AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Insouciance (Pv Kajitori)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Insouciance (Pv Kajitori) Jeu 6 Juil - 18:30

Mi Lune du rat en l'An 41 à Hibana à Setsu

Oyama aimait beaucoup Hibana et aujourd'hui il avait décidé qu'il pouvait bien flâner un peu au sein de la cité au lieu de commercer activement, chose qu'il avait faite pendant quelques jours avec un certain succès. Autant pour ne pas perdre la main que pour vendre à un niveau individuel après s'être arrangé pour écouler une grosse partie de son stock peu avant que pour faire quelques bénéfices en plus avant de repartir. Après tout il ne manquait pas de client dans une cité aussi fréquentée par les pèlerins. Une cité qui évidemment était aménagée pour accueillir sans trop de mal les pèlerins nombreux qui pouvaient y venir.

Car soyons sincères, même si évidemment la religion était très importante et qu'aux yeux d'Oyama il fallait honorer les kamis dignement, il restait que c'était aussi une belle opportunité financière pour lui que de venir vendre des marchandises ici lorsqu'il se rendait à Setsu au cours de ses voyages. Surtout si cela lui permettait au passage de faire une petite offrande, bien entendu en pensant ainsi le marchand ne pensait guère à mal. Il voyait plutôt cela comme une façon de fusionner plaisir et pratique sans la moindre malice, il fallait bien vivre après tout.

D'ailleurs, dans les faits après une journée entière à flâner et aller visiter les temples des divinités mineures pour honorer ces dernières, il se rendait compte que le soir approchait et qu'il ferait probablement bien de trouver une auberge pour y réserver une chambre pour la nuit. Il chercha donc une enseigne acceptable d’apparence sans vraiment s'occuper de détails tel que le nom de celle-ci et il entra dedans sans se poser davantage de questions…

Et à cette heure il remarqua que l'auberge était encore pour l'instant peu peuplée, même si cela changerait probablement sous peu, le soir approchait après tout... Il se fit d'ailleurs la réflexion qu'il pourrait peut-être vendre du saké à cet établissement demain, ce avant de sortir de ses pensées et d'entreprendre d'aller réserver une chambre pour ainsi avoir autre chose à penser ce soir et pouvoir en profiter peut-être pour se balader au sein de la cité avant la tombée de la nuit. Mais avant qu'il n'aborde le gérant, son attention fut tout à coup sollicitée par une autre personne qui venait d'entrer dans l'auberge et à l'allure très élégante. Le genre de dame que l'on ne pouvait que remarquer en somme et dont le statut de musicienne était clairement mit en avant par l'instrument en sa posession.
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Ven 7 Juil - 17:59


Eiko pouvait trouver qu'il y avait un nombre impressionnant de personnes dans ce genre de ville. Elle pouvait aisément se noyer dans cette marée humaine, ce qui l'arrangeait bien même si la yokai était dans son rôle de prédiction, la charmante musicienne de shamisen. Elle n'était ainsi qu'une douce et accessible jeune femme, qui était les yeux et les oreilles de son clan si l'information pouvait se montrer pertinente. La seule condition des informations pouvant transpirer de sa personne était la dangerosité pour sa sœur jumelle perdue quelque part en terres humaines. Ses conditions de vie n'étaient guère importantes tant qu'elle pouvait manger à son souc. Malgré qu'elle fut présente parmi les humains depuis nombre d'années, elle s'estimait de passage. Elle n'avait jamais imaginé devoir rester si longtemps au milieu de ces gens. Les kamis étaient importants et respectables à ses yeux, ce n'était pas une religion, mais bien une réelle existence.

Si Eiko était dans la ville, c'était également pour un de ses nouveaux plaisir, la musique. C'était bien une des rares choses qu'elle appréciait des humains, c'était donc à noter. Elle s'était alors dirigée pour la soirée dans une grande auberge bien décidée à gagner sa nuit et bien plus encore. La musicienne de shamisen avait assez confiance en ses capacités pour impressionner le propriétaire des lieux, et surtout son auditoire. Le tenancier avait été un peu perplexe de voir arrivée une jeune fille pas forcément très connue venir se présenter à son établissement. Ils étaient assez nombreux à passer pour ce genre de demandes, et bien souvent, ce n'était que de piètres musiciens. Après tout, qui de virtuose irait se présenter en une auberge ?

« Les notes valent plus que les mots j'imagine... »

Avait alors glisser doucement au tenancier Eiko pour tout commentaire. Elle n'était pas du genre à vouloir discuter longtemps à propos d'une évidence qui était si simple à démontrer. Elle s'installa alors sur une chaise l'éloignant un petit peu de la table afin d'avoir plus de place. Le tenancier la trouvait bien téméraire pour une jeune femme seule. Ses gestes étaient doux, aériens, comme un papillon virevoltant sur les cordes alors qu'elle sortit son plectre en Ivoire sculpté en forme de fleurs délicates. Eiko était habillée dans une de ses tenues classiques très colorée rouge avec des motifs d'un paysage très romantique et foncièrement féminin. Elle commença alors à glisser sur quelques cordes en jouant en classique sans regarder le propriétaire des lieux qui se tut bien rapidement à la démonstration qui ne manquait pas de style. Tous deux convinrent d'un accord entre une base et la majorité des pourboires qu'Eiko recevrait, ainsi qu'une chambre pour la nuit. Le tenancier savait bien qu'il n'aurait pas de mal à remplir son auberge avec la présence de cette jeune femme, qui ne manquait pas de charme de surcroît. Petit à petit, du monde arrivait, mais était-ce pour l'attrait de la boisson, d'une bonne pitance ou quelques notes de musique, rien n'était moins sûr.

Eiko n'avait pas fait attention aux personnes présentes lors de sa démonstration, et il y avait bien un homme qui la regardait avec une attention toute particulière. Elle passa une main le long de sa longue queue de cheval afin de la passer devant, tandis qu'elle allait passer à la vitesse supérieure. Elle avait bien commencé par du classique afin de rassurer, mais maintenant elle allait exprimer ses sentiments dans de l'improvisation totale. Elle ferma alors ses yeux en s'imaginant les prairies de son enfance en compagnie de sa sœur jumelle dans des moments légers et printaniers, qui n'avaient aucune conséquence. La musique n'en était plus sur légère , agréable et douce pour le moment.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Sam 8 Juil - 22:40

Oyama se surprit à regarder sans faire preuve de trop d'indiscrétion la dame qui après avoir parlée à l'aubergiste alla s'installer sur une chaise non loin pour ensuite commencer à jouer de l'instrument en sa possession… Et il fallait le dire, elle jouait divinement bien, Oyama se dit en tout cas qu'il était agréable de pouvoir assister à une telle performance et qu'il ferait sans doute bien de donner un généreux pourboire à cette artiste. Après tout ce n'était pas vraiment comme s'il était dans le besoin, donc autant en profiter.

Il avisa donc ce qu'il pourrait bien donner à la musicienne pendant que celle-ci joua tout à coup ce qui semblait être une musique particulièrement douce et mélodieuse qui ne manqua pas de toucher le marchand. Qui immédiatement décida donc de gonfler un peu la somme offerte qui devait s'élever à quelques kobans d'argent, ce qui soyons sincère, représentait vraiment une jolie somme. En comparaison un koban d'or valait environ trois kokus de riz, l'équivalent de trois années de nourriture en riz et si les kobans d'argent étaient d'une valeur évidemment bien moindre, ils restaient quand même très appréciable d'en gagner ne serait-ce qu'un.

Néanmoins, avant d'envisager de donner ce pourboire, il comptait bien écouter jusqu'au bout la mélodie de la dame. Il se demandait d'ailleurs s'il pourrait aborder celle-ci quand elle aurait besoin d'une petite pause entre deux performances. Pourquoi ? Il était curieux à son sujet et puis il se disait que cela pourrait être agréable étant donné qu'elle semblait être de très bonne compagnie. De plus, qui ne tente rien n'a rien et franchement il n'était jamais contre de faire de nouvelles rencontres, sinon il serait sans doute un fort mauvais marchand. Ainsi, après avoir commandé à manger, il se contenta de patienter tout en se faisant très attentif et à l'écoute de la musique d'une rare beauté qui résonnait. Et quand cela fut terminé et qu'un moment de pause sembla survenir pour la musicienne, Oyama se leva donc et alla l'aborder avec un sourire aimable.

"Bonjour dame musicienne, pourrais-je solliciter un peu de votre temps pendant cet entracte ?" Ce tout en glissant le pourboire généreux qu'il avait prévu, après tout elle le méritait.
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Mar 11 Juil - 9:07


Eiko sentait le regard appuyé de certaines personnes lorsqu'elle jouait de son instrument. La jeune femme y était habituée à mesure de se produire devant du public, et cela ne l'a troublait guère sinon que ferait-elle là me diriez-vous. Elle jouait le rôle d'une musicienne, donc nécessairement avec des besoins en argent et ce même si elle s'en moquait bien de gagner quelques deniers. Cependant, il fallait qu'elle reste bien habillée et manger à sa faim. Elle pouvait bien chasser ou se procurer de quoi se sustenter, mais il était juste de dire que la facilité de la société humaine n'aidait pas à ce genre d'actes qualifiés de sauvages. Elle ne chantait pas souvent sur ses musiques, ce n'était pas l'art qu'elle préférait ou alors elle le réservait à un cercle très restreint.

Eiko joua une musique qui ne semblait jamais finir, ce n'était que de l'improvisation basée sur ses sentiments, ce qu'elle avait vécu. Évidemment, cela devait être bien difficile de se rendre compte de tout ce qu'elle exprimait par sa musique, mais les sentiments n'étaient pas réservés aux yokais ou aux humains. Ils dépassaient ce genre de frontières, et chaque note raisonnait dans le cœur de chacun selon ses expériences. Alors que la musique se faisait douce, innocente et chargée de nature et de zenitude. Elle devint par la suite plus mystérieuse, curieuse et espiègle dans des sonorités tantôt lentes tantôt rapides sur de courtes durées. Légèrement discordantes, les notes de musique, il y eut une note forte, puis un silence pesant de quelques secondes avant de prendre un rythme très rapide. Cela exprimait l'urgence après la surprise, comme si le temps s'était arrêté. On pouvait imaginer une course effrénée mêlée à de la folie. Ses mains armée de son plectre d'ivoire virevoltaient le long des trois cordes en soie tendu le long du manche. Afin de donner quelques effets, parfois de sa main libre, elle pressait le haut des cordes, mais il était évident que la jeune femme avait une excellente maîtrise pour jouer simplement dans une auberge dut-elle être de qualité. Sans doute méritait-elle de jouer à une cour d'un noble. Tout ce qui sortait de ce petit corps frêle, tous ses sentiments qu'elle n'avait le droit d'exprimer autre que dans sa musique lui fit du bien, pire, c'était une nécessité. La société interdisait d'exprimer par des mots ou des gestes ses sentiments, surtout à une femme, alors la musique était un parfait défouloir. Après une formidable démonstration de capacité musicale à une vitesse élevée, elle se retint d'utiliser ses capacités de kitsune afin de faire ressentir ses propres sentiments aux autres, ne serait-ce qu'un court instant. Cela serait puéril de risquer sa propre vie pour ce genre de considérations. Elle finit alors son récital par une fin plus douce bardée de mystère et plus douce que la folle endiablée qu'elle venait d'en faire la démonstration. Enfin, Eiko releva son visage afin d'offrir un doux sourire à son auditoire, et visiblement cela avait eu de l'effet. On ne pouvait dire que la plus part des personnes n'étaient pas démonstratif de leur appréciation, mais il y eut des signes de tête, ou certains ne semblaient pas être encore revenus du voyage.

La jeune femme se leva de ce siège en glissant son shamisen dans son dos. Elle n'allait pas déjà partir évidemment, mais même pour cinq minutes de pause, elle n'allait pas laisser son instrument, qui était important à ses yeux. Il avait une longue histoire, et il représentait des sentiments positifs pour un humain, ce qui n'était pas commun pour une personne comme Eiko. Elle se retourna en entendant des pas se rapprocher. Elle put découvrir un homme assez aisé venir lui donner un pourboire des plus importants. Était-ce une démonstration de sa richesse pour l'impressionner ? Attendait-il quelque chose d'elle de précis ? Sans doute que la paranoïa des shinobis la touchait davantage que de mesure. Cependant dans le contrôle et ce d'une légère déférence de remerciement, Eiko prit la parole d'une voix douce et légère.

« Voilà qui est fort généreux, la musique semble vous avoir plu visiblement. Je ne saurais refuser un petit peu de mon temps à un si noble mécène. »

Répondit alors la musicienne jouant à la femme mesurée, un mal nécessaire dans le rôle qu'elle jouait. Elle invita alors cet homme à s'installer à une table face à elle, tandis qu'elle s'installait à genoux posant son instrument à ses côtés. Il y avait des lames très subtilement cachées, alors elle ne se sentait guère en danger. L'homme semblait de prima bord poli et courtois, alors sans doute n'aurait-elle pas à être un oiseau de mauvaise augure.

« Je ne suis qu'une saltimbanque solitaire vivant de son art, mais vous pouvez me nommer Eiko. »

La brunette n'allait pas vendre son clan ni son nom simplement ainsi. Elle jouait le rôle d'une personne de moindre importance, et elle verrait bien de quoi il retourne de cette rencontre.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Mar 11 Juil - 20:36

« Je ne fais que récompenser le talent à sa juste mesure. » Répondit-il modestement et avec aménité quand elle lui dit que c'était généreux de sa part et qu'elle ne pouvait refuser de lui consacrer un peu de temps. Dans les faits, il en était plutôt satisfait, après tout ne venait-il pas d'obtenir ce qu'il désirait ? Si, il restait maintenant à voir ce que cela pourrait donner, mais il ne doutait point qu'ils pourraient bien s'entendre. Peut-être parce qu'elle lui faisait une bonne impression ? Ou alors c'était aussi parce qu'il faisait preuve d'une certaine insouciance naturelle à sa manière.

Il ne manqua donc pas de s'asseoir à une table se situant non loin en compagnie de la jeune musicienne qui s'assit d'ailleurs avec une certaine grâce là où le marchand lui le fit d'une manière somme toute plus commune même si de façon plutôt féline. Mais ça c'était probablement dû à sa carrure et sa façon d'être, sur ce il ne manqua pas de répondre d'un ton agréable à dame Eiko.

« Pour ma part l'on me nomme Arihito Oyama, humble commerçant de thé et de saké originaire du clan d'Eiichiro. C'est un honneur dame Eiko-san. » Cela dit avec une certaine sincérité d'ailleurs. Il ne manqua pas sur ce de demander avec fluidité. « Permettriez-vous que je paye votre éventuelle consommation ? Voyez-cela comme un remerciement pour la musique que vous venez de jouer et celle que vous ne manquerez pas de jouer par la suite je suppose. » Il la laissa répondre puis demanda avec une certaine curiosité.

« Qu'est-ce qui a poussée une dame comme vous a choisir la voie de la musique ? Je suppose que ce doit être une profession fascinante à sa manière et qui offre de nombreuses occasions de voyager et faire des rencontres enrichissantes ? » Cela il le demanda avec un sincère intérêt, il est vrai que les arts étaient un noble domaine. Et que se consacrer à eux était tout à fait honorable à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Mer 12 Juil - 8:32

« Vous êtes trop bon monsieur. »

Dit alors avec un léger sourire de politesse Eiko en réponse au doux compliment. C'était tout à fait agréable à entendre, mais elle était surtout du style à rester humble malgré son évidence sentiment de supériorité envers l'Homme. De plus, elle n'allait pas cherché à briller trop fort de peur de se faire remarquer. Traditionnellement, elle aurait dû refuser deux fois avant d'accepter, il y avait e sorte de règles de vie, mais certaines étaient sans doute réservées à la haute société. Elle ne savait pas trop qui il pouvait être, mais sans doute pas n'importe qui vu la somme d'argent déboursé pour une seule prestation. La jeune femme ne se faisait pas grisée par un tel geste, elle restait elle-même et humble. Elle savait également parfaitement caresser les gens dans le sens du poil, ce qui était plutôt pratique pour récupérer des informations tout en douceur. Sans doute qu'une véritable saltimbanque aurait été plus vénal en voyant autant de monnaie sonnante et trébuchante. Elle préférait tout de même rester humble et naturel.

« Mais tout le plaisir est pour moi Arihito San. Commerçant de thé et de saké, voilà que vous tentez de charmer homme comme femme alors. Je ne pensais pas que cela pouvait être aussi lucratif. »

Eiko ne fit pas mention de son clan, elle l'avait parfaitement entendu, mais elle préféra taire son intérêt à ce propos.

« Ne vous en faites donc pas autant, vous pouvez tout aussi bien m'inviter pour ma compagnie, ce qui ne manquera pas de plaire à un majorité de femmes. »

Dit alors avec un léger sourire la yokai avant de se tourner vers le propriétaire des lieux pour un faire un léger signe. Une fois qu'il fut arrivé, elle se permit alors de regarder Oyama pour le laisser commander.

« En tant que professionnel, je gage que vous sauriez me conseiller un thé de cette maison. »

Glissa alors subtilement la jeune musicienne non sans laisser une grande invitation à son mécène de placer ses billes dans cette histoire. C'était également une manière de voir s'ils étaient déjà en négociation.

« Je suis certaine que le propriétaire des lieux appréciera de me voir jouer à nouveau en effet, il a été fort généreux de m'offrir un gîte pour la nuit en récompense. »

Il était évident qu'elle n'allait pas en rester là si vite, elle devrait revenir sur le devant de la scène afin de jouer une nouvelle fois.

« Tel un samouraï, j'ai eu la chance de pouvoir choisir mes armes dans une vie difficile, mais ce serait mentir que de dire que j'ai choisi par dépit cette voie. J'aime beaucoup jouer de la musique, cela me permet de dire tant de choses à tant de monde avec une telle liberté. Cela est précieux de nos jours en une société avec tant de convenances. Je voyage beaucoup en effet, c'est une chance j'imagine. Je rencontre beaucoup de personnes, qui pour la plus part sont de bonnes compagnies. Mes auditoires habituels sont plutôt humble comme aujourd'hui, je veux dire par là qu'ils ne sont pas de noble lignage. Je ne souhaiterais pas que l'un d'entre eux prennent ombrage de mes mots innocents. »

Dit alors avec un léger sourire la jeune femme en regardant alors Oyama, mais elle espérait bien ne pas trop parler d'elle-même. Plus elle le faisait, plus elle pourrait bien être en danger, et ce n'était pas comme si elle avait la chance de pouvoir faire une erreur. La moindre serait vérité de mort, et elle avait tant à faire.

« Mais dites moi, qu'est-ce qu'une personne de votre qualité peut bien faire ici ? Êtes vous venu ici pour faire commerce avec les locaux ? Je ne suis guère une spécialiste de la politique, la musique n'a guère de frontières, mais les relations ne sont pas forcément au beau fixe entre les clans. »
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Mer 12 Juil - 22:13

Oyama sourit de façon amicale à la dame qui disait qu'il était trop bon, ce avant de répondre avec un léger humour.

« Pourtant, je suis sûr et certain de ne point être la première personne à vous dire cela dans les faits. » Oui, après tout il n'était pas la seule personne sensible à la beauté artistique tout de même. Dans tous les cas il préférait être sincère à ce sujet, il n'était pas spécialement là pour se vanter après tout. Il aimait être apprécié, non pas qu'on se mette à le louer. Certes la nuance à ce sujet était subtile, mais elle caractérisait au final l'homme qu'était Oyama. Quelqu'un de modeste, mais qui appréciait se faire des amis et avoir de la compagnie. Plus que tout sans doute.

Et dans les faits, il s'était dit que ce n'était pas tous les jours qu'il rencontrait quelqu'un de ce genre. Elle avait une sorte de charme unique à sa manière, que ce soit par la grâce qui semblait émanait d'elle ou par la musique magnifique qu'elle avait su faire résonner... Un curieux comme lui en tout cas n'avait pu que s'y intéresser.

« Lucratif ? Oui cela peut l'être de bien des manières, même si j'aime considérer que les plus grandes richesses que j'obtiens grâce à cela sont les voyages et les rencontres que je fais. » Ne manqua t-il pas sinon de répondre gaiement au sujet de son métier, ce avant d'ajouter innocemment.

« Oui bien entendu, mais comme je ne tenais point à vous déranger, je tenais à faire les choses avec un peu de tact. » Au sujet du fait qu'il aurait pu l'inviter tout simplement pour sa compagnie. Quant au sujet du thé, il ne manqua pas de répondre avec une pointe de complicité et d'humour. « Bien entendu, même si en tant que marchand je pourrais être tenté de vous conseiller mon thé dans les faits, mais je ne suis pas là pour parler commerce de toute manière. Puis qui sait ? L'aimable propriétaire de cet établissement sera peut-être intéressé par ma marchandise... » Un bon marchand n'était pas fermé aux opportunités après tout et malgré sa nature généreuse, Oyama savait tout de même parfaitement comme faire fructifier son affaire.

« Je n'aurais donc qu'à commander votre thé lorsque vous serez en train de jouer à nouveau… Il devrait avoir le temps d'être prêt d'ici là. » Glissa t-il donc avec aménité à ce sujet, ce avant de préciser avec sympathie au sujet du propriétaire des lieux. « Oui il me semble généreux, de vous offrir un gîte pour la nuit et des spectateurs pour écouter et récompenser votre respectable musique. » Et il ne manqua bien entendu pas d'écouter attentivement Eiko-san parler d'elle. Et ce que dit la musicienne était plutôt fascinant aux yeux d'Oyama, fascinant et agréable. Il ne manqua pas d'ailleurs d'ajouter avec sincérité pour sa part pour répondre aux questions qu'elle lui posait.

« Moi ? Je commerce avec les locaux en effet, je ne manque pas de client après tout dans une telle cité et le saké provenant d'Okaruto étant d'une qualité incontestable, il est fort convoité un peu partout en Yokuni. Quant aux relations, vous savez mon clan étant pacifiste, nous ne connaissons pas vraiment autant de tensions que celles que connaissent ceux de l'Ouest... Et j'espère bien entendu que ça perdurera, la guerre nuit au commerce et à la prospérité après tout. » Il sourit de façon un peu candide, puis demanda ensuite. « Serais-ce par hasard une enfant d'Okaruto qui se tient devant moi ? Vous qui avez je suppose beaucoup voyager, que pensez-vous de mes terres natales, celles du clan d'Eiichiro ? » Il était véritablement curieux alors qu'il posait cette question, après tout l'avais d'un étranger à Eiichiro sur le clan pouvait toujours être fort intéressant. Même si bien entendu on pouvait supposer que les gens par politesse évitaient souvent de dire le mal qu'ils pouvaient penser de ce genre de choses. Notons néanmoins que l'insouciant qu'il était prenait en vérité rarement en compte ce fait au final quand il demandait l'avis de quelqu'un….
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Lun 17 Juil - 17:51



« Ma manière de jouer aiguise sans doute quelques appétit parfois en effet. J'ai même été invité à une soirée de la haute société une fois. C'était assez intéressant d'ailleurs de voir tout ce beau monde vivre ma musique de la sorte. »

Répondit alors Eiko à son interlocuteur lorsqu'il fit référence au fait qu'il n'était sans doute pas le premier. Elle a ait répondu en faisant référence à la soirée où une personne importante était morte dans d'étranges circonstances, alors qu'elle était en train de finir un concerto endiablé. Elle ne fit pas référence à la triste fin de cette histoire, mais quelque part, ce n'était que pour ne pas mettre d'ombre à cette charmante rencontre, car après tout, elle était directement impliquée dans la disparition de ce dernier. Elle se fichait pas mal du sort d'un humain tant que cela pouvait faire revenir sa sœur jumelle, tous les sacrifices étaient bon. D'habitude, on appréciait beaucoup sa musique, et heureusement on n'en mourrait guère.

Eiko s'était permise quelques jolis mots pour le marchand, il venait de donner une forte somme pour uniquement quelques notes de musique. Elle avait appris cela parmi les humains, parfois certains donnaient des biens par plus plaisir, mais souvent cela cachait un désir secret. Alors, elle avait remarqué que quelques doux mots étaient une manière plutôt simple pour remercier cette personne et avoir davantage de marge de manœuvre pour éviter une mauvaise situation par la suite. Elle n'était pas capable de juger ou savoir si cela allait être le cas ici, mais elle était prudente et cela ne coûtait pas bien chère d'être douce et polie. Sans que cela puisse se faire réfréner, la yokai était bien incapable de cacher absolument tout ce qu'elle pouvait être. Elle était une kitsune, une sorte de renarde éveillée comme disait les humains, elle était douce, subtile et intriguante naturellement. Il était alors difficile de cacher sa nature profonde, même si les deux premières qualités étaient souvent apprécier. Il restait bien la dernière qui s'exprimait moins et heureusement. Elle était une grande beauté selon les critères humains, quitte à choisir une forme, autant qu'elle soit belle. Elle rit doucement non sans cacher sa bouche derrière le revers de sa main, alors qu'Oyoma parlait de la richesse de ses rencontres.

« Quel charmeur vous faites Oyoma San, mais je dois bien avouer que ce genre de moments agréables se trouve être bien trop peu nombreux. Beaucoup de personnes ne sont guère très agréables et sont incapable de savoir ce qui est beau et bon contrairement à vous visiblement. »

Répondit alors la musicienne. Elle avait appris qu'il était riche et humble de sa propre personne, mais vu la monnaie sonnante et trébuchante qu'il venait de lui donner ainsi, elle le savait déjà. Du moins, elle en avait une certaine idée.

« Les personnes de bons goûts et de bonnes éducation ne le dérangeront jamais. »

Argumenta alors Eiko non sans regarder le propriétaire des lieux la regarder simplement discuter. Elle lui signifia un hochement de tête en guise de réponse. Elle n'allait pas s'arrêter là, il pouvait en être certains. Que les personnes riches avaient tant peur de ne plus l'être, s'en était amusant. Elle se demanda alors si ce Oyama était de cette même trempe, mais cela ne semblait pas. Sans doute que le tenancier allait se calmer un moment avec les commandes, cela lui faisait de l'argent après tout. Elle regarda à nouveau le propriétaire tandis que Oyama parla del II vendre son thé.

« Peut-être serait-ce bien le moment de lui montrer, mais il pourrait bien prendre la mouche à ne pas choisir son propre thé. »

C'était un message pour le tenancier, mais elle ne doutait pas que le marchand s'en sortirait bien tout seul à ce propos. C'était son métier après tout non ? Une personne riche et généreuse devait bien gagner quelques menus monnaies de temps à autres, sinon elle pourrait bien finir comme Eiko à vendre son art. Ce n'était pas quelque chose qu'elle détestait, bien au contraire, elle aimait jouer, alors si cela pouvait l'aider à vivre et poursuivre sa quête, c'était tant mieux.

« Si vous êtes amateur de thé en plus de saké, vous saurez sans doute que l'art du thé est quelque chose de précis quant à la chaleur et le temps d'infusion, tout vient à point à qui sait attendre dit-on. »

Eiko reprit alors son instrument entre ses mains en regardant le marchand.

« J'ai l'impression que vous êtes pressé que je joue de nouveau. »

La musicienne commença à vérifier les réglages de son instrument avec précision.

« Sans doute en retire t'il un certain intérêt pecunier et de la réputation, je ne pense pas que ce soit pour l'amour de la musique. »

Eiko ne préférait pas que la discussion ne tourna uniquement autour de sa petite personne. Elle passerait pour quelqu'un qui n'aimait pas parler d'elle, mais la yokai préféra questionner le marchand.

«
Je ne suis pas très alcool, mais je vous crois bien volontier que votre saké soit d'excellente qualité. Hmmm que je sache, être pacifiste n'évite pas les problèmes contre les belligérants n'est-il pas ? Cependant, j'imagine que tant que ce que vous apporterez sera supérieur à e que vous pouvez perdre, vous ne serez pas inquiétés. Yokuni a connu bien assez de trouble pour que l'histoire puisse vous inquiéter non ? Moi cela ne compte pas, je ne suis qu'une musicienne.
»

La yokai commença à jouer quelques notes douces lorsque Oyama commença à poser des questions sur son origine. Cela lui permettait de prendre quelques secondes pour réfléchir, et également de contenter le propriétaire des lieux. Elle ferma les yeux avec un sourire alors qu'elle essayait de capter l'attention de tout le monde.

« Je suis née dans les terres du sud du pays, je gage mal connaître votre pays natal malheureusement. Je suis restée des années chez mon maître dans un petit village à la frontière sud. C'était un véritable père pour moi, en plus d'un excellent musicien. Je me demande bien ce que je serais aujourd'hui sans lui, mais je vous en pris, parlez moi de votre pays. »


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Mar 18 Juil - 22:35

« Ainsi vous appréciez aussi de voir vos talents estimés à leur juste valeur par votre auditoire ? Je peux le comprendre et je pense que c'est cela sans doute l'une des grandes satisfaction de tout artiste. Du moins ce serait probablement l'une des miennes si j'en étais un. » Ajouta t-il avec une sincère fascination à ce sujet, ce avant de reprendre avec amusement quant au fait qu'il était soit disant un charmeur.

« Oh vous savez, je me suis toujours dit qu'être aimable envers son prochain ne coûte pas grand-chose et qu'au final il valait mieux s'entendre avec quelqu'un que l'inverse. La vie n'est-elle pas faîte après tout pour qu'on en profite ? Je me dis du coup que tâcher d'être satisfait de ce que l'on a et de ne pas chercher les conflits est le mieux à faire. »

Après tout il n'aimait pas les disputes ou les conflits. Il préférait se faire des amis plutôt que des ennemis et tâchait donc naturellement d'avoir une attitude privilégiant le fait de bien s'entendre avec les autres. Une attitude autant naturelle pour lui qu'aiguisée par sa logique insouciante.

Et il ne manqua pas sinon de doucement hocher la tête avec approbation concernant le fait qu'il ne dérangerait sans doute pas le propriétaire. En effet, Oyama se disait que cet homme ne devait pas être quelqu'un ayant un mauvais caractère, il ne doutait donc point qu'ils sauraient bien s'entendre. Bien s'entendre et peut-être même conclure un marché profitable pour les deux partis. Après tout le commerçant aimait commercer de façon équitable, il trouvait cela à la fois plus stable et moral. Après tout à ses yeux les kamis ne voyaient pas avec bienveillances ceux qui abusaient de leurs prochains par pure cupidité...

« Oh, mais je ne doute point que son thé est excellent, j'aimerais juste lui laisser en âme et conscience la possibilité de rajouter une plus grande variété au choix de breuvages qu'il offre à ses clients par exemple. » Glissa t-il sinon avec réflexion au sujet des affaires qu'il pourrait conclure avec le propriétaire. En effet il pensait jouer le carte de l'exotisme pour intéresser ce dernier, après tout c'était probablement le mieux à faire dans une auberge de déjà bonne qualité. Il ne tenait pas de plus à paraître arrogant et présomptueux, ce ne serait pas la bonne manière de bien commencer une relation d'affaires harmonieuse après tout…

« De sages paroles dame Eiko, je gage en tout cas qu'une dame comme vous doit connaître parfaitement le sens et la signification du mot patience et effort. » Glissa t-il sinon aimablement à la musicienne quand elle ajouta en abordant le sujet du thé que tout vient à point à qui sait attendre. Ce avant d'ajouter avec amusement quant au fait qu'il aimerait bien l'entendre jouer à nouveau.

« En partie oui, cela et aussi parce que je n'aimerais pas que vous perdiez l’occasion de bien gagner votre vie en vous monopolisant trop. » Après tout c'était en jouant de la musique qu'elle gagnait de l'argent, de ce fait il valait mieux ne pas non plus l'empêcher de jouer pendant toute la soirée...

« Peut-être en effet... » Dit-il sinon concernant le fait que le propriétaire de l'auberge ne permettait pas forcément à Eiko de jouer de la musique purement par amour de l'art, ce avant d'ajouter aimablement. « Si à l'avenir je venais à être propriétaire d'un quelconque établissement sédentaire en tout cas, sachez que vous seriez la bienvenue si vous désiriez y jouer de la musique de temps en temps. Ce serait même un véritable honneur pour moi. » Cela les arrangerait tout les deux après tout, donc autant ne pas hésiter à le proposer. Sur ce il reprit avec politesse concernant le sujet politique qu'ils venaient d'aborder.

« Vous savez, je me dis qu'au final les choses ne peuvent que s'arranger à terme quand elles prennent un tour inquiétant. Je suis persuadé que ce monde a une sorte d'équilibre qui ne peut pas être brisé éternellement. Je pense donc que s'il devait y avoir une guerre, ce ne serait que temporaire et que la paix, la normalité des choses finirait par revenir. De toute manière ce n'est pas en cherchant les conflits je suppose que l'on les évite. » Confia t-il en toute innocence.

Puis il écouta avec une grande attention la musicienne parler d'elle. Et il comprenait parfaitement que cette dernière native de Setsu ne soit pas forcément une grande connaisseuse d'Eiichiro, il ne manqua donc pas de parler avec une certaine joie non dissimulée de son clan natal.

« Que pourrais-je dire ? Eiichiro ce sont de vastes plaines et de magnifiques forêts dans lesquelles règnent un climat doux et généreux, c'est une terre que le vent peut parcourir librement. Le vent, voilà l'élément qui correspond d'ailleurs à ceux qui y habitent, il est liberté, vivacité et indépendance. De ce côté-ci l'on pourrait je suppose dire que je suis un parfait représentant de mon clan étant donné que j'ai désire suivre ma propre voie pour devenir marchand et parcourir d'autres terres, tel le vent qui ne reconnaît aucune frontière. Je pense que les terres de mon clan pourraient vous plaire en tout cas, vous me semblez après tout être le genre de dame qui saurait apprécier un tel esprit de liberté régnant aussi bien chez les habitants que dans les terres. Là où pour ma part je sais apprécier l'esprit passionné et ardent des Setsu. » Ne manqua t-il pas de glisser avec sincérité, en effet même si l'attitude agressive de Setsu en tant que clan lui faisait souvent un peu peur. Il devait avouer que les terres de Setsu et ceux qui en étaient originaires ne manquaient guère d'intérêts...

Sur ce il jeta un regard calme au reste de la salle avant de reprendre la parole

« Je suppose qu'il est l'heure pour vous de jouer à nouveau un peu de musique ? Nous nous reparlerons peu après je suppose. » Conclut-il donc aimablement, après tout il ne tenait pas à priver le public de la dame de sa musique plus longtemps que nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Sam 22 Juil - 11:46


« Le juge le plus sévère de mon art est et restera sans doute moi-même. La volonté de mon maître a toujours été que ma musique doit être partagée, alors je propage son enseignement. Je dois bien avouer que jouer juste pour moi ne me dérange pas, mais si je peux vivre de ma musique et faire plaisir au plus grand nombre c'est d'autant mieux. »

Répondit alors Eiko à son interlocuteur. Elle était sans doute moins fascinée ou alors d'une manière différente que Oyama au sujet de la musique.

« Il est préférable en effet d'être encore plus charmant que possible aux personnes que l'on apprécie pas. Cela ne reste qu'une différence de valeurs morales et d'éducation en général, mais ceux que je peux rencontrer cherchent souvent à nuire à son prochain tant que cela les aident à s'élever dans la société. Il est sans doute rare, surtout pour un marchand, qu'il se contente de ce qu'il a non ? Le profit n'est-il pas le maître mot de votre ordre ? »

La yokai était certaine qu'un marchand préférait être apprécié de tout le monde, cela rapportait davantage, mais peut-être qu'elle avait rencontré l'un des rares humains qui n'était pas avide, jaloux des autres. Ce genre de tares qui transformait les humains en monstre, les mêmes qualités qui avaient su les faire s'autodétruire et ce n'était sans doute pas encore terminé. Elle méprisait les humains, mais elle devait le cacher, car elle ne devait pas se faire découvrir. Elle était parfaitement consciente des conséquences. Elle serait traquée sans merci et sans jugement pour simplement exister. L'arrogance des humains n'avaient décidément pas de limite. La yokai partait alors sur une mauvaise idée préconçue à propos de chaque humain qu'elle pouvait croiser, mais il était vrai que de trouver des tares à ce marchand était bien difficile. Elle sourit en tout cas légèrement lorsque Oyama s'enquit de défendre son thé, sa marchandise, alors qu'elle n'avait fait qu'ouvrir une porte de négociation. Elle était certaine que le tenancier écoutait et observait avec soin leur conversation, pas par pure perversion ou curiosité, surtout qu'il voyait l'argent retomber à mesure que la musicienne s'exprimait avec des mots plutôt que des notes. Lorsque Oyama parla de la patience et des efforts de son interlocutrice, il ne savait pas à quel point, elle qui cherchait sa sœur jumelle depuis des années sans avoir perdu espoir ne serait-ce qu'un instant.

« Chaque personne en notre pays devrait chercher à grandir et à s'améliorer sans cesse, alors je ne sais si ce ne sont que mes mots ou moi-même qui est sage, mais je fais de mon mieux. La patience est une vertu, même si à force d'en jouer elle pourrait bien y nuire. La foi, il faut garder la foi en sa bonne étoile, les kamis ont un plan pour chacun d'entre nous. Il suffit juste de laisser le destin s'accomplir, qui sait ce que le sort me réserve ? »

Confit alors Eiko au marchand, tandis qu'elle se livrait quelque peu davantage. Il y avait bien quelque chose de commun en toutes les formes de vie dites intelligentes, c'était les kamis. Elle respectait en tant que yokai cette force supérieure capable de changer le monde par sa seule décision. Avait-elle vraiment besoin d'argent, elle une femme capable de vivre dans la nature comme elle l'avait fait avant. Certes, elle appréciait la musique, un art coûteux, mais également le tofu. Il fallait bien avouer que les humains savaient faire des mets intéressants. Cependant, elle devait jouer un rôle pour au moins deux raison, la discrétion, son ingérence dans le monde des humains, mais également car elle faisait partie d'un clan à une place bien déterminée.

Eiko ne déterminait et voyait les marchands uniquement comme avide, cupide et ne pensant qu’à cela, mais l’homme qu’elle avait en face semblait être différent. Elle sourit légèrement en entendant les mots doux de cet homme qui l’invitait déjà à sa future probable auberge.

« C’est très gentil de votre part, et je n’y manquerais pas de venir évidemment. Si vous le faites dans votre région, ce sera une occasion de la visiter. Je ne fais que jouer des notes, mais je suis heureuse de croire que vous appréciez mon art. »

La yokai hocha la tête doucement

« Après la tempête vient le beau dit-on, mais un autre sage a dit qu’il n’y a pas de paix, uniquement des périodes où il n’y a pas de guerre. Apparemment il faut que les Hommes se massacrent entre eux pour un homme, un chef ou un rêveur. Au final, c’est toujours un petit peu la même chose, ceux avec le pouvoir envoie les autres mourir, et pour quoi exactement ? Cette vision de guerre perpétuelle est bien trop triste à mes yeux, mais sans doute est-ce ma vision de rêveuse artistique. »

Dit ce que pensait alors la yokai au sujet de la guerre des hommes. Elle la trouvait stupide, mais elle préférait largement que cela se passait ainsi en évitant de massacrer son peuple. C’était une manière subtile sans révéler sa nature, qu’elle était hostile à la guerre, alors qu’elle faisait partie d’un clan des plus agressifs. Cependant, elle était également dans son rôle de musicienne, libre et sauvage, indomptée même, alors elle pouvait bien glisser quelques mots de conviction.

« J’aime me retrouver en pleine nature, cela m’inspire beaucoup de musique. Je trouve cela très revitalisant, c’est à croire que je suis faite pour y vivre. La liberté, certains disent que nous ne la connaissons jamais pourtant avec toutes nos règles, je me demande ce qu’il en est vraiment. »

Glissa alors Eiko avec un regard interrogateur en direction d’Oyama.

« Je suis assez attachée à une certaine liberté, je n’ai après tout ni dieu ni maître si ce n’est ceux qui apprécient ma musique comme vous. »

Eiko ferma les yeux et commença à pincer quelques notes en remettant correctement son instrument apparemment assez vieux, mais parfaitement entretenu. Elle souriait doucement, car si la musique était douce et fluide comme une rafraichissante rivière de montagne, elle jouait surtout pour elle-même au final. Elle commença à simplement faire raisonner légèrement sa voix dans de simples notes en suivant la musique.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Dim 23 Juil - 21:04

Oyama sembla sourire légèrement à l'idée que le plus dur juge concernant l'art d'Eiko-san soit elle-même. Cela semblait à la fois logique pour lui, tout en étant la preuve d'un grand professionnalisme qui ne pouvait que plaire au marchand. Après tout le dévouement à son art ou à sa profession était sans conteste un moyen privilégié d'atteindre l'excellence ! Dans tous les cas il n'était point de ceux qui voyaient en mal la profession d'artiste, même si dans les faits ce n'était pas forcément la mieux considérée en général.

« Oh, mais je cherche bien à prospérer, c'est juste que selon moi pour prospérer l'on a pas forcément besoin d'user de biais… Discutables disons. Dans tous les cas, je ne vise pas la richesse par de tels moyens. Je vend ce que les gens veulent et cela me suffit. Le saké est une marchandise très populaire ainsi que le thé, ce n'est donc pas comme si j'avais besoin de parcourir Yokuni de long en large pour trouver des clients ou de verser dans l'illégalité. Ainsi je peux être vraiment fier de mes accomplissements. »

Il ne cachait pas dans les faits qu'il désirait prospérer, ce qu'il voulait faire d'une manière légitime et qui à ses yeux ne crachait pas sur les idéaux pacifistes et bienveillants de la secte dont il fait partie. De plus, c'était tout simplement dans sa nature et il ne pensait pas qu'user de moyens malfaisants pour prospérer était vraiment une bonne chose. Car au final les conséquences de vos actes finissent toujours par vous retomber dessus d'une manière ou d'une autre. Du moins c'était ainsi que le marchand voyait les choses, il y avait une sorte d'équilibre qui régulait le grand tout à ses yeux et celui-ci était fait pour se maintenir.

« Oui, on ne sait jamais vraiment ce que le sort nous réserve pour l'avenir. Par contre, je me dis qu'il y a toujours une conséquence à nos actes qu'ils soient bienveillants ou malfaisants. Le mal ne peut être éternellement commis sans être punis, le bien quand à lui nous attire la bienveillance des kamis. Il y a un équilibre en toute chose et l'on ne peut éternellement le bouleverser... » C'était peut-être une vision un peu candide des choses, mais elle lui plaisait.

Et elle représentait au final bien comment Oyama percevait ce monde, après tout même malgré ces modestes origines il n'avait jamais eut à trop se plaindre. Son existence au final pourrait être qualifiable de long fleuve paisible ne connaissant que quelques soubresauts temporaires. Il avait donc tendance à considérer que c'était là l'état naturel des choses, celui qui devait prédominer et qui ne pouvait longtemps rester inchangée. Oui l'état naturel des choses était la paix et la sérénité pour lui, l'enfer écarlate à ses yeux s'il avait été horrible, ne pouvait qu'être temporaire et il l'avait été en effet. Car était revenue la paix et ainsi le bon ordre des choses. Une paix qu'il fallait défendre et chérir à sa manière.

« Ma foi, je ne doute pas que votre venu sera une excellente chose si je venais à posséder une auberge, dans tous les cas vous être trop modeste Eiko-san, mais soit. Je suppose que c'est en étant point satisfait de ses talents que l'on se motive à sans cesse s'améliorer. » Ajouta t-il sinon avec amusement à ce sujet. En effet, à ses yeux cela devait être une bonne raison de se motiver. Dans tous les cas il estimait pour sa part que la quête de l'amélioration de soit ne peut qu'être une noble entreprise, le genre qu'on ne peut qu'encourager.

« Je n'ai pas l'impression que le monde soit si violent que cela je vous avouerai, certes il y a des tragédies et des bouleversement, mais je pense que ce n'est là rien qui vient troubler le bon ordre des choses éternellement. Les paix au final est l'état naturel du monde et tout finit par s'arranger un jour. De même un lointain jour je pense, le monde sera bien meilleur pour tous si nous faisons l'effet de ne pas nous fermer aux autres et de tendre la main. » Confia t-il sinon en dévoilant ainsi sa vision plutôt optimiste et innocente de ce monde.

Dans tous les cas, il ne s'inquiétait pas vraiment pour l'avenir. Au contraire même, il sentait que le sien serait fait une perpétuelle amélioration de sa condition et du bon ordre des choses. De plus, il se disait qu'avec la richesse qu'il gagnerait, il pourrait peut-être même un jour devenir kuge et aider d'autant mieux à ce que les idéaux de la secte se répandent peu à peu, mais aussi à ce que la paix perdure et se bonifie.

« La liberté ? C'est un concept tellement vague que j'avouerai avoir du mal à pleinement l'appréhender, mais je suppose que la véritable liberté c'est de pouvoir faire ce que l'on désire de son existence et de suivre sa propre voie. Et peut-être la véritable liberté dépend t-elle plus de nos choix en vérité que des règles qui nous sont imposées ? » Ajouta t-il sinon d'un air un peu rêveur, avant de conclure d'un air amusé.

« Au final notre seul véritable maître, c'est peut-être nous même et les limites que nous nous imposons... » Et sur ce il ne manqua pas ensuite d'écouter la musique et le chant d'Eiko-san en honorant un silence religieux. Attentif qu'il était à la mélodie de l'instrument de la hinin et surtout au timbre de sa douce voix, une voix comme il en entendait peu souvent et qui ne pouvait dans les faits que l'enchanter. Comme le témoignait d'ailleurs l'attention qui lui consacrait et l'air émue qu'il prenait peu à peu au fur et à mesure que la musique résonnait ...
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Jeu 27 Juil - 8:33

Il était certain que le métier qu'elle avait choisi était mal considéré par une partie de la population. Ce n'était pas vraiment d'une importance particulière, car elle aimait ce qu'elle faisait et elle espérait bien ne pas rester trop longtemps une fois sa sœur jumelle retrouvée. Elle savait lire dans le regard des autres la satisfaction, le plaisir que les autres dégageaient de ses prestations.

« C'est tout à votre honneur d'avoir cette noblesse d'esprit rare dans votre profession. Je crois que tout à chacun apprécie de prospérer que ce soit financièrement ou moralement. L'important j'imagine est de pouvoir se regarder dans un miroir sans fléchir, votre clan semble assez ouvert pour je pas vous imposer quelque chose. Voilà en effet une grande chance pour une personne comme vous, vous vous êtes bien trouvé. »

Répondit alors Eiko alors que le marchand semblait parler de son métier et de sa façon de faire en tant Qu'homme. Le karma était bien quelque chose qu'elle partageait avec Oyama, chaque acte avait une conséquence, un retour de bâton. On ne pouvait être une personne mauvaise toute sa vie sans en payer le prix. Elle ne s'estimait d'ailleurs pas comme une personne mauvaise, mais qui me ferait de toute façon ?

« Je suis bien d'accord avec vous Oyama-sama, reste à savoir si la notion du bien et du mal est la même partout. Qui pourrait bien dire ce que pensent les kamis ? Pas moi en tout cas. »

Eiko pensait même que les prêtres en étaient également incapable. Il fallait essayer d'être le plus juste possible, et ce même si elle avait fait couler le sang, elle se pensait juste à ses propres yeux. On ne pouvrait pas qualifier sa vie d'un long fleuve tranquille tant elle tentait de nager dans des eaux tumultueuses à contre courant par dessus le marché. C'était une bataille entre le destin et sa volonté, mais qui allait donc craquer en premier ? Là était toute la question au final. C'était une évidence qu'elle préférait être avec sa sœur jumelle en territoire yokai au calme. Cependant, elle courait des territoires ennemis et hostiles à la place. Elle connaissait un enfer permanent pour sa part, même s'il y avait quelques points positifs comme la musique ou cette rencontre. Quelques éclaircis dans une tempête diluvienne, qui avait durée des années.

« La perfection n'existe pas dans ce monde, même les kamis ne le sont pas, ils font des erreurs d'où la punition de ses derniers contre nous. Alors non en effet, j'ai encore beaucoup à apprendre sur la musique. J'aime à voyager également afin de découvrir les autres formes d'arts des autres pays et régions. »

Eiko était parfaitement d'accord avec Oyama. Elle était une éternelle insatisfaite au sujet de la musique. Sans doute que cela ne se voyait pas, mais elle avait sans doute fait de micros erreurs perceptible uniquement par les meilleurs oreilles de ce monde.

« Mon maître disait de réussir parfaitement ou de ne pas faire du tout. »

Confia alors la musicienne avec un sourire. Elle sourit doucement devant les mots innocents plein de miel que venaient de dire le marchand.

« Pourvu que la destiné vous entende fort et clair monsieur. Je chérirais plus que tout la paix entre tous, mais malheureusement tant que des hommes trouveront que l'herbe est plus verte ailleurs, il y aura toujours des conflits. »

Dit alors Eiko dans une vision bien plus noire que l'innocent marchand. Elle soutenait de plus un seigneur de guerre reconnu et craint. Elle aspirait que les humains s'entretuent afin que les yokais soient plus tranquille, mais elle arrivait à dire des mots si nobles et doux malgré tout, car elle les pensait. Un marchand d'alcool et de thé pourrait bien s'inquiéter de l'avenir, mais visiblement celui là vivait dans un monde fait de licorne et d'arcanciel, bref, un monde idyllique parfait où l'amour était plus forte que tout. Elle sourit bien plus davantage en y pensant, sa vie devait être par conséquent bien plus agréable que toute autre. Sans doute un peu trop bordé d'illusion, mais ce n'était pas si grave que cela.

« Sans doute que la vérité sera à jamais inaccessible car cela reste un concept idéaliste, mais cela est magnifique de rêver. Par nos choix, oui, par nos choix nous forgerons notre propre tombeau ou notre liberté, vous avez raison. »

La vie était qu'une suite de choix impossible, impensable ou indispensable. Elle aurait très bien pu rester loin des Hommes et laisser sa sœur jumelle à son choix, mais son instinct avait été le plus fort. Elle était finalement assez d'accord avec Oyama quand à la destiné personnelle. Elle était forgée par ses propres choix. Il était si rare de rencontrer pareille personne, elle qui côtoyait dans son clan des personnes violentes, dangereuses ou totalitaire. Cela faisait du bien que d'avoir ce moment de paix avec ce simple marchand. Elle espérait bien entendu que tout se passerait bien dans sa vie, quelque part il le méritait bien. Il vivrait une vie tranquille, tandis qu'elle vivrait une vie agité, c'était ainsi que le monde s'equilibrait sans doute. Elle jouait alors avec entrain et envie ses lèvres souriantes tandis qu'elle laissait e happer un douce voix de ses fines lèvres. Elle était une kitsune, un être rare en terre humaine, mais heureusement ses auditeurs étaient davantage charmés par ce qu'ils entendaient que par se poser des questions à propos de cette femme qui lui faisait face. Elle ne savait pas comment, mais son maître semblait avoir tout deviner à la côtoyer pendant des années. Où avait-elle fauté ce jour-là ? Elle ne savait pas trop, mais elle devrait trouver avant que le pire n'arrive ici.

Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Jeu 27 Juil - 16:32

Oyama avait la particularité d'être quelqu'un d'aisément insouciant et cela pouvait autant le faire passer pour un grand naïf au final que pour quelqu'un de charmant qui voyait le bon côté des choses en permanence. Il semblait même être heureux de sa situation actuelle et ne pas envisager l'avenir avec la moindre vraie inquiétude. Du moins aucune qui pourrait réellement lui ronger l'âme. Et cela lui donnait envie d'une certaine manière de partager sa joie avec les autres ou bien d'en découvrir davantage sur ce monde qui selon lui avait beaucoup de merveilles à offrir pour peu que l'on s'y intéresse…

« Oui, je suis content d'être un fils d'Eiichiro et je suis heureux de l'alliance que mon clan a noué avec celui d'Okaruto, cela me permet ainsi un accès assez aisé au saké de ce clan aussi bien pour ma consommation personnelle que la vente. Je ne peux en tout cas que vous conseiller aussi les terres d'Okaruto si vous désirez visiter un jour les terres des autres clans, les habitants y sont réputés comme des artistes et des fêtards, ce que je ne pourrais nier et ils savent en plus êtres proches de la nature. » Pas le genre de terre où une dame comme celle se trouvant en face de lui ferait spécialement tâche dans le décor en somme. Du moins c'est ce qu'il pensait.

« La volonté des kamis est insondable je suppose. » Ajouta t-il sinon pensif à ce sujet, avant de préciser avec amusement. « Néanmoins, je ne manque jamais de les remercier pour tout ce qu'ils nous ont offerts. Par exemple je suis débordant de gratitude à l'égard kasugami, kami protectrice du saké et des songes. » Cela il le dit avec humour, on pouvait deviner qu'en effet un marchand de saké comme lui ne pouvait que se sentir proche de cette kami… Ce avant de reprendre avec réflexion suites aux paroles suivantes de dame Eiko-san qui avaient le bénéfice d'être singulières...

« Je suppose que nous pourrions engager un long débat sur le fait que la perfection au final est une valeur assez subjective, après tout ce que quelqu'un pourrait considérer comme parfait, un autre pas du tout. Je suppose néanmoins pour ma part, que même si il est impossible d'atteindre la perfection, il est bon de vouloir s'en approcher. Même si ce qui importe le plus au fond c'est d'être fier de soi et de ce que l'on fait. »

Ce avant d'ajouter avec amusement au sujet du maître d'Eiko-san.

« J'ai l'impression que la sévérité est un trait courant chez les maîtres compétents, ou bien devrais-je dire plutôt le fait d'être exigeants envers leur apprenti... » Ce avant de répondre avec toujours la même innocence aux paroles de la hinin.

« Pour ma part je pense que tout le monde gagnera plus à s'entraider qu'à sans cesse s’entre-déchirer et qu'un jour cela sera si évident que tout le monde s'en apercevra et s'y mettra. Il faut juste pour cela laisser le temps à tous de s'en rendre compte et faire en sorte que cela arrive. » il y avait un certain optimisme dans ses propos et une réelle inclinaison à la paix. Dans tous les cas il ne ressentait pas la moindre appréhension à l'idée d'ainsi dévoiler ses sentiments à ce sujet à Eiko-san.

Et il ne serait pas faux de dire que la musique de la dame sut être envoûtante pour lui. Il apprécia toute la poésie et la beauté qu'elle recelait et ce d'une façon purement sincère. Il se surprit même à larmoyer un peu vers la fin, quoique… Ce n'était pas spécialement étonnant de sa part, il n'était pas du genre à cacher sa sensibilité après tout. Et quand la mélodie s'acheva, Oyama se surprit sinon à dire aimablement, même si avec un peu d'humour à la dame quand le silence fut retombé.

« Seriez-vous par hasard une kami sous forme humaine pour aussi bien chanter ? »

Puis à proposer avec un peu de candeur...

« Si demain vous n'êtes pas trop occupée et si cela ne vous dérange point Eiko-san… Seriez vous disposée à accepter ma compagnie ? J'avouerai ne pas rejeter l'idée de pouvoir passer un partie de ma journée en bonne compagnie et connaître davantage une personne visiblement fort charmante. » Quand il disait cela et qu'on était pas trop méfiant, on sentait dans son ton qu'il ne sous-entendait rien de particulier, comme s'il était véritablement intéressé à l'idée de mieux la connaître et qui sait de pouvoir faire ami-ami sans plus. Il n'était décidément pas dur de lire en lui comme dans un livre ouvert en temps ouvert, ça devait être son grand défaut et sa grande qualité.

Et sur ce il ne manqua pas sinon de faire un signe à l'aubergiste pour faire une commande.
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Ven 18 Aoû - 17:29


La personne en face d'elle lui paraissait assez naïf en effet, mais il devait être assez doux de vivre dans une sorte de paradis même si ce n'était pas forcément juste. C'était un risque qu'un conflit éclate de nouveau, mais quelque part ne pas s'inquiéter permettait de vivre plus simplement.

« Le commerce a besoin d'une libre circulation pour pouvoir prospérer, et j'imagine que pour un clan pacifiste comme le vôtre, c'est un avantage ce genre d'alliance également. En tout cas, votre pays a l'air d'être une sorte de paradis pour une artiste comme moi, vous e vendez fort bien. »

Répondit alors Eiko avec un léger sourire. Peut-être n'avait elle pas eu l'occasion de fréquenter les bons humains depuis me début. Elle se méfiait tout de même des dires d'un simple marchand excentrique, peut-être imaginait il son monde parfait comme l'était sa propre perception. Le sort d'un yokai dans les terres de son clan aurait-il pu être différent ? Elle n'allait pas prendre le risque de le savoir en tout cas, mais même irait y faire un tour un jour, c'était certain. Elle désirait savoir jusqu'où le pacifisme de ce clan allait, car s'il était encore en vie et avec des terres suite à tout ces conflits, il y avait bien une raison. Elle rit ensuite doucement cachant sa bouche du revers de la main, comme si elle était gênée de son propre rire, en entendant le marchand parler qu'il louait ardemment le kami du saké.

« Je gage que vous ne soyez pas le seul dans ce cas mon cher, regardez comme dans ce lieu de joie combien loue également ce kami précisément. »

Argumenta alors la jeune femme en regardant plusieurs personnes boire le liquide divin. Elle pouvait imaginer facilement pourquoi les humains prêtaient à ce Kami le domaine des songes, car après moult boissons, beaucoup s'endormaient comme une souche ! Il était certain que la musicienne était atypique, même si elle essayait de se fondre dans le décor au maximum. Elle avait ses propres convictions, mais qui risquaient de la desservir un jour. La prudence était la mère de toutes les vertus après tout.

« Bien entendu, la perfection est quelque chose de très personnelle, mais tant de personnes se contentent de la médiocrité, voilà qui est fort dommage. Mais l'important n'est-il pas le jugement des autres ? Après tout, il est difficile de se juger soi-même n'est-ce pas ? Nous ne serions être très impartial à ce sujet. »

Eiko sourit doucement en hochant la tête.

« Quelque part enseigner tout son art et son être à son élève est une manière de se perpétuer moralement pour la postérité, alors je peux imaginer qu'à un âge avancé, ce soit très important. »

Les yokais n'avaient guère la même notion d'âge avancé, mais elle comprenait cela et ce peu importait la race. Toute vie naissait, vivait et mourrait un jour, c'était inéluctable.

« Voilà de douces paroles de la part du clan Eiichiro, mais je doute que le clan local trouve foi en ces mots mon cher. Il pourrait bien trouver cela lâche, mais le feu dans leurs cœurs obscurcient peut-être leurs jugements ? »

Répondit alors avec délicatesse sur une différence de clan sans doute la plus importante. Elle faisait partie du clan Setsu, mais cela ne lui donnait pas une telle colère pour autant. C'était sans doute ceux qui suivaient aveuglément les désirs du chef du clan. Elle ne pouvait être si ouverte que le marchand pour plusieurs raisons, mais elle dévoilait déjà une partie de qui elle était avant que ce soit ce qu'elle était. Elle tendit son mouchoir au marchand qui laissa couler une larme à sa musique. Elle n'en demandait pas tant, mais c'était adorable de sa part de se montrer si sensible. C'était sans doute également ce que l'on attendait du clan des pacifistes que d'être ouvert aux autres. Elle eut un moment de flottement lorsqu'il demanda si par hasard elle n'était pas par hasard elle n'était pas un Kami, mais elle finit par rire légèrement.

« À y bien réfléchir non, je suis vraiment navré, mais je n'ai rien de divin. »

Dit alors Eiko avec un sourire sur ses lèvres. Bon en même temps, elle ne mentait pas vraiment, elle n'était pas une kami, mais une yokai, c'était tout de même bien différent. Il y a it une légère différence de puissance entre les deux.

« Non je suis libre en effet, ce sera avec plaisir que je vous tiendrais compagnie. Mon métier à l'avantage colle le vôtre de pouvoir travailler quand je le souhaite. »

Accepta alors la jeune femme, le marchand semblait être une personne intéressante, même si c'était un humain, alors pourquoi pas une journée de détente. Elle pouvait bien se l'octroyer.


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Lun 21 Aoû - 11:30

« Je ne saurais dire si c'est un paradis, mais à mes yeux il y fait bon vivre et je serais heureux d'y passer ma future, mais lointaine retraite. Même si je suppose qu'en tant que natif de ce clan je ne suis pas forcément très objectif à son sujet. » Répondit-il avec amusement concernant ce fait. Il est vrai qu'Oyama n'était pas forcément le plus neutre à ce sujet et cela il en était bien conscient. Peut-être parce qu'il avait une grande ouverture d'esprit ou juste une certaine humilité qui le poussait à ne pas se dire que son avis était forcément meilleur que celui des autres...

« Que vous voulez-vous, l'alcool est une boisson populaire, je vous assure en tout cas que je me fais encore plus aisément qu'avant des amis depuis que j'en vend. » Ajouta t-il sinon assez amusé de lui-même à ce sujet. Il est vrai que le saké était une boisson consommée un peu partout, de même que le thé. Dans les faits notre cher marchand s'était donc arrangé pour vendre des marchandises qui pouvaient s'écouler un peu partout sans trop de mal, sans doute une bonne combine pour pouvoir voyager à travers tout Yokuni pour chercher à la fois le profit et l'ailleurs…

« Oh, le jugement des autres… Pour ma part je serais bien hypocrite de dire qu'il ne m'importe pas, même si celui qui m'importe le plus est celui de ceux qui me sont chers et des personnes que j'estime. Le jugement de personnes de confiances en qui je peux me fier pour qu'elles me parlent avec sincérité. » Ajouta t-il sinon songeur à ce sujet. Puis aussi un peu rêveur, ce alors qu'il pensait justement à quelques unes de ces personnes chères qu'il avait décidément envie de revoir. Que ce soit Yozakura, Satomi et Haruaki. Oui, il irait les voir dès que possible après en avoir finit avec son petit voyage, cela lui ferait sans doute du bien… Après tout le plus important dans l'existence c'était aussi de pouvoir savourer la compagnie d'êtres chers à notre cœur….

« Vous devez aussi vous dire qu'en enseignant votre art à un élève, vous donnez à celui-ci l’occasion de surpasser son maître à l'avenir et ainsi de suite. Aidant au développement de l'art  et encourageant la créativité. » Ajouta t-il sinon fasciné et enthousiaste au sujet du fait qu'enseigner son art était une bonne manière de perpétuer celui-ci ainsi que sa personne par son intermédiaire…

« Qui sait ? Je ne suis pas Setsu, je ne prétendrais donc pas connaître parfaitement les mœurs et désirs des fils du feu, mais au moins je sais leur trouver un certain charme. La diversité est une belle chose en soit après tout... » Ajouta t-il sinon alors qu'on apportait le thé qu'il avait commander auparavant. Remerciant le propriétaire de l'auberge, il regarda sa tasse avec une certaine satisfaction après avoir remercier la chanteuse lorsque celle-ci lui avait tendu un mouchoir… Sans doute qu'un homme moins sensible qu'Oyama se disait que celui-ci se comportait peu virilement en faisant ainsi, en allant même jusqu'à laisser une larme couler, mais bon… Il était ainsi et il était content d'être ainsi, du moins il supposait que s'il ne l'était pas il n'aurait pas autant d'amis et sa vie ne serait pas aussi bienveillante envers lui.

Il ne manqua pas sinon d'apprécier le léger rire de la dame après qu'il ait comparer la voix de cette dernière à celle d'un kami, ce avant d'ajouter avec poésie.

« Vous n'avez probablement rien de divin en effet, mais je suppose qu'un chant aussi gracieux aide déjà en partie à s'en rapprocher pour ceux dotés d'une certaine sensibilité. » Oui, il était convaincu de cela, du moins c'est l'impression qu'il avait en sachant qu'il existait par exemple des danses rituels pour louer les kamis. Il considérait donc le chant et la danse comme des manières de s'en approcher en effet.

Et quand elle accepta sinon sa dernière proposition, il ne manqua pas de répondre joyeusement et sincère.

« Vous m'en voyez ravi ! je suppose que dans ce cas là nous n'aurons qu'à nous retrouver par ici demain matin. Mais dans ce cas mon amie, du moins si vous me permettez d'employer ce terme. Quel genre d'occupations une dame comme vous affectionne t-elle ? Je me dis après tout qu'il serait intéressant pour moi de découvrir qu'est-ce qu'une musicienne de votre acabit fait pour occuper ses journées. » Il sourit finement et ajouta d'un air amusé. « Pour ma part je ne suis pas très exigeant disons. Que ce soit pour m'occuper en ville ou bien en dehors, flâner un peu dans la nature peut être assez intéressant après tout. En somme n'ayez pas peur de me proposer ce qui vous plaît, tant que cela ne consiste pas en se travestir ce devrait être possible, même si pour ce dernier point j'en serais tout à fait capable pour une certaine fête à Okurato. » Conclut-il avec humour et plein de second degré, il est vrai que sans être un éphèbe, il semblait être assez effémine pour que s'amuser à se travestir ne soit pas impossible pour lui, du moins dans le cadre improbable de cette fameuse festivité… Il ne semblait pas après tout le genre d'homme à correspondre à l'archétype de virilité du mâle musclé et fort en gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Mer 30 Aoû - 12:41


« une retraite... Prenons nous réellement une retraite dans notre société ? En tout cas pour cela, il vaut mieux avoir une puissante famille même si le sage doit guider les jeunes âmes. »



Demanda alors la yokai à son interlocuteur, car vu la longévité de son peuple, il était une évidence que ce n'était pas pour tout de suite. Elle sourit doucement devant le manque d'objectivité de l'homme à propos de son propre pays, que l'on trouvait en général plutôt beau et agréable. Elle n'avait pas vraiment besoin de faire de commentaire à ce propos. Eiko ne doutait pas de l'honnêteté intellectuelle que pouvait faire preuve cet homme, après tout il le reconnaissait lui-même.



« Je crains malheureusement que l'alcool soit plus efficace pour la paix dans le monde que de bons mots en effet. Cependant, des amis capablent de l'être uniquement pour vos mets alcoolisés, je doute qu'ils soient vraiment précieux sans vouloir chercher à vous moquer, mais je ne doute pas que vous en soyez conscient. »



Eiko n'était évidemment pas du tout comme cela. Elle ne choisissait pas ses amis par rapport à ce qu'ils pouvaient rapporter ou même apporter. Elle avait déjà une solide quête à procéder de toute manière, retrouver sa sœur. L'expression qui se voulait qu'il était préférable d'être seul sur mal accompagné trouvait tout son sens en cet instant. Il était juste que le marchand avait choisi des biens à vendre plutôt avantageux et apprécié quelque soit le clan ou la région, ou même le pays. Personne n'allait sans doute rejeter un homme qui distribuait tant de bonheur au peuple.



« Que de sages paroles que voilà, sauriez-vous résister aux attraits de fades et artificielles lumières que projettent certaines personnes ? Voilà qui est admirable se votre part monsieur. »



Ce n'était pas forcément de bon augure que ces personnes affublaient d'autres de tant d'honneurs. Les véritables amis étaient une denrée rare. Elle-même en dehors de son peuple en avait-elle vraiment ? Elle se sentait une étrangère en pays hostile, ce qui n'était sans doute pas totalement faux.



« Je doute être vraiment prête à enseigner mon art, je ne suis pas assez âgée encore. Il me faudrait aussi réussir à rencontrer quelqu'un qui soit proche de mes idéaux, ce qui peut être visiblement long. Mon propre maître a bien réussi à me rencontrer uniquement lorsqu'il était assez âgé, mais peut-être qu'il n'était pas prêt avant. »



Commença alors à dire la jeune femme avant de rapidement poursuivre.



« J'imagine que l'on peut se faire rattraper lorsque l'on arrête d'essayer de progresser dans la vie. Lorsque le poids des années se fait si fort que nous n'avons plus le goût d'aller plus loin, là où une jeunesse pleine d'ambition n'y voit pas à redire. Sans doute est-ce d'ailleurs quelque chose d'ineductable. »



Eiko regarda alors l'homme avec un bref sourire.



« prendriez-vous un élève vous-même marchand ? Dans votre cas, cela pourrait même s’avérer problématique non ? Je ne sais pas si en tout cas, on essayerait de transformer notre élève en un nous-même encore mieux, en corrigeant nos propres erreurs, une sorte de projection parfaite de nous-même sur quelqu’un d’autre. »



Confia alors la Yokai ne connaissant certainement pas la réponse à sa propre question.



« J’imagine que chaque clan, chaque peuple à son propre avantage, certainement. Je ne connais ce clan uniquement lors de mes prestations comme aujourd’hui, mais au final, tout le monde est en général plutôt sympathique et ouvert à ma musique. Cela doit être commun au genre humain sans doute. »

Indiqua ce qu’Eiko avait bien pu vivre jusqu’à maintenant. Elle devait rester prudente en tout cas au sujet d’aborder les Yokai, mais elle était trop curieuse de connaitre un peu son avis. Il fallait aborder ce genre de choses d’une manière subtile.

« Je ne sais même pas si ces fichus yokais écoutent de la musique par exemple. »

Dit alors la musicienne en haussant les épaules, comme si elle dénigrait ces ennemis quasi naturelle de l’humain. Cela devait bien être le cas avec la majorité des gens, après tout, ils devaient être tué à vue non ? Elle remercia alors le propriétaire des lieux lorsque le thé arriva en souriant poliment. Elle attendit que le marchand en boive pour faire de même, laissant la soucoupe sur la tasse pour en garder toute la chaleur et les aromes.

« Peut-être avons-nous tous une part de divin quelque part en nous, il suffit juste d’apprendre à savoir y faire appel, non ? »

Confia alors la jeune femme avec un léger sourire.

« C’est avec plaisir que je me laisserais guider par vous où vous voudrez bien m’emmener. »

Pensive, Eiko releva son regard presque dubitative.

« Ce que j’aime faire de mes journées, voilà qui pourrait s’avérer être une étrange question. Je recherche une personne, ma sœur, cela fait des années qu’elle a disparu du jour au l’an demain, et je dois bien avouer que cela m’occupe beaucoup l’esprit. J’ai la chance heureusement de pouvoir voyager pour la chercher, mais cela reste difficile. Sinon, nous pourrions bien trouver de quoi nous promener, la nature et les étendues sauvages sont toujours un ravissement pour moi. Cela m’inspire souvent des musiques d’ailleurs. »

Eiko sourit légèrement amusée en se penchant légèrement en avant.

« Auriez-vous donc peur de découvrir une autre part de vous-même insoupçonné ? »


L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Ven 1 Sep - 17:06

« Je suppose que si notre vie a été assez prospère, l'on peut dans les faits envisager une paisible retraite. Qui sait ? Je suppose que je suis encore trop jeune pour vraiment l’envisager de toute manière. » Confia t-il pensif à ce sujet. Il est vrai qu'il n'avait que 23 ans après tout, il était donc très jeune dans les faits, trop pour qu'une retraite soit pour tout de suite. De plus, une retraite voudrait dire qu'il ne voyagerait plus et ne pratiquerait plus le marchandage, deux choses qu'il appréciait grandement, donc en soit ça pouvait attendre…

« Haha en effet, heureusement la plupart de mes amis ne le sont pas pour l'alcool, je peux d'ailleurs me vanter d'en avoir de très bons je suppose. Et je dois dire qu'à mes yeux l'amitié que l'on peut entretenir avec d'autres êtres est sans doute le plus grand des trésors que l'on puisse avoir. » Il dit cela en réfléchissant avant d'ajouter songeur.

« Ce n'est pas le genre de chose sur laquelle on peut mettre une valeur monétaire après tout. Avoir quelqu'un en qui l'on peut faire confiance, quelqu'un qui vous comprend réellement sans vous juger et qui sera là pour vous si vous en avez besoin et inversement n'a pas de prix. Je pense que tout le monde devraient avoir des amis de cette envergure. » Des paroles qui se voulaient sérieuses en soit, après tout Oyama était sincère à ce sujet. Il n'y avait rien de plus précieux que des amis de cet apanage… Sauf peut-être l'âme sœur si on avait la chance de la trouver, chose dont il pensait pouvoir se vanter à sa manière, même si cette dîte âme sœur n'était guère n'importe qui.

« Admirable ? Je ne sais pas, je suppose que c'est le minimum qu'on attend de la part d'un marchand qui veut réussir. Savoir lire un minimum dans les gens et faire preuve d'une certaine intuition. » Ajouta t-il ensuite complice quand au fait qu'il pourrait soit disant résister aux lumières fades que pouvaient projeter certaines personnes, ce avant d'écouter attentivement la musicienne qui décida de lui expliquer certaines choses...

« Je vois, vous êtes encore assez jeune après tout san, je suppose qu'on peut donc dire que vous aussi avez encore tout votre temps. Celui d'améliorer votre art, de gagner une confiance dont seul l'âge sait nous investir et de vous préparer à l'épreuve qu'est en soit celle d'enseigner son art à quelqu'un d'autre. » Ce avant d'ajouter avec un amusement sincère.

« Moi prendre un élève ? Je ne sais pas si j'arriverais à paraître assez expérimenté ou sérieux à qui que ce soit actuellement pour qu'il décide que c'est une sage idée de se mettre sous ma tutelle. Après… Il est vrai aussi que ça ferait un concurrent supplémentaire pour moi à l'avenir, mais à la limite ce n'est pas vraiment ça qui me gêne. » Ce avant d'ajouter avec réflexion.

« Je ne sais pas si on peut vraiment dire sinon que dans un tel cas l'on essaye vraiment de faire de son élève une copie de soi-même en mieux. Je dirais surtout qu'on essaye d'apporter à sa façon quelque chose aux générations futures. Je suppose que l'on désire tous que notre vie ait un but après tout. »

On entrait dans le cadre de la philosophie sans doute là, mais ça lui semblait agréable à aborder. Quant aux paroles suivantes de la musicienne, Oyama ne manqua pas d'y répondre aimablement après un court instant de réflexion.

« Oh vous savez, je pense que l'on peut trouver le bien partout d'une certaine manière si on met les gens dans de bonnes dispositions et pas que chez les hommes. » Glissa t-il un peu à voix basse pour exposer son point de vue assez atypique sur la chose, ce avant d'ajouter amusé au sujet des yokais.

« Si je suis sûr d'une chose pour ma part, c'est qu'ils doivent aimer le saké. Un argument en plus en ma faveur je suppose si jamais je venais à en rencontrer. » Suite à ces bonnes paroles il but donc un peu de thé, puis reprit avec amusement au sujet de la soit disant part de divin en chacun de nous.

« Vous voulez parler des pouvoirs que nous confient les kamis ? J'en ai bien un pour ma part... » Il ajouta sympathique à voix basse. « Un pouvoir qui altère ma voix pour la rendre bien plus belle. Cela n'a l'air de rien comme ça, mais c'est très utile pour un marchand comme moi. »

Ce avant de sourire finement aux paroles suivantes de le musicienne, puis de paraître assez émut lorsqu'elle confiance chercher sa sœur. Puis surprit aux dernières paroles de l'artiste, il dit songeur.

« Une part insoupçonné de moi-même ? » Ce avant de répondre amusé. « Seriez-vous étonnée si je vous disais que déguisé en femme je paraîtrais presque aussi féminin qu'une geisha ? Du moins c'est ce que me racontent souvent des gens qui ont bu quelques verres de saké lors de cette fête, quant à savoir si c'est est vrai… Je vous laisse imaginer. » Puis plus préoccupé et sérieux.

« Vous cherchez votre sœur ? Je vous souhaite sincèrement de la retrouver… Je suppose qu'il ne doit y avoir rien de pire que l'inquiétude qu'on peut ressentir pour un proche, si jamais je pouvais vous aider en quoi que ce soit, n'hésitez pas. » Il le disait sincèrement à bon entendeur, ce avant d'ajouter avec amabilité après avoir laisser le temps à la dame d'y réfléchir..

« Allons donc pour les étendues sauvages sinon. Connaîtriez-vous par hasard de jolis endroits à visiter par ici ? Pour ma part j'en connais bien quelques-uns que vous saurez certainement apprécier. » Disons qu'il avait une mémoire exceptionnelle, ce qui lui permettait de se souvenir de tout ce qui avait un minimum titillé son intérêt. Par exemple dans 3 ans de cela il se souviendrait absolument parfaitement de chaque mot échangé lors de cette conversation et des moindres détails en rapport avec celle-ci. On pouvait dire que c'était un don que lui avait accordé les kamis d'une certaine manière, même s'il ne s'amusa aucunement à le mentionner ou s'en vanter.
Revenir en haut Aller en bas
Kajitori Eiko

avatar

Genin

Messages : 26
Date d'inscription : 22/06/2017

Feuille personnage
Age: 152
Titre: Genin
Liens:

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Mer 13 Sep - 12:58


« Assurement oui, je pense que vous avez encore un peu de temps pour votre retraite. »

Dit alors amusée la jeune femme en souriant légèrement. Elle était une yokai, et elle ne pensait pas que cela puisse avoir de l'importance à ses yeux. Elle ne serait jamais là à ne rien faire de ses "vieux jours". Elle savait cependant que les humains avaient tendance à faner assez rapidement, mais tout de même, le marchand paraissait assez jeune.

« On ne peut juger de ses amis que le jour où on en a vraiment besoin je suppose. »
Cela ne la concernait pas estimait alors la jeune femme, car elle ne pouvait admettre de pouvoir avoir comme ami un humain. Tout juste pourrait-elle avoir un pion plus sympathique qu'un autre à utiliser. Comme les humains aimaient à garder une certaine distance entre les yokais et eux, elle faisait de même sans doute. Les mots du marchand sur l'amitié était presque douloureux à entendre, bien qu'elle ne perde pas un doux sourire en hochant la tête. Elle savait bien qu'il avait raison, mais elle était en territoire ennemi.

« La chance des rencontres et les compatibilité d'humeur sans doute. Le destin ou le karma peut-être aiderait à ce genre de rencontres. »

Commença par dire Eiko au sujet des vrais amis, et que tout le monde devait en avoir. Elle n'acceptait pas de de s'ouvrir assez pour pouvoir laisser des personnes s'approcher, un seul objectif en tête, le retour de sa soeur en des terres moins dangereuses.

« En effet, j'ai encore quelques années devant moi, je pense que j'aurai bien le temps de parfaire mon art et de trouver la perle rare, qui me donnerait envie de m'investir. »

Confia alors Eiko quant à enseigner, elle ne pouvait voir qu'un yokai à ses côtés. Après tout, à vivre longtemps aux côtés d'une personne, elle se rendrait bien compte de quelque chose. Son vieux maître l'avait bien deviné également, mais avait-elle manqué de prudence ? Elle rit doucement en entendant le marchand hésiter avec un élève

« Peut-être un manque de sérieux en effet, mais sinon objectez pour quelqu'un qui hésiterait entre l'argent et le théâtre. Il appréciera sans doute quelques bons mots. »

Dit alors en riant Eiko en imaginant un élève soit blasé soit admiratif du moindre mot de son maître. Elle ne savait pas trop, mais aider à amener du bonheur par la musique, elle ne pouvait l'imaginer uniquement chez elle, là où elle était née.

« D'après les légendes, les yokais apprécient en effet le saké, mais j'imagine que vous ne vous risqueriez pas à commercer avec eux, surtout avec ce qu'il se passe en ce moment. »

Investigea alors la jeune femme afin de connaître mieux cet homme, tout à fait charmant. Elle n'était pas prête à dire à quiconque qui elle était véritablement, sans doute que cela serait bien trop dangereux.

« Pas nécessairement, j'imagine qu'avoir une part de divin en soi n'est pas uniquement une preuve visuelle de cette part de nous. Se serait peut-être trop terre à terre. J'imagine bien que votre capacité doit aider en effet, peut-être manifestons nous nos désirs dans la manière d'utiliser le fluide divin en nous. »

Eiko ne donna pas d'indices si elle avait des capacités ou non, sans doute qu'avec son discours on pouvait deviner que si. Elle n'aimait pas trop se dévoiler d'aucune manière, et sûrement pas au premier venu. Ce n'était pas ainsi que l'on restait en vie longtemps en tant que yokai.

« Je vous aiderais bien si vous voulez à paraître une autre personne, mais je gage qu'il n'y a qu'au théâtre que vous pourriez paraître féminin et encore avec suffisamment d'honneur et encore un peu d'amour propre. »

Glissa alors la musicienne dans un léger rire, alors qu'elle essayait d'imaginer le marchand en femme, mais les hommes de ce pays en étaient bien capables physiquement.

« Je vivais dans un petit village dans le sud, et un homme riche a sans doute cru que les belles paysannes étaient présentes pour son bon plaisir. Je ne connais même pas son nom, mais je la trouverais quoi qu'il m'en coûte. Elle a le droit d'une autre vie et d'être libre. Je vous serais bien gré de m'aider dans cette quête, mais cela ressemble davantage à une énorme meule de foin en cherchant une simple aiguille. »

Confia alors clairement le cœur lourd la musicienne. Ce n'était pas un mensonge ou une vérité dissimulée. Elle devait réfléchir si jamais elle pouvait parler du symbole du clan de cet homme. Elle faisait bien partie de ce même clan, mais ce n'était que pour sa traque. Heureusement, elle ne portait pas aujourd'hui cette marque. Cela n'aurait pas paru bien crédible sinon.

« Je vous laisse alors me guider, j'aime à découvrir de nouveaux endroits. Je n'ai pas vraiment de coin où on peut dire que je suis chez moi, alors je ne fais que découvrir en permanence. »



L M M J V S D
Revenir en haut Aller en bas
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 290
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori) Dim 17 Sep - 20:41

Oui il avait encore un peu de temps et ce n'était franchement pas plus mal ! Après tout la vie était faîte pour en profiter et il serait dommage de ne pas le faire pendant la période de vitalité et de bonne santé qu'était la jeunesse. Les kamis ne nous offraient qu'une vie après tout, un présent qu'il convenait d'honorer en ne gaspillant pas celui-ci dans les bras du malheur ou du vice.

« Oui, mais aussi vérifier si soi-même l'on est un bon ami lorsque ces derniers ont besoin de nous. » Répondit-il sinon avec assentiment quant au fait que l'on pouvait juger ses amis quant à leur fidélité le jour où l'on avait vraiment besoin d'eux. Pour sa part il espérait aussi être un le meilleur ami possible, après tout méritait-on la fidélité et l'assistance de quelqu'un si on était pas capable de l'offrir en retour ? Selon lui non, l'altruisme et la bonté étaient des choses qui se répandaient quant on faisait preuve, non quand on démontrait une absence de ces deux qualités.

« C'est pour cela en tout cas que je suis ouvert aux possibilités quand je rencontre d'autres personnes, car qui sait ? Je peux tomber sur des gens très intéressants de toutes origines et sympathiser sans mal ainsi. Difficile sans le faire de deviner ensuite les bienfaits de ce genre de choses. » Oui, en tout cas c'était sa philosophie et il en était assez satisfait pour le moment.

« La perle rare ? Oui sans doute, je me demande bien quel genre d'élève vous pourriez avoir san. J'espère quelqu'un d'enthousiasme et volontaire. » Dit-il ensuite pensif et sincère, il est vrai pour le coup qu'il valait mieux prendre son temps. Il ne manqua pas sinon de glisser avec enthousiasme.

« Quand j'y pense, je ne prétendrais pas vouloir être votre élève sur le long terme, j'aime trop ma vie de marchand pour m'en passer, mais seriez-vous prêtes par hasard à me montrer quelques petites bases de votre art ? Simple curiosité de ma part disons. » Cela il le disait avec un certain respect. Après tout Oyama n'était jamais contre d'apprendre quelques petites choses, même si dans les faits il ne serait jamais un maître dans ce genre de domaine, après tout ça pouvait être intéressant et qui sait ? Peut-être se découvrirait-il une passion ?

Puis quand l'artiste lui dit qu'il ne se risquerait probablement pas à commercer avec les yokais, Oyama regarde légèrement sur les côtés pour vérifier si quelqu'un les écoutait, ce qui n'était pas le cas… Avant de glisser ensuite à voix basse.

« Eh bien, pour vous dire toute la vérité... Je ne serais pas fermé à une telle possibilité. J'ai conscience que tous les yokais ne sont pas mauvais et puis je vous avouerai que si je rencontrai un yokai bon ou neutre, cela titillerait ma curiosité que la possibilité de mieux le connaître, mais bien entendu… Gardez le pour vous, disons qu'une telle opinion n'est pas très bien vue. » Conclut-il donc avec un sourire qui témoignait de la confiance qu'il investissait en elle par cette petite confession, ce avant de reprendre pensif.

« Visiblement vous êtes une philosophe douée san, en tous cas j'imagine que voyager sur les routes en tant qu'artiste vous as déjà munit d'une grande sagesse pour vous doter d'une telle capacité de recul. » Dit-il sinon amusé suite aux paroles très intéressantes d'Aiko-san concernant la part de divin en nous.

Après tout qu'est-ce qu'Oyama avait à répondre à cela ? Pas grand-chose sans aucun doute, dans tous les cas il ne manqua pas sinon de garder ses paroles en tête dans l'optique sans doute d'y réfléchir un peu plus tard.

« Eh bien au moins j'aurais essayé de vous le faire croire, dommage que ça n'ait pas marché. » Ajouta t-il ensuite amusé concernant les paroles de la dame qui soulignait qu'il n'y avait qu'au théâtre qu'il paraîtrait féminin et encore…

« Eh bien, si je peux vous aider ce ne sera guère de refus sincèrement. Je ne sais guère si un marchand comme moi a véritablement les moyens pour cela, mais qui ne tente rien n'a rien après tout. » Répondit-il sinon aimablement à ce sujet avant de préciser tout à fait sérieusement. « Je ne considère pas en tout cas que ce sera une question de reconnaissance si j'arrivais à vous aider, le fait de vous rendre service se suffira en lui-même après tout. Après tout pourquoi faire le bien devrait être récompensé ? J'ai l'impression que faire cela au contraire abaisserait la valeur des qui sont faits avec altruisme et générosité. »

Il sembla réfléchir longuement ensuite et finit par ajouter. « Dans ce cas je suppose que c'est convenu. Sur ce si ça ne vous dérange pas san, je suppose que je vais vous laisser pour la soirée. Disons que je commence à avoir un peu sommeil. » Il se releva un peu puis conclut aimablement et avec un peu de candeur à l'égard de la musicienne. « Merci à vous pour cette discussion, elle aura su être très intéressante, j'espère que la journée de demain saura l'être tout autant. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Insouciance (Pv Kajitori)

Revenir en haut Aller en bas
 

Insouciance (Pv Kajitori)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.....Ewilan RPG..
....La Sérénissime..