bien trop réservés pour lui demander quoi que ce soit. Plusieurs sujets furent évoqués, le comment cette anoblissement, il leur raconta que c'était grâce à sa moustache, la plus jolie du royaume, mais ils ne le crurent pas et il dut du coup leur expliquer ce qui s'était réellement passé. Il continua du coup avec les avantages de cette récente nomination et leur laissa la possibilité de venir vivre à ses côtés, afin qu'ils puissent vivre sans se soucier du lendemain.

Il était particulièrement heureux et fier de pouvoir apporter une forme de stabilité à sa famille, au moins ils mangeraient à leur faim et ils auront un espace pour vivre plus grand qu'ici. Il lui fallut tout de même presque insister pour les convaincre, mais finalement ce fut le cas et ils réglèrent les divers détails comme la date, le "déménagement", et tout un tas de petites choses avec bien entendu quelques petits bols de saké pour fêter cette bonne nouvelle. La nuit s'étant bien installé dans le décor, Ishi finit par s'excuser auprès d'eux, ils voulaient qu'il reste, mais il ne le pouvait pas, et puis il fallait qu'il voit sa soeur de toute façon.

Il resta un moment, une minute, puis une autre, et encore une autre... Bref, une grosse poignée de minute près de la porte d'entrée de la maison, à l'extérieur, mais point de Chõ en vue... Bon... Tant pis alors ! Il entreprit de faire la marche du retour après avoir une dernière fois salué ses parents, et fit donc quelques pas sur le chemin avant d'être interpelé par sa soeur qui sortait d'un tas de foin. A sa question, il s'arrêta de marcher, puis entoura ses frêles épaules de son bras droit pour la rapprocher un peu de lui avec un sourire en coin.


- "Qui a dit que tu venais ? Nous t'avons trouvé le mari idéal avec les parents ! Un homme qui détient quelques lopins de terre et qui n'est pas si vieux que ça !"

Faux archi faux, mais il voulait voir la tête de sa soeur à cette révélation ! En ôtant sa main prestement, il la poussa avec son épaule sans trop de force pour lui montrer qu'il plaisantait, puis il reprit alors.

- "Les parents vont venir à la fin de ce mois, le temps de terminer tout ce qu'ils ont entrepris ici et de réunir leurs biens. Tu as donc encore un peu à patienter Chõ-chan !"

Il la regarda en reprenant la marche mais lentement afin qu'elle puisse l'accompagner un moment, s'attendant à une réaction de sa part. Il parierait sur l'impatience, mais elle était difficile à cerner et ça avait toujours été le cas, bien pour ça qu'il l'appréciait autant celle là. Il ne comptait pas non plus trop s'éloigner de la maison, juste assez pour pouvoir discuter tranquillement et qu'elle puisse se sentir libre de lui parler en toute franchise sans avoir la crainte d'être entendue par leurs parents, comme au bon vieux temps quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Jeu 29 Juin - 15:15

    Chō n’apprécia pas sa blague et elle le regarda en biais mais elle ne réprima pas un sourire lorsqu’il lui dit la vérité. C’est alors qu’elle sauta dans ses bras malgré qu’elle se devait de rester.

    Chō se faisait à l’idée car c’était son devoir d’aider ses parents et de surveiller la fratrie. C’était impensable qu’elle ne le fasse pas car les Seyriuu avaient l’esprit du devoir. Chō avait du caractère mais ce n’était pas au point d’offenser la tradition.

    Ce qui était important c’était que l’avenir s’annonçait meilleur et qu’ils vivraient correctement bien qu’elle savait que ses parents voudront toujours travailler d’une façon ou d’une autre la terre. Cela était bon pour Ishizuka et le territoire qu’il avait acquis car la famille l’aiderait en retour.

    C’est donc en toute confiance qu’elle le suivit, le regard agrandit par la curiosité et dans l’attente de ce qu’il avait à lui dire.


Dernière édition par Seiryuu Chō le Mer 1 Nov - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Ven 7 Juil - 19:47

Muette... Elle était muette ? Sa soeur s'était donc mise en tête d'agir comme une carpe à son égard ? Lui qui avait voulu la taquiner un peu, qui pensait qu'elle allait chercher à repartir avec lui après toutes ces années, au final non, elle semblait accepter la situation telle qu'on la lui présentait devant ses yeux. Où était passé sa flamme ? Où était l'insoumise qu'il avait presque forgé lorsqu'ils étaient encore enfants ?

Ishizuka était intrigué par sa non réaction, du coup il ne savait plus s'il faisait bien de lui dire ce qu'il avait prévu d'évoquer avec elle, mais bon, elle était là alors autant poser les choses à plat et voir après. Au pire, il se serait planté, mais il ne voulait pas y croire un seul instant.


- "Chõ-chan, dis moi... La vie ici te convient-elle ? Je plaisantais tout à l'heure, mais je suppose que tu sais aussi bien que moi que d'ici quelques années, peut être même quelques mois, ce sera d'actualité. Pourtant... Je peine à t'imaginer accepter cette situation. As-tu des idées en tête ?

Maintenant qu'ils étaient suffisamment éloignés de la maisonnée des parents, il pensait qu'elle se permettra de parler sans risquer de froisser qui que ce soit. Il n'avait aucune idée de ce qu'elle projetait d'être ou de devenir dans un futur proche, peut être se voyait-il un peu trop en elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Lun 14 Aoû - 20:37

    ’’Euuuh…’’ … Une poule passa en caquetant entre Chō et Ishizuka alors qu’ils s’étaient arrêtés au milieu de la cour et ce ’’Euuuh…’’ sonore dans la tête de la fillette, c’était exactement que Chō c’était dit lorsqu’elle entendit le ’’…Tu sais aussi bien que moi que d'ici quelques années, peut-être même quelques mois, ce sera d'actualité…’’. Non mais euh… Quelques mois ?! Non, elle ne savait pas aussi bien que lui apparemment. Il se fichait d’elle ! Ce ne pouvait être possible autrement ! Alors, les poings sur les hanches, elle réagit vivement à la question posée. Et ce, d’une voix suraiguë ne lui ressemblant guère exprimant ainsi sa forte indignation :

      « Quelques années ?! Quelques moi ??! »


    Tout en jetant des regards inquiets autour d’elle, la jeune fille repris d’une voix moins forte mais exprimant toujours une indignation certaine :

      « Et puis quoi encore ?! Non seulement il n’en a jamais été question mais je le refuse ! »


    Puis plus bas encore, elle demande en frissonnant :

      « Les parents ont-ils dit quelque chose à ce propos ? Rah, bien sûr que non ! Ce n’est certainement pas à l’intéressée que l’on demanderait son avis ! Que dis-je, depuis quand parle-t-on de cela aux filles ?! C’est une affaire d’aînés évidemment et maintenant que monsieur est de retour avec les poches pleines il faut placarder la gamine dans un champ afin qu’elle y plante sa marmaille ! »


    Chō s’exprimait maintenant en levant les mains au-dessus de sa tête ou en désignant son frère voire la maison derrière lui illuminée d’une faible lueur qui leur parvenait de la fenêtre. Puis elle fini en pointant clairement du doigt son frère ainé comme une mal propre d’impolie :

      « Je vais te dire, pas même toi m’y forcera. Je m’échapperai, je partirai sur un bateau de pêche peut-être ou je ne sais quoi… »


    Le regard sur le côté, elle commençait à faire des plans sur la comète tel l’enfant qu’elle était, se voyant pirate ou commerçante, voguant loin de la ferme et des terres à moissonner.





Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Jeu 17 Aoû - 10:17

Un éclat de rire perça le silence qui venait de s'installer après les quelques réactions de sa petite soeur. Non, elle n'avait décidemment pas changé. Le moustachu la regardait avec une certaine bienveillance, il savait que cette discussion ne lui plaisait guère, d'ailleurs rien n'avait été évoqué avec ses parents à ce sujet, c'était simplement une suite logique de ce qu'elle était amenée à devenir si elle ne se bougeait pas un peu.

- "Et bien et bien... Au moins je vois que tu as retrouvé l'usage de ta langue !"

Il lui fit un clin d'oeil puis en pivotant la tête, il aperçut un petit muret vers lequel il s'avança puis s'adossa pour lui faire face.

- "Nous n'avons pas évoqué ton... cas avec les parents, ne t'en fais pas. Mais j'ai l'impression que c'est bien ce qu'ils attendent de toi, tout comme ils attendaient à ce que je prenne les rennes à la ferme."

Il leva la tête et observa un instant le manteau de nuit perlé de quelques centaines de lumières parfois cachées partiellement par un voile de nuages, puis il continua avec simplicité.

- "Entre nous, ta réaction ne m'étonne pas. Et ce n'est pas vraiment ce que j'imaginais pour toi en fait. Je ne m'immiscerai pas dans les choix que tu feras tu peux en avoir la certitude, et sâche que j'appuierai toujours tes choix, quels qu'ils soient."

Il se mit à se caresser machinalement sa moustache en réfléchissant, puis après un léger silence, il reprit avec un peu plus de sérieux.

- "Une femme seule attire l'attention de gens pas vraiment bien intentionnés, je ne vais pas te l'apprendre. Quand tu viendras vivre sur mes terres, d'ailleurs tu y seras la bienvenue dès que tu le désireras, que dirais tu que je t'apprenne à te battre ? Plus efficacement que ce qu'on avait l'habitude de faire il y a quelques années éhé. Je serai plus rassuré de te savoir apte à te défendre en fonction de tes projets de vie."

Il ne voulait pas vraiment se mêler de ses choix, il voulait juste lui faire profiter de son expérience et du temps qu'il avait de libre pour la renforcer du mieux qu'il le pouvait. Ensuite, qui vivra verra n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Sam 19 Aoû - 18:04

Clic Music


    Il était une chose bien vraie, et qu’elle ne pourrait jamais nier ni changer, c’était que Ishizuka savait la mener par le bout du nez. Il la manipulait, se jouait d’elle et l’amenait là où il le voulait comme il le souhaitait et quand il le désirait. Pour la simple et bonne raison qu’il la connaissait par cœur, qu’il n’y avait personne d’autre que lui qui la connaissait d’ailleurs aussi bien et même bien moins. Aussi, il était le premier à percevoir ses changements d’humeur, l’évolution de son caractère et donc l’anormalité de ses réactions. Sa longue absence n’y avait rien fait et voici qu’il se proposait pour posséder plus encore d’influence sur elle. Il savait donc mieux encore que Chō ce qui était bon pour elle, ce qui lui correspondait certainement et plus encore ce qui ne lui conviendrait jamais, ce qui lui était en outre contre nature.

    Deux regards sombres plongeaient l’un dans l’autre mais ils pétillaient de cet humour partagé. L’un se levant aveuglément sur l’autre se posant affectueusement sur elle. Il partageait avec elle se besoin d’Être. Certain aurait dit ce besoin de se faire ''un nom'' mais Ishizuka était bien le seul de ces deux Seiryuu à en avoir conscience et il répondait concrètement, posait une stratégie d’avenir et ainsi souffler à l’oreille du destin son bon plaisir. Il était comme ça son frère… D’un culot sans pareil et d’une intelligence insultante. C’est surement ainsi qu’il avait fait son chemin n’est-ce pas… Chō commençait à sentir cet aspect, sans le comprendre mais le touchait presque du doigt, l’avait au bout de la langue.

    Elle plissa les paupières, ses lèvres s’élargirent et dévoilèrent sa dentition imparfaite de l’enfance, ses bras se croisèrent sur son plat poitrail.

    Se battre ? Ben tien ! Comme si cela allait lui déplaire… Mais se battre avec classe ! Alors ça… Ça, c’était dans ses cordes bien évidement. Non, Chō ne s’imaginait point apprendre avec facilité ni n’espérait que son frère lui fasse quelque faveur ou douceur que ce soit. Ce n’était pas comme s’ils ne s’étaient jamais battu l’un contre l’autre… Sa proposition sous le couvert de ‘’la savoir apte à se défendre’’, c’était une chose qui trouvait un écho particulier en elle. Ces temps d’errance, à ne savoir quoi faire de Être, se termineront et elle aurait un objectif dans la vie ; l’apprentissage, devenir la meilleur. Dans l’esprit juvénile il n’y avait pas d’autre définition de l’apprentissage que cela.

      « Quand commençons nous ? »


    La nuit, le ciel, les étoiles et la terre chantaient sa soudaine détermination. En ce jour, elle était une Setsu.




Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Sam 19 Aoû - 19:35

Manipulateur ? Il n'avait pourtant ni marionnettes ni ne voyait de fils accrochés sur le corps de sa petite soeur. Un guide, ma foi pourquoi pas. Bien sûr que derrière chacune de ses actions on y retrouvait une raison bien claire pour qui savait regarder un peu plus loin que les apparences. Il s'était fait seul, comme un grand, gravissant échelon après échelon, étape après étape, épreuves après épreuves, il avait su donner un sens à sa vie. Pas le sens premier qui lui avait été apporté de par sa naissance, les uns commençant la vie avec une cuillère en or, d'autres dans le foin d'une ferme. Et l'importance de la vie était toute autre dans ces deux cas précis. Sa vie n'avait pas de valeur, du moins pas aux yeux de ces guerriers c'était un fait qu'il ne pouvait guère nier et pour devenir quelqu'un alors il fallait que sa vie ait également un sens pour eux.

C'est rempli de certitudes qu'il avait donc quitté la ferme et ce quotidien qui l'aurait consumé dans l'inaction, dans la banalité la plus pure et simple. Il avait eu cette force de caractère, ce tempérament de gagnant, et il pouvait voir ça en sa soeur. Les autres ? Ses autres frères, ses autres soeurs ? Ils n'étaient pas de cette trempe. Oh il ne les négligeait pas, il les appréciait même à leur juste valeur, néanmoins il ne leur permettrait pas de vivre ces épreuves sans être persuadé qu'il pourrait en sortir quelque chose de bien. Pour Chõ, c'était le cas. Et le fait de l'avoir revue, malgré sa maturité qui n'était pas vraiment au beau fixe, il pouvait sentir la "flamme" brûler en elle tout comme c'était le cas pour lui.

Ainsi, l'idée de la voir à ses côtés lui germa dans son esprit dès lors qu'il l'eut croisée sur le chemin avant d'arriver. Et elle ne manquait pas de répondre à ses attentes sans demander son reste, sans même demander de précisions. L'entraîner, il pouvait le faire, du moins pour le début, puis elle devra se trouver un autre maître. Il ne sera pas celui qui l'affinera non, ce serait s'accorder trop d'importance dans ses yeux et cette place aussi importante dans sa vie ne ferait que la pénaliser dans ses choix futurs, non il fallait qu'elle se trouve seule, qu'elle se forme auprès des meilleurs, et là elle pourra avoir ce même sentiment, cette même rage de vivre que lui : se dire enfin "j'ai réussi", et non pas on m'a sortie de là.

Devant sa réponse, il afficha un petit sourire de satisfaction et posa sa paume de la main sur sa petite tête probablement pleine d'interrogations et bouillonnant déjà de se mettre à l'entraînement. Elle l'amusait d'un certain coté car il avait parfois l'impression de se voir en elle, dans ses réactions, il aurait pu réagir de la même manière, c'était peut être pour ça qu'il l'avait prise sous son aile depuis les premiers instants. Il regarda le ciel à nouveau avant de pointer du doigt le chemin qu'il allait emprunter.


- "Ma propriété se trouve par là, à un peu plus d'une heure de marche. Si tu es prête à venir dès maintenant, retourne à la ferme avertir les parents que tu pars avec moi, ils ne diront rien..."

Il leur avait déjà parlé de cette éventualité de toute façon, et même si au début ils avaient été réticents, ils savaient également pertinemment qu'elle ne sera pas une femme docile comme ils pouvaient l'espérer, et puis maintenant de toute façon, avec son rang, ce n'était pas comme s'ils s'étaient permis de lui tenir tête. Bien entendu, il avait amené cela avec un certain tact pour faire en sorte qu'ils ne se sentent pas contraints, une manière de les préserver en quelque sorte. Il observa sa soeur, cette fois il ne lui avait pas donné de conseil mais un simple ordre à suivre sans réfléchir plus que ça.

- "Je vais continuer mon chemin, je ne compte pas ralentir alors... fais ce que tu as à faire et rejoint moi."

Sans attendre une quelconque réponse de sa part, il se redressa de tout son long, puis la dépassa en entâmant de nouveau cette marche vers son domaine d'un pas assuré. Sa soeur saura le retrouver, il lui avait indiqué la destination, elle savait sa vitesse de marche, il allait falloir qu'elle montre quelques capacités de rapidité et ils feront le reste du chemin ensemble. De toute façon, ils n'allaient pas débuter ces entraînements alors que la nuit était tombante, chaque chose en son temps n'est ce pas. Il ne jeta pas un regard derrière lui, marchant comme s'il devait être seul à rentrer ce soir, si elle mettait trop de temps, elle ne le retrouvera pas, et c'est que sa détermination n'était pas assez forte pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mar 22 Aoû - 16:17

Clic Music


    Elle vole, elle court ! Ishizuka mettait un point à son dernier mot et levait son pied que déjà la gamine partait en bondissant vers la maison. S’il n’avait guère attendu de réponse de sa part, Chō n’avait point l’intention de lui en faire au vu de sa déclaration. Ces deux-là se comprenaient très bien et étaient en harmonie en termes d’action-réaction. C’est donc ainsi qu’elle dévala à toute jambe la cour tandis que son militaire de frère s’éloignait à grand pas pour d’elle, ce qui n’était qu’un pas tranquille pour lui sûrement. Ouvrant la porte à la volée sur le dos de sa mère en train de rassembler ce qui avait sûrement servit au thé précédemment, elle lui cria :

      « Je pars avec Oniisan ! »


    Puis la porte se referma en un claquement brusque. À croire que dans cette famille ils avaient comme mauvaise habitude de n’attendre de réponse de quiconque dès lors l’information transmise. La petite Seiryuu se disant très certainement que sa mère prendrait à sa charge de renseigner le reste de la famille quant à son absence. De toute façon son frère avait dit qu’il les avait prévenus et puis l’ainé de la fratrie pouvait bien délaisser son jeune foyer pour un ou deux jours d’aider ses parents à déménager ! Chō se devait de rattraper le second frère, c’était tout ce qui lui importait de fait.

    Toujours de sa course bondissante, lui faisant perdre un temps certain, la jeune fille tentait de rattraper Ishizuka. Les bras grands ouverts se balançant approximativement sur les côtés au rythme de son galop, la tête dodelinant de joie et les cheveux hirsutes bondissant dans son dos, Chō gambadait le sourire aux lèvres presque en riant. Elle ne s’inquiétait pas de ne plus voir son ainé sur le chemin, elle le rattraperait, elle y croyait. Mais quelques minutes passèrent alors qu’elle se dandinait toujours sans qu’elle ne vi Ishizuka. Alors elle poussa sur son corps et se mit véritablement à courir comme une biche en fuite.

    L’adolescente filait comme le vent, ignorant les cailloux sous ses chausses de mauvaises qualités. Elle avait suffisamment de souffle pour courir ainsi durant un petit temps, elle en avait l’habitude et c’est lorsqu’elle commença à en manquer qu’elle aperçut enfin le crâne brun de son frère. Elle l’appela de sa voix encore haut perchée, levant la main pour lui faire signe. Ne s’occupant pas de savoir s’il s’était arrêté ou pas pour regarder derrière lui, elle lui fonça dessus. Qu’il fasse sombre ou non, elle percevait nettement sa silhouette se détacher faiblement et c’est volontairement qu’elle le choisit comme arrêt naturel.

    Le petit corps s’abattit brusquement contre celui du guerrier et ses bras l’enserrèrent très, très fort avant qu’elle ne lève la tête vers lui avec un large sourire enjôleur. La fille était pleine de cette confiance infantile. Plus que son grand frère, Ishizuka représentait son modèle, son héros. Il était le plus beau et le plus fort ! Et tout ceci se lisait en ce moment même dans son regard agrandit par la joie de le retrouver.

      « Je suis là ! »


    En effet, comme sa petite voix faussement innocente le signifiait, elle était là et bien là.




Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Jeu 24 Aoû - 20:47

Le guerrier s'était donc avancé sur le chemin, sans attendre sa petite soeur, sans même s'en soucier à le regarder marcher à vive allure. Pourtant, elle restait ancrée dans ses pensées. Allait-elle le rejoindre ? Il n'en doutait pas, c'était sa soeur après tout, donc une battante, prête à défoncer des murs pour pouvoir avancer vers la place qu'elle pensera lui être dûe. Il s'était bien passé une demi heure, peut être un peu plus, ou moins, quand il entendit les bruits de pas s'écraser contre le sol et se rapprocher à vive allure. Il ne tourna pas la tête mais on pouvait voir aisément un petit sourire en coin se dessiner sur son visage en reconnaissant la foulée de sa soeur.

Il n'avait cependant pas prévu qu'elle stoppe sa course directement sur lui. Il eut un petit mouvement vers l'avant pour retenir son élan, puis en sentant ses bras l'entourer, il posa une de ses mains sur les siennes et fut pris d'une certaine fierté à cet instant. Il savait qu'il ne se tromperait pas, elle n'était pas née pour le décevoir, ça il en était persuadé. Sa marche se stoppa donc net le temps pour elle de se remettre de ses quelques émotions, c'était une toute autre vie qui commençait mais elle n'en avait peut être pas encore l'impression.


- "Tu en as mis du temps... Allez, avançons nous ne sommes plus très loin."

Il attendit qu'elle desserre son étreinte avant de reprendre la marche avec elle à ses cotés, cette fois, adaptant son rythme au sien, histoire de ne pas la voir complètement épuisée une fois chez lui. Ils mirent encore un peu moins d'une heure à marcher tranquillement, discutant de tout et de rien, s'échangeant des banalités sur leur vie passée, ce qu'ils avaient pu manquer l'un sur l'autre durant toutes ces années, jusqu'à apercevoir au loin la fameuse bâtisse. Bien plus grande et "luxueuse" que la bicoque de leurs parents. Il s'arrêta un instant pour pointer du doigt leur destination.

- "C'est ici. Il y a aussi une petite écurie, on ne la voit pas d'ici. Et suffisamment de pièces dans la bâtisse tu peux en être certaine."

Lui laissant le temps de voir, ou plus apercevoir vu la luminosité qui se faisait de plus en plus rare, il patienta quelques instants avant de reprendre la marche. En arrivant à quelques pas de son domaine, un homme vint à leur rencontre en silence. Il était souriant, plein de bonne volonté et bien plus âgé que les deux zygotos.

- "Nous avons une invitée de marque et elle restera vivre ici. Fais passer le mot aux autres, préparez plusieurs chambres supplémentaires et j'aimerais que le repas soit servi dans l'heure. Vous pourrez disposer par la suite."

Simple et courtois, il n'aimait pas les diriger comme des esclaves car ce n'était pas ce qu'ils étaient. Le nouveau samouraï les traitait avec bienveillance car il savait ce qu'ils étaient, il avait eu cette vie à peu de chose près avant d'en venir à être anobli. Et la vie changeait vraiment du tout au tout au final. Il accompagna alors sa soeur à l'intérieur et lui présenta les lieux, profitant de cette heure pour lui faire lui même la visite en faisant le tour de l'intérieur mais aussi de l'extérieur brièvement, puis lorsque l'homme de tout à l'heure revint leur faire un signe de tête, Ishi tapota l'épaule de sa soeur et ils se dirigèrent vers la grande pièce où était disposé quelques coussins sur le sol sur une ligne, ainsi qu'une grande table basse où étaient disposés de nombreux plats dans lesquels ils allaient pouvoir piocher jusqu'à être rassasiés.

Il y avait volontairement trop, le reste était pour ceux qui vivaient et le servait dans ce domaine. Il ne comptait pas s'attarder ce soir, il avait fait beaucoup de chemin dans la journée alors il fallait savoir se reposer, mais il était persuadé qu'avec sa tique de petite soeur, ça n'allait pas être évident à lui faire comprendre cela. Elle avait normalement pu avant le repas, voir où étaient ses quartiers, ceux de son frère se situant à une extrémité de la bâtisse et donc assez loin d'elle. Quand ils auront mangé, ils pourront donc passer une nuit au calme, peut être la première fois où elle pourra dormir "seule", ou plutôt dans une pièce lui étant entièrement réservée.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mar 5 Sep - 21:04

Clic Music


    Si ce n’est sa main dans la sienne, c’était comme si rien n’avait changé. Certes, Ishizuka ne lui tenait plus la main comme l’on menait une petite fille mais ils marchaient à nouveau l’un à côté de l’autre, échangeant à nouveau ces regards qui en disaient plus que tous les mots qu’ils prononçaient. Une évolution cependant car il y avait une intention dans la relation qu’ils renouaient alors que la fille atteignait tranquillement la maturité et que le garçon se faisait pleinement homme. Ce n’était plus une promenade vers la réalité d’un quotidien mais ils marchaient vers un avenir certain.

    Chō l’avait ainsi suivit avec toute la confiance qu’elle avait incessamment placée en lui, ne se doutant pas un seul instant de la propre assurance que son frère pouvait lui rendre et ne concevait pas même un brin de l’espoir qu’il pouvait placer en elle. La jeune fille lui narra ses rencontres avec les pêcheurs, ce qu’elle avait vu d’eux, les anecdotes à la fois populacières et gouailleuses qu’ils lui avaient conté. Elle lui apprit les bagarres, l’ennuie de la maisonnée et l’exaltation du grand air. Elle lui transmit les dernières nouvelles du village, la grosse mère de lessiveuse avait accouchée de l’énième marmot et le vieux père avait marié son dernier gars.

    Puis ils arrivèrent et malgré le soir, Chō pu admirer l’agencement du domaine certes de taille raisonnable pour une maisonnée de son rang mais un vrai palais au regard de l’enfant. Bien que fait de bois et de briques et non pas d’or et de joyaux, l’important était l’évolution vis-à-vis de la vieille ferme en ruine face à la robustesse des nouveaux murs. Il y avait aussi cette beauté chaleureuse qu’apportait l’éclairage tamisé des lampions colorés, comme s’ils leur annonçaient la bienvenue. Comme l’homme qui s’approcha d’eux et que Chō salua d’une inclinaison respectueuse –mais pas trop- du buste et de la tête avant de reprendre son observation gourmande et nullement intimidée.

    Le tour du propriétaire fut rapide mais il y avait tout ce qu’il fallait sans fioriture aucune, simple et efficace. Au centre de ce nouveau monde, un espace familiale avec le feu encastré dans le sol en plein milieu de la grande pièce de vie ouvrant sur les extérieurs. Les autres pièces pouvant apparaitre ou disparaitre au gré des panneaux coulissants. Ils mangèrent donc et Chō ne se fit guère prier pour piocher dans tous les plats. Elle continua de papoter avec son frère, la bouche bien pleine, l’honorant de ce fait pour la qualité des produits simples. Même le riz avait un gout différent ce soir-là.

    Vint le moment de la séparation pour la nuit et c’est là que Chō réalisa le changement qui s’effectuait. Après une brève toilette, elle demeura longuement assise à ressasser cette soirée. Puis elle se coucha mais allongée confortablement et douillettement, elle ne pouvait trouver le sommeil. Son regard errant sur le plafond, sa chevelure s’étalant sur le sol. La Seiryuu se sentie étrangement et infiniment seule. Elle et toute la fratrie Seiryuu s’entassaient les uns contre les autres pour dormir certes, mais la présence de leurs petits corps se réfugiant tout contre le sien pour profiter de sa chaleur lui manquaient. Elle se sentait seule et malgré l’épaisse couverture, elle avait froid.

    Un grattement se fit entendre de l’autre côté de la bâtisse, là où Chō ne devrait pas se trouver et pourtant c’est sa tête qui apparut alors que le panneau s’ouvrait. Elle se gratta la gorge avant de souffler :

      « Psiiit… Tu dors ?»


    Elle n’attendit pas sa réponse et entra pour refermer le panneau, on entendit le bruit de ses petits pieds nus sur le sol et un son plus lourd ainsi qu’un frottement, désignant qu’elle s’était mise à genoux et qu’elle tâtonnait pour se rapprocher.

      « C’ trop silencieux, j’arrive pas à dormir… »


    Sa tête vint s’abattre non loin de l’épaule de son frère et elle tapota de son crâne tel un chat réclamant des caresses.

      « J’peux dormir ici ? J’te jure j’ prendrai pas beaucoup d’ place ! »


    Elle aurait pu ajouter ‘comme au bon vieux temps’ à savoir qu’elle lui fichait toujours son pied dans la figure -tôt ou tard.




Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mer 13 Sep - 20:04

Musique Maestro

Le samouraï gardait un oeil sur sa "protégée", cherchant presque inconsciemment à connaître la moindre de ses réactions au fur et à mesure que son environnement évoluait. C'était un peu comme suivre l'essor d'un poussin qui petit à petit découvrait le monde et bientôt allait pouvoir déployer ses ailes et voler de lui même. Et le frangin avait cette impression d'être celui qui modelait la vie de sa petite soeur, et ce depuis si longtemps ! Sans même s'en apercevoir, au début s'en amusant, il avait fini par la prendre sous en aile et la garder presque tout le temps à ses cotés. Ils allaient de paire de toute façon, deux têtes brûlées dont la vie à la campagne ne leur suffisait pas.

Aujourd'hui, on pouvait dire qu'il le faisait sciemment, qu'elle s'en aperçoive ou non d'ailleurs. Il avait des projets pour elle, et tel un potier devant une masse difforme d'argile, il voyait déjà l'oeuvre qu'il pourrait en tirer. Sa soeur était de son sang, elle avait pris de son caractère, elle n'allait certainement pas le décevoir. Quand vint l'heure du repas, il s'amusa de la voir piocher dans tous les plats, comme une enfant devant un grand buffet pour la première fois... Avait-il lui aussi été comme ça ? Au moins, elle ne se couchera pas le ventre vide, vu ce qu'il avait prévu le lendemain, ce n'était pas plus mal.

Le temps ne s'était pas arrêté pourtant, et il fallut bien assez vite se séparer. Lui indiquant sa chambrée, il s'était quant à lui réfugié dans "son antre", de l'autre côté de la bâtisse. Il ne se coucha d'ailleurs pas de suite, profitant de ces instants de calme pour s'offrir un brin de toilette avant de rejoindre son futon. A peine avait-il eu le temps de fermer les yeux qu'il perçut un son anormal à cette heure, puis entendit la porte coulisser avant de se refermer. Bien sûr, la voix était reconnaissable, il aurait probablement dû s'en douter que cette première nuit allait être compliquée pour elle.

Il ne répondit point, jusqu'à ce qu'il entende le bruit de ses pas puis finit par sentir sa chevelure sur son épaule. Il poussa un léger soupir, même si au fond il s'amusait encore de la situation, elle lui demandait la permission de faire quelque chose qu'elle avait déjà fait finalement... L'art et la manière d'imposer ses choix de manière pseudo diplomatique en quelque sorte.


- "Il faudra bien que tu t'y fasses... Après tout, il faut que tu gardes cette proximité avec l'homme que les parents te choisiront, et non ton propre frère."

Une petite pique envoyée alors qu'il avait son sourire en coin, imperceptible pour la jeunette, mais le ton employé trahissait bien la plaisanterie. Il finit par tendre son bras sous sa caboche avant de le replier pour lui caresser le crâne du bout des doigts.

- "Dors maintenant, tu vas en avoir besoin."

Il ferma de nouveau les yeux sans attendre vraiment de réponse de son coté, et à toute interrogation de toute façon il ne répondra que par le silence. La nuit de toute façon ne leur laissa pas vraiment le temps de bavasser, les prenant tous deux dans sa noirceur et les emportant dans un repos éphémère. Lorsqu'il se réveilla le matin, bien suffisamment tôt pour faire grogner n'importe quelle personne non habituée à ces horaires, il se dégagea de l'emprise de sa soeur si tant est elle ne s'était pas roulée en boule ou déplacée quelque peu, puis se leva rapidement pour s'habiller dans un coin de la pièce, derrière un haut paravent. Quand il en ressortit quelques minutes plus tard, il rejoint sa soeur et la secoua du bout de son pied, posant probablement sa plante de pied sur ce qui devrait vraisemblablement être sa hanche, et la poussant pour la réveiller pas vraiment en douceur mais pas non plus trop vigoureusement.

- "Allez lève-toi, habille toi. Tu vas me faire dix tours de la bâtisse, à l'extérieur bien entendu. Je t'attendrai dans la cour du centre. Ne traîne pas ! Allez !"

Il la secoua encore un peu, puis finit par la laisser pour qu'elle puisse se lever, ou pas. Pendant ce temps, il se dirigea vers les quartiers de ses gens pour les prévenir de leur réveil et leur demander de préparer de quoi se sustenter quelque peu. Il prit le temps de se boire un thé chaud avant de se rendre à l'endroit qu'il lui avait indiqué avec deux bô d'entraînement qu'il gardait dans une de ses mains, le bout posé sur le sol, comme s'il s'appuyait dessus. Il voulait voir de quel bois elle était faite, si elle était prête à l'écouter et à le suivre là où il projetait de l'emmener.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Mer 1 Nov - 15:41

Clic Music


    Ses yeux s’étaient fermés et le sommeil, d’elle, s’était emparé. Le ventre bien plein, la tête aussi, Chō se voyait emplie de satisfaction et d’espoir. Ce pouvait être le plus beau jour de sa vie, de fait. Jamais elle ne sentira à nouveau ce sentiment profond d’intense bonheur doublé de l’assurance d’un avenir meilleur. Si la brûlure de la faim et celle du froid jamais plus ne les atteindrait, alors elle pouvait se dire heureuse. Les insectes dans la nuit étoilée, les feuillages bruissant dans la brise nocturne, le craquement du vieux bois, le silence même de la maisonnée endormie… Tout chantait dans un murmure la bonté des ancêtres et leur bénédiction sur sa famille. Rien ne présageait un quelconque malheur, ni la souffrance à venir ou le sacrifice. Chō se noyait dans un lourd et digne rêve dans lequel elle était une princesse, princesse de rien et de tout à la fois. Elle était libre et cela lui suffisait pour se dire royal.

    Son frère était trop doux avec elle. C’est pourquoi, elle n’avait pas pris la peine de répondre à ses taquineries mais avait choisi plutôt de se faufiler dès l’invite, ou plutôt dès qu’il fit signe d’acceptation. Au début, elle se roula tel un chat contre lui, respirant fort contre son cou, presque ronronnant sous la caresse mais elle ne tarda pas à se laisser choir sur la couche et ce sur le dos, bientôt bras et jambes écartées et la bouche ouverte pour laisser échapper un vibrant ronflement. Le matin arriva bien trop tôt, même pour la petite paysanne qui nourrissait les animaux dès l’aube. C’est à peine qu’elle sentit son frère écarter ses petits bras et jambes s’étant enroulés autour de lui telle une tique. Elle ronflait encore lorsqu’il la poussa du pied. Chō gémit faiblement mais le ronflement revint à la seconde même jusqu’à ce qu’elle sente la plante dans sa hanche. La gamine roula sur elle-même, la tête aplatie dans la couche, les fesses se relevant sur ses genoux, les bras lâchement étendus. Un ricanement se fit entendre étouffé dans le matelas.

    C’est seulement lorsqu’elle entendit « Tu vas me faire dix tours de la bâtisse » qu’elle daigna enfin relever la tête, les paupières plissées et la tignasse complètement ébouriffée lui cachant en partie le visage. Lorsqu’elle se présenta dans la pièce de vie, en se grattant le crâne sans grâce aucune, son frère s’était déjà éclipsé. Alors elle se dit qu’elle ne devait pas rater son premier jour qui ferait d’elle une future soldate. Certes, Ishizuka lui avait proposé d’apprendre à se battre mais Chō était allé plus loin dans la réflexion. Elle suivrait l’exemple de son frère et deviendrai elle aussi Samouraï ! Même si elle ne comprenait pas pourquoi elle devait courir pour se faire mais soit… Ce que disait son aîné faisait loi. Alors elle gobât plus qu’elle ne mangea son petit déjeuner avant d’aller se débarbouiller avec de l’eau bien fraîche qui la revigora. Enfin, elle se pointa dans la cours où l’attendait son frère en quelques petites enjambés et franchement éveillée.

    Sans lui dire un mot, elle commença ses tours. C’est là qu’elle se dit qu’elle aurait dû moins manger, voire manger plus tard car tout lui remontait dans l’estomac. Au bout du troisième tour, alors qu’elle avait pourtant l’habitude de courir la lande, elle se sentit essoufflée. Elle choisir de ralentir. Le tour suivant fut plus difficile encore, la nausée lui donnait des sueurs froides. Au cinquième tour, elle renvoya tout ce qu’elle avait ingurgité ce matin-là et surement une partie du soir d’avant. Or, elle se senti bien mieux après cela et pu terminer ces cinq autre tours d’un pas léger, moins rapide mais plus régulier. Elle avait trouvé son rythme. C’est donc certes quelque peu en sueur qu’elle fit à nouveau face à son frère mais la respiration maîtrisée. Elle tentait de lui cacher que cela n’avait pas été forcément facile pour elle.

      « C’est quoi la suite ? Dit-elle les mains sur les hanches. »




Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Sam 4 Nov - 16:28

Il n'eut finalement pas à attendre énormément pour voir sa frêle petite soeur qui sortait de la bâtisse pour entâmer ses tours comme expressément demandé à son réveil. La vie paisible à la campagne avec papa maman qui s'occupait de tout ou presque allait prendre fin dès aujourd'hui. Il la regardait donc, à chacun de ses passage, la voyant courir parfois plus ou moins vite, avec plus ou moins de mal, de l'extérieur de la cour puis elle disparaissait derrière les murs de pierres pour réapparaitre plusieurs minutes plus tard. Il lui en avait peut être un peu trop demandé dès son arrivée ici peut être, mais il ne comptait pas lui faire de cadeau, après tout c'est une Seiryuu.

A la fin de ses dix tours, et avec l'estomac plus léger, elle se présenta donc face à lui, respiration plutôt maîtrisée, mains sur ses hanches et lui demanda ce qu'était donc la suite. Il arbora donc un fin sourire sur son visage, de quoi relever légèrement chaque coté de sa moustache avant de lui envoyer un des deux bôs qu'il avait fait amener jusqu'ici. Maintenant qu'elle était bien chaude... Enfin, je vous rappelle que c'est sa soeur, et qu'il s'agit là d'un entraînement et non pas d'une partie de jambe en l'air dans un moment incestueux qui n'a absolument pas lieu d'être... Il se dressa donc face à elle, puis lui désigna le centre de la cour intérieur où il se plaça et attendit qu'elle se mette à ses cotés.


- "La suite ? Tu vas apprendre à manier certaines armes, et on va commencer par les bôs d'entraînement. Tu n'auras qu'à reproduire ce que tu as appris pour le reste et t'approprier chaque arme à ton propre style."

A la fin de ses propos, il serra légèrement plus le bâton qu'il tenait dans sa main droite, puis d'un mouvement rapide de son poignet, accompagné par un geste de l'épaule, il envoya le bout qui tenait au sol, vers le ciel, prenant la direction du visage de sa petite soeur. On put entendre un bruit sourd et voir le visage de Chõ se tourner dans la direction que prenait le bâton ainsi qu'un léger filet de sang venir perler au coin de ses lèvres. Avant toute réaction de sa part, il reprit la parole d'une voix claire et audible pour elle.

- "Souviens toi de cela. De la sueur et du sang. De la sueur, et du sang. C'est ce qui te fera progresser et grimper les échelons si c'est bien le chemin que tu veux prendre. Apprivoise la douleur, c'est elle qui guidera tes pas, c'est elle qui te dira quand tu seras arrivée à ta destination."

Il inclina légèrement la tête sur le coté, puis se recula d'un pas en prenant une posture défensive.

- "Tu finiras par comprendre... Maintenant, je vais te demander de reproduire tout ce que je fais."

Il attendit quelques secondes pour qu'elle se remette et surtout puisse se concentrer à nouveau après probablement s'être essuyée ou avoir craché ce petit flot de sang qui devait lui ankyloser le coté de la mâchoire. Une fois son attention de nouveau à son comble, il entâma une série de mouvements alliant position du corps et utilisation du bâton, à la fois pour la défense que pour l'attaque. Les bases, juste les bases, ensuite elle devra forger son propre style et trouver sa manière à elle de remporter ses propres victoires.
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 61
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Dim 19 Nov - 15:07

Clic Music


    Une flaque dans le sable. Une toute petite goutte, minuscule, qui s’en vient tâcher la terre. La première puis une seconde et une troisième… Vive rougeur rapidement absorbée par le sol terreux. Un goût métallique dans sa bouche, familier. Ce n’était guère la première fois, bagarreuse qu’elle était, c’est son frère qui lui avait donné l’exemple. Ses mèches brunes lui collaient au front et sur les yeux après lui avoir fouetté le visage dans la lenteur du geste, sa tête encore penchée sur le côté par la surprise du coup offert. Elle aurait pu voler plus loin s’il n’avait pas retenu sa main mais la douleur était là et le sang s’agglutinait sur sa langue, ses dents crissaient sous la souillure.

    Le temps s’était arrêté car jamais il ne l’avait frappé ainsi, ils s’étaient déjà chamaillés et Ishizuka avait toujours été un rude gamin mais il y avait là une différence que la fille réalisait à peine. L’autorité. Son ainé était dorénavant plus que son frère. Non seulement par le fait qu’il l’enseignait mais surement du fait aussi de sa position d’une part et de l’homme qu’il était devenu d’autre part. Ce n’était plus un enfant de toute évidence, cela était certain mais, elle, elle en était toujours une. La violence de cette vérité l’atteint de plein fouet ! Oui, elle avait du chemin à faire mais cette différence, comme si un abîme les séparait, était terriblement douloureuse à admettre.

    Chō crachât puis redressa la tête, les sourcils froncés, le regard sombre et les lèvres pincés. Ses poings serrés laissèrent transparaitre une légère lueur entre ses doigts contractés. Dans sa main qui tenait le bô, elle senti la chaleur du bois contre sa paume mais ne fit pas attention à ce qui avait pris naissance en elle. La lueur partie comme elle était venue et lentement, Chō se positionna. Son pied glissa, ses bras se mouvèrent et son regard se fit plus que sérieux, si ce n’est déterminé. La jeune fille imita l’homme docilement après qu’elle ait conclu :

      « De la sueur et du sang. »


    Le temps passa mais le soleil semblait avoir du mal à atteindre son apogée. Chō senti la faim lui entailler bientôt l’estomac mais ne se plaignit guère et continua à suivre les ordonnances de son frère. La sueur cette fois coulait de son front jusque dans son dos. Suivant la ligne de ses reins et lui refroidissant la chair alors qu’elle avait l’impression de brûler de l’intérieur. Chō ressentait le froid sans sa morsure, ses cheveux la gênaient, son corps aussi qu’elle avait du mal à plier sous son raisonnement. Un joli bleu maculait maintenant sa mâchoire jusqu’au recoin de ses lèvres mais la douleur s’était apaisée depuis bien qu’il lui semblait que la moitié de son visage était ankylosé.




Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 107
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ] Dim 19 Nov - 17:18

Un regret, c'était presque un regret, ce coup porté sur sa propre soeur. Il n'avait pas eu cette habitude avec elle, c'était plutôt contre les autres qu'ils avaient passés leurs petites enfances, à se serrer les coudes et se faire "un nom" parmi les enfants des environs. Aujourd'hui c'était différent, elle avait suffisamment grandi pour pouvoir porter un enfant, en tout cas c'est ce que les parents auraient pu dire, bien que le grand frère ne pouvait pas comprendre comment un homme normalement constitué aurait pu avoir une once d'envie pour ce petit être aussi frêle et sans forme. Mais qu'importe, ce n'était guère le sujet.

Le moustachu avait donc retenu son coup un tant soit peu, au moins histoire de pas lui déboiter la mâchoire et qu'elle n'ait pas à tomber sous l'attaque surprise. Il n'eut pas à décerner une quelconque haine ou de la colère lorsqu'elle reporta son attention vers lui. Au contraire, elle s'était mise à l'imiter dans ses mouvements de bras ou de corps, maniant le bô en répétant les termes qu'il lui avait annoncé. Du sang et de la sueur, de la sueur et du sang, si elle souhaitait progresser, c'était les deux mots qu'elle devait garder à l'esprit.

Évidemment, vu le style de vie que menait sa petite sœur, lui apprendre à se battre était des plus naturels pour Ishizuka, mais il ne se limitait pas à cette idée. Ce n'était guère ce qu'il voulait pour elle, qu'elle passe son temps avec les bagarreurs ou les pêcheurs des divers villages côtiers. Non, à la longue, à force de travail et de discipline, il savait qu'elle allait s'intéresser de plus en plus à son travail, à sa qualité de samouraï. Tout cela n'était qu'une question de temps.

L'entraînement dura encore quelques longues minutes où il continua de lui exposer quelques positions et façons de manier des armes "longues" comme ce bô. A la fin, il s'arrêta puis la regarda quelques secondes avant de lui annoncer.


- "Attaque moi, essaie de repenser à ce que tu as vu aujourd'hui. Nous réitèrerons cet entraînement chaque jour d'accord ? Allez, vas y, je ne répondrai à aucun de tes coups. Et si tu me touches, je t'emmènerai aux onsens, mais n'y rêve pas trop."

Il afficha un sourire en coin, puis se plaça en garde, le bô se plaçant comme automatiquement entre elle et lui, se déplaçant à deux pas d'elle en se positionnant jambe gauche légèrement en avant pour prendre appui sur la droite. Il était prêt, il l'attendait. Il savait qu'elle ne pourra guère appliquer absolument tout ce qu'elle avait vu avec lui, c'était bien trop récent pour ça, mais au moins il allait pouvoir juger de ce qu'elle avait dans le ventre, sa hargne, sa détermination.

~~~~~~~~~~

Les jours passaient, les mois s'écoulaient progressivement et maintenant toute la grande famille était au complet dans ce qu'on pouvait appeler le "domaine" Seiryuu. La vie était on ne peut plus présente au sein de sa bâtisse, et chacun avait pu trouver sa place, les parents aidant à la gestion du bâtiment lorsqu'il était absent, et les petits frères et sœurs apprenant à leur rythme à grandir et à devenir ce qui allait faire leur métier, leur vie prochaine. La petite teigne avait maintenant les bases pour les arts du combat à mains nues, armé de bô, ou bien sur les diverses manières de mettre un adversaire au sol en fonction des situations. Les points faibles, même anatomiques, devaient être connus car ça pouvait aisément être utilisés en cas de coup dur.

Les questions s'étaient succédées durant ces derniers mois... As tu déjà tué des gens ? Rencontré des yokaïs ? C'est comment dans une garnison ? Les chefs sont-ils durs ? Bien sûr, ces interrogations avaient été éparpillées dans le temps et à chaque fois, il y répondait en long, en large et en travers. Il lui avait raconté quelques anecdotes, des histoires qu'il avait entendu, cherchant à captiver son attention petit à petit sur ce qu'il était devenu. Évidemment, ses parents n'étaient guère du même avis que lui, et ils lui en avaient fait part depuis un moment déjà. Leur petite fille, leur chaire, ils ne la voyaient pas l'envoyer au combat et encore moins intégrer le corps de l'armée Setsu. Ils en avaient entendus des vertes et des pas mures à propos de l'armée à Setsu, notamment à cause des politiques très rudes portées par les daymios qui s'étaient succédés.

De la crainte, ils en avaient, mais Ishizuka restait persuadé que c'était la meilleure des choses à faire, elle était faite pour ça. Il l'avait vue, l'avait compris. Mais il avait promis qu'il ne lui ferait pas cette proposition lui même, ça devait venir d'elle car ils avaient encore un espoir de la voir changer et s'orienter vers un jeune et bel homme artisan ou peut être vers une carrière de miko ? Quoi qu'il en soit, elle avait au moins bien progressé en terme de self défense, et le jeune samouraï n'avait guère plus de crainte de la voir partir le soir pour se balader ou pour toute autre sortie qu'elle aurait eu l'idée de faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ]

Revenir en haut Aller en bas
 

[An 32] Visite de l'enfant prodige [PV Seiryuu Chõ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le retour de l'enfant prodige (Pv Hakuryuu Ren)
» Visite dans les égouts
» L'enfant et le mur. (acrylique 41cm X 51cm)
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..