AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Usehagi Shusse

avatar

Samouraï

Messages : 144
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Samurai
Liens:

MessageSujet: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Mer 7 Juin - 19:22

L'automne à Ite. Shusse aimait l'automne, moins de vent, des températures fraîches, mais rien qui pourrait ébranler un vrai Usehagi, même jeune. La troupe composée d'homme de la famille avait escorté un convoi de plusieurs détenus de Mashiro à Ite, la route fut longue, lente et parfois dangereuse, mais le dernier segment du voyage c'était très bien passée. Le futur chef de famille était bien content de lui ces derniers temps, cela faisait deux ans qu'il était samurai seulement, mais il voyait déjà une différence. Il n'avait plus réellement peur de se battre et de verser du sang, il remerciait sa famille pour cela, l'entraînement dur et rigoureux des Usehagi avait grandement aidé. Il pouvait à présent se battre sans penser à rien d'autre, se concentrer sur l'instant. Mais le plus important était qu'il savait son père fier de lui, c'était le plus important à ses yeux.

La soirée allait débutée et les hommes avaient quartiers libre, ils repartiraient demain à l'aube. Shusse ne quittait pas souvent Mashiro et le domaine de sa famille, il ne connaissait pas la ville, il pouvait bien s'y balader tranquillement, ou suivre simplement le gros du groupe qui allait certainement aller se détendre. Encore ne pleine hésitation quelqu'un décida pour lui, à savoir son Oncle et taii Usehagi Miyamoto.


Allez viens Shusse je t'embarque !
Quand cesserez vous de me considérer comme un enfant ? Dit le jeune homme la mine boudeuse.
Quelle question ! Quand tu seras un homme. L'homme fini sa phrase par un rire franc. C'est d'ailleurs à cela que l'on va travailler.

A ces mots le garçon senti le rouge lui monter au visage, que voulait donc dire son oncle ? L'emmenait-il voir une yuujo ? Même si Miyamoto était d'un naturel étrangement chaleureux pour un Fukyuu, il n'était quand même pas à ce point décontracté, mais le taii continua sa phrase.

Je t'emmène voir une geisha. Discrètement, Shusse eu un soupire de soulagement. Tu as eu une bonne éducation, mais surtout militaire, il est temps que tu ai une compagnie plus raffinée que les hommes de la division. Un peu de raffinement ne te fera pas de mal !

Le jeune homme suivi donc son fringuant oncle jusqu'à une okiya en particulier. Shusse n'était absolument pas connaisseur, donc il ne se rendit pas compte qu'il rentrait dans l'un des meilleurs établissements de Fukyuu, voir de Yokuni, ni que son oncle demandait une geisha jeune, mais extrêmement connue. La première difficulté pour Shusse c'était de devoir laisser son daisho, il ne le quittait jamais, il dormait avec même, il avait l'impression qu'on prenait une part de lui, pour la suite il préféra suivre le mouvement, ne sachant absolument pas comment un établissement comme ça pouvait fonctionner.

Shusse à 16 ans:
 


L M M J V S D

Le chapeau que porte constamment Shusse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Hateku Bara

avatar

Geisha

Messages : 187
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 25

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Geisha
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Dim 11 Juin - 23:19

Spoiler:
 

Feuilles en automne
Un temps propice aux rencontres
Doux présage


***

Suzu suivait Rin à la lettre depuis près de trois heures. Elles avaient prit le temps de décomposer ensemble une oeuvre bien particulière : une décoration florale créée par la jeune maiko, composée de fleurs de lotus et de joncs. L’ensemble avait été réalisé sous les yeux de l’Onesan, qui avait été aussi sévère que d’habitude. Elle avait corrigé les gestes de Suzu pour que celle-ci atteigne la perfection même dans le mouvement de la création, plutôt que dans le résultat. Au final, l’oeuvre avait trouvé sa place dans l’entrée de l’okiya, à côté de nombreuses autres compositions qui offraient aux visiteurs et aux clients un festival de couleurs à ravir les prunelles des amateurs comme des plus habitués. Puis les deux jeunes femmes avaient retouché leur maquillage et leur tenue en vue de la soirée qui s’annonçait. Elles n’avaient pas encore de rendez-vous ; elles espéraient donc bien qu’Okasan leur trouve quelques clients pour occuper leur soirée.

“- Dis, Onesan, tu penses que nous allons pouvoir rencontrer de nouvelles personnes ce soir ?”

La jeune fille avait posé la question plus pour savoir comment Rin allait répondre, plus que pour la réponse elle-même. En fonction de l’intonation que prendrait sa tutrice, Suzu saurait si elle allait passer une soirée agréable ou non. Car parfois la geisha était plongée dans une certaine mélancolie suite à une grosse journée, et n’était donc pas d’assez bonne humeur pour faire participer sa protégée autant qu’elle ne le voudrait. Heureusement pour elle, Rin avait l’air d’être de très bonne humeur :

“- Eh biennn… Peut-être bien ! Qu’en penses-tu ? Et qui souhaiterais-tu rencontrer ?”, dit-elle en lui adressant un sourire complice.

“- Juste un nouveau visage, ça me ferait plaisir.”, répondit simplement Suzu.

La jeune maiko dont le kimono revetait de vives nuances de rouges et de rose, comme il était souvent d’usage pour les apprenties de son age, avait aussi répondu à sa soeur avec un sourire calme et enjoué.

Elles se rendirent rapidement dans l’entrée, et Okasan les attira rapidement vers elle :

“- Rin, tu vas t’occuper de nos clients ici présents. Mes filles, si vous ne les connaissiez pas déjà je vous présente quelques représentants de la famille Usehagi.”, dit-elle en leur indiquant un homme, accompagné d’un garçon plus jeune.

Les deux artistes s’inclinèrent, puis Rin se présenta brièvement. Suzu fit de même tout de suite après, un peu plus en arrière, comme le voulait la coutume : la maiko ne doit jamais être plus mise en avant que son Onesan.

Puis Rin les guida vers une salle qui leur serait réservée pour la soirée. Une fois arrivée, elle les laissa s’installer tranquillement : la salle était assez grande pour contenir cinq ou six personnes. Décorée de fleurs et d’estampes, il y régnait une atmosphère assez apaisante. La salle donnait sur le couloir ce qui permettait un service assez rapide pour servir les plats ou le thé.

Les deux hôtesses prirent leurs aises : Suzu appliqua à la lettre les recommandations éternelles de son Onesan : depuis le temps qu’elle suivait son enseignement elle savait quoi faire pour ne pas la gêner et l’assister correctement. Elles n’avaient même pas besoin de se parler à vrai dire. Enfin la geisha ajouta :

“- Alors messieurs, que peut-on faire pour vous satisfaire, ce soir ?”


L - M - M - J - V - S - D



.:♫♪ Thème ♪♫:.

Hateku Bara
Revenir en haut Aller en bas
Usehagi Shusse

avatar

Samouraï

Messages : 144
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Samurai
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Ven 23 Juin - 19:43

Même s'il n'était pas extrêmement sensible à l'art en général, l'entrée de l'Okiya avait attiré l'oeil du jeune homme, comme de son oncle. Le jeune homme se demandait si c'était les geisha qui en était à l'origine, c'était sa première fois dans un Okiya, mais il voyait ces dames comme des gardiennes des arts ancestraux. Il n'était pas rare que des filles Usehagi deviennent maiko puis geisha, c'était autant un honneur pour la famille qu'un fils samurai, mais la famille restait connu pour leur guerrier et leur éducation militaire stricte. Shusse se demandait si l'établissement comptait une ancienne Usehagi, mais très vite cette question et la beauté des compositions furent oublié, car il allait confier son sabre pour pouvoir entrer dans l'Okiya.

Alors que les yeux du jeune homme fixait son âme être emportée, la responsable de l'endroit les présenta à leur hôtesse de la soirée, il fallut néanmoins un petit instant pour que le jeune samurai tourne le regard vers elles. La première chose à remarquer serait certainement le contraste entre l'oncle et le neveu. Le premier, plus habitué, était plutôt du genre à offrir un sourire jovial et à garder une stature droite et fière, alors que le second se raidit légèrement, pour finalement les saluer poliment et comme elles et son oncle se présenter. Hateku Rin ne semblait pas beaucoup plus vieille que Shusse, peut-être un peu plus, mais elle, comme sa jeune apprentie, étaient des beautés intemporelles en quelque sorte. En tout c'est la seule manière que trouva le jeune homme pour les qualifier. Que ce soit leurs visages, le maquillage ou le code vestimentaire terriblement soignée et réfléchi, tout semblait les amener vers un summum de beauté. Extrêmement déroutant pour le jeune homme.

Ainsi donc ils montèrent tous ensemble pour finalement entrer dans une assez grande salle, peut-être un peu trop grande selon Shusse. D'ailleurs ce dernier se demandait vraiment si tout cela était une bonne idée. Bien entendu, il n'y avait rien de mal ou de déshonorant de passer une soirée en compagnie de geisha, mais il n'estimait pas cela comme nécessaire ou vital, il n'était pas habitué à ce genre de ''débauche d'argent''. ''Dormir, se nourrir, se battre'' voilà l'important pour un samurai selon son père et ce à quoi doit servir son argent, le reste étant purement inutile. Bien sûr ce n'était pas à prendre au premier degrés, son père doit bien acheter des vêtements d'une certaines qualités pour les cérémonies ou les rencontres officielles ou d'autre chose dans le même genre. Peut être devrait simplement faire confiance à son oncle et profiter du moment pour étancher sa soif de curiosité. D'ailleurs lorsque Rin leur demanda ce qu'elles pouvaient faire pour eux, Miyamoto répondit rapidement.


Cela fait un moment que je voudrais tester le saké de Ite, je suis un amateur, ha ha !

Le jeune homme, un peu gênée par la décontraction de son oncle, sembla hésiter un instant avant de tourner légèrement la tête et oser regarder Rin et Suzu.

Heum... je... ne bois pas d'alcool. Mais je serais ravi de découvrir la cérémonie du thé... si c'est possible bien entendu. C'est la première fois que je viens dans ce genre d'établissement, je connais mal les arts dont vous être les gardiennes... Et... heum... je parle trop, moshiwake gozaimasen.

C'était peut-être le léger rose sur les joues de Shusse, ou son débit de paroles, ou encore sa manière de s'excuser, même certainement les trois qui provoquèrent un rire bref, mais terriblement franc de la part de son oncle, ce qui n'aida pas le jeune homme, mais ce dernier avait de toute manière un peu de mal à réfléchir, étrangement.


L M M J V S D

Le chapeau que porte constamment Shusse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Hateku Bara

avatar

Geisha

Messages : 187
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 25

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Geisha
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Mar 4 Juil - 22:53


Le soir commençait déjà à poindre quand les samurai Usehagi prirent place dans la salle qui leur avait été réservée et précautionneusement préparée. Suzu, qui commençait à connaître par coeur les manières et les techniques qui lui permettaient d’assister correctement Onesan, prit vite possession des lieux. Elle prépara de l’eau pour le thé avant même que les clients ne commandent. Rin, pendant ce temps, prenait soin d’aider Miyamoto Usehagi à s’installer : il était l’invité d’honneur en tant que commanditaire, mais une attention particulière devait être apportée au jeune Shusse, qui quant à lui faisait sa première visite dans une okiya. C’était assez visible. Suzu l’observa discrètement. Déjà il avait été clairement dérouté lorsqu’on lui avait demandé de confier son sabre : cela prouvait que c’était un jeune samurai très dévoué au bushido. Souvent, des hommes, moins spirituels, avait même plaisir à délaisser leur arme pour aller se débaucher dans l’alcool et les femmes. Ce n’était pas son cas : c’était attendrissant, et cela prouvait également qu’il avait reçu une éducation militaire en tous points parfaite. “Admirable” était donc le mot qui convenait le plus, selon Suzu. Il était de coutume de laisser les maiko s’occuper plus particulièrement des jeunes invités, et de laisser les geishas expérimentées prendre en charge les clients un peu plus âgés : leur expérience était souvent appréciée.

Lorsqu’ils commencèrent à prendre commande, Rin s’occupa donc de servir le sake, et s’en servit d’ailleurs également un verre. Le petit bourgeon de rose s’occupa de préparer ce qu’il fallait pour une cérémonie du thé en bonne et due forme.
“- Vous ne parlez pas trop, voyons ! Tiens, Suzu, tu as l’air bien prompte à nous préparer cette cérémonie. Tu veux bien la faire ? Montre à ces messieurs ce que je t’ai enseigné, Onechan.”

Suzu fut étonnée que Rin lui laisse cette initiative, mais elle en fut honorée. La cérémonie du thé était une vraie performance et n’était pas à la portée de n’importe quelle apprentie. Mais Rin l’avait bien formée.

La maiko prit place. Elle fit une entrée cérémonielle dans la salle, quand le silence fut le plus complet que possible, apportant le thé, la cuillère et la louche. Elle se plaça à genoux, salua. Prit la serviette qui était pendue à son obi et la plia de manière rigoureuse, propre, et harmonieuse. Elle prit ensuite le temps de nettoyer les instruments. L’eau chauffait toujours, tandis que la jeune fille disposa les chawan. Ces objets étaient tous très beaux : anciens, on pouvait presque sentir une sorte de spiritualité dans leur essence. Elle s’inclina d’ailleurs plusieurs fois, prit la boîte de thé et la cuillère chashaku*. Elle dosa pour chacun parfaitement. Il n’y avait pas un geste de trop, et l’ensemble des mouvements n’étaient pas trop superflus. Tout au long de la démarche, il s’agissait pour elle de trouver le juste milieu entre : la qualité d’un mouvement qu’on a prit le temps de bien exécuter, et la beauté d’un geste simple et raffiné.
Ensuite, elle versa l’eau à l’aide de la petite louche. Finalement elle prit le chasen* pour mélanger l’ensemble correctement. Une fois que cela fut fait, elle déposa à nouveau les divers éléments, les rinça, les nettoya, s’inclina encore, et proposa les chawan aux autres participants.

Puis, pendant qu’ils dégustaient cela, elle prit le temps de ranger les divers éléments correctement. Elle pensait n’avoir rien oublié. Suzu se refaisait le “parcours mental” de sa prestation intérieurement pour vérifier mais le sourire de Rin la conforta : il n’y avait visiblement pas eu d’erreur dans sa pratique. *ouf ! * songea-t-elle.

Elle rejoint donc enfin les convives pour partager avec eux ce met si délicat. Au total, la cérémonie avait bien pu durer un bon quart d’heure, dans le silence le plus absolu et la concentration la plus totale. Ce n’est que lorsque la petite maîtresse de cérémonie elle-même eut finit de se délecter de la mixture que son aînée reprit la parole :
“- Très bien Suzu-chan. Tu deviens aussi experte que moi !”, dit elle d’un ton flatteur.

La jeune maiko, encore peu habituée à recevoir des compliments publiquement, rougit tout naturellement. Elle eut un regard bref pour le jeune Usehagi Shusse. Suzu répondit simplement :
““- J’espère surtout que nos convives sont heureux d’avoir pu y assister, et que le thé est à leur convenance ?”,

Et patienta le temps que la conversation puisse se lancer tout doucement. Elle avait à vrai dire grand hâte de faire la connaissance des Usehagi, mais il fallait qu’elle attende qu’ils engagent la conversation : cela ne se faisait pas pour la maiko de se lancer toute seule dans une discussion. Elle alla patienter aux côtés de son Onesan, qui jaugeait les deux hommes d’un regard tout aussi curieux et inquisiteur.
Définitions:
 


L - M - M - J - V - S - D



.:♫♪ Thème ♪♫:.

Hateku Bara
Revenir en haut Aller en bas
Usehagi Shusse

avatar

Samouraï

Messages : 144
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Samurai
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Ven 7 Juil - 18:32

Le jeune futur chef de famille était très impressionné par ces deux jeunes femmes, certainement autant qu'il était charmé, que ce soit par la fleur épanouit ou par le bourgeon qui ne tarderait pas à éclore. Il se sentait plus proche de Suzu que de Rin d'ailleurs, certainement parce que dans sa division Miyamoto était son chef et qu'il était le subalterne, une relation différente, mais similaire en quelques points à la relation entre Rin et Suzu.

Finalement, ce serait le bourgeon qui ferait la cérémonie du thé, cela ne choqua pas vraiment les deux hommes, mais Shusse savait que c'était quelque chose d'important et de rigoureux, tout le monde ne pouvait pas faire une telle cérémonie, enfin pas comme une geisha le ferait. Le jeune guerrier savait donc que cela serait une grande responsabilité pour Suzu, ce qui dans leur monde signifiait également un grand honneur.

Ainsi tout le monde respecta cette cérémonie, regardant la jeune fille faire. C'était une première pour Shusse peut habituer à ce genre de choses, il se doutait que son père dirait certainement quelque chose comme ''autant de temps et de geste pour du thé, tss'', c'était le désavantage d'être un militaire avant d'être autre chose. Le jeune homme lui regardait la jeune fille s'appliquer à la cérémonie. Lorsqu'elle les salua, le jeune homme répondit, comme par un réflexe pur et dur en la saluant également. Il se demanda par la suite si c'était ce qu'il devait faire.

Il ne se posa pas la question longtemps, observant la jeune femme plier cette serviette puis pratiquer ce fameux rite avec une telle grâce et un tel raffinement. Shusse ne pouvait pas savoir si elle faisait des erreurs, mais il n'imaginait pas que c'était le cas tout semblait tellement parfait, les instruments qu'elles utilisaient étaient beaux certes, mais ils semblaient anciens et ils rayonnaient un peu de la même manière qu'un ancien katana, comme le sien, assez vieux pour clairement parler de lien spirituel. C'est comme si tous les instruments de Suzu avaient une âme eux aussi, peut-être celles des anciennes geisha les ayant utilisés et qui veillaient par leur biais sur leurs ''descendantes''.

Lorsqu'elle proposa le chawan de Shusse à ce dernier, il le prit bien entendu, non sans incliner légèrement la tête en signe de remerciement et de respect, ne voulant pas briser le doux silence qui s'était installé dans la pièce. Alors que Miyamoto et Rin dégustait leur thé, le jeune Shusse s'attarda un instant sur le rangement de Suzu, avant de goutter lui aussi ce met. C'était bon et même au-delà, visiblement la cérémonie permettait de faire un thé d'une perfection sans pareil, mais plus que le goût en lui-même Shusse eu une autre impression. Après la première gorgée il avait silencieusement expiré par la bouche les yeux fermé, il avait une sensation d'être désaltéré, mais au niveau même de sa psyché. Comme une relaxation intense, ce n'était même plus bon à ce niveau-là, c'était plus.

Rin félicita sa protégée, ce qui fit naître une rougeur très mignonne sur le déjà très joli minois de la demoiselle, cette dernière semblait plus préoccupé par l'avis de ses clients d'ailleurs. Shusse finissait seulement le divin breuvage pour répondre.


C'était parfait, autant votre performance que votre thé Suzu-san. Cette cérémonie semble très rude et exigeante, mais vous l'avez fait avec une telle grâce. Enfin... je ne suis peut-être pas le plus à même de juger. Mais réussir à nous captiver et à garder Miyamoto-san silencieux tout ce temps, c'est aussi une performance.

Le jeune Usehagi avait fini sa phrase avec un léger sourire pour son oncle, qui eu un nouveau rire franc. Heureusement il avait plus d'humour que le jeune homme. Bien entendu, Miyamoto était son taii, mais ici ils n'étaient plus en service et Shusse redevenait son neveu, fils du chef de famille et futur chef, donc le jeune homme pouvait se permettre ce genre de réflexions humoristiques (il ne s'accordait que très peu le droit de base, mais cela pouvait aider à la conversation).

Les ustensiles que vous avez utilisés semblaient tous très anciens Suzu-san, ce passent-ils de génération en génération ? Et d'où provient ce thé ? Mais... et les compositions florales de l'entrée, serait-ce des geisha qui les auraient crées ? Et …
Doucement Shusse-san, doucement... Excusez-le mesdemoiselles, mais mon neveu, peut se montrer extrêmement curieux. Laisse les parler si tu veux qu'elles te répondent Shusse.
Gomen...


L M M J V S D

Le chapeau que porte constamment Shusse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Hateku Bara

avatar

Geisha

Messages : 187
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 25

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Geisha
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Dim 9 Juil - 22:41

A la réaction des invités, Suzu fut tout simplement comblée. Tous semblaient avoir apprécié la prestation, et le met. La tension que Suzu avait pu accumuler se relâcha : là était réellement le seul défaut de la cérémonie qu'elle venait de mener. Normalement, cette cérémonie est censée être un moment de relaxation intense. Il faudrait, dans l'idéal, que ça le soit aussi pour la maîtresse de cérémonie. Suzu le nota dans un coin de sa tête pour s'améliorer la prochaine fois. Même si sa technique semblait bonne, elle manquait peut-être encore de pratique.

Mais elle n'était pas déçue pour autant. Le jeune Shusse la couvrit de compliments qui n'arrangèrent pas sa carnation, mais lui allèrent droit au cœur. Il fit même un petite plaisanterie sur son oncle, ce qui ne manqua pas de faire rire ce dernier. La jeune maiko s'en réjouit.

Rin commença à servir quelques victuailles offertes par la maison pour leur souhaiter la bienvenue, tandis que Shusse commençait à poser des questions. D'abord sur la cérémonie du thé elle-même, sur les ustensiles, puis sur les compositions florales ... En bref, il était très curieux. C'était bien naturel : c'était à près tout la première fois qu'il pouvait côtoyer le monde des okiya et des geishas. Cela était assez attendrissant aussi. Alors Rin lui répondit doucement :
"- Ahah, pas de problème, il a bien raison d'être curieux. Ce n'est pas une mauvaise chose, ça forge l'esprit et le caractère."

Elle lança ensuite un regard lourd de sous-entendus à sa protégée et Suzu sut tout de suite qu'elle était autorisée à répondre aux questions précipitées du jeune bushi. Elle s'appliqua pour donner des explications claires et précises :

"- Nos ustensiles sont effectivement très anciens. A vrai dire, ils appartenaient à une ancienne famille de potier de Ite, et dont le dernier descendant a légué l'ensemble de la collection à notre Okiya, pour rembourser les dettes qu'il devait à notre Okasan. Ce sont des pots confectionnés dans les règles de l'art, et seule cette famille possédait le secret de fabrication. Vous pouvez observer que de vrais flocons de glaces sont incrustés dans la terre. Ils sont là, figés pour toujours. On dit qu'en briser un fait briser un secret quelque part dans Yokuni !"

Suzu était toujours impressionnée par ses légendes qu'elle avait apprises au fil du temps.

"- Aussi, celui qui en brise un se doit de le faire réparer selon une technique kintsukuroi* pour se racheter d'avoir brisé un secret bien gardé. C'est pour ça que vous pouvez voir des fêlures réparés avec de l'or sur celui de votre oncle."

Ce bol était particulièrement beau. Un objet cassé peut devenir encore plus beau avec l'usure et le temps ... C'était une métaphore que Suzu appréciait particulièrement.

"- Pour ce qui est du thé, c'est un thé matcha qui nous est fournit par un marchand, qui coopère également directement avec la Cour de Fukyuu. Vous pourrez demander l'adresse si vous le souhaitez auprès de notre Okâsan. Il produit de petites quantités et nous faisons partie des maisons privilégiées à pouvoir se fournir chez lui. C'est grâce aux bonnes influences de Yuuki-sama, notre Okâsan."


La petite maiko était amusée d'expliquer tout cela à ces hommes qui devaient réellement vivre dans un autre monde au quotidien ... Elle espérait que cela les intéressait suffisamment. Rin lui adressa un regard vif et fier. Elle était apparemment contente de pouvoir déléguer cela à sa jeune apprentie.

"- Enfin, pour les compositions florales, ce sont effectivement les résultantes des cours que nous avons suivis aujourd'hui sur cette discipline. Elles sont donc les œuvres de toutes les maiko actuellement en apprentissage ... Si vous le souhaitez, nous pourrions en faire une pour vous, Usehagi-sama ..." proposa la jeune fille à l'adresse du chef de famille.

Elle doutait que les samurai puisse faire entrer ça dans leurs paquetages mais, peut-être désirerait-il en faire faire une pour la faire envoyer à quelqu'un. Cela ne coûtait rien de demander. Rin ajouta :
"- Oui, d'ailleurs, je pourrais vous la faire moi-même si vous le souhaitez. C'est ma grande spécialité."

Rin était en effet réputée pour plusieurs choses : la qualité de son jeu au shamisen, et ses compositions florales qui défiaient les lois de la physique et repoussaient les barrières de l'esthétique. Certains Kuge se fournissaient d'ailleurs auprès d'elle pour décorer leurs maisons. La geisha vint s’asseoir auprès de sa petite sœur lorsqu'elle eut finit de servir les amuses-bouches.

"- Je vous en prie, bon appétit !", dit-elle alors pour les inviter à se servir.
HRP:
 


L - M - M - J - V - S - D



.:♫♪ Thème ♪♫:.

Hateku Bara
Revenir en haut Aller en bas
Usehagi Shusse

avatar

Samouraï

Messages : 144
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Samurai
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Mer 12 Juil - 20:11

Il était clair que la situation amusait assez Miyamoto, voir son neveu si fier et sûr de lui être aussi timide et si peu confiant était un moment rare à déguster. Pourtant le jeune homme se détendait au fur et à mesure, cela se voyait assez facilement, c'était certainement signe que leur hôtesses faisaient du bon travail, car il était facile d'impressionner et de stresser un peu un jeune homme de 16 ans connaissant peu ce monde et même connaissant peu les femmes tout simplement. Après tout Shusse n'avait comme relation féminine que sa mère, sa sœur et quelques cousines, bref uniquement la famille quoi. Il y avait bien Eda-san, mais ce n'était pas comme s'ils se voyaient souvent. Après la phrase de Rin sur le fait d'être curieux, Miyamoto argumenta entre deux gorgées de saké :

Que mon frère n'entende jamais cela.

C'était ponctué par un petit gloussement amusé de la part de Miyamoto, il est vrai que le chef de famille était quelque peu... vieux jeux et peu enclin à laisser les membres de sa famille nourrir leur curiosité, cela risquait certainement de faire dévier certains membres de la famille du chemin qu'il traçait pour eux et dont personne ne connaissait l'aboutissement.

Shusse préféra ne rien dire et écouta la petite maiko, buvant ses paroles, les yeux pareils à des étoiles. Le jeune homme avait toujours été très curieux de nature, surtout pour les choses honorables comme le travail des geisha, il n'y connaissait rien et aimait apprendre. Il regarda son propre bol lorsqu'elle parlait de flocons gravés dans la terre, c'était impressionnant, comme quoi même un fabricant de bol pouvait mettre son âme dans ses créations, ce n'était pas réservé aux meilleurs forgerons. La légende sur les secrets brisés avait attirée encore plus l'oreille du jeune homme. Suzu désigna alors le bol de Miyamoto expliquant que celui-ci avait été brisé puis réparer pour que le secret le reste, c'était une belle histoire et une belle métaphore.


Je pensais qu'il était fait ainsi.
Même âgé et brisé il reste beau, j'aime cette vision des choses.
Ouais c'est pas mal j'avoue.

Le jeune homme était content de savoir quel était ce thé et surtout d'où il venait, même si c'était gentil de la part de Suzu de vouloir partager l'adresse, il y avait peu de chance qu'ils puissent en ramener, une telle dépense pour du thé serait mal vu par le père et surtout, même si les Usehagi étaient connus, honorable et ''riche/puissants'', ils n'avaient pas de quoi s'autoriser trop souvent des folies et un thé cher était une folie.

Suzu enchaîna sur les décorations florales, ainsi donc c'était les maiko qui les avaient créé, c'était assez impressionnant, même s'il n'était pas du genre à être touché par cela, il fallait bien reconnaître que cela forçait le respect, même lui un ignare en la matière avait trouvé cela beau et reposant. Encore un art de plus à mettre au crédit de ces Dames de compagnies. Shusse manqua de s'étouffer, alors qu'il ne faisait rien de particulier, lorsque Suzu lui proposa de lui en faire un. Peut être le ''Sama'' (qui était pourtant de rigueur), ou la proposition de la jeune fille, ou autre chose. Toujours est-il qu'il retrouva une contenance, non sans voir arriver sur ses joues une certaine teinte rose à son tour. Il se gratta la joue en répondant
.

Ano... je ne sais pas si on pourrait l'emporter et...
Baaaaaka ha ha ha. Ne refuse pas une telle offre je suis sûr que ta petite sœur serait ravi d'un tel cadeau.
Ho, mais oui, vous avez raison mon oncle, Chizuru aimera beaucoup.

Même Rin se proposait de le faire elle-même, Shusse avait l'impression de ne pas mériter de tels honneurs, il ne s'en cacha pas bien entendu.

C'est... c'est trop d'honneur, j'accepte volontiers, même si je ne suis pas sûr de mériter une telle attention de votre part Rin-san, Suzu-san.

Il les salua pour les remercier et se redressa, toujours avec des joues très rouges. Il profita des amuses bouches servi par leur hôtesse pour pouvoir changer de sujet et surtout penser à autre chose, après un ''Itadakimasu'' d'usage, le jeune homme se délecta de quelques mets, avant de regarder à nouveau les deux jeunes femmes avec un regard interrogatif.

Vous ne partagez pas ces petits délices avec nous ?

Shusse ne savait pas vraiment si cela se faisait en vérité. Encore une fois, il était trop peu coutumier de ce genre de choses pour vraiment le savoir, il lui semblait logique de partager avec les personnes qui leur font passer une si bonne soirée. Mais le futur jeune chef de famille avait une autre question.

Je me demandais également... Avez-vous, comme les samurai, un code ou des vertues particulière à chérir ?

Spoiler:
 


L M M J V S D

Le chapeau que porte constamment Shusse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Hateku Bara

avatar

Geisha

Messages : 187
Date d'inscription : 17/05/2015
Age : 25

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Geisha
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Dim 16 Juil - 20:31

Les Usehagi semblaient passer du bon temps et les deux geishas aussi :
la soirée s'annonçait sous le meilleur augure que possible. Quoi de mieux que d'avoir des clients conciliants, intelligents, curieux ? Ils étaient plus rares que ce qu'on pourrait croire, et les deux geishas redoublaient donc d'efforts pour qu'ils passent une soirée inoubliable : c'était assez normal en fin de comptes. "Mieux vaut fidéliser des clients agréables que des malhonnêtes", disait toujours Yuuki-sama, "Concentrez vous sur les bonnes personnes", ajoutait-elle aussi souvent.
Elle avait bien raison et pour cause : l'expérience ne mentait jamais.

Quoiqu'il en soit, Usehagi Miyamoto avait l'air de rire et de s'amuser, c'était l'essentiel. Le jeune Shusse avait plus de réserves, comme souvent, mais on sentait qu'il commençait à se détendre, ce qui enchanta la petite Suzu. Lorsque le chef de cette troupe déclara "Que mon frère n'entende jamais cela.", la jeune fille ne put s'empêcher d'imaginer un homme rude qui ne supporte pas la plaisanterie ni le relâchement. Quelqu'un d'autoritaire. Peut-être même encore plus autoritaire que Yuuki-sama ... La maiko se doutait bien que la discipline militaire devait régner au sein des familles les plus guerrières du clan. Et cette discipline là permettait bien souvent beaucoup moins de créativité et d'ouverture d'esprit que pour les disciplines artistiques, bien que l'apprentissage des arts demande aussi rigueur et patience.

Suzu aimait bien faire ce genre de parallèles. Il était intéressant de remettre en question sa propre existence et sa manière de vivre quand on pouvait rencontrer des gens qui vivaient justement tout autre chose au quotidien. C'était un exercice que les geishas et autres membres de l'okiya pouvaient mener tous les jours : car chaque client est bel et bien différent, peu importe sa profession ...

Les deux hommes s'intéressèrent aux explications de Suzu et à toutes les réflexions qu'elles pouvaient apporter, ce qui encore une fois conforta la jeune fille dans le fait que c'était des gens biens.

Pourtant à sa proposition, le jeune samurai semblait hésiter, comme gêné qu'on puisse lui faire un présent. Pourtant l'okiya était là pour ça non ? Devant son air dubitatif elle expliqua :

"- Vous savez, vous faire un présent artistique ou esthétique nous honore tout autant, d'autant plus si vous l'appréciez sincèrement. C'est une marque de reconnaissance inestimable pour nous. Et cela nous fait plaisir de mettre à profit nos dons pour vous, nous sommes là pour ça."

Et Rin ajouta :
"- Tout à fait. Suzu-chan a entièrement raison. Vous ne devez pas vous sentir gêné surtout."

Puis la geisha se tourna vers sa jeune soeur adoptive :
"- Peux-tu aller me chercher le matériel pour la composition florale Suzu ? Nous allons la faire ensemble cette fois, d'accord ?"

L'idée plaisait énormément au petit bourgeon, qui s’exécuta dans la seconde même. Composer une oeuvre avec sa Onesan est d'autant plus gratifiant, et Suzu adorait quand sa sœur lui permettait de le faire. En général le résultat était particulièrement remarquable à l'aide de leurs deux âmes d'artistes conjointes.

Elle s'empressa d'aller chercher un petit vase, des fleurs Aucuba, très abondantes en cette période, dont les couleurs chatoyantes rappelaient souvent des étincelles rougeâtres, puis des feuilles d'ornementation diverses, tout cela était stocké dans les salles dédiées aux leçons qui se situaient juste un ou deux couloir plus loin. Elle se hâta pour essayer de ne pas faire patienter trop longuement les invités, mais elle se doutait bien que Rin allait entretenir la conversation pendant ce court laps de temps d'absence.

Dès qu'elle fut revenue, bien chargée, elle fit entrer tout ce matériel dans la salle, et commença à organiser la disposition de chaque élément pour que la salle ne soit pas trop en bazar, mais aussi et surtout pour que la composition soit facile à produire.

La geisha avait commencé à répondre aux questions que les deux Usehagi avaient posé juste après. Elle avait probablement dû répondre à Shusse qu'il ne valait mieux pas partager la nourriture avec eux, car leur soirée était encore loin d'être terminée, et qu'il ne fallait pas qu'elles mangent trop tout de suite, sinon elles n'allaient pas pouvoir être au mieux de leur performance. Elle l'aura sans doute remercier tout de même très poliment de cette proposition. La vérité c'était que les geishas et aussi les maiko devaient faire attention à leur ligne. Si elles se mettaient à manger avec tous leurs clients, il leur deviendrait bien impossible de rentrer dans les kimonos de l'okiya. Cela ne les empêchait pas de manger un peu, bien sur, surtout quand le client leur proposait ... Mais pas si tôt dans la soirée, en général.

Lorsque Suzu entra, Onesan était en train d'expliquer en quelque sorte en quoi pouvaient consister les préceptes principaux des geishas :

"- Il ne s'agit pas vraiment d'un code à proprement parler. Mais notre okiya a ses préceptes, comme chaque maison de geishas. La nôtre met en avant principalement quatre valeurs, liées aux quatre saisons :
Pour le printemps, la saison du renouveau et de la renaissance, il faut pouvoir mettre en avant sa Créativité.
Pour l'été, la saison de l'abondance, la Prouesse est mise à l'honneur.
Pour l'automne, saison de la romance et de la transition, on retourne vers la Tradition.
Et enfin l'hiver, saison de la petite mort et du grand froid correspond à la notion d'Accueil, puisque c'est en cette saison qu'il fait bon d'avoir un foyer ...

Voilà, ce sont ces quatre termes qui régissent nos vies : Créativité, Prouesse, Tradition et Accueil."


Ces notions, Suzu commençait à bien les connaître. C'était les clés pour pouvoir comprendre la démarche de la maison Hateku.

Laissant peser ces explications dans l'air, les deux geishas commencèrent à créer silencieusement. Ce fut Rin qui plaça la pièce maîtresse : la plus belle fleur. Ensuite, Suzu lui fit des propositions pour placer les feuillages et autres ornements. Il y avait bien sur des règles à respecter. Et Rin se permit plusieurs fois de corriger le positionnement des feuilles pour qu'elles tombent mieux sur l'ensemble. Au final le résultat était simple et complexe à la fois, équilibré et asymétrique, artificiel mais naturel, harmonieux et subtil à la fois ... C'était une alchimie intéressante.

Rin présenta le cadeau en tendant le vase et en le déposant devant le taii, en s'inclinant. Suzu commençait à ranger les excédents à l'arrière et en moins de deux minutes, ce fut comme s'il n'y avait jamais eu deux artistes en action juste ici.

En attendant que ce nouveau verdict tombe, les deux sœurs se regardaient d'un air complice, pour se remercier l'une de l'autre du travail accompli.


L - M - M - J - V - S - D



.:♫♪ Thème ♪♫:.

Hateku Bara
Revenir en haut Aller en bas
Usehagi Shusse

avatar

Samouraï

Messages : 144
Date d'inscription : 06/01/2016

Feuille personnage
Age: 25
Titre: Samurai
Liens:

MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara) Ven 21 Juil - 15:45

C'était certainement l'une des soirées les plus agréables qu'avait passer Shusse, celles à la garnison pouvaient être amusante, mais cela restait des soirées entre hommes et elles ont aussi leur limites et celles à la maison étaient bien plus austère, il fallait qu'ils attendent d'être avec sa sœur ou certains de ses cousins pour ''s'amuser''. Mais là c'était très différent, amusement, raffinement et aussi et surtout, apprentissage. Sa curiosité était bien vue et surtout on lui répondait. Et puis bon la présence de ses deux agréables et très belles personnes ne gâtait rien bien entendu, Shusse se demandait même s'il n'y avait pas un côté additif à cette beauté, facile de revenir et de dépenser tout son sou pour quelques soirées avec ces femmes.

Shusse n'était pas toujours à l'aise qu'on fasse les choses ou des choses pour lui. Bien entendu c'était différent pour les servants à la maison, il avait grandi avec eux, mais demander des choses à ces geisha lui semblait insultant. Il oubliait qu'elles étaient là pour cela, que c'était leur métier, enfin il ne l'oubliait pas, il avait simplement du mal de se faire à l'idée. Il voyait ces femmes comme respectables et honorables et il avait pour le coup un mal fou à leur demander quoi que ce soit, même s'il s'était détendu et que sa curiosité parlait facilement, son humilité parlait encore trop fort.


Je ne savais pas... je n'ai pas bien l'habitude. Gomen.

Cette phrase eu pour résultat premier d'arracher un nouveau rire franc à son oncle, ce dernier semblait comprendre le jeune homme. Si la fierté de ce dernier pouvait se ressentir face à des personnes issus de la plèbe ou de rangs moins important, il restait très discret, timide, voir même humble face à d'autres, comme ses supérieurs, ses pairs ou encore comme ici : des geisha. Même si pour ce dernier exemple c'était moins ce qu'elles pouvaient représenter que ce qu'elles affichaient qui gênait son neveu.

La proposition de la fleur à son bourgeon sembla plaire à celui-ci qui s'empressa d'aller chercher les affaires nécessaires à la confection de l'œuvre florale. D'ailleurs la rapidité avec laquelle Suzu sorti de la salle était amusante, il avait l'impression de se voir cavaler quand son père lui proposait de finir un entraînement sur un duel et qu'il lui demandait d'aller lui chercher un boken. Bien entendu lui pouvait ressembler à un pachyderme pressé comparé à la démarche rapide, mais gracieuse du petit bourgeon.

Pendant ce temps Rin expliqua à Shusse qu'il ne valait mieux pas qu'elles mangent tout de suite, pour pouvoir rester en forme par la suite. Le jeune homme hocha la tête en souriant, il n'était pas gêné par sa propre demande ou par la réponse de la geisha, il comprenait en effet qu'elles travaillaient après tout, alors qu'eux se détendait. Miyamoto ajouta une petite pique à Shusse.


Ha ha ! J'aurais peut-être du lui apprendre deux trois choses avant de venir.

Bien entendu c'était dit sur le ton de la plaisanterie, pas pour argumenter ou pour recevoir une quelconque réponse. Miyamoto comprenait la curiosité de son neveu, lui-même fut pareil en son temps, comme beaucoup d'Usehagi au final, le confinement de la pensé de la famille et leur vie stricte apportait cette soif de connaissance chez certains d'entre eux, au grand damne des chefs de famille (qui étaient généralement les plus curieux et les plus érudits).

Le petit bourgeon revint dans la salle au moment où Rin expliquait les différents préceptes de l'Okiya Hateku, le futur chef de famille écoutait la jeune femme avec la plus grande attention, ce qu'elle lui disait semblait couler de source une fois que l'on comprenait un peu tout. Rédiger les préceptes en rapport aux quatre saisons c'était très bien trouvé et très intelligent. Alors que l'hôtesse retrouvait sa petite sœur pour commencer la création, Miyamoto parla à son neveu.


Intéressant ces préceptes n'est-ce pas ?
Ha, mon oncle.
C'est l'avantage des Okiya, chacune à sa façon de voir les choses et d'une certaine manière chacune est différente.

Shusse hocha la tête en souriant et les deux hommes se reportèrent sur le travail des geisha, observant un silence total par respect pour les deux artistes qui se démenaient devant eux. Il y avait une complicité entre les deux jeunes femmes, une très grande complicité et le jeune homme ce disait que c'était encore une chose que les militaires gagneraient à copier sur les geisha, une si grande confiance et connaissance de l'autre pouvait être utile. Il les observa travailler et communiquer et finalement le résultat final était une chose absolument magnifique, le jeune Usehagi ne pensait qu'il était possible d'arriver à une telle sculpture végétal en utilisant que des fleurs. Rin posa le vase devant Miyamoto alors que Suzu rangeait rapidement. Miyamoto, un peu décontenancé se tourna vers un Shusse très admiratif.

Alors Shusse qu'en pense tu ?
C'est magnifique ! Une création complexe, mais d'une beauté qui parait simple, on pourrait voir une sculpture qui aurait mis plusieurs jours à être créé. Le tout donne l'impression d'une création faite par la nature elle-même, inspirée par une force supérieure tant tout cela parait naturel sans l'être.
Ha... et bien. Je vous conseille de vous fiez à son avis mesdames, mon sens critique étant assez mauvais pour ce genre d'œuvre. Le résultat de ma rudesse naturelle, veuillez m'en excusez. Quant à toi Shusse, je ne te savais pas si sensible à l'art. A ces mots le rouge remonta légèrement aux joues de Shusse.
Et bien... habituellement je me contente des calligraphies ou des dessins de Chizuru, mais c'est la première fois que je vois une œuvre de cette sorte et crée à des artistes confirmées et accomplies.

Pendant son explication les yeux du jeune hommes avaient alterné entre son oncle et les geisha, comme quelqu'un expliquant quelque chose d'assez gênant. Puis soudain il sembla se rappeler de quelque chose.

Ho, mais. Avez-vous des conseils pour entretenir cette œuvre ? Ou pour la transporter jusqu'à Mashiro ?


Heureusement c'était encore l'automne et les températures n'étaient pas trop tombées, mais il voulait altérer le moins possible cette sculpture végétales, il voulait que Chizuru la voit au mieux de sa forme, enfin autant que possible.


L M M J V S D

Le chapeau que porte constamment Shusse:
 


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara)

Revenir en haut Aller en bas
 

Un monde différent [An 33 : Ite] (Pv Hateku Bara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une histoire commune, un destin différent, un avenir commun
» Quelque chose de différent : "Mon Amour Chéri"
» Théodore C. Deschanel ~ Pour être irremplaçable, il faut être différent.
» différent jeux
» Un coucher de soleil ... Différent ?


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..