AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le châton et le Milan (Pv Satomi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Jeu 27 Juil - 15:27

12 ème jour de la lune du mouton

Comme toujours lorsqu'il passait dans le province de Kokyuu, il ne manquait pas de s'arrêter à la cité même de Kokyuu pour y pratiquer plusieurs activités saines. Que ce soit commercer là-bas, faire une offrande au grand temple, mais aussi rendre une visite à son amie Satomi qui résidait à ce même temple. Et par rapport à cette dernière activité, il s'avérait qu'Oyama avait actuellement beaucoup à raconter à son amie Miko et qu'il était comme toujours assez fébrile à l'idée de la revoir lorsqu'il était de passage dans les environs. D'autant plus lorsqu'il reçut la missive de cette dernière à son arrivée en bateau au port de la province.

Une missive qui ne manqua pas de le faire sourire grandement quand il y lut que Satomi se portait bien et un peu rire même par rapport aux anecdotes qu'elle lui livrait. Comme toujours elle lui disait de ne pas se laisser marcher sur les pieds et le considérait comme une sorte de petit frère. C'était vraiment touchant au final et ça prouvait bien que certaines choses ne changeaient jamais décidément. Par contre, il ne manqua pas de s'inquiéter par rapport au fait que les attaques de tengus avaient marquer sa grande sœur moralement à défaut de la blesser physiquement. Il espérait bien pouvoir aider cette dernière et se promit d'être là pour elle. Que ce soit pour la consoler, mais aussi pour la conseiller étant donné qu'elle avait une décision importante à prendre. Il espérait ainsi pouvoir d'une certaine manière lui rendre la pareille par rapport à la bienveillance dont elle avait toujours fais preuve avec lui, de plus… N'était-ce pas normal d'ainsi s'entraider entre frères et sœurs ?

Après tout Satomi était vraiment une excellente amie à lui, à tel point qu'il la considérait depuis longtemps comme une grande sœur malgré le fait que ce soit lui le plus âgé des deux. Ils se connaissaient depuis l'enfance en quelque sorte et n'avaient pas perdu le contact depuis, même si bien entendu les aléas de la vie de marchand faisaient qu'il la voyait moins souvent que par le passé. Mais rien qui à ses yeux ne pourrait gâcher cette belle amitié, au contraire il appréciait l'idée de parler de ses voyages et de savoir qu'elle comprenait sa passion pour l'aventure justement. L'idée de la revoir lui faisait donc toujours du bien au final et il ne regrettait jamais de passer au temple à l’occasion.

Et comme toujours lorsqu'il décida d'aller la voir, il prit soin d'apporter avec lui un peu de thé qu'il offrirait à son amie. Cette fois-ci une essence de qualité qu'il avait obtenue à Setsu et dont il était déjà assez fier, il était sûr et certain qu'elle saurait l'apprécier à sa juste valeur et se disait que par l'intermédiaire de ce cadeau, ce serait un peu comme si une partie de lui restait au temple quand il repartirait. C'est donc avec humeur légère qu'il se rendit au temple et qu'après avoir fait une offrande de saké là-bas, offrande qu'il considérait presque comme une tradition à honorer, au point que les prêtres ne s'étonnaient pas de le revoir, il alla retrouver son amie qui de ce qu'il avait vu au loin était en train de s'entraîner au tir à l'arc. Oyama en la voyant et surtout devinant qu'elle était fort concentrée se faufila derrière elle après avoir déposé le thé qu'il voulait lui offrir un peu plus loin, il lui glissa avec jovialité après qu'elle ait finit de tirer ses flèches

« De ce que je vois, tu ne cesses de devenir une meilleure archère chaque jour qui passe grande sœur. » Et sur ce, il lui laissa le plaisir de constater sa présence et d'y réagir alors que pour sa part il ne cachait guère la joie que lui inspirait ces retrouvailles. Dans tous les cas il savourait d'avance la surprise qu'il allait lui provoquer sans doute, après tout au lieu de répondre à la missive, il avait tout simplement décidé d'aller directement la voir ! Une manière bien à lui de dire qu'il avait bel et bien reçu la missive et qu'il était maintenant là pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Jeu 27 Juil - 20:57

La journée était belle, un léger vent soufflait dans la ville. Le temple, bien que massif, n'échappait pas à cet air humide. Mais pour moi, c'était une parfaite occasion pour m'entrainer. Rien de tel qu'un vent de travers pour perfectionner la précision de mes flèches! Et mon humeur était bien songeuse et triste ces derniers temps. L'entrainement et la concentration allaient au moins me faire du bien. Après le rituel du matin, je partais dans mes quartiers pour récupérer mon arc ainsi que des flèches d'entrainement. Celles-ci étaient moins travaillées, moins décorées que les flèches rituelles et non gravées comme les flèches pour les Yokai. Je marchais sur le sol en bois souple, craquant légèrement et gondolant un peu plus en raison de l'humidité. Mes pas me menèrent vers un patio d'entrainement, qui était plutôt vide à cette heure ci. Il faut dire que de toutes les Miko, je suis la plus assidue aux entrainements. C'était ma manière de purifier mon esprit et mon corps, de gagner en réflexion et en repos de l'âme. Ou tout simplement me défouler si la moindre contrariété venait à embrumer ma bienveillance et ma patience naturelle.

Prenant plac, ajustant mes bandages pour protéger mes bras et mes mains, je bandais l'arc et me concentrais sur les cibles. Quelques Miko passaient plus loin, ralentissant leur pas pour me voir à l'oeuvre. Ma posture était élégante, ma figure remarquable et si différente de celle que j'arborais quand j'étais auprès des autres. Nul sourire, un regard perçant et concentré. J'encochais ma première flèche, bandais l'arc, visais... Quand je m'entraine, je suis à la fois concentrée et apte à réfléchir à autre chose. Je repensais aux deriers évènements, à la révélation peu engageante et mortifiante pour mon avenir. Au fond de moi je savais que ce jour viendrais, que je serais comme vendue au plus offrant pour donner alliance et prospérité à ma famille. Mais je voulais rester aveugle, rester dans cette enfance innocente qui ne prend pas en compte les pénibilités de la vie. Se marier à quelqu'un que l'on n'aime pas, que l'on n'a pas choisis. Le destin de beaucoup de femmes, mais j'espérais aspirer à un peu plus loin. Ne pas choisir sa destinée est une chose, mais ne pas pouvoir défendre celle que l'on suit est un tout autre problème. Mon impuissance lors de l'attaque des Tengus m'avait bien plus perturbé que ce que je croyais. Peur, doute, incompréhension... être au devant du gouffre de son ignorance et de son impuissance. Une telle naïveté et fragilité qui me mettait en colère autant qu'elle m'attristait. J'avais réfléchis, et trouvé une solution pour résoudre mes deux problèmes. Mais ce n'était que des solutions temporaires, pour gagner du temps et rien de certain. Je n'en avais parlé à personne encore, et ne savais vraiment vers qui me tourner. Haa... Si seulement Oyama était là. A lui je pourrais lui en parler. Mes parents ? Ils seraient les premiers à m'interdire et à m'enfermer à double tours. Mon cousin ? Pheu... je me demande parfois s'il sait que j'existe encore.

Ces pensées amères n'étaient pas pour m'aider. Je devais retrouver espoir et ne pas fléchir. J'avais beau être prévenante et douce, cela ne voulait pas dire que je devais plier et me casser. Comme le roseau, je dois garder souplesse face aux bourrasques mais toujours revenir droite et fière. Mes flèches avaient depuis un moment défilés entre mes doigts. Ces gestes machinaux, la concentration uniquement au moment de viser et d'ajuster la force. Une cible par terre, une autre dans un arbre, une cible derrière des branches mouvantes... Je ne faisais plus attention à ce qui m'entourait, n'ayant plus que mes flèches, mes cibles et mes pensés. Mais une voix me ramena à la réalité, me faisant presque sursauter. Cette voix cependant. A peine les yeux posés sur son propriétaires, mon visage s'illuminait d'un sourire radieux et mon regard pétillait de joie et de malice.


"Oyama-kun !! "

Je lâchais mes flèches et mon arc, courant vers lui en riant pour lui sauter dans les bras. Quel soulagement de le voir ici. Je lui enlaçais le cou, le serrant fort dans mes bras et posant ma tête contre la sienne. Peu m'importait que mes pieds ne touchaient plus le sol, que j'avais l'air d'une gamine. J'avais retrouvé mon frère d'âme et d'enfance. Je soupirais de soulagement, comme si j'avais retenu ma respiration depuis des Lunes.

" Haaa, mon petit-chat-frère, comme je suis heureuse de te voir !"

Je me détachais de lui, au moins pour ne pas l'étouffer le pauvre. C'est qu'il n'était pas plus solide que moi, bien qu'il soit un peu plus grand. On était assez loin d'une armoire pleine de muscle et de cicatrices de guerre, ou encore d'un de ces seigneurs au ventre à bière proéminant. Non, Oyama était mieux comme il était lui, avec son charme et son aisance naturelle. Après cette embrassade, je gardais se mains dans les miennes, comme si je ne voulais pas qu'il parte. Je le regardais avec des yeux pétillants, plus animés qu'ils n'ont jamais été depuis des semaines.

"Tu as bonne mine, j'espère que ton voyage s'est bien passé. Tu as reçu ma lettre ? Je n'étais pas certaine qu'elle te parvienne."

Une foule d'émotion passait furtivement sur mon visage. Joie, doute, moue pensive, puis de nouveau sourire éclatant et rayonnement de l'âme. J'étais aussi expressive qu'un livre ouvert, encore plus devant des personnes de confiance comme Oyama. J'avais tellement craint qu'il n'ait pas reçu la lettre. Peut être pas d'ailleurs, qu'il soit passé au temple après son arrivée à Kokyuu lui ressemble également. Je ne sais pas depuis combien de temps il m'avait observé d'ailleurs. Si cela avait été un étranger, pour certain que j'aurais été gênée. Il n'était pas le seul à être resté en observation. Plus loin, j'entendis des exclamations de joie et des rires. D'autres Miko avaient vu Oyama, et partaient prévenir leur consoeur. Il faut dire que mon aimable frère avait bonne réputation ici. Il venat toujours avec des cadeaux pour moi mais aussi pour les autres. C'était un marchand qui vendait d'autre babioles que du saké, et son charme attirait bon nombre de gente féminine. Mais en cet instant de confidence, je voulais l'avoir que pour moi seule. Lâchant ses mains et allant récupérer arc et flèches, je l'incitais à me suivre d'un sourire malicieux et d'un geste de la main.

" Viens, on va aller dans un autre endroit avant que les Miko ne reviennent et ne te sautent dessus, ha ha !"

C'est vrai que cela pourrait bien compromettre des choses. Pour une fois qu'Oyama vient, je ne veux en aucun cas le partager pour les courts moments passés ensembles !


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Ven 28 Juil - 18:38

Oyama eut bien du mal à ne pas tomber à la renverse quand sa chère sœur Milan se jeta dans ses bras. Après tout, même si elle était plus petite que lui et assez légère, il n'était pas non plus très aguerri. Néanmoins, il supporta plus ou moins vaillamment le choc et rendit avec joie son étreinte à Satomi-chan qui ne manquait pas d'exprimer la joie qu'elle ressentait en le revoyant. Ce qu'il apprécia d'autant plus que lui-même ne cachait pas la sienne.

« Pas autant que moi de te revoir grande sœur Milan. »
Répondit-il d'ailleurs avec amusement à Satomi-chan quand celle-ci lui dit qu'elle était vraiment heureuse de le voir. Pour sa part c'était toujours un plaisir que ces visites et il était content de voir qu'elle se portait bien. Il espérait en tout cas pouvoir l'aider si elle avait besoin de lui parler ou quoi que ce soit du genre. Car à défaut d'être quelqu'un capable de la défendre physiquement ou au caractère très fort, il était un parfait confident et prenait à cœur de la soutenir moralement si nécessaire. Comme il prenait à cœur d'une certaine manière les idéaux de la secte dont ils faisaient partie tout les deux et tâchait à sa manière d'en être un parfait messager.

Et quand ils cessèrent l'étreinte fraternelle que sa sœur avait initié, le regard d'Oyama se fit tout à fait bienveillant et apaisé alors qu'il contemplait une Satomi-chan pleine de vie et qui irradiait de joie. Décidément, il ne sacrifierait pas cette vision pour tout l'or du monde. Car la plus grande de toutes les richesses au final était l'amour que l'on perdait à ceux qui nous étaient chers et celui qu'ils nous rendaient.

« Je l'ai reçu en effet. » Dit-il donc à Satomi-chan quand celle-ci lui demanda s'il l'avait bien reçu sa missive, avant d'ajouter ensuite avec sérénité et satisfaction. « Mon voyage s'est bien passé et je suis heureux de voir que tu te portes bien sœurette. Je suis là pour toi dorénavant. » Et à la manière dont il le disait, on sait qu'en effet il faisait cela par pure envie de l'aider et d'être avec elle aujourd'hui.

Et il ne manqua pas pour sa part de remarquer avec amusement que sa sœur était toujours aussi expressive en sa compagnie. Chose qu'il appréciait beaucoup et qu'il appréciera toujours sans doute. Il aimait après tout pouvoir dévoiler ses sentiments sans peur qu'on les lui dévoile en retour était un signe de confiance qu'il savait chérir.

Et dans les faits, il avait à peine envisager sinon que sa venue avait déjà été remarquée par les autres mikos. Et en temps normal il aurait sans doute été heureux de passer du temps avec elles aussi dans les faits, ce qu'il ferait sans doute plus tard, après tout il aimait bien le contact avec autrui et avait déjà pris le temps de se faire apprécier par ici, mais comme sa sœur désirait l'avoir tout à elle. Il ne put que lui répondre avec amusement alors qu'elle l'invitait à le suivre.

« Si tel est ton désir sœurette, alors je ne peux que l'accepter. Laisse moi juste récupérer le thé que je t'avais rapporté. » Et une fois ceci fait, il la suivit donc d'un pas rapide avec le pot de thé en main. Se demandant bien où elle comptait le mener si elle désirait profiter d'un peu de tranquillité et d'intimité et surtout ne pouvant s'empêcher de lui glissa d'un ton fraternel et enthousiaste.

« Si tu savais seulement ce que j'ai pu vivre comme aventures ces derniers temps ! Que dis-je, tu vas bientôt le savoir de toute manière… J'ai hâte de te les raconter en tout cas et bien entendu si tu veux parler de quoi que ce soit, n'hésite pas. Je suis là pour toi... » Acheva t-il avec plus de calme tout à coup, un calme serein et bienveillant qui insinuait une chose. Qu'il était là pour elle comme toujours et que son soutien lui était total. Elle était sa sœur chat après tout et pour lui cela comptait bien plus que toute distinction de rang ou de famille qu'il y avait entre-eux. Même si bien entendu, il ne ferait rien qui la gênerait au niveau des convenances et du protocole. Il ne manqua pas sinon d'ajouter sincère et avec complicité.

« Chaque fois que je te revois, tu es encore plus resplendissante que la dernière fois ma sœur. J'ai presque du mal à croire que tant de temps est passé depuis l'époque où nous jouions ensemble au domaine, j'ai presque l'impression que c'était hier. Toi aussi ? J'ai l'impression que nous sommes toujours un peu des grands gamins au fond... » Cela il le dit avec amusement et un brin de nostalgie en lui ébouriffant légèrement les cheveux. Oui ça avait été une belle époque, une époque simple et heureuse qu'il ne regrettait pas vraiment, mais qu'il chérissait tout de même de tout son cœur. Et d'une certaine manière, il était peut-être un peu rester le même qu'à l'époque, même s'il avait évidemment grandement changé aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Sam 29 Juil - 18:56

Mon cher frère était toujours à la hauteur de cette rencontre. Convivial, chalereux, détendu, et surtout... il savait gâter sa grande soeur. Quand il mentionna m'avoir apporté du thé, mes yeux brillèrent de convoitise et d'un plaisir attendu.

"Ho, du thé ? "

Je souriais, car tous les échantillons de thé qu'il me rapportait étaient toujours délicieux. C'était mon petit plaisir, que voulez-vous... Certains sont fascinés par les belles peintures, d'autres par les poteries ou les théières. Moi, c'était de savourer de bonnes feuilles de thé infusées... Oyama était toujours aussi volubile et prompt à raconter ses aventures. J'avais hâte d'entendre les siennes, mais je devais également lui conter les miennes qui devaient être plus lugubre. Je lui répondis par un léger sourire, l'attendant un peu pour qu'il récupère le fameux thé.

" Oui, nous avons en effet beaucoup de choses à nous dire."

Quand il eut tout ce dont il avait besoin, nous nous mettions en route. Il n'y avait pas bien loin à aller, juste ma chambre commune avec les autres Miko. à cette heure de la journée, je pouvais espérer qu'elles étaient occupées et ne seraient donc pas dans la chambre. Au pire des cas, je leur demanderais gentiment de partir. C'était l'avantage d'être une Noraneko que l'on apprécie: même si je demande peu de faveurs, on me les refuse très rarement. Oyama fit une réflexion sur notre passé, et je ne pouvais que le railler d'un air malicieux.

"Ha, c'est plutôt toi qui est toujours un grand gamin ! Tu l'as toujours été plus que moi de toute manière, hé hé..."

Cette nostalgie me recouvrait d'un voile de tristesse. C'était un temps à chérir, mais nous étions adultes et nous ne pourrons jamais retourner en ce temps là. Les responsabilités étaient présentes, et l'on ne pouvait s'y soustraire. Je soupirais légèrement, souriant d'un air triste.

" Mais le passé est le passé. Je ne le regrette pas, mais il est derrière nous. Le temps passe, et les circonstances changent."

Nous arrivions dans une pièce assez simple, avec peu de décorations mais bien rangée. Il y avait une porte coulissante donnant sur l'un des jardins intérieurs, et un petit brasier encastré au centre de la pièce pour faire chauffer du thé. Nous étions seuls, c'était une véritable chance. Je retrouvais ma bonne humeur.

" Nous serons tranquilles ici. Installe toi, je vais préparer de l'eau pour le thé. "

Je sortais d'une petite commode ouverte la théière noir qui nous servait pour la chambrée. J'allais chercher également de l'eau, des tasses et de quoi allumer le feu. Pendant que je m'affairais, je fis signe à Oyama de s'installer et de commencer à raconter ses aventures. Ou bien, à moi.

"Alors, je te raconte en premier ou bien tu commences ? Mes nouvelles ne sont pas des plus joyeuses, mais tu es l'invité alors je te laisse le choix."

Après tout, je ne sais pas si c'est le meilleur de terminer par quelque chose de peu joyeux. Mais à lui la décision.



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Dim 30 Juil - 20:16

« Oui, une essence provenant directement de Setsu cette fois-ci. Je ne doute pas qu'elles saura te satisfaire. » Glissa t-il avec amusement, se disant que c'était là une tradition appréciable d'ainsi offrir du thé à sa sœur à chaque visite. C'était un peu comme si elle voyageait elle aussi quand elle buvait les thés ainsi offerts.

Dans tous les cas, il était content au fond de lui de lui offrir cela plutôt que du saké. Pas qu'il voyait en mal le fait d'offrir à boire à un ami, mais depuis le temps il s'était forgé une image de Satomi-chan telle qu'il avait du mal à l'imaginer consommer ne serait-ce qu'un verre d'alcool. Non, le thé allait définitivement mieux à l'image qu'il se faisait de sa grande sœur Milan, même si bien entendu. Si jamais un jour elle désirait boire un peu de saké, il ne manquerait pas de lui en offrir…

Dans tous les cas, il avait hâte d'entendre ce que sa sœur avait à lui raconter, même s'il avait deviné que cela serait assez triste, après tout il désirait d'une certaine manière aider à ce que le poison sorte, alors autant faire cela au plus vite. Il ne prétendait pas être un guérisseur absolu du corps ou de l'âme après, mais il savait être à l'écoute et surtout compréhensif. Autant user de ces qualités qui étaient les siennes de ce fait… D'ailleurs, il ne manqua pas de parler un peu de leur passé commun, un passé merveilleux cher à son cœur. Même si en vérité en l'état actuel des choses, il était heureux de ce qu'il avait, donc à peine porté à la nostalgie…

« Que veux tu ma sœur, j'ai toujours voulu profiter de l’existence comme elle s'offrait et pour cela la contempler et la savourer avec un regard neuf d'enfant n'est pas plus mal. » Répondit-il d'ailleurs avec amusement lorsque Satomi fit remarquer avec justesse qu'il avait toujours était un peu plus gamin qu'elle, ce qui n'était guère faux.

« Le temps passe en effet, peut-être pour nous faire construire à terme quelque chose d'encore meilleur ? »
Glissa t-il sinon avec optimisme quant au fait que le passé était loin derrière eux maintenant et que l'éternelle marche vers l'avenir de tout homme poursuivait son cour. Oui, il se disait que le futur serait peut-être encore meilleur pour peu qu'ils le construisent bien, même s'il serait moins enfantin et innocent en effet.

Et sur ce, une fois qu'ils furent arriver dans une chambre commune, celle que Satomi devait partager avait ses sœurs miko. Oyama ne manqua pas de s'installer docilement quand sa sœur l'y invita en le prévenant qu'elle allait préparer l'eau pour le thé. Parfait pensa t-il en regardant le pot qu'il avait apporté. Car même s'il savait qu'elle apprécierait ce thé, il était tout de même un peu fébrile à l'idée de le lui l'y faire goûter. Un petit plaisir innocent disons, celui de voir qu'elle apprécierait son caeau.

Et dans les faits quand elle lui proposa soit qu'il raconte ses aventures, soit qu'il la laisse raconter les siennes. Oyama y réfléchit rapidement, puis répondit avec un fin sourire.

« Je me dis qu'il serait mieux en effet de conclure avec une note joyeuse si cela ne te déranges point ma sœur. Donc je t'invites à parler en première de ce que tu as sur le cœur, pour ma part je tâcherai d'écouter attentivement et d'être là pour toi. » Oui, il se disait après tout qu'il valait mieux s'occuper d'abord de ce qui pesait sur le cœur de sa sœur avant d'aborder ensuite des sujets plus joyeux. Il resta donc silencieux suite à ces quelques paroles et contempla son cher Milan d'un regard bienveillant et fraternel qui témoignait bien qu'il était parfaitement attentif à tout ce qu'elle pourrait dire et à l'écoute. Plus que cela il était à l'écoute et ne jugerait pas le moins du monde quoiqu'elle puisse dire et ce même s'il y avait eut des raisons de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Lun 31 Juil - 21:31

Oyama avait préféré me laisser commencer. Il avait raison, il est bien mieux de terminer par quelque chose de plus léger et joyeux. Cela me rassurait également de savoir que de son côté rien de grave n'était arrivé. J'acquiescais, souriant légèrement.

"Mh... En effet..."

Je posais la théière remplie d'eau au dessus du petit brasier, pour que l'eau puisse chauffer. Puis pensivement, je regardais dehors, remettant en ordre mes pensés. Mon visage arborait une expression anxieuse et grave, la tristesse se lisait facilement dans mes yeux.

" Par où commencer...Je pense que faire dans l'ordre chronologique serait le mieux, et plus compréhensible. "

Je pris une inspiration et commençais mon récit. Ma voix était posée mais froide et aussi triste que la lueur dans mon regard. Je n'étais pas à l'aise pour raconter cela, même si un peu de temps était passé.

" C'était... avant l'attaque des Tengus, juste une ou deux semaines avant. Je... Je revenais d'un de mes entrainements à l'arc un peu tardivement, j'avais perdu deux flèches entre des arbres. Je suis rentrée alors que tout le monde était parti souper."

C'est bien étrange que de tels détails reviennent ainsi à la surface. C'était comme si le revivais la scène. Moi revenant presque en courant du jardin vers les lampions ornant les couloirs extérieures du temple, espérant ne pas me faire prendre par une des prêtresses. C'était presque à l'image de cette naïveté et de cette innocence ayant trop longuement duré.

"Sur le retour, j'ai vu plus loin un des prêtres discuter avec Saito. Tu sais, l'autre moine qui était aussi au temple. Je le connaissais un peu, j'avais discuté parfois avec lui, mais sans jamais me douter de ce qu'il se tramait."

Il me semblait qu'Oyama l'avait vu une ou deux fois. C'était un moine gentil, au caractère doux mais légèrement renfermé. Il était d'une famille noble, mais destiné à rester dans le clergé. Quand j'y repense, à aucun moment je ne l'aurais soupçonné de quoi que ce soit.

" Je ne sais pas pourquoi, en les voyant je me suis dissimulée. Sûrement la malice de Miki qui a un peu déteint sur moi, ha ha... Quoi qu'il en soit, ils ne m'ont pas vu et j'ai pu entendre leur conversation. Ils parlaient... de la chance qu'avait Saito, de quand il pourrait annoncer officiellement la chose. Saito avait l'air heureux et enthousiasmé, mais je ne savais pas pourquoi. Il y a ensuite eu la mention d'une fiancée et d'un mariage, qu'il fallait encore attendre un peu... Et puis, j'ai entendu mon nom."

Je tremblais légèrement, sentant un frisson me parcourir en me rappelant leurs paroles si légèrement et joyeusement dites, et pourtant si lourdes de conséquences pour moi. Je sentais mon coeur se déchirer encore, d'une peine moins vive que sur le moment, mais tout aussi présente et désagréable. Je regardais de nouveau Oyama dans les yeux, le regard terriblement froid et distant, comme si j'annonçais la mort de quelqu'un d'autre, d'un inconnu.

" C'était moi, la fameuse fiancée de Saito. Mes parents m'avaient promise à lui il y avait un an."

Je fermais les yeux, regardant cette fois-ci l'eau frémissante de la théière.

"Sur le coup j'étais choquée, embarrassée et affolée. Pourquoi ne pas m'en avoir parlé ? Pourquoi faire les choses aussi secrètement ? "

Mes paroles et mes expressions se firent plus vives, montrant toute l'émotion que cette révélation avait put faire en moi. Un écho nouveau, étrange et étranger à ce que je pouvais être habituellement. Je reprenais un peu mon calme, sortant la théière de sur le feu pour rincer les feuilles de thé une première fois. Je continuais mon récit, essayant de me concentrer également sur mes faits et gestes.

" Je n'ai pas osé intervenir pour en savoir plus, et je me suis enfuie. Je me suis réfugiée dans la chambre en prétendant être souffrante, et je me suis couchée. Mais je n'ai pas réussi à dormir cette nuit là."

Et comment j'aurais pus... C'était tout mon avenir, tout un pan de ce que je croyais qui partait en fumé, s'écroulait. Une réalisation qui me fit terriblement souffrir. Parce que je me sentais prête alors que je ne l'étais pas, et que d'autres de mon propre sang me le firent cruellement ressentir.

" Je sais qui je suis... ma position, ma place dans la société. Je savais que tôt ou tard, j'allais devoir remplir mon devoir et épouser quelqu'un pour l'intérêt de la famille. Mais ne m'avoir rien dit... m'avoir caché cela ? C'était comme s'ils avaient peur que je m'enfuis, que je refuse."

J'étais peinée, mais ne pleurais pas. J'avais pleuré, seule dans ma chambre cette soirée là. C'était le seul moment d'abattement que je m'étais octroyé. Maintenant, ce n'était qu'une lassitude, qu'une froideur qui me prenait le coeur. Un constat de ce qui s'était passé et que je ne pouvais changer.

"C'est ce manque de confiance qui m'a le plus blessé. Ne pas pouvoir maitriser ma destiné, j'en avais conscience. Mais cette... trahison a été comme un couteau qui m'a encore plus séparé de ma famille. Et je me suis faite mettre face à une réalité de façon si violente que j'en ai peur maintenant. Avant, je n'aurais pas ... Je n'aurais pas rechigné devant le devoir à accomplir. Mais maintenant, je me sens prise d'une rébellion que je n'avais jamais connue avant, d'une envie de ne pas obéir parce que l'on m'avait trompé. Je ne me suis pas reconnue dans ce tourment de mon âme, et c'est également ceci qui m'a effrayé."

Cette tempête qui avait hurlé en moi, cette part inconnue que je n'avais jamais rencontré. Cette découverte avait été effrayante, car je ne la connaissais pas et j'en avais presque honte. Moi qui devait être calme et digne de la famille Noraneko. Oeuvrer pour le bien de tous de mon clan, me voilà à refuser mon devoir et à devenir égoïste. Car oui, c'était de l'égoïsme. Peut être légitime, fondé et humain... mais je n'étais pas sensé être ainsi. Ce n'était pas ce que je pensais être, et j'en étais mortifiée. Je soupirais, implorant du regard mon frère d'âme de ne pas se jouer de ma tristesse et de se moquer de mon état d'âme. Cela devait sans doute l'amuser, lui qui pouvait être bien plus maitre de son destin.

"C'est peut être futile pour toi, qui est un homme, mais pour moi.. J'en ai réellement été malheureuse et blessée dans mon âme."

Je ne savais pas comment Oyama allait réagir ou pouvoir me conseiller. Peut être allait il m'encourager, ou alors me ramener sur le droit chemin. J'avais déjà pris ma décision, mais j'appréciais toujours son avis. Lui qui avait une bonne âme comme la mienne, allait sans doute pouvoir me la rassurer.



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Mar 1 Aoû - 19:43

Oyama espérait sincèrement qu'on concluant leurs petites confessions par une note positive, sa sœur se sentirait encore mieux que s'ils avaient fait inversement. Après tout cela lui donnerait peut-être autre chose à penser, surtout que… Le châton se disait qu'avec les anecdotes amusantes qu'il avait à raconter, il y avait aisément moyen de faire disparaître cette tristesse qu'Oyama percevait avec tant d'aisance dans le regard de sa sœur Milan. Mais était-ce étonnant qu'ils le perçoive aussi aisément ? Ils se connaissaient depuis fort longtemps après tout et n'avaient rien à se cacher.

Dans tous les cas, le marchand fit de son mieux pour mettre sa sœur à l'aise lorsqu'elle parla. Ce qui pouvait se résumer à quelques détails, une posture accueillante, un sourire bienveillant et empathique, mais surtout l'écouter sincèrement et non pas faire semblant. Ce qui aurait été une faute gravissime qui aurait bien méritée quelques gifles dans les faits…

Ainsi Satomi-chan lui parla de ce qu'elle avait vécue peu avant l'attaque des tengus à Eiichiro, une attaque qui heureusement d'ailleurs n'avait pas causée autant de dégâts que celle des kitsunes à Kenshu, mais une attaque qui n'avait pas manqué de l'inquiéter au sujet de son amie.

Et il ne manqua pas bien entendu de hocher doucement la tête quant elle avait dit qu'elle avait lors de l'histoire qu'elle lui racontait, aperçu furtivement un moine qu'en effet il avait pu croiser par le passé… Et, par les kamis… Oyama avait bien fait d'être assit.

Car il ne manqua pas de grandement écarquiller les yeux de surprise et d'être légèrement déséquilibré par la nouvelle. Quoi ? Satomi fiancée ? Bon, ce n'était pas si étonnant que cela, mais qu'elle l’apprenne de cette manière ? En vérité Oyama n'avait jamais soutenu moralement ce genre de pratiques, mais là il trouvait là la chose encore plus blessante…

Surtout qu'évidemment, tout cela n'avait point plu à Satomi, comme la manière dont celle-ci en parlait tout en tremblant le démontra fort bien… Il avait de la peine pour elle instinctivement en voyant cela et avait une immense envie de la consoler immédiatement, mais avant il devait l'écouter jusqu'au bout. Ce qu'il continua donc à faire avec une attention encore plus intense…

Sa sœur était fiancée… Il n'empêche, il ne savait pas pourquoi il avait du mal à y croire. Pas parce qu'elle ne ferait pas un parti convenable à ses yeux, bien au contraire… Mais il ne savait pas… Un tel changement brusque et soudain lui semblait presque irréaliste, comme la manière froide et distante avec laquelle sa sœur lui en parlait lui paraissait irréel. Fichtre… Il ne savait pas quoi dire.

D'autant plus qu'il comprenait qu'elle ne prenne pas du tout bien le fait qu'on ne lui en ait pas parlé avant pour la prévenir au moins… Oyama pour sa part s'il avait été à sa place aurait torturé par l'idée de ne pas être maître de son destin, alors imaginer que Satomi était dans une telle situation le faisait souffrir indirectement. Il aimerait l'aider de son mieux et il tâcherait de le faire, mais il savait aussi quelle était sa place et que le seul soutien qu'il pourrait réellement fournir au final était moral.

Fichtre, c'est bien lors de ce genre de moment qu'il paraissait tout à coup moins insouciant… Quoique, il ne s'était douté de rien jusque là, mais bon. Maintenant qu'il l'avait apprit, il comptait bien faire en sorte qu'elle se sente mieux et ne manqua pas d'adresser un regard compatissant à sa sœur lorsque celle-ci continua ensuite à lui confier ce qu'elle avait sur le cœur.

Que ce soit le fait qu'elle n'était pas arrivée à fermer l’œil de la nuit après avoir apprit cela ou bien car elle souffrait intérieurement du manque de confiance qu'elle percevait maintenant de la part de ses proches qui ne lui avaient pas parlés de tout cela. Fichtre, Oyama se demandait bien si Yozakura était au courant de tout ceci, mais devina aussi qu'il ferait mieux pour sa sœur ou lui de ne pas trop se mêler à ce genre d'histoires familiales, il n'avait pas envie d'empirer les choses pour elle…

Cela et aussi car il se dit que si ce qui la faisait souffrir était le manque de confiance que ses proches ressentaient envers-elle. Lui qui au contraire lui faisait totalement confiance en toute chose, il valait mieux éviter d'envenimer cela. Il n'empêche, il n'aimait vraiment pas l'idée de se sentir presque impuissante à ce sujet, surtout quand quelqu'un qui lui était cher souffrait. Presque comme s'il se sentait coupable lui aussi à sa manière malgré le fait qu'il n'était pas responsable de son malheur...

« Futile ? Je ne dirais pas que ça l'es. » Commença donc à répondre Oyama pensif et un peu attristé, ce avant d'ajouter. « Je peux comprendre que tu ressentes cela ma sœur et en vérité je ne vois pas comment il aurait pu en être autrement... » Il s'approcha d'elle et posa sa main droite sur l'épaule gauche de Satomi avant d'ajouter ensuite avec douceur. « Pour ma part en tout cas je ne te juges pas pour ceci… Je pense que si je n'aurais pas pensé exactement pareil que toi dans la même situation, j'aurais autant été affligé par tout ceci. Et sache que si je pouvais aider d'une quelconque manière à apaiser ton âme, je le ferais avec joie… Voir ma sœur souffrir m'afflige. » Il dit cela en surveillant distraitement le thé, puis ajouta d'un air songeur alors qu'il mettait les herbes à cuire après s'être occupé des derniers préparatifs…

« Pour ma part, sache que ma confiance t'es totalement acquise Satomi-chan... » Il sourit finement, mais d'une façon soucieuse et ajouta avec gentillesse. « Je pense que tu as peut-être besoin de penser à autre chose, de prendre du temps pour toi et qui sait ? D'y réfléchir quand tes sentiments ce seront un peu apaisés… Mais surtout, d'en profiter pour te recentrer sur toi-même et tes propres sentiments et besoins. Ton devoir est important ma sœur, mais je pense que ton bonheur aussi… Et selon moi, si pendant un temps tu désires penser à toi-même et non pas forcément aux autres, ce n'est pas forcément plus mal. On a tous besoin de décompresser un peu après tout pour pouvoir avancer ensuite et pour ma part je suis là pour ça. Pour toi. » Il lui prit doucement la main gauche de la main droite et conclut avec sérénité et douceur.

« Que s'est-il passé sinon entre-temps ? » Ne serait-ce que pour savoir comment les choses avaient évoluées depuis, peut-être aurait-il ainsi de meilleur conseils à donner s'il savait exactement quelle était la situation actuelle de sa sœur d'âme...
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Mer 2 Aoû - 21:25

Les paroles d'Oyama furent réconfortantes. Je m'étonnais un peu de ce qu'il pouvait autant compatir à ce que je ressentais. C'est un homme avec plus de libertés, un marchand qui plus est. Mais je sentais qu'il était sincère dans ses paroles, et sa main sur mon épaule me firent sourire de compassion. Je fermais un moment les yeux, répondant avec douceur.

"Merci pour ton soutien, Oyama-kun...."

Au moins, je savais que je n'avais pas autant de honte à ce que je ressentais. Si cela aurait dut être le cas, mon frère n'aurait pas sanctionné ce que je venais de lui avouer. Il avait beau être insouscient, mais c'était une personne avec des principes. Il surveillait d'ailleurs le thé, preuve qu'il gardait son sang froid et ses priorités même dans ces moments. C'était amusant, quand y pense... Oyama eut la gentillesse de vouloir me suggérer de prendre du temps pour moi. Heureuse que j'étais d'avoir eu la même pensé, peu après le second incident. Je ne répondis pas à sa première injonction, attendant de l'annoncer par moi même un peu plus tard. Je souriais simplement, répondant à son invitation de "qu'est ce qu'il s'est passé entre temps."

" Ho, du temps pour moi... Malheureusement je n'ai pas eu cela peu après cette révélation. Et après l'attaque des Tengus, les choses ont été chaotiques au point que je n'y pensais plus pendant un moment."

J'haussais les épaules, préparant les tasses devant nous pour le thé. Et d'une voix détachée et froide qui ne me ressemblait guère, je fis part d'une nouvelle qui m'avait plus soulagé qu'attristé.

" Mais le bon côté, si je puis dire, c'est que mon fiancé Saito est devenu mon ex-fiancé. Il a été tué par un prêtre fou lors de l'attaque des tengus."

Je soupirais légèrement. Pas de colère, ni de véritable peine. Un sentiment de soulagement, l'impression d'avoir été sauvée par la providence. Même si c'était au prix de la vie de Saito. Ce n'était pas un mauvais homme, il n'avait sans doute pas mérité de mourir ainsi. Mais je ne le plaindrais pas, car par sa mort c'est ma liberté qui est préservée. Je suis bienveillante, mais pas inutilement compassionnée. Ces expériences m'avaient étrangement endurci le coeur, mais je n'étais pas encore avec assez de recul pour m'en rendre compte moi-même. Ce n'était qu'une façon de me protéger le coeur, et j'étais bien trop submergée par les derniers évènements pour faire la part des choses. Mon innocence était partie, le pragmatisme avait gagné du terrain. C'est d'ailleurs ce qu'on pouvait remarquer en m'écoutant continuer de relater les faits.

" J'ai donc gagné du temps, mais également plus d'instabilité. J'ai été faible également face aux Tengus, car j'ai été perturbée par leur sort. J'ai été sauvée par une Miko qui m'a enfermé dans une pièce. Ainsi, je ne fis de mal à personne en même temps que personne ne put me faire de mal."

Je regardais l'eau bouillante du thé, qui devait bientôt être prêt. En y repensant, cette attaque avait été aussi traumatisante, mais d'une autre nature. Ma vie avait été en jeu, mes enseignements ne m'ont été d'aucun secours.

" Ce fut là... mon deuxième échec. Après ne pas mériter la confiance de mes parents, me voilà rendue vulnérable et sans pouvoir apporter de l'aide. Une telle mise en abîme de mon incompétence en tant que Miko est ce qui m'a remise sur pied, ironiquement. Mon devoir de Miko passe avant celui de fille de Noraneko."

Ma fierté et mon amour-propre avaient été blessés. J'étais déçue de moi même et de ce que je n'avais pus accomplir. Cependant, entre ces deux échecs, un prévalait plus que l'autre sur ma conscience. Je me considérais comme une Miko avant tout, et je n'avais pas été capable de protéger. Et même si je deviens épouse plus tard, mon devoir serait tout de même de protéger le domaine que j'aurais à ma charge. Les deux n'étaient pas incompatibles. Ce qui était le plus drôle, c'était que je m'illusionnais avec cette fierté du devoir de protection, mais qu'au fond je ne désirais qu'à plus de liberté. Cependant... Je n'étais pas assez mature pour voir la vérité en face et je me gardais en aveugle devant cet égoïste sentiment. J'annonçais ainsi à Oyama ma décision, le chemin que j'avais décidé de suivre.

" Tout ceci m'a fait voir qu'il fallait que je prenne mon envol pour devenir plus forte et voir réellement ce que je vaux. De même, pouvoir voyager avant d'être enfermée dans une cage dorée jusqu'à la fin de ma vie... C'est ma seule opportunité. Je n'ai plus de fiancé, et le temps qu'ils en trouvent un autre j'ai les mains relativement libre. "

Je lui souriais, ayant confiance en mes paroles et surtout montrant ma calme détermination. Mon regard brillait d'une nouvelle flamme, portée par la conviction et le besoin de liberté.

"Je souhaiterais donc effectuer mon pèlerinage, pour faire le point et me donner une dernière chance de pouvoir échapper à mon destin pendant quelques semaines. Je ne fuis pas mon devoir, mais souhaite ouvrir mon esprit à ce qu'il y a au dehors et renforcer autant mes convictions que mes capacités."

Je soupirais encore, n'étant pas naïve au point de croire que tout serait aisé.

" Enfin... Je dis ça mais un pèlerinage ne s'improvise pas, et je vais avoir de réelle difficulté à obtenir mon passe-droit pour partir."

Il y avait de nombreux obstacles à franchir... Mes parents, mon cousin chef de famille, ma soeur, le coût du voyage, un garde en protection. J'avais déjà étudié la route à empreinter, mais le plus dur restait à faire. J'espérais qu'Oyama puisse me conseiller, lui qui a voyagé bien plus que moi, et comme il ne le fera sans doute jamais.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Jeu 3 Aoû - 21:30

Oyama sourit doucement quand Satomi-chan le remercia de son soutien, mais d'une manière qui insinuait qu'elle n'avait pas besoin de le remercier pour cela car c'était tout à fait normale, il ne manqua pas néanmoins d'ailleurs de le souligne avec douceur.

« Je serais un bien mauvais frère si je n'étais pas là pour soutenir ma sœur quand elle a besoin de moi. » Tout simplement, les choses n'étaient jamais guère complexes avec lui après tout. Pourquoi la jugerait-il d'ailleurs ? Il tâchait de la comprendre avant tout, ce malgré qu'ils aient des origines au final bien différentes.

Lui même s'il n'était pas pauvre était issue d'une famille assez modeste après tout et elle de la prestigieuse famille des Noranekos. Une famille très haut placée dans la secte du chat et au sein du clan d'Eiichiro. Ils n'avaient donc pas spécialement vécus dans les mêmes conditions, même si pour sa part Oyama n'avait jamais ressentit le besoin de se plaindre de sa condition. Néanmoins, ce n'était pas parce qu'il perdurait une telle différence qu'il ne pouvait pas essayer de la comprendre, l'empathie était après tout une qualité qu'il essayait de cultiver de son mieux à sa manière. Ce même si dans les faits cela était moins développé chez lui que chez son cher Haruaki. Peut-être aussi parce qu'il n'en faisait pas profession ?

Et dans les faits, c'est d'empathie qu'il continua donc d'essayer de faire preuve lorsque Satomi continua à raconter ce qui lui était arrivé depuis le temps. Notamment le fait qu'elle n'avait pas vraiment eut de temps pour elle. Ce avant d'ajouter d'une voix détachée et froide qui surprit un peu le marchand que son ex fiancé heureusement était mort.

Oyama ne sut pas trop quoi penser à cela, il se dit au vu de la situation qu'il ne pouvait pas juger Satomi de ne pas trop penser avec compassion à ce pauvre homme mort, mais lui-même trouvait tout de même qu'une vie perdue restait triste. Soit, il se dit juste que pour sa part il n'irait pas s'en réjouir, il essaya donc de ne pas trop y penser et de rester compréhensif. Sa sœur vivait un moment difficile et il n'était absolument pas là pour la juger.

De plus, il pouvait comprendre en effet que cela l'ait soulagée, même si à ses yeux la mort de ce pauvre moine était dommage. Néanmoins, ce n'était pas la faute de Satomi, il supposait donc que s'il pouvait y avoir un bon côté à ce terrible événement, au moins ça faisait un peu le bonheur de sa sœur. Oh bien entendu il ne fallait pas non plus se réjouir de la mort de ce pauvre moine, mais il y avait au moins quelque chose de bien qui résultat de cela, du moins l'instant, ce n'était pas plus mal.

Dans tous les cas il fut peiné et songeur en apprenant que l'attaque des tengu l'avait marquée à ce point. Il se réjouissait certes qu'elle n'ait rien physiquement, mais comme il l'avait apprit une fois en entendant un homme se faire dévorer horriblement par le passé. Les blessures de l'âme sont souvent plus vicieuses et douloureuses que celles du corps et souvent encore plus difficiles à guérir. Et dans les faits, il se dit que décidément elle avait vraiment besoin de temps pour elle, mais surtout de reprendre confiance avec tout ce qui lui était arrivé…

Et dans les faits, le projet de sa sœur Milan lui semblait plutôt bien pensé et adéquat à la chose. Prendre son envol un temps pour devenir plus forte et ainsi ne pas rester enfermée dans une cage dorée jusqu'à la fin de sa vie ? Oui, c'était une bonne idée et si jamais elle devait se retrouver fiancée prochainement… Au moins en attendant elle pourrait voyager et n'aurait ainsi pas ou peu de regret quoiqu'il arriverait par la suite…

Oui, le milan avait besoin après tout de voler pour se sentir bien pensa t-il dans un petit instant de lyrisme qui ne manqua pas de le faire sourire un peu comme il sourit finement à Satomi-chan quand il reprit la parole.

« C'est une excellente idée ma sœur. Un pèlerinage serait à la fois excellent d'un point de vue religieux et une bonne manière de voyager, te permettant ainsi d'allier le plaisir au devoir. Je ne peux en tout cas que soutenir ton projet et je ne peux que me réjouir que tu puisses enfin voyager un peu dans les faits. Je t'avouerais avoir souvent désiré cela pour toi, tu aimais tant après tout les récits de voyage que je te contais que je trouvais dommage que tu ne puisses pas toi-même construire les tiens. » Ce qui allait changer. Quant au passe droit, Oyama y réfléchit et ajouta calmement.

« Avec de bons arguments, des arguments sincères, ce devrait faisable d'obtenir ton passe droit. Prétexte que les derniers événements, l'attaque des tengus et ce qu'il est en train d'arriver en ce moment même avec les pauvres hères qui sombrent dans le sommeil t'attristent grandement. Ce qui est vrai je pense et que tu désires prier les kamis par l'intermédiaire de ce pèlerinage pour le bon rétablissement de ces pauvres hères, ainsi que pour la bonne santé de ton clan et de ta famille suite aux dernières catastrophes qui nous ont touchées. En avançant cela, je ne doute pas que sans vraiment mentir tu puisses ainsi convaincre de tes bonnes intentions. Il serait alors plus difficile de te refuser ce pèlerinage, surtout si tu es prêtes à le défendre bec et ongles. » Oyama appelait cela tourner la vérité à son avantage. C'était une façon de ne pas mentir, mais de présenter les choses sous un jour convainquant. Dans tous les cas, il ne manqua pas ensuite d'ajouter avec réflexion.

« Si tu es maligne ma sœur et je ne doute point que tu le sois. Cela ne devrait donc pas être dur de présenter ton désir de partir en pèlerinage à qui de droit sans mentir et sans qu'ils ne te refusent la chose ou la réprouvent. Aie confiance en toi, je suis certain que tu en es capable. » Dans les faits d'ailleurs il doutait que Yozakura lui refuse la possibilité de partir en pèlerinage, après cela dépendait surtout d'elle au final. Peut-être pourrait-il tout de même se faire avocat de la chose si jamais Yozakura lui en parlait dans l'entrevue prochaine qu'il aurait avec lui dans quelques temps ? Cela restait à voir dans les faits...

« Sinon, si tu as des questions concernant le fait de voyager, les clans que tu traverseras et le nécessaire pour cela, n'hésite pas. Ce serait avec joie que je partagerais avec toi mes quelques connaissances à ce sujet. Où désires tu passer par exemple ? Envisage tu de partir en pèlerinage dans tous les temples ou seulement dans quelques-uns ? » Il est vrai que selon qu'elle veuille faire tout les temples ou seulement un ou deux, les préparatifs seront bien différents...
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Dim 6 Aoû - 14:11

Oyama m'encourageait le plus possible pour faire ce voyage, et ne doutait pas que j'allais réussir à convaincre qui faut. Cependant, j'étais plus pragmatique et me rendais bien compte qu'avec ma position en tant que femme et héritière des Noraneko, ce ne serait pas si facile que cela. Mes alliés pouvant influencer la décision n'étaient pas nombreux, et mes parents seraient à coup sûr dans le dénie d'un tel périple.

" Oui, j'ai déjà en tête les arguments les plus vraisemblables et décisifs. Mais ce qui me fait redouter leur décision est justement l'augmentation des attaques des Yokai. Déjà que pour ma soeur ils se font un sang d'encre, alors si même moi je décide d'aller sur les routes j'ai des doutes qu'ils me laissent partir aussi facilement. Il faudra sans aucune doute que j'avance des arguments, mais également que je leur promette certaines choses pour les rassurer."

Je soupirais, retirant la théière du feu pour laisser les feuilles infuser plus tranquillement. Pour me permettre de faire ce voyage, je savais qu'il fallait que je cède quelque chose en retour. Ma liberté momentannée allait très probablement avoir comme prix ma réclusion ensuite, mais j'étais prête à ce sacrifice. Après tout, c'était maintenant ou jamais, avant qu'ils ne retrouvent un autre fiancé. Et avec ma soeur partie pour la Faille, j'avais au moins l'avantage que l'attention de mes parents étaient portés ailleurs. J'espérais néanmoins que rien n'arrive à ma soeur. Je reprenais le fil de mes pensés, et avait soudain en tête la chose que je voulais montrer à Oyama.

"Avant cela, je me suis préparée et j'ai appris le plus possible sur le pèlerinage. J'ai même étudié les différents itinéraires possible. Attend un peu..."

Je me levais, allant dans un coin de la chambre où se trouvait mes affaires personnelles. Je n'en avais pas beaucoup, restant dans une vie humble de Miko. Mais un rouleau était dans un étui vert, délicatement rangé et ramené vers mon invité. Je sortis le rouleau de son écrin, le déroulant devant lui. C'était une carte des contrées et des temples, avec des annotations, des tracés et des ratures dessus:

Carte du pèlerinage:
 

" Voilà. J'ai répertorié sur cette carte la plupart des chemin qu'empreintent les pèlerins pour aller visiter les grands temples. Je pensais partir début d'hiver pour faire le temple de Kaigen et de Koumyou en passant par Moe. Après, selon le temps, je verrais pour aller à Fukyuu et visiter Gakushiki. Mais c'est le chemin qui me semble le plus incertain et le plus dangereux, je ne sais pas encore..."

Concentrée et l'air concerné par le carte, je me remettais en tête mon plan et les différents détails y attenant. L'argent, les accompagnements, le logis, les offrandes... Tout cela devait se préparer, mais j'avais encore du temps avant le début de mon voyage. Je jetais un coup d'oeil à Oyama, l'invitant à s'exprimer une fois qu'il a vu la carte.

"Qu'en dis tu, toi qui a beaucoup voyagé ? "

Je savais qu'Oyama serait de bon conseil. De plus, en tant que marchand il devait connaitre des adresses de logis où me recommander. Je pensais furtivement au samouraï Kuraidesu, que je pourrais peut être visiter à mon passage à Kenshu. Mais rien n'était définitif, et je n'étais pas encore certaine de pouvoir partir. Mais Oyama serait en mesure de me donner des éléments pouvant perler en ma faveur.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Mar 8 Aoû - 21:39

« Quel genre de promesses ? » Demanda Oyama avec un certain sérieux quand Satomi-chan lui dit que pour que ses parents acceptent qu'elle fasse son pèlerinage, il faudrait sans doute qu'elle leur promette certaines choses. Ainsi elle devrait faire des compromis ? Le marchand espérait que ce ne serait pas le genre de compromis qui risquerait de gâcher son voyage, mais bon. Il verrait bien, de plus sa sœur devait un minimum se douter de ce que lui demanderont ses parents, il ne pouvait donc que lui faire confiance à ce sujet.

Et sinon… Il ne put regarder qu'avec une calme approbation la carte qui montrait le futur pèlerinage de sa sœur et que celle-ci avait prit le soin de travailler. Pas mal pensa t-il, pour le coup cette carte avait le mérite de bien indiquer le trajet qu'elle ferait, mais surtout de dévoiler qu'elle faisait preuve d'un certain pragmatisme en voulant suivre un trajet global circulaire. Ainsi, elle visiterait tout les temples sauf celui de la cité impériale ? Intéressant…

Il ne manqua donc pas d'y réfléchir en écoutant sa sœur lui parler de ses intentions à propos de ce voyage et en étudiant du regard cette carte. Il avait dans les faits pas mal à dire, mais il devait d'abord mettre en ordre ses pensées à ce sujet. Après tout il devait donner des conseils pour un pèlerinage et non pour un voyage commercial comme il en faisait fréquemment, de ce fait il n'y avait pas les mêmes priorités et préparatifs à faire. Après tout une pèlerine voyageait souvent plus léger et surtout… Surtout, représentait une cible moins tentante pour les bandits, du moins si elle était bien escortée. Dans tous les cas, une fois sa réflexion plus ou moins longue terminée, il ajouta avec concentration…

« Ce que j'en dis ? Je vois que tu y a pas mal réfléchis et c'est très bien. D'expérience, je dirais que le voyage te prendras dans les… Un mois environ ? Envisages-tu sinon de te ravitailler au cours de tes arrêts dans les villes et villages ? Je suppose que ce serait le mieux pour voyager léger. » Oui, il ne valait mieux pas trop s'alourdir après tout, surtout qu'elle partait en pèlerinage. Sur ce  et alors que son doigt s’attardait sur le trajet qui était représenté sur la carte... Il ajouta avec réflexion.

« Il est vrai que pour te rendre à Fukyuu il vaudra mieux attendre le printemps, de même traverser Setsu en hiver est une bonne idée. Pour Kenshu, j'aurais sinon quelqu'un à te recommander... Car je suis de bon conseils certes, mais je pense que cette personne le serait davantage que moi concernant son clan natal, surtout pour le peu de temps que tu vas passer là-bas... Un samouraï qui se nomme Kuraidesu Shiraga. Je pourrais lui envoyer une correspondance si tu le désires, peut-être accepterait-il de t’accueillir là-bas ? Je ne peux pas garantir qu'il veuille t'accompagner sur la route, mais il aura sans doute des conseils intéressants à te donner. » Voilà pour Kenshu, quant à Fukyuu et Setsu. Cela restait à aborder, mais il ne manqua pas sinon de dire.

« Quand j'y pense, je suppose que tu comptes faire en sorte d'obtenir un garde du corps de la part de tes parents pour assure ta sécurité le temps de ce pèlerinage ? Je te conseilles en tout cas d'obtenir la protection d'une ou plusieurs personnes, car les pèlerins représentent souvent des cibles attrayantes pour les bandits notoires... » Ironique que ce soit celui qui oubliait des fois d'engager un garde du corps lors de ses voyages qui dise cela, mais bon… Oyama avait le temps d'être plus insouciant quand ça concernait sa petite personne que ses proches.

« Quand j'y pense, tu as déjà dormis à la belle étoile ? Je ne dis pas que tu devras le faire, mais ça pourrait arriver, tu ne perdrais donc rien à t'y préparer… Même si je ne te le conseilles pas, on est toujours plus en sécurité la nuit dans une auberge qu'au milieu de la nature sauvage après tout » Dit celui qui pour sa part ne rechignait pas souvent à dormir à la belle étoile…

« Concernant Fukyuu malheureusement, je ne m'y suis encore jamais rendu par le passé… J'aurais donc bien du mal à te conseiller à ce sujet. Par contre, je compte m'y rendre quand le printemps arrivera… Qui sait ? Peut-être que nous pourrions nous croiser là-bas ? Dans ce cas là je pourrais probablement faire un bout de route avec toi et t'aider. » Dit-il avec un fin sourire avant de conclure ensuite pour Setsu.

« Il me faudrait sinon de quoi noter les adresses de logis honorables que ce soit au niveau du prix et de la qualité que tu pourras trouver lors de ton voyage à Setsu. Pour les conseils que je pourrais te donner en général sinon, il faudra... » Et c'est là qu'Oyama commença à parler des commerçants de confiance que pourrait rencontrer Satomi-chan lors de son voyage, mais aussi des diverses manières de profiter de celui-ci. Que ce soit les bienfaits des provinces dans lesquelles elle passerait et des codes de politesse qu'il fallait respecter. Notamment à Fukyuu qui était particulièrement strict dans ce domaine et où il vaudrait mieux que sa sœur sache être parfaitement convenable de ce point de vue. Il ne manqua pas sinon d'évoquer avec un certain amusement l'esprit ardent et passionné des habitants Setsu et celui plus libre et indépendant des fils de kenshus. Évoquant ainsi le fait que les rencontres que l'on pouvait faire lors d'un tel voyage était sans doute ce qu'il y avait de plus précieux.

« Quand j'y pense, quel genre d'offrande désires tu offrir aux kamis ? » Finit-il sinon par demander avec curiosité, après tout il était sincèrement curieux de savoir ce qu'elle prévoyait d'offrir. Après tout elle n'envisageait probablement pas de faire comme lui le faisait souvent en apportant une ou plusieurs caisses de saké aux temples lorsqu'il était de passage…
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Mer 9 Aoû - 20:03

Oyama fut assez prompt à me donner son avis. J'étais assez contente que ma carte lui semble complète et viable. Vu le temps que j'avais passé deçu, j'aurais été déçue si je n'avais pas réussi quelque chose pouvant flatter mon égo et ma fierté. Il me fit part de ses remarques, et à chacune j'y répondais, pointant parfois la carte du doigt.

" Mh... je pense que cela va prendre plus de temps, car je ne suis pas forcément la plus rapide des marcheuses et je compte rester quelques jours autour des temples, même dans la capitale de Setsu. Je pense que cela ira plus facilement vers le mois et demi. Mais ce n'est qu'une estimation."

Il est vrai que je comptais visiter un peu les environs. Vu que ce sera sans doute le seul grand voyage de toute ma vie, je devais en profiter au maximum ! Kamis ou pas, je ne me contenterais pas uniquement des temples. C'était d'ailleurs un autre sujet que l'argent doté pour la nourriture, le logis et les offrandes. Oyama fit une remarques pertinente que le ravitaillement, chose à laquelle j'avais failli oublier dans mon confort de tous les jours au temple.

" Pour le ravitaillement je compte en effet plutôt prendre sur le chemin. Après c'est un pèlerinage, les repas seront assez frugaux. Je pense que la dépense sera plus sur le logis."

Il est vrai que je n'étais pas une grosse mangeuse. Même si j'avais mes points faibles comme tout le monde, à savoir le thé, les gâteaux de riz et les mochis, j'étais capable de ne pas me goinfrer et suivre un régime d'ascète. Oyama s'inquiéta de la partie logis sur Kenshu. Il voulu me recommander à quelqu'un, et le nom me disait quelque chose. Pensive, je regardais autour de moi, comme si les lieux allaient m'aider à me rappeler.

" Kuraidesu... Ce nom me dit.. Ha ! Est ce que ce ne serait pas un samouraï barbu avec des cheveux blanc comme la lune ?"

J'arborais un grand sourire. Oui, un homme comme ça il ne pouvait y en avoir qu'un! J'étais très heureuse de savoir qu'Oyama était également son ami. Sans plus tarder, je faisais mon éloge de cet homme à l'apparence un peu brute avec des yeux brillants.

" C'est vraiment le signe du destin ! Pour tout te dire, je l'ai rencontré l'été dernier, il y a un an. Un très charmant personnage, très bien éduqué et maniéré. Ce fut intéressant de parler avec lui et j'avais justement l'intention d'essayer de le revoir pendant mon pèlerinage."

Je prenais les tasses de thé et servait la boisson toute fumante, les vapeurs agréables m'aidant à oublier les sombres idées de plus tôt. C'était même autour du thé que nous avions discuté, Shiraga et moi. Un moment agréable et appréciable.

" Je serais déjà très heureuse de pouvoir ne serait ce que le voir. Je comptais lui envoyer un billet pour le prévenir dès que je serais fixée sur la date de mon départ. Mais si tu veux lui écrire en complément, je t'en prie! Il sera sans doute amusé que nous ayons un ami en commun."

Je soupirais, pensant à la tête qu'il ferait s'il savait que nous étions liés également par Oyama. Mais un autre sujet moins plaisant vint à nous. Qui dit pèlerinage dit protection. Je n'étais pas très friande de base, mais les dernières aventures avec les Tengus m'avaient fait bien vite comprendre que c'était essentiel. Surtout que les personnes les plus dangereuses sont les humains, et non les yokai sur les routes.

" Mh... pour les gardes du corps et le groupe, j'y ai pensé oui. Je compte en vérité sur d'autres Miko ou prêtre de Meisou pour m'accompagner dans le périple, au moins pour une partie. C'est plus sécuritaire. De plus, cela pourrait aussi justifier qu'un Sohei nous accompagne, si l'un d'entre eux est d'accord."

Je pensais à quelques un, à qui j'avais commencé à parlé de mon projet. Discrètement bien entendu, il ne faudrait pas que cela remonte aux oreilles de mes parents avant même que j'ai finalisé mon plan d'attaque.

" Mais pour mes parents, je pense qu'ils ne me laisseront pas le choix et m'imposeront quelqu'un. Non pas que je suis contre mais, j'ai peur qu'il me considère comme une "Noraneko" que comme une "Miko", et ce serait humiliant pour ce pèlerinage."

C'était un fait que tout pèlerinage doit s'effectuer sans prendre en compte le sang de la personne. Vouloir le faire en utilisant les avantages de son rang serait une insulte envers les kamis, apporterait la honte et le malheur sur nos têtes. J'espérais que mes parents n'allaient pas oublier ce fait, et ne pas m'imposer quelqu'un qui ne verra que la noblesse du sang et non l'acte religieux dans ce voyage. Un autre combat qu'il faudra gagner. Mais Oyama souleva un nouveau défi, auquel je ne pouvais que rougir en raison de ma non préparation.

" Non, je n'ai pas encore dormi dehors. Mais... je compte m'entrainer dans pas longtemps, avant de partir ! "

Je n'étais pas inquiète de dormir dehors. Du moins, même avec toutes les histoires sur les bêtes sauvages, les yokai, les bandits et autres incomforts inhérents à ce mode de dortoir. Mais j'avais pris mon courage à deux mains, et m'étais résolument donné comme objectif d'au moins dormir une fois à la belle étoile, pour ne pas me plaindre lors du voyage. Cela faisait partie de l'aventure, et il serait bien inconvenant que je me plaigne par caprice. Je n'étais pas sereine, mais tout de même résolue. Mais j'étais rassurée par le fait qu'Oyama ne serait pas non plus très loin. Et lui qui est plus fragile que moi, enfin je le pense, s'il y arrive il n'y a pas de raison que moi non plus! Et si je pouvais le croiser à Fukyuu, ce serait une bonne chose.

" Ce serait intéressant en effet que nous puissions nous croiser là bas. Mais Fukyuu reste une destination incertaine pour le moment. Je te tiendrais au courant de mes projets à ce sujet."

Le passage des montagnes, même au printemps, était dangereux et difficile. Je n'avais jamais voyagé aussi longtemps ni aussi loin. Je ne voulais pas me fixer des objectifs aberrants par simple fierté et arrogance. Je devais encore étudier la question. De même que les offrandes, je n'avais pas encore mis toute ma réflexion dans le choix.

" Les offrandes ? Il faut que j'y réfléchisse oui. Il faut quelque chose de spécifique pour plaire à chaque Kamis. Mais ce qui m'importe le plus c'est le voyage, la destination n'est qu'un prétexte."

Je souriais, confiante et sereine dans cette décision.

" Je n'y vais pas pour demander aux kamis des faveurs, seulement pour me retrouver et au passage honorer les Kamis. C'est peut être étrange comme pèlerinage, mais je pense que c'est la manière la plus honnête et la plus respectueuse envers les Kamis."

Chacun sa philosophie à ce sujet, et je me doutais que les kamis n'allaient pas m'en vouloir de penser ainsi. Ils ont bien d'autres choses à faire. D'ailleurs, il était temps à présent que je laisse à mon cher frère l'occasion de briller de ses aventures. Buvant un peu de cette délicieuse boisson chaude qu'est le thé, je l'encourageais à me conter ses dernières aventures.

" Ha, et dis moi, qu'as tu également à me raconter ? "


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Ven 11 Aoû - 14:58

« Oui, nul raison de te presser après tout. Comme c'est ton premier voyage, ce serait une bonne chose d'en profiter le plus possible. » Répondit-il compréhensif et complice quand sa sœur lui précisa qu'elle tenait à prendre son temps et rester quelques jours autour de chaque grand temple. Histoire de visiter un peu les alentours pensa t-il, ce qui ne serait pas une mauvaise idée en effet. Surtout que cela permettrait à sa sœur de se reposer un peu, ce qui ne serait pas plus mal. Mieux en tout cas que de faire le voyage d'une traite sans longue halte…

« Le repas seront frugaux certes, mais n'oublie pas que tu voyageras et quand on fait beaucoup d'efforts, il vaut mieux bien se sustenter. N'envisage donc pas de faire trop d'économies au niveau de tes provisions. » Ajouta t-il ensuite calmement à ce sujet, ce avant de sembler surprit quand sa sœur lui fit une description plutôt bien faîte de Kuraidesu-sama après avoir glissé que ce nom lui faisait quelque chose…

« Ah oui, c'est tout à fait lui. Laisse moi deviner, tu l'as déjà rencontré ? » Demanda t-il donc surprit, mais amusé par cette coïncidence. Et il fut assez content sinon comme le témoigna son sourire fin et éloquent, de constater que ce samouraï avait fait une très bonne impression à sa sœur.

« Pour ma part je l'ai rencontré il y a un an de cela et disons que je lui avais rendu service pour l'aider à attraper des voleurs. C'est quelqu'un de très honorable et honnête, il me faisait même l'impression d'être assez humble et soucieux d'accomplir son devoir. Un samouraï digne de ce nom en somme. »

Il accepta avec remerciement la tasse remplie de thé que lui tendit sa sœur au passage et huma doucement l'arôme de ce dernier. Fin connaisseur qu'il était il devinait d'avance la qualité du breuvage, mais décida d'attendre le temps que ça refroidisse un petit peu.

« Ce ne serait pas une mauvaise idée, pourquoi ne nous concerterions nous pas pour envoyer nos missives en même temps et ensemble du coup ? Fichtre, je donnerais cher pour contempler sa surprise quand il les recevra, mais je suppose que c'est déjà assez satisfaisant de l'imaginer. » Conclut-il sinon en manquant de rire un peu, ce avant de glisser. « Surtout qu'il semble si calme et maître de lui-même des fois que ce genre de choses doit être bien rare à contempler... » Cela il le dit d'un air légèrement malicieux. Puis il reprit plus sérieux au sujet des gardes du corps…

« Je pense que tes parents ne tiendront pas à s'attirer la colère des kamis. Ce serait mauvais pour ta famille, notamment pour toi et pour eux. Au pire tu n'auras qu'à légèrement aborder ce fait lors de ta discussion avec eux. Pour ma part je prierai pour toi et espère que le chat divin sera à tes côtés pour ce voyage. » Glissa t-il à voix basse, mais confiant et sincère. Oui, il espérait que le chat divin comme les autres kamis apporterait sa bénédiction à sa grande sœur adorée.

Quant au fait que sa sœur n'ait jamais dormit à la belle étoile. Il pensait que cela était tout à fait naturel, après tout elle était religieuse et fille de bonne famille… Le contraire aurait donc été bien étonnant, mais ironiquement il se dit que l'expérience pourrait peut-être lui plaire… Qui sait ? Ils verraient bien de toute manière, car pour sa part il avait surtout évoqué cette possibilité par simple prudence. Après tout qui sait quels imprévus l'on peut connaître lors d'un voyage ?

« Bonne idée, par contre évite de raconter à Yozakura que c'est moi qui t'ais donner cette idée si jamais il apprend que tu t'entraînes à cela. » Rajouta t-il sinon avec humour à ce sujet. Bon, dans les faits il doutait que Yozakura apprenne quoi que ce soit, mais il est vrai que cela pourrait lui sembler être une idée farfelu.

Enfin, dans tous les cas Oyama était satisfait de se dire que ses conseils aideraient à ce que le voyage prochain de sa sœur se passe au mieux. Après tout il n'espérait que le mieux pour cette dernière et s'il pouvait aider malgré disons ses moyens modestes de non nobles, autant ne pas s'en priver. Fichtre, il se disait que les choses seraient bien différente au final s'il était kuge, mais qui sait un jour ? C'était dans ses projets en tout cas, mais seul l'avenir dirait si ces dits projets seraient ou non couronnés de succès à terme…

« D'accord, dans tous les cas que tu ailles ou non à Fukyuu, je verrais si je peux faire un bout de chemin avec toi au court de ton voyage. Je suppose après tout qu'il serait agréable de te revoir dans de telles conditions. » Oui, ce bien loin du temple et de la ville où elle avait vécu ces dernières années. Changer de temps en temps d'air ne faisait jamais de mal après tout.

Mais il est vrai que pour sa part Fukyuu étant une future nouveauté, il aura un peu de mal lui aussi. Néanmoins, il avait plus de chance de bien se débrouiller que s'il s'était amusé à faire cela l'hiver…

« C'est un bon état d'esprit ma sœur. Après tout je suppose qu'en soit l'intention compte plus que tout. » Ne manqua t-il pas sinon d'ajouter à la réponse développée de Satomi-chan au sujet d'éventuelles offrandes qu'elle pourrait faire. Il comprenait en tout ce que ce voyage représentait pour elle et il espérait sincèrement qu'il serait couronné de succès dans tous les sens du terme.

Sur ce Oyama but un peu de thé et comme sa sœur Milan lui demanda de raconter ses aventures, il ne manqua pas de le faire avec un fin sourire.

« Chose promise, chose due, je vais te raconter mes péripéties en effet. Laisse moi juste quelques secondes le temps que je décide ce que je vais te raconter en premier… Car j'ai beaucoup à te dire. » Il prit donc le temps d'y réfléchir, puis débute avec amusement.

« Commençons par mon séjour récent à Boya. Alors, comment pense tu que l'on m'a accueillit là-bas lorsque je suis arrivé en bateau ? » Il sourit finement, puis ajouta. « Le taisa local m'a souhaité la bienvenue en me menaçant de couler mon bateau et en me demandant d'implorer sa pitié, puis quelques secondes après il a éclaté de rire en voyant ma surprise et m'a dit que c'était une blague… Son sens de l'humour est… Inoubliable. Il n'a pas manqué d'ailleurs de continuer à faire preuve de celui-ci par la suite, même si de façon moin agressive. » Dit-il amusé et légèrement nerveux, puis il reprit plus légèrement. « Mais je suis content de cela car juste après il a signé un contrat à long terme avec moi concernant le saké que je pouvais lui vendre, un contrat qui sera très profitable… Mais ce n'est pas le plus drôle… » Il sourit d'un air taquin, puis ajouta.

« Quelques jours après alors que je vendais mon thé à Boya, un taisa Fukyuu de passage a aperçut sur mon stand une théière, une théière qui a immédiatement attiré son intérêt… Après m'avoir abordé et demander s'il pouvait examiner la tasse, voici exactement l'expression qu'il a prit après son petit examen. » Oyama la reproduisit très fidèlement car il s'en souvenait parfaitement, puis après avoir rit un peu gentiment, il glissa complice… « Devine la suite. » Oh bien entendu il allait la lui raconter, mais il invitait sa sœur à faire preuve d’imagination juste pour voir ce qu'elle inventait. Cela pourrait être assez drôle après tout…




[ Hrp : La tête qu'avait fait le taisa :3 ]

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Ven 11 Aoû - 18:42


Oyama fut d’un soutien parfait, me rassurant et me procurant quelques conseils. Je ne pus que sourire et lui faire un clin d’œil malicieux quand il me demanda de ne pas le trahir auprès de mon cousin.

" Ha ha, je ferais attention oui. Tu as une bonne relation avec lui, ce serait bête de ma part de la gâcher. "

C’était un fait étrange qu’Oyama soit plus proche de mon cousin que les propres membres de sa famille. Je savais qu’il allait régulièrement lui rendre visite, aussi j’appréciais d’autant plus le fait qu’il fasse l’effort de passer me voir quand il pouvait. J’étais plutôt neutre voir d’une froide politesse avec mon cousin. Pour moi, nous étions comme des étrangers. Je ne sentais pas de liens de famille particulier, moins encore qu’avec ma sœur avec laquelle j’étais pourtant un peu distante. Mais quoi qu’il en soit, je n’allais pas trahir mon frère d’âme et tenir ma langue.

Nous finissions notre petite conversation à propos de ma personne, enchainant donc à ma demande sur les aventures de ce chat errant. J’étais impatiente de savoir ce qu’il s’était passé. Oyama avait toujours cette fabuleuse faculté à savoir raconté les histoires avec verves et vivacité. Mais il devait faire le ménage dans ses pensées, aussi je lui laissais le temps. Je pris la coupe dans mes mains, appréciant la chaleur qui irradiait. J’humais le breuvage, qui me faisait fondre de plaisir rien qu’aux senteurs délicates. L’eau était encore un peu trop chaude, mais je gardais dans mes mains le breuvage, me nourrissant de sa chaleur salvatrice. Au bout d’un moment, Oyama commença à raconter sa première aventure à Boya. Je l’écoutais, suspendue à ses lèvres, et mes expressions suivaient l’étonnement et la négation de ce que j’entendais. Une telle personne, ce n’était pas possible. Pensive, je me disais qu’Oyama avait bien eu de la chance de s’en sortir à si bon compte face à cette personne d’apparence lunatique et imprévisible.


"Et bien, quel singulier personnage ce Taisa ! Je suis contente que tu ais pu faire un contrat avantageux avec lui. Mais tout de même… Je me demande pourquoi il t’a testé ainsi… "

Peut-être que le Taisa voulait voir ce qu’Oyama avait dans les tripes. J’avais entendu parler de seigneurs voir de membres de l’armée qui utilisaient ces méthodes abruptes pour déceler chez une personne certains traits de caractères. Ce qui compte cependant c’est que mon cher chat errant avait pu retomber sur ses pattes sans dommages, avec même un bonus. Enfin, l’avenir nous le dira. Il continua son histoire avec un autre Taisa au même endroit. Avec ses grimaces, j’explosais de rire et manquais de renverser le thé. Oyama et ses grimaces, c’est un comble ! Il me mettait au défi de trouver la suite. Tout en riant avec joie et les yeux pétillants de malice, j’essayais de lui répondre, me prenant au jeu.

" Ha ha ha ! Je ne sais pas, il a demandé où étaient les latrines les plus proches ? "

Je pouffais de nouveau, rien qu’en pensant à cette réaction juste pour une théière. Je me demandais bien comment les choses avaient pu continuer. Oubliant totalement mes soucis, j’étais plongée dans cette odyssée grotesque des aventures du chat errant d’Eiichiro et n’attendais que la suite, mon thé à la main.



~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Dim 13 Aoû - 9:16

Oyama ne s'inquiétait pas, il savait que sa sœur n'irait pas ébruiter ce genre de choses de toute manière, mais il est vrai qu'Oyama s'entendait mine de rien très bien avec Yozakura. Chose qu'il ne regrettait pas le moins du monde, surtout qu'au final c'était là une amitié sincère qui faisait autant du bien au taisho du clan qu'au jeune marchand. Après tout c'était toujours agréable une amitié d'enfance entre deux hommes de conditions assez différentes, cela permettait de ne pas être enfermé dans son petit carcan… Du moins du point de vue du commerçant. Celui-ci après tout appréciait le fait de bien s'entendre avec des gens de toutes origines et de tout niveau social et il était au final assez fier de cette amitié de longue date avec Yozakura, l'une de ses plus grandes fiertés en vérité. Comme le lien quasi fraternel qu'il entretenait avec Satomi-chan.

Après bien entendu ça obligeait Oyama à ne pas se mêler directement si possible à leur problèmes familiaux… Bon, déjà il était un civil donc de toute manière il n'aurait pas pu, cela et pas un Noraneko surtout et donc ce n'était pas à lui de se mêler de ceci. Néanmoins, ça ne l'empêcherait pas de soutenir sa sœur et d'essayer d'être de bon conseil, après tout il tenait au bonheur de cette dernière.

Quant au sien de bonheur… Disons qu'Oyama considérait de base qu'il n'avait pas à se plaindre, après tout même s'il avait l'ambition de prospérer davantage à terme et de fonder une compagnie commerciale prochainement. Il restait juste qu'il était aussi heureux de sa situation actuelle et qu'il voyait ce désir de l'améliorer surtout comme un moyen de pouvoir être généreux avec ses amis et leur rendre la pareille, cela mais aussi car il s'était promis de démontrer à son père qu'il avait fait le bon choix en devenant marchand. Après tout il aurait pu tout à fait se contenter de fabriquer du saké toute sa vie comme son père l'avait fait, c'est juste qu'il avait disons décidé de dévier de la voie qu'avait suivit son paternel… Un choix qu'il assumait et dont il essayait depuis qu'il l'avait fait de démontrer la justesse de ce dernier.

« Je ne saurais dire, peut-être est-ce dans le tempérament de certains Setsu ? Ou bien s'est-il permit cela car il est taisa ? En tout cas il ne me faisait pas l'effet d'être un mauvais bougre, juste assez excentrique. » Ajouta t-il sinon concernant le singulier taisa Setsu qu'il avait pu rencontrer à Boya, en effet ce dernier ne lui avait pas semblé être quelqu'un de méchant au fond, juste un peu atypique… Mais bon, au final Oyama n'avait rien contre ce genre de choses, après tout il y avait eut plus de peur que de mal dans cette histoire, donc aucune raison d'en vouloir à qui que ce soit…

Il se félicita sinon d'avoir d'une mémoire aussi affûtée quand il vit que la grimace qu'il mima fit rire sa sœur. Qu'elle s'imagine ce que lui ressentait quand il avait vu le taisa le faire juste devant lui ! En sachant qu'on ne rit pas devant un taisa de ce dernier, bien entendu et qu'Oyama avait donc dû faire un grand effort pour garder son sérieux. En tout cas fier de lui, le marchand prit une gorgée de thé, puis ajouta malicieux.

« Non, il a voulu m'acheter cette théière et ce très très cher. Je n'ai jamais vendu quoi que ce soit aussi cher de toute ma vie en vérité ! Et dans les faits cela s'est passé si bien et j'ai eu une discussion si amicale avec lui juste après que ce taisa m'a proposé son mécénat et d'être son invité à Fukyuu lorsque je m'y rendrais prochainement. Le seigneur Futura-sama étant le protecteur de la province de de Miyuki, cette dernière sera donc une destination incontournable pour moi prochainement... » Il sembla pensif et ajouta. « Une bonne manière de me faire possiblement un ami taisa étranger, mais aussi d'ouvrir mes perspectives commerciales à Fukyuu prochainement… Tiens quand j'y pense, que dirais tu de faire un crochet par la province de Miyuki au cours de ton voyage ? Je ne peux certes pas me donner le droit de t'inviter à sa place dans sa demeure située là-bas, mais nous pourrions au moins goûter aux joies de la visite de cette province ensemble. » Cela il le proposait en tout bien tout honneur, sur ce, après que sa sœur lui ait répondu, il ajouta sinon songeur et à voix basse.

« Pour continuer mon petit récit sinon… J'aurais une petite question à te poser. Cela ne t'embête pas si je parle de yokais ? » Demanda t-il, après tout suite aux dernières attaques il pouvait supposer qu'elle n'avait pas forcément très envie d'en entendre parler… Il préférait donc demander avant de poursuivre, surtout que ce qu'il avait à raconter était assez… Spécial en soit. Encore plus excentrique et incroyable que ce qui lui était arrivé avec ces taisas… Mais cela sa sœur s'en rendrait bien vite compte de toute manière. Du moins s'il n'abordait pas en point sensible en voulant évoquer tout ceci...
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Lun 14 Aoû - 14:14


Oyama voulut me rassurer sur ce Setsu. Il ne semblait pas être un mauvais bougre, juste excentrique. Moi-même j’avais eu ma dose d’excentricité quand mon grand-oncle était encore en vie. Je pouvais comprendre ce qu’Oyama voulait dire par là, et me fiais à son jugement. De toute manière, il était vivant et en bonne santé juste devant moi. Donc il n’y a rien à ajouter à l’affaire.

L’explication pour le Taisa de Fukyuu fut encore plus étonnante. Une telle tête, juste pour une théière ? Je ne pouvais m’empêcher de rire encore, imaginant la surprise même d’Oyama. Mais il avait conclu une très bonne affaire, et tout avait été à l’avantage du jeune marchand. Je regardais mon frère avec des yeux brillants de malice et d’amusement. Celui-là, c’était un vrai chat ! Toujours à retomber sur ses pattes et à amener la bonne fortune sur lui. Mais avec son air affable et sa facilité à inspirer la confiance, je ne pouvais pas vraiment m’en étonnée. C’était Oyama après tout ! Je le félicitais de cette rencontre et de ce qu’elle avait pu lui apporter, avec sincérité et joie pour lui.


" Hé bien, un véritable coup de chance ! A croire que le destin était avec toi ce jour-là. C’est également une bonne opportunité, pour ton commerce. Toi qui voulais étendre ton influence, c’est une véritable aubaine. "

Oyama me proposa par ailleurs de l’accompagner dans cette province. Je fis une moue un peu plus dubitative, me remettant ans mes réflexions.

" Fukyuu… Je me suis posée la question, mais vu que j’y arriverais sans doute en hiver et que c’est la première fois que je voyage, je ne sais pas si c’est une bonne idée. On dit les routes difficiles avec la neige. "

J’y avais pensé pour mon pèlerinage. Mais de ce que j’avais entendu des pèlerins, c’était loin d’être une région facile à traverser. Encore plus en hiver, et le début du printemps n’était pas vraiment très pratique également. J’avais envie de voyager, mais je n’étais pas une inconsciente pour autant. Oyama a plus l’habitude que moi de voyage, et je ne souhaitais nullement être un poids pour lui. C’était tentant de voyager en sa compagnie, mais je ne devais pas prendre cela à la légère et prendre en compte ma fatigue potentielle après avoir déjà voyagé en Setsu et en Kenshu. Je lui répondis, mais en mettant bien en avant qu’il fallait que je reprenne en considération tous les éléments de ce voyage. Je ne pouvais lui répondre oui de suite, de même que je ne pouvais me fermer totalement la porte à une telle opportunité en compagnie de mon frère.

" Il faut que j’y réfléchisse, mais pourquoi pas. Faire cette partie du voyage en ta compagnie sera agréable. Et ce sera une très belle opportunité pour moi également de voir comment tu fais du commerce."

Je lui souriais avec malice, m’étant toujours demandée comment il effectuait ses affaires. Lui, qui a autant tendance à se laisser un peu marcher sur les pieds… Comment arrive t’il à négocier comme il se doit ? Découvrir une nouvelle facette de mon frère était intriguant et terriblement attirant. Je serais rassurée de savoir qu’il était plus en sécurité que ce que je pensais, moi qui ait toujours en tête le petit garçon trop gentil pour dire non. Oyama voulut continuer la discussion, mais me demanda la permission de pouvoir aborder le sujet des Yokais. Je le regardais avec une certaine surprise, trouvant cette question quelque peu étrange. Mais en voyant le regard un peu inquiet de mon frère, et son ton qui avait été doux et compréhensif, je compris où il voulait en venir. Je lui répondis avec calme, trouvant son attention touchante.

"Les Yokais ? Mh.. Non, cela ne me gêne pas. Même si je pense que tu me demandes par rapport à ce qu’il s’est passé avec les Tengus, je ne suis pas extrémiste. Tout comme on ne condamne pas toute l’humanité pour une attaque de bandits, on ne peut généraliser ce qu’il s’est passé avec les Tengus pour tous les Yokais. Tu peux donc poursuivre."

Je lui souriais, buvant un peu de thé. Certes l’épisode des Tengus n’avait pas été une sinécure, mais j’avais appris depuis des années à faire la part des choses. Les Yokais sont similaires aux humains, bons ou mauvais selon leur nature. L’Onmyoji Miwako m’avait appris cela, et je trouvais qu’il fallait rester bienveillant et compréhensif envers ces espèces liées à nous. Cela ne voulait pas dire que je les considère tous gentils et bienveillants, loin de là. Mais je préfère ne pas mettre mes préjugés sur le tapis et attendre de voir ce qu’il en est. Les accueillir avec ouverture d’esprit, mais prudence. Oyama pouvait donc sereinement continuer son histoire, qui m’intriguait déjà par son lien avec les Yokais. En avait il rencontré lui aussi ?


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Mar 15 Aoû - 21:46

Oyama appréciait entendre sa sœur rire de cette histoire saugrenue, il s'avouait que lui-même avait eut du mal à croire sa chance quand ce taisa lui avait fait tant de faveurs pour cette théière. Et dans les faits il se dit que cette histoire avait été un bon présage pour ses projets futurs en tant que marchand, comme si les kamis l'encourageaient ainsi indirectement à poursuivre ses efforts. Il ne pouvait en tout cas qu'espérer que de tels bon présages finissent aussi par se manifester pour sa sœur, cette dernière méritait le meilleur après tout. Il ne pouvait d'ailleurs qu'être satisfait que pour l'instant la tristesse et l'amertume semblaient avoir quitter cette dernière, même ne serait-ce que temporairement…

« Un véritable signe des kamis je dirais même. Un signe qui m'a évidemment pousser à leur faire une belle offrande le soir même. » Il fallait après tout savoir remercier ces derniers pour la bienveillance dont ils savaient faire preuve envers leurs protégés. Ce n'était là qu'un juste retour des choses.

Et sinon, après qu'il eut fait une proposition à Satomi-chan concernant Fukyuu... Il fut un peu pensif face à la moue dubitative et la réponse de cette dernière qui n'était pas sûre comme elle le précisait de vouloir se rendre là-bas lors de son pèlerinage.

« De toute manière, pour ma part je ne pensai pas m'y rendre avant le printemps, car y aller en hiver est trop dangereux de ce qu'on m'a dit. Je ne peux donc en effet qu'approuver tes dires et t'enjoindre à une certaine prudence à ce sujet. » Oui, il ne tenait pas à ce qu'il arrive quoique ce soit à sa sœur à cause d'un simple manque de prudence…

Par contre il avait semblé un peu étonné quand elle avait parlée juste avant de pouvoir le voir faire du commerce. Ce à quoi il répondit tout de même avec malice. « Je crois que tu ne seras pas déçue ma sœur si tu as cette opportunité… Je tâcherais donc de te l'offrir si tu y tiens. » Sans en ajouter plus, après tout il serait en effet intéressant pour elle supposa t-il de le voir commercer. Il ne serait point contre en tout cas de lui dévoiler cette facette de sa personnalité, il n'en avait pas spécialement honte après tout.

Quant au fait que cela convenait à sa sœur s'il parlait des yokais, il ne put qu'être soulagé et sourire à ce fait. Sourire car il pourrait ainsi raconter sa petite histoire et soulagé devant les paroles de Satomi car ils les trouvaient très sages et réfléchis au final. Même si pas vraiment étonnantes... Sa sœur avait après tout toujours su faire preuve d'une certaine maturité. De plus, cela démontrait que même si ces attaques l'avaient affectée, elle n'était pas non plus lourdement traumatisée au point d'être mal à l'aise dès qu'on parle de démons. Mais bon, au final l'inverse l'aurait aussi un peu étonné, après tout à ses yeux Satomi-chan était tout de même doté d'une certaine courage et d'une grande force d'esprit…

« Comment dire… Il m'est arrivé lors ma visite précédente à Boya une aventure assez étrange... Pour tout te dire j'avais eu l'idée de me rendre tard le soir à un onsen de bonne réputation pour y vendre ma marchandise après avoir montré à son gérant la qualité de celle-ci. Me disant que mon audace lui plairait et pourrait m'ouvrir une porte et dans les faits... » Il sembla songeur, puis ajouta amusé.

« Je suis tombé à l'entrée sur un homme qui portait une lanterne étrange qui avait des pattes et un œil… Bon, bien entendu je suis partit du principe que c'était une simple décoration, puis quand j'ai abordé l'homme pour lui faire part de mon intention après avoir évoqué la caisse de saké que je portais avec moi. Celui-ci s'est mit d'un air amusé à discuter avec la lanterne qui lui répondait en le nommant kitsune pour lui demander si c'était une bonne idée. Moi qui croyait que c'était là une sorte de comédie pour s'amuser un peu à mes dépends n'avait pas réagit devant cela si ce n'est avec un certain amusement et j'ai donc finis par entrer finalement quand le soit disant kitsune m'invita à le faire avec un air malicieux. » Il avoua ensuite.

« En vérité c'était bel et bien des yokais et il m'emmena auprès d'autres yokais qui semblèrent surprit de me voir, surtout devant l'attitude dont je fis rapidement preuve avec eux, car vois tu… J'ai sur l'instant cru que c'était des acteurs, du moins au début, des acteurs qui portaient de très bon déguisements. J'avais donc décidé de jouer le jeu, faire comme si je croyais que c'était des yokais tout en me comportant avec ma jovialité habituelle… Je te laisses imaginer la surprise de ces démons devant l'attitude assurée et aimable dont j'ai fais preuve à leur égard. Et comme ils n'étaient pas des des démons malveillants au final, tout se passa fort bien… Tant que quand je me suis rendu compte que c'était vraiment des yokais, hum disons que j'ai eu peur, mais bon comme ils n'étaient pas méchant je suis arrivé à me contenir… Et à me faire un nouveau client, le gérant de l'onsen qui est un tanuki, parler affaire avec lui a été très agréable, un très bon négociant... »
Il sourit finement, puis ajouta.

« Ainsi j'ai fréquenter des démons le temps d'une soirée lors d'une réunion secrète des ces derniers dans cet onsen… C'était une expérience somme toute singulière, ceux sur lesquels j'étais tombé n'étaient pas méchants, mais fort excentriques et leur humour du genre très taquin et un peu intimidant. Le genre à te menacer de te dévorer sur le ton de la blague, ce sans en penser un mot bien entendu. Pour ma part cela m'a fait bien rire. Tout comme plus tard les confessions du kitsune qui m'avait fait entrer dans l'onsen, il m'avait avoué que c'était pour s'amuser un peu et rire de mes réactions. Je l'avais pas mal surpris dans les faits par ces dernières et il m'a dit que je lui avais fais l'impression d'être inconscient d'être aussi à l'aise en compagnie de yokais… Je suppose qu'il n'avait pas vraiment tort. » Acheva t-il avec un peu d'auto-dérision, ce avant de faire un clin d’œil et de glisser d'un air complice à voix basse. « Le nom de cet onsen est la source des mirages, je te fais confiance pour garder ceci secret. Je n'aimerai pas qu'il arrive malheur à ces yokais-ci après tout. Cela et puis je suppose que ce ne serait pas bon pour moi que le fait que je les ais fréquenté et ait ce genre de client s'ébruite... » Il dit cela sans la moindre inquiétude, comme si c'était le genre de choses qui n'arriveraient pas de toute manière. Après tout il faisait pleinement confiance à Satomi et il estimait donc que celle-ci ne s’amuserait pas à ébruiter ceci à tout va.
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Mer 16 Aoû - 16:23


L’histoire qui suivie fut des plus intéressante. J’étais scotchée par ce qu’il lui arrivait, n’osant imaginer tous ce qu’il avait vécu. Dans son cas, je ne sais même pas si j’aurais été capable de faire la moitié de ce qu’il a accompli ! Je le regardais l’air inquiet, mais le regard brillant d’excitation et de fascination pour cette aventure.

"C’est… tout à fait unique et singulier. Je n’ose imaginer toutes les émotions que tu as du éprouver !"

Je vidais ma tasse, oubliant presque sa saveur délicate en continuant d’imaginer la situation, les yokais présents, la tête d’Oyama et comment il avait pu s’en sortir. Mais j’étais rassurée. Rassurée, car cet évènement était bien la preuve qu’il ne fallait pas condamner systématiquement le moindre yokai que l’on rencontre. Même s’ils se jouent de nous avec malice. Mais ne sont-ils pas issus de notre propre malice, par le fait ? Je continuais, affichant une expression plus sereine après avoir digéré un peu toutes ces informations et mon imagination débordante.

 "Mais cela montre bien qu’il ne faut pas se fier aux apparences. Même si les yokais sont d’un naturel taquin et malicieux, ils ne sont pas tous mauvais. Je suis contente que cette expérience n’ait pas été sujet à soucis ou à te mettre en danger."

Je lui souriais, reprenant un peu de thé et le servant également. Comme les chats, il arrive toujours à retomber sur ses pattes et à tourner les évènements à son avantage. C’était un porte-bonheur cet Oyama ! L’avoir avec moi pendant une partie de mon pèlerinage ne serait pas du luxe. Je le rassurais également sur son secret, qui était bien gardé avec moi. Je me souviendrais du nom et de l’endroit, mais me garderais bien de le mentionner à toute personne malveillante envers les yokais.

"Et rassure toi, je ne dirais rien. Il n’y a aucun intérêt à aller déranger des yokai innocents et pacifiques. Mais… je me garderais également d’aller les visiter. Même si je suis très curieuse, je ne suis pas certaine d’avoir le sang-froid suffisant pour supporter leurs éventuelles plaisanteries. Et puis, je suis une Miko, je serais sans doute moins bienvenue qu’un marchand."

J'aurais été sans doute tourmentée et bousculée plus que de raison qu'Oyama. Je préférais ne pas trop y penser...Je soupirais, le regardant avec dépit mêlé à une pointe de consternation.

"Haa… Avec toutes tes histoires, j’ai l’impression que tu as le chic pour te mettre dans des situations pas possibles. Tu devrais faire plus attention tout de même."

Le sermonner était ma manière à moi de le protéger. La chance était une chose, mais il ne faut pas abuser de sa destinée. Je ne voudrais pas que cela l’encourage à aller au-devant du danger et d’être trop crédule. C’est Oyama après tout, pas le kami du marchandage et de la chance personnifié ! Cela me faisait penser… en parlant de destiné, il y en avait qui n’étaient pas vraiment gratinés. J’en avais croisés plusieurs au temple, mais me revins à l’esprit un que j’avais rencontré très récemment. Une pointe de nostalgie et une sensation étrange vint piquer mon cœur, mais j’ignorais par ma raison ces sensations et les réduisaient au silence. Avec plus d’entrain et l’envie de partager ma propre expérience, je mentionnais cette anecdote moins frivole et ahurissante que celle d’Oyama.

" Ha, cela me fait penser. J’ai également fait une rencontre étonnante. Pas du genre à s’encanailler avec des Yokaïs, mais une toute de même intéressante sur la nature humaine."

Je souriais, reprenant mon thé en main et interrogeant Oyama avant de commencer.

 "Connais tu un dénommé Nakamura Takeshi, du clan d’Eiichiro ?"


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Lun 21 Aoû - 12:04

Oyama ne manqua pas de sourire et rire un peu par rapport à ce qu'il avait vécu quand Satomi lui dit qu'elle n'osait imaginer toutes les émotions qu'il avait éprouvé. Ce avant d'ajouter avec un malice. « En tout cas dans l'histoire, il y a un kitsune qui s'est bien amusé de cela. Comme quoi, des fois les mauvais tours que peuvent nous jouer certains yokais peuvent s'avérer être de belles petites opportunités... » Bon, en même temps il avait eu de la chance que les yokais n'aient pas été malveillants, sinon il n'en aurait sans doute pas mené large…

« Je peux te dire sinon que j'ai pu caresser la fourrure d'un véritable kitsune, c'était comme… Caresser un gros chaton qui peut te faire la conversation en même temps... » Ne manqua t-il pas de dire d'ailleurs avec une petite fierté enfantine à ce sujet, ce avant de préciser taquin. « Je t'avouerai d'ailleurs avoir essayer de le taquiner à mon tour lorsque nous étions seul à seul en lui sortant amusé un « même si je n'aspire à rien de ce genre, vous seriez tout à fait mon genre d'homme... » » Il resta silencieux, puis glissa songeur. « Il a surenchérit pour me taquiner lui aussi en faisant croire qu'il était très intéressé par ma personne pour sa part... » Il rougit un peu après avoir dit cela, puis rigola un peu. Ce avant d'ajouter complice.

« Enfin, en somme oui tous les yokais ne sont pas mauvais je pense. Du moins je me refuse de croire qu'il n'y a pas un bon côté chez beaucoup d'entre-eux. Je les trouve au final assez proches des humains, tout en étant assez différents. »

Bon après, Satomi connaissait Oyama. Le genre d'homme à voir toujours les choses du bon côté et avec optimisme quand c'était possible. Ce qui pouvait faire son charme d'une certaine manière vu que ce n'était pas étranger à sa presque perpétuelle joie de vivre, mais ce qui faisait aussi qu'il n'était pas forcément attentif au mal qui pouvait se cacher autour de lui de temps en temps.

« Ah oui… Il est vrai que l'alcool que je leur apportai a joué pas mal pour m'attirer leur sympathie. Un onmyoji m'avait raconté que les yokais adoraient le saké et crois moi ils ne se sont pas privés de vider les bouteilles que je leur ais offerts… Je suppose donc que par rapport à une miko j'avais quelques avantages, même si je suis sûr que ta présence solaire suffirait à adoucir bien des cœurs. » Ne manqua t-il pas sinon d'ajouter avec complicité et bienveillance. Ce avant de reprendre avec timidité concernant son manque de prudence…

« Tu as sans doute raison, je devrais faire plus attention. Même si des fois je me dis que beaucoup de belles choses que j'ai vécu on étaient possibles parce que je me retrouverais embarquer dans de telles situations. Peut-être faudrait-il de ce fait que je cherche une sorte d'équilibre ? »

Bon, Oyama parlait avec sincérité en disant cela bien entendu, mais sa sœur le connaissait. Il voudrait appliquer les conseils de cette dernière, mais ça prendrait du temps et sans doute qu'elle devrait insister un peu à l'avenir… Car si le marchand était capable de faire preuve de beaucoup de bonne volonté et de changer son comportement quand on lui faisait la remarque, la prudence par contre était étrangement difficile à lui inculquer… Pas car il faisait preuve de mauvaise volonté, peut-être plutôt car ce n'était pas dans sa nature. Sans doute que c'était à méditer, pour sa part en tout cas il ne s'en rendait pas compte.

Par contre, il ne put qu'être grandement attentif à sa sœur quand celle-ci lui dit qu'elle aussi avait fait une rencontre étonnante à sa manière même si cela ne concernait pas le moindre yokai. En tout cas, le marchand ne cacha pas son intérêt. Et son air songeur quand sa sœur lui demanda si elle connaissait un dénommé Nakamura Takeshi… Ce à quoi il ne put que répondre surprit.

« Pas personnellement non, même si je ne serais pas contre une telle chose à l'avenir bien entendu. Par contre, je sais qui c'est, un hatamoto du clan, un personnage d'importance en somme… Il n'y a pas de daimyo actuellement, mais lorsqu'il y en aura un, ce seront les hatamotos ses plus proches soutiens… » Ce n'était pas n'importe qui donc. Il ne manqua donc pas de demander, totalement attentif à tout ce que pourrait lui répondre sa sœur. « Ne me dis pas que tu as rencontré un tel personnage ? » Il connaissait la réponse à cette question, mais Satomi-chan pouvait constater maintenant qu'il l'avait posé, que le marchand était très intéressé par ce qu'elle pourrait lui raconter, sans doute devait-il se demander en quoi cette rencontre avec un hatamoto avait pu être bien particulière au yeux de sa sœur milan...
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Lun 28 Aoû - 20:37

Mon frère d'âme était vraiment une personne aussi exceptionnellement chanceuse qu'ayant le chic pour se mettre dans des situations pas possible. J'étais toujours impressionnée, de même que sa capacité à toujours savoir autant de choses. C'était donc presque à moitié peu étonnée que j'entendis Oyama connaitre ce Takeshi. Son regard était devenu plus sérieux, mais en même temps plus brillant de curiosité. Je me doutais que je n'avais pas vraiment besoin de confirmer, mais je le fis tout de même, souriant avec amusement et malice.

" C'est tout à fait exact ~ ..."

Vu qu'il connaissait de nom et était intéressé, je me devais de raconter un minimum ce qu'il s'était passé. Bien entendu, vu la discrétion que je devais avoir en tant que Miko, je ne pouvais pas vraiment raconter tous les détails. Mais les souvenirs si proches et si vifs étaient toujours pour m'émouvoir.

" En fait, il est partit d'ici il y a à peine une semaine. Il est resté pendant un moment, sa réhabilitation a été... longue et rude, si l'on peut dire."

Je revoyais la première rencontre que j'avais eu avec lui, tout trempé par cette pluie, le regard vide et sans vie. Un pantin sans aucune volontée, triste et déchiré, juste sur le pas de la porte du temple. Je soupirais légèrement, mon coeur se serrant en pensant à toute cette douleur qu'il avait du vivre pendant tout ce temps. Je soupirais profondément, me disant qu'il revenait vraiment de loin.

" Je pense que je n'avais jamais vu quelqu'un d'aussi torturé par ses propres remords et son passé. A le voir on aurait eu du mal à le croire Hatamoto..."

Il n'était que l'ombre de lui même, au sens propre comme au sens figuré. Bien entendu, il avait encore un long chemin à parcourir mais il était à présent sur la bonne voie. Je souriais légèrement, pensant aux nombreuses discussions que nous avions eu.

" Ce qui est intéressant ici, c'est comment l'on peut passer d'un tel accablement à la voie de la repentance et du pardon. Et quand je dis pardon, je parle de se pardonner à lui même, et non à autrui. Il n'y a rien de pire que les punitions que l'on s'inflige à soi-même inconsciemment."

Je bus un peu de thé, pensant à ce qu'il s'était passé par la suite pendant tout son séjour ici. Etant la miko attitrée pour son rituel, je l'avais suivis de près et conseillé même. Je ne pouvais qu'avoir un certain attachement pour lui, car j'avais été témointe de toute son évolution et de comment il était passé de sombres ténèbres à un pâle rayon de lumière. J'espérais à présent le revoir un jour, pour savoir comment il se porte et s'il est arrivé à mieux se trouver.

"Il faisait peur au début. Mais finalement, il était plutôt mignon, ha ha ~..."

Je souriais, soupirant et buvant un pe de thé. Je rougissais légèrement en pensant que le fait de le trouver "mignon" était sans doute un peu trop déplacé. Je jetais un coup d'oeil furtif à Oyama, espérant qu'il mettait cette rougeur sur le compte du thé chaud. Il n'oserait pas me moquer à ce sujet.... non ?


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Mar 29 Aoû - 18:41

Un hatamoto, mine de rien ce n'était pas un petit personnage qu'avait rencontré sa sœur. Est-ce que cette dernière s'était liée d'amitié avec ce dernier ? Si c'était le cas Oyama en serait heureux pour elle, peut-être qu'il pourrait d'ailleurs l'aider là où Arihito en tant que simple marchand ne pouvait offrir qu'un soutien moral ? Peut-être, mais il se surprit tout à coup à faire preuve de son habituel grand optimisme à ce sujet, même si bien entendu il fut surtout préoccupé en cet instant par le fait d'écouter attentivement ce que Satomi-chan avait à lui raconter… Surtout que sa sœur malicieuse savait parfaitement comme titiller sa curiosité.

Alors comme cela l'hatamoto était venu ici ? Guère étonnant pensa Oyama, surtout si sa sœur avait put le rencontrer, par contre il trouva intéressant le fait que celui-ci était venu ici pour une réhabilitation, ce qui voulait donc dire qu'il avait eut des problèmes en méritant une…

Oyama espérait vraiment que cet homme avait trouvé ce qu'il était venu chercher ici, après tout ça ne devait pas être pour rien en effet qu'il était ainsi venu au temple pour exorciser les remords dont lui parlait sa sœur…

Et tout à coup il ressentit en pensant à cela, une certaine admiration pour ce qu'avait dû faire sa sœur pour aider cette âme torturée, après tout c'était là une noble tâche que d'aider à guérir les cœurs blessés par la vie et les âmes torturées. C'était au final une chose qu'il avait toujours su grandement estimé, que ce soit chez Satomi-chan ou Haruaki-chan.

« Il a eut de la chance d'être tombé sur toi, quelque chose me dit que te rencontrer à dû l'aider. Je ne saurais dire à quel point comme je n'étais pas là, mais j'ai l'impression qu'il ne peut en être autrement. » Le sourire fin qu'il adressa à sa sœur était emplie d'une fierté fraternelle et sincère.

En tout cas, maintenant il se disait qu'il apprécierait de rencontrer cet homme un jour s'il avait cette chance. Qui sait ? Peut-être que ça se ferait en effet, quand à savoir quoi. Il verrait bien, il était encore jeune et avait encore toute la vie devant lui après tout !

« Oui, il n'y a rien de pire que le mal qu'on peut se faire à soi-même… Parfois le jugement qu'ont les autres sur nous est bien indulgent par rapport à celui que nous avons sur nous-même. » Se contenta t-il ensuite de dire en soupirant un peu, alors qu'il énonçait ces paroles assez surprenantes venant de lui. Néanmoins, sa sœur savait que des fois Oyama avait eut des problèmes, certes rien ne le dévastant longtemps, mais même lui avait eut ses périodes… Rares, mais quand même.

Puis il sourit ensuite de manière amusée aux dernières paroles de Satomi-chan et glissa non pas taquin, mais avec second degré.

« Ah ? Comme cela il est mignon ? Je devrais peut-être le rencontrer dans ce cas. Qui sait ? On pourrait peut-être bien s'entendre... » Surprendrait-il sa sœur par ce sous-entendu sur ses goûts ? Peut-être, il se dit en tout cas qu'il était sans doute temps de lui parler de quelque chose maintenant. Ce qu'il fit avec réflexion.

« Quand j'y pense Satomi-chan, je crois qu'il est temps que je te parles de quelque chose de particulier… Disons que cela concerne ma vie sentimentale. » Il n'en avait pas parlé par le passé car disons que la chose n'avait pas encore été clair et puis il y avait eut d'autres raisons de ne pas le faire aussi, mais maintenant il était temps à ses yeux comme le témoignait son air sérieux.

« J'aime, un homme… Un homme qui m'aime aussi en retour. » Son regard et sa voix s’emplirent d'une certaine tendresse alors qu'il ajouta.

« C'est… Particulier. Je ne sais même pas où me mettre par rapport à cela, c'est à la fois exaltant car riche en possibilités et des fois un peu effrayant même si très rarement car j'aimerai faire au mieux pour lui sans savoir quel est le mieux exactement. Je suis de condition inférieure à la sienne au final et pourtant… Je ne sais pas, il trouve quelque chose chez moi qui fait que cette affection est partagée. En tout cas cela m'est précieux et j'ai l'impression que maintenant que j'y ai goûté, je ne saurais vraiment m'en passer. » L'amour lui avait tant fait découvrir en tout cas...

Sur ce il resta silencieux en attendant la réaction de sa sœur et les éventuelles questions qu'elle aurait à lui poser à ce sujet, après tout Oyama venait d'ouvrir un univers de possibilités par cette confession. Un tel univers de possibilité qu'il pourrait probablement en parler des heures si elle le désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Lun 4 Sep - 21:56



Mon frère ne se lassa pas de mettre quelques compliments et flatteries. Je levais légèrement les yeux vers le ciel, rougissant un peu tout de même.

" Ha ha, petit-frère la flatterie ne marche pas avec moi. A trop vouloir me gâter par les compliments tu vas finir par me pourrir l'oreille ~... "

Je n'étais pas insensible, mais j'avais du mal à ne pas rougir et à ne pas perdre mes moyens quand on tarissait trop d'éloges sur moi. Mon autre solution, c'était d'ignorer ou d'oublier ce qui avait été dit. Plus facile à dire qu'à faire, c'est vrai.... Mais il était d'accord avec moi, ce que notre esprit peut nous infliger est bien pire et plus affligeant que part une tierce personne. Il reprit de plus belle en me raillant sur le fait que j'avais trouvé à mon goût ce samouraï. Je riais doucement, lui lançant un regard malicieux et complice.

" Ho, Oyama-kun voyons ~..."

Je connaissais ses penchants non conventionnels pour la société, ou du moins ceux dont on parle le moins. Avec mon grand oncle j'en avais eu l'habitude et m'étais habituée à de telles relations possibles entre le même sexe. Sa petite boutade n'était donc pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Cependant, je fus d'autant plus attentive et surprise par la suite. Il était redevenu plus sérieux et hésitant, semblant aborder un sujet important pour lui. Je le regardais avec autant de sérieux, me disant que c'était une toute autre histoire que celle des yokaïs farceurs ou des Taisa fous. Prenant ma tasse en main pour me donner une certaine contenance, mon regard restait cependant rivés sur lui avec toute mon attention.

" Ha... je t'écoute avec attention, Oyama-kun."

En effet, pendant tout son annonce et sa narration je restais silencieuse, lui donnant toute l'attention qu'il avait porté précédemment pour moi. La nouvelle était des plus excitantes, mais je me gardais de trop exalter pendant son discours. Oyama semblait à fleur de peau et ouvrait son coeur. Non pas que je voulais le moquer, mais je ne voulais pas le froisser par inadvertance et étourderie. Mon coeur de jeune fille ne pouvait que fondre face à cet aveu. Je ressentais sa peur, ses doutes, pouvais en partie me mettre à sa place. Ou plutôt, j'enviais sa place. Quand il eut terminé, je restais silencieuse quelques instants, réfléchissant à ce qu'il avait dit. Je finis par poser mon regard sur lui, plein de douceur tout comme mon sourire.

" Je suis très heureuse pour toi, Oyama-kun. Tant de gens, dont moi-même, rêvent toute leur vie de trouver une telle relation."

Oui, il avait trouvé ce que je cherchais secrètement. Ce que beaucoup de femmes recherchent, en fait. Moi, je ne pouvais qu'espérer avoir la chance dans mon destin que ce qui me soit imposé corresponde à mes souhaits. Mais l'espoir était mince, et la trahison de mes parents n'avaient fait que raviver cette peine. Cependant, pour Oyama, je me devais de véritablement me réjouir pour ceux qui avaient la chance d'échapper à mon propre destin. Je repensais à ce qu'il avait dit, et dans une jeste de boutade je reprenais mon rôle de grande soeur protectrice.

" Et pour la différence de situation, il faut déjà qu'il te mérite ! Je ne laisse pas mon petit frère à n'importe qui. Je pense qu'il serait intéressant si ce n'est.... capital que je rende une petite visite à cette personne..."

Je le regardais avec malice, souriant et posant ma tasse. Maintenant venait mon rôle d'inquisitrice. Mon regard se fit plus perçant, et le déluge de question pouvait commencer.

" Et ... depuis combien de temps vous êtes en relation ? Comment vous vous êtes rencontrés ? Raconte moi tout ~ .... "

Je souriais, trépignant pour avoir plus d'informations savoureuses me permettant de rêver et d'encourager mon cher frère.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Sam 9 Sep - 16:46

Oyama savait que sa sœur n'était pas forcément sensible à la flatterie, mais comme il la complimentait sincèrement, il supposait qu'il pouvait bien exprimer son opinion favorable à son sujet. Cela et puis ça aiderait peut-être cette dernière à avoir un peu plus confiance en elle, ce qui en soit serait déjà une excellente chose au vu des derniers événements…

Quant à ses goûts en matière de relations, il lui était déjà disons arrivé d'en parler avec sa sœur depuis qu'il s'était rendu compte de ces derniers. Il fallait dire qu'il avait été ravi de trouver en elle une bonne confidente à ce sujet même si elle n'avait pas beaucoup d'expérience dans la chose charnelle. Après tout, même si les relations entre hommes n'étaient pas une choses exécrée en Yokuni, ce n'était pas non plus quelque chose que l'on allait ébruiter sur tous les toits.

Bon, par contre il doutait qu'un samouraï soit son genre, alors il disait cela plus pour plaisanter qu'autre chose quand il avait parlé de l'hatamoto. Sans oublier qu'il avait déjà quelqu'un et que… Le marchand envisageait mal d'honorer quelqu'un d'autre que son cygne de ses faveurs. Déjà que concernant ce dernier il avait fallut outrepasser une certaine timidité au début de leur relation...

Dans tous les cas, cela soulevait une question qu'il n'avait pas manqué de se poser pendant 2 ans. S'il était capable d'être attiré par les hommes, pouvait-il l'être autant par les femmes ? Peut-être, il ne savait pas… Il n'avait juste jamais ressentit pour une femme ce qu'il ressentait actuellement pour Haruaki, du moins au niveau charnel. L'amour qu'il ressentait pour sa sœur par exemple était différent, mais pas moindre. Surtout très platonique dans les faits et il souhaitait en vérité qu'elle puisse trouver l'amour elle aussi, même s'il savait que sa condition actuelle de Noraneko ne l'y aiderait certainement pas malheureusement…

Par contre, cela lui fit au chaud au cœur de voir le doux sourire et regard de sa sœur après ses confessions, mais aussi d'entendre les paroles sincères et bienveillantes de celle-ci. Cela en plus de faire du bien au marchand, faisait se dire à ce dernier qu'en effet il avait de la chance et qu'il devrait sans doute en profiter. Après tous les faveurs que nous font les kamis en nous offrant une existence heureuse et épanouie sont de celles qu'il faut savoir savourer.

« Merci à toi ma sœur, ta compréhension et ton soutien à ce sujet me font le plus grand bien. » Ne manqua t-il pas d'ailleurs de préciser sincère et satisfait. En effet ces derniers mois il se posait beaucoup de questions à ce sujet, mais parler de sa relation avec elle commençait déjà le faire se sentir mieux malgré les doutes qu'il pouvait ressentir.

« Haha, tu es maligne Satomi-chan ! Si tu le désires et si c'est possible prochainement je te le présenterai ou le ferais venir ici. En attendant je ne vais par contre pas te décrire en détail à quoi il ressemble uniquement pour que tu sois surprise quand tu le rencontreras. Car c'est vraiment… Quelqu'un d'exceptionnel. » Il glissa d'ailleurs taquin. « Je pense sinon qu'il appréciera rencontrer ma sœur d'âme. Pense tu que nous devrions lui faire la surprise ? »

Puis quand sa sœur se mit à faire pleuvoir les questions sur lui comme une formation d'artillerie Setsu ferait pleuvoir les boulets de canons sur une muraille, Oyama ne put que répondre aux questions de celle-ci avec amusement.

« Cela fait plus de 2 ans en vérité, je me rendais à la capitale de Kasu en Okaruto et j'étais tombé tout à coup sur une dame gravement blessée aux bords de la route. Ne sachant pas ce qui lui était arrivée, mais ne pouvant pas l'abandonner à son sort je l'ai donc mit sur mon chariot avec l'aide de mon garde du corps et une fois arrivés à la cité, nous sommes aller chercher un médecin. On m'a rapidement indiqué la demeure d'un certain Haruaki auquel j'ai donc emmenée cette pauvre jeune femme. » Il sembla rêveur et soupirer un peu comme une jeune femme émoustillée avant de reprendre comme s'il s'en souvenait parfaitement.

« Nous avons rapidement été introduit à ce dernier une fois arrivés à son cabinet. Celui-ci a alors fait preuve de la plus grand générosité, il a soignée la dame gratuitement malgré que je proposais de payer pour ses soins et s'est montré bon et respectueux. » Il resta silencieux quelques instants, puis ajouta amusé.

« Puis quand il a laissé la jeune femme se reposer après avoir prit soin d'elle, il a tenu à me connaître et je ne sais pas… Quelque chose chez lui m'a parlé et inversement… C'est aller assez vite ensuite, étonnamment vite. Nous avons fraternisé rapidement et disons que peu après les choses sérieuses ont commencées... » Il rougit un peu, sa sœur devait se douter de quoi il parlait même s'il semblait trop pudique pour vouloir lui en parler plus explicitement. Puis il se reprit et dit avec douceur et joie.

« Nous nous sommes même donnés des surnoms, ou plutôt j'ai fais preuve d'un instant de poésie en disant qu'il était tel un cygne et moi un moineau et depuis c'est resté. C'est un homme que j'admire vraiment pour tout t'avouer. Un médecin qui se consacre corps et âmes à son prochain et qui a donné un but altruiste à son existence… J'espère vraiment être à la hauteur de son affection. » Il semblait tout à coup rêveur, puis il demanda amusé à sa sœur.

« Je sens d'avance que tu dois avoir d'autres questions petites curieuses, n'hésite pas à les poser si tu en as. Je n'ai pas de secret pour toi après tout. » Même si c'était des questions concernant des choses plus charnelles, mais dans ce cas là il risquait d'être surprit et de se demander quoi répondre pour ne pas possiblement la gêner...
Revenir en haut Aller en bas
Noraneko Satomi

avatar

Miko

Messages : 64
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 27

Feuille personnage
Age: 18 ans
Titre: Miko d'Eiichiro
Liens:

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Ven 15 Sep - 18:48

Oyama semblait soulagé d’une certaine manière par mes paroles. Comme s’il pouvait prendre à nouveau son souffle, ma bénédiction semblait lui tenir à cœur. Cela me touchait qu’il prenne autant en considération mon avis. Car bien que je sois sa sœur d’âme, les affaires de cœur sont très personnelles Qu’il compte sur mon soutien était un véritable signe de confiance et d’estime. Je ne pouvais qu’elle plus heureuse pour lui. Il voulut me railler sur le fait que je voulais le voir pour confirmer ma bénédiction. Il ne tenait pas à me le décrire pour me faire la surprise, mais une telle opportunité n’était qu’un sujet d’excitation supplémentaire et surtout de taquinerie. Je le taquinais d’ailleurs en retour, lui reprochant ma prochaine conduite à venir.

« Ha ha ! Mon cher frère, tu me pousses à devenir méfiante et inquisitrice envers tous les Hommes qui vont franchir le pas du temple à partir de maintenant. Garder un tel secret ne sera pas bon pour mes nerfs et ma patience ~…. »

Je soupirais légèrement, pensant à quel point je me mettrais à scruter la moindre personne masculine étrangère du temple en pensant s’il était l’élu du cœur d’Oyama. Et en plus, ce fieffé malicieux voulait également faire la surprise à son aimé. J’étais un peu plus sceptique, mais je me doutais que sa question n’était qu’une rhétorique et qu’il savait déjà ce qu’il allait faire.

« Ma foi, c’est à toi de voir Oyama-kun. Je ne connais pas ton aimé et ne saurais juger ce qui serait le plus amusant tout en lui épargnant une crise de nerf ou de jalousie. Et puis, si ni lui ni moi ne savons à quoi l’autre ressemble, il n’y a pas beaucoup d’intérêt à vouloir monter une telle rencontre avec un effet de surprise. Sauf pour toi peut être, car tu seras le seul dans la connaissance de la confidence. C’est assez vil de ta part petit-frère ! Ha ha ha ! »

Je riais tout en lui faisant un clin d’œil de malice. Oui, dans le lot il sera le seul à s’amuser. Du moins, si JE ne suis pas au courant… Mais le sujet aborda un tout autre angle plus intéressant de leur relation : leur rencontre. Suspendue aux lèvres de mon taquin de frère, je l’écoutais me raconter son histoire, laissant par moment quelques indices sur l’identité de son amant. Je me retrouvais à écouter ainsi, comme une petite commère des histoires romantiques qui gazouille et glousse au moindre petit rebondissement. Heureusement, j’avais assez de retenue pour garder mon excitation uniquement visible par mon regard et la couleur de mes joues. Tout en mode silencieux. Quand il eut finit, me demandant si j’avais des questions, je restais silencieuse quelques secondes. Bien entendu que j’en avais des questions ! A quoi il ressemblait, ce qu’il avait dit ou fait pour le faire craquer… tous les détails croustillants ! Mais par égard pour mon frère, je me retenais et me contentais de le taquiner un peu tout en résumant ce que j’avais appris dans son histoire.

« C’est donc un médecin… un métier tout à fait honorable, et d’une certaine manière romantique. Je ne te savais pas aussi fleur bleue Oyama-kun ~ . »

Je lui jetais un regard malicieux, souriant derrière la tasse de thé que je finissais de boire. Tout en nous resservant à nouveau, je continuais mes petites piques et faisais ma fausse jalouse.

« Ton Cygne se nomme donc Haruaki. Intéressant…. Mais à croire que mon petit Chat de Frère est un Moineau pour un autre me rendrait presque jalouse, fu fu fu ~…. »

Je riais, posant la théière et reprenant ma tasse toute chaude dans mes mains un peu rafraichies. En dehors de ces petites allusions, je voulais le rassurer une fois de plus et lui montrer ma considération. A le voir parler ainsi, j’étais certaine que ses sentiments étaient vrais, et ne pouvais qu’espérer que ceux-ci soient réciproques. Tout sauf une déception et une tromperie, il fallait l’espérer ! De même, il avait mentionné qu’il était d’une caste supérieure, et je pouvais également comprendre que la nature de leur relation entre deux personnes du même sexe pouvait être un problème. Je lui répondis avec un peu plus de sérieux, posant sur lui un regard doux.

« Tu en parles avec la ferveur et le regard brillant d’une personne réellement éprise. Non pas que je puisse dire que c’est mon expérience qui en parle, mais tu as l’air réellement heureux. Cela me satisfait amplement, et j’ai d’autant plus hâte de rencontrer ton cher Cygne. Même si je doute ne pas l’apprécier, que tu l’apprécies et le chérisses est le plus important. Ne prête pas attention à ce que peuvent dire les autres, moi comprise. »

Je ne voulais pas qu’il se fasse influencer, même par moi. C’était son histoire et s’il était heureux c’était ce qui comptait. J’étais là pour le soutenir, mais l’avenir venant et la situation changeant, je pourrais me montrer contre cette relation. Je ne l’espérais pas, mais il était important pour Oyama, un garçon toujours serviable et un peu influençable, qu’il puisse tenir sa décision jusqu’au bout et se référer uniquement à son avis et son intuition. Une fois cela dit, je n’avais plus à m’inquiéter. Il ne pourra pas dire que je ne l’aurais pas conseillé. Pour la suite, j’avais une autre idée en tête. Il ne voulait pas me dire à quoi il ressemblait, n’est-ce pas ? J’allais retourner ses sentiments contre lui pour arriver à mes fins ! Tous les amoureux sont poètes, et pour avoir donné de tels surnoms que Cygne et Moineau, il devait bien être dans cet état d’esprit. Buvant une nouvelle gorgée de ce thé succulent, je lorgnais sur lui un regard brillant d’amusement.

« Et puis concernant mes autres questions…Je suis curieuse il est vrai, mais je sais également qu’il y a des choses qu’il ne vaut mieux pas déterrer par pudeur pour les amants. Que je sois ta sœur ou non ~. »

Connaitre ses ébats amoureux ne m’intéressait pas, et même si Oyama était comme mon frère, une telle conversation entre un homme et une femme n’était pas convenable. Ni l’un ni l’autre ne serait à l’aise, et moi particulièrement vu ma non-expérience. J’étais donc claire sur le fait que je ne voulais pas parler de cela, mais mettais au contraire mon petit stratagème en marche, espérant qu’il réussisse.

« Par contre, puisque tu en parles, devrions nous jouer à la devinette ? Je sais maintenant qu’il est médecin, s’appelle Haruaki et se trouve aussi beau et gracieux qu’un cygne. Ne peux-tu me faire un petit poème impromptu pour le décrire physiquement ? Fais moi rêver tout comme toi il te fait rêver ~ … »

Je riais, attendant cependant avec impatience que son imagination, sa créativité et l’émoi de son cœur ne produisent de beaux résultats qui sauront me satisfaire.


~ Le Milan Blanc de Kokyuu ~


©️KK
Revenir en haut Aller en bas
http://les-exiles-d-abyndal.forumactif.org/
Arihito Oyama

avatar

Civil

Messages : 311
Date d'inscription : 27/05/2017
Age : 20

MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi) Dim 24 Sep - 20:38

« Oh, si tu veux je peux te préciser une chose qui fera que tu ne scruteras pas forcément tous les hommes entrant dans le temple. C'est qu'il est si extraordinaire et magnifique qu'on est marqué par sa simple vue. Il suffit donc seulement de le voir pour deviner que ce n'est pas quelqu'un d'ordinaire. » Dit Oyama taquin, mais sincère en retour à sa sœur quand cette dernière dit qu'elle risquait de se montrer inquisitrice envers tous les hommes qui arrivaient au temple. Ce avant d'ajouter ensuite d'un air amusé et complice à sa sœur par rapport au fait qu'il voulait faire la surprise à son aimé.

« Crois moi, il est loin d'être capable d'une crise de jalousie, disons qu'il est compliqué à sa manière, mais pas en ce sens. C'est plus le genre d'homme qui ne veut pas faire souffrir les autres avec ses états d'esprits, quitte à lui même en souffrir qu'à s'imposer. » Soupira t-il comme s'il confiait là d'une choses qui le préoccupait le plus avec son aimé, que ce dernier préfère souffrir que se confier, ce avant de reprendre avec le sourire. « Je pense en tout cas que le rencontrer te feras du bien et inversement. Disons qu'il se consacre tant au bien des autres que de l'amitié et de la bienveillance désintéressée lui feras du bien. »

Puis après qu'il eut raconté comment il avait rencontré Haruaki à sa sœur, Oyama ne manqua pas de rougir un peu à la remarque taquine de cette dernière concernait le fait que son cygne était un médecin. Fichtre ! Sa sœur était véritablement douée pour lire en lui quand elle s'y mettait, au point qu'il ne manqua pas de répondre timidement.

« Oh tu sais… Enfin oui, j'avoue. Je suis très fleur bleu. » Il rougit d'autant plus, mais bon il ne manqua pas de sourire légèrement en disant cela. Oui, autant l'avouer, il était quelqu'un de très romantique au fond, à s'imaginer trouver le grand amour même s'il se doutait que c'était un peu trop idéaliste de penser ainsi. Dans tous les cas il trouva de quoi reprendre un peu d'assurance quand il répondit à la remarque taquine de sa sœur concernant la soit disant jalousie de cette dernière.

« Cela et le fait que comme je suis amant avec un médecin, je bénéficie tout à fait gratuitement de ses services quels qu'ils soient. » Cela il le dit avec second degré, ce n'était pas pour ça après tout qu'il était avec Haruaki, mais un peu d'humour de marchand ne faisait pas de mal. Oyama aimait bien jouer après tout avec le préjugé comme quoi les marchands ne cherchaient qu'à s'enrichir. Ce qui n'était pas forcément faux, mais pas forcément juste non plus…

Il ne manqua pas sinon de répondre plus de sérieux et d'un air touché à l'égard de sa sœur lorsque cette dernière lui dit ce qu'elle pensait sincèrement. « Merci Satomi-chan, en vérité je me demande surtout si... Eh bien je ne suis pas un immature des fois par rapport à l'amour que je ressens pour lui. Comme c'est la première fois que j'aime quelqu'un, est-ce que je le fais bien ou de la meilleure manière possible ? Difficile de répondre à ces questions, car dans les faits je manque un peu d'expérience à ce sujet, même si avec lui j'en apprend heureusement beaucoup. » Glissa t-il songeur, mais aussi optimiste. Oui il était inexpérimenté, mais il ne manquait pas de sincérité et d'enthousiasme à l'égard de cette relation. Ainsi était Oyama au final, à vouloir le meilleur pour lui et ceux qui lui étaient proches.

Puis il éclate de rire tout à coup quand sa sœur dit avec justesse qu'il y avait des choses qu'il ne valait mieux pas déterrer par pudeur. Ce qui était vrai et qui le soulageait un peu d'une certaine manière. Après tout même s'il n'avait aucun secret pour sa sœur, il se disait qu'il valait mieux éviter de parler de cela. Surtout que… Disons qu'il y avait vraiment de quoi rougir à ce niveau là, disons qu'Haruaki avait entreprit un programme de destruction de la pudeur d'Oyama, du moins en sa présence, qui avait plutôt bien fonctionné… Ce qui faisait que leurs rapports avaient été… Eh bien cela se passait de commentaire, il y avait après tout de quoi choquer ceux qui connaissaient Oyama comme l'homme insouciant et innocent qu'il était. Du moins innocent en général.

Par contre, sa sœur fit preuve d'une habilité et d'une ruse admirable en lui demandant de faire un petit poème pour décrire physiquement son cygne… Ce dans le but de faire rêver sa sœur, Oyama répondit donc à cela avec un sourire malicieux comme pour lui dire qu'elle l'avait bien eut, puis après un temps de réflexion, dit d'un ton qui se voulait lyrique.

« Oh que le cygne est un terme assorti pour décrire Haruaki.
Sa peau est blanche tel le plus bel albâtre.
Sa compagnie illumine telle l'aurore.
Lui dont la prestance rappelle la grâce du colibri.

Sa chevelure châtain souligne avec justesse son visage épuré.
Tandis que son regard rappelle à la fois l'éclat du saphir et la beauté de l'émeraude.
Lui dont la noblesse vaudrait une ode.
Dont le mystère ne peut qu'intriguer. »


Et sur ce petit poème qu'il venait de faire, il sourit de manière amusée et conclut d'un ton taquin à l'égard de sa sœur.

« Je laisse ton imagination faire le reste du travail, tu aimerais sinon une petite description de son caractère ou de ses petites excentricités pour savoir à quoi t'attendre ? Disons qu'il est spécial à sa manière... » Cela il le dit à la fois en sous entendant que ça risquait de la déstabiliser, mais aussi de l'intriguer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le châton et le Milan (Pv Satomi)

Revenir en haut Aller en bas
 

Le châton et le Milan (Pv Satomi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La grande finale : Liverpool vs Milan AC
» Satomi Hakase
» milan lucic
» Antonio Cassano || Milan AC
» RONALDO ( MILAN AC )


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
..
.Abyndal.
...
...
..
..
...
.
.... .Ewilan RPG..
....La Sérénissime..