AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Ven 16 Juin - 23:08

Début de la Lune du rat an 41

Il faisait bien froid en ce jour. Du moins beaucoup plus qu’à la forge. Les fourneaux donnaient au lieu de travail de Takoshi une chaleur presque insupportable pour qui n’y était pas habitué. Le jeune forgeron frissonnait presque dans la brise hivernale. C'était la différence de température rendait le froid encore mordant, alors qu'en réalité, l'hiver en terre Setsu était assez doux. Il avait quitté la forge rapidement, sans vraiment s'être lavé de la sueur. Il avait été surpris par l'heure et n'avait pas pris le temps de se prendre un bain, juste rapidement essuyé et enfilé des vêtements propre. Si Yoake l’apprenait elle lui ferait la leçon, bien qu’elle ne soit pas sa mère. Pourtant, si Takoshi avait arrêté son ouvrage de la matinée, c’était bien pour elle. A chaque fois qu’elle venait lui rendre visite, elle se plaignait de n’avoir que du thé. Et si elle venait aujourd’hui, elle n’en aurait même plus. Il n’y avait chez le jeune homme, plus de thé, et presque plus rien à manger de correcte.

Alors en ce matin d’hiver, Takoshi se rendait au marché, prendre de quoi se nourrir, faire un repas à son ami de toujours. Et surtout lui donner la possibilité d’avoir du thé. Le jeune forgeron déambulait dans les rue d’Hibana, ne sachant trop où cherchait ni par quoi commençait. Lui d'habitude si organisé se trouvait pressé et un peu perdu. Il regrettait sa forge, la chaleur, la solitude et son travail. La foule bien qu’éparse, ne le rendait pas spécialement à l’aise. Trop d’agitation et de désordre. Plus vite ces courses faîtes, plus vite il pourrait retourner à son ouvrage, surtout qu'il avait pas mal de travail mine de rien.

Le jeune homme avisa une échoppe qui semblait vendre du thé. Ce sera son premier arrêt. Il entra et commença à regarder ce qu’il y avait en vente. Il ne s’y connaissait pas en thé. Mais si on le proposait, il saurait reconnaitre ce qui ferait plaisir à Yoake. Bonjour, je voudrais acheter du thé.


Dernière édition par Okada Takoshi le Jeu 24 Aoû - 21:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Sam 17 Juin - 20:04

Ahhhh l'hiver en Setsu… C'était presque l'équivalent du printemps en Eiichiro pour lui étant donné qu'il ne devait faire froid en cette période que pour les gens de Setsu, non pour quelqu'un comme Oyama où c'était presque la seule période de l'année en cette terre où il ne faisait pas spécialement chaud. Franchement, le marchand avait appris depuis longtemps que s'il désirait échapper au froid de l'hiver pour un temps au profit d'une chaleur plus agréable, c'était en terre Setsu qui fallait aller l'hiver, mais surtout pas l'été, du moins si possible. Sauf s'il avait le désir fulgurant de profiter d'une chaleur somme toute caniculaire…

Ainsi, il se trouvait en Hibana pour faire affaire, Hibana qui était une grande cité connue pour ses temples magnifiques et qui attirait bien entendu les pèlerins en nombre. Ce qui signifiait beaucoup de clients potentiels évidemment pour le marchand… Qui partait du principe qu'en vendant du thé provenant d'Eiichiro et d'Okaruto il pourrait faire de bonnes affaires ici. Il avait donc tout simplement installé son échoppe tranquillement et attendait pour l'instant les premiers clients, ce tout en se demandant à quel point les températures actuelles devaient être glaciales en comparaison à Fukyuu…

Et dans les faits, il n'eut pas à attendre longtemps pour qu'un potentiel premier client entre à une heure pourtant assez matinale dans son échoppe. Un homme à la chevelure blanche atypique et qui était vraiment de très grande taille par rapport à la moyenne de Yokuni… Il devait faire dans le mètre quatre vingt dix sans doute, en somme presque une tête de plus qu'Oyama qui n'était pourtant pas spécialement petit. Oyama bien entendu lui fit bon accueil.

« Bonjour, avez vous déjà une idée concernant le thé que vous désirez acheter ou voudriez vous quelques conseils ? » Il sourit de manière avenante en s'approchant un peu, ce avant de conclure avec amabilité. « N'hésitez pas si c'est le cas, il existe après tout une telle diversité de thé que cela peut être dur de s'y retrouver. » Sauf quand on travaillait en grande partie dans ce domaine, mais même là c'était presque impossible de tout connaître parfaitement. Car souvent le goût et la qualité du thé dépendaient de minuscules détails comme le dosage, le provenance des feuilles, etc. Se fier à l'avis d'un professionnel était donc des fois la meilleure manière de ne pas perdre trop de temps à choisir lorsque l'on était pas sûr et certain de son choix...
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Ven 23 Juin - 14:26

Un homme, certainement le marchand et propriétaire des lieux l’accueillit presque immédiatement. Bien qu’aimable et avenant, la proximité qu’il mettait entre lui et le forgeron mit tout de suite ce dernier mal à l’aise. C’est peut-être pour ça qu’il n’allait pas souvent au marché, les gens était trop… spontanés ? Non, plutôt trop proche. Et Takoshi n’aimait pas non plus cet aspect de la négociation marchande. Il ne s’y connaissait pas beaucoup en tant ou dans la valeur des choses en général et il avait toujours du mal à distinguer le rapport entre la qualité et le prix d’un objet.

Mais le jeune homme ne fit pas transparaitre son trouble, face au marchand qui était, comme beaucoup de personne, plus petit que lui. Il avait d’ailleurs trouvé ça étrange. Pourquoi était-il si grand ? Ca ne lui apporté rien d’intéressant dans son métier, ni dans sa vie de tous les jours, c’était même plutôt le contraire. Avec ses cheveux blancs et sa taille importante, il était plus vu comme un animal extraordinaire. Ou bien était-ce une vue de l’esprit ? Toujours étant que le marchand lui offrait ses conseils et que ce n’était pas de refus.

Bonjour. Je cherche du thé blanc. Léger et doux. Qu’avez-vous à me proposer ? Je cherche aussi un thé plus fort, avec plus de goûts et plutôt astringent. Autrement dit, un thé rafraichissant et un thé fort. Et pourquoi pas un thé original pour accompagner les repas.

Takoshi espérait que le marchand ne lui fera pas des centaines de propositions, mais il en doutait. Il allait probablement avoir à choisir dans un panel après avoir eu des explications trop longues et avoir oublier ce qu’il était venu chercher dans un premier temps. Takoshi ne voulait qu’une chose, c’était faire au plus vite pour retourner à son travail. Ou bien peut-être ferait-il un détour pour trouver quelques minéraux ou alliages déjà prêt pour une utilisation futur.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Dim 25 Juin - 18:31

Les demandes que fit son client étaient assez vagues, trop même pour tout avouer… Oh, bien entendu le marchand pourrait essayer de faire les choses rapidement, mais ce serait clairement une faute professionnelle de sa part, le genre qui risquait de ne pas amener la satisfaction de son vis à vis… Comment dire… Il devait avoir au moins une dizaine de thé blanc en stock, rien que ça dans cette échoppe, une dizaine de thé plus forts, mais aussi et au moins une dizaine de thé que l'on pourrait qualifier d'originaux… Le commerçant ne pouvait donc pas vraiment s'amuser à faire dans la simplicité et juste dire que c'était bon et lui proposer un thé à l'aveuglette parmi ces catégories. Déjà parce que s'il faisait ça, il serait tenté bien évidemment de proposer en premier le thé de la meilleure qualité et donc le plus cher, ce qui risquait de paraître déplacé si son client n'était pas forcément très aisé au niveau des richesses, mais aussi car si ça se trouvait, l'homme se tenant en face de lui avait des exigences qu'il ne formulait pas encore... Fautes de connaissances précises par exemple.

« D'accord san, mais auriez-vous une idée plus détaillée des sortes de thé précises que vous désireriez parmi ces catégories ? Quelque chose que vous préféreriez particulièrement ? Car voyez-vous beaucoup de thés que je propose correspondent à ces descriptions. »
Après tout le marchand ne pouvait pas lire dans les pensées aux dernières nouvelles, même si cela l'arrangerait, il était donc obligé de questionner son client à ce sujet. Sauf si bien entendu ce dernier préférait faire simple et acheter un thé à l'arrachée pour peu que ça lui semble acceptable. « Par exemple pour le thé blanc, je dispose d'une essence venant d'Eiichiro aussi légère et douce qu'un nuage et une provenant d'Okaruto au goût doux et fruité qui accompagnera parfaitement n'importe quel saké et ce n'est là que quelques-unes des essences de thé blanc que vous pouvez trouver ici. Pour les thé plus originaux il y a sinon entre autres l'Amacha, un thé au goût fort sucré, ou bien le genmaicha, un thé vert mélangé avec du riz qui éclate à la cuisson, concernant l'originalité, il n'y a pas mieux. » Il se disait qu'il valait mieux donner des exemples de marchandises après tout pour donner des idées au client s'il s'avérait que celui-ci était du genre indécis. Et sur ce, il ajouta donc avec son habituelle amabilité.

« Quant aux thés forts, j'aurais deux variétés à vous conseiller. Une provenant de Setsu au goût aussi puissant que les flammes sont chaudes et une autre provenant de Kenshu qui est idéale pour regagner un peu d'énergie avant un effort. Si vous êtes le genre d'homme à travailler beaucoup et qui a besoin d'énergie, je vous conseille spécialement cette variété. » Il s'inclina ensuite légèrement et conclut humblement. « C'est là une partie des choix qui vous sont proposés dans cet humble échoppe san, je vous invite dans tous les cas à prendre le temps nécessaire pour choisir ce que vous désirez. Et si vous avez besoin bien entendu de davantage d'aide à ce sujet, n'hésitez point. » Après tout on n'achète pas du thé comme on achète un panier, il y avait une telle variété au final, que ce n'était guère un mal de prendre le temps nécessaire pour réfléchir à son choix. Surtout au vu du prix d'un thé de bonne qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Mer 19 Juil - 19:35

Devant le flux de paroles du marchand, Takoshi commença à se sentir un peu mal à l’aise. Ce n’était pas forcément la faute du marchand, ce dernier ne faisait que son travail. C’est juste que le forgeron ne se sentait jamais à l’aise en société, même quand cette société n’était composée que d’un seul étranger. Cette sensation était accentuée par le tête à tête forcé. Si seulement Yoake était là pour l’aider, ou bien son père, ou n’importe qui. Seul et loin de sa forge, Takoshi se sentait nu et vulnérable, encore plus lorsque la conversation tournait autour d’un sujet qu’il ne maîtrisait pas.

Le jeune homme eut un peu plus de mal à cacher son malaise social devant le déballage du marchand de thé. Le désarroi aurait pu se lire dans ses yeux s’il ne connaissait rien en thé ou n’avait pas d’idée précise de ce qu’il cherchait. Toutefois et fort heureusement pour lui ce n’était pas le cas. Takoshi n’était pas venu à l’aveugle faire ses achats, car il était assez intelligent pour ne pas se mettre lui-même dans une position désavantageuse. Prenant une grande aspiration et repoussant son léger blocage social, le jeune homme se décida à répondre au marchand.

Pour le thé blanc, ce serait pour après un effort, une longue exposition à la chaleur ou tout simplement pour se désaltérer lors de nos chauds étés. Il lui faut une légère amertume mais peu d’astringence, ce serait en général pour en boire une quantité non négligeable. Je connais la rareté de ce type de thé, mais il ne sera bu qu’en des périodes spécifiques, pas régulièrement. Auriez-vu une de ces variétés qui pousse à l’ouest de la région de Kenshu, non loin de l’océan. C’est celui que je prends généralement. Il libère un fumé semblable à une prise marine, ce qui me surprend toujours. Le thé blanc servira après les grosses journées de travail quand Yoake ou Hibana viendront le voir vivre la fournaise avec lui. Une quantité non négligeable signifiait deux ou trois pots, ce n’était pas excessif pour une boisson, mais le thé blanc que Takoshi buvait habituellement désaltérer tout en refroidissant, rafraichissant et chassant la fatigue des membres trop échauffés.

Pour le thé au riz… Je vais vous croire sur parole Le jeune homme n’était pas sûr de la justesse de son choix mais il cherchait quelque chose pour surprendre Yoake, alors que ce soit du riz dans tu thé ou autre chose, l’effet sera le même. Et puis il voulait faire autre chose de sa matinée, comme retourner à sa forge solitaire essentiellement. Quant au thé noir, un thé Setsu simple suffira amplement. Je… Il fut coupé dans sa phrase par l’entrée d’un autre client. Pour une personne normale, ça n’aurait pas posé de problème, mais Takoshi, sans savoir pourquoi, n’aimait pas avoir quelqu’un dans son dos. Et puis qu’un étranger puisse entendre sa commande le gêna sur le coup. Mais il surmonta aussi ce blocage et s’apprêta à reprendre lorsque son regard s’accrocha à l’inconnu.

Il est vrai que les rumeurs disent que les Setsus sont particulièrement sensible au froid et que les températures pourtant clémentes de leur hiver les font frissonner autour des feux. C’était une rumeur exagérée pourtant, la silhouette qui venait d’arriver semblait vouloir confirmer cette rumeur. Enveloppé dans une cape épaisse, on ne distinguait rien du visage du nouvel arrivant et même son corps avant des contours flous dans l’ample vêtement. Probablement vouté, la personne marchait comme en trainant des pieds. La porte à peine refermée, l’inconnu semblant s’écrouler. Sans réfléchir, Takoshi se précipitait pour lui venir en aide. Le mettant sur le dos, la capuche tomba, révélant un visage de vieillard difforme, respirant avec peine. Le jeune homme lança un regard plein de détresse au marchand. Il ne savait pas quoi faire, il était forgeron pas médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Ven 21 Juil - 17:45

Oyama écouta avec une attention respectueuse son client du jour faire ses choix. Ainsi ce dernier désirait du thé blanc provenant de l'Ouest de Kenshu ? Le marchand ne put donc qu’acquiescer quand son vis à vis lui demanda s'il en avait. Oyama tâchait toujours heureusement de disposer d'une grande variété de marchandise, il y en avait pour tout les goûts après tout au niveau d'un produit tel que le thé… « Je dispose en effet d'une telle variété de thé san et je pense qu'il saura parfaitement vous convenir. » Dit donc le marchand en sortant trois pots remplie d'herbe à thé de cette variété. Il glissa même avec humour. « Si vous le désirez vous pouvez humer leur senteur, je pense qu'à elle seule elle devrait témoigner de la qualité de ces feuilles de thé. » Il savait après tout qu'un amateur de thé un minimum exercé pouvait des fois juger la qualité de celui-ci en humant légèrement les herbes qui seraient utiliser pour le préparer. L'odeur était après tout un indice important concernant l’arôme du thé, il pouvait donc être intéressant de bien le connaître si on prenait la peine de s'y intéresser.

Et sinon, il ne manqua pas de sortir les autres pots contenant le thé au riz et le thé noir de Setsu quand son vis à vis finit de faire ces choix. Oyama était plutôt content dans les faits car il sentait qu'il allait faire une bonne affaire vu la quantité de thé qu'il allait vendre, mais ce n'est pas pour autant sinon qu'il ne remarqua pas le visiblement nouveau client qui entra. Par contre, il fut surpris quand celui-ci tituba et s'écroula tout à coup. Heureusement le premier client du marchand vint en aide à ce nouvel arrivant. L'empêchant de se faire très mal. Au passage juste après cela la capuche de l'inconnu tomba pour révéler un vieillard avec lequel la naturel avait été décidément peu généreuse… Ce pendant qu'entre-temps le Setsu lui lança un regard visiblement plein de détresse.

Oyama en voyant cette scène ne manqua pas donc de lui dire en sortant une sorte de petit coffret qui se trouvait non loin. « Déposez le au sol... » Il extirpa visiblement quelques herbes de ce coffret et revint vers le vieillard en lui disant d'un ton se voulant apaisant alors qu'il remerciait intérieurement Haruaki-kun de lui avoir offert quelques conseils concernant les premiers secours. « Tout ira bien… Tenez, cela vous fera du bien. » Glissa t-il donc au vieil homme en aidant celui-ci en lui mettant doucement les herbes dans la bouche avant de consulter son état très rapidement. Du moins du mieux qu'il puisse faire avec les connaissances très précaires qu'il avait dans ce domaine. Une fois cela fait, il glissa donc avec réflexion au jeune Setsu.

« Je vous avouerai ne pas assez m'y connaître pour savoir ce qu'il a réellement, ce que je peux vous dire néanmoins c'est qu'il a besoin d'un médecin et vite de préférence… Il va falloir que vous m'aidiez à le porter si cela ne vous dérange pas... » Il avoua d'ailleurs avec une légère gêne alors qu'il essayait de soulever le vieillard avec l'aide de son vis à vis…

« Et aussi que vous m'indiquiez où nous pourrions trouver un médecin ouvert et disponible à cette heure… Je vous avouerai que pour ma part je ne sais pas trop où en trouver dans cette cité... » Ce qui était normal étant donné qu'il n'était pas d'ici, il avait donc besoin de l'aide du Setsu pour tout cela… « En tout cas je vous serais infiniment de reconnaissant de votre aide san… » Ne manqua t-il pas de préciser, après tout que ça devait être un imprévu autant pour lui que pour l'autre, mais bon ce serait lâche après tout de laisser un vieil homme souffrir ainsi sans essayer de l'aider ? Du moins c'était là l'avis d'Oyama.

Par contre, ce qui fut curieux ce fut les paroles que la vieillard affaiblit et difforme finit par glisser juste après cela... « Je vous en prie. Pas le médecin… Vous devez m'amener, chez moi... Je vous en supplie. » Oyama se demanda bien pourquoi une telle demande dans les faits... Au point qu'il hésita grandement par rapport à ce qu'il devait répondre à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Sam 29 Juil - 20:39

Pourquoi était-il sorti de chez lui seul ? Suite à l’effondrement de vieillard, Takoshi regretta l’absence de Yoake. La jeune fille aurait su que faire à ce moment-là. Enfin, Takoshi le supposait car dès que ça concernait les autres, la jeune fille savait toujours ce qu’il fallait faire. Alors que le jeune forgeron se retrouvait complètement désœuvré face à ce malaise. Il savait qu’il fallait le vieil homme, mais son ignorance l’enrageait. Lui qui ne voulait pas sortir, qui n’aimait pas ça. Le jeune forgeron aurait fortement préféré rester dans sa forge et se faire réprimander par son amie et sortir avec elle plutôt que de connaitre cette mésaventure seul entouré d’étranger.

Mais le marchand semblait connaitre son affaire, en tout cas plus que Takoshi, et pris les choses en main. Obéissant à l’ordre du marchand, le jeune homme déposa doucement le vieillard au sol. Il ne pesait pas bien lourd. Puis il regarda le marchand mettre des feuilles dans la bouche du l’inconnu. Alors que Takoshi commençait à être rassuré sur la situation, le marchand eut la bonne idée de dire qu’il ne savait pas quoi faire de plus. Et puis, il lui demandait de trouver un médecin alors que Takoshi, vivant dans un milieu très feu, trop chaud manifestement pour que les maladies s’installent, n’était jamais malade et ne connaissait aucun guérisseur, sans parler de médecin. Un air d’excuse remplaça la détresse dans les yeux du forgeron.

Alors qu’il s’apprêta à s’excuser car il ne connaissait aucun soigneur, le vieillard les supplia de le ramener chez lui. Takoshi ne savait pas quoi faire, mais parfois, il faut prendre le taureau par les cornes. San, je ne connais aucun médecin, ni même aucune officine. Faisons comme il demande. Je vais porter cet homme chez lui. Si vous voulez, vous pouvez me donner un coup de main si vous voulez. Mais je comprendrais qu’avec votre boutique, vous ne puissiez pas nous accompagner. Takoshi se tourna vers le vieillard et le redressa doucement puis s’adressa à lui. Je vais vous porter jusqu’à chez vous. Et si vous n’avez pas de quoi vous soignez là-bas, et quoi que vous disiez, j’irais chercher quelqu’un pour s’occuper de vous. Puis il se dirigea vers la porte en aida le vieillard à marcher.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Mar 1 Aoû - 18:40

« Ce n'est pas grave. Nous arriverons bien à nous débrouiller. » Répondit calmement Oyama en essayant de ne pas laisser paraître son inquiétude quand son vis à vis aux cheveux blanc lui expliqua qu'il ne connaissait aucun médecin ou officine. Ce qui dans les faits l'étonnait, sauf s'il avait affaire à quelqu'un qui n'était éventuellement pas d'ici, mais en tout cas ils feraient avec en effet... Il se contenta sinon d'ajouter avec un certain sérieux.

« Je vais vous aider, je n'aurais qu'à confier à mon garde du corps la tâche de surveiller la boutique en attendant que nous en ayons finis. Ce ne sera pas trop nuisible à mes affaires, après tout à cette heure pas grand monde vient acheter du thé. » Ceci dit il aida donc le setsu à soutenir le vieil homme et lorsqu'ils sortirent de sa boutique, il ne manqua pas d'ordonner rapidement à son garde du corps de surveiller le tout avant ensuite d'essayer d'assister au mieux le vieillard.

Et leurs pas les menèrent assez rapidement en dehors de la ville ou plutôt à la bordure de celle-ci. Visiblement le vieil homme qu'ils aidaient vivait dans les champs entourant la cité, par contre… Alors qu'ils avançaient à bon train et calmement, deux jeunes hommes se trouvant sur le bord du chemin et qui les avaient fixés pendant quelques instants s'approchèrent. Ils avaient visiblement l'air assez éméchés…

« C'est humain d'être aussi laid ? » Dit l'un des buveurs aux cheveux blond en désignant le vieillard, pendant que son partenaire noiraud plus soûl que lui et passablement énervé ajouta. « J'Jsuis sûr qu'c'est un yokai, il faut le chasser d'ici ou il va venir nous hanter ! » Oyama sans réfléchir s'avança vers eux et dit.

« Non, non ce rien de tout cela mes braves. C'est juste les rigueurs de l'âge et de la maladie, rien de digne de votre attention. » Et à cela l'ivrogne au cheveux blond répondit dubitatif.

« Oui sans doute… Je crois qu'on a trop bu, on ferait mieux d'aller retourner dor... » Avant d'être interrompu par son ami aux cheveux noirs qui contourna Oyama pour se diriger vers Takoshi et le vieil homme en disant alors qu'il titubait. « J'suis pas aveugle ! Toi l'blanchard ! Écarte toi ! » Il avait l'air bien trop éméché pour vraiment paraître intimidant dans les faits, mais il l'était aussi assez pour ne pas du tout être raisonnable pensa Oyama surprit devant cette réaction plutôt brusque.
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Sam 5 Aoû - 19:11

Takoshi remercia d’un hochement de tête le marchand pour son calme. Le jeune forgeron n’était pas vraiment paniqué, plutôt inquiet et désemparé. Il évitait de se mêler aux autres en partie pour éviter ce genre de déconvenues. Takoshi fut aussi rassuré de savoir que le marchand l’accompagnait, car il pourra s’occuper du vieil homme bien mieux que lui. Il savait aussi qu’il n’avait pas grand monde à cette heure, c’est d’ailleurs pour ça qu’il était venu maintenant. Mais manifestement, il y avait déjà trop de monde pour lui.

La route était longue jusqu’à la maison de vieillard. Pas que la campagne ne déplaise à Takoshi. S’il n’y avait pas Yoake et Hibana, ainsi que la nécessité de vendre des outils pour vivre, cela ferait longtemps que le jeune forgeron ce serait trouver une cabane isolée pour travailler, ne voyant des personnes que pour avoir des matières premières. Toutefois, la durée de son escape alarmait Takoshi. Il jetait de discret coup d’œil en arrière au fur et à mesure que leur groupe s’avançait vers la campagne. Quand reverra-t-il sa douce forge ? Il lui paraissait une éternité depuis son départ.

Comble de l’horreur, deux hommes, passablement ivres, à cette heure de la journée c’était une honte, les attendaient au bord du chemin. Et surtout les accostèrent. Pourquoi devait-il se faire accoster par des hommes ivres. L’ébriété n’était pas une mauvaise chose en soi, bien que Takoshi la désapprouve. De plus, leur état de dépravation bercer l’esprit du jeune forgeron de consternation et d’incompréhension. Incompréhension que ne cessa de croitre devant leur discours. D’abord parce que même s’il était très laid, le vieil homme était loin d’être un yokai, et deuxièmement parce que chasser un être, donc se montrer cruel avec lui, pour éviter d’être hanté risquait bien au contraire, d’entrainer des conséquences peu enviables.

Malgré les douces paroles du marchand, l’un des deux compères décida qu’il ne les laissera pas passer et fit même preuve d’une certaine vulgarité en traitant Takoshi de blanchard. Attaquer sur le physique n’est déjà pas correct de base, mais si en plus, c’est pour faire preuve d’une grande stupidité, cela ne convenait pas du tout à Takoshi. Le jeune reposa le vieillard essouflé, dont la respiration haletante inquiétée quelque peu le jeune homme, puis se redressa de toute sa taille. Il n’aimait pas se battre et bien que sachant se défendre, il ne se voyait pas écraser sa main ou son poing sur quelqu’un d’autre, ou bien en retenant ses coups à outrance. Mais généralement, il n’avait pas besoin d’aller à de telles extrémités barbares. Sa carrure suffisait à inquiéter les moins bravache.

Takoshi dominait de presque une tête le saoulard, qui pris un air inquiet alors que le forgeron fit un pas en avant dans sa direction, s’interposant entre lui et le vieillard. Le regard de Takoshi se fit froid et impénétrable. Il était encore en train de réfléchir à ce qu’il allait dire pour essayer d’effrayer un peu plus l’homme que ce dernier reculait déjà avec un air d’excuse. Ca… Ça va. C’tait juste pour rire. J’vais rien lui faire à ton grand-père. On… Il chercha du regard son comparse mais celui-ci commençait déjà à s’éloignait en titubant. L’homme suivit son exemple et essaya de le rattraper tant bien que mal en le traitant de divers noms d’oiseaux peu élogieux.

Sans un mot, Takoshi reprit le vieillard. Plus vite il en aura fini avec cette histoire, plus vite il aura son thé, et plus vite il rentrerait chez lui et tant pis pour le reste de ses emplettes. Yoake le taquinera encore mais le jeune homme avait vu assez d’étrangers pour aujourd’hui et demain. Il souhaitait vraiment retourner à l’abri de sa forge, en ce lieu qui lui était si commun, si connu.

L’accident des soiffards était passé depuis à peine quelques minutes, qu’ils arrivèrent finalement à une cahute que le vieillard malade leur désigna d’une main tremblante comme étant la sienne. Les deux homme finirent par porter le vieillard jusqu’à sa porte.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Dim 6 Aoû - 18:53

Oyama soupira de soulagement lorsque finalement tout s'apaisa après que son compagnon Setsu se soit avancé vers le soûlard et ait joué de sa carrure impressionnante pour intimider ce dernier, ce qui ne manqua pas d'être efficace heureusement. Surtout que ceci régla le problème sans qu'il y ait besoin de faire preuve de violence, ce que le marchand préférait largement dans les faits. Il ne manqua donc pas de sourire de façon approbatrice et reconnaissante à l'égard de l’impressionnant jeune homme.

Et sur ce, Oyama se remit lui aussi à aider le grand-père à marcher, même si dans les faits par rapport à son compagnon au cheveux blanc il était assez faiblard. Néanmoins, si il pouvait aider, même ne serait-ce qu'un petit peu… Autant ne pas s'en priver.

Ainsi ils arrivèrent finalement devant la cahute où semblait vivre le vieillard, un logis assez modeste en soit et qu'Oyama trouva même assez piteux. Du moins assez pour qu'il ne s'étonne pas tant que ça finalement de l'état du vieillard qu'ils aidaient. Ils amenèrent donc le vieillard à l'intérieur et Oyama demanda à Takoshi lorsqu'ils arrivèrent à déposer l'homme sur ce qui devait servir de lit à ce dernier.

« Je crois que c'est bon, si vous voulez je peux rester à son chevet pour m'assurer qu'il se porte bien en attendant que vous reveniez avec un médecin ou qui que ce soit qui pourrait l'aider. »
Et alors qu'il disait cela, le vieillard fut prit tout à coup d'un spasme et maugréa en agrippant le bras droit d'Oyama de son bras gauche.

« Ne me laissez pas seul… Elle ! Elle va me faire du mal à vous et à moi ! » Elle, mais elle qui ? Pensa Oyama assez interloqué avant de questionner d'un air pensif en se demandant si le vieil homme délirait un peu. « Qui ça ? » Le vieillard en entendant cela lui glissa. « Elle, elle ! Elle, elle avait dit qu'elle prendrait soin de moi, mais depuis qu'elle le fait… Je… Me sens plus faible, comme si elle dévorait mes forces peu à peu. Je, débarrassez moi d'elle ! » Tout à coup il sembla paniquer et vouloir se relever comme pour fuir, mais trop faible pour cela il ne faisait que s'agiter de façon assez tragique. En voyant cela Oyama ne put s'empêcher de faire de son mieux pour apaiser le vieil homme. Et quand cela fut fait, de demander calmement à Takoshi alors que le vieil homme finit par s'apaiser au point de s'endormir.

« Qu'en pensez-vous ? Pour ma part je ne saurais quoi dire… Peut-être qu'il délire un peu en disant tout cela. Mais j'ai l'impression que cela mérite qu'on s'attarde dessus, ne serait-ce qu'un petit peu pour s'en assurer. Quelque chose me dit néanmoins que l'on risque difficilement d'obtenir des réponses cohérentes de lui, il faudrait peut-être consulter ses voisins... »
Pourquoi avait-il envie de s'en préoccuper ? Une petite intuition de sa part disons et Oyama avait appris depuis longtemps à faire confiance à ses intuitions justement… Est-ce qu'il aurait finalement raison de se baser dessus cette fois-ci ? Cela, il le saurait bientôt... Après tout on pourrait aussi se dire que le vieil homme délirait juste un peu trop pour son propre bien... Mais bon, ce n'est pas comme si le marchand était spécialement pressé et puis s'il était capable d'être insouciant par rapport à sa propre personne, il était méticuleux quand il s'agissait de la bonne santé des autres...
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Lun 14 Aoû - 14:35

Leur voyage touchait à sa fin. Le vieillard était arrivé chez lui, sur son lit. Takoshi allait pouvoir rentrer chez lui après avoir vérifié que le vieil homme n’ait plus besoin de rien. Le forgeron poussa un soupir intérieur. Cet espoir auquel il se raccrochait était bien vain car il savait que le vieil homme allait avoir besoin d’aide pendant un petit moment. Heureusement, Takoshi n’était pas seul. Le marchand était là pour l’aider, ou en tout cas s’occupait de la plus grande partie des soins. Même ainsi, il ne pouvait pas abandonner les deux hommes sous prétexte qu’être en présence d’autres personnes le mettait mal à l’aise. Alors le jeune homme restait là, dans une maison loin de la ville, à ne pas savoir quoi faire.

Le marchand lui proposa de rester au chevet de l’inconnu pendant que Takoshi allait chercher un médecin ou un guérisseur. Le jeune homme retint une remarque. Dans la boutique, il ne connaissait pas de guérisseur et ne savait pas où en trouvait, et maintenant qu’ils étaient hors de la ville, Takoshi n’en savait pas plus qu’avant. Mais il se retint de le dire, puisque le vieil homme semblait pris de spasmes et refusait qu’on le laisse seul. Alors que ce n’était pas l’idée du tout, puisque le marchand serait resté sur place pendant que Takoshi allait transporter son mal à l’aise pour trouver quelqu’un capable de les aider. Mais manifestement, le malade craignait quelque chose, ou plutôt quelqu’un. Takoshi poussa encore un soupir intérieur en regardant par la fenêtre. Que sa forge et la solitude lui paraissaient lointaines.

Le marchand, dont Takoshi ne connaissait toujours pas le non posait une bonne question. Qui était-ce elle ? Le vieillard délirait complètement, la vieillesse et la maladie lui embrumait l’esprit. Mais Takoshi ne pourrait se permettre de juger sans en savoir plus d’information. Le marchand aussi avait des doutes sur la santé mentale de leur patient. Mais à ces questions, Takoshi se contenta d’hausser les épaules. Quels voisins ? De la fenêtre, seuls les écureuils semblaient capables de connaitre ce qui se passer dans cette maison, car c’était là les seuls voisins. Mais alors que Takoshi regarda par la fenêtre il crut apercevoir une silhouette furtive s’approchait de la cabane.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Mar 15 Aoû - 18:19

L'homme aux cheveux blanc n'avait rien répondu à Oyama quand celui-ci lui demanda son avis, faisant se dire à celui-ci que le Setsu était décidément bien peu loquace. Du genre renfermé ? Ou bien juste à ne parler que quand cela était nécessaire ? Difficile à dire, mais le marchand devait s'avouer qu'il était assez curieux devant ce fait, après tout ce n'est pas tous les jours qu'il croisait quelqu'un semblant aussi peu bavard malgré le fait qu'on lui parle directement. Même pas de questions et des réponses qui traînaient à être excisée…

Tiens d'ailleurs, quel métier pratiquait cet homme ? Voilà une question que se posa tout à coup le marchand, marchand qui en conclut rapidement que ça ne devait pas être un commerçant en tout cas… Après tout un tel métier nécessitait quand même un minimum de qualité sociales que ne semblait pas forcément avoir cet homme, même si bien entendu Oyama savait fort bien qu'il ne connaissait pas assez l'autre pour vraiment émettre un jugement à son sujet. Néanmoins, disons qu'il savait avoir un peu de flair… De plus, en tant que marchand il savait tout de même jauger si quelqu'un avait le profil pour en être un ou non. Qu'était-il donc ? Artisan ? Peut-être, il ne lui donnait pas l'impression en tout cas d'avoir la mentalité d'un guerrier ou de vivre l'humilité de la position de paysan. Mais  quel genre d'artisan ? Peut-être qu'il lui demanderait plus tard...

De toute manière, avant qu'il ne puisse reprendre la parole quelqu'un les rejoignit et visiblement c'était… Un homme.. Un homme qui en les voyant ne manqua pas de s'exclamer surprit.

« Qu'est-ce qui se passe ici ? Qui êtes vous ?! »
La voix provenait d'un jeune adulte fin et ayant la carrure d'Oyama, donc pas vraiment menaçant, mais qui semblait quand même effrayé. Il regarda le vieil homme ensuite et la préoccupation teinta ses traits… « Grand père ? Par les kamis, mais qu'est-ce que vous lui avez fait ? » Il s'approcha du vieil homme sans vraiment se préoccuper d'eux , ce avant qu'Oyama ne glisse d'un ton conciliant.

« Nous ? Rien rassurez-vous, il était venu acheter du thé dans ma boutique, puis a eut un malaise. Il nous as demandés de l'amener ici et c'est ce que nous avons fait. Nous voulons juste aider. » Le jeune homme à qui il disait cela sembla hésiter à ses propos, puis finit par leur demander calmement, même si d'un air méfiant. « Qui êtes vous ? » Oyama en entendant cela se présenta donc calmement après que son compagnon Setsu l'ait fait…

« Arihito Oyama, marchand d'Eiichiro, quand j'y pense, votre grand-père nous as parlé d'une jeune femme qui lui faisait du mal... Est-ce vrai ? » Le petit fils du vieil homme sembla dubitatif, puis glissa. « Je n'ai aucune idée de qui vous parlez, grand-père a toujours été assez secret au final... Si je suis venu jusqu'ici c'est parce qu'au village nous n'avons plus de nouvelle de lui depuis déjà une bonne semaine… Cela m'a inquiété, même si ces derniers temps il est encore plus secret et distant que d'habitude avec nous. » Le jeune civil sembla réfléchir quelques instants, puis ajouta.

« Mais il y a bien une femme qui vient le voir fréquemment… Après ça m'étonnerait franchement qu'elle lui fasse le moindre mal, une certaine Akina… Cela fait plusieurs mois qu'elle prend soin de lui. Si ça vous intéresse elle vit un peu plus au Nord d'ici. Il suffit de suivre le chemin. Maintenant laissez nous je vous prie... Il a besoin de soins. » Oyama en sortant comme demandé lança donc un regard interrogateur à son compagnon Setsu, comme pour lui demander s'ils allaient voir juste par curiosité, après tout le marchand pour sa part avait envie de s'assurer que tout irait bien avant de retourner à ses affaires. Question de principes.
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Dim 20 Aoû - 14:53

Takoshi essayait toujours de distinguer la silhouette lorsqu’un homme fit irruption dans la cabane et sembla énerver de voir des étrangers ici. Le jeune forgeron ne pouvait lui en vouloir puisqu’il n’aimerait pas avoir des inconnus chez lui, même en mettant de côté son horreur pour la plupart de ses semblables. Takoshi s’imagina retourner chez lui et voir quelqu’un qu’il ne connait pas l’attendre, ou même quelqu’un que Yoake aurait invité. Cette situation ne lui plairait pas.

L’homme qui était entré n’était pas très impressionnant physiquement. Une approche énervée devant des inconnus, à part si on a des capacités cachées, était peu intelligente. Pour ce qu’il en savait, le marchand et le forgeron auraient pu être des brigands venus piller la cabane et que sa visite impromptue les importunait. Plutôt que de s’emportait, il aurait peut-être dû les abordait avec un peu plus de courtoisie, mais Takoshi ne lui tint pas rigueur de son ton et Oyama géra la situation avec beaucoup de diplomatie. S’il n’avait pas été là, Takoshi s’en serait probablement sorti de la même manière mais avec une très désagréable sensation en sortant.

Le nom d’Akina résonna un peu dans l’esprit du forgeron. Ce nom lui disait quelque chose mais il n’aurait pas su dire quoi. Nous devrions aller voir en effet. Ce nom me parait suspect et je n’aime pas les mystères non résolus. Puis après un petit instant de silence. Par ailleurs, je m’appelle Takoshi Okada. Je suis forgeron. Puis il se dirigea sans attendre dans la direction indiqué par le petit-fils peu gratifiant.

Les deux hommes arrivèrent rapidement à la cabane supposée de la Akina. Mais pendant tout le trajet, Takoshi avait la désagréable impression d’être suivi et observer. Du coin l’œil, il lui semblait apercevoir une silhouette à leur poursuite. Cette silhouette qui parut se précipiter pour faire le tour de la maison et y pénétrer. Faîtes attention. Il y a quelque chose d’étrange par ici. Sa voix ne laissait rien transparaitre, à part peut-être un léger trouble. Le fait d’avoir un mystère à résoudre, excitait légèrement Takoshi.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Mar 22 Aoû - 22:07

Son partenaire d'aventure du soir était d'accord pour aller vérifier, ce parce que le nom de la dame lui semblait assez suspect. Un nom suspect ? Oyama ne savait pas en quoi, mais il supposa que c'était une raison comme une autre. Dans tous les cas le marchand accueillit avec un sourire le fait que son compagnon lui dise comment il s'appelait, un sourire aimable et respectueux. Car forgeron ce n'était pas rien comme carrière selon le type de forgeron qu'il était…

Ainsi, ils se rendirent tout deux à la cabane supposée de dame Akina. Une cabane qui n'était pas spécialement miséreuse vue de loin, modeste, mais pas le genre qui ferait honte à quelqu'un d'humble condition. Et ça paraissait plutôt bien entretenu même… Par contre, Oyama ne manqua pas de s'étonner de l'avertissement de son compagnon.

« Si vous le dîtes. » Il semblait un peu surprit, mais il prit au sérieux ce que lui dit le forgeron et ajouta lorsqu'ils se trouvèrent devant la cabane. « Désirez vous que j'entre en premier ? Vous n'aurez qu'à me suivre et me couvrir s'il devait se passer quoi que ce soit. » Proposa t-il donc, plus pour rassurer l'autre qu'autre chose en vérité. Après tout Oyama se disait que tout allait bien se passer et qu'il n'y avait pas réellement de raison de s'en faire en présence du robuste forgeron.

Ainsi, il entra timidement dans la cabane dans l'optique de s'annoncer à la propriétaire des lieux et ne trouva… Rien d'étrange ? Tout était plutôt bien rangé dans les faits mais il n'y avait personne, du moins pas dans la première pièce de la cabane. Se disant qu'elle était peut-être dans l'autre pièce du coup, il en conclut qu'il ferait bien de prévenir d'ici et le fit donc poliment.

"Désolé pour le dérangement dame Akina-san, nous venons vous prévenir que votre vieil ami a des problèmes de santé préoccupants..."

Puis tout à coup il entendit un bruit juste au dessus de lui… Il regarda donc vers le plafond, ce pour être surprit par une nue qui le regardait fort méchamment… Et qui lui sauta dessus immédiatement après, le yokai faisant la taille d'un chat il n'était pas forcément très dangereux, mais Oyama ne manqua pas d'être surprit par cela et de tomber à terre. Le petit démon suite à ceci tenta d'ailleurs de s'enfuir… Ce alors que la dame qu'ils cherchaient probablement sortit tout à coup calmement de la pièce adjacente.
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Sam 26 Aoû - 12:51

Suspicieux, Takoshi inspecta la maison sans vraiment s'en approcher. La précipitation et une arrivée impromptue chez un inconnu alors qu'on était pas attendu n'était pas une bonne idée. Surtout que le jeune forgeron avait un mauvais pressentiment à propos de cette histoire. Est-ce parce qu'il n'aimait pas les interactions sociales ? Probablement. En tout cas, malgré sa mise en garde, Oyama ne sembla pas l'écouter ou le croire et entra dans la maison. Cette fois-ci, Takoshi ne put retenir un soupir exacerbé, et considéra vraiment l'idée de retourner chez lui. La matinée était maintenant bien avancée, et il n'avait toujours ni thé ni commission. Mais quel temps perdu pour rien, alors qu'il pourrait parfaire sa technique, un acier. Les fours allaient être refroidis s'il ne s'en occupait pas.

Soudain, le marchand tomba, sûrement pris en dépourvu par une ombre pas plus grosse qu’un chat qui venant de tomber du plafond. Takoshi savait que c’était une mauvaise idée, mais comme d’habitude on ne l’avait pas écouté. Le jeune forgeron se précipita à l’intérieur de la maison pour aider Oyama à se relever. Le marchand avait plus de peur que de mal et son agresseur s’enfuyait déjà. Attrapant doucement le bras pour d’Oyama pour le soulever, Takoshi observa l’intérieur de la cabane. Une dame sortait d’une pièce adjacente, calmement. Sa démarche lente trahissait une certaine finesse et délicatesse, ainsi qu’une grande opinion de soi, presque de l’arrogance. Vêtu de voiles très fins et vert, elle paraissait décalée dans cette environnement si simple et pauvre. Son allure en plus de la beauté de son visage fit se serrer le cœur de Takoshi. Mais quelque chose clochait. Une impression très désagréable comme si l’ensemble de son visage n’allait pas ensemble, ou que les différents éléments, yeux, bouche, nez, oreille, n’était pas à leur place. C’était absurde et pourtant Takoshi ne pouvait se départir de cette sensation.

Takoshi se serait bien excuser, mais son malaise social mêlé à cette affreuse sensation de décalage dans leur interlocutrice ne lui permit que de la fixer de façon inexpressive. C’est à peine s’il osait respirer. « Qui puis-je pour vous aider ? De quel vieil ami parlez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Lun 28 Aoû - 19:41

Oyama fut un peu abasourdit par ce qui venait de se passer, mais se releva sans trop de mal grâce à l'aide de Takoshi. Il remercia donc ce dernier machinalement alors qu'il se remit peu à peu de sa surprise et en profita ensuite pour détailler du regard la dame qui venait d'apparaître.

Et… Pour sa part il le trouvait étrangement calme, mais bon à la limite ça, ça pouvait être juste le fait d'une certaine patience… Il la décrirait sinon comme très gracieuse dans les faits et un air assez... Plus distingué que celui de beaucoup de gens d'humble condition, mais pas de façon trop apparente, disons plus subtile… Le genre de chose qu'il fallait avoir de l'intuition pour vraiment percevoir.

En tout cas elle lui sembla particulière rien qu'en la regardant, mais ce n'était pas non plus choquant au point qu'il ait forcément l'impression qu'elle n'était pas à sa place ici, il arrivait après tout que des gens d'humbles conditions savent être distingués et beaux. Il ne fallait pas après tout trop se fier à de simples préjugés...

« Le vieil homme vivant non loin d'ici, par là-bas. » Répondit-il sinon à la dame en désignant la direction de la demeure de la main, après tout si elle savait où résidait le vieillard, elle reconnaîtrait sans doute. Ce avant d'ajouter d'un ton préoccupé. « Il a pénétré dans ma boutique de thé en arrivant à peine à tenir debout et a demandé à moi et mon ami ici présent de l'amener jusqu'à chez lui. Ce que nous avons fais, je pense qu'il a besoin d'aide, son petit fils nous parlé de vous. Pensez-vous que vous pourriez faire quelque chose pour lui ? » Alors qu'il disait cela, sans le montrer en bon commerçant expérimenté, Oyama scrutait un peu la réaction de la dame pour contempler s'il y avait quelque chose d'étrange ou non derrière. Après tout la mise en garde du forgeron l'avait un peu titillé, même si pour sa part il se disait qu'il était probable que rien ne cloche. Même si dans les faits le vieillard avait parlait d'une femme indésirable… Mais parlait-il d'elle ? Ou d'une autre ? Et que fichait ce yokai ici ? Ah, tiens. En parlant de ce dernier d'ailleurs...

« Vous ne saviez pas qu'il y avait une nue chez vous ? Elle vient juste de me sauter dessus avant de s'enfuir... » Dit-il sinon un peu songeur dans le cas où elle l'avait confondu avec un chat, se demandant comment elle réagirait à ce fait. Après tout ce n'était jamais une bonne chose d'avoir une nue chez soi et sans doute qu'elle n'avait pas dû savoir cela… Sinon elle aurait été davantage inquiétée probablement. Une nue était certes un petit démon, mais un petit démon malveillant quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Mar 5 Sep - 22:23

Takoshi se sentait vraiment mal à l’aise maintenant. Ca y est, il n’y avait plus aucun doute là-dessus. Tout ce qu’il voulait maintenant, c’était partir. Loin d’ici. Se cacher dans sa forge, se remettre au travail pour oublier cette mésaventure. Oyama n’était pas désagréable, mais c’était une personne. Et Takoshi ne savait pas quoi faire avec les autres personnes. Personne ne lui avait appris à se comporter en société. Et aujourd’hui, il avait dépassé son quota de nouvelles expériences sociales. Surtout que maintenant, voilà le duo improbable faire irruption chez une inconnue, son compagnon se faire attaquer par une nue. L’attaque ne l’effrayait pas mais l’inconnu le terrifiait.

Lorsqu’Oyama décida de mener la conversation, cela a eu l’effet de détendre légèrement Takoshi mais pas suffisamment pour lui donner envie de rester. L’idée lui traversa l’esprit de s’esquivait discrètement de la maison, rentrer chez lui, ou peut-être pousser jusqu’à chez Yoake. Mais hélas, il décida de rester pour ne pas abandonner Oyama. Le forgeron se mit à se dandiner, passant d’un pied sur l’autre. Votre ami a l’air mal à l’aise. C’est normal après avoir fait irruption chez les gens sans même se présenter. Tout ça pour me dire qu’un vieil homme habitant pas loin ne se sent pas bien.

Nous… nous sommes navrés, dame. Nous ne voulions pas vous déranger, c’est que nous inquiétions, c’est tout. Et vous avez raison. Je suis Takoshi Okada et voici Arihito Oyama. Nous allons partir pour ne pas vous importuner plus longtemps. Nous nous sommes probablement trompés n’est pas Arihito-San. Voyons vous ne me déranger pas. J’ai si rarement de la compagnie. Je vais vous faire du thé. Voulez-vous ? La femme avait éludé les question d’Oyama et avait balayé les excuses de Takoshi pour leur départ. Le jeune homme ne se sentait vraiment pas bien à l’idée de rester ici. Quelque chose le troublait, plus que son problème avec les gens habituel.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Mar 12 Sep - 20:45

Oyama sembla étonné par rapport aux paroles de la dame, elle ne connaissait pas ce vieil homme ? Peut-être s'était-il trompé de maison dans ce cas… Il ne savait pas quoi en penser dans les faits. Et en vérité il aurait sans doute fait les choses de manière tout à fait conventionnelle niveau présentation si il n'avait pas été prit par surprise disons… Mais bon, maintenant que les événements se déroulaient ainsi, autant faire avec conclut-il naturellement.

Et dans les faits après qu'il ait entendu son compagnon du soir dire qu'ils allaient partir car ils s'étaient probablement trompés, ce dont Oyama n'avait pas forcément l'impression dans les faits… Il fut très légèrement étonné, mais très agréablement par la proposition de la dame. Fichtre ! De toute manière il serait impoli de refuser sa proposition pensa t-il, donc autant accepter poliment cette demande fort aimable. Après tout il se disait qu'elle devait être une personne assez intéressante au final, du moins s'il se départait de la curiosité que cet endroit suscitait en lui…

« Mais bien entendu san. Veuillez nous excuser pour le dérangement tout de même, disons que l'heure que nous venons de passer a été agitée. Quand j'y pense, à qui avons nous l'honneur ? » Demanda t-il donc curieux et de son air le plus aimable en s'inclinant légèrement. Visiblement il paraissait bien plus à l'aise tout à coup… Et cela sembla marcher car la dame du coup les laissa s'installer et alla préparer du thé. Ceci fait et après avoir discuté un peu par politesse, elle leur servit une tasse à chacun et Oyama dit calmement à Takoshi d'un ton complice.

« Je pense que pour la peine je pourrais vous offrir un peu de thé gratuitement pour l'aide que vous m'avez offert san. Du moins si cela vous convient, je vous propose dans ce cas de faire un petit passage à ma boutique  quand nous retournerons en ville... » Sur ces bonnes paroles il but une gorgée de thé et au bout de quelques minutes… Étrangement il se sentit très fatigué…

« Dites... Est-ce normal que... » Marmonna t-il donc alors qu'il se tenait la tête d'une main, ce avant de sombrer brusquement dans un lourd sommeil...
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Sam 16 Sep - 20:49

Takoshi se contracta lorsque Oyama accepta de la dame. C’est qu’il s’imposerait le bougre. Les deux hommes feraient mieux de filer en vitesse car toute cette histoire n’était vraiment pas normale. Tout transpirait le mystère et l’irrationnel, et s’il y avait bien un truc que Takoshi ne supportait pas, c’était l’irrationnel. Le monde était commandé par la logique, une suite de causes et de conséquence. Leur situation n’était qu’une suite de mauvaise décision prise par le marchand. Après cette réflexion, Takoshi se résolut à laisser Oyama se débrouillait avec ses problèmes et rentrer chez lui. C’était beaucoup d’aventures pour une seule journée, ou même pour l’année entière. Mais un regard sur la femme puis sur le marchand lui fit changer d’avis. Il ne pouvait pas abandonner l’homme alors qu’il semblait complètement ignorer les risques. Cette femme était dangereuse. Ou alors Takoshi était paranoïaque.

La jeune femme souleva un sourcil à la question du marchand. Arihito-san, vous devez avoir la mémoire bien courte. Avez-vous déjà oublié mon nom ? Elle laissa couler un petit rire taquin et son visage s’orna d’une expression espiègle qui fit frissonner Takoshi. Je vais vous le rappeler, car tout cela n’a pas d’importance. Je suis Akina, Dame Akina, tout simplement. Et j’imagine que tout ce que vous avez vécu a dû vous stresser. Le malaise, le trajet, le mauvais accueil de Nakata. Takoshi tiqua. Ils ne lui avaient pas parler d’un malaise, mais d’un homme en difficulté. Et surtout pas de l’accueil froid du petit-fils de l’homme. Qu’est-ce que c’était que cette histoire ? Tout cloché ici. Prenez place, je vous prie, détendez-vous.

Non, Takoshi n’allait pas se détendre. Il se retrouvait à boire un thé avec deux étrangers, aux comportements complètement irréalistes aux yeux du jeune forgeron. On ne rentre pas comme ça chez les gens, et ces derniers ne nous invitent pas à boire du temps. Et on accepte encore moins cette invitation. Takoshi décida de ne pas boire son thé, même si c’était impoli. Il en était de toute manière incapable de boire quelque chose dans l’état de tension dans lequel il se trouvait. Il n’écouta que d’une oreille Oyama, qui lui parlait de lui offrir du thé pour cette péripétie. Il faudra plus que du thé pour calmer les appréhensions de Takoshi sur le monde extérieur.

Malgré ses inquiétudes, Takoshi semblait hypnotiser par la dame. Ce n’est que lorsque que Oyama s’effondra sur la table que le jeune homme céda définitivement à la panique et que le charme se rompit. C’était trop pour lui. Il ne voulait qu’acheter du thé et des provisions pour son amie pas se retrouver dans des histoires de démons et autres étrangetés surréalistes. Son cerveau passa en automatique, et comme une machine qu’il rêvait de créer, il fit des actions sans s’en rendre compte. D’un regard, il avisa la porte, calcula le temps de déplacement, la résistance de cette dernière. Puis il estima le poids du marchand, l’énergie qu’il lui faudrait ainsi que le temps pour mettre un maximum de distance entre eux et la masure.

L’adrénaline fit le reste. Se redressant brutalement, il fit voler la table, ajoutant du chaos à sa panique. Il n’était pas raisonnable, mais tout ce qu’il voulait c’était être loin, très loin d’ici. Il attrapa Oyama, et se mit à courir en le mettant sur son dos, enfonça la porte et couru sans regarder derrière lui, priant les Kamis pour qu’ils survivent tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 340
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Dim 1 Oct - 19:54

Oyama n'était pas dans son état normal depuis déjà plusieurs bonnes minutes, mais bon. Comment aurait-il pu remarquer qu'il ne tournait pas rond ? Peut-être que Takoshi-san lui avait pu, mais ce n'est pas comme si le marchand aurait pu deviner ce que ce dernier pensait de son comportement… Pour Oyama tout semblait normal et même si certes il s'était comporté maladroitement, il supposait qu'il n'avait pas fait d'erreur particulièrement grave…

Par contre, c'était bizarre qu'il ait oublié le nom de la dame. Lui qui n'oubliait jamais rien, mais cela il n'arriva même pas à y penser... Comme si ce n'était pas important au final, ou comme s'il était totalement absorbé par tout ce qui était en train de se passer… Il ne fit même pas attention d'ailleurs à la description détaillée que la dame leur fit de la scène avec le jeune homme, alors que cela aurait dû l'alerter… Du moins avant qu'il ne sombre dans le sommeil.

Et après qu'il ait fait cela, au vu de son état il ne remarqua point ce qui se passa ensuite… La manière dont Okada s'enfuit et dont la femme finit par le poursuivre. Cette dernière après s'être remise de sa poursuite poussa donc ce qui semblait être un… Jappement de renard ? Oyama n'était pas réveillé donc il n'aurait pas du le décrire, comme il n'aurait pas pu voir que c'était un renard de taille humaine qui sortit de la maison et qui étrangement au lieu de foncer directement sur Takoshi car ce renard devait sentir que cet humain était fort décida d'être plus discret en les suivant… Peut-être pour lui préparer une petite surprise sur la route ? Quoique visiblement le renard sembla préférer se contenter les suivre discrètement comme s'il voulait voir où ils se rendaient et peut-être sévir une fois qu'il aurait bien analyser la situation… Difficile à dire en tous cas tant qu'Okada et Oyama ne seraient pas arrivés à destination...
Revenir en haut Aller en bas
Okada Takoshi

avatar

Non Joueur

Messages : 36
Date d'inscription : 29/05/2017

Feuille personnage
Age: 25 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama] Ven 20 Oct - 21:38

Takoshi courait la peur au ventre. Il manquait de trébucher à chaque fois qu’il jetait un regard en arrière pour apercevoir son poursuivant. Son fardeau l’encombrait mais il ne pouvait pas l’abandonner à cette créature. La femme, devenu un renard à 9 queues… non, ne pas penser à ça. Se contenter de courir, toujours plus vite, toujours plus loin. Le forgeron pouvait presque la sentir le suivre, à distance comme si elle préférait jouer avec eux. Quel était donc ce piège ? Takoshi savait qu’il ne pourrait pas courir jusqu’à Hibana alors il se dirigeait vers le seul endroit qu’il connaissait dans le coin. Que sa forge lui paraissait loin.

La cabane apparut au détour du chemin, ce qui poussa le jeune forgeron a accéléré encore. Plus vite, il y était presque. Mais le jeune homme sentait qu’il était arrivé au bout de ses capacités depuis longtemps. La créature que les suivait aller gagner du terrain et les rattraper. Takoshi ne voulait pas imaginer ce qui allait se passer. Il ferma les yeux, comme pour concentrer ses dernières forces. Le marchand si léger au début peser maintenant plus lourd qu’une enclume. La douleur et les crampes envahissaient le corps de Takoshi, le poussa au supplice. La respiration rauque, la sueur lui brûlait les yeux pourtant fermés. Les poumons brûlent, plus que sous l’air ardent et sec de la fournaise.

Lorsqu’il rouvre les yeux, la cabane est maintenant si proche. Il se projette sur la porte, pas pour l’enfoncer car elle ne serait plus à rien. Puis il donne des coups dedans, la panique ne l’ayant pas quitté. Lorsque la porte s’ouvre sur le petit-fils qui regarde le forgeron surprit, avec de se faire rudement bousculer quand ce dernier força le passage. Sans ménagement, Takoshi posa Oyama au sol et claqua la porte sous l’air médusé de l’homme. Ce dernier se reprit assez. Pour qui vous prenez-vous ! Veuillez… Il se tut en voyant le regard paniqué de Takoshi, la sueur et son essoufflement. On aurait dit un fou. Chut… Elle est derrière nous. Elle est là. Le pauvre homme semblait au bord de la panique, c’est-à-dire bien au-delà.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama]

Revenir en haut Aller en bas
 

Par un froid matin, des thés. [Arihito Oyama]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Monture sang-froid et homme lézard
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» Matin de printemps...


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..