AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 269
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Mar 11 Juil - 18:06

La proie s’échappa des pattes furieuses de l’araignée et tomba dans celles du Yoojimbo dont la figure n’exprimait que son envie d’être loin de ce Yokaï auquel il n’avait pas envie de se frotter. La pudeur et l’urgence l’abstinrent de tout commentaire, il releva l’Onmyôji dont le cœur battait la chamade et l’obligea à courir. Ce dernier maudissait intérieurement le débarquement du marchand trop insouciant, pourtant il voulait bien admettre que l’aide semblait être venue au bon moment … pile où les choses se gâtaient, et où le démon avait abaissé sa garde. Mais peut être que l’avoir attaquée ainsi avait finalement scellé l’issue de leur soirée.
Le regard stressé, trainé par le garde car ses membres refusaient de correctement lui obéir, Chikanori fit signe à Oyama pour attirer son attention à propos de la seconde bouteille :

_ Ne l’envoie pas ! » Lui cria-t-il, mais son souffle lui manquait.

L’Abe no ne pouvait s’arrêter pour énoncer un Sutra protecteur tant il se savait mauvais et savait que ses charmes n’étaient clairement pas suffisamment puissants pour tenir un Yokaï de ce calibre occupé plus de quelques secondes. La jeter dès maintenant c’était risquer de la perdre pour rien, si ce n’était encore plus énerver la démone qui voyait rouge à présent et traçait dans la végétation avec des envies meurtrières méconnaissables ainsi qu’avec agilité. Elle disparut presque à ses yeux, ce qui signifiait qu’il n’était plus que le seul à pouvoir l’apercevoir. Il n’était même pas sûr que les deux autres puissent discerner les épaisses toiles qui se créaient entre les arbres, se refermant lentement mais sûrement sur eux dans un piège inextricable. Ils n’étaient pas assez rapides. Le calcul était vite fait. Ils allaient tous y passer à ce rythme. L’Onmyôji commençait intérieurement à paniquer.
Pour autant l’espoir vint le soutenir lorsque le corps froid du serpent s’enroula autour de ses épaules, dans une étreinte forte comme pour lui imposer de récupérer son calme. Chikanori manqua de tomber, se rattrapa de justesse, regarda le serpent pour s’en remettre à lui.

_ Ils ne voient rien. » Confirma le gardien avec une froide réalité. « Caches-toi ! Là ! A droite !

S’y trouvait un fossé, dissimulé dans les buissons, au bord d’une pente. L’ombre du Yokaï les surplombait, s’hésitait entre les deux petits qui se ressemblaient de gabarit, et les deux grands qui se ressemblaient d’odeur. Quoique, gourmande et enragée, elle avait pour plan de capturer les trois en même temps.
Le Kenshu releva la tête, vit le yoojimbo ainsi qu’Oyama qui tous deux le devançaient de peu, força sur ses membres endoloris pour se jeter sur celui qu’il connaissait le plus, l’emportant avec lui sur le bas-côté, s’écorchant dans les branchages et sur les pierres. Avec l’élan, l’atterrissage fut brut, mais ils furent ainsi cachés des multiples yeux de l’insecte géant et au même moment, ils furent témoin, entre les feuilles, de l’araignée s’abattant du ciel sur l’humain qui restait, et l’empaqueter alors que ce dernier s’agitait comme un fou pour sa vie. Il tentait de découper ce qu’il ne pouvait voir, faisait des moulinets dans les airs, alors qu’une soie invisible l’attrapait par toutes les articulations et l’immobilisait plus sûrement que des fers. La femme araignée reprit consistance, visible à tous, monstrueuse, féroce, impitoyable, affamée. La belle illusion avait disparu. Tout n’était qu’une horreur à la hauteur de l’appétit carnassier de la bête qui cherchait vengeance et cédait à ses pulsions dévastatrices. Les armes d’acier s’avérèrent vaines contre les crocs meurtriers qui se plantèrent avec rage dans le moucheron qu’elle venait d’attraper. Elles tombèrent au sol avec glas.

Kon recouvrait les deux humains de son odeur, mais c’était tout juste. L’araignée semblait les avoir oubliés, plus concentrée sur la proie qu’elle tenait qui lui offrait encore un peu de résistance. Il se doutait qu’Oyama allait vouloir faire quelque chose, n’importe quoi, pour sauver leur troisième compagnon. Les esprits rationnels du serpent et de son maître qui avaient déjà vécu des situations similaires savaient qu’il n’était pas possible de jouer au héros, qu’il tenait de leur propre survie qu’un fil. Tous deux pesèrent de tout leur poids et de leur poigne sur lui pour l’empêcher de bouger ou de dire quoi que ce soit. Si nécessaire, ils le privèrent de la vue terrible qui se profilait, mais il restait le son.
Les hurlements de terreur firent frissonner le bois, de même que les gémissements de douleur et les pleurs, qui cédèrent place au silence troublé des bruits atroces et ragoûtants du repas du démon. Les yeux dans les yeux, Chikanori avait la gorge serrée, nouée, prenait sur lui. Ce n’était pas la première fois que cela finissait au plus tragique, mais jamais il n’avait été le spectateur d’une telle horreur. Il peinait à retenir les tremblements qui l’agitaient, d’autant plus car ils n’allaient pas pouvoir s’enfuir avant un moment. Toute la zone était couverte de toiles, que lui seul pouvait voir, et qui, au moindre mouvement, risquaient de les compromettre et les condamner au même sort … il ne restait qu’à attendre que l’araignée ait fini son repas … ne s’endorme … ou que le soleil ne se lève … pour tenter de filer.


Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Mer 12 Juil - 23:12

Oyama ne put qu'obéir quand Chikanori lui ordonna de ne pas lancer la deuxième bouteille, surtout qu'en vérité il n'avait pas prévu de le faire de toute manière. Du moins pas tout de suite, les paroles essoufflées du religieux confirmèrent donc ce fait. Que ce ne serait pas une bonne idée de gaspiller la deuxième bouteille, comme ce ne fut pas forcément une bonne idée de lancer la première d'un point de vue de la survie pure et dure du marchand. Néanmoins celui-ci avait préféré écouté son cœur plutôt qu'un quelconque égoïsme, ainsi il était naturellement venu en aide à l'omnyôji sans réfléchir aux possibles conséquences de cela pour sa propre survie… Maintenant ne restait qu'à courir en espérant que cela suffisait, mais pour Oyama ça ne faisait aucun doute de toute manière, ils s'en sortiraient !

Et c'est ainsi que le marchand courut avec toute l'énergie qui était la sienne, du moins jusqu'à ce qu'il soit emporté tout à coup par Chikanori qui l'avait attrapé pour l'attirer dans un bas fossé. Le commerçant fut surprit par cela et se demanda ce qui se passait, le choc l'étourdit d'ailleurs un peu et sans doute qu'il aurait remercié les kamis pour cela s'il s'était douté de ce qui allait avoir lieu juste après…

Et dans les faitsn il ferma les yeux par réflexe quand il entendit les bruits sinistres qui étaient fort explicites sur ce qui était en train d'arriver non loin de lui. Non, il devait être en train de cauchemarder pensa t-il en se bouchant les oreilles assez vite. Non il ne se passait rien, non il rêvait… Tout ira mieux Oyama, tu fais juste un cauchemar pensa t-il… Du moins c'est ce dont il essaya de se convaincre alors qu'il s'enfermait dans une sorte de panique muette et incrédule. Le serpent et l'omnyôji l'aidant à peine à se asséner par leur présence.

Et tout ceci était dans les faits horriblement long… Qu'est-ce qu'il était censé faire ? Attendre et garder les oreilles bouchées peut-être… Attendre que tout ceci cesse ou bien que Chikanori le guide ? Il ne savait pas trop... Mais dans son état actuel où il semblait au bords de la crise de larmes, il confiait volontiers la responsabilité des choses au prêtre alors que pour sa part il essayait surtout de ne pas trop penser au sort du Yoojimbo, ce qui en soit était bien difficile… Est-ce qu'il était en train de mourir ? Non ce ne pouvait être ça… Non, il ne voulait absolument pas voir ce qu'il se passait exactement, sûrement pas ! Il était tenté dans les faits de se relever pour courir ou même de venir en aide à son garde du corps, mais Chikanori et le serpent l'en empêchaient, ce sans oublier qu'il était sans doute trop choqué pour vraiment faire quelque chose de lui-même pour l'instant de toute manière…

Et c'est là d'ailleurs qu'il commença à pleurer… Signe qu'il était vraiment nerveux et surtout que la situation le pesait lourdement. Ses yeux étaient embués de larmes et par les kamis il se retînt de toute ses force de faire le moindre bruit alors qu'il avait une envie surhumaine d'être loin d'ici ! Tout plutôt que de rester là, non tout plutôt que de tomber dans les mains de cette créature… Par les kamis qu'était-il censé faire ? Si seulement il pouvait le savoir, à défaut il se contenta de se murer dans un silence presque catatonique alors que son visage exprimait à lui seul toute l'intensité de sa détresse et surtout de son trouble...
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 269
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Jeu 13 Juil - 2:58

La nuit pleurait, subissant les derniers cris de l’humain que l’araignée ne jugeait pas utile d’achever. Chaque seconde s’éternisait le temps qu’elle devait durer, insensible des souffrances qui transcendaient les tympans des témoins. Le vendeur d’Eiichiro ratatiné sous lui, en proie à une pleine panique, s’était plié à sa volonté et subissait le contrecoup de tout ce stress. Pour sûr, il prendrait du temps à s’en remettre … mais aussi naïf avait-il été dans le domaine, il passerait sûrement plus vite à autre chose que l’Abe no dont le regard fixé au sol tentait de se détacher de ce qu’il arrivait. Il n’était pas sûr qu’Arihito-san ne décide pas de jeter l’éponge, se relever pour tenter de s’enfuir, par conséquent, lui comme le serpent le maintenait très fermement agrippés, le laissant simplement se boucher les oreilles. Ainsi donc, il fut épargné, ce qui n’était pas le cas de son bienfaiteur. Si ses yeux quittèrent cette vision d’horreur, son ouïe s’en retrouva dévastée, et son esprit trop imaginatif l’amena à songer à l’inconcevable. Ne penser à rien. Il ne fallait penser à rien. Le calme, la concentration orientée sur un seul point. Il chercha un coin pour se réfugier dans son esprit, ce qui se passait était atroce, et il voulait l’enfermer dans une boîte hors de sa portée. Sa respiration se ralentit mais se troubla, il ne pouvait rester impossible à ce qui arrivait. Après tout … il n’était pas si faible, tout cela ne serait pas arrivé. Il en était en partie responsable. Le remords d’avoir pu sympathiser avec le voyageur du Cheval se créa en lui, de même qu’il se blâmait de ne pouvoir exécuter le moindre Sutra pour les protéger ou qu’il se condamnait d’être aussi impuissant et honteux de sa famille. Au-delà de la terrible agonie du Yoojimbo, c’était l’égoïste déception qui le paralysait.
Le serpent descendit à son oreille, le tirant suffisamment de cet état de choc pour qu’il puisse l’écouter.

_ Nous devons partir. Je vous guiderai.

Au devoir l’Onmyôji fut rappelé lorsqu’il entendit ces mots, et reposa son regard sur cet homme qui portait le même nombre d’années que lui. Il était terrifié. Il ne pouvait que le comprendre, la peur lui-même l’étripait, pourtant il savait à quel point les démons s’avéraient horribles lorsqu’ils montraient leurs pires côtés. Regardant le protégé agité de tremblotements qui trahissaient sa détresse, il organisa ses pensées pour préparer leur sortie. Sa prise se desserra doucement des poignets d’Oyama, laissant des traces rougies, glissa l’une de ses mains le long de l'avant bras pour l’inciter à l’écarter de son oreille. Il s'y pencha pour venir y répéter les propos du serpent, couvrant comme celui-ci l’avait fait, les sonorités infâmes qui tétanisaient la forêt. La voix s’était enfin tue, mais le repas continuait.

_ Nous ne devons pas faire de bruit. On va ramper par là, et tu me suivras à la lettre, car nous sommes entourés de toiles ... tu ne les vois pas … il me semble. Je te guiderai. C’est compris ? » Il était inutile de préciser que le moindre faux pas les tuerait tous. « On va s’en sortir, Oyama. Kon est avec nous.

Rassurer n’était pas son fort, mais il espérait que mentionner le gardien permettrait d’apaiser momentanément les craintes afin qu’ils puissent partir d’ici. Il pointa la direction à suivre, s’assurant étape après étape que son compère le comprenait, qu’il n’avait rien d’autre à lui dire … avant qu’ils ne tentent de filer parmi le très complexe labyrinthe de soie.


Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Jeu 13 Juil - 21:37

Le temps passait et Oyama était tenté de se demander si la yokaï n'était pas en train d'attendre d'avoir finit son repas avant de s'occuper d'eux ensuite, ou bien s'il y avait une chance de s'en tirer. Il ne savait pas, la seule chose qu'il pouvait faire était donc d'investir une confiance absolue en Chikanori, mais aussi tenter de ne pas penser au fait qu'un homme était probablement mort par sa faute. Enfin si, il y pensait et ce avec une amertume très douloureuse… Certes il avait fait cela pour sauver le religieux, mais ce brave Yoojimbo était mort tout de même indirectement par la faute du marchand d'après ce dernier. Il était encore trop choqué pour vraiment pleinement se consacrer à cette pensée certes, mais nul doute que plus tard la culpabilité s'en prendrait à lui sans faire preuve de pitié. Du moins s'il survivait assez longtemps pour cela…

Il survivrait pensa t-il néanmoins, il voulait y croire et il ne pouvait pas envisager le contraire. Malgré ce qu'il venait de se passer, une lueur d'insouciance ou plutôt d'optimisme brillait en lui avec une vigueur irréductible. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, voilà ce qu'il pensait… Cela et le fait que l'omonyôji devait sans doute savoir quoi faire… Oyama encore sous le choc, surtout que des bruits écœurants continuaient à résonner ne put donc que hocher doucement la tête quand l'omnyôji dit qu'il allait le guider… Oui, il fallait s'éloigner de cet endroit infâme, il ne voulait pas rester ici plus longtemps que nécessaire. Il se contenta donc d'obéir docilement et de répondre à voix basse. « Je vous fais confiance... » Avec sincérité, même si on pouvait sentir qu'il avait aussi très peur.

Ainsi, il se contenta de suivre le mouvement en rampant comme l'avait dit Chikanori et en se fiant parfaitement à ce dernier. Il était par contre assez stressé dans les faits d'apprendre qu'ils étaient entourés de toile invisible qu'il ne voyait pas, mais il faisait confiance à Chikanori. Cela et il priait dans sa tête le chat divin de faire en sorte que la fortune lui sourit en cette heure gravissime… De lui sourire à lui, ainsi qu'au prêtre et au gardien de celui-ci.

Ainsi, ils commencèrent à sa faufiler parmi le labyrinthe fait de toiles invisibles, du moins pour lui. Il avançait donc avec une prudence et une précaution absolue, du moins la plus absolue dont il put faire preuve et cela en essayant de ne faire aucun bruit. Il était maintenant en mode survie et son premier objectif en cet instant était de rester vivant jusqu'au lendemain au moins… Ils finirent d'ailleurs par grimper sur un arbre à un moment donné et alors qu'il faisaient cela. Oyama aperçut tout à coup un écureuil visiblement nerveux qui les regardait. Par réflexe il tapota l'épaule de Chikanori et lui montre du regard l'animal. Que voulait-il dire par là ? Qu'il fallait éviter d'effrayer cet animal, sinon il risquait de causer un bruit impromptu… Pour sa part Oyama tâcha donc de passer doucement, sans gestes brusques et sembla y arriver à peu près. Au tour de Chikanori maintenant…. Le tout était de ne pas se montrer trop intimidant pour le petit écureuil. Petit écureuil qui commençait à étrangement se tendre d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 269
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Ven 14 Juil - 4:18

Les autres animaux étaient le cadet des soucis du religieux qui eut presque du mal à comprendre pourquoi le marchand trouvait utile et apparemment important de lui pointer le rongeur arboricole … peut être n’était-il pas très habitué à séjourner en forêt et prêter attention à ce qui y vivait ? En tous cas, ni une ni deux, l’Onmyôji s’attela à grimper à l’arbre qui les séparait de la zone couverte de soie, sans prêter attention à la bête brune qu’on lui avait montrée. A peine fut-il rapproché que la bestiole tenta de fuir, mais elle n’en eut pas le temps, trop appétissante pour son propre bien. Le serpent qui quitta son hôte, bondit tous crochets dehors, et s’enroula autour du petit être qui n’eut pas le temps de couiner. Chikanori passa de l’autre côté, insensible à ce minuscule “drame”, et le Yokaï ouvrit la gueule bien en grand et goba sa proie sans aucune autre forme de procès, avant de retrouver place aux épaules de son Maître, parfaitement visible. La nature était décidément impitoyable.
Sans rien demander par oral, il fit signe de donner la bouteille talismans. Une fois celle-ci en main, il déchira le papier qui la scellait et la déboucha –avec un bruit minime, mais qui aurait suffit à les condamner si cela avait été plus tôt. L’Abe no fit le tour du marchand, lui dévirant la moitié de son contenu sur les épaules (constitué entres autres de sable, de sel béni en grande quantité) et garda le reste pour lui-même et faire à l’identique. Après cette étrange action, il pointa la direction du camp où les charrettes des voyageurs devaient normalement se trouver, se rapprochant pour lui parler, toujours au plus bas pour de plus grandes précautions.

_ Cela devrait l’empêcher de nous suivre. Nous pouvons partir, il n’y a plus de toiles.

Sans se précipiter, ni pour autant trainer, il suivit le chemin les menant au bercail, silencieusement. Les coutures de son Haori s’étaient déchirées, son kimono comportait des lacérations et avait subi le même sort, sans compter les tâches … tout cela allait être difficile à justifier. Avant de parvenir à la vieille auberge de chemin où ils s’étaient arrêtés pour la nuit, dans un maigre élan de pudeur car après tout, il était bien trop tard pour en avoir un réel à présent, il s’arrêta, fit dos à son compagnon de fortune et tenta de se rhabiller comme il le pouvait, mettre de l’ordre, paraître un minimum décent. La prochaine étape serait de le recoudre ou de payer quelqu’un pour le faire pour lui … là aussi, cela lui était arrivé tellement de fois qu’il ne s’offusquait plus de devoir demander ce service.
Puis il releva le regard pour fixer l’Eiichiro. Allait-il arriver à venir sa langue, ou craquerait-il à la moindre question sur le sujet ? Ebruiter la chose ne lui plaisait pas mais … si pour eux,  l’aventure avec l’araignée se terminait là, ce n’était pas le cas pour les gens de la région. D’autres Onmyôji étaient nécessaires pour faire le travail et anéantir le problème. Pour sa part, il craignait surtout les interrogations à son sujet … la honte, l’impuissance vis-à-vis de sa condition l’empêchèrent de prendre la parole. Ce qui devait arriver … arriverait. C’était inarrêtable. Il ne pouvait qu’assumer sa faiblesse. Les derniers instants du Yoojimbo le hantaient déjà.
D’un geste sec pour remettre son col, Chikanori marmonna sombrement d’un ton fermé, comme  à lui-même.

_ Ce n’est pas de ta faute. C’est de la mienne.


Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Ven 14 Juil - 18:16

Oyama détourna les yeux quand l'écureuil se fit dévorer et tâcha de ne pas trop y penser. Car même si cela le choqua bien moins que la mort du Yojimbo dans les faits, ça restait quand même très désagréable à voir pour lui. Néanmoins, sa préoccupation principale pour l'instant était de sortir vivant de cet endroit, ainsi il passa rapidement à autre chose malgré tout, du moins pour l'instant… Il ne manqua pas d'ailleurs de rendre la bouteille talisman à Chikanori lorsque celui-ci la lui demanda. Une fois cela fait, il se laissa verser du sel dessus et se contenta de hocher doucement la tête d'un air presque rassuré quand l'omnyôji lui expliqua qu'ainsi elle ne les suivrait pas et qu'ils pouvaient partir sans risques.

« Ne faudrait-il pas aller demander de l'aide pour pouvoir mettre fins à ces horreurs ? » Demanda d'ailleurs Oyama à voix basse d'un ton inquiet, non pas pour lui, mais pour les autres victimes potentielles de cette créature. Après tout aucun homme ne méritait de mourir ainsi et le marchand ne tenait pas spécialement à fermer les yeux sur une telle horreur. Il fallait que quelqu'un y mette fin et si possible avec qu'un autre homme connaisse le sort de ce pauvre yojimbo…

Notons néanmoins que sur le chemin qui les ramenait à l'auberge-relais, son compagnon d'infortune s'arrêta tout à coup pour arranger son apparence visiblement. Oyama en profita donc pour faire de même de son côté, même si pour sa part cela se résumait surtout à des salissures. Car par chance, ses vêtements n'avaient pas vraiment été endommagés par tout ceci, par contre il se demanda ce que l'omnyôji désirait quand celui-ci se mit tout à coup à le fixer. Surtout quand il arrêta de faire cela peu après et marmonna que ce n'était pas de la faute du marchand. Ce dernier resta surprit quelques instants face à ces propos et répondit.

« Je crois que le mieux à faire est juste de… Faire en sorte qu'au moins personne ne connaisse le même sort que ce pauvre homme… Si vous avez une idée de quelque chose que je puisse faire pour cela, n'hésitez pas. Je ne suis pas omnyôji, mais je n'ai pas envie de rester sans rien faire à ce sujet... » Oui, il fallait faire quelque chose, comment rester les bras croisés devant de telles atrocités après tout ? Déjà qu'il allait sans doute avoir du mal à dormir quelque temps et qu'il avait déjà envie de plus en plus de fondre en larmes alors que l'adrénaline qui l'avait porté jusque là se dissipait... Alors rester sans rien faire ? Hors de questions, il ne le supporterait pas… Surtout maintenant que la culpabilité le pesait de plus en plus lourdement malgré les paroles du prêtre… Oui, il fallait faire quelque chose pour que tout revienne à la normale.
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 269
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Ven 14 Juil - 19:49

Sans en douter, prévenir les gens autour, c’était ce qu’il fallait faire, et il le savait. Le marchand n’avait pas tant besoin de le dire pour qu’il y songe, mais ses propos le rappelaient à son devoir. Comme toutes les fois d’avant, il avait à mettre au courant le monde de son incompétence, de ses mésaventures, afin que l’on puisse régler le problème à sa place. Une boule au ventre traduisait le mal-être que l’Abe no éprouvait en silence. Aucun de ses sceaux, incantations, bénédictions ne pourraient les protéger contre la bête qui les poursuivait. Seule la fuite était envisageable.

_ Oui. Bien sûr. » Sa voix était sèche. « … il faut envoyer des coursiers et des pigeons avertir les villages aux alentours, que les Onmyôjis et chasseurs de Yokaï de la zone conanissent la présence de cette araignée. Si on précise qu’il y a eu  … victime, des gens pourront passer et lui faire une tombe décente.

Qu’il y ait des restes ou non, songea-t-il sombrement. Avançant, l’homme continua de parler, mais sans expliquer de raisons permettant d’éclairer les lanternes du voyageur d’Eiichiro sur la grandeur de leur impuissance :

_ On ne peut rien faire de plus. Concernant notre convoi, le plus important est de quitter le plus rapidement cette forêt, dès l’aube. Avec de la chance, elle n’attaquera pas la journée … mais si c’est moi qu’elle veut, il faudra que je parte pour l’attirer ailleurs.

Etait-ce de l’espoir ou de l’épuisement qui se traduisait dans sa voix ? Difficile à dire. Lorsque celui qui toujours se renfermait sur lui-même voulu tourner les talons, il fut arrêté par la détresse qui se lisait sur les traits de son compagnon d’infortune. Tout s’était passé si vite, il n’avait probablement pas eu le temps de tout comprendre. Cependant, sa bouche resta close et il n’en sortit mot, ne pouvant exorciser sa peine de même qu’il ne se voyait tenter de soulager son sauveur des siennes, déjà qu’il n’arrivait pas à le remercier. Alors le serpent repu prit la parole, fixant l’autre de ses prunelles sombres.

_ Le temps élime les douleurs, il est normal d’être dépassé parce qu’il t’arrive petit homme, tout comme l’est de ressentir de la détresse et de la colère. Le passé est irrattrapable, mais de ce qui est du futur, tu peux y faire quelque chose, donc ressaisis-toi.

A ses mots qui ne lui étaient apparemment pas destinés, Chikanori fut prit d’un léger frisson ; le silencieux darda un étrange regard au vide, avant de faire un signe de se dépêcher pour regagner le convoi. Il ne voulait pas être celui qui allait expliquer la situation, intérieurement, il comptait sur Oyama pour le faire.


Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Sam 15 Juil - 21:11

Oyama hocha la tête, légèrement rassuré qu'il était par les paroles de l'omnyôji qui lui avait dit ce qu'il fallait faire pour qu'au moins ils puissent espérer que les restes du yojimbi profitent d'un traitement décent. Cela, mais aussi pour que cette yokai ne détruise pas d'autres vies d'une manière aussi… Atroce. Et en vérité, Oyama sentait que les gémissements de douleurs de son gardes du corps allaient le hanter pendant un certain temps. Pauvre homme, il aurait sans doute mérite bien mieux que cela… Ce n'était pas ainsi que les choses devaient se passer et le marchand espérait pouvoir aider à ce que la normalité reprenne son cours.

« Vous pensez devoir partir ? Je vois… Enfin si vous pensez que cela est nécessaire je comprendrai et j'espère de tout mon cœur que vous vous en sortiez bien. Si je puis faire quoi que ce soit pour vous aider n'hésitez pas... » Dit ensuite le marchand, visiblement inquiet qu'il était pour Chikanori quand ce dernier évoqua ensuite la possibilité qu'il se sépare du reste du convoi pour attirer la démone ailleurs. Si tel était le cas, le commerçant comprendrait en effet...

Et il espérait sincèrement que l'omnyôji n'ait pas à connaître ce sort horrible… Oui, il ne le méritait pas, personne ne méritait un tel sort. Il ne comprenait pas en vérité pourquoi un tel mal existait et ne voulait pas comprendre dans les faits… Du moins pour l'instant, car là il espérait juste que la vie redevienne rapidement le long fleuve tranquille auquel il était tant habitué… Du moins l'image de long fleuve tranquille qu'il s'en faisait, après tout aux yeux d'Oyama, les événements malheureux qui des fois troublaient ce fleuve étaient plus l'exception que la règle.

Et à leur manière, les paroles que lui adresse l'esprit gardien de Chikanori lui firent du bien par rapport à la détresse qu'il ressentait. Oui, il avait raison, même si Oyama sentait que s'était plus facile à dire qu'à faire. Le marchand répondit d'ailleurs songeur qu'il était.

« Vous avez raison Kon-san… Je pense que je vais mettre du temps à m'en remettre, beaucoup de temps, mais je garderais vos paroles à l'esprit et tâcherais de voir au plus vite ce que je peux faire de constructif… Merci à vous. » Visiblement il y croyait, même si pour l'instant tout cela le pesait déjà lourdement et qu'il sortait à peine de sa stupeur précédente…

Et il ne put sinon qu’acquiescer devant le fait qu'il fallait rejoindre le reste du convoi. Par contre, Oyama se rappela tout à coup de quelque chose. Son set de calligraphie ! Par les kamis il l'avait presque oublié et il se trouvait heureusement qu'il ne l'avait pas fait tombé en chemin… Un peu soulagé par cela, il toussa un instant et dit au prêtre timidement.

« Quand j'y pense Chikanori-san et avant que j'oublie, je tenais à vous offrir quelque chose... J'espère que cela vous fera plaisir, c'est un set de calligraphie que j'ai acheté il y a seulement quelques jours pour vous. Puisse t-il vous être utile... » Il tendit donc le set à l'omnyôji en s'inclinant très légèrement.
Revenir en haut Aller en bas
Abe no Chikanori

avatar

Onmyôji

Messages : 269
Date d'inscription : 12/04/2017

Feuille personnage
Age: 23 ans
Titre:
Liens:

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Mar 18 Juil - 20:30

A l’aide qui lui était tendue il ne répondit rien, se disant qu’il était plus facile pour tous qu’il se sorte de ce mauvais pas tout seul. Que pouvait bien faire ce normal mortel contre ces monstres, si ce n’était simplement aller quérir du secours ? Le programme était déjà arrangé dans ce but, lui qui n’était pas beaucoup mieux armé que son prochain, et il n’y avait là de rôle secondaire. A partir d’ici, l’Onmyôji assumerait en solitaire ce qu’il estimait être de sa culpabilité.
Profondément concentré dans les plans pour les sortir de l’embarras, ce fut l’absurdité du geste du marchand qui le sortit de ses pensées et attira l’attention du serpent. Sortir un coffret composé d’encres fragiles et de délicats pinceaux de calligraphie indemnes après s’être fait courser par un Yokaï dévoreur d’humains relevait de l’impossible, de l’inimaginable ! D’autant plus que pour sa part, ses vêtements en avaient finis déchirés ! Les yeux du destinataire de cette offrande étaient écarquillés, cherchant une explication rationnelle à ce qui ne l’était pas, se tourna vers le serpent qui pour le coup, s’avérait lui-même bien incrédule. Ce fut ce dernier qui prit la parole pour exprimer leur désarroi.

_ Tu es décidément bien chanceux petit humain, et le pire dans tout cela, c’est que tu ne t’en étonnes mêmes pas.

Cependant, passé l’absurdité de cette scène, le marchand continuait de lui en faire cadeau, ce qui mit l’Abe no dans une gêne certaine. Il ne s’en sentait pas digne. Par ce qu’il se fit violence car il ne voulait pas insulter par maladresse, il approcha les mains pour accepter le cadeau qui lui était offert, son regard hésitant entre la boîte en bois et le timide visage de son interlocuteur.

_ Je … je n’en mérite pas tant, Arihito-san. Vraiment.

Lorsqu’il osa ouvrir l’écrin pour en voir le contenu, craignant encore que l’intérieur soit dévasté comme il aurait dû l’être, il fut touché bien plus sensiblement qu’il ne l’aurait cru, tant et si bien que son ravissement lui échappa, rapidement gagné par une légère confusion. Bien qu’il soit de grande facilité de deviner que la calligraphie était le loisir qu’il adorait, décider de lui montrer cette attention témoignait d’une gentillesse que l’Abe no ne pouvait ignorer. Ce dernier s’inclina sans plus tarder, après avoir refermé le coffret, gardant l’objet à son cœur, lui à qui on n’avait pas dû offrir grand-chose de sa vie sans raisons autres que la sympathie.

_ … je … je te remercie profondément, Arihito-san. C’est un bien beau cadeau qui me sera particulièrement utile, mon matériel commençant à vieillir … je … te suis reconnaissant.

A l’intérieur, l’Onmyôji bouillonnait de l’insulte qu’il se faisait à lui-même d’accepter, car il ne le méritait pas ! Il n’avait même pas réussi à les protéger et ! …

_ Cesse de faire l’enfant. » Susurra le serpent à son oreille de ces quelques mots cinglants.

Immédiatement son maître se redressa, dissipant ses traces de réserve. La honte était toujours aussi proche, mais était repoussé par la reconnaissance qu’avait instillée l’attention du voyageur d’Eiichiro à son égard. Cependant, il restait fixé sur le fait qu’il incombait de la responsabilité de son honneur de mettre fin aux agissements de l’araignée, d’une façon ou d’une autre.

_ N’aie crainte, tu n’entendras plus jamais parler de cette saleté de Yokaï. Je vais aller chercher moi-même les personnes qui pourront arrêter ce massacre. Je te l’assure.

L’Onmyôji fit volteface et fila en courant, abandonnant le vendeur, alors qu’à son épaule le gardien grommelait un “du calme, garçon !!” que son maître n’écoutait pas. Les pigeons ne seraient pas suffisants, et pour éviter d’autres victimes, il emprunterait un cheval pour aller courir quérir ses confrères, pour traquer l’infâme insecte géant. Il ne laisserait pas les choses lui échapper, cette fois.


Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé] Mer 19 Juil - 17:55

Oyama remarqua à peine l'attitude fort surprise de son vis à vis et du serpent de ce dernier par rapport à son cadeau, mais il ne manqua pas tout de même de répondre pensif au gardien quand celui-ci lui dit qu'il était fort chanceux et que le pire c'est qu'il ne s'en étonnait même pas.

« Je ne vois pas spécialement en quoi je suis spécialement chanceux. Je suppose juste que comme je tenais à faire ce cadeau à Chikanori-san, cela m'a poussé à faire attention à ne rien casser. »

Cette explication ne devait sans doute pas justifier grand-chose aux yeux de ses interlocuteurs, mais cela semblait totalement suffire pour lui. Le fait que comme il tenait  faire ce cadeau à l'onmyoji, il ait fait bien entendu attention à ce que dit cadeau reste en bon état… Il se contenta sinon de répondre avec un ton aimable et bienveillant, même si timide à son vis à vis quand celui-ci lui dit qu'il n'en méritait pas tant.

« Mais si, sans vous je ne serais peut-être plus là après tout... » Il ressentait un certain malaise en disant cela en vérité, mais c'était sincère en effet.

Et il était vraiment content dans les faits que son cadeau plaise, du moins c'est l'impression qu'il eut en voyant la réaction du religieux quand ce dernier ouvrit l'écrin, à Chikanori-san. Oyama en tout cas fut autant ravi de cela que son vis à vis fut confus. Fier qu'il était de son petit cadeau, mais surtout du fait que le prêtre semblait grandement l'apprécier. Décidément le marchand devait être le genre de personne à tirer une grande satisfaction du fait de toucher ou rendre heureux les autres pour autant se réjouir de cela… Il ne put en tout cas que s'incliner à son tour quand son vis à vis le remercia,  oubliant l'espace d'un instant sa peine grâce à tout cela.

« Ce n'est rien Chikanori-san, voyez cela comme un témoignage de sympathie et de gratitude de ma part. J'espère en tout cas que cela saura vous être utile et que nous serons amenés à nous revoir à l'avenir. » Tout cela dit sur un ton qui se voulait très amical dans les faits. Après tout Oyama avait déjà une grande sympathie pour son vis à vis et tenait à ce que ce dernier se sente à l'aise. Qui sait ? Peut-être pourraient-ils même devenir de bons amis à l'avenir ? Ce n'était pas une possibilité qu'il écartait en tout cas…

Par contre il fut surpris quand après lui avoir dit qu'il ne devait avoir peur car l'onmyôji comptait bien faire en sorte que la menace de l'araignée disparaisse, ce dernier n'attendit pas avant de presque s'enfuir en courant. Oyama surprit, mais quand même confiant à l'égard de Chikanori se contenta de dire à voix haute à ce dernier alors qu'il filait…

« Je vous fais confiance pour cela Chikanori-san et surtout, tâchez de bien vous porter ! »
Oui, qu'il tâche de bien se porter pensa Oyama qui se retrouvait donc à nouveau seul avec lui-même… Il resta d'ailleurs hébété quelques instants en s'en rendant compte, puis regarda l'auberge où se trouvaient ses compagnons de voyage… Et décida qu'il s'y rendrait un peu plus tard, car il avait besoin d'être seul et de vider ses larmes maintenant… Il sentait une crise de larmes venir après tout et il avait presque un besoin vital de la laisser se déclencher, au moins il se sentirait un petit mieux après, même si la douleur et la culpabilité allait certainement perdurer pendant un certain temps.

Au moins ils en étaient sortit vivant et personne d'autre ne connaîtrait le sort du yojimbo pensa t-il alors que ça débutait. C'était une bien maigre consolation, cela il le savait fort bien, mais elle lui permettrait au moins de ne pas être trop miné par la culpabilité… Du moins pendant un temps… Quant au prêtre, il espérait que celui-ci n'ait pas trop à subir ce qu'il était en train de souffrir, il se disait après tout que ça devait être une profession fort éprouvante que celle qui vous oblige à devoir assister plus ou moins fréquemment à ce genre d'horreur. Mine de rien il ne pouvait s'empêcher en pensant à cela de ressentir une pointe d'admiration envers Chikanori, Chikanori qu'il espérait de tout son cœur pouvoir revoir en bonne santé à l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est un serpent ? (Pb Abe no) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..