AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'Obscur et la Blancheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: L'Obscur et la Blancheur Lun 26 Juin - 21:53

Cela faisait plus d'une heure maintenant qu'une petite patrouille Kenshu avait monté un bivouac confortable à l'abri d'un long escarpement rocheux. Dans la faible lumière offerte par les étoile,s on devinait les silhouettes imposantes des montagnes qui trônaient bien plus loin, sur et autour de la frontière qui séparait la contrée de Kenshu de celle de Setsu. La dite patrouille ne faisait qu'une mission de routine. Mais l'inconvénient était que la saison, qu'on ne choisissait pas bien entend, était hivernale. Donc les nuits étaient limites glaciales. Heureusement que l'escarpement choisi permettra de cacher autant le campement que l'âtre qui allait réchauffer les corps un peu transis.

Shiraga pestait. Il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas eu froid comme cela. Le froid qu'il avait connu des routes n'était pas celle de ces hauteurs. Et puis, il n'avait guère mis les pieds dans les montagnes, même depuis qu'il possédait son katana. Ou alors il se ramollit. Si c'était le cas, alors il devrait vite y remédier. Il ne pouvait se permettre d'être ainsi. Il grommela encore un bon coup. En même temps, la journée avait été longue et pénible. Heureusement qu'il n'avait pas plu.

Le guerrier décida de trouver un recoin pour forcer un peu ce corps rebelle à supporter le froid. Il en informa ses quelques compagnons, qui s'empressaient plus de se réchauffer et de manger pour vite se coucher que de s'occuper de l'absence temporaire de Shiraga. Après tout, il était adulte, il faisait ce qu'il voulait ; tant qu'il ne se perdait pas et qu'il ne tombait pas dans une ravine. Ou pire, s'il tombait seul sur des ennemis. Mais qu'est ce qu'un samouraï comme Shiraga avait à redouter de potentiels adversaires dans ces lieux montagneux ? A moins d'être accompagné d'une énorme poisse, les chances étaient très infimes.

Shiraga prit le temps de s'éloigner du campement, tout en notant le chemin pour pouvoir y retourner tout à l'heure. Puis quand il trouva une petite zone assez plate et horizontale, il soupira d'aise. L'endroit était calme et sereine, malgré le froid pénétrant. Il décida alors de se dévêtir du haut de sa tenue, pour offrir son torse à l'air frais. Bien entendu, il frissonna plus fortement. Puis, voulant profiter de sa solitude voulue, il prit sa lame et décida de s'échauffer doucement. S'il se ramollissait à cause du froid, alors il allait remédier à cela. Et que de mieux que de commencer sous cette nuit fraîche et étoilée


Spoiler:
 


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 29
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Lun 26 Juin - 23:51

Les sabots de sa monture glissaient sur les cailloux de la grande rocheuse et pourtant demeuraient parfaitement stables. Ses pattes trapues gardant leur équilibre et parfois cassant les pierres sous leurs fers. Chō la laissait faire, la guidant seulement de temps à autre pour lui donner la direction. De fait la bête était plus habituée qu’elle à ce milieu montagneux et le corps de la jeune femme se soumettait à ses mouvements calmes et assurés ce qui lui permettait de mieux observer les environs. Suivie de près par deux soldats, Chō était partie de ses propres montagnes en longeant la frontière de Honoo puis de Kazan pour redescendre le long du territoire Kenshu afin d’atteindre les rocheuses qu’ils partageaient. La jeune femme ne connaissait pas cette partie du pays Setsu mais pour avoir porté le commandement du fort au nord de Boya, le climat ne lui étant point étranger. Elle en appréciait même la gifle cinglante du froid alors qu’elle n’était faite que de feu. Cet aspect contradictoire de la froide morsure sur sa chair chaude était en parfaite harmonie avec son être intérieur, toujours en perpétuel combat avec elle-même, son esprit contre ses émotions. Elle profitait de la froidure, de cette douleur qui tendait son corps afin de se garder au chaud. Non, les brûlures et les afflictions ne la tourmentaient pas. Au contraire, plus elle se devait de résister plus elle se sentait vivante, Chō avait appris à en aimer les affres jusqu’à ne plus pouvoir s’en passer.

C’est ainsi que la mine sévère, la très jeune Taii fouillait depuis quelques jours les montages. N’ayant guère établie de camp fixe mais menant les montures jusqu’aux limites du possible, les faisant reposer tandis que les trois guerriers poussaient parfois à pieds entre les crevasses afin d’inspecter chaque parcelle des monts ainsi que les grottes. Tout ceci dans le but de débusquer de possibles Yokaï ou ennemis qui pensaient que les pénétrer par la brèche la plus difficile de leur frontière pourrait leur être propice. Le clan souffrait de plus en plus de ces temps de conflits, aussi Chō avait été envoyée car les montagnes étaient devenues son domaine de prédilection. Pourtant chose complètement incongrue tant au niveau de son caractère que de son essence mais finalement la montagne pouvait s’avérer aussi accablante en hiver qu’un désert et aussi belle qu’une plaine en été. C’est donc ainsi qu’elle avait mené ses pas jusque-là et qu’elle parcourait la part du territoire Setsu tout en flirtant avec la frontière Kenshu. Il était évident qu’ils rencontreraient bientôt un groupe d’éclaireurs Kenshu si ce n’est qu’elle l’avait peut-être provoqué…

La vérité étant qu’elle avait aperçu voilà quelques heures le groupe d’hommes chemin faisant alors qu’elle poussait à pied quelque peu au-delà des terres Setsu, cachée derrière un amoncellement de roche et aidé par le vent enrobé de neige lui crachant à la tête. C’est avec une volonté certaine qu’elle avait fait demie tour pour récupérer sa petite troupe pour contourner les Kenshu afin de les affronter sur la ligne imaginaire qui séparait leurs deux pays. Ainsi donc après un dénivelé puis une remontée fort escarpée elle aperçut de loin le camp étranger. Reconnaissant au premier coup d’œil les oriflammes, Chō ne fit point arrêter sa petite escorte et continua jusqu’à celui qui se déshabillait et qu’elle avait distingué comme étant le plus haut gradé. Sur son lourd cheval racé pour les montagnes, la grande brune s’approchait lentement. Le faciès abrupte en ce jour, ombragé de symboles qui faisaient briller plus encore les prunelles de ses yeux sauvages. Avec sa chevelure foulée par la brise, elle ressemblait à un démon dont le territoire avait été souillé. Elle s’arrêta pile à quelque pas de la ligne plus ou moins officielle faisant office de frontière alors que le terrain se faisait nettement plus plat. Du haut de son animal, elle posait fixement ses yeux éclatant d’un feu noir sur l’homme comme lui demandant des comptes sans un mot.


Dernière édition par Seiryuu Chō le Mer 28 Juin - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Mar 27 Juin - 14:06

Il avait commencé par des mouvements lents et amples, pour éveiller ses muscles et doucement les échauffer. Par un froid pareil, commencer les exercices dans une préparation aurait été dangereux. Il ne pouvait se permettre de se blesser, surtout qu'il était non loin de la frontière Setsu. Il aurait l'air malin s'il était incapable de se défendre ou d'attaquer, plus encore si des Yokaïs traînaient dans les parages. Il prenait déjà un risque à s'être éloigné du campement seul. Mais il était loin d'être un novice...

Quand il sentit que ses articulations devenaient plus souples et ses gestes plus réactifs, il accéléra un peu les mouvements. L'échauffement devait être progressif. Chaque geste, chaque déplacement de ses bras, tout était connu et n'était que répétition. Mais un véritable guerrier ne restait jamais sur ses acquis. Il devait toujours veiller à entretenir ce qu'il avait appris, voir se remettre en question. L'art du combat et du maniement des armes demandait une recherche constante de la perfection. Toujours chercher à progresser, à se remettre en question, corriger ses failles, repousser ses limites....Shiraga s'y attelait depuis que son père lui avait inculqué une grande partie de son savoir actuel... depuis qu'il avait quitté la voie du brigandage.

Le katana fendit l'air un peu plus rapidement encore. Cette fois, Shiraga pouvait commencer réellement ses exercices. A chaque enchaînement qui se terminait, un autre commençait. Tout n'était que fluidité. Bientôt, Shiraga ne sentit plus le froid contre sa peau, savourant plutôt la fraîcheur qui y passait, poussée par la brise montagneuse.

Un bruit typique le fit sourciller et il se retourna promptement, terminant un geste défensif. Ainsi, se retrouva-t-il face à face avec un cavalier juché sur son lourd cheval de montagne. Shiraga se présentait devant lui avec son katana en main. Il se maudissait. Il avait manqué de se faire surprendre. Il s'était tellement concentré sur ses exercices qu'il avait manqué de vigilance. Son regard sourcillant était dardé sur le nouveau venu. Où plutôt la nouvelle venue.

Une longue chevelure sombre virevoltait en douceur dans la brise montagneuse. Son visage, bien que pas totalement visible en raison de la nuit, laissant deviner un sérieux glacial, d'exigence et une certaine dureté. Des symboles étaient plus ou moins visibles sur la peau de son visage. Et ce que Shiraga remarqua aussi était la tenue de la cavalière inconnue. Une combattante, sans aucun doute possible. Peu de femmes montaient à cheval en étant de simples civiles. Et si proche de la frontière, elle ne pouvait qu'être Setsu. Qu'est ce qu'elle fichait là ?

Il ne bougeait pas, restant dans sa posture défensive. L'air froid commença à nouveau à lui mordre la peau mais il n'en avait cure. La situation avait changé et il se concentrait sur la nouvelle venue. Il ne ressentait plus le froid. Pourtant, il était bien là et il se voyait presque à chaque expiration lente que faisait la respiration du Samouraï. Lente et maîtrisée.

''Qui es-tu''demanda-t-il dans la plus grande des simplicité et sur un ton qui soulignait prudence et méfiante.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 29
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Mer 28 Juin - 11:08

Son regard ne suivait pas les mouvements de l’homme mais demeurait braqué sur son visage comme si ses yeux étaient de simples flèches pointées sur leur cible. Nulle expression ni inflexion sur ses traits ne trahissaient en cet instant les pensées de la tatouée. Lorsque le Kenshu prit acte de sa présence, la sauvage femme ne broncha pas, ils se toisèrent durant de longues secondes, observant et interprétant les différents signes de l’un à la chevelure neigeuse et de l’autre à la tignasse de poix que le vent floconneux révélait dans la nuit.

Alors qu’il l’interrogeait sur son identité, la jeune femme se laissa tomber de sa monture en un saut leste sans répondre. Elle contourna son cheval pour glisser quelques mots aux deux hommes qui l’accompagnaient, piétinant les déjections bestiales de ses bottes et abandonna la fourrure qui recouvrait ses épaules pour mettre à jour son statut aux couleurs Setsu. Les hommes s’éloignèrent et Chō traversa la barrière invisible afin de s’approcher de l’étranger améliorer sa vision sur elle, son poignet gauche reposant avec négligence sur son arme.

    « Seyriuu Chō, Taii du Clan Setsu. »


La guerrière le regardait avec une supériorité non dissimulée. Son ton plein de prétention, la femme affirmait ainsi sa volonté de domination sur leur échange comme elle l’avait poussé à prendre la parole le premier. Étrangement, elle n’en dit pas plus et le silence posséda à nouveau le temps. Peut-être l’invitait-elle à se couvrir car elle semblait patienter. Finalement, de la main elle désigna en effet le tas de vêtement sur le côté puis ajouta :

    « Nous discuterons mieux au chaud d’une de vos tentes peut-être »


Le ton n’attendait guère de négation de sa part. De fait, la femme s’exprimait avec l’habitude de ceux qui savent commander.
Revenir en haut Aller en bas
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Ven 30 Juin - 12:27

Sans dire un seul mot, elle descendit de cheval. Shiraga la regardait toujours, guettant le moindre signe qui pourrait présager d'une attitude hostile. Mais au lieu de cela, elle contourna sa corpulente monture pour rejoindre ses deux hommes. En même temps et de manière tout à fait volontaire, elle retira sa fourrure hors de ses épaules pour dévoiler un détail qui ne manqua pas de faire sourciller le samouraï. Elle était bien Setsu et d'un grade précis. Dans quoi allait-il se fourrer encore.....

Quand sa petite escorte s'éloigna après un bref échange, Shiraga se détendit un peu, prenant une posture plus posée. Quand la jeune femme se dirigea vers lui, il rengaina sa lame. Mais la main ne fut pas placée loin d'elle. Et il demeurait sourcillant quand elle eut l'audace de franchir la frontière invisible, celle qui séparait Setsu de Kenshu. Audace ou provocation ? Shiraga pencherait plus pour le premier cas. Les deux clans avaient de fortes tensions entre eux, mais n'étaient pas en guerre ouverte. Mais là, un rien suffirait à déclencher l'étincelle. le samouraï devait donc se montrer prudent.

Plus encore quand la femme en stoppant devant se présenta très brièvement. Au ton, on comprenait rapidement qu'elle était une femme qui connaissait son rang et ne se laissait pas marcher sur les pieds. Son air supérieur confirmait cela plus encore. Et elle montrait sa méfiance à l'égard de l'homme : son poignet n'était guère éloigné de son arme. Elle aussi affichait sa méfiance et sa prudence.

Le silence perdurait un peu. Shiraga étudiait cette femme, qui, si elle avait été Kenshu, aurait eu son respect sans équivoque. Elle était bien plus gradée que lui, mais un détail coinçait. Elle était Setsu. Et elle était sur le sol Kenshu. Une situation comme celle là était épineuse. Le samouraï devait trouver la bonne voie.

La Taii à la sombre chevelure finit par désigner ses vêtements, tout en donnant une injonction. Le regard du samouraï se plissa. Il se demandait bien ce qu'elle pouvait exiger de lui. Mais il obtempéra sans discuter et se rhabilla, autant pour éviter de prendre froid maintenant qu'il avait cessé de mener ses exercices que pour répondre poliment à l'exigence de la guerrière. Et au lieu de prendre le pas en direction de son campement, il fixa la jeune femme.

''Avant toute chose, de quoi voudriez-vous discuter ? Je ne veux pas vous manquer de respects, Chō-Dono, mais vous vous retrouvez sciemment en terre Kenshu. Quel sera le sujet de la discussion ? Après j'aviserai de vous conduire dans des conditions plus adéquates pour converser. ''

Le sujet pouvait très bien être les sujets. La Taii pouvait très bien exigée pourquoi lui et ses hommes se trouvaient à proximité de la frontière et bien d'autres détails du genre. Restait à savoir ce que voulait exactement cette jeune femme.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 29
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Lun 3 Juil - 18:47

Clic Music


    Son regard le suivit alors que l'homme à la chevelure blanche se penchait pour récupérer ses vêtements. Si le fait que ce dernier se trouvait justement en plein entrainement ne l'avait pas avertie sur son statut d'homme de combat, les muscles de son dos qui jouaient sous ses mouvements alors qu'il se couvrait finirent de la persuader. De fait, seul la guerre et les arts nobles pouvaient ainsi façonner un être. C'était là son milieu, toute sa vie et elle avait suivit les enseignement du meilleur d'entre eux. Aussi, savait-elle reconnaitre un homme de valeur quand elle en croisait un et celui-ci semblait en être un.

    Alors qu'elle s'attendait à faire marche vers le campement, le Kenshu l’interrogeât sur l'objet de sa demande. Le savait-elle, elle même ?! De même au lieu de soulever un sourcil fort inquisiteur à l'adresse de son vis à vis, la guerrière eu un mouvement de lèvre tremblante qui soudainement se forma en rire gras et profond. C'est que la femme avait déjà la voix grave et non pas celle haute et fine de jeunes courtisanes de la capitale. Il y avait de fait quelque chose de rocailleux en elle, d'infiniment et viscéralement violent et abrupte comme la roche. Son rire cessa aussi vite qu'il s'était déclaré mais un sourire moqueur flirtait toujours à la commissure de ses lèvres sévères.

      « Je pourrai aussi m'offenser que vous ne trouviez pas l'intérêt de vous présenter à moi, monsieur. »


    Faisant un mouvement de la main pour accompagner son regard clairement provocateur, elle ajouta :

      « Dois-je vous signifier que je ne connais toujours pas votre nom ? »


    Bien que sa phrase était formulée ainsi, le ton n'était pas une question. La jeune femme plissa les paupières en le regardant. Il était évident qu'elle s'amusait, comme si son ennuie récent avait trouvé satisfaction par la seule présence d'un camp presque ennemi. De fait, il y avait un plaisir certain à guerroyer pour certaines gens. Peut-être que la femme qui sortait tout juste de l'enfance avait manqué d'occasion ces derniers temps et serait favorable à déclencher une guerre ou alors n'était-elle simplement pas sociale pour un sous.

    Se redressant et son visage se détendant sur une mine neutre, la Setsu tenta de le rassurer.

      « N'ayez crainte de mes dessins, mes intentions sont bonnes. Je n'ai pas de réel objectif à soliciter une entrevue si ce n'est de profiter de ce croisement pour faire connaissance et pourquoi pas boire un peu en bonne compagnie, autant que puis l'être celle d'un Kenshu évidemment.»


    Le sourire qu'elle arborait soulignait l'humour des derniers mots. Oui, il était clair que Chō se plaisait dans la provocation. Ses tatouages le démontrant bien suffisamment.

Revenir en haut Aller en bas
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Mar 4 Juil - 18:56

Shiraga avait à peine sourcillé devant le rire plus masculin que féminin de la guerrière à la longue chevelure de jais. Une femme dans un environnement voué au combat ne pouvait prétendre à garder une certaine féminité. Cela égalait à être fragile et faible sur le plan résistant, autant sur le plan physique que psychique. Une femme qui se battait devait mettre les bouchées doubles pour se montrer à la hauteur, pour être l'égal de ses confrères. Dans un combat, si une femme ne savait pas se battre, c'était une perte immédiate. Donc il était aisé de comprendre qu'il fallait avoir des aptitudes pour pouvoir creuser son trou. Et à voir Chō, l'homme ne doutait pas un seul instant des dites aptitudes.

Il aurait pu s'offusquer de croiser une femme comme elle. Mais peut être que son passif lui avait apporté une plus grande ouverture d'esprit par rapport à certains de ses congénères et qu'une femme pouvait être très bien être son égal sur une ligne de front. Comme elle. Après tout, une combattante s'entraînait, elle ne se maquillait pas et ne parlait pas toilettes à porter et thé à préparer.

Il avait toujours son regard sombre dardé dans le sien. Il était normal qu'elle réclamait son nom. Elle jouait de son autorité. Mais elle n'était pas Kenshu. Chose était qu'il n'était pas impressionné par la pseudo offense qu'elle serait en droit d'exclamée. Peu importait ses mimiques. Il savait maintenant sur quelle voie il devait marcher.

Un léger sourire ironique répondit à celui railleur de la jeune femme. Cela offrait un air sinistre à son visage.

''Je pourrai être en droit de ne point vous le donner. Et j'ai de nombreuses raisons tout à fait valables''

Il laissa planer un bref moment de silence avant de reprendre.

''Mais nous sommes entre gens civilisés n'est ce pas ? Kuraidesu Shiraga, samouraï du Clan Kenshu''se présenta-t-il alors. ''Et je n'ai aucune crainte à votre égard, sachez le. Vous êtes certes impressionnante, mais il m'en faut bien plus pour m'effrayer. Puisque vous êtes là pour faire connaissance... alors soit. Passons à ma tente pour réchauffer nos gosier''

Si elle espérait le faire réagir dans un autre sens, et bien, c'était raté.

Il veilla à passer devant elle sans aucune attention hostile, mais gardant néanmoins sa main non loin de son katana. Puis, il prit la tête pour la mener au campement de son petit groupe. A l'arrivée du samouraï et de son étrange compagnon, les cinq hommes se turent rapidement, lançant un drôle de regard. Interrogatifs et songeurs à la fois, ils se demandaient ce que le samouraï leur ramenait.

Shiraga prit les devants en allongeant sa foulée et conversa brièvement avec ses hommes, avant de tendre la main vers sa tente, qui bien qu'aux couleurs du clan Kenshu, était des plus simples. Mais suffisamment haute et large pour accueillir respectablement deux personnes.

Le samouraï permit même au Taii d'y entrer en premier. L'intérieur était sommaire comme pratique, comme dans toute tente destinée à être montée et remontée rapidement sur le terrain. Au moins étaient-ils désormais à l'brai du petit vent hivernal mordeur.

D'un petit coffre, il sortit deux masu plus petits que d'ordinaire. Les bords avaient été polies pour les rendre arrondis et lisses. Une petite fiole de porcelaine sans prétention vint rejoindre les deux récipients en bois . Il en retira le bouchon de cire pour verser le saké dans les deux masu. Puis respectueusement, il tendit celui de Cho vers elle.

''Je suis curieux.... Pourquoi une Setsu de votre rang chercherait à faire connaissance avec un Kenshu comme moi ? ''

Et oui, Shiraga entrait directement dans le vif du sujet.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 29
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Mer 12 Juil - 18:37

Clic Music


    Ce qu’il leur ramenait ? Eh bien, c’était là une Chō des plus goguenarde. De fait, le mot qu’elle retenait était « impressionnante ». Le reste du propos ne lui faisant pas la jambe plus belle car le fait qu’il ne la craignait guère ne l’inquiétait point. La suffisance du Taii était telle qu’elle surpassait l’aplomb de beaucoup et surtout son audace ne faiblissait jamais à l’image de la même qualité, généralement elle se renforçait, pour son propre malheur très certainement. À se demander si un jour elle apprendra de ses erreurs…

    Son regard teint ceux des hommes Kenshu, volontairement hautain alors qu’elle passait sous la tente. C’aurait pu être la tente d’un Empereur, la fierté plaquée au faciès de Chō ne pouvait pas être moindre. Elle s’amusait, cela était une certitude, son sourire en coin le révélait bien suffisamment pour que le plus idiot en convienne mais le pire se devait être qu’elle ne faisait absolument aucun effort avait de le cacher.

    La jeune femme, fit un petit tour sur elle-même, les mains sur la ‘ceinture’, détailla le lieu avant de faire face à son hôte. Il y faisait bien meilleur, c’était un fait et Chō sentait l’agréable sensation de la neige fondant dans sa chevelure. Bientôt elle en éprouva l’humidité glissant sur sa nuque ce qui lui tira un léger frisson le long de la colonne vertébrale. Ou alors était-ce la vue du saké ? En tout cas, un certain plaisir ou un plaisir certain étira les lèvres amères de la guerrière. Sa main se tendit afin de recevoir l’offrande alcoolisée alors qu’il lui posait une question et elle plia très légèrement le buste face à lui pour le remercier avant de lever un sourcil pour lui répondre :

      « Chercher ? Un Kenshu comme vous ?... »


    Ses yeux se posèrent sur la chevelure blanche qui avait été battue par le vent précédemment et glissèrent sur leur longueur qui maintenant reposaient sur les épaules masculines. La tatouée avait rarement vu visage tel que le sien, et en appréciait la singularité. Alors qu’elle le détaillait ainsi, Chō avala cul sec le saké et ferma brièvement les yeux sous la chaleur que cela lui procura dans les membres. Sans un mot, elle lui tendit à nouveau la main pour recevoir plus de boisson, secouant même la main pour le presser de la servir et plus vite que ça.

      « Je ne cherche point monsieur, je suis à la découverte de que le destin dispose sur mon chemin. »


    Alors elle s’installa sur un tabouret, comme lorsqu’un guerrier s’apprête à parlementer mais aucune intention belliqueuse ne brillait dans son regard. À croire que provocation et la cordialité et les mélanger à son gré était naturelle chez elle. Toute en spontanéité d’ailleurs elle lui présenta le siège en face d’elle. Parfaitement à l’aise dans son corps et dans son armure souple. Oubliant même de garder son poignet non loin de son arme dans un geste défensif, elle avait posé les mains sur chaque côté de sa taille après avoir délaissé le masu devant elle. Était-il plein ? Peut-être qu’elle se gardait une réserve ? En tout cas, elle suivit le même chemin que son vis-à-vis en continuant dans le vif pour lui dire :

      « Que fais-tu à roder près de la frontière, Kenshu ? »


    Le « Kenshu » avait été lancé non pas pour désigner la nature de la frontière mais plutôt pour interpeler l’homme et le désigner lui-même. Le ton n’était pas agressif mais nécessairement autoritaire et frontale. D’ailleurs, elle avait utilisé le tutoiement. Mêler le ‘tu’ et le ‘vous’ était certes courant mais dépendait justement de ce que l’on voulait exprimer. Chō abordait donc toujours ce sourire en coin, cependant une réelle violence se dégageait d’elle, de sa tenue et même de sa nonchalance.
Revenir en haut Aller en bas
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Jeu 13 Juil - 16:00

Il n'avait même pas tiqué quand elle avait pris le temps d'étudier l'intérieur de sa modeste tente. Même si elle paraissait être une redoutable guerrière, elle restait une femme. Ces créatures avaient toujours besoin de tout observer. Le soucis du détail sans aucun doute. Shiraga avait toujours remarqué cela chez sa défunte mère, ce qui aidait dans bien des situations, même les plus futiles. A se demander si les femmes n'étaient pas une espèces à part, capable d'une capacité d'observation plus conséquentes que les hommes. Mais de ce fait, elles auraient eu des places bien plus importantes sur ce monde. Un sujet intéressant se pointait là et il s'y intéresserait sans doute un jour prochain. Car là maintenant, il avait la Taii Setsu devant lui.

Chose qui était certaine, c'est qu'elle ne refusa absolument pas le saké que lui tendait le Kenshu. Comme quoi, on pouvait être de clan différent et apprécier les mêmes choses. Il inclina la tête juste à la suite de son remerciement dévoilé par le léger mouvement de son buste.

Puis quand elle reformula sa propre question, il  demeura silencieux. On pourrait penser qu'elle était stupide au premier abord. Mais elle n'en était rien. Après s'être régalé en une seule gorgée de son masu de saké, elle apporta la réponse à la question, d'une manière assez énigmatique il fallait l'avouer. Sa main se tendit avec l'attente évidente d'être resservie immédiatement. Shiraga se retint de sourire et lui remplit à nouveau son masu. Il avait remarqué le regard de la jeune femme se balader sur lui. Elle demeurait bien une femme. Et avant de répondre, il prit le temps de tremper ses lèvres dans son saké.

Après quelques fines gorgées, il obtempéra au geste de la Taii, à savoir de s'asseoir à son tour. Il prit une posture totalement posée, totalement sereine. Même si son katana reposa toujours dans son fourreau, il n'était jamais bien loin à dégainer.

Maintenant, il était temps de répondre

''Il se trouve que sur ton chemin, tu m'as croisé. Je sais que tu ne cherchais pas un individu comme moi, mais tu m'as croisé malgré tout. Donc dans un sens, ma question tient toujours. Tu aurais pu très bien me jeter un regard hautain et te détourner pour t'en retourner à tes affaires. ''

Dans un sens, c'était la vérité. Mais comme elle avait sciemment franchi la frontière sans y être invitée...

''Le Destin propose et toi tu disposes... ''

Lui aussi était passé au tutoiement. Après tout, pourquoi ne pourrait-il pas se permettre cette largesse ? Et il était toujours posé, comme si le ton, la posture ou le ton de la Taii ne l'impressionnait toujours pas. Là, pour lui, ils étaient égal à égale.

''Je patrouille, chère Setsu. Je patrouille. Tout comme toi je présume. Il n'y a aucun mal à sillonner les frontières, pour les défendre. Et toi, Setsu, je te retourne la question... Que fais-tu si proche de nos frontières... et surtout après les avoir franchies ? ''

Un léger sourire sarcastique naquit aux coins de ses lèvres, attrapa son masu et but une petite gorgée de saké


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 29
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Jeu 13 Juil - 22:40

Clic Music


    Penchant la tête sur le côté, sa dextre se posant à plat sur son genou, senestre s’emparant du masu… Mais elle ne le porta pas à ses lèvres, comme réfléchissant à ce qu’il lui avait dit plus tôt, la main au saké suspendue. Les ombres des petites flammes vacillantes jouaient sur les reflets orangés de la tente, projetant leur malaise sur le visage profane de la Setsu mais son sourire réapparut, presque démoniaque tant il réfléchissait l’ardeur des chaudes lueurs. N’était-il pas dit que les Setsu ne faisaient qu’un avec le feu ? Ce feu ne pouvait-il pas aussi se faire aussi froid que la neige ? Seiryuu ne pouvait cacher sa folie, trop d’images lui marquaient le corps, trahissant son obsession. Son esprit triait rapidement ses différentes idées pour n’en choisir qu’une alors que son regard plongeait dans celui de son hôte comme le dénudant et capturant ses pensées par l’observation seule de ses réactions.

    Il ne sera pas facile de soutirer au Kenshu des informations. Même quelques bribes, sur les intentions de son clan, qu’elles soient essentielles ou vagues rumeurs. Elle le voyait à cet air détendu, à se sourire presque aussi narquois que le sien… Pas que c’était de la responsabilité de Chō, ni qu’elle était douée pour obtenir des réponses par le simple questionnement. Elle s’y était même très mal prise, voulait-elle seulement s’y prendre de quelque manière ? La jeune femme ne soupçonnait pas Shigara d’être sur une autre mission que celle de faire la sentinelle, cependant un Samuraï avait un statut suffisamment élevé pour que son oreille traine et Chō évaluait l’homme selon sa propension au bavardage. Là était tout le problème, les hommes coopéraient plus par la carotte que par l’envie de commérage. Chō n’insista cependant pas car ce n’était pas non plus un souhait de sa direction qu’elle obtienne des renseignements et c’était surtout pour elle histoire de tirer un avantage quelconque de cette rencontre. Aussi, prit-elle une autre direction…

      « Tu dis vrai… »


    Le saké fut avalé tout comme le premier. La Maudite femme comprenait que l’homme la jaugeait par son sexe. Il se méfiait malgré tout, c’était un soldat et il prenait acte de son statut. En outre, une femme arrivée à cette position ne pouvait être méprisée ni inconsidérée pourtant elle sentait que la façon qu’elle avait eu de porter son regard sur lui avait touché l’homme face au jugement d’une femme et non pas comme étant pesé par un supérieur. Sa voix se fit basse, comme la nuit qui pesait sur eux.

      « Le destin propose et je dispose, il est vrai. Il est vrai aussi que je poursuis de possibles invasion Yokaï.»


    La femme se penchât en avant, sa main gauche disparaissant sous la tablée comme si elle se pliait sur elle-même, bras en avant. Sa chevelure glissa de ses épaules, s’arquant et faisant pont sur son buste mais sa voix sombre filait toujours vers lui, tellement douce mais d’une cinglante étrangeté tel un soupire.

      « Me détourner de ce que je vois serait d’un tel ennuie… Je vais au-devant de ce que justement le destin me propose pour toucher du doigt son offrande. »


    Une chaleur pouvait alors soudainement se faire sentir, piquant le talon du Kenshu. De fait, Chō avait posé sa main par terre et provoqué dans le sol terreux un sillon enflammé qui s’était dirigé directement vers le pied du samurai et commençait à attaquer la semelle tout en douceur. Ce n’était là qu’un filé, rien de flamboyant mais suffisamment gouailleur. Chō releva la tête pour lui lancer un clin d’œil. Jusqu’où le gars allait apprécier la plaisanterie ? … La femme attendait sa réaction comme un vampire aspirait au sang de sa victime.
Revenir en haut Aller en bas
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Ven 14 Juil - 17:38

Elle apporta qu'un simple élément sur la raison de sa présence dans cette partie des parages montagneux : elle poursuivait de possibles Yokaïs, qui pourraient se complaire à rôder dans les parages. Ils étaient une menace permanentes et on ne pouvait se permettre de les laisser se balader à leur guise sur les frontières des clans. Un rien suffirait en plus à provoquer l'embrasement entre deux clans aux relations tendues ; comme Setsu et Kenshu. Au moins, les choses étaient claires, même si pour le samouraï, elle ne disait qu'une partie de ce qu'il espérait entendre. Mais de toute manière, elle était parfaitement en droit de ne rien lui révéler, même si elle était en territoire Kenshu. Rien ne l'obligeait à répondre à ses questions. Et l'inverse était vrai également, même si plus légitime.

Elle avait donc apporté cette simple réponse après avoir bu rapidement son saké. Shiraga attendait de voir si elle allait en réclamer de nouveau et sourcilla quand elle changea de posture. A quoi jouait-elle ? Ses lèvres laissèrent passer une réplique ambigu. Mais à quoi jouait-elle cette fois ? Shiraga se sentait un peu désappointé alors que quelque chose se mit à le picoter sous la semelle de sa chaussure. Au début, il n'y prêtait pas attention, cherchant à comprendre ce que voulait la Setsu. Ce qu'elle venait de lui dire avait de quoi avoir plusieurs sens. Il commençait à comprendre qu'elle aimait s'amuser des autres. Sa patrouille devait être d'un ennui au final pour se retrouver là, en face de lui et maintenant.

Ce qui le démangeait au talon prit une ampleur rapide, presque à la seconde qui suivait. La chaleur qui en découlait n'était pas douloureux, un peu comme un moustique qui vous piquerait avec une trompe fine et acérée, mais quelque peu chauffer à la bougie. La réaction du samouraï Ne se fit pas attendre. Ne sachant pas de quoi il était question, il se mit soudainement sur le côté, soupçonneux d'une attaque par le sol et une main prête à attraper son tantô.

Son regard perçut le clin d'oeil de la Taii Setsu. Il manqua de grimacer face à cette farce. Car elle avait joué comme une enfant se plairait à le faire pour tester un adulte. Ou alors simplement le tester et voir comment il réagirait face à un simple usage de pouvoir. Il aurait pu prendre cela comme une agression, mais cela aurait été vite pousser les choses à l'extrême. Et il ne tenait pas à être le responsable d'un conflit entre les deux clans.

Il lorgna en silence la jeune femme et se contenta de hocher la tête avec un léger sourire ironique, avant de se rasseoir ; mais en restant méfiant malgré tout.

''Les Setsus ne sont pas réputés pour être de doux plaisantins pourtant. M'aurait-on menti ou est ce seulement une petite facétie de ta personne ? Donc le destin m'apporte à toi comme offrande, que tu désires toucher et ne pas en détourner le regard... Comment dois-je le prendre ? ''

Plusieurs solutions étaient possibles, mais il ne voulait pas s'avancer. Il verrait bien ce qu'elle dirait. En attendant, il tendit lentement le récipient contenant encore du saké, montrant silencieusement par ce geste simple si elle désirait qu'elle soit resservie.

''Ta petite balade le long de la frontière doit être bien ennuyeuse si je ne m'abuse...''

A voir s'il arriverait à lui tirer un peu les vers du nez.



L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Seiryuu Chō

avatar

Taii

Messages : 29
Date d'inscription : 17/05/2017
Age : 29

Feuille personnage
Age: 23 ANS
Titre: Taii
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Hier à 22:45

    Ah ! Plaisantin ?! … Etait-il en train de se moquer non seulement de son clan mais d’elle-même ?! Chō se leva avec brusquerie. Renversant le tabouret par la même occasion. La mâchoire contractée, les dents serrées. La jeune femme n’appréciait pas la tenue irréprochable de l’homme, la façon dont il avait de parler avec calme et de ne point réagir à sa provocation si ce n’est par une sorte d’ironie taquine. Elle avait de fait l’habitude que les hommes ne supportent pas son ingérence et elle ressentait un grand plaisir à réagir par la violence contrairement à la soumission qu’ils espéraient de sa part. Du pied, elle envoya donc valser la table basse pour apaiser sa frustration et répondre à la dernière remarque qu’il venait de lui faire. L’ennuie ? Bien sûr qu’elle s’ennuyait ! Que croyait-il, seule au milieu des montagnes désertes, à parcourir les monts de long en large à la recherche de Yokaï qui n’y étaient déjà plus depuis longtemps ! Oh ! Chō l’insultait de tous les noms au fin fond de son esprit dérangé. En plus il se jouait d’elle, tournant son propos à la raillerie.


      “ Est-ce drôle que ceci ?! “



    Surement que les hommes du samuraï avaient entendu le bruit provoqué par son accès de colère. D’ailleurs sa main était maintenant sur son arme que l’on pouvait deviner maintenant différente de par sa lame droite. Une Tsurugi. En effet, Chō ne portait pas les traditionnels daisho lorsqu’elle était en mission mais demeurait fidèle à son double tranchant et il semblait que l’envie de la dégainer était forte au point de lui chatouiller la paume. Oui, capricieuse comme une enfant, Chō était. Elle l’avait toujours été bien qu’elle se contenait. Cependant la solitude et le calme de sa petite troupe avait poussé à bout ses capacités de retenues.

      “ Vous les Kenshu, fat que vous êtes ! Insupportable brailleurs et tu oses parler de mon Clan ?! ”



    Eh ! Place aux insultes maintenant ! On dit que c’est là l'apanage des faibles. L’affaire glissait, à la limite d’en faire une farce diplomatique. C’est là que vint à l’esprit de la jeune femme que son maître ne serait pas content du tout de son comportement. Kodan était dans cette volonté de paix, quant à son frère il en aurait ri. Et que voulait-elle, elle ? Une bonne grosse bagarre et particulièrement son poing dans le nez du blanc chevelu. Aussi, elle rejeta le souvenir du regard de son maître sur elle la sermonnant sur son mauvais caractère.


      “ Sais-tu qui sont les Setsu ? Non pas de misérables sabreurs, non. Mais de valeureux pourfendeurs. Si tu considères que mon pouvoir n’est que plaisanterie, viens donc te frotter au Feu. J’ébouillanterai tes entrailles de couard !”



    En effet, Chō fulminait. Sa main se serra et se desserra dans cette attente hardie. Ses lèvres fines se pinçant de colère, ses tatouages dansant toujours sous la lumière des bougies, le cœur palpitant d’anticipation.

Revenir en haut Aller en bas
Kuraidesu Shiraga

avatar

Samouraï

Messages : 51
Date d'inscription : 01/06/2017

Feuille personnage
Age: 29 ans
Titre: Samouraï
Liens:

MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur Aujourd'hui à 11:27

On pouvait dire que Shiraga avait poussé le bouchon un peu loin. Ce n'était pas vraiment une insulte provocante qu'il avait proféré en parlant du Clan Setsu. Allez, on va dire juste un peu. Après tout, il répondait à la petite farce de la jeune femme. C'était une réplique équitable non ? Il aurait pu affirmer que les Setsu étaient connu pour leur réaction vive et lunatique. Chose qui venait de se produire à l'instant quand la Taii prit mal sa réplique et s'était vivement redressé en renversant le tabouret. Le samouraï sourcilla à peine, gardant le silence, comme il savait si bien le faire. La table connut le même destin que le tabouret, apprenant à voler grâce à un coup de pied de Chô. Heureusement que le guerrier n'y avait pas déposé son masu. Cela aurait été gaspillé le saké, même s'il n'était que modeste de goût.

Pendant que la Taii Setsu le houspillait, il termina son masu d'une traite. Vu la tournure de la conversion, la dégustation était terminée. Et malgré les petites insultes que lui jeta la jeune femme à la figure, il se mit debout. Il ne paraissait pas décontenancé, mais il gardait bien à l'oeil la main de Chô, qui était sur son arme, prête à la dégainer. Elle était vraiment à la limite de se battre sous la tente. Dehors, en tendant un peu l'oreille, il entendait ses hommes s'agiter quelque peu. Un rien suffirait à provoquer un heurt diplomatique et on serait capable de l'accuser d'avoir lancé les hostilités.

Quand la Setsu eut fini de discourir, tout en fulminant, Shiraga devina sa tension rien que par le jeu de fermeture et d'ouverture de la main de la Taii, s'enchaînant l'une à la suite de l'autre. Elle désirait réellement en découdre. Elle était le genre de combattant qui avait besoin de se défouler physiquement pour dépenser le trop plein de hargne qui la rendait bouillonnante de rage.

Un petit sourire carnassier s'afficha doucement sur son visage.

''Permets moi de rajouter quelque chose à la définition des Setsu que tu donnes : volcaniques et quelque peu arrogants. En somme, tu démontres rien que par tes paroles et ton attitude le désir de jouer l'incendie, fier et qui détruit tout sur son passage. Mais faute de comburant, le feu finira toujours par s'éteindre. Alors dis moi, ma chère.... si tu veux réellement en découdre, veux tu user uniquement user de ton pouvoir pour payer l'affront que tu prétends avoir subi ? Ou alors user de ta lame que tu te retiens de dégainer sur l'instant, comme un véritable guerrier ? ''

Il la mettait volontairement au pied du mur. Elle se permettait de l'insulter, alors autant entrer dans son petit jeu. Cela pourrait très bien l'échauffer encore plus et la pousser à prendre une décision. Et puis... elle demeurait toujours une femme, à vociférer sur lui comme elle l'avait fait. Donc restait à voir ce qu'elle valait comme guerrier. Car si elle était aussi douée en combat qu'elle criait, les choses promettaient.

''Et n'oublie pas que tu es en Terre Kenshu, même si tu n'es qu'à une dizaine de mètres de la frontière...''

Il avait tenu à lui rappeler où elle se trouvait. Si la colère ne l'aveuglait pas totalement, elle comprendrait. Et toujours avec son air carnassier aux lèvres, il se détourna et sortit en premier de la tente. Là, quelques uns de ses hommes s'étaient approchés de la tente, prêt à intervenir. Shiraga leur intima de pas intervenir :

''C'est une affaire entre la Taii et moi. Un petit différent à régler...''

D'une main experte, il prit en main son katana qu'il sortit pour le faire tournoyer une fois dans l'air frais. Sa pointe siffla à peine lors du geste effectué. Puis il attendit, toujours avec ce sourire qui frôlait la provocation.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Obscur et la Blancheur

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Obscur et la Blancheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rosgann l'Obscur
» Et si Obi-Wan était passé du Côté Obscur ?
» Obscur le démon de l'obscurité
» Noun, duc gardien du 5ème temple obscur
» Purifier Lugia Obscur


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
..
...
...
..
..
...
.
..Robin Hood : Les Mystères de Sherwood...Ewilan RPG..
....La Sérénissime..