AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Rencontre aux sources chaudes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ayano Shea

avatar

Chûnin

Messages : 120
Date d'inscription : 24/05/2016

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Chûnin
Liens:

MessageSujet: Rencontre aux sources chaudes Lun 12 Juin - 21:40

Putain de mission de merde ! Ca fait des jours que je traque un abruti de type pour le compte d’un client tout aussi con ! Des documents soi-disant importants à récupérer… Une mission facile en soi, en même temps, avec mes sens, qui pourrait m’échapper ? J’ai même pas eu besoin de l’avoir sous les yeux, cette proie minable. Il pue tellement que, même en ville, je percevais sa trace. Tu parles d’une traque, toi… D’un ennui mortel et c’est pas comme si il m’avait mis des bâtons dans les roues. Même récupérer le document, ça a été plus simple que de commander un truc à boire… D’un ennui mortel, cette promenade, surtout que ça faisait des jours qu’il me promenait, ce con. Ah, le pays Setsu, j’en ai vu un bout ! Ben je m’en serais bien passé.

Stupide bipède ! A cause de lui, j’ai dû passer tout mon temps loin de la nature . Résultat, j’ai besoin de me nettoyer. A forcem j’ai fini par prendre une espèce d’odeur d’humain que je supporte pas. J’ai le nez sensible, moi. Bordel, dire qu’y a pas une seule putain de rivière, dans le coin, pas un point d’eau tranquille dans cette ville à la con. Je suis donc perdu, dans Boya, en terre Setsu, j’ai le nez complétement cramé par les odeurs qui m’entourent, je rêve de bouffer un bon lapin depuis des jours et, comble du bonheur, y’a des saloperies d’humains partout !

Je soupire à travers mon écharpe tout en progressant dans la ville, les gens ne prêtent pas attention à moi, ce qui m’arrange. Vu l’heure matinale, peu de monde est dehors, des commerçants ou des soldats pour la plupart, à en juger par leurs tenues. Quoi qu’il en soit, c’est pas le calme auquel j’aspire. Si les militaires savent fermer leurs grandes gueules, les marchands, eux, discutent à grand bruit et ils me cassent les oreilles. Néanmoins, j’écoute leurs conversations.

Je cherche pas d’informations précises, mais j’aime savoir ce qui se raconte là où je passe, ça peut servir, parfois.
Bien souvent, quand on veut un renseignement, il suffit de discuter avec un vendeur, ils ont les oreilles partout.  Bien souvent, ouais… Bah aujourd’hui, le centre de leur discussion c’est les sources chaudes… Pfff, stupides humains…. Et vas-y que ça se vante d’avoir pu profiter des bienfaits d’une eau thermale… Que ça glorifie les effets thérapeutiques à la con… Comme si de la flotte chaude ça pouvait être agréable, relaxant et autres conneries du genre… Les humains sont franchement trop bizarres. Ils sont humains et pourtant ils se prennent pour des légumes à aller se foutre dans de l’eau chauffée…

On me fera pas croire que ça peut franchement être à la fois bénéfique et agréable. Et puis de l’eau chaude, sérieux, pourquoi pas du courrier instantané, tant qu’on y est ? Ou des objets qui font le ménage tout seuls ? Tsss, les humains évolueront jamais…

A force de les écouter, la curiosité me pique. Je sais pas si je finis par céder à cause de l’odeur qui m’incommode, par envie d’essayer ou simplement pour me prouver qu’une fois de plus les humains font tout un monde pour des choses inutiles, mais je finis par me diriger vers ces fameuses sources. L’endroit me paraît étrange aux premiers abords, mais je décide d’y entrer. Ignorant superbement les humains présents, je me dirige vers un bassin que l’on m’indique comme étant celui pour les « femmes ». Suis une renarde, abrutis de sans poils ! Et c’est quoi, cette manie qu’ils ont de mettre d’un côté les hommes, de l’autre les femmes ? Humains abrutis incapables d’agir normalement, comme si les animaux ne se mélangeaient pas en fonction de leur sexe… Bah putain, comment y font, les humains, pour survivre ?

A peine ai-je mis les pieds du côté réservé aux demoiselles que je me stoppe net. Bordel, c’est pas de la flotte, avec une odeur pareille, ça pue encore plus le parfum que dans la ville. Quelques femmes sont déjà présentes, piaillant joyeusement, et je sens une furieuse envie de me percer les tympans toute seule. Les femmes, à la naissance, faudrait leur couper la langue, pour qu’elles la ferment.

Je fais demi-tour, sans avoir été aperçue, maugréant contre les pimbêches qui vienne de ruiner l’expérience que j’allais mener. Pour une fois que j’allais volontairement essayer un truc humain, faut qu’une bande d’idiotes grassouillettes m’en empêche… A nouveau, je m’arrête en me traitant d’humaine. Ouais, y’a des truffes dans un bassin, mais de l’autre côté… Si ça se trouve… D’un pas décidé, je me faufile du côté masculin et me rapproche de l’eau. L’odeur est déjà plus supportable et, comble du bonheur, y’a pas l’ombre d’un humain.

Je laisse glisser mes habits sur le sol en me rapprochant du bord du bassin. Hésitante, je glisse lentement un pied dans l’eau. Bordel, c’est bizarre, pas désagréable, mais bizarre. C’est plus chaud qu’un petit lac qui a pris le soleil en plein été. Tout aussi lentement, je me laisse glisser dans l’eau jusqu’à être assise immergée jusqu’au cou. Je laisse échapper un profond soupir en fermant les yeux.

-Bordel, c’est trop bon, cette connerie !

Je dois l’avouer, les humains ont parfois des trucs bien. Ça, ça me plait. J’irais pas jusqu’à dire que c’est bénéfique pour le corps, mais ça détend. Je secoue la tête pour me remettre les idées en place. C’est pas un lieu pour dormir, je garde donc mes sens à l’affut du moindre signe de présence et plus particuliérement mes oreilles. Mes yeux eux restent clos de manière à ce que je profite quand même de cette source chaude. De toute façon aucun humain ne me surprendra plus, j’ai déjà donné, et chaque jour je m’insulte d’avoir manqué de vigilence.



"Tu veux jouer avec moi Invité ?"
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 54
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: Rencontre aux sources chaudes Mar 13 Juin - 17:46

Tout le monde a ses petits plaisirs n'est ce pas ? Pour Ishizuka, depuis sa nomination au poste de taisa de Boya, c'était les onsens. Quoi de mieux qu'un bon bain chaud au calme pour passer une intense réflexion sur les grands sujets en cours concernant l'ordre et la loi au coeur de cette province !? Le pire dans tout ça c'est qu'il profitait également honteusement de sa notoriété pour se permettre même des privatisations de certaines parties des bains chauds, histoire de s'assurer officiellement une sécurité et officieusement un calme sans pareil.

C'était probablement une des raisons pour laquelle il n'y avait personne dans la partie "hommes" ce jour là à cet instant de la journée. Bien entendu chez les femmes il n'y avait rien à redire puisque le taisa ne s'y rendait pas alors aucun intérêt pour lui d'empêcher la population de s'y rendre après tout. Mais revenons à nos moutons voulez vous ?

Ishizuka sortait d'une des réunions régulières qu'il organisait avec ses sous officiers et quelques samouraïs triés sur le volet pour régler quelques problèmes récurrents de la province, remotiver ses troupes ancrées dans une certaine forme d'inactivité mais aussi prêter l'oreille à tout ce qui pouvait se dire ou tous les comportements inhabituels observés par ses frères d'armes qui oeuvraient dans chaque recoin de Boya. Un moment particulièrement tendu quand les nouvelles n'étaient pas bonnes. C'est que la gestion d'une province en l'absence des plus hautes autorités n'était pas de tout repos. Alors plus qu'un autre jour, c'est d'un pas décidé que le fier moustachu s'était mis en marche en direction des bains chauds.

Ces lieux étaient réputés pour être la source de la force de caractère des habitants de la terre du feu, ce qui impliquait qu'on pouvait alors y retrouver des personnes de tout bord et de toute nation dans la théorie, bien que ces derniers temps, les visiteurs etaient rares, si ce n'est absents totalement. Pas spécialement pour lui déplaire d'ailleurs car il n'avait pas à devoir contenir tous ces hommes hautains se croyant en terre conquise et qui pensaient à tort que leur statut de nobles les intouchables.

Arrivant donc, bien sûr à dos de cheval, à l'entrée des onsens, il donna quelques pièces à un jeune garçon pour qu'il s'occupe de sa monture et s'engagea bien rapidement dans "sa" partie.

Prenant son temps à la fois pour la marche que pour le délestage de quelques couches de vêtements bien inutiles dans ces bains chauds, il arriva aux abords de l'eau chaude simplement vêtu d'un pagne, son attirail de samouraï parfaitement rangé et plié dans un endroit non loin de la petite étendue d'eau. Un regard circulaire pour s'assurer de la solitude quie devait théoriquement incarner ce lieu, il fut surpris de voir un peu plus loin une tête qui sortait de l'eau, les yeux clos. D'ici il ne la distinguait pas vraiment.

Deux choix s'offraient à lui : faire un caca nerveux et le faire sortir d'ici à coups de pied dans le derrière, ou tolérer sa présence du moment qu'il ne venait pas perturber sa relaxation. Se caressant la moustache un long moment, se faisant le film de la première possibilité dans sa tête, hors de question de devoir lutter et faire rameuter toute la population pour ça et dans le plus simple des appareils.


- "Mais qu'est ce que vous foutez ici bordel ! C'est pas l'bon jour j'vous préviens ! "

Sans attendre de réponse, il délaissa le dernier rempart de tissu pour se glisser dans l'eau chaude dans un autre coin mais tout de même suffisamment proche pour mieux appréhender les traits de cet intrus. Il apparaissait être on ne peut plus efféminé en plus.

- "Un gamin... c'est bien ma vaine..."

Oui car dans la tête du taisa il était impossible que ce soit une femme. Les indications étaient trop bien faites pour qu'elles puissent se tromper. Donc pour lui il ne pouvait s'agir que d'un adolescent pré juvénile qui avait dû chercher à remporter un pari ou quelque chose du genre. Et comme il avait été jeune lui aussi il pouvait comprendre, dans son silence sur sa présence, il lui offrait une forme de gloire probablement aux yeux de ses amis qui devaient l'attendre à la sortie pour valider le fameux pari. Bon... pas de quoi s'offusquer donc. Il s'adossa à un rocher, assis puis commença à se décrisper petit à petit sous l'effet de la chaleur, qu'il supportait plutôt bien d'ailleurs depuis tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Ayano Shea

avatar

Chûnin

Messages : 120
Date d'inscription : 24/05/2016

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Chûnin
Liens:

MessageSujet: Re: Rencontre aux sources chaudes Jeu 15 Juin - 10:55

Ma tranquillité est comme je m'en doutée de courte durées, à peine ai-je eu le temps de me détendre que mes oreilles perçoive le cliquetis familier d'une armure. Adieu bain tranquille, enfin peut-être que le type qui arrive aura l'intelligence de m'ignorer… Enfin avec un militaire j'ai des doutes, ils sont toujours chiant avec leurs lois et leur protocole à la con. Enfin peu importe j'ai pas l'intention de sortir maintenant et que ça lui plaise ou non je resterais. Je l'entends se rapprochai et s'arrêter surpris, un léger rictus apparait sur les lèvres et je compte les secondes avant qu'il ne l'ouvre.

Même pas quinze secondes qu’il m’a vu qu’il m’emmerde avec une question à la con et avant que je ne puisse répondre perdant mon sourire il se glisse à son tour dans l’eau lâchant un deuxième commentaire qui me fait ouvrir les yeux. Plongeant mes iris glacial dans les siennes je lui réponds aussitôt d’un ton ironique. Il va pas me gonfler longtemps lui.

-Papi devrait mettre des lunettes, ou apprendre à fermer sa gueule.

Bien décidés à ne pas me laisser marcher dessus je décide de le mettre en garde tout de suite. Peu importe qui il est, je sens qu’il va me mettre en garde très vite, en me donnant son nom et son grade, je le sais déjà, je suis pas la meilleure de Kumo pour rien.

-T'as deux options ducon, ou tu la ferme et tu me laisse profiter de l'eau, ou tu l'ouvre encore et je te jette dehors !

Stupides humains, peuvent pas tout simplement rester silencieux au lieu de parler pour rien dire ? Parfois je me demande ce qui me pousse à rester parmi eux, je devrais peut-être faire comme mon père et rester vivre dans la forêt. Au moins les animaux ne m'emmerdent pas eux. Les sans poils sont débiles et j'ai l'impression que plus j'en croise, plus ils régressent. A moins que ca ne vienne du grade ? Peut-être que les plus cons sont les seuls qui arrivent à se maintenir au pouvoir ? En tous les cas celui fasse à moi a pas l'air plus éclairé que ses semblables. S'il savait ce que je suis il voudrait me tuer, mais pauvre être sans cervelle, je te suis supérieur. Ta force ridicule et toutes tes compétences ne pourront rien fasse à moi. Je pourrais t'éliminer sans que tu ne t'en rendes compte.

Je soupire discrètement en continuant de le fixer, curieuse de voir s'il va répondre à ma provocation, parce que j'en suis sûr un mec de l'armée va sauter sur l'occasion de se battre. Pas que je sois venue pour ça, loin de là, mais l'idée de me défouler un peu me plait toujours. D'ailleurs je ricane intérieurement en me rappelant que mes armes sont restées au bord de l'eau, dans mes habits, l'autre les a surement rangés. Peu importe, je n'aurais surement pas besoin de les équiper pour me débarrasser de ce gêneur.
L'endroit est presque idéal pour moi, la chaleur de l'eau crée une légère brume dont je pourrais me servir au besoin. Mon agilité n'est pas diminuée dans l'eau, du moins pas suffisamment, faut dire que mon père à veiller à ce qu'aucun type de terrain ne soit suffisamment handicapant. Faudra que je le remercie un jour.

Je continue de scruter mon voisin d'un air mauvais sans toutefois paraître complètement agressive. Après tout si ce bipède est moins con qu'il en à l'air il détournera le regard et refusera une confrontation. Ça me permettra de profiter encore un peu de l'eau avant de retourner dans ma forêt. J'en profiterai pour chasser jusqu'à plus faim et retrouver la tranquillité et le silence qui manque parmi les humains. Après je reprendrais l'entrainement des abrutis sous mes ordres. Je me demande s'ils savent nager d'ailleurs ? Mmmm faudra leur apprendre, un ninja qui nage pas, ça sert encore plus à rien qu'un ninja empoté.

Lentement je tends mes muscles, prête à réagir au moindre signe, je focalise mes sens sur l’homme dans son bain, hors de question qu’il me prenne par surprise. Qu’il esquisse le moindre geste brusque et je serais déjà debout à anticiper toutes ses actions. Tendu intérieurement j’analyse la moindre chose que je capte grâce à mes sens oubliant le plaisir de l’eau chaude sur ma peau. Il ne se doute de rien, je ne laisse transparaître qu’une façade agacer, voir ennuyer, pourtant, je suis sur le qui-vive. Quoi qu’il décide il ne me surprendra pas, ni lui, ni aucun humains à la ronde, je suis le chasseur et les bipèdes ne sont que des proies immangeables que je n’hésite pas à éliminer si elles deviennent gênantes.



"Tu veux jouer avec moi Invité ?"
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 54
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: Rencontre aux sources chaudes Dim 18 Juin - 15:24

Le moustachu fut surpris par la prise de parole de l'inconnu qui s'avérait ne pas être un jeune adolescent prépubère mais une jeune femme. En tout cas, c'est ce qui lui semblait au son de sa voix. Une surprise donc, et d'autant plus important lorsqu'il saisit la teneur de ses propos. Alors déjà, une femme, oui, je dis bien une FEMME, s'était mise en tête de s'essayer aux bains chauds du coté des hommes ? Deux solutions possibles, soit elle ne savait pas lire et avait un coefficient intellectuel défaillant, soit elle était une rebelle. Et à sa connaissance, ce genre de femme n'existait pas au sein de Boya.

Et oui, dans la petite tête du taisa, tout gambergeait. Il avait aussi noté dans les quelques paroles, un accent qui ne venait pas des régions les plus proches de cette province. En bref, juste avec deux phrases, il parvenait à se faire une petite idée de qui il avait à faire. En plus, elle n'avait pas froid aux yeux, elle aurait pu prendre peur de la venue d'un homme, car le plus basique de ceux ci aurait pu chercher à profiter de la dite situation. Non, au lieu de cela, elle le menaçait même ! Si elle était sérieuse alors c'est qu'il devait s'agir d'une combattante, et vu le franc parler, si elle était samouraï ou une officier du même style, elle aurait probablement de graves problèmes. Non, si elle savait se battre, il ne pouvait s'agir que d'une assassin, ceux agissant dans l'ombre et ne se prenant pas la tête avec le code du Bushido ! L'avantage dans tout ça, c'est que comme ce ne pouvait être un samouraï, que ce ne devait pas être une noble, il pourra la tuer sans risquer son titre de taisa.

Quelques secondes passèrent pendant qu'il triturait sa paire de moustaches sous d'intenses réflexions, puis il se mit à rire bruyamment, longtemps... Lonnnnnnngtemps ! C'était presque comme s'il n'arrivait pas à s'arrêter d'ailleurs ! Enfin, quand le silence se fit de nouveau, il posa ses prunelles en direction de sa vis à vis à quelques mètres de lui et tenta le tout pour le tout.


- "T'es une marrante toi ! Je ne sais pas d'où tu viens mais tu ne dois pas être d'ici... Et vu c'que tu me dis, t'as l'air d'avoir plus de couilles que la plupart d'mes soldats ! M'enfin t'es pas bien tombée ma grande ! Si t'es là pour moi, je t'attends ! Sinon les bains chauds des femmes c'est de l'AUTRE COTE !!!!"

Il avait plus beuglé que parlé la fin de sa phrase. Il n'était pas question qu'elle reste ici, et encore moins dans cette tenue qui n'en était pas une ! Surtout si cela venait à se faire savoir aux oreilles des soldats de Boya ! D'ailleurs, histoire de couvrir ses arrières, il se présenta sous un nom d'emprunt... Autant salir la réputation de son chef, il ne lui en voudra probablement pas que l'on raconte qu'il prend ses bains chauds avec des femmes de tout horizon !

- "Je suis Amadotzu Kodan, taisho du clan Setsu."

Avec ce titre, normalement elle devrait se faire une idée de son grade, enfin ce n'était pas le sien certes, mais au moins ça aura pour effet de lui faire réaliser qu'elle n'avait pas le premier paumé face à elle. Non, Kodan ne lui en voudra pas, si ? De toute façon, il ne saura jamais que ça venait de lui alors il était assez tranquille. En tout cas, il était évident qu'il ne comptait pas engager un quelconque geste offensif ou agressif de son coté, il n'avait pas que ça à faire et il ne connaissait pas suffisamment cette personne pour engager tête baissée un combat dans un environnement qui ne lui était pas vraiment favorable. Sa réaction montrait qu'il gardait tout de même une certaine assurance et une confiance en lui et ses capacités martiales.

Il ne gardait cependant pas son regard vers cette dernière, il ne comptait pas profiter de cette situation cocasse pour se rincer les yeux, ce n'était clairement pas son genre, et il n'était pas d'humeur à provoquer un conflit entre deux clans en allant corriger une jeune effrontée. Surtout en s'étant présenté avec l'identité de son chef... Il pouvait se montrer en vraie enflure mais pas au point de briser la réputation complète de quelqu'un non plus ! Enfin heureusement qu'il n'était pas là, il aurait passé un sale quart d'heure ! A y réfléchir, il s'en voudrait presque... Mais en fait non... A coup sûr, il le remercierait même presque de lui donner une image d'un chef ayant grand succès au près des femmes ! Tout était dans les rouflaquettes chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ayano Shea

avatar

Chûnin

Messages : 120
Date d'inscription : 24/05/2016

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Chûnin
Liens:

MessageSujet: Re: Rencontre aux sources chaudes Mar 20 Juin - 9:55

L'imbécile aurait-il compris qu'il vaut mieux la boucler ? A priori, ceci dit je me méfie, vu qu'il semble réfléchir, surement à une réponse idiote à me donner. Finalement, il se met à rire, il se fou de moi ce con ? Tsss, pauvre petit humain fragile, moque toi autant que tu veux, profite en bien, tu le regretteras, crois-moi. Le fixant toujours je le laisse se calmer, après tous les humains ne savent pas se contrôler et tuer un mec qui rigole c'est ennuyeux au possible. Il finit par se tourner vers moi et m'adresser la parole à nouveau. Je l'écoute curieuse de savoir ce qu'il va me sortir comme imbécilité. Mouais… pas plus de cerveau que les autres, comme si une femme pouvait avoir des couilles, ça me fait lever les yeux au ciel. Néanmoins, il m'amuse à me menacer, il croit que je suis mal tombé ? C'est qui l'humain de nous deux, pauvre chose ? Je lui réponds du tac au tac.

-Te donne pas autant d’importance mon vieux, j’suis là pour le calme et d’façons tu fais pas l’poids.

Son beuglement par contre, me donne l'impression de me faire écraser les tympans, bordel j'avais oublié que les militaires ont du coffre quand y s'agit de se faire entendre. Faut vraiment que je pense à me bourrer du coton dans les oreilles moi. Mare de perdre l'ouïe à chaque fois qu'un imbécile s'imagine que je suis sourde. Un léger sourire apparait sur mon visage quand il se présente. Il me prend vraiment pour une conne ? En dehors du fait que je suis Chunin et très bien informer, il devrai quand même se douter que son chef est un minimum connu. Bah, je peux pas lui en vouloir d'essayer, au contraire, ça risque d'être amusant. Voyons jusqu'où cet andouille va s'enfoncer si je lui ment à mon tour.

-Kodan hein ? Je t'avais pas reconnu, t'a fondu mon vieux. Et ces moustaches franchement… ca le fait pas, sauf si tu veux te faire promener en laisse comme un clébard ? Ou servir de monture.

On va voir, moi aussi je sais mentir, j'ai jamais rencontré le Taisho de Setsu en personne, je sais juste qui il est et je l'ai aperçu un jour de mission. J'ai eu largement le temps de graver ses traits dans ma mémoire. Bref, de ce que j'ai constaté si les femmes sont celles qui attachent le plus d'importance au physique, les hommes quant à eux ne sont pas en reste et quelque chose me dit que la moustache ridicule de ce type est une sorte de fierté à ses yeux. Bien vite, je remarque qu'il ne tiens pas mon regard bien longtemps. Ca me surprend un peu de la part d'un samouraï, c'est pas leur genre de lâcher le regard comme çà. Qu'est ce qui lui prend à celui-là ? Je plisse les yeux tout en réfléchissant. Il est quand même pas gêner parce qu'une femme se baigne devant lui ? Bordel mais c'est quoi cette mauviette ? S’ils sont tous comme çà dans le coin çà serait du gâteau de les envahirs. Pas besoin de guerrier super expérimenté, juste quelques nanas à poils et hop, Boya tombera. Pfff ces humains et leurs principes ridicules… Je décide cependant de m'amuser de la situation.

-Eh ben… J'avais oublié que le noble que tu es à peur de voir le corps d'une pauvre femme dévêtu… Alala… Tu me déçois avec tout ce qui s'est passé entre nous… Remarque ça prouve bien la petitesse des samouraïs de Setsu. Heureusement que je suis là pour rehausser le niveau.

Je fais une courte pause avant de reprendre, je n’aime pas spécialement laissé aux gens le temps de réfléchir.

-Je vais te rafraichir la mémoire, je suis Kogane Takara,  ca te revient ?

Une samouraï de Kenshu cette fille d'après mes sources, ça m'étonnerai qu'il la connaisse, de ce que j'en sais elle a pas encore eu le temps de vraiment se faire remarquer. Si, il venait l'envie à ce rigolo de la chercher il s'amuserait un moment. C'est pas la première fois que j'emprunte le nom de quelqu'un comme ça, ça a des avantages après faut pas être débile. Je m'amuserai pas à usurper l'identité d'un des puissants, ça pourrait me couter cher. Alors, même si j'adore me foutre de la gueule des gens, en particulier de ce genre d'abruti un peu trop zélée, je garde une certaine marge de sécurité. Je n'aurais pas pris un humain du clan de Setsu par exemple, le risque qu'ils se croisent est bien trop élevée à mon gout. Mais un type de Kenshu ou Eichiro, ça va, surtout qu'en ce moment y a mieux à faire que de faire des visites les uns chez les autres. Un détail vient me frapper à ce moment. Justement avec ce qui se passe, les puissants sont partis à Birei… Je réfléchie quelques secondes avant de prendre un ton de reproche envers le baigneur.

-Dis donc ! T'as pas honte de rester là à rien branler alors que ta place est auprès de ton Daimyo ! C'est inadmissible un comportement pareil ! T'es censé soutenir ton chef et guider les armés ! Pas prendre un bain et emmerder une femme ! Pourquoi t'es pas à Birei avec les autres ? Hein ?

Même si je suis au courant, comme les trois quarts de la population de la réunion des Daimyos dans les terres de l'empereur, je ne peux clairement pas avouer que je sais pertinemment que les Taisho font partie du voyage. Bon c'est logique en même temps, mais depuis bien longtemps j'ai appris qu'il vaut mieux jouer les cruches plutôt que de divulguer son savoir. Si j'en dis trop, de toute manière, il va se douter qu'il y a Yokai dans l'ombre, comme dirai mon père. Vu l'amour des gens pour ses derniers et, vu que c'est le cas de par mon métissage, je reste prudente. Cependant, j'ai beau avoir des informateurs, j'aime vérifier les infos par moi-même quand c'est trop important. Dans le cas présent, ce gus va peut-être m'apprendre des choses. Dans le pire des cas, s'il n'est pas loquace je le ferais chanter. J'avais l'intention dès le départ de lui montrer que je connaissais son identité, mais finalement ca attendra. En tout cas la description que m'en as fait le genin est exacte, celui-là je vais me le garder de côté, il fait du bon boulot, rapide, précis, trop humain, mais pas trop chiant, je peux pas tous les tuer, sinon je vais encore me faire emmerder par Naraku.



"Tu veux jouer avec moi Invité ?"
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Ishizuka

avatar

Taisa

Messages : 54
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 32

Feuille personnage
Age: 30
Titre: Taisa de Boya
Liens:

MessageSujet: Re: Rencontre aux sources chaudes Lun 26 Juin - 22:18

Le feu ça brûle, et l'eau ça mouille... Tous les oiseaux, volent dans le ciel... Voilà ce qui se passait un peu dans la tête du taisa à cet instant. Celle qui lui faisait face, enfin à plusieurs mètres heureusement, piaillait comme une pie qu'on tentait de déplumer, avec un langage aussi fourni que celui des paysans qu'Ishi avait côtoyés dans son enfance... Il avait dit un gros mensonge... Oulala pas bien tout ça ! Et apparemment elle semblait le connaître Kodan, bizarre hin ! Enfin... Comme de par hasard quoi ! Il fallait qu'il tombe sur une folle et en plus une folle qui connaissait son chef personnellement.

Pourtant, dans la caboche du guerrier, ça fusait assez vite, et il fallait faire le tri ! Entre les pensées inutiles qui lui servaient simplement à attirer son attention en dehors du fait qu'il y avait une femme dans SON bain, il y avait aussi toutes les petites notes, les petits détails qui se faufilaient dans chacune des prises de paroles de la jeune femme. En tout cas, une chose est sûre, même si elle était apparemment assez sûre d'elle, elle faisait une lamentable menteuse, et elle parlait bien trop pour tenter de cacher un quelconque secret. Donner trop d'informations, même fausses, ça finissait toujours par se retourner contre soi non ?

Donc, elle disait s'appeler Kogane Takara... Probablement une samouraï du coup ? Après tout ce serait assez logique puisqu'elle était étrangère. Et si elle connaissait Kodan, c'était le plus plausible. Néanmoins, le tutoiement, sa manière de parler à la limite de l'irrespect, oui je sais, les limites ont été extrêmement repoussées pour ne pas tuer la jeune femme dès les premiers échanges. Toujours est-il que dans sa dernière tirade, elle évoqua le fait qu'il aurait dû aller à Birei avec son Daimyo... Elle était au courant de certaines choses c'était une évidence. Donc... Elle ne pouvait pas être une simple samouraï finalement.

Ah... Cette femme était la plus étrange qu'il avait pu rencontrer jusqu'à maintenant ! Bref ! Tandis qu'il avait fermé les yeux un moment pour se concentrer sur la douce voix mélodieuse de son accompagnatrice... Non je déconne, c'était pour se concentrer sur le fil de ses pensées et ses déductions Sherlock Holmesques. Il finit après un silence, par rouvrir les yeux et se décala sur le coté de quelques pas pour se rapprocher du rebord.


- "Je ne vous avais point reconnue également... Je ne peux, et vous le savez, pas laisser passer pareil comportement."

En quelques pas, il sortit du bain et se dirigea jusqu'à sa pile de vêtements et ses armes, sans se hâter, se rhabillant donc puisque la femelle ne semblait pas vouloir entendre raison, puis il se retourna vers elle une fois les derniers ajustements de sa tenue faits, puis lui annonça donc tout simplement.

- "Je vous réclame un duel, si vous le refusez, le déshonneur viendra sur votre famille sur 11 générations. Je ne vous tuerai pas promis, je vais simplement vous apprendre à tenir votre langue en compagnie d'officiers supérieurs."

En d'autres circonstance, ça aurait pu se terminer avec des gros yeux en se rapprochant suffisamment pour bomber le torse et la faire baisser la tête avec son spécial triturage de moustache en mode colérique, mais s'il avait fait ça, il aurait été bien gêné avec sa non tenue. Même si elle ne semblait pas avoir le même problème que lui, il ne se serait pas permis ce genre de rapprochement, et encore moins en s'étant fait appeler Kodan après tout, un coup à ce qu'elle ne revienne chercher une pension au vrai Kodan pour un enfant miraculeux, ou plutôt cauchemardesque !

Il attendit un instant de voir ce qu'elle en pensait, prêt à se retourner pour ne pas la fixer si jamais elle venait à sortir à son tour. La parlotte n'avait pas fonctionné, les mensonges non plus, alors peut être que les lames qui s'entrechoquent allaient avoir l'effet désiré !
Revenir en haut Aller en bas
Ayano Shea

avatar

Chûnin

Messages : 120
Date d'inscription : 24/05/2016

Feuille personnage
Age: 22
Titre: Chûnin
Liens:

MessageSujet: Re: Rencontre aux sources chaudes Mer 5 Juil - 21:58

Foutu humain, peut pas tout simplement rester tranquille dans son coin ? C’est si compliqué que ça d’ignorer un autre être ? Sérieux, si je devais m’arrêter à chaque fois que je croise une créature, je mettrais des mois à faire le chemin entre le village et le repaire de mon père. C’est quand même dingue, ça, si ce stupide bipède se contentait de fermer sa gueule, lui et moi on profiterait de la flotte et on serait contents. Je sens bien que ma présence l’emmerde, sa venue aussi me casse les pieds. Mais est-ce que je suis venue le faire chier pour autant, moi ? Non. Alors merde, pourquoi ces deux pattes font toujours compliqué ?

Je soupire bruyamment tandis que l’autre rigolo réfléchit. Il doit se demander si, à mon tour, je ne lui mens pas. Surtout qu’on peut pas dire que j’ai fait preuve de beaucoup de conviction. Certes, je parais toujours sure de moi, mais de là à dire que j’interprète vraiment le rôle de celle dont j’ai emprunté le nom… Pas vraiment, enfin, pour ce que j’en ai à foutre. C’est pas ce type qui saura dire qui je suis en réalité. Si mon visage est connu de quelques personnes influentes, je n’ai que rarement donné mon vrai nom. Je suis pas con, non plus, les humains sont trop traitres pour avoir le privilège de connaitre ma véritable identité. Les seuls à savoir mon patronyme sont ceux du village. C’est pas forcément ce que je voudrais à l’heure actuelle, mais ma mère m’a toujours appeler ainsi, me répétant qu’au village on avait surtout des amis. Même mon paternel semblait accepter son avis. Il ne l’a jamais vraiment contredit. Il m’a tout de même appris à me méfier des hommes mais, pour lui, Kumo est encore le lieu où je peux être moi.

Je laisse mes pensées de côté pour écouter ce que le soldat va me répondre. Un peu étonnée, je fronce les sourcils en le voyant se rapprocher du bord. M’étonnerait qu’il se barre ainsi. Je le sens mal. Il semble accepter que je sois celle que je prétends puisqu’il affirme ne pas m’avoir reconnu à son tour. Même si il le déclare ainsi, je comprends bien vite qu’il a compris que je savais, lui-même doit douter de mon identité. Comme je m’y attendais, il prétexte, d’après leur Bushido à la manque, ne pas pouvoir laisser passez mon comportement. Ouh, vilaine fifille que je suis. J’ai pas respecté leur stupide code de l’honneur. J’ai tutoyé le vilain moustachu et il est vexé. Ha ha, ces humains et leurs stupides façons de voir les choses. Il a pas dû apprécier ma remarque sur ses jolies moustaches. Intérieurement, je me mare bien mais, en apparence, je n’ai aucune réaction visible. Bien sur mes sens en alerte le surveillent, je l’entends sortir de l’eau et s’éloigner tranquillement.

Interloquée, je me demande s’il ne préfère pas fuir comme un lapin. Après tout, de nous deux, celui qui risque d’avoir le plus d’ennuis à usurper une identité, c’est lui. Moi j’appartiens pas à l’armée et, d’ici qu’il me retrouve, j’ai le temps de disparaitre. Et puis bon, soyons réaliste, l’armée a autre chose à foutre en ces temps troublés que de chercher qui se serait fait passer pour l’un des leurs, d’un autre clan qui plus est. Si encore j’avais choisi quelqu’un d’Okaruto pour me servir de couverture, là je me méfierais, ça pourrait revenir aux oreilles de Naraku. Pas dit qu’il me ferait chier, mais bon…

Le militaire est en train de revêtir son armure, calmement. Je ne regarde pas, mais j’ai comme une sorte de pressentiment qui me dit de rester vigilante. Il a ses armes à portée de main et tels que sont les humains, il est bien capable de m’attaquer par surprise. Peut toujours rêver, je suis la plus agile du village, si c’est pas de tout Okaruto. C’est pas lui qui m’aura en traitre. Sa voix me parvient et je manque bien finir la tête sous l’eau en éclatant de rire quand il reprend la parole. Il veut me maudire sur onze générations, lui ? Il se prend pour un yokaï, ou quoi ? Sérieux, il se rend compte de l’absurdité de ses paroles ? J’aurai surement jamais de descendant, le seul qui soit assez noble à mes yeux pour ça, c’est Kyoshi et j’en ai fait mon héritier. Et puis c’est pas comme si un humain pouvait accepter de donner la vie à un nouveau métisse. Y’a que ma mère qui peut accepter ça. Et surtout qui peut assumer derrière, parce que celle du gosse, pour l’abandonner dans une forêt, elle aurait dû s’abstenir le jour où elle l’a voulu. Ce qui me fait penser qu’il faudra que je lui rende visite à celle-là, histoire que le gamin règle ses comptes. Mais cet écart de pensée est trop furtif pour empêcher mon esprit de rester focalisé sur ce que je viens d’entendre.

Prise d’un fou rire, je dois faire un gros effort sur moi-même pour reprendre contenance. Voilà bien longtemps qu’on m’avait pas fait marrer comme ça. Il me faut quelques longues secondes pour me calmer suffisamment. Avant ça, impossible de répondre. Je me tourne vers mon interlocuteur, tendue,  mais mon regard en dit long sur ce que je pense. Ma voix elle-même montre mon amusement.

- Papy veut se battre ? Amusant.

A mon tour, je rejoins le bord et sors de l’eau. L’air froid me fait frissonner. Bordel, si l’eau chaude, c’est agréable, l’air froid, lui, il va me rendre malade. Supporte pas les changements brusques de température, moi. Finalement, c’était pas une bonne idée, ce bain. Surveillant toujours l’autre, je me rhabille tout en le jaugeant. C’est le genre de type qui utilise la force, doit être résistant aussi. L’éviter sera pas un problème, mais pour ce qui est de lui faire des dégâts… Je peux le prendre de vitesse, c’est certain, mais je suis pas une adepte des armes à lames longues. Bien sûr, j’ai appris à les manier mais, honnêtement, face à lui, je tiendrais pas longtemps. Je suis sûr que je pourrais pas parer la plupart de ses coups. Ce mec est surentrainé par rapport à moi. Je pourrais éventuellement me servir de mes propres armes mais, si je fais ça, je passerais plus du tout pour un samouraï. Je sais qu’ils ne se limitent pas aux katana. On peut parfois trouver des excentriques qui usent d’armes moins « conventionnelles », mais c’est assez rare. Face à lui, j’aurais peut-être pas le choix, de toute manière. Une idée vient alors pointer le bout de son nez. Voyons s’il est réceptif.

- Allez, viens, je t’attends !

A ma façon, je lui propose de régler ça avec les poings. S’il accepte, il aura l’avantage en force brut, mais mon agilité me permettra assurément de le surpasser. S’il refuse en proposant d’utiliser nos armes de prédilection, selon celle qu’il utilise, ça pourrait être gênant pour moi. De toute façon, hors de question de passer à côté d’un bon combat. Je gagnerai de toute manière. Je ne laisserai pas un humain me surpasser, qu’il veuille me tuer ou non. Je ne le tuerais pas si je l’emporte, l’odeur du sang à tendance à rester longtemps et c’est chiant. En plus, je suis pas dingue : si je tuais un officier supérieur, j’aurais des emmerdes. Je viens régulièrement en Setsu et je voudrais pas qu’on me recherche. Sans compter que ça compromettrait mes missions futures. Pas que je me soucie d’aider le clan, mais je préfère avoir un pied-à-terre fixe et la foret de Kumo est le meilleur endroit pour moi, sans parler de la présence de mes parents et du gamin. Je veux qu’il grandisse à l’abri de la folie des hommes.

Laissant de côté mes réflexions une bonne fois pour toutes, je me concentre sur le vil faquin. A l’affut du moindre mouvement, je le scrute de pied en cap, prête à réagir au moindre geste de sa part.



"Tu veux jouer avec moi Invité ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre aux sources chaudes

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre aux sources chaudes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une soirée aux sources chaudes !
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Excursion aux sources chaudes
» Les sources chaudes
» Détente aux sources chaudes ! [ Shiro Spitfire & Akira Genji & Céleste Branford ]


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..