AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La lionne et le chaton (Pv Ikuzu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Dim 2 Juil - 16:58

Fin de la lune du serpent en l'an 37 à Eiichiro dans la ville de Kokyuu

Un beau temps régnait à Kokyuu en ce jour d'été. Un beau temps qu'Oyama savait pleinement apprécier en tant que fils du clan des vents. Un enfant d'Eiichiro qui était marchand depuis plus d'un an en vérité et un marchand qui avait déjà fait d'agréables affaires et commençait à envisager l'avenir avec une certaine sérénité. D'ailleurs, il avait envie d'honorer les kamis pour cela. Notamment aujourd'hui car dans la ville de Kokyuu l'on pouvait trouver le temple Meisou qui honorait le kami protecteur d'Eiichiro, mais aussi celui d'Okaruto. Deux kamis dont Oyama se sentait proche, que ce soit de Kazegami car il était originaire d'Eiichiro et doté d'un grand esprit de liberté, mais aussi de Kasugami car il était quand même vendeur de saké.

Il décida donc de faire une offrande au temple. Sous la forme d'une partie de sa cargaison de saké qu'il offrirait avec grande joie. Le problème, c'est qu'il se rendait compte qu'il aurait besoin d'aide pour transporter tout ce saké, il n'était pas très musclé et endurant après tout, ainsi une paire de bras en plus serait appréciable. Il conclut donc qu'il valait mieux aller chercher de l'aide, ce qu'il décida de faire près du temple.

Et dans les faits, les gens semblaient tous très occupés aujourd'hui… Il eut donc bien du mal à apercevoir quelqu'un de disponible, mais au final il y arriva… Du moins il vit une dame visiblement assez en forme et pas du genre de celles à ne rien savoir faire de leurs dix doigts et décida donc de l'aborder par le côté poliment et de façon aimable.

« Veuillez m'excuser du dérangement ma dame, mais pourrais-je solliciter votre attention ? Disons que j'aimerai apporter une offrande de saké au temple et que j'aurais besoin d'un peu d'aide pour cela. Du moins si ça ne vous dérange point. » Il s'inclina poliment sur ce et attendit la réponse de la dame. Il savait bien que ce n'était pas très commun comme demande, mais il avait vraiment besoin d'aide à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Mar 4 Juil - 17:45

Cela faisait maintenant un an que Ikuzu était au temple Meisou, elle se rappelait de sa peur d'être exclue lors de ses premiers jours, une femme sohei... ça faisait tâche pour un ordre monastique masculin. Mais elle avait rencontré Eda Yuzuki qui était elle aussi une femme sohei. Sur le coup Ikuzu avait eu du mal à y croire, mais le destin avait bel est bien placé ce qui était certainement les deux seules femmes sohei de Yokuni dans le même temple. C'est d'ailleurs très certainement grâce à Yuzuki-chan que la pilule était passé si facilement, mais elle avait un avantage que la lionne n'avait pas, elle avait vécu toute sa vie pratiquement dans ce temple, alors qu'elle venait des terres impériales et qu'elle n'était que depuis un an.

Quand on y pense : une femme, sohei, étrangère à Eiichiro, de basse extraction et se battant à main nues. Tout était réuni pour lui faire vivre un enfer, mais elle avait été acceptée par ses frères d'armes (certainement grâce à l'image qu'avait laissé Yuzuki pendant toutes ses années), ceux qui avaient voulu se jouer d'elle avaient fini par la respecter, de gré ou de force. Après un an tout allait pour le mieux, elle s'investissait beaucoup dans la vie du temple, elle restait obéissante, polie avec ses supérieurs et très amical, franche et bonne vivante avec ses frères d'armes. Elle avait même obtenu un surnom, la lionne blanche. Cela venait de sa nature combative explosive de sa volonté de protéger son temple et... de ses cheveux... oui parfois il manque un poil d'imagination et on fait avec ce qu'on a. Mais elle était heureuse en ce moment, elle avait ce qu'elle avait toujours recherché.

Elle venait juste d'être relevé et elle avait été au travail depuis tôt ce matin, ce qui voulait dire qu'elle aurait certainement le reste de sa journée. Elle hésitait déjà, mais nul doute qu'elle commencerait certainement par un entraînement poussé, elle n'avait pas le temps de le faire à l'aube lorsqu'elle prenait son poste tôt le matin et elle devait se contenter d'un petit échauffement. Elle allait pouvoir passer les prochaines heures à ses exercices musculaires et à ses exercices techniques, Ô joie ! Elle fût cependant sortie de ses réflexions par une voix jeune et claire, un jeune homme lui demandait son aide pour l'aider à décharger une cargaison de saké destiné au temple. Après avoir retourné le salut au jeune homme, la guerrière lui offris un sourire franc dévoilant presque toutes ses dents.


Avec joie jeune homme ! Je ne peux pas refuser d'aider un jeune Eiichiro, surtout qui apporte une offrande de saké ha ha ha !

Ikuzu était contente qu'il soit venu lui demander, avec les vêtements qu'elle portait on la prenait souvent pour quelqu'un en pélerinage, vu que ses habits de sohei venaient des terres impériales et pas d'Eiichiro. Elle laissa le jeune homme, qui devait avoir 17 ou 19 ans, la conduire jusqu'à sa cargaison. Il était aussi grand qu'elle, mais il semblait plus fluet, ce n'était pas étonnant qu'il ai du mal à décharger son offrande, surtout qu'il avait certainement dû arrêter sa charrette avant même le Torii il allait donc falloir porter les caisses à travers le Sando, une fois dans l'enceinte du temple, la cargaison serait prise en charge.

Ho ! Et au fait, je me nomme Ikuzu. Enchanté de vous connaître jeune homme.

La jeune lionne et le chaton se dirigèrent vers la carriole de ce dernier donc, Ikuzu voulait voir la quantité à porter, elle n'était certes pas beaucoup plus forte que le jeune homme, mais elle était endurante et capable de faire plusieurs aller-retour facilement, elle qui voulait se faire un entraînement physique, elle allait être servie.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Mer 5 Juil - 21:10

Oyama fut légèrement surprit par le sourire franc et très démonstratif de la dame, mais il apprécia aussi cela et pour sa part son sourire s'élargit suite aux paroles de cette dernière. Il répondit d'ailleurs avec une certaine reconnaissance.

« Merci à vous, je suppose que j'ai affaire à une compatriote ? Et surtout à une autre amoureuse du saké ? C'est un plaisir. » Il semblait un peu moins timide et tout à fait enjoué maintenant. En même temps, l’attitude qu'elle avait envers lui aidait beaucoup. Quant à sa déduction qu'elle devait être une compatriote, il se basait uniquement sur les paroles de la dame. Si ça se trouve après tout il se trompait complètement, mais bon ça ne le gênerait pas d'être en compagnie d'une étrangère au final. Être marchand impliquait une certaine ouverture d'esprit après tout. D'ailleurs, alors qu'il commençait à la mener là où attendait les offrandes, il se présenta à son tour avec amabilité.

« Je suis enchanté de vous rencontrée dame Ikuzu-san, pour ma part l'on me nomme Arihito Oyama. »

Et sur ce il la conduisit donc avec une certaine tranquillité là où se trouvait sa cargaison, celle-ci attendait dans une carriole située à l'entrée d'un petit entrepôt se trouvant non loin du torii dans les faits. La dame put constater que cette même cargaison consistait en une dizaine de caisse de saké de taille moyenne. Le genre qu'un homme comme Oyama pourrait porter une par une en faisant de son mieux, mais pas faire 5 voyages avec sans mourir de fatigue. Il était donc évident qu'il avait besoin d'aide.

« Il va nous falloir cinq allers-retours je pense pour tout amener au temple. Dans l'hypothèse où nous transportons chacun les caisses une par une. » Commenta t-il avec réflexion, ce avant d'ajouter d'un air amical. « D'ailleurs quand j'y pense… Étant donné que vous me donnez l'impression d'apprécier le saké, permettez moi de vous offrir une ou deux bouteilles de saké quand nous en aurons finis avec ceci. Après tout je serais votre obligé. » Sur ce il souleva une caisse avec un effort perceptible, puis demanda lorsqu'ils se mirent en route… Après tout il préférait un peu meubler le silence, surtout que quelque chose l'avait interloqué chez la dame. « Si vous me permettez cette question Ikuzu-san, d'où viennent vos vêtements ? Sans vouloir paraître indiscret, en dehors des pèlerins, j'ai rarement vu quiconque en Eiichiro portant des habits ayant cette esthétique précise et j'avouerai que cela attise ma curiosité. » En vérité il avait mit un peu de temps à le remarquer, mais maintenant qu'il y pensait, il y est vrai que c'était très curieux… C'était après tout plus des vêtements de pèlerins qu'autre chose à ses yeux. Il commençait d'ailleurs à se demander à qui il avait affaire véritablement...
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Mer 12 Juil - 17:00

Ikuzu était heureuse de voir que le jeune homme était détendu, ou qu'il se détendait, si elle était aussi chaleureuse c'était bien pour cela, mais certaines personnes sont stressées ou tendus par la familiarité ou une telle franchise. Elle était heureuse de voir donc que ce n'était pas le cas pour le jeune Arihito. Habituellement Ikuzu n'était pas une grande fan ou une grande admiratrice des marchands, avoir autant besoin de faire de l'argent lui semblait inutile et vulgaire, mais certains (comme ce jeune homme) étaient ouverts d'esprits et prompt à rigoler autour d'un verre, eux elle les aimait.

Vous avez tout bon, servante d'Eiichiro et grande amatrice d'alcool devant les éternels.

Encore une fois elle ponctua cette phrase d'un rire franc, mais bref. C'est vrai qu'elle aimait l'alcool, elle ne pouvait pas dire le contraire, mais elle faisait attention de ne pas avoir de devoir à faire avant de boire un verre, ou deux, ou trois. Alors qu'elle le suivait pour qu'il lui ''présente'' ce fameux don, le jeune homme se présenta, elle tiqua un peu (sans le montrer) lorsqu'il l'appela ''Dame''. Elle n'avait jamais eu l'impression d'en être une et elle n'avait pas la prétention d'en être une.

Ikuzu-san suffira Arihito-san, je ne suis qu'une humble sohei.

Elle garda toujours son sourire alors qu'elle lui répondait en marchant. D'ailleurs elle repensa à sa manière de se présenter ''on m'appelle'', cela voulait-il dire que ce n'était pas son vrai nom ? Ou qu'il fut adopté ? Ou peut être était-il en secret un homme très important ? Ou qu'il a simplement choisit de dire cela, elle ne pouvait pas s'empêcher de ce demander, après tout c'était un bien jeune homme pour un marchand.

Ils étaient arrivés devant la carriole du marchand, ou plutôt derrière la carriole du marchand et l'homme lui montra donc les dites caisses, une dizaine, donc oui effectivement il allait falloir faire au moins cinq aller retour, même si Ikuzu avait une idée pour aller un peu plus vite pour la suite et pour avoir un peu plus de masse à porter pour son entraînement. Son visage fit apparaître une pointe d'étonnement lorsque l'homme lui proposa de lui offrir une ou deux bouteilles.

Haaa ! Vous savez comment parler aux femmes Arihito-san, ha ha ha. Je ne refuserait pas un tel geste, mais à condition que vous me laissiez vous offrir à boire à mon tour au Ryokan non loin d'ici.


Elle ne voulait pas accepter un tel cadeau sans en faire un au petit homme, qui semblait d'ailleurs bien ressentir le poids des caisses, Ikuzu en prit une aussi ne pouvant pas porter deux caisses ainsi. Sur le petit chemin le jeune homme relança la conversation, sur la tenue d'Ikuzu cette fois, ce qu'il n'étonna pas cette dernière.

Cette tenue vient de mon premier dojo et temple, c'est une tenue officielle pour les guerriers. Il se trouve dans les terres impériales d'où ces nombreuses couleurs dorées. Je suis originaire de la-bas je ne suis à Eiichiro que depuis un an maintenant.

Après avoir posé les premières caisses ils pouvaient repartir vers la charrette pour continuer le travail. Ikuzu au passage prit un solide bâton de bois ou des sangles pendaient de chaque côté. Le genre d'ustensile pour porter les jarres d'eau. Sur le retour elle se permit une question à son tour.

Si cela n'est pas indiscret Arihito-san, vous êtes marchand depuis longtemps ? Vous semblez bien jeune.

Une fois devant la cargaison, Ikuzu entreprit de fixer une caisse à chaque extrémité du bâton pour ensuite le porter, pliant les genoux, passant le morceau de bois derrière sa nuque tenue par ses deux mains et se leva doucement. C'était plus lourd, mais c'était faisable et surtout ils iraient plus vite et elle pourrait s'entrainer un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Jeu 13 Juil - 19:36

Ainsi, il était en compagnie d'une autre amatrice de saké ! Voilà une excellente nouvelle pensa t-il, mais en même temps il devait avouer que le contraire l'aurait étonné. Quoique, l'on avait pas forcément besoin d'être un amateur de saké pour être un bon vivant comme semblait l'être cette dame. Dans tous les cas, il apprécia beaucoup l'attitude chaleureuse de celle-ci, même si cela sortait un peu de ce à quoi il était habitué en vérité. Néanmoins, Oyama était quelqu'un d'ouvert et du genre à penser que la différence pouvait être intéressante, donc ça ne lui posait pas le moindre problème au final.

Et il n'était pas franchement mécontent de constater qu'il avait vu juste en supposant que ça pouvait être une sœur d'Eiichiro. Notamment parce qu'il appréciait que son intuition ne le trompe pas, après tout c'était quelque chose d'essentiel pour un commerçant que l'intuition.

D'ailleurs, quelle ne fut pas sa surprise quand il apprit Ikuzu-san était une sohei… Il parut surprit l'espace de quelques secondes, puis finit par dire avec un certain enthousiasme et une légère innocence devant ce fait.

« Une sohei ? Je ne peux qu'être honoré de votre compagnie dans ce cas Ikuzu-san, je suppose que vous devez être une redoutable guerrière. Cela et... » Il laissa quelques instants de silence planer avant de de dire avec un humour bon enfant. « Que le légendaire moine ivre n'est pas vraiment un représentant typique de votre profession. »

Ah la légende du moine ivre… Oyama avait toujours eut un doute sur le prétendu bénéfice de boire du saké en grande quantité avant de se battre, mais il était d'assez bonne foi pour bien vouloir croire à ces histoires. De plus, il n'allait bien entendu pas se plaindre que les temples, les omnyôjis et surtout leur esprit gardien  soient de grand consommateurs de saké. Après tout il fallait bien faire vivre la profession en dehors bien entendu des habituelles offrande qu'il ne fallait pas manquer de faire.

Et il fut mine de rien content de voir que la sohei sembla apprécier le fait qu'il désire lui offrir une ou deux bouteilles de saké après ceci. Cela et visiblement un peu timide, même si d'accord avec l'idée qu'elle lui offre en retour à boire. Il supposait après tout que c'était une manière comme une autre de le remercier, il ne pouvait donc qu'accepter. Même si bien entendu il se disait qu'elle faisait déjà beaucoup pour lui en acceptant de l'aider à transporter les caisses de saké...

« Oh vous savez, ce n'est pas forcément nécessaire Ikuzu-san étant donné que vous vous montrez déjà fort généreuse à ainsi m'aider à apporter ces offrandes au temple. Néanmoins, comment pourrais-je refuser de boire un verre en votre aimable compagnie ? » Répondit-il donc aimablement, décidément il était vraiment quelqu'un de facile à vivre.

Quant au fait que c'était une sohei provenant des terres impériales…. Cela sembla fasciné le marchand, qui ne manqua pas de répondre d'un air pensif…

« Vous venez des terres de l'empereur ? Je vous avouerai que j'aimerai bien m'y rendre un jour, mais j'espère en tout cas que vous n'avez pas le mal du pays depuis que vous êtes à Eiichiro. » Cela il le dit sincèrement, en effet il espérait bien qu'elle ne se sente pas trop mal ici, même s'il supposait bien entendu qu'il devait y avoir pire comme clan pour une dame comme elle. D'ailleurs la question qu'elle lui posa sur le retour ne manqua pas de l'amuser légèrement, il y répondit donc aimablement.

« Je suis marchand depuis seulement 1 an en vérité et il est vrai que je suis assez jeune. Néanmoins, j'avais envie de voyager et faire des rencontres. Voyez-vous mon père fabriquait du saké et pour ma part j'avais bien entendu envie de suivre la même voie que mes ancêtres, mais d'une façon différente. Je l'ai donc fait en devenant marchand de saké. » Il ne manqua pas sinon d'être curieux quand Ikuzu-san usa de son bâton pour porter deux caisses à la fois. Il finit par sourire néanmoins devant ce fait, car il trouvait l'idée très bonne, ce avant d'ajouter tandis qu'ils débutaient le deuxième voyage et alors qu'il sentait que maintenant tout serait plus rapide…

« Et vous Ikuzu-san ? Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir sohei ? Vous avez voulu suivre la même voie que vos ancêtres ou vous vous êtes découvert une vocation à tout hasard ? » Il avouait que ça l'intéressait, surtout qu'il avait cru comprendre que les femmes sohei ce n'était pas fréquent, même si pour sa part il n'était pas vraiment fermé à une telle idée. On pouvait donc comprendre qu'il fasse preuve d'une certaine curiosité, curiosité qui était visiblement un tantinet candide...
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Dim 16 Juil - 19:57

Le jeune homme était très poli en plus d'être très gentil. C'était agréable de discuter avec lui, elle était contente de le connaître il fallait bien l'avouer. Parfois les personnes trop gentilles pouvaient être suspectes, mais là en l'occurrence elle aimait bavarder (de base elle aimait bavarder), mais en plus elle était d'autant plus contente de pouvoir l'aider, le pauvre aurait certainement un peu souffert de décharger tout cela tout seul et elle était heureuse de pouvoir partager ce poids et cet effort avec lui.

L'homme sembla surpris de savoir qu'elle était sohei, l'inverse aurait été étrange, car en effet c'était un ordre masculin à la base. C'était comme d'avoir un homme miko. Il resta sur sa bonne humeur et son ouverture d'esprit, car il ne jugea pas, bien au contraire d'ailleurs, avançant même qu'elle était certainement une redoutable guerrière. Pour le moment elle s'assurait d'être une guerrière, c'était déjà cela de pris, pour le côté redoutable elle s'entraînait chaque jour pour le devenir.


Pour le bien de ce temple, je m'entraîne pour l'être le plus possible. Elle afficha un sourire fier en disant cela, puis continua. Ha ha, cette légende sied bien mieux à nos frères d'Okaruto je trouve.

Tout ce qui concernait l'alcool allait mieux au teint des Okaruto de toute façon et d'une certaine manière elle pouvait ressembler plus à un Okaruto qu'à un Eiichiro, pourtant elle se sentait plus d'affinité avec Kazegami et son élément. Mais elle aimait penser que le lien qui unissait les deux clans était assez fort pour les rassembler d'une certaine manière.

La sohei ne répondit rien au fait qu'il accepta de boire un verre avec elle, hormis un sourire entendu. Après tout il n'y avait rien à dire de plus, elle était contente de pouvoir boire avec quelqu'un d'autre que les quelques soheis qui acceptaient ses invitations.


Merci de vous en inquiétez, mais non, j'aime cet endroit et je n'ai aucun mal à le voir comme ma nouvelle maison. Les terres impériales furent importante pour mon début de vie et mon éducation, mais j'ai toujours su qu'un jour je devrais les quitter, je suis heureuse de l'avoir fait pour venir ici. A cette réponse ses yeux vagabondèrent autour d'elle, elle aimait réellement cet endroit. Effectivement, vous êtes bien nouveau dans la profession. Et déjà si charitable envers les temples, j'espère que cela ne passera pas inaperçu auprès des kamis et qu'il vous octroieront le succès.

Les aller-retour allaient être plus pratique et rapide, maintenant qu'elle portait les caisse deux par deux, c'était tant mieux, si elle pouvait plus encore alleger le poids de Arihito, elle en était contente.

A vrai dire, je n'étais qu'un nourrisson quand on m'a déposé aux portes du temple qui fut par la suite ma première maison. Mon destin semblait tout tracer et paradoxalement inatteignable, les femmes sohei étant extrêmement rare.

Malgré la tristesse qu'il pouvait se dégager d'une telle histoire (d'un abandon) ce sentiment ne transparaissait nullement, certes Ikuzu espérait toujours connaître ses parents secrètement, mais elle avait réussi à ne plus en avoir besoin pour avancer. Elle arborait toujours cet air jovial et franc.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Lun 17 Juil - 17:52

« Oh oui, nos frères d'Okaruto sont de grands adorateurs de saké, c'est d'ailleurs un saké originaire de chez-eux que j'ai l'habitude de vendre et que je donne en offrande aujourd'hui. Je ne doute point que vos frères et sœurs du temple sauront l'apprécier à sa juste valeur. »

Après tout, le saké venant d'Okaruto n'était-il pas le meilleur de Yokuni ? Il était normal qu'en tant que marchand de saké Oyama tâche donc de s'en procurer pour en faire le commerce. Que ce soit au sein du clan des brumes ou dans les terres des autres clans où il comptait se rendre fréquemment au cours des prochaines années. En somme, quand on faisait le commerce de cette boisson comme lui, il valait mieux avoir de l'affection pour ces bon vivants d'Okaruto, le contraire serait nuisible aux affaires après tout, mais surtout à sa propre tranquillité.

Dans tous les cas, il se sentait décidément d'excellente humeur aujourd'hui. Mais en même temps… Comment ne pas l'être ? Il allait faire une offrande plutôt belle au temple de un et de deux il venait de rencontrer une sohei au tempérament décidément très agréable. Et maintenant qu'il venait d'apprendre qu'elle était une moine guerrière, il se disait de plus en plus qu'il aurait du mal à l'imaginer dans un autre rôle au final…

« Je suis content d'apprendre que vous vous sentez bien ici. Au pire ce n'est pas comme si les terres impériales étaient bien loin des terres de notre clan. Pour ma part je pense en tout cas qu'il est difficile de se sentir plus libre que sur les terres d'Eiichiro. D'une certaine manière la volonté de notre kami protecteur est bien respectée dans ce désir de liberté qui nous anime tous. » Ce avant d'ajouter innocemment au sujet de ses offrandes. « Je ne fais pas mes offrandes en espérant que les kamis me retournent la faveur. Je les fais pour les remercier de leur bienveillance et les honorer à ma manière. » Il n'aimait pas après tout se mettre dans la tête qu'il pourrait faire une sorte de marché avec les dieux. Cela sonnait presque comme un manque de générosité à ses yeux.

Et en parlant de générosité, finalement le déchargement promettait de se faire bien plus rapidement que prévu et ce n'était pas pour déplaire à Oyama. Et alors que les choses avançaient à bon train, il ne manqua pas d'écouter attentivement la réponse d'Ikuzu-san à ses propos. En entendant celle-ci, Oyama sembla assez peiné par l'histoire qui lui était contée, à tel point qu'il finit par ajouter d'un air songeur.

« Je vois, peut-être était-ce le destin ? Je suis désolé que vous n'ayez jamais pu connaître vos parents, mais content de savoir que malgré tout vous avez trouvée votre voie et vous vous êtes accomplie. Au final vous êtes déjà une véritable Eiichiro dans le cœur et l'âme. Libre et capable de vous munir de la volonté nécessaire pour accomplir le but que vous vous êtes fixée malgré les difficultés se présentant à vous. »

Et après qu'il eut dit cela, les allers-retours s'enchaînèrent pour finalement rapidement se terminer. Ainsi ils en avaient terminé avec cette tâche, ce juste à temps car pour sa part Oyama commençait à souffler lourdement et à suer à grosse goutte. On voyait bien qu'il n'était décidément pas quelqu'un de très solide, néanmoins il essayait malgré tout de ne pas paraître trop pitoyable et il proposa donc après avoir reprit son souffle.

« Je crois que j'aurais besoin d'une petite pause… Peut-être autour du verre de saké que vous m'avez proposé Ikuzu-san ? Laissez moi juste le temps de souffler un peu… J'avouerai ne pas être aussi aguerri que vous malheureusement. » Dit t-il donc en se tenant quelques instants contre un mur alors qu'il avait mal un peu partout… Quelques instants après la douleur se dissipa modérément et il reprit avec un grand sourire enthousiaste et taquin en invitant la sohei à l'emmener boire un verre comme elle l'avait proposé.

« Allons voir si vous êtes capable de tenir un verre ou deux de saké Ikuzu-san ! Après tout je serais étonné d'apprendre que vous n'auriez pas une résistance à l'alcool digne d'un Okaruto. Quant à la mienne… Vous verrez bien ma valeur à ce sujet. » Ils repassèrent donc devant son chariot où il restait quelques bouteilles de saké qu'il avait disons garder pour sa consommation personnelle. Il demanda d'ailleurs par curiosité en les désignant du regard. « Je suppose que vous préféreriez récupérer les bouteilles que je vous ais promis un peu plus tard ? Je demande cela car je me dis que ce n'est pas forcément très poli d'entrer dans un établissement vendant à boire avec deux bouteilles en main... » Sauf si ce n'était pas exactement l'idée qu'elle avait en tête… Néanmoins, il préférait demander cela car il ne désirait pas vexer qui que ce soit. Il ne désirait pas mal faire après tout et préférait donc se montrer prudent pour ce genre de choses. Même s'il supposait que pas grand monde n'irait enquiquiner une honorable sohei pour une telle raison.

« Quoique… Laissez, j'ai une idée. » Finit-il néanmoins par dire en récupérant difficilement les bouteilles et en en tendant deux à Ikuzu-san… Oui, il avait une idée, une idée qui pourrait même être assez rentable. Celle-ci consistait à offrir quelques bouteilles au gérant pour que celui-ci puisse tester la qualité de sa marchandise et ainsi peut-être se faire un futur client tout en pouvant aisément justifier la présence des autres bouteilles. Oyama connaissait après tout l'intérêt d'un tel don généreux fait autant par aménité que par intérêt qui pouvait ensuite pousser un aubergiste à vouloir devenir votre client à l'avenir. C'était en tout cas grâce à ce genre de petite astuce notamment qu'il avait déjà pu faire quelques jolies affaires...
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Ven 28 Juil - 17:12

Ikuzu ne répondit que par un rire franc lorsque le jeune homme lui avoua que le saké venait d'Okaruto et que ses frères et sœurs du mouton sauraient apprécier cet alcool. La lionne blanche n'en doutait pas, c'était même certain. Après, elle n'irait pas avancer aussi facilement que le saké d'Okaruto était le meilleur, déjà parce qu'ils y en avaient beaucoup et tous différents, elle se voyait mal être aussi catégorique et préférais laisser sa chance aux producteurs.

Le déchargement allait être plus rapide, maintenant qu'elle portait les caisses deux par deux, c'était tant mieux, si elle pouvait éviter de l'effort supplémentaire au jeune marchand c'était tant mieux. Mais surtout cela lui permettrait de travailler les bras et le dos avec cet exercice. Ikuzu avait toujours pris soin d'entretenir son corps, de le sculpter, certes pas de la manière dont les hommes voudraient, mais c'était un pied de nez qu'elle aimait faire.

Arihito était très sympathique envers elle, il s'inquiétait de savoir si son pays d'origine lui manquait et essayait même de la rassurer, enfin c'est comme cela qu'elle le comprenait, ou peut-être essayait-il de relativiser les choses, elle ne savait pas vraiment. Il parla de la liberté si chère au peuple des chevaux, mais c'était bien là l'une des raisons qui rappelait à Ikuzu qu'elle n'était peut-être pas totalement une Eiichiro. Pour elle la liberté n'existe que pour quelqu'un qui n'a ni maître ni dieu, totalement libre et dégagé de toutes responsabilités, de tout devoir. Pour elle Eiichiro était surtout une terre de liberté intellectuelle, après tout, dans quel autre clan avez-vous vu des femmes sohei ?


A vrai dire je n'ai jamais recherché la liberté et je n'ai jamais espéré l'être non plus. Je suis tombé sous le charme du temple et de l'esprit vagabond des protégés de Kazegami et ce dernier a jugé bon de m'octroyer certaines de ses faveurs, ainsi je sais que je suis à jamais son serviteur.

Elle ne répondit rien quand le jeune précisa ne pas faire de don pour que les kami lui retourne la faveur, elle avait simplement dit qu'elle espérait qu'ils le fassent, mais cela montrait une facette très pieuse du marchand, ce jeune homme lui plaisait de plus en plus. Elle n'aimait pas trop les marchands en général, trop près de leur argent, trop corrompus parfois, mais lui transpirait la joie, le respect et la sympathie. Peut être un poil trop parfois ? Bon après tout on n'est jamais trop gentil selon elle.

J'ai surtout eu la chance de tomber sur ce clan assez ouvert d'esprit pour accepter une sohei comme moi.

Il fallait remettre certaines choses à leur place, bien sûr elle avait travaillée dure pour pouvoir devenir la sohei qu'elle était à présent, mais il y avait de grandes chances pour qu'aucun autre temple que ceux d'Eiichiro ne l'accepte ainsi. Mais finalement à force de paroles et d'efforts ils finirent par déposer les dernières caisses de saké et sans rien casser qui plus est. Aux paroles du jeune homme Ikuzu souris et laissa échapper son célèbre rire très franc.

Ha ha, il serait honteux pour moi que ce soit l'inverse Arihito-san, mais vous êtes bien plus coriace que ce que vous laissez paraître.

D'ailleurs elle n'allait pas se moquer de lui, elle aussi laissait paraître des perles de sueurs sur son front et son corps. Aussi elle préféra retirer son haut de kimono jaune, le temps que son corps sèche un peu. Toujours avec le sourire elle écouta le jeune homme. Ainsi ensemble ils se dirigèrent vers la sortie, passant devant le chariot du jeune homme, ce dernier voulu lui remettre ses deux bouteilles promises, mais se ravisa pensant qu'il serait impoli de venir dans un établissement avec déjà de quoi boire, mais il se ravisa, encore, certainement ayant un plan derrière le crâne, mais Ikuzu ne comprenait pas, aussi elle répondit simplement.

Laissez-les là Arihito-san, je les prendrais en revenant ne vous inquiétez pas. En plus je connais bien le Ryokan du coin.

Ainsi elle embarqua presque de force le jeune homme avec elle en rigolant, malgré la situation et son accoutrement moins... sohei sans le haut de kimono. Ils n'allaient pas marcher pendant très longtemps, car le ryokan préféré d'Ikuzu se trouvait à quelques minutes de marche du temple, sur la route. Un endroit assez banal en réalité, le patron de l'endroit sembla reconnaître Ikuzu et d'ailleurs ses paroles prouvaient cet état de fait.

Ikuzu-san ! Installe toi, tu nous ramènes un nouveau client.
Ha Hanzo-san, sert nous donc une bonne bouteille de saké.

L'homme acquiesça et laissa les deux jeunes gens s'installer, ce qu'Ikuzu fit sans perdre de temps, invitant Arihito à l'imiter.

Vous verrez Hanzo est quelqu'un de très sympathique et qui sait, peut être un prochain client pour vous ha ha !
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Dim 30 Juil - 0:02

Oyama avait écouté avec une certaine curiosité la sohei lui expliquer qu'elle n'avait jamais véritablement cherchée la liberté, mais qu'elle avait conçue une grande affection pour le temple Meisou et l'esprit vagabond des enfants d'Eiichiro. Sans oublier que le kami protecteur de ces derniers lui avait octroyé certaines faveurs qui faisait qu'elle se considérait dorénavant comme son serviteur. Et à cela, Oyama ne put que répondre avec jovialité.

« Je suppose que si vous êtes heureuse avec votre situation actuelle, c'est au final tout ce qui compte. Je me dis après tout que n'avons pas tous la même conception du bonheur et qu'il n'y en a aucune véritablement universelle ou meilleure que les autres. »
Cela il le disait avec une sorte de sagesse innocente qui témoignait à la fois d'une tendance à facilement accepter une telle diversité, mais aussi une certaine aptitude  à positiver.

Une aptitude qui était la sienne depuis fort longtemps en vérité. Oyama se disait après tout que c'était en voyant les choses du bon côté au final que l'on arrivait véritablement à être heureux et surtout à profiter de l'existence et de tout ce qu'elle a à nous offrir. C'était ainsi par exemple qu'il n'avait aucun mal à accepter une femme sohei et qu'il prenait du bon côté l'attitude franche et ouverte d'Ikuzu-san alors qu'elle aurait peut-être mis mal à l'aise des personnes moins détendues et confiantes que lui.

« Pour ma part je me dis que le rôle de sohei est fait pour vous. Peut-être parce que vous semblez plutôt épanoui dans celui-ci ? » Glissa d'ailleurs avec complicité.

Et sinon, il ne fut pas étonné même si reconnaissant quand la dame lui laissa un peu de temps pour souffler quand ils en eurent finit avec leur labeur. Il ne manqua pas d'ailleurs de sourire aux paroles de cette dernière et de répondre avec amusement.

« Je suis sans doute plus endurant que fort en effet. Peut-être parce que je voyage beaucoup déjà et suis habitué à maintenir un certain effort un certain temps à défaut de pouvoir soulever de lourds poids ? Bon, par contre je dis ça, mais je suis loin d'être un athlète comme vous haha. Je suppose que nous avons chacun nos talents propres après tout. » Acheva t-il assez satisfait de ce fait au fond. Il n'avait de toute façon pas honte d'avouer être en moins grande forme physique qu'une femme.

Et dans les faits, il ne put que suivre docilement la sohei lorsque celle-ci l'embarqua en rigolant jusqu'à un ryokan proche. Concluant qu'en effet ce n'était pas bien important au final cette histoire de bouteilles et qu'ils pourraient s'en charger plus tard. Autant profiter du moment du coup et surtout ne pas se prendre la tête, il n'aimait pas se prendre la tête après tout !

Et dans les faits, même si le ryokan semblait assez banal, Oyama le trouva d'allure plutôt agréable. Il avait déjà vu pire après tout… Et puis foncièrement, il n'était pas quelqu'un de très exigeant et probablement qu'il ne le serait jamais, même s'il venait à s'enrichir, il n'était pas contre les plaisirs de la vie après tout, mais était disposé à accepté ce qu'on lui offrait sans trop en redemander...

Sinon, il laissa silencieusement la sohei commander une bouteille de saké au gérant, avant d'ensuite aller s'installer avec elle. Il ne put d'ailleurs que répondre avec amusement aux derniers propos de cette dernière.

« Je ne doute point que quelqu'un ayant votre sympathie doit être tout à fait aimable Ikuzu-san, vous n'avez point l'air d'avoir de mauvaises fréquentations après tout. » Bien au contraire même, il glissa ensuite avec humour. « Vous m'avez sinon tout à fait l'air de quelqu'un qui serait capable de boire en plus de notre consommation prochain de saké, les deux bouteilles que je vais vous offrir d'affiler et ce en rougissant à peine. Je me demande si je dois louer cette qualité ou vous plaindre car l'ivresse doit au final vous coûter assez cher... » Cela il le disait avec second degré, après tout il doutait qu'elle cherche activement à se rendre ivre. sur ce, lorsque la bouteille arriva, il voulut un peu se soumettre au protocole et servit la dame pour laisser ensuite cette dernière le servir en retour si elle désirait. Rien d'obligatoire dans les faits, mais c'était une marque de confiance et de respect de sa part d'agir ainsi. Ce avant de glisser avec amusement.

« Vous savez, j'ai une amie miko qui réside au temple Meisou et je pense que vous devez la connaître ou du moins que vous risquez de la connaître à terme. Elle se nomme Satomi Noraneko et j'avouerai sans peine que c'est une véritable sœur pour moi. Enfin, je vous préviens du coup que je risque de repasser assez souvent dans les environs, que ce soit pour lui rendre visite ou partager une bouteille de saké avec vous à l’occasion si l'idée vous plaît. » Sur ce il laissa quelques instants passer, surtout pour que sa nouvelle amie puisse répondre et il se surprit ensuite à demander avec une pointe d'intérêt après s'être rendu compte d'un fait évident… Un fait évident qui lui semblait tout à coup d'une importance presque cruciale.

« Quand j'y pense, une sohei comme vous… As pour devoir je suppose de pouvoir se défendre contre des yokais ? En auriez-vous déjà rencontrée par le passé par hasard ? » Et à la manière non candide qu'il le demandait alors qu'il semblait être un jeune homme assez insouciant ou innocent dans le fond. On pouvait sentir qu'il prenait tout à fait au sérieux sa question, pourquoi ? Si elle était perspicace, Ikuzu-san pourrait peut-être se douter de quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Ven 11 Aoû - 23:14

Le jeune homme lui avoua qu'il n'y avait certainement pas une seule manière d'être heureux et que c'était quelque chose d'universellement différent entre les gens. Arihito était quelqu'un de vraiment très gentil, presque trop en réalité. Ikuzu n'était pas femme à réfléchir trop profondément, donc elle se disait simplement qu'il était ainsi, mais d'autres personnes auraient certainement plus de mal avec autant de gentillesse et de ''niaiseries''. En réalité, même Ikuzu avait une impression de faux par moment, ou l'impression que quoi qu'elle dise le jeune homme l'accepterait pour ne pas la froisser, elle avait déjà vu cela avec des personnes de bon milieu qui avait appris à ne jamais froisser son interlocuteur, c'était quelque chose qu'elle n'aimait pas trop à vrai dire, elle préférait les gens qui avaient certaines visions, mais surtout qui l'assumaient. Elle décida tout de même de ne pas juger trop vite le jeune homme, ils étaient peut-être sur la même longueur d'onde. En tout cas elle n'ajouta rien aux paroles du jeune marchand, il n'y avait rien à dire à vrai dire.

Elle ne répondit rien non plus lorsqu'il avança qu'elle semblait à l'aise et épanouit dans son rôle, certainement parce qu'elle n'avait rien à dire là-dessus, elle ne fit acquiescer de la tête avec un beau sourire sur les lèvres. Elle aurait aimé qu'il soit dans le vrai, mais pour tout dire son épanouissement n'était pas totalement due au temple, non elle avait d'autres activités, mais c'était une autre histoire qu'elle n'aimait pas partager. Mais finalement elle put enfin l'emmener au ryokan où elle avait ses habitudes, forçant un peu la chose peut-être, mais elle s'en fichait, elle était comme ça.

Après avoir salué le patron de l'auberge et qu'ils se soient tout deux assis, le jeune homme parla à sa suite, elle ne réagit pas particulièrement lorsqu'il parla de l'absence probable de mauvaises fréquentations chez elle, mais elle n'en pensait pas moins, là encore c'était quelques choses que le jeune homme ne pouvait pas savoir et tant mieux, mais elle n'était certainement pas aussi pure qu'il voudrait le croire, mais il n'était pas utile de s'attarder là-dessus. Il n'était qu'une connaissance a elle après tout. Par contre la fin de ses paroles lui arrachèrent un nouveau rire franc, en effet elle était assez résistante à l'alcool pour qu'une cuite carabinée lui coûte cher, heureusement il était rare qu'elle aille jusque là.


Ha ha, cela pourrait en effet, heureusement je ne vais que rarement jusque là.

Après que le jeune homme l'ai servi en saké, la jeune femme lui retourna le geste comme le voulait la tradition, puis Arihito lui parla d'une amie à lui, voir plus même, cela semblait être une vraie sœur pour lui. Au début Ikuzu ne savait pas vraiment s'il comptait aller quelque part avec ses paroles, mais finalement il lui proposa de partager une bouteille avec elle à l'occasion. Ikuzu n'avait pas souvenir du nom qu'il lui avait donné, en même temps le temple de Meisou était le plus grand de Yokuni, hors Birei, donc difficile de rencontrer tout le monde et de se souvenir de tout le monde.

A vrai dire je ne me souviens pas de ce nom désolé, mais ce sera avec joie que je partagerais une coupe avec elle et vous bien entendu.

Elle but donc la sienne et à sa mine on pouvait voir que cela faisait du bien par où cela passait. Elle n'hésita pas à se resservir et à faire de même pour Arihito si ce dernier avait bu la sienne aussi, ignorant le ''protocole'', elle n'avait rien contre le fait de le respecter, mais là c'était un marchand et une sohei qui buvaient, donc ils pouvaient bien y aller plus librement. Le jeune homme continua à lui poser des questions, sur les yokais cette fois.

Et bien j'en ai déjà rencontré et combattu oui, c'est assez rare, mais ça m'est arrivé en effet. Pourquoi une telle question ?
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Lun 14 Aoû - 16:16

« Heureusement pour mes affaires que tout le monde n'est pas aussi raisonnable que vous. » Ajouta t-il après avoir lui aussi rit un peu quant au fait que la sohei avait une sacrée descente. Bien entendu il disait cela avec humour, bon ça l'arrangeait que les gens achètent en quantité son alcool, il n'irait pas affirmer le contraire, mais il n'était pas contre qu'ils sachent être raisonnables aussi. Du moins ceux qui avait l'alcool violent… Cela lui faisait penser d'ailleurs qu'il ferait bien un jour de diversifier son offre, avec du thé par exemple. Voilà une boisson que les gens buvaient aisément en plus grande quantité après tout…

« Oh, elle n'est pas très saké vous savez. Elle sa boisson préférée c'est le thé. » Ajouta t-il sinon complice au sujet de la très bonne amie dont il venait de parler à Ikuzu-san. En effet Satomi-chan n'était pas très alcool et Oyama se disait qu'il n'avait pas forcément à s'en plaindre dans les faits… Déjà parce qu'il se serait mal vu faire payer quoi que ce soit à sa sœur, surtout qu'elle n'était pas forcément bien riche en tant que miko, mais aussi car l'avantage du thé c'est que c'était une bonne justification pour voyager un peu le fait de chercher une essence exotique de ce dernier à rapporter à sa sœur d'âme… Toutes les excuses étaient bonne à prendre après tout.

Puis tout à coup, le regard du marchand s'assombrit un peu quand Ikuzu-san lui demanda pourquoi il avait demandé si elle avait eut affaire à des yokais… Il sembla donc réfléchir pendant quelques instants, puis reprit avec sérieux et un air moins enjoué qu'avant.

« Disons que pour ma part j'en ai rencontré une et que ça ne s'est pas du tout bien passé... » Il sembla songeur quelques instants, puis ajouta. « Et j'aimerai la prochaine fois, si prochaine fois il y a, ce que je n'espère pas… Pouvoir faire en sorte que les choses prennent une tournure moins tragique… Je me demandai donc si je pourrai possiblement vous demander des conseils à ce sujet, du moins si vous cela ne vous embête pas de m'en donner. » Il prit une gorgée de saké, puis reposa le verre sur la table et conclut avec un sourire légèrement amer.

« Les kamis ont été généreux avec moi et bon sur beaucoup de sujets, mais pas sur mes capacités physiques. Je suis peut-être présomptueux à désirer cela, mais j'aimerais la prochaine fois pouvoir aider plutôt que de devoir être protégé et être impuissant à arranger les choses... » Entreprise bien hasardeuse vu qu'en effet il semblait bien faiblard, mais on pouvait comprendre son intention. Et peut-être qu'il se disait en parlant un peu de cela, que la sohei pourrait vraiment l'y aider ? Peut-être, après tout il comprendrait si au final ça ne s'avérait pas possible. Ce car les kamis n'avaient pas fait de lui un guerrier, alors envisager de protéger plutôt que d'être protéger était peut-être un peu téméraire de sa part...
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Mer 23 Aoû - 12:41

Ikuzu eu un sourire complice à la réflexion du jeune homme. En effet il valait mieux pour un vendeur d'alcool de rencontrer des trous sans fond, mais elle ne doutait pas que le jeune homme serait attristé de voir que l'alcool qu'il vendait pouvait parfois servir à des abus absolument honteux. Bon après il fallait pas s'attrister de telles choses, sinon on fini par ne plus rien vendre, voir ne plus rien faire. Il était tout de même vrai que si tous les clients d'Oyama avaient eux-mêmes des clients comme elle, il ferait fortune en restant à Meisou, elle aimait boire c'était vrai et il était vrai aussi que l'alcool était certainement son budget numéro un. Après tout la nourriture, le toit et le reste étaient fourni par le temple et elle n'avait besoin de rien en particulier, donc.

Ainsi donc la ''sœur'' d'Oyama était plutôt du genre à apprécier le thé ? C'était intéressant, même si c'était attendu, de ce qu'elle voyait elle-même, Ikuzu était une exception, peu de sohei ou de miko avait la descente aussi facile, bien entendu elle en avait déjà vu, comme ce sohei Okaruto qui était très facilement attiré par l'alcool (et les femmes), mais elle n'en connaissait pas beaucoup d'autres dans ce genre-là, surtout en Eiichiro. La lionne blanche hocha donc la tête pour signifier qu'elle comprenait bien la volonté d'Oyama de ne pas devoir faire boire d'alcool à sa sœur. C'était compréhensible s'il l'aimait et si elle n'aimait vraiment pas l'alcool. Et sur ce, elle vida à nouveau sa coupe pour se resservir une nouvelle fois.

Le jeune homme eu une mine plus sombre tout à coup, il lui parla donc de yokai et de sa rencontre avec l'un deux, une mauvaise rencontre. Ikuzu se posait des questions pour le coup, l'homme lui parla d'un résultat tragique, quel genre d'horreur il avait bien pu ce passer ? Visiblement Oyama n'était pas trop choqué non plus, elle imaginait donc que cela c'était mal passé, mais pas au point de trop le marquer non plus. Il lui demanda donc des conseils pour une éventuelle prochaine fois, lui et Ikuzu levèrent leur coupe pour boire à nouveau et la sohei resservit les deux coupes, tout en continuant à l'écouter.

La lionne blanche se gratta la tête un instant, elle ne savait pas trop quoi répondre pour le coup, déjà parce qu'elle ne savait pas de quel type ou de quels genres de yokai il parlait et aussi parce qu'elle comprenait ce que voulait le jeune homme, il voulait être utile pendant ce genre de moment, ne pas être la personne à protéger, malheureusement pouvait-il être autre chose ? Durant sa petite vie, Ikuzu n'avait jamais vu d'hommes ou de femmes parfait(e)s. Vouloir être bon dans son métier et être guerriers et être un guerrier capable de se mesurer à des yokais, cela devenait beaucoup. Nul doute qu'il pourrait apprendre à manier efficacement une arme, mais il devrait arrêter d'être commerçant pour cela et rien ne dit qu'il resterait bon dans la durée.


Et bien... beaucoup de yokai ont en effet des points faibles ou des plaisirs coupables. Par exemple donnez un concombre à un kappa et il ne vous fera aucun mal. Tout dépend du yokai en fait. Pour le reste... sachez que je vous comprends Arihito-san, vous voulez vous protéger, être fort, ne pas être celui qu'on protège, mais le fait est que vous risquez de gêner les personnes vous défendant en voulant être ce que vous n'êtes pas. Je ne saurais que vous conseillez de vous entourer d'un ou deux gardes, plutôt que de vouloir tout faire vous-même.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Dim 27 Aoû - 20:51

Oyama ne semblait pas tant choqué que cela aux premiers abords, mais dans les fait c'était plus compliqué que ça. Il était après tout le genre d'homme à parfaitement enfouir quelque chose en lui et rester radieux en dehors. Il pouvait ainsi être traumatisé d'une chose, mais le lendemain se comporter comme si de rien n'était en public, c'était quand il était seul par contre que cela pouvait l'assaillir... Mais bon, il était ainsi au final. Un jeune homme très sociable qui les très rares fois où il allait mal n'avait pas tant que cela envie de l'imposer aux autres, ni celle de se réfugier dans les bras de quelqu'un pour pleurer ou alors… Eh bien ce serait assez exceptionnel en soit et il le ferait uniquement car il saurait qu'il peut tout à fait le faire sans avoir l'impression de gêner. Il tâchait donc en général de sourire et continuer à vivre malgré tout.

« M'entourer d'un ou deux gardes ? Je suppose qu'en effet c'est un bon conseil… » Répondit-il sinon d'un ton qui insinuait qu'il le croyait, mais qu'il ne savait pas si cela serait vraiment suffisant. En vérité, c'était sans doute parce que justement un garde du corps qu'il avait engagé était mort de la main d'une démone. Pauvre bougre il n'empêche…

« Le yokai que j'avais rencontré était une sorte de femme araignée. L'onmyoji que j'avais sauvé de ses griffes et qui m'accompagnait n’arrivait même pas à lui faire face. De plus elle arrivait à être invisible quand elle le désirait et à tisser des toiles tout aussi invisibles, il nous as fallu du coup pour nous enfuir que je suives l'onmyoji qui m'accompagnait... » Il sembla songeur quelques instants, puis reprit un peu perdu dans ses pensées. « Quant au garde qui m'accompagnait et que j'avais engagé… Il n'a pas survécu à ce qui s'est passé… Pauvre homme. » Il finit par demander presque machinalement. « Tout les yokais ne sont pas comme ça ? Mauvais et prédateurs ? Comment reconnaître ceux qui le sont et ceux qui ne le sont pas ? » Il ne croyait pas au fait que tous les yokais pouvait être mauvais, mais disons que cette occasion l'avait assez marqué pour qu'il se dise qu'un peu de prudence ne serait pas plus mal. Un peu juste, ça restait Oyama quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Lun 4 Sep - 13:46


Ikuzu leva à nouveau la coupe de saké à ses lèvres, elle buvait bien, comme à son habitude d'ailleurs. Heureusement elle le faisait parce qu'elle était ainsi, sans plus et heureusement Arihito-san n'était pas le genre d'homme à être gêné par cela. L'homme devant elle doutait, sur sa proposition, mais peut-être sûr d'autres choses, Ikuzu se demandait à quel genre de yokais il pensait, si certain n'était pas forcément mauvais ou puissant, d'autres... étaient tout simplement ingérables pour quelqu'un d'autre qu'un onmyouji et encore...
Elle écouta la suite des paroles du jeune homme en se réservant du saké, elle fit un geste au tenancier du ryokan pour qu'il amène une autre bouteille, elle écoutait cependant avec attention Arihito-san. Il lui décrivit donc le fameux yokai, la combattante comprenait mieux le ressentit du marchand, une jorogumo, rien que ça et il était encore en vie, il n'était donc pas si faible qu'il voulait bien le penser. Elle croisa les bras, les yeux pensifs.


Jorogumo... il y a mieux comme rencontre avec un yokai. Ces créatures sont particulièrement violente et puissante, même un onmyouji aurait du mal à la gérer. Malheureusement demander des conseils pour ce genre de créature serait comme demander à un marin de lutter contre une tempête. Rester en vie est une victoire avec une Jorogumo. Fluet, mais pas faiblard comme marchand, ha ha ha.

Le rire franc de la sohei était surtout là pour aider Arihito s'extirper de ce genre de mauvais souvenir. Elle porta une nouvelle fois sa coupe à ses lèvres, n'hésitant pas à resservir Arihito si ce dernier en avait besoin. Elle écouta les dernières questions du jeune homme, il parlait machinalement, étrangement.

Il en existe de toute sorte, comme les humains finalement et on les reconnaît de la même manière en général. Certain on la délicatesse d'avoir un physique à faire peur pour exprimer sa dangerosité. Heureusement on en croise pas à tous les coins de rues.


Elle ne savait pas trop quoi dire pour rassurer le jeune homme, mais au final ce genre de yokai étaient comme la mortalité elle-même, inéluctable, difficile de les combattre, il fallait apprendre à vivre avec, avec cette possibilité qu'un jour notre vie soit écourtée par ce genre de créatures. Il valait mieux ne pas penser à cela au final.

Il vaut mieux fuir ce genre de rencontre que de les affronter, ne doutez pas que vous avez eu le meilleur réflexe qui soit, surtout qu'en plus d'avoir survécu, vous avez sauvé  un onmyouji, vous devriez boire un nouveau verre avec moi plutôt que de trop y penser. Si vous le désirez, peut être qu'une miko du temple pourrait vous fournir des protections relatives pour ce genre d'être.

Relative, car cela ne marchait pas sur tous les yokai, ni tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Dim 10 Sep - 21:06

Oyama fut un peu étonné par les paroles de la sohei, il avait ainsi survécut à une yokai aussi dangereuse que cela ? Eh bien… Il supposait dans ce cas qu'il n'avait pas forcément à s'en faire vraiment pour l'avenir s'il tâchait de se montrer prudent en situation dangereuse… Il but donc sa coupe de saké, puis ajouta pensif.

« Il est vrai que si j'ai pu survivre à ça… Cela veut peut-être dire que je suis capable de survivre à tout ce qui est moins dangereux sans trop de mal ? Enfin, je ne saurais dire… Peut-être que j'ai juste eu de la chance au final ou bien que ce sont les kamis qui ont décidés que mon heure n'était pas venue. »
Du moins c'est ce qui lui paraissait le plus probable. Ce avant d'ajouter avec curiosité.

« Vous pensez que l'on peut amadouer les yokais avec du saké pour les convaincre de se montrer indulgent ou bien obtenir leur bienveillance ? Un ami onmyoji m'avait raconté qu'ils raffolaient de ce dernier, je me demandais donc si on pouvait jouer de cela de manière pratique... » Après tout autant profiter si tel étais le cas de ce produit qu'en tant que marchand il vendait en abondance… Sur ce il resservit un verra à la sohei, puis à lui avant d'ajouter un peu plus positif.

« Vous avez raison, je ne devrais pas trop y penser je suppose. La vie est faîte pour en profiter tant qu'elle dure après tout, c'est ce que m'avait appris mon père et je devrais suivre cette leçon comme je le fais habituellement. C'est juste que je ne sais pas… » Il semblait pensif, puis reprit amer. « Pourquoi cet homme qui me servait de garde du corps est mort et pas moi par exemple ? Je ne sais pas, il avait peut-être une femme et des enfants et il est mort sans que je puisse rien y faire… Indirectement par ma faute car si je n'avais pas aider l'onmyoji je suppose qu'il ne serait pas mort, mais je ne sais pas… Je ne pouvais pas rester sans rien faire alors que ce dernier allait se faire dévorer. » Il réfléchit, puis demanda avec curiosité à la sohei.

« Vous est-il déjà arrivé pour votre part de vouloir aider quelqu'un et de ne pas y arriver ? Vous semblez être quelqu'un de fort après tout, je suppose donc que ça ne doit pas arriver souvent, mais cela arrive t-il même à ceux qui sont forts ? » Il ne savait pas, il disait cela car il se demandait si au final c'était surtout une histoire de force.
Revenir en haut Aller en bas
Ikuzu

avatar

Sohei

Messages : 35
Date d'inscription : 22/01/2017

Feuille personnage
Age: 27
Titre: Sohei
Liens:

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Jeu 14 Sep - 18:09

Bhaaaa, je ne crois pas à la chance en vérité. Le destin n'était pas prompt à vous laissez mourir et vous avez fait preuve d'assez de courage pour ne pas aider à votre mort.

Il est vrai que pour Ikuzu, la chance n'avait pas sa place dans le monde, il y avait plus, la destinée, le savoir faire ect... Il y avait trop de choses qui pouvait changer la donne et c'est toutes ces choses qui forment la chance selon elle. Peut-être qu'elle se trompait, peut-être pas, c'était sa façon de voir les choses après tout. Le jeune marchand lui posa alors une question étrange : si les yokais pouvait être amadoué par du saké. Il fallait bien avouer qu'elle n'en savait strictement rien, elle imaginait les yokais plus pacifiste comme des humains, certains pourraient être amadoués et d'autres non, selon elle, mais elle n'avait pas le savoir nécessaire pour en être sûr.

Je dois vous avouer que vous me posez une colle. Je n'imaginais pas que les yokais raffolaient spécialement du saké, certains oui, comme un humain pourrait en raffoler, mais pour le reste je ne sais pas du tout.

Elle était un peu gênée de ne pas pouvoir apporter plus d'information à ce jeune homme, mais contrairement à un onmyouji, elle se contentait d'affronter les mauvais yokais, pas de les comprendre. Par contre la prochaine réflexion du jeune homme était plus indiqué pour elle, elle pouvait en effet répondre à ce qu'il se demandait, elle but sa coupe et se resservit ainsi qu'Oyama.

Cet homme est mort parce que c'était le risque de son travail. Si vous n'étiez pas venu, c'est l'onmyouji qui serait mort. En tant que guerrière protectrice je n'aimerais pas que la personne que je protège soit attristé de ma mort. Cela fait parti du travail et le fait qu'il soit mort et que vous ayez réussi à vous en sortir prouve qu'il a accompli son devoir. Je sais ce que vous ressentez, mais au lieu de vous apitoyer vous devriez lui rendre hommage en continuant de vivre et d'être l'agréable homme que vous êtes. S'il avait une famille elle devait connaître les dangers de sa profession, j'espère juste qu'ils sont au courant.

C'était le plus important au final, pouvoir faire son deuil. Mais en général les yojimbo, n'avaient pas vraiment de famille, puisque la fin de leur vie se trouve être souvent violente et mortelle, mais c'était tout de même possible. Le jeune homme lui demandait si elle avait déjà échouée à aider quelqu'un, il en doutait à cause de sa force, mais il la force ne suffisait pas, jamais. Elle ne pu s'empêcher de rire avec une voix forte, avant d'ajouter.

Excusez Arihito-san, mais vous semblez confondre force et force ha ha. Bien entendu, je peux facilement aider quelqu'un avec mes poings, mais les poings ne suffisent pas quand le problème est intellectuel. Donc vous pouvez imaginer qu'il y a des centaines de situations où je suis inutile, toutes celles qui exige autre chose que de taper quelque chose.

Les joues d'Ikuzu commençaient à être roses à cause de l'alcool, elle se leva pour aller s'asseoir lourdement à côté d'Arihito, elle vint mettre son bras autour de son cou pour le serrer contre elle en rigolant. Elle se balançait doucement, comme sur une musique.

Ha ha Arihito-san, vous voulez régler les problèmes du monde et aider chaque personne que vous voyez, c'est mignon, mais tellement impossible, ha ha. Écoutez donc les leçons de votre père et ressortez votre altruisme quand il l'est nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu) Lun 18 Sep - 19:43

Oyama aimait bien la manière de penser de la dame, même s'il ne la partageait pas pleinement, après tout on sentait une certaine force d'esprit dans les paroles d'Ikuzu-san et dans la façon dont elle semblait appréhender la vie. Une force d'esprit que Oyama trouvait assez inspirante à sa manière, en tout cas c'était là une qualité qu'il aimerait bien avoir pour sa part, mais il supposait qu'elle devait être naturelle après tout chez quelqu'un qui dédiait sa vie au fait de protéger les autres. Et pourquoi faisait-elle cela ? Sans doute pour une noble raison, après tout on ne défendait pas les temples par cupidité en général, sauf peut-être pour bénéficier d'une certaine tranquillité, chose qui restait louable en soit, car l'on donnait ainsi un but à une vie que l'on désirait simple.

« Oh vous savez, si cet ami onmyôji ne me l'avait pas dis, moi-même je ne le saurais pas ! Je suppose donc que ce doit être le genre de connaissances accessibles à un cercle restreint de personnes. »

Ajouta t-il sinon compréhensif et avec amabilité concernant le fait qu'Ikuzu-san n'avait pas su concernant le fait que les yokais aimaient plutôt bien l'alcool. Dans tous les cas en parlant d'alcool, Oyama se dit quand dame Ikuzu lui resservit un verre, que son compte serait sans doute bon après celui-ci, mais bon ! Ce n'est pas comme si ce serait la première fois qu'il boirait un peu plus que de raison après tout.

Quant à ce qu'elle lui dit concernant le fait qu'il ne devrait pas s'en faire concernant l'homme qui était mort en sa présence et qui avait été son garde du corps. Par les kamis il ne savait pas quoi en penser, mais supposa qu'elle avait raison… Oui elle avait sans doute raison, après tout elle devait avoir plus de force d'esprit et de maturité que lui d'une certaine manière…

« Cela doit demander une certaine force d'esprit de faire comme vous et de choisir de dédier sa vie à protéger quelqu'un ou quelque chose. Surtout comme vous en le faisant sans but véritablement intéressé je suppose. Je crois comprendre ce que vous voulez dire en tout cas, il va juste ma falloir un peu de temps pour y réfléchir... » Il semblait songeur en effet, sans doute qu'il aurait besoin d'un peu de temps à ce sujet, d'ailleurs il aurait sans doute poursuivit sur sa lancée si la sohei après avoir bu un verre suite à ses paroles sur la force n'étaient pas venu s’asseoir lourdement à côté de lui avant de faire preuve d'une certaine familiarité qui surprit le marchand, mais pas en mal.

Celui-ci qui était en train d'aviser pour boire son saké avait d'ailleurs faillit en renverser son verre, mais finalement ce dernier trouva bien le chemin de sa destination initiale et le marchand le vida bien entendu d'un trait, puis laissa la chaleur de l'alcool se répandre pour de bon dans son corps avant d'ajouter jovial après un petit soupir.

« J'aimerais bien avoir votre sagesse ou expérience décidément. Mais bon… Je suppose que je suis encore jeune et que personne n'est parfait, dans tous les cas merci à vous Ikuzu-san pour vos paroles. Cela me donne ou plutôt me donnera à réfléchir... » Il resservit un verre à la dame et à lui avant de vider le sien et d'ajouter amusé. Passant du coq à l'âne, encouragé qu'il était dans cette action par l'alcool.

« Tiens quand j'y pense ! Vous connaissez cette petite fête Okaruto où beaucoup d'hommes se travestissent ? Je vous jure que cela vaut le coup d'oeil, haha avec nos frères du mouton et surtout quand ils sont ivres, il suffit souvent de se montrer un peu observateur pour avoir de quoi se divertir. Je suppose que vous même avez dû vous en rendre compte… Après tout vous avez des frères Okarutos au sein du temple certainement. Ou peut-être en avez vous croiser auparavant au cours de vos pérégrinations ? Dîtes, quel genre de festivité étrange trouve t-on par hasard sur les terres impériales ? »
La petite œillade complice qu'il lui lançait était une invitation claire à s'épancher sur ce genres de petites anecdotes amusantes, du moins si ça ne l'embêtait pas bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La lionne et le chaton (Pv Ikuzu)

Revenir en haut Aller en bas
 

La lionne et le chaton (Pv Ikuzu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chaton Perdu ? [ PV : Petit Hérisson ]
» Chaton [ Seïren ]
» Présentation de Boule de Miel, un chaton très énergétique... ||A.F 05 JUIN|| Terminé
» Boule de Soleil - chaton du Clan du Tonnerre
» Libre => un chaton en pleine forêt


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..